Page 1

No 13 | mars 2012

4e année | 4 parutions par année

DaNs cette éDitioN trois rocs Comment Verbier se réinvente « Nous visons de grands projets sur l’arc lémanique. » L’interview de Sonia Romano L’architecte du mois Jean-Baptiste Ferrari


sommaire

en vert et contre tout L’édito de Jean-Jacques morard

trois rocs comment verbier se réinvente

nous visons de grands proJets sur L’arc Lémanique L’interview de sonia romano, directrice de mobimo

Le droit du BaiL sur internet tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le droit du bail

L’architecte du mois Jean-Baptiste Ferrari

apprendre pour entreprendre Les séminaires et cours de la svit school

L’économie immoBiLière s’organise présentation du svit romandie


édito

En vErt Et contrE tout

Jean-Jacques morard Président du SVIT Romandie

Il fallait oser. Le SVIT a osé. Nous avons réduit de 99 % notre utilisation du papier, dont nous étions de très gros consommateurs avec une dizaine d’envois par année à près de 6000 professionnels de l’immobilier dans toute la Suisse romande. Lettres, flyers, newsletters, tout partait par envoi postal jusqu’à l’été dernier. Nous avons pris le risque de perdre en visibilité, de rater des inscriptions à nos cours et séminaires, de toucher moins de participants potentiels à nos conférencesdébats. Contre l’avis de tous ceux que nous avions consultés. « Impossible ! », « Ça ne marchera jamais ! », « Les gens ne sont pas prêts ! », « Vous allez vous saborder ! » Malgré tout, nous avons mis en place notre Opération verte, sans concessions. Depuis l’automne de l’année dernière, toute notre communication se fait par le biais de la Newsletter électronique du SVIT Romandie et à travers la nouvelle version électronique d’immobilia.info, disponible sur iPad et en version ePaper sur notre site. Aujourd’hui, nous constatons avec satisfaction que notre pari a été gagnant : la suppression du papier n’a pas eu d’impact sur la fréquentation de nos cours et séminaires. Pour preuve, le dernier séminaire en date, qui s’est tenu le 12 mars dernier, a réuni près de 150 participants, autant que lors de l’édition 2011, qui avait battu tous les records. Ce succès s’explique. Depuis 2007, nous avons patiemment récolté les adresses Email des professionnels de l’immobilier, regroupées dans une base de données qui compte aujourd’hui quelque 5300 entrées. La protection de l’environnement peut aller au-delà des déclarations d’intention. Notre expérience en est la preuve. Qu’elle serve d’inspiration à d’autres. Juste un mot encore pour vous signaler que la SVIT School accueillera Mark Muller lors de son prochain séminaire, dont vous trouverez le programme complet dans cette 13e édition d’immobilia.info. Bonne lecture !


actualité

Comment Verbier se réinvente Le projet des Trois Rocs offrira à la plus grande station du Valais un nouvel hôtel cinq étoiles, des résidences hôtelières, des boutiques ainsi qu’une place piétonne. Victor Stolberg

Le 28 décembre dernier, il faisait beau, très beau, sur les Alpes. Si bien que 22’000 skieurs évoluaient sur les pistes de Verbier, record battu – un chiffre communiqué par Téléverbier, qui vend les forfaits. Quelles autres pistes helvétiques attirent-elles une foule sportive comparable ? Vrai, la prestigieuse station du Val de Bagnes souffre aussi du corollaire d’un succès qui ne se dément pas depuis un demi-siècle : elle ne cesse de s’étendre, de grossir. Trente, peut-être trente-cinq mille personnes en haute saison, nous sommes là en présence d’une ville à la montagne, plus peuplée que Sion, la capitale cantonale. Une remarque relativisée d’emblée par Vincent Luisier, architecte et promoteur : « Pour moi, c’est plutôt un gros village, une station qui a su garder, malgré sa taille, une véritable âme, et d’ailleurs le projet sur lequel nous travaillons va dans ce sens. »


