Page 49

49

-Suivez-moi dans ma cave, j’y ai de bons crus et c’est là-bas que j’ai besoin d’un coup de main. » L’hôte souriait toujours, d’un sourire étrange plaqué, figé sur ses lèvres. Il indiqua d’un vague geste de la main au religieux la direction de la cave. On accédait directement à celle-ci depuis la salle à vivre où se trouvaient les deux hommes, nulle porte ne la séparant du reste de la demeure. Un escalier assez sombre descendait vers ce qui devait être cette fameuse cave. Les deux hommes commencèrent doucement à descendre. Une sorte d’alarme se mit à sonner dans l’esprit du prêtre. Il se sentait à nouveau en situation de danger… mais il ne savait pas en quoi et pourquoi. Le visage du bonhomme qui l’avait laissé se réfugier chez lui lui disait maintenant quelque chose, mais il ne savait pas, il ne savait plus. Et cette maudite mémoire qui ne voulait pas lui revenir ! Bah, son instinct devait se tromper, il ne risquait plus rien, il était maintenant en sécurité… Il  n’eut pas le temps d’y penser plus longtemps, ils venaient d’arriver dans la cave. En  bas régnait une semi-pénombre, à  peine troublée par quelques bougies de cire noire allumées. L’homme demanda alors au prêtre de s’avancer. Celui-ci n’arrivait pas à voir autre chose que les bougies. Ses yeux ne se plaisaient pas dans ce sombre lieu. Il s’avança de quelques pas encore, essayant de distinguer ce qui se trouvait autour de lui et vers quoi il avançait. Devant lui il put deviner la présence d’une masse semblable à celle d’une table et sur laquelle étaient posées des bougies. Il n’arrivait pas à deviner ce que pourrait lui demander l’étrange bonhomme. Il se tourna donc vers celui-ci. Son hôte commença alors à déclamer, sa voix trahissant la folie qui s’emparait de lui. Il ne parlait plus, il hurlait maintenant. « La seule chose chez toi qui puisse me servir, pauvre prêtre, c’est ton sang et

Chroniques d’Altaride – Janvier 2015

ton âme  ! Je suis persuadé qu’ils plairont à mon dieu, Nocturnus, le seul et l’unique dieu de ce monde. Le maître des ténèbres et de tout ce qui est ! » L’homme éclata d’un rire sadique et démoniaque. Le religieux, surpris et choqué, ne put bouger tandis qu’une dague à lame noire fondait sur lui. Pris de peur, il tenta d’esquiver. Derrière lui se trouvait un autel d’obsidienne qui empêcha sa fuite. À ce momentlà, le poignard lui transperça le cœur. Son sang commença alors à se répandre sur l’autel tandis que le disciple du sombre dieu exprimait son immense satisfaction de son rire fou et sinistre. Le prêtre n’eut le temps que d’une dernière pensée avant d’être aspiré par les ténèbres. Et si seulement je n’avais pas oublié...

Touroult Léo Relecture préliminaire Clotilde Thiennot

Bibliothèque

- Vraiment ? Je suis votre serviteur, que fautil que puis-je faire pour vous aider ?

Profile for Chroniques d'Altaride

Chroniques d'Altaride n°032 janvier 2014 la mémoire  

Bonne année ! On démarre 2015 avec un numéro des Chroniques d’Altaride consacré au thème de la mémoire. Rappelez-vous, le jeu de rôle, c’est...

Chroniques d'Altaride n°032 janvier 2014 la mémoire  

Bonne année ! On démarre 2015 avec un numéro des Chroniques d’Altaride consacré au thème de la mémoire. Rappelez-vous, le jeu de rôle, c’est...

Advertisement