Page 1

RECEVEZ LE CHINOOK PAR COURRIEL! INSCRIVEZ-VOUS @ www.lechinook.com Calgary, édition de novembre 2011 16 pages Les défis d’Alison Redford

Nouvelle chronique: Irénée Rutema

POLITIQUE

P.3

Comment la nouvelle première ministre gérera-t-elle les droits linguistiques? Accès à la Justice en Français

Gérard Lévesque

P.9

La Hyundai Elantra 2012

Méconnaissable ! J-F Ross

AUTOMOBILE

P.9

À la rencontre des auteurs francophones du festival...

pages 4, 5, 6 et 7


P.2 Le Chinook

Novembre 2011

Pour placer votre annonce appelez-nous simplement! (403) 457-5250

Pour joindre Le Chinook: Viaplus communications Inc. Adresse de facturation: A/S Baccari Professional Corp. 32-805 5 Ave SW Calgary, AB T2P 0S6 Tél.: 403-457-5250

Éditeur : Julien Thibeault Rédactrice en chef : Claire Gadebois Ventes : François Fecteau Comptabilité : Alexandre Stinis

Écrivez-nous: nouvelles@lechinook.com

Lisez-nous aussi @ www.lechinook.com


Novembre 2011

POLITIQUE

Des défis herculéens attendent Alison Redford Irénée Rutema

de dollars dans l’éducation. En outre, ses convictions la Ce réinvestissement permet- placent au centre de l’échi-

Un tsunami politique vient de frapper le paysage politique albertain. Après l’ouragan spectaculaire provoqué par l’élection de Naheed Nenshi à la mairie de Calgary, le Parti progressiste conservateur de l’Alberta a élu à sa tête Alison Redford. Elle est devenue la première femme à occuper le poste de premier ministre en Alberta. Il est pertinent de rappeler que l’Alberta est la province la plus conservatrice du Canada. L’élection des deux progressistes constitue un tremblement politique Source: http://alberta.ca/premier.cfm majeur sur la scène canadienne. Toronto ne comprend pas encore le phéno- tra aux commissions scolaires quier politique. Tous les obmène politique de l’Alberta. de réembaucher les nom- servateurs politiques s’attenbreux enseignants remerciés dent à assister à une bataille Alison Redford est une politi- durant l’été. C’était une pro- féroce qui se déroulera au cienne redoutable et extrê- messe majeure d’Alison Red- centre lors de la prochaine mement intelligente. Elle est ford durant sa campagne à la campagne électorale. Le cenavocate et est âgée de 46 chefferie du Parti conserva- tre est extrêmement engorgé ans. C’est une ancienne teur. Après la nomination de dans la province pétrolifère. conseillère politique de l’an- son cabinet, elle s’est rendue Les autres partis politiques cien premier ministre du Ca- dans un évènement partisan qui s’y côtoient sont le Parti nada, Bryan Mulroney. Elle à Red Deer. Elle y a reçu un libéral, le Nouveau parti déest aussi reconnue sur la scè- accueil poli et non enthou- mocratique ainsi que le Parti ne internationale. C’est une siaste des membres de l’aile de l’Alberta. A l’autre extrêamie de Nelson Mandela. A extrême de sa formation poli- me, on a le Wildrose Alliance ce sujet, c’est elle qui a ré- tique. Ainsi, son premier défi dirigé par Danielle Smith. Il formé le système judiciaire qui semble titanesque sera est important de souligner de l’Afrique du Sud après la d’unifier sa famille politique. que cette dernière s’est déschute de l’apartheid. Elle a A ce propos, un membre in- honorée grossièrement en aussi travaillé en Afghanis- fluent de son conseil des mi- lançant une campagne agrestan, en Bosnie-Herzégovine nistres a confié au Chinook sive de publicité lors de la et en Croatie. Avant sa victoi- dernièrement que cette for- journée de l’assermentation re spectaculaire, elle était mation est tellement divisée officielle d’Alison Redford. ministre de la Justice au sein que les putschistes seraient Ces publicités noires s’attadu gouvernement Stelmach. déjà à l’œuvre. quent singulièrement à Alison Durant sa campagne, elle Redford en l’accusant, entre avait l’appui des policiers et Un autre homme d’affaires autres, de ne pas être intèdes procureurs de la couron- influent rencontré en compa- gre et de ne pas tenir ses ne. Son génie a été d’embau- gnie du vice premier ministre promesses. cher Stephen Carter comme Doug Horner, nous a confié stratège. Ce dernier est l’ar- que les éléphants du parti au Il apparaît clairement évident chitecte de la victoire de pouvoir sont en désaccord que les prochains mois seNenshi. avec le programme politique ront extrêmement intéresd’Alison Redford, particulière- sants pour l’Alberta. La camLune de miel éphémère ment concernant l’injection pagne qui a déjà commencé de plusieurs millions dans le sera passionnante. Comme L’existence de scissions pro- secteur de l’éducation. Les me l’a déclaré Raj Sherman, fondes et nombreuses au caciques n'aiment pas dépen- le chef de l’opposition offisein du Parti progressiste ser de l'argent. Ils croient cielle et leader du Parti libéral conservateur de l’Alberta est que ce sont des politiques de l’Alberta, lors d’une enun secret de polichinelle. A propres aux partis de gauche trevue dans ses bureaux de cet égard, les caciques ultra tels que le Parti libéral et le Calgary : « Alison ne pourra conservateurs de ce parti ne Nouveau parti démocratique. pas contrôler les extrémistes digèrent pas encore sa victoi- Ils seraient tous en train de de son parti. Elle est dans le re. En effet, la première déci- joindre les rangs du Wildrose mauvais parti. Je l’invite donc sion de son gouvernement a Alliance ! à joindre les rangs du Parti été de réinvestir 107 millions libéral de l’Alberta ».

