Issuu on Google+

Frénouville,  le  11  mai  1940       Mes  chers  amis,    

C’est  les  larmes  aux  yeux  que  nous  avons  entendu  ce  matin  au  réveil  la  radio,  mais  aussi   avec  joie  l’attitude  digne  de  votre  gouvernement  et  la  résistance  de  votre  armée.   Personnellement,  je  n’en  ai  jamais  douté,  mais  ici  les  camarades  étaient  fatigués  de  ces   mentes  entourant  l’Allemagne.  Je  vous  dis  cela  à  vous,  mes  chers  amis,  parce  que  je  sais   avec  quelle  impatience  vous  attendiez  ce  moment.  Je  vois  et  je  pense  à  nos  troupes   défilant  depuis  ce  matin  dans  vos  rues  et  à  l’enthousisame  que  vous  leur  avez  manifesté  ;   ça  leur  suffit  croyez  moi,  ils  étaient  impatients.  Au  moins  la  situation  est  nette   maintenant,  sauf  avec  le  “Duce”.  Celui-­‐là,  on  le  reverra,  croyez-­‐moi.     Ceci  dit  le  moral  est  excellent  partout,  au  contraire.  “Ils  ne  passeront  pas”.     Et  si  ça  devient  dangereux  chez  vous,  vous  connaissez  la  formule  et  la  route.  Je  ne  crois   pas  qu’ici  on  craigne  quelque  chose  de  l’aviation.   Toutes  les  heures  la  radio  nous  tient  au  courant  des  méfaits  de  “ces  salauds-­‐là”  ou  ne  fait   plus  que  cela.       Ceci  dit  je  suis  en  covalescence  de  40  jours  jusqu’au  19  juin  ;  ça  va  mieux  et  je  me  soigne.   Je  suis  maintenu  en  service  armé.   Alphonsine  et  Daniel  vont  bien.  Nous  avons  reçu  ce  matin  votre  lettre  et  les  journaux.   Daniel  est  enchanté  de  sa  belle  bicyclette  et  remercie  Jacqueline  de  ses  fleurs,  des   images.  Il  est  fatigué  et  il  dort.   Je  vous  enverrai  ces  jours-­‐ci  une  photo  avec  moi  en  militaire.     Merci  pour  le  colis  envoyé,  mais  où  l’avez  vous  envoyé  ?     Il  fait  un  temps  superbe  et  je  travaille  dans  mon  jardin.     Une  longue  lettre  nous  fera  plaisir,  des  détails  sur  vos  impressions,  vous  devez  aussi  être   surexcités.   Mes  chers  amis,  je  vous  dis,  pour  nous  tous,  à  bientôt  peut-­‐être,  bonnes  amitiés,  bons   souvenirs.     Nous  vous  embrassons  bien  affectueusement,   Et  de  tout  coeur,  je  crie  :     “Vive  les  Alliés”     Désiré   Maréchal  des  Logis  chef   Au  406e  Rt  d’artillerie   En  convalescence   Frénouville     Par  Cagny   Calvados    


