Rapport Annuel 2017

Page 1

RAPPORT annuel

2017


2


SOYEZ CURIEUX

Découvrez nos projets et nos activités

SOMMAIRE

4 6 8 10 12 14 34 44 46

Interview Cédric BOSSUT Chiffres du personnel Croissance chez Beliris 2017 : le grand déménagement Beliris cartographie ses compétences

NOS PROJETS 2017 EN UN COUP D’OEIL NOS ÉTUDES 2017 EN UN COUP D’OEIL Budget et subsides Contact

3


« 2017, CHEZ BELIRIS, C’ÉTAIT… CÉDRIC BOSSUT, DIRECTEUR

« 2017, c’était avant toute l’année du déménagement: un projet important car il concernait tous nos collaborateurs. Il a non seulement fallu planifier les aspects pratiques mais aussi préparer les collaborateurs à ces grands changements. Nous avons notamment introduit les nouveaux modes de travail : flex desk, télétravail, Skype… Ceci pour permettre à nos collaborateurs de mieux combiner vie professionnelle et familiale. Sur le plan budgétaire, nos résultats de l’année sont excellents ! Tant en engagements qu’en liquidations, nous avons atteint nos objectifs.

Nos projets ont aussi connu de belles avancées avec diverses dépôts de demandes de permis, dont le projet d’extension de la ligne de métro 3, le nouveau parc régional aux quais des Matériaux et Béco, les passerelles au-dessus du canal près de la Porte de Ninove et de la station Comte de Flandre, le parc de Forest… Ceci augure de très beaux projets. De nouveaux chantiers ont également débuté en 2017 : le réaménagement du centre-ville de Bruxelles, la rénovation de la piscine Neptunium, la construction de logements sociaux pour les contrats de quartier Méridien et Lemmens, la revalorisation du quartier Fontainas... Et des projets se sont terminés : Petit Sablon, logements rue Musin, espaces publics du quartier Alsemberg... »

« 2017 c’était aussi une triste année, avec le décès inopiné d’un de nos collègues. Fraichement nommé ombudsman pour un chantier de voiries, Valéry Ancart disait dans une interview à la presse « Le plus grand défi est d’améliorer la communication entre les résidents et les commerçants d’une part et les différents décideurs d’autre part » : une vérité que nous le remercions d’avoir mis en avant avec tant d’enthousiasme. »

4


ET 2018, CE SERA… ? « Notre vision pour l’avenir se fonde sur 3 niveaux : • • •

le niveau de l’ÉQUIPE dont la compétence, l’expertise et l’investissement sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisation, le niveau des PROCESSUS, indispensables pour l’efficacité, la pertinence et la qualité de nos actions, et le niveau des PROJETS qui constituent le coeur de notre mission.

Sur ces 3 niveaux, nous voulons agir pour pérenniser les efforts déjà accomplis. Sur le plan du personnel, nous avons de nombreux recrutements en perspective. Cela signifie qu’il faudra intégrer toutes ces nouvelles recrues, les associer à l’esprit Beliris. Sur le plan des processus, nous misons sur l’innovation dans divers domaines tels que le recyclage des matériaux, le chauffage par les égoûts, la numérisation des conceptions de bâtiments, autrement appelée BIM ou BUILDING INFORMATION MODELING. Nous

misons aussi sur une meilleure communication de proximité sur les chantiers et la diminution de l’impact des chantiers pour le citoyen. Enfin, nous misons sur la généralisation des plans de gestion qui encadrent la période entre la réception provisoire et définitive des travaux ce qui permet également de pérenniser les investissements réalisés. Sur le plan des initiatives, nous voulons poursuivre l’effort sur les grands projets, notamment pour la restauration du Conservatoire avec la sélection d’un bureau d’études et le début des études de projet, pour le Learning & Innovation Center avec la finalisation des études et le dépôt d’une demande de permis, pour la Porte de Ninove avec la fin des travaux de voiries et la création du nouveau parc, ou pour l’extension de la ligne de métro 3 avec le début de l’étude d’incidence. Nous continuerons la réalisation des projets dans les zones leviers telles que le quartier Biestebroek à Anderlecht. 2018 sera aussi l’occasion de fêter notre quart de siècle. Une belle année en perspective ! »

5


néerla

c

42 57

me m e

s

ho m

m

f

fra n

44

es

87,2

ne s

o ne s

équivalents temps plein

o ph

h op

99

collaborateurs en service

nd o

CHIFFRES DU PERSONNEL

55

MOYENNE D’ÂGE 10

Moins de 30

53 30-39

27 40-49

9 50+ 6


« ANKE SEMPELS, CORRESPONDANTE RH

« Pour le suivi du projet de l’extension de la ligne de métro 3 et d’autres interventions, Beliris va bientôt devoir se développer »

30

postes à pourvoir prochainement

FLEXIBILITÉ AU TRAVAIL 4/5 è me

C o ng é p

sof ts

3

10

n

kil ls

19

106 FORMATIONS SUIVIES INDIVIDUELLES OU EN GROUPE

lan

gu

es

ch ant

7

de

ti ou

40

ier

24

e ls d

travail (IT/RH

)

16

urs

on lati s i g

6

Interruptio

carrière de

ille

64

a

l nta re

Télétra va

ue niq h c te

7


CROISSANCE CHEZ BELIRIS En plus de ses nombreux projets, un immense chantier se profile pour Beliris dans les années à venir : l’extension de la future ligne de métro 3 vers le Nord de Bruxelles. Ce projet a un impact sur le plan du personnel de Beliris qui devra être adapté en conséquence. Anke Sempels, correspondante RH pour Beliris, gèrera ces recrutements.

