Issuu on Google+

NUMÉRO 24 - BAZART mag’ printemps 2011

LA UNE

ACTU

RENCONTRE

Patrick Boulnois joue sur les symboles

Fermeture Eclair à Caen Emakimono et Tapisserie de Bayeux

My Sidekicks La Compagnie Divine Comédie


Robur de Patrick Boulnois Portrait en page 04

ÉDITO

SO MMA IR E AVRIL / MAI / JUIN 2011 - N°24

TANT QU'IL EST ENCORE TEMPS, FUYEZ ! Prenez famille, enfants et partez ! Courez loin de tout ce qui vous ennuie, vous stresse ou vous pollue l’esprit et le corps. Déconnectez-vous de ce monde agressif et morose. Oubliez la politique et les médias aux discours des plus alarmistes. Eloignez-vous des grands palais de la consommation et des recommandations diététiques contradictoires. Evitez les grands axes. Autorisez-vous à prendre les chemins de traverse. Restez discret sur votre destination. Veillez à ne pas être suivi, à ne pas laisser de traces et à n’emporter que le strict nécessaire. Abandonnez tout ce superflu qui vous est si important aujourd’hui. Pour découvrir votre nouvelle destination, posez votre regard sur ce magazine qui vous offre une information constructive et positive !

Association Curieuse Idée 16 rue Louis Blanc - 76620 Le Havre Tél : 02 35 43 62 79 - Fax : 02 35 22 64 38 info@normandie-web.com

D i r e c t r i c e d e p u b l i c a t i o n : Chantal Legrand Rédaction : Valérie Berthoule, Marie Lemé, Antoine Vulliez, Marianne Riou, Elodie Boutrois, Chantal Legrand, Christophe Michel - Publicité : Christophe Michel - Graphik : Nadyou - Impression : Rotimpres.

ACTU La Une de Bazart : Patrick Boulnois Retour sur Place à la poésie dans l’Eure Poussières d’étoile du Cirque Arlette Gruss Festival de courts-métrages d’Honfleur Engrenage invite l’art à domicile Exposition Emakimono et Tapisserie de Bayeux La Fermeture Eclair ouvre ses portes Les Framboiziks, à déguster ! Percu6mix à Blainville sur Orne Exposition au Parc du Cotentin et du Bessin L’actualité de votre région

P.04 P.05 P.06 P.08 P.09 P.10 P.12 P.13 P.14 P.15 P.16

CHERCHEZ LA SORTIE La Cité/Théâtre à Caen Le Carré du Perche à Mortagne-au-Perche L’espace de la Calende à Rouen Le P’tit Bar à Saint-Ouen d’Attez La Maison de la Nature et de l’estuaire de l’Orne

P.17 P.18 P.19 P.19 P.20

EXPOSITION Agenda des expositions

P.21

RENCONTRE L’association 10fusion My Sidekicks crée son album à distance Théâtre : La Compagnie Divine Comédie

P.24 P.25 P.26

La rédaction décline toute responsabilité pour les omissions et/ou erreurs qui se seraient glissées malencontreusement dans le magazine. La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes, fichiers ou photos qui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans le magazine est interdite. Bazart mag ‘ votre magazine de Normandie - ISSN 1957-5211. Dépôt légal à parution.

3


ACTU CARTE BLANCHE À PATRICK BOULNOIS - COUV’ BAZART

À la recherche du temps perdu Dans son univers fantastique et onirique, le peintre havrais Patrick Boulnois joue sur les symboles personnels et universels tout en sondant sa propre enfance.

L

a chevauchée du non-sens, Nous sommes vraiment peu de choses, La nef du bonheur… Il suffit de citer ces quelques noms d’œuvres pour comprendre où va s’ancrer la peinture de Patrick Boulnois depuis ses débuts professionnels il y a 20 ans : dans le fantastique et le symbolisme. Quoique tout cela remonte à plus loin encore, dans l’enfance. Comme ce jour où le jeune garçon fut marqué par la vision du Jardin des délices du peintre d e l a R e n a i s s a n c e e t d u ge n re fantastique, Jérôme Bosch. Comme ces années où il a découvert la littérature fantastique, dévorant les Kafka, Poe, Borges et autre Saramago. “J’ai besoin de défricher le mystère”, explique-t-il. “La psychologie des individus, l’ailleurs, la différence, le voyage ou l’inconnu sont pour moi des puits sans fond de réflexions.” L’artiste va également fouiller au sein de sa propre enfance. Autre fil conducteur dans son œuvre. “L’enfance c’est la base du vécu, elle constitue nos fondations. J’aime la phrase de Louis Pons qui dit : “un adulte est un enfant couvert de cicatrices.”

4

Réussir sa vie pour moi, c’est combler les vides de son enfance et développer ce qui nous a manqué ou marqué pendant cette période.”

20h30 Dans ses tableaux aux couleurs intenses, résultat obtenu grâce à la technique du glacis utilisée à partir de la Renaissance, le peintre havrais met en scène oiseaux anthropomorphes, belles demoiselles et tout un bestiaire pour raconter des histoires qui oscillent e n t re s p h è re i n t i m e e t p o r t é e universelle. Et si Patrick Boulnois aime peindre de temps à autre des “choses légères et simples”, l’autre partie de son travail s’axe autour du symbolisme. Ses œuvres sont traversées entre autres p a r l e s q u e s t i o n s re l at ive s à l a maternité et à la paternité, à la relation de l’homme à la nature, au libre-arbitre avec les notions d’inné et d’acquis par exemple. Ou encore par la question du temps qui passe, l’une de ses grandes obsessions. La présence récurrente dans ses tableaux d’une horloge définitivement arrêtée sur 20h30, heure de sa naissance, en atteste. “Ce n’est pas la peur de vieillir qui m’inquiète, mais le temps qu’il me reste. Pour moi, la vie étant si fragile et éphémère que j’ai besoin de vivre les choses intensément et de les figer sur tableau afin de laisser une trace.” Valérie Berthoule >> Boulnois, Les passagers du fantastique (livre d’art paru en 2010) En Normandie, œuvres en vente

.

Fortuna

à la galerie Hamon (Le Havre) et à la galerie du Monde Imaginaire (Beaumont-en-Auge) Prochaine expo du 07 au 29/05, à la crypte de la congrégation du Sacré Cœur, Saint-Aubin-lès-Elbeuf

.

C/0 : boulnois.peintures.monsite-orange.fr

Machine volante

Robur, l’œuvre de la couv er référence à un roman de ture, fait Ju Robur le conquérant. Pa les Verne, trick peint cette toile à l’occ Boulnois a asion d’une exposition autour de Ju les Verne à Nantes.


© Valérie Berthoule

RETOUR SUR L’OPÉRATION PLACE A LA POÉSIE DANS L’EURE

En compagnie du poète gitan Mi-mars, le département de l’Eure et le Théâtre Ephéméride organisaient une semaine d’animations dans le cadre du Printemps des Poètes. Premier temps fort de l’opération Place à la Poésie : une soirée de poésie nomade à la médiathèque d’Evreux autour d’Alexandre Romanès. our une première soirée de lancement, l’opération Place à la Poésie a fait le plein à la médiathèque d’Evreux. A peine a-t-on franchi le seuil que l’on se fait kidnapper par l’une des membres d’une brigade d’intervention poétique. Sous son ombrelle, celle-ci nous déclame un poème de Neruda. Le thème de l’opération Place à la Poésie s’intitule “D’infinis paysages”, et clairement, la soirée s’annonce sous le signe du voyage. Au rez-de-chaussée, transformé le temps d’un soir en café des poètes, les tables se remplissent rapidement. Et pour cause, l’invité d’honneur se nomme Alexandre Romanès, l’une des grandes figures de la poésie actuelle. Le grand poète du monde gitan a été invité par le Théâtre Ephéméride, coordinateur de la manifestation portée et financée par le conseil g é n é ra l d e l ’ E u re. C e t t e s o i r é e

P

i n a u g u ra i t a i n s i u n e s e m a i n e d’animations dans tout le département : brigades d’intervention poétique dans les écoles et les bibliothèques, cafés des poètes, récitals, rencontres, etc. Le poète est venu accompagné de ses musiciens. Et c’est au son du violon, de l’accordéon et de la contrebasse que le voyage allait commencer.

