Page 1

7 Lois des Bné Noah

1 – Croire en un D.ieu unique Reconnaissez qu’il n’y a qu’un seul D.ieu qui est Infini et Suprême audessus de toute chose. Ne remplacez pas cet Être Suprême par des idoles, qu’il s’agisse de vous-même ou d’autres créatures. Ce commandement inclut des actes tels que la prière, l’étude et la méditation.

2 – Interdiction du blasphème Respectez le Créateur. Quelque puisse être la mesure de votre frustration ou de votre colère, ne la laissez pas éclater en blasphémant contre votre Créateur.

Ben Noah Now!

Libération N°1

Par la grâce de D.ieu, Décembre 2016 - Kislev 5777 Les jours du Machia’h

Journal Mensuel des Enfants de Noé ben.noah@gmail.com - 1 Euro - 5 Nis - 1 Dollar

Prem numéireor Gratuit!

3 – Interdiction du meurtre Respectez la vie humaine. Tout être humain est un monde entier. Sauvez une vie, c’est sauver ce monde entier. Détruire une vie, c’est détruire un monde entier. Aider les autres à vivre est corollaire à ce principe. 4 – Interdiction de l’adultère Respectez l’institution du mariage. Le mariage est un acte divin par excellence. Le mariage d’un homme et d’une femme est un reflet de l’unité de D.ieu et de Sa création. La déloyauté dans le cadre du mariage est une atteinte contre cette unité.

5 – Interdiction du vol Respectez les droits et la propriété d’autrui. Soyez honnêtes dans toutes vos entreprises commerciales. En comptant sur D.ieu plutôt que sur nos propres manigances, nous exprimons notre confiance en Lui en tant que Pourvoyeur de Vie.

6 – Interdiction de consommer la chair d’un animal vivant Respectez les créatures de D.ieu. À l’origine, il était défendu à l’homme de consommer de la viande. Après le Déluge, ceci lui fut autorisé, mais avec une mise en garde : ne pas causer de souffrances inutiles à une quelconque créature. 7 – Institution de Tribunaux Maintenir la justice. La justice est l’affaire de D.ieu, mais Il nous a imparti le devoir d’édicter des lois nécessaires et de veiller à leur application dans tous les domaines possibles. Lorsque nous rectifions les errements de la société, nous actions font de nous des partenaires dans la perpétuation de la création.

Retrouvez-nous sur facebook

L’Académie de Noah

Editorial

En plein processus de délivrance ! Notre maître, le Rabbi de Loubavitch nous explique que la délivrance messianique est un processus actuel auquel nous avons déjà accédé et très bientôt nous atteindront « ce moment-là où l’humanité entière servira D.ieu de concert », et tous apprendront la Torah, à différents niveaux comme ce que l’on appelle aujourd’hui : la ‘Hassidout. Le Rabbi déclare tout ceci, non pas en tant que personne ayant atteint un niveau extrême d’intelligence ou de sagesse, mais en tant que prophète défini selon les critères légaux énoncés par notre sainte Torah. De plus, la personne qui a relaté toutes ces lois et recensé tous ces critères est le grand maître mondialement connu, le Maïmonide ou encore dénommé, le Rambam. Et parmi les données qu’il énonce à la fin de son ouvrage encyclopédique, « le Michné Torah » qui englobe la totalité de l’aspect juridique de la Torah, il décrit aussi les critères du roi Messie qui sauvera Israël et l’humanité. Or ces critères correspondent à ceux que présente notre maître le Rabbi Mena’hem Mendel Schneerson élu par décret rabbinique énonçant qu’il est celui qu’attend le peuple Juif depuis de si longues années. En bref, vous l’avez compris, l’humanité entière a actuellement le pouvoir et le devoir d’accomplir les Sept Commandements Divins imposés à Noé (en hébreu Noah) à son époque et jusqu’à maintenant. En effet, un âge d’or attend l’humanité qui se conformera à la volonté divine traduite et écrite par Moïse, maître et prophète du peuple Juif ! (BN)


E N S E I G N E M E N T Le Code Divin

Les fondements de la foi Noahide

La Torah est le texte divin transmis par l’Eternel à Moïse au mont Sinaï en l’an 2448 de la Création. Elle est l’héritage éternel du peuple Juif. De la même manière, D.ieu a confié à Son Peuple – « Une Nation de Cohanim, un Peuple Saint » (Exode 19:6) la mission d’instruire et de transmettre aux descendants de Noé (Bnei Noah) – les Nations, la connaissance détaillée de leur partie dans la Torah, les Sept Commandements Noahides de manière à ce qu’ils puissent accomplir leur mission qui est celle de civiliser le monde.

