Issuu on Google+

Les horlogers du Palais-Royal de Paris : contribution Ă  la chronologie

Bernard Roobaert, HonFBHI

Version 1.4 du 31 janvier 2017 1


Introduction Le Palais-Royal a été l’un des hauts lieux parisiens de l’horlogerie à partir des années 1780 jusqu’à 1850 environ. Cependant, l’histoire de ce complexe a été turbulente, en particulier entre 1789 et 1815. Il a porté différents noms, et ses différents composants ont eu eux aussi des dénominations changeantes. Les adresses des magasins des horlogers changeaient en conséquence. Cela rend la localisation et la datation des montres et horloges assez difficiles.1 La littérature horlogère en anglais comporte souvent des erreurs à ce propos. On identifie le « Palais-Royal » avec le Palais de Versailles, on écrit « Palais du Tribunal », on parle de déménagement d’un horloger alors que son adresse change simplement de nom…2 Une brève esquisse historique du Palais-Royal3 A l’origine, ce palais était appelé Palais-Cardinal, résidence du Cardinal de Richelieu, achevé en 1639. Après le décès de Richelieu en 1642, le palais devint propriété royale et prit le nom de Palais-Royal.

Il fut occupé par divers membres de la famille royale, dont Philippe d’Orléans (1661), qui donna son nouveau nom au palais. 1 Voir également : ftp://atmosman.com/pdf/french.pdf 2 Par exemple cette notice sur Boubon: « He established his business in 1806 at Palais du Tribunal.

Four years later, in 1810, he moved to the Galerie de Pierre in the Palais Royal, where he remained until 1820. In 1830 we find him at Galerie Colbert. » 3 https://fr.wikipedia.org/wiki/Palais-Royal 2


L’un de ses descendants, Louis-Philippe (II), appelé plus tard Philippe Egalité, en devint propriétaire en 1780. En manque d’argent, il fit réaliser entre 1781 et 1784 le grand complexe de galeries des trois côtés du jardin du palais (env. 15 ha) et les ouvrit au public. 146 établissements s’y installèrent. Louis XVI ironisa que Philippe dérogeait ainsi à son état : « Mon cousin, vous allez donc tenir boutique, et sans doute ne vous verra-t-on plus que le dimanche ! »4 Flamand, Provençal, Turc, Africain, Chinois, sauvage, Au moindre signal Tout se trouve au Palais-Royal. Bref, séjour banal Du grand, du sot, du fou, du sage, Le Palais-Royal Est le rendez-vous général.5 Le succès fut immédiat, bien que tout y coûtât deux fois plus cher qu’ailleurs. Le Musée Curtius offrait ses figures de cire6; au Café Méchanique,7 il n’y avait pas de serveurs, mais un système de monte-plats qui faisait surgir les consommations au milieu des tables. On pouvait visiter également un Cabinet de Physique.8 En 1786, on y installa le canon qui tirait l’heure de midi, qui devint rapidement célèbre dans tout Paris : « Dans ce jardin on ne rencontre Ni champs, ni prés, ni bois, ni fleurs ; Et si l’on y dérègle ses mœurs, Au moins on y règle sa montre. »9

4 Claude Pasteur, Le Prince de Ligne, Paris, 1980, pp. 155-156. 5 Marc-Antoine-Madeleine Desaugiers (1772-1827) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc-Antoine-

Madeleine_D%C3%A9saugiers 6 Au 17 Galerie Montpensier https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Math%C3%A9-Curtz 7 J.A. Dulaure, Nouvelle description des curiosités de Paris, I, Paris, 1787, p. 124. 8 Dans le jardin, appartenant à un certain M. Girardin (Michael R. Lynn, Popular science and public opinion in eighteen-century France, Manchester, 2006, p. 60) 9 Abbé Delille (1738-1813) https://en.wikipedia.org/wiki/Jacques_Delille 3


Parisiens réglant leur montre sur le canon du Palais-Royal A la Révolution, le Palais-Royal fut débaptisé pour devenir Palais-Egalité, voire Maison Egalité.10 A partir de 1800, le Tribunat y étant installé, il devint le Palais du Tribunat, rapidement remplacé dans la pratique par Palais-Royal, le nom qui lui resta.

