Page 1

LA UNE

Albena, architecte de l'émotion FESTIVALS

Cet été en Normandie EXPOSITION

Les expositions à découvrir

NUMÉRO 28 - BAZART Mag’ été 2012

+ Votre agenda été


La Madone du coin de la rue d’Albena Portrait en page 04

ÉDITO

SO MMA IR E JUILLET / AOÛT / SEPTEMBRE 2012 - N°28

THE LAST ONE C’est avec ce dernier magazine que Bazart tourne une page de son histoire. Pendant 7 ans, le Bazart Mag’ a mis en valeur de nombreuses actions, acteurs et lieux culturels en Normandie. Merci à nos lecteurs, à nos annonceurs et partenaires. Vous étes fidèles à chaque sortie et nous sommes fiers d’avoir toujours défendu notre liberté rédactionnelle. Mais l’aventure ne s’arrête pas là et notre association mettra toujours en valeur la beauté et la vitalité de notre patrimoine normand. A partir de septembre, l’aventure Bazart Agenda continue. Il fêtera en octobre prochain ses 16 ans d’existence et en tout bon adolescent, il verra quelques changements dans ses pages.

ACTU La Une de Bazart : Albena Retour sur la Fête de la peinture dans l’Eure Pirouésie à Pirou L’actualité de votre région Retour sur I Park Art à Caen 3 questions à Robert Lacombe de Terres de Paroles Le festival des Bords de Vire

P.04 P.06 P.08 P.10 P.13 P.14 P.15

FESTIVALS Les festivals de l’été

P.16

RENCONTRE La compagnie Catherine Delattres L’association Les amis de la linerie

P.24 P.25

EXPOSITION Agenda des expositions

P.26

Association Curieuse Idée 16 rue Louis Blanc - 76620 Le Havre Tél : 02 35 43 62 79 - Fax : 02 35 22 64 38 info@normandie-web.com

+ encarté dans ce numéro : VOTRE AGENDA ÉTÉ 2012 D i r e c t r i c e d e p u b l i c a t i o n : Chantal Legrand Rédaction : Valérie Berthoule, Marie Lemé, Chantal Legrand, Antoine Vulliez, Emmanuelle Huré Relecture : Marie-Agnès, Anne-Elisabeth - Publicité : Christophe Michel - Graphik : Nadyou - Impression : Rotimpres. La rédaction décline toute responsabilité pour les omissions et/ou erreurs qui se seraient glissées malencontreusement dans le magazine. La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes, fichiers ou photos qui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans le magazine est interdite. Bazart mag ’ votre magazine de Normandie - ISSN 1957-5211. Dépôt légal à parution.

3


ACTU

CARTE BLANCHE À ALBENA - COUV’ BAZART

La couv’ Mag’ : La Ma do ne du co in de la rue “Ce tableau correspond à quelque chose qui m’a frappée il y a quelques ann ées . J’ét ais dan s le mé tro parisie n et j’ai vu une fem me, en pleine journée, qui était en train de dormir avec son petit garçon. J’y ai pensé pendant des mois, je me suis dit qu’il fallait que je fasse une sorte de peinture hommage à ces mères qui sont dans la rue. C’est la seule chose que je pouvais faire pour elles”.

4

lbena grandit à Sofia, en Bulgarie. Artiste dans l’âme, elle dessine et peint déjà, s u r t o u t à l a go u a c h e, s’inspirant des contes de fées dont elle se nourrit. “Je passais mon temps à lire et il y avait de très jolies illustrations sur mes livres d’enfant, des icônes bulgares…” raconte-elle. Elle écrit, également, des poèmes dans sa langue, jusqu’à ce qu’elle se lance dans les études. Jamais bien loin des arts, elle devient architecte et vit de cette profession pendant cinq ans, en Bulgarie. “J’ai ensuite participé à un concours de jeunes architectes à Paris. J’y ai rencontré mon mari et j’ai décidé de m’installer en France”. Elle devient tour à tour décoratrice, graphiste à l’université de Rouen, responsable d’une petite galerie, et finit par poser ses valises à Sotteville-lèsRouen, dans une petite maison lumineuse, et renoue avec l’un de ses amours d’enfance, la peinture. “Je ne maîtrisais