8


« En tant que correspondante RH, je suis le lien entre Beliris et le département P&O du SPF Mobilité et Transports. Avec ma collègue Martine Lagage, nous sommes les personnes de contact pour toutes les questions relatives au personnel telles que le développement des carrières, les salaires, les absences, les formations… » nous raconte Anke. « Mais nous travaillons aussi sur différents thèmes RH. Par exemple, dans le futur, nous allons mettre en place des actions pour soutenir nos collègues dans les New Way of Working et pour améliorer le bien-être au travail. Nous voulons aussi mettre en place un trajet d’intégration pour les nouveaux arrivants chez Beliris. » « Le défi des années à venir, c’est notamment le recrutement dans le cadre de l’extension du réseau de métro. Au total, 30 nouveaux employés seront recrutés, plus 10 autres employés engagés via outsourcing. Les 2/3 des postes vacants concernent des profils techniques : chefs de projet et contrôleurs de chantier. En outre, 24 autres postes seront ouverts pour assumer les missions standards de Beliris. »

« Bref, je sais quoi faire pour le moment », ritelle. « Outre la mise en place d’une stratégie de recrutement et l’élaboration des offres d’emploi, un cadre devra être défini pour remplir les postes internes vacants. Il y aura plusieurs vagues de recrutement. Actuellement, les premières sélections ont eu lieu, par publication sur le site du Selor. Selon les priorités, les autres postes vacants seront publiés au second semestre 2018. Nous cherchons aussi des assistants administratifs, des profils financiers, des juristes et des ombudsmans. » Anke a une vision dynamique du plan du personnel : « Une organisation ne peut pas stagner. Changer et continuer à se développer pour que les personnes qui ont envie de changement puissent trouver de nouveaux défis au sein de leur propre organisation est essentiel. Ça donne de l’oxygène à une organisation. »

www.beliris.be/jobs www.selor.be

9


2017 : LE GRAND DÉMÉNAGEMENT On l’avait annoncé. On s’y était préparé durant des mois. Et finalement, le 26 avril 2017, on a déménagé ! En 2 jours, tout était transféré au City Atrium, à deux pas de la gare de Bruxelles-Nord, et tous les collaborateurs de Beliris pouvaient reprendre le travail quotidien au bureau.

Enfin, presque… « car il ne suffisait pas d’emballer », nous raconte Valérie Siakoudis, responsable économat et archives et secrétaire juridique après le déménagement, « après il fallait encore déballer, ranger… bref, le gros du travail était après le déménagement. »

«

© lenetsnikolai

VALÉRIE SIAKOUDIS, SECRÉTAIRE

10

Les Archives de l’État ont aussi investi nos anciens locaux durant plusieurs mois afin de procéder au tri, à la sélection, à l’élimination et au transfert des archives de Beliris, soit 1.200 mètres linéaires de documents à traiter. Résultat : fin juillet, plus de 500 boîtes de documents ont été transférées dans les caves du City Atrium et fin août, 100 mètres linéaires ont rejoint les Archives de l’État. « Aujourd’hui, tout est impeccable, à sa place et fonctionnel. J’avoue être fière du travail accompli. C’est clair que, dans mon expérience professionnelle, ce sera un événement qui aura compté ! J’ai adoré collaborer avec mes collègues chargés du dossier et je remercie toutes les personnes qui se sont portées volontaires pour le rangement des caves », nous raconte Valérie.


«

SABINE REGNIERS, EXPERTE COMMUNICATION Parallèlement au rangement des caves, il y avait également tout l’ancien mobilier à évacuer, le City Atrium étant complètement aménagé. « Pour cette action, notre volonté était de jeter le moins possible et donc de recycler un maximum », raconte Sabine Regniers responsable logistique et écogestion et experte communication après le déménagement. « Pour ce faire, nous avons collaboré avec le Fin Shop du SPF Finances qui nous a mis en contact avec des institutions fédérales en demande. Au final, nous avons recyclé 90% de notre matériel. Pour la durabilité, c’est une belle réussite et, humainement, c’est le fruit de belles collaborations. »