Des poèmes plein d’humour Alexandre Romanès revient dans un premier temps sur son parcours : son enfance, le cirque (il est le fondateur du cirque itinérant Romanès, premier cirque tzigane en Europe) et l’écriture. Puis il se lance dans une lecture de morceaux choisis, piochés, au gré de ses envies, dans ses derniers ouvrages, Un peuple de promeneurs et Sur l’épaule de l’ange . Lus d’une façon simple, sans emphase, les poèmes plein d’humour de Romanès nous emmènent sur les chemins de ses

réflexions bien senties sur l’existence et le quotidien. Très attentif, le public semble se délecter de chacun de ses mots. Après la pause, s’ensuit une sorte de conférence improvisée qui permet d’en apprendre plus sur l’artiste et ses convictions (sur le cirque, la société et la culture tzigane, ses méthodes d’écriture…). La soirée se conclut par la lecture d’ultimes poèmes. Les mots sont magiques. On quitte les lieux en se disant que l’on aurait aimé en entendre davantage. Certains poèmes continuent de résonner en nous, comme celui-ci : “On devrait écrire sur des bouts de papiers que l’on trouve par terre. Ça obligerait à aller à l’essentiel.” Quand les nouvelles du monde sont plus que déprimantes, c’est le genre de moment qui fait du bien. Plus qu’on ne le croit même ! Valérie Berthoule

5


ACTU

RETOUR SUR POU LE NOUVEAU SPECTACLE D

Un spectacle me Comme chaque année, la troupe du cirque Arlette rive gauche de Rouen du 24 février au 6 mars. Retour qui renouvelle le genre sans le dénaturer. l est 19h30 tapantes lorsque la piste s'illumine. Kévin Sagau, le Monsieur Loyal du cirque Gruss, fait son entrée. Pas de costume rouge et noir qui tienne, le traditionnel Monsieur Loyal a é t é re l é g u é a u p l a c a rd e t s ’ e s t métamorphosé en ce jeune homme, tout de beige et de blanc vêtu. Il donne le coup d’envoi en chanson, sous un chapiteau comble. Les premières prestations donnent le ton. Une danseuse virevolte dans les airs, s’accroche et glisse le long de rubans… U n e s i m p l e é q u i l i b ri s t e ? N o n ! On réalise vite que la jolie voix digne d’un opéra n’est pas un enregistrement mais bien la voix de l’acrobate, pas essoufflée pour un sou. S’ensuivent des cavalcades de chevaux, zèbres et poneys en tous genres, qui enchaînent les tours de piste, se c ab re n t ave c fougue et font la

I

6

r é v é re n c e, s o u s l e re ga rd fe rm e e t bienveillant de Gilbert Gruss en personne. Leur succèdent acrobates à corde à sauter ou cerceaux, danseuses de Hula hoop… Le temps d'une pause, une grille est montée tout autour de la piste et l’odeur des fauves se fait sentir. Bingo ! Les tigres gagnent la piste, nonchalants, et exécutent une série de figures. Une roue descend sur la scène, l’un des tigres s'y installe et fait quelques tours, suspendu dans les airs. Il laisse ensuite sa place à quatre beaux éléphants, qui s’agenouillent, montent les uns sur les autres, tournent autour de la piste en se tenant la queue… Les animaux sont beaux, soigneusement apprêtés et leur complicité avec les dresseurs est presque palpable. On sent qu’ils ne sont pas considérés comme des “bêtes de cirque” mais bien comme des artistes.

Le cirque dans toute sa splendeur Les scènes s’enchaînent, tout est minuté, extrêmement bien dosé, pour un spectacle mené à la baguette. Entre les numéros traditionnels, on trouve quelques pépites. On citera par exemple l’excellent ventriloque, Serge Massot, qui a fait se tordre de rire l’assemblée entière, que ce soit lorsqu’il fait parler Charly la marionnette ou bien des personnes choisies au h a s a rd d a n s l e


SSIÈRES D’ÉTOILE, U CIRQUE ARLETTE GRUSS

né à la baguette Gruss a installé son chapiteau sur les quais de la sur près de deux heures trente de spectacle vivant,

public. C’est là que le cirque trouve toute sa particularité : l’ambiance du spectacle, presque participatif, contamine le public jusqu’au dernier gradin. Les enfants éclatent de rire, s’exclament, commentent en direct sans avoir peur de gêner leurs voisins, et cela fait partie intégrante du spectacle. Sans nez rouge ou perruque fluo, le clown D av i d , t o u t à fa i t c h ap l i n e s q u e, fa i t également sensation auprès des petits comme des grands. Une connivence avec le public qu'il ponctue d'une petite pluie de confettis entre chaque tour. Rien en lui ne fait peur, son mutisme le rend attendrissant et ce n’est pas sa bêtise qui le rend drôle, mais sa malice. Magicien loufoque puis musicien, il tente de réanimer une colombe qui n’est en fait qu’un tissu blanc, puis il distribue des cloches au public et se fait chef d’orchestre, offrant un joli concerto. Les parents les plus réticents passent finalement une bonne soirée, se laissant volontiers replonger dans leurs souvenirs d’enfance. Le numéro qu’on pourrait qualifier de spectaculaire est sans aucun doute celui qui clôt la soirée. Clou du spectacle pour certains, moins bon moment pour d’autres, le “Globe of speed” ne laisse pas indifférent. Cet énorme globe métallique dans lequel s’enfournent, deux, trois, quatre et jusqu’à huit motos vrombissantes,

démarrant en trombe les unes à la suite des autres, enfume le chapiteau et donne des frissons. Après les prestations périlleuses d’acrobates de talent, ce numéro est le seul où l’on ressent vraiment le danger, sachant qu’on a affaire à des professionnels mais qu’il suffirait d’un quart de seconde de décalage pour que l’un d’entre eux se brise la nuque ou pire… La réussite de “Poussières d’étoile” est également liée à l’immense talent de l’orchestre, qui accompagne en musique et en chansons chaque geste, saut, drôlerie ou acrobatie et aux jeux de lumières rendant magique la moindre pirouette, sublimant artistes et animaux. En piste pour l’année prochaine ! Marie Lemé C/0 : cirque-gruss.com Photos : ©Fabrice Vallon, ©Marie Lemé (Ventriloque)

7


ACTU HONFLEUR TOUT COURT

Deux amis réalisateurs, Francis Wolff et Arnaud Lami, sont à l’origine de ce festival de courts-métrages. Né un peu par hasard, il a tout de suite séduit la municipalité honfleuraise. Retour sur cette 3ème édition. l’occasion de la projection d’un de leurs films prévue à la mairie de Honfleur, Francis et Arnaud proposent de récupérer des courts-métrages d’autres amis et de programmer une diffusion au cinéma. Un véritable succès, le Festival Honfleur Tout Court est né ! Dès la 2ème édition, la c o m p é t i t i o n s ’ o u v re gr â c e à u n partenariat avec le site Dailymotion où un groupe dédié au festival est créé, afin que tout le monde puisse proposer ses réalisations. Pour cette édition 2011, 40 films ont été choisis parmi les 260 inscrits. Une sélection qui est tenue secrète jusqu’à l’ouverture du festival. “Ce sont des films qui sont déjà disponibles sur internet, mais l’objectif est d’encourager les gens à venir les découvrir en salle” explique Francis. “En plus cette année on sort du territoire n at i o n a l ave c d e s fi l m s b e l ge s, portugais et même américains.”

certainement rester, même si on ne ve u t p a s s ’ e n f e r m e r ave c d e s catégories prédéfinies. L’objectif est de les faire évoluer selon les tendances ou l’actualité du moment. Une catégorie “Clip” ou encore “Zombie” pourrait par exemple être envisageable”. La 4ème et dernière catégorie “Caen vu par…” en est le parfait exemple en proposant aux spectateurs 6 films tirés du projet éponyme réalisé dans le cadre des 50 ans du Cinéma Lux de Caen qui a réuni 14 réalisateurs. Le jury, présidé cette année par Lionnel Astier, plus connu sous le nom de Léodagan, beau-père du roi Arthur dans Kaamelott, entouré

Aux côtés de la catégorie “Animation“ pour les plus jeunes et de celle “Plus de 16 ans“ pour les plus vieux, cette édition a mis en place une catégorie “Romantique.” “C’est une nouvelle catégorie qui allait de soi, vu que cette année, le festival s’est déroulé le weekend de la Saint-Valentin. Mais elle va

8

© Antoine Vulliez

A

Caen vu par Honfleur

© Antoine Vulliez

Ce n’est pas la taille qui compte !

de l’actrice Charlotte Boimare, du réalisateur Jérôme Genevray et du comédien Franck Victor, a d’ailleurs récompensé sur les 6 prix (dont un dernier inattendu), 4 films issus de ce projet. Le drolatique Caen, vue du Ciel de Simon Dronet remporte le prix du Jury et l’excellent Katastrofique Monsteuuurs d’Anthony Gandais gagne

le prix “Animation”. Le public, qui vote à chaque séance, a quant à lui plébiscité Momentos du Portugais Nuno Rocha. Bilan de ces 3 jours : plus de 200 spectateurs. De quoi d’ores et déjà nous donner rendez-vous pour une 4ème édition, même lieu, mêmes dates. Antoine Vulliez

C/0 : franciswolff.skyrock.com arnaudlami.skyrock.com

PALMARES 2011 PRIX DU JURY : Caen, vue du Ciel de Simon Dronet PRIX ANIMATION : Katastrofique Monsteuuurs d’Anthony Gandais et Maxence Debacker PRIX ROMANTIQUE : Double Rainbow Origins de Thomas Lesourd PRIX PLUS DE 16 ANS : Une Odeur forte de Vincent Rebouah PRIX CAEN VU PAR… : Le Veilleur d’Éric Jarno PRIX DU PUBLIC : Momentos de Nuno Rocha PRIX COUP DE CŒUR DU JURY : Garde-fous de Gillian Caufourier


