Page 1

Le guide du contract 2018

INTRAMUROS


Édito

Un nouveau terrain d’expression Le marché du contract connaît actuellement un essor soutenu ; les architectes d’intérieur et autres designers sont désormais sollicités non plus exclusivement pour des projets d’envergure, mais aussi par des clients désireux de faire aménager et décorer des établissements de taille plus modeste, dont l’enjeu principal reste d’offrir à leurs visiteurs ou salariés une expérience inédite. Esthétique, ambiance, fonctionnalité, ergonomie… Les prescripteurs, corps de métier et fabricants se retrouvent confrontés à des défis de taille, parfois ardus, mais ô combien passionnants. Pour les acteurs des secteurs concernés - et nous évoquons ici particulièrement les fabricants de mobilier et autres équipements, ainsi que les agenceurs - cette diversification des horizons amène bien souvent des sociétés initialement positionnées sur l’activité B to C à s’intéresser progressivement à ce marché de projets, que ce soit sur le territoire national ou hors des frontières. Le contract leur offre ainsi l’opportunité d’exprimer leur savoir-faire sur un autre terrain, avec tous les défis, donc, que cela comporte… Ce Guide 2018 met en avant de très belles réalisations et produits signés de ces acteurs - mais aussi, bien évidemment, de sociétés implantées depuis plus longtemps, voire exclusivement positionnées sur le marché de projets - qui sont donc systématiquement les fruits d’un travail minutieux, réalisé en équipe, sous la coordination de maître d’un chef d’orchestre. Décryptages, dossiers, rencontres et focus complètent cette édition qui, réalisée avec le concours de toutes les publications du groupe Bee Medias – se veut un véritable outil d’aide à la décision, pour tous les types de projets. Les rédactions de Bee Medias

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 3


Sommaire 39

06

83 65

19 06 Zoom sur l’Ameublement Français 06 « Architectes d’intérieur et Ameublement

Français en synergie » Quand les aménagements subliment le bâti ancien 10 Agencements « haute couture » sur la Côte d’Azur 14 L’alliance des outils numériques et de l’ébénisterie 17 Groupement CONTRACT et HAUTE FACTURE de l’Ameublement Français : un trait d’union pour les projets d’aménagement intérieur

07

19 Mobilier & Agencement 20 Domocité, Club Chic : des recherches et 24 27 27 28 34 36

des résultats Quel restaurant collectif pour demain ? Le lancement de l’opération « French Design » pour valoriser le savoir-faire hexagonal à l’export Une nouvelle plateforme de cotraitance pour l’Ameublement Français Jeunes éditeurs : ces start-up du meuble plébiscitées par le contract Produits mobilier Produits literie

39 Architecture & Agencement 40 Pixels en vitrine 42 Cuisine onirique 44 Changements à vue 46 Quintessence japonaise 48 Ora-ïto signe l’intérieur du nouveau siège des Echos / Le parisien

49 50 51 52 56 57 58 60 61 62

Yooma, en « lévitation » Le Bleu Tarkett par le 5.5 Designstudio Constance Guisset, l’espace partagé Restaurants : festins créatifs Ho36, un lieu de partage W Goa : un comptoir contemporain Dekton® au Pays des Merveilles... chez Dani Garcia Ha(a)ïtza : une parenthèse enchantée Un monde en noir et blanc Produits architecture

65 Pièce d’eau 66 Salles de bains d’hôtels : l’originalité 74 76 78 79 80

sublimée Duravit : plus de flexibilité et de réactivité

« La force de Neolith, c’est sa polyvalence » Les quatre saisons chromatiques de Villeroy&Boch Kludi, acteur dynamique du marché de la robinetterie Produits pièce d’eau

83 Outdoor et Bien-être 84 Ego Paris, un mobilier conçu à la carte 86 Royal Botania : 25 ans d’élégance 88 Vondom, défricheur des styles de vie 89 Gennius, ou la protection tout en élégance 90 Dans l’Ardèche, le défi de Carré Bleu 91 Clair Azur, ou la zen altitude 92 Produits outdoor 94 Produits bien-être LE GUIDE DU CONTRACT 2018 5


Zoom sur l’Ameublement Français / Édito

« Architectes d’intérieur et Ameublement Français en synergie » Hôtels, restaurants, boutiques, lieux hybrides, sièges de sociétés, particuliers… la profession d’architecte d’intérieur a le vent en poupe. Si cette activité a longtemps été réservée aux grands établissements et aux projets de prestige, des clients aux profils de plus en plus divers font aujourd’hui appel à un architecte d’intérieur, pour personnaliser leur établissement, créer une identité de marque, ou donner un supplément d’âme à leurs espaces et aménagements intérieurs. Les fabricants de mobilier et agenceurs de l’Ameublement Français sont aujourd’hui à leurs côtés pour mener à bien ces projets toujours plus nombreux. Leurs savoir-faire dans l’ébénisterie, la menuiserie, le métal, et plus largement dans une approche multi-matériaux, leur capacité à gérer un chantier associée à leur culture de la décoration, font merveille pour donner aux projets qui leur sont confiés toute la valeur ajoutée souhaitée. Les projets présentés dans ce cahier en témoignent avec brio. Ce mouvement se déploie désormais à l’international : fabricants et agenceurs français exportent de plus en plus leurs compétences, comme le montre par exemple le magnifique restaurant Jean-Georges de l’hôtel Waldorf Astoria de Beverly Hills (Etats-Unis), un projet signé Pierre-Yves Rochon, réalisé avec le manufacturier de sièges lorrain Collinet. Le rôle du groupement Contract et Haute facture de 6 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

l’Ameublement français est aussi de défricher les tendances de fond, pour guider les fabricants vers les marchés de demain. C’est la raison pour laquelle nous organisons, chaque année, une journée spéciale thématique - en 2015 sur l’hôtellerie et son dynamisme, en 2016 sur le potentiel du marché du luxe qui aura pour thème, en 2017, « les lieux hybrides »*. Les évolutions du style de vie, la dématérialisation du poste de travail, les nouvelles façons de se restaurer ou de pratiquer des loisirs, les nouveaux modes de consommation de biens et de services, l’envie de briser les dogmes et de faire tomber les frontières, donnent aujourd’hui naissance à des lieux de vie qualifiés d’hybrides, qui sont des espaces pluriels. Ce territoire de création pour les architectes d’intérieur représente des défis techniques - répartition et gestion des espaces, choix des assises, cohabitation harmonieuse avec le bruit, les odeurs de cuisine, etc… que les fabricants et agenceurs peuvent les aider à résoudre. Une journée de réflexion partagée entre architectes d’intérieur, fabricants et agenceurs, pour renforcer les synergies qui nous réunissent. g MICHELINE TAILLARDAT (Présidente du groupement Contract et Haute Facture de l’Ameublement Français) * La journée « Hybrides, aménagement des espaces contract multiservices » aura lieu le 30 novembre au siège de l’Ameublement Français, 120 avenue Ledru-Rollin, 75012 Paris.


Zoom sur l’Ameublement Français

Quand les aménagements subliment le bâti ancien Escalier de pierre avec rampe en fer forgé « dans son jus », luminaires contemporains, revêtement mural en travertin, bibliothèques épurées… L’architecte d’intérieur Pierre Yovanovitch a revisité du sol au plafond cet hôtel particulier parisien du XVIIIe siècle pour en faire le nouvel écrin signé de son agence. Avec la complicité de l’agenceur Atelier 78, labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant. FRANÇOIS SALANNE

«

En tant que nouveau siège de notre agence d’architecture d’intérieur, le 6 rue Beauregard à Paris est une vitrine du travail de Pierre

Yovanovitch, aux yeux de notre clientèle internationale et de nos partenaires, déclare Laure Mulot, architecte senior qui a supervisé le projet. Il s’agit donc d’une réalisation à part,

avec des enjeux particuliers. » La réhabilitation complète de cet hôtel particulier du XVIIIe siècle, d’une surface totale de 400 m² environ sur quatre niveaux, est en cela un

Bureau personnel de Pierre Yovanovitch.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 7


Zoom sur l’Ameublement Français

Salle de réunion avec bibliothèque monumentale.

concentré de l’ADN qui fait tout le succès de l’architecte d’intérieur. On y retrouve sa signature personnelle, qui consiste tout d’abord à mettre en valeur l’existant, en respectant au maximum l’esprit du lieu. La restauration de l’escalier d’époque, qui s’est limitée au remplacement des marches en pierre les plus abimées et au sablage de la rampe en ferronnerie d’art, et la mise à jour de la charpente à colombage sous les combles, en sont d’excellents exemples. L’architecte d’intérieur obtient ainsi un écrin dans lequel il peut insérer ses propres aménagements, dont le dessin incline vers la rectitude et le 8 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

dépouillement, qui entrent en résonnance harmonieuse avec les imperfections du bâti ancien pour créer cette vibration qui a su toucher une large clientèle de prestige.

Bibliothèques sur-mesure de haut vol Pour réaliser ses aménagements d’une grande pureté de lignes, souvent les plus complexes, l’architecte d’intérieur a pu s’appuyer sur l’expertise de l’agenceur francilien Atelier 78, dans le cadre d’un partenariat de longue date. Ainsi, Pierre Yovanovitch a dessiné une bibliothèque monumentale, couvrant tout un mur de la

grande salle de réunion, dont les lignes élancées tiennent à des poutres verticales d’un seul tenant du sol au plafond, supportant des étagères en acier patiné noir. Mais, sur le plan technique, l’agenceur a constaté l’impossibilité de la réaliser en bois massif sans briser les lignes verticales avec des joints creux... A l’issue de nombreux échanges et après un assemblage test sur site, c’est finalement la proposition de l’agenceur, consistant à utiliser un placage épais de châtaignier, qui a été validé. Elle a le mérite de conserver la profondeur de matériau voulue dans l’intention architecturale, en supprimant


Zoom sur l’Ameublement Français l’aléa technique. Répondant au même impératif de dépouillement, la seconde bibliothèque sur-mesure a été dessinée par Pierre Yovanovitch pour son bureau personnel, avec le désir de réaliser un aménagement très épuré et d’un noir profond qui soit à la fois « vivant » et « vibrant ». Cette fois encore, l’agenceur a imaginé des blocs tiroirs avec des jonctions invisibles, et proposé un ensemble de finitions, parmi lesquelles l’architecte a choisi un chêne teinté avec des pigments naturels qui conservent toutes les qualités décoratives du matériau. « Seuls des échanges aussi pointus, et le fait d’aller aussi loin dans les détails permettent de franchir le pas entre un agencement ordinaire et un agencement exceptionnel », commente Christophe Lalla, le directeur général d’Atelier 78.

Portes sous tenture en travertin

Autre défi du projet, Atelier 78 réalisé trois portes sous tenture dans leur partie intérieure, garantissant la continuité du sous-bassement mural en travertin ocre du salon d’accueil. Pour obtenir ces ouvertures invisibles, l’agenceur a imaginé des portes à la fois capables de supporter les 120 kg du parement de pierre, et d’une totale stabilité dimensionnelle, pour assurer une obturation constante dans le temps. Elles respectent aussi une fermeture « à fleur » avec le mur, et l’alignement

Salon d’accueil en travertin.

du dessin de la pierre « à livre ouvert ». Contrairement aux bibliothèques, qui ont été intégralement fabriquées par l’agenceur, les portes sous tentures sont issues d’une interface exigeante avec les autres corps d’état concernés, notamment le marbrier et le staffeur pour la partie supérieure des murs, une dimension « chantier » essentielle, qui a également été prise en charge par Atelier 78. « La réussite d’un tel projet repose sur une qualité d’écoute et une entende parfaite entre l’architecte d’intérieur et l’agenceur, indispensable pour que l’intention décorative soit respectée et puisse produire de l’émotion, déclare Pierre Yovanovitch. Cette alchimie fonctionne parfaitement avec Atelier 78. » De son côté, Christophe Lalla s’impose sa propre ligne de conduite : « L’agenceur doit être une force de proposition pour

apporter des solutions techniques avec une dimension décorative, en respectant une limite : ne jamais empiéter sur le geste créateur de l’architecte d’intérieur. » Une parfaite répartition des rôles. g Photos : © Jean-François Jaussaud/ Luxproductions

Porte sous tenture en travertin.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 9


Zoom sur l’Ameublement Français

Agencements « haute couture » sur la Côte d’Azur Signé du duo Marc Hertrich et Nicolas Adnet, qui ont dessiné la majorité du mobilier, le Five Seas Hotel de Cannes est un modèle du genre de la catégorie boutique hôtel. Une réussite qui repose sur la proximité avec le manufacturier de sièges Henryot & Cie, et sur le positionnement très en amont du projet de l’agenceur Acta Mobilier, deux partenaires qui ont su porter haut les couleurs de la « French Touch ». FRANÇOIS SALANNE

L

es clients du Five Seas hôtel de Cannes - projet inauguré en 2011 qui n’a pas pris une ride - sont invités à faire un voyage « immobile ». Dans le lobby, ils sont accueillis par un décor de fauteuils grand confort inspirés des transats, avec des paravents peints par l’artiste

Lobby du Five Seas hôtel de Cannes.

10 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Petra Tlapova, puis rebrodés par Gérard Trémolet, évoquant des paysages exotiques. « Le concept de ce boutique hôtel est de recréer l’ambiance des grands voyages de la fin du XIXe siècle, que l’on faisait souvent en emportant ses malles et son mobilier pliant » explique Nicolas Adnet.

Une proximité avec le fabricant de sièges Comme sur tous leurs projets, Hertrich et Adnet ont dessiné la majorité du mobilier de l’hôtel, en particulier un fauteuil inspiré des lignes du transat, qui est la signature de l’établissement. C’est donc


Zoom sur l’Ameublement Français

Transat d’intérieur signé Hertrich et Adnet.

Lobby du Five Seas hôtel de Cannes.

en toute logique qu’ils se sont adressés au manufacturier vosgien de sièges Henryot & Cie, spécialisé dans la fabrication de pièces uniques. « L’une des clés de la réussite du projet est sans aucun doute la grande proximité à la fois humaine et géographique, que nous avons eues pour parvenir à la mise au point de ces fauteuils complexes, en revêtements velours et cuir », affirme Nicolas Adnet. Grâce à de nombreuses visites sur place, pour rencontrer les premiers d’atelier bois et 12 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

tapisserie, les proportions et les rayons de courbure ont pu être corrigés et les finitions définies, jusqu’à la validation finale. Une expertise technique à la hauteur des exigences, puisque les auteurs du projet ne voulaient ni piqûres cellier, ni passepoil apparent. Une solution technique sophistiquée a été trouvée par le fabricant en réalisant un rainurage sur le côté du siège, afin de dissimuler le passepoil et d’obtenir le résultat visuel sans fioriture rappelant les transats. « Nous sommes très satisfaits d’avoir proposé aux architectes d’intérieur tous les savoir-faire liés au siège, du bois jusqu’à la tapisserie, réunis dans nos ateliers, déclare Dominique Roitel, directeur général de Henryot & Cie, ce qui a rendu cette mise au point possible. » Le manufacturier a également réalisé les malles de voyage gainées de galuchat qui servent de banque d’accueil au restaurant de l’hôtel.

Une présence dès la genèse du projet

Le voyage immobile se poursuit au premier étage, avec le bar que Hertrich et Adnet ont voulu un rappel de la grande table sur tréteaux qui était dressée à l’étape, recouverte d’un drap jeté, dont la réalisation a été confiée à l’agenceur bourguignon Acta Mobilier. « Toute la difficulté de notre métier, consiste à comprendre et à ressentir le souhait de l’architecte d’intérieur, explique Alain Genet, son directeur général. Nous aimons être associés très

en amont, au stade des croquis et des planches d’intention, avant même que l’architecte ait gagné le marché, ce qui nous permet d’affiner nos propositions techniques et esthétiques, pour répondre au plus près du geste créatif. » Une approche qui a permis à Acta Mobilier de réfléchir, puis de proposer plusieurs dessins de MDF sculpté pour obtenir le drapé voulu, recouvert de plusieurs couches de vernis puis de nacre. Pour l’agenceur, il était tout aussi important de prendre en compte les aspects techniques de ce bar presque carré, de 3 m sur 4 m : conception de la porte d’accès invisible par soulèvement d’une partie du comptoir, intégration des équipements réfrigérés, alimentation en fluides… Pour assurer la pérennité de l’ouvrage, les arêtes des panneaux en nacre ont été protégées par un joint en inox très fin qui ne nuit pas à l’aspect monolithique du bar. La globalité du chantier et la gestion des interfaces ont été confiées à un chef de projet Acta Mobilier, interlocuteur unique des architectes, pour une efficacité maximum des échanges. « Les deux rencontres avec Henryot & Cie et Acta Mobilier ont été formidables, car ce sont des partenaires qui ne disent jamais non, conclut Nicolas Adnet. Cette qualité d’écoute et ce souci du détail, associée à leurs savoir-faire d’exception, créent une véritable « French Touch » que nous apprécions beaucoup. » g Photos : © Marcel Jolibois


Zoom sur l’Ameublement Français

L’alliance des outils numériques et de l’ébénisterie

© Gilles Aymard

Dessinée par Jean-Philippe Nuel, l’architecture d’intérieur du nouveau siège social du laboratoire vétérinaire Boehringer Ingelheim témoigne de l’élargissement des compétences qui sont aujourd’hui demandées aux agenceurs : pouvoir utiliser les plans en 3D de l’architecte pour réaliser ses plans techniques d’exécution, en plus de la maîtrise des procédés traditionnels de fabrication. FRANÇOIS SALANNE

Banque d’accueil en résine de synthèse.

C

’est une architecture d’intérieur pleine de sens qui a été réalisée par Jean-Philippe Nuel pour le nouveau siège du laboratoire vétérinaire Boehringer Ingelheim, situé dans l’immeuble Boréal livré à Lyon en avril dernier. Du point de vue fonctionnel, le 14 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

projet intègre de nombreux bureaux partagés : du fait du développement des outils digitaux - ordinateurs portables, tablettes, smartphones - les collaborateurs travaillent de plus en plus hors de leurs bureaux, ce qui justifie le partage de ces espaces

qui sont de plus en plus partiellement occupés par chacun d’entre eux. Cette redistribution des espaces se fait logiquement au profit des espaces communs dits « collaboratifs » - salons de détente, cafétéria, restaurant d’entreprise - dédiés aux échanges, aux travaux en


Bar en résine de synthèse.

mode projet, et à la création de liens informels entre les collaborateurs, qui sont au centre du projet. Du point de vue de l’atmosphère des lieux, l’architecte d’intérieur a exprimé les valeurs du laboratoire vétérinaire, et plus largement celles du secteur de la santé : « Les agencements réalisés traduisent l’idée de transparence, à travers des aménagements conçus comme des paysages ouverts, l’idée de nature créatrice de bienêtre grâce à des matériaux et tonalités naturelles comme le bois et la pierre, et enfin l’idée de technologie maîtrisée et facteur de progrès, à travers l’utilisation d’un matériau de pointe, la résine de synthèse. »

Banques d’accueil de conception numérique

La traduction de ce « paysage » en agencements a été l’occasion de mettre en évidence les compétences

nouvelles qui sont aujourd’hui demandées aux agenceurs. Pour réaliser les deux îlots monumentaux - une banque d’accueil et un bar - en résine de synthèse blanche, JeanPhilippe Nuel a fait appel à la maîtrise des outils numériques de l’entreprise marseillaise Lazer Agencement, dans le cadre d’une méthode proche du BIM*. « Ces deux îlots imposants se caractérisent par des courbures sophistiquées et des formes organiques qui ont été dessinées en 3D, expliquet-il. Seul un agenceur capable d’intégrer nos dessins dans son système informatique, pour les traduire en plan d’exécution techniques, pouvait parvenir à les réaliser. » De son côté, Lazer Agencement ne cache pas sa satisfaction d’avoir réussi à relever le défi : « La conception de ces deux banques d’accueil a exigé pas moins de 25 jours de programmation et des centaines de plans

Auditorium.

© Gilles Aymard

© Gilles Aymard

Zoom sur l’Ameublement Français

informatiques échangés puis validés avec le bureau d’études de l’architecte, souffle Richard Tcherkezian, son directeur général. Ensuite, l’usinage et le thermoformage des différentes pièces a exigé environ 900 heures de travail. » Les ouvrages ont ensuite été assemblés sur site, sans aucun raccord visible pour obtenir un aspect monolithique. Un exercice similaire a été mené à bien par Lazer Agencement pour concevoir, développer et réaliser la table de réunion aux LE GUIDE DU CONTRACT 2018 15


© Gilles Trillard

Zoom sur l’Ameublement Français

Claustras du restaurant d’entreprise.

Claustras courbes et acoustiques

En parallèle, ce sont les compétences en ébénisterie des deux agenceurs Lazer et le groupe SAGA - HASAP qui ont été mobilisées pour la réalisation des claustras courbes qui complètent le « paysage » du hall d’accueil et du restaurant d’entreprise. « Cette seconde partie du projet était plus classique, tout en étant complexe en raison des nombreuses intégrations, et pointue en termes décoratifs » commente Richard Tcherkezian. Ces parois de grandes dimensions en forme 16 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

© Gilles Trillard

formes organiques, également en résine de synthèse blanche, qui trône dans la salle du Conseil d’administration du laboratoire.

Salle du Conseil d’administration.

de « S » ont été réalisées tantôt en bois massif, tantôt en placage de chêne, en répondant par un échange d’échantillons à l’intention décorative de l’architecte d’intérieur, jusqu’à choisir une tonalité de chêne teinté gris fondue dans la douceur de l’ensemble. Des banquettes de cuir, suivant les lignes courbes, ainsi que des ajourements ou meurtrières synonymes de transparence, ont été intégrés aux claustras, sans oublier des panneaux acoustiques

pour réduire le volume sonore du restaurant d’entreprise. L’agenceur a également pris en charge la réalisation de l’auditorium, tout en finition bois, en prenant en compte les exigences acoustiques particulièrement pointues de ce type d’espace. « La cohabitation de compétences liées au dessin en 3D et à l’ébénisterie traditionnelle est une des caractéristiques des agenceurs français, conclut Jean-Philippe Nuel. Cette alliance est particulièrement appréciable pour les architectes d’intérieur qui doivent réaliser des projets complexes. » g *Le Building Information Modeling ou BIM est un mode constructif qui repose sur le partage des informations sous forme de plans 3D entre les acteurs de la construction.


Zoom sur l’Ameublement Français

Groupement CONTRACT et HAUTE FACTURE de l’Ameublement Français : un trait d’union pour les projets d’aménagement intérieur Qui sommes-nous ? Notre groupement CONTRACT réunit industriels et artisans du mobilier et de l’agencement, opérant sur les marchés de l’aménagement des cafés, hôtels et restaurants, des sièges sociaux d’entreprises, des établissements de santé et établissements recevant du public, et des domiciles privés. Fabricants de meubles et sièges sur mesure, fabricants de literie, sous-traitants, agenceurs et éditeurs sont les principaux profils de ses membres, sans oublier les ateliers de HAUTE FACTURE, qui appartiennent à l’activité d’artisan d’art dans le domaine du cadre de vie. L’ensemble du groupement représente une centaine d’entreprises qui ont vocation à unir leurs compétences complémentaires au service de la prescription et des architectes d’intérieur. Quelles sont les spécificités de nos membres ? Elles sont pointues : Adaptation aux usages, personnalisation, services, qualités des réalisations, réponses aux exigences, culture, savoir-faire, relationnel voire complicité avec le client et le prescripteur, le secteur CONTRACT est un secteur dédié dans certaines entreprises Quelles sont nos missions ? Le Groupement CONTRACT et HAUTE FACTURE de l’Ameublement Français a pour but de fédé-

rer et d’animer ce secteur économique, en accompagnant les entreprises sur les chantiers de la formation, et dans la conquête de nouveaux marchés, en soutenant notamment leurs initiatives à l’export. Il a également un rôle de valorisation des projets issus de collaborations entre un maître d’ouvrage, un architecte d’intérieur et des fabricants de mobilier ou agenceurs, et de mise en valeur des savoir-faire des entreprises françaises, par des actions de communication ou expositions. Enfin, le groupement est aussi un décrypteur de tendances, qui organise des journées d’études thématiques pour inviter les prescripteurs et leurs partenaires fabricants à anticiper les tendances des marchés de demain, par exemple « Le luxe » en 2016, et « Les lieux hybrides » en 2017. g

Comment nous contacter ? L’Ameublement Français Groupement CONTRACT et HAUTE FACTURE 120 avenue Ledru-Rollin 75011 Paris tél : 01 44 68 18 00 mail : Jarniat.ifa@mobilier.com LE GUIDE DU CONTRACT 2018 17


Mobilier & Agencement •Domocité, Club Chic : des recherches et des résultats (p 20) •Quel restaurant collectif pour demain ? (p 24) •Le lancement de l’opération « French Design » pour valoriser le savoir-faire hexagonal à l’export (p 27) •Une nouvelle plateforme de cotraitance pour l’Ameublement Français (p 27) •Jeunes éditeurs : ces start-up du meuble plébiscitées par le contract (p 28) •Produits mobilier (p 34) •Produits literie (p 36)

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 19


Mobilier & Agencement / Réflexions

Domocité, Club Chic : des recherches et des résultats Des projets concrets réalisés dans le cadre du Club Chic aux programmes de recherche prospectifs développés par le laboratoire d’idées Domocité, la journée qui s’est déroulée fin 2016 à l’Afpia de Lyon a démontré le dynamisme qui caractérise les entreprises des aménagements des espaces de vie en RhôneAlpes sur le marché du contract. Le tout en suivant une orientation majeure : décloisonner la fabrication pour la connecter avec les designers et architectes d’intérieur, autrement dit passer du produit au projet. FRANÇOIS SALANNE

O

rganisée par Domocité et le Club Chic, deux entités de l’Ameublement Français, sous la houlette de leur animateur Philippe Jarniat, la manifestation, qui a eu lieu le 9 décembre 2016 à l’AFPIA de Lyon – grâce au soutien du Codifab et d’EcoMobilier - tenait à la fois du bilan et de la perspective. En effet, la bonne centaine de participants présents ont pu d’une part prendre connaissance des projets concrets réalisés dans le cadre du Club Chic, qui réunit un réseau d’entreprises de l’aménagement des espaces de vie, et d’autre part des travaux de recherche réalisés par le laboratoire d’idées Domocité, qui réunit des designers, architectes et architectes d’intérieur. « S’il faut retenir une ou deux idées essentielles de cette journée, le plus important est de mesurer l’importance du travail en réseau pour réussir dans le contract, et l’importance de s’interroger

20 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

sur les attentes réelles et à venir des utilisateurs, en menant des travaux de recherche, déclarait Philippe Jarniat, responsable de marché à l’Ameublement Français, en préambule. Tous les intervenants du jour, à leur manière, illustrent ces deux engagements du Club Chic et de Domocité. »

Club Chic : ensemble pour gagner des marchés

Comme le rappelait Gérard Gabert, à la tête de Sellerie du Pilat, une entreprise spécialisée dans le siège et l’agencement, le Club Chic est né de l’idée de se réunir pour travailler en réseau et décrocher ensemble de nouveaux marchés : « A la création de notre club il y 4 ans, nous étions une douzaine de personnes, et nous sommes aujourd’hui 150 appartenant à des entreprises de toutes tailles, avec des métiers différents mais liés au contract. Il y a un an |vers la

fin 2015 ndlr], les architectes d’intérieur du CFAI nous ont rejoint, ce qui traduit une dynamique croissante, d’autant plus qu’ils ont des apporteurs d’affaires. » L’intervenant précisait que le schéma classique de fonctionnement associe un créateur (architecte d’intérieur, designer…) et une entreprise, afin d’apporter une réponse à un client, ce qui permet de valoriser les compétences de chacun dans un esprit solidaire, un gage de bon déroulement et de qualité pour le projet. Un fonctionnement qui a déjà fait ses preuves, comme l’a montré la sélection de projets présentés tout au long de la journée. Le premier exemple évoqué était celui des triporteurs pour la distribution des cafés Nespresso, dont l’entreprise de menuiserie La Fabrique a obtenu le marché. Pour réaliser les parasols dont ils sont coiffés, son dirigeant Fabrice Poncet a fait appel à la Sellerie du Pilat, qui s’est elle-même rapprochée


Mobilier & Agencement / Réflexions de Sovilec, une entreprise qui a été capable de réaliser l’impression et le traitement pour l’extérieur apportés au tissu. Autre illustration de ce travail en réseau, la rénovation du restaurant – et notamment du bar monumental de 30 mètres – de l’hôtel Radisson Blu de Lyon a été confiée à l’entreprise d’aménagement des espaces intérieurs Tetris, qui a elle-même fait appel à la société Les Etains de Lyon, membre du Club. « Le client avait prévu de refaire son bar en zinc, mais nous lui avons expliqué pourquoi l’étain était bien plus approprié pour ce type d’ouvrage, et nous avons remporté le marché, se félicitait Joffrey Bernard, le patron de Tetris. Après, la phase chantier a dû être réalisée en un temps record pour la réouverture de l’hôtel. » Autre exemple parmi bien d’autres, 5 entreprises du Club Chic – Tetris, Mirima, Ferrari, Matière Grise et Sellerie du Pilat – se sont vu confier la réalisation de la Galerie des savoir-faire, un espace décliné en totems qui sera proposé dans le cadre du prochain salon Sirha de Lyon, un projet très emblématique du fonctionnement du Club, puisque réalisé de façon collective et signé de l’architecte d’intérieur CFAI Emilie Chausy.

