Page 1

Les mutilations sexuelles, une dangereuse aliénation culturelle : un syndrome de Münchhausen par procuration et un syndrome de Stockholm aggravé1 (English: Sexual mutilation (excision, circumcision), a dangerous collective and transgenerational alienation: a Münchhausen syndrome by proxy and an aggravated collective Stockholm syndrome)

CET ARTICLE EST UN CHAPITRE DE MON LIVRE PUBLIÉ À PETIT PRIX CHEZ AMAZON : https://www.amazon.fr/dp/B07JNCYPFQ

"Moins les individus ont de possibilités de se différencier les uns par rapport aux autres, cependant qu’ils gardent (c’est fondamental) un sentiment d’appartenance, moins ils seront capables de réagir à l’installation d’une folie collective, surtout si celle-ci justifie en termes rationnels et surtout émotionnels un grand destin collectif." Claude Olievenstein 2 Lorsque des mutilations barbares sont officialisées par la tradition et/ou la religion, les enfants confiants et aimants les pardonnent vite à des adultes irresponsables.

Paradigme des violences éducationnelles ordinaires, excision et circoncision sont des pratiques d'aliénation collective sadique héritées des harems dont les gardiens étaient totalement évirés. C’était une garantie de la fidélité des femmes et une mise en garde aux grands fils des plus vieilles. Certains vont jusqu'à la castration totale (culte de Cybèle, Skoptzys de Russie, Hidjas de l'Inde). Nous allons voir que ces folies collectives peuvent être décrites par la psychiatrie. Elles se perpétuent à cause de l'incapacité des mineurs à se défendre ; lorsque les agressions parentales sont officialisées par la tradition ou la religion, les enfants confiants et aimants pardonnent vite à des adultes aussi irresponsables que persuadés d'agir pour le bien de leurs enfants. "Ils veulent que vous soyez circoncis afin de se glorifier dans votre chair." (Galates 6)

L'avancée de criminologie psychiatrique de Matteoli diagnostique dans les mutilations sexuelles des deux sexes un syndrome de Münchhausen par procuration

Vincente Fortier a copié et cité un long passage de cet article dans son livre La circoncision rituelle: Enjeux de droit, enjeux de vérité (Presses universitaires de Strasbourg, 2016), p. 349 et s. 2 Olievenstein C. L’homme parano. Paris: Odile Jacob; 1992. p. 31. 1


2 transgénérationnel et collectif3 4. Fermement soudées par une complicité folkloricoethnique d'un narcissisme effarant, les victimes aveugles tirent honneur, gloire, pouvoir, supériorité communautaire et empathie du groupe de la mutilation qu'elles ont subie et la reproduisent sur leurs enfants. Elles l'estiment physiquement bénéfique et surtout, s'en croient moralement supérieures ("La circoncision inscrit le manque comme dimension fondamentale de l'identité.") ; elles s'en croient plus pures, chastes et vertueuses, et pensent même qu'elle favoriserait la spiritualité. Cette croyance discriminatoire, un racisme à la puissance dix (du Gobineau mis en œuvre par Mengele), confère à ce syndrome une force exceptionnelle, une compulsion de répétition5 sur la génération suivante particulièrement âpre, obsessionnelle. Elle s’appuie sur l'ignorance totale de la réalité de la perte subie6 7 et est renforcée par le caractère collectif de l'agression. Normalement simple signe particulier, la mutilation prend le statut de "signe d'identité" collective (faussement puisqu'il s'agit d'appartenance et non d'identité). La mettre en question provoque un tollé. L'extrême gravité de ce syndrome vient du fait que le crime est perpétré sur l'enfant, si bien que le traumatisme demeure la plupart du temps inconscient. On pourrait objecter à Matteoli que les victimes du syndrome de Münchhausen ordinaire dissimulent leur automutilation. Mais dès lors que le syndrome devient collectif, la dissimulation se renverse en glorification publique. La mutilation est niée comme telle et vantée comme symbole d'une identité collective ("La circoncision inscrit le manque comme dimension fondamentale de l'identité." 8 discriminant l'étranger). Semblablement, la compulsion à consulter le médecin, centrale dans le Münchhausen classique, n'existe pas dans les mutilations sexuelles rituelles. Ici, religion et tradition, non plus manipulées mais complices, se substituent à l'autorité médicale. "Les enfants blessés dans leur intégrité ne cessent pas d'aimer leurs parents, ils cessent de s'aimer eux-mêmes." Jesper Juul