ITINERAIRE ART CONTEMPORAIN

Engrenage invite l’art à domicile Le 9 avril, des artistes de tous horizons s’installeront pendant quelques heures chez 12 particuliers et commerçants des quartiers Beauvoisine et Saint-Nicaise de Rouen. C’est le concept d’entrée libre : exposer dans des lieux atypiques et susciter ainsi l’échange entre les artistes et le public. Une initiative de la toute jeune association Engrenage. lbane Hupin, artiste et professeur d’arts plastiques et Clémentine Levasseur, chargée de communication, ont 28 ans. En septembre dernier, les deux amies décident de mettre leurs savoir-faire en commun et montent Engrenage, une association dédiée à l’art contemporain et à sa promotion. “On a d’abord créé l’association pour réaliser le projet entrée libre, motivé par l’envie de participer à la vie culturelle rouennaise.” Manquant de m oye n s e t i n s p i r é e s p a r d e s manifestations originales observées à Nice ou à Berlin, elles décident de préférer des appartements et des petits commerces aux galeries d’art. “Il n’y a pas de lieu réellement dédié à

A

l’art contemporain à Rouen. Quant aux quartiers Beauvoisine et Saint-Nicaise, nous les avons choisis parce que nous y vivons. Comme ça, nous étions sûres d’avoir au moins deux appartements, les nôtres !” plaisante Albane. “Plus sérieusement, cela permet d’animer un quartier moins fréquenté que le centre-ville. Et les commerçants, qui nous connaissent, sont plus faciles à convaincre que ceux des grandes enseignes”.

Des artistes dans 12 lieux Pour trouver des artistes à exposer, E n g re n a g e a l a n c é u n a p p e l à candidature. Les œuvres d’entrée libre auront donc été préalablement sélectionnées par l’association. “Il y

aura différentes formes d’art : peinture, vidéo, installation, photographie, performance, etc.” confie Clémentine. Entrée Libre devrait se dérouler dans douze lieux : six appartements de particuliers et six commerces, dont un caviste, des épiciers, un bar, etc. “La soirée se poursuivra en musique à l’Emporium Galorium, qui nous a donné carte blanche pour notre vernissage”. Mais, que prévoit Engrenage pour la suite ? “entrée libre est notre première réalisation, nous devons d’abord faire nos preuves ! Mais nous ne manquons pas d’idées pour la suite. Avoir un lieu et obtenir des fonds seraient un bon début. On rêverait de s’associer à d’autres collectifs culturels locaux, voire européens.” Les demoiselles d’Engrenage ont plus d’un tour dans leur sac et sauront à coup sûr le prouver. Marie Lemé >> entrée libre, itinéraire d’art contemporain. Le 09/04 de 17 à 22h dans les quartiers Beauvoisine et Saint-Nicaise de Rouen. Vernissage à l’Emporium Galorium, 151 rue Beauvoisine à Rouen, à partir de 22h

C/0 : asso.engrenage@gmail.com association.engrenage.over-blog.com 9


ACTU EXPOSITION EMAKIMONO ET TAPISSERIE DE BAYEUX

© Idemitsu Museum of Arts/Photo - Seiji Shirono

Guillaume le Conquérant à l’

Source : Mairie de Bayeux

Le musée de la Tapisserie de Bayeux accueille, du 31 mars au 30 décembre, une exposition à retentissement national : “Emakimono et Tapisserie de Bayeux, dessins animés du Moyen Âge.” Elle voit se réunir deux chefsd’œuvre de la culture orientale et occidentale.

10

oilà une exposition qui va nous faire naviguer du Moyen Âge au XXI ème siècle, de la broderie à l’art narratif, de la peinture aux mangas en passant par les dessins animés, la photographie et l’art religieux. Une exposition extratemporelle où l’art du Moyen Âge ne nous a jamais paru si contemporain. La Tapisserie de Bayeux fait pendant au Ban Dainagon emaki, rouleau de papier, racontant un épisode de l’histoire japonaise. Si le rouleau original, daté du XII ème siècle, n’a pas quitté le musée Idemitsu à Tokyo, un fac simile* le présente dans son intégralité. C’est au cinéaste et réalisateur japonais Isao Takahata, cofondateur du studio Ghibli avec Hayao Miyazaki et Tokuma Shoten (éditeur japonais) que l’on doit l’idée de cette exposition étonnante. Connu en Occident avec son film Le Tombeau des lucioles, il est le premier à faire un rapprochement entre les deux œuvres. Auteur d’ouvrages sur l’animation, il démontre ainsi, que dans ces deux œuvres, figurent les prémices du cinéma d’animation d’aujourd’hui. Si cette filiation entre emakimono et dessins animés est assez connue au

V

Japon, elle est plus surprenante concernant la Tapisserie de Bayeux. Et pourtant ! En 1936, Émile Cohl (réalisateur de Fantasmagorie, 1908, court-métrage et premier dessin animé cinématographique au monde) avait envisagé d’adapter la Tapisserie sous forme de dessin animé. En témoignent des rushes et planches d’animation de ce film qui n’aura finalement jamais vu le jour…

Des œuvres d’art pour parler des œuvres d’art L’exposition, placée sous le haut patronage du ministère de la Culture et de la Communication qui lui a attribué un label d’intérêt national, mêle des supports variés qui démontrent la modernité des deux récits, l’un sur toile de lin, l’autre sur papier. Chacun est représenté à l’aide d’un collotype, ouvrage photographique dont l e s c o u l e u rs s o n t re h a u s s é e s à l’aquarelle. Les deux collotypes, celui représentant la Tapisserie datant de 1872 et celui représentant le rouleau du Grand Conseiller Ban datant du XXème siècle, sont eux-mêmes considérés c o m m e d e s œ u v re s d ’ a r t . D e s


>> Jusqu'au 31/12

C/0 : Tapisserie de Bayeux Centre Guillaume le Conquérant Bayeux - 02 31 51 25 50 tapisserie-bayeux.fr *Trois fac simile de 35 m de long représentent l’emaki.

L’histoire racontée est celle du Grand Conseiller Ban, secrétaire d’État, qui, aux environs de 866, aurait déclenché un incendie pour précipiter la chute du Ministre de la Gauche. Lutte d’influence entre deux grandes familles japonaises auprès de l’Empereur. Les emakimono ou “rouleaux imagés”, relatent, entre textes et illustrations, des légendes, récits épiques, religieux, profanes ou historiques du Japon du Moyen Âge. Ils connaîtront leur apogée au XIIème siècle, sous l’ère de Heian. Ces récits peints et calligraphiés sur des rouleaux de papier que l’on aborde de droite à gauche s’adressaient aux gens de cour. La représentation des personnages en atteste : les gens du peuple, aux traits caricaturaux et visages expressifs, dans des postures peu flatteuses. Un peu plus loin, les nobles, coiffés, plus élégants. Et surtout l’Empereur, représenté dans un vêtement d’intérieur, tête nue, scène que le peuple n’est pas censé voir. Des personnages regardent en arrière, en dehors du récit, d’autres sont dessinés plusieurs fois sur une même zone, séquences d’actions où le temps et la dynamique du récit sont fondamentaux, où plusieurs interprétations sont possibles. Les matériaux utilisés sont tout aussi luxueux et d’importance : papier, soie, colle, pigments précieux, or, des enluminures et brocart qui enveloppe le tout. Sur les fac simile, on peut même apercevoir la marque et l’usure du temps aux endroits où l’emaki s’enroule. Une plongée dans l’histoire et l’art japonais qui mérite que l’on s’y arrête.

Source : Mairie de Bayeux

agrandissements photographiques de l’emaki, réalisés par Seiji Shirono, photographe à l’Institut national de recherche pour le patrimoine culturel de Tokyo, nous font nous approcher au plus près des visages de certains personnages (8 cm de haut en version originale), nous approprier la finesse du trait et jusqu’au grain du papier. Enfin, une borne vidéo et une borne tactile permettent de naviguer dans le rouleau et d’en découvrir toutes les arcanes. Cette exposition à tiroirs, qui commence par un agrandissement de l’épisode de l’incendie, scène-clé du Ban Danaigon emaki, s’adresse à tous, passionnés comme novices de la culture japonaise, enfants, adolescents férus de bande d e s s i n é e o u a d m i rat e u rs d e l a Tapisserie qui souhaiteraient la découvrir sous un jour nouveau. Marianne Riou

© Tapisserie de Bayeux, avec l'aimable autorisation de la ville de Bayeux

© Idemitsu Museum of Arts/Photo - Seiji Shirono

ombre des cerisiers japonais

11


ACTU ASSOCIATION AMAVADA À CAEN

L’association caennaise Amavada pose ses valises quai Caffarelli à Caen. Exit Le Petit Lieu Poileboine, la compagnie artistique pluridisciplinaire investit, le 1er avril, un des entrepôts de la Presqu’île et en fera son point de chute éphémère. Nom de code : la Fermeture Eclair. espace est immense : 1 6 0 0 m 2 d é vo l u s à l a création artistique, du 1er avril 2011 au 12 décembre 2012. Pour Nicolas Sorel, directeur administratif, c’est une renaissance : “Amavada va enfin pouvoir exister pour ce qu’elle est. Nous avons été en résidence à droite et à gauche, avo n s fa i t v iv re L e Pe t i t L i e u Poileboine depuis 2004, mais notre raison d’être c’est la stimulation artistique, l’échange. Pour cela, il faut de la place ! Cet entrepôt, même s’il est destiné à la destruction, correspond à nos aspirations.”

