Issuu on Google+

trimestriel

N° 47

Belgique - Belgïe

1300 Wavre

Éd. resp. : M. Herpigny - rue Lambert Fortune, 33 - 1300 Wavre - 010 / 22 31 9 1- 3e trimestre 2007 - bureau de dépôt : Wavre 1 N° d’Agrément P701018

Édité par le Centre d’ Action Laïque Brabant wallon asbl

4

Interview d’Eliane Deproost

10

Pôle Philo

22

André Comte-Sponville

Secrétaire générale du CAL Activités 2007

Au Centre Culturel de Tubize calbw@laicite.net http://www.calbw.be

PP 7 792


edito

Sommaire Secrétaire de rédaction

Françoise Bourguet Conception

Anthony Van Tielen Paul Mairesse Maquette

Pierre Le Point Mise en page

Anthony Van Tielen Impression

Imprimerie J. Dieu-Brichart Couverture

Affiche « Rencontres Philo 2007» Chantal Olivier

Editorial

3

Interview d’Eliane Deproost, nouvelle Secrétaire générale du CAL

4

Le Pôle Philo

9

Un banc pour tous

16

Philéas et Autobule

17

La Fabrique de Soi

18

La Fête de la Musique – Edition 2007

20

Les Fêtes de la Jeunesse Laïque en Brabant wallon

21

André Comte-Sponville à Tubize

22

Sélection de livres

23

Agenda

24

Infos-Services

26

L

e temps des vacances est révolu… nous entamons la dernière ligne droite d’une année déjà bien remplie. Enfin vacances… Pas pour tout le monde puisque le numéro que vous tenez en mains a été mis en page et « créé » à titre expérimental par une équipe de jeunes stagiaires du CEPEGRA - Centre de Compétence de l’Industrie Graphique. Il nous a semblé normal et important de répondre positivement à leur demande de nous proposer une autre forme du CALepin. Faites nous savoir ce que vous en pensez. Cela étant, que ce soit la sortie des numéros de Philéas & Autobule, les ateliers créatifs et récréatifs de même que l’exposition des jeunes fréquentant la Fabrique de Soi, que ce soit le pôle philo ou encore les liens tissés ou retissés avec les associations locales, toutes les équipes du CAL BW ont donné le meilleur d’elles-mêmes. Qu’elles en soient ici remerciées.

Régionale du Brabant wallon rue Lambert Fortune 33 1300 Wavre tél. : 010 / 22 31 91 fax : 010 / 22 72 11 courriel : calbw@laicite.net site : http://www.calbw.be

La Régionale Brabant wallon du Centre d’Action Laïque offre les services suivants : • Centre d’information et de documentation, • Aide et soutien aux associations locales dans le respect de l’autonomie de chacune. Elle œuvre à la promotion de l’enseignement officiel, du cours de

Michel HERPIGNY Serge VANDERVORST serge.vandervorst@svconsult.be GSM : 0475/ 76 01 12 Yves DEVULDER yves.devulder@skynet.be Bernadette JAUQUET guy.vincart@skynet.be Chantal Grégoire-Nagant chantal@dalembert.be

ADMINISTRATEURS : Teddy BÉATSE Ali SERGHINI Robert SMETS Michel VAN BOCKSTAELE Claude VAN ONSEM Yves VERTENEUIL Béatrice Mahaux

teddy.beatse@telenet.be   aserghini@groupe-ps.org rjm.smets@skynet.be   michel.van.bockstaele@skynet.be claudevano@yahoo.fr   yves.verteneuil@tubize.be bea.mahaux@yahoo.fr

Directeur :

Paul KNUDSEN

Coordinatrice : Département administratif Assistante de Direction : Secrétaire chargée de l’accueil : Département communication Coordinateur : Attachée de relations publiques : Attaché de communication : Centre de Documentation – CeDoc Documentaliste et Rédactrice en Chef de « Philéas et Autobule » : Délégué à la promotion « Philéas et Autobule » : Secrétaire chargée de l’accueil : Pôle philo Coordinatrice : Animateur : Animatrice : Chargée de projets :

Valérie LEMAIGRE 

une citoyenneté accrue. Elle vise le mieux-être de l’homme en l’amenant à rechercher lui-même le sens qu’il donne à sa vie, ses choix, ses actes. Au travers de l’assistance morale, elle donne à ceux qui le souhaitent une assistance philosophique, non confessionnelle, basée sur le Libre Examen.

Notre bulletin, gratuit, est envoyé sans formule d’abonnement Conformément à la loi du 8 décembre 1992 en matière de disposition de la vie privée, le Centre d’Action Laïque, régionale du Brabant wallon asbl, est maître du fichier d’adresses qu’il utilise. Vous pouvez y obtenir vos données personnelles et les faire rectifier.

Tél. : 010/ 41 89 46 Tél. : 010 / 84 52 70 Fax : 010 / 84 59 67 Tél : 010 / 41 53 60 Tél. : 081 /65 58 87 GSM: 0473 / 61 50 85 Tél. : 02 / 387 33 26

Le personnel du CAL/BW Implantation de Wavre - Tél. : 010 / 22 31 91

Elle développe, au travers d’activités d’éducation permanente, des l’autonomie et le bien-être de chacun, le progrès de la société pour

CALepin

BUREAU Président : Vice-Président : Trésorier: Secrétaire : Secrétaire adjointe :

morale et du libre examen. projets visant le sens critique et le rayonnement de la libre pensée,



La Régionale du Centre d’Action Laïque du Brabant wallon

Séverine LEMIRE Delphine DALLENOGARE Jacques TAYLOR Françoise BOURGUET François TILMAN Catherine STEFFENS Benoit GOFFIN Nathalie MARCHAL 

Depuis notre dernière parution, diverses activités « phare » ont eu lieu : • Les fêtes de la Jeunesse Laïque à Nivelles et Ottignies ont célébré le passage de l’enfance à l’adolescence de très nombreux jeunes. Comme toujours, elles ont connu un franc succès. • La Fête de la Musique pour dire « NON aux extrémismes » a déroulé ses fastes sur la Place Bosch de Wavre le 23 juin. Cette troisième édition a permis de rencontrer un public nombreux qui a pu assister tout au long de la journée aux prestations de groupes musicaux ; quant à la soirée, elle s’est terminée en apothéose avec le concert tant attendu de Machiavel devant des milliers de personnes ! Du jamais vu à Wavre… Aujourd’hui encore et même si les dernières élections fédérales ont montré un recul des partis liberticides, il ne faut pas oublier que la bête n’est pas morte. Notre vigilance ne doit pas se relâcher et il est donc essentiel de dire et de dire encore « NON » ! Enfin, en cette veille de rentrée, nous nous préparons à reprendre pied dans les écoles (avec Phileas et Autobule, Philo dell’Arte et les Matinées Philo), à leur périphérie (avec la Fabrique de Soi) et plus largement encore (avec les Cafés et les Rencontres Philo) pour que la Laïcité vive en Brabant wallon. Soyez assurés que nous avons besoin de vous tous. N’hésitez jamais à nous faire part de vos envies, besoins ou réflexions plus générales. Bonne lecture à tous. Michel Herpigny, Président du CAL BW.

Stéphanie GODARD David LAVAL Geneviève SAMAIN Annick TASIAUX

Implantation de Tubize « La Fabrique de Soi » - Tél. : 02 / 355 04 76 Coordinatrice : Animateurs : Secrétaire chargée de l’accueil :

Anne BEGHIN Gilles DEGUIDE Sébastien MASSON Alice DRYMAEL



CALepin

Centre d’Action Laïque


Communautaire

Communautaire

Interview d’Eliane Deproost, Secrétaire Générale du CAL

CALepin : C’est très aimable à toi Eliane d’accorder au CALepin un de tes premiers entretiens en tant que Secrétaire Générale du CAL. Nous avons souhaité te rencontrer ainsi que Pierre au départ de vos entrées en fonctions respectives parce que le hasard des calendriers les a fait coïncider ce qui crée un moment unique pour le CAL où les deux sommets de la Laïcité organisée sont renouvelés. Il nous a paru important de faire connaître à nos lecteurs les regards neufs qui se portent aujourd’hui sur le mouvement. Pour personnaliser un peu la Secrétaire Générale, peux-tu tout d’abord nous parler de tes éventuels liens, attaches, histoire qui te mettent en contact avec le Brabant Wallon ? Est-ce une terre inconnue ? Eliane Deproost : Le Brabant wallon m’est plutôt familier. Tout d’abord parce que j’ai des amis qui y ont toujours habité, vers Maransart et Rixensart. Lors des périodes où j’ai habité Bruxelles, c’était dans le Nord, vers le Brabant flamand que j’ai arpenté lors de promenades dominicales avec mon père. Il nous emmenait pendant des heures dans le Paillotenland, une très belle région. J’ai découvert le Brabant Wallon surtout via mes amis.

CALepin

Ceci étant, j’y ai également pas mal de souvenirs professionnels puisque j’ai travaillé très longtemps avec les CEMEA (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) très actifs dans la région. Je me souviens de contacts avec des écoles, à Nivelles, avec l’école normale de Jodoigne aussi pour de nombreuses formations d’animateurs et futurs instituteurs.



Donc, en étant reçue à la Fabrique de Soi pour une première rencontre avec l’équipe du CAL BW, je retrouvais des accents qui me sont chers en termes d’éducation et de pédagogie pour les enfants. Cela dit, le Brabant wallon, c’est aussi l’incontournable conflit de Clabecq : une lutte sociale devenue historique ! Et qui détonne évidemment avec l’image de la province résidentielle d’une bourgeoisie aisée, assez souvent expatriée de Bruxelles. Je me souviens, au cours de mon expérience de 15 ans au Centre pour l’Egalité des Chances, de la première fois où je suis allée en Brabant wallon. C’était à Tubize, pour faire je ne sais même pas si à l’époque, on employait déjà le mot - une médiation entre des jeunes qui avaient un peu rudoyé la police, à moins que ce ne soit l’inverse, et les policiers locaux ! J’ai donc des souvenirs de réalités sociales aussi fortes en Brabant wallon qu’ailleurs même si c’est plutôt le côté « beaux jardins et belles maisons » qui symbolise la région. C’est donc pour ça que je pense que le travail du CAL BW est essentiel également sur le plan social. CALepin : Donc, si tu dois qualifier le Brabant wallon en tant qu’entité quels sont les mots, les images qui te viennent ?

Eliane Deproost : D’abord une certaine forme de beauté. Je pense que c’est une belle province, avec encore beaucoup de belle nature et de jolies petites villes. Elle a donc toute cette dimension de sérénité et c’est important. Mais qui justement ne doit pas occulter les fragilités socio-économiques dissimulées derrière l’apparence d’opulence. On n’est pas dans une province sinistrée comme d’autres. Mais il ne faut pas se voiler la face pour autant. CALepin : Voilà une excellente transition pour aborder tes représentations des priorités professionnelles qui t’attendent. Compte tenu de ton entrée en fonction très récente qui te confère encore l’extériorité du regard sur le mouvement laïque, quelles sont selon toi les questions, les thématiques de fond qui devraient être mises en avant dans la pratique de la laïcité organisée au sens le plus large du terme. Eliane Deproost : Ce qui me frappe le plus c’est qu’après plusieurs semaines d’entrée en activité, chaque jour, je découvre encore ! Je découvre des petits morceaux du CAL au travers de ses régionales ; je découvre d’autres ASBL membres du CAL, des associations et des actions locales... Et c’est extraordinaire ! Alors, tout n’est évidemment pas de qualité égale. Je pense qu’il ne faut pas non plus

«Je pense que le travail du CAL BW est essentiel également sur le plan social.»

vouloir tenir un langage lénifiant sur tout : tout n’est pas extraordinaire. Mais il y a beaucoup de choses, beaucoup de vitalité, des équipes de professionnels jeunes, dynamiques, qui en veulent... Et, face à ce constat, ma question récurrente est : « pourquoi est-ce qu’il y a deux mois, je ne connaissais pas ces activités, ces campagnes, ces soutiens aux populations fragilisées… ? ». Comment se fait-il que cette laïcité qu’on appelle organisée soit aussi mal connue de laïques comme moi, qui le suis depuis toujours dans ma pensée et ma façon de vivre. Dans les boulots successifs dans lesquels j’ai été engagée, il y avait pourtant toutes les raisons de me faire savoir que cette laïcité existait. Or, j’ignorais tout de ses développements concrets. Je pense donc qu’on a toutes et tous un véritable devoir de mettre en œuvre une action et une communication cohérentes, et ce ne sera pas facile. Ce n’est pas facile et on l’évoquait encore en toute franchise lors d’une première rencontre avec le Conseil d’administration du Centre Laïque de l’Audiovisuel. Nous devons pouvoir en parler avec tous les acteurs et y réfléchir ensemble. Mais la laïcité est aussi faite d’ensembles qui ont leurs histoires singulières, leurs personnalités porteuses, depuis des années. Il n’est évidemment pas question d’être dans une vision centralisatrice, ni de l’action, ni de la communication du CAL. Je pense que, dans l’intérêt de chacun et de tous, il faut rassembler toute cette information extraordinaire sur l’action qui se réalise et pas uniquement sur la pensée et la réflexion, car la pratique est largement méconnue. La deuxième interrogation qui me vient porte sur la spécificité. En quoi est-ce qu’une Ecole de devoirs, un Centre d’Alphabétisa-

tion, une Boutique d’Emploi, … impulsés par un organisme laïque est différent de l’initiative portée par une association chrétienne par exemple, trois maisons plus loin ? Quelle est la spécificité en termes d’accueil, de pédagogie, de méthodologie ? Est-ce que il y a un discours particulier ? Non, puisque nos utilisateurs sont eux de toutes convictions et c’est là une de nos grandes

caractéristiques : ne pas fermer la porte à ceux qui ne sont pas athées ou agnostiques, pas plus que chercher à les endoctriner. Oui, parce que notre souci d’autonomisation, de liberté, … l’emportent sur tout dogme ou modèle. Témoigner via nos actions de ce qu’on peut être porteur de valeurs de solidarité, de

« ... un véritable devoir de mettre en oeuvre une action et une communication cohérentes.»



