Page 1

EN PAGES DE COUVERTURE

SOMMAIRE

«Mur de graffitis en papier» Travaux réalisés à l’aquarelle, aux crayons couleurs, au feutre noir et collages par les élèves des classes 2E, 2M et 2U, 2007-2008, sous la conduite de Mme Isabelle Clément.

7 FÊTE DE NOËL

8 SEMAINE DE SPORTS ET D’ACTIVITÉS CULTURELLES

16

2

RENSEIGNEMENTS UTILES

3

EDITORIAL

4

VIE DE L’ÉCOLE

13

CARNET DE ROUTE

14

CENTRE D’ORIENTATION DU BELLUARD

17

AGENDA DU 2E SEMESTRE

18

EDUCATION GÉNÉRALE

20

ORGANISATION DE L’ÉCOLE

24

GRILLE HORAIRE 2009-2010

25

ACTIVITÉS D’ÉLÈVES

34

ENSEIGNEMENT

37

PHOTOS SOUVENIRS

43

REGARDS CROISÉS

45

CONCOURS

FORUM DES MÉTIERS

25 SEMAINE ROMANDE DE LA LECTURE LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

1


RENSEIGNEMENTS UTILES

LES INFOS DU

Secrétariat ........................................................... Mme Perroud, directrice ...................................... M. Angéloz, classes de 1re année ........................ M. Rotzetter, classes de 2e année ....................... M. Schweizer, classes de 3e année ..................... M. Giroud, classes de la Villa Cæcilia ................. Centre d’orientation professionnelle du Belluard Service médical, Direction des Ecoles................ Service de psychologie Ville de Fribourg, M. Guerry ................................. Granges-Paccot, Mme Marro ............................... Givisiez, M. Chassot ............................................. Chésopelloz, Corminbœuf, Mme Müller ............... Service de logopédie et psychomotricité Ville de Fribourg, Givisiez, Granges-Paccot (Flos Carmeli) ............. Chésopelloz, Corminbœuf (SIPLP) ..................... Service dentaire secrétariat ......................... cabine dentaire ................. Clinique orthodontique ......................................

BELLUARD MARS 2009 Bulletin d’information destiné aux élèves et aux parents des élèves du

CYCLE D'ORIENTATION DU BELLUARD Derrière-les-Remparts 9 1700 Fribourg Tél: 026 347 18 50 Fax: 026 347 18 59 E-mail: info@co-belluard.ch www.co-belluard.ch

RÉDACTION La direction, les conseillers en orientation, quelques professeurs et élèves

MISE EN PAGE ET COMPOSITION PHOTOS

DE PRESSE

I. Clément

CALENDRIER SCOLAIRE

LECTURE

VACANCES DE PÂQUES: du lundi 6 avril 2009 au vendredi 17 avril 2009

C. Baiutti

PARUTION deux fois par année scolaire août et mars

026 351 73 04 026 460 76 32 026 466 35 66 026 408 33 73

☎ ☎ ☎ ☎ ☎

026 484 87 87 026 408 33 73 026 347 10 62 079 204 39 21 026 347 10 60

MATIN 07h38 08h25 09h12 10h13 11h00

heure heure heure heure heure

6 7e 8e

APRÈS-MIDI heure 13h45 - 14h35 heure 14h35 - 15h25 heure 15h25 - 16h15

e

-

08h25 09h12 10h00 11h00 11h48

FIN DE L’ANNÉE SCOLAIRE: mercredi 8 juillet 2009

TIRAGE

SONT JOURS DE CONGÉ: • jeudi 21 et vendredi 22 mai 2009 (Ascension) • lundi 1er juin 2009 (Pentecôte) • jeudi 11 et vendredi 12 juin 2009 (Fête-Dieu)

950 exemplaires

IMPRESSION Imprimerie St-Paul SA Fribourg

LES INFOS DU BELLUARD

☎ ☎ ☎ ☎

1 2e 3e 4e 5e

re

Quelques professeurs et élèves

2

026 347 18 50 026 347 18 50 026 347 18 53 026 347 18 54 026 347 18 52 026 322 29 81 026 347 18 58 026 351 73 22

HORAIRE DES COURS

M.-J. Chanez

DESSINS

☎ ☎ ☎ ☎ ☎ ☎ ☎ ☎

MARS

2009

RENTRÉE SCOLAIRE 2009-2010: jeudi 27 août 2009


EDITORIAL

Texte 2 colonnes

DE BONNES RAISONS DE NOUS ENGAGER CLAUDINE PERROUD DIRECTRICE

Au mois de février, le gouvernement fribourgeois a été le dixième canton à adopter Harmos. Cette nouvelle réjouissante est une marque de confiance envers nos autorités scolaires; elle ouvre les portes à une série de réformes qui fixeront un cadre solide à l’école suisse, tout en laissant une large place aux traditions scolaires locales. Quelles seront les principales incidences sur l’école fribourgeoise ? Tous les enfants commenceront l’école à 4 ans, tous auront droit à deux années d’école enfantine. On parlera de 11 ans d’école obligatoire, répartis en 3 cycles: le premier cycle comprendra les 4 premières années, le deuxième cycle les degrés 3 à 6, et enfin le troisième cycle sera le CO. Parmi les autres sujets harmonisés, citons l’apprentissage de la première langue étrangère en 3e primaire, l’introduction de l’anglais en 5e primaire, la mise en place de structures de jour au primaire et la fixation de standards de formation. Le chantier qui nécessitera tout l’engagement des enseignants sera l’arrivée du Plan d’Etudes Romand qui comprend 5 grands domaines d’enseignement, à savoir les langues, les mathématiques et sciences de la nature, les sciences de l’Homme et de la société, les arts, le corps et mouvement, ainsi qu’un domaine transversal, la formation générale. Les objectifs seront fixés dans toutes les disciplines, avec une autonomie de 15% par canton permettant des spécificités, comme l’enseignement religieux, l’économie familiale, le latin et le grec pour Fribourg. A la même période, Fribourg a mis en consultation son concept des langues. Celui-ci modèlera l’apprentissage des langues, en y ancrant des mesures de renforcement, comme les apprentissages de la langue au sein de la discipline d’abord, l’intensification des échanges linguistiques et de la 10e année linguistique. Parmi la série d’innovations, mentionnons l’éveil aux langues, l’introduction du portfolio européen des langues, la possibilité d’enseignement dans la langue partenaire et la création de classes bilingues. Une autre réforme d’envergure dont on entend peut-être moins parler est celle liée à la réforme de la péréquation financière et la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons (appelée RPT). Une conséquence directe de ce dossier sera la fin de l’enseignement spécialisé dans sa forme actuelle et une tendance vers une intégration plus conséquente des enfants différents ou souffrant de handicaps dans les classes ordinaires. Ces principales nouveautés seront inscrites dans la loi scolaire actuellement en révision. La modernisation de l’école a démarré; il n’est pas question de regarder passer le train. Les enseignants, les parents, les responsables et les politiques ont tout intérêt à collaborer pour déterminer la qualité, l’originalité et l’efficacité de ce nouveau convoi. La structure est certes définie, mais l’intérieur est à aménager. Il y a de bonnes raisons de nous engager… Claudine Perroud LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

3


VIE DE L’ÉCOLE

AU JOUR LE JOUR

AOÛT 2008 RENTRÉE SCOLAIRE Nouveaux aménagements Les enseignants apprécient le coin salon nouvellement aménagé.

Un espace a été organisé pour permettre aux élèves de manger à midi à l’école. Un micro-ondes est à leur disposition. Une fois le repas terminé, les élèves se rendent aux cours ou à l’étude. Possibilité de s’inscrire en tout temps chez les adjoints de direction, au moyen d’un billet jaune.

SEPTEMBRE 2008 MARCHE DES 2E ANNÉES

A la bibliothèque des maîtres, de nouvelles tables individuelles avec un espace de rangement et de nouvelles chaises ont remplacé l’ancien mobilier.

Les 230 élèves de 2e année ont goûté à l’air vivifiant des Préalpes, testé leur endurance, apprécié la sensation du télésiège et mouillé leur t-shirt sur le parcours de la Riggisalp au Lac-Noir. Ils sont rentrés contents, les professeurs aussi. MERCI à toutes et à tous.

OCTOBRE 2008 MARCHE DES 1RE ANNÉES Une semaine après leurs aînés, c’était au tour des élèves de 1re année de parcourir les 15 kilomètres prévus dans le secteur de la Gérine à Marly. Le temps d’un bel effort physique, d’un moment de camaraderie, de quelques confidences livrées à leur professeur de classe : « Merci, M’sieur ! Madame, on aura aussi une marche l’année prochaine? »

4

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

5


6

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


VIE DE L’ÉCOLE

NOVEMBRE 2008 CONCOURS SCRABBLE Au terme de cette épreuve, 4 jeunes ont pu participer à la finale cantonale. Bravo à Camille Muheim 3H, Nathan Gauthier 1N, Ni-

colas Francisco 1N et Amélie Sauteur 2K, et merci à Mme S. Bourqui, responsable.

DÉCEMBRE 2008 VISITE SURPRISE DE ST-NICOLAS ET DISTRIBUTION DE BISCÔMES

FÊTE DE NOËL Orchestrée pour la première fois par M. M. Angéloz, la fête de Noël fut simple et chaleureuse. En ouverture, Mme M. Lavanchy récita un conte de circonstance, les élèves offrirent des prestations variées et le match de hockey confrontant les élèves aux professeurs s’est soldé par une victoire de ces derniers. « Oh Abies, oh Abies… » Les élèves latinistes interprétèrent «Mon beau sapin». Merci M. D. Stevan pour votre initiative. La surprise de l’après-midi fut l’entrée en scène de M. Martin, quadruple champion du monde de claquettes. En quarante minutes de show endiablé, il nous enchanta par son spectacle de sons et de mouvements. La salle était enthousiaste et en redemanda. Bravo M. Martin ! Et MERCI à tous les acteurs et organisateurs ! LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

7


SEMAINE DE SPORTS ET D’ACTIVITÉS CULTURELLES

8

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


VIE DE L’ÉCOLE

L

e réchauffement climatique n’aura été un sujet de discussion ni lors de l’organisation ni lors du déroulement de la 29e édition de notre SSAC. En effet, depuis des mois, l’hiver battait son plein, la neige tombait presque quotidiennement. Elle tenait bien car les températures étaient arctiques. Plutôt que de voir des palmiers pousser dans la cour du Belluard, on se serait plutôt attendu à voir des ours polaires rôder dans les environs de l’école. Pour les élèves qui étaient dans la nature, les conditions ont été idéales et très sportives: blizzard et flocons au menu des premiers jours puis soleil et bise pour terminer. Grâce à l’engagement de toutes et tous, la semaine a été une totale réussite. Une grande frayeur a cependant secoué la torpeur du dimanche 15 février. Le chalet du Hohberg, destiné à accueillir un camp de raquettes, s’avère inutilisable. C’est la constatation que font le dimanche après-midi par –10° les responsables C. Rossier et E. Pillonnel. Pas d’eau courante, pas d’électricité ! Quelques heures et quelques coups de fil plus tard, THE solution est trouvée : la société de gymnastique « L’Ancienne » accepte de mettre à disposition son chalet du Schattersspitz tout proche du Hohberg. C’est même un remplacement de luxe car le chalet a été rénové récemment. Jean-Marc Schweizer

CAMP DES RAQUETTES AU HOHBERG

CAMP DE 1RE ANNÉE AUX CROSETS

CAMP DE 2E ANNÉE À NAX

CAMP DE 3E ANNÉE À GRINDELWALD LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

9


VIE DE L’ÉCOLE CRÉATION D’UN LIVRE EN BOIS

et le tour est joué. Il ne reste plus qu'à décider de la couleur du meuble, de le peindre, de le vitrifier et il sera très solide : on peut même s'asseoir dessus !

COURS D’ITALIEN

Pour la 2e année consécutive, Mme M. Mackinnon a mis sur pied une activité originale, alliant créativité et précision. Il s’agit de confectionner un livre en bois de 4 à 6 pages racontant une petite histoire sous forme de peinture. C’est un peu le principe d’une BD sans texte, se terminant par une chute originale. Une fois l’histoire composée, les élèves décident du format, découpent le nombre de pages en bois croisé, percent, poncent, collent, relient. Une couverture en cuivre donnera une touche encore plus précieuse à ces miniatures picturales.

CRÉATION D’UN MEUBLE EN CARTON

Grâce à Mme A. Roulin, des élèves ont pu s’initier à la langue et à la culture italiennes. Il s’agissait d’un cours d’introduction à la langue italienne. Les élèves ont acquis les notions de base leur permettant de se débrouiller lors d’un éventuel voyage en Italie. Certains aspects de la culture et de l’histoire de l’Italie ont été également abordés. Les participants pouvaient ainsi découvrir les principales régions et villes italiennes, la Rome antique, la musique, le cinéma, la nourriture ou des personnalités de l’Italie. Le but de ce cours consistait aussi à mettre en évidence des éléments typiques de l’Italie et ainsi à permettre aux élèves d’entrevoir les principales différences entre ce pays et la Suisse voisine.