Ce projet, Les Trois Rocs, est le plus ambitieux à voir le jour dans la station depuis des lustres. Un hôtel cinq étoiles (de la chaîne américaine W, groupe Starwood) est en construction, accompagné de résidences hôtelières : soit 122 chambres très spacieuses, réparties dans quatre bâtiments pour l’hôtel et 15 appartements de 2 à 4 chambres dans les résidences – deux autres en PPE complètent le dispositif. Un spa, des boutiques, des restaurants viendront agrémenter l’ensemble, disposé autour d’un nouvel espace, la place Blanche… première place piétonne de Verbier. Car depuis longtemps, si elle dispose d’une image positive (sportive, dynamique, branchée), la station en paie aussi le prix sur le plan de l’encombrement. Le trafic automobile est l’une des principales nuisances. Les axes de la station sont très souvent engorgés. Or la Commune de Bagnes, consciente de l’enjeu, est justement en train de revoir de fond en comble la circulation des flux. Le développement des Trois Rocs s’inscrit dans cette perspective. La nouvelle place piétonne et le prolongement de la rue de Médran dans lequel elle s’inscrit ne serviront plus de voie routière principale, mais de zone de rencontre. Ailleurs dans la station, de nouveaux parkings souterrains sont en projet. Ils participent de cette volonté de limiter le trafic automobile. Il faudra d’ailleurs réfléchir encore plus loin, par exemple en incitant la totalité des 400 employés de Téléverbier (en haute saison) à laisser leur véhicule au fond de la vallée, au Châble, pour rejoindre la station par télécabine. Mais le bannissement total des voitures, comme à Saas Fee ou Zermatt, n’est pas à l’ordre du jour : la station est très étendue et elle n’a pas été conçue dans cet esprit. Les propriétaires comprendraient mal pourquoi ils ne peuvent plus accéder directement à leur domicile. Commencé en avril 2010, le chantier des Trois Rocs suit son calendrier. Même le froid sibérien de février n’a pas eu raison de l’agenda. L’hôtel W devrait ouvrir à temps pour la saison d’hiver 2013-2014, au pied des pistes. Il restera alors à aménager l’espace entre la gare de télécabine de Médran et la nouvelle place Blanche. Un projet « civique » est en discussion sous l’égide de la Commune de Bagnes. L’idée est de construire, directement sous l’arrivée des pistes de ski, une salle de spectacle polyvalente, un véritable espace culturel digne de ce nom. Elle s’intégrerait, avec les commerces, les bars et les restaurants de la nouvelle place piétonne avoisinante, au nouveau centre de gravité de Verbier.

www.lestroisrocs.com


Le projet des trois rocs va donner un nouveau visage à La station vaLaisanne, du côté de Médran. actueLLeMent en chantier, Le coMpLexe de résidences sera terMiné pour La saison d’hiver 2012-2013.


trés étendue, verbier n’a pas vocation à bannir L’auto L MobiLe de ses rues, coMMe c’est Le cas à ZerMatt ou saas Fee.


une réFLexion est touteFois à LL’étude dans La coMMune de bagnes pour F Liter Le traFic et diriger Les voitures vers des parkings à La périphérie. Faci pLusieurs nouveaux parkings souterrains sont en projet.


Restaurant projet

Les Résidences du W Verbier

Les Résidences du W Verbier

Hôtel***** W Verbier

Hôtel***** W Verbier

Hôtel***** W Verbier

Hôtel***** W Verbier

L’hôteL « W » (du groupe aMéricain starWood) sera accoMpagné de résidences hôteLières autour de La nouveLLe pLace bLanche, réservée aux piétons.

Les dessinateurs d’intérieur travaiLLent sur un concept qui s’inspire de L’i L Mage ci-dessus: iL aLLie à La Fois Le respect de La tradition des aLpes à un styLe épuré proche des tendances actueLLes.

C2 Baryte


a LL’intérieur des résidences hôteLières et de L’hôte L L, une aMbiance aLpine soignée, priviLégiant Le bois LocaL et La pierre (granit). a noter que cette décoration n’est qu’un exeMpLe, puisque Le design sera intégraLeMent originaL et ModuLabLe.


Bienvenue dans le monde de SIBIRGroup! Plongez dans le monde de le la buanderie moderne – qu’il s‘agisse d‘un Bienvenue dans monde de SIBIRGroup! design flamboyant, coloré ou donnant plutôt dans le style classique et Plongez dans le monde de la buanderie moderne – qu’il s‘agisse d‘un traditionnel, nos appareils pour la buanderie d’une excellente efficacité design flamboyant, coloré ou donnant plutôt dans le style classique et énergétique et disposant de la technologie la plus moderne, vous simtraditionnel, nos appareils pour la buanderie d’une excellente efficacité plifient la vie. énergétique et disposant de la technologie la plus moderne, vous simplifient la vie.

SIBIRGroup SA Rte de Vevey 42 1009 Pully Tél.: 021 721 08 80 service@sibirgroup.ch www.sibirgroup.ch SIBIRGroup SA Rte de Vevey 42 1009 Pully Tél.: 021 721 08 80 service@sibirgroup.ch www.sibirgroup.ch

Ihr Partner fürpour Küche und Waschraum Votre partenaire la cuisine et la buanderie Ihr Partner fürpour Küche und Waschraum Votre partenaire la cuisine et la buanderie

Service-Hotline: Service-Hotline: 0844 848 848 0844 848 848

lino® lino®

SIBIRGroup SA Rte de Vevey 42 1009 Pully Tél.: 021 721 08 80 service@sibirgroup.ch www.sibirgroup.ch SIBIRGroup SA Rte de Vevey 42 1009 Pully Tél.: 021 721 08 80 service@sibirgroup.ch www.sibirgroup.ch


interview

« nous visons de grands projets sur l’arc lémanique. » Sonia Romano, Directrice de Mobimo pour la Suisse romande, détaille les ambitions du groupe qui est devenu l’un des acteurs majeurs du foncier lausannois en absorbant LO Holding.