NWOW OU NEW WAY OF WORKING Le déménagement, c’était aussi l’occasion de mettre les nouveaux modes de travail en place : shared desk, télétravail, environnement de travail digital dans Sharepoint, conference calls via skype… « La mise en place des outils informatiques n’a pas été simple » nous explique Jean-Pierre Adams, responsable IT. « Beliris a dû s’intégrer aux systèmes informatiques et aux modes de fonctionnement du City Atrium tout en gardant ses spécificités. » « L’utilisation de l’outil Skype va faciliter la communication entre les collaborateurs en télétravail mais aussi au sein du bâtiment du City Atrium et, in fine, avec nos partenaires externes. Beliris a aussi développé B-Share, une plateforme collaborative où toute l’équipe de projet peut travailler sur les mêmes documents. Cette plateforme a pour but de faciliter la collaboration des équipes, de fluidifier l’échange de documents et, lorsque la signature électronique sera mise en place, de réduire encore notre consommation de papier. »

Tant de changements en si peu de temps, cela demande une certaine adaptabilité de la part des collaborateurs. « Tout le monde ne sautait pas de joie à l’idée de déménager » explique Elien De Swaef, experte en communication. « C’est pourquoi, notre Service Communication a mis en place un Change Managementplan. Cela nous a permis d’accompagner au mieux nos collègues à travers ces transformations. Ils ont aussi reçu les formations nécessaires. » L’expérience de Marleen Van Der Hoeven, secrétaire, confrontée au déménagement peu de temps avant sa pension est édifiante. « J’appréhendais vraiment ce déménagement et surtout l’open space. Durant 41 ans, j’ai toujours travaillé dans des bureaux fermés. Le jour où on a annoncé le déménagement, peu avant ma retraite, cela m’a semblé insurmontable. Mais après quelques semaines, j’ai réalisé que ce n’était pas si mal, qu’il était possible de travailler en open space. De plus, il y a le coffee corner lorsque l’on a besoin de souffler. Aujourd’hui, je ne peux plus imaginer de travailler dans des bureaux séparés. Je suis vraiment heureuse d’avoir pu vivre cette expérience. »


BELIRIS CARTOGRAPHIE SES COMPÉTENCES Le Service Qualité de Beliris assure, entre autres, la gestion des connaissances dans le but d’améliorer la qualité de notre service et de nos projets. « Nous avons développé une gamme d’outils pour préserver les connaissances au sein de Beliris et les élargir si nécessaire » explique Dina De Bock, responsable du Service Qualité. « Nous le faisons, d’une part, en rendant l’information accessible à tous via une bibliothèque (numérique), une liste des personnes référentes dans divers domaines et des formations. D’autre part, nous voulons avoir un aperçu des connaissances et des compétences disponibles, ainsi que des éventuelles lacunes. » En 2017, nous avons cartographié les compétences de base et spécifiques de chaque profil chez Beliris. « Chaque employé a donné son niveau pour chacune de ces compétences. C’est un outil de travail pour l’employé et son responsable lors de leurs entretiens de suivi, une facilité pour déterminer quelles sont les compétences à développer. Sur cette base, un plan de formation ciblé peut être créé et un échange de connaissances interne peut être lancé. »

12

© Kittiphan


Des réunions efficaces

© Prostock-studio

Des formations ont été directement organisées sur base des besoins apparus lors de la cartographie : par exemple une session sur les normes de sécurité en décembre 2017 et des sessions sur les techniques spéciales début 2018. « Dans une phase ultérieure, le maintien et la mise à jour des compétences seront nécessaires et organisés. Pourquoi ? Car les domaines évoluent et que cela permet de rester innovant et efficace, tout en renforçant l’expertise acquise. »

En 2017, le Service Qualité a examiné les réunions de service. « L’objectif était triple : renforcer la cohésion d’équipe, encourager la communication au sein des services et promouvoir l’échange de connaissances » explique Dina De Bock. « Des entrevues avec plusieurs collaborateurs ont permis d’aborder 10 thèmes liés aux réunions internes : le reporting, le nom des réunions, leur organisation… Durant ces entretiens, des propositions d’amélioration ont été formulées par les collaborateurs qui ont ensuite échangé, au sein de leur service, leurs trucs et astuces. Résultat : toutes les équipes ont pris le temps de réfléchir à un travail collaboratif plus efficace et ont, le cas échéant, mis en place des changements. »

« DINA DE BOCK, RESPONSABLE QUALITÉ

« Beliris investit dans ses collaborateurs. Nous les soutenons dans le développement de leurs compétences et de leur expertise. »

13


NOS PROJETS 2017 EN UN COUP D’OEIL

© Reporters 14


P 24

P 26

P 28

P 20

P 22 P 30 P 32

15


15 fev

Début de la construction Logements sociaux Méridien

12-31 jan

Sessions d’info pour les riverains Ligne de métro 3

© ALDECASTUDIO

16


14 mars

7 avril

Début de la construction Logements sociaux Bd Poincaré

23 fev

Début de la rénovation Parking Maelbeek et Parc Jo Heyne

Fin de la construction Maison communautaire Les Villas

21 mars

Fin des travaux de voiries Quartier Alsemberg

16 mai

Inauguration Logements sociaux rue Musin

17


21 juin

7 juil

Inauguration Restauration Petit Sablon

Début de la rénovation Piscine Neptunium

© Tractebel Engineering

19 mai

Début des travaux de voiries Porte de Ninove

18

30 juin

Début de la construction Liaison cyclopiétonne à Ixelles

18 août

Dépôt de la demande de permis d’urbanisme et d’environnement Extension de la ligne de métro 3