Domocité : imaginer les solutions de demain Pour présenter Domocité, le président de la délégation Sud-est de l’Ameublement Français Philippe Moreau évoquait un « laboratoire

La rénovation du restaurant - et notamment du bar monumental de 30 mètres de l’hôtel Radisson Blu de Lyon a été confiée à l’entreprise d’aménagement des espaces intérieurs Tetris, qui a elle-même fait appel à la société Les Etains de Lyon, membre du Club.

de recherche sur les aménagements à l’horizon 2016-2020, lancé par 4 industriels il y a deux ans, et qui réunit des designers, des architectes d’intérieur, des architectes, pour décrypter les tendances de l’habitat. » Ici encore, beaucoup de chemin a été parcouru depuis : « Sa fonction est de faire émerger des idées et des concepts de façon transversale, en associant les concepteurs et les fabricants, les produits qui répondent aux problématiques mises à jour doivent venir dans un second temps », expliquait-il. Pour ces deux premières années d’existence, Domocité avait proposé à ses membres de plancher sur un thème aujourd’hui porteur, les aménagements des petits espaces, ce qui a donné lieu à différents programmes de recherche et initiatives restitués pendant la journée. Ainsi, un workshop

« Immersive Day » avait été organisé par Eric Fache et François-Xavier Tesson (groupe Fournier – Mobalpa) sur le thème des espaces contraints. « Au lieu de nous focaliser uniquement sur les meubles, nous avons construit une réflexion sur la façon d’habiter des nouvelles générations, qui demandent notamment de la flexibilité, de l’automatisme et de l’intuition, et plus encore un environnement prévenant, qui prend soin de l’occupant, une dimension à fort potentiel », expliquait Eric Fache. Parmi les programmes de recherche présentés, l’architecte d’intérieur Didier Epain a imaginé un projet d’habitat monoparental avec un enfant le week-end, un phénomène sociologique répandu. Dans un espace urbain restreint, les parois coulissent pour créer des espaces privatifs pour le travail à domicile, les activités communes, ou LE GUIDE DU CONTRACT 2018 21


Mobilier & Agencement / Réflexions encore le coucher. Quant au duo Charlotte Bollard et Victoria Torikian, elles ont réfléchi à des scénarios de vie pour un logement étudiant d’une surface de 18 à 30 m² : dans cette formule innovante, les différents modules qui compose l’habitat – kit travail, kit nuit, kit détente… – sont à commander sur Internet, en fonction du mode de vie envisagé, à monter soi-même, et à emporter avec soi une fois le cursus terminé pour laisser place à l’étudiant suivant. Autre réflexion sur les espaces contraints, le quatuor d’architectes d’intérieur Sylvie Vergnais, Isabelle Marion, Isabelle Sengel et Emmanuel Acquette ont réinventé la résidence hôtelière, en proposant un programme de rénovation modulaire en deux scénarios économique (sur 30 m²) ou luxueux (sur 60 m²), avec une optimisation de l’espace pour accueillir toutes les fonctions nécessaires à

un séjour familial. On pourrait ici rajouter l’exemple de l’Habitat Senior, un concept d’appartement aménagé dans l’ergonomie et la sécurité pour les personnes vieillissantes par 14 partenaires industriels, et déjà proposé par un important donneur d’ordre du marché.

De l’objet au projet

Comme le soulignait Philippe Jarniat, les fabricants de meubles doivent aujourd’hui décloisonner leur activité, et travailler de plus en plus avec des concepteurs, architectes d’intérieurs, designers et agenceurs, pour imaginer et produire ensemble des espaces qui créent de la valeur ajoutée en répondant aux vrais besoins. La présence remarquée, à cette journée du 9 décembre 2016, de Pôle Action, une association d’architectes d’intérieurs CFAI qui oeuvrent à la promotion de leur métier

au plan régional avec les fabricants de meubles et les fournisseurs, est une autre traduction de cette tendance. « Il nous faut aujourd’hui passer de l’objet au projet, ce qui est un axe fort du projet 2016-2020 de l’Ameublement Français, résumait Dominique Weber, son président. Il faut aujourd’hui intégrer la dimension de l’usage, et sortir du lot séparé pour proposer des solutions globales, ce qui est vrai pour les aménagements en général, et à fortiori pour le contract. Avec le Club Chic et Domocité, nous avons un modèle qui fonctionne déjà en région Rhône-Alpes, mais la Vendée et l’Alsace bougent aussi, à nous de le généraliser partout en France. » Concevoir et fabriquer aujourd’hui comme le fait le Club Chic, et imaginer demain, comme le fait Domocité, sont donc les deux faces d’une même médaille. g

Club Chic : Fermob et le groupe hôtelier Jols, une affaire qui roule ! Parmi les témoignages marquants de la journée, Bernard Reybier, le PDG de Fermob, et Jean-Yves Carpentier, le patron du groupe hôtelier Jols, qui gère trois restaurants dans l’agglomération lyonnaise, évoquaient leur collaboration de 15 ans. « Avec les produits Fermob, nous avons trouvé une qualité de fabrication, une sobriété, et un matériau durable et recyclable, le métal pour l’intérieur et l’extérieur », expliquait le restaurateur. De son côté, le fabricant évoquait la nécessité d’être à l’écoute de son client : « A la demande de Jols, nous avons reconditionné certains produits Bernard Reybier et Jean-Yves Carpentier. en refaisant la finition, et nous avons aussi adapté les piétements de nos tables et chaises pour ne pas qu’ils puissent passer entre les planches des terrasses, répondait Bernard Reybier. C’est notre identité de fabricant qui nous permet d’apporter des réponses personnalisées. » Un exemple de la valeur ajoutée que le mobilier peut apporter au secteur hôtelier.

22 LE GUIDE DU CONTRACT 2018


Mobilier & Agencement / Réflexions

Quel restaurant collectif pour demain ? Volonté de polyvalence et de modularité, élargissement des horaires d’ouverture, optimisation des espaces… les établissements de restauration collective se préparent à de profondes mutations. Pour y voir plus clair, le groupement Collectivités de l’Ameublement Français a réuni les acteurs de la filière dans le cadre d’une journée d’études, le 26 avril dernier à Paris, avec un objectif majeur : imaginer des aménagements qui répondent aux attentes du restaurant collectif de demain. FRANÇOIS SALANNE

Q

uel est l’avenir du restaurant collectif et de quels aménagements aurat-il besoin demain ? Telle était la thématique centrale de la journée organisée par L’Ameublement Français le 26 avril 2017 - « Cantine, self… et après ? » - à son siège parisien. « Notre premier objectif était de réunir les différents acteurs de cette filière - exploitants, bureaux d’études, designers, acheteurs et fabricants de meubles et d’aménagements, pour réfléchir ensemble à l’avenir de ce marché, précise Philippe Jarniat, chef de marché à l’Ameublement Français, et organisateur de l’événement. Ce premier objectif a été atteint, mais nous aurions souhaité la présence de davantage de fabricants. » En effet, comme beaucoup de lieux de vie, les restaurants collectifs, c’està-dire ceux qui relèvent des différents secteurs scolaire, universitaire, hospitalier, mais aussi des administrations et 24 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

des entreprises - sont en plein bouleversement : étant donné la pression immobilière croissante, en particulier en centre ville, et la course à la rentabilité de tous ces organismes et entreprises privées, il n’est plus concevable de n’utiliser ces lieux que deux heures par jour, entre midi et deux heures, pour la prise des repas. En conséquence, les exploitants de ces quelques 42 000 établissements en France réfléchissent à des aménagements nouveaux, qui rendent ces lieux polyvalents, pour pouvoir les utiliser aussi pour travailler, se réunir, ou pour des activités annexes de loisirs.

Une restauration collective en mutation

Cette journée a été l’occasion de donner la parole aux concepteurs et exploitants de restaurants collectifs, afin de cerner leurs besoins, pour faire émerger des solutions. L’une des problématiques rencontrées est la baisse de

fréquentation de ces lieux de restauration, ce qui est réellement impactant pour les exploitants, car ces espaces coûtent cher en location, en charges fixes, et en entretien. « Nous constations que les convives, notamment en restauration d’entreprise et universitaire, ont tendance à déjeuner à l’extérieur, parce que ces lieux ne sont plus attractifs, relève ainsi Marc Grandmougin, de l’association de consultants en restauration collective FSCI. Aujourd’hui, on travaille de façon nomade avec son ordinateur portable ou sa tablette, à tout moment de la journée y compris pendant le déjeuner. Il faut des espaces adaptés à ces nouveaux usages. » Prenant la parole à son tour, Eric Lepêcheur, président de Restau Co, qui réunit des gestionnaires de restaurants collectifs autogérés, a fait part des initiatives qu’il a prises pour transformer son établissement au sein du groupe bancaire BNP Paribas : « La décoration très vive d’hier a laissé place


Mobilier & Agencement / Réflexions notamment le temps d’attente : il sera bientôt possible de commander son repas par « click and collect », et de la même façon l’encaissement pourra être automatisé, grâce à des puces sur les plats qui débiteront les montants correspondant sur le compte de l’utilisateur.

Tirer le marché vers le haut

Luna, Simire.

Siloe, MMO.

à des couleurs plus fondues, pour inviter les convives à rester plus longtemps, avant ou après le repas, explique-t-il. D’autre part, les espaces sont multi-modaux : grâce à des tables pliantes et réglables en hauteur, des chaises légères, des cloisons amovibles, il est possible de modifier les aménagements pour en faire une salle de réunion, ou un espace événementiel. » Le marché s’oriente donc vers une transformation profonde, au point qu’il faudra sans doute trouver une nouvelle appellation pour remplacer celle de « restaurant collectif », devenu trop restrictive. « Il faudra imaginer de nouvelles formes de restauration

qui s’ajouteront au repas traditionnel, de type snacking, et proposées tout au long de la journée, pour s’adapter à la déstructuration des horaires de travail, ajoute Sarah Jafarshad Rajaei, directrice de l’agence Bleu Vert Concept, spécialisée dans la conception des espaces de restauration. Pour ce faire, il faudra imaginer un mobilier adapté, à la bonne hauteur pour pouvoir à la fois déposer un plateau repas, et travailler dans une position détendue. » Un travail important devra aussi être fait pour améliorer l’ambiance de ces espaces - au niveau des matériaux, de l’acoustique, de la décoration, de l’éclairage… - afin de donner envie d’y rester plus longtemps et de marquer une vraie rupture avec les locaux de travail ou de cours. Le tout en respectant les contraintes de sécurité d’un restaurant collectif - évacuation, normes anti-feu, etc… - ce qui correspond à une équation architecturale complexe. Enfin, le digital devrait permettre de son côté d’améliorer la qualité de service, en réduisant

Dans ce contexte, les fabricants de meubles et d’aménagements de l’Ameublement Français ont un rôle à jouer : « Cette journée a confirmé que les exploitants d’établissements collectifs attendent autre chose, et que les prescripteurs ont beaucoup d’idées pour faire évoluer ces espaces, ajoute Philippe Jarniat. A nous de saisir la balle au bond et d’élaborer des concepts qui intègrent les évolutions des usagers, en réfléchissant de façon séparée à des solutions dédiées aux secteurs du lycée, de l’enseignement supérieur ou de l’entreprise. Notre idée est de faire évoluer les habitudes des acheteurs notamment publics, et d’accompagner les exploitants dans la valorisation de leur établissement. » Les fabricants spécialisés sur ce segment de marché, notamment les membres du groupement Collectivité de l’Ameublement français - Simire, Magne, Rodet, MMO… - ont donc tout intérêt à réfléchir ensemble au développement de nouveaux concepts et de nouvelles typologies de produits (tables et chaises pliantes, claustras, parois amovibles et acoustiques, sièges LE GUIDE DU CONTRACT 2018 25


Mobilier & Agencement / Réflexions multifonctions…) D’autres s’y intéressent, à l’image d’un Burov-Leleu : « Nous sommes aujourd’hui présents dans les aménagements tertiaires, pour lesquels nous fabriquons des solutions d’assises aussi bien standard que spécifiques à partir des plans fournis par l’agenceur, explique Annie Hartard, responsable commerciale du groupe. Rien ne nous empêche demain d’étendre notre prestation à l’espace de restauration collective, en fabricant par exemple des banquettes sur mesure pour habiller les murs,

tandis que le centre de la pièce bénéficie d’aménagements mobiles dans un esprit multimodal. » La journée d’études a aussi fait émerger le critère environnemental, qui est aujourd’hui trop peu présent dans les procédures d’appel d’offres de mobilier collectif : les fabricants adhérents à l’organisme de collecte et valorisation du mobilier professionnel Valdelia, également partenaire de l’événement, ont aussi une carte à jouer auprès des acheteurs, pour répondre aux attentes

des exploitants en matière de valorisation écologique de la restauration collective. « L’idéal serait de parvenir à une coconception du mobilier et des aménagements, pour chaque projet, avec les prescripteurs et les exploitants, conclut Philippe Jarniat, ce qui permettrait de répondre aux attentes à la fois des gestionnaires des établissements et des utilisateurs finaux. » Après cette première pierre posée le 26 avril, une nouvelle journée d’études devait être programmée d’ici la fin de cette année par l’Ameublement Français. g

Philippe Lacharnay, directeur général adjoint de Simire, président du groupement Collectivités de l’Ameublement Français : « Enrichir les cahiers des charges en restauration collective » Quel est votre retour sur ces réflexions du 26 avril ? Je crois qu’elles ont été très utiles, en ce qu’elles nous ont donné beaucoup d’informations quantitatives sur le marché de la restauration collective, sur les défis rencontrés et sur attentes des gestionnaires de ces établissements. Nous voyons bien que des bouleversements sont à venir, et il est très important pour nous, entreprises de fabrication, de pouvoir les comprendre le plus en amont possible pour pouvoir anticiper les évolutions de la demande. Quel regard portez-vous sur le mobilier collectif d’aujourd’hui ? Je dirais que le mobilier actuel remplit une fonction minimale, à savoir de pouvoir s’asseoir, 26 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

poser son plateau repas et déjeuner. Mais il semble que les convives d’aujourd’hui en demandent plus - pouvoir travailler, se réunir, recevoir des clients, pratiquer des loisirs, etc… de même que les gestionnaires qui veulent optimiser l’utilisation de leur établissement. Je les invite donc à être plus exigeants dans leurs appels d’offre, et à demander du mobilier ou des aménagements modulaires et multifonctions, au design plus créatif et éco-conçu, que nous pouvons fabriquer pour eux. Quelle peut être l’action du groupement Collectivités de l’Ameublement Français ? Nous pouvons réfléchir

ensemble à l’élaboration de solutions d’aménagement type, qui prennent en compte les différents scénarios d’utilisation des espaces du restaurant collectif, et les restituer en direction des donneurs d’ordres de ce marché, ou encore mieux, inclure ces derniers dans notre réflexion. Il y a là pour eux un schéma alternatif possible aux appels d’offres tels qu’ils sont reproduits de façon un peu mécanique, et un moyen de se différencier en créant de la valeur ajoutée pour leur établissement. Tel sera l’objectif des prochaines journées organisées par le groupement Collectivités. g


Mobilier & Agencement / Actualités LE LANCEMENT DE L’OPÉRATION « FRENCH DESIGN » POUR VALORISER LE SAVOIR-FAIRE HEXAGONAL À L’EXPORT

Une nouvelle plateforme de cotraitance pour l’Ameublement Français

Dans les allées du salon Maison&Objet de janvier 2017, la grande nouveauté a été le lancement de l’opération French Design, issue d’un partenariat entre la Safi et le Via, sous l’égide de l’Ameublement Français et avec le soutien du Codifab. On sait que Maison&Objet attire – en particulier dans son édition de janvier - un nombre important de fabricants français au profil créatif, membres de l’Ameublement Français, qui sont positionnés, en plus du négoce, sur la prescription et surtout l’export. « L’opération French Design a pour but de soutenir les fabricants et le design français à l’export, en mettant un coup de projecteur sur ce qui fait la spécificité de la création française, pour aider les acheteurs à mieux l’identifier, expliquait Jean-Paul Bath, le directeur général du Via. Nous

En novembre 2016, l’Ameublement Français a mis en ligne sa plateforme dédiée à la cotraitance. Ses objectifs ? Améliorer les relations de sous-traitance entre adhérents (industriels de l’ameublement ainsi qu’agenceurs) et être disponible auprès de donneurs d’ordre extérieurs. Qui peut y participer ? Les profils sont nombreux : > Les adhérents de l’AF (industriels, agenceurs… L’inscription est gratuite) ; > Les sous-traitants adhérents de l’AF (inscription également gratuite) ; > Les sous-traitants d’adhérents de l’AF, qui recherchent de nouveaux clients : ils peuvent adhérer à cette plateforme pour rencontrer de nouveaux partenaires commerciaux ; > Enfin, les clients « donneurs d’ordre » : pour rechercher un sous-traitant, ils peuvent faire une recherche et diffuser une annonce. L’algorithme de recherche leur fera des propositions de mise en relation gratuitement (pas d’adhésion). g

Exposition No Taste For Bad Taste.

avons sélectionné 25 fabricants et éditeurs, dont les stands étaient siglés French Design et Ameublement Français, et ainsi réunis dans un parcours commun. » Sans qu’il soit possible de les citer tous, ces fabricants ou éditeurs allaient de Burov à Gautier, de Dasras à Perrouin en passant par Taillardat et Duvivier… Il s’agissait, en fait, de la première étape d’une opération qui avait démarré plus d’un an auparavant. Le Via avait interviewé un collège de 40 experts - du monde du design de l’édition, du luxe… pour leur demander ce qui fait la « french touch » en matière de design, ce qui avait

ensuite permis de définir une dizaine de critères communs comme l’élégance, le savoir-faire, l’alliance de la créativité et de la faisabilité technique… En parallèle, une pièce emblématique avait été retenue pour chacun des 38 fabricants retenus, ce qui a ensuite fourni le contenu d’une exposition itinérante internationale, qui fut présentée pour la première fois à l’Institut Français de Milan, pendant la semaine du design en avril 2017. L’opération, qui a pour slogan « no taste for bad taste », a ensuite été étendue dans le temps, afin de devenir structurante pour la fabrication française… g

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 27


Mobilier & Agencement / Dossier

Jeunes éditeurs : ces start-up du meuble plébiscitées par le contract Ils n’ont pas d’usine mais un volant de sous-traitants, ne possèdent pas de magasins en propre mais des revendeurs et prescripteurs dans le monde entier ; ils privilégient le meuble de créateur, leur ligne éditoriale, fonctionnent en petites équipes et font la chasse aux coûts fixes… et pour rien au monde, ils n’abandonneraient leurs structures agiles et leur indépendance. En étant capables de fournir des produits différenciants et une souplesse de fabrication qui inclut le sur-mesure, ces jeunes éditeurs français s’intéressent particulièrement au marché du contract et travaillent déjà, en général, avec les architectes et autres décorateurs. FRANÇOIS SALANNE

I

ls ont pour nom Hartô, La Chance, Objekto, Saint-Luc, Moustache, Petite Friture, Manufacture du Design, ou parfois le nom de leur créateur, comme Haymann Editions… et sont autant de petites marques qui montent. Les jeunes maisons d’éditions françaises, dont les plus anciennes ont à peine une quinzaine d’années, et les plus récentes quatre ou cinq ans seulement, sont de plus en plus visibles dans le paysage du meuble, comme en témoignent leur présence pour certains d’entre eux avec des stands conséquents sur Now ! Design à vivre (Maison&Objet) de janvier dernier, ou pour d’autres encore sur un stand collectif lors du salon du meuble de Milan 2017. Ils ont aussi fait l’objet d’une exposition - Design Addicts - à la galerie du VIA en novembre 2016, et l’Ameublement Français a créé

28

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Fauteuil Paulistano (Paulo Mendes da Rocha, Objekto).

à leur attention un nouveau groupement de spécialité. Mais qui sont ces jeunes éditeurs ? Quel est leur fonctionnement et quels sont leurs projets ? Voici quelques éléments de réponse.

La valeur ajoutée de la création

La première caractéristique de cette jeune édition est de créer une valeur ajoutée par

une création authentique, qui ne consiste pas seulement à suivre le mouvement ou la tendance, mais à creuser son propre sillon. Ce positionnement se traduit par le fait de faire travailler des designers, souvent de la jeune génération, français aussi bien qu’étrangers. « Notre vision consiste à éditer des pièces expressives, dont la structure est souvent apparente, et intégrant un jeu sur différents matériaux, explique ainsi Jean-Baptiste Souletie, directeur associé de La Chance, qui a un peu plus de cinq ans d’existence. Nous confions un cahier des charges aux designers dont nous aimons le travail, puis nous développons avec eux le produit, de façon à ce qu’il s’intègre harmonieusement dans la collection. » En travaillant ainsi au coup de cœur, chacune de ces marques définit son territoire


Mobilier & Agencement / Dossier propre, ce dont Objekto est un bon exemple : « La culture d’origine de notre collection, c’est le design brésilien, dont personne ne s’occupait vraiment avant nous, témoigne Guillaume Leman, l’un des trois co-fondateurs de la maison d’édition. Ainsi, notre best seller, le fauteuil Paulistano, a été dessiné par Paulo Mendes da Rocha en 1957, et édité pour la première fois par nous en 2004. » Quoi qu’il en soit, c’est bien cette volonté de sortir des sentiers battus qui fait leur force : « Je suis animé par une volonté de faire les choses différemment, affirme David Haymann (Haymann Editions). Toute notre collection se compose de grosses pièces qui relèvent d’un design essentiel, très dépouillé, et sont complétées par des petites pièces plus décoratives, comme le fait la mode qui joue sur les accessoires pour compléter un vêtement. » Bien entendu, un tel positionnement implique de résister aux effets de mode, de ne pas éditer un produit dont on sait qu’il se vendra bien mais à court terme, au profit d’un produit plus original, avec son caractère propre, dont les meilleurs ont une chance de devenir des « classiques ». Il n’y a cependant rien de systématique dans ce fonctionnement : certains éditeurs font le choix de la rareté - par exemple un ou deux produits seulement édités par an pour Objekto tandis que d’autres ont plus une logique de collection et de renouvellement : « Nous essayons de sortir une quinzaine de nouveautés par an,

Canapé Max (Charles Kalpakian, Haymann Editions).

créées par des designers indépendants, ou par notre équipe interne, que je dirige avec deux jeunes designers. Je reçois entre 2 et 10 projets par semaine, et nous sélectionnons et développons les projets qui nous plaisent, et sont conformes à notre ligne éditoriale », explique Mathieu Galard, design manager de Hartô, qui a vu le jour il y a quatre ans. Ce souci de l’esthétique n’exclut pas de miser aussi sur la fonctionnalité, en développant des produits répondant avant tout à un usage, ce que fait Manufacture du design (groupe Cider), davantage spécialisée sur les secteurs tertiaires et contract : « Le Groupe Cider consacre chaque année un budget important dans la conduite d’études de marché, pour identifier les besoins précis des utilisateurs, explique son directeur général Robert Acouri. C’est ainsi que nous avons édité en 2015 la collection « Pentagone », une mini-architecture entourée de cloisons acoustiques, puis

l’année suivante la collection « Woodleg » un bureau qui fait appel au bois pour répondre à la problématique de recyclabilité des produits. »

Faire fabriquer plutôt que fabriquer

La jeune génération d’éditeurs a fait le choix de ne pas ouvrir d’usine - sauf exception - pour des raisons compréhensibles : éviter un investissement lourd qui les condamnerait à des coûts fixes élevés en matériels et en salariés, qu’il faut ensuite rentabiliser par des volumes produits et vendus. Tout au contraire, ils ne jurent que par la souplesse et la flexibilité, et même une certaine agilité de l’entreprise : « Le fait d’avoir une usine, impose souvent de travailler majoritairement avec le matériau - bois, métal - dans lequel on s’est équipé, argumente Jean-Baptiste Souletie (La Chance). En tant qu’éditeur, au contraire, il est possible de faire appel à des partenaires fabricants de toutes les filières, ce qui ne donne pas de limites LE GUIDE DU CONTRACT 2018

29


Mobilier & Agencement / Dossier

Buffet Marius (Pierre-François Dubois, Hartô).