L

Rencontres et foisonnement d’idées La Fermeture Eclair s’annonce comme un lieu multiple. Au rez-dechaussée, une boutique avec une l i g n e a r t i s t i q u e p o p u l a i re, rassemblant les éditeurs, labels musicaux, objets de design ou

12

Source : La Fermeture Eclair

La Fermeture Eclair ouvre le champ des possibles !

Zwy Milshtein

création textile que proposait déjà Le Petit Lieu Poileboine. Également : des espaces de stockage pour les décors, les accessoires, des ateliers de création, un studio de répétition, un centre de documentation sur les métiers du spectacle, un bar, une grande galerie d’art contemporain et, le fin du fin, la salle de spectacle. 450 places debout environ, un grand plateau, de quoi monter les nombreux projets qu’Amavada entend bien y faire v iv re. D ’ a u t re s a s s o c i at i o n s e t partenaires artistiques vont prendre leurs quartiers à La Fermeture Eclair : Utopia, Les films du Cartel, La Main Rouge, The ô fil, La Chaufferie. “Nous rassemblons ici des artistes d’horizons différents. Nous allons poursuivre nos activités comme l’Adulable festival (création théâtrale amateur, en mai) ou le stage de réalisation (juillet) et créer d’autres projets ensemble : art vivant, théâtre professionnel ou amateur, musique, écriture…” explique Nicolas Combrun, comédien. “Nous gardons

notre désir d’une création artistique exigeante mais populaire, accessible au grand public” continue Nicolas Sorel. Petit clin d’œil : lors de l’inauguration, le 1er avril à 17h, Philippe Duron, maire de Caen, aura le plaisir d’ouvrir une fermeture éclair géante. Courrez-y, c’est ouvert à tous ! Marianne Riou >> Le 08/04 à partir de 19h : soirée Paris Bal Rock avec Cocktail, les Goaties, DJ Bluff et le Paris Bal-Rock. Entrée : 15€ Du 14 au 16/04, les rencontres régionales des musiques actuelles avec le Cargö. Du 21 au 23/04 : Hôtel Akdov (en verlan dans le texte), du peintre moldave Zwy Milshtein – dont les toiles seront exposées en avril – mis en scène par Valéry Dekowski.

.

.

C/0 : La Fermeture Eclair - 23 quai Caffarelli, Caen - 02 31 83 20 35 amavada.com


LES FRAMBOIZIKS

Au départ ils voulaient faire bouger leur ville. Neuf ans plus tard, le festival remporte toujours un franc succès et propose cette année une nouvelle formule.

Thomas Carabistouille

retour en arrière. “Il faut voir cette édition comme une évolution” sourit Marion Vannier, responsable de la communication, “car nous proposons cette année une

L’équipe des Framboiziks

Les Tit'Nassels

Du neuf pour cette 9e édition Eh oui, rassurez-vous, le festival garde donc bien tout ce qui a fait sa spécificité et son succès avec notamment la journée du vendredi consacrée aux enfants avec deux concerts-spectacles suivis d’un goûter offert. Les 3-6 ans retrouveront tout d’abord sur scène Blues Vache en culotte, puis c’est Thomas Carabistouille avec son univers, royaume de l’imaginaire, qui réjouira les 6-12 ans. Le lendemain, samedi aprèsmidi, pas moins d’une trentaine d’exposants seront présents cette a n n é e p o u r fa i re d é c o u v ri r d e s spécialités gastronomiques de la région et l’artisanat local, le tout agrémenté de

spectacles de rue et de concerts improvisés. “Le marché du terroir, c’est la nouveauté de cette 9e édition. Nous sommes tous sensibles au d é ve l o p p e m e n t d u rabl e e t à l a promotion de l’économie locale” explique Marion. “Cela prouve une n o u ve l l e fo i s q u ’ i l n e s ’ agi t p a s uniquement d’un festival de musique.” À 19h30, ce sera l’heure de l’apéro-concert, une tradition aux Framboiziks. C’est gratuit, tout le monde est invité à passer un moment de convivial avec les habitants de la commune et des partenaires. Enfin, dès 21h, sur scène se relaieront le somme toute très humble, Monsieur Melon, puis le duo atypique des Tit’ Nassels. Voilà une programmation alléchante ! Antoine Vulliez >> Les 06 et 07/05 à Valframbert C/0 : framboiziks.fr © Jean-Michel Regoin

© DR

F

toute nouvelle formule avant de fêter les 10 ans en 2012. Le festival des Framboiziks reste ce qu’il a toujours été, une manifestation interculturelle et intergénérationnelle !”

© Christian Verdet

ramboiziks, drôle de nom pour un festival, qui s’explique simplement par l’étymologie de la commune du département de l’Orne où il se déroule, Valframbert, qui signifie “vallée de la framboise”. Voilà pour l’anecdote. Tout est parti d’une volonté des jeunes de cette petite commune de s’investir dans un événement afin de dynamiser leur territoire, de se responsabiliser et de se former. Quant à la recette de ce festival, elle est plutôt originale, avec une programmation élaborée pour un large public, de 7 à 77 ans, mélangeant concerts, spectacles de rue, animations et rencontres. Si cette édition 2011 se déroule sur deux jours au lieu des trois habituels, et qu’elle marque le retour des concerts dans la salle des fêtes “historique” (adieu le chapiteau des deux années précédentes), cela ne veut pas forcément dire que c’est un

© DR

Un festival à déguster

Monsieur Melon

13


ACTU PERCU6MIX À BLAINVILLE-SUR-ORNE

Vous avez sans-doute entendu parler de Papaq Production ? Désormais, c’est sous le nom chimérique de Snark que l’association continue à organiser le festival de percussions Percu6Mix, en juin, à Blainville-sur-Orne, avant d’emprunter d’autres chemins de traverse... musicaux ?

our Françoise, co-directrice de p ro d u c t i o n , l ’ h i s t o i re commence à Caen, en 1994, alors qu’elle fonde, avec les musiciens de Papaq Percussions, l’association Papaq Production. “L’idée, c’était de doter leur projet artistique d’un outil de production fiable.” Les hasards et les affinités amènent ainsi Papaq Percussions à côtoyer les jazzmen David Liebman et Hein Van de Geyn ou à croiser l’univers des frères Baschet, acousticiens créateurs d’instruments. C’est après une année en résidence à l’espace Jean Vilar à Ifs et la rencontre avec Annette Banneville (compositeur-interprète), que Papaq Pe rc u s s i o n s é vo l u e ve rs Pap a q Compagnie et la création de spectacles mêlant théâtre et musique, destinés, entre autres, au jeune public. Pour Papaq Production, les projets s’enchaînent. En 2002, l’association devient coordinatrice, en BasseNormandie, de Peace & Lobe, concert de sensibilisation aux musiques amplifiées et risques auditifs, à destination des lycéens et collégiens. En 2005, Papaq Production lance le festival de Percussions Percu6Mix, à Blainville-sur-Orne. L’occasion de voir se rassembler musiciens et amateurs

P

14

autour des percussions, de la danse a f ri c a i n e o u d e l ’ é ve i l mu s i c a l . L’association propose d’ailleurs, chaque année, des ateliers d’accompagnement a u x p rat i q u e s a m at e u rs d e s percussions.

établir des partenariats avec des associations.” Des envies qui n’attendent plus que les artistes ! Marianne Riou C/0 : Snark, 65 rue des rosiers, Caen - snark.fr myspace.com/percu6mix

Snark, un nouveau souffle E n t re 2 0 0 7 e t 2 0 1 0 , Fra n ç o i s e, accompagnée de Fabien Lefort, fait basculer Papaq Production en Snark. Un hommage à La chasse au Snark , conte poétique de Lewis Carroll, où le Snark est un animal fantastique miescargot, mi-requin, “symbole de chimère et de fantaisie, qui représente bien l’entreprise artistique,” selon Françoise. “Depuis juillet 2010, Snark a o f fi c i e l l e m e n t re m p l a c é Pap a q Production et s’est doté d’une structure a d m i n i s t rat ive i n d é p e n d a n t e, associative, qui regroupe près de 25 a d h é re n t s. N o u s c o n t i nu o n s à promouvoir les activités de Papaq Compagnie, Percu6Mix et le concert de sensibilisation Peace & Lobe ; à produire ou co-produire des artistes comme Noussondia, Patchamama, Fady Mélo, etc. Mais nous souhaitons également soutenir d’autres artistes régionaux, proposer de l’accompagnement de carrière, du tour management et

Percu6Mix Le festival de percussions Percu6Mix est organisé à l’espace Paul Éluard, en partenariat avec la commune et l’office municipal d’action culturelle de Blainville-sur-Orne le 11 juin. Au programme : • des animations autour d’ateliers d’accompagnement aux pratiques amateurs des percussions ; • des performances autour des percussions corporelles ; • la découverte des techniques de fabrication des instruments comme le balafon ; • des concerts : Patchamama, Maloya et Séga, Cristal&Kora, Frincks et bien d’autres ! Animations gratuites l’après-midi, concerts de 5 à 10 €.