Victor Stolberg

Mobimo est une société immobilière helvétique d’importance, mais elle n’est pratiquement pas connue par les Romands. Expliquez-nous pourquoi. l Nous nous sommes implantés récemment à Lausanne, en 2009, lorsque Mobimo a repris les activités de LO Holding Lausanne-Ouchy, propriétaire historique du quartier du Flon et d’autres surfaces en ville. Notre groupe, coté en bourse, est effectivement beaucoup plus connu à Zurich où il est un acteur important du marché depuis une dizaine d’années. Nous venons par exemple d’inaugurer la Renaissance Tower à Zürich-West, un bâtiment emblématique dans le paysage urbain zurichois. Quelles sont vos réalisations récentes et à venir dans la région lémanique ? l En Suisse romande, Mobimo souhaite poursuivre son développement de manière active. Nous sommes par conséquent à la recherche de grands projets et de nouvelles opportunités dans tout l’arc lémanique afin d’accompagner la forte croissance de la région. De plus, l’essor démographique et la nécessaire densification urbaine signifient que les centres-villes devront être réinventés. Il faut s’occuper des friches urbaines, des zones oubliées au cœur des villes et leur trouver de nouvelles affectations. Le Flon à Lausanne est l’exemple même d’une ancienne zone industrielle délaissée à laquelle nous avons su redonner vie. Aujourd’hui, quand on s’y promène, on a l’impression que tout a été toujours comme ça, alors que nous avions à peine commencé les travaux il y a dix ans ! Le Flon change sans cesse, et la mue n’est pas terminée. Quelles sont les prochaines étapes ? l Nous venons de réaliser un petit hôtel design (LHOTEL), à côté de la station de métro, et le prochain chantier (Les Pépinières) va commencer prochainement au centre de la parcelle. Il s’agira d’un complexe de trois immeubles mixtes, comportant une école de musique, une salle de concerts, une discothèque, des restaurants et des magasins. L’idée est d’augmenter l’attrait du quartier. Le Flon est certes devenu le lieu incontournable des nuits lausannoises, mais il lui manque peut-être encore un peu d’âme pendant la journée. Ce dernier projet devrait y contribuer. Comme nous sommes les seuls propriétaires de cette parcelle de 55’000 mètres carrés, nous avons les mains relativement libres pour être créatifs ! Un cas de figure exceptionnel au cœur d’une ville de la taille de Lausanne. Mais Lausanne, pour Mobimo, ce n’est pas seulement le Flon... l En effet, l’histoire du groupe LO Holding, avant qu’il rejoigne Mobimo, est intimement liée à celle de la capitale vaudoise. Nous avons des immeubles sur l’axe Lausanne-Ouchy, là où passait autrefois la « Ficelle », une navette qui fut à l’origine du développement de la ville sur un axe nord-sud. D’ailleurs, nous sommes toujours propriétaires des stations du M2, entre Ouchy et la Gare.


Aujourd’hui, nous représentons environ un quart du parc immobilier du groupe Mobimo pour toute la Suisse (le montant global du portefeuille est de 2 milliards de francs). Nous avons effectué des opérations récentes, comme le complexe d’appartements de haut standing de la rue Beau-Séjour, ou encore cet immeuble de bureaux à la rue de Genève. Autre projet ambitieux, nous réfléchissons actuellement à la prochaine affectation de l’ancienne poste centrale dont nous avons fait l’acquisition. Il s’agit d’une grosse opération : le bâtiment principal, mais aussi, et surtout, cette immense surface sous la dalle de béton... l Pour le bâtiment principal, ce quadrilatère massif, nous rénovons et avons déjà trouvé des locataires. Une banque occupera par exemple quatre étages. Pour le reste, tout est ouvert. L’ancien centre de tri postal en sous-sol, auquel vous faites allusion, est un espace monumental qui peut faire l’objet de nombreuses affectations. Il est de surcroît idéalement situé, au centre-ville. Mais vu l’ampleur du site, nous allons travailler main dans la main avec les autorités communales car c’est tout l’espace autour de la gare qui est amené à évoluer de façon radicale. A l’ouest, ce sera le nouveau Musée des Beaux-Arts. A l’est, sur notre parcelle, il faudra mener une réflexion cohérente en phase avec les aspirations du quartier en tenant compte du projet de troisième ligne de métro (M3) qui aura aussi un impact. L’économie européenne n’est pas en très grande forme actuellement. Redoutez-vous son impact sur un ralentissement éventuel de la conjoncture dans l’immobilier en Suisse ? l La pénurie de logements dans les zones urbaines reste une donnée de base, il n’y aura pas de ralentissement de ce côté-là. Par contre, nous sentons effectivement le début d’une stagnation de la demande en ce qui concerne les bureaux, où l’offre est parfois pléthorique mais pas toujours opportune. Par exemple, des bureaux en périphérie des agglomérations restent vides alors que dans les centres, la demande reste forte. C’est en tout cas ce que nous constatons, notamment à Aarau, Zoug, ou Zurich où nous avons d’importants investissements. Vous êtes une femme à la tête d’une importante société immobilière, dans un secteur de l’économie resté très masculin. Comment vivez-vous cette situation ? l Tout d’abord, est-ce qu’on demande à un homme ce que ça lui fait d’être un dirigeant en tant qu’homme ? Je ne le crois pas. Mais peut-être que cette question leur sera posée un jour ? Cela dit, il est vrai que les femmes sont encore très largement sous-représentées dans les fonctions dirigeantes. En ce qui concerne le milieu immobilier où j’évolue depuis plusieurs années, je ne pense pas qu’être une femme en tant que cheffe d’entreprise soit un obstacle pour être crédible et professionnelle. Bien au contraire, certaines qualités féminines m’aident à résoudre de nombreux problèmes. Cela dépend en fait de sa personnalité, de sa motivation et avant tout de ses compétences.