à la création. » Et ce qui ouvre aussi sur une sous-traitance sans frontières, qui se trouve aussi bien en France qu’à l’étranger, selon des critères de qualité et de coûts. Ainsi, La Chance va chercher ses partenaires fabricants selon une géographie européenne bien connue : le bois dans la région d’Udine en Italie, le cristal en République Tchèque, le marbre au Portugal, etc. De même, Haymann Editions travaille essentiellement avec l’Italie, où elle a trouvé, pour le travail du bois et du cuir, un volant d’artisans à la fois exigeants, réactifs et fonctionnant en réseau. Mais il existe aussi une sous-traitance de qualité en France, et des jeunes éditeurs qui y recourent, à l’image de Petite Friture, qui travaille avec plus de 50 % de fabricants français. Le meilleur exemple est peut-être celui d’Objekto : « Pendant les premières années d’activité, nous avons fait fabriquer au Brésil, où se trouvaient les racines de notre design, raconte Guillaume Leman, mais l’instabilité de la monnaie locale et les coûts fluctuant des fournisseurs nous ont joué des tours, sans 30

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

parler les problèmes de qualité amplifiés par la distance. Nous avons donc décidé de rapatrier toute la fabrication en France et en Europe, et de nous établir en région PACA, où nous avons aujourd’hui notre lieu de stockage. » L’éditeur fait aujourd’hui fabriquer son cuir à Rodez, chez l’un des derniers tanneurs à pratiquer le tannage végétal, son acier inox dans un groupe savoyard, la façon des housses en cuir est réalisée près de Nantes, et celles des housses en tissu à côté d’Aubagne… Bien entendu, ce type de fonctionnement exige une logistique performante : Hartô par exemple, réunit les produits de ses différents sous-traitants chez son partenaire menuisier implanté au Portugal, et privilégie le flux tendu pour réduire ses volumes de stockage. La gestion des flux, le stockage, la préparation de commandes peuvent aussi être sous-traités à un partenaire logisticien. Il arrive que certains jeunes éditeurs fabriquent euxmêmes une partie de leurs produits, comme c’est le cas de la Manufacture du Design : pour fabriquer ses produits innovants, l’entreprise a réa-

lisé des investissements industriels, notamment dans des moules pour les procédés par injection. Les produits de la marque bénéficient également des différents partenaires sous-traitants de spécialité du groupe Cider auquel elle appartient, dans l’injection du polyester, le travail de l’aluminium, l’usinage du bois ou encore la découpe laser du métal. Dans ce paysage, Saint-Luc fait figure d’exception, puisque cet éditeur né il y a six ans seulement fabrique lui-même à partir d’un transfert de technologie issu de la sous-traitance du secteur automobile : « Mon idée de départ est d’utiliser de la fibre végétale - lin, jute - dans une résine thermoplastique qui sert de matrice pour obtenir un matériau à la fois très résistant, très esthétique et très écologique, explique Frédéric Morand, le fondateur de la marque. Il s’agit d’un matériau plastique qui a séduit des designers de premier plan comme Jean-Marie Massaud, Jean-Philippe Nuel ou Noé Duchaufour-Lawrance, qui ont dessiné pour nous. » Faute de trouver un partenaire industriel pour développer ses produits, l’éditeur a pris la décision de s’associer avec un autre fabricant du sud de l’Italie - la marque Amura - avec qui il mutualise un ensemble de sous-traitants pour les autres composants de ses produits, notamment les piétements en bois et la sellerie cuir.

Distribution : l’international et le contract

Nées avec leur temps, ces « start-up » du meuble


Mobilier & Agencement / Dossier - positionnées généralement sur le haut de gamme, parfois sur le moyen de gamme - ont misé dès le départ sur un développement à l’export, où elles réalisent la majorité de leur chiffre d’affaires : 60 % pour Hartô, 65 % pour Haymann Editions, 80 % pour Objekto… Leur distribution s’appuie sur un réseau de revendeurs - boutiques, concept stores… - situés en France, mais surtout à l’international, positionnés dans le meuble design, avec parfois des partenariats avec des acteurs importants de la distribution locale, qui peuvent référencer les produits dans l’ensemble de leurs points de vente. En parallèle, toutes ces maisons d’éditions s’intéressent aussi, et travaillent déjà en général avec la prescription - architectes, décorateurs… sur le marché du contract, qui est demandeur de produits différenciants, et d’une souplesse de fabrication qui inclut le sur mesure. Distribution et prescription travaillent d’ailleurs souvent ensemble : « Certaines commandes volumétriques de nos revendeurs montrent que les produits sont achetés dans un logique d’ensemblier, et sont destinés à un archi-

Fauteuil Coach (Jean-Marie Massaud, Saint-Luc).

tecte pour un projet précis », ajoute Jean-Baptiste Souletie (La Chance). Essentiellement présent sur le contract, notamment les grands projets tertiaires, le groupe Cider inclut les créations de la Manufacture du Design, dont il est distributeur exclusif, en contrepoint de ses propres produits et d’autres marques qu’elle peut distribuer dans le cadre de ses offres globales d’aménagement. Si elles font partie de la génération Internet, force est de constater que les jeunes maisons d’édition continuent de miser sur le revendeur et son magasin, davantage que sur la vente en ligne.

Table Duales (Noé Duchaufour-Lawrance, Saint-Luc).

« Quand la marque est encore peu connue, et que les produits atteignent un certain prix, il reste difficile de vendre sur Internet, explique David Haymann. Nous ne sommes pas dans l’achat d’impulsion. » En revanche, les ventes sur Internet passent par les revendeurs, dont la quasi-totalité d’entre eux ont aujourd’hui un site marchand, parallèlement à leur boutique physique. En définitive, la présence des jeunes éditeurs sur le net peut prendre la forme d’un site marchand, pour répondre aux demandes dans les pays où ils n’ont pas de revendeurs, et celle d’un référencement sur les sites marchands de référence en matière de vente de mobilier de grandes marques, à condition d’appliquer une transparence sur les prix. Etant donné leur implantation progressive dans le paysage du meuble, et leur croissance rapide pour certains, les jeunes éditeurs semblent avoir créé un modèle économique viable appelé à se développer, et à créer de plus en plus d’activité pour leurs partenaires fabricants, en France et en Europe. Parmi leurs points communs, figure la passion du mobilier, souvent partagée, puisqu’ils fonctionnent souvent en binômes, composés de deux associés, et en réseau, ce qui préfigure ce que sera la production de demain. Ils ont aussi la volonté de conserver une grande agilité, en réduisant au maximum leurs coûts fixes et en équipes réduites, pour pouvoir évoluer en permanence, et éviter le piège de la répétition. g

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

31


Mobilier & Agencement / Produits mobilier

Célio

Les meubles du fabricant Célio proposent deux solutions pour s’adapter à tous les projets professionnels : > Une gamme claire et complète, conçue pour répondre aux demandes de mobilier et de solutions d’aménagement pour l’hôtellerie et les résidences ; > Des créations sur-mesure réalisées sur demande, dans le cadre de projets d’architectes et de décorateurs.

© Michel Denance

Exemple de réalisation Célio dans une chambre d’hôtel (tête de lit, dressing, porte-valise, bureau).

Moissonnier

L’hôtel 5 étoiles Villa Lara de Bayeux, en Normandie, a choisi Moissonnier pour aménager, entre autres, son bureau de réception. Celui-ci est en réalité une table baroque italienne XVIIIe siècle en hêtre laqué noir, dont les pieds richement décorés de fleurs et de feuillage se terminent en pattes de lion en bois sculpté posés sur socle, le tout enrichi d’une entretoise. Au premier plan, la table basse Régence, également en hêtre laqué noir.

De Padova

Le fabricant italien a équipé le centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos situé à Kallithea, à quatre kilomètres au Sud d’Athènes. Ici, le lobby spacieux se trouve égayé avec les couleurs vives et chaudes des fameux fauteuils « Basket » enveloppants.

Duvivier

Par son allure rétro, le canapé Courbet de Duvivier évoque l’ambiance des grands hôtels parisiens des années 50. Le choix entre les deux piètements, très différents, permet de renforcer son style ou, à contrario, de I’atténuer.

34 LE GUIDE DU CONTRACT 2018


Mobilier & Agencement / Produits mobilier

Taillardat

Cosentino

Pour équiper le comptoir du bar de l’hôtel Ibis Styles de Laval (53), Cosentino a choisi du Silestone© en coloris Pulsar (épaisseur 1,2 cm). Neuf tranches ont été utilisées, pour plusieurs applications dont le bar, mais aussi le buffet, la partie zone froide et les tablettes.

La Maison Taillardat propose une large collection de mobilier haut-de-gamme célébrant les techniques qui ont fait la renommée du mobilier français à partir du XVIIIe siècle (queue d’aronde, tenons, mortaises…) Les meubles et sièges aux formes traditionnelles et aux finitions travaillées sont fabriqués à partir de matériaux nobles et de bois massifs. L’ensemble de l’offre de l’entreprise est notamment destiné au marché du contract, et particulièrement aux hôtels de luxe. Taillardat a d’ailleurs reçu le prix de l’Ameublement Français 2016, dans la catégorie Palace, pour sa participation à la décoration du nouveau Café Antonia de l’hôtel Le Bristol Paris.

cept ess « BoCon t e e, l’offre e danois ls, restaurants per n ig se n lop hôte par l’e eprises, cation à se déve ais un a 2 ans tr n y e il x e sse au Lancé liers… m act a vo » s’adre e Contr ée aux particu napé Ottawa, Business s. Cette gamm n destin rs : le ca nnel, aux e e io ct iv e ct n e it u ll 2 ch ar es la co nctio ité. ntière d lèle de Multifo ctionnal en paral trouve à la fro Karim Rashid. rt et fon se e confo avec ci n o so ti produit as ra collabo modèle créé en iques, ce s organ module

pt Busin

e BoConc

Fauteuil réalisé pour le lobby de l’hôtel de Crillon (avec Tristan Auer).

Vincent Sheppard

La gamme Joe – devenue phare – du fabricant belge Vincent Sheppard met en avant des chaises aux élégantes formes arrondies, réalisées en Lloyd Loom (usage adapté à l’intérieur ; pour l’extérieur, la collection Gipsy est réalisée, elle, en osier synthétique). Le modèle de salle à manger et l’autre, plus « cocoon », égayent n’importe quelle pièce ou terrasse.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 35


Mobilier & Agencement / Produits literie DÉDICACE, EPÉDA COLLECTION EPÉDA HÔTELLERIE

Epéda et Bultex (groupe Cofel)

L’année dernière, le groupe Cofel a mis en ligne un site web spécialement dédié aux professionnels de l’hôtellerie, voué à leur simplifier le choix et leur faciliter le passage des commandes. Le site literiehotel.fr propose ainsi une gamme de matelas, surmatelas, sommiers et accessoires de lits conçus pour ce secteur d’activité, du plus chic au plus technique. Une équipe de spécialistes hôtellerie accompagne ensuite les clients, de l’étude sur-mesure de leur projet jusqu’à la livraison clé en main… L’offre du groupe dédiée à l’hôtellerie est composée de : - La collection Epéda Dédicace, avec les matelas Hypnose ou Métamorphose et le sommier Multiplis ; - La gamme Epéda Hôtellerie, avec les modèles Pro 5 000 et Pro 1 800 ; - La ligne Bultex Hôtellerie, qui se veut la référence en alvéolaire grâce à sa technologie unique et brevetée, la matière Butex Nano ; - Enfin, Cofel propose tout un ensemble d’accessoires de literie, composé de surmatelas, protège-matelas et couettes.

COLLECTION BULTEX HÔTELLERIE

Thiriez Literie

Le fabricant du Nord de la France a développé une collection de produits destinée exclusivement à l’hôtellerie. Très complète, elle intègre matelas, sommiers et accessoires pour tous les types d’établissements, de l’économique aux 5 étoiles, résidences de vacances… L’offre est multi-technologies (ressorts ensachés, mousse, latex, etc.) pour s’adapter à tous les besoins en termes de couchage. Un grand choix est par ailleurs, proposé au niveau des finitions : surmatelas intégré, bandes air (aération), face été / face hiver, coloris des sommiers et têtes de lit, etc. Ces literies, garanties cinq ans, ont évidemment été étudiées pour répondre aux spécificités de l’hôtellerie en étant dotées de traitements anti-acariens, anti-bactériens, anti-punaises et anti-feu).

36 LE GUIDE DU CONTRACT 2018


Mobilier & Agencement / Produits literie TRECA

Hotelys, Treca, Beautyrest by Simmons et Dunlopillo (Adova Group)

Le groupe Adova décline la qualité et les spécificités de ses différentes marques dans des gammes conçues pour l’hôtellerie : > Treca, orientée sur « l’hôtellerie de charme, de prestige, d’élégance et de tradition française » : outre les particularités qui ont fait la notoriété de la marque (capitonnage intégral, matières nobles, finitions cousues main…), ces matelas intègrent une suspension ressorts ensachés AirSpring, deux coutils au choix (HT02 100 % coton ou HT12 100 % polyester traité non feu) ainsi qu’une double face de couchage. > Beautyrest by Simmons, qui reprend les codes du confort à l’américaine avec des suspensions ressorts ensachés Sensoft, trois niveaux technologiques (No Flip, Double Face, Zip Pillow Top), un piquage moderne et un coutil 8W 100 % polyester traité non feu. > Dunlopillo, spécialisé dans la technologie alvéolaire qui s’adresse particulièrement aux hôtels design et contemporains (piquage moderne, coutil 8W 100 % polyester traité non feu). > Enfin, la collection Hotelys propose une offre de produits « accessible en prix », avec des modèles en mousse HR ou ressorts biconiques et un coutil PRM12 100 % polyester traité non feu.

BEAUTYREST BY SIMMONS

Revor Bedding

La gamme Hotel Line de Revor procure un grand confort avec ses matelas Pillowtop, qui intègrent un surmatelas. Le noyau en ressorts ensachés, à traitement thermique, s’associe à une couche de support double en mousse HR. Le surmatelas, simple ou double, est pourvu d’un rembourrage en thermorégulation : une mousse douce offrant une ventilation supplémentaire.

Hilding Anders

Le matelas Président, certifié non-feu, a été conçu spécialement pour l’hôtellerie. En effet, sa composition en ressorts ensachés (400 ressorts /m²) représente aujourd’hui la technologie très évoluée pour apporter une indépendance totale de couchage... Ainsi, cette literie s’adapte à toutes les morphologies et procure un soutien optimal.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 37


Architecture & Agencement •Pixels en vitrine (p 40) •Cuisine onirique (p 42) •Changements à vue (p 44) •Quintessence japonaise (p 46) •Ora-Ïto signe l’intérieur du nouveau siège des Echos / Le parisien (p 48) •Yooma, en « lévitation » (p 49) •Le Bleu Tarkett par le 5.5 Designstudio (p 50) •Constance Guisset, l’espace partagé (p 51) •Restaurants : festins créatifs (p 52) •Ho36, un lieu de partage (p 56) •W Goa : un comptoir contemporain (p 57) •Dekton® au Pays des Merveilles... chez Dani Garcia (p 58) •Ha(a)ïtza : une parenthèse enchantée (p 60) •Un monde en noir et blanc (p 61) •Produits architecture (p 62)

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 39


Architecture & Agencement / Réalisations

Pixels en vitrine

I

naugurée le 4 mai dernier dans le Forum des Halles, Pixels Wave Light reconduit une installation provisoire mise en place durant les travaux de transformations du centre commercial. Unibail Rodamco, le gérant des lieux, avait demandé à Miguel Chevalier de réfléchir à une œuvre pouvant rendre moins anxiogène la traversée d’un long couloir installé pour les besoins du chantier. L’intervention de Chevalier, artiste qui travaille avec la lumière et les projections lumineuses, était devenue une 40 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

mini-attraction. Le public du centre avait pris l’habitude de faire des selfies devant ses miroirs déformants reflétant les séquences lumineuses de milliers de sources LED. Unibail a voulu pérenniser cette installation en confiant à Chevalier la réalisation d’une œuvre durable, installée sur une paroi vitrée d’une coursive entourant la nouvelle place du Forum. Temporaire, la première installation avait été réalisée de façon rustique. Pour Pixels Wave Light, Miguel Chevalier

a développé un complexe plus élaboré : il utilise, comme sur la précédente intervention, deux plaques de polycarbonate croisées dont il apprécie les qualités diffusantes, protège le dispositif par une vitre et intercale entre le polycarbonate et le verre un panneau en acrylique transparent constellé de lentilles convergentes, fabriqué sur mesure par la société Dacryl. Au départ, Chevalier avait imaginé d’inclure des loupes dans le panneau polycarbonate. Une fabrication exclusive a permis d’incorporer


Architecture & Agencement / Réalisations ces éléments optiques lors du coulage du panneau, suivant un procédé manuel. Des panneaux hauts de 3,50 m ont été réalisés pour couvrir les 32 mètres de longueur de l’installation. L’épaisseur du complexe atteint 70 cm, en incluant un couloir pour la maintenance des 50 000 LED du système d’éclairage.

« J’ai voulu créer une œuvre générative qui évolue avec le temps », explique Chevalier, dont le travail est aussi une actualisation des propositions de l’art cinétique avec les moyens contemporains. Le dispositif de Pixels Wave Light parvient à donner une texture à la lumière et faire oublier l’appareillage. Un logiciel mis au point spécialement pour l’œuvre fabrique de manière aléatoire 12 univers appelés à s’amplifier avec le temps, onze scénarios dynamiques en couleurs et un en noir et blanc. Un pilotage DMX contrôle l’évolution de ces tableaux et leur changement tous les quarts d’heure. Pixels Wave Light s’allume de 8 à 22 heures. Elle ne consomme que l’équivalent de trois machines à laver et devrait rester en place pour les dix prochaines années. g Auteur : Olivier Namias Pixels Wave Light 2017 Miguel Chevalier OEuvre de lumière générative pérenne pour le Forum des Halles (niveau -2), Paris Logiciel : Claude Micheli Mise en œuvre technique : Voxels Productions LE GUIDE DU CONTRACT 2018 41


Architecture & Agencement / Réalisations

Cuisine onirique

«

L’expérience consommateur » est le nouveau Graal du commerce depuis qu’Internet permet un accès direct à la marchandise. Pour venir jusqu’au lieu où s’opérera peut-être un « acte d’achat », l’acheteur doit vivre une « expérience » particulière. Le besoin d’expérience touche tout le négoce, de la petite boutique au méga centre commercial. On s’étonnera cependant qu’il saisisse des chefs aussi prestigieux qu’Albert Adrià. Héros au sommet de la scène culinaire

42 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

espagnole avec son frère Ferran, chef du fameux El Bulli, il n’a nul besoin d’attirer à lui un public dépassant largement les capacités d’accueil de ses établissements, au nombre de cinq dans Barcelone. Pourtant, pour sa nouvelle enseigne « Enigma », centre de R & D financé en partie par les autres établissements, Adrià a voulu lui aussi offrir une expérience à son visiteur, autant sur le plan culinaire que sur le plan spatial, un dépaysement complet, dans une logique d’œuvre d’art total convoquant, en plus de

la vue et du toucher, le goût, l’odorat et sans doute l’ouïe. Le lieu est conçu pour faire une coupure nette avec la ville. Les 24 convives admis chaque soir passent un sas, avalent un cocktail qui doit les désintoxiquer du milieu urbain environnant, et rentrent dans un monde de rêve. Les architectes ont dessiné jusqu’aux uniformes du personnel : un pas de plus vers le gesamtkunstwerk… Adrià est au fourneau, et les Catalans de RCR - Pritzker 2017 - sont à l’aménagement.


Architecture & Agencement / Réalisations C’est à eux qu’est échue la transformation d’un garage de 700 m2 en caverne onirique. La structure existante est gommée, comme bien des références aux matériaux de la quotidienneté. « Le type de cuisine que nous offrons est déterminé par l’espace. Si nous étions, par exemple, entourés de nature, nous cuisinerions des plats entièrement différents ». Vaporeux, le lieu devrait donc engendrer des saveurs inédites. Ses plafonds sont recouverts d’un tissu métallique évoquant un nuage. Quant aux sols, murs, plans de travail, et habillage de hotte, ils sont habillés d’une surface compacte frittée développée par l’espagnol Neolith®. Cette pierre 2.0 a été personnalisée par l’industriel, qui a reproduit sur toute la surface au sol du restaurant une aquarelle réalisée sur 3 formats A1. Outre l’extension du motif, la reproduction des teintes vertes et bleues, inhabituelles en frittage, présentait un challenge. La restitution du

motif après assemblage a été contrôlée par un drone. Des découpes d’une taille minimale de 3 cm ont permis de suivre le plan établi par RCR, qui, pour rester le plus éthéré possible, privilégie les logiques organiques. L’application du motif aquarelle sur les éléments verticaux et l’utilisation de lamelles de verre artisanal renforce le brouillage spatial. Le temps d’un repas, le

convive peut vivre dans un autre monde, version onirique et douce du train fantôme. g Auteur : Olivier Namias Photos : Courtesy RCR © Damaso Pérez, Fototec Restaurant Enigma, Barcelone Architecte : RCR avec Paul Llimona Mise en oeuvre : sol, murs, îlots de cuisine en Neolith® by TheSize

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 43


Architecture & Agencement / Réalisations

Changements à vue

L

a vitrine de cette opticienne de renom - qui a su fidéliser une clientèle exigeante en valorisant des lunettes de créateurs-français essentiellement - avait été réalisée dans les années 60. Pris en étau entre deux larges devantures, le magasin à l’allure surannée ne reflétait plus la qualité des produits qu’il proposait. Une nécessaire rénovation a été menée en deux étapes. La première a consisté à aligner la vitrine sur ses voisines, ce qui n’était pas le cas et nuisait à la

44 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

visibilité des produits exposés. Désormais, c’est une grande fenêtre minimaliste dotée d’un cadre en bois naturel tranchant sur la minéralité du quartier qui interpelle le passant. Le concept des deux architectes consiste à insérer un deuxième cadre dans l’épaisseur de la vitrine, en acier patiné, véritable scénographie de montures de lunettes. Celles-ci reposent sur des tiges d’aluminium dont l’espacement a été minutieusement calculé avec

l’opticienne. Fixées dans un panneau de Plexiglas, elles créent ainsi un effet dynamique et l’illusion d’optique d’un profil de lunettes. Les touches de couleurs des montures leur confèrent une impression d’apesanteur. L’intérêt de ce dispositif mobile sur pivot est l’accessibilité qu’il procure, dispensant ainsi d’avoir à composer une vitrine, pensum de tout commerce. L’intemporalité du principe sert le produit avant tout. L’emploi de l’acier brut fait


Architecture & Agencement / Réalisations

écho à l’habillage de l’escalier intérieur, véritable sculpture. À l’intérieur, Caroline Joo a veillé à disposer des présentoirs variés, clairs, originaux comme ce panneau en batyline percé d’œillets où se glissent les montures, mettant en avant une sélection éclectique. Rendre de la visibilité à un opticien paraissait une gageure : il semble bien que Jade Just et Olga Nousse y soient parvenues. g Auteure : Françoise Marchenoir Photos : ©Delphine Quême Programme : Rénovation de la vitrine du magasin d’optique Caroline Joo 2 rue des Archives Paris 4e Maîtrise d’ouvrage : Caroline Joo Maîtrise d’oeuvre : Just’n’Nousse Architecture (Jade Just, Olga Nousse) Photographe : Delphine Queme Artisan ferronnier : ASM Prunière Entreprise : Moderno Date de livraison : septembre 2014

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 45


Architecture & Agencement / Réalisations

Quintessence japonaise

P

our héberger le Japon dans le Marais, sous l’enseigne Mark’Style Tokyo, l’architecte Joseph Grappin revisite les traditionnels assemblages bois japonais. La boutique propose de partager la culture japonaise contemporaine à partir d’une sélection de petits objets, partant d’une base papeterie et se tournant vers le développement high-tech. S’il existe 21 boutiques au Japon, celle-ci est la première adresse en Europe. Son aménagement

46 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

a été confié à l’architecte d’intérieur Joseph Grappin, diplômé de l’École Boulle et l’ENSAAMA Olivier de Serres, qui a fait ses armes chez des architectes et des designers. Derrière une belle façade sombre parisienne, se déploie le long des murs et jusqu’au plafond une structure légère en bois, posée sur des blocs de béton « en lévitation ». La construction en frêne et olivier s’échafaude savamment, jusqu’à former une grille géométrique d’étagères en multiplis. Bien que les

montants soient fixes, les rayonnages sont modulables, pour s’adapter aux différents formats des produits présentés. En plus d’un entraxe de 60 ou 120 cm, les hauteurs sont aisément aménageables, grâce à un assemblage mécanique sans clous ni vis, sorte de tenons-mortaises complexe associé à des taquets en équerre, mis au point avec l’entreprise Métalobil. « La construction s’inspire des techniques traditionnelles de charpente japonaise, mais est fabriquée à partir d’outils contemporains », précise-t-elle.


