Issuu on Google+

Aquitaine

La Poste,

un symbole en mouvement par

Benoît Hermet

photographies de

Christophe Goussard (sauf mentions contraires)

De l’enseigne rurale à la plateforme nouvelle génération, du courrier à la banque, La Poste se diversifie, conjugue son histoire à son avenir désormais européen. Sur les routes d’Aquitaine, on suit l’oiseau jaune et bleu dans une aventure humaine, jalonnée des édifices qui racontent ces évolutions. © Coll. L’Adresse Musée de La Poste , Paris / La Poste

Bureaux de SainteFoy-la-Grande (1958), Guéthary (1939) et Libourne (1956). Autant de styles conservés sur le territoire aquitain.

90 • le festin #77 •

Ribérac au chant du coq

6 h 45. Le camion scellé arrive de Marsac, banlieue de Périgueux. Le courrier a été transporté dans la nuit depuis la plateforme de Cestas, près de Bordeaux, qui centralise et redistribue vers les départements aquitains. Dans l’arrière-cour de la Plateforme de Distribution de Ribérac, les postiers sont sur le pont. Colis, courrier, après les échanges de poignées de main et les bises sonores du petit matin, la trentaine d’employés s’affaire dans un murmure de ruche vibrionnante. Bips des scanners, frou frou des plis que les mains glissent dans des casiers métalliques. L’ambiance est familiale, le tutoiement de rigueur. Ce sont les « travaux collectifs » précédant les tournées que chaque facteur et factrice effectue ensuite lui-même. En voiture, à mobylette, à vélo et même en baskets pour arpenter le centre ville. Ribérac s’éveille quand démarre le ballet des Kangoo jaunes siglés du fameux oiseau bleu, sillonnant les rues vers les hameaux voisins et les départementales. Depuis le chef-lieu du Périgord blanc, un réseau de quatre établissements couvre le secteur jusqu’aux limites de la Gironde

et de la Charente. Le département de la Dordogne est ainsi découpé en plusieurs zones de distribution. Ici, 70 % du courrier est encore trié manuellement. Le  décor a gardé sa patine sous les néons des plafonniers. Juste à côté, le boulanger cuit son pain. Pourtant, ici comme ailleurs, La Poste vient de franchir un cap important de son histoire.

Une présence forte sur le territoire

Janvier 2011 a déclaré l’ouverture à la concurrence des différents services du courrier partout en Europe. Y compris pour la lettre « classique », éminemment symbolique aux yeux des clients. Après être devenue en 1991 un établissement public industriel et commercial, glissement qui avait suscité de vives réactions, La Poste a pris le statut de société anonyme en mars 2010. Ses capitaux restent néanmoins détenus par l’État et ses opérateurs, la Caisse des Dépôts principalement. Cette mutation s’est déjà opérée chez nos voisins italiens, anglais, espagnols… En Allemagne comme aux Pays-Bas, la poste est même côtée en bourse !


Traitement industriel du courrier Ă  la plateforme de Cestas, en Gironde.


À Ribérac, en Dordogne, 70 % du courrier est encore trié manuellement.

Tournée matinale aux alentours de Ribérac. La présence quotidienne des facteurs et factrices reste un atout de proximité.

L’enjeu est de communiquer une image attractive, conviviale et de fidéliser le public

À Ribérac, sans vouloir jouer les icônes éternelles, façon Jacques Tati sur sa bicyclette dans Jour de fête, on est attaché au symbole. La Poste a longtemps représenté un modèle social dans la tradition du service public. Et le contact humain apporté par les facteurs est particulièrement sensible en milieu rural. Mais à la campagne comme dans les villes, la concurrence s’exerce déjà dans nos pratiques quotidiennes. Remplacés par les e-mails, la lettre et le papier sont en perte de vitesse, même si la traditionnelle carte postale connaît un pic d’affluence autour du 15 août ! L’explosion du commerce en ligne, acheminé par tout un panel de sociétés privées a aussi beaucoup changé la donne – un phénomène qui béné92 • le festin #77 •