30 août

Début de la construction Bâtiment des jardiniers au Botanique

6 sep

Beliris remporte Les Règles d’Or de l’Urbanisme pour la gare Schuman dans la catégorie Mobilité

© EVR Architectes, A229, Ney & Partners

5 sep

18 sep

Début des études Learning & Innovation Center

© Arter-Ellyps

16 nov

Début de la rénovation Quartier Fontainas

Début des travaux d’électricité Basilique de Koekelberg

© Sweco

19


DES LOGEMENTS SOCIAUX AU BOULEVARD POINCARÉ

« TINE VAN LOOVEREN, CHEF DE PROJET

« Cet été, le gros œuvre était terminé. Une belle avancée ! »

20


À l’angle de la rue de la Poterie et du Boulevard Poincaré à Anderlecht, sur des terrains à l’abandon, deux bâtiments passifs sont sortis de terre. « Nous avons débuté mi-mars 2017 », nous raconte Tine Van Looveren. « Cet été, le gros œuvre était terminé. Une belle avancée ! Surtout que des débris d’amiante ont été trouvés sur le terrain et qu’il a fallu dépolluer le sol avant de pouvoir débuter la construction effective. » Ce bâtiment s’inscrit dans le cadre du contrat de quartier Lemmens. Le projet offre une nouvelle affectation à deux terrains inoccupés à Anderlecht, en créant 10 nouveaux logements sociaux pour le Foyer Anderlechtois, un local de quartier, des locaux pour l’entretien du parc de la Rosée adjacent au terrain et un

TRAVAUX € 2.750.000 In Advance, P&P Philipperon-Pepin Architectes, SIC Ingénierie, SECA Benelux mars 2017 > automne 2018

logement pour le gardien du parc. L’entrée de ce parc sera aussi plus accueillante. Pour les deux bâtiments, la norme passive, soit une consommation de chauffage inférieure à 15 kwh/m² par an a été recherchée. « Même une nouvelle construction donne lieu à des défis, surtout si c’est une construction avec mitoyenneté  », explique Tine Van Looveren. « Comme garantir l’étanchéité à l’eau et à l’air d’un bâtiment lorsque la maison attenante ne l’est pas, par exemple. » Début 2018, les travaux de finition ont débuté : chauffage, ventilation, plafonnage, façades… À l’été, le bâtiment sera prêt pour ses locataires.


PARKING MAELBEEK ET PARC JO HEYNE

22


«

FILIP DE RIDDER, CONTRÔLEUR DE CHANTIER

« Détail intéressant : 25 nichoirs ornent un des murs du parc. »

En collaboration avec la commune d’Etterbeek, Beliris a rénové le parking Maelbeek et le parc Jo Heyne à côté de la Place Jourdan. Première étape : l’étanchéité de la toiture. Après la préparation du terrain, une cage d’ascenseur a été créée et les entrées piétons et voitures ont été aménagées. Les entrées vers la Place Jourdan et la chaussée de Wavre ont également fait l’objet d’une rénovation. Une fois le gros œuvre terminé, le parc situé au-dessus du parking a été remodelé. « Les trois sentiers en pierre naturelle, qui

se rejoignent au milieu du parc, semblent flotter au-dessus du sol. Deux grands arbres et sept plus petits ont été plantés, entourés de différentes graminées et de lierre », décrit le contrôleur de chantier Filip De Ridder. « Détail intéressant : 25 nichoirs ornent un des murs du parc. » Au printemps 2018, les travaux se sont achevés et les 70 places de parking ont été mises à disposition. Ce parking souterrain, autrefois privé, compense le parking supprimé de la Place Jourdan, dont les travaux ont débuté en janvier 2018.

TRAVAUX € 1.125.000 Viabuild, MSA, Ney & Partners février 2017 > février 2018


BACK TO KOEKELBERG

« BRECHT DE BO, CHEF DE PROJET

« L’entrepreneur calque son planning sur celui des activités de la Basilique. »


Le 18 septembre dernier, l’équipe de Beliris revenait à la Basilique de Koekelberg pour entamer la deuxième phase des travaux d’électricité. En 2014, l’électricité de la Basilique elle-même avait été renouvelée. C’était donc au tour de celle des sous-sols. « Les salles du sous-sol de la basilique sont utilisées par les scouts, une association de spéléologie et un restaurant », explique le chef de projet Brecht De Bo. « Nous avons veillé à ce que les activités puissent continuer durant les travaux. Notre entrepreneur a calqué son planning sur celui des activités des salles des fêtes. » Comme pour la première phase, Beliris a commencé par rénover les liaisons entre les panneaux de l’installation électrique. Les tableaux de distribution ont été renouvelés, de nouveaux câbles et chemins de câbles ont été tirés et les câbles d’alimentation ont été complètement remplacés. Tout est connecté au nouveau système de gestion du bâtiment installé durant la première phase de travaux. Enfin, l’installation de protection contre la foudre de la basilique a été rénovée. Les travaux se sont terminés par l’enlèvement de l’amiante qui se trouvait encore dans l’installation électrique. Le chantier s’est terminé fin mai 2018.