Mais les mutilations sexuelles doivent aussi être considérées comme un syndrome de Stockholm, aggravé parce que collectif : familial, sociétal, souvent religieux et quelquefois médicalisé. Dans le syndrome de Stockholm, les otages s'identifient à leurs agresseurs, les aident contre ceux qui veulent les délivrer et vont les visiter en prison. De même, dans la violence domestique des mutilations sexuelles féminines et Meadow, Roy (1977). Münchausen Syndrome by Proxy: The Hinterland of Child Abuse. Lancet 1977 (310), 343–5. http://web.tiscali.it/humanrights/articles/meadow77.html 4 Matteoli R. Blood Ritual, the Münchhausen complex. Nunzio press; 2008. 3

https://www.academia.edu/7147045/The_Munchausen_Complex_Socialization_of_Violence_and_Abuse

5 Van der Kolk B. The compulsion to repeat the trauma: re-enactment, revictimization, and masochism. Psychiatric clinics of North America 1989 ; XII (2) : 389-411. http://www.cirp.org/library/psych/vanderkolk 6 Bertaux-Navoiseau M. Sondage : 81% des circoncis ignorent les petits orgasmes en série, 90% des intacts en jouissent. 7 Bertaux-Navoiseau M. Lèvre érogène et protectrice d'érogénéité, le prépuce est un organe sexuel ; son ablation est une mutilation. 8 Critique du film Le fils d’Elias. Le Monde. Paris ; 21 avril 2004.


3 masculines, les parents prennent leurs enfants en otage et les immobilisent pour les torturer mais les enfants continuent à les aimer tendrement. Mais ici, le syndrome de Stockholm ordinaire est renforcé par deux faits : l'amour familial et la dépendance totale envers les parents le rendent particulièrement prégnant. De plus, ces tortures mutilatrices sont institutionnalisées et glorifiées par toute la société, et parfois même par la religion et/ou le corps médical. Le résultat en est une forte compulsion de répétition 9 sur la génération suivante. Paradigme du syndrome de Stockholm, la folie collective des mutilations sexuelles prend en otage des peuples entiers. On peut en dire autant de toutes les violences éducationnelles. L'exemple du Sierra Leone, où toute la société incluant des membres du gouvernement fait la louange de l'excision, est particulièrement frappant. Ces analyses psychiatriques confirment notre analyse du chapitre autobiographique du livre "L'homme parano" 10 du docteur Olievenstein. Nous avons montré que la circoncision est le fil rouge inconscient de sa psychose paranoïaque11. Nous avons ainsi établi la nature psychotique du traumatisme collectif engendré par la circoncision. Ce traumatisme est dangereux, il rend collectivement et parfois individuellement (terrorisme) fou (cf. le premier génocide de l'histoire : Jéricho, survenu juste après la circoncision collective de Gilgal), ce sur quoi nous avons mis l'accent en établissant la forte corrélation existant entre violence et circoncision 12. La grande critique à faire à ces séduisantes descriptions psychiatriques est qu'à la différence de la psychanalyse, elles voient les choses de l'extérieur. Elles dénoncent un narcissisme poussé jusqu'au fanatisme mais passent à côté de l'essence du phénomène : la compulsion de domination du groupe sur l'individu et les autres groupes, exercée au moyen d'une torture mutilante qui met le mineur sous terreur, à vie. Pour le psychanalyste, il s'agit d'un renversement dans le contraire du plaisir sexuel interdit (l’autosexualité). Le droit au plaisir, diminué pour les hommes et souvent transformé en douleur pour les femmes, est acquis au prix d'un sacrifice cuisant. Tout cela est censé nécessaire pour mériter amour et estime des grands-parents, de la société et de la divinité. Les mutilations sexuelles frappent directement l'organe décrété coupable, pour la plus grande satisfaction des criminels névrosés, culpabilisés et culpabilisateurs. Freud remarque : "L'hypothèse selon laquelle nous pouvons aussi chercher ici une racine de ces haines des Juifs qui émergent de façon si primaire et génèrent des comportements si irrationnels chez les