ficie cependant à La Poste dont l’activité du colis est l’un des secteurs les plus porteurs. La  Plateforme de Distribution de Ribérac reçoit majoritairement des professionnels et des entreprises qui viennent déposer leur courrier en direct. Il reste aussi la distribution des imprimés publicitaires, de la presse – tant que celle-ci n’a pas à son tour migré définitivement sur le web. Du côté des forces vives, on n’entre plus sur concours depuis 2001. La moitié des employés sont des salariés de droit privé, à part égale avec les postiers fonctionnaires, dont le statut remontait à la Révolution française. Cette répartition reflète la physionomie nationale et, sur le terrain, les réactions sont parfois contrastées, toutes générations confondues d’ailleurs. Il y a ceux qui voient des perspectives de carrière dans des métiers variés – du courrier au management d’équipes jusqu’à la partie commerciale et notamment bancaire – et ceux qui expriment à mi-mot leurs réserves sur l’ascenseur promotionnel… En devenant une entreprise, La Poste doit faire face à ses dépenses et augmenter ses recettes. On entend parfois hors-champ la critique d’une rentabilité de plus en plus pressante, des tournées optimisées pour aller crescendo. Dans les communes voisines, il arrive que les facteurs se voient confier le relevé du gaz en sous-traitance, ou le portage des médicaments, activités sollicitant davantage leur rôle de proximité auprès des populations.


Le bureau de Poste de Ribérac, ou « Enseigne », réunit les différents services de La Poste. Depuis les années 2000, les anciens guichets ont bénéficié en France d’une modernisation complète, préservant néanmoins des éléments de patrimoine ou de décor. À l’arrière-plan, la frise du maître-verrier Richard Drouard réalisée en 1990.

Cette présence forte sur le territoire, vocation historique de l’institution, constitue l’un des arguments stratégiques du Groupe. L’avenir nous dira la suite… Mais le maintien d’un service de qualité a fait revenir dans le giron de La Poste des marques connues qui lui avaient préféré un temps d’autres prestataires.

Du bas de laine à La Banque Postale

Deux rues plus haut, le bureau de poste de Ribérac est installé dans un immeuble en pierre de taille bien en vue dans l’artère passante du centre ville. Bâti dans la seconde moitié du xixe siècle, le sobre édifice orné des armoiries de la ville abritait autrefois la mairie. Il accueille désormais « l’Enseigne » – désignation officielle des bureaux de poste – qui réunit les différentes activités  : affranchissement, colis, banque… À l’intérieur, les écrans publicitaires zappent sur fond de musique d’ambiance. Des affichettes promotionnelles rappellent en lettres capitales que le temps est précieux et que l’on n’attend plus au guichet. On peut toutefois prendre quelques instants pour lever les yeux vers la frise du maître-verrier bergeracois Richard Drouard, réalisée en 1990 grâce au 1 % artistique. Trois vues stylisées représentent le bourg et sa collégiale dans les tons chatoyants des vitraux. L’œuvre a bénéficié d’une mise en valeur plus significative lorsque le bureau a été rénové au tournant des années 2000, comme tous ceux de France. Des intérieurs neufs, plus fonctionnels où les éléments de patrimoine, quand il y en a, agrémentent des espaces normalisés.

Ici, plus de guichet vitré, grillagé, le client circule entre des bornes proposant de multiples produits. L’enjeu est de communiquer une image attractive, conviviale et de fidéliser le public. C’était d’ailleurs la préoccupation dès le xixe siècle, quand les anciennes postes royales, regroupées à la Révolution en une seule entité administrative, connurent un essor sans précédent mais déséquilibré entre villes et campagnes. Hors des agglomérations, les relais postaux devinrent des lieux de vie et d’échange, ce qu’ils incarnent toujours, surtout dans les communes modestes ou isolées. C’est à la même période que fut inaugurée cette autre mission historique de l’« accessibilité bancaire » qui permet d’ouvrir un compte avec le minimum. Si elle visait autrefois à récupérer les bas de laine dissimulés dans les armoires familiales, à Ribérac, on accueille aujourd’hui des communautés gitanes sédentarisées à deux pas, situation il est vrai peu fréquente dans des établissements plus conventionnels. Encore que, tout dépend du montant des dépôts !… La Banque Postale, créée en 2006, est désormais l’un des chevaux de bataille et l’une des branches les plus prometteuses du Groupe. Le marketing abonde en ce sens et les générations entrées récemment dans les effectifs sont aussi motivées par ces nouveaux métiers. Avec la crise, il y a même eu une recrudescence de l’ouverture de comptes postaux. Probablement, là encore, la force du symbole véhicule-t-elle une valeur morale attachée au service public. • le festin #77 • 93