10 Philippe-Egalité avait été guillotiné en novembre 1793. https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-

Philippe_d'Orl%C3%A9ans_(1747-1793) 4


Le complexe comprenait plus de 400 établissements en rez-de-chaussée, ce qui en faisait le plus grand centre commercial de Paris. Sans oublier que de nombreuses caves étaient louées elles aussi, comme restaurant, café, salle de spectacle…11 Vers 1782, on avait construit au centre du jardin un cirque avec une salle de spectacle et plus de 50 boutiques. Ce complexe fut détruit par un incendie en 1798 et ne fut plus reconstruit. Voici un échantillon, bien entendu incomplet, de ce qu’on pouvait trouver au Palais-Royal : des cafés (près de 25 à l’aube de la Révolution, dont le Café Italien, avec en-dessous le Café des Aveugles – ainsi nommé parce que son orchestre était composé d’aveugles), des restaurants (le Grand Véfour, ouvert en 1784 comme Café de Chartres, Chez Bertrand), le Cosmorama12, des ombres chinoises, les automates de Maillardet13, des coiffeurs (chez Carron), des orfèvres et bijoutiers, des horlogers14, des billards (8 rien que dans la Galerie de Bois en 1814), des salles de jeu (au « n° 113 », le Maréchal Blücher perdit 6 millions de livres pendant son séjour à Paris en 1815), des libraires, des couteliers (c’est au Palais-Royal que Charlotte Corday avait acheté le couteau avec lequel elle tua Marat), des opticiens, des dentistes, des pâtissiers15, des peintres, des parfumeurs, des vendeurs de tissus, vêtements, boutons de chemise16, instruments de musique, instruments scientifiques, bonnets, rubans, bouquets, fleurs, cannes, pantoufles, victuailles, vins, jouets d’enfants, sucreries, portefeuilles, parapluies et parasols, poudre et plomb de chasse, porcelaine, tabac, … L’endroit était infesté de voleurs, de filous et de prostituées, plusieurs centaines au total, réparties en trois classes : les demi-castors fréquentaient les petites galeries et le jardin, les castors, les galeries de pierre, et la terrasse du café le Caveau,17 les castors fins. C’est par l’une d’elles que, jeune officier, Napoléon Bonaparte fut déniaisé un soir en sortant du théâtre des Italiens…18

11 Pour ne rien dire des greniers, occupés par des dames de petite vertu… 12 Dictionnaire de la conversation et de la lecture, vol. 17, Paris, 1835, pp. 354-355. 13 https://en.wikipedia.org/wiki/Henri_Maillardet 14 En 1868, Breguet fit insérer une lettre dans Le Gaulois, où il indiquait entre autres : « Nous n’avons

également rien en commun avec les maisons d’horlogerie du Palais-Royal qui inscrivent sur leur porte notre nom en caractères plus saillants que le leur même. » 15 Dont le célèbre fabricant de gaufres à la flamande Van Roosmalen, dit La Rose (1830) 16 Dans Balzac, Lucien de Rubempré achète ses boutons de chemise chez Madame Filandi-Lemaire au Palais-Royal. 17 Les mélomanes s’y affrontaient comme partisans de Gluck ou de Puccini. 18 J. Bainville, Napoléon, Paris, 1942, p. 32. 5


Prostituées dans le Palais-Royal, vers 1814 L’un des lieux les plus animés de la capitale, le Palais-Royal vit sa popularité décliner après l’interdiction du racolage en 1830 et la fermeture des salles de jeu en 1836 par Louis-Philippe. En 1840, il comptait cependant encore 85 horlogers, orfèvres et changeurs de monnaie.

6


7


Schéma du Palais-Royal 1. Jardin central 2. Cour d’honneur 3. Rue de Montpensier 4. Rue de Beaujolais 5. Rue de Valois 6. Galerie de Montpensier 7. Galerie d’Orléans 8. Galerie de Valois 9. Galerie de Beaujolais 10. Passage 24 Montpensier 11. Péristyle de Joinville 12. Passage du Perron 13. Péristyle de Beaujolais 14. Passage 7 Valois 15. Passage 3 Valois 16. Passage 6 Montpensier 17. Passage 8 Montpensier 18. Péristyle de Montpensier 19. Galerie du Jardin 20. Galerie de la Cour d’Honneur 21. Péristyle de Valois 22. Galerie des Proues 23. Galerie de Chartres 24. Galerie de Vivienne 25. Galerie Colbert 26. Comédie-Française 27. Galerie de Chartres 28. Galerie du Théâtre-Français 29. Galerie du Théâtre-Français 30. Péristyle de Chartres