www.mobimo.ch


LeS 55’000 M2 Du quartier Du FLOn appartiennent, DanS Leur intégraLité, au grOupe MObiMO, ce qui perMet une geStiOn OptiMaLe De cet eSpace au cœur De La viLLe.


bureaux, cOMMerceS, barS et reStaurantS... Si Le quartier S’eSt créé une véritabLe iDentité en Devenant L’épicentre L DeS nuitS LauSannOiSeS, iL DOit encOre trOuver un SuppLéMent D’âMe La jOurnée. Le grOupe MObiMO Dit y travaiLLer activeMent.

autre vue Du quartier Du FLOn rénOvé. aiLLeurS en viLLe De LauSanne, MObiMO eSt en train De réFLécHir à L’a L FFectatiOn De La granDe parceLLe à L’e L St De La gare cFF, DOnt Le grOupe vient De Faire F L L’acqui SitiOn. cet eSpace Servait juSqu’ici De centre De tri pOur La pOSte. iL va être réaFFecté, DanS Le caDre D’un nOuveau pLan De quartier.


Le bâtiMent « La MirOiterie », Du bureau D’arcHitecte LauSannOiS brauen + WäLcHLi, participe De cette OrientatiOn urbaniStique réSOLuMent cOnteMpOraine. LeS trOiS bâtiMentS nOuveaux en cOnStructiOn en 2012 S’inScrirOnt DanS La MêMe LOgique.

La vOie Du cHariOt, artère principaLe Du nOuveau FLOn.


entaMée en 2002, La reFOnte cOMpLète Du quartier a iMpLiqué De nOMbreux eFFOrtS DanS Le MObiLier urbain et DanS La DécOratiOn, pOur aMéLiOrer L’i L Mpact viSueL D’une zOne qui Fut autreFOiS une FricHe inDuStrieLLe.


Droit Du bail

tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Droit Du bail un site internet de l’université de Neuchâtel

Victor Stolberg

Une adresse à retenir : www.bail.ch. Relooké, et plus simple d’accès, le site présente les activités du Séminaire sur le droit du bail de l’Université de Neuchâtel et offre divers outils pratiques et scientifiques utiles aux bailleurs et aux locataires. « Notre site est destiné aussi bien au grand public qu’aux spécialistes, explique le professeur de droit François Bohnet. On y trouve des éléments comme un calculateur automatique de loyer, qui prend en compte le taux hypothécaire et l’indice des prix à la consommation (IPC). »


Tous les arrêts du Tribunal fédéral concernant le droit du bail (près de 150 cas par année) y sont recensés et analysés de façon dynamique, grâce à des pictogrammes permettant de s’y retrouver par thème : par exemple litiges sur la prolongation du bail, l’expulsion d’un locataire, ou encore un défaut de chauffage... Quand on sait qu’un dossier peut « monter » au Tribunal fédéral dès qu’un différend porte sur au moins 15’000 francs, on comprend mieux le nombre important de cas qui franchissent toutes les étapes de la justice (commission de conciliation, tribunal des baux – dans les cantons de Vaud et de Genève –, cour d’appel) jusqu’aux juges de la cour suprême helvétique. La thématique du bail « comporte une dimension sociale, c’est pourquoi il est important que toutes les parties concernées puissent bénéficier d’un accès facilité à une ressource d’information comme notre site », explique encore François Bohnet. Jurisprudence, articles de doctrines, liens vers des articles dans des revues spécialisées, bibliographie sélective, les entrées de www.bail.ch sont multiples. Le Séminaire sur le droit du bail de l’Université de Neuchâtel a été créé en 1980. La direction actuelle est composée des professeurs François Bohnet et Blaise Carron et de Me Philippe Conod, chargé d’un enseignement spécialisé en droit du bail à la Faculté de droit. Le Séminaire sur le droit du bail propose tous les deux ans des conférences pour les spécialistes du domaine, publie annuellement la Revue du droit du bail et lettre d’information mensuelle online. François Bohnet et Philippe Conod interviennent par ailleurs régulièrement dans les cours et les séminaires de la SVIT School.

