Issuu on Google+


Vestige de BENJAMIN GHESQUIERE

1


ACTE I

Liz

3


WILLIAM, et LIZ, jeunes mariés. Un couple heureux, un amour passionel. L’histoire d’une vie.

6


7


LIZ: - « Will, j’ai peur de vivre, seule. De vieillir seule, à attendre la mort. » - « A t’attendre. (long silence) - Même pour une journée. »

8


9


Elle reprend, le regard inquiet: - « Tu me promets de ne jamais m’abandonner, de partir après moi? » - « Une journée, quelques heures, quelques minutes...» - « Tu me le promets? », dit-elle en l’enlaçant très fort.

10


11


WILLIAM: - « Je te le promets. »

12


13


- « Jamais je ne t’abandonnerai. »

14


15


17


19


« Dear Liz, Ton voeu est exaucé. Qui suis-je, maintenant? Une mer morte. Mon âme a disparue. Disparue avec toi. »

20


21


« Mon meilleur ami a tué ma femme. »

22


23


ACTE II

Scott

25


SCOTT! On ne peut rêver meilleur ami, au monde. Il a le talent de nous rendre heureux, Liz et moi. C’est grâce à Scott que nous nous sommes rencontrés, il y a des années, sur le campus. Il est rapidement devenu mon binome. Et ce, dès le premier jour à l’université, où il était mon compagnon de chambre. Ils étaient les pièces manquantes à ma vie, d’une valeur équivalente, l’un autant que l’autre. Maintenant, ils me sont indispensables.

28


29


Nous nous sommes marriés jeunes. C’était le moment, même si nous n’étions pas riches. Mais on s’aimait. D’un amour vif, d’un amour pur. Parfois j’ai l’impression qu’avec LIZ, nous sommes une seule âme partagée entre deux corps. On s’était retrouvé. Plus on s’aime, plus c’est dangereux. SCOTT était notre arbitre. Il nous protégeait l’un de l’autre. Il connaissait nos limites, nos faiblesses et nos coups de sang. Il mettait de l’ordre dans notre couple. Il fut notre témoin, au marriage. Des deux côtés.

30


31


Il aurait tout fait pour moi, J’aurais tout fait pour lui. Il était le frère que je n’ai jamais eu.

32


33


Un jour, on travaillait à l’appartement. SCOTT est graphiste, moi expert en communication. Les deux disciplines allant de paire, on bosse souvent ensemble.

34


35


Le projet sur lequel on travaillait, était ambitieux. On avait fait une petite nuit. Scott n’avait pas dormi. Comme beaucoup de graphistes, la nuit lui porte chance. Il avait fini sa partie. Je terminais la mienne, dans l’urgence. Et le téléphone sonna.

36


LIZ est professeur de piano. Elle venait de terminer une leçon, en ville. Elle téléphonait pour savoir si je pouvais venir la chercher. Voyant que j’étais débordé, SCOTT s’est proposé. J’ai acquiescé, sans même décrocher les yeux de mon écran.

37


LIZ avait une confiance totale en SCOTT. Il faisait souvent le chauffeur. Il lui était aussi précieux que pour moi. Elle avait remarqué ses petits yeux, mais elle avait vu pire. Elle ne s’était même pas proposée pour conduire.

38


39


Et Scott ferma les yeux.

40


Il suffisait de trois secondes.

41


Trois secondes pour changer de bande, Et changer ma vie.

43


45


ACTE III

Will

47


Les mois passèrent. Je ne dormais plus, ne sortais plus. Je ne travaillais plus. Je passais mes journées assis sur le lit, à fixer la garderobe de LIZ, et ces vêtements qu’elle ne portera jamais plus. Une coquille vide, dans un lit vide. J’étais veuf. Dépossédé de ma moitié, Dépeuplé de mon monde.

50


51


Ma souffrance, rancunière, aveugle, démesurée, n’écoutait personne.

52


53


L’’intensité de l’amour que je portais envers LIZ était devenue proportionnelle à la haine que j’avais envers SCOTT.

54


55


SCOTT devait mourir, pas LIZ.

56


57


Une haine si injuste, que j’en oubliais l’unique vérité.

58


59


J’étais autant coupable de la mort de LIZ. SCOTT aurait préféré mourir, que de porter ce fardeau. Aveuglé par la haine, j’en avais oublié l’essentiel: SCOTT était tout ce qui me restait.

60


61


Et j’Êtais sur le point de le perdre.

62


63


Pour toujours.

64


65


Par ma faute.

67


69


Il voulait se voir agoniser. Il voulait mourir, dans la souffrance. Dans son sang. Il n’estimait pas mériter une mort rapide: Il se détestait. Mon incapacité à lui pardonner, le tuait. Le silence lui était insupportable. Sa mort devait être son dernier message, pour son frère d’autrefois...

70


71


J’ai été égoïste.

73


La rancune ne me rendra pas LIZ. J’ai conduit la personne la plus importante, après ma femme, à vouloir se tuer. J’en veux aux évènements, plus à Scott. Malgré la douleur... J’accepte aujourd’hui que LIZ soit du passé, et décide de vivre, pour moi. Avec SCOTT: plus proche que jamais.

75


On

se

retrouvera,

de

l’autre

côté.

76


77


ÂŤ The life of the dead is placed in the memory of the living. Âť Marcus Tullius Cicero


1000 mercis à mes dévoués acteurs, Marta Hamplova et Gregory Bertrand, ainsi qu’aux professeurs de l’HEAJ.



"Vestige" - Benjamin Ghesquière