8


Les appellations anciennes et actuelles Cour d’Honneur Comporte les célèbres Deux Plateaux ou Colonnes de Buren (1985).19

Galerie de Beaujolais Galerie nord, depuis 1784

Galerie de Bois 19 https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Deux_Plateaux

9


Actuelle Galerie d’Orléans, construite en bois en 1786, détruite par un incendie en 1827. Il s’agissait en fait d’une galerie double, occupée par 125 boutiques (1814). En raison de son état provisoire, on l’appelait également Camp des Barbares ou Camp des Tartares. Près de la Galerie de Bois, on trouvait 12 Cabinets d’Aisances (1814).

La Galerie de Bois vers 1795 Galerie des Bons-Enfants Dénomination sporadique (1814) de la Galerie de Valois, d’après l’ancien nom d’un tronçon de la Rue de Valois, Rue des Bons-Enfants. Galerie de Chartres Avec le Péristyle de Chartres et les deux Galeries du Théâtre-Français, entoure complètement ce dernier. Ce carré comportait 50 boutiques en 1814. Galerie Colbert En-dehors du Palais-Royal, dans la rue de Vivienne, inaugurée en 1826. Galerie Egalité Dénomination révolutionnaire des Galeries de Pierre20 Galerie du Lycée Citée en 1808-1811, dénomination ancienne de la Galerie de Valois, dans doute d’après la Rue du Lycée.21 20 Voir Leroy. 21 http://parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/au-gourmand-enseigne-du-

marchand-de-comestibles-corcellet-104-palais-royal#infos-principales 10


Galerie de Montpensier Galerie ouest

La Galerie Montpensier au début du XIXe siècle

Le pavement de la Galerie Montpensier conserve l’enseigne de l’horloger Oudin 11


Galerie de Nemours Citée en 1830, sans doute l’actuel Passage de Nemours22 Galerie Neuve Citée en 1807, peut-être une partie de la Galerie de Valois23 Galerie des Offices : Citée en 1811-1830, dans le bâtiment du Palais-Royal, sans doute identique à la Galerie du Lycée, donc (une partie de) la Galerie de Valois24 Galerie d’Orléans Remplace en 1827 l’ancienne Galerie de Bois détruite par un incendie. Réduite en 1933 à un portique. Comporte actuellement les Fontaines de Pol Bury.

Vue intérieure de la Galerie d’Orléans

22 Galignani’s New Guide of Paris, Paris, 1830, p. 178. 23 https://gss.revues.org/2943 24 J. de la Tynna, Almanach du commerce de Paris…, Paris, 1811, p. 253.

12


Les fontaines de Pol Bury Galerie de Pierre Dénomination générale donnée depuis leur construction (1786) aux trois galeries en dur (Montpensier, Beaujolais et Valois), par opposition au 4e côté, la Galerie de Bois. Numérotation continue de 180 numéros, qui se poursuit dans les Galeries de Bois et vitrée, jusqu’au n° 265 (1812).25 Galerie des Proues Doit son nom aux proues de navire sculptées dans les murs.

25 J. de la Tynna, Dictionnaire… des rues de Paris, Paris, 1812, p. 416.

13


Galerie de Valois Galerie est Galerie Vitrée Prolongeait la Galerie de Bois côté Montpensier, contenait 21 boutiques. Egalement détruite par l’incendie de 1827. Remplacée en partie par l’actuel Péristyle de Montpensier. Grande Cour Sans doute l’actuelle Cour d’Honneur. Grille du Grand Escalier La grille qui fermait l’accès à l’Escalier d’honneur du Palais. Maison Egalité Dénomination parfois utilisée entre 1792 et 1800 pour le Palais Egalité, « palais » sonnant sans doute trop royaliste. Palais-Egalité Dénomination révolutionnaire du Palais-Royal (1792-1800), propriété de Philippe-Egalité. Palais d’Orléans Dénomination du Palais-Royal à partir de 1661. Palais-Royal Dénomination utilisée jusqu’en 1792, puis de nouveau après 1815. Palais du Tribunat Dénomination du Palais-Royal, où fut installé en 1800 le Tribunat26, jusqu’en 1815. Passage de la Cour des Fontaines La Cour des Fontaines était une cour entre la Cour d’Honneur et la Rue de Valois. Ainsi, à partir de 1832, les ateliers de l’opticien Chevalier sont situés Cour des Fontaines au 163 Galerie de Valois.27 Passage du Perron Passage dans la Galerie de Beaujolais, face à la rue Vivienne. Comportait 10 boutiques en 1814. Passage de Valois Cité dès l’an VII, peut-être synonyme de Passage de la Cour des Fontaines Première Cour Sans doute la Cour d’honneur 26 https://fr.wikipedia.org/wiki/Tribunat 27 http://www.pierre-billon-antiquites.com/project/lunette-astronomique-ancienne/