L’identité juive est définie par les 613 commandements de la Torah qui modulent la vie du peuple Juif et établissent leur fonction ; celle de sanctifier le monde, par l’élucidation permanente de la volonté divine. L’identité Noahide est définie par les sept commandements de la Torah qui régissent la vie des descendants de Noah et établit leur fonction, celle de civiliser le monde – par un mode de vie individuel, familial, social et international, moral, éthique, avec un but clair, d’utiliser les matières premières du monde pour rendre la vie favorable à l’humanité en harmonie avec la volonté du Créateur. D’après une opinion Rabbinique, la valeur ajoutée des 613 plus 7 égale la valeur 620 qui constitue la valeur numérique du mot « Keter », couronne (en hébreu) qui exprime la royauté de D.ieu. De cette manière chaque personne peut comprendre que couronner D.ieu en tant que roi absolu de la Création, nécessite le partenariat entre Juifs en Bnei Noah.

En guise de préface, je voudrais ici établir de manière indicative mais claire les statuts spécifiques ou les quatre niveaux d’observation du Code Noahide auxquels chacun peut accéder dans son service de D.ieu. Ainsi qu’il en ressort du Code Noahide, les quatre niveaux essentiels sont les suivants et apportent les différentes récompenses spécifiques: suite en page 4

D E

D E L I V R A N C E

Les nouvelles parlent le langage du Prophète Isaïe

et toutes les nations s’y rendront, « car c’est de Tsion que jaillira la Torah et la Parole de D.ieu, de Jérusalem », là où résidera le Machia’h.

Il est reconnu que chaque événement qui se passe dans le monde survient par l’intervention de la Achaga’ha Pratite (la Divine Providence - 1). Tout cela comporte un enseignement pour le service de l’homme envers Son Maître, et plus encore, en ce qui concerne des événements fondamentaux de portée internationale dont les protagonistes sont des Etats importants. Concernant l’actualité, à la veille du Chabbat Parachat Michpatim 5752 (1992), les dirigeants des superpuissances de ce monde ont décidé de placer leurs relations sous un nouveau jour. Il s’agit de supprimer l’état de belligérance et de réduire l’armement, afin de prôner la paix, l’unité et l’entraide. Ce mercredi, trois jours avant Chabbat, le Président a déclaré qu’il diminuerait le budget consacré à l’armement et utiliserait les crédits ainsi libérés pour renforcer la prospérité économique. Cette décision a été ratifiée par l’assemblée, dont les décisions ont force de loi, même d’après la Torah. Le Machia’h (le roi Messie) œuvre déjà dans le monde Les enfants d’Israël, peuvent tirer la conclusion suivante, au vu de cet avancement dans l’histoire : il est nécessaire de révéler la délivrance… Celle-ci sera effective lorsque cesseront les guerres dans le monde et lorsque les nations « transformeront leurs glaives en socs de charrues… un peuple ne portera plus l’épée sur l’autre et ils n’apprendront plus l’art de la guerre (2) ». Le Machia’h lui-même obtiendra cette victoire. Il jugera les peuples et réprimandera celui qui a commis des injustices (3). Dès lors, la paix règnera, le Temple sera reconstruit