Le Chinook P.3


P.4 Le Chinook

Novembre 2011

LE FESTIVAL DES MOTS Rencontrez les écrivains francophones du Wordfest de Calgary

Anne BernardLenoir

Dany Laferrière

Du 11 au 16 octobre 2011, le festival Wordfest a animé l’actualité culturelle littéraire de Calgary. Dans le cadre du Festival des Mots, six auteurs francophones sont allés à la rencontre du grand public et des scolaires, et se sont tous réunis à l’hôtel Le Germain le temps d’une interview exclusive en forme de discussion à bâtons rompus. Lucie Bergeron, Anne Bernard-Lenoir, Edith Bourget, Maryse Rouy et Bryan Perro, auteurs jeunesse, puis Dany Laferrière et Maryse Rouy pour la littérature adulte, répondent, se répondent et s’interpellent, trouvant l’occasion de revenir ensemble sur cette expérien-

Dans les écoles évidemment, les enfants sont très heureux de nous recevoir, mais en fait, c’est partout dans la ville.

aient encore davantage le goût de cette langue. Quand on est auteur, on est toujours ambassadeur pour faire connaître le livre. Faire connaître nos livres, ça donne aux enfants l'envie d'en lire d'autres. On sera toujours des Bryan Perro Edith Bourget Lucie Bergeron Maryse Rouy ambassadeurs, pour la lecture ce et de parler en toute liber- sés parfois dans des salons Edith Bourget : Moi ce qui et pour la folie aussi, la fanté de la jeunesse actuelle, du du livre. m’impressionne, c’est la quali- taisie, la passion. métier d’écrivain, de la franté du français chez les jeunes cophonie, de l’interculturalité Le Chinook : Vous qui avez dans les écoles où j’ai été Anne Bernard-Lenoir : Tu et de l’écriture en tant qu’en- participé à de nombreux évé- reçue. Je n’avais pas de dou- es en train de dire que nous gagement, acte fondateur, nements de part le Canada, te sur le fait qu’ils parlaient sommes tous des héros ! fondamental et militant. avez-vous le sentiment que le bien français, mais le niveau (Rires) public albertain est différent ? de compréhension, de finesLe Chinook : Vous connais- Y a t il une différence cultu- se, j’ai été bien impression- Edith Bourget : Je pense siez-vous les uns les autres relle ? née. Il y a de beaux échan- que ce qui est le plus imporavant cet événement ? ges, très intéressants. tant quand on rencontre des Lucie Bergeron : Je le trouenfants, c'est qu'ils sentent la Edith Bourget : On se ve très chaleureux. Je suis de Bryan Perro : C’est manifes- passion. Nos livres sont le connaît de nom, on se ren- la ville de Québec, et on se tement une culture plutôt véhicule d'une passion. Si les contre parfois. Bryan Perro, fait dire qu’en Alberta, tout le différente. Même en-dehors enfants comprennent ça, que tout le monde sait son nom, monde déteste les francopho- de la langue, ce n’est pas la l'on se consacre à la création, mais on l’appelle tous Amos nes. Alors j’avais une certaine même culture quand tu habi- à cette passion qui n'est pas Daragon. (Rires) appréhension. Je sais que je tes Québec et que tu vis en toujours facile parce que l'on ne me débrouille pas très français et quand tu habites à travaille tout seul, qu'on est Bryan Perro : On ne se bien en anglais. Mais pour- Calgary et que tu vis en an- toujours en recherche, on connaissait pas, on s’est croi- tant, j’ai de grands sourires. glais. Mais ça ne veut pas dire peut aussi leur donner le couque l’échange n’est pas inté- rage d'entreprendre une choressant, c’est une autre façon se qui peut-être leur semblait de voir le monde. difficile. Là on est en-dehors du livre, on parle de renLucie Bergeron : Moi dans contre entre individus. les écoles je ne vois pas beaucoup de différences. Au- Anne Bernard-Lenoir : Et tour d’un livre, les réactions aussi montrer que la passion sont les mêmes. Ils vont rire n'empêche pas la rigueur. aux mêmes endroits, aux mê- Notre travail est aussi pasmes blagues, que ce soit en sionné que rigoureux. Ils français ou en anglais. Ils comprennent que ce travail a vont avoir la même affection ses exigences et ses contrainpour les personnages. tes. On peut leur donner le goût d'explorer et de poursuiAnne Bernard-Lenoir : Je vre leurs rêves. Nous sommes les sens tout aussi intéressés des ambassadeurs de la lecpar l'Histoire ici qu'au Qué- ture et de l'écriture. Si ils libec. Il n'y a eu aucune diffé- sent les livres de Bryan, rence culturelle qui aurait d'Edith ou de Maryse ou de orienté nos discussions d'une Lucie, peu importe, ce sera certaine manière. Je les ai super. Si ils vont consulter trouvés super éveillés. une encyclopédie ou une carte géographique, ce sera gaLe Chinook : En tant qu'au- gné. J'ajouterais que si nous teurs francophones dans une sommes tous des auteurs contrée majoritairement an- jeunesse, nous sommes tous glophones, avez-vous le sen- aussi diversifiés que les élètiment d'être ambassadeurs ves d'une même classe. Donc d'une certaine culture ? les partages que nous avons avec eux leur permettent Edith Bourget : C'est certain d'avoir une ouverture sur la qu'en arrivant ici, probable- diversité du monde de la littément qu'on fait du renforce- rature jeunesse. On illustre ment pour que ces enfant-là ça.