CALepin

Comme nous en faisions part dans le numéro précédent, nous avons voulu rencontrer Pierre Galand, Président du CAL, et Eliane Deproost, Secrétaire Générale, qui sont entrés simultanément dans leurs fonctions respectives au mois de mars 2007.


Communautaire

Mais qu’est-ce qui fonde ces priorités ? Estce vraiment lié au terrain ou - et cela ne serait en rien péjoratif - est-ce le fait d’un plus grand intérêt de tel ou tel Conseil d’administration, directeur ou équipe, ici ou là ? Donc, si sur le plan des idées, la spécificité

ment aseptisé où tout le monde ferait la même chose ! Mon intention est vraiment à mille lieues d’une uniformisation quelconque. Mais, il importe qu’au moins chacun sache pourquoi il est actif dans tel ou tel terrain et ce qui réside derrière l’action concrète : action plus centrée sur les jeunes et les enfants chez vous en Brabant Wallon, ailleurs plus avec des femmes, ailleurs encore plus avec des étrangers... Et par ailleurs, savoir pourquoi  ce sont ces plans opérationnels-là qui ont été choisis : faire comprendre en quoi ces problémati-

« Il ne faudrait pas, par souci de cohérence, aboutir à un mouvement aseptisé où à un mouvement où tout le monde ferait la même chose. » laïque est évidente, sa traduction en actes particuliers est moins claire et mérite encore un approfondissement. CALepin : Ta première réponse pointe la diversité des activités de la « laïcité organisée » et leur disparité : c’est donc la dimension organisationnelle que les questions de fond que tu relèves tout en les ayant déjà effleurés en parlant de scolarité et des différents thèmes qui dessinent cette espèce de mosaïque. Il est clair qu’au niveau du pôle central qu’est le CAL Communautaire des impulsions doivent venir, mais tout ne peut pas être impulsé de la même manière. Donc, la question se pose du fond et des priorités…

CALepin

Eliane Deproost : Oui, tout à fait. Cependant, il me semble qu’il ne faudrait pas, par souci de cohérence, aboutir à un mouve-



ques et les traitements que nous en avons, constituent des déclinaisons concrètes des valeurs laïques. Il y a les mots et derrière les mots et les concepts, il y a des traductions pragmatiques. Pour ma part, j’ai toujours considéré que c’est à ce niveau que se situe ma place, si j’en identifie une aujourd’hui, après un mois et demi : dans cette traduction vers la concrétisation. Je suis intéressée par les idées, les mots, les réflexions. Mais quand ils ne se transforment pas en outils vers l’agir, ils constituent un monde étrange voire étranger pour moi. C’est donc le passage à l’acte qui me mobilise. Maintenant, les choix sont-ils toujours délibérés au sein des équipes et dans le chef des différents responsables, ou sont-ils par-

fois le fruit de hasards ou de l’histoire ? Peu importe, il est temps aujourd’hui de réaliser la photographie de cette action, de ce qu’on fait : où est-on et que fait-on ? Et pas seulement au niveau du CAL Communautaire et des 7 régionales mais aussi à celui des 320 associations locales. Je rêve d’avoir cette photographie-là, dans une cartographie précise qui montrerait ce qui est fait par d’autres sur le terrain, services publics ou associations, pour « mesurer » si nous sommes toujours là où les besoins sont les plus criants. Il y a peut-être des zones un peu négligées par nous pour des raisons diverses : sociologiques, historiques, personnelles… Arriver à objectiver ce type de situations, constituerait un outil central pour élaborer l’avenir. Aura-t-on les moyens de le faire ? C’est une autre question ! Derrière tout cela, une des raisons qui m’ont poussée à briguer la fonction que j’occupe aujourd’hui tient dans l’interrogation ou plutôt le challenge suivant : est-ce que, en

cette période où tout un chacun est en recherche de références, de repères, de sens - ce qui fonde d’ailleurs en partie le regain du religieux - la laïcité peut-elle apporter des réponses significatives ? Car nous vivons une période très paradoxale sur ce plan. Par exemple, il est fait état dans un sondage récent de ce que plus de 50% de Belges se déclarent catholiques, mais, parmi ceux-ci, 31% se disent non-croyants ! Où est-on et de quoi parle-t-on ? Parle-t-on d’une culture X, Y à propos du catholicisme ? Les gens ne se définissaient pas comme ça auparavant et c’est sans doute un fait nouveau. Tout comme nous nommons « arabo-musulman », tout marocain d’origine ! En revanche, sommes-nous en mesure d’offrir aux citoyens qui affirment telle ou telle conviction, non seulement des lieux mais aussi des espaces/temps où il est possible de vivre des passages de vie importants, comme la naissance, la puberté, le mariage, le deuil, avec des rites qui ne soient pas figés et où les familles, les personnes concernées peuvent vraiment s’investir selon leur désir et leurs possibilités. Rien ne me terrorise plus que de remplacer un rite par un autre sans qu’il ne fasse sens pour les personnes concernées. J’ai donc envie de m’investir dans la «commission cérémonies » du CAL. Sans doute, aussi, parce que je l’ai vécu personnellement lors de deuils dans ma famille où j’ignorais que je pouvais « faire appel ». J’ai dû improviser totalement et j’en ai été très heureuse. Mais l’un ou l’autre coup de main n’aurait vraiment pas été négligeable !

CALepin : Tu évoques là, à travers un exemple en particulier, la fonction de la diffusion d’informations par le CAL et par rapport à laquelle un certain déficit peut exister. Quelles seraient les actions à promouvoir à ce niveau ?

d’être le cas. Et même par rapport à ceux qui ont été gagnés, il importe de rester vigilant aux plans belge et européen pour qu’ils ne soient pas détricotés dans la loi ou dans la pratique. CALepin : Tu penses à l’avortement, j’imagine ?

Eliane Deproost : Déjà donner à voir l’ensemble de l’action qui est menée devrait permettre à beaucoup de citoyens et de citoyennes qui ne nous connaissent pas du tout, d’avoir des représentations mentales, des images de ce qu’on fait et donc, par là, de qui on est. C’est un pan tout à fait important et qui parlera peut-être plus à une partie de la population que de grands discours. Ceci étant, sur la question des « grands discours », il est vrai que prendre position pour se réjouir de telle avancée législative, de tel événement est et restera fondamental. Il faut que l’on continue à réagir, comme on l’a fait, par exemple, aux propos de Monsieur Léonard. Mais, idéalement, cette réaction devrait être suivie, dans les 15 jours, d’une autre prise de position sur un sujet d’actualité, où par ailleurs, on soulignerait les avancées éthiques qu’aurait fait le dernier gouvernement... On doit être à la fois, dans des revendications/réactions parce que le combat n’est pas terminé, mais aussi dans des paroles positives, soit sur ce qu’on fait, soit sur ce que d’autres ont fait, en étant en alerte sur ce qui se passe dans la société, pour « les gens ». Au sein de la population qui a une image de la laïcité «  organisée » associée à des combats éthiques, beaucoup pensent que ces combats sont terminés, ce qui est loin

Eliane Deproost : Je pense à l’avortement, bien sûr. Mais je pense aussi à l’euthanasie pour laquelle il reste beaucoup à faire. Entre la loi et la pratique il y a une marge. Pour ma part je dénonce avec beaucoup de vigueur le fait qu’il est, quasiment partout, y compris dans nos hôpitaux publics, impossible d’en parler. C’est vraiment le plus douloureux. Ce n’est même pas le fait d’agir, de passer à l’acte: c’est le fait d’être considéré comme un conjoint, un parent indigne quand on pose une question ! C’est insupportable. Cette revendication, qu’une parole sur la fin de vie ne soit plus taboue, est essentielle. Ma grande découverte dans les régionales, c’est que tous les sujets de société, la précarité, le logement, l’interculturalité, la question des drogues, de l’enfermement, ... nous concernent. On pourrait très bien estimer que « laïcité = questions éthiques » et se limiter à cette sphère. Mais il y a quelque chose dans l’histoire du CAL qui a fait que les bénévoles comme les professionnels se sont emparés, sous des formes diverses, de tout ce qui fait le bien-être des hommes, des femmes et des enfants de ce pays et d’ailleurs. On doit aussi avoir un discours laïque proactif, pas seulement sur les questions philosophiques mais aussi au travers

« Est-ce que, en cette période où tout un chacun est en recherche de références, de repères, de sens, la laïcité peut-elle apporter des réponses significatives ?»



CALepin

fraternité, … tout en étant sans conviction religieuse, s’interroger sur la spécificité de notre action est donc fondamental. D’autant que l’action des régionales est très diversifiée : les unes sont plus centrées sur l’interculturel, d’autres sur les sans abris, les troisièmes sur les sans papiers ou sur la lutte contre l’extrême droite... L’ensemble forme un puzzle magnifique !

Communautaire


Communautaire

Communautaire

CALepin : On a déjà abordé le corollaire de la dimension organisationnelle de la laïcité. Lorsque tu parles d’une démarche proactive et pas uniquement réactive, on perçoit qu’il y a une organisation qui se met en marche autrement pour agir autrement. Quels seraient, selon toi, six semaines après ton entrée en fonction, les priorités organisationnelles à développer pour le CAL en particulier en direction des jeunes ? Eliane Deproost : Une anecdote pour commencer. Une amie proche, professeur de Psychologie sociale à l’ULB en son temps, m’a dit récemment sur le mode de la plaisanterie: « Au CAL, je te vois pour le moment en Mary Poppins, avec un énorme bagage dans une main. Dans l’autre main, tu n’as pas un parapluie, mais un gigantesque plumeau pour enlever la poussière ». L’image m’a beaucoup amusée: je n’ai pas vraiment le physique de Mary Poppins, mais je trouve qu’il y a un clin d’œil assez juste dans cette image : sur les plans institutionnel et quo-

CALepin

Au CAL, je me vois pour le moment en Mary Poppins, avec une énorme bagage dans une main. Dans l’autre main, tu n’as pas un parapluie, mais un gigantesque plumeau pour enlever la poussière.



tidien, l’idée du plaisir et de la joie, le désir de faire sont à retrouver pour certains. J’ai entendu dans certaines équipes, de jeunes délégués dire : « Est-ce qu’on peut être fiers de dire qu’on travaille au CAL ? Est-ce qu’on ose le dire à nos amis ? » J’ai été extrêmement touchée, car je sens que si on ne peut pas dire cela, alors la laïcité, le CAL, est en train de rater quelque chose de fondamental. Donc, sur le plan organisationnel, ce n’est pas tant l’idée de dépoussiérer qui me touche - il y a sûrement des choses à dépoussiérer, des rationalisations à faire sans ruptures ou exclusions - que l’impératif qu’il y a à restituer et resituer le sens du combat mais aussi le plaisir du combat. On n’est pas heureux quand on part en guerre, mais sur un certain nombre de combats d’idées, je trouve qu’on peut s’y entraîner dans l’effervescence du débat en n’hésitant pas à avoir des controverses en interne qui ne se traduisent pas en rivalités et en malaises. Cela constitue pour moi un défi important car on ne décrète pas le plaisir et le désir à la place des gens. Mais dans des équipes de professionnels, on peut ramener cette fierté. Je t’ai dit combien j’étais touchée par cette interrogation sur la qualité, la validité du travail. Pour ma part en tout cas, si je ne conservais pas et ne cultivais pas le plaisir, le sens et la fierté d’être au CAL, je ne resterais pas, c’est clair ! J’espère donc (tu parlais de la naïveté inhérente à la nouveauté de la fonction en début d’entretien) en tout cas, apporter un peu de vitamines, à ma façon. Mais je pense, et la chose est essen-

tielle à mes yeux, que ça ne pourra se faire que si les milliers de bénévoles de ce mouvement ont un vrai respect pour le travail des délégués, des coordinateurs, des directeurs de même que l’envie de les écouter, de prendre leur parole et leur action en compte. Je me permets de le dire parce que je ne suis pas sûre que ce soit toujours le cas. Si dans le mouvement laïque où chacun a sa place, ceux qui sont là de façon militante parce qu’ils l’ont décidé et ont effectivement la responsabilité de faire des choix pour leurs associations respectives, n’ont pas la plus grande estime et le plus grand respect pour les personnes qu’ils engagent, il y a deux solutions : ou bien ils les licencient, ou bien ils quittent eux-mêmes.

que je conçois les choses. On est avant tout des partenaires de travail ! Alors, il est clair que le CAL Communautaire a un rôle de fédération. Et qui dit fédérer, sait qu’il y a des choses laissées au bord du chemin. Mais je pense qu’il faut qu’on en décide ensemble, qu’on en parle ensemble et que ce ne soit pas des décisions autoritaires, descendantes qui prévalent mais bien la conclusion de dialogues. Ca me semble loin d’être impossible mais il faut que chacun le veuille sinon les rouages vont gripper. Or, si la machine fonctionne bien, la laïcité et la population toute entière auront progressé. Propos recueillis par Jacques TAYLOR, Coordinateur du Département Communication.