TRAVAUX € 492.000 Engie Fabricom, Arch & Techo Engineering septembre 2017 > mai 2018


LE NEPTUNIUM RESPIRE


« FABIAN BOSSUT, CONTRÔLEUR DE CHANTIER

« Les problèmes causés par les infiltrations d’eau et l’atmosphère humide se sont révélés plus importants que prévu. Nous avons cherché des solutions durables à ces problèmes. »

Pour son 60e anniversaire, la piscine de Schaerbeek, le Neptunium, se voit offrir une belle rénovation. Une intervention nécessaire vu les multiples fuites d’eau et la vétusté du bâtiment et des installations techniques. « Les travaux ont commencé en septembre » nous explique Fabian Bossut, contrôleur de chantier. « Premier point sur le planning : le désamiantage. Suivi par les travaux de démolition nécessaires. La petite piscine a été complètement dépouillée et les plages du grand bassin ont été dénudées. » « Là, les problèmes causés par les infiltrations d’eau se sont révélés plus importants que prévu. Nous avons cherché des solutions durables à ces problèmes et avons finalement décidé de réaliser des travaux pour l’étanchéité du grand bassin. » « Le plus grand changement pour les nageurs sera certainement le système de casiers dans les vestiaires mais aussi le fait de ne plus croiser des visiteurs chaussés lorsqu’on est déjà en maillot et pieds nus. » Enfin, la piscine sera équipée d’un système antibuée moderne et le bâtiment deviendra moins énergivore.

TRAVAUX € 7.665.000 (70% Beliris30% commune) Strabag Belgium, Altiplan Architects, GEI septembre 2017 > mi-2019


CONTRAT DE QUARTIER MÉRIDIEN : UN PROJET DURABLE

À Saint-Josse-ten-Noode, à l’angle des rues de Brabant et de la Prairie, Beliris construit des logements sociaux qui font rimer durabilité et habitabilité. Le bâtiment comprend un espace collectif au rez-de-chaussée et six nouveaux logements avec un agréable espace à vivre et des performances énergétiques et acoustiques excellentes. Exemple pour la performance environnementale, les appartements atteindront le standard passif. Une citerne d’eau de pluie de 6.500 litres, 12 m² de panneaux solaires, une pompe à chaleur et un chauffe-eau solaire de 750 litres seront installés. Le triple vitrage et l’isolation thermique des murs et des tuyauteries complètent le tableau. « Un projet exemplaire mais pas simple à réaliser » commente Alexandre Carleer, chef de service technique. « Comme pour beaucoup de projets à Bruxelles, lors des travaux de fondation, nous avons rencontré des problèmes de pollution des sols mais, étant proche de la nappe phréatique, l’eau remontante était polluée. Ne voulant pas, et ne pouvant pas, rejeter cette eau polluée dans le système d’égouttage, nous avons demandé à notre entrepreneur de la traiter avant de la rejeter. C’est une première mais qui cadre complètement avec l’esprit durable du projet. »


© 3A-architectes

© 3A-architectes

« TRAVAUX € 1.440.000 ALEXANDRE CARLEER, RESPONSABLE SERVICE TECHNIQUE

« Le traitement de l’eau polluée cadre avec l’esprit durable du projet. »

Balcaen & Fils, 3A-Architectes printemps 2016 > automne 2018


WAVRE-VIADUC-SCEPTRE-GRAY : UNE NOUVELLE LIAISON CYCLO-PIÉTONNE


© NEY & Partners

«

Le long de la voie ferrée, entre la gare RER Germoir et l’Esplanade du Parlement européen, un nouveau chemin cyclo-piéton est créé. « Construire un tel chemin, là où actuellement il n’existe qu’un talus abrupt, n’est pas évident », explique Didier Tourneur, contrôleur de chantier. « Nous travaillons aussi au-dessus des voies où les trains passent régulièrement. Comme première phase, nous avons dû élaborer un plan de sécurité en concertation avec Infrabel. Le matériel doit, par exemple, être sécurisé grâce à une ligne de vie pour ne pas tomber sur les voies. » L’ancien talus en friche fait désormais place à un large chemin. « Nous avons commencé ici », dit-il en pointant le lierre au-dessus de nos têtes. « Et nous allons là-bas », en montrant la clôture quelques mètres plus bas. Puis, il attire notre attention sur les barres de fer qui dépassent du mur de terre. « Ça, ce sont les clous que nous plaçons dans la paroi latérale pour les ancrer.» Le chemin commence chaussée de Wavre et longe le parc du Viaduc jusqu’au pont de la rue du Sceptre. Et ce n’est que la première partie du trajet. Mi2018, les travaux de la deuxième partie commenceront de l’autre côté des voies, de la rue du Sceptre vers la rue des Deux Ponts et l’entrée de la Gare Germoir.