Novembre 2011 Edith Bourget : Et la diversité des styles littéraires. Moi je fais de la poésie, Maryse fait des romans historiques, Lucie fait des romans...

LE FESTIVAL DES MOTS

les adolescents en parlent. Ce sont les adultes qui vont protéger mais c’est nier la réalité. Je n’ai pas de tabou. Ce ne sont peut-être pas les livres qui se vendent à des Lucie Bergeron : ...moi je milliers d’exemplaires mais fais de tout (rires)... des éditeurs y croient, pensent que c’est fondamental Edith Bourget : …et Bryan de parler de ça, alors on se est vraiment spécialisé. Les tourne vers eux. enfants nous rencontrent comme ils entrent dans une Bryan Perro : Moi non. Je bibliothèque. Ils peuvent être fais du fantastique. Je suis touchés par différentes cho- dans un genre qui permet ses. parfois des digressions mais je reste dans l’aventure. Mes Le Chinook : En tant qu’au- personnages reçoivent des teurs jeunesse, vous autori- leçons de vie, ça passe par sez-vous à aborder tous les là, mais je n’aborde pas de sujets ? sujets délicats parce que je ne me sens pas à l’aise avec Edith Bourget : Moi oui. ça. Ce n’est pas ma mission. Tous les sujets. J’ai écrit un Pour moi oui, il y a des barroman sur le deuil. Ça ne rières. parle pas vraiment de la mort en tant que telle mais des Lucie Bergeron : Moi je ne deuils que l’on fait dans la choisis pas les sujets avant vie. Je parle du sida. Ce sont d’écrire une histoire. Je pars des sujets tabous qui sont d’une idée mais pas avec parfois difficiles à faire entrer l’idée d’écrire quelque chose. dans les écoles. Les enfants, C’est sûr qu’il y a des valeurs

pour moi qui sont importantes qui vont transparaître dans mes histoires. Mais je ne développe pas un thème. Maryse Rouy : C’est la même chose pour moi. Il y a des choses auxquelles je ne peux pas toucher. Je ne parlerai jamais d’inceste, ni de sexe. Ce n’est pas que je suis contre le fait d’en parler, c’est que je ne suis pas à l’aise avec ça et je pense que je ne trouverais pas les mots qu’il faut. Alors je laisse ça à ceux qui sont capables de le faire. Anne Bernard-Lenoir : Comme Maryse et Bryan, je pense qu’on peut aborder tous les thèmes dans le roman jeunesse, il n’y a pas de sujet tabou, mais d’autres le font mieux que moi. Et puis ce n’est pas ce que j’ai envie de faire. J’ai envie que mes livres soient des tremplins vers l’exploration, l’aventure, l’enquête, et donnent le goût de voyager. Les jeunes ont

accès à beaucoup d’informations qui parlent de violence, de business. On oublie que le monde est plein de merveilles, parfois tout près de chez soi, dans la ruelle d’à côté. Je n’ai pas envie de parler de sujets sombres. Quand j’étais petite, je fuyais comme la peste ce genre de livres et j’essaye d’écrire aujourd’hui les livres que j’aurais aimé lire enfant. < Le Chinook : Vous pensez que la jeunesse est moins naïve qu’avant, du fait de toutes ces informations qui circulent librement ?

Le Chinook P.5 jeunes sont sollicités de partout, ils sont dans l’informatique comme dans la lecture. Et si la lecture prend une place dans leur vie à ce moment-là, ça va les suivre toute leur vie. Edith Bourget : Tant qu’un enfant n’a pas trouvé SON livre, il n’aimera pas lire. Il y un livre qui peut tout déclencher, celui qui lui correspond mais tu ne sais jamais lequel. Le Chinook : Quel a été votre livre déclencheur ?

Edith Bourget : J’ai toujours lu, j’avais tellement Anne Bernard-Lenoir : Je hâte d’apprendre à lire et crois que les gens pensent écrire. Je ne me souviens pas que la jeunesse est moins du livre déclencheur. naïve qu’avant, alors que ce n’est pas forcément le cas. Bryan Perro : 14 ans, Le Bryan Perro : Je pense que les enfants sont beaucoup plus éveillées et moins bêtes que je ne l’étais à leur âge, et que mes parents l’étaient à leur âge, ainsi de suite. Les

mystère du triangle des Bermudes, de je ne sais plus

qui ! Et tout de suite après, mon premier roman : First Blood, l’histoire de John Rambo. Ça m’a crashé ! Certains commencent par Moliè-


P.6 Le Chinook re, moi par Rambo. Et puis j’ai continué à lire. Maintenant quand je vois Sylvester Stallone, j’ai des palpitations ! (Rires) Anne Bernard-Lenoir : Moi quand j’étais petite, c’étaient les albums de Caroline. Pierre Probst était un illustrateur formidable. La façon dont c’était dessiné m’évadait complètement. Et Robinson Crusoë. Lucie Bergeron : Le livre qui m’a fait avoir une expérience extra-sensorielle, c’est la trilogie d’une auteur qui est décédée, Monique Corriveau : Compagnon du soleil, une trilogie de science-fiction que j’ai lue en deux jours quand j’étais adolescente. Ça a changé ma vie. Maryse Rouy : Je ne m’étais jamais posée la question et je viens de comprendre pourquoi j’écris des romans historiques : pour moi c’était Les Trois Mousquetaires. ——————————————-