14


Sous l’Escalier, près la Cour des Fontaines Entre le Grand Escalier et la Cour des Fontaines, à droite en entrant Voûte du Grand Escalier

Les boutiques arrivaient jusqu’à l’escalier d’Honneur du palais.

Sources utilisées pour la datation Amyot (éd.) : Almanach de l’étranger à Paris, 1867 Bazar Parisien : Paris, 1822, 1826 Bottin : Almanach du Commerce de Paris : 1842-1/2, 1854, 1855, 1862 Corby l’Aîné (= C.A.) : Almanach du Commerce de Paris : 1843, 1846 Cambon : Almanach général… Paris : 1840, 1841 Dulac : Almanach 25000 Paris : 1835

15


Duverneuil : Almanach du Commerce de Paris : VII (1798-1799), VIII (1799-1800), IX (1800-1801), X (1801-1802), XII (1803-1804), 1805, 1806, 1807, 1808, 1810, 1812, 1817 (sans adresses), 1820, 1822, 1823, 1825, 1827, 1829 H.D. : Almanach… Paris : 1817 J.D. : Almanach … Paris : 1816 Pancoucke : Almanach de Paris : 1817 Tynna : Almanach de Paris… : 1809, 1811

A gauche, Galerie de Valois, à droite Galerie de Montpensier. Le Palais-Royal proprement dit est au fond.

« The shops of the Palais Royal are brilliant […] Nothing can be imagined more elegant and striking than their numerous collections of ornamental clock-cases : - they are formed of the whitest alabaster, and many of them present very ingenious fanciful devices. One, for instance, that I saw, was a female figure, in the garb and with the air of Pleasure, hiding the hours with a fold of her scant drapery : - one hour alone peed out, and that indicated the time of the day ; the mechanism of the works caused it to be succeeded by the next in succession. »

16


Pendule Empire « Oubli du Temps »28 « Others were modelled after the most favorite pictures and sculptures : - David’s Horatii and Curiatii, had been frequently copied. »29

Pendule au « Serment des Horaces » d’après David30

28 Entre autres Claude Galle, à La Malmaison. https://www.pinterest.com/pin/485966616018856550/ 29 John Scott, A visit to Paris in 1814, 5e éd., Londres, 1816, pp. 121-122. 30 Bernard Roobaert, Une pendule « impériale » de Galle dans les anciennes collections de la

Sérénissime Maison d’Arenberg, sur ISSUU, novembre 2016. 17


Les horlogers Adamson, Gustave Adolphe, actif dès 1773, reçu maître en 178831 Passage de Valois 195 - VII Armand Galerie de Montpensier 33 – 1862 Asselin, Victor32 (Rue de Seine 64 vers 1850) - Galerie de Valois 170 – 1862 Bassereau, Jean-Hilaire (1743-1810, serait élève de Lépine) Palais du Tribunat, Galerie de Pierre 147 – 1802-1803, 1805-1806

Blanc fils Palais Egalité; Palais du Tribunat, Galerie de Pierre 173 – 1802-1803, 1805-1809; 169 – 1810-1812, 1816, 1820 ; 165 – 1822-1823

31 http://www.anticstore.com/gaadamson-rare-pendule-quantiemes-epoque-louis-xvi-39985P 32 http://media.interencheres.com/166/2016/06/22/153350_ac3d5df5ab4d1945dd9eee5c9cc4e164.pdf

http://www.auktionshaus-ineichen.ch/aiag/uploads/media/INEICHEN-A149_web_05.pdf 18


Boubon33 Galerie de Pierre 123 – 1806-1808, 1810-1812, 1816-1817, 1820, 1822 ; 124 – 1809 ? 1823, 1825, 1826, 1827