Source : Percu6mix

Lewis Carroll au pays des percussions


EXPOSITION AU PARC NATUREL RÉGIONAL DES MARAIS DU COTENTIN ET DU BESSIN

20 ans de visiteurs

ituée à Saint-Côme-du-Mont à côté de Carentan, la Maison du Parc est le point de départ i d é a l p o u r d é c o u v ri r l e s marais. Parmi les nombreuses activités organisées, une nouvelle exposition a ouvert ses portes début avril. Baptisée “M!grateurs”, elle compile 20 ans d’informations glanées au fil des saisons par les équipes du parc autour d’une thématique : la migration. “On a souhaité appliquer cette thématique au t e rri t o i re, a fi n d e m o n t re r s o n importance et de sensibiliser le public” explique Francis Vautier, chargé de communication. “26 espèces ont été s é l e c t i o n n é e s. C e r t a i n e s s o n t emblématiques, comme la cigogne blanche, d’autres sont plus banales, mais ces dernières vont permettre à chacun de prendre conscience, qu’à son simple niveau, on peut s’impliquer pour faciliter leur accueil.” Avec une faune à plumes, à poils ou à écailles, ces zones humides bénéficient d’une biodiversité

© Thierry Houyel

S

© Thierry Houyel

Créé en 1991, le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin s’étend sur 25 000 hectares. Un territoire dédié à la nature, mais aussi à la sensibilisation du public, avec la Maison du Parc qui propose une nouvelle exposition M!grateurs. très riche. Ainsi des oiseaux migrateurs y séjournent en hiver, comme la pipistrelle de Nathusius, alors que d’autres sont simplement de passage tels les grands gravelots, faisant une halte entre le delta du Sénégal et la toundra scandinave. Plus surprenant, des brigades de chauve-souris en p rove n a n c e d ’ E u ro p e d e l ’ E s t fréquentent aussi le parc, ainsi que des papillons ou des anguilles qui viennent croître dans nos rivières sans oublier le saumon d’Atlantique. Côté scénographie, les photographies représentent les espèces sur le vif, dans leur environnement, complétées par des encarts plus ludiques destinés aux enfants. “Ce n’est pas une exposition pour les scientifiques, mais bien pour la famille. Le but est de la rendre interactive, que l’on ne vienne pas seulement la visiter, mais qu’elle soit le support de nos animations, ateliers et sorties durant les deux prochaines saisons.”

À ne pas manquer 2011 marque les 20 ans du Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin fêtés lors d’une journée ouverte à tous le dimanche 15 mai. Le matin, des randonnées pédestres et à vélo s o n t o rga n i s é e s, a i n s i q u e d e s promenades en bateau sur la Douve, offrant ainsi une occasion unique de découvrir les richesses du marais. Après l’effort, le réconfort, avec le midi, un pique-nique géant. Des producteurs du terroir seront également présents pour faire découvrir leurs produits si vous avez oublié votre casse-croûte. E n fi n , d e s a n i m at i o n s l u d i q u e s autour des jeux d’antan, des concerts et spectacles ponctueront tout l’après-midi. Cette journée sera aussi l’occasion de profiter d’une visite guidée gratuite de l’exposition. Antoine Vulliez >> À partir du 09/04 C/0 : parc-cotentin-bessin.fr

15


ACTU

Tribute to Vaughn Bodé

Trévières

Lors de la biennale d’art contemporain au Havre en octobre dernier, le graffiti a été mis à l’honneur devant le Musée Maritime et Portuaire du Havre. Le californien Mark Bodé aux côtés de graffeurs français dont Jace, Nefaz, Diksa, Sevyce, Konu, Walou, Pares etc. a réalisé une longue fresque commune sur le thème des personnages de BD de Vaughn Bodé, son père. A cette occasion, des artistes haut-normands dont Aurélie Saurand, Jean Vaysse et le vidéaste Jonhatan Lebourg, ont souhaité rendre hommage à Vaughn Bodé en créant un livre accompagné d’un clip vidéo témoignant de cet événement. Sensible au projet, Mark Bodé a offert une photo inédite de son père pour la couverture du livre. Tarif : 20€. C/O : actuartnet@live.fr

Cette année, le festival du livre normand de Marais Page se déroulera le 16 avril de 9h30 à 19h00 à Trévières dans la Calvados. Sur le thème de la jeunesse et l’histoire des Normands et de la Normandie, allez à la rencontre de près de quarante auteurs. Des prix seronts remis aux meilleures nouvelles, concours ouvert aux adultes sur le thème “Carte postale de Normandie”, au meilleur roman et meilleur ouvrage adolescent. A 20h30, les élèves de l’école de théâtre de Trévières, les jeunes Colibris, présenteront Le Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry. Entrée libre. C/O : marais.page.com

A bord des paquebots 50 ans d’arts décoratifs Ce magnifique ouvrage, riche en illustrations, explore, de 1912 à 1962, 50 ans d’arts décoratifs dans les grands paquebots transatlantiques français. A p r è s u n e i m m e rs i o n d a n s l e contexte historique de ce demi-siècle d’exception pour la construction n ava l e, l a v i s i t e d e s 1 4 gra n d s transatlantiques français nous est o f f e r t e : u n voya g e d a n s c e s réalisations aujourd’hui toutes disparues. Enfin, une étude plus technique nous éclaire sur les étapes et le rôle du décorateur dans la construction et détaille les réalisations les plus importantes des plus grands. Tarif : 85 € - disponible en librairie.

16

De l’eau à mon moulin Edité par une association rouennaise du même nom, ce magazine mensuel destiné aux enfants de 5 à 8 ans, souhaite apporter des alternatives à la société de consommation. Soutenu par la région Haute-Normandie et composé de différentes rubriques, le premier numéro sortira en avril. Au sommaire : une histoire illustrée sur le rat des villes et le rat des champs, une bd Métafor le conquérant, un dossier sortie en forêt, une expérience scientifique autour des couleurs, une activité construit un moulin à eau, des jeux et coloriages etc. Disponible uniquement sur abonnement, n'hésitez pas à les soutenir en souscrivant (50€ pour 11 numéros/an). C/O : magazinedeleauamonmoulin.blogspot.com

Bazart en ligne !

La Normandie se découvre

Vous êtes déjà nombreux à surfer sur nos pages. Mais pour ceux qui ne le savent pas encore, Bazart est de retour sur le net ! Retrouvez, depuis ses débuts soit depuis bientôt 15 ans, tous les artistes qui ont fait la couverture de Bazart, toutes les rencontres auprès des acteurs culturels de la région, toutes les croniks d’albums des groupes régionaux et bien sûr toute l’actualité culturelle de Normandie au jour le jour. Et régulièrement des places de concert sont à gagner. Soyez curieux ! C/O : normandie-web.com

Du 9 avril au 8 mai, le Comité Régional de Tourisme de Normandie propose aux Normands de partir à la découverte de leur Normandie. Avec près de 300 idées de sorties, vous pourrez arpenter la région au fil des animations telles que tous à cheval, artisanat, terroir et visites d’entreprises, activités nature et loisirs, parcs et jardins, visites et découvertes, culture et patrimoine, et tous à la ferme. Profitez du printemps ! C/O : lanormandiesedecouvre.com


Cherchez la sortie LA CITÉ/THÉÂTRE À CAEN

© Tristan Jeanne-Valès

Le droit de cité

En janvier dernier, l’association de L’Espace Puzzle quittait les murs de la salle éponyme. Désormais géré par Actea, le lieu rebaptisé La Cité/Théâtre connaît aujourd’hui un renouveau. our fêter l’événement en bonne et due forme, le 10 janvier, le nouveau locataire d e l ’ ex - P u z z l e, A c t e a ( A s s o c i at i o n C r é at i o n T h é â t re Éducation Artistique) organisait une pendaison de crémaillère “londonienne” en présentant sa dernière création : La Griffe d’Howard Barker mise en scène par Olivier Lopez, Un lancement en fanfare pour la compagnie de théâtre caennaise heureuse d’avoir enfin sa propre salle de spectacle. “Comme locaux, nous avons des studios de répétitions au 2 bis rue de l’Union, mais ils sont saturés par notre activité de

P

La griffe d’Howard Barker

formation et par les répétitions” explique Olivier Lopez, metteur en scène membre d’Actea. “Il était donc très difficile de s’y produire”. En plus de ses activités de création et production d’art dramatique, Actea est aussi, et surtout, depuis bientôt une trentaine d’années, un institut de formation pour comédiens. “Nous étions en quête d’un vrai théâtre pour les stagiaires de la formation professionnelle qui ont besoin de visibilité, mais aussi d’un lieu de diffusion pour toutes les compagnies régionales partenaires déjà existantes qui nous sollicitent pour jouer.” Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, La Cité/Théâtre a remplacé le Puzzle.