LE FESTIVAL DES MOTS Le Chinook : heureux que Entrevue de Dany Laferrière Vous avez énorl’on parle franet Maryse Rouy. mément voyaçais dans des gé, au Canada endroits dans et ailleurs. Je pense que l’on culture et de la langue fran- le monde, ça me permet de peut dire que la langue et la çaise ? respirer, de me reposer mais culture sont deux choses intije ne pense pas que ça suffit. mement liées. En étant en Dany Laferrière : Ah non ! Duvalier parlait très bien Alberta, dans une province français et il pouvait détruire anglophone, avez-vous le Maryse Rouy : Moi non plus Haïti. Et cette histoire de sentiment de rencontrer une mais je n’ai pas le sentiment francophonie, on dirait que autre culture ? d’avoir rencontré des alber- c’est un filet beaucoup trop tains. On n’a pas rencontré le large pour nous rattraper. Dany Laferrière : Je ne sais « vrai monde » si je puis di- Autrefois on disait, « je suis pas, je ne regarde pas les re. Cela va changer demain quand même de culture créochoses comme ça. Il y a un quand je vais aller dans les le » et les gens disaient « ah titre de livre de Nicolas Bou- écoles bien que je ne suis oui ok, c’est vrai, c’est diffévier L’usage du Monde, j’ai pas certaine de voir une dif- rent ». Maintenant, ils appeltoujours aimé ce titre. L’usa- férence. Cela me fait penser lent tous ça la francophonie, ge du Monde dans le sens à la très belle phrase de on ne peut même pas échaphumain des choses, par pour Brel : « Fils de bourgeois ou per à cette domination presuser les choses ou leur pro- fils d’apôtre, tous les enfants que politique. C’est pour ça priétaire mais bien pour cir- sont comme les vôtre ». que j’ai écrit Je suis un écriculer dans le monde. Je vain japonais, c’est pour voyage tant ces jours-ci. De Le Chinook : Quand on ren- échapper à ce genre de proplus en plus, je remarque les contre des auteurs franco- pagande. Je brûle tout sur similitudes que les différen- phones en Alberta, on note mon passage. Je ne crois pas ces. Et c’est ça qui me plaît souvent qu’il y a une forme trop dans ces grands vocade plus en plus, plus que de de revendication de la langue bles. Et c’est pour ça que je distinguer les cultures. et de la culture. déteste la francophonie, parce que j’en ai marre, j’écris Le Chinook : Donc vous Dany Laferrière : Pas moi. avec des mots, des lettres n’avez pas le sentiment d’ê- Je ne m’identifie pas dans la qui sont les mêmes partout tre un ambassadeur de la francophonie. Je suis très dans l’occident et quand j’ar-

Novembre 2011 rive dans une Université, on me fait prendre un file, francophone ou créolophone. Moi je pensais qu’un écrivain, c’était un écrivain ! Maryse Rouy : Mais les québécois se battent pour la langue. Je suis française et la langue n’a jamais été pour moi une question, même si je vis depuis 35 ans au Québec, je ne pense pas francophonie. Pourtant il y a tout ce discours mais je ne m’y identifie pas. Dany Laferrière : Je fais un travail dans un secteur excessivement sensible qui est l’écriture et qui essaye précisément de pallier un peu toutes sortes de propagandes, toutes sortes de choses que l’on met pour boucher les yeux, toutes sortes de choses rassembleuses qui ont tendance à recouvrir la planète. Il faut essayer de trouver le nerf de la vie. Je comprends le combat d’une personne mais je ne suis pas obligé de m’y associer. Ce combat ne n’intéresse pas trop car non


Novembre 2011

RECEVEZ LE CHINOOK DANS VOTRE BOÎTE DE RÉCEPTION… Inscrivez-vous @

www.lechinook.com

Le Chinook P.7

LE FESTIVAL DES MOTS de quelque chose, il faut bien leur donner. Mais l’Etat ne peut pas leur donner une langue. Elle résistera dans le cœur des gens. Le Chinook : La langue c’est votre outil pour aller dénouer ces vérités ou contre-vérités, votre fil rouge dans votre travail d’écriture ? Dany Laferrière : Oui, déchirer le voile qui cache le monde.

Maryse Rouy : C’est avec la langue qu’on travaille, qu’on vit, la langue est essentielle. Il faut effectivement la parler le mieux possible parce que l’on ne pense pas bien si on parle mal, si on n’emploie pas les mots qu’il faut. On ne À Calgary, on lit Le Chinook! peut pas avoir une pensée claire. C’est pour cela que l’on travaille et retravaille nos seulement je parle français, textes. je l’écris, je l’étudie, j’y plonge mais aussi parce que tout Dany Laferrière : J’ai rel’affaire est là, au Québec marqué comment les deux même : on est resté trop à la sociétés sont diamétralement surface du combat en disant coupées ici. Anglophones – « il faut défendre » mais on Francophones. J’ai croisé des n’est pas allés dans le cœur gens, francophones ou andu problème qui est : la seu- glophones, qui n’ont pas l’air le façon de défendre une de savoir qu’il y a une autre langue, c’est d’essayer de la manifestation. Il y a des gens parler le mieux possible, de qui sont au Festival des l’écrire, de lire, d’aller au mots, quand on leur dit qu’il charbon. Si on ne va pas au y a quelque chose qui se charbon, ce ne sont que des passe en anglais, c’est comvœux pieux de peuples qui me si ça se passait à Newcroient que s’ils ont besoin York. Et vice-versa. Et ici,

c’est l’exemple parfait, dans ce festival qui veut défendre ces langues, on n’est pas arrivé à faire en sorte qu’il y ait même, conscience de l’existence de l’autre. On n’est même pas à ce stadelà. Il n’y a pas de discussion. Moi je parle très peu anglais, ce soir je vais lire en anglais et il n’y a pas l’alternative, un écrivain anglophone qui lirait en français. Même avec une traduction ! Il n’y a pas de tentative. Le Festival des Mots devrait être un laboratoire de recherche sur cela. Le vieux rêve de la littérature qui est de dépasser les frontières est perdu parce que c’est l’endroit où il y a le plus de frontières. Et on ne les traverse pas, même ici.