Enfin, je ne voudrais pas clôturer les priorités organisationnelles sans aborder la question du pouvoir, cruciale dans les institutions comme la nôtre. J’entends beaucoup, depuis que je suis arrivée, à propos entre autres, des relations entre les associations, mais aussi entre le CAL Communautaire et les régionales, la question de la place de chacun et de la rivalité, du pouvoir de décision… Pour ma part, ce n’est pas de cette façon



CALepin

ces questions de société tout à fait concrètes. Il y a des lois mais surtout des pratiques sociales à défendre. Il en va de même pour la qualité de la formation de tous les travailleurs sociaux, socio-éducatifs et d’encadrement, qu’ils soient enseignants, policiers, politiques ou que sais-je… Car je pense que la qualité de la formation de tous les professionnels est un enjeu majeur en regard des grandes fractures sociétales. Cet objectif peut aussi être un enjeu de la laïcité : apporter de la formation de qualité à des travailleurs et bénévoles (dans les prisons, l’école, les maisons de repos, ...).


CAL Brabant wallon

CAL Brabant wallon

Les Matinées Philo 2007 En mai 2006, le Pôle Philo du CAL BW inaugurait une nouvelle animation, « Les Matinées Philo ». Destinée aux philosophes en herbe, alias les étudiants du secondaire supérieur (Poésie et Rhétorique), cette activité de sensibilisation à la philosophie venait compléter les animations déjà existantes (Philo dell’Arte pour les enfants, les Cafés Philo pour adultes et, bien sûr, les annuelles Rencontres Philo de novembre). Pour commencer ces « Matinées » en douceur et ne pas effaroucher un jeune public peu rompu à l’exercice philosophique, présentation une pièce de théâtre écrite par Jacques Sojcher, « Le philosophe amoureux ».

Animations Philo dell’Arte Ateliers Philo dell’Arte Stages/Labos Philo dell’Arte

Pôle Philo

Développement des Rencontres Philo

Pôle ADULTES Cafés Philo Paroles Cafés Philo Palabres Rencontres Philo

Pôle ADOLESDCENTS Matinées Philo Cafés Philo épisodiques

CALepin

Suite à la pièce, des ateliers ouvrent un dialogue direct entre les étudiants et des philosophes de formation, sinon de profession. Ceux-ci présentent brièvement leur parcours de philosophe, depuis leur premier émerveillement existentiel jusqu’à la Chaire d’Université, en passant par les études et autres expériences personnelles. S’ensuit un jeu de questions-réponses avec les étu-

10

diants. Alors, la philo, justement, c’est quoi ? Et à quoi ça sert ? Peut-on en vivre ? Comment devient-on philosophe ? Par ces quelques questions, sans parfois le savoir, les jeunes font leurs premiers pas en philosophie. Au fil de la conversation, les langues se délient, les questions fusent, l’ambiance s’embrase. L’étonnement et la curiosité sont sollicités. Les deux premières qualités d’un philosophe… Il semble qu’un mur d’ombre s’écroule autour de cette discipline trop souvent prisonnière des préjugés. Peut-être même que des vocations voient le jour… Il est toujours bon de réveiller le philosophe en soi, pour une Matinée, ou pour la vie…

Au vu du succès de cette première expérience, une seconde « Matinée Philo » était organisée en mars 2007. A nouveau, le résultat fut très positif. Décidemment, les jeunes n’ont pas fini de nous étonner… David Laval, Animateur.

EN PRATIQUE  Public : étudiants de 5ème et 6ème secondaire  Thème : « Qu’est-ce que la philosophie ? », « Pourquoi la philosophie ? », « Comment la philosophie peut-elle s’inscrire dans le quotidien ? »  Conférenciers : Jacques Sojcher, Professeur émérite à l’ULB, Christian Destain, Maître de conférences à l’ULB, Odile Gilon-Fischer, Chercheur à l’ULB  Date : du lundi au vendredi entre les congés de carnaval et ceux de pâques à la demande  Horaire : de 9h30 à 12 heures 9h30 accueil, 9h45 pièce de théâtre, 10h30 pause, 10h45 trois ateliers de réflexion, 12h clôture  Lieu : dans les maisons de la laïcité  Prix : 3€ par élève  Contact : Annick Tasiaux, Chargée de projets  Infos : 010 22 31 91 ou matinees.philo@laicite.net

Odile Gilon-Fisher, chercheur à l’ULB

Nous consulter pour disponibilités, dates et prix.

11

CALepin

Pôle ENFANTS

Car oui, la philo, c’est une histoire d’amour… Amour de la Sagesse, de la Vertu, de la Connaissance, voire tout simplement… de son professeur de philosophie ! Entre la passion effrénée pour les concepts complexes et la confusion des sentiments romantiques, les complicités sont nombreuses. Et si l’étonnement philosophique, face à une existence tantôt merveilleuse, tantôt angoissante, ressemblait à s’y méprendre à l’excitation amoureuse, partagée entre l’extase fusionnelle et la peur de l’inconnu(e) ? L’œuvre de Sojcher est interprétée avec brio par un duo de comédiens, jouant l’étudiante sceptique mais curieuse et l’assistant du prof de philo, rigoureux mais néanmoins sensible aux charmes irrationnels de sa jeune élève. Cela donne un dialogue continu entre les extravagances métaphysicotranscendantales des hautes sphères de l’intellect (parfois poussées à une forme d’auto-caricature amusante) et les interrogations toutes humaines d’une adolescente en recherche de repères… et de l’Amour. Deux mondes à priori opposés mais en final tout au plus parallèles.


CAL Brabant wallon

CAL Brabant wallon

Café Philo Palabres

Rétrospective du Café Philo Paroles,

L’idée d’organiser un café philo en Belgique n’est pas neuve. Par contre, en Brabant wallon, c’est quasi une première. Depuis octobre 2006, le café philo Palabres participe au foisonnement intellectuel de la ville de Louvain-la-Neuve. Le public, un peu timide au début, est devenu de plus en plus nombreux au fil des mois. Il y a même une certaine fidélité qui se crée. Sagesse quand tu nous tiens…

C’était en mars 2006 que l’expérience d’un café philo à destination du public précarisé débutait, sans certitude quant à un éventuel succès. Pourtant, un an plus tard, le projet tient toujours la route, même si le public reste timide à l’invitation… Retour sur un projet aux dimensions humaines.

CALepin

David Laval, Animateur.

12

Saison 2007-2008 - 01/10 éducation - 05/11 économie - 03/12 imagination - 07/01 réflexion - 04/02 humour - 03/03 progrès (les sciences) - 07/04 désirs, passions - 05/05 mort - 02/06 banquet philosophique (les sens) Les thèmes sont susceptibles de changer en fonction de l’actualité

La saison 06-07 du café philo Paroles débute en septembre, un peu avant la réouverture des Restos du Cœur, fréquentés par la majorité des participants. A raison d’une séance hebdomadaire, autour d’un thème général (l’amour, la tolérance, les plaisirs,...), des hommes et femmes issus de la frange marginalisée de la population se rencontrent pour converser. Sans verser dans le mélodrame, chacun s’efforce de sublimer son expérience personnelle, aussi douloureuse soit-elle, pour tenter d’objectiver un sujet qui lui tient à cœur. Oublier un peu ses souffrances pour se concentrer sur une discussion « normale », à la fois légère et profonde, avec des zones d’accord et de contradiction qui donnent tout le piment à la conversation. Et quand une idée neuve émerge, comme une fleur rare et précieuse, la satisfaction se lit sur les visages. Ils retrouvent une dignité de citoyen à part entière. Sans prétendre pouvoir les réinsérer complètement, le but avoué est de leur apprendre doucement à retrouver confiance en eux et, gageure majeure, à se sentir mieux dans leur peau de chagrin. Il ne faudrait toutefois pas les prendre en pitié trop vite. Malgré leur condition actuelle plus que difficile (pauvreté matérielle, malnutrition, solitude extrême), ces gens ont un regard aiguisé sur la société, ses vices et ses espoirs. S’il leur est refusé de vivre dans le doux cocon de la sécurité matérielle, leurs désirs sont tournés vers un horizon plus essentiel, à visage humain, celui d’une société enfin égalitaire, solidaire, heureuse. De l’utopie en plein diront les nantis blasés obnubilés par leur compte en banque croissant ou décroissant

selon les caprices lunaires de la conjoncture. Mais pour eux, plus qu’un rêve, il s’agit d’avoir une raison de vivre, de donner un sens à cette vie aux amères accents d’absurde qui semble se jouer de leurs émotions comme une girouette dans la houle. Alors le café philo devient l’occasion de réunir des âmes, blessées mais pas vaincues, autour d’un café chaleureux et de construire ou déconstruire un monde aux allures un peu folles. La délivrance vient du savoir, disent-ils, et comment mieux apprendre qu’en échangeant ses expériences, ses connaissances avec ses pairs, dans un dialogue immédiat et sincère ? Il ne s’agit pas d’en faire des encyclopédistes, mais simplement de rendre la parole à des hommes et femmes que la société a fini par rendre muets… Et si, quand ils repartent chez eux, après trois bonnes heures d’échanges copieux, c’est avec au visage le sourire d’un espoir et au cœur un échantillon de bonheur partagé, alors cette activité a toute raison d’être et de persister !

EN PRATIQUE Une rencontre hebdomadaire, espacetemps de discussion et de libre expression citoyenne  Public : tout le monde est convié  Date : chaque jeudi de septembre à juin sauf congés scolaires et jours fériés  Horaire : de 14 à 17 heures  Lieu : Maison de la laïcité « Irène Joliot-Curie » 33 rue Lambert Fortune à 1300 Wavre  PAF : gratuite  Personne de contact : David Laval  Infos : 010 22 31 91 cafephilo@laicite.net

En pratique, des thèmes mensuels sont choisis à l’unanimité. Ils sont déclinés selon différents angles tout au long du mois. Des textes appuient ou inspirent l’argumentation. Pour varier le quotidien, des ateliers artistiques colorent ponctuellement les discussions et diverses sorties aèrent les esprits. Enfin, un barbecue convivial de fin de saison scelle les amitiés et la promesse de se retrouver à la fin de l’été... David Laval, Animateur.

13

CALepin

La première saison du café philo Palabres s’est clôturée en juin dernier. Pour finir en beauté était organisé un Banquet philosophique, dans la digne tradition platonicienne. Quelques trente personnes, simplement curieuses ou carrément passionnées, se sont rassemblées autour d’une bonne table pour partager leurs idées. Les plus réservés tendaient une oreille attentive tandis que les plus téméraires se lançaient dans des considérations originales au sujet de cette discipline en finale encore assez mal connue. Au fil de la soirée, la convivialité du repas aidant, l’humeur s’échauffait, les langues se déliaient et le débat s’élevait de vives voix. A l’instar de Monsieur Jourdain se découvrant des dons pour la prose, les plus sceptiques se découvraient une certaine affinité avec l’art de dénouer les pensées. La philo, ça commence avec un simple étonnement, une question, en apparence insignifiante, qui peut prendre ensuite des proportions métaphysiques… pour qui veut flirter avec les hautes sphères de la réflexion. Le café philo à toutefois l’ambition plus modeste, mais non moins importante, de rendre à la réflexion une dimension humaine, de ramener la philosophie dans l’agora, la place publique, où chacun peut amener librement son eau au moulin, de réhabiliter le dialogue citoyen, trop souvent oblitéré par les instruments des mass-médias contemporains. En final, la philosophie, ça simplifie la vie…

EN PRATIQUE Un rendez-vous mensuel dans un sympathique café de Louvain-la-Neuve  Public : destiné à tous ceux qui aiment philosopher, s’interroger sur le monde qui nous entoure et discuter dans une ambiance conviviale  Date : le 1er lundi du mois sauf jours fériés  Horaire : à partir de 20 heures  Lieu : Guinch, restaurant-bar à thèmes (Traverse d’Esope, 12 à 1348 LLN)  Prix : entrée libre (les consommations sont payantes)  Personne de contact : David Laval, Animateur  Infos : 010 22 31 91 ou cafephilo@laicite.net

saison 06-07


CAL Brabant wallon

CAL Brabant wallon

La tolérance se décline à Villers-la-Ville

Un stage d’une semaine s’est déroulé du 29 janvier au 2 février 2007 à l’école communale de Villers-la-Ville. Les élèves de 4ème primaire ont partagé diverses expériences et échangé leurs points de vue sur le sens qu’ils accordaient à cette valeur.

de passage, les pratiques religieuses, un conte et l’alphabet hébreu. L’après-midi se termine par une visite contée au Musée des Beaux-Arts de Bruxelles. A chaque histoire succède un bref descriptif de la composition du tableau et de la technique utilisée par l’artiste pour réaliser le tableau. Des petits jeux ponctuent la visite qui tantôt attirent l’attention des enfants sur des détails de l’œuvre, tantôt sollicitent leur imagination verbale ou visuelle.