www.bail.ch


architecture

circonstances du concours Le bureau lausannois Jean-Baptiste Ferrari & associés réalisera (en partenariat avec l’agence berlinoise GMP) le futur complexe stade et piscine olympique aux Prés-de-Vidy à Lausanne. un projet de prestige qui s’ajoute à une série de succès sur l’arc lémanique. Victor Stolberg

Les concours constituent un moment particulier et central dans l’activité des architectes : ils y mettent de l’énergie, de la créativité et des espoirs. Ils en récoltent (parfois) les lauriers, mais aussi (plus souvent) de sacrées déceptions. Quoi qu’il en soit, il s’agit pour eux autant d’un passage obligé que d’un exercice leur permettant de se mesurer à leurs confrères, d’étalonner leurs capacités et de jauger la qualité de leur imagination. Attablés à leur planche à dessin (pardon : derrière l’écran de leur ordinateur, les temps ont changé, pas la finalité), ils tirent en 3D des courbes et des lignes, conçoivent des perspectives, évaluent les rapports de charge, en se demandant comment leurs concurrents vont bien pouvoir réussir à résoudre l’équation posée. Qui pourrait prendre cette forme : la somme de toutes les contraintes ne doit jamais égaler l’abandon de la créativité. Et puis, un beau jour, après la « charrette » de circonstance, on rend son projet, on attend quelques semaines, et vient l’heure du verdict.


Le bureau de Jean-Baptiste Ferrari est passé par tous ces états d’âme avant de se voir décerner en février dernier le premier prix du concours pour le projet d’un nouveau stade de football et d’une piscine olympique à l’entrée ouest de la ville de Lausanne – un chantier qui s’inscrit dans le grand dessein de transformation urbaine « Métamorphose ». Et comme les bonnes nouvelles volent en escadron, celleci est accompagnée de trois autres réussites presque simultanées. JBF & Associés s’occupera également du futur planétarium de Lausanne (au Chalet-à-Gobet), d’une école dans le Chablais vaudois (à Bex), et de la rénovation et du développement d’une partie des bâtiments de la base aérienne de Payerne, propriété de la Confédération. Il convient ici de rappeler que les concours d’architecture sont strictement anonymes – les plans ne sont pas signés – et que les membres du jury qui examinent les dossiers travaillent en aveugle. Comment Jean-Baptiste Ferrari et son équipe réussissent-ils à enchaîner les succès de la sorte ? « Nous ne sommes ni les premiers ni les derniers à avoir la chance de réaliser une telle série, explique Jean-Baptiste Ferrari. Et puis l’inverse, à savoir des échecs successifs, reste toujours possible ! Notre belle phase actuelle est à la fois le fruit du hasard, mais aussi peut-être d’une attitude. Nous sommes désormais plus à l’aise dans la pratique des concours. Nous avons beaucoup cogité, à l’interne, sur la manière de procéder, d’aborder les projets soumis à compétition, de nous pencher, sans nous précipiter, sur la solution à apporter à tous les problèmes. » Pour le stade au bord du Léman dans la capitale vaudoise, l’architecte lausannois souligne aussi le rôle capital joué par le puissant bureau de Berlin GMP Architekten, dont la surface (plus de 500 collaborateurs) et l’expérience – des stades un peu partout dans le monde, de l’Afrique du Sud au Brésil, en passant par l’Ukraine et l’Allemagne – ont rassuré le jury. CROISSANCE Architecte depuis un peu plus d’un quart de siècle, Jean-Baptiste Ferrari a ouvert son bureau au milieu des années 1990. Une petite équipe, moins de dix personnes, qui prend ses quartiers dans un espace réduit des galeries Saint-François à Lausanne. « Nous avons toujours eu assez de travail, sans avoir à envisager une expansion de notre surface d’activité, dit Ferrari, et puis l’hôtel Starling à l’EPFL a tout changé ; bientôt suivi par un autre projet qui nous a demandé de réfléchir aux passerelles architecturales entre l’ancien et le contemporain. » De quoi parle-t-il ? De l’établissement hôtelier novateur réalisé – également après un concours gagnant – il y a deux ans dans le prolongement du campus de l’Ecole Polytechnique, face au Learning Center. Et de la rénovation, à Prilly, du vieux bâtiment classé de l’administration communale, auquel a été ajouté un corpus rectangulaire résolument moderne, sans que les deux structures ne se contredisent.