Architecture & Agencement / Réalisations

Au plafond et sur le mur du fond, des miroirs démultiplient la structure et augmentent la perception de l’espace. En partie basse, les monolithes de béton cachant comptoir caisse, tiroirs et tables, sont montés sur des petites échasses, et se déroulent parfois tout en hauteur rythmant de leur matière brute les rayonnages. Enfin, on notera que les carreaux de verre en fond de boutique ont été conservés, assurant un éclairage zénithal agréable, tout en répondant à la nouvelle géométrie des lieux. g Auteure : Amélie Luquain Photos : ©Marie Janiszewski Programme : Boutique Mark’Style Tokyo Localisation : 6 rue du Trésor, Paris 4e Maître d’ouvrage : Mark’Style Maître d’oeuvre : Architecte : Joseph Grappin architecte d’intérieur Entreprise : Métalobil (Nantes) Surface : 80 m2 Calendrier : livraison 2017

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 47


Architecture & Agencement / Réalisations

Ora-ïto signe l’intérieur du nouveau siège des Echos / Le parisien A la rentrée 2017, le bâtiment conçu par l’agence B.Architecture et aménagé par Ora-ïto, a accueilli le nouveau siège du groupe Les Echos. CÉCILE GAUTIER

S

ur le site historique du Vel’ d’Hiv, la nouvelle entrée du siège des Echos ouvre ses portes. Le site, composé d’un immeuble de grande hauteur des années 50, dessiné par l’architecte Pierre Dufau, fait peau neuve après cinq ans de travaux de restauration. La décision prise par l’AG2R La Mondiale va permettre une transformation radicale des anciens bureaux du ministère de l’Intérieur en un bâtiment moderne et respectueux de son histoire et de son environnement. Derrière une façade habillée de tôle métallique blanche perforée, le designer français Ora-ïto a conçu un intérieur contemporain où le bois vient ponctuer les espaces. Ces créations sculpturales, nécessitant l’utilisation

48 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

de logiciels paramétriques pour dessiner chaque forme de lamelles, relèvent d’un véritable défi sur le plan technique. A la fois parois et sculpture, on retiendra des pièces flirtant avec les limites de la physique tel l’escalier menant de l’entrée à l’auditorium ou

encore servant d’enveloppe à des espaces dédiés à des conférences, des déjeuners, des réunions... Le mobilier des espaces de travail et lounge a été choisi dans les collections Arper, Muuto, Design House Stockholm, Hay et tissus Kvadrat pour les habillages. g


Architecture & Agencement / Réalisations

Yooma, en « lévitation »

A

utre réalisation du designer Ora-Ïto : le concept de Yooma, une nouvelle proposition dans le paysage hôtelier. Dans le 15ème arrondissement de Paris, en front de Seine, l’esplanade Beaugrenelle, cette dalle des années 70, plantée d’une vingtaine de tours, avait le profil d’un mini Manhattan. Ora-ïto a surélevé la structure existante et mis en lévitation les cent six chambres derrière une carapace d’aluminium. Comme un Transformer, le bâtiment semble prêt à se déployer. Daniel Buren est venu prêter main forte au designer en rayant la façade de bandes noires et blanches. La rénovation de ce front de Seine, engagée en 2005, s’achève avec l’inauguration du Yooma, soit 4400 m² face à la Maison de la

Radio. Un montant global d’investissement d’environ 30 millions d’euros pour offrir un nouveau concept d’hôtellerie : des chambres de deux, quatre

ou six personnes, à 90, 140 ou 190 euros qui déclinera son nouveau mode de séjour à Marseille, Nice, Lille et Bordeaux. g

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 49


Architecture & Agencement / Focus

Le Bleu Tarkett par le 5.5 Designstudio Il y avait le bleu Klein, il y a dorénavant le bleu Tarkett, mis en espace par le 5.5 Designstudio dans le nouveau showroom, l’Atelier du leader mondial du revêtement de sol : situé au 43 rue de Saintonge à Paris, il se veut un espace dédié aux architectes et aux designers.

L

e concept du showroom du Marais : offrir aux architectes d’intérieurs une extension de leurs bureaux et un lieu de rencontre hors-les-murs avec leurs clients, au coeur de la proposition des produits Tarkett, - linoleum, dalles PVC, sols stratifiés... A leur disposition, ces derniers trouveront des espaces de découverte des produits et de développement des projets dont un ID Lab, une salle de réunion et un espace type bibliothèque avec casiers permettant aux architectes de laisser sur place le matériel de leur projet en cours. Sont également mis à leur disposition des espaces d’inspiration dont une bibliothèque et une galerie qui accueillera des expositions. L’ambition de l’Atelier : donner à l’architecte l’envie de revenir pour s’inspirer et créer, et non pas seulement pour trouver des échantillons de sols pour hôpitaux ou collectivités. Afin de mettre en scène le revêtement de sol sous un nouvel angle et le valoriser, le 5.5 Designstudio a décliné l’offre Tarkett en revêtement mural, table de travail,

50 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

tabourets et autre mobilier sur 300 m² en suivant un seul fil conducteur : le bleu Tarkett, référence RAL 5013, nouvelle couleur de l’identité

de la marque, symbole du bleu de travail et des tracés de constructions sur les chantiers. Un futur haut lieu du Marais. g


Architecture & Agencement / Rencontre

Constance Guisset, l’espace partagé La designeuse a pensé ce lobby comme une maison, pour la chaîne hôtelière Novotel Suites et introduit du confort domestique dans un lieu public. NATHALIE DEGARDIN

M

ené à bien, avec un budget pourtant strict, ce projet a été le premier vrai chantier d’aménagement intérieur de Constance Guisset : la conception du lobby et du restaurant de Novotel Suites, à La Haye et Paris. Quelle est votre proposition dans ce projet ? J’ai été contactée par le groupe AccorHotels, pour imaginer des ambiances dans le lobby, que j’ai imaginé comme un espace ouvert et partagé. Il s’agissait d’aller à l’encontre des codes bourgeois, de proposer une idée différente dans

une ambiance joyeuse et apaisante. Novotel Suites est un concept d’hôtel familial avec des modules de suites de 30 m². J’ai cherché de la douceur dans les formes et matériaux, comme le bois blond ou les tons pastel. Pour ce projet, une partie très technique consiste à répertorier les formes, matériaux, couleurs, mobilier, pour qu’ensuite la chaîne hôtelière puisse appliquer le concept à d’autres sites. Qu’avez-vous créé de spécifique pour le lobby et le restaurant ? Le lieu à La Haye est unique ; lumineux, polyvalent, il peut

surprendre par ses proportions démesurées ! Pour que les clients se sentent comme chez eux, j’ai ajouté mes créations de mobilier et de luminaires. Côté restaurant, j’ai conçu des aménagements sur-mesure, avec rangements, étagères, un banc, qui apportent une polyvalence à l’espace. L’espace restauration, particularité du lobby, confirme un nouveau mode de consommation. J’ai créé du mobilier spécifique pour le restaurant en libre-service et le bar, dans des dimensions libres. Je l’ai conçu comme un petit village, dans lequel tout est intégré et compact, y compris frigo, machine à café... On a élaboré cet espace avec le personnel, respectant l’ergonomie des tâches et l’ambiance de travail. Hormis le noir du mur du restaurant, statutaire, contrebalancé par des plans en bois, j’ai eu le choix des gammes de couleurs. Mais j’étais limitée, toutefois, par le marché du contract propre à l’hôtellerie : les textiles impérativement peu salissants, d’où un niveau de gris minimum, résistants et classés non-feu. Cela ne m’a pas empêchée de proposer un camaïeu gris avec des éclats de jaune pour les rideaux. g LE GUIDE DU CONTRACT 2018 51


Architecture & Agencement / Dossier

Restaurants : festins créatifs Si la carte d’un restaurant gage de sa qualité, le cadre du repas participe de beaucoup à sa renommée. En confiant son aménagement à un designer, le chef attend de lui qu’il traduise son univers créatif et facilite le fonctionnement quotidien. NATHALIE DEGARDIN

À

l’heure du beau, du bio, du food design et du retour à la terre, les plaisirs culinaires sont sur le devant de la scène. Qu’on y prenne garde, si la bonne chère a toujours été associée aux péchés mignons des Français, à l’heure d’Internet où les communications rapides créent d’autres formes de réputation sur les applications dédiées, dans cette époque où le contexte prend parfois le pas sur le contenu, les chefs vont de plus en plus rechercher les compétences des architectes d’intérieur et des designers… et réciproquement ! Certes, à l’image de Thierry Marx et de Pierre Favresse, pour Habitat, de Guy Savoy et de Bruno Moretti, pour Alessi, ils collaborent à la création d’ustensiles, liant parfaitement l’esthétique à la fonction. D’aucuns travaillent avec les créateurs pour penser différemment les aliments, travailler les formes, les associations esthétiques et décupler les saveurs, les jeux de textures et les mariages surprises à travers le design culinaire, à la manière d’un Marc Brétillot ou d’un Germain Bourré. Mais se focaliser sur ces disciplines émergentes serait oublier l’un des points de rencontre fondamental : le restaurant du chef. Si la décoration est la dernière phase d’un chantier, elle est essentielle, car le client vit dans un univers polysensoriel, et, s’il cherche à satisfaire ses

52 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

papilles, il veut également passer un moment convivial, insolite, ou simplement sortir de son quotidien. Il faut savoir répondre à ces codes festifs et complexes, et que les mises en scène dans la salle se conjuguent avec les compositions dans l’assiette. Parmi les Français qui ont très vite compris l’enjeu de construire une expérience plurielle pour le client, Alain Ducasse a bâti, depuis plus de dix ans, une collaboration régulière, voire une vraie complicité, avec Patrick Jouin et Sanjit Manku, pour l’aménagement de ses établissements – que ce soit le Plaza Athénée, à Paris, qui casse les codes des palaces, ou le Rivea, à Las Vegas – et mise sur les enchantements dans des design d’espace novateurs. De Philippe Starck à Jean-Michel Wilmotte en passant par India Mahdavi, les designers sont de plus en plus sollicités, telle une seconde signature derrière celle du chef. Plus largement, pour que le travail en commun soit efficace, il faut que l’architecte d’intérieur ou le designer comprenne bien les codes du métier, ses contraintes techniques comme son fonctionnement. Circulation, éclairage, couleur… Même la position de la cuisine est aujourd’hui interrogée, car, ouverte ou non sur la clientèle, elle reflète, certes, l’échange souhaité avec les clients mais aussi la préservation d’un service plus intime. g


Architecture & Agencement / Dossier

L’AIR DU TEMPS : INSPIRATION VÉGÉTALE Quand le chef Sang-Hoon Degeimbre, connu pour réinterpréter son jardin dans une cuisine contemporaine, propose à Quentin de Coster une carte blanche pour aménager l’Air du Temps, celui-ci relève le défi avec enthousiasme !

D

ifficile d’imaginer, forêt vierge blanche qui tion, ce n’est pas un matériau quand on entre tombe du ciel, d’où il facile, il faut maîtriser la coupe dans l’établissement, pleut littéralement à chaud, avec une température qu’on se trouve dans des cordes. « Dans précise, sinon ça noircit ! » un ancien corps de un restaurant, on Légèrement courbées, les ferme. Fascinantes, reste rarement delianes ne tombent pas raides. les milliers de lianes bout, cette installaDepuis un an, l’installation n’a suspendues dans les tion est aussi faite pas bougé, les positions sont © Thuriès Gastronomie deux salles principour être appréciée strictement les mêmes, il n’y Magazine pales construisent un en contre-plongée, a pas d’aléatoire : 5 000 cordes Par Pascal Lattes autre univers à mi-chequand on est assis. Après, suspendues, de trois longueurs min de l’indoor et de l’outdoor. j’ai horreur des clichés, qu’on différentes, dialoguent avec Sang-Hoon Degeimbre et Quenutilise du feutre pour isoler l’horizontalité des claustras tin de Coster sympathisent une paroi. J’aime surprendre. en bois, qui participent aussi lors d’une conférence. De la Dans une pièce, tous les de cette répétition. Les première rencontre à la collaéléments que vous apmatériaux, les textures, boration entre le chef étoilé, portez absorbent le comme les nappes né en Corée du Sud en 1969, et son. Comme le texen cuir ou les asle designer belge, né en 1990, tile éponge beausiettes en terre une année passe, puis une secoup plus le bruit, (faites à la main conde pour que se concrétise j’ai imaginé utiliser par une potière), le projet. Le jeune designer se la corde comme un s’inscrivent dans souvient : « Initialement, il n’y matériau d’isolation, cette atmosphère avec une multiplicité. » organique et sont le avait pas de brief, et ça me po© Elodie Timmermans sait un problème. Je lui ai donc Une idée bien plus comchoix de Sang-Hoon Degeimbre. Pour les éclairages, demandé des contraintes, c’est plexe qu’il n’y paraît. « Au déil relève la position des spots nécessaire pour concevoir un part, je pensais que ça ne coûpréexistants, directionnels : projet pertinent. Il a précisé tait pas cher, je défends l’idée d’isoler l’espace phoniquement ils accentuent le caractère d’un maximum d’effet avec un mystérieux de l’atmosphère et et de l’habiller de manière sinminimum de dépenses. Et il projettent des ombres sur les gulière, en s’inspirant de la naa fallu adapter l’idée à l’existure pour rester dans la ligne murs et les tables. tant… On a fait de nombreux de sa cuisine. J’ai donc décliné calculs, tout le poids étant en Un chef grand le principe de cloison acoussuspension, j’ai dû apprendre la tique. » résistance des faux plafonds ! communicant Dans un premier temps, QuenIl y a toutes sortes de cordes, Pour Quentin de Coster, Sangd’escalade, de nautisme… Fitin de Coster, dont l’agence, Hoon fait partie de ces chefs Design Studio, est située à nalement, j’ai choisi une corde « qui comprennent qu’il ne polyester 16 brins, comme du Liège, propose trois projets : suffit pas d’avoir une cuisine un pour le sol, un pour les coton, au toucher. » Son tresgastronomique, on est dans un murs et un pour le plafond. sage complexe résorbe davanmonde de références, il faut Le plus complexe, que retient tage le son. Son atout ? La communiquer ». Très présent Sang-Hoon, ressemble à une mémoire des formes. « Attensur les réseaux sociaux, ce chef LE GUIDE DU CONTRACT 2018 53


Architecture & Agencement / Dossier

© Tim van de Velde

a aussi publié plusieurs livres, avec un photographe culinaire. « L’expérience n’est pas à un seul niveau. Le consommateur

est de plus en plus exigeant, et, quand on parle d’expérience, c’est aussi son retour, ce qu’il va en dire, ce qu’il va commu-

niquer à son tour. Quand les clients appellent et veulent réserver la salle avec l’installation, c’est une belle récompense. » L’installation va être déclinée dans les deux salles restantes, sous forme d’une ligne de lianes posées. Quentin de Coster souligne la grande importance du dialogue : « Il est peut-être encore plus important dans le cas d’un restaurant que dans le processus industriel, parce que, là, on crée pour des gens présents au quotidien, les clients, les brigades, les chefs… Pour moi, le design est lié au business, on ne fait pas de design sans être rentable. » g

UNE COLLABORATION INSCRITE DANS LE TEMPS Chef mondialement connue, Anne-Sophie Pic a travaillé longtemps avec Bruno Borrione et, de ce fait, avec son bras droit, Caroline Lory, pour ses établissements de Valence ou de Paris. Dernièrement, elle lui a confié l’aménagement du Bistrot André, qui a ouvert il y a quelques mois. Vous avez travaillé ensemble sur plusieurs projets. Comment se crée un tel lien ? C. L. : Nous nous sommes rencontrées en 2008, quand je travaillais aux côtés de Bruno Borrione pour redécorer l’hôtel. Par la suite, nous avons poursuivi avec le restaurant gastronomique à Valence, puis La Dame de Pic, à Paris, et l’Épicerie, à Valence. Quand plusieurs années après La Dame de Pic, David et Anne-Sophie sont venus me voir pour repenser le bistrot, ce fut relativement simple pour moi ! J’ai pris l’habitude de travailler avec toute l’équipe, je connais bien leur façon de fonctionner et, surtout, l’histoire dense de la famille. 54 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

tion de confort pour nos Quel était le brief pour hôtes et nos équipes le restaurant André ? est forte et doit être A.-S.P. : Nous n’avons prise en compte à pas vraiment donchaque étape du né de cahier des projet. charges : nous préC. L. : Le brief était férons laisser libre simple : revoir la cours au designer salle de manière glopour des proposi© Emmanuelle Thion bale en apportant plus tions, en intégrant les de convivialité, tout en contraintes et les depréservant le maximum de mandes spécifiques, telles que couverts. La grosse contrainte l’isolation phonique, les matéétait l’acoustique. Il fallait riaux que nous aimons. Nous régler ce problème, et l’idée donnons aussi parfois des ind’intervenir avec un plafond dications sur ce que nous n’aimons pas. Pour le restaurant décoratif m’a beaucoup aidé à asseoir la base du décor. J’ai André, l’accent a aussi été mis voulu faire un clin d’œil à l’ansur la lumière et a notamment cien bistrot de la nationale 7. fait l’objet d’une mission de Le plafond en strates, comme « lightening design ». La no-


Architecture & Agencement / Dossier

©

La To

ur

ett e

des courbes de niveau topographiques, jouera le rôle de plafond acoustique.

Quelle a été la ligne directrice du projet André ? A.-S. P. : Les années 1930, date d’installation d’André Pic à Valence, sont très vite devenues le fil conducteur pour construire le projet, au niveau tant du graphisme, des matériaux que du design du mobilier, des couleurs. Le positionnement est identique en termes de prix, pour ne pas brouiller le réflexe de la clientèle locale et régionale. Nous avons aussi la volonté d’intégrer un style culinaire reflétant l’histoire de la cuisine de la famille Pic. Enfin, nous avons pris le parti de maintenir une cuisine ouverte, visible depuis la salle, car c’est souvent plus convivial, et cela permet de faire vivre une expérience plus complète au client, d’après nous. On retrouve une sélection de matériaux nobles, naturels et purs. On privilégie une expérience polysensorielle dans tous nos établissements. C. L. : L’idée maîtresse était de faire un bistrot avec une cuisine peut-être plus traditionnelle. Et en parlant de la lignée Pic, en relatant l’histoire de l’héritage de la passion de la cuisine, j’ai très vite voulu axer le contexte sur le point de départ : l’auberge du Pin. Ensuite, rapidement, une sorte d’hommage à André s’est posé comme une évidence. Et toute ma réflexion part de là : les années 1930, un style Art déco, sans chichis, mais pen-

sé avec le goût du détail et des matériaux… Toute l’histoire familiale est retracée au travers des cadres photo et divers témoignages, que nous retrouverons en déco partout dans le restaurant, jusque dans les toilettes avec le livre d’or !

encore une zone en îlot central, comme une salle dans la salle, réfléchie pour répondre aux variations d’affluence. Cette diversité contribue à une ambiance générale plus accueillante, où chacun trouve sa place.

Quels sont les éléments clés dans un aménagement de restaurant ? La circulation ? L’éclairage ? La position de la cuisine ? C. L. : Il faut un mélange de tous ces ingrédients pour que la recette fonctionne. Mettre en avant la cuisine comme la star du lieu s’avère être parmi les meilleurs partis pris, comme nous l’avons fait avec Bruno Borrione pour La Dame de Pic, à Paris, avec la cuisine dès l’entrée, en vitrine sur la rue du Louvre. Ici, nous conservions la cuisine initiale, je me suis donc concentrée sur l’ambiance de la salle, et j’ai repensé les espaces afin de varier un plan de salle bien connu des habitués de l’ancien Bistrot 7. On y trouvera des petites banquettes en vis-à-vis, style wagon, plus intimes ; une longue table pour les repas d’affaires, des assises plus classiques ; ou

Y a-t-il des fonctionnements communs dans le fait d’imaginer un intérieur et de mettre en scène une composition dans une assiette ? A.-S.P. : Oui, c’est un acte de création, donc il y a forcément des points communs dans nos approches. Dans nos deux cas, c’est une adaptation de nos idées sur le papier à la réalité ! Nous utilisons des outils différents, mais notre démarche est la même : des croquis, des définitions… C. L. : Il faut bien comprendre le type d’établissement que le chef souhaite ouvrir. Il ne s’agit pas de penser une enveloppe répondant aux attentes d’un restaurant gastronomique quand l’assiette se veut plus orientée bistronomie. À mon sens, il est important de bien repérer les codes auxquels la clientèle se réfère quand il s’agit de passer le pas de la porte. Ensuite, le contenu de l’assiette est la part belle du restaurant, et ça, c’est le job du chef et de son équipe ! g

La Dame de Pic. © MaisonPic

La Maison Pic Valence © Serge Chapuis

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 55


Architecture & Agencement / Réalisations

Ho36, un lieu de partage Plus qu’un hôtel, cet établissement lyonnais se dédouble pour accueillir les familles, les voyageurs amoureux de déco stylée comme les jeunes souhaitant poser leur valise à peu de frais. NICOLE MAÏON

U

n hôtel et un hostel, un restaurant et un bar… Le nouvel établissement Ho36, dans les faits, échappe à toute définition mais surtout raconte à sa façon les nouvelles manières de voyager. Situé dans le quartier lyonnais de la Guillotière, en pleine mutation, cet établissement est le point de rencontres entre les voyageurs, les étudiants, les commerçants et les habitants du quartier et devient un lieu de partage et d’échanges. Son fondateur, Franck Delafon, s’est inspiré de ses expériences de voyages en famille pour concevoir ce lieu un peu hors norme. Pas de télévision dans les chambres mais des jeux dans l’espace de vie au rez-de-chaussée, où l’on se restaure, brunche, et déguste des bons petits plats – ou tout simplement des fromages de qualité dénichés par le jeune fromager du quartier –, où l’on joue, où l’on prend un verre. D’une superficie de 1 000 mètres carrés, les cinq étages du Ho36 sont répartis en deux zones. D’un côté du palier, on peut louer des chambres spacieuses à la déco trendy, dont certaines, familiales, réunissent un vaste lit parental et des lits superposés pour les enfants. De l’autre côté,

56 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

des chambres proposent huit lits en dortoir pour jeunes en vadrouille. La décoration intérieure signée par l’architecte Alexandra Malgrain respire la convivialité travaillée de façon actuelle, entre pièces chinées et mobilier contemporain choisi chez HK Living ou Ikea, mais surtout avec des lits garantissant un sommeil parfait avec une literie Epeda. In fine, une déco stylée et chaleureuse pour se sentir comme chez soi. g

© Pierrick Vierny


Architecture & Agencement / Réalisations

W Goa : un comptoir contemporain Pour sa première implantation en Inde, la chaîne W Hotels vient d’inaugurer un établissement à la tendance ethnique chic particulièrement réussie. NICOLE MAÏON

C

’est le cinquantième hôtel implanté dans le monde et le premier créé en Inde par l’ultradesign chaîne hôtelière W Hotels Worldwide. Pour cette première implantation en Inde, c’est la ville de Goa, chargée d’histoire et riche d’un fort métissage culturel, qui a été choisie. Ancien comptoir portugais, emblème de la contre-culture hippie, berceau de la transe psychédélique… Autant dire que Goa et ses multiples facettes ne pouvaient qu’inspirer les équipes de W pour décliner leur philosophie : créer des lieux de vie multiculturels au sein d’hôtels reflétant les tendances design. Surplombant la plage Vagator située au nord de la cité, l’établissement déploie quelque 160 chambres et villas bénéficiant chacune d’un panorama d’exception. L’aménagement et les choix en matière d’architecture intérieure sont une ode à la la tendance ethnique chic. Les codes de l’Inde sont déclinés et brassés avec un vent de modernité ébouriffant. Les revêtements des assises racontent à leur façon l’histoire millénaire de l’Inde en matière de textile, du batik à l’ikat, les textures chatoyantes de la soie et du coton étant animées

de motifs personnalisés. Le mobilier en bois s’enrichit de gravures revisitées sur un ton résolument contemporain, tandis que les arabesques travaillées de manière minimaliste courent d’une

pièce à une autre, dans chacune des suites de cet hôtel. Ainsi, c’est une décoration épicée qui raconte sur un mode actuel Goa et ses nombreuses caractéristiques excentriques. g

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 57


Architecture & Agencement / Réalisations

Dekton®, au Pays des Merveilles… chez Dani Garcia Plébiscité pour ses propriétés techniques comme pour son esthétique, le revêtement fabriqué et distribué par la société espagnole Cosentino contribue à offrir au célèbre restaurant de Marbella une ambiance de conte de fées. BENJAMIN COPPENS

D

ani Garcia est un chef comblé ; son établissement de Marbella, qu’il rêvait comme un univers évoquant les contes de fées, invite au rêve et au voyage… Le menu va même jusqu’à proposer un gâteau de non-anniversaire ; les aficionados d’Alice et de ses célèbres aventures au Pays des Merveilles reconnaîtront le clin d’œil. Remarquables, les contrastes de couleurs et de matériaux offrent des mises en scène très graphiques. Parmi ces derniers, le Dekton® by Cosentino tient un rôle pivot : choisi en tant que revêtement de sol en coloris Keranium évoquant les ambiances industrielles, il est également

58 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

présent dans la cuisine en couleur Zenith, habillant d’une robe immaculée le plan de travail, la crédence et les jambages de l’îlot. De fait, les clients peuvent apprécier les contrastes

audacieux entre l’une et l’autre nuance car les barrières physiques qui, dans un restaurant, séparent d’ordinaire la cuisine de la salle, ont été, chez Dani Garcia, abolies. Ainsi les convives profitent-ils d’une vue


Architecture & Agencement / Réalisations

imprenable sur les coulisses de la « haute cuisine », et sur les jeux de tons dynamiques entre le Keranium et le Zenith. Côté salle, le Dekton® utilisé comme revêtement de sol présente des caractéristiques mécaniques des plus intéressantes ; sur une surface extrêmement sollicitée par les allées et venues des clients

et des serveurs, il résiste au chocs et ne voit pas son apparence s’altérer avec le temps ; il est par ailleurs très facile à nettoyer. Et la possibilité d’appliquer des dalles de grand format (320 cm x 144 cm) sur l’ensemble du revêtement de sol de ce restaurant permet également de créer un effet de continuité, avec des joints minimes. En cuisine, l’usage du Dekton® offre des garanties de sécurité et d’hygiène au contact des aliments. Il s’impose également comme le matériau idéal dans cet espace où l’utilisation quotidienne est assez intense ; on songe notamment à sa capacité à résister au froid et à la chaleur

sans s’altérer, ainsi que sa haute résistance aux taches et aux rayures. En matière d’esthétique, la cuisine telle que Dani Garcia la conçoit doit être la « lumière » du restaurant : aussi quelle meilleure couleur pour atteindre cet objectif que le blanc Zenith immaculé ? La sensation d’espace, de propreté et de pureté que ce matériau offre dans cette pièce est particulièrement aboutie. À noter les contrastes toniques entre la finition lisse du plan de travail et l’aspect gravé des jambages de l’îlot et de la crédence. g Architecte d’intérieur, Juan Carlos Rodriguez Promoteur immobilier : Myramar

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 59


Architecture & Agencement / Réalisations

Ha(a)ïtza : une parenthèse enchantée

A

60 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

des souvenirs d’un retour d’expédition en Afrique, imaginés par Philippe Starck. À quelques pas, un kaléidoscope coloré nous emmène dans un Brésil réinventé par le designer. Sous une toile acoustique chatoyante, le bar est marqué au sol par des carreaux de lave émaillée et, au mur, par de la terre cuite, tandis qu’un plateau de marbre découpé et rétroéclairé au centre réunit les amis. Les tables en marbre sont aussi au rendez-vous au restaurant gastronomique mais le lieu est un retour aux sources. Ouverts sur la cuisine, trois vieux skiffs ont été suspendus au plafond. Les transitions d’une terre à une autre sont conclues par un espace de conte de fées, à savoir la pâtisserie et ses tasses XXL, puisque c’est l’univers d’Alice au pays des merveilles qui a inspiré

© Nicolas Anetson

près la réhabilitation de l’hôtel-restaurant La Co(o)rniche signée par Philippe Starck adossé à la dune du Pilat, Sophie et William Techoueyres collaborent avec le designer autour de la rénovation de l’hôtel Haïtza, à moins d’un kilomètre. Plus qu’un hôtel, c’est un lieu à vivre, été comme hiver. Adresse mythique dans les années 1930, construit par Louis Gaume, l’hôtel d’architecture néobasque a été rénové de fond en comble pour proposer 38 chambres, dont 7 suites et un appartement, des lieux de restauration, dont un restaurant gastronomique, un spa Ren, un espace fitness, un salon de coiffure et une pâtisserie, le tout assorti d’une piscine profitant d’une verrière l’hiver... D’esprit conceptuel et radical, le vaste lobby, à l’image d’une galerie d’art new-yorkaise, est magnifié par des vitraux hauts en couleur signés par Ara Starck, tandis que des messages poétiques sur des panneaux Lumisheet sont autant de sources lumineuses. Le grand salon chaleureux à la décoration hétéroclite raconte, autour d’un foyer,

© Nicolas Anetson

Acquis par Sophie et William Techoueyres, propriétaires également de l’hôtel-restaurant La Co(o)rniche au Pyla, le légendaire hôtel Haïtza renaît, métamorphosé par le designer Philippe Starck. NICOLE MAÏON

Philippe Starck. Après ces pérégrinations sensorielles, les chambres narrent sur un ton contemporain le bassin d’Arcachon, entre bois clair, nuances de blanc relevées d’inox poli, chaises en corde tressée et lumières chaudes… Un hôtel où, résolument, il fait bon vivre. g


Architecture & Agencement / Réalisations

Un monde en noir et blanc La réfection des salles de signatures de cette étude notariale parisienne s’inscrit dans une stratégie de communication d’entreprise et d’image de marque.