La PIC de Cestas, Plateforme Industrielle Courrier : un équipement ultrasophistiqué organisé sur le modèle des chaînes logistiques de production.

Le drive-in de Serres-Castet, près de Pau. Implanté dans une zone d’activités passante, il a permis de dynamiser l’activité du bureau traditionnel attenant. C’est une initiative unique en France.

Un drive-in sur les Pyrénées

Changement de décor. Serres-Castet, sur la nationale qui relie Bordeaux à Pau. Trafic dense, poids lourds, la crête des Pyrénées se dessine à l’horizon. Sur les abords de la route, une zone étendue rassemble une fourmilière d’entreprises. Le nouveau bureau de poste a été inauguré en 2008 dans une sorte de mini complexe, une opération menée à l’initiative de la municipalité qui souhaitait dynamiser le bas de sa commune – la partie haute étant située en retrait dans les terres. Avant, on partait chercher son courrier dans un dédale de quartiers résidentiels en lisière des champs de maïs. Or, comme à Ribérac, la clientèle visée est désormais celle des professionnels. Malgré l’ouverture de l’A65 à proximité, une forte activité devrait se maintenir sur l’axe de la route nationale. À Serres-Castet, c’est une première en France, il y a deux guichets. Le « classique », modernisé lui aussi, et le drivein, dont la fenêtre s’ouvre pour les clients motorisés. Plis, colis, timbres, on achète et on dépose tout ce que l’on veut. Pour que le drive fonctionne à plein, la plage horaire a été étendue. 50 véhicules sont comptabilisés au minimum quotidiennement et certains utilisateurs viennent parfois de loin. Parmi les fidèles, on recense de jeunes mamans qui n’ont plus besoin de faire la queue avec leurs bébés, mais aussi des réfractaires assagis devenus 94 • le festin #77 •


MĂŞme dans la plateforme, une partie du tri est effectuĂŠe manuellement.


31 000 m2, des inconditionnels après avoir comparé l’outil à celui d’un « Mac Do » ! En cas d’affluence, certains n’hésitent pas à remonter dans leur véhicule pour repasser par le drive, prioritaire sur l’accueil intérieur ! Visiblement la recette fonctionne, le chiffre d’affaires augmente, stimulé aussi par une approche commerciale plus offensive menée par une équipe féminine souriante et dynamique. Le seul bémol apparent de cet équipement insolite, c’est qu’il impose de rester debout une bonne partie de la journée. Curieusement, cette opération pilote est restée sans suite. Mais il est vrai que chaque site appartenant à La Poste génère ses réfections ou ses innovations en fonction de son emplacement, de ses besoins, qui ne sont pas forcément duplicables ailleurs.

Cestas, le courrier des temps modernes

Retour en Gironde, en sortie de l’A63, à quelques minutes de la rocade bordelaise. Une enfilade de ronds-points, des entrepôts aux immenses parkings bordés par la forêt de pins. Drôle d’endroit pour une rencontre ! Juste après C-Discount, voici la PIC Bordeaux Cestas. Traduisez : Plateforme Industrielle Courrier. 31 000 m2, 127 caméras de vidéo-surveillance, 2 millions et demi de plis traités chaque jour. Le courrier débarqué depuis Paris à l’aéroport de Mérignac repartira ensuite dans les départements aquitains – à l’exception des Pyrénées-Atlantiques qui possèdent leur Plateforme de Préparation et Distribution du Courrier à Pau. À Cestas, l’activité s’exerce en continu, 24 heures sur 24 et quasiment 7 jours sur 7. On s’attend