SSAC EN IMAGES

C’est sous l’égide de Mme C. Limat que les élèves ont créé des meubles… en carton. En utilisant de simples cartons ondulés récupérés, les élèves arrivent à créer leurs propres meubles. Ils pourront y ranger BD, CD, DVD, livres, etc. Il suffit d'un peu de patience, de précision dans les calculs et les découpages, de soin dans les collages et les assemblages

10

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


Dans le cadre de l'activité SSAC en images, les élèves, sous la responsabilité de M. J. Andonie, ont eu la chance de visiter le site de la TSR Région (Fribourg), dans le quartier de Beauregard. Monsieur P.-Y. Maspoli leur a servi de guide et leur a expliqué les différentes étapes lors de l'élaboration d'un reportage: prises de vue et de sons, interviews, "dérushage" et montage. Ils ont aussi abordé les voix-off, la technique du prompteur et les duplex (avec le fond bleu). Pour un professionnel, il faut compter environ 30 minutes de prises de vue, pour un résultat final de 90 secondes seulement. Nos journalistes en herbe ont encore bien des progrès à faire...

Journées de ski et snowboard Ski et snowboard: Champéry M. F. Haenni Polysportif d’hiver: M. A. Gicot Bellegarde et Château d'Oex M. F. Quartenoud

Camps Champéry VS: 1re année Nax VS: 2e année Grindelwald BE: 3e année Hohberg: raquettes à neige

M. S. Leibzig M. F. Michel M. I. Corminbœuf M. E. Pillonnel M. C. Rossier

Voyage à Rome

M. P. Maillard

Sports de plaine Arts Martiaux Basket Bowling

■ J'ai bien aimé la virée à la TSR et j'ai compris qu'en fait c'était beaucoup plus difficile que je ne le pensais car on ne voit que le travail fini à la télévision, et pas les heures de travail derrière. Je vois qu'ils sont plusieurs journalistes pour couvrir tout le canton mais ils peuvent aussi aller dans d'autres cantons. Ils travaillent aussi beaucoup avec la police. Musa Araz, 3K

■ On a pu remarquer qu'on a encore beaucoup de travail! Les journalistes partent en premier filmer leurs images, puis ils reviennent les monter. On doit avoir quelques images de peu de secondes avec beaucoup de mouvements et de bonne qualité plutôt qu'une heure d'images où rien ne se passe. Louise Juriens, 3D

■ Il faut du temps et beaucoup d'informations pour faire 2 à 3 minutes de reportage. Il y a toujours quelqu'un dans le bureau jour et nuit. Depuis leur ordinateur, ils peuvent avoir accès en direct au sujet du futur journal télévisé. Martine Pasquier, 3B ■ J'ai aimé la sortie à la TSR car je me suis rendu compte que c'était un énorme boulot de faire un sujet qui va durer quelques minutes à peine. Il faut presque une journée pour faire quelques sujets. Et en plus, il faut quelqu'un qui reste en permanence au studio pour être prêt à intervenir à toutes les heures de la journée. Giuseppe Thurnherr, 3K

K’Danses Equitation Escalade Fitness Football Hockey Patinage Self-défense Tennis de table Tir à air comprimé Tir à l’arc Unihockey

M. C. Santos M. J. Kirsch Mme M.-C. Wirz Mme F. Jeanneret M. M. Reisch M. J.-M. Rappaz M. F. Guillaume Mme A. Idoux M. J. Progin M. H. Audriaz M. H. Audriaz M. R. Olivier Mme L. Zenku M. J. Bulliard Mme C. Reynaud M. P. Nguyen

Activités culturelles Bande dessinée Cours de sauveteur

Mme I. Clément Mme M.-P. Glannaz Mme L. Frioux Création d'un livre en bois Mme M. Mackinnon Création d'un meuble en carton Mme C. Limat Echecs M. S. Bovet Jouer la comédie Mme B. Schellenberg Langue italienne Mme A. Roulin Modelage en terre Mme C. Haas Mme A. Blanchard Pâtisserie Mme M. Gaillard Mme A. Guisolan Mme M. Kessler Mme C. Pipoz Mme C. Jaquier Mme N. Terrétaz Photo numérique M. N. Zeller Photo noir-blanc M. J.-B. Leibzig Relaxation Mme A. Schubiger Scrabble Mme F. Page Sculpture Mme S. Demierre Mme G. Pietrini Soin corps et visage Mme C. Déforel SSAC en images M. J. Andonie LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

11


VIE DE L’ÉCOLE

12

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


CARNET DE ROUTE STATISTIQUES ■ L’ÉCOLE EN QUELQUES CHIFFRES 671 élèves, dont 355 garçons et 316 filles 20,6 élèves en moyenne par classe 68 élèves en 10e année de scolarité 413 élèves de la ville de Fribourg 244 élèves des cercles scolaires environnants 2 élèves de la Singine 1 élève hors cercle 5 élèves en institution 4 élèves en 10e année linguistique 63% élèves de nationalité suisse 37% élèves d’autres nationalités, dont 71% élèves catholiques 6% élèves réformés 12% élèves musulmans 11% autres religions 73 enseignant-e-s 49% hommes et 51% femmes 36% à plein temps 64% à temps partiel Pour un total d’équivalents pleintemps de 52 postes

MARIAGE ET NAISSANCE Les Infos du Belluard adressent leurs voeux de bonheur les plus chaleureux et leurs vives félicitations à Mme Christine Loertscher, professeure, et M. Luigi Baiutti, à l’occasion de leur mariage, qui a été célébré le 25 septembre 2008, ainsi que pour la naissance de leur fille Lisa, le 4 novembre 2008.

FÉLICITATIONS à Mme Marie-Claire Python, enseignante, MM. Louis Despont et Bernard Sansonnens, enseignants, pour leurs 35 ans d’activité.

DÉCÈS Le 15 août 2008, nous apprenions le décès de M. Maurice Rappaz, papa de M. Jean-Maurice Rappaz, professeur. Le 29 août 2008, Mme Anne-Marie Macheret, professeure, perdait son papa, M. Josef Zbinden. Le 30 août 2008, M. Gérald Giroud, adjoint de direction, perdait son beau-papa, M. André Rey. Le 9 septembre 2008, M. Jean-Marc Schweizer, adjoint de direction, a eu l'immense douleur de perdre sa bellefille, Mme Cynthia Rocher Esseiva. Le 25 septembre 2008, nous apprenions le décès de Mme Gilberte Favarger, grand-maman de Mme Jeanne Favarger, professeure. Le 26 novembre 2008, M. Jean-Daniel Ottet, professeur, perdait sa grand-maman, Mme Marie-Rose Gumy. Le 17 décembre 2008, Mme Sylvie Schwaller, professeure, connut la douleur de perdre son beau-papa, M. Erwin Schwaller. Le 6 janvier 2009, nous apprenions le décès de Mme Madeleine Ding, bellemaman de Mme Antoinette Ding, professeure. Le 10 janvier 2009, Jérémie Gauch, élève de la classe 2E, perdait subitement sa maman, Mme Jacqueline Gauch. Le 6 février 2009, nous apprenions le décès de Mme Marie-Thérèse Descloux, maman de Mme Catherine Haas, professeure. A notre élève, nos collègues, ainsi qu'à leurs familles, nous exprimons notre sincère et profonde sympathie. LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

13


CENTRE D’ORIENTATION DU BELLUARD

LÉGENDE ET COMMENTAIRES

employé en hôtellerie, gestionnaire du com■ LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES merce de détail, horticulteur, informaticien, installateur-électricien, logisticien, maçon, INITIALES (FPI) FPI duale = formation professionnelle initiale monteur en chauffage, opérateur de machines en entreprise (anciennement apprentissage) automatisées, opticien, peintre en bâtiment, plâtrier-peintre, polymécanicien, réalisateur Ecole de mépublicitaire, tiers = formaChoix scolaire et professionnel des élèves en fin de scolarité tailleur de piertion professionen été 2008 re et technolonelle initiale en gue en indusécole stages, séjours au Solutions trie laitière. La pair inconnues Parmi plus de Semestres de FPI duale (incl. 4% diversité existe 1% préappr.) et 100 métiers motivation mais les élèves, 18% classes proposant des d'intégration surtout les jeuEcole des métiers 9% formations 4% nes filles, doidans le canton 10ème ling. vent davantage EC 5% 1% de Fribourg, s’ouvrir à des seuls 31 mémétiers qu’ils ECG tiers - 7 métiers 10ème-11ème au 12% ne connaissent CO pour les filles pas. La réa24% contre 27 pour lité du marché Collèges Autres écoles les garçons des places de 20% 2% ont été choisis : formation proagriculteur, aide fessionnelle familiale, assistant en maintenance d’auto- initiale et les procédures d’admission pour mobiles, assistant en soins et santé commu- entrer dans les écoles nous incitent parfois à nautaires, automaticien, boucher-charcutier, encourager les jeunes à envisager plusieurs boulanger-pâtissier, carrossier-tôlier, coiffeur, pistes parallèlement ainsi qu’à promouvoir conducteur de camion, constructeur métalli- des compromis entre la demande et l’offre, que, cuisinier, dessinateur en bâtiment, élec- entre leurs aspirations et ce qui leur est postricien de réseau, employé de commerce, sible et réalisable.

14

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


■ LES ÉCOLES DU DEGRÉ SECONDAIRE II EC = école de commerce ECG = école de culture générale Collèges 33% des élèves en âge de quitter l’école choisissent une solution en école du degré secondaire II. La majorité des élèves de classe de type prégymnasial (73%, plus ceux qui passent par une 10e linguistique) préfèrent une maturité gymnasiale à une maturité professionnelle qui offre pourtant de belles perspectives en HES par exemple. L’ECG, quant à elle, attire 24% des filles en âge de quitter le CO. En effet, celles-ci se destinent très souvent à des professions liées à la santé ou au social et ne se sentent pas toujours prêtes à affronter le monde professionnel. Enfin, l’école de commerce, très sélective chez les élèves de classe de type général et moins attrayante pour des élèves de classe de type prégymnasial accueille seulement 1% des élèves du CO du Belluard. Le CO du Belluard a offert sous conditions la possibilité à des jeunes motivés (22% des élèves sortants) de faire une 10e dans une classe de type plus élevé à leur parcours au CO afin d’accéder à de meilleures possibili-

tés scolaires ou professionnelles futures. Depuis son apparition, la 10e linguistique connaît un succès croissant auprès des jeunes du Belluard (1% en 2007, 5% en 2008) et pare l’élève d’un atout de poids dans une région bilingue telle que la nôtre. Financés par l’assurance-chômage, les semestres de motivation ou les classes d’intégration (pour les élèves de langue étrangère) permettent aux jeunes n’ayant pas trouvé de solutions de renforcer leurs connaissances scolaires tout en affinant leur choix professionnel. 9% des élèves s’y sont inscrits.

JOURNÉE DES FILLES

JEUDI 13 NOVEMBRE 2008 Nous soulignons avec plaisir la très forte participation des jeunes filles de 2e année du CO du Belluard à cette journée d’information. L’effectif de 28 participantes place l’établissement du Belluard très nettement en tête du reste du canton ! Nous félicitons ces filles de s’être montrées curieuses de professions du monde de la technique et de l’informatique. L’avis général a été très positif; les visites à l’Université de Fribourg, à l’Ecole d’ingénieurs et dans des entreprises de la région ont – semble-t-il – été intéressantes, interactives et bien organisées.