L

e projet de l’agence OS reprend en partie les codes épurés du bureau haut de gamme. Il touche peu aux murs existants et limite les démolitions, l’intervention pouvant se présenter comme une épuration de l’existant, dont les murs et les modénatures sont repeints en blanc. Les seuils et les parois étant traités en noir, en bois lasuré sur les embrasures de portes, en verre émaillé sur les portes de placards. Les sols des circulations ont été refaits en granito blanc, ceux des salles en moquette tuftée noire, suivant une volonté de contraste également déclinée dans les espaces de service, avec toutefois des matériaux moins nobles. Les éléments de services, comme la reprographie, sont placés dans des espaces dédiés, créés pour éviter d’encombrer des halls dont il fallait conserver l’aspect minimaliste. L’éclairage des espaces d’entrée ainsi que les tables des salles de signatures ont été dessinés par les architectes. Les lustres d’entrée s’inspirent des artistes contemporains et de l’oeuvre de Sol Lewitt : il s’agit d’une grille tridimensionnelle faite de cube de 60 cm de côté portant une LED sur chaque

branchements électriques et autres dispositifs de signature électronique : l’artisanat vient habiller la technique. g Auteur : Olivier Namias Photos : Tous visuels courtesy OS @ Cyrille Weiner

sommet. Les tables reçoivent un revêtement en marbre calepiné suivant un motif de chevron brisé, réinterprétation des codes du parquet de l’architecture aristocratique. Les plaques de marbre sont installées sur place, sur une structure bois agencée en encorbellement. La découpe des morceaux de marbre intègre des trappes pour les

Programme : Rénovation de hall de réception, salles de réunion, bureaux et salles de signature d’une étude notariale Maîtrise d’oeuvre : OS architectes - Vincent Baur, Guillaume Colboc, Gaël Le Nouëne, Etienne Pellier, équipe de projet. BET fluides, électricité : YAC. BET tructure : Concept et structure. Économiste : ICTEC Coût : 684 000 € Surface : 354 m2 SHON

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 61


Architecture & Agencement / Produits L’invisibile, Portarredo

Porte à bascule verticale affleurante, adaptée à toutes les épaisseurs de parois traditionnelles, parois en plaques de plâtre ou autres matériaux. Accepte tous les types de peintures (eau, laques), réalisable sur mesure dans les dimensions comme dans ses formes. Dotée d’un pivot de rotation en acier, une barre de rotation cuivre et panneau à âme alvéolaire nid d’abeille d’épaisseur 50 mm. D’autres modèles du fabricant déclinent l’idée d’invisibilité aux systèmes d’ouverture sur charnière.

Plinthe chauffante, Ecomatic

Partant du constat que le froid entre dans une pièce principalement par les murs périphériques, le chauffage par plinthe optimise les principes thermodynamiques de convection, d’inertie et de rayonnement. Circulant le long des plinthes, l’air chaud génère un voile thermique ascendant qui empêche le froid de pénétrer. La surface des murs monte en température et forme ainsi un vaste panneau rayonnant. La plinthe se pose saillante, intégrée complètement ou partiellement. H 15,5 x ép. 3 cm. Version électrique et hydraulique. 8 couleurs standard et RAL sur mesure. Conforme à la RT 2012 et 2020. Sécurité embarquée en option : éclairage avec détecteur de mouvements, capteur d’inondation, détecteur de présence...

Reform Legend, EGE

Une gamme de moquette mise en œuvre à l’agence Publicis par Colliers International, qui a l’a choisie pour sa palette de couleurs. La collection mixe les nuances claires, moyennes et foncées faciles à combiner pour créer des zones harmonieuses. Performante acoustiquement, elle répond à des exigences environnementales élevées ; certification LEED, BREAM et Cradle to Cradle.

62 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Luminous Carpet, Desso / Philips

Développé en association entre industriels des sols textiles et de l’éclairage, Luminous Carpet propose un procédé inédit de communication par le sol. Placées sous les dalles de moquette, des LED sont activées pour afficher des indications d’orientation, des indications signalétiques ou l’affichage de logo, etc. La transmission de la lumière à travers la dalle de moquette s’explique par l’emploi d’une souscouche translucide. Les messages peuvent être fixes, animés, voire interactifs par le biais de capteurs, et sont programmés par ordinateur.


Architecture & Agencement / Produits Solid surface, Corian

Principalement utilisé en intérieur, le solid surface Corian se décline en parement et en façade. Corian a créé trois nouvelles collections, expressions du renouvellement des couleurs dans la décoration : Concrete, Onyx et Prima. La gamme Concrete, à l’allure brute inspirée des paysages urbains, se décline en quatre teintes Carbon, Ash, Weathered, Neutral. Onyx, présentée en Gray et White, emprunte son vocabulaire à celui de la pierre naturelle, ses veines sinueuses jouant successivement de leurs opacités ou de leurs translucidités. Quant à Prima, la gamme aux huit teintes - Limestone, Dune, Smoke Drift, Cosmos, Evening, Cocoa, Nimbus, Windswept – elle s’inspire de la nature matérialisant ainsi nos humeurs et nos émotions.

Kamouflage, RF-T

Volet de désenfumage à portillon sans grille apparente. Totalement encastré dans la paroi, car sans profil de cadre saillant, le volet disparaît complètement une fois habillé du revêtement (papier peint, peinture, etc.) du mur qui le reçoit. Existe en version plafond avec ouverture du vantail commandée par vérin. Dimensions L 300 a 1100 x H 385 à 1105 mm, en version deux vantaux. Cadre en aluminium anodisé, volet réversible, montage encastré avec ou sans précadre, compatible avec les conduits silicocalcaire et staff.

Monochrom Vibration, w Polyrey

Les panneaux décoratifs stratifiés HPL et Compact teintés dans la masse, qui jouaient auparavant la dichotomie entre un blanc absolu et un noir intense, revisitent ces deux couleurs en multipliant les nuances et les effets de matières : marbre, paillettes, cuir … 16 décors et 8 structures pour un total de 24 références. Panneaux muraux ou mobilier.

Marmoleum solid & striato, Forbo

Après avoir lancé en 2016 Marmoleum click, une solution modulaire, Forbo revient avec une nouvelle gamme de linoléum dont le revêtement est issu à 97% de matières premières naturelles dont 75% renouvelables. Elle se décline dans de nombreux décors, dont Marmoleum cocoa, aux extraits d’écorces de cacao, et Marmoleum slate, inspiré de la texture naturelle de la pierre. En aparté, la gamme Marmoleum Imagine, fruit de la collaboration de 3 designers internationaux, qui bénéficie d’une technique novatrice de découpe par jet d’eau (aquajet).

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 63


Pièce d’eau •Salles de bains d’hôtels : l’originalité sublimée (p 66) •Duravit : plus de flexibilité et de réactivité (p 74) •« La force de Neolith, c’est sa polyvalence » (p 76) •Les quatre saisons chromatiques de Villeroy&Boch (p 78) •Kludi, acteur dynamique du marché de la robinetterie (p 79) •Produits (p 80)

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 65


Pièce d’eau / Réalisations

Salles de bains d’hôtels :

l’originalité sublimée Soignées dans les moindres détails et optimisant l’espace pour en tirer le meilleur parti, chambres et salles de bains d’hôtels forment un duo inventif… et se révèlent de véritables laboratoires à idées intégrant tendances et nouveautés. CLAUDINE PENOU HÔTEL SACHA, PARIS Architecte d’intérieur Julie Gauthron.

LEVER DE RIDEAU

Le décor plonge le voyageur dans l’univers enjoué du spectacle et dans l’effervescence parisienne. La pièce est travaillée comme un petit théâtre, mixant avec audace les papiers peints côté chambre et les carrelages côté bain. Rouge flamboyant jointé de noir autour

du plan-vasque et des toilettes, registres de céramique superposant les reliures façon maroquin dans la douche, damier d’inspiration fiftie’s et rock n’roll au sol : formats, époques, couleurs et motifs se mélangent pour théâtraliser l’ambiance. <

66 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

HÔTEL ADRATIC, ROVINJ (CROATIE) Design Frani Šekoranja. Radiateur Tubone de ANTRAX IT Design Andrea Crosetta. Installation verticale ou horizontale. Anneau ovale réalisé avec un tube de Ø 6 cm, disponible dans plus de 200 couleurs. La version électrique peut être complété par une poignée de porteserviettes chromé.

SUBLIMER L’USUEL Faire du radiateur l’élément fort d’un décor bicolore en misant sur un modèle au design original dont le choix fait

écho à celui, hyper graphique, d’une robinetterie encastrée et d’une bonde en finition noir. <


Pièce d’eau / Réalisations

PARTITION MARBRÉE

HÔTEL MONSIEUR, PARIS Décorateur Vincent Bastie. Lavabo Ascott de HORUS. Faïence Métro de CESI. Robinetterie Chambord de Cristina Ondyna.

La chambre Monsieur Mojo Risin - Jim Morrison pour les moins intimes associe tonalités émeraude et accords vintage avec, audessus de la tête de lit, une introduction à la partition marbrée

qui se joue en accord majeur dans la salle de d’eau, parée d’un carrelage fin mais plus vrai que nature : le faux fait de l’effet et unifie l’espace en mode impression minérale. <

COMME UNE LOGE SECRÈTE A deux pas des Mathurins, cette salle de spectacle où l’âme de Sacha Guitry n’en finit pas de planer, héritage d’éloquence et de distinction, cet hôtel est un théâtre d’élégance parisienne, classiques du répertoire relevés de touches d’audace et de piquant. Inspirée par le célèbre dramaturge français, la chambre « Coup de Théâtre » est un trompe-l’œil d’effets scéniques. Les lignes graphiques des décors muraux créent un singulier effet de perspective : celle de chambres à belle allure masculine.

Traitée comme une loge du petit théâtre de l’intimité, la salle de bains cultive ses classiques avec le toujours chic lavabo-console aux pieds chromé avec, en toile de fond, les indémodables biseaux des iconique carreaux de métro. <

HÔTEL DUPOND-SMITH, PARIS Architectes Anne Peyroux et Emmanuelle Thisy. Céramique effet marbre Calacata silver et mosaïque sol douche à l’italienne, Antic Colonial, blanco almeira gris de PORCELANOSA. Plan vasque sur mesure en Krion de PORCELANOSA, Peyroux&Thisy. Robinetterie plan vasque de AXOR HANSGROHE - Design Antonio Citterio. Robinetterie douche Quadri de CRISTINA ONDYNA. Produits d’accueil de DIPTYQUE.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 67


Pièce d’eau / Réalisations HÔTEL L’ANTOINE, PARIS – Décor de Christian Lacroix.

LA BELLE JULIETTE, HÔTEL & SPA, PARIS Aile contemporaine de « L’Abbaye-aux-Bois ». Décoratrice Anne Gelbard. Architecte Aurore Vachette-de Lesquen.

L’ATELIER DU BAIN Dans la nouvelle aile, la décoration est faite de meubles design contemporains ou vintage du 20ème siècle, de matières inédites avec des sols de bois brûlé façon atelier. La salle de bains, elle aussi, devient une annexe qui se dérobe partiellement au

regard derrière une verrière coulissante, avec mécanisme de coulisse apparent. Entièrement carrelée de beige (sol) et de gris neutre d’aspect cimenté (murs), l’intérieur dessine une bulle feutrée où prendre son bain en toute tranquillité. <

68 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

S’ENVELOPPER D’OR A l’emplacement d’un ancien couvent du 17ème siècle que fréquentait Baudelaire, les 38 chambres de l‘hôtel se déclinent autour d’ambiances, comme ici le premier étage dit « technologique » qui fait référence à la matière brute, au béton et aux matériaux de récupération. Les parois sont tapissées de bois ou de plaques moulurées XIXème en trompe-

l’œil tandis que les salles de bain sont recouvertes de carreaux type métro métallisés, en rupture avec certains murs ornés de « bâches », « collages », scrapbooks, graffitis et gravures anciennes, créant un intense contraste sensoriel. A noter : le pan coupé de biais du plan-vasque qui allège visuellement l’espace et fluidifie la communication avec la douche. <


Pièce d’eau / Réalisations

TECHNOLOGIES ULTRA-CONFORT Dotée d’un habillage moderne anthracite city coordonné au receveur, la baignoire îlot Kaldewei Classic Duo Oval Wide en blanc arctique mat s’intègre harmonieusement dans la chambre. La robinetterie électronique Comfort Select de

Kaldewei permet la sélection précise de la température souhaitée d’une simple pression de doigt – et le trop-plein Kaldewei Comfort Level Plus garantit le remplissage discret de la baignoire ainsi qu’une profondeur d’immersion optimale. Le système de bain

audio Sound Wave de Kaldewei permet de se plonger, au sens littéral, dans sa musique préférée, et de vivre ainsi des moments de détente inoubliables dans le bain grâce à la lecture de fichiers audio depuis presque tous les appareils compatibles

bluetooth. La baignoire – vide ou remplie – se transforme alors en véritable radio, l’eau permettant même de sentir le rythme de la musique et de se prélasser longtemps grâce à l’excellente conductivité thermique de l’acier émaillé.

HÔTEL 25HOURS BIKINI, BERLIN Bureau d’architecture Aisslinger. Équipement sanitaire de KALDEWEI : robinetterie électronique Comfort Select, système audio de bain Sound Wave intégré à la baignoire îlot Kaldewei Classic Duo Oval Wide blanc arctique mat avec habillage anthracite city, receveur de plain-pied émaillé Superplan Plus coloris city anthracite mat. En acier émaillé 3,5 mm de qualité supérieure offrant une résistance telle que la surface reste intacte même après des années d’utilisation intensive (garantie 30 ans).

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 69


Pièce d’eau / Réalisations HÔTEL DORSIA, GÖTEBORG (SUÈDE Équipement sanitaire de DURAVIT : console métallique, vasque en céramique, 60 x 40 cm, Happy D.2, Design Sieger Design, baignoire en acrylique sanitaire.

UN ÉCRIN DE MOSAÏQUES Les salles de bains sont parfaitement intégrées dans le concept général de l’hôtel et offrent des murs recouverts de mosaïque précieuses

et de dalles de marbre décoratives. Rehaussé de ces pixels brillants, le décor forme un écrin divin. Les baignoires de Duravit sont des œuvres d’art en soi :

le client découvre le bien-être royal, tout seul dans la baignoire Starck, ou à deux dans la baignoire biplace Paiova. Des lavabos sur console métallique

et des cuvettes de wc de la collection Happy D., dessinés par Sieger Design, complètent l’équipement de ces salles de bains pittoresques. <

FOXHILL MANOR, BRODWAY (ROYAUME-UNI) Baignoire Amalfi de VICTORIA+ALBERT. En Quarrycast®, mélange de pierre volcanique (finition blanche brillante naturelle) et résines ultra performante (100% massif, fait à la main) : solidité, stabilité, facilité d’entretien. Garantie 25 ans. L 163,20 x 79,40 x H 85,90 cm.

ATOLL DE BIEN-ÊTRE Pièces maîtresses d’un vaste bainchambre avec vue sur la campagne anglaise, ces baignoires à dossier allongé invitent à buller

en duo. En single, ce bain en îlot à la puissance2, peut aussi suggérer à sa manière d’imiter la cour de Versailles où les salles de bains

70 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

royales comportaient deux baignoires : l’une pour se savonner, l’autre pour se rincer… Ou l’art de prendre soin de soi, sans compter son temps,

confortablement installé(s) grâce à un design ergonomique et un matériau exclusif au toucher chaud qui maintient l’eau à température.<


Le raffinement signé HORUS Collection Ascott Finition présentée : Doré vernis brillant. Sur demande, disponible en 13 finitions

SHOWROOM HORUS

3, boulevard Voltaire - 75011 PARIS Tél. 01 43 38 89 76

www.horusfrance.com

Conception et fabrication

à Obernai LE GUIDE DU CONTRACT 2018 71 en


Pièce d’eau / Réalisations THE MAY FAIR HOTEL, LONDRES Suite Ebony. Équipement sanitaire de TOTO : vasques et baignoire en Luminist avec effet d’éclairage changeant et apaisants, douche walk-in et Washlet toutes fonctions (wc lavant).

CLOISONNER SANS ISOLER Le fil dominant de cet agencement est le cloisonnement en espaces dédiés à chaque rite de toilette mais avec fluidité. En lieu et place de séparation ce sont des claustras japonais qui assurent l’intimité tout en laissant filtrer la lumière. Choisis dans un ton ébène, ils permettent une grande souplesse d’aménagement grâce à leur légèreté. Si les authentiques étaient en papier de riz, les actuels déclinent diverses finitions opalescentes. Un espace est ainsi réservé

à la baignoire nichée en alcôve et sur un podium, contre laquelle s’appuie le plan vasque double, surmonté de ses miroirs. L’espace toilette équipé d’un wc lavant haut de gamme et toutes fonctions est habillé d’un carrelage anthracite puisé dans un registre naturel. La douche dotée de multi-jets gérés par commandes digitales est à elle seule un havre de bien-être. Chacun peut ainsi choisir son mode sensoriel dans une ambiance feutrée, en osmose avec la chambre. <

72 LE GUIDE DU CONTRACT 2018


Pièce d’eau / Réalisations

LE 5 CODET, PARIS Architecte d’intérieur Jean-Philippe Nuel. BetteStarlet Oval Silhouette bicolore 2680 de BETTE. Cette superbe baignoire bicolore en acier vitrifié avec tablier de forme conique a été fabriquée sans joint (plaque d’acier affinée au titane et travaillée à la forme voulue, avant d’être recouverte d’une fine couche d’émail). Modèle à double dossier, présenté en 175 x 80 x 42 cm. Existe aussi en 150 x 80 x 42 cm, 165 x 75 x 42 cm, 185 x 85 x 42 cm.

DÉTENTE EN BOUT DE LIT Cet hôtel de luxe situé à deux pas des Invalides dans un bâtiment industriel des années 1930 a conçu ses 67 chambres comme des ateliers d’artistes. Côté aménagement,

l’architecte a opté pour le raffinement et la sérénité. Les chambres combinent élégamment le chêne clair, des teintes gris pâle et quelques touches colorées de mobilier, prune, noir,

blanc et olive, pour égayer l’ensemble. Si la salle de bains, équipée d’un lavabo, d’une douche façon sauna et de toilettes séparés, est située derrière une portemiroir coulissante,

la baignoire, en revanche, trône au pied du lit. Cette baignoire bicolore en acier vitrifié s’intègre parfaitement aux courbes du décor et rehausse l’impression générale de luxe. <

LE GUIDE DU CONTRACT 2018 73


Pièce d’eau / Rencontre

Duravit : plus de flexibilité et de réactivité Thomas Braig, directeur général de la filiale française de Duravit, nous exposait notamment, lors du dernier salon EquipHotel – en novembre 2016 - la stratégie de l’équipementier en matière de prescription. CLAUDINE PENOU Comment fonctionne aujourd’hui Duravit France ? Nous avons voulu donner de l’importance à la France en mettant en place une structure directionnelle comparable à d’autres que nous avons dans le monde. L’avantage est clair  : nous sommes maintenant décisionnaires sur place, ce qui nous donne une flexibilité et une réactivité plus grande. Durant les premiers mois de ma mission [dès janvier 2016 ndlr], j’ai fait connaissance avec notre structure à Bischwiller, les équipes, les dirigeants mais également le marché. Je me suis employé à beaucoup voyager pour rencontrer nos clients, prendre la température, savoir comment Duravit est perçu, ce qui marche très bien, là où nous avons encore du potentiel… Avec la direction commerciale, nous avions également identifié un certain nombre d’actions : création d’une offre pack sur les gammes DuraStyle et Starck3 par exemple ; opérations ciblées avec certains de nos clients, en proposant des prix, des actions, et en mesurant après l’impact. Après, je suis entré 74 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

France, il y a l’axe commercial qui est important parce qu’il va nous permettre d’aller de l’avant, mais également l’axe industriel avec des challenges concernant le mix produits, la productivité et l’innovation parce que c’est là que nous développons et fabriquons le DuraSolid, notre solid surface. Bischwiller est un site intéressant sur lequel Duravit a beaucoup investi pour développer différentes technologies, car il abrite plusieurs secteurs avec bien sûr la production de céramique - qui ne représente plus qu’environ 50 % du chiffre d’affaires du groupe, mais aussi celle du DuraSolid, la balnéo ou le SensoWash…

dans une phase de recherche d’idées et de solutions à mettre en place pour développer Duravit France. Quels sont les autres axes de développement ? Comme je suis aussi directeur du site de Bischwiller qui est le plus gros producteur de céramique sanitaire en

En termes de parts de marché, quelles sont les attentes de Duravit sur le marché hexagonal ? Aujourd’hui, Duravit fait partie des 5-6 premières marques en France. Nous sommes une marque prisée, une marque connue, notamment par les architectes. Nous estimons notre part de marché à environ 5 %, donc il y a du potentiel que nous devons identifier pour nous développer.


Pièce d’eau / Rencontre La filiale française Duravit SA est basée à Bischwiller (Bas-Rhin). Production de baignoires Cape Cod de Philippe Starck dans l’atelier alsacien de DuraSolid. 6

Quels sont, justement, vos objectifs et stratégie en matière de prescription ? Le fait d’être un peu plus dynamique, plus réactifs, notamment sur la prescription qui représente 40 % de notre chiffre d’affaires en France, et les actions pack ou autres que nous avons faites avec les partenaires grossistes , nous ont aidé à stabiliser et à pousser un petit peu, et cela doit être poursuivi. La prescription est importante et il faut s’y consacrer sans pour autant oublier le négoce, car ce sont ensuite nos partenaires grossistes, les stockistes, qui nous apportent un chiffre régulier, surtout en période de crise. La prescription commence dès qu’on a connaissance de quelque chose. Il faut être présent sur les appels d’offres, être aux côtés des nombreux partenaires d’un projet : architectes, bureaux d’étude, maîtres d’œuvre, grossistes… jusqu’au plombier qui va mettre en œuvre notre produit. Nous avons intensifié la communication entre la prescription et la cellule à Bischwiller. L’équipe dédiée strictement à la prescription se compose de 5 personnes, plus une personne en soutien en interne à Bischwiller. L’approche est complètement différente de celle du négoce, un projet dure de 6 mois à

plusieurs années, pendant lesquelles il faut toujours être derrière, être actif, faire l’état des lieux. Et aussi comprendre à la fin pourquoi on a gagné ou pas - un projet afin de tirer des conclusions et essayer de s’améliorer. L’important, c’est de réagir vite, répondre rapidement En tant qu’équipementier de la salle de bains, quelle offre ciblée présentiez-vous sur le salon EquipHotel 2016 ? Ce qui nous démarque, c’est notre capacité à présenter une très gamme large qui nous permet de répondre à des projets, des ambiances, des budgets, des tailles de salles de bains… en allant des solutions compactes pour un petit hôtel à du wc lavant qui peut être combiné

avec de l’émail anti-bactérien pour un 5 étoiles. Que ce soit de la céramique, des solutions pour le bain, la douche dans différentes matières, le meuble pour la prescription conçu pour durer dans le temps, être facilement montable et nettoyable, la technologie… Duravit a tout cela dans des gammes et des ambiances différentes, puisque nous exposions aussi du rétro avec 1930, le Vero avec support mural ou une série moderne comme Cape Cod… Cela nous permet d’être partout, dans le public, le semi-public, dans les hôtels… Nous sommes aussi flexibles et pouvons, au cas par cas, nous adapter à des demandes spéciales pour les projets d’hôtellerie, comme par exemple décaler le logo pour positionner une robinetterie.< LE GUIDE DU CONTRACT 2018

75


Pièce d’eau / Rencontre

«La force de Neolith, c’est sa polyvalence» En lançant sur le marché, en 2010, le produit Neolith, la société espagnole TheSize Surfaces s’est efforcée de faire œuvre de pionnière en matière de solutions innovantes et polyvalentes dans les domaines de l’architecture et de la décoration d’intérieur. Directrice Marketing de l’entreprise, Mar Esteve Cortés nous en dit plus sur ce matériau convenant aussi bien aux espaces extérieurs qu’intérieurs… et en particulier à la salle de bains. BENJAMIN COPPENS Neolith est présenté comme une réponse innovante au secteur de l’architecture et de la décoration d’intérieur : pourquoi ?