127 caméras de vidéo-surveillance, 2 millions et demi de plis traités chaque jour

à un rugissement d’usine, mais l’endroit est plutôt silencieux. À la longue, un bruit de fond vient cependant chatouiller vos oreilles et on l’imagine vibrer longtemps à celles des employés. Petits formats et grands formats sont triés par un bataillon de machines de haute technologie. Une aspiration continue fait la chasse à la poussière, ennemi n°1 des composants électroniques qui régissent cette chaîne de transmission vertigineuse où les techniciens de maintenance se déplacent à vélo. Cette fois, on pense plus à l’usine de Mon Oncle qu’à Jour de fête… Sur les tapis roulants, le courrier glisse par pincement à hauteur de 4 mètres / seconde, tandis qu’une caméra photographie et contrôle les adresses. Avec 430 employés et 10 régimes de travail, la plateforme de Cestas a augmenté le rendement de l’ancien centre de tri situé à Bègles. Une évolution logique puisque le transport s’effectue surtout par route et par voie aérienne – au moins en Aquitaine. Tout le monde est postier, mais pas facteur. D’ailleurs, certains « pilotes de production » ont préféré quitter la distribution pour venir à Cestas effectuer les opérations de tri et de manutention. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, le travail y est plus varié et les perspectives plus intéressantes. Autant de femmes que d’hommes sont à la manœuvre. Grâce aux machines, les

Sur les tapis roulants, le courrier glisse par pincement à hauteur de 4 mètres/seconde.

• le festin #77 • 97


La Poste - Direction de l’Enseigne Aquitaine Sud - Sandrine Antier-Paybou

Dans les rues de Ribérac...

Le bureau de Poste de Bayonne et sa célèbre rotonde.

conditions de travail sont visiblement meilleures si l’on en juge par les témoignages recueillis. Beaucoup d’employés souffraient auparavant de ces fameux TMS (troubles musculo-squelettiques) qui affectent les manutentionnaires et les ouvriers en général. Les caissettes en plastique qui contiennent le courrier transitent sur des tapis roulants jusqu’aux quais de chargement où les camions s’attellent directement. Immenses dalles de plain-pied, conçues pour s’adapter à tous les usages, les PIC ont remplacé les centres de tri issus des Trente Glorieuses – tel celui de Bègles, véritable bunker géant. Répondant à la massification des flux, notamment pour le courrier professionnel, témoignant d’une recherche constante de rationalité, elles illustrent les évolutions récentes en matière d’équipements et de process. Hors de l’Aquitaine, certaines plateformes intègrent les nouvelles normes de construction, du type HQE ou basse consommation. À Montpellier, ce sont 14 000 m2 de panneaux photovoltaïques qui recouvrent les toitures. Plus largement, La Poste entreprend des actions tournées vers le développement durable, son parc immobilier et automobile générant une forte émission de gaz à effets de serre. La construction neuve ne représentant toutefois que 1 %, les efforts dans ce domaine se portent naturellement vers la rénovation de l’ancien.

98 • le festin #77 •

Regards sur le patrimoine aquitain

Au cours de son histoire, l’architecture a incarné les deux visages de La Poste, un mélange de monumentalité et de proximité, de fonctionnalité et de singularité. Sous la Troisième République, elle constitue avec l’école et la mairie les piliers de la vie civile et laïque. Il est d’ailleurs fréquent dans les campagnes qu’un bâtiment ait connu les trois affectations durant son existence. L’Aquitaine en dénombre une foule d’exemples, souvent charmants et discrètement logés dans le bâti local. À l’inverse, les premiers grands hôtels des postes des centres urbains incarnent la puissance publique avec plus de solennité. À l’angle des rues, ils se parent de façades classiques ou néo-classiques, comme à Dax, Mont-de-Marsan, Périgueux dont le bureau de la rue du 4 septembre se coiffe noblement d’un dôme d’ardoise. Après l’adjonction des Télégraphes et Téléphones – les fameux PTT –, un corps d’architectes officiels est constitué à partir de 1901 dans le but de moderniser les bâtiments. Cet essor est particulièrement vivace dans l’Entre-deuxGuerres. Fidèles à une ligne directrice, les programmes combinent plans types par souci d’efficacité, grands styles du moment comme l’Art déco, tout en conservant des particularismes, en province et dans les régions où d’autres corporations d’architectes prennent le relais. Contemporain de cette période, l’ancien centre de tri postal de Bordeaux (1929, arch. Léon Jaussely) marie la