Bourret (Bournet), Noël Maison Egalité 17 – VII ; Palais Egalité, galerie de Pierre 18 – VIII ; 20 – IX ; 17 – 18021803, 1805 Breant Palais-Royal, fin XVIIIe ? Brunot, Bruneau Galerie de Valois 150 – 1840-1841, 1843 Charpentier 33 http://www.lacotedesmontres.com/Enchere-No_25859.htm

19


Palais-Royal 52 – 1862 Chaudé (Horloger de la Marine et de l’Etat)34 Palais Royal 1843 ; Galerie Montpensier 35 – 1862 ; Palais-Royal 36 - ± 1880

Remarquable « pendule de nuit » éclairée de l’intérieur par une bougie, heures tournantes Chopin (reçu maître en 1806) Galerie vitrée 231 – 1811 ; Chopin-Pons, 1812 Collin Galerie de Pierre 166 – 1816, 1817 ; 168 – 1820 ; 166 – 1823, 1825, 1826 Comminges (élève de Lépine) Galerie de Pierre 62 – 1820, 1822-1823, 1825, 1826, 1827 ; Galerie Montpensier 62 - 1829

34 http://flickrhivemind.net/Tags/clock,tic

20


Delarue (dépôt de A. Meynadier et Cie, Genève) Galerie Montpensier 39 – 1862 Desfontaines G. (Maison Ch. Leroy et fils) Galerie Montpensier 13-15 – 1862 Destape Galerie de Pierre 137 – 1820, 1822-1823, 1825, 1826, 1827 ; 124 - 1829 Devaulx (Horloger de SAR Mademoiselle d’Orléans en 1835) Galerie de Valois 124 – 1835, 1840-1841, 1843 Duvau Palais-Royal 156 – 1823, 1825, 1826 Fraigneau A. Galerie de Valois 114-115 - 1862 Gasche, Julien-Pierre (horloger breveté du Roi, élève de Breguet) Galerie d’Orléans 20 – 1834, 1840-1842

21


Collection privée Gentilhomme, M.35 Galerie de Pierre 143 – 1810 ; 74-75 – (Veuve) 1820, 1822-1823, 1825, 1826

Gerardin Galerie de Pierre 113 - 1822 Giteau, Pierre (élève de Breguet, horloger du Roi, spécialiste des « tableaux à horloge ») Galerie de Pierre 129 – 1816-1817 ; 140 – 1820, 1822-1823, 1825, 1827; galerie du Lycée 140 – 1826 ; Galerie de Valois 140 – 1829, 1840-1841, 1843, 1862 « On remarque depuis quelque temps au Palais-Royal chez M. Giteau , élève de Breguet, des tableaux dont les mouvemens sont fabriqués chez lui. »36

Guiche 35 http://www.proantic.com/display.php?mode=obj&id=177756 36 Journal des débats politiques et littéraires, Paris, 16-10-1824 ;

http://www.lacotedesmontres.com/Enchere-No_38348.htm 22


Galerie de Valois 147 - 1862 Héron Maison Egalité 46 – VII ; Palais Egalité, Galerie de Pierre 49 – VIII ; Veuve Héron, 52 – IX ; 46-52 – 1802-1803 ; 46 - 1805 Humbert-Droz, Ami Galerie de Valois 137 - 1862 Ingold, Pierre-Frédéric (élève de Breguet)37 Galerie de Valois 175, 177 – 1840-1841 ; et Cie, 1843

Jarossay Galerie de Valois 133 - 1842 Kinable, Dieudonné38 Palais Egalité, Galerie de Pierre 132 – VIII ; 133 – IX ; Galerie de Pierre 131 – 1802-1803, 1805-1812, 1816-1817, 1820, 1822-1823, 1825, 1826, 1827 ; Galerie de Valois 131 – 1829

37 https://watch-wiki.org/index.php?title=Ingold,_Pierre_Fr%C3%A9d%C3%A9ric 38 Bernard Roobaert, Dieudonné Kinable (1764-1832), un horloger liégeois à Paris, sur ISSUU, déc.