Lundi : présentation des activités de la semaine et discussion philo à partir du livre « On n’aime pas les chats » 1. Première approche des dérives possibles de vouloir à tout prix un monde où la ressemblance serait un idéal.

Mercredi : première partie de la confection de marionnettes. La marionnettiste Jeanine Vauchel2 , invitée au stage, explique chaque étape de la réalisation de la marionnette. A travers chacune d’elles, les enfants expriment la liberté de chaque individu à être différent de l’autre, à être simplement ce qu’il est. Une première esquisse concrétise leur idée personnelle. Ils la matérialisent progressivement avec la pâte darwi, les tissus et les papiers aux matières, textures, coloris et motifs divers, les marqueurs,… La marionnette prend vie.

Mardi : visite guidée interactive au Musée Juif de Belgique. La guide invite les enfants à chercher dans le musée des objets et des images en rapport avec le judaïsme. Ils découvrent la culture juive à travers les rites

Jeudi : déclinaison de la tolérance (religieuse, culturelle, physique, mentale,…). Les enfants sont confrontés à l’Autre par une série d’activités3 faisant davantage intervenir les cinq sens. Jeu de repérage et d’association

Une semaine bien remplie

L’économie est-elle encore humaine ?

des symboles en rapport avec les différentes religions et la laïcité en Belgique, projection de diapositives racontant l’histoire d’un petit garçon africain avec les instruments de musique de son pays en fond sonore, chanson « Mon coq est mort » en différentes langues accompagnée d’instruments à percussions africains, dégustation de pâtisseries marocaines, jeu d’association d’idées pour découvrir les saveurs des recettes du monde, différents alphabets,… Vendredi : fin de la réalisation des marionnettes. Un éventail particulièrement riche et diversifié de la vision intérieure de chacun sur ce que la tolérance représente pour eux. Un récapitulatif de tout ce qui a été vécu et exprimé finalise la semaine. Chacun est également invité à exprimer son ressenti par rapport à la semaine. La fierté se lit sur leur visage. Une semaine riche et dense dont les enfants ressortent enchantés de tout ce qu’ils ont partagé et découvert ensemble. Geneviève Samain, Animatrice.

L’économie c’est du savoir et du pouvoir simultanément mis en acte : emploi, exclusion, qualité de vie, pouvoir d’achat, sauvegarde de la planète, finalité de l’existence… Bref, la liste des espaces où se déploient ses effets couvre tous les aspects de notre vie. Les contraintes économiques réelles, supposées ou exagérées hypothèquent les discours et les volontés politiques comme si l’économie dans sa version capitaliste actuelle était devenue l’horizon indépassable de notre condition humaine. La philosophie n’y est pas indifférente. Les Rencontres Philo annuellement organisées par Entre-vues et le Centre d’Action Laïque du Brabant wallon confronteront en novembre 2007 des positions diverses voire contradictoires. Depuis des siècles et hormis des expériences qui méritent analyse et traitement spéciaux, l’économie de marché - l’autre nom du capitalisme triomphe de toute forme de système économique. Le reconnaître n’implique pas une adhésion à ses valeurs encore moins une approbation de leurs effets. On connaît la fracture qui existe entre les nations, l’injustice faite aux peuples : à certains l’embarras du choix offert par le marché d’apparence limpide concurrentiel donc équitable ; aux autres, les plus nombreux, la contrainte de la rareté, la difficulté d’accès aux biens les plus élémentaires : l’eau, la nourriture, les soins de santé, l’éducation… A tous, la promesse faite par les marchands, promesse d’un monde rendu meilleur grâce à la consommation bientôt à la portée de tous. Les 21 et 22 novembre 2007, nous tenterons de répondre à un foisonnement d’interrogations :

1

Notre monde obéit à des lois économiques qui s’articulent selon un protocole évident semblable à celui des logiques militaires. A la bipolarisation politique Est-Ouest, s’est substituée une autre confrontation à l’apparence moins martiale mais incontestablement aussi radicale.

CALepin

1. « On n’aime pas les chats » de François David et Géraldine Alibeu, Editions Sarbacane, Paris, 2006 – disponible au CéDoc du CALBW 2. Vauchel – pour tous renseignements, prendre contact avec le CALBW au 010/22.31.91 3. Mallette pédagogique « Animusons-nous de nos différences » par Animuse c/o Mouvement Couple et Famille ASBL (T. 081/45.05.99)

14

Les flux financiers s’identifient moins aux nationalités mais n’hésitent pas à recourir à la puissance des Etats pour développer leur emprise sur les marchés locaux et sur les destins de milliers et de milliers d’hommes et de femmes notamment par les processus de délocalisations. Quel est donc ce monde et quelles

sont les particularités qui le marquent ? Autrement dit, dans quel environnement global les tendances de l’économie se développent-elles ? Quels en sont les ressorts et quelle volonté politique et marchande est ainsi servie ?

2

La mondialisation fait intervenir nombre d’instances de régulation dont l’efficacité reste sujette à caution. Pour qui travaille réellement la Banque mondiale, que reste-t-il de la légitimité du Fonds Monétaire International lorsque de nombreux pays en contestent les méthodes et les contraintes ? Quel rôle peut jouer l’Union européenne ? Quelle marge de manœuvre lui est encore possible ?

3

Par ailleurs, la financiarisation de l’économie mondiale ne va pas sans produire des effets néfastes qu’il convient de démontrer pour, modestement, contribuer à les démonter. Comment agir ? Avec qui le faire ? Les lieux de résistance se multiplient : Forum social, Attac… Interrogeons-les.

4

Nous savons au moins depuis Freud, que le capitalisme a partie liée avec le désir et l’inconscient. Ainsi, même si aucune alternative au capitalisme ne s’impose de façon crédible, sa crise est évidente, nous affirme Bernard Stiegler : « Le capitalisme repose sur le crédit comme confiance ; il a besoin d’entraîner l’adhésion. Or, c’est précisément ce crédit qui est aujourd’hui ruiné… le capitalisme érige un système de valeurs où tout, sans exception, devient calculable et « égalisable » par la monnaie. Il prépare en cela ce que Nietzsche annonce comme l’avènement du nihilisme » (In Comprendre le capitalisme. Hors série du Nouvel Observateur. Mai/juin 2007, p 22). Comment alors penser cette mécanique qui articule le capitalisme et nos pulsions ? Comment com-

prendre les forces qui dictent notre propension à la consommation, par exemple ?

5

La croissance économique est-elle l’impératif de nos économies ? Certains prônent un autre chemin et d’autres moyens pour répondre à nos besoins sans renoncer à notre désir. Une désaliénation serait possible à en croire des penseurs comme Serge Latouche ou le physicien Robert Ayres (Le Soir du 21 mai 2007, p.18).

6

Les revendications identitaires nationales ou communautaires s’affirment de plus en plus. Allons-nous assister à une montée du protectionnisme en matière économique ? Quelle forme aurait-il ?

7

La virtualisation de l’économie produirat-elle de nouveaux rapports de production et de consommation ? Comment en mesurer les effets et en saisir le sens ?

8

La Belgique et particulièrement la Région wallonne et la Communauté française s’inscrivent nécessairement dans les nouveaux tournants de l’économie mondiale, comment dans le cadre du fédéralisme belge, ces entités répondent-elles aux défis actuels ?

9

Enfin, l’économie n’est jamais loin de la prospective. Les Rencontres Philo donneront la parole à un grand analyste qui anticipe les changements profonds qui se profilent : démographie, progrès technologiques, mutations professionnelles, relations hommes femmes…De quoi demain…

Ali Serghini, administrateur du CAL BW et président d’Entre-vues.

15

CALepin

Cette année, le Centre d’Action Laïque du Brabant wallon a une fois de plus réaffirmé son souhait de lutter contre les extrémismes de tous ordres. Bien que cette démarche s’adressait principalement à un public adulte et aux primo-votants, Philo dell’Arte s’y est associée en amenant les enfants à réfléchir à la tolérance, une des valeurs phare du CAL. Comme de coutume, les œuvres d’art suscitent le questionnement et éveillent les enfants à l’art.

RENCONTRES PHILO 2007


CAL Brabant wallon

Rendez-vous sur notre blog lesmoraliens1030.skynetblogs.be

Philéas et Autobule : coup de projecteur sur la saison II

Un banc pour tous ! Les lecteurs du CALepin le savent, le CeDoc organise tous les trimestres, des rencontres de maîtres et professeurs de morale autour d’un thème et d’une personne ressource. Lieu d’information mais aussi d’échanges, ces rencontres permettent à chacun de partager ses expériences. C’est ainsi que lors de la rencontre sur le thème des jeux, qui a eu lieu au mois de mars 2007, les maîtres de morale de la commune de Schaerbeek (fidèles lectrices du CeDoc) nous ont fait part de leur projet d’aide au développement mené avec leurs élèves. Voici donc leur récit d’expérience plein d’enthousiasme. 35 bancs ! Voici ce que les élèves de 6ème primaire de morale de Schaerbeek ont réussi à offrir aux élèves des écoles II et IV de Kalamu / Kinshasa, en République Démocratique du Congo. Tout commence lorsqu’Hermine Bokhorst, l’enseignante de morale à la base du projet, montre à ses élèves des photos des classes congolaises. On y voit 4 bancs et presque 80 enfants assis par terre. Sous les photos, un commentaire dit « Nous appelons nos écoles les écoles mal aux fesses. » Les « moraliens » sont indignés ! C’est alors que « Madame Hermine » a l’idée de faire passer ces photos à ses collègues de morale des autres écoles. Tous les enfants ont la même réaction : ils veulent faire quelque chose pour aider leurs homologues africains ! C’est ainsi que tous les « moraliens » de 6ème primaire de Schaerbeek s’embarquent dans le projet « Un banc pour tous ». L’objectif est clair : récolter un maximum d’argent et l’envoyer au Congo pour faire fabriquer des bancs. Il faut 60 euros par banc. Chaque classe réfléchit à ce qu’elle va faire, les idées fusent : vente de bricolages, de collations, car wash, souper, brocantes… Et les six maîtresses de morale se mettent au travail pour que ces projets voient le jour.

Les moraliens de l’Ecole 13 font une brocante et récoltent 2 bancs. Les élèves de l’école 16 et de Chazal leur emboîtent le pas et récoltent 3 bancs. Ça y est, le projet a bel et bien démarré ! Une autre classe conçoit et vend un livret de jeux. A l’école 6, les moraliens vendent des « Goûters de la solidarité » tous les lundis après le cours de morale. Dans plusieurs classes, on fabrique des tirelires que les élèves déposent dans les bibliothèques et les magasins. L’une de ces tirelires arrive dans un ministère et à son retour, les élèves y trouvent de quoi acheter plus de 5 bancs ! Dans d’autres classes, on confectionne et on vend des poupées en bouts de tissus et des bijoux à partir de vieilles cannettes, exactement comme le font les Africains. Toutes ces opérations sont un vrai succès. Mais les six maîtresses de morale schaerbeekoises veulent aller encore plus loin et rassembler tous leurs élèves pour des activités communes. C’est ainsi que le 1er mai, devant l’école 16, les voitures font la file pour le « Grand Car Wash de la Solidarité. » Résultat : 86 voitures nettoyées et 7 bancs de plus pour l’Afrique ! Quatre jours plus tard a lieu la Fête de la Jeunesse Laïque en Région Bruxelloise. Parmi les élèves qui défilent sur la scène du CERIA à Anderlecht, on repère tout de suite les petits Schaerbeekois qui portent tous le même T-shirt avec le logo « Un Banc pour tous ». Après la cérémonie, tous les enfants prennent la route à pied vers la maison communale de Schaerbeek pour une marche parrainée de 10 kilomètres. A leur arrivée, ils sont accueillis par un tonnerre d’applaudissements. Et c’est vrai qu’ils peuvent être fiers car ils nous ont donné à tous une belle leçon de solidarité! N’est-ce pas la meilleure manière de fêter les valeurs laïques ?