Châteaubriant,  Loire  Inférieure  le  29  juillet  1940           Mes  bien  chers  amis,       Depuis  bien  des  semaines,  depuis  que  les  malheurs  les  plus  affreux  se  sont  abattus  sur   nos  2  peuples,  après  que  les  plus  effroyables  trahisons  qu’ait  connu  l’histoire  se  sont   consumées,  plus  chez  nous  encore  que  chez  vous,  après  les  heures  d’angoisses  du  début   où  nous  vous  attendions  de  jour  en  jour,  d’heure  en  heure,  j’aurais  tant  voulu  avoir  de   vos  nouvelles  et  en  envoyer  des  nôtres.     D’abord  des  nôtres  :   Après  avoir  été  évacué  au  hasard,  ma  famille  est  rentrée  à  F…  en  bonne  santé.  J’ai  eu  une   carte  de  Daniel,  après  7  semaines  de  souffrances  morales  que  vous  devinez.   Moi  je  suis  prisonnier  de  guerre  depuis  le  26  juin  et  après  un  mois  de  détention  à  la   manière  allemande,  mon  physique  et  mon  moral  n’ont  pas  résisté.  J’ai  été  transporté  à   l’hôpital-­‐prison  dans  un  piètre  état.  Je  vous  écris  de  couché,  comme  je  peux.  Cette  lettre   vous  parviendra  par  un  moyen  que  je  ne  peux  dévoiler  ici  de  peur  de  compromettre   quelqu’un.  De  même  que  je  ne  vous  donne  pas  de  noms,  ni  mon  adresse,  afin  d’éviter  des   représailles  si  cette  lettre  était  interceptée,  ce  que  je  ne  crois  pas.     De  votre  côté,  faites  l’impossible  pour  faire  poster  de  l’autre  côté  de  la  frontière  (en   France)  une  lettre  à  F…,    ça  doit  être  facile.  Prenez  les  mêmes  précautions  que  moi  :  pas   de  nom,  pas  d’adresse,  des  nouvelles  seulement.     Figurez  vous  que  mon  régiment  a  été  transformé  le  1er  juin  en  artillerie  anti-­‐char  et  qu’à   ce  titre  j’ai  été  arrière-­‐garde  de  la  Xème  division,  que  j’ai  perdu  le  16  juin  tous  mes   officiers,  que  j’ai  commandé  jusqu’à  la  fin  ma  batterie,  qui  était  au  contact  continuel  avec   l’ennemi,  que  j’ai  perdu  les  2/3  de  mon  effectif  et  que  moi-­‐même  et  mon  frère  sommes   vivants  par  miracle.  Hélas  c’est  peut-­‐être  les  morts  qui  sont  les  grands  heureux,  mais   voyez-­‐vous,  mes  chers  amis,  tout  cela  n’était  que  de  la  mise  en  scène  crapuleuse  pour   cacher  la  farce  et  les  horribles  trahisons  qui  se  trâmaient  dans  la  coulisse.   On  vous  a  menti  en  vous  disant  par  radio  qu’il  y  avait  une  effroyable  mêlée,  que  les   troupes  se  battaient  héroïquement  etc.  Tous  ces  slogans  étaient  faux.  L’armée  française   ne  s’est  pas  battue.  Par  ordre,  combinaisons  crapuleuses,  l’encerclement  de  votre  armée,   d’une  partie  de  la  nôtre  et  de  toute  l’armée  anglaise  dans  les  Flandres.  J’ai  vu,  dans  le   Calvados  (1),  tenir  en  échec,  personnellement,  toute  une  division  blindée  allemande,   avec  3  vieux  75  (2)  et  une  poignée  de  chasseurs  à  cheval  avec  quelques  mitrailleurs,   décidés  comme  moi  à  se  mesurer  avec  eux  et  ce  pendant  24  h  et  leur  infliger  pendant  le   même  temps  plus  de  600  hommes  hors  de  combat  avec  le  capitaine  qui  commandait  les   chasseurs.  La  croix  de  guerre  était  pour  les  fuyards,  pour  ceux  qui  couraient  le  plus  vite   face  au  sud.   J’ai  vu  2  régiments  entiers  d’artillerie  lourde,  le  194e  et  le  196e  qui  se  repliaient  depuis   votre  frontière  sans  comnbattre  (par  ordre  toujours)  se  rendre,  en  Bretagne,  au  grand   complet,  sans  un  coup  de  fusil  ou  de  mitrailleuse  ,  à  6  motocyclistes  allemands  pouilleux   et  déguenillés,  toujours  par  odre  supérieur.  A  Caen,  20  000  hommes  équipés  tout  à  neuf,  