2015 23


Collection privée Laresche, Henri (horloger-mécanicien) Palais du Tribunat, Passage de la voûte des Offices – 1800, 1806 ; Galerie Neuve – 1807, 1809 ; Galerie du Lycée 8 – 1808 ; première Cour, galerie des Offices 8 – 1810-1812, 1816, 1817 ; Galerie de Valois – 1825 ; Galerie 164 – 1826, 1827 Surtout connu par son dispositif de réveil à adapter aux montres à gousset :39

« Laresche avait son magasin au premier dans une des maisons du Palais-Royal. Ce magasin était le rendez-vous des libéraux de ce temps-là. La révolution de 1830 se prépara quelque peu chez cet horloger dont la clientèle n’était composée que des gros bonnets du libéralisme. Les

39 Un bel exemple figure dans George Daniels, Ohannes Markarian, Watches & Clocks in the Sir

David Salomons Collection, London, 1980, pp. 242-243. 24


Lafitte, les Dupin et les Lafayette, en cheveux blancs, réglaient leurs montres sur le régulateur de Laresche. »40 Leblanc Palais Egalité, Galerie de Pierre 171 – VIII ; 172 - IX Leblond, fils Palais Egalité - IX Lepaute (Jean Joseph), ancien horloger Galerie de Beaujolais 1 – 1842 Lepaute, Henri Galerie de Beaujolais 1 – 1842 Jean Joseph Lepaute est né en 1768. Il rentre dans l'horlogerie familiale Lepaute en 1795. En 1811, celle-ci prend le nom de J.J. Lepaute. Cité comme « horloger de l'Empereur », il est établi « Place du Palais-Royal »; vers 1815, il est établi au 247 de la rue Saint-Honoré. Ces deux adresses peuvent être identiques. En 1842, il est cité comme « ancien horloger » et réside à l'adresse d’Henri Lepaute, Galerie de Beaujolais 1, donc au Palais-Royal. Lépine Galerie de Valois 124 - 1862

40 A. Redier, Mort de M. Henri Robert, dans La Revue chronométrique, 8, Paris, 1874, p. 98.

25


Leroy (Maison fondée au Palais-Royal en 1784)41 Galerie Egalité n° 88 – 1795 (?) ; Maison Egalité 88 – VII ; Palais Egalité, Galerie de Pierre 89 – VIII, IX ; 88 – 1802-1803 ; 87 – 1805 ; 88 – 1806-1807 ; 13-14 – 1808-1809 ; 13 – 1810 ; Galerie de Pierre 14 – 1811 ; 13-15 – 1812 ; 13-14 – 1816-1817, 13 – 1820, 1822 ; 1314 – 1823, 1825, 1826, 1827 ; 13-15 - 1829 (= Galerie Montpensier), 1835, 1840-184142, 1843, 1862, 1867

41 En 1835, inventeur de la « pendule éolienne ». 42 Et fils, 13.

26


Leroy, Théodore Antoine Galerie de Pierre 114 – 1820, 1822-1823, 1825, 1827, 1835, 1840-1841, 1843; & fils, Galerie de Valois 114-115 - 1862 Lopin, R. (élève de Breguet) Galerie de Pierre 145 – 1811-1812; 143 – 1816-1817, 1820, 1822-1823, 1825, 1826 Mercier 27


Galerie de Valois 161 - 1862 Modemann, horloger allemand43 Galerie Montpensier, 70-71 – 1839-1840, 1842-1843 Oudin, Charles (élève de Breguet; horloger de la marine impériale en 1867) Galerie de Pierre 65 – 1802-1803, 1805-1808 ; 52 – 1810-1812, 1816-1817, 1820, 1822-1823, 1825, 1826, 1827 ; Galerie Montpensier 52 – 1829, 1840-1843, 1862, 186744

Collection privée Oudin, Pierre Galerie de Pierre 129 – 1806-1807 Perier Palais-Royal 25 – 1840, 1841 Philippe, Jean-Adrien (1815-1894) Palais Royal 66-67 – 1845 ? Philippe, G.

43 Kajetan Niepowié, Etudes physiologiques sur les grandes Métropoles de l’Europe Occidentale,

Paris, 1840, p. 76. 44 https://www.galerie-atena.com/en/beautiful-french-rococo-gilt-bronze-clock-with-dial-signedoudin-palais-royal-xml-258_287-5210.html 28


Palais-Royal 65-67 – Napoléon III (signe Philippe Horloger Fabricant)45

Planchon Edouard (1840-1921) 56-67 Palais-Royal (1890-…)46 Prince Galerie de Pierre 13 – 1810 ; 15 – 1811 ; 13-15 - 1812 Revel Joseph Maison Egalité 114 – VII ; Palais Egalité, Galerie de Pierre 116 – VIII ; 118 – IX, 1802-1803, 1805. Sa carte indique « côté de la Rue des Bons-Enfants », donc Galerie de Valois.