De la Russie-Egypte à la Russie-Israël Une prophétie claire se réalise actuellement devant nos yeux. Non seulement aux USA, mais aussi en Russie, pays qui mena une guerre dévoilée contre le Rabbi Rayats (le précédent Rabbi de Loubavitch), prince de notre génération. On y enseignait la Torah en cachette, au péril de sa vie. Mais dernièrement, toutes ces restrictions ont disparu et le Judaïsme y est enseigné de la manière la plus libre. Le nouveau gouvernement, adhérant au principe de la justice, de la droiture et de la paix, croit en D.ieu. Les Bné Noah apprendront aussi la ‘Hassidout ! Dans la Paracha Michpatim (au premier verset), la Torah énonce des préceptes nouveaux, mais logiques, et Rachi dit qu’ils furent transmis au mont Sinaï, au même titre que ceux qui ont été énoncés lors du don de la Torah. C’est pour cela que le Juif doit les comprendre, les intérioriser et s’y soumettre avec la même abnégation que tous les autres Commandements divins. De même, les enfants de Noé, les non-Juifs, doivent pour pratiquer leurs sept Commandements, prendre conscience avant tout, de leur origine divine. Un Psak Din (décret rabbinique) qui influence le monde entier Puisque dans la Paracha, nous trouvons les lois qui concernent principalement les tribunaux, il y a un lien direct entre ce que les Rabbanim ont tranché actuellement (que le temps de la délivrance est arrivé) et la décision des nations de tendre vers une ère de paix et de bienfaisance. (L’Edit Royal, discours du Rabbi de Loubavitch prononcé lors du Chabbat de la Paracha Michpatim - 1992) Notes : 1/ voir Keter Chem Tov, 2/ Isaie 2-4, Miché 4-3, 3/ Radak, 4/ 25-8, 5/ 22-24, 6/ Miché 7-15

Nouvelle Voie

Je ne suis pas Juif, quel est mon but dans le monde ?

Les Sages du Talmud enseignent qu’il y a 70 familles empruntant 70 chemins différents au sein de la Grande Famille de l’Humanité. Et chaque individu possède son propre chemin à l’intérieur de celui de sa nation. Toutefois, nous avons tous une seule et unique base universelle. À l’aube de l’histoire humaine, D.ieu donna à l’Homme sept règles à suivre pour que Sa Création puisse subsister. C’est ce qui est relaté dans le livre de la Genèse, selon l’interprétation de notre tradition dans le Talmud. Un temps viendra, nous disent nos Sages, lors duquel les enfants de Noé seront prêts à emprunter de nouveau ce chemin. Cela marquera le début d’un nouveau monde, un monde de sagesse et de paix. (A suivre)


H I S T O I R E Ainsi, lorsqu’on informera les non-Juifs de l’importance de les accomplir, on devra rappeler qu’elles sont ordonnées par le Créateur dans la Torah, par l’organe de Moché notre maître, et veiller à ce qu’ils les accomplissent pour cette raison - et non pour une motivation “logique” ou naturelle - car il s’agit là d’une condition sine qua non. Ceux qui, dans le monde d’aujourd’hui, veulent affranchir l’humanité de toute morale, par haine de la Bible et par désir de dégrader le genre humain pour mieux le soumettre à leur diktat, cherchent à tout prix à faire savoir que la Bible n’est pas une référence quant à l’exactitude des renseignements historiques qu’elle donne (que D.ieu préserve), et qu’elle est plutôt un ouvrage poétique et allégorique, rédigé pour grandir l’importance du peuple d’Israël, et non exempt d’erreurs. Pour mieux en convaincre les masses, on publiera à grands frais de luxueuses revues aux titres et à l’allure plutôt scientifiques, dans lesquelles on exaltera les thèses éculées de l’évolution darwinienne, et où, à travers des articles “archéologiques” construits comme des hypothèses, on tournera en dérision les affirmations de la Bible sur la sortie d’Egypte, le parcours des enfants d’Israël dans le désert, la conquête de la terre de Canaan, et jusqu’à l’existence des Patriarches.

Le travail le plus important du monde Un homme a compris la grande importance de l’existence d’un mouvement, qui, né au sein des « Bné Noah », propagerait la connaissance des 7 Lois parmi ceux qui ne les pratiquent pas encore. Cet homme, né au Texas il y 80 ans, est devenu archéologue, et sa passion, son idéal, conjointement au but qu’il s’est fixé d’inciter l’humanité non-juive à adhérer à la communauté des enfants de Noé (Bné Noah), est de démontrer par ses découvertes la grande exactitude des données bibliques. Son œuvre s’étend sur plusieurs décennies, et ses découvertes ont permis de confirmer bien des données géographiques, historiques et scientifiques de la Bible : les campements des enfants de David et ses tribulations, la composition de l’huile d’onction, les ustensiles du Tabernacle, etc. Il confirme, par un travail harassant et persévérant dans les grottes de la Mer Morte et dans les collines de Judée, ce que les bureaucrates et technocrates des rédactions considéraient avec scepticisme. Si les traces des évènements sont invisibles à l’œil du chercheur, il a recours aux photos-satellites et aux clichés infra-rouges, pris de la haute altitude, qui les révèlent indubitablement. Un détail important : cet homme, qui a consacré sa vie à proclamer la grandeur d’Israël et le caractère divin de la Torah, n’est pas Juif. Vendyl Jones est son nom, son œuvre est célèbre, et ne laisse personne indifférent. Ce grand vieillard, vêtu de kaki et portant chapeau