BIBLIOGRAPHIES Lucie Bergeron - Abel et Léo (série) - Dagmaëlle (série) - Solo (série) Edith Bourget - Les saisons d’Henri - Autour de Gabrielle - Poèmes des villes¸ Poèmes des champs. Anne Bernard-Lenoir - Enigmae.com (série) - Pacific Express (série)

Bryan Perro - Amos Daragon (série) - Le Porteur de Masque (série) Le Chinook : Dans cette volonté de dépasser les frontières, avez-vous le sentiment d’être à contre-courant dans le paysage littéraire ? Dany Laferrière : Non, mais j’ai l’impression de peut -être exprimer cela avec plus de véhémence. L’écrivain doit apprendre autant que diffuser mais on ne peut pas apprendre si on ne peut pas parler librement. Même dans cette conversation que nous avons là, je le sais, il y a des gens qui vont trouver le moyen d’être blessés. Mais c’est ça que j’essaye d’avoir, c’est une discussion franche et libre. Car on ne peut ni donner ni recevoir dans une posture d’inégalité.

Maryse Rouy - Le Chevalier Jordan - Je n’irai pas en classe de neige - Une jeune femme en guerre (série – littérature adulte) - Au Nom de Compostelle (littérature adulte) Dany Laferrière - Je suis un écrivain japonais - Comment faire l’amour à un Nègre sans se fatiguer - L’Enigme du retour - Tout bouge autour de moi


P.8 Le Chinook

LA VIE CHANGE La vie c’est le changement ! Après plus de vingt ans à Calgary, c’est le temps pour moi de retourner au bercail à la belle ville de Québec. C’est l’appel du cœur et je me dois de l’écouter. Je ne partirai pas jusqu’à l’été prochain, mais je ne peux pas partir sans prendre un moment de réflexion et exprimer ma gratitude. Je tiens aussi à informer tous mes clients, ou ceux d’entre vous qui aimeraient compléter un processus avant mon départ, pour m`assurer de ne laisser personne au dépourvu ; en autant que je le peux. Ce fut un tel plaisir et un tel honneur pour moi d’offrir mes services de psychologue à la communauté francophone de Calgary. Je me suis toujours sentie très privilégiée de pouvoir travailler en français dans un milieu an-

Novembre 2011

glophone, et de recevoir dans mes bureaux des gens que j’aimais tellement servir. Quelle belle culture ! Que de gens merveilleux j’ai pu rencontrer. Plusieurs d’entre vous m’avez confié votre cœur dans les moments difficiles de votre vie. Vous m’avez donné votre confiance dans vos instants de vulnérabilité. Je reçois toujours avec un grand respect et une grande humilité ce privilège sacré et je vous remercie. Pour moi, il n’existe pas de plus grande contribution que de servir et d’aider à alléger le fardeau des autres. Je garderai toujours dans mon cœur le souvenir de plusieurs d’entre vous. Vous avez touché mon cœur autant que j’ai pu toucher le vôtre. J’ai grandi à vos côtés et j’ai appris que malgré toutes les leçons parfois difficiles que la vie nous apporte, la vie mérite tellement d’être vécue aussi pleinement qu’on le peut.

Si vous sentez le besoin de me contacter, n’hésitez pas à me rejoindre au : (403) 2379137. Je me ferai un plaisir de faire ce qui est en mon pouvoir pour vous assister. S’il vous arrive de visiter notre capitale nationale de Québec après l’été 2012, n’hésitez pas à me contacter. Je planifie de conserver mon site web à l’adresse : www.susielegault.ca. Vous trouverez dans mon site les informations nécessaires pour me rejoindre. J’anticipe déjà nos retrouvailles avec toute la joie d’un cœur rempli de gratitude ! Et si vous avez besoin de me rejoindre a distance, nous aurons toujours la possibilité de le faire par téléphone, ou par Skype. Je vous souhaite tout ce que la vie a de meilleur à offrir, Susie Legault Psychologue

RECEVEZ LE CHINOOK PAR COURRIEL! INSCRIVEZ-VOUS @ www.lechinook.com


Novembre 2011

Le Chinook P.9


P.10 Le Chinook

JUSTICE EN FRANÇAIS

Que prévoir en droits linguistiques sous le régime de notre nouvelle première ministre? Gérard Lévesque

Levesque.gerard@sympatico.ca

Pour la première fois de l’histoire de l’Alberta, notre province est dirigée par une femme : le 7 octobre 2011, Alison Redford a été assermentée comme première ministre. Compte tenu du fait que sa seule expérience ministérielle est celle acquise au cours de son mandat (2008-2011) en tant que ministre de la Justice et procureure générale, on est en droit de se demander quel sort elle réserve à la francophonie albertaine. Or, madame Redford a surpris les téléspectateurs de langue française en déclarant dans leur langue le 3 octobre dernier, lors d’une entrevue avec la journaliste Rebecca Martel, « Pour moi, il est im-

portant que les Albertains connaissent l’importance de la langue française pour la province. Nous avons une culture qui n’est pas seulement anglophone. Elle est une des deux langues officielles du pays. Il est important pour la communauté qui parle français de se sentir incluse dans chaque activité

de la communauté. Je pense que l’intégration de la langue et la culture francophone – et aussi les autres cultures, mais maintenant, premièrement, la culture francophone – est plus importante pour moi, pour le gouvernement et pour la province. »