Le grand avantage de Neolith tient dans ses propriétés et sa gamme étoffée de formats proposés. Songez que ce matériau 100% naturel résiste sans difficulté aux chocs thermiques et mécaniques, est parfaitement hygiénique, non poreux, de manipulation légère (7 kg/ m2 pour la dalle de 3 mm) et se nettoie très facilement ; il est, par ailleurs, insensible aux UV, permettant à sa couleur de ne pas se détériorer avec l’exposition solaire ou les 76 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

températures extrêmes. Ainsi peut-il être tout aussi facilement destiné aux applications extérieures (façades ventilées) qu’intérieures (ameublement, revêtement de sol, plan de travail en cuisine, surface de salle de bains, etc.). Ce qui fait sa force, c’est sa polyvalence ! Ces secteurs d’application ne présentent cependant pas les mêmes exigences en matière de résistance aux chocs et à l’environnement… C’est vrai ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous proposons le produit en plusieurs épaisseurs différentes : 3, 6 et 12 mm. En 2017, nous le proposerons également en 20 mm. À chaque épaisseur son type d’application. Les tranches de 3 mm sont recommandées pour l’ameublement et les revêtements intérieurs. Le Neolith 6 mm d’épaisseur conviendra mieux aux revêtements de sol (extérieurs comme intérieurs) ainsi qu’aux façades ventilées. Quant aux tranches de 12 mm, elles sont réservées aux applications très exigeantes, comme les plans

de travail de cuisine. J’ajoute que Neolith est proposé en trois grands formats de dalle : 3,20 x 1,50 m, 3,20 x 1,60 m et 3,60 x 1,20 m. Il se décline également en formats carreaux plus petits (de 60 x 30 cm à 150 x 150 cm) et peut présenter plusieurs finitions : Satin, Silk, Riverwashed et Polished. Comment Neolith acquiert-il ses propriétés ? Le process de fabrication est des plus innovants. Nous faisons ainsi appel à la technologie dite de frittage, qui consiste à soumettre les matières premières 100 % naturelles que nous utilisons à des pressions et des températures très élevées. Celles-ci passent d’abord par une presse appliquant une pression jusqu’à 400 bars. Une fois constituée, la dalle est chauffée dans un four atteignant les 1200° C. D’autres technologies sont utilisées durant la phase de décoration : Full Body (décoration pleine masse), NAP (conférant au matériau une texture douce) ou encore NDD


The Size Surfaces en bref

Pièce d’eau / Rencontre

Née en 2009, TheSize Surfaces – dont le siège et l’usine sont situés à Castellón de la Plana, au nord de Valence – compte beaucoup sur l’expérience et le savoirfaire de ses propriétaires et cadres dans le domaine de la pierre – beaucoup viennent de chez Levantina, multinationale espagnole de la pierre naturelle – pour développer ses produits dans la péninsule ibérique et à l’international. En sus de Neolith, lancée en 2010, TheSize Surfaces a présenté, en 2014, Granith : une ligne de produits composée d’une collection haute de gamme de 12 granits naturels en différentes finitions.

Dans la pièce d’eau

Grâce à ses différents formats et épaisseurs, à sa résistance, à sa porosité presque nulle ainsi qu’à sa facilité d’entretien, Neolith s’invite idéalement dans la salle de bains, proposant différentes solutions pour le banc, la vasque, le sol, le receveur ou encore les murs qui entourent la douche…

de produits ultra-résistants et d’usage polyvalent. Comment Neolith est-il distribué en France ? Nous travaillons avec 4 distributeurs principaux : Spadaccini (94), Granitrans (57), France Granit et Marbre (79) et Rhône-Alpes Granit (26).

(Neolith Digital Design, décoration numérique). Un process de fabrication qui évoque celui du Dekton®, conçu par la société Cosentino… Tout à fait : cependant, si le process est similaire, les technologies et méthodes de production, au niveau de la presse notamment, sont différentes. Avec le Dekton®, Cosentino produit, depuis 2013, un matériau de qualité, aux caractéristiques très proches de celles de Neolith. Toutefois, ce dernier, lancé sur le marché en 2010, conserve son rôle de pionnier dans cette catégorie

La marque a-t-elle vocation à poursuivre son développement dans l’Hexagone ? Absolument ! La France représente d’ailleurs, avec l’Allemagne et les Pays-Bas, l’un de nos marchés les plus importants en Europe De fait, l’export représente plus de 80% de notre chiffre d’affaires vente : l’internationalisation constitue ainsi, pour la marque, un vecteur de croissance certain, surtout si l’on songe que le produit a été présenté dans son pays d’origine à une époque où celui-ci connaissait l’une des pires crises immobilières qu’il ait connu ! À ce jour, Neolith est donc distribué dans 82 pays différents, soit par le biais de distributeurs agréés, soit dans le cadre de projets d’envergure menés par des architectes de renom, comme au Qatar, par exemple. < LE GUIDE DU CONTRACT 2018

77


Pièce d’eau / Rencontre

Les quatre saisons chromatiques de Villeroy&Boch Finesse des formes et force des couleurs sont les maître-mots d’Artis Color, cette collection de vasques en TitanCeram, matériau innovant qui se distingue par des produits aux lignes précises aux parois et arêtes minces. Pour Villeroy&Boch, la designer d’intérieur Gesa Hansen a créé un univers chromatique sensible où 15 nuances de rose, bleu, jaune et vert et la gamme de gris et noir fondent des variations subtiles. CLAUDINE PENOU

D

Diplômée de la Bauhaus University de Weimar et de la Nagoya University of Arts, Gesa Hansen a notamment travaillé pour Jean Nouvel Atelier et H5, mais aussi au Japon. Elle a fondé son studio de design, The Hansen Familly, en 2009, ainsi que le studio intérieur design HFB Studio Paris. Qu’est-ce qui vous a inspiré pour créer les programmes de couleurs d’Artis ? Les lavabos Artis sont extrêmement fins et délicats, et les formes géométriques incarnent la réduction parfaite à l’essentiel. Pourtant, dans le même temps, la céramique est en soi un matériau plutôt froid et dur. Pour surmonter cette froideur et la dureté, j’ai conçu délibérément des couleurs douces. Je me suis inspirée de la nature et des saisons : le vert frais du printemps, le soleil d’été radieux, les feuilles de couleur rouille en automne 78 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

et le froid de l’hiver. Et, bien sûr, Paris. Son style particulier, son mode de vie typique et la culture de la capitale française ont également influencé mes couleurs. Vous parlez de combinaisons et non de concept de couleurs. Pourquoi ? Pour les nouvelles couleurs, je me suis éloignée de l’idée d’utiliser un concept de couleur classique composé de différentes couleurs assorties,

remplacé par un jeu avec les différentes nuances d’une seule couleur. Le résultat est quatre séries de couleurs vives constituées chacune de trois couleurs dont la profondeur et l’intensité de la couleur varient. Vous pouvez imaginer que ces gradations sont comme la base, le cœur et les notes de tête d’un parfum : la teinte la plus claire représente la base, celle du milieu, plus forte en couleur, est la note de cœur, et dans la tonalité la plus forte, la note supérieure, l’intensité est développée au maximum. <


Pièce d’eau / Rencontre

Kludi, acteur dynamique du marché de la robinetterie Marc Chevalier, directeur commercial de la filiale hexagonale de Kludi, présente les atouts de cette firme familiale qui a su conserver ses fondamentaux et l’ensemble de son outil productif en Europe. C.P.

en marques propres pour le commerce de gros en sanitaire. En 2015, la moitié du CA avait été réalisé à l’export. Le développement à l’étranger de Kludi est, selon Marc Chevalier, directeur commercial France, « très attaché à la proximité de marché, argument qui séduit le négoce », et se base sur ses propres filiales de distribution…

« Une vraie légitimité dans l’hôtellerie »

Marc Chevalier

Totalement indépendante, elle est une société d’envergure internationale qui, dirigée par Janusz Palarczyk (le petit-fils du fondateur), emploie 1 000 personnes dans le monde et commercialise, chaque année, plusieurs millions de robinetteries de salle de bains et de cuisine ainsi que des pommes de douche et accessoires. Leader du marché en Allemagne et en Autriche dans le domaine des robinetteries de cuisine, Kludi est également là-bas un grand fabricant de robinetteries

Son outil industriel européen lui permet d’assurer, en interne, la maîtrise intégrale des process de production, sans compromis avec un engagement environnemental fort (notamment sur le plan normatif) et « l’exigence de la qualité produit, indissociable de l’ADN de Kludi qui assure un contrôle en eau et en air avant expédition sur 100% de ses produits ». La stratégie de croissance durable de l’entreprise repose aussi sur un design fonctionnel et distinctif qui « en apportant une identité propre aux produits, permet à la distribution de se différencier de leurs confrères au niveau de l’offre ». Atout substantiel, l’innovation porte, et ce depuis 1926, des idées révolutionnaires et des développements pratiques qui

Avec la Flexx.Boxx, Kludi peut proposer en toute sécurité, dès l’entrée de gamme, des lignes complètes avec de l’encastré.

sont unanimement récompensés par des prix tels que if product design award et Plus X Award. Tout cela positionne Kludi comme un « acteur dynamique du marché de la robinetterie qui, en fonction de la segmentation des marchés, est en capacité d’apporter des réponses dans toutes les typologies de projets, avec une vraie légitimité dans l’hôtellerie notamment». Autre argument spécifique qui séduit le marché : « des séries complètes, de l’entrée au haut de gamme, permettant de proposer de l’encastré en toute sécurité, y compris en entrée de gamme ». Des avantages concurrentiels « ayant déjà mis en confiance la prescription et des négoces électricité qui ne sont pas suiveurs et vont de plus en plus vers le sanitaire ».< LE GUIDE DU CONTRACT 2018

79


Pièce d’eau / Produits

Walk-in Easy Sérigraphie Shade, Sanswiss

Outre son nouveau verre dont l’opacité partielle à effet estompé, floutée sur les bords, ce walk-in Easy cumule des caractéristiques optimales : une paroi en 8 mm d’épaisseur (très bonne stabilité) et un traitement du verre anti-traces Aquapearl. Hauteur 200 cm. Choix de 2 vitrages. Paroi réversible. Facilité de montage. Barre de seuil incluse pour un confort de pose. Barre de stabilisation rectangulaire incluse, en aluminium finition Poli brillant, de 1250 mm recoupable. Profilé de compensation mural en finition poli brillant permettant un réglage de 20 mm en cas de faux aplomb mural. Montage possible sur receveur ou à l’italienne.

Coordinated Colours Collection, Kaldewei

Kaldewei propose des produits durables réalisés en acier émaillé supérieur, particulièrement adaptés au contract. L’emploi d’un matériau homogène pour la fabrication des vasques, receveurs et baignoires permet de constituer un ensemble cohérent, et les produits sont déclinés dans un large panel de couleurs qui comprennent, en plus du blanc alpin, 4 couleurs sanitaires standard et 12 coloris mats de la « Coordinated Colours Collection ». Exemple de la palette mis à la disposition des prescripteurs : la vasque Miena à paroi simple et bords minces (arrondie ou carrée, 2 dimensions), coordonnée aux surfaces de douche émaillées (coloris Oyster Grey).

80 LE GUIDE DU CONTRACT 2018


Pièce d’eau / Produits

Sanswiss, Kludi Balance, Kludi

Présenté au salon ISH 2017, ce mitigeur de lavabo 2 trous à encastrer pour montage mural se distingue par sa finition haut de gamme qui associe les reflets métalliques du chrome à la matité du blanc, vecteur de pureté et de fraîcheur. Une distinction de surface qui vient constituer un élément décoratif supplémentaire de la forme... Levier plein, débit 6 l/ min à 3 bars, mousseur s-pointer PCA M 24 x 1, saillie murale 23,5 cm. Existe aussi en version chromé.

Âtman, Evhome

Au service d’une expérience produit enrichie avec une simulation in-situ en réalité augmentée, directement dans la salle de bains (à échelle réelle ou réduite), l’application Âtman d’EVHome propose un large choix de nuances et de finitions particulières (anodisés brossés, bois, gravures, incrustations…). Depuis smartphone ou tablette, la plateforme réunit également une palette de services et de fonctions modulables pour créer un environnement surmesure (température, activation automatique d’une lumière douce, diffusion d’huiles essentielles…)

Jackoboard Aqua Reno, Jackon Insulation Le receveur extraplat à pente préformée Jackoboard Aqua Reno est désormais proposé avec une hauteur d’installation minimale de 65 mm. Hydrofuge et prêt à carreler, ce système bénéficie d’une garantie d’étanchéité par Jackon Insulation. Livré avec grille en inox brossé et kit d’assemblage pour assurer l’imperméabilité des joints. Intégré, le siphon centré évite l’utilisation d’un mortier de remplissage. Outre son montage rapide, sa performance d’écoulement mérite d’être soulignée avec un haut débit de 0,5 l/s. 90-140-180 x 90 cm (dim. spéciales sur demande). Accessible en fauteuil roulant (haute résistance à la compression >300 kPa).

Gamme d’appareils sanitaires Inox, Delabie

Au-delà de l’indispensable la propreté des lieux, les usagers des établissements recevant du public attendent aussi du confort et de l’esthétique. Très hygiénique, l’inox 304 bactériostatique est magnifié à travers cette gamme de sanitaires en finition poli satiné, composée d’un wc, d’un distributeur de papier, d’une patère ou encore un pot à balai mural (ici, un parc de loisirs).

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

81


TERRASSEs sans vis. concept révolutionnaire. LIGNES PARFAITES. SYSTÈME CLIPS/DÉCLIPS CRÉÉE POUR VOUS, POSÉE PAR NOUS. PARTOUT !

82 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

GRAD ! N°1 DE LA TERRASSE| 03 88 07 65 67 | WWW.GRADCONCEPT.COM


Outdoor & Bien-être •Ego Paris, un mobilier conçu à la carte (p 84) •Royal Botania : 25 ans d’élégance (p 86) •Vondom, défricheur des styles de vie (p 88) •Gennius, ou la protection tout en élégance… (p 89) •Dans l’Ardèche, le défi de Carré Bleu (p 90) •Clair Azur, ou la zen altitude (p 91) •Produits Outdoor (p 92) •Produits Bien-être (p 94)

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

83


Outdoor & Bien-Etre / Focus

Première

Ego Paris, un mobilier conçu à la carte Depuis plus de dix ans, Ego Paris développe des collections haut-de-gamme, disponibles dans une large palette de couleurs et de matières, en s’appuyant sur de grands noms du tissu outdoor, tels Perennials, Missoni Home, Sunbrella et Kvadrat. Des combinaisons qui rendent chaque composition quasiment unique, selon Nicolas Sommereux, directeur général de la société. NATHALIE DEGARDIN

E

go Paris, c’est avant tout une belle histoire familiale : celle de trois frères qui ont hérité de la fibre entrepreneuriale de leur père. En 2005, ils cherchent une entreprise à reprendre et à développer : cette marque naissante, haut de gamme, retient leur attention par son potentiel de développement. Comme le souligne Nicolas Sommereux, « on voyait monter des marques comme Dedon qui fabriquait à l’étranger, on a eu cette volonté de se démarquer. “Ego”, signifie en quelque sorte “je crée mon propre mobilier et ensemble”. Ce qui nous a plu, c’est cette personnalisation des meubles qui fait que les produits sont forcément fabriqués en France ». Dès le début, le point fort de la marque est ainsi la déclinaison d’une large gamme de finitions. 84 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Première sera logiquement le nom de la collection de départ : assez classique dans sa structure, elle allie l’aluminium et la Batyline pour un ensemble de chaises et d’une table, et un lounger. Pour composer son ensemble, le client a le choix dans la gamme de revêtements des assises, mais aussi pour le plateau de la table, en verre laqué. Cependant, pour Nicolas Sommereux, la deuxième collection, Tandem, marque vraiment le début d’Ego Paris : « C’est un produit très atypique, sur lequel on va chercher la convivialité. C’est notre marque de fabrique : un bain de soleil qui se combine avec une plage où poser un verre. » On retrouve le Batyline pour le confort de l’assise et l’éventail de couleurs, et une structure en aluminium, avec cette fois cette plage en teck ou en Corian qui fait la différence.


Outdoor & Bien-Etre / Focus Récompensée d’un Red Dot Award en 2008, cette création reste l’un des produits phares de la société plus de dix ans après. Forte de son succès, Ego Paris pousse un cran plus loin les possibilités de combinaisons avec la ligne Kama. Cette fois, au-delà des revêtements, la structure est aussi composable, ainsi la collection fonctionne sur un ensemble modulable que l’on agence en canapé, méridienne ou lounger en adaptant le coussinage. L’assise est accompagnée d’une table basse, dont le plateau se relève : « À l’extérieur, on reçoit en cassant les codes. Là, on passe au déjeuner en restant dans le canapé. » Pour assurer le confort et garder ce positionnement haut de gamme, les lattes seront issues de l’industrie du sommier. Jusque-là, le design était réalisé en interne, mais, selon Nicolas Sommereux, « on se bridait, on dessinait en fonction de ce que l’on savait fabriquer ». Les trois frères décident ainsi de franchir une étape et de faire appel à Emmanuelle Legavre pour un produit ludique. Ce sera la collection Kube, qui s’empile, se déploie, à partir d’une ligne très moderne et d’une base simple. Suivra la collection Hive,

Kama

Hive

dessinée par Fabrice Berrux, qui part d’un principe de ruche : des modules hexagonaux qu’on assemble, avec une multitude de coussins pour former un cocon familial. En 2016, la marque se pose et décide de mettre à plat l’ensemble de ses gammes. « Dans l’histoire d’Ego Paris, chacun est arrivé avec ses idées de coloris. Nos gammes de couleurs ont évolué au gré de nos collections et de nos rencontres avec ceux qui les ont conçues. Cette année, nous avons fait un gros travail de refonte de nos palettes de couleurs et de matières. Notre objectif était d’avoir une offre plus cohérente qui fonctionne avec toutes nos collections. L’idée est d’ouvrir une palette de couleurs utilisables sur l’ensemble des gammes. » Dans les faits, la clientèle évite les couleurs vives, ou alors par petites touches, « les gens aiment surtout le blanc, les gris, les tons neutres, ils ont plus peur de se tromper que de se lasser. On se rassure en revenant sur ce qui est présenté en magasin ou en photo d’ambiance dans les catalogues. On le voit car lorsqu’on y présente des collections audacieuses, elles sont validées. Ainsi, lors du cobranding que l’on a développé avec Missoni Home pour la collection Hive, j’ai été surpris de la forte adhésion des gens ». Pour conserver cet ADN fort de personnalisation, les trois frères se sont concentrés sur les propositions de revêtements, à l’image de ce travail fait sur le Stamskin One, que le public pouvait découvrir au dernier Maison & Objet. Ce tissu enduit, très naturel au toucher, rappelle la texture dite « peau de pêche ». Sont travaillées aussi les structures, « jusqu’à présent, les revêtements externes étaient en fil de polyester teint dans la masse, avec un toucher synthétique peu agréable. Depuis deux ou trois ans, on se rapproche du toucher des matériaux propres à l’intérieur ». Une collaboration particulière est montée avec Ferrari pour concevoir de nouveaux tissages pour leurs toiles Batyline. Pour rester dans cette ligne « personnalisation et convivialité », Ego Paris mise également sur l’accessoirisation. Une évidence avec la table Extrados : le système est composé de deux plateaux et d’un chemin de table en teck, en Corian ou aluminium, qui peut être complété par un bac, un billot, un porte-couteaux… La collection Hive vient, elle, de s’équiper de bacs qui reprennent cette forme de calisson, qui fonctionnent parfaitement avec la base hexagonale de l’ensemble. < LE GUIDE DU CONTRACT 2018

85


Outdoor & Bien-Etre / Rencontre

Royal Botania : 25 ans d’élégance Célébrant son anniversaire cette année, Royal Botania a su, en 25 ans, imposer son mobilier haut de gamme. Entre coup d’œil dans le rétroviseur et projets d’avenir, Kris Van Puyvelde, cofondateur de la marque belge, revient sur cette évolution, sans perdre de vue les fondamentaux de la marque qui est particulièrement appréciée des prescripteurs. NATHALIE DEGARDIN

S

i, aujourd’hui, Royal Botania rayonne dans le monde, le point de départ de la success story est simplement une histoire de voyage. Au cours d’un séjour en Indonésie, deux étudiants belges découvrent le mobilier en teck… et repartent avec un conteneur plein ! Devant le succès des ventes et l’intérêt réel pour ce bois exotique, ils décident de ne pas se cantonner au statut de revendeurs. Quitte à demander des finitions particulières, des améliorations fonctionnelles, ils créent leurs propres produits. En 1992, Kris Van Puyvelde et Frank Boschman lancent ainsi Royal Botania, un nom inspiré des jardins botaniques et évocateur d’un univers haut de gamme, dans lequel le duo compte classer son mobilier. Actuellement, entre les bureaux et l’usine, l’entreprise comprend près de 400 personnes. Royal Botania s’est construite autour du teck, est-ce toujours un élément essentiel dans vos créations ? Si le teck a été l’élément déclencheur de l’histoire, au fil des années, nous nous sommes ouverts à d’autres matériaux. Nous avons été les premiers à proposer des créations en aluminium, en Inox, à la fin des années 1990. Pour des raisons techniques, déjà, car ces matériaux étaient bien plus faciles à travailler et permettaient vraiment d’innover dans les formes. Notre mobilier a gagné en légèreté, en finesse, en lignes plus féminines. À cette époque, nous étions avant-gardistes, cela nous a donné un second souffle, après une première décennie où nous avions posé des bases solides pour notre marché. Notre ADN a toujours

86 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Alura, Palma

tourné autour de l’élégance des modèles et l’ergonomie, avec une vraie compétence technique pour la réalisation. Les gens doivent pouvoir passer une après-midi entière sur un lounger sans avoir mal au dos ! On essaie de couvrir toutes les gammes, certaines collections sont plus traditionnelles, sans être rustiques, d’autres plus minimalistes. Les plus fortes sont, peut-être, Ninix et O-Zon, car elles sont très larges dans leurs propositions. <


Outdoor & Bien-Etre / Rencontre

Kris Van Puyvelde et Frank Boschman

Comment conserver cette position de défricheur de tendances ? Nous sommes axés sur la recherche de formes organiques. Le bois reste un matériau très noble, qui se laisse facilement combiner et former. On travaille avec des plantations où le bois est récolté de façon durable, mais cela devient de plus en plus difficile. Par exemple, en Birmanie, chaque année, le quota de bois brut exporté baisse : de 100 000 tonnes par an il y a trois ans, il est descendu à 20 000 tonnes cette année. On essaie toujours de se réinventer, mais c’est moins facile d’innover vraiment dans les matériaux. Après l’ère du plastique, puis celle du bois, la découverte des fibres tressées et de l’aluminium a naturellement conduit à des combinaisons, des associations de matières. Et c’est aussi ce qui permet qu’actuellement on retourne à une inspiration très fifties et sixties, en reprenant des formes arrondies mais plus aérées, des couleurs plus chaudes. On ne fait plus seulement dans le noir et le blanc. Le regard sur le mobilier change, surtout en Europe. Les gens aiment davantage mixer les éléments, que les chaises ne soient pas nécessairement de la même collection que la table qu’elles entourent. C’est une évolution très positive pour

nous, car cela donne de la flexibilité dans la création : on peut juste lancer une chaise sans avoir besoin de lancer une gamme de produits. On n’est plus dans une demande où l’on veut la table à manger, le salon, les bords de piscine de la même collection. Pour nous, c’est plus facile à gérer en termes de stock ou d’arrêt d’une collection, par exemple. Cela permet des essais. Nous avançons de plus en plus vers des formes organiques. À l’image de Palma, notre dernier parasol, qui est d’une esthétique très fine et également d’une haute technicité : pas besoin de levier, il s’ouvre tout seul, grâce à un système inclus dans son mât. Ou encore la chaise Jive, très compliquée à fabriquer, mais très organique. Nous développons aussi beaucoup les gammes de luminaires. Nous en avons toujours fait, mais c’est vrai que nous y mettons l’accent cette année. Votre histoire reflète-t-elle celle de l’évolution de l’outdoor ? Il y a 25 ans, les terrasses étaient aménagées de meubles en plastique. Les clients ne demandaient que des pièces fonctionnelles et résistantes à l’eau. Leur jardin se résumait souvent à une pelouse entretenue et quelques arbres. Cela a changé ! Les gens qui construisent prévoient un budget pour l’extérieur, le jardin, mais aussi pour le mobilier. Les budgets consacrés sont bien plus importants. L’intérêt des gens se focalise sur l’extérieur, ils veulent y passer le plus de temps possible, ils se munissent de chauffages pour rallonger les soirées, ajoutent des pergolas… On s’organise pour manger à l’extérieur, de la même façon que l’on souhaite profiter de congés : on se munit de barbecue, de cuisine d’extérieur… Les gens souhaitent un mobilier contemporain qui corresponde à cet art de vivre, du niveau de leur aménagement intérieur. < LE GUIDE DU CONTRACT 2018

87


Outdoor & Bien-Etre / Rencontre

Vondom, défricheur des styles de vie Colorées, décalées, dynamiques, les collections de Vondom répondent tant aux aspirations des citadins qu’à la personnalisation forte de grands espaces, cela valorisant la créativité possible autour d’un matériau phare, la résine de polyéthylène. Michelle Poon, directrice marketing, revient sur l’aventure de la marque espagnole et évoque notamment sa collaboration avec le secteur hôtelier. NATHALIE DEGARDIN Comment définiriez-vous « l’esprit Vondom » ? Dynamique, différent. Nous ne présentons pas de produits à nos clients, nous leur proposons un style de vie. Notre clientèle est très éclectique. Elle comprend des particuliers mais aussi beaucoup de professionnels : magasins haut-degamme, jardiniers, designers, paysagistes, architectes, décorateurs… Nos produits correspondent aussi bien à l’aménagement de maisons privées qu’à celui d’hôtels et de restaurants. Comment choisissez-vous les designers avec qui vous travaillez ? Un bon feeling est très important lorsque nous travaillons avec des designers célèbres, et il faut que ce soit réciproque. De plus, en fonction de la saison, nous organisons différents briefings avec

Chaise Vertex

88 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Daybed ULM

les équipes s’occupant du matériel, des processus, de la typologie. Vous travaillez beaucoup pour le secteur du contract ? C’est une part très importante de notre marché. Nous avons travaillé pour des groupes de référence, tels W Hotels, Ritz- Carlton, Hyatt ou encore Hilton. La plupart des architectes et designers célèbres sont des prescripteurs de notre marque. Quelles sont les spécificités techniques de votre matériau ? Nous utilisons des techniques différentes. D’abord, nous nous sommes concentrés sur le rotomoulage, mais, maintenant, nous utilisons des procédés par injection, dont le matériau principal est encore une résine plastique. Nous enquêtons également sur de nouveaux matériaux et processus. <


Outdoor & Bien-Etre / Réalisations

Gennius, ou la protection tout en élégance…

Le Super G, lodge événementiel de Courmayeur, a choisi d’équiper sa terrasse avec Kedry Plus, une pergola permettant de protéger les clients du soleil, du vent et de la neige tout en profitant d’une vue et d’une atmosphère exceptionnelles. Cette installation est née d’une volonté de concevoir des espaces d’accueil distincts et confortables : la

zone protégée par la pergola – d’une superficie de 20 m² - dédiée à la restauration et, l’espace découvert réservé à l’apéritif. Le design très contemporain de Kedry Plus participe notamment à la modernité du lieu qui, outre sa situation exceptionnelle, est devenu en très peu de temps une vraie « Place To Be ».