Ces deux réalisations ont marqué le début d’un effet d’aubaine : du vent dans les voiles. Depuis, il n’arrête plus de souffler. Chez Ferrari, c’est la croissance, on embauche, et les dernières grosses commandes publiques enregistrées vont forcément se traduire par une extension du domaine. Modestie, encore, du principal intéressé : « Même avec une trentaine de collaborateurs, ce n’est pas un très grand bureau, ce qui n’est d’ailleurs pas un but en soi. Mais nous avons désormais ce privilège, recherché dans la profession : nous ne prenons plus de mandats « alimentaires » et pouvons nous satisfaire des projets excitants dans lesquels l’équipe a quelque chose à exprimer. » Vrai, la palette est large. Sans entrer dans l’inventaire à la Prévert, notons que JBF & Associés a œuvré ces dernières années à tous les étages de la pratique architecturale : domaine scolaire (nouvelle Ecole Internationale de Genève, à Founex), restauration (La Table d’Edgard, au Lausanne Palace), commerce spécialisé (rhabillage d’une pharmacie lausannoise), logement privé (plusieurs villas de prestige autour de l’arc lémanique), logement collectif (quartiers d’habitation à grande échelle à Gland et à Tolochenaz), industrie (le centre de tri des déchets à Malley), ou encore milieu carcéral (programme de réaffectation de certains espaces aux Etablissements pénitentiaires de la plaine de l’Orbe). « Il y a, pour un architecte, quelque chose de réjouissant à devoir se frotter à des contextes, et des fonctions, aussi radicalement différents les uns des autres. C’est une vraie leçon de modestie. A l’aune de cette diversité, les solutions toutes faites sont impossibles, note JeanBaptiste Ferrari. Il faut apprendre, comprendre, évaluer, avant même de se lancer dans la réflexion qui mènera au geste architectural. » Même si elle n’est pas si grande, on ne gère pas une équipe de trente personnes comme une boutique. Il faut une méthode, un projet apte à mobiliser les meilleures énergies. Cela se traduit assez souvent par une direction autoritaire, ce qui n’est pas toujours synonyme de contre-performance. Tel n’est pourtant pas le climat qui règne sur l’étage de Ferrari & Associés, dans un bâtiment de l’avenue BenjaminConstant au cœur de la capitale vaudoise. Jean-Baptiste Ferrari est un adepte de la démocratie participative, par exemple en ouvrant progressivement sa structure à de jeunes architectes associés, Floriane Robert et Sébastien Zwissig. Autre optique : le travail n’est pas distribué de haut en bas via des chefs de service, mais bien davantage par la constitution de petites équipes ad hoc, au fur et à mesure des projets qui atterrissent sur le bureau. « Je ne veux pas, et je ne peux pas m’occuper de tout », dit Ferrari, qui a institué un rendez-vous régulier à ses architectes dans la salle de conférences, pour un passage en revue critique des projets en cours.

www.ferrari-architecte.ch


Le projet de stade + piscine oLympique LLympique aux prés-de-Vidy (entrée sud-ouest de Lausanne) que réaLisera Le e bureau Ferrari en association a aVec La prestigieuse Firme berLinoise gmp. gmp un nouVeau quartier d’habitation, de commerces et de bureaux Viendra compLéter L’ensemb L Le.


Le centre de coLLecte, tri et recycLage des déchets ménagers de L L’agg Lomération Lausannoise, à maLLey. pour cette réaLisation d’un genre particuLier, Le bureau s’est penché essentieLLement sur Les Fonctions, sans oubLier qu’iL reste possibLe de réFLéchir à La Forme.

L’ecoLe internationaLe de genèVe, à Founex [Vd]. Lignes épurées, souci de La FonctionnaLité. Face au Lac Léman, ce quadriLatère abrite pLusieurs centaines d’éLèVes.


La cage d’escaLiers et Le puits de Lumière (patio) s’inspirent de L’architecture L FonctionnaListe, dont iLs reprennent Le Langage en Le réinterprétant.


a priLLy, LL Le bureau Ferrari & associés s’est atteLé à une tâche «compLexe et humbLe»: LLy, rénoVer LL’ancien bâtiment de LL’administration communaLe en Lui ajoutant une aiLe contemporaine, sans que Les deux parties ne se contredisent.

détaiL de La FFaçade du nouVeau bâtiment de La commune de priLLy, LLy, où LL’on remarque L’inte LL L LLigente passereLLe (sur deux niVeaux) entre Les deux structures.


svit school

Apprendre pour entreprendre

SĂŠminaires Cours


5e Journée romande de la promotion immobilière

Se jouer des contraintes

29 mai 2012 - Beau-Rivage Palace Lausanne - 8 h 15 à 16 h 00

8.15

Accueil, café et croissants

9.00

Enseignements tirés de la gouvernance publique Mark Muller Avocat | Ancien président du Conseil d’Etat GE | Ancien secrétaire général de la CGI