Notons ! Ces propos sont forts différents de ceux que nous avions l’habitude d’entendre. Annoncent-ils un changement réel dans les relations avec la communauté franco-albertaine ? Aurons -nous prochainement une politique sur les services en français ? Les formulaires prescrits pour les procédures civiles seront-ils enfin disponibles en français et sous format bilingue ? Les nombreux obstacles à l’utilisation du français devant les tribunaux seront-ils levés ? Le fait que le Secrétariat francopho-

ne relève maintenant du ministère des Affaires intergouvernementales et internationales laisse-t-il entendre qu’il y aura prochainement des négociations avec les pays membres de la Francophonie afin d’avoir des ententes de réciprocité en matière de coopération judiciaire comme c’est le cas avec les pays anglophones ? À la suite de sa victoire dans la course à la chefferie du Parti progressisteconservateur, madame Redford a déclaré qu’ensemble, nous allons changer la façon dont les choses sont faites en Alberta. Il s’agit là d’un discours susceptible de rallier une majorité importante de citoyens. Entretemps, les lecteurs qui aimeraient avoir une idée du chemin à parcourir, pour ce qui est de l’usage de la langue française dans le secteur juridique, peuvent consulter mes chroniques disponibles à la section des archives du site www.lechinook.com. Je suggère entre autres le texte publié à la page 5 de l’édition de juillet 2010 sous le titre « Une discrimination systémique limite l'utilisation de la langue française ».

Novembre 2011


Novembre 2011 Agenda pratique et utile pour 2012 Paul-François Sylvestre À ce temps-ci de l’année, les librairies regorgent d’agendas pour 2012. Il y en a pour tous les goûts : chats ou chiens, fleurs ou paysages, arts visuels ou art culinaire, humour ou histoire. Celui que j’ai adopté depuis plusieurs années ne renferme pas la moindre illustration. Original

à sa façon, il est surtout utile et instructif. Il s’agit de l’Agenda du français pratique. Pour la neuvième année consécutive, Liliane Michaud signe la conception et la rédaction de cet agenda. Côté conception, le produit est fort bien pensé. Une reliure en spirale permet une manipulation flexible et rapide. L’agenda reste ouvert à plat et présente un coup d’œil sur une semaine complète (lundi, mardi et mercredi sur la page de gauche, jeudi à dimanche sur la page de droite). Au début du livre, il y a un calendrier pour 2011, 2012 et 2013. Avant chaque mois, on retrouve un tableau de planification mensuelle. À la fin de l’agenda, il y a un carnet d’adresses. La conceptrice a effectué une recherche qui lui permet de placer, à la fin de chaque page de droite, une citation littéraire. Toutes les citations ont trait à l’écriture, à la littérature ou à la langue française. Voici ce que Bernard Pivot a écrit : « Il en est de la lecture comme de l’amour :

Le Chinook P.11

LITTÉRATURE Sous le soleil des Caraïbes

les positions sont nombreu- Paul-François Sylvestre ses. » Si vous vous ennuyez déjà du Le travail le plus intéressant soleil, c’est qu’il faut planifier de Liliane Michaud porte sur vos vacances d’hiver. Surtout la rédaction de 259 capsules si vous songez à une qui sont autant de questions croisière. On ne s’y prépièges ou de questions quiz pare pas du jour au lensur les difficultés de la langue demain. Il faut répondre française. Il y a une capsule à certaines questions : pour chaque jour de la se- quand partir ? Comment maine (pas les samedis et choisir sa croisière ? A dimanches). Ces capsules quoi ressemble la vie à sont de divers types : répon- bord d’un grand paquedre à une question vrai ou bot ? Que voir et quoi faux, déterminer s’il y a une faire au cours des quelerreur dans une phrase don- ques heures que dure née, choisir la bonne réponse l’escale ? parmi deux ou trois énoncés. Voici quelques exemples des La troisième édition du pièges tendus. guide Ulysse Croisières dans les Caraïbes est Vrai ou faux : Un objet unique en son genre, contondant est un objet cou- répond à toutes ces pant. questions et donne tous Réponse : faux : un objet les tuyaux pour faire de contondant blesse, mais sans votre croisière un véritacouper. ble succès. On n’y présente pas moins de 34 Correct ou incorrect : Le sot- destinations à partir de l’y-laisse est délicieux à man- 14 ports d’embarqueger, mais on hésite parfois ment, tous américains, sur son orthographe. sauf Bridgetown (Barbade) et Réponse : correct (le sot-l’y- San Juan (Puerto Rico). laisse est un petit morceau de chair très fine de la car- Un chapitre est consacré à 17 casse des volailles : il est si peu visible qu’un sot peut le BANDE DESSINÉE laisser par mégarde). L’Agent Jean – une nouRéponse au choix : Un pla- velle BD québécoise giaire est une personne qui : a) garde les plages, b) copie Dimanche matin.com l’œuvre d’un auteur. Répon- Découvrez le premier tome se : b). d’une série d’aventures humoristiques, écrite et illustrée L’Agenda du français pratique par Alex A., un créateur dans offre également quelques la mi-vingtaine. Ses principaconseils de rédaction. On y les inspirations? Tout ce qui retrouve des exemples de existe, mais surtout tout ce lettres, d’enveloppes, de qui n’existe pas. Passionné de courriels et de cartes profes- jeux vidéo et de films d’acsionnelles, ainsi qu’une liste tions, il s’en inspire pour d’abréviations courantes. créer un univers à la limite du plausible. Pour commander cet agenda, Dans un monde où abondent il faut s’adresser aux Éditions les criminels, les terroristes et Québec Amérique en compo- les complots gouvernemensant le 514-499-3000 ou en taux, un petit groupe de pernaviguant sur le site sonnes contrôle une organiwww.quebec-amerique.com. sation ultra-giga-secrète nommée l’Agence. Cette orLiliane Michaud, Agenda ganisation légendaire regroudu français pratique pe les plus grands génies de 2012, Montréal, Éditions la planète et ceux-ci ont pour Québec Amérique, 2011, mission de protéger notre 176 pages, 14,95 $. monde. Cependant, une ano-