9 Van der Kolk B. The compulsion to repeat the trauma: re-enactment, revictimization, and masochism. Psychiatric clinics of North America 1989 ; XII (2) : 389-411. http://www.cirp.org/library/psych/vanderkolk 10 Olievenstein C. L'homme parano. Paris : Odile Jacob ; 1992. p. 31. 11 Bertaux-Navoiseau M. Circoncision, le cas Olievenstein 12 Bertaux-Navoiseau M. Violence et circoncision : génocides, guerres, terrorisme, peine de mort, excision


4 occidentaux, me paraît incontournable. La circoncision est inconsciemment assimilée à la castration."13

Alice Miller surenchérit : "Les pratiques rituelles de circoncision et d'excision ont des effets qui atteignent non seulement l'individu et sa descendance, mais même les autres hommes." 14

Et, elle introduit ainsi ses quelques pages sur les mutilations sexuelles (excision et circoncision) : "… la société… a dit oui jusqu'à présent aux plus grands crimes de l'humanité."

Moisés Tractenberg explique ce sadisme : "Une autre conséquence psychologique de la circoncision précoce est qu'elle imprime dans l'esprit du nouveau-né une situation agressive et traumatique… L'impossibilité d'appréhender une aussi effroyable introjection d'agression dirigée vers l'intérieur peut conduire, a posteriori, à l'émergence de comportements psychopathes et violents ou, dans de nombreux autres cas, à l'émergence d'un masochisme extrême."15

La conséquence de cette psychose discriminatoire est une violence dramatique ; d'une part les conflits se multiplient, d'autre part, les guerres entre circoncis ou entre circoncis et intacts dégénèrent parfois en génocide. Freud n'a pas poussé son raisonnement jusqu'au bout car pour l'inconscient qui, selon lui, assimile la partie au tout, une menace de castration est aussi une menace de mort. Or exercée sur l'ensemble d'une ethnie, une menace de mort individuelle devient, par addition, une menace d'extermination du groupe tout entier, que l'inconscient projette immédiatement sur le groupe adverse. La circoncision est ainsi un pousse au génocide. Alors qu'il n'y a pratiquement jamais de génocides entre intacts, sur les vingt-sept génocides des temps modernes : Circassiens (musulmans) (1860), Congolais (1870), Héréros (1904-07), Grecs (1921-23), Assyriens (1914-25), Arméniens (1915), Serbes (1941-45), Juifs (194245), Roms (1942-45), Tchétchènes (1944-48), Indiens (Inde-Pakistan, 1947-49), musulmans (Inde-Pakistan, 1947-49), communistes indonésiens (1965), Biafrais (196668), Guinéens (1968-79), Bengalis (1971), Hutus (1972), habitants de Borneo-Est (197579), Kurdes (1988-89), Bengalis (1990-2000), Bosniens (1991-95), Tutsis (1994), habitants du Darfour (2003), Kurdes d'Irak (2005), Rohingyas (2012-15), Yazidis (2015), chrétiens du Nigeria (2011-2019), vingt-six (96%) ont impliqué des circoncis d'un côté au moins et six des deux côtés. Les circoncis en ont perpétré quinze, dont huit contre des intacts. L'exception tzigane étant discutable puisque certains d'entre eux sont circoncis, 13 Freud S. L'homme Moïse et la religion monothéiste. 1936. Paris : Gallimard ; 1986. p. 184. 14 Miller A. La connaissance interdite : affronter les blessures de l'enfance par la thérapie. Paris : Aubier

; 1990. 15 Tractenberg M. Psychoanalysis of circumcision. Male and female circumcision. New York : Denniston et al. Plenum publishers ; 1999.