10.00 Comprendre et respecter les grands principes de l’aménagement du territoire François Bellanger Avocat | Etude Ming Halpérin Burger & Inaudi | Professeur à l’Université de Genève 11.00 Pause 11.30 Oppositions et recours : conditions et limites Benoît Bovay Avocat | Etude CBWM & Associés | Spécialiste FSA droit de la construction et de l’immobilier | Professeur à l’Université de Lausanne 12.30 Déjeuner 14.00 Les règles du jeu d’un modèle qui a le vent en poupe : les coopératives mixtes Philippe Diesbach Président | Coopérative Cité-Derrière 15.00 Zurich Success Story : densifier la ville avec et pour les habitants Anna Schindler Géographe et urbaniste | Directrice Stadtentwicklung Zurich

Les facteurs clés de la réussite : l’expérience, les compétences et une pointe d’audace Un développeur immobilier doit souvent traverser une véritable jungle administrative et politique pour faire aboutir son projet. La parfaite maîtrise des lois, procédures et règlements constitue donc pour lui un must. Avec deux éminents professeurs d’université, nous synthétisons dans ce séminaire les connaissances de base en matière d’aménagement du territoire et nous passons en revue les droits populaires susceptibles de ralentir, voire de faire capoter, un projet immobilier. L’après-midi, nous donnons la parole à celui qui a introduit, avec succès, le modèle de la coopérative d’habitation en Suisse romande. Et nous revenons sur un cas d’école : le développement de la ville de Zurich ces 25 dernières années, avec la construction d’un nombre de logements à faire pâlir d’envie les Genevois et les Lausannois. La journée sera introduite par Mark Muller qui reviendra sur son expérience de responsable genevois des constructions et de l’urbanisme. Public cible Promoteurs immobiliers, investisseurs, architectes, spécialistes de l’immobilier employés par des administrations ou des institutions publiques, experts immobiliers, propriétaires privés et institutionnels, économistes, banquiers et tous les professionnels de l’immobilier qui s’intéressent à la promotion immobilière.

Prix du séminaire CHF 550.– (+TVA) CHF 350.– (+TVA) pour les membres du SVIT Romandie Sont compris : présentations des conférenciers sous format électronique, accueil café-croissants, pause café et repas de midi.

16.00 Fin Les inscriptions aux séminaires de la SVIT School se font désormais exclusivement sur

www.svit-school.ch/inscription

Sponsors

http://www.homegate.ch

http://www.swisscaution.ch/fr/accueil

Par souci de lisibilité, nous utilisons le masculin générique, mais il va de soi que ce document s’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes.


Les séminaires de La sViT schooL se TenaienT depuis 2007 au musée oL oLympique à Lausanne. en raison des TraV raV raV Vaux aux de TransformaT ransforma ion du musée, iLs se dérouLenT dorénaV ransformaT dorénaVan VanT dans Le décor fasTueux eT déTendu du Beau-riVage V Vage paLace à ouchy (Lausanne).


cours

Cours d’introduction à l’économie immobilière

Le Cours d’introduction à l’économie immobilière est le point de départ d’une carrière dans l’immobilier. Il propose aux participants une formation générale complète et leur permet d’acquérir les bases fondamentales en matière de gérance, de droit, d’expertise, de courtage, de marketing et de comptabilité. Son but est d’abord de donner une vue d’ensemble de l’économie immobilière à ceux qui débutent dans le domaine, soit au terme de leur apprentissage, soit après une réorientation professionnelle. Plus de détails http://www.svit-sres.ch/fr/svit-sres/cours/cours-dintroduction-a-leconomie-immobiliere.html

Session automne 2012 - du 29 août au 3 octobre 2012 (6 journées de formation) Inscription en ligne http://www.svit-sres.ch/fr/svit-sres/cours/cours-dintroduction-a-leconomie-immobiliere/inscription-en-ligne.html


cours

Cours menant aux Brevets fédéraux Module gérance conduisant au Brevet fédéral de gérant/e d’immeubles Mai 2012 – septembre 2013

Module estimation conduisant au Brevet fédéral d’expert en estimations immobilières novembre 2012 – avril 2014

Module courtage conduisant au Brevet fédéral de courtier en immeubles printemps 2013 – automne 2014

Module promotion conduisant au Brevet fédéral de promoteur immobilier Automne 2013 – printemps 2015

Tous les détails http://www.svit-sres.ch/fr/svit-sres/cours.html

Inscription en ligne http://www.svit-sres.ch/fr/svit-sres/inscription-online.html


La sViT schooL a pris possession déBuT janVier de nouVeaux Locaux, à L’ LaVenue Benjamin-consTan T T 1, au cœur de Lausanne. a cinq minuTes à pied de La gare, Tan encore moins en prenanT Le méTro m2 (arrêT sTa TaT Ta aTion fLon).