bien  armés,  regorgeant  de  munitions,  se  sont  rendus  sans  titer  un  coup  de  fusil,  toujours   par  ordre  supérieur,  etc…  Je  peux  vous  citer  dans  mon  entourage  50  faits  de  ce  genre,   c’est  à  devenir  fou  de  honte.  Dites  bien  à  tous  vos  amis,  à  vos  compatriotes  que  notre   armée,  comme  la  vôtre  n’a  pas  été  battue,  elle  a  été  vendue,  trahie  pour  d’autres  fins.     La  5e  colonne  a  donné  à  plein  rendement.  Les  crapules  de  Bordeaux  et  de  Vichy  n’ont  pas   hésité,  pour  prendre  le  pouvoir  qu’ils  convoitaient  depuis  10  ans,  à  livrer  la  France  aux   Allemands  pour  arriver  à  leurs  fins  (…)  Vous  savez  que  la  république  est  renversée,  le   parlement  supprimé,  nous  sommes  en  dictature.  Les  élements  Croix  de  Feu  ont  pris  le   pouvoir  –  Weygand,  Laval,  (…)  ,  Pétain,  (…)  ,  toute  la  clique  du  Colonel  de  la  Roque,  toute   l’équipe  du  6  février  1934.     Nous  n’avons  plus  qu’un  espoir  :  une  victoire  de  l’Angleterre,  de  plus  en  plus   problématique  du  fait  de  notre  trahison  et  de  la  livraison  de  toutes  nos  côtes  et  de  nos   ports  aux  Allemands.     Quand  sortirais-­‐je  des  geôles,  je  l’ignore.  En  sortirais-­‐je  vivant  d’abord  ?  Que  ferais-­‐je   après  ?  C’est  angoissant  d’y  songer.  Vous  savez  que  la  circulation  automobile  est   complètement  supprimée  en  France,  faute  d’essence  et  qu’il  en  sera  ainsi  pendant  des   années  jusqu’à  ce  que  le  blocus  cesse.  Quelles  sont  les  conditions  de  vie  à  F…,  je  l’ignore,   n’ayant  le  droit  de  ne  recevoir    qu’une  carte-­‐vue  (ne  disant  rien)  tous  les  8  jours.   Quand  je  vois  ce  sol  normand  et  breton  souillé  par  les  bottes  allemandes,  c’est  affreux  et   j’aurai  du  mal  à  surmonter  un  pareil  chagrin.     Et  vous  comment  vivez-­‐vous  ?  Votre  commerce  marche-­‐t-­‐il  ?  Que  se  passe-­‐t-­‐il  en   Belgique  ?  Le  roi  est-­‐il  toujours  là  ?  Celui-­‐là  aussi  n’est  pas  beaucoup  plus  propre  que   nos  généraux    et  nos  gouvernants.   Comment  allez  vous  tous  ?  Mme  Blairon,  Léon,  etc…       Faites  l’impossible  pour  faire  passer  à  F…  de  vos  nouvelles,  cela  fera  tellement  plaisir  à   Al.    …  tout  au  moins,  car  moi  je  n’en  verrai  rien  de  si  tôt.  Vous  avez  du  aussi  vivre  des   heures  bien  pénibles,  mais  j’espère  que  votre  pays  et  votre  maison  ont  été  épargnés  par   les  avions.  Je  ne  parle  pas  des  combats,  car  je  considère  qu’il    n’y  a  eu  vraiment  combat   (qu’à  la  radio)  et  dans  les  imaginations  des  traîtres.  Si  l’Angleterre  perd,  il  nous  faudra   vivre  esclaves  des  nazis…  douce  perspective  pour  nos  enfants  surtout.  Nous  en   reparlerons  plus  tard.     Mes  chers  amis,  cette  lettre  m’a  fatigué  (…)     Je  vous  embrasse  tous  bien  affectueusement  et  j’espère  encore  que  la  France  revivra   après  avoir  châtié  les  traitres  qui  la  gouvernent  actuellement.         D.         (1) Calvados  :  région  de  Normandie,  autour  de  la  ville  de  Caen   (2)  75  :  canon  de  75  mm,  héros  mécanique  de  la  1ère  guerre,    reconverti  en  1940   comme  pièce  antichar,  il  était  d’une  efficacité  redoutable    


2 lettres datées de juin et juillet 1940