cl. Gabrielle Duplantier

Bureaux de Saint-Jean-de-Luz (1932) et Ribérac, installé dans un immeuble du xixe siècle. Néo-régionaliste ou néo-classique, l’architecture incarne l’institution postale à travers son histoire.

Poste Immo gère à lui seul 775 immeubles en Aquitaine, soit 415 000 m2

blancheur de ses façades orthogonales à des mosaïques bleu et or. Jouxtant la gare Saint-Jean, l’édifice a repris son éclat d’origine grâce à la rénovation menée en 2006 par l’agence Brochet-LajusPueyo. Il abrite aujourd’hui les services d’aiguillage de la SNCF. A contrario de cette modernité urbaine, le Pays basque conserve des exemples issus des courants régionalistes, tel le bureau de poste de SaintJean-de-Luz (1932, arch. Tussau), ou non loin, celui de Guéthary (s.d., arch. Jean-Louis Canouet). Étonnamment, ce dernier ressemble à s’y méprendre à une maison labourdine dont le bandeau de pierre mentionne discrètement les attributions. Les archétypes du style basque drapent en réalité une construction moderne en béton. Faut-il y voir une manière de s’« affranchir » des modèles de l’architecture officielle, et par extension de l’institution centralisée qui la pilote ? Ou tout simplement une pirouette de l’architecte pour se fondre dans le décor local sans heurter les sensibilités… Le même auteur a réalisé les bureaux de poste de Libourne (1956) et Sainte-Foy-La-Grande (1958) en Gironde. Avec sa haute silhouette tout en régularité et en harmonie de proportions, le premier s’insère avec élégance sur une belle place d’esprit Renaissance. Quant au second, ses arches se

déploient entre une cour intérieure et une placette plantée d’arbres. À cette période, la conception des édifices de province, hors des grandes agglomérations, est davantage animée par le souci de s’intégrer à un contexte, de façon plus familière. La reconstruction à l’issue de la Seconde Guerre mondiale a mobilisé d’énormes moyens partout en France, le patrimoine postal ayant payé un lourd tribut aux bombardements. Les grands chantiers alternent avec des programmes plus modestes.

Entre mémoire et devenir

Plus récemment, renouant cette fois avec la tradition de la monumentalité urbaine, les directions régionales, le centre financier et l’Espace Entreprises de La Banque Postale s’élèvent à l’entrée de Mériadeck – un quartier néo-futuriste échafaudé sous l’ère Chaban à deux pas du centre historique de Bordeaux. Ce paquebot massif tranche par son horizontalité sur les tours voisines, tout en s’y intégrant par son échelle. Réaménagé par l’agence Lacroults et Massicault en 2000-2001, ses façades imposantes sont scandées d’une alternance de marbre blanc et de verre qui évoque en même temps le dynamisme et une stabilité affirmée, tempérée par le soubassement en retrait qui surélève l’ensemble. Au sommet, un attique de métal coiffe les neufs étages qui s’organisent autour d’amples patios. L’édifice incarne résolument une image contemporaine. La région conserve autant de témoignages liés à l’histoire • le festin #77 • 99


cl. Michel Dubau

D. R.

légende Guéthary, une autre variation du néo-basque.