5 la corrélation entre génocide et circoncision est quasi absolue, l'holocauste des prépuces est responsable de tous les autres. Force est de constater la grande étroitesse de la corrélation entre circoncision d'un côté, et absence de démocratie (dans tous les cas cidessus), génocide et terrorisme 16 de l'autre. A l'exception d'une guerre civile (Sri Lanka), toutes les guerres entre 1996 et 2002 ont concerné au moins un pays circonciseur. Leur fréquence fut plus de trois fois plus élevée dans les pays circonciseurs. La peine de mort y est deux fois plus répandue. La torture y est plus répandue. Ils sont les seuls à pratiquer l'excision. Le féminicide dans l'est du Congo est l'œuvre de pillards Hutus circoncis qui détruisent après usage celles qui leur ont fait fonction de prépuce. Le Congo circoncis détient le record du monde du viol : 400.000 par an. En Norvège, entre 2006 et 2010, deux pour cent de circoncis commirent cent pour cent des viols sur quatre vingt dix pour cent de norvégiennes de souche. Cette abominable folie trouve des moyens d'expression délirants : "Mais le mohel (circoncis) avec qui j'avais travaillé de nombreuses fois m'a soudainement donné le couteau. Il a désigné mon fils qui se tortillait, dont les mains et les jambes étaient attachées à la planche. Le prépuce avait été tiré par dessus le gland du pénis et dépassait maintenant par une fente étroite de la petite pince en acier... "C'est le plus grand honneur qu'un père puisse avoir", a t-il ajouté… Il n'y a pas de plus grande colère primaire que celle causée par la vue d'un autre homme en contact charnel avec votre femme, dans ce cas l'intimité physique de la mère et du fils. Et il n'y a pas d'envie primale supérieure à celle causée par la vue de la personne qui a été amenée dans le monde précisément pour être votre survivant… Le sein nourrit mais le couteau protège. Il canalise la colère naturelle et la jalousie du père dans une seule coupure contrôlée. Il enlève une petite partie pour préserver - et aimer – le tout… Aucun père ne devrait se voir refuser cette expérience d'infliger, même indirectement, à son enfant une coupure rituelle si intense qu'elle le fait trembler et se recroqueviller..." 17

Cette apologie d'un sadisme aveugle à la souffrance de l'enfant fait dresser les cheveux sur la tête ; elle ne recule pas à masquer le sadisme pédo-criminel derrière des considérations de psychologie (de couteau) de cuisine. Justifier une jalousie pathologique du père qui regarde son fils en train de téter relève d'un délire abject, antinaturel et inhumain. La formulation : "un autre homme" pour désigner le bébé en train de téter, la "petite phrase" : "Le sein nourrit mais le couteau protège." sont caractéristiques d'un délire qui assimile le bébé à un rival adultère. Quant au contact "charnel" et "intime", que dire alors du passage de l'enfant par le vagin…? Ne faudrait-il pas alors tuer ce rival adultère ? Ce délire montre bien que nombreux, parmi les circoncis, ont – assez logiquement d'ailleurs – échoué dans la résolution de leur complexe d'Œdipe et n'ont pas conscience des lois naturelles de l'existence. Il est aberrant que le New York Times Magazine ait publié de pareils propos.

Bertaux-Navoiseau M.Terrorisme et circoncision ; circoncis d'abord, fanatisés ensuite ! (psychanalyse du terrorisme - la circoncision fait des hommes des armes de guerre). 17 Joshua J. Hammerman. Birth Rite. The New York Times Magazine, March 13, 1994. 16


6 Conclusion Ces deux syndromes transgénérationnels et collectifs donnent une description clinique saisissante de la psychose circonciseuse. Tous deux sont de graves maladies du narcissisme. Comme les mutilations sexuelles concernent des organes hautement investis narcissiquement, ces syndromes sont particulièrement virulents. Décrite par la psychiatrie et expliquée en profondeur par la psychanalyse, cette folie collective et ses répercussions planétaires sont gravissimes. Les valeurs traditionnelles de respect du corps de l'autre et de compassion envers les enfants sont totalement subverties par le fanatisme religio-culturel. Les mutilations sexuelles deviennent une seconde nature, une obscène, aberrante et inhumaine "normalité". Elles séparent l'enfant de la mère par la violence à l'âge de l'attachement, cette trahison est monstrueuse, le résultat est catastrophique ; elles sont le terreau du sexisme, de la paranoïa (réciproque), du fanatisme, et du terrorisme de groupe et d'état. Nous sommes en présence d'une folie collective. La circoncision fait l'équilibre de la terreur et la fortune des marchands de canon.

Profile for Bertaux-Navoiseau Michel

Les mutilations sexuelles, une dangereuse aliénation culturelle  

Les mutilations sexuelles, une dangereuse aliénation culturelle