CAL Brabant wallon

Cette année, les enfants ont découvert des réalités dont ils ne se doutaient pas. Ils ont envoyé aux élèves congolais des dessins et du matériel scolaire et ils ont reçu en retour 175 dessins qui ont été exposés dans les écoles et à la maison communale. Ils ont pu découvrir le mode de vie d’autres enfants dans le monde avec ses différences mais aussi ses points communs. Ils ont appris à connaître la République Démocratique du Congo grâce aux différents intervenants qui sont venus répondre à leurs questions. Ils s’étaient d’ailleurs assis par terre pour les recevoir et ils le confirment : ça fait mal aux fesses ! Un mercredi après-midi, ils sont aussi allés visiter Matonge, le quartier africain de Bruxelles. L’année scolaire se termine et tout le monde fait le point. Le projet a vraiment été une réussite ! Et l’année prochaine, sans aucun doute, on continue. D’ailleurs, les élèves de 5ème année sont impatients de prendre le relais. Et d’autres communes ont émis le souhait de s’investir aussi. Alors il faut y croire et bientôt, on pourra peut-être dire « Il y a vraiment Un banc pour tous ! ». Clémentine De Smedt, Maîtresse de morale.

Les moraliens schaerbeekois et leurs professeurs ont effectué une marche parrainée de 10 km le jour de la Fête de la Jeunesse Laïque.

Le dernier numéro de CALepin ménageait le suspense quant au programme de la revue Philéas et Autobule  pour l’année scolaire à venir. L’équipe rédactionnelle est désormais en mesure de dévoiler les thèmes qui vous attendent… jusqu’à la rentrée 2008. Ici encore, les sujets abordés – toujours sérieux – seront traités de façon rigoureuse, mais toujours amusante, pour le plus grand plaisir des enfants, de leurs parents et enseignants… Au menu de cette année : Septembre : C’est mon droit (quand même) ! Les enfants clament volontiers leurs droits. Tout le monde a des droits mais on parle beaucoup moins des devoirs de chacun. Philéas et Autobule s’interrogent… Novembre : La mort, ça déchire ! Dans la fiction comme dans la réalité, les enfants sont très vite confrontés à la mort : on en rit, on en joue, on en pleure et surtout, on se pose beaucoup de questions. Janvier : 100% Moi Les enfants adorent faire semblant, la société privilégie les apparences. Comment se construire et être vrai quand tout pousse à « avoir l’air » ? Etre et paraître : faut-il choisir ?

Mars : La langue bien pendue Sans les mots justes, il est difficile d’exprimer sa pensée et donc de progresser. Mais on peut les apprivoiser de multiples manières. Philéas et Autobule surfent sur la langue : ses clefs, ses mystères, son histoire…

Autre nouveauté, la présence sous forme de fiches du dossier pédagogique, un outil indispensable pour les enseignants et parents désireux d’approfondir les sujets abordés par la revue. Basé sur le thème du numéro, ce dossier très fouillé introduit un certain nombre de pistes d’activités et de réflexion qui, toutes, permettent aux adultes d’accompagner le questionnement de l’enfant. Apparu dès le troisième numéro, ce cahier pédagogique renforce la vocation première de la revue, à savoir permettre aux élèves de (se) poser les bonnes questions sur le monde qui les entoure, à exercer leur esprit critique, à dialoguer, argumenter ou encore conceptualiser. Bref à faire de la philosophie sans forcément s’en rendre compte… Benoît Goffin, Délégué à la promotion de Philéas et Autobule.

Mai : Top secret Secrets légers, secrets d’état, secrets utiles, secrets néfastes… Faut-il les révéler ? Qu’apportent-ils à ceux qui les partagent ? Les enfants aiment les secrets mais sont-ils toujours conscients de ce qu’ils impliquent ? A côté de ce programme rédactionnel, le nouveau site de Philéas et Autobule, véritable complément de la revue, est devenu réalité. Nos enfants y découvrirons entre autres choses les sympathiques cartes d’identité de leurs héros préférés, alors que la revue virtuelle, dont les pages se feuillettent d’un seul clic de souris, raviront les plus exigeants d’entre nous. Ce site internet permet désormais de s’abonner via un formulaire à compléter en ligne.

16

17

CALepin

CALepin

www.phileasetautobule.be


www.c albw.b e www.c reezjeu nesse. be

CAL Brabant wallon

CAL Brabant wallon

La Fabrique de Soi vous présente son programme 2007-2008 !!!

Tu as entre 11 et 15 ans et habites dans la région de Tubize… Petit(e), tu rêvais de devenir docteur, pompier, champion de tennis ou policier. Tu as grandi et tu as appris à découvrir le monde….. A présent tes rêves te poussent à vouloir être chanteuse, vétérinaire, créateur de jeux vidéos, réparateur de vélos ou informaticien. Tu ne sais pas très bien…. Mais, tu as soif d’aventure ; tu es attentif aux autres ; tu as toujours plein d’idées ; tu es un pro de l’ordi ; tu es curieux ou encore tu aimes les grands espaces… Ou peut-être tu ne sais pas. Peu importe… tu as largement le temps de réfléchir. Pour l’instant prends le temps de connaître tes goûts et passions et de découvrir les métiers. Pousse la porte de la Fabrique de Soi… Pendant une année entière, cette association consacrera ses activités créatives aux dizaines de métiers possibles ! La troisième saison « Créez jeunesse, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie » est donc ouverte. Notre programme créatif annuel est toujours dynamisé par le choix d’un thème générique comme « l’amitié » en 2005-2006, « Objectif Terre », l’an passé. Pour cette troisième année créative, la Fabrique de Soi propose «  Moi, plus tard, je serai… »

CALepin

Le but sera de faire découvrir aux jeunes un grand nombre de métiers différents dans des secteurs aussi diversifiés que le sport, l’art, la nature, les sciences, etc. beaucoup de métiers sont inconnus ou méconnus. Beaucoup de métiers devraient par ailleurs être revalorisés. D’autres véhiculent des croyances négatives qui freinent complètement l’intérêt qu’on pourrait leur porter. Comme les années précédentes, les jeunes travailleront de manière individuelle et collective. D’une part, ils découvriront qu’il existe des métiers intéressants et proches de ce qu’ils aiment. D’autre part, ils exploreront

18

de nombreuses techniques dans un esprit de recherche, mais aussi de manière ludique, pour aboutir à des créations individuelles et collectives. L’ensemble de ces créations seront visibles lors de notre troisième grande exposition annuelle « Créez jeunesse, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ! » en mai, au Centre Culturel de Tubize. Avec un tel thème nous y accueillerons très certainement beaucoup d’enfants, d’adolescents, de parents, de grands-parents mais aussi des professeurs, animateurs et éducateurs. Ce thème «  Moi, plus tard, je serai » est en parfaite adéquation avec la mission de la Fabrique de Soi, lieu où le jeune construit sa personnalité, tend vers l’autonomie et la socialisation. Pratiquement, 5 semaines de stage seront organisées  4 semaines créatives et 1 semaine plus scientifique. A partir de cette année, les horaires changent, les tarifs aussi.Les stages auront lieu du lundi au vendredi, de 9 à 16 h. Le samedi, de 9 à 11h30 : Petit déjeuner citoyen-remise des diplômes aux jeunes du stage et petit atelier de parole avec ceux qui s’y sont inscrits. Tarif : 15 euros/semaine et 2 euros/petit déjeuner. Renseignement et inscription à la Fabrique de Soi. A côtés de nos ateliers créatifs, nous continuons à organiser nos ateliers Kwa 2 neuf : groupes de parole, groupes de discussion. Autour d’une table et d’un thème prédéfini, une dizaine d’adolescents se réunissent pour se parler. Un animateur est présent pour leur apprendre à exprimer leurs avis, argumenter, débattre mais aussi écouter. Pratiquement, 7 ateliers sont prévus. 1 euro/atelier. Le vendredi. Les dates sont fixées mais les thèmes ne sont pas encore définitivement arrêtés. Ca discute ferme en équipe au préalable… quelques idées sont déjà retenues : l’adolescence, ma commune, l’argent, la malbouffe, l’école, la planète ; les vendredis 19 octobre, 16  no-

vembre, 30 novembre, 11 janvier, 15 février, 29 février et 11 avril. Renseignements, programme et inscription à la FDS. Une nouvelle année pédagogique ! Dès le lundi 1er octobre, des dizaines de jeunes pousseront la porte de la Fabrique de Soi pour participer à l’un ou l’autre atelier pédagogique. Au total c’est plus de 30 heures d’ateliers qui seront mis en place chaque semaine et qui accueilleront un maximum de 80 jeunes. Chaque jeune sera inscrit à 3, 4 ou parfois 5 heures d’atelier par semaine. Pour les élèves de sixième primaire, Ateliers généralistes 6ème primaire et ateliers ludiques en math et en français; ateliers de préparation au Certificat d’études de base (CEB). Pour les élèves de première accueil, Ateliers de consolidation générale et ateliers ludiques en math et en français. Pour les élèves de première et deuxième secondaires, ateliers de remise à niveau organisés en math, français, néerlandais, anglais ; Ateliers de méthodologie. Pour tous, ateliers d’informatique (initiation ou perfectionnement). En août, les stages du passage pour préparer les enfants à leur rentrée en secondaire seront organisés pour la troisième année consécutive. Séance d’information pour les parents et les jeunes concernés, et début des inscriptions le vendredi 14 septembre dès 18h30 à l’hôtel de ville de Tubize. Dès à présent, vous pouvez recevoir notre calendrier 2007-2008. Mais au fait, qui sont ces permanents qui travaillent à la Fabrique de Soi ? Sébastien Masson, animateur de formation, est l’animateur récréatif de l’équipe ! Il est par ailleurs passionné par les math, l’informatique et les jeux de société. En plus de préparer et d’animer les stages créatifs, il est donc tout naturellement responsable des ateliers informatiques et des ateliers ludiques en math.

A l’inverse, Gilles Deguide ne s’intéresse aux mathématiques que de loin. Régent de formation, à la Fabrique de Soi, il est l’animateur pédagogique de référence. Sachez que ses branches de prédilection sont les langues. A la Fabrique de Soi, il gère aussi les ateliers de méthodologie et est responsable des ateliers CEB et des stages du passage. Il adore le basket. Alice Drymael est la responsable administrative de la Fabrique de Soi. Spécialiste de l’organisation, structurée et ordonnée…vous pouvez tout lui demander ou presque. Aussitôt demandé et aussitôt trouvé. Sauf pour les araignées et autres insectes dont elle a une peur bleue… Par ailleurs, Alice co-anime les ateliers de préparation au CEB, supervise les périodes de révision et d’étude active. Anne Beghin, psychologue de formation est la coordinatrice de l’équipe. C’est par ailleurs elle qui gère les contacts avec l’extérieur (écoles, PMS, associations, Centre Culturel, etc.), s’occupe de la communication et de la promotion des activités, développe les projets, rencontre chaque jeune et chaque parent lors des inscriptions, mais aussi à la demande. Quand il lui reste un peu de temps libre… elle fait de la sculpture. Pour votre prochain CALepin, nous vous promettons l’interview de deux, trois jeunes de la Fabrique de Soi.

Anne Beghin, Coordinatrice de la Fabrique de Soi.

La Fabrique de Soi Plateau de la gare, 11 1480 Tubize 02 / 355 04 76

Une semaine créative pour découvrir les métiers du sport, de l’aventure et du voyage. Tu rêves de voyage, tu aimes bouger, tu n’es pas timide, tu as le goût du risque, tu as besoin d’action ou encore tu es curieux…Tu pourrais devenir… Congés d’automne, du lundi 29 octobre au vendredi 2 novembre. Techniques : Ecriture, papier mâché, fusain, encre de chine Une semaine créative pour découvrir les métiers artistiques et d’expression Tu as toujours plein d’idées, tu adores dessiner, tu aimes la scène, tu es branché musique; tu as de l’imagination…Tu pourrais devenir… Congés d’hiver du lundi 31décembre au vendredi 4 janvier. Techniques : Ecriture, sculpture petit format, techniques mixtes (collages, papier, etc).

Une semaine créative pour découvrir les métiers tournés vers les autres Tu rêves de soigner et de sauver des vies, tu aimes t’occuper des petits, tu voudrais rendre service, tu veux te battre contre les injustices, bref tu es attentif aux autres… Tu pourrais devenir… Congés de carnaval du lundi 4 février au vendredi 8 février. Techniques : Ecriture, peinture acrylique grand format, photo, graphisme

Une semaine créative pour découvrir les métiers manuels, techniques et l’artisanat Tu répares tout, tu fabriques tout toi-même, tu adores bricoler, tu es habile de tes mains, ou encore tu aimes comprendre comment ça fonctionne… Tu pourrais devenir… Congés de printemps du lundi 24 mars au vendredi 28 mars. Techniques : Ecriture, assemblage, collage, fil de fer

Une semaine créative et scientifique pour découvrir les métiers en lien avec les sciences, la nature ou la haute technologie

Ateliers pédagogiques et ré-créatifs

Tu adores réaliser des expériences, tu aimes les maths, tu veux faire des découvertes, tu es un pro de l’ordi, tu rêves de protéger la planète ou encore tu aimes les animaux… Tu pourrais devenir… Congés de printemps du lundi 31 mars au vendredi 2 avril. Techniques : Ecriture, fusain, empreintes noir et blanc, vidéo

19

CALepin

Une nouvelle année récréative et donc un nouveau thème !