compagnies de croisières. Les plus connues sont Carnaval, Celebrity, Norwegian et Royal Caribbean. Pour chacune d’elle, on présente un bref histo-

Pour chacune des 34 escales, le guide offre toute une gamme de renseignements selon le plan suivant : aperçu géographique, aperçu historique, débarquement et embarquement, quoi faire ? Quoi voir ? Où manger ? Quelques spécialités locales à goûter.

Croisières dans les Caraïbes est parsemé de conseils de spécialistes qui vous aideront à faire le tri dans les nombreuses possibilités qui s’offrent au croisiériste qui sommeille en vous. Ils partagent leurs coups de cœur au sujet des excursions, vous donnent un avant-goût de l’art de vivre à bord d’un grand paquebot et vous aident à choisir l’itinéraire qui vous convient.

Croisières dans les Caraïbes : les compagnies, rique du paquebot, ses dis- les ports d’embarquements, tinctions, ses divertissements les escales, Montréal, Guide à bord, ses expériences culi- Ulysse, 2011, naires et ses diverses classes. 29,95 $.

336

pages,

malie vient de se produire… qui a maintenant de la comUn agent surdoué, mais aux pétition et de Castor : aussi méthodes insolites, s’apprête méchant que mystérieux. à faire son entrée. Son nom : Jean. Il fera basculer l’équilibre mondial. Vous ferez la connaissance de l’Agent Jean, grand enfant dissipé mais hyper talentueux qui voit son métier comme un terrain de jeu, de Madame Martha, patronne absolue et femme hyper sérieuse, de l’Agent WXT, meilleur élément de l’agence


P.12 Le Chinook

Novembre 2011


P.13 Le Chinook Novembre 2011

ABONNEZ-VOUS AU CHINOOK PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE C’EST GRATUIT

@ w w w. l e c h i n o o k . c o m


P.14 Le Chinook La Hyundai Elantra 2012

Hyundai est méconnaissable!

Bien des gens ont toujours en tête l’image du manufacturier automobile coréen Hyundai des années 80. Croyez-moi, nous sommes très loin des Pony et des Stellar qui sont maintenant choses du passé, heureusement, disons-le. Ce même constructeur nous présente maintenant une Equus, berline de luxe avoisinant les 65 000 $ et qui n’a pratiquement rien à envier aux Lexus de ce monde, pour ne nommer que celles-ci. Dans la même foulée, l’Elantra de nouvelle génération est méconnaissable ; elle est à l’image de Hyundai avec l’en-

Modèle Versions Prix Garanties Moteur: Couple lb-pi (N.m) Puissance: Transmission Autre transmission Antipatinage Suspension Direction

semble de sa flotte. Généralement, dans ce segment, les lignes de carrosserie sont conservatrices et monotones. On voit bien la tendance du fabricant avec le design de la nouvelle Sonata, et l’Elantra ne fait pas exception à ce chapitre. D’un simple coup d’œil, elle se démarque de la concurrence, sans équivoque. Si vous croyez

Électrique à crémaillère à assistance variable Avant : disques ventilés (ABS) et (EBD) Arrière : disques (ABS) et (EBD)

Coussins gonflables

Frontaux, latéraux avant et rideaux gonflables

Empattement Poids Capacité du coffre Capacité réservoir Consommation *Selon Ressources naturelles Canada

270,0 centimètres 1 235 kg 420 litres 48 litres Ville

Autres modèles concurrents

que l’intérieur a été négligé, détrompez-vous, l’intérieur est aussi charmeur par ses lignes très fluides du tableau de bord, de la console centrale et de la finition des portières.

Bien que la marque Hyundai ne soit pas réputée pour FICHE TECHNIQUE le plaisir HYUNDAI de ELANTRA LIMITED 2012 (modèle d’essai) conduite Berline compacte de ses 24 699 $ (modèle d’essai) petites 5 ans/100 000 km (complète) berlines L4 de 1,8 litre dans le 131 (177) @ 4 700 tr / min passé, l’Elantra se conduit 148 (110) @ 6 500 tr / min bien et offre un bon comporAutomatique à six rapports tement routier. Elle n’est pas Boîte manuelle à six vitesses parfaite, l’insonorisation est à Oui avec antidérapage peaufiner, les bruits extéAvant : indépendante à jambes de force Arrière: rieurs sont très perceptibles indépendante à multibras dans l’habitacle.