Parfaitement adaptée aux terrasses XXL, la pergola Gallery motorisée de Gennius est déclinée à partir de modules combinables de 6 mètres d’avancée par 12 mètres de large. Sa couverture en arc participe de son élégance et ses nombreuses options de personnalisation garantissent le respect de l’identité de l’établissement. Particulièrement résistant à la pluie et au vent, cet équipement offre une protection et un confort optimal ; sa motorisation permet de gérer subtilement l’ouverture de la toiture.Cette réalisation au Café de Paris de Monaco révèle le haut potentiel esthétique et fonctionnel de ce modèle dont la modularité autorise des installations de dimensions très différentes. Des habillages frontaux et latéraux peuvent également être prévus.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

89


Outdoor & Bien-Etre / Réalisations

Dans l’Ardèche, le défi de Carré Bleu Situé dans le sud de l’Ardèche, l’Hôtel Spa Domaine de Chalvèches a ouvert ses portes en avril 2014. Cet établissement de luxe propose une dizaine de Lodges repartis sur 12 000 m² au milieu d’une végétation méditerranéenne. Au cœur de l’établissement se tiennent 2 piscines à débordement d’une superficie totale de 94 m². BENOIT VIALLON

L

a construction des parties communes de l’hôtel, accueil, restaurant, des lodges et des piscines s’inscrivaient dans un projet global et ont donc été menées conjointement. Dès les prémices du projet, le principal souhait exprimé était celui d’une piscine à débordement afin d’exploiter au maximum le dénivelé du terrain et offrir ainsi à la clientèle de cet établissement de luxe une superbe vue sur les paysages de Basse Ardèche.

Composer avec les contraintes

La réalisation a dû prendre en compte deux impératifs dictés par l’administration : l’accessibilité des personnes à mobilité réduite et la mise à disposition d’une réserve d’eau d’un minimum de 150 m3 pour la prévention des risques d’incendies. Cette double contrainte associée à la topographie particulière du terrain ont réduit le champ des possibles du projet piscine. Il a rapidement été décidé de construire 2 bassins. Le petit, 6 m × 3.5 m, est positionné au plus près du bâtiment principal afin de satisfaire aux normes PMR. Il dispose d’un escalier d’angle immergé et d’un fond plat de 1.5 m de profondeur. Le grand bassin est lui en forme de T : 12 m x 3.5 m / 9 m. Avec ses 150 m3 d’eau il répond à la condition fixée par la DDE.

Une réalisation d’expert

Les deux ouvrages sont construits hors-sol du fait de la configuration très pentue du terrain. La tech90 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Réalisation : Ardèche Piscines Service - réseau Carré Bleu.

nique de construction utilisée est le béton banché pour une solidité accrue. Le grand bassin est équipé sur une de ses largeurs d’un débordement s’ouvrant littéralement sur la nature environnante. Le petit bassin est implanté au-dessus du grand et donne, de ce fait, l’impression de communiquer avec lui. Ce n’est qu’une illusion créée dans un souci d’esthétique. En fait les 2 bassins sont chacun équipé de leur propre système de filtration, de leur propre bac tampon et de leur propre système de traitement, en l’occurrence des systèmes de régulation automatique chlore + pH et d’un système de niveau d’eau automatique.

Une belle référence

De nombreux évènements régionaux se tiennent dans le Domaine de Chalvèches et autour de ses piscines. Une telle exposition contribue à améliorer la notoriété du piscinier mais aussi de l’établissement. D’ailleurs, le Domaine met très souvent en avant ses piscines dans ses publicités et messages. Preuve qu’elles constituent, pour lui, une communication efficace et un équipement recherché et apprécié par ses clients. <


Outdoor & Bien-Etre / Réalisations souhaitée, la lumière se tamise grâce à l’orientation des lames. En alu noir, leur couleur fait écho à celle du bassin.

photo Fabien Delairon

Alliance des matériaux

Clair Azur, ou la zen altitude Fruit d’un savoir-faire ancestral en matière de construction en bois, ce chalet se vit été comme hiver. Après le sport, randonnée ou ski, place à la détente dans le spa intérieur et chauffé ! BENOIT VIALLON

Habillé de mélèze de pays (imputrescible) depuis la charpente jusqu’aux bardages intérieurs, ce chalet fait la part belle à des variations de teinte et de surface. Chaleureux et protecteur, le bois s’allie à la palette des matériaux nobles (verre, pierre italienne de Luserne, ardoise, métal). Cette harmonie sophistiquée sert la pérennité de l’ambiance intemporelle. Autour du spa, le mélèze est laissé brut de sciage. Il s’apprécie pour son côté authentique et son absence totale d’entretien. Il réchauffe la surface des parois froides du miroir qui donne de la profondeur et des vitrages qui laissent passer la lumière lumière. Il s’associe avec élégance à l’ardoise du sol qui intègre subtilement les bouches d’évacuation de l’eau. La coque du spa de nage, conçue sur-mesure et prête à poser, a été livrée intégralement carrelée en mosaïque d’émaux de Briare noirs avec un liseré gris au niveau de la ligne d’eau. Une solution pertinente en termes de confort et de rapidité d’installation. <

À

photo Fabien Delairon

première vue, l’architecture de ce chalet ne semble pas déroger aux principes des constructions de montagne, associant ici ossature bois et matériaux locaux (bois de mélèze, pierre et lauze). Et pourtant ! Le savoir-faire des Compagnons du Tour de France ayant eu en charge la réalisation du chalet est à la pointe des dernières techniques BBC.

Un nouvel art de vivre à la montagne

Le rez-de-chaussée accueille un spa. Composée d’un bain à remous et d’un système de nage à contre-courant, cette bulle de détente offre un raffinement extrême. À l’harmonie colorée des matériaux s’ajoute la profondeur du noir des émaux de Briare du bassin. Orientées plein sud, les baies coulissantes du spa sont équipées d’un système de stores intérieurs américains. Ils se glissent et se replient par superposition des panneaux de persiennes pour optimiser l’espace piscine de 70 m². Selon l’ambiance

Spa de nage Clair Azur Multitude 600 (6 m × 2,40 m, profondeur 1,40 m). Avec système de nage à contre-courant et 4 assises de massage. Traitement de l’eau automatique au chlore et au brome. Chauffage de l’eau par panneaux solaires posés en toiture. Éclairage par spots multicolores. Réalisation spa de nage : Clair Azur (06) Architecte : Philippe Gauthier (05) Architecte d’intérieur : Jean-Michel Villot (73) Décoration d’intérieur : Anne Bayrou (05) et Angélique Buisson (74) Construction du chalet : Chalets Bayrou (05) Location : Chalet Prestige (05)

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

91


Outdoor / Produits

Generic, Kartell

Dévoilée au dernier Salon de Milan, la collection Generic signée par Philippe Starck s’enrichit cette année de deux nouvelles chaises et d’une table : des versions outdoor sont annoncées, pensées notamment pour les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration.

Kalife, Sifas

Le fabricant a lancé, au début de cette année 2017, la collection Kalife. « Généreuse », « cosy » et « pleine d’énergie » - c’est en tous cas ainsi que l’a voulue Sifas – cette offre haut-de-gamme affiche des lignes originales, audacieuses, en procurant un confort optimal. Dessiné par le designer Eric Carrère, ce nouveau salon à la structure aluminium s’habille d’un tressage complexe, original et élégant en polyester tissé, enrichi de coussins confortables et accueillants en revêtement Sunbrella, déclinés dans des coloris et motifs frais et colorés. Kalife propose un large choix de possibilités afin de composer un salon sur-mesure, et ce avec deux canapés, un fauteuil et un pouf, agrémenté d’un loveseat déjà emblématique. Une collection idéale pour l’hôtellerie haut-de-gamme…

Swing, Ethimo

Ethimo présente sa balancelle Swing. Le principe est simple : une corbeille en teck stylisée est suspendue à une structure de métal épurée. Mais avec son voilage discret, et les courbes des supports, Patrick Norguet inscrit cette réalisation dans un esprit résolument contemporain.

La Môme et Ariane, Fermob

Disponible en 24 coloris et trois associations de bicolore, la chaise La Môme de Fermob allie une assise acier HLE (Haute Limite Elastique) et un dossier acier, ce qui lui procure une grande résistance aux conditions extérieures, y compris aux UV. La table Ariane, quant à elle, basculante et encastrable, est faite d’aluminium (structure et plateau) ; les patins sont réglables pour ajuster la hauteur. La palette offre 24 coloris disponibles.

92 LE GUIDE DU CONTRACT 2018


Outdoor / Produits

Moon Island, Manutti Avec la collection Moon Island (création Gerd Couckhuyt), il est possible de combiner, en fonction de l’espace, une plateforme de repos géante ou un salon délicieusement lounge : la table basse peut tout autant faire office de repose-pieds, les assises s’y encastrent telles des pièces de puzzle. Depuis cette année, la collection et certains coussins décoratifs peuvent être recouverts de tissus personnels ou issus des autres gammes de la marque.

Lagarto, Isimar

Nouveau produit de la marque espagnole, le canapé Lagarto forme un cercle ou un arc-de-cercle convivial, en fonction du nombre de modules choisi. La structure en acier galvanisé existe en 29 coloris, et le coussin d’assise en 7 couleurs. Dimension d’un module : 130 x 72 x 68 cm.

Ninix, Royal Botania

Confortable et géométrique, la collection Ninix s’inscrit dans tous les décors avec évidence. Outre des lignes formelles, chacune des pièces de la collection se distingue par un mariage de matériaux nobles. Ici, Un ensemble table basse, canapé trois places et fauteuil viennent agencer une petite terrasse construite sur un dénivelé, en conjuguant habilement un mariage de matériau.

Vela, Vondom

Imaginée par Ramón Esteve, Vela est une collection de mobilier totalement modulable. La géométrie des formes, les proportions ont été étudiées pour que les éléments se combinent entre eux dans n’importe quel espace. En fonction des modules choisis, l’aménagement peut être circulaire, rectangulaire… La collection comprend également un daybed tout en rondeurs XXL.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

93


Bien-Etre / Produits

Barrière, Aquatic Serenity

Spécialiste des barrières de sécurité en inox et en verre, Aquatic Serenity joue la carte de l’esthétique épurée avec un modèle sans poteaux verticaux. Pour réussir ce tour de force, les panneaux en verre de la barrière Pacific sont épais de 12 mm. Une solution noble et durable pour sécuriser la piscine sans la dénaturer.

Kebony, Grad Concept

En provenance de Norvège, le bois Kebony se caractérise par sa stabilité dimensionnelle et sa longue durée de vie du fait de son imputrescibilité. Le bois est traité pour améliorer considérablement ses propriétés naturelles, tant mécaniques qu’esthétiques. L’absence de toxines dans les produits utilisés, uniquement à base de déchets végétaux, permet d’obtenir un support parfaitement adapté à des terrasses et à des abords de piscine.

94 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Sauna, Nordique France

Ce sauna cubique de 2 mètres par 2 bénéficie de vitrages pour ouvrir son espace, et éviter ainsi la sensation de confinement. L’éclairage intérieur indirect met en valeur son bois de tremble et renforce l’envie de s’offrir une pause réparatrice. Le poêle embarque une électronique déportée dans un boîtier relais et peut être mis en route à distance. Il est ainsi possible de le mettre en chauffe en fonction de la demande.

Dolphin Wave 200 XL, Maytronics

Le robot nettoyeur électrique Dolphin Wave 200 XL convient aux bassins jusqu’à 40 m de long. Il est doté d’un panneau numérique interactif placé sur le chariot de transport donnant accès à de nombreuses informations : indicateur de colmatage des cartouches, mode de navigation, temps de cycle, etc. Pour plus de praticité, la mise à l’eau du robot et sa sortie sont automatisées et un diagnostic est via une connexion USB.


Bien-Etre / Produits

New York, Bradstone

Dernière création signée Bradstone, la dalle New York joue la carte du grand format dans un aspect résolument contemporain. Ses dimensions extrêmes (100 × 80 cm) associées à une surface légèrement travaillée illuminent les abords d’une piscine ou bien une terrasse. Grâce à son façonnage industriel, elle est parfaitement adaptée à une utilisation en extérieure : résistante, ingélive, imperméable et non glissante.

Réalisations pour piscines collectives, Abriblue Concepteur fabricant de volets depuis 25 ans, Abriblue bénéficie d’une expérience indéniable en matière de piscines collectives et de volets de grandes dimensions (jusqu’à 25 m × 50 m). Pour accompagner les porteurs de projets, Abriblue prend en charge la phase de conception (étude et faisabilité, définition des cahiers des charges techniques, etc.). La fabrication, la logistique de livraison et la pose de ces volets à la fiabilité éprouvée sont également assurées en interne.

EnergyLinePro Toutes Saisons, Hayward

Déclinée en 7 références, dont une dédiée aux grands bassins, l’EnergyLine Pro Toutes Saisons rend possible une utilisation annuelle de la piscine. Cette pompe à chaleur se révèle silencieuse autant qu’efficace, en mode froid ou chaud, et ce jusqu’à -12°C. Initiative rare méritant d’être soulignée, Hayward a fait certifier NF 414 cet appareil pour en attester objectivement les performances.

Compact et Flex, Rosa Grès

Les grilles Compact et Flex sont dédiées à la construction et à la rénovation de piscines à débordement. Disponibles dans plus de 30 coloris, elles allient l’esthétique à d’importantes capacités d’écoulement et de récupération de l’eau. Spécialiste de la conception et de la fabrication de grès cérame, la marque espagnole a été à ce titre récompensée par un trophée aux Architizer A+ Awards 2016.

LE GUIDE DU CONTRACT 2018

95


Retrouvez toute lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ, des analyses, des reportages dans tous les secteurs du contract.

www.guideducontract.com


Découvrez nos sélections thématiques des meilleurs équipements et tout un catalogue produit destiné à tous les professionnels (architectes, prescripteurs, acheteurs..)


yDate de création : 1983 yPrésentation de l’entreprise

Condensé de haute technicité et produit phare dans la construction de projets d’envergure, AVONITE® est l’une des marques emblématiques du groupe ARISTECH SURFACES LLC. L’entreprise américaine possède deux usines dont la plus ancienne détient l’une des plus grandes unités de production de Solid Surface du marché. Son procédé de fabrication unique de coulée continue permet la conception de panneaux de toutes dimensions facilitant la conception d’espaces uniques.

Centre Commercial Abdalli. Architecte : Gensler Architects.

yPositionnement secteur d’activité

L’un des plus grands atouts des plaques AVONITE® réside dans sa flexibilité hors norme, avec son PROGRAMME RIGHT SIZE - proposant 18 formats de plaque sans le moindre surcoût au m². Grâce à ce catalogue diversifié, il est possible de choisir le format le mieux adapté, quel que soit le projet architectural, réduisant ainsi la consommation au plus utile. Un programme sur-mesure permet également de produire des plaques de 3 à 19 mm d’épaisseur, jusqu’à 1.524 mm de large et 5.182 mm de long, faisant d’AVONITE® un véritable champion des plaques larges.

Restaurant de l’Université de Californie San Diego.


AVONITE® PAR ARISTECH SURFACES LLC Afon House, Worthing Road, RH12 1TL, Horsham, Grande Bretagne TEL : +44 1403 788242 E-mail : info.europe@aristechsurfaces.com www.avonite.com

yActualités 2017

Aristech Surfaces LLC s’est engagé cette année dans un plan d’investissement massif - 11 millions de dollars sur trois ans, destiné à améliorer la performance de ses produits. Ainsi en 2017, la composition des panneaux a été modifiée pour rendre les plaques AVONITE® plus résistantes aux rayures et aux chocs. D’abord appliquée aux coloris unis, cette innovation sera progressivement adaptée au reste de la gamme, courant 2018. Les équipements de ponçage ont en outre été remplacés par du matériel dernier cri, afin d’améliorer la finition des plaques, réduisant ainsi le temps passé par les fabricants sur le ponçage, et donc les coûts de transformation.

yRéalisations

ou nouveautés produits

1 Fuego : un nouveau rouge puissant et lumineux. 2 Dove Grey : un gris moderne, à l’aspect bétonné. Réalisation de projet : Bancs thermoformés du centre commercial Abdalli, Jordanie, dessinés par GENSLER ARCHITECTS. Salles de bain d’appartements privatifs (en-cours), Andorre, dessinées par JEAN NOUVEL.

Villa privée. Architecte : Laurence Sonck, Fabricant : M2 IBIZA CONSTRUCT SL, Photos : Arsen Mikitov, Coloris: AVONITE® Snowfall.


yDate de création : 1972 yPrésentation

de l’entreprise

CARRÉ BLEU est une marque pionnière qui fait partie du patrimoine de la piscine… Elle est spécialisée dans la construction de piscines personnalisées, réalisées en maçonnerie traditionnelle ou structures contemporaines (inox, parois vitrées), ainsi que la rénovation, l’équipement, la maintenance et l’installation de spas, saunas, hammams. Implantée en France, mais également en Suisse et au Portugal, l’ensemble du réseau CARRE BLEU crée chaque jour des projets sur mesure, uniques.

1

Piscine miroir intérieure/extérieure

yPositionnement

secteur d’activité

Depuis 45 ans, CARRÉ BLEU a affirmé son positionnement sur le marché de la piscine haut de gamme, en démontrant au travers de son réseau de concessionnaires, son savoir-faire et son professionnalisme. Parce qu’une piscine CARRÉ BLEU, c’est avant tout un savoir-faire technique reconnu au service de la création et du style, les architectes, architectes d’intérieur, designers, bureaux d’études et l’ensemble des prescripteurs choisissent depuis de très nombreuses années les concessionnaires du réseau CARRÉ BLEU dans la conception de projets ambitieux, techniquement complexes. Des réalisations qui font partie intégrante de l’histoire de CARRÉ BLEU…

2

Piscine à débordement

3

Double piscine à débordement et spa


CARRÉ BLEU INTERNATIONAL 50 chemin du Razas - 26780 Malataverne +33 (0)4 75 90 70 45 - contact@carrebleu.fr www.piscines-carrebleu.fr Eric ANDRIEU, Directeur Général

yActualités 2017

4

Piscine intérieure avec espace bien-être

Piscine à parois vitrées Excelsior : réinventer les codes. Le savoir-faire unique des professionnels CARRÉ BLEU vous permet d’imaginer aujourd’hui une piscine conçue avec des parois vitrées, en verre minéral ou verre acrylique (méthacrylate), un procédé exclusif développé par CARRÉ BLEU pour plonger dans une autre dimension. Une transparence totale qui s’adapte aussi bien aux projets contemporains qu’aux environnements plus traditionnels. Avec la piscine Excelsior, CARRÉ BLEU ouvre un nouveau chapitre de son histoire. Tel un diamant aux fines nuances de bleus, la piscine Excelsior par CARRÉ BLEU permet de créer un univers de styles et d’ambiances uniques. Un projet sur-mesure, entièrement personnalisé, où l’innovation est au service de la création, pour une piscine d’exception.

5

Couloir de nage

yRéalisations

ou nouveautés produits

6

Spa à débordement inox

1 I 6 Hôtel W à Verbier (CH) Concrete Architectural Associates et Atelier FIMA 2 Hôtel Les Hortensias du Lac à Soorts-Hossegor (40) 3 Hôtel Le Domaine de Chalvêches à Faugères (07) / Them’A Architecture 4 Hôtel du Parc Beaumont à Pau (64) Cabinet Camborde & Lamaison 5 Chambre d’Hôtes Le Château de la Resle à Montigny la Resle (89)


yDate de création : 1954 yPrésentation de l’entreprise

Vous êtes architecte, décorateur, designer, directeur d’établissement, responsable des achats… quelle que soit la taille de votre projet design, EquipHotel est le salon qui vous accompagne depuis plus de 50 ans. Trouvez toutes les solutions pour développer votre business, fidéliser votre clientèle, et répondez aux exigences du marché grâce à nos 1600 exposants français et internationaux. Du mobilier à la décoration, en passant par l’agencement, les revêtements, une offre complète à 360° vous est proposée.

Le Resto des Chefs du STUDIO16 en 2016

yPositionnement

secteur d’activité

EquipHotel, c’est une offre complète de fournisseurs pour l’aménagement des hôtels et restaurants. Découvrez nos secteurs qui vous sont dédiés : Agencement, Aménagement du bâtiment, Aménagement et revêtement extérieur, Décoration, Luminaire, Mobilier indoor et outdoor, Piscine / abri de piscine, Plein air, Arts de la table. Mais aussi tous les équipements et nouveautés en technologie, restauration, bienêtre et spa.

L’espace VIP du STUDIO16 en 2016

L’espace «Outdoor» du STUDIO16 en 2016


SALON EQUIPHOTEL PARIS Parc des Expositions de la Porte de Versailles 1, Place de la Porte de Versailles - 75015 Paris Tél : 01 47 56 51 71 - Email : equiphotel@reedexpo.fr www.equiphotel.com BORIS PROVOST, Directeur d’EquipHotel

yActualités 2017 En 2018, EquipHotel fourmille d’animations spécialement créées pour vous, afin de répondre au mieux aux enjeux auxquels vous faites face dans vos projets :

L’espace «IN THE ROOM» du STUDIO16 en 2016

•Le STUDIO18 : un établissement éphémère grandeur nature. Ce sont 3 000m2 de tendances sur 3 étages qui mettent en scène des solutions innovantes pour chaque espace d’un établissement : -La Chambres et salle de bains par Jean Philippe Nuel, -Le Bar et Restaurant gastronomique par le Studio MHNA, Marc Hertrich & Nicolas Adnet, -Le Rooftop végétal et digital par Julie Gauthron, Christophe Gautrand & Benjamin Deshoulières ; •L’espace SIGNATURE : une sélection d’éditeurs de tissus « spéciale prescripteurs »,

Le Lobby du STUDIO16 en 2016

•Meet My Project : une sélection de projets conçus pour l’hôtellerie, sous la direction artistique de l’architecte Roberto Baciocchi ; •Senses Room : une capsule dédiée aux solutions pour l’accessibilité dans les hôtels ; •Interior Design Center : un espace de services pour faciliter votre visite et gagner du temps, s’informer (coach de visite, librairie, exposition), se rencontrer devant un café/ verre, échanger avec des grands noms (rencontres, signature d’ouvrage…).

Le Bar du STUDIO16 en 2016


yDate de création : 2014 yPrésentation de l’entreprise

UNE SOCIÉTÉ À CONTRE-COURANT La société EVHome se veut novatrice dans son approche et base son développement sur une éthique exemplaire. Manufacture Française, Evhome est située en Vendée. Nous réalisons des produits connectés autour de l’art de vivre et des cinq sens. Pour proposer l’excellence, nous nous faisons fort de maîtriser des technologies et des équipements de pointe nous permettant de concevoir des produits et des agencements prestigieux.

Mise en ambiance

yPositionnement secteur d’activité

Evhome, c’est une approche globale du bienêtre dans la salle de bain et un niveau de finition et de personnalisation exceptionnel. Un concept inédit de sèche-serviettes design et connecté allant beaucoup plus loin que la fonction chauffage. La lumière, la diffusion d’arômes et de parfums d’ambiance, ainsi qu’un pilotage via notre propre application expérientielle, constituent une offre riche où tout est mis en œuvre pour sublimer l’expérience de l’utilisateur notamment par des scénarios personnalisables et adaptés à vos sensibilités et votre rythme de vie. Ces solutions permettent d’ailleurs de réduire votre consommation d’énergie.

Nativ Marguerite du Cap

Nativ noir anodisé


SAS EVHOME 24 Rue Antoine Ferchault De Réaumur - 85200 Fontenay Le Comte (Vendée) Tel : 02 52 43 01 18 Email : contact@evhomemanufactures.com Damien GROLLEAU – Président

yActualités 2017

Salle d’exposition à Herblay (95)

My Evhome Château Beauregard

Avec son produit historique « NATIV » Evhome proposait un premier niveau de confort et de différence. Cette année 2017 marque un tournant décisif dans l’accomplissement du projet initial, avec la sortie d’ÂTMAN, premier sèche-serviettes équipé du pilotage Evhome par son application smartphone. ÂTMAN incarne la haute couture dans la salle de bain. C’est tout le savoir-faire d’Evhome au travers de son sèche-serviettes imaginé pour le confort et lebien-être. Avec ce produit entièrement personnalisable, équipé d’un système de diffusion d’arômes par nébulisation, du rétroéclairage RVBW et de la détection de présence, Evhome s’adresse maintenant aux architectes et décorateurs d’intérieur ainsi qu’aux hôteliers et bainistes en recherche de différenciation. Evhome lie des partenariats de prestige, notamment pour la diffusion d’arômes avec ESTEBAN PARIS, reconnu entre autres pour la qualité de ses parfums d’ambiance.

yRéalisations

ou nouveautés produits

PRISM Lys

Fort de notre volonté permanente d’innovation et en cohérence avec les attentes de notre marché, nous présentons dès aujourd’hui « PRISM » notre nouveau sèche-serviettes accessoirisable et connecté. Découvrez vite en page 18, ÂTMAN en réalité-augmentée et configurez votre produit depuis l’application Âtman disponible gratuitement sur IOS & ANDROID.


yDate de création : 1988 yPrésentation de l’entreprise

« ENJOY THE OUTDOOR » est la signature internationale de l’entreprise KE protezioni solari, émanation du groupe BAT créé à Noventa di Piave (Italie) en 1983 spécialisée dans la production de stores, structures d’ombrage, voiles de protection solaire. Le groupe s’est notamment déployé en Espagne, en France et aux Etats Unis. BAT Group en quelques chiffres. CA 2016 : 75 M€ - Salariés 420 - Présence dans 74 pays

1

yPositionnement secteur d’activité

GENNIUS France, créée en 2013, assure la commercialisation de la gamme GENNIUS et compte aujourd’hui plus de 200 points de distribution indépendants et 95 showrooms. Plus de 1500 réalisations remarquables et parfois même prestigieuses illustrent le savoir faire GENNIUS France en habitat privé, structures hôtelières, établissements de loisirs, de santé …

2

yActualités 2017

L’engagement constant de KE dans la Recherche & le Développement lui permet de s’imposer grâce à des produits toujours plus innovants. Cette approche s’est notamment illustrée en 2017 par la création de VEGA, une pergola d’une extrême légèreté mais aussi d’une exceptionnelle complexité.