CAL Brabant wallon

Associations

De la musique pour dire « NON aux extrémismes ! »

Les Fêtes de la Jeunesse Laïque en Brabant wallon

La Fête de la Musique à Wavre : un événement !

En mai et juin derniers se sont déroulées les Fêtes de la Jeunesse Laïque (F.J.L.) dans la Province du Brabant wallon. Autour des élèves de fin de 6ème primaire ayant opté pour le cours de morale, famille et amis se rassemblent pour célébrer le passage de l’enfance à l’adolescence. Un moment solennel qui permet aux enfants d’éprouver les valeurs laïques qui leurs ont été enseignées pendant six ans.

Cette manifestation n’aurait jamais pu non plus se réaliser avec une telle ampleur sans la collaboration du Conseil de la Musique, de la Province du Brabant wallon, de Vitamine Z et sans les bras et le soutien efficace des uns et des autres...

Merci encore à tous ceux qui ont largement contribué à la pleine réussite de l’édition 2007 de la Fête de la Musique ! Durant toute la journée de samedi, le grand podium de la place Bosch de Wavre a ainsi résonné des accords de musiciens et chanteurs amateurs, d’évidents futurs professionnels et de vedettes confirmées puisque l’après-midi s’est terminée avec le concert de Mousta Largo. Celui-ci a précédé le concert du groupe Machiavel qui a clôturé la journée devant un public de plusieurs milliers de personnes totalement conquises par les accords du mythique groupe belge.

Les médias régionaux - presse, tv et radio - ont largement relayé l’événement qui restera dans les annales de la Ville comme un de ses hauts faits culturels. Ce que ça a donné concrètement ? Le « reportage photos » ci-dessous vaut tous les exposés ! Prenez déjà date : on recommence l’an prochain lors de la braderie fixée aux 21 et 22 juin 2008 ! Le Département Communication.

Nous vous invitons ci-après à découvrir la teneur du cru 2007 au travers des écrits de Jean-Pierre Seha, président du comité de la F.J.L. pour le Brabant wallon Ouest et Marie-France Bodard, secrétaire du comité pour le Brabant wallon Est.

La Fête de la Jeunesse Laïque du Brabant wallon Ouest Nivelles a accueilli l’édition 2007 de la F.J.L. le 21 avril dernier. La matinée a commencé par une série d’animations, orchestrées par Magma team. Une série d’activités ludiques nécessitaient de faire preuve d’esprit d’équipe et d’entraide. Tantôt jeu d’adresse, tantôt épreuve de coopération ou de réflexion, chacun pouvait trouver à un moment donné ou à un autre, sa place et son utilité au sein de son équipe. Cette année près de 170 jeunes étaient rassemblés pour cette F.J.L. Une partie du spectacle avait comme thème central, sept valeurs laïques : la tolérance, la solidarité, la liberté, la paix, le respect, l’amitié et l’esprit critique, choisies démocratiquement par 16 maîtres de morale. Aux couleurs d’« un arc en ciel qui nous oriente », les nombreux enfants des 26 écoles du Brabant Wallon ouest, ont proposé des sketches exprimant leur perception du monde et leur croyance en l’Homme. En rassemblant, ces jeunes d’un même âge, âge clé entre l’enseignement fondamental et l’enseignement secondaire et leurs familles, cette Fête de la Jeunesse Laïque s’inscrit dans les rites de passage qui existent dans toutes les sociétés.

CALepin

En effet, la F.J.L. célèbre un moment très important pour les enfants, qui ont suivi le cours de morale laïque. Certains maîtres de morale

20

constatent d’ailleurs parfois une différence de comportement entre ceux qui ont vécu leur fête et les autres. Brassage de générations par delà les différences sociales et culturelles, tous se sont retrouvés pour perpétuer avec les enfants la volonté de construire un monde plus fraternel, plus solidaire, plus juste. Préparés par leurs maîtres de morale, les enfants ont présenté des poèmes, des saynètes, voire de l’expression corporelle sur des musiques ou des chansons en lien avec les thèmes de la journée. Au final, l’entrée solennelle des enfants en deux rangs encadrés de torches, avant « le flambeau vivant », notre symbole rassembleur, sur l’émouvante chanson d’I Muvrini furent les moments d’apothéose de cette fête. Le discours du président insista cette année sur l’inachèvement de l’homme et la nécessité d’inscrire ses choix de vie dans l’amélioration de soi en même temps que celui de l’humanité. La journée s’est clôturée par le chant « Donne moi une vie » de Yannick Noah, interprété par l’ensemble des enfants avant la remise des médailles, des diplômes, et des fleurs.

nes. Les enfants ont pu s’initier à ces instruments de musique d’un autre âge. Après une petite collation, nos conteuses les ont fait rêver grâce à des récits imaginaires et les ont fait réfléchir par le biais de fables philosophiques sur les valeurs laïques. Pour suivre, la Maison de la Laïcité Hypathia d’OttigniesLLN a reçu les 158 petits ventres affamés autour d’un pain - saucisses - ketchup… Cette année encore, les parents étaient nombreux pour applaudir la prestation de leurs enfants qui ont préparé avec le concours de leurs professeurs de morale le cérémonial de la fête. Tout cela avec beaucoup de brio ! Nous remercions les autorités communales de la Ville d’Ottignies, tous les bénévoles et les professeurs de morale pour leur efficace collaboration. Pour notre part, nous espérons que tous ces adolescents garderont longtemps ce jour de fête dans leur mémoire. Pour le Comité F.J.L. Est, Marie-France Bodard.

Pour le Comité F.J.L Ouest, Jean-Pierre Seha.

La Fête de la Jeunesse Laïque du Brabant wallon Est C’est le lundi 28 mai 2007 que les enfants participant à la Fête de la Jeunesse Laïque du Brabant de l’Est ont été accueillis au Centre Culturel du Brabant Wallon à Ottignies. Un petit concert de didjeridoos (instruments de musique à vent) les a initiés par le chant, la danse et le conte à la culture des aborigè-

21

CALepin

La Fête de la Musique organisée à Wavre par le CAL BW l’a été en collaboration avec l’Association des Commerçants de la ville de Wavre. Dans le cadre de la braderie annuelle qu’elle organisait les 23 et 24 juin, elle nous a proposé, en toute simplicité, de mettre à notre disposition un podium sonorisé et doté d’éclairage durant toute la journée du samedi 23 juin dernier.


Associations

Livres

à Tubize le jeudi 22 novembre 2007 à 20 h

Ce jeudi 22 novembre 2007, au Centre Culturel de Tubize (Théâtre du Gymnase), André Comte-Sponville parlera de son dernier livre, lors d’une conférence* intitulée «Quelle spiritualité pour les athées ?» Pour l’auteur, religion et spiritualité sont deux choses différentes. Les athées n’ayant pas moins d’esprit que les autres, pourquoi s’intéresseraient-ils moins à la vie spirituelle ? Dans son avant-propos, l’auteur nous dit : « Un combat contre la religion ? Ce serait se tromper d’adversaire. Mais pour la tolérance, pour la laïcité, pour la liberté de croyance et d’incroyance. L’esprit n’appartient à personne. La liberté non plus.» Le ton est donné. Plus loin, il écrit : « Je ne sais pas si Dieu existe, mais je sais que je crois qu’il n’existe pas. » Il s’emploie, au fil des quelque 200 pages de son ouvrage à inventer la philosophie qui va avec l’athéisme, et c’est passionnant, que l’on soit ou non convaincu par ses propositions. Reste à penser une spiritualité laïque : une spiritualité sans Dieu, sans d o g m e s , s a n s Eglise. Cela suppose qu’on ré p o n d e à t r o i s ques tions , qui font l’objet de son livre : peut-on se passer de religion ? Dieu existe-t-il ? Quelle spiritualité pour les athées ? Et de trouver – ou de retrouver – une autre façon d’habiter l’infini, l’éternité, l’absolu. Spiritualité non de la transcendance mais de l’immanence ; non de la foi mais de la fidélité; non de l’espérance mais de l’action et de l’amour.

Ce livre se lit avec bonheur et intérêt, ComteSponville s’y exprime simplement, à la première personne, racontant les étapes de son cheminement et de ses choix. C’est à la romancière Nancy Huston que nous devons l’existence de cet ouvrage ; son inquiétude devant la montée du fondamentalisme aux USA, où réside sa famille, l’a incitée à suggérer à Comte-Sponville un livre en faveur de la laïcité, de la tolérance et de la liberté de l’esprit, qu’elle s’est engagée à traduire en anglais à l’intention du public américain.

Ce livre n’est pas un pamphlet anti-religieux, c’est une réflexion sur l’athéisme et la spiritualité qu’il permet, bien davantage qu’une critique de la religion. L’auteur s’y définit comme athée fidèle : athée, car il ne croit pas en Dieu ; fidèle, car il reste attaché aux valeurs morales qui se sont exprimées dans les grandes religions, et spécialement, s’agissant de l’Occident, aux valeurs judéo-chrétiennes. Il essaie de rester fidèle à ce que Spinoza (qui n’était pas plus chrétien que lui) appelait  « l’esprit du Christ », qui est de justice et de charité.

Nous pouvons supposer que sa conférence sera, par rapport au livre, enrichie des apports issus des multiples débats auxquels ComteSponville a participé depuis sa parution et que de nombreuses nouvelles interrogations en découleront pour ses auditeurs. Né en 1952 à Paris, agrégé de philosophie, docteur Honoris Causa de l’Université de Mons-Hainaut, André Comte-Sponville, après avoir été Maître de Conférences à la Sorbonne, se consacre à l’écriture et à ses conférences. Il est l’auteur de nombreux articles

dans la presse grand public (L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur, Le Monde, L’Evénement du Jeudi, L’Expansion, Le Figaro, Libération, La Croix, Psychologies…), intervient à la télévision à l’invitation de Michel Polac, Bernard Pivot, Jean-Marie Cavada, Patrick Poivre-d’Arvor… et est connu pour certains de ses livres dont le premier, « Traité du désespoir et de la béatitude » paru en 1984, en est à sa 15e édition et son « Petit traité des grandes vertus », paru en 1995, est traduit en 24 langues. C’est dire qu’il est un philosophe qui s’adresse à tous, dans une langue accessible, en parlant de ce qui touche chacun de nous dans sa vie, à l’un ou l’autre moment. Martine Baudin, membre de la Maison de la Laïcité de Tubize.

Bibliographie sélective

Traité du désespoir et de la béatitude, P.U.F.1984 Une éducation philosophique, P.U.F. 1989 Valeur et vérité (Études cyniques) P.U.F.1994 Petit traité des grandes vertus, P.U.F. 1995, (Prix La Bruyère de l’Académie Française). Impromptus, P.U.F. 1996 La sagesse des Modernes, avec Luc Ferry, Robert Laffont, 1998/Pocket 1999 L’être-temps, P.U.F. 1999 L’amour la solitude, Albin Michel 2000/ Le Livre de Poche 2004 Présentations de la philosophie, Albin Michel 2000/ Le Livre de Poche 2002 Le bonheur, désespérément, Ed. Pleins Feux 2000, rééd. Librio 2002. Dictionnaire philosophique, P.U.F. 2001 Le capitalisme est-il moral ?, Albin Michel 2004 Le Livre de Poche 2006 La philosophie, P.U.F. coll. « Que sais-je ? », 2005 La vie humaine avec des dessins de Sylvie Thybert, Hermann, 2005 L’esprit de l’athéisme (Introduction à une spiritualité sans Dieu), chez Albin Michel 2006.

CALepin

* Une organisation de la Maison de la Laïcité de Tubize en partenariat avec les centres Culturels de Tubize, Ittre et Rebecq, de l’Association Braine Culture, du Syndicat d’Initiative de Brainele-Château, du Centre Culturel du Brabant wallon et de la Régionale du CAL-Brabant wallon. Boulevard Georges Deryck, 124 - tel : 02/355 98 95 – E-mail : centre.culturel.tubize@skynet.be

22

Sélection de Livres Bernard Maris

Christian Godin (Philosophe)

LA PHILOSOPHIE POUR LES NULS

ANTIMANUEL D’ECONOMIE Tome 1 : les fourmis Renommé pour son approche polémique du discours économique et pour son style incisif, Bernard Maris pose, dans son Antimanuel d’économie, un regard neuf sur les sciences économiques et sociales. Sa lecture stimulante des thèmes clés de l’économie, au travers d’une sélection originale de textes de grands économistes (Marx, Galbraith, Keynes), de romanciers (Maupassant, Nothomb) et de philosophes (Nietzsche), saura enthousiasmer ses lecteurs pour cette science essentielle à la compréhension du monde contemporain. Editeur : Bréal, 360 p. Tome 2 : les cigales Ce deuxième volume aborde l’économie sous de nouveaux angles, notamment à la lumière d’autres disciplines comme la psychanalyse, la morale, la religion, et à partir du point de vue de la gratuité. Les principaux thèmes abordés : pourquoi le capitalisme ?, pourquoi en Europe ?, pourquoi pas l’Islam ?, la violence du capitalisme, les actes gratuits du marché, les entrepreneurs et les savants. Editeur : Bréal, 384 p.