V E C U E

Vendyl Jones alias « Indiana Jones »

Un ‘hassid des nations

Le but pour lequel les nations du monde doivent accomplir les « 7 lois des enfants de Noé » est le Tikoun (la réparation et le maintien de l’équilibre) du monde. Mais c’est surtout le moyen de connecter l’humanité toute entière à la Torah.

de toile et bretelles en peau de serpent, a servi de modèle à Steven Spielberg pour le personnage d’Indiana Jones (son nom à peine modifié). II habite Mitzpei-Yéri’ho dans les monts de Judée. A la tête d’une équipe dévouée et efficace, il fouille, creuse et analyse, avant de parcourir le monde pour exposer ses résultats et ses buts. Le 1er Juillet 1990, il est reçu par le Rabbi de Loubavitch, au cours de la distribution hebdomadaire des dollars de bénédiction. Il est venu remercier le leader du peuple juif pour son action inlassable en faveur d’Israël et en faveur de toute l’humanité, pour avoir fait connaître l’urgence des 7 Lois, et ordonné à ses émissaires de les propager. Dès qu’il l’aperçoit, le Rabbi le prend chaleureusement par l’épaule et lui serre la main, qu’il gardera dans la sienne pendant tout le temps de l’entretien, lui disant avec émotion : « Vous faites le travail le plus important du monde ! Sachez que vous allez rencontrer des oppositions et des obstacles nombreux, qui vont tenter de vous faire arrêter vos recherches ou changer vos plans. N’arrêtez pas, ne changez pas D.ieu vous bénira, et vous réussirez dans tout ce que vous faites ». Cette dernière phrase fut répétée trois fois avec force par le Rabbi.

Le temps de la lutte En fait, les oppositions et obstacles se dressèrent immédiatement devant lui après sa visite au Rabbi. Vendyl Jones trouve une petite grenade en argile, emplie d’huile parfumée qu’il identifie comme étant l’huile d’onction des Cohanim. Fier de sa découverte, il l’envoie au Département d’Archéologie de l’Institut Weizman à Re’hovoth. Peu de temps après, par le biais d’un article de loi votée rapidement (au cours du même mois, il s’agit de l’ordonnance 99b2 d’Août 90), le Ministère de la Recherche lui retire son permis de fouilles. Motif : les lois d’Israël sur les fouilles ne sont pas applicables en Judée-Samarie ! Le personnel administratif de l’Institut Weizman lui déclare: « Nous sommes de tout cœur avec vous, mais que voulez-vous, nous avons un boss (Amir Drori, Chef du Département) », ce à quoi Vendyl Jones répond : « J’ai le même problème que vous, mais ce n’est pas le même Boss ». D’ailleurs Amir Drori en a fait son affaire personnelle, partant faire des fouilles dans les mêmes cavernes que Jones, qui continue ses travaux malgré l’absence de permis. Pourquoi cette opposition des officiels ? Peut-être que pour eux aussi la Bible doit rester


N E W S

D E

L A

D E L I V R A N C E Suite de l’histoire en page 3

Suite de l’article en page 2

Un Gentil : est un être humain, non-juif, qui n’a pas connaissance des lois du Code Noahide. C’est-à-dire qui il n’a pas pris connaissance de la révélation de D.ieu au Peuple Juif au mont Sinaï ni du don de la Torah. Il n’a apriori droit à aucune récompense. Il n’a ni accès au Gan Eden (là ou les âmes attendent le Messie), ni à l’existence dans le Monde futur après la Résurrection des Morts (lorsque les âmes reviennent dans un corps).