Un nouveau départ Pour Olivier Lopez, “Des saisons mortes, comme ça a été le cas à Puzzle depuis deux ans et demi, il n’y a rien de pire pour que le public perde l’habitude de côtoyer un lieu.” Ce dernier a bénéficié d’un sérieux lifting. La devanture et le plateau ont été refaits. Tout a été remis aux normes et ce n’est qu’un début. “Nous avons des

plans plein la tête pour rendre cet endroit encore plus convivial.” Sur le fond, la structure est repartie à zéro, avec un tout nouveau projet, en deux axes, baptisé “La Cité”. D’un côté, La Cité/Formation, avec le “2 bis” qui reste un lieu de formation, de résidence et d e r é p é t i t i o n , e t d e l ’ a u t re L a Cité/Théâtre qui devient un espace de diffusion. Gage de succès, de nouveaux adhérents ont rapidement fait leur apparition afin de suivre cette première saison à la programmation régulière et variée (avec entre autres Anne Pican, Marc Frémond, Amélie Clément…). Cette dernière se clôturera en juin avec la création “à découvrir” mettant en s c è n e l e s s t a gi a i re s d u c y c l e professionnel initial. “À long terme, l’objectif est de donner au lieu, un public au-delà de celui de chaque c o m p ag n i e. Q u e l ’ o n g u i d e l e s spectateurs vers des découvertes, notamment des projets émergents”. Antoine Vulliez C/0 : La Cité/Théâtre 28 rue de Bretagne 02 31 93 30 40 acteaciedanslacite.fr

17


Cherchez la sortie LE CARRÉ DU PERCHE À MORTAGNE-AU-PERCHE

© Antoine Vulliez

La culture au carré

deux pas du centre-ville, de l’extérieur, le bâtiment est neutre, rectiligne. Sa situation a u c œ u r d u Pa rc n at u re l r é gi o n a l d u Pe rc h e i m p o s e u n e architecture sobre. À l’intérieur tout est modulable. D’une jauge de 900 places assises, la salle peut tout aussi bien se transformer en un théâtre “de poche” en un clin d’œil, ou à l’inverse, accueillir 2000 personnes debout. Un forum accolé peut permettre de pousser la jauge jusqu’à 4000. Tout cela sans compter un espace extérieur où peut s e d re s s e r u n c h a p i t e a u . L e s configurations sont multiples. Cette modularité exemplaire vient des deux axes qui dès le départ, se sont imposés pour cette salle : avoir une vocation municipale de proximité et être labellisée “Scène Nationale”. Ce label

A

18

induit une qualité et un réseau proposant des spectacles nationaux à la pointe en milieu rural.

À la carte “Je fais souvent la comparaison avec un cinéma qui projette à la fois de l’art et essai et des blockbusters. Ici c’est pareil, il n’y a pas des publics, mais un public qui a envie de voir des choses très différentes” explique Adèle Lamiroté, responsable du Carré du Perche. “Rien n’est exclu, tout le monde s’y retrouve !” La programmation du mois d’avril est le parfait exemple de cette diversité, avec Natacha Régnier dans Vivre dans le feu, un week-end consacré au Printemps littéraire, un forum à destination des seniors sur les animaux de compagnie, un caféconcert de musique balkanique puis une comédie populaire avec la reprise du succès de Michèle Laroque et Pierre Palmade Ils s’aiment . Côté spectacle, en plus du réseau Scène N at i o n a l e e t d e l ’ O f fi c e Départemental de l a C u l t u re, l a structure

programme également ses coups de c œ u r o u d é c o u ve r t e s. D ’ a u t re s événements sont organisés par des associations qui transforment le lieu en véritable centre de congrès avec des salons, foires ou même assemblées g é n é ra l e s. E n f i n , l a s c è n e e s t évidemment ouverte aux productions amateurs locales. “Cela leur permet de se produire dans des conditions idéales, de véritablement penser leurs représentations dans son ensemble. Lumière, musique, rapport scène-salle, ils deviennent de vrais professionnels !” Difficile de faire une offre plus variée, la structure drainant un public curieux et multi-générationnel, et ainsi, comme aime le souligner Adèle : “Au Carré, on ne tourne jamais en rond !”. Antoine Vulliez

C/0 : lecarreduperche.com

© Antoine Vulliez

Labellisé “Scène Nationale”, le Carré du Perche structure avec succès le tissu culturel du département de l’Orne aux côtés du Forum de Flers et du Théâtre d’Alençon. Ici c’est la culture pour tous, et surtout pour chacun.


L’ESPACE DE LA CALENDE À ROUEN

Ouverture sur l’art et la diversité À deux pas de la cathédrale et de la place de la Calende à Rouen, qui lui donne son nom, s’est ouvert en juillet dernier un nouvel espace dédié à l’art contemporain. est sur plus de 200 m2 que s’exposent les œuvres choisies par Christophe Longhi, maître de cette nouvelle galerie située rue du Bac. Pa s s i o n n é d ’ a r t , c e R o u e n n a i s d’adoption a souhaité ouvrir un autre lieu d’expression pour les artistes principalement originaires de la région. En toute décontraction, il vous accueille et vous dévoile le parcours de chacun. Allant de la peinture au mobilier d’art, de la céramique au verre, les noms actuellement affichés sont Roland Hibert, Anne-Marie Houdeville ou Jacques Maistre notamment.

C

Montrer l’originalité et mettre en avant ceux qui osent, voilà le souhait de notre hôte. L’art est là pour confronter les regards, sans pour autant heurter. Avec dynamisme, Christophe propose chaque mois une nouvelle exposition à thème. Ce mois-ci, elle sera consacrée à l a f e m m e e t à s e s mu l t i p l e s représentations. Un vernissage et une rencontre avec les artistes sont chaque fois organisés et ouverts à tous et ce, sur une large plage horaire, le samedi de 10h à 19h. L’accessibilité se fait aussi par le prix. En effet, plusieurs pièces uniques sont disponibles dès 30€, de quoi faire un cadeau hors du commun !

Christophe Longhi

Élodie Boutrois >> Expo à venir : La Femme du 09/04 au 06/05. C/0 : 31 rue du Bac, Rouen espace-calende.fr Ouvert du mardi au samedi, 10-12h et 14-19h

LE P’TIT BAR À SAINT-OUEN D'ATTEZ

Le P’tit bar qui monte !

© Gérard Photographie

L’école communale de Saint-Ouen d'Attez a fermé il y a 33 ans. Après être devenue un bistrot qui a finalement cessé son activité, l’association Saint-Ouen Animation s'en est emparée pour créer le P'tit bar de la Mairie.

u gré des événements, le lieu se transforme tour à tour en cabaret, salle de jeux, scène d e t h é â t re o u s a l l e d e concert. A l’initiative de Patrick Brault et de Manuel Rami, le P’tit bar voit défiler depuis 8 ans, des artistes, le plus souvent locaux. “On veut provoquer le partage et la rencontre entre artistes et public.” L’espace est ouvert à l’occasion de ces manifestations et de soirées jeux organisées chaque premier samedi du mois. “Ce n’est qu’un bar communal, mais on peut accueillir raisonnablement 80 personnes” affirment les porteurs du projet, qui tiennent à la convivialité de spectacles conçus à échelle humaine. Derrière les manettes du P’tit bar, on

A

retrouve une poignée de bénévoles, jeunes ou moins jeunes, qui sont tous captivés par le monde du spectacle. Anne-Marie “une très vieille dame qu’on adore, ancienne monteuse des films de Jean Yanne et de Jacques Demy, aime dire qu’elle ‘lave les verres au fond du café’ ”, soulignent-ils, illustre à merveille cette passion. Marie Lemé >> Prochains rendez-vous : Kat’ Gout’ (blues/soul/rock), le 16/04 à 21h Kardka (chanson française), le 28/05 à 21h Tarifs : 5/7 € C/0 : Le P’tit Bar de la Mairie, 116 rue de Malouy - 02 32 32 08 48 ptitbar.pagesperso-orange.fr

19 La Mauvaise Réputation


© CPIE Vallée de l’Orne

Cherchez la sortie MAISON DE LA NATURE ET DE L'ESTUAIRE DE L'ORNE À SALLENELLES

La Maison de la nature et de l’estuaire de l’Orne est à une dizaine de kilomètres à peine de Caen, au cœur du principal site naturel sauvegardé du Calvados. Sur 1000 hectares, une diversité paysagère exceptionnelle abrite une faune et une flore uniques. Visite guidée. ropriété du Conseil général du Calvados, la Maison de la nature et de l’estuaire de l’Orne est gérée par l’association Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement Vallée de l’Orne qui est spécialisée dans l’éducation à l’environnement et au développement durable et dans la valorisation des territoires et des patrimoines. Ces missions sont nombreuses, l’objectif étant ici d’offrir au public un lieu de découverte et de sensibilisation, telle une porte d’entrée sur l’estuaire de l’Orne. Avant d’aller explorer les environs, un passage par l’exposition permanente nous permet d’appréhender la vie de l’estuaire et ses

P

20

© B.Morvilliers.CPIE

Porte ouverte sur la nature e n j e u x gr â c e à d e s m a q u e t t e s, dioramas interactifs et vidéos. La géographie du site, ses activités ou encore la migration des oiseaux n’auront plus de secret pour nous. Un parcours extérieur autour d’un marais d’eau douce complète la visite.