Les saLLes de cLasse sonT spacieuses eT Lumineuses, umineuses, a aVec Luxe suprême, Vue sur Le Lac pour LL’une des deux. eLLes disposenT Bien éVidemmenT de TouT Le e ma maTérieL nécessaire pour faciLiTer Les échanges: wi-fi, écrans de projecTion, eTc.


svit romandie Le SVIT Romandie est l’antenne romande de l’Association suisse de l’économie immobilière (SVIT Suisse). Créé en 2006, le SVIT Romandie compte aujourd’hui 120 membres et couvre l’ensemble des métiers qui constituent l’« économie immobilière » (gérances, experts immobiliers, promoteurs, courtiers, investisseurs, consultants, entreprises générales, facility management, banques, agents d’affaires, architectes, ingénieurs, avocats et notaires). Il offre ainsi une plateforme unique de réseautage entre partenaires potentiels.

missions principales du svit romandie Garantir la qualité dans les diverses pratiques professionnelles du domaine de l’immobilier ; Défendre les idées et les intérêts des professionnels de l’immobilier ; Proposer une formation de qualité pour garantir la relève.


nouveauté

Fonds en F Faveur de la Formation proFessionnelle : promotion de la relève

Le Fonds en FFaveur de La Formation proFessionneLLe Fiduciaire et immobiLière permet de promouvoir La reLève de manière cibLée.

Marcel Hug responsable de la formation et de la formation continue SVIT Suisse, Membre de la direction

la branche fiduciaire et immobilière dispose désormais d’un Fonds obligatoire en faveur de la formation professionnelle. Celui-ci garantit à long terme une formation initiale de qualité pour les candidats à la relève. les es coûts de la propro motion de la relève seront ainsi, à l’avenir, équitablement répartis entre toutes les entreprises de la branche. Il est important de disposer d’une relève bien formée. Toutefois, les coûts de la formation professionnelle initiale sont élevés et inégalement répartis entre les entreprises. C’est pourquoi la branche fiduciaire et immobilière a créé un Fonds obligatoire en faveur de la formation professionnelle. Cette initiative est placée sous la houlette des quatre associations faîtières : SVIT Suisse, la Chambre fiduciaire, FIDUCIAIRE|SUISSE et l’USPI. Le Conseil fédéral a déclaré le fonds de force obli-


gatoire dès le 1er mars. Même les entreprises non formatrices et qui ne sont pas membres d’une association sectorielle contribuent donc désormais à la promotion de la relève. GARAnTIR une foRmATIon de quALITé Le fonds permet d’augmenter encore la qualité de la formation initiale, de recruter plus activement des candidats à la relève et de mieux encadrer les formateurs. Les associations faîtières sont convaincues que les avantages seront manifestes pour chacune des entreprises. Car, en fin de compte, toutes profitent d’une relève bien formée. Les cotisations de formation sont modérées. Suivant le nombre de collaborateurs, elles se montent à 200 francs (1 à 15 collaborateurs), à 400 francs (16 à 50 collaborateurs) ou à 1000 francs (plus de 50 collaborateurs). Les entreprises qui cotisent déjà dans un fonds cantonal en faveur de la formation professionnelle sont également soumises à l’obligation de cotiser : dans le cas du recoupement de prestations, la cotisation versée dans le Fonds en faveur de la formation professionnelle fiduciaire et immobilière est réduite proportionnellement et d’un montant variable en fonction du canton. TRAnSpAR p ence eT pAR T conTRôLe Les quatre associations faîtières mettent l’accent sur le professionnalisme et l’efficacité. Elles engagent par conséquent le secrétariat à maintenir les coûts administratifs aussi bas que possible. Un organe de révision indépendant veille à l’usage adéquat de l’argent. En outre, le fonds est placé sous la surveillance de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT). Les entreprises seront contactées par écrit, au cours des prochains mois.

Des informations détaillées sur le fonds sont également disponibles sur

www.fonds-formation.ch


agenda

Conférence-débat

juin 2012

Assemblée générale

23 mai 2012


Comité Les membres du Comité du SVIT Romandie ont pour ambition d’offrir progressivement aux membres romands les prestations déjà disponibles en Suisse alémanique et au Tessin.

Jean-Jacques morard Président

martin dunning Vice-président

Lorenzo pedrazzini Membre fondateur

peter Burkhalter Membre fondateur

Stéphane Giacomini Membre fondateur

olivier forestier Membre fondateur

Yvan Schmidt Membre

cédric Barde Membre

marc comina Secrétaire général

Karin Joergensen Joye Secrétaire générale adjointe

Johana Herrera Assistante


www.svit-romandie.ch

Editeur responsable | Marc Comina Ont participé à ce numéro | Victor Stolberg, Jean-Jacques Morard, Karin Joergensen Joye, Johana Herrera Design graphique | Nicolas Tschanz, www.ceramiko.ch Relecture | Edith Grunberg Conception application et diffusion | www.bbhgraphic.com

Adresse | SVIT Romandie, Voie du Chariot 3, 1003 Lausanne

immobilia.info No 13  
immobilia.info No 13  

Immobilia.info est la lettre d'informations du SVIT Romandie, l’antenne romande de l’Association suisse de l’économie immobilière (SVIT Suis...

Advertisement