45 http://forumamontres.forumactif.com/t125582-interrogations-sur-une-philippe-marxiste. 46 http://www.makassargallery.com/varia/tortoise-shell-pendulum-clock-shagreen

29


Robert, Henri (élève de Breguet, horloger de la Reine en 1834-35) (Rue de Valois 13, Palais-Royal – 1829) Successeur de Laresche vers 1832 ; Palais-Royal 16, 1er étage – 1834 ; 164 - 183547

47 http://www.ens-lyon.fr/RELIE/Cadrans/Musee/Pages/PagesGr/MuBergergr.htm

30


Roger, E. Palais-Royal 27 - 1842 Roland Galerie de Pierre 143 – 1827, 1829 Rousseau48 Galerie de Beaujolais 95 - 1784 Ruffet Passage du Perron 95 – 1820, 1822, 1823, 1825, 1826 ; Palais-Royal 95 – 1823 - au Perron 95 – 1827, 182949 Sandoz, Gustave (élève de Breguet, horloger de la Marine)

48 Il a fait installer le célèbre « canon du Palais-Royal » qui tirait midi. 49 Recueil de la Société Polytechnique…, Paris, 1824, p. 325 ; Mercure Technologique, Paris, 1823, p.

321. 31


Palais Royal 147 (vers 1850 ?) ; 146-147-148 - 187750

Saulet, P.51 Galerie de Pierre 129 – 1820, 1822-1823, 1825, 1826, 1827, 1829, 1840-1843 (= Galerie de Valois)

Sézille Galerie de Pierre 133 – 1820, 1822-1823, 1825, 1826, 1827, 1829, 1840-1841 (= Galerie de Valois) 50 http://www.invaluable.com/auction-lot/gustave-sandoz,-horloger-de-la-marine,-palais-roy-31-c-

1e6c9908ec 51 http://www.proantic.com/display.php?mode=obj&id=186611 32


Sironval Noël Christian Théodore (1785-1859) et Thomas Noël Joseph Sironval (1787-1876), PalaisRoyal n° 142. Galerie de Pierre 142 – 1820, 182252

Thomé Galerie de Pierre 133 – 1816-1817 Tréboul, Prosper Palais-Royal 140 - 1862 Verrin Palais Egalité, Galerie de Pierre 33 - VIII En guise de conclusion 52 http://www.cogsandpieces.com/pocketwatch890.html

http://users.skynet.be/michel.mordant/descThJacCironval.htm#noelC5 33


Dans le Journal Général de France, supplément du mercredi 3 juillet 1793, on pouvait lire : « Le 16 juin, le matin, on a oublié dans les Cabinets d'aisance publics de la maison Egalité, une MONTRE d'or de Paris, à quantième & phases de la Lune, portant le nom de Chambon, avec chaîne d'acier et clé d'argent à 8 pans. 100 livres à qui la rapportera au citoyen Mazuel, Marchand Bijoutier, galerie vitrée, n° 214. »

Bibliographie Le Palais-Royal : entre contestation et divertissement53 Victor Champier & G.-Roger Sandoz, Le Palais-Royal d'après des documents inédits (16291900), Paris, 190054 Edouard Fournier, Histoire des enseignes de Paris, Paris, 188455 Clyde Plumauzille, Le « marché aux putains » : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Palais-Royal dans le Paris révolutionnaire, dans Genre, sexualité & société, 10, 201356 Louis Prudhomme, Miroir de l’ancien et du nouveau Paris, avec treize voyages en vélocifères dans ses environs, Paris, 1804 Louis Marie Prudhomme, Voyage descriptif et philosophique de l’ancien et du nouveau Paris, t. 1, Paris, 1814 Rodolphe Trouilleux, Le Palais-Royal. Un demi-siècle de folies 1780-1836, Giovanagéli, Paris, 2010 Rodolphe Trouilleux, Le Palais-Royal. La grande et la petite histoire 1780-1830, Giovanagéli, Paris Jean Vatout, Histoire du Palais-Royal, Paris, 1830

53 http://passerelles.bnf.fr/albums/palais_royal/index.htm 54 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6538946t.r=br%C3%A9guet.langEN 55 http://www.archive.org/stream/histoiredesense00fourgoog#page/n9/mode/2up 56 https://gss.revues.org/2943

34


Horlogers du Palais-Royal entre 1780 et 1850