Un Sage des Nations : Est un Gentil qui n’a pas eu connaissance de la révélation divine ni des lois qui régissent le rapport de l’homme à D.ieu ou entre les hommes, mais qui néanmoins observe certains d’entre eux de par sa propre compréhension intellectuelle, morale ou éthique. Sa récompense reste très limitée, et ne concerne que ce monde-ci. Il n’a ni accès au Gan Eden ni au Monde Futur (qui reste seulement accessible par l’acception de l’autorité Divine transmise dans la Torah – notamment dans la loi orale établie par le corps Rabbinique du Peuple Juif). Ben Noah religieux : En général il s’agit d’un sage des nations qui découvre et accepte les sept Commandements Noahides parce que D.ieu les a ordonnés à Moise dans Sa Torah (condition essentielle). Il est

Le Code Divin 18 Euros Le recueil de prières et bénédictions 10 Euros

prêt à sacrifier son confort personnel pour l’observation conforme des Commandements de D.ieu. Sa récompense concerne ce monde ci, le Gan Eden ainsi que le Monde Futur, éternel, qui est obtenue par vertu de la soumission de ses actions à la volonté de D.ieu révélée dans Sa Torah à Moise, « l’arbre de vie ». Le Monde Futur éternel, commencera par la résurrection des justes qui se seront attachées à la Torah de Moise (Proverbes 3:11-18).

Pieux des Nations ou « ‘Hassid Oumot HaOlam » : Ce sont des Bnei Noah religieux qui observent les Commandements de D.ieu de manière précise et sont prêts à sacrifier leur confort personnel pour communiquer autour de soi l’importance du Code Noahide qui définit les sens de la vie humaine. Ils recherchent à embellir leur service de D.ieu par une étude assidue, ils prient de manière régulière et font les bénédictions appropriées aux aliments. Ils donnent de la charité et parmi eux se retrouvent en général ceux qui enseignent eux-mêmes dans leurs communautés l’observance des Sept Commandements Noahides. Leur récompense est grande. Elle inclut ce monde ci, le Gan Eden et Monde Futur, avec la résurrection des morts qui vivront éternellement. (Selon l’introduction de Rav Moshé Perets)

un poème allégorique, et que toute preuve en faveur de sa rigoureuse exactitude rendrait plus contraignants ses impératifs moraux, aussi convient-il de soustraire ces preuves à la connaissance du public. Plus vraisemblablement, il s’agit d’un problème politique : dans le processus actuel de capitulation devant les exigences du ‘Hamas, les officiels craindraient que toute preuve en faveur du passé historique juif en Judée-Samarie ne soit interprétée par nos ennemis comme une affirmation de notre mainmise sur cette région. Ou, plus simple encore, ils craignent que les objets historiques exhumés ne soient réclamés par les Arabes, et ne deviennent ainsi une nouvelle source de conflits. Cette année-là, après six ans où Jones n’a pas cédé, conformément aux directives du Rabbi, le Ministère lui octroie de nouveau un permis, avec toutefois de sérieuses limitations : il ne pourra creuser qu’à l’intérieur d’une surface de 8m2, à l’endroit de

son choix ! Vendyl Jones continue son combat ; il publie chaque année une plaquette d’une centaine de pages, à laquelle collaborent d’éminents rabbins, « tourne » dans le monde entier pour susciter des crédits et subventions pour ses travaux, et revient toujours vers la terre d’Israël, son but et sa source d’inspiration. Sous l’égide de la « Agoudat B’nai Noach », qu’il a fondée. Il a réveillé l’humanité à son devoir primordial : aider le peuple d’Israël, « lumière des nations », à faire de ce monde la Demeure du Créateur, et concourir à l’arrivée du libérateur, le roi Machia’h, qui réalisera pleinement cette finalité. (Rav P. Pachter)

Cours en vidéo en français sur l’introduction au Code Divin. Disponible dès maintenant. En vidéo sur le site worldnoahidecommunity.org facebook : L’Académie de Noah

Le journal «Libération Ben Noah, Now !» est une publication indépendante liée à l’Institut International d’Etude Web du Code Noahide. Une formation en français est disponible sur le site

worldnoahidecommunity.org Infos : ben.noah@gmail.com

Liberation bne noah n°1  

Le rôle du Ben Noah est d accomplir les sept preceptes et de les diffuser autour de lui. Mais notre publication mensuelle : "Liberation Ben...

Liberation bne noah n°1  

Le rôle du Ben Noah est d accomplir les sept preceptes et de les diffuser autour de lui. Mais notre publication mensuelle : "Liberation Ben...

Advertisement