3


GENNIUS FRANCE Quartier Des Quatre Chemin - ZAC Ducournau 83340 Flassans sur Issole - France phone : +33 4 94 78 17 73 - fax : +33 4 94 04 79 32 www.genniusfrance.fr contact Patrick FAGES

4

En effet, obtenir un système d’éclairage subtil dans des profils relevait de l’exercice de style et de la prouesse technologique. Pour sublimer le concept, Robby Cantarutti, le designer, a ajouté une dimension complémentaire : la bichromie, VEGA peut être réalisée en duo de couleurs et finitions pour élaborer des harmonies. Cette réalisation témoigne du fort potentiel de personnalisation et de confort que l’entreprise peut apporter à tout projet. Les partenariats avec les entreprises les plus performante dans le domaine de la menbrane technique permettent également de garantir des niveaux extrêmes de protection (soleil, pluie, vent …).

yRéalisations 1 Grill La Mourachonne (06) Pergola à toile Modèle ISOLA Parois de fermeture motorisée 5

2 TWIGA beach club (Italie) Voile d’ombrage KHEOPE 3 Le Café de Paris (Monaco) Terrasse événementielle Roomy 4 La Plage blanche (Corse) Pergola à toile Modèle ISOLA Parois de fermeture verre 5 Super G (Courmayeur) Pergola à lames orientables KEDRY Plus

6

6 VEGA - Nouveauté 2017 Pergola à toile Eclairage intégré Design Robby Cantarutti


yDate de création : 1988 yPrésentation de l’entreprise

VOTRE TERRASSE IDÉALE ? RÉALISONS-LA ENSEMBLE ! Pionnière dans la terrasse, grad occupe depuis 2005 la place de leader national dans ce domaine. Fort d’un large réseau de revendeurs en France, le développement européen est en cours avec déjà des implantations en Allemagne, Autriche, Suisse et Belgique. Grad apporte des solutions à vos demandes les plus pointues, originales ou novatrices..

1

yPositionnement secteur d’activité

Le savoir-faire et l’esprit d’innovation de grad lui valent une réputation d’excellence notamment grâce à de nombreux concepts brevetés. Depuis plusieurs années, grad a fait le choix de proposer des solutions innovantes (1ère fixation invisible pour terrasse), éthiques (pas de bois exotiques) et durables (des garanties allant jusqu’à 50 ans) pour la terrasse et le bardage !

yActualités 2017

Un système de terrasse unique et révolutionnaire ! Nous avons développé un système de pose unique qui s’adapte à toutes les situations possibles. Le principe : des rails en aluminium de 4 profils différents équipés du clip JuAn® pour une terrasse en bois ou de support de dalles pour une terrasse en grès cérame.

2 3


TERRASSES GRAD – ARCHITECTURE DU BOIS 11 rue de l’Artisanat 67350 NIEDERMODERN Email : contact@groupe-grad.com – Tél : 03 88 07 65 67 www.gradconcept.com Dirigeant-fondateur : Wilfried ANDRES

Le clip JuAn® fête ses 10 ans, 1 000 000 m² de terrasse posés et 100 % de satisfaction pour cette fixation par le dessous ! Parce que notre volonté est de vous proposer des produits toujours plus adaptés à vos besoins... nos rails sont noirs sur le dessus ! L’avantage : pouvoir profiter de votre terrasse en plein soleil sans être dérangé par les reflets des rails entre les lames. Pratique, non ?

4

grad : concepts d’excellence, jusque dans les détails !

yRéalisations

ou nouveautés produits

1 Terrasse

en Thermofrêne. Superbe veinage. Sur structure en aluminium

2 Terrasse grad en Kebony®, 30 ans de garantie pour le revêtement et la structure en aluminium. Réalisation Air et Soleil 5

3 Terrasse en Thermopin grisé. Garde-corps aluminium. Bardage en Thermopin avec clip JuAn® 4 Système Rail de grad avec le clip JuAn®. Structure aluminium, plot TOP LIFT® 5 Terrasse mixte matière sur une seule structure. Réalisation Concept Extérieur Bois 6 Terrasse en Accoya®. 50 ans de garantie. Photo Sarah Chambon. Réalisation Peguet paysages. Groupement l’Esprit Piscine

6


yDate de création : 1980 yPrésentation de l’entreprise

Fabricant français de robinetterie haut de gamme depuis 1980, HORUS est aujourd’hui un acteur reconnu dans les univers du bain et de la cuisine. Chaque pièce est manufacturée, contrôlée puis assemblée à la main dans ses ateliers à Obernai, en Alsace, selon l’exigence de haute qualité conforme à sa philosophie, chère à la cinquantaine d’employés de l’entreprise. Ainsi, HORUS a développé un savoir-faire unique dans la fabrication de robinetterie répondant aux normes qualitatives et environnementales les plus exigeantes.

Constance Lemuria Resort, Seychelles

yPositionnement secteur d’activité

Labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant » HORUS symbolise l’élégance à la Française avec un positionnement haut de gamme, un savoir-faire artisanal et une expertise pointue du sur-mesure. Avec une équipe de conception et de développement technique intégrée, HORUS est à même de répondre à tout projet de construction ou de rénovation sanitaire. La division Projets collabore avec des designers d’intérieurs, architectes, agenceurs et décorateurs dans le monde entier.

Hôtel Saint-James, Paris 16e

yActualités 2017

Synonymes d’artisanat, de luxe et de tradition, les collections d’HORUS équipent de prestigieux hôtels dans le monde entier.

St-Regis Hotel, Singapour


SHOWROOM HORUS 3, boulevard Voltaire - 75011 PARIS Tél. 01 43 38 89 76 - Email : horus@horus-france.com www.horusfrance.com François RETAILLEAU, président de la société Horus

Le Bouclier d’Or, Strasbourg

Le Negresco, Nice

Parmi les récentes réalisations : •Le NEGRESCO, Hôtel 5* à Nice : la collection ASCOTT s’intègre, sous la direction artistique du Studio MHNA, dans le jeu d’équilibre entre langage décoratif classique et contemporain des salles de bain. •Aux SOURCES DE CAUDALIE, hôtel spa 5* situé au cœur du domaine Château Smith Haut Lafitte, honoré fin 2016 du label PALACE : à cette occasion, HORUS a réalisé des produits sur-mesure sur la base de ses collections JULIA et ELSA, correspondant à l’exigence du programme de rénovation des salles de bain. •La GRANDE MAISON de Bernard MAGREZ 5* à Bordeaux : l’élégance à la française des collections HORUS, a su séduire la décoratrice Frédérique FOURNIER pour équiper les salles de bain. Parmi les autres réalisations hôtelières récentes, citons la rénovation du CONSTANCE LEMURIA Resort, aux Seychelles, Le 25 HOURS à Munich, la rénovation des Executive Suites de l’ASHFORD CASTLE, en Irlande.

yRéalisations

ou nouveautés produits

L’actualité 2017 est marquée par la participation de HORUS aux salons ISH de FRANCFORT, et IDEOBAIN de PARIS du 6 au 10 novembre. A l’occasion de ces salons, HORUS dévoile ses nouveautés et ses projets : des finitions chrome noir, et argent brillant ou mat, et deux nouvelles collections qui seront commercialisées en 2018. The Regent Grand Hotel, Bordeaux


yDate de création : 1987 yPrésentation

de l’entreprise

La société JACKON Insulation GmbH est fabricant de matériaux isolants et de panneaux de construction haut de gamme en mousse rigide de polystyrène extrudé (XPS) et remporte depuis 30 ans un franc succès sur le marché national et international. Avec plus de 300 collaborateurs, la société gère, en plus de ses deux sites d’implantation en Allemagne, des filiales en Belgique, en France et en Suisse.

yPositionnement

secteur d’activité

JACKOBOARD, c´est le système de panneaux d’aménagement haute densité avec un revêtement spécifique fibre / mortier minéral permettant l´accroche du carrelage ou d´un enduit de finition. Les panneaux sont particulièrement adaptés aux pièces humides comme les salles de bains ou les espaces wellness. Ils sont la solution idéale d’étanchéité en zone humide et les applications sont multiples et non exhaustives. Les receveurs de douche JACKOBOARD Aqua sont les solutions idéales pour toutes les envies.


JACKON INSULATION GmbH Carl-Benz-Strasse 8, 33803 Steinhagen, Allemagne Tél : +33(0)3 55 / 87 01 05 Email : info@jackodur.com www.jackon-insulation.fr

yActualités 2017

JACKOBOARD Plano Premium est le panneau d’aménagement haut de gamme avec surface prête à peindre, tapisser, carreler ou enduire. Avec son cœur en polystyrène extrudé (XPS) JACKOBOARD Plano Premium est à la fois facile à travailler, imputrescible et stable. Le revêtement spécifique en non-tissé permet de recouvrir le panneau avec pratiquement tous types de matériaux : carrelage, papier peint ou encore peinture. L´elément d´angle JACKOBOARD Canto Premium permet de masquer les gaines techniques ou tout simplement d’habiller les embrasures de fenêtres ou de portes. Totalement lisse sur ses deux faces, il peut, comme JACKOBOARD Plano Premium, recevoir tous types de finitions. Le receveur de douche à l´italienne avec revêtement antidérapant JACKOBOARD Aqua Ready conjugue esthétisme, durabilité et rapidité de pose. Grâce à son revêtement antidérapant, il n’est plus nécessaire de carreler le receveur.

yRéalisations

ou nouveautés produits

JACKOBOARD Aqua Cera Premium est le nouveau receveur de douche à l´italienne à carrelage prédécoupé. Il n´y a plus de découpe nécessaire sur le chantier. La prédécoupe du carrelage rend la mise en œuvre encore plus aisée.


to

yDate de création : 1918 yPrésentation de l’entreprise

DES PRODUITS DURABLES POUR DES SOLUTIONS DE SALLES DE BAINS HAUT DE GAMME 100 % « MADE IN GERMANY » Créée en 1918, KALDEWEI réalise des baignoires, receveurs de douche et vasques en acier émaillé dans le plus pur respect de l’environnement, et recyclables à 100%. Depuis la fabrication de l’émail et de la formation de l’acier jusqu’à son traitement avec l’émail KALDEWEI, l’entreprise mise sur une fabrication exclusive sur le site d’Ahlen en Allemagne. Citée en Allemagne comme l’Entreprise du siècle et gérée par Franz Kaldewei, arrière-petit-fils du créateur, l’entreprise exporte dans le monde entier ses solutions haut de gamme « Made in Germany » pour la salle de bains. En France, les produits Kaldewei se retrouvent facilement chez les professionnels du sanitaire.

Miena

yPositionnement secteur d’activité

Depuis bientôt 100 ans, Kaldewei réalise des receveurs de douche, baignoires et vasques faisant référence sur le marché mondial du sanitaire. Le fabricant permet de composer des salles de bains aux matières homogènes et dans le respect des exigences les plus élevées tout au long de la chaîne de création de valeur (de ‘’Depuis la fabrication de l’émail et de la formation de l’acier’’ jusqu’à son ‘’traitement avec l’émail KALDEWEI’’). Garantissant cet acier émaillé pendant 30 ans (voir Passeport Garantie sur le site), Kaldewei est devenu un acteur incontournable de par le design qu’il propose au travers de plus de 500 produits, et par les qualités intrinsèques de son matériau entièrement naturel. Kaldewei s’impose notamment, grâce à ses

Asymmetric et Cono

Cono


KALDEWEI SARL 7 place de la gare - 57200 Sarreguemines Tél : 06.29.05.76.37 - Email : info-france@kaldewei.com www.kaldewei.fr Direction commerciale France : Raymond PIQUEMAL

produits, dans les choix difficiles liés à l’utilisation en ERP, collectivités, logements, hôtels, où la résistance, la solidité, le recyclage et la durabilité de ses produits triomphent, ainsi que grâce à ses solutions d’installation pérennes.

yActualités 2017

Puro S

Des choix judicieux en matière de design, des formes sans cesse revisitées, un matériau qui se travaille de mieux en mieux grâce à des innovations et des investissements ont permis à Kaldewei de présenter en 2017 de nombreuses nouveautés. Les projets hôteliers sans cesse renouvelés, avec : •les deux phases du projet de rénovation du Grand Hyatt Martinez à Cannes, •l’achèvement du Palace du Ritz à Paris, •le Parc Astérix, •de nombreux hôtels 2, 3 et 4*, et des nouveaux référencements dans la promotion immobilière.

yRéalisations

ou nouveautés produits

Cayonoplan

Meisterstück Classic Duo Oval

•La nouvelle collection de vasques, plus actuelle, plus peaufinée, dans un design actuel : MIENA, des vasques bols en acier émaillé qui se déclinent en 2 modèles, 3 formes et 4 dimensions, •La nouvelle Meisterstück Classic Duo Oval, une baignoire îlot monobloc avec tablier en acier émaillé, sans joints, de forme trapézoïdale, •La dernière collection de receveurs Cayonoplan, avec 19 modèles à poser, extraplats, à prix très étudiés, •La baignoire Cayono Duo, pour un bain à deux, avec vidage central, •L’introduction des Couleurs Mates pour toutes les vasques de la marque.


yDate de création : 1926 yPrésentation de l’entreprise

KLUDI – BIEN PLUS QUE DE SIMPLES ROBINETTERIES Depuis 1926, Kludi maintient ses fondamentaux en tant qu’industriel allemand spécialiste de la robinetterie salle de bains et cuisine. Kludi est une entreprise familiale internationale dirigée par Franz Scheffer, petit-fils du fondateur, à la tête du conseil de la société. Le spécialiste des robinetteries de salle de bains et de cuisine fait-main, pommes de douche, accessoires de salle de bains et solution complètes à encastrer au sol ou dans les cloisons. Basée à Menden en Allemagne, l’entreprise demeure un acteur décisif de l’évolution du secteur avec des produits design et fonctionnels. Kludi emploie aujourd’hui environ 1 000 personnes dont plus de 80% basées en Europe sur ses 4 sites de production. La fabrication se fait dans le plus grand respect des normes environnementales et adhère aux initiatives permettant de préserver la bonne gestion de l’eau et de sa qualité.

1

42

yPositionnement secteur d’activité

Kludi, marque référente sur le marché des professionnels du sanitaire, affiche presque 100 ans d’expérience avec la plus haute qualité depuis 1926. Nos robinetteries de salle de bain et de cuisine sont réputées non seulement pour leur simplicité, leur fonctionnalité et leur design moderne, mais aussi pour les caractéristiques qui les inscrivent dans une démarche durable, respectueuses de l’environnement, ce qui compte pour l’utilisateur d’aujourd’hui.

3


KLUDI ARMATUREN SARL 7 place de la gare - 57200 Sarreguemines Tél : 03.87.95.99.96 - Email : contactfrance@kludi.com www.kludi.com Direction commerciale France : Marc CHEVALIER

yActualités 2017

4

Des produits de haute qualité, intuitifs, un design sophistiqué, caractérisent la marque KLUDI. A l’écoute des besoins, des attentes de l’utilisateur final, l’entreprise continue à améliorer sa gamme de produits. Les dernières solutions proposées par KLUDI, répondent à un style de vie moderne et offrent à chacun une solution, elles ont été présentées au salon international ISH à Francfort, et ont obtenu prix un Reddot Award 2017 avec leur nouveau design AMEO, ainsi la marque a retenu l’attention d’un large public. Présent au salon Equiphotel 2018, la marque Kludi exposera à cette occasion sa nouvelle offre Pure function destinée au plus grand nombre de projets d’hôtellerie et autres habitats. Dès le prochain salon international ISH à Francfort, Kludi poursuivra sa dynamique de marque en renforçant le segment Smart and Luxury de son catalogue, par l’introduction de nouveaux designs et fonctionnalités.

yRéalisations

5

ou nouveautés produits

1 KLUDI A-QA Tête de douche à encastrer

avec une option 2 jets, dont cascade 2 KLUDI Flexx.Boxx Système de douche à encastrer, équipé du design exclusif FIZZ 3 KLUDI AMEO, robinetterie 3 trous pour vasque 4 KLUDI BOZZ, robinetterie murale à encastrer 5 KLUDI AMBA, robinetterie de lavabo-vasque 6 KLUDI Q-BEO, douche de tête carrée au design soft-edge

6

Réalisation de projet : L’OREAL siège en Allemagne équipé en KLUDI ZENTA Electronique


yDate de création : 1992 yPrésentation de l’entreprise

Initialement Kris Van Puyvelde et Frank Boschman voulaient importer des meubles d’extérieur en teck d’Indonésie. Ils ont vite découvert que les produits étaient de mauvaise qualité et fabriqués uniquement dans un style colonial. Sans se décourager, ils ont décidé de créer de meilleurs designs et d’améliorer la qualité du mobilier. En quelques jours, ROYAL BOTANIA a été créée, une allusion à la fois à la beauté naturelle des jardins botaniques luxuriants et aux meubles suprêmes de « classe royale ». L’objectif de ROYAL BOTANIA était de fusionner des designs de haute qualité et rafraîchissants en bois de teck. Rapidement, l’entreprise est devenue synonyme de qualité et de design luxueux. La réputation et la marque ont gagné une reconnaissance mondiale. Ce succès est le fruit de la conception de nouvelles collections de meubles d’extérieur et du lancement de lignes d’éclairage extérieur, avec de nouveaux matériaux tels que l’acier inoxydable, l’aluminium et les fibres synthétiques.

Jive, Zidiz, Club2

Alura

yPositionnement secteur d’activité Mobilier extérieur / Eclairage extérieur

yQualité

Pour des adeptes du raffinement esthétique, notre équipe dédiée a créé une gamme de produits exceptionnels. Le mélange réussi

Ninix


ROYAL BOTANIA N.V Elsendonkstraat 146 - B-2560 Nijlen (Belgium) Tel: +32 3 411 22 85 - Email : info@royalbotania.com www.royalbotania.com Directeur commercial : Philip TAKX

de précision et de fonctionnalité vise à répondre à tous les souhaits de nos clients privilégiés. Pour atteindre cet objectif, nous mettons l’accent sur la qualité à chaque étape : de la création à la production, la distribution et le service après-vente. Aucun détail n’est négligé. Comme l’a dit Léonard de Vinci, les détails font la perfection, mais la perfection n’est pas un détail. Quant aux matériaux, seul le meilleur est assez bon. Partout dans le monde, nos produits doivent être résistants tant à la chaleur du désert à Dubaï qu’aux hivers canadiens ou aux fortes expositions UV sous le soleil australien.

Vigor + Dome

yActualités 2017

ROYAL BOTANIA lance PALMA, le premier parasol automatique, qui révolutionne la façon dont on s’abrite du soleil. Palma, est le résultat du meilleur de l’ingéniérie combiné à un design très raffiné. PALMA a le potentiel pour devenir un produit iconique : un parasol nouvelle version.

Palma

yRéalisations

ou nouveautés produits

Zenhit

•L’équipement des suites et balcons de tous les navires de croisière ****** appartenant au groupe SEVEN SEAS •Arts Hotel ***** à Barcelone : transats et hamacs autour de la piscine et de la terrasse •Le W Singapore – Sentosa Cove : mobilier et hamacs autour de la piscine et du bar.


yDate de création : 1981 yPrésentation de l’entreprise

Depuis plus de 35 ans, SanSwiss, spécialiste de la paroi de douche, vous propose des conceptions design et élégantes, des innovations techniques, une grande durée de vie et un excellent rapport qualité/prix. Peu importe la configuration et la finition – standard ou sur-mesure, avec ou sans profilés, modèle épuré ou encadré, nous avons la solution idéale pour chaque salle de bains. Grâce à notre savoir-faire unique, nous pouvons vous proposer à chaque instant la douche dont vous rêvez - votre douche sur-mesure !

yPositionnement

secteur d’activité

Les parois de douche SanSwiss conjuguent confort, fonctionnalité, design et fiabilité tout en respectant des normes européennes sévères. L’application de procédures strictes et le contrôle régulier des matériaux permettent de maintenir une qualité de produits optimale. Un développement continu de nouveaux produits, un choix de matériaux de grande qualité et une fabrication soignée utilisant des processus de fabrication à la pointe de la technologie font de SanSwiss l’un des fabricants leaders en Europe.

3. Walk-in Pur, vitrage teinté gris

yActualités 2017

Salon IDEOBAIN SanSwiss, acteur majeur de la conception de portes et de parois de douche, participe à Ideobain, salon français spécialiste des matériaux et équipements de la salle de bains. Il met en scène les dernières tendances de style ou d’aménagement du secteur.

5. Walk-in Easy, hauteur 2,25 m


SANSWISS SAS ZI, 1 Chemin de Dambach - 57230 BITCHE Tél. : +33(0) 3.87.96.16.79 - Email : info@sanswiss.fr www.sanswiss.fr M. Olivier GUNTHER - Directeur Général

1. Escura

Retrouvez en un même lieu les salons Batimat, Interclima+Elec et Ideobain : une opportunité unique pour découvrir les innovations du bâtiment, du second-œuvre technique et de la salle de bains, rencontrer ses fournisseurs actuels ou futurs, participer à des démonstrations et s’informer/ se former aux nouvelles techniques et évolutions technologiques et réglementaires du marché. Implantée dans le département thématique «Salle de bains et Spa» , SanSwiss exposera ses nouvelles gammes et ses innovations : parois de douche épurées et faciles d’accès, Walk-in au style industriel, paroi de 2,25m de haut, vitrages colorés... SanSwiss vous propose la solution idéale pour chaque salle de bains et vous offre une véritable invitation à la détente. Rendez-vous sur IDEOBAIN - Du 6 au 10 novembre 2017 PARIS - VILLEPINTE HALL 3 - STAND E088

yRéalisations 2. Walk-In Esprit Industriel

ou nouveautés produits

1 ESCURA :

Une gamme décadrée qui réussit une belle synthèse entre design, technique, qualité et prix.

2 WALK-IN ESPRIT INDUSTRIEL : un espace douche à la pointe de la tendance.

3 WALK-IN PUR AVEC VITRAGE TEINTÉ GRIS : un vitrage tendance pour une salle de bain design. 4 WALK-IN EASY SHADE : un effet lumineux et aérien.

4. Walk-in Easy shade

5 WALK-IN EASY, HAUTEUR 2,25M : une réponse à la norme électrique NF C15-100.


Carnet d’adresses Abriblue www.abriblue.com Aquatic Serenity www.aquatic-serenity.com Avonite www.avonite.com Beautyrest www.beautyrest.com BoConcept Business www.boconcept.com Bradstone www.bradstone-jardin.com Bultex www.bultex.com Carré Bleu www.piscines-carrebleu.fr Célio www.meubles-celio.fr Clair Azur clairazur.com Constance Guisset : www.constanceguisset.com Corian www.corian.fr Cosentino www.cosentino.com De Padova www.depadova.com Dekton www.dekton.fr Delabie www.delabie.fr Desso www.desso.fr Dunlopillo www.dunlopillo.fr Duravit www.duravit.fr Duvivier www.duviviercanapes.com Ecomatic www.ecomatic.fr EGE www.egecarpets.fr Ego www.egoparis.com Epéda www.epeda.fr Ethimo www.ethimo.com Equiphotel www.equiphotel.com Evhome Manufacture www.evhomedesign.com Fermob www.fermob.com

MFTL SARL au capital de 500 000 € 9 Place du Général Catroux 75017 Paris Tel (+ 33) 01 44 05 50 13 Directeur de la publication et de la rédaction : Thibault Leclerc Responsable des relations institutionnelles : Yves de Kerautem Réalisation et coordination : Emilie Blanchet Ce guide a été réalisé par les rédactions de Beemedias : Architectures Cree, Concept Bain, Cuisines & Bains Magazine, Design@ Home, Extérieurs Design, Intramuros, L’Activité Piscine, Le Courrier du Meuble et de l’Habitat. A contribué à ce numéro : François Salanne Direction artistique : Manuella et Stella Garnier Publicité : Emmanuel du Verdier edv@reponsesmaison.com

122 LE GUIDE DU CONTRACT 2018

Forbo www.forbo.com Foxhillmanor foxhillmanor.com

Le 5 Codet www.le5codet.com Portarredo WWW.linvisibile.fr

Gennius www.keoutdoordesign.fr Grad Concept www.gradconcept.com

Manutt www.manutti.com Maytronic maytronics.fr Moissonnier www.moissonnier.com

Ha(a)îtza haaitza.com Hayward www.hayward.fr Hilding Anders www.hildinganders.com Ho36 www.ho36hostels.com Horus www.horusfrance.com Hôtel 25Hours Bikini www.25hours-hotels.com Hôtel Adratic adriatic.rovinj.hotels-istria.net Hôtel Dorsia www.dorsia.se Hôtel Dupond-Smith www.hoteldupondsmith.com Hôtel L’Antoine www.hotelantoinebastilleparis.com Hôtel Monsieur www.hotelmonsieur.com Hôtel Sacha www.hotelsacha.com Hotelys www.hotelys.com Idéobain www.ideobain.com Isimar www.isimar.es Jackon insulation www.jackon-insulation.com

Néolith www.neolith.com Nordique France www.nordiquefrance.com Ora-ïto www.ora-ito.com Philips www.philips.fr Polyrey www.polyrey.com Revor Bedding www.revor.be RF-T www.rft.be Rosa Grès rosagres.com Royal Botania www.royalbotania.com Sanswiss www.sanswiss.fr Sifas www.sifas.fr Simmons www.simmons.fr Taillardat www.taillardat.fr Tarkett www.tarkett.com The Mayfair Hotel www.themayfairhotel.co.uk Thiriez Literie www.thiriez-literie.fr Treca www.treca.fr

Kartell www.kartell.com Kaldewei www.kaldewei.fr Kludi www.kludi.com

Villeroy&Boch www.villeroy-boch.fr Vincent Sheppard www.vincentsheppard.com Vondom www.vondom.com

La Belle Juliette www.hotel-belle-juliette-paris.com

Yooma www.yooma-hotels.com

Ellen Froissart efroissart@beemedias.fr Nathalie Leroux n.leroux@ed-messignac.com Jöelle Maestro joelle.maestro@courrierdumeuble.com

W Goa www.w-goa.com

Le guide du contract 2018

Impression : UTIM Imprimeur Distribué gratuitement Ne peut être vendu séparément

Les articles publiés dans cette revue n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs. Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays. « Cette revue peut être utilisée dans le cadre de la formation permanente. Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication, loi du 11 mars 1957 et code pénal article 425, sans autorisation de l’éditeur ou du centre français du droit de copie, 3 rue Hautefeuille 75006 Paris » RCS PARIS B 353020977

Ne pas jeter sur la voie publique


HOTEL & RESTAURANT BUSINESS PLACE RESTAURATION / DESIGN / BIEN-ÊTRE / TECHNOLOGIE / SERVICE

DESIGN SALON EQUIPHOTEL

II-I5 NOV 2OI8

Paris expo - Porte de versailles Votre badge gratuit sur equiphotel.com code : SV62 À partir de septembre 2018

Partenaires officiels

Pub -EH18-generique-150x210.indd 1

13/10/2017 15:37


LE BEAU DORMIR

COPIREL S.A.S. - RCS Nanterre 443 681 903

Je ne me réveille pas, j’attends que le sommeil s’éclipse. www.epeda.fr Matelas, sommiers, dosserets, oreillers, couettes

Guide du contract 2018  
Advertisement