Patricia Keimeul

LA LAICITE La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la laïcité… Sommaire du livre : • La laïcité, c’est quoi ? • Laïcité politique et laïcité philosophique • Histoire de la laïcité • Athéisme et laïcité dans la philosophie • Les valeurs de la laïcité • La reconnaissance constitutionnelle en Belgique • Les combats de l’action laïque en Belgique • Symboles laïques • Cérémonies laïques • Quelques figures laïques belges • Quelques associations laïques en Belgique francophone • La laïcité internationale • La laïcité dans les textes internationaux • La laïcité, la constitution et le drapeau européens • Rapports entre les Eglises et les Etats dans les pays de l’Union européenne et dans le reste du monde Editeur : Cedil – collection : Culture laïque ISBN : 2-87440-022-X – 80 p.

La philosophie vous paraît compliquée, ennuyeuse, « prise de tête », élitiste ? Soit. Mais le pensez-vous vraiment ? Le sens de la vie, la beauté, l’amour, la mort : pour comprendre ces concepts, il n’est pas nécessaire d’avoir fait dix ans d’études, ni de connaître le grec et l’allemand ! Parce que la philosophie est l’affaire de tous, cet ouvrage vous invite à dialoguer avec les plus grands philosophes : Platon, Rousseau, Nietzsche, Sartre, et bien d’autres encore ! Portraits et anecdotes à l’appui, il présente dans un langage accessible un panorama de l’histoire de la philosophie (en grec, « amour de la sagesse »). Comme la philosophie n’est pas qu’une discipline abstraite et que les philosophes ne sont pas non plus de purs esprits, vous ne serez pas étonné d’y voir Thalès tomber au fond d’un puits, ni d’y entendre braire l’âne de Buridan ! Alors, oubliez vos préjugés, puis remuez vos méninges, afin qu’avec Descartes, vous puissiez dire fièrement : « Je pense, donc je suis. » Avec ce livre à la portée de tous, découvrez comment : la philosophie est née, connaissance et plaisir peuvent se conjuguer, les courants de pensée dialoguent entre eux, les idées prennent corps… et bien plus encore ! Editeur : First, ISBN : 2-87691-998-2 – 537 p.

PHILOSOPHIE MAGAZINE

pelle d’idées, et n’est affilié à aucun courant politique.

Des dossiers divers tels que : les crises existentiel-

Crée en mars 2006, Philosophie magazine est venu

Sa ligne éditoriale tient en deux phrases :

les, l’univers, sexe et morale, la gauche et la droite,

combler u n manque, et répondre à une attente, puis-

• rendre la philosophie accessible à un public

les voyages philosophiques, etc. sont traités dans

qu’il n’existait jusque là aucun magazine de philosophie en langue française. Celui-ci rencontre un vif succès de

curieux et cultivé mais non initié. • offrir un regard philosophique sur le monde

ce mensuel dont la couverture est pleine d’inventivité. Vous pouvez vous abonner au magazine via

par la diversité de ses dossiers, dialogues, entretiens,

contemporain dans ses multiples dimensions

le site www.phiomag.com. Philosophie magazine

etc. Philosophie magazine n’appartient à aucune cha-

(politique, société, sciences, arts…).

est édité par la société Philo Editions.

23

CALepin

André Comte-Sponville


Agenda

Agenda

A vos agendas !

« L’eau : ce bien précieux » Jeudi 20 septembre 2007 à 20h Maison de la Laïcité Condorcet (Avenue du Centenaire 20 à 1320 Hamme-Mille) par Marc Deconinck, Bourgmestre de Beauvechain, Président du comité de direction de la Société Wallonne des Eaux. Renseignements au 010 / 24 80 91. Site : http://www.maison-condorcet.be

« Les couloirs de la mort aux Etats-Unis » Mercredi 10 octobre 2007 à 20h15 Centre Culturel de Braine-l’Alleud (Rue Jules Hans, 4 à 1420 Braine-l’Alleud) par Myriam Stubbe, en présence de Vincent Scourneau, Bourgmestre de Braine-l’Alleud. PAF : 3 € pour les non-membres, à verser sur le compte 068-2353440-53. Gratuit pour nos membres et pour les moins de 26 ans. Inscription au 02/387 33 26 ou par courriel : chantal@dalembert.be Site : http://www.dalembert.be

Exposé sur l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD) Mercredi 17 octobre 2007 à 14h30 Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud (Place Abbé Renard, 2 à 1420 Braine l’Alleud) par Sylvain Wolf, secrétaire de la Maison de la Laïcité d’Alembert et délégué local de l’ADMD pour Braine l’Alleud, Waterloo et environs. L’exposé portera sur l’ADMD, la législation et les aspects pratiques relatifs à l’euthanasie et au refus de l’acharnement thérapeutique. PAF : 3 € pour les non-membres, à verser sur le compte 068-2353440-53. Gratuit pour nos membres et pour les moins de 26 ans. Inscription au 02/387 33 26 ou par courriel : chantal@dalembert.be. Site : http://www.dalembert.be

« Entre violence et philosophie » Vendredi 19 octobre 2007 à 19h30

CALepin

Maison de la L aïcité Hypathia (Rue des Deux Ponts 19 à 1340 Ottignies) par Baudouin Decharneux, Professeur et Directeur du département de philosophie et de sciences des religions de l’ULB. Cet te soirée comp or tera des démonstrations d’art martial et sera suivie d’un repas convivial. I n f o r m a t i o n e t r é s e r v a t i o n  : 010 / 41 26 8 8 ou 0476 /49 89 90 ou y vesdevulder@sk ynet.be Site : http://hypathia.site.voila.fr/

24

« Pourquoi il y a t-il quelque chose plutôt que rien ?» Jeudi 25 octobre 2007 à 20h Athénée Royal de Nivelles (Avenue du Centenaire 34 à 1400 Nivelles) par Michel Tytgat, physicien, chargé de cours à l’ULB. organisée par l’Extension de l’ULB Section de Nivelles. Renseignements : 067 / 21  69 75

« Faut-il promouvoir le libre examen ? » Vendredi 16 Novembre 2007 à 19h30 Maison de la L aïcité Hypathia - rue des Deux Ponts 19 à 1340 Ottignies par Emmanuelle Danblon, Conseiller du Recteur pour les valeurs de l’ULB. Cette soirée sera suivie d’un repas convivial. Information et réservation : 010 / 41 26 88 ou 0476 / 49 89 90 ou yvesdevulder@skynet.be Site : http://hypathia.site.voila.fr

« Politique et laïcité ? » Vendredi 16 Novembre 2007 à 20h Maison Communale de La Hulpe (Rue des Combattants 59 à 1310 La Hulpe) Débat entre des représentants des principaux partis démocratiques, modérateur : Thierry De Bock, journaliste à la RTBF, organisé par Laïcité La Hulpe – A.M.L. de La Hulpe. Renseignements au 02 / 653 56 91. Site : http://www.laicitelahulpe.be/

« Quelle spiritualité pour les athées ? » Jeudi 22 novembre 2007 à 20h Centre Culturel de Tubize – Théâtre du Gymnase (Boulevard Georges Deryck 124 à 1480 Tubize) par André ComteSponville, écrivain et professeur de philosophie. Une organisation de la Maison de la Laïcité de Tubize et environs, des Centres Culturels de l’Ouest (Ittre, Rebecq, Tubize), de l’Association Braine Culture et du Syndicat d’Initiative de Braine-le-Château, du Centre Culturel du Brabant wallon et de la Régionale du CAL Brabant wallon. PAF : 8€ - Etudiant : 5€. Vous pouvez vous procurer dès à présent votre place au Centre Culturel de Tubize. Information et réservation au 02 / 355 98 95 – Centre Culturel de Tubize (Voir article page 22)

Expositions, visites guidées Festival des arts de la rue Samedi 8 septembre 2007 de 15h à 20h Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud (Place Abbé Renard 2 à 1420 Braine l’Alleud) Exposition du peintre Marc Vandevelde en nos locaux et dégustation de bières belges à l’occasion du Festival des arts de la rue. Ouverture officielle de l’exposition par le Centre culturel à 19 heures. Site : http://www.dalembert.be

Exposition « Georges Brassens » Du mardi 11 au lundi 17 Septembre 2007 Maison de la Laïcité Hypathia d’Ottignies-LLN (Rue des Deux Ponts 19 à Ottignies) prêtée par Picardie Laïque et la Ligue de l’Enseignement de Mons. Information et réservation : 010 / 41 26 88 ou 0486 /  49 89 90 ou yvesdevulder@skynet.be Site : http://hypathia.site.voila.fr

« Le Bruxelles ésotérique ou le Bruxelles des Savoirs secrets » Samedi 29 septembre 2007 de 12h30 à 17h30 Promenade des alchimistes sur la Grand Place de Bruxelles. organisée par la Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud. Repas pris en commun au Cercle des Voyageurs - Rue des Grands Carmes 18 à 1000 Bruxelles. PAF : 35 € pour les non-membres – 30 € pour les membres. Réservation indispensable au 02 / 387 33 26 ou par courriel chantal@dalembert.be. Site : http://www.dalembert.be

Exposition d’artistes : « L’art et la lumière » Du vendredi 12 au dimanche 14 octobre 2007 Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud (Place Abbé Renard 2 - 1420 Braine l’Alleud) Vernissage: jeudi 11 octobre à 19h30. L’exposition sera ouverte vendredi 12 octobre de 10h à 13h et de 15h à 18h, samedi 13 octobre de 11h à 17h et dimanche 14 octobre de 11h à 16h. Information au 02 / 387 33 26 ou par courriel : chantal@dalembert.be. Site : http://www.dalembert.be

Visite guidée de l’exposition : « Tous les chemins mènent à Rome » Samedi 20 octobre 2007 de 14h à 16h Musée d’Ixelles, rue Jean Van Volsem, 71 à 1050 Bruxelles organisée par le Cercle Humaniste Henri La Fontaine à l’occasion du 50ème anniversaire du Traité de Rome. Cette exposition rassemblera des œuvres d’artistes majeurs tels que Bruegel le Vieux, Corot, Dürer, Fragonard, Ingres, P.P. Rubens, Turner, Vermeer..., des objets historiques et des textes témoignant du périple merveilleux mais périlleux entrepris autrefois par des artistes, des écrivains, des philosophes ou de simples voyageurs du Nord de l’Europe vers l’Italie. P.A.F. : 10 € à verser pour réservation au compte 001-0835641-62 du CHHL. Renseignements : Daniel Somville au 0498 / 51 25 24 et Cercle Humaniste Henri La Fontaine au 02 / 354 14 80 e-mail : chhl@belgacom.net

Spectacles, concerts

Café Philo, Goûter philo,…

Brocantes

Spectacle musical : « Et si Brel m’était conté » Vendredi 14 septembre 2007 à 19h30

Goûter blabla... Thème :

Brocante sur la place Abbé Renard. Dimanche 9 septembre 2007 de 6h à 17h

Maison de la Laïcité Hypathia (Rue des Deux Ponts 19 à 1340 Ottignies) par le groupe « Allons voir ! », composé de deux ingénieurs, d’un médecin et d’un avocat, tous diplômés de l’U.L.B., et de deux récitantes. Cette soirée sera suivie d’un repas convivial. PAF : Spectacle : 12 € (adultes), 5 € (jeunes et retraités) - Repas : 15 € par personne à verser au compte 068-2107484-89 de la Maison de la Laïcité Hypathia avant le 7 septembre 2007 avec mention du nombre de personnes. - Réservation souhaitée pour le repas. Information et réservation : 010 / 41 26 88 ou 0476 /49 89 90 ou y vesdevulder@sk ynet.be Site : http://hypathia.site.voila.fr

Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud (Place Abbé Renard 2 à 1420 Braine l’Alleud) organisé par la Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’alleud. La discussion sera suivie d’un goûter réservé aux enfants de 6 à 12 ans. Parents non admis - Participation par enfant au goûter : 1€ Réservation indispensable au 02 / 387 33 26 ou par courriel : chantal@dalembert.be Site : http://www.dalembert.be

Spectacle théâtral : « Et la démocratie bordel ? » Vendredi 5 octobre 2007 à 20h Maison Communale de La Hulpe (Rue des Combattants 59 à 1310 La Hulpe) de Oscar Castro, par le théâtre ALEPH, organisé par Laïcité La Hulpe – A.M.L. de La Hulpe. Renseignements au 02 / 653 56 91 Site : http://www.laicitelahulpe.be

Soirée « Egalité des chances » : Jeux de rôle ! Mercredi 21 novembre 2007 à 20h Château Cheneau (Entrée par l’avenue A. Allard à 1420 Braine-l’Alleud. organisée par la Maison de la Laïcité d’Alembert en collaboration avec Europe-Direct Brabant Wallon en présence de Vincent Scourneau. Bourgmestre et Olivier Parvais, Echevin (sous réserve). Vous êtes jeunes, vous cherchez un emploi ou vous avez été dans ce cas ! Vous avez été confronté à un employeur. A-t-il été impartial dans son choix ? Mais vous-même dans son cas, le seriez-vous ? Venez confronter votre tolérance lors d’un jeu de rôle ou vous aurez le bon rôle… celui, pour une fois, de l’employeur ! Du décideur ! Est-ce simple ? Offronsnous l’égalité des chances aux autres ? Avec la participation au débriefing de Eliane Deproost, Secrétaire générale du Centre d’Action Laïque. Information au 02 / 387 33 26 Site : http://www.dalembert.be

Les droits de l’enfant ! Et ses devoirs ?