Freins

Sécurité

François Fecteau Conseiller publicitaire Bureau: (403) 457-5250 Mobile: (403) 966-2995 E: francois.fecteau@lechinook.com

Jean-François Ross Chroniqueur automobile

Marque

Novembre 2011

AUTOMOBILE

6,9 L/100 km ou 41 mi/ gal* Route 4,9 L/100 km ou 58 mi/ gal* Émission CO2 2 760 kg / année* Top Safety Pick selon les tests de collision par www.iihs.org Chevrolet Cruze, Ford Focus, Honda Civic, KIA Forte, Mazda 3, Mitsubishi Lancer, Nissan Sentra, Toyota Corolla, Volkswagen Jetta

directe de carburant sur cette motorisation comme la petite Hyundai Accent ; je ne comprends pas le point de vue du manufacturier coréen. Une raison d’économie de carburant est sans aucun

doute mise à contribution par les transmissions à six rapports, tant au niveau de la boîte manuelle que de l’automatique. Elles font toutes les deux un excellent travail, et bien d’autres fabricants automobiles n’offrent qu’une Comme bien des construc- transmission à cinq vitesses teurs, Hyundai ne nous offre sur des véhicules beaucoup qu’un seul moteur dans la plus dispendieux. catégorie des voitures compactes. C’est un quatre cylin- Contrairement à d’autres endres en ligne de 1,8 litres qui treprises, Hyundai a choisi de produit 148 chevaux à 6 500 donner la place aux ingétours/minute et 131 livres- nieurs et aux designers, ceux pieds de couple à 4 700 qui sont vraiment en mesure tours/minute. En dépit du fait de concocter une bonne voiqu’il est bruyant à haut régi- ture. Et non pas aux comptame, ce petit quatre cylindres bles et personnels affectés est très économe de carbu- au marketing. rant et pas mal performant. On aurait apprécié l’injection L’Elantra est offerte dans une

brochette de prix variant de 15 849 $ à 24 699 $. À ce prix, avec un équipement des plus complets, elle n’a plus rien à envier à la concurrence avec un rapport qualité/prix des meilleurs de l’industrie.

Je tiens à souligner l’excellente collaboration de Hyundai du Canada pour l’essai routier de la Hyundai Elantra Limited 2012.

Pour

Lignes extérieures superbes Consommation très raisonnable Qualité de finition Bon comportement routier Équipement complet Habitacle

Contre

Moteur bruyant Pas d’injection directe Visibilité restreinte vers l’arrière Accès coffre limitée Espace limité pour jambes (arrière) Insonorisation


Novembre2011

Le Chinook P.15

JEUNESSE

9 Novembre Juste après le coucher du soleil, la lune presque pleine et Jupiter se lèvent ensemble.

Regarde à l’est!

Avec le professeur Mercure

Pour les belles soirées de novembre Vous vous rappelez en janvier dernier ? La Royal Astronomical Society of Canada annonçait la découverte d’une nouvelle supernova,

ans lorsqu’elle a fait cette découverte avec son père Paul Gray, of Fredericton and David J. Lane of Stillwater Lake, en Nouvelle-Écosse !

Éclipse total de lune

SN2010lt. Cela ne serait pas si extraordinaire si ce n’était l’âge de ses découvreurs : Kathryn Aurora Gray avait 10

Deux ans plus tôt, c’est une adolescente de 14 ans, Caroline Moore, qui détenait le record de la plus jeune personne à avoir fait une telle Les Léonides découverte, la supernova Des belles chutes d’étoiles 2008ha. Vous voulez en faire autant ? Facile, trouvez-vous, filantes sont à prévoir ce mois-ci, les Léonides dont comme Caroline et Kathryn, un père astronome amateur ! l’apogée se situe autour Sans blague, pour faire de du 17 novembre. Il y aura telles découvertes, il vous des Léonides dans la pous- faudra un équipement plutôt sière en décembre! coûteux. Pour commencer à observer le ciel étoilé, de belles découvertes vous attendent avec deux extraordinaires appareils, offerts gratuitement par Dame Nature, vos yeux !

Toutes les questions sont bonnes!

Écris-les à profmercure@gmail.com

À Calgary, novembre est un beau mois pour observer les étoiles, la figure ci-contre vous donne une carte du ciel de Calgary le 15 novembre à minuit. Nous vous l’offrons sur un fond noir, alors vous pouvez découper l’image et

la placer au-dessus de votre tête en l’éclairant avec une faible lumière (placez un tissu rouge devant votre lampe de poche). Vous voyez tout de suite la lune qui se trouve à cacher la constellation du Gémeau Spectacle par sa lumière. Un peu plus bas, vers le sud et plus proche de l’horizon, trois petites étoiles rapprochées et formant une ligne vous indiquent Orion (on appelle ces trois étoiles le baudrier ou la ceinture d’Orion, qui était un chasseur dans la mythologie grecque). Deux étoiles sont

en ligne avec ce baudrier et la lune (s’il est minuit pile, sinon la lune s’est déplacée). La plus proche de la lune s’appelle Bételgeuse, elle est plus rouge parce qu’il s’agit

25 Novembre pour manchots

car il s’agit d’une super géante bleue, une jeune étoile massive et très chaude, 84 fois plus grande que le soleil, qui finira un jour en supernova. Maintenant, tendez le bras gauche et pointez Rigel de la main gauche, formez un angle de 90° avec le bras droit vers l’horizon à l’ouest. Qu’est-ce qui brille ? Jupiter ! La grosse planète est dans les Poissons pour tout le reste de l’année. Elle brille autant que Rigel, vous ne la manquerez pas.

Une éclipse partielle du Soleil sera visible de l’Antarctique. La Royal Astronomical society of Canada organise un événement à l’observatoire Wilson Coulee. www.calgary.rasc.ca d’une supergéante rouge dont le cœur s’effondre et qui s’apprête à mourir ; la plus éloignée, et la plus brillante, est Rigel, plutôt bleue

Ciel de novembre


Le Chinook - Novembre - 2011  

Journal Le Chinook - Edition Novembre 2011