■■■ Depuis son apparition, la 10e linguistique connaît un succès croissant auprès des jeunes du Belluard

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

15


CENTRE D’ORIENTATION DU BELLUARD

START ! FORUM DES MÉTIERS VENDREDI 23 JANVIER 2009 Après un sondage auprès des élèves du Belluard, il ressort une image plutôt positive de leur visite au Forum des Métiers. Les élèves ont beaucoup aimé les activités proposées par les différents stands (informatique, retouche de photos, bois, soudure, mur d’escalade, coiffure, esthétique, …) ainsi que de pouvoir s’exercer à certains travaux. Du point de vue de l’information précise sur les métiers, les jeunes ont exprimé davantage de réserves. Le stand sur les formations universitaires a déçu, les élèves ne parvenant pas à

16

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

obtenir des renseignements précis. Même si les classes de type prégymnasial soulignent cette difficulté à s’informer sur les voies universitaires, cette visite a été néanmoins jugée intéressante par tous les types de classes et tous les degrés de scolarité confondus. Ce qui laisse penser que l’information donnée était suffisamment « large » pour que tous les élèves y trouvent leur compte. Dans les améliorations à apporter, relevons quelques remarques des élèves : ■ 1re Dév.: moyenne générale de la note attribuée à la manifestation : 9,7 / 10 ! « Il y avait tout ce que je voulais voir», « J’ai tout trouvé, ils m’ont dit quelle école il fallait faire… ». ■ 1re EB : « Il faudrait plus de personnes à disposition ». Cinq élèves y sont retournés le week-end. ■ 2e EB : « Mettre des métiers en lien avec les animaux », « plus de métiers ». ■ 2e G : auraient souhaité « Davantage d’informations écrites » et notamment des informations sur « ambulancier » et « concepteur en multimédia ». ■ 3e PG : « Il faudrait montrer davantage de métiers », « Plus de métiers, plus de stands, plus longtemps… ». Nicole Baggi et Sandra Clerc Conseillères en orientation E_mail : osp@co-belluard.ch


AGENDA DU 2E SEMESTRE DU LUNDI 9 AU VENDREDI 13 MARS 2009 Semaine de prévention TPF A l’intention des élèves de 1re année

T

A

DU LUNDI 16 AU VENDREDIITRE 20 MARS 2009 RIAL Festival du film Fribourg Participation de certaines classes Texte 2 colonnes

24

DU LUNDI 16 AU VENDREDI 20 MARS 2009 6e Semaine des médias Journée spéciale pour les classes 3F, 3H et 3K

MARDI 17 MARS 2009, MATIN Théâtre interactif « Bien cuit ou à point » Programme de prévention, pour les classes de 2e année

MARDI 17 MARS 2009 Séance d’information professionnelle A l’intention des parents des élèves de 2e année ■ 20h00, grande salle

le jeudi 4 juin, à l’intention des élèves de 1re et de 2e années de l’école La troupe théâtrale est composée de : Valdrin Hasanaj 1A, Mélanie Frank Baud 1G, Axenia Muntean-Berset 1G, Obrian Herzig 1K, Baptiste Rotzetter 1K, Adina Rüfenacht 1K, Nathalie Müller 2B, Laura Carnal 2L, Kaziwa Raim 2L, Anouk Werro 2L, Rebecca Balimann 2M. Responsable : Alain Grand

MERCREDI 25 MARS 2009

Cette année, la troupe mettra à l’honneur Anne Roumanoff, Eric & Ramzy, Raymond Devos, dans leurs sketchs.

Retour des fiches d’inscriptions pour la prochaine année scolaire

JEUDI 11 ET VENDREDI 12 JUIN 2009 Congé de la Fête-Dieu

LUNDI 30 MARS 2009

VENDREDI 19 JUIN 2009

2 mi-semestre suivie des conseils de classe Après ces bilans, le professeur de classe confirmera aux élèves les choix qu’ils ont exprimés dans les fiches d’inscriptions.

Bal des élèves de 3e année

e

DU LUNDI 6 AU VENDREDI 17 AVRIL 2009 Vacances de Pâques

LUNDI 29 JUIN 2009 Fin du 2e semestre

CALENDRIER DES ÉPREUVES DU DIPLÔME DU LUNDI 15 AU VENDREDI 19 JUIN 2009

Epreuves orales d’anglais

MARDI 21 AVRIL 2009

DU LUNDI 22 AU VENDREDI 26 JUIN 2009

Vaccination Hépatite B, élèves de 1re année Vaccination HPV, filles

Epreuves orales d’allemand MARDI 30 JUIN 2009

DU LUNDI 20 AVRIL AU VENDREDI 8 MAI 2009

MERCREDI 1 JUILLET 2009

Séances d’information sexuelle, conduites par les animatrices du Centre de planning familial, destinées à toutes les classes de 2e année

VENDREDI 1 MAI 2009 Journée pédagogique pour les enseignants

JEUDI 21 ET VENDREDI 22 MAI 2009 Congé de l’Ascension

Matin : latin Après-midi : allemand Français épreuve générale et dictée et français expression JEUDI 2 JUILLET 2009

Matin : mathématiques I Après-midi : anglais VENDREDI 3 JUILLET 2009

Matin : mathématiques II

DU LUNDI 6 AU MERCREDI 8 JUILLET 2009

Congé de la Pentecôte

Derniers jours de l’année scolaire Le programme détaillé sera communiqué en temps utile

JEUDI 4 JUIN 2009

MERCREDI 8 JUILLET 2009

Spectacle de l’école Théâtre, chants et danses Présentations en journée le mercredi 3 et

RENTRÉE 2009-2010: JEUDI 27 AOÛT 2009

LUNDI 1 JUIN 2009

Cérémonie de remise des diplômes aux élèves de 3e année

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

17


L’a et s de

EDUCATION GÉNÉRALE

ELÈVES VULNÉRABLES, QUE FAISONS-NOUS? ■ ■ ■ La plupart des élèves se portent bien. Ils se disent contents de venir à l’école, ils y trouvent encouragements et aides, ils respectent les règles de vie. D’autres cherchent les limites et transgressent les règles, utilisent la violence verbale ou physique, font preuve d’incivilités. Une autre catégorie méritant toute l’attention des adultes sont les élèves qui présentent des signes de vulnérabilité, de mal-être, de décrochage scolaire. Les aider, c’est porter une attention particulière au climat scolaire et aux programmes de promotion de la santé scolaire.

PETIT

RAPPEL DES TROIS NIVEAUX DE PRÉVENTION ■ La prévention primaire consiste à empêcher dès le départ l’apparition de problèmes: l’application stricte des règles de vie éducatives, l’attention portée au climat de sécurité, les interventions régulières et clarifiées de tous les adultes de l’établissement, le climat de confiance entre les adultes, les élèves et les parents sont autant de facteurs qui permettent aux élèves de progresser et de s’épanouir. ■ La prévention secondaire consiste à se préparer à la crise : celle-ci peut surgir, mais il s’agit de l’anticiper, en étant attentifs aux signes précurseurs, en agissant en amont afin de rendre son apparition plus difficile et en entravant son déploiement. Dans le cadre du projet D+IP, des mesures nouvelles sont mises en place, comme l’amélioration de la communication des informations, l’utilisation d’un journal de bord, ou encore la parution du fascicule de détection présenté ci-après. ■ La prévention tertiaire est déployée en cas de crise, en agissant de manière à limiter les dommages et à tirer des leçons pour l’avenir : le problème est là et nécessite une intervention, qui à son tour déclenchera des processus d’apprentissage pour l’avenir. Le protocole d’urgence présenté ci-après est une réponse à ce type de situation.

■ Le corps : mauvaise hygiène, anorexie, boulimie, tics, manies, douleurs somatiques, … ■ Les comportements sociaux : provocations, agressivité répétée, mobbing, … ■ Les comportements à risques : consommations problématiques, addictions, délits, … ■ Les apprentissages scolaires : chute des résultats, retards répétitifs, absences fréquentes, oublis répétés, devoirs pas faits, … ■ Le psychisme : difficultés de concentration, sentiment d’échec, manque de motivation, humeur triste, … Les manifestations du problème peuvent être extériorisées : l’enseignant sera confronté à des attitudes de conflits, d’agressivités, d’oppositions, de menaces. Mais les manifestations intériorisées, telles que élève déprimé, anxieux, démotivé devront être particulièrement surveillées. Le signalement dépendra de la fréquence et de l’intensité des symptômes.

EN RÉSUMÉ Un élève est en difficulté, que faire ? J’observe > Je doute > J’en parle au réseau interne (professeur de classe, adjoint de direction, médiateur, …)

DÉTECTION + INTERVENTION PRÉCO- LE PROTOCOLE D’URGENCE CES: NOUVELLES MISES EN OEUVRE Dès ce printemps, les enseignants confronUN OUTIL DE DÉTECTION

Ce fascicule, mis au point par REPER, doit guider le travail d’observation des enseignants. Il permet de prendre conscience des symptômes perturbateurs autant que des symptômes silencieux, de mettre en évidence le problème et d’agir à temps. Les signes d’appel sont répertoriés en 5 groupes.

18

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

tés à une situation d’urgence pourront obtenir une aide immédiate. Si les situations de crise ne sont pas quotidiennes, elles sont néanmoins source de stress lorsqu’elles se produisent ; élève se blessant gravement, en crise d’épilepsie, élève en pleurs, élève pas en état de travailler, élève s’opposant fortement à un professeur, élève violent s’en prenant à un camarade, etc. Dans ces cas de


adjoint avertit le réseau se rend vers la situation crise.

L’adjoint avertit le réseau et se rend vers la situation de crise.

figure, l’enseignant doit pouvoir obtenir rapidement de l’aide. Ce sera chose possible dorénavant, avec la mise en place du protocole d’urgence. L’enseignant en difficulté compose le n° d’urgence alertant une personne de la direction. TROUBLES DE L’HUMEUR CHEZ L’ENFANT ET L’ADOLESCENT Dans le cadre de la dernière journée pédagogique, les enseignants ont pu bénéficier d’un éclairage extérieur sur les élèves présentant des signes de dépression. La conférencière, Madame Daniela Pacifico, intervenante à l’Institut de Pédagogie Curative de Fribourg, a développé les différentes caractéristiques de la dépression chez les enfants et adolescents et évoqué des pistes d’intervention pour les enseignants confrontés à de telles situations.

QUELQUES POINTS SONT RAPPELÉS CI-DESSOUS :

de soi. ■ Certaines manifestations de la dépression sont identifiables en classe. Ce sont les indicateurs scolaires (baisse des performances scolaires, perte d’intérêt dans les branches,…), les indicateurs sociaux et comportementaux (agitation, comportements antisociaux, régression,…), les indicateurs cognitifs (incapacité à prendre des décisions, difficultés à se concentrer,…), les indicateurs affectifs (irritabilité, plaintes excessives,…), les indicateurs physiques (modification de l’appétit, troubles du sommeil,…). ■ L’enfant ou l’adolescent dépressif doit bénéficier d’une prise en charge thérapeutique. ■ Le rôle de l’enseignant consiste à signaler les élèves dont on soupçonne des signes de troubles de l’humeur, à mettre en place des interventions spécifiques, à se faire accompagner si nécessaire. ■ Des attitudes appropriées de l’enseignant face à des élèves souffrant de troubles de l’humeur comme l’authenticité, l’empathie, la chaleur humaine permettent de désamorcer les situations de crise tout en gardant une relation de qualité entre l’adulte et long- l’élève.

■ La dépression se manifeste par des troubles émotionnels internalisés, comme l’anxiété, ou des troubles externalisés qui sont des troubles comportementaux comme l’hyperactivité, les comportements oppositionnels et les troubles de “Aussi conduite. temps que la ■ 4% à 6% des adolescents sont bougie est al- Pour soutenir un adolescent désusceptibles de développer une lumée, on peut pressif, le travail d’équipe et le partage des informations sont dépression. A la puberté, les filles réparer”. les meilleurs facteurs de guériprésentent plus de risques que les garçons de souffrir de troubles de Shalom Rosenberg son. l’humeur. Seuls 10% à 22% d’adolescents présentant des troubles psychoaf- L’intégralité de cet exposé est à découvrir sur fectifs bénéficient d’une prise en charge adé- le site internet de l’école : www-co-belluard. quate. Les difficultés d’apprentissage sont ch / éducation générale > D+IP présentes chez 50% des adolescents déprimés. Réciproquement, 50% des adolescents avec des difficultés d’apprentissage peuvent développer des troubles de l’humeur. ■ Les symptômes de la dépression peuvent être regroupés comme suit : l’humeur dépressive ou tristesse et irritabilité, la perte d’intérêt ou du plaisir, la modification de l’appétit, la perturbation du sommeil, la modification de l’activité psychomotrice, la fatigue non liée à l’effort, les sentiments de dévalorisation et de culpabilité, les difficultés à se concentrer, les pensées de mort récurrentes, la perte de confiance en soi ou de l’estime Mmes L. Galley, C. Perroud et D. Pacifico LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

19


ORGANISATION DE L’ÉCOLE

■ ■ ■ Le présent article a pour but d’apporter aux parents et aux élèves toutes les explications nécessaires à l’inscription dans le degré suivant. Les informations de base sur le cycle d’orientation se trouvent sur le site internet de l’école: www. co-belluard.ch. N’hésitez pas à le consulter régulièrement. 1. BULLETIN SCOLAIRE Le bulletin scolaire est remis aux parents à la fin du 1er semestre et à la fin de l’année. Par leur signature, les parents attestent en avoir pris connaissance et ils le remettent à l’enseignant titulaire de classe dans le délai prévu par l’école. Les bulletins scolaires (format A4) sont informatisés. La rubrique Langue et Culture d’Origine (LCO) permet de relater la fréquentation des écoles du pays d’origine. Pour cela, les élèves apportent au secrétariat une attestation de fréquentation (école portugaise, espagnole, italienne, …).