DIDIER TOURNEUR, CONTRÔLEUR DE CHANTIER

« Construire un tel chemin, là où actuellement il n’existe qu’un talus abrupt, n’est pas évident »

TRAVAUX € 1.075.000 De Dender, MSA-NEY juin 2017 > mai 2019


REFONTE DU QUARTIER FONTAINAS

« JEAN-NOËL LEFORT, CONTRÔLEUR DE CHANTIER

« Nous avons sélectionné des arbres à hautes tiges, avec une certaine ampleur, pour bien structurer les espaces. »


Fin septembre, dans le cadre du contrat de quartier Fontainas, Beliris lançait le réaménagement de la place des Héros, des rues Fontainas et Vlogaert, du square Jacques Franck, de l’avenue de la Porte de Hal et de la chaussée de Forest à Saint-Gilles. Le but ? Créer un lieu de rencontre agréable pour le voisinage, avec des endroits pour s’asseoir et de la végétation placée stratégiquement pour atténuer le bruit. Dans le quartier, peu d’habitants profitent d’un jardin et les espaces publics représentent une véritable alternative. Le projet prévoit aussi un nouveau terrain de sport pour les jeunes. C’est dans ce contexte que l’équipe de projet s’est rendue dans une pépinière pour choisir 75 nouveaux arbres. « C’est un long travail, la pépinière est immense », nous raconte Jean-Noël Lefort, contrôleur sur le chantier. « Nous avons passé une journée entière à choisir des essences particulières qu’on ne retrouve pas partout et qui pourront s’adapter à la topologie des lieux. Nous avons sélectionné des arbres à hautes tiges, avec une certaine ampleur, pour bien structurer les espaces. » Le chantier se terminera à l’été 2018. Les habitants pourront alors y profiter des beaux jours.

TRAVAUX € 3.122.000 De Dender, Sweco septembre 2017 > été 2018


NOS ÉTUDES 2017 EN UN COUP D’OEIL

© Reporters 34


P 40

P 38

P 36 P 39 P 37

35


PARC DE FOREST : RÉNOVATION EN VUE

À Forest, le projet de rénovation du parc entre dans le programme de Beliris. En juillet 2017, une demande de permis d’urbanisme a été introduite. Depuis, le dossier a été soumis à l’enquête publique et le permis a été délivré. Plus de 70 ans après les derniers travaux et 45 ans après son classement, le projet est sur de bons rails.

ÉTUDES € 5.500.000 Sweco, Coster & Vanden Eynde Architectes

« ALEXANDRE CARLEER, RESPONSABLE SERVICE TECHNIQUE

La rénovation concerne principalement la gestion de l’eau. « Actuellement, en cas de fortes pluies, l’eau dévale à travers le parc jusqu’au rondpoint emportant avec elle le revêtement des chemins », raconte Alexandre Carleer, chef de service technique. « Le projet propose de créer des bassins d’orage avec dispositifs d’infiltration. L’eau qui tombe dans le parc reste dans le parc en évitant l’érosion des chemins. On prévoit aussi une zone centrale inondable permettant de retenir plusieurs dizaines de m³ d’eau pour la laisser s’infiltrer petit-à-petit. » Le projet comprend aussi le réaménagement des chemins du parc, la végétation, la rénovation d’un chalet, la reconstruction d’un bâtiment pour les jardiniers, un théâtre de verdure, les auvents, l’éclairage, une plaine de jeux et le mobilier.


ÉTUDE EN COURS POUR LES PARCS DUDEN-JUPITER

«

SARAH HOUBEN, RESPONSABLE SERVICE JURIDIQUE Beliris réalise des études pour la rénovation des parcs Duden et Jupiter dans le prolongement du Parc de Forest. Le parc Duden fait la joie des promeneurs, des joggeurs et des scouts. Sa principale qualité : plonger le visiteur sans transition de la ville dense à un bel environnement forestier au calme, où la faune et la flore ont été préservées. Le parc Jupiter fait la liaison entre le parc Duden et le parc de Forest. Il a été apprivoisé par les habitants du quartier qui cherchent à le rendre plus ludique et à l’embellir. Dans ce contexte, la plaine de jeux sera complètement réaménagée, des espaces de rencontre ainsi que des parcours reliant les 3 parcs seront créés.

« Bruxelles Environnement a déjà créé un masterplan qu’il nous faut respecter. En fonction du budget disponible, les aménagements seront choisis. Ce n’est bien sûr pas toujours évident » explique Sarah Houben, juriste sur le projet. « Par chance, l’architecte en charge de la rénovation connait bien l’endroit et y passe tous les jours. »

ÉTUDES € 3.500.000 (travaux) Suède 36, Levostre, Greisch/BGroup


CONTRAT DE QUARTIER CANAL-MIDI : LE CAS DE L‘ÎLOT ALBERT

En 2017, Beliris a entamé l’étude pour le réaménagement de l’îlot Albert à Anderlecht. Le projet prévoit de requalifier l’intérieur de l’îlot actuellement composé de logements sociaux, d’une école, d’une crèche, de terrains de sport et d’un monument aux martyrs juifs. Objectif : remodeler les espaces publics en lieux de sociabilité et améliorer la qualité de vie des riverains. Dans un premier temps, le gros enjeu sera d’assainir les lieux en dépolluant le sol. Un « parc-promenade » sera créé. Tout au long, on y trouvera des zones de sport, de détente, de jeux, d’éducation et de rencontre. Les zones accessibles aux voitures seront relocalisées et délimitées.