À la découverte de l’estuaire “Nous sommes dans un espace préservé où il y a moins d’activités humaines et qui possède une m o s a ï q u e d e m i l i e u x n at u re l s imbriqués les uns dans les autres” explique Thierry Pitrey, responsable des animations. “C’est cette diversité paysagère qui induit cette richesse faunistique et floristique.” Pour le grand public que nous sommes, qui n’a pas forcément les connaissances pour observer toutes les richesses de l’estuaire, la mise en place de visites guidées et d’animations permet de s’initier à la reconnaissance des n o m b re u s e s e s p è c e s ra re s e t protégées. Organisées en partenariat avec des associations et l’office de tourisme, il y en a au moins une par jour, en pleine saison. Sans guide, en utilisant les itinéraires, il y a tout de même toujours quelque chose à voir. M a i s at t e n t i o n , s i vo u s vo u l e z véritablement avoir tout le loisir d’observer des espèces comme

l’aigrette garzette, la spatule blanche ou encore bien plus rare un phoque, optez plutôt pour des balades en semaine ou au petit matin. “Même si les oiseaux sont omniprésents tout au l o n g d e l ’ a n n é e, c ’ e s t u n l i e u complètement sauvage. Ils sont observables plus ou moins facilement. Ce n’est pas un parc animalier et encore moins un zoo !” A marée haute, les oiseaux se réfugient dans la réserve ornithologique pour se reposer. Et pour les voir sans être vus, des observatoires ouverts en permanence sont mis à votre disposition. Par contre, pensez à respecter les lieux et surtout le calme, car bien cachés ne veut pas dire indétectables pour la faune de l’estuaire ! Antoine Vulliez >> Ouvert d’octobre à avril de 14h à 18h, mai, juin et septembre de 10h à 12h30 et de 14h à 18h, juillet et août de 10h à 18h30. Fermeture annuelle de mi-décembre à fin janvier. C/0 : Boulevard Maritime, Sallenelles 02 31 78 71 06 - cpievdo.fr


Exposition Pharmacity - Barbâtre Pont l'Evêque (14) E.C. Les Dominicaines > pastel/dessin - jusqu'au 12/06

Bonnard en Normandie Giverny (27) Musée des impressionnismes > peinture - du 01/04 au 03/07

Salon des artistes Bas-Normands Caen (14) Hôtel de Ville Avec comme invité d’honneur : Iziak. Son monde est peuplé de femmes-mères, femmes-putains, femmes-enfants, Lilith, Isis, Vénus, Marie etc.

©NASA/Science Photo Library

> peinture/sculpture - du 09/04 au 24/04

CQFD, les maths dans la nature Rouen (76) Muséum d'Histoire Naturelle Venez découvrir une petite partie du rôle que jouent les mathématiques dans la nature. Visites guidées gratuites tous les dimanches et tous les jours d'ouverture durant les vacances scolaires à 15h.

©Iziak

> découverte - jusqu'au 30/04

21


Exposition Afghanistan, les Ames rebelles... - Reza Carrouges (61) Château de Carrouges Projection du film d'Ali Badri consacré à Reza, en présence du réalisateur le 21/05 à 17h00.

Enfant ©Reza

> photo - du 06/05 au 06/06

Les unes et les autres - Jean Rault ©Jean RAULT. Mademoiselle Aya U. Tokyo 2000

Louviers (27) Musée Dans le sillage de ses deux principaux grands maîtres, August Sander et Diane Arbus, Jean Rault s’intéresse essentiellement à la représentation du corps par une pratique exigeante du portrait et du portrait nu.

> photo - jusqu'au 30/04

Louis-Marie Catta Tessy-sur-Vire (50) Usine Utopik Artiste autodidacte, Louis-Marie Catta a gardé de son ancienne profession de paysagiste le goût du dialogue et de la communion avec l’espace qu’il souhaite investir. Vernissage le 01/04 à 19h. ©Johanna Häiväoja

> installation - du 01/04 au 22/05

Voiles du temps, le vent l'emportera Johanna Häiväoja Dieppe (76) Château-Musée ©Usine Utopik

“[…] La recherche sculpturale est une course-poursuite sans fin, tout est forme, espace... Captures d’instants de vie, cosmogonies miniatures ou bien explosions de matière, faites votre choix !”

> sculpture - jusqu'au 13/06

22


Alfredo Garzon Et aussi... Plumes d'histoire et histoires de plumes

Le Havre (76) Galerie Hamon Ici, ses œuvres sont sur le thème de la femme et de la famille. Vernissage le 06/05 à 17h30.

Avranches (50) Scriptorial

> peinture/sculpture du 06/05 au 01/06

Petits et grands écrits de France.

> manuscrit - jusqu'au 05/06

L’oeil et la passion Bayeux (14) Musée des Beaux-Arts Dessins italiens de la Renaissance.

Captives - Majida Khattari

> dessins - jusqu'au 20/06

Caen (14) Artothèque Majida Khattari crée des défilés-performances inspirés de la situation des femmes dans les sociétés arabes. Elle interroge les notions de liberté et de rapport au corps et met en scène des modèles portant des vêtements-sculptures qu’elle a préalablement conçus et fait réaliser.

> photo - jusqu'au 14/05

Emakimono & Tapisserie de Bayeux Caen (14) Musée de la Tapisserie de Bayeux Lecture croisée de trésors nationaux japonais et français.

> dessin - jusqu'au 30/12

M!grateurs à plumes, à poils, à écailles... St-Côme-du-Mont (50) Maison du Parc ©Majida Khattari, Odalisque

Au fil des saisons, oiseaux, insectes, mammifères, poissons et crustacés se déplacent régulièrement du nord vers le sud, de la source à la mer et inversement. Pourquoi et quand migrent-ils ? Quels sont leurs repères ?

> découverte du 09/04 au 31/12

Corps révélés, corps dévoilés Pas vus, pas pris Le Havre (76) Muséum d'histoire naturelle

© Vivarium du Moulin

Supercheries dans le monde animal : que symbolise la couleur rouge chez la plupart des insectes ? Comment la mante religieuse surprend-elle son assaillant ? Les apparences des êtres vivants sont parfois trompeuses.

> découverte jusqu’au 19/06

Cherbourg-Octeville (50) Musée Thomas Henry 9 tableaux du Musée d’art Thomas-Henry sous le regard du photographe Gaëtan Viaris de Lesegno.

> photo - jusqu'au 22/05

Valérie Jouve Caen (14) FRAC Vernissage le 21/04 à 18h30 avec un concert de oud par Wissam Murad.

> photo/vidéo du 22/04 au 13/06

23


Rencontre

Sinsemilia

Bronx Tambours du ur 2006 cœ du t on Les rockeurs

2008

Nina Van Horn & Fred Chappelier Les rockeurs ont du cœur 2009

Superbus 2009

Visuels : © 10Fusion

Remise jouets 2006

10fusion

IAM

public d’IAM

Matmatah 2007

10 FUSION

s u o v z e h c e d s è r p é C’est arriv Comment faire venir dans une petite ville des têtes d'affiche plutôt habituées à côtoyer des Zéniths, tout en étant une association ? Une seule solution : la volonté. 10 Fusion l’a bien compris.

vec ses 9 me mb res act ifs et son réseau d’une qua ran tai ne de bén évo les, auj ourd’h ui 10 Fus ion jou e n dan s la cou r des gra nds. Pou r bie t com pre nd re com me nt ils en son . 00 20 en er arrivé s là, il fau t rem ont afin uée L’association est alors constit t, 1 de développer le concept “1 concer e jou et” org an isé pa r la co mm un du ont rs keu d’Equeurdreville. Les Roc en Cœur sont ainsi créés, fonctionnant qui rel ais ave c les Re sto s du Cœ ur s la red istribu ent les jou ets à traver 0 150 de s plu Manche, touchant ainsi la r pou t enfants. C’est en démarchan qui programmation de cet événement,