2. ÉVALUATION

DES APPRENTISSA-

GES SCOLAIRES

■ Les notes sont données d’après l’échelle de 6 à 1 et peuvent être données au demipoint ; la note 4 indique le seuil de suffisance (cf. art.62 RLS). ■ Dans chaque discipline, la moyenne des notes de l’élève est établie au dixième puis

20

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

arrondie au demi ou à l’entier. ■ La participation des élèves au cours de formation générale (1re et 2e années) ainsi qu’au cours d’enseignement religieux ou d’éthique et cultures religieuses est signalée par l’indication « suivi ». L’informatique, qui comprend aussi l’apprentissage du clavier (dactylographie), fait l’objet d’un brevet de compétences inséré à la fin du bulletin scolaire. ■ La note de fin d’année est établie à partir des résultats obtenus tout au long de l’année scolaire (évaluation en continu). De manière générale, cette note correspond à l’arrondi arithmétique. Dans certaines situations, la moyenne de chaque discipline peut faire l’objet d’une pondération : de 0.2 à 0.3 ou de 0.7 à 0.8 l’arrondi est possible au demi ou à l’entier, selon la façon dont l’élève a progressé dans ses apprentissages. Ex. : 5.2 ou 5.3 sont arrondis à 5 ou 5.5. La moyenne pondérée permet ainsi de tenir compte d’une évolution différente entre le 1er semestre et la deuxième partie de l’année scolaire.


■ Le groupe des branches principales comprend : - le français, l’allemand et les mathématiques, dans les classes à exigences de base et les classes générales; - le français, l’allemand, les mathématiques et le latin dans les classes prégymnasiales; en 2e et 3e années, l’anglais devient branche principale pour les élèves qui n’ont pas de latin. Dans le calcul de la moyenne générale, les branches principales sont affectées du coefficient 2.

3. EVALUATION

DE L’ATTITUDE FACE AU TRAVAIL ET DU COMPORTEMENT DANS LE CADRE SCOLAIRE

Les attitudes de l’élève face aux exigences de sa formation et à celles de la vie collective sont évaluées sur la base de critères appréciés selon une échelle de quatre degrés : très bien (TB), bien (B), satisfaisant (S), non satisfaisant (NS). Voici les aspects pris en compte :

ATTITUDE FACE AU TRAVAIL 1. Engagement et application dans le travail scolaire: l’élève est attentif, fait généralement preuve de concentration dans les différentes activités; il démontre intérêt, motivation et persévérance par une participation active et régulière dans le travail scolaire. 2. Organisation et autonomie: l’élève prend en charge son travail en faisant preuve d’autonomie et du sens des responsabilités; il présente ses travaux dans les délais. 3. Présentation des travaux: l’élève accomplit ses travaux avec soin et maintient ses cahiers, dossiers, agenda en bon état et complets.

COMPORTEMENT DANS LE CADRE SCOLAIRE 4. Respect des règles de vie commune: l’élève est poli, respecte les règles et les consignes générales de l’école. 5. Relations avec les autres élèves et les adultes: l’élève entretient de bons rapports avec les autres élèves et les adultes.

4. NORMES DE PROMOTION ■ L’élève dont la moyenne générale est égale ou supérieure à 5 et celle des branches principales située au moins à 4 obtient la mention « distingué ». ■ Pour être promu d’un degré d’enseignement à un autre, l’élève doit obtenir la moyenne de 4 pour l’ensemble des branches, la moyenne

de 4 pour le groupe des branches principales et ne pas avoir plus d’une branche principale inférieure à 4. ■ En cas de non promotion, l’élève peut répéter une classe de même type. Une répétition est aussi possible si l’élève a déjà un retard scolaire, à condition toutefois que les perspectives de réussite scolaire soient bonnes. ■ La décision refusant la promotion à la fin de l’année scolaire et la décision imposant un changement de type de classe ou de groupe d’enseignement peuvent, dans les dix jours, faire l’objet d’un recours des parents auprès de la Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport.

5. DIPLÔME DE FIN DE SCOLARITÉ Au terme de la 3e année, tous les élèves passent les épreuves du diplôme. Il s’agit d’attester les connaissances acquises au cours du CO dans les apprentissages fondamentaux, français, allemand et mathématiques et, selon un tournus, dans une discipline qui peut être le latin ou l’anglais. Pour les matières non examinées, on fait figurer dans le diplôme les moyennes annuelles. Quelle que soit la voie de formation que suivra l’élève après le CO, le diplôme a toute son importance. Il complète les résultats scolaires qui figurent dans le bulletin scolaire. 6. COURS À OPTIONS Dès la 2e année pour les classes EB, dès la 3e année pour toutes les classes, les élèves ont la possibilité d’opérer certains choix, à savoir:

CLASSES EB (EXIGENCES DE BASE) En 2e année, à choix: ■ 2 unités d’anglais ou 2 unités d’éducation à la citoyenneté, incluant l’approche de l’actualité En 3e année, à choix: ■ 2 unités d’initiation à l’économie ou 2 unités de dessin technique ■ 2 unités d’anglais ou 1 unité d’arts visuels plus 1 unité MITIC*

CLASSES G (GÉNÉRALES) GYMNASIALES) SANS LATIN

ET

PG (PRÉ-

En 3e année, à choix: ■ 2 unités d’initiation à l’économie ou 2 unités de dessin technique ■ 1 unité d’arts visuels ou 1 unité MITIC* ou 1 unité de laboratoire de sciences

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

21


ORGANISATION DE L’ÉCOLE

CLASSES PG AVEC LATIN En 3 année, à choix: ■ 2 unités de grec ou 1 unité d’éducation à la citoyenneté et 1 unité d’arts visuels e

* MITIC : l’option «Médias, Images, Technologies, Information, Communication» permet aux élèves intéressés d’approfondir leurs connaissances dans le domaine de l’image, des médias et de l’informatique sur les plans technique et éthique. Remarque: pour des questions d’organisation du deuxième groupe d’options en 3e année, classes G et PG sans latin, les élèves inscriront un 1er et un 2e choix. La direction fera tout ce qui est possible pour respecter le choix prioritaire de l’élève. Ces différentes options sont décrites plus précisément sur le site internet de l’école. La grille horaire de la page 24 informe dans ce domaine.

et communautaire. Chaque élève a ainsi l’obligation de suivre soit le cours confessionnel soit le cours d’éthique et de cultures religieuses. L’inscription à l’un de ces cours est définitive pour l’année scolaire 2009-2010. En 3e année : ■ Tous les élèves suivent le cours d’éthique et de cultures religieuses (ECR), indépendamment de leur croyance religieuse. ■ Les élèves catholiques ont également un cours d’enseignement religieux (ER) donné par leur Église. Les parents qui le souhaitent peuvent demander de dispenser leur enfant de ce cours. Ils rempliront alors la déclaration de renonciation à l’enseignement religieux qui leur sera donnée par la direction de l’école au mois de mai. L’inscription à ce cours confessionnel est définitive pour l’année scolaire 2009-2010.

8. CONDITIONS

DE CHANGEMENT DE

TYPE DE CLASSE

7. COURS D’ENSEIGNEMENT RELI- A LA FIN DE L’ANNÉE SCOLAIRE GIEUX (ER) OU COURS D’ÉTHIQUE ET Les passages d’un type de classe vers un DE CULTURES RELIGIEUSES (ECR) autre, plus exigeant, sont possibles comme En 1re et 2e années : ■ Les élèves catholiques et réformés fréquentent le cours confessionnel qui leur est destiné. Les parents qui le souhaitent peuvent demander de dispenser leur enfant de ce cours. Ils rempliront alors la déclaration de renonciation à l’enseignement religieux qui leur sera donnée par la direction de l’école au mois de mai. ■ Les élèves des autres confessions, les élèves sans confession et les élèves dispensés du cours de religion catholique ou réformée suivent un cours d’éthique et cultures religieuses (ECR). Ce cours n’est pas confessionnel; il vise la connaissance et la compréhension du fait religieux dans son sens le plus large possible, tout en proposant une réflexion sur l’existence humaine, personnelle

l’exprime le terme même d’orientation propre à ce degré de la scolarité. Ces changements d’orientation scolaire ont lieu en principe au terme de l’année scolaire. Les règles qui les régissent sont précisées ci-dessous. Les moyennes indiquées ci-dessous doivent être obtenues au terme de l’année scolaire. Dans tous les cas de figure, l’avis des enseignants des branches principales, fondé tant sur l’engagement de l’élève que sur sa capacité à prendre en charge sa formation, est requis par la direction.

EN COURS D’ANNÉE Pour les élèves de 1re année, un changement de type de classe peut avoir lieu à la 1re misemestre ou à la fin du 1er semestre. Pour passer vers une classe d’un niveau d’exi-

Changement de type de classe en fin d'année ➤ Passage dans une classe du même degré, mais d’un niveau d’exigences supérieur; ex. de 1reG à 1rePG ou de 2eEB à 2eG Concerne aussi les demandes de 10e : de 3eG à 3ePG ou de 3eEB à 3eG ➤ Passage dans une classe du degré suivant et d’un niveau d’exigences supérieur ; ex. de 1re G à 2e PG / de 1re EB à 2e G

22

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

Moyenne des branches principales

Moyenne générale

4.8 aucune note inférieure à 4.5

4.8

5 aucune note inférieure à 4.5

5.2


gences supérieur, en plus de l’avis favorable des enseignants, la moyenne générale et la moyenne des branches principales doivent être de 5.2; aucune branche principale ne doit se situer au-dessous de 4.5. A l’inverse, si les résultats scolaires ne dépassent pas le seuil de 3.5 dans la moyenne des branches principales et/ou dans celle des branches générales, l’opportunité du maintien dans le type de classe préalablement décidé doit se poser. Une analyse de la situation scolaire est alors conduite avec l’élève et ses parents. Pour les élèves de 2e ou de 3e année, les changements en cours d’année scolaire gardent un caractère exceptionnel. Ils sont étudiés sur la base du dossier de l’élève.

9. AUTORISATION D’ACCOMPLIR

UNE

DIXIÈME ANNÉE DE SCOLARITÉ

Les motifs qui peuvent amener certains élèves à demander une prolongation de leur scolarité peuvent être de différente nature. Il peut s’agir d’un complément de formation recherché en vue d’une nouvelle orientation (passage d’une classe EB en G, ou d’une classe G en PG), d’une prolongation au sens strict du nombre d’années de la scolarité, généralement à la suite d’un redoublement ou, pour les élèves allophones, d’un retard dû à des problèmes de langue, ou encore d'une situation de non promotion en 3e année de CO. Quelles que soient la nature de la prolongation de la scolarité ou les raisons qui la motivent, il est indispensable que : 1. l’avis des enseignants amenés à se prononcer soit favorable; 2. l’engagement de l’élève et sa capacité à prendre en charge sa formation soient jugés au moins satisfaisants, mais si possible bons; 3. le comportement de l’élève dans le cadre scolaire soit qualifié de bon, particulièrement s’il s’agit d’une répétition de la 3e année. Si la demande d’accomplir une 10e année consiste en une répétition de la 3e dans le même type de classe, l’élève doit avoir au minimum 3,7 de moyenne des branches principales et 3.7 de moyenne générale. Les autres conditions sont celles qui sont présentées ci-dessus sous «Normes de promotion (pt 4)» et sous «Conditions de changement de type de classe (pt 8)».

Etapes d’une autorisation d’accomplir une 10e année: ■ Au mois de mars, les parents effectuent la demande d’accomplir une 10e année à l’aide de la fiche d’inscription ad hoc. ■ Si l’élève remplit les conditions d’octroi d’une 10e année, son inscription est provisoirement prise en compte. ■ Si l’élève ne remplit pas ou ne remplit que partiellement les conditions d’octroi d’une 10e année, son souhait n’est pas encore pris en compte. ■ Au mois de juillet, la décision définitive d’octroi ou de refus de la 10e année est communiquée aux parents et à l’élève. En cas de réponse positive, une convention est alors signée entre l’élève, ses parents et la directrice de l’école. Au cours de sa 10e année, l’élève doit également remplir les conditions fixées ci-dessus en ce qui concerne l’attitude face au travail et le comportement dans le cadre scolaire; de plus il doit obtenir des résultats au moins égaux à la note 4 dans la moyenne générale et dans celle des branches principales. Si tel n’est pas le cas, un avertissement est donné par la directrice afin de rappeler ces exigences. Si aucun changement n’intervient, alors l’élève devra interrompre son année supplémentaire.

10. DIXIÈME ANNÉE LINGUISTIQUE Dans le but de favoriser l’acquisition de la langue allemande, une 10e année de scolarité dans une école de langue allemande du canton de Fribourg est ouverte aux élèves ayant terminé la 3e année. Cette possibilité peut également s’envisager dans le cadre d’un échange avec un-e jeune alémanique, dans le canton ou hors canton. Les élèves intéressés trouveront la documentation circonstanciée auprès des conseillers en orientation ou sur le site www.buccoli.ch

11. INSCRIPTIONS

POUR

L’ANNÉE

SCOLAIRE À VENIR

Les parents inscrivent leur enfant pour l’année scolaire 2009-2010 en remplissant les fiches d’inscription prévues à cet effet. Ces fiches d’inscription et de choix des options sont à remettre au professeur de classe jusqu’au mercredi 25 mars 2009. Article rédigé sur la base des directives de la Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport, par Mme Claudine Perroud, Directrice. LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

23


24

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

C.PERROUD / 13 janvier 09

Options

Total hebdomadaire

Cours à options

Education physique

Education artistique

Branches générales

Mathématiques

Langues

6 4 2 5 2 1 2 1 1 1 2 1 1 3

6 4 2 6 2 1 2 1 1 1 2 1 3 29

1 2 1 1 3

5 4 2 3 4 2 1 1 1 1

32

32

32.5

(1 ) w

32.5

(1 ) w

1a 1 1 1 1 3 1a

1 1 1 1 3

6 2 2 2 0.5 1

32.5

(1 ) w

1 1 1 1 3

6 4 3 5 2 2 2 0.5 1

Deuxième année G PGsL 6 4 3 5 2 2 2 0.5 1

6 4 2a

EB

33

(1 ) w

0.5 1 1 3

5 4 3 4 5 1 2 2 0.5 1

PGL

a : 2 unités d'anglais ou 1 unité d'éducation à la citoyenneté et 1 unité d'approche de l'actualité b : 2 unités d'anglais ou 1 unité MITIC et 1 unité d'arts visuels c : 2 unités d'initiation à l'économie ou 2 unités de dessin technique d : 1 unité d'arts visuels ou 1 unité MITIC ou 1 unité de laboratoire de sciences e : 1 unité d'éducation à la citoyenneté et 1 unité d'arts visuels ou 2 unités de grec f : 1 unité d'éthique et cultures religieuses (ECR) pour tous g : 1 unité d'enseignement religieux catholique ou réformé pour les élèves concernés w : 1 heure d'étude obligatoire si elle est placée dans l'horaire ou facultative en fin de matinée ou d'après-midi

32

Approche de l'actualité Initiation à l'économie ou dessin technique Approche de l'image, des médias, de l'informatique (MITIC) Laboratoire de sciences Grec (1w) (1w) (1w) Etude

Français Allemand Anglais Latin Mathématiques Histoire Géographie Sciences Economie familiale (en 1/2 classe) Informatique (en 1/2 classe) Enseignement religieux ou éthique Enseignement religieux (ER) Education à la citoyenneté Formation générale Activités créatrices (en 1/2 classe) Arts visuels Education musicale Education physique

Première année EB G PG

GRILLE HORAIRE 2009-2010

34

(1 ) w

2c 1b

34

(1 ) w

2c 1d 1d

2 2 1f 1g 1 1d 1 3

3

3 2 2 1f 1g 1 2 1b 3

6 3 3 5

34

(1 ) w

2c 1d 1d

2 2 1f 1g 1 1d 1 3

3

6 3 3 5

Troisième année G PGsL

6 3 2b 6

EB

34

2e (1w)

2 1 1f 1g 1e 1e 1 3

3

5 3 3 4 5

PGL

GRILLE HORAIRE 2009-2010


ACTIVITÉS D’ÉLÈVES

SEMAINE ROMANDE DE LA LECTURE

RÉSUMÉ DU ROMAN DE FLORENCE AUBRY ■■■

Le narrateur, un lycéen de 17 ans, apprend que Vanille, une camarade de classe très « sexy », est hospitalisée pour une longue durée, car elle est atteinte d’une leucémie. Traumatisé par divers décès survenus dans sa famille, le jeune homme, sensible mais réservé, garde ses distances, d’autant plus que Vanille, très directe, lui a avoué ses sentiments.

UNE HISTOIRE SANS FIN…

RÉSULTATS

■ ■ ■ Les bibliothécaires du CO du Belluard, en accord avec la direction, ont relayé dans l’école le concours d’écriture lancé par le Syndicat des enseignants romands durant la semaine de la lecture, du 24 au 28 novembre 2008. Il s’agissait d’imaginer la fin d’un roman de Florence Aubry et de lui trouver un titre. La thématique abordée était délicate : elle touchait à la maladie et à la mort.

Notons encore que 2 textes de notre école ont été sélectionnés par le jury des organisateurs romands de la semaine de la lecture et proposés au vote des internautes. Il s’agit des récits de Léa Zignani et de Kaziwa Raim. Un grand bravo!

DÉROULEMENT De nombreux élèves (16 classes) ont répondu à l’appel ; dans certaines classes, tous les élèves ont écrit une fin de roman; dans d’autres, quelques volontaires seulement s’y sont essayés en dehors des cours. Les professeurs de français avaient pour mission de sélectionner au maximum 3 textes par classe. Au total, 42 textes ont été soumis à un jury de professeurs de l’école. Durant les récréations de la semaine de la lecture, les élèves intéressés ont pu venir écouter les meilleures fins d’histoires imaginées par leurs camarades. Et le vendredi, grâce à la générosité des donateurs, de beaux prix ont récompensé de nombreux lauréats de presque tous les degrés et sections de notre CO.

Lauréats du concours d’écriture CO du Belluard Semaine romande de la lecture 2008

1ère G

1er prix 2ème prix

Jessica Roulin 1E Luca Mattei 1E

1ère PG

1er prix 2ème prix 3ème prix

Zélie Schneider 1M Tina Devaud 1M Elisa Premand 1k

2ème EB

1er prix 2ème prix 3ème prix

Sylvie fahrni 2A Ana soares rodrigues 2A ex æquo Megane Gyger 2B quentin minguely 2c

2ème G

1er prix

Vincent neuhaus 2F

2ème PG

1er prix 2ème prix 3ème prix

amélie sauteur et nora paz 2K caelia Nussbaum 2K Marion Pillonel 2K

3ème EB

1er prix 2ème prix 3ème prix

Estefani rodriquez 3a magalie vediaka et millie agnissan 3a prosper Engola et jonathan Jaquet 3a

3ème G

1er prix 2ème prix 3ème prix

Léa Zignani 3e gysèle giannuzzi 3D David dessarzin 3e

Prix special du jury:

JURY Durant une période déjà très chargée, ces professeurs de français ont consacré du temps et de l’énergie pour sélectionner les meilleurs textes : Viviane Aeby, Suzanne Bourqui, Louis Despont, Pierre Maillard, Francis Quartenoud. Qu’ils soient chaleureusement remerciés !

PARRAINAGE Nos vifs remerciements aux généreux parrains du concours d’écriture qui ont permis d’offrir aux lauréat-e-s des prix vraiment attractifs : Librairie Albert-le-Grand, rue du Temple, Fribourg, Librairie Saint-Paul, boulevard de Pérolles, Fribourg, Librophoros, rue de Rome, Fribourg, Interlude, rte André-Piller, Givisiez, La Bulle, rue de Lausanne, Fribourg, Librairie Payot, rue de Romont, Fribourg

kaziwa Raim 2L jodie nsengimana 3G

BILAN Le bilan de cette activité est largement positif. Les jeunes ont exprimé, à travers la qualité de leurs textes, une profonde sensibilité. Ils ont également démontré une grande maturité dans leur manière de traiter ce grave sujet. Un seul regret: nos programmes, malheureusement très chargés, ne nous ont pas permis de consacrer davantage de temps à la lecture des textes des autres élèves romands. A quand une QUINZAINE de la lecture? Les bibliothécaires Anne-Marie Macheret-Zbinden Marie-Claire Python LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

25


ACTIVITÉS D'ÉLÈVES

SEMAINE ROMANDE DE LA LECTURE : CHOIX DE TEXTES

■ PRISE DE CONSCIENCE

A

u début du tout début, j’ai essayé de lui parler du lycée. Des cours. Des profs. Des surveillants. Des élèves. Des secrets dont tout le monde parle. Mais toute cette vie au-dehors, toute cette vie qui circule sans elle, ça lui faisait trop mal, à Vanille. Alors… J’ai déchiré en miettes ma lettre, furieux d’être si impuissant face à la leucémie de Vanille, furieux aussi de raccrocher le téléphone à chaque fois qu’elle répondait, furieux d’écrire à longueur de journée des lettres puis de les jeter. Mais surtout furieux de ne pas répondre à l’appel de détresse que me lançait Vanille. Dans mes rêves, elle se tient, dans une robe blanche, à quelques mètres de moi et me dit: «Viens, s’il te plaît, viens ! J’ai besoin que quelqu’un m’aime, que quelqu’un me rassure, sinon je ne survivrai pas. Tu es le seul qui puisse m’aider.» Puis subitement elle disparaît. C’est horrible. Je ne pense plus qu’à elle. Jour et nuit. Pour me calmer, après la 5e lettre de la journée, je lis Simenon, je tourne les pages des «Demoiselles de Concarneau», Morue sur les genoux. Ça ne m’apaise nullement, au contraire : pourquoi le petit Edgar

26

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

meurt ? Je me pose plein de questions; estce douloureux ? Que se passe-t-il après la mort ? Tout à coup je me mets à trembler et je revois mon rêve. J’ai peur, peur pour Vanille. J’ai demandé à Morue ce qu’elle en pensait, mais ça ne m’a pas aidé. Soudain, je me suis promis d’appeler Vanille le lendemain. Chose promise, chose due ! Je lui ai téléphoné après deux mois d’attente, elle allait enfin m’entendre. J’étais heureux ! Ça a sonné encore et encore. Personne ne répondait. J’ai essayé durant tout l’après-midi puis toute la soirée, mais jamais personne ne répondait. Ma joie est retombée, aussi vite qu’elle était apparue. Dans mon lit, la nuit venue, j’ai ressenti un horrible sentiment, celui que j’avais eu juste après l’accident avec Sophie, lorsque l’ambulancier avait dit d’une voix tout à fait normale, comme s’il me demandait l’heure : «Elle est morte !» Et si, là, c’était la même chose avec Vanille ? sauf qu’il n’y avait pas d’ambulancier. Malgré l’heure tardive, j’ai sauté de mon lit et je me suis rué sur mon sac ; je l’ai retourné : toutes sortes de choses en sont tombées : plein de bouts de papiers, des emballages de chewing-gum, des stylos… J’ai enfin trouvé ce que je cherchais: le numéro de portable de Clara, la meilleure amie de Vanille. Depuis l’absence de celleci, elle tournait sans cesse autour de moi, m’invitant au ciné ou à de petites fêtes ou encore à boire un verre… Comme je l’ignorais, elle m’avait donné son numéro, « si jamais » avait-elle précisé. Je l’ai appelée. Lorsqu’elle a répondu, j’entendais de la musique poussée à fond. - Salut, c’est Julien, je te dérange ? - Oh, salut Julien, ne me dis rien, tu veux savoir l’adresse d’Emilie pour venir à la fête ? C’est au cinq, rue… - Non, pas du tout, sais-tu où se trouve Vanille ? - Oui bien sûr ! Elle a eu toute la journée des examens médicaux, elle doit être en train de dormir. Tu es sûr que tu ne veux pas venir ? - Non, merci.» Ouf, j’étais soulagé et j’ai bouclé au nez de Clara, mais ce n’était pas un problème, elle devait de toute façon être à moitié saoule, comme tous les vendredis soirs ! J’étais si libre tout à coup que je me suis mis à chanter!


Demain on serait samedi… A 11h15, le lendemain, j’ai appelé Vanille. Au bout de la troisième sonnerie, alors que ma joie s’effaçait lentement, elle a répondu, d’une voix faible et lointaine : - Allô ? Mon cœur a fait un bond dans ma poitrine, c’était elle, c’était Vanille ! - Vanille, c’est moi, Julien ! comment vas-tu? Euh… Je te dérange ? - Oh non, pas du tout ! Je vais de mieux en mieux mais… - Mais ? ai-je dit pour l’encourager à continuer. - … mais tout me manque, ma maison, mes amis, le lycée, les profs, même les devoirs me manquent et surtout toi ! - Moi ? Je n’avais pas compris, et pourtant c’était évident ! Bon sang c’est pas possible ce que je suis gauche ! - Oui,… tu me manques ! a-t-elle repris. Moi, j’étais sidéré ! Je ne savais pas quoi répondre. Je m’attendais à tout sauf à ça ! Qu’avais-je donc espéré ? Qu’elle me dise qu’elle allait bien et qu’elle sortait demain? Comme j’étais stupide ! Cinq minutes ont passé dans un silence total, puis elle a repris: - Tu ne veux pas passer me voir ? - Euhh… ben… je sais pas. C’était vrai, une partie de moi désirait la voir et l’autre avait peur, car les hôpitaux ont l’odeur de sang et de cadavres recouverts de Javel. - S’il te plaît ! a-t-elle insisté d’une voix suppliante. - D’accord, c’est quelle chambre ? J’avais pitié. Trois quarts d’heure plus tard, j’étais à l’hôpital. En entrant dans sa chambre, je suis resté paralysé par le choc. Vanille était là, allongée dans son lit, pâle comme ses draps, affaiblie et amaigrie et surtout, sa belle chevelure brune virant au roux avait disparu ! Je me suis senti encore plus stupide qu’au téléphone. J’étais là devant son lit, elle souriait, moi non; pourtant elle souffrait et moi, si on y réfléchissait bien, j’avais peu souffert. Je me suis rendu compte que je n’étais qu’un égoïste

parmi tant d’autres. J’avais souffert, certes, mais on avait voulu m’aider, j’avais refusé, je m’étais renfermé sur moi-même. Je ne voulais qu’une chose, un peu de tendresse et je n’avais manifestement pas compris que aide et tendresse étaient des synonymes. On m’en avait proposé et, idiot comme je l’étais, j’avais refusé. Je n’en revenais pas ! Dire que tous les jours, des hommes, des femmes et des enfants mouraient seuls, dans leur coin et qu’ils auraient donné n’importe quoi pour être aidés et aimés une dernière fois. Ils auraient voulu ne serait-ce qu’une oreille pour entendre leur dernière prière ou un visage, quelqu’un qui leur dirait adieu. Moi, j’avais fâché ma chance, je ne pouvais pas faire marche arrière, mais par contre, j’avais le devoir de donner cet amour jamais reçu à une personne, je devais même en faire profiter plusieurs ! Je me suis juré de tout donner pour que cette chambre respire la joie et la vie. J’ai avancé vers Vanille et je l’ai embrassée. C’était mon premier baiser, j’ai compris que j’aimais Vanille et que, si une chose était plus forte que la mort, c’était l’amour. Léa Zignani, 3E

Mmes A.-M. Macheret et M.-C. Python, bibliothécaires LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

27


ACTIVITÉS D’ÉLÈVES

■ GUÉRISON Février

A

u début du tout début, j’ai essayé de lui parler du lycée. Des cours. Des profs. Des surveillants. Des élèves. Des secrets dont tout le monde parle. Mais toute cette vie au-dehors, toute cette vie qui circule sans elle, ça lui faisait trop mal, à Vanille. Alors… J’essayais de parler de sujets qui pouvaient l’intéresser. Je faisais de mon mieux pour la rassurer afin qu’elle ne se sente pas mal à l’aise, mais c’était difficile pour elle ainsi que pour moi. Je me sentais un peu gêné, car je connaissais ses sentiments envers moi Depuis qu’elle était revenue de l’hôpital, on passait beaucoup de temps ensemble. De temps en temps je l’emmenais faire un tour au parc de la cinquième avenue ; elle se souciait du fait de voir des couples d’amoureux assis sur les bancs. J’avais toujours pensé qu’elle était très superficielle, mais j’avoue que je m’étais trompé. Un jour où j’étais tombé malade, c’est elle qui s’était occupée de moi. Elle était restée près de moi jusqu’à ce que je guérisse. Les jours passaient, elle reprenait le goût de vivre peu à peu. Désormais j’avais confiance en elle. C’est pourquoi quand elle me demanda pourquoi j’étais triste, je lui ai avoué que la mort me faisait peur. Et que c’était dû au fait que dans le passé j’avais failli mourir. Elle m’avait serré dans ses bras comme pour me rassurer. A son tour, elle me dit qu’avoir cette maladie était dur, car elle se préoccupait de son image, mais elle me dit aussi que grâce à moi elle avait pu se rendre compte que son image n’était pas tout. Avec le temps, j’ai appris à la connaître ; au fond, elle était une fille fragile et sensible. Au mois de juin, un matin, lorsqu’on se promenait, j’ai osé lui avouer

28

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

que ce que je ressentais pour elle n’était pas de l’amitié mais un amour qui était né pendant ces six mois passés. J’espérais que ses sentiments n’avaient pas changé. Ce ne fut pas le cas, son amour envers moi était toujours là. On ne se quittait quasiment jamais, elle fut guérie et moi… j’ai surmonté cette peur. Tout le monde devra mourir un jour ou l’autre. Mais tout ce qui comptait, c’était de vivre les instants présents avec elle. Estefani Rodriguez, 3A

■ LA NUIT EST À NOUS

A

u début du tout début, j’ai essayé de lui parler du lycée. Des cours. Des profs. Des surveillants. Des élèves. Des secrets dont tout le monde parle. Mais toute cette vie au-dehors, toute cette vie qui circule sans elle, ça lui faisait trop mal, à Vanille. Alors… Je lui laissais le champ libre. D’abord, nous parlâmes de choses futiles, puis les sujets évoluèrent : du temps qu’il faisait, nous passâmes à ses goûts musicaux, cinématographiques et littéraires. Avec elle, c’était différent. La vie retrouvait sa saveur. J’avais la constante impression de combler l’abîme qui rongeait mon âme. Enfin, je vivais ! Bien qu’elle fût malade, Vanille conservait sa jovialité. Malgré les restrictions que nous imposait le couvre-feu, nous fîmes en sorte de nous retrouver trois soirs par semaine sur le toit de l’hôpital. « Hôpital ! » : je haïssais ce mot, il avait l’ironie de me paraître inhospitalier. Peu importait : avec elle, j’avais des ailes, j’étais le véritable moi. Pendant ces veillées nocturnes, nous refaisions le monde à notre manière, l’hôpital n’en était plus un: la nuit, il devenait notre royaume. Mais le plus important, c’est que j’appris à connaître Vanille et ses mille personnalités. Bien sûr, elle fit de


même pour moi. Plus tard, je compris que ce n’était pas le fait que le monde continue de tourner sans elle qui l’effrayait. Non, c’était le fait qu’elle n’y laisserait pas sa marque, qu’elle resterait une anonyme dans un monde d’inconnus. Sans aucune attache avec le monde extérieur, elle dépérissait. C’est à ce moment que je pris conscience qu’il n’y avait qu’une infime séparation entre sa vie et sa mort. Mais je voulus qu’à nouveau nous y croyions ensemble, qu’à nouveau un sourire éclaire son visage. Et pour cela, j’avais ma petite idée sur la question. Elle avait toujours rêvé de visiter le musée de cire de la ville, mais elle détestait l’agitation qui ne manquait pas d’y régner pendant la journée. Fort heureusement pour moi, je savais de source sûre que la serrure de la porte arrière était facilement crochetable. Au cours, je ne pensais à rien d’autre. Enfin, tout était fin prêt. Le jour J, Vanille ne savait toujours rien de ma folle entreprise. Ce soir-là, la lune fut au rendez-vous. Je garai ma voiture (entretemps, j’avais passé mon permis avec brio) et me rendis à l’arrière de l’hôpital où se trouvaient les escaliers de service qui, heureusement, donnaient sur le couloir où se situait la chambre de Vanille. Personne à l’horizon, tout était une question de timing. Courant à perdre haleine, j’atteignis la chambre 313, ouvris la porte et me faufilai dans l’entrebâillement. Vanille était plongée dans un livre qui, je l’appris plus tard, s’intitulait « Songes d’une nuit». Elle ne me remarqua pas. Je jetai un coup d’œil à l’horloge murale: minuit, et me râclai la gorge. Elle sursauta et lâcha son livre de surprise : avions-nous rendez-vous? Je l’empêchai de continuer en lui plaquant un doigt sur la bouche et je lui murmurai : «habille-toi ! » sans la laisser tergiverser davantage. Elle noua un foulard sur son crâne, habitude prise à la perte de ses cheveux, et enfila un jeans sous son manteau. Je lui pris la main et avec mille précautions, à cause de sa santé fragile, la moindre chute pouvant avoir de graves conséquences, lui fis descendre les escaliers. Elle monta dans ma voiture sans mot dire et nous roulâmes dans l’obscurité de la nuit. Nous arrivâmes à bon port et je lui demandai de fermer les yeux. Lorsqu’elle les rouvrit, nous étions à l’intérieur. Elle était si émerveillée qu’elle me remercia et m’embrassa. Il nous fallut deux heures pour faire le tour du musée. L’endroit, désert, avait l’air magique. La nuit était à

nous. Le musée fut le théâtre de notre première fois, un moment gravé dans mon esprit. Je la ramenai à l’aube et, lorsque nous nous retrouvâmes dans la chambre, elle murmura: « C’était notre dernière fois. Quand tu reviendras, je ne serai plus là. Promets-moi de ne pas m’oublier. » Et à nouveau, elle m’embrassa. Je la quittai, abasourdi, et encore sous le charme de son regard émeraude. Je lui avais juste dit : « Aie confiance, tu vivras si tu y crois. » Sans doute avais-je la naïveté de penser qu’avec de la volonté on pouvait tout vaincre. De retour chez moi, je fus étonné de voir un policier dans le salon. Il me raconta qu’une caméra avait filmé deux silhouettes se faufilant dans le musée cette nuit, mais que, heureusement pour moi, il faisait trop noir pour prouver quoi que ce soit. Gravée dans les annales, cette soirée le fut. Au moins, Vanille serait heureuse, nous avions laissé notre marque. Le soir même, je reçus un appel m’annonçant son décès. Je m’écroulai sous le choc. Il y avait eu des complications et elle ne s’était pas réveillée. Aucune erreur possible, c’était bien elle : Vanille Greenwood, 17 ans, atteinte de leucémie. Les jours suivants restèrent confus, j’étais dans un état second. Il me fallut plus d’une année pour accepter cette perte et m’en remettre. Vanille m’a laissé une lettre, témoignage d’un temps passé, trop personnelle pour la partager. Parfois, j’aimerais revenir en arrière pour la revoir. Et, comme avant, l’aimer, comme avant, la prendre dans mes bras, respirer son parfum, entendre son rire, sécher ses larmes, goûter à ses lèvres et pouvoir lui dire peut-être : à toi à jamais. Jodie Nsengimana, 3G

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

29


ACTIVITÉS D’ÉLÈVES

“ENTRE LES MURS”

■■■ Depuis que les frères Lumière ont obscurci les salles, sur l'écran noir de nos nuits blanches (ou l'inverse) des générations ont goûté au dévidage des bobines muettes puis colorées du 7e art. Le cinéma, c'est Thiémard, comme dit Albertine qui, de plus, est responsable de Cinébel...

30

bagarres...) Sanction : médiation, retenue. Le manque de respect des élèves vis-à-vis des professeurs. Sanction : retenue, voire suspension, même expulsion de l'élève (changement de CO). Certains élèves parlent aussi du respect vertical de haut en bas (professeurs envers les élèves). Attitude qui sera reprise en partie à la question 3 de « La représentation de l'enseignant », utilisation de l'ironie.

B. LA

REPRÉSENTATION DE L'ENSEI-

GNANT

Le 8 octobre 2008, toutes les classes de 3e année ont vu «Entre les murs». Afin d'exploiter judicieusement ce spectacle, les professeurs de français étaient invités au spectacle puis procédèrent à une discussion avec leurs élèves. Un des questionnaires distribués aux élèves se divisait en quatre parties :

A. LA REPRÉSENTATION DES ÉLÈVES 1. Les attitudes des adolescents d'«Entre les murs» sont-elles naturelles ou artificielles? • Les attitudes des élèves sont naturelles (si l'on en croit le copieux dossier pédagogique que l'on peut trouver sur internet, la classe a été filmée pendant de longs jours sans que les élèves ne sachent ce qui resterait au montage, d'où l'habitude aidant, le naturel est rapidement «revenu au galop»). 2. Pourquoi ces élèves ne comprennent-ils pas certains mots des textes abordés? • Le milieu social défavorisé, le fait que la famille ne parle pas forcément le français expliquent en grande partie la pauvreté du vocabulaire de ces élèves. 3. Selon toi, quelles sont les quatre plus graves infractions que peuvent commettre des élèves (du moins important au plus important) ? Quelle sanction mérite chacune de ces infractions ? • L'absence de travail en classe et à la maison. Sanction : retenue. La tricherie. Sanction : note 1. Le manque de respect entre élèves (injures,

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

1. Comment qualifierais-tu François Marin ? Est-il plutôt : laxiste, autoritaire, insouciant ? • La grande majorité des élèves consultés considèrent ce professeur comme «laxiste». 2. François Marin recourt souvent à l'humour? Cite quelques exemples. • Exemples d'humour : Souleymane, après moult tergiversations, pose enfin la question à son professeur : « Y'en a ils disent que vous aimez les hommes. » Le prof : « Ils disent que je suis homosexuel ? » Souleymane : « Ouais, voilà. » Le prof: « Eh ben non. » Souleymane : « Ceux-là qui z'ont dit ça ils ont juré sur leur vie. » Le prof : « Eh ben ça va encore faire des morts»... Le prof joue en l'occurrence son « Socrate », mettant le doigt sur un raisonnement archaïque... C'est une partie de ping-pong : je vous chambre, mais j'accepte que vous me chambriez à votre tour... Autre exemple d'humour : la scène de la conjugaison du verbe « croître» avec à la fin la question de Khoumba : « Monsieur, pourquoi vous nous charriez tout le temps ?» Charrier les élèves peut être une forme mineure d'humour. • Exemple plus fin : les élèves ne savent pas

« Entre les murs » : un excellent professeur de français


FILM DE

LAURENT CANTET

ce que signifie « Autriche ». Le professeur précise : « En fait, c'est un tout petit pays, c'est pas la peine de s'esquinter le cerveau là-dessus, parce qu'en gros c'est un pays qui n'a aucune importance dans le monde... Si une bombe rayait l'Autriche de la carte, personne s'en rendrait compte. » La mauvaise foi du professeur provoque quelques sourires complices dans la classe. Wei est tout content d'avoir compris le second degré de son professeur. 3. Utilise-t-il l'ironie pour « casser » les élèves ou pour créer une connivence ? Est-ce un moyen de montrer la supériorité de sa culture et d'imposer le respect aux élèves ? • Dans la très grande majorité, les élèves n'apprécient pas du tout l'ironie qui, le plus souvent, est blessante. L'ironie consiste à dire le contraire de ce que l'on pense en comptant sur l'intelligence de l'autre pour rétablir la réalité. C'est donc une position supérieure. L'ironiste parle du haut de sa supériorité, tandis que l'humoriste se fait petit, car il a pleinement conscience de son insuffisance. Il partage les défauts qu'il dépeint chez son prochain. Il n'est pas meilleur que les autres et vise à s'améliorer lui-même. Il existe un lien de complicité, de bienveillance entre l'humoriste et son public. Ce que les élèves apprécient le plus chez les professeurs c'est l'auto-ironie. Même les esprits scientifiques peuvent schématiser en abscisse les degrés de supériorité de l'ironie et en ordonnée la tolérance sympathique, l'empathie de l'humour, pour obtenir, à l'intersection des deux courbes, le point d'auto-ironie, du flegme professoral se souriant gentiment de lui-même. «Faire du travail sérieux, sans se prendre au sérieux » est une attitude haute-

ment appréciée par les élèves. L'élève, au niveau du CO, est un «adodulte», un être en devenir, très secoué par les turbulences de « l'âge ingrat » et une pointe d'ironie de la part d'un professeur peut laisser des blessures graves. Plusieurs élèves parlent de « mots qui font plus mal que des coups ». 4. Donne un exemple où l'on peut voir qu'un enseignant est confronté à une certaine solitude. • Solitude du professeur : début du film. Le matin de la rentrée des classes, François est seul dans un bistrot parisien, buvant son café... Le professeur regarde sa montre, respire un bon coup, sort du café. En face, un énorme bâtiment... une porte d'entrée avec un blason de la Ville de Paris, en fer forgé, où l'on peut lire «Collège Jaurès». Le professeur est tout seul devant la classe. C'est la solitude « du coureur de fond ». Il ne peut compter que sur lui-même face à des élèves qui peuvent être hostiles. 5. Que penses-tu de la manière dont un enseignant présente la liste des élèves à son collègue (« gentil », « pas gentil »). Ce jugement rapide est-il choquant ? Pourquoi ? • La manière « gentil », « pas gentil » de présenter les élèves n'est pas appréciée du tout par les élèves qui refusent d'être catalogués au début d'une année scolaire. Ils soulignent nettement le fait qu'ils ont pu changer depuis l'année dernière et qu'un « bon prof doit remettre les compteurs à zéro » au début de chaque année. Ils admettent néanmoins que certains élèves n'évoluent pas positivement depuis l'école primaire et que les profs ont le droit de savoir « à qui ils ont affaire » afin qu'ils puissent d'emblée cadrer les perturbateurs. D'autre part, certaines informations (allergie, problèmes de santé physique et/ ou psychique) doivent être transmises afin d'aider au mieux l'élève.

C. LES PARENTS 1. Les attentes des parents te paraissent-elles légitimes ? Réalistes ? Pourquoi ? Les attentes de la mère de Juliette (expliquer son métier au prof et justifier l'attitude perturbante de sa fille par une situation familiale éclatée) ne sont pas réalistes, à la limite de la manipulation : « Entre les mûres » : un ... professeur de français

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

31


ACTIVITÉS D’ÉLÈVES

• La mère : «En fait, ça lui fait deux référents masculins en moins d'un coup, et forcément elle a tendance à surinvestir sur vous parce que malgré tout vous êtes un référent adulte. Le prof : Ah ? La mère : En fait, dans ce genre de schéma, il faut sceller un pacte de filiation et d'apprentissage et comme vous ne l'avez pas scellé, forcément elle développe une conduite d'échec. Elle est en souffrance de lien et elle cherche à le créer». Les élèves trouvent inadmissible, à la limite du ridicule, la mère d'Agam : «Bon je sais qu'Agam se tient comme il faut, mais vous savez c'est très dur parce que sa grande soeur est morte, et voilà c'est très dur, elle s'occupait bien de lui et maintenant elle s'occupe plus, alors voilà, les mathématiques elle les faisait avec lui, ... elle a plus travaillé jusqu'à ce qu'elle trouve des ménages à faire dans un hôtel, comme moi je peux plus travailler à cause de mon coeur..., au début elle y allait en bus mais ça la faisait rentrer tard, alors elle a demandé la mobylette à son cousin, c'est comme ça qu'elle a eu l'accident…»

Le 8.10.08, les élèves de 3e ont vu ce film. Plusieurs mois après (le 14.1.09), ils donnent l'évaluation suivante : ■ J'ai énormément aimé 10 élèves ■ J'ai beaucoup aimé 49 élèves ■ J'ai un peu aimé 99 élèves ■ Je n'ai pas du tout aimé 25 élèves ■ Je n'ai pas vu le film 12 élèves ■ Je ne me souviens plus du film 11 élèves

Une majorité d'élèves trouvent que les parents doivent pouvoir soutenir une conversation simple dans la langue du pays où leurs enfants sont scolarisés. La mère de Souleymane ne parle pas un mot de français et les élèves sont persuadés que le frère, lors de l'entretien avec le prof de français de Souleymane, traduit ce qu'il veut bien transmettre à sa mère. Conclusion, mis à part les parents de Wei, tous projetaient sur leurs enfants leur propre rêve et leurs espoirs, mais aussi leurs propres frustrations. Article réalisé par Marin Angéloz

MODENSCHAU ■ ■ ■ Les élèves de la classe 3B de Mme A. Allemann vous présentent:

LE THÈME DE LA MODE AU COURS D’ALLEMAND. «Nous avons effectué un travail concernant la mode. Chaque élève a dû présenter un camarade de la classe en décrivant son habillement. L’élève présenté a défilé sur la scène de la grande salle devant le reste de la classe. Une paparazzi était présente pour nous prendre en photos, nous les stars de la 3B.» Claudio

Ich präsentiere euch Samuele, die Super Star von Fussball. Er spielt Fussball in Inter Mailand. Er ist Nummer 10. Er ist Kapitän. Er spielt auch in der italienischen Mannschaft. Er trägt weisse Sportschuhe, eine blaue kurze Hose und ein weisses T-Shirt. Claudio

Ich präsentiere euch Claudio, der Boxenweltmeister. Er trägt einen schwarzen Pulli, eine

32

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

blaue Jeans und weisse Sportschuhe. Samuele

Fabio trägt weisse Schuhe, eine blaue Jeans und einen weissen Gürtel. Er hat auch einen blauen Pulli, eine bunte Jacke und einen blauen und braunen Schal an. David

David trägt einen grauen Pulli, einen grauen karierten Schal, eine schwarze Jeans und weisse Sportschuhe. Fabio


ENGAGEMENT POLITIQUE DANS LA VILLE DE BERNE

■ ■ ■ Je m’appelle Marigona Isufi. Je fais une 10 année linguistique au CO du Belluard. Je suis née à Fribourg en 1992. Je suis originaire du Kosovo et naturalisée suisse depuis 2004. A l’âge d’une année, mes parents ont déménagé à Berne où je vis actuellement. Depuis très jeune, je me suis engagée pour faire reconnaître le droit des enfants. J’aime le contact avec les gens, avoir des idées, et essayer de les réaliser. Je suis passionnée par tout ce qui concerne l’organisation et la gestion d’une cité. En un mot, la politique m’intéresse et à Berne, on a de la chance car on a la possibilité de s’engager très jeune, dans un monde souvent réservé aux adultes. Voici comment cela se passe : e

■ D’abord il y a le Parlement des Enfants, pour les 8 – 14 ans. Un formulaire d’inscription est distribué dans les écoles. Les élèves intéressés s’annoncent. Le parlement est donc constitué de volontaires (une centaine) qui élisent ensuite ceux qui souhaitent faire partie des différentes commissions. Par exemple il existe une commission pour améliorer les terrains voisins des écoles au niveau de la sécurité, des places de loisirs. Une autre s’occupe de la rédaction d’un journal. Moi j’ai été membre de la commission qui faisait le lien entre le parlement et les autorités communales. J’ai été trois ans membre du parlement dont deux ans présidente.

■ Ensuite, pour les plus grands, est en train d’être mis en place le Conseil de la Jeunesse. Il se compose d’une quinzaine de membres, entre 14 et 23 ans. J’en fais partie. Le Conseil de la Jeunesse sera une commission du Conseil communal de la ville de Berne. Les grands dossiers qui nous occupent en ce moment consistent à nous faire connaître et reconnaître. De plus, nous avançons dans le projet de proposition de faire passer le droit de vote à 16 ans, sur les plans communaux et cantonaux. Un grand moment de ma « carrière politique » a été la rencontre avec les Conseillers fédéraux M. S. Schmidt et Mme M. Calmy-Rey. Marigona Isufi, 3E

Suite des travaux p. 36 et 41 LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

33


ENSEIGNEMENT

LE BREVET INFORMATIQUE, VOUS CONNAISSEZ?

■ ■ ■ L’une des raisons principales qui a conduit à la nouvelle grille horaire du CO a été de permettre l’introduction de l’anglais au CO et de trouver une place pour une discipline nouvelle, l’informatique. Dans la foulée, cet enseignement a fait l’objet d’une réflexion approfondie ayant débouché sur une démarche innovante en matière d’évaluation.

34

LA PLACE DE L’INFORMATIQUE AU CO

LE BREVET INFORMATIQUE

En 1re année, toutes les classes bénéficient d’une heure hebdomadaire d’informatique et de dactylographie, enseignée en demi-classe. En 2e année, les notions d’informatique sont approfondies à raison d’une unité par semaine sur un semestre. En 3e année, il n’y a plus de cours d’informatique à proprement parler, mais les élèves qui souhaitent étendre encore leurs connaissances en la matière ont la possibilité de choisir l’option MITIC (Médias, Images, Technologies, Information, Communication).

Le cours d’informatique et de dactylographie ne fait plus l’objet d’une note. Les compétences acquises sont évaluées par les enseignants et signalées dans un brevet. Celui-ci est glissé en fin d'année dans le bulletin scolaire et sera présenté aux futurs employeurs. Cette manière d’évaluer nécessite de la part des enseignants un bon sens de l’observation, la mise au point d’un canevas très précis de critères à remplir, une capacité de suivre la progression des élèves et au bout du compte d’attester les différentes compétences. Ce type d’évaluation pourrait bien faire des émules et s’étendre les années à venir à d’autres branches. Depuis cette année, le brevet est informatisé. Un exemple est présenté ci-après.

LE PROGRAMME DE 1RE ET 2E ANNÉES ■ En dactylographie, les élèves abordent les thèmes suivants: habileté du doigté selon la méthode à 10 doigts, frappe à l’aveugle, vitesse d’exécution et transfert de ces compétences. Il est très important que les élèves s’engagent pleinement pendant le semestre où l’occasion leur est donnée de s’entraîner à l’utilisation du clavier; ils progressent davantage s’ils prennent la peine de s’exercer à la maison. ■ En informatique, les élèves apprennent à maîtriser les premières bases, à utiliser un traitement de texte et un tableur, à rechercher des informations sur internet et à gérer une messagerie.

OFFRE

DE FORMATION COMPLÉMENTAIRE EN DACTYLOGRAPHIE À L’INTENTION DES ÉLÈVES DE 2E ANNÉE

Les élèves de 2e qui envisagent des formations commerciales ou qui désirent simplement améliorer leur niveau en dactylographie obtenu au terme de la 1re année ont la possibilité de suivre quelques heures de remise à niveau dans ce domaine, puis de passer à nouveau les tests de dactylographie, afin d’obtenir les compétences non maîtrisées.

L’OPTION MITIC EN 3E ANNÉE

DATES DES COURS :

L’objectif du cours à options MITIC (Médias, Images, Technologies, Information, Communication) est de permettre aux élèves intéressés d’approfondir leurs connaissances dans le domaine de l’image, des médias et de l’informatique sur les plans technique et éthique. Le gros du travail portera sur la réalisation d’un projet à définir par l’élève. Ce projet pourra prendre la forme d’un DVD, d’affiches, d’un journal, d’un roman-photos, d’un clip, d’une publicité, de la création de pages web, d’un diaporama, d’un blog, … autant de supports à définir avec l’enseignant responsable du cours. Au travers du projet à réaliser, les notions suivantes seront traitées : droit d’auteur, prévention face aux dangers d’internet, image et éthique, schéma de la communication, dramatisation de l’information, influence des médias sur les adolescents, image et réalité, …

ACCÈS À LA SALLE D’INFORMATIQUE

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

■ les jeudis 23 et 30 avril, 7 et 14 mai 2009, de 15h30 à 16h30, à la salle de dactylographie. Les élèves intéressés remplissent à ce sujet le formulaire d’inscription ci-dessous et le remettent au professeur de classe. Une fois inscrits, les élèves s’engagent à suivre tous les cours, à s’exercer à domicile et à se présenter à l’examen. Tous les élèves ont la possibilité de se rendre en salle d’informatique une fois par semaine pour y effectuer leurs devoirs de dactylographie ou d’informatique, rédiger des travaux ou des exposés, faire des recherches sur internet.

OUVERTURE DE LA SALLE D’INFORMATIQUE ■ les jeudis, de 15h30 à 16h15, à la salle 52, sous la surveillance d’un enseignant.


Ecole du Cycle d’Orientation du Belluard 1700 Fribourg

Brevet de compétences en informatique et dactylographie 7e et 8e

Prénom / Nom ………………….. Date de naissance : …….

Année scolaire : 2008 - 2009 Compétences attestées

Notions de base Nommer et reconnaître le vocabulaire spécifique (composants matériels, logiciels, extensions et réseaux). Sauvegarder ou chercher un fichier à un endroit indiqué (serveur, local, boîte de dépôt et dossier public). Organiser l'espace de travail en créant des dossiers appropriés pour enregistrer des fichiers.

! ! !

Traitement de texte

! ! ! ! ! ! !

Saisir, modifier et imprimer un texte (fonctions de base). Utiliser le correcteur orthographique. Utiliser les fonctions d'édition : copier, couper et coller. Mettre en forme un texte en utilisant à bon escient l'alignement des paragraphes, la tabulation et les taquets. Mettre en forme un texte en utilisant les formats de caractères et les polices. Insérer un tableau dans un texte et en modifier les paramètres. Insérer une image dans un texte et en modifier les paramètres (habillage et taille). Internet et courriel Rechercher des informations et des images (moteurs de recherche, mots-clefs), télécharger des fichiers. Envoyer, recevoir et répondre à un courriel.

! ! !

Joindre un fichier à un courriel, sauvegarder, lire une pièce jointe et gérer les contacts. e

Tableur (spécifique au programme de 8 année) Créer une feuille de calcul simple qui réponde à un problème donné en utilisant à bon escient les formules de base. Créer un graphique adapté à une situation donnée.

! ! !

Mettre en forme et imprimer une feuille de calcul ou un graphique. Dactylographie Saisir les différents caractères du clavier (y compris ponctuation, accentuation et caractères spéciaux). Frapper à 10 doigts.

! ! !

Taper à l'aveugle. Frapper à une vitesse de x mots à la minute (erreurs prises en compte).

… mots/min.

Autres compétences

Enseignant

Enseignant

………………………………..

………………………………..

Date : 04.07.2009

A retourner au professeur de classe jusqu’au mercredi 25 mars 2009

FORMATION COMPLÉMENTAIRE EN DACTYLOGRAPHIE À L’INTENTION DES ÉLÈVES DE 2E ANNÉE Nom...............................................Prénom ................................

Classe .............

Je m’inscris à cette formation complémentaire en dactylographie

Signature des parents .................................. Signature de l’élève .................................. LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

35


ACTIVITÉS D'ÉLÈVES

PORTRAIT ET EXPRESSION… de quelques-uns des 7000 guerriers en terre cuite découverts en Chine dans les années 70. Travaux réalisés au crayon graphite par les élèves de la classe 3G, sous la conduite d'Isabelle Clément.

36

Sonia Vonlanthen

Deniz Araz

Christelle Sandala

Mélissa Horo

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


PHOTOS SOUVENIRS

LES CLASSES TERMINALES ET LEURS ENSEIGNANTS

3A M. LOUIS DESPONT

3B M. PHILIPPE LEHNER

3D M. JEAN-MAURICE RAPPAZ

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

37


PHOTOS SOUVENIRS 3E

M. FRÉDÉRIC HÄNNI

3F

M. FRANCIS GUILLAUME

3G

38

M. FRÉDÉRIC MICHAUD

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

2D

MME ANNE RUDAZ

2U

MME MARIE-CLAIRE W


3H

M. PIERRE MAILLARD

3K

M. JEAN ANDONIE

3L

M. JEAN-BERNARD LEIBZIG

WIRZ

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

39


in good company 25526

www.baloise.ch

Agence générale de Fribourg Marc Schenker, chef de vente Avenue de la Gare 7, 1700 Fribourg Tél. 026 350 21 03 Fax 026 350 21 51 Mobile 079 436 70 62

N’hésitez pas à consulter notre site internet afin de découvrir les dates de départ !

Voyages et transports 1712 Tavel - 026 / 494 56 56 info@horner-reisen.ch www.horner-reisen.ch

audio · vidéo · multimédia · photo A votre service depuis 1944 Rte de Berne 28-30 - 1700 Fribourg - Tél. 026 481 21 45 - Fax 026 481 30 08

40

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


HAÏKUS ■ ■ ■ Emblème de la forme littéraire brève, le haïku est un genre poétique né au Japon au Xe siècle. Pour aborder la poésie en 1re, c’est à ce genre que la classe 1L de l’année 2007-2008 s’est intéressée. Les élèves ont ainsi appris que ce sont les échos, les reflets, les vibrations, toutes les mouvances du réel (une pincée de réel) que les haïkus saisissent sur le vif. Saurez-vous distinguer les haïkus créés par Léo S. 2L, Nora 2K, Amélie 2K, Frédéric 2L, Anouk 2L, du haïku de Yotsuya Ryû, auteur japonais du XXe siècle? Francis Quartenoud

1. Une feuille tombe l’histoire avance bientôt tout sera fini

2.

Fourmi sur le sol minuscule point noir dans le néant de mes yeux

3. Le chant du moineau caresse d’une plume sur ma paume

4.

Le voleur est passé il a tout emporté sauf la lune à la fenêtre

5. Étoiles filantes 6. nuées de lucioles qui font briller la passion dans mes yeux

Mon coeur bat comme une houle d’hirondelles

Corrigé : 1. (Anouk); 2. (Nora); 3. (Amélie); 4. (Frédéric); 5. (Léo S.) LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

41


42

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


REGARDS CROISÉS

DES NOUVELLES DU COMITÉ DES ÉLÈVES

■■■ Tous les élèves peuvent venir nous voir pour nous suggérer de nouvelles idées…

■ ■ ■ Hello, on est le comité du Bellu, huit filles de 3e année sous la direction de M. J. Bel. Notre équipe de choc a pour mission de se mêler des affaires de l’école et de si possible modifier quelques règles un peu trop... sévères ou inutiles. Tous les élèves peuvent venir nous voir pour nous suggérer de nouvelles idées dont on discute ensemble et que l’on soumet ensuite à la directrice en essayant de la convaincre au maximum. Certains élèves nous ont déjà écrit pour nous proposer un club de dessinateurs dont les travaux pourraient être publiés. Nous attendons vos nombreux projets et vite ! Au début de l’année nous avons réuni tous les délégués de chaque classe et avons retenu trois idées :

■ La permission de mettre nos chaussures à la salle d’étude (enfin… pour ceux qui ne les mettent pas déjà). ■ Avoir des tournois de sport mensuels pour tous les élèves.

■ Pouvoir installer dans toutes les salles de cours une horloge (pour savoir combien de minutes il nous reste). ■ Obtenir un distributeur de boissons. Nous avons déjà eu deux réunions avec la directrice où nous avons parlé de ces quelques sujets. Nous avons aussi pour but de créer des événements durant l’année et pour certaines fêtes : ■ Le 13 février pour la St-Valentin, nous avons organisé une vente de sucreries dont les bénéfices nous seront utiles pour d’autres activités. ■ En cours d’année, quelques surprises vous attendent. ■ Et le 19 juin, le bal des 3e où nous vous promettons une ambiance et un DJ d’enfer. Si vous avez de bonnes idées pour d’autres événements, vous pouvez en faire part à M. Jérôme Bel ou à une membre du comité. Nous avertissons les classes de 2e année que nous passerons dans les classes au mois de mai pour leur proposer un rôle dans le comité de l’année 2009-2010. Soyez nombreux, nombreuses et motivé-e-s ! Miranda Alonso 3F, Valérie Buffolo 3L, Louise Juriens 3D, Nastasja Ruegg 3G, Alissa Delamadeleine 3K, Aline Nzinga 3F, Anoucka Kuenzli 3F, Rita Malay 3K LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

43


Imprimerie Saint-Paul, Fribourg Tél. 026 426 44 55

Fax 026 426 45 31

E-mail: imprimerie@st-paul.ch

ENTREPRISE GÉNÉRALE DE COMMUNICATION

est heureuse de collaborer à l’impression de la revue

Les Infos du Belluard Nous mettrons tout en œuvre pour que celle-ci atteigne un niveau de qualité qui fasse honneur à votre Cycle d’orientation.

ÉCOLE SECONDAIRE SAINTE-URSULE école mixte, externat avec possibilité de dîner à l’école accompagnement des élèves écolage proportionnel au revenu imposable des parents pour les élèves admis en section générale ou prégymnasiale 3 ans, programme officiel du canton de Fribourg, cours facultatif de latin. Direction: Sœurs Ursulines Renseignements: rte Bonnesfontaines 7, 1700 Fribourg tél. 026 460 72 80 / fax 026 460 72 83 http://ecolesteursule-fr.pagesjaunes.ch

44

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009


CONCOURS

DES LETTRES ET DES MOTS ■ 1. AVEC LES LETTRES DE LA 2E COLONNE, TROUVE UN MOT SYNONYME DE LA 1RE COLONNE

M

Ex : VIVRE

EEIRSTX

=

EXISTER

SOMME

ADDIINOT

=

………………………………………………

LIQUIDE

DEFILU

=

………………………………………………

BATIMENT

CDEEIFI

=

………………………………………………

COMPAGNON AAACDEMR =

………………………………………………

/4

■ 2. AVEC LES LETTRES DONNÉES, TROUVE LE NOM D’UN SPORT

S

Ex . OOFT

=

FOOT

SNENTI

=

………………………………………………

LAANHBLD

=

………………………………………………

EPINGAAT

=

………………………………………………

TTAANNIO

=

………………………………………………

■ 3. AJOUTE

/4

À CHAQUE MOT LA LETTRE DONNÉE ET COMPOSE UN NOUVEAU MOT EN MÉ-

LANGEANT LES LETTRES

T

Ex : CAILLE + V

= VACILLE

ARMURE + Q =

………………………………………………

RAMONA + L

=

………………………………………………

AMENEE + C

=

………………………………………………

LARDEE + Y

=

………………………………………………

/4

■ 4. TROUVE UN MOT DE 6 LETTRES AVEC LES 7 LETTRES PROPOSÉES (UNE LETTRE RESTERA INUTILISÉE !) Ex : A(A)GNOSW =

O

WAGONS

EGIOPPN

=

………………………………………………

ABEHORY

=

………………………………………………

ACEHNQU

=

………………………………………………

FFRAGIE

=

………………………………………………

/4 Total

: ….. /16

■ Découpe et glisse la fiche-réponses dans l’urne placée à l’entrée du bâti-

ment principal . Les meilleurs résultats feront l’objet d’un tirage au sort et les gagnants recevront un prix. ■ Nom :................................................... ■ Prénom :.............................................. ■ Classe :................. LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

45


Librairie

Albert le Grand Hunziker-Kal SA Ch. Champs-Courbes 6 Case postale 96 CH-1024 Ecublens Téléphone 021 694 03 00 www.hunziker-kal.ch

Boulangerie, Pâtisserie, Confiserie, Glacier de qualité

JEAN-MARC et PATRICIA SUARD Rue Grimoux 14 1700 FRIBOURG Rue de Romont 13 026 322 35 15 026 322 34 19

46

LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

Rue du Temple 1, Fribourg Tél. 026 347 35 35 Fax 026 347 35 30

Maintenant sur 3 étages !


www.frigaz.ch

Installations Electriques Imp. des Ecureuils 12, 1763 Granges-Paccot Tél. 026 460 77 40, Fax 026 460 77 48 Succursale Morat, Engelhardstrasse 6 Tél. 026 672 94 49, Fax 026 672 29 49

Installations Electriques Réseau Informatique (LAN) Télécommunications LES INFOS DU BELLUARD

MARS

2009

47


e-banking

Facile, simple et sans frais. Pour tout renseignement: __0848 223 223 __ www.bcf.ch

Nos documents vont toujours au bon endroit. Même à l'école du Cycle d'orientation.

SA Route d'Englisberg 7 48RenéL Faigle I B 2009 ES NFOS DU

ELLUARD

CO Fribourg 170x130 quer sw.indd1 1

1763 Granges-Paccot

Tél. 026 322 33 09

info @ faigle.ch

www.faigle.ch

MARS

25.5.2007 9:36:16 Uhr

106 mars 2009  

Les infos du Belluard

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you