MIREILLE WEERTS, CHEF DE PROJET « C’est un beau projet avec un énorme potentiel pour les habitants du quartier. Un projet très ambitieux ». confie Mireille Weerts, chef du projet. « Au stade actuel des études, nous avons proposé une vision cohérente pour le réaménagement, dans le budget disponible. On se concentre sur une partie de l’ilôt. Si la vision rencontre les souhaits de la commune, les travaux pourront être planifiés. »

ÉTUDES € 1.730.000 Dessin et Construction, AAC

«


ÉTUDES € 1.752.000 EVR architecten, A229, NEY+partners, Arcadis © EVR Architectes, A229, Ney & Partners

LEARNING & INNOVATION CENTER : UN TRAIT D’UNION ENTRE ULB ET VUB CAROLINE PAUWELS, RECTEUR VUB YVON ENGLERT, RECTEUR ULB Après un concours architectural, les études du Learning & Innovation Center ont débuté en août 2017. Le projet prévoit la construction d’un bâtiment zéro énergie à la frontière entre les campus de l’ULB et de la VUB. Il regroupera les bibliothèques « Sciences et Techniques » des deux universités . Le complexe offrira aux étudiants des espaces d’étude individuelle et de collaboration, des centres d’expérimentation pour les activités de groupes, des locaux d’étude active et des salles d’exposition. Technologiquement à la pointe, il permettra un lien privilégié avec les partenaires du monde de l’entreprise. « Nous sommes très heureux de mettre en place le Learning & Innovation Center avec l’aide de Beliris » explique Caroline Pauwels, recteur de la VUB. « Ce projet orienté vers le futur est la concrétisation d’un nouveau paradigme d’apprentissage. Trait d’union entre nos deux campus, il est aussi important pour Bruxelles, qui, en

«

tant que capitale de l’Europe, a besoin d’un signe fort pour montrer que nous sommes orientés vers l’avenir dans l’enseignement et la recherche. » Yvon Englert, recteur de l’ULB, ajoute « Ce qui me fascine dans ce projet, c’est le lien entre la technologie, les nombreux outils d’apprentissage modernes qui seront intégrés dans le bâtiment, l’aspect humain et l’apprentissage. La relation entre les jeunes dans le domaine des techniques d’apprentissage et le lien avec la recherche et le reste du monde. » En fonction des étapes d’obtention du permis, les travaux pourraient débuter fin 2020.


PLUS MOBILE EN VILLE AVEC LA LIGNE DE MÉTRO 3

© Reporters

Dans le cadre de la création de la ligne de métro 3 Albert-Bordet, Beliris réalise des études pour l’extension de la ligne entre la Gare du Nord et Bordet. Les demandes de permis ont été introduites en septembre 2017.

Un plan pour diminuer les nuisances © Reporters

Beliris développe actuellement un plan comprenant des mesures pour limiter les nuisances durant les chantiers. « La mise en œuvre du projet implique des travaux majeurs et Beliris souhaite minimiser autant que possible leur impact » explique Caroline Meerschaut, chef de projet nuisances. « Pour concevoir cette stratégie, nous avons comparé des projets similaires dans le monde entier : Paris, Amsterdam, Melbourne, Berlin... Au final, notre menu comprend 5 thèmes et plus d’une centaine de mesures : communication, vibration et bruit, pollution atmosphérique et lumineuse, mobilité et environnement de vie. »


© Reporters

« CAROLINE MEERSCHAUT, CHEF DE PROJET NUISANCES

« Beliris souhaite minimiser autant que possible l’impact de ces travaux majeurs »

« Pour chaque thème, on trouve 4 niveaux d’actions, de la mesure établie par une législation à une mesure de confort. Ces mesures concrètes sont très diverses : pose de panneaux acoustiques et/ou esthétiques autour du chantier, caméras permanentes sur chantier, offre de billets de cinéma lors des travaux bruyants, lavage des fenêtres après travaux poussiéreux, usage d’engins de chantiers répondant aux normes sonores en vigueur… » « Nous finaliserons le plan en 2018 » explique Caroline Meerschaut. « Une note stratégique sera établie avec les mesures, leur budget et nos recommandations. Tout sera soumis au comité stratégique qui statuera. Sur cette base, les actions et mesures nécessaires seront développées et appliquées. »