A 24

en 21 octobre, pour son unique passage !” aille bat Basse-Normandie. “Une vraie u fall en rigole encore Jean-Michel. “Il a être très rapide, nous étions l’un des au premiers à faire la demande, mais s plu t tai mo me nt de val ide r il ne res re qu’une seule date… Pour une structu de com me la nôt re, le plu s du r est de ce for à is pa raî tre cré dib le. Ma !” ive arr y volonté et d’insistance, on est Ce tte ann ée, la pro gra mm ati on ins rythmée, car l’association donne s. Huile de coude et croisement mo la priorité à la recherche de partenaire s,” nel de doigts sion r “Nous ne sommes pas “profes rà “Il y avait une attente du public pou tou s les me mb res ont leu r mé tie c Ave nt. me ale loc es ist art voi r des une aide les côté. Nous n’avons droit à auc Matmatah, nous avons découvert cer t est con e a ou subven tio n. Ch aqu rou age s de la ma chi ne. Ça no us ue son avo de donc toujours un gros pari” 2, à ouvert des portes.” Depuis, la salle président. “Pour continuer en 201 sur iler déf vu a ville rdre ueu d’Eq l’Agora tout en us, faire venir des têtes d’affiche, res, scène Amel Bent, Sinsemilia, Superb chè p tro pas e proposant des places Olivia Ruiz… “Nous avons comme lign tiens u o s un n o u s avo n s b e s o i n d e es dire ctrice de ne pas se bas er sur financiers ou logistiques, de mécèn de est t bu Le al. sic mu le sty seu l cé ! te ou de sponsors.” L’appel est lan liez programmer pour tous publics et tou e Vul oin Ant ss génération.” Effectivement, de Ma de s nse Da et Hy ste ria aux Ch œu rs C/0 : 10fusion.free.fr et IAM par t san pas en se, Rus e l’Armé Joh nn y Cle gg, le gra nd éc art est le flagrant. Prochaine grosse date, Zazie

les a lieu chaque année (rendez-vous t tren con ren ls 2 et 3 décembre 2011), qu’i t s’es en 2007 le groupe Matmatah. “Ça ” fait par hasard et surtout par chance ent raconte Jean-Michel Villette, présid re aut une it de l’as soc iat ion , “C’ éta s e m m o dimension. Nous nous s ts retrouvés organisateurs de concer les purs et durs !” Succès immédiat qui er. tinu a fortement motivés à con


THE BAND THAT HAS NEVER MET

Le 13 janvier dernier, le groupe pop My Sidekicks sortait son “album virtuel” Distance. Les musiciens, éparpillés aux quatre coins de la France, ne se sont jamais rencontrés et l’ont réalisé entièrement via internet. Bazart a lui, souhaité rencontrer Nicolas Labatut, touche-à-tout rouennais du groupe.

Source : My Sideki

cks

Bazart Mag’ : De votre rencontre à la sortie de l’album, quel est votre parcours ? Nicolas Labatut : “Au début, on était trois. On s’est rencontrés sur CQFD, sorte de MySpace à la française propulsé par Les Inrocks. On a discuté, on s’est écoutés les uns et les autres. J’ai adoré la voix du chanteur. Quant à la chanteuse, qui est américaine, elle est aussi parolière. A leurs talents, j’ai apporté mes compétences en piano, guitare et basse. On a fait un morceau e n t ro i s j o u rs, p o u r e s s aye r, e n s’échangeant nos fichiers, et incroyable : ça fonctionnait ! Quasiment tous les morceaux étaient

© Marie Lemé

My Sidekicks crée son album à distance

Nicolas Labatut

prêts quand on a trouvé un batteur. Il a remplacé les batteries électroniques par ses enregistrements et ça a tout changé. L’ensemble de l’album a été réalisé en circuit fermé, de l’enregistrement au mastering. On a simplement fait appel à l’asso Europe and Co. (Rouen) pour le pressage et la promotion.” B.M. : Quel est l’avantage de cette méthode ? Pensez-vous que c’est l’avenir de la musique ? N.L. : “Je travaille dans un magasin de musique du lundi au samedi : je n’ai pas le temps d’avoir un groupe ! Du coup, notre méthode à distance est super. Elle permet aussi à chacun

d’aller vraiment au bout de son idée. Si on se trouvait dans la même pièce, on d ev ra i t fa i re b e a u c o u p p l u s d e compromis. Avec ce procédé, on a envie d’ouvrir une voie, que des groupes électro ont d’ailleurs déjà empruntée avant. Mais on a su prouver qu’un groupe de pop (pour qui la composition, l’écriture et la structuration sont primordiales) pouvait aussi le faire !”

B.M. : Quels sont les projets de My Sideckicks, un concert ? N.L. : “On fait des remix : Curry & Coco, Tahiti 80, Black Moth Super Rainbow… Ça permet de chercher un autre son pour le deuxième album. En attendant, on fait la promo de Distance . Faire un concert n’est pas dans nos Distance : un opus projets : d’abord, ça casserait bien réel A l’écoute des 10 titres de l’al notre concept. Et puis les autres bum, douter que les répétitions da on ne peut pas se membres vivant à Paris, Aix-enns un garage enfumé n’ont pas fait partie de l’expé Provence et Chinon, on devrait se rienc De mo rce au x plu tôt rock au e de My Sidekicks. retrouver dans le Massif Central pour x ba l’a lbu m, patin é de mé lod ies lla de s trè s po p, répéter ! Finalement on est un vin tag e, se lai ss e volontiers écouter. Les chanso groupe hyper écolo : pas de concert, ns se ressemblent pas, gardant s'enchaînent et ne pas de déplacement !” cependant une unité (très 70’s), avec une vraie ide Marie Lemé ntité artistique. Distance est disponible sur

mysidekicks.fr ou sur iTunes

25


© Yan Li

Rencontre THÉÂTRE : LA COMPAGNIE DIVINE COMÉDIE

Fortunes & tribulations d’un Rouennais en Chine Le projet est ambitieux. Gigantesque même. Mais tellement exaltant que Jean-Christophe Blondel ne pouvait que s’y embarquer. Depuis deux ans, le metteur en scène de la compagnie théâtrale Divine Comédie travaille avec des comédiens amateurs chinois, voyants et non-voyants, pour former une troupe professionnelle.

D

26

œuvre de Maeterlinck parle de la difficulté de voir le monde autour de nous. Le handicap des comédiens apporte un éclairage sur la dramaturgie de la pièce. La démarche est politique et sociale. Il faut savoir que les non-voyants sont exclus socialement et parfois coupés de toute pratique culturelle.”

© Yan Li

ébut mars, Jean-Christophe Blondel, metteur en scène de la Compagnie Divine Comédie, est en pleine répétition de son Partage de midi. Cette préparation intensive ne l’empêche pas pour autant de nous parler du grand projet qui lui tient à cœur depuis deux ans : celui de former une troupe professionnelle composée de comédiens chinois voyants et non-voyants. Et c’est en quelque sorte grâce à la pièce de Paul Claudel, Partage de midi qu’est né ce croisement artistique avec la Chine. Celle-ci évoque le périple de quatre Français partis faire fortune en Chine. Pendant la tournée chinoise, à l’été 2009, le metteur en scène rencontre des professeurs d’universités et des personnes de la société civile qui montrent un intérêt pour la pratique théâtrale et son travail. L’une d’entre elles met Jean-Christophe Blondel en lien avec u n e a s s o c i at i o n d ’ ave u g l e s q u i souhaitent s’affirmer comme des artistes sur une scène de théâtre. L ’ i d é e d e m o n t e r u n s p e c t a cl e professionnel avec eux émerge alors dans la tête du directeur de la Divine Comédie. Ce sera La princesse Maleine. “Cette

La Chine avant la France Dès les auditions, le Rouennais est bluffé par le talent, l’énergie et le charisme de certains. “Ils ont de réelles qualités d’acteurs. Il y a une culture populaire du conte en Chine, du récit chanté. U n goût du jeu lié à la tradition qui va bien avec le côté shakespearien de Maeterlinck.” Mais la présence de non-voyants dans la distribution ne plaît pas à tout le monde. Le porteur de projet subit des pressions et perd ses soutiens officiels. “On a cherché à me remettre dans la norme. Les pros s’inquiétaient de leur public, jugeant la distribution pas suffisamment commerciale.” La petite équipe tient bon et retrouve des soutiens auprès des universités chinoises et des institutions et entreprises françaises.

A présent, son objectif est de tourner le spectacle en France d’ici un à deux ans et d’y former les neuf comédiens. Ce, afin de retravailler avec eux e n C h i n e e t d e l e s re n d re a i n s i légitimes. Au mois de mai, il est prévu q u e l ’ é q u i p e fa s s e u n e s é ri e d e représentations dans plusieurs villes dont Pékin dans le cadre du festival franco-chinois, Croisements 2011. Un premier pas vers la reconnaissance. Valérie Berthoule

C/0 : Pour suivre la tournée chinoise de La princesse Maleine en mai, rdv sur le site compagniedivinecomedie.com



Bazart Mag' printemps 2011