Le bureau de Poste de Bayonne Labat présente une architecture de style Art déco. La Poste - Direction de l’Enseigne Aquitaine Sud - Christophe Veyrac

Le bureau de Poste d’Anglet.

postale qu’il y a de communes. Diversifié, ce patrimoine évolue avec les activités humaines et commerciales, sans générer automatiquement une architecture remarquable. Outre le style ou l’innovation technologique, son attrait peut résider dans sa qualité de mémoire, son lien avec les populations. Pourquoi ne pas imaginer un recensement thématique, confié à des historiens ou des conservateurs des services patrimoniaux de l’État, qui permettrait de constituer l’ébauche d’une mémoire vive de cet héritage ? Ailleurs en France, des mesures de classement rappellent que de grands architectes ont dessiné les bâtiments mais aussi leurs intérieurs qui conservent parfois des décors de qualité. Certains bureaux dits « cathédrales », comme l’Hôtel des Postes de Nice ont bénéficié d’une labellisation au titre du patrimoine du xxe siècle décernée par le ministère de la Culture. Dû à l’architecte Guillaume Tronchet, qui fut également actif à Villeneuve-sur-Lot, ce phare à la peau de briques s’élance vers le ciel par une sorte de beffroi pour le moins atypique sur la Côte d’Azur ! À Paris, le siège de La Banque Postale fait l’objet d’un ample chantier (agence Chaix et Morel) qui met en valeur différentes strates d’époques : hôtel particulier du xviiie, façades du xixe, bureau de poste et centre de tri des années 1950, avec pour point d’orgue la création d’un bâtiment contemporain spectaculaire. 100 • le festin #77 •

Actuellement, le Groupe est propriétaire en France d’un très important patrimoine bâti. D’une grande diversité, ce catalogue à ciel ouvert de plusieurs millions de mètres carrés compte autant des bureaux et centres de tri ruraux, tels ceux de Ribérac, que des hôtels particuliers, des immeubles tertiaires ou des ensembles à vocation industrielle comme à Cestas. Cette richesse constitue à la fois le second poste de dépense et le premier en terme de bilan d’activité. Au mitan des années 2000, la filiale Poste Immo a donc été créée pour mettre en œuvre des stratégies destinées à réduire la facture immobilière, notamment par un système de cessions qui permet en contrepartie d’investir dans l’existant et de développer de nouveaux projets répondant aux exigences du Grenelle de l’Environnement. Comme dans d’autres secteurs économiques, la question du patrimoine reste complexe, la difficulté étant de réussir à conjuguer sa conservation avec le ••••••••••••••• développement. À lire De prestige ou plus simplement • Architecture postale. Une histoire fonctionnelle, l’architecture traduit en mouvement, collectif, co-édition une constante adaptation aux Archibooks/Poste-Immo, 2010. réalités financières et aux usages • François Bertin, La Poste. de chaque époque. Les bâtiments Du messager à cheval au courrier sont devenus plus modulables, dès électronique, en partenariat avec le leur conception, se fondant parfois Musée de La Poste, éditions Ouest complètement dans le tissu urbain, France, 1999. dans un souci d’être accessibles facilement et partout. Idem pour • • • • • • • • • • • • • • • L’Adresse Musée de La Poste les plateformes colis qui se rappro- 34, boulevard Vaugirard chent là aussi de leurs clients, vépé- 75 015 Paris cistes et sites Internet marchands. T. 01 42 79 24 24 L’innovation, comme au drive-in www.ladressemuseedelaposte.com de Serres-Castet, reflète cette attention ainsi qu’une inscription large et permanente sur le territoire, qu’il y ait un bassin économique ou non d’ailleurs, en lien avec les acteurs locaux, institutions et collectivités. En résumé, où que vous soyez, La Poste vient à vous !  Benoît Hermet est journaliste.


© Jean-Pierre Porcher & Frédérique Thomas © Jean-Pierre Porcher & Frédérique Thomas

Les directions régionales, le centre financier et l’Espace Entreprises de La Banque Postale, à Bordeaux. Une autre réhabilitation spectaculaire des années 2000-2001 : orchestrés autour d’un patio central, neuf étages revêtus de verre et de marbre traduisent monumentalité et modernité.


La Poste en Aquitaine