Mercredi 26 septembre 2007 à 14h30

Goûter blabla... après le spectacle : « L’histoire de Samba » Samedi 27 octobre 2007 de 19h à 21h Centre Culturel de Braine-l’Alleud (Rue Jules Hans 4 à 1420 Braine-l’Alleud) organisé par la Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud. Les enfants du village de Mayongongo se sont moqués des Caïmans. Par vengeance, ces derniers décident de priver d’eau les habitants de ce village… PAF : 6€ - 1,25€ (art.27) Réservation pour le spectacle auprès du Centre Culturel de Braine l’Alleud. La discussion, animée par la Maison d’Alembert, sera suivie d’un goûter réservé aux enfants de 6 à 12 ans. Parents non admis. PAF goûter : 1€. Thème : L’eau, la terre… des trésors d’aujourd’hui et de demain ? Réser vation indisp ensable au 02 / 387 33 26 ou par courriel : chantal@dalembert.be Site : http://www.dalembert.be

Goûter blabla… après le spectacle : « Bienvenue à l’Hôtel Carton ! » Mercredi 14 novembre 2007 à 14h30 Centre Culturel de Braine-l’Alleud (Rue Jules Hans 4 à 1420 Braine-l’Alleud) organisé par la Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud « Construit de mes mains, et sans compte en banque ! Décoré par Décharge & Poubelles, ouvert aux exclus, aux laissés pour compte, aux fous, aux rois, aux moutons à cinq pattes, aux faiseurs de rêve ... pour des lendemains plus solidaires... » En marge de la société, un Diogène des temps modernes s’est fabriqué un refuge... Avec Pierre Dumur et Jean Marc Hovsépian. Réservation du spectacle auprès du Centre Culturel de Braine l’Alleud. La discussion, animée par la Maison d’Alembert, sera suivie d’un goûter réservé aux enfants de 6 à 12 ans. Parents non admis. – PAF pour le goûter : 1€. Thème : “L’exclusion.... l’amitié.... l’humanisme” Réservation indispensable au 02 / 387 33 26 ou par courriel : chantal@dalembert.be Site : http://www.dalembert.be

Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud (Place Abbé Renard 2 à 1420 Braine l’Alleud) Réservation emplacement indispensable au 02 / 387 33 26 ou par courriel : chantal@dalembert.be Site : http://www.dalembert.be

« Brocante de livres » dans le cadre de « La fureur de lire » Dimanche 14 octobre 2007 de 6h à 17h Maison de la Laïcité d’Alembert de Braine-l’Alleud (Place Abbé Renard 2 à 1420 Braine l’Alleud) Renseignements au 02 / 387 33 26 Site : http://www.dalembert.be

Les Rencontres Philo 2007 Thème : « L’économie est-elle humaine ?

Mercredi 21 novembre à 20h au Centre Culturel d’Ottignies Soirée Conférence-débat (à confirmer) Jeudi 22 novembre de 9 à 17h Maison de la Laïcité de Wavre PAF : 10€ (repas inclus) Journée avec, entre autres : • Guy SPITAELS, Ministre d’Etat • Robert TOLLET, Président du Conseil d’administration de l’ULB • Pierre GALAND, Président du Centre d’Action Laïque Contact et informations : Annick Tasiaux : tél : 010/ 22 72 11 e-mail : rencontres.philo@laicite.net ou annick.tasiaux@laicite.net (Voir article page 15)

25

CALepin

Conférences-débats


ASSOCIATIONS MEMBRES du Centre d’Action Laïque en Brabant wallon

Si vous souhaitez être tenus au courant des nouvelles activités du CAL BW, inscrivez- vous à notre newsletter via votre adresse mail. Pour ce faire, vous avez deux possibilités : consultez notre site http://www.calbw.be ou envoyez nous votre adresse-mail à calbw@laicite. net

AVIS DE RECHERCHE… Tout au long de l’année, nous sommes en contact avec les administrations communales et les directions scolaires situées sur le territoire de la Province du Brabant wallon. A maintes reprises, elles font appel à nous pour obtenir les coordonnées de professeurs de morale susceptibles d’assurer une charge complète ou un remplacement au pied levé… Dans la mesure du possible, la Régionale a toujours pu donner une suite favorable à ces appels à l’aide, mais quelquefois, il est bien difficile de satisfaire notre interlocuteur ! Aussi, si d’aventure, chers professeurs de morale, vous désiriez compléter votre horaire, n’hésitez pas à nous en faire part au 010/22 31 91 ou par mail à l’adresse francoise.bourguet@laicite.net. Par cet échange de bons procédés, nous pourrions ainsi contenter les uns et faire le bonheur des autres ! Merci d’avance pour tous les petits et grands laïques!

La Fabrique de Soi

Ateliers pédagogiques et récréatifs

(Projet du Centre d’Action Laïque du Brabant wallon) recherche

un professeur de français (diplôme requis : régendat)

et un(e)  instituteur(trice) en vue de compléter son équipe pédagogique de Tubize. Dès la prochaine rentrée académique, 3 à 4 heures de cours de français par semaine devront être assurées après les horaires scolaires en vue de remettre à niveau des jeunes du cycle inférieur. Pour tout renseignement complémentaire, nous vous remercions de prendre directement contact avec la responsable de la Fabrique de Soi.

Françoise Bourguet, Chargée des relations extérieures.

Anne Beghin, coordinatrice de La Fabrique de Soi Plateau de la gare, 11 à 1480 Tubize 02 / 355 04 76 ou 0476 / 40 91 52 anne.beghin@laicite.net

L e S e r v i c e L a ï q u e d ’ a i d e a u x Pe r s o n n e s Le Service Laïque d’aide aux Personnes - Régionale du Brabant wallon (S.L.P./BW) cherche toujours à compléter son équipe de conseillers laïques bénévoles pour la Province du Brabant wallon et en particulier pour l’Est. Leur tâche consistera à rendre visite aux patients hospitalisés ou séjournant en maison de soins ou de repos.

AMITIE HUMANISME LASNE 010 / 61 70 47 ou 02 / 652 18 43 ASS. MORALE LAÏQUE ET HUMANISME RIXENSART 02 / 653 02 68 ou 02 / 653 87 10 A.M.L. DE NIVELLES et sa région 067 / 21 66 74 ou 0474 / 44 28 24 A.M.L. D’OTTIGNIES-LOUVAIN-la-NEUVE 010 / 41 86 34 ou 010 / 40 10 34 A.M.L. DE WAVRE et environs 010 / 41 89 46 ou 010 / 22 73 70 ASSOCIATION LAÏQUE DE PERWEZ-INCOURT 010 / 88 98 82 ou 081 / 65 58 87 CENTRE D’AIDE A LA REUSSITE 02 / 385 14 30 ou 0477 / 67 55 23 CERCLE HUMANISTE AUGUSTIN DUCHATEAU 010 / 41 52 83 ou 010 / 41 68 73 CERCLE HUMANISTE HENRI LA FONTAINE 02 / 354 14 80 ou 0476 / 54 15 64 CERCLE DE LIBRE PENSEE DE JODOIGNE 010 / 81 27 03 ou 019 / 63 22 06 COMITE D’ACTION LAÏQUE DE TUBIZE et Environs 02 / 355 22 83 ou 0494 / 34 94 16 COMITE NIVELLOIS DE LA LAÏCITE 067 / 64 97 31 ou 067 / 21 21 66 CULTURE ET ACTION LAÏQUE DE GENAPPE 067 /77 19 09 ou 067 / 77 32 17 ENTRE-VUES 010 / 40 19 67 - Fax 010 / 41 16 37 GROUPE D’ACTION LAÏQUE D’ITTRE 067 / 21 96 92 LAÏCITÉ LA HULPE ASBL- AML 02 / 687 32 84 ou 02 / 653 08 34 LA PENSEE LIBRE DE LA NETHEN 010 / 86 00 47 ou 010 / 86 70 43 LIBRE PENSEE DE LA DYLE 010 / 41 57 60 ou 010 / 61 41 23 MESAPU 067 / 84 20 97 ou 0472 / 75 24 68 MOJELO 0477 / 21 33 20 ou 010 / 41 18 88 U.A.E. BRABANT WALLON 02 / 354 00 76 ou 02 / 354 22 12

Pour tout renseignement, veuillez prendre contact avec :

la présidente du SLP BW, Claire Lévèque : 010 / 22 27 59

la secrétaire du SLP BW, Monique Doumont-Somville : 010 / 45 17 53

Les conseillers et conseillères laïques demandent aux personnes devant séjourner dans une maison de soins ou de repos de réclamer systématiquement à l’entrée de l’institution le formulaire reprenant les informations sur l’assistance morale et religieuse. C’est une obligation légale pour les établissements de fournir ce document. Ils pourront ainsi prendre contact, s’ils le désirent, avec le ou la conseillère désigné(e) pour l’établissement et en demander son passage. Si le patient désire la visite d’un autre conseiller laïque, il est

CALepin

également possible de le demander.

26

FÊTES DE LA JEUNESSE LAÏQUE BRABANT WALLON EST 019 / 63 36 01 ou 010 / 41 89 46 FÊTES DE LA JEUNESSE LAÏQUE BRABANT WALLON OUEST 067 / 84 43 72 ou 067 / 34 04 36

Infos Services

LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT & DE L’EDUCATION PERMANENTE • REGIONALE DU BRABANT WALLON 067 / 21 21 66 ou 067 / 84 30 72 • SECTION BRAINE-l’ALLEUD – WATERLOO 02 / 354 80 23 ou 02 / 354 21 49 EXTENSION DE L’U.L.B. • SECTION DE JODOIGNE 010 / 81 02 61 • SECTION DE NIVELLES 067 / 21 67 11 ou 067 / 21 69 75 • SECTION DE WAVRE 010 / 22 89 30 ou 010 / 45 17 53 • SECTION GENAPPE-LASNE - GALILEO GALILEI 067 / 77 32 17 ou 067 / 77 19 09 MAISONS DE LA LAÏCITE D’ALEMBERT – Braine l’Alleud 02 / 387 33 26 ou 02 / 387 31 98 GALILEE – Genappe 067 / 77 32 17 ou 067 / 77 19 09 NIVELLES 067 / 21 21 66 ou 067 / 84 30 72 HYPATHIA - Ottignies-Louvain-la-Neuve 010 / 41 52 31 ou 0476 / 49 89 90 TUBIZE et Environs 0494 / 34 94 16 ou 0475 / 56 10 69 CONDORCET – Grez-Doiceau & Beauvechain 010 / 24 80 91 ou 010 / 86 70 43 ou 010/ 86 00 47 IRENE JOLIOT-CURIE – Wavre 010 / 24 64 03 ou 010 / 22 27 59 SERVICE LAÏQUE D’AIDE AUX PERSONNES Régionale du Brabant wallon Contact Nivelles : 067 / 21 21 66 - 0477 / 27 87 59 – 067 / 21 61 10 Contact Ottignies : 010 / 45 17 53 – 010 / 41 86 34 Contact Ittre – Tubize : 02 / 366 18 15 – 02 / 366 14 96 Contact Wavre : 010 / 22 27 59 – 010 / 84 56 99 Contact Waterloo - Braine-l’Alleud : 0474 / 78 45 66 FUNÉRAILLES - N° AVEC REPONDEUR 010 / 43 70 36

Les associations locales sont composées de bénévoles. Vous les contacterez donc plus facilement en soirée ou le week-end. Si, vous n’arrivez pas à joindre l’une ou I’autre association, n’hésitez pas à téléphoner à la Régionale du CAL/BW pendant les heures de bureau au 010 / 22 31 91.

27

CALepin

Infos Services



Calepin n°47