ÉTUDES € 845.000.000 (travaux et études) BMN


TESTS € 6.323.630 Orex-Fugro

Comprendre le sol

Octobre 2017 > été 2018

À l’automne 2017, Beliris a mené divers tests géotechniques pour étudier les caractéristiques du sol le long du trajet de l’extension de la future ligne de métro 3. Il s’agit d’une 2ème campagne d’essais. « La 1ère série a été réalisée en 2015 dans le cadre de l’avantprojet » explique le chef de projet Michaël Vinck. « Pour la phase actuelle, nous réalisons des tests plus complets. Les résultats mèneront à des choix techniques pour la conception des infrastructures et permettront d’établir les cahiers des charges pour les entrepreneurs. Outre les tests de qualité et de résistance du sol, on évalue le niveau de la nappe phréatique près de chaque future station. Des tests plus spécifiques sont aussi réalisés : un robot sous-marin a exploré un ancien passage sousvoie sous la jonction Nord-Midi et nous testons des échantillons de sols pour analyser leur réaction lorsqu’ils sont congelés et décongelés à différentes températures. Tous ces résultats extraits sont une mine d’information pour les chantiers futurs. »

Plus d’infos sur le projet d’extension de la ligne de métro 3 : www.metro3.be.

42

© Reporters


Un impact faible sur la propriété Sur un projet de cette ampleur, on aurait tendance à croire que de nombreuses expropriations sont au programme. Heureusement, divers choix techniques et l’option choisie de creuser le tunnel métro avec un tunnelier ont permis de diminuer fortement l’impact sur la propriété. « Il y aura peu d’expropriations privées, une dizaine seulement sur un trajet de 5 km ! » explique Laurence Gallez, juriste du projet. « On compte aussi quelques expropriations de propriétés communales. Le reste consiste en des servitudes d’utilité publique du sous-sol. Avec ce projet, les riverains ont d’ailleurs découvert une spécificité belge : un propriétaire est aussi propriétaire de son sous-sol sans limitation de profondeur ! Il a donc fallu réfléchir comment indemniser les propriétaires en fonction de la profondeur à laquelle allait passer le tunnel. Celle-ci n’étant pas partout pareille… » « Le permis a un impact potentiel sur 500 parcelles privées ou publiques. Tous les propriétaires ont été avertis lors de la demande de permis d’urbanisme » raconte Laurence Gallez. « À Bruxelles, une parcelle compte en moyenne 3 propriétaires. Ce sont donc 1394 personnes que nous avons contactées par courrier. Si 99% étaient concernés par une servitude, les propriétaires concernés par une expropriation ont été contactés personnellement, avec visite sur place lorsque ceux-ci ne pouvaient pas se déplacer. C’était un vrai travail de proximité. Les gens sont assez compréhensifs et prêts à travailler ensemble. » .

« LAURENCE GALLEZ, JURISTE

« Les gens sont assez compréhensifs et prêts à travailler ensemble. »

Une gestion budgétaire avec accompagnement Le budget du projet d’extension de la ligne de métro 3 est estimé à 845 millions. « Il comprend les études et les chantiers entre la Gare du Nord et Bordet » commente Laurence Gallez. « Outre les études d’architecture des infrastructures et des techniques de construction, on compte aussi des marchés pour le contrôle technique, la sécurité incendie, la coordination sécurité-santé, les essais tels que les forages préalables, les essais de pollution des sols, les études phytosanitaires, des études sécurité liées aux récents attentats sans oublier les études d’incidence nécessaires pour connaitre l’impact du projet. » « Pour opérer le cost control, la supervision des coûts, nous sommes soutenus par un bureau d’études. Ce marché, qui comprend aussi le contrôle des métrés, la gestion des risques et la planification, s’élève à 6 millions d’euros : une opération nécessaire pour un tel projet et même obligatoire chez nos voisins français. Ça nous permettra d’être encore plus performant. »

43


BUDGET ET SUBSIDES

ENGAGEMENTS : 139.539.948 € Frais de personnel, de fonctionnement et contrats-cadres

€ 7.910.066

Investissements culturels, scientifiques et patrimoniaux

€ 17.515.444

Revitalisation des quartiers

€ 21.938.330

Zones prioritaires

€ 2.300.000

Achats de terrain

€ 6.375.474

Zones stratégiques, bâtiments, espaces publics

€ 21.503.315

Mobilité

€ 61.997.319


CULTURE

ESPACES PUBLICS

MOBILITÉ

BOZAR

ACHATS DE TERRAINS

BOULEVARDS DU CENTRE

RUE NEUVE

LES CASERNES

PAIEMENTS : 124.622.818 €

Frais de personnel, de fonctionnement et contrats-cadres

€ 7.355.569

Investissements culturels, scientifiques et patrimoniaux

€ 5.247.671

Revitalisation des quartiers

€ 17.305.964

Achats de terrain

€ 33.118.367

Zones stratégiques, bâtiments, espaces publics

€ 12.201.424

Mobilité

€ 49.393.822

45


Coopération Améliorer la qualité de vie Expertise Intégrité Dynamisme

CONTACT WWW.BELIRIS.BE

info.beliris@mobilit.fgov.be www.facebook.com/belirisforbrussels 0800 11 299

Colophon

Rédaction : Elien De Swaef, Sabine Regniers Graphiste : Kathleen Burnay Rédaction finale : Marianne Hiernaux Editeur responsable : Beliris – Cédric Bossut Dépot légal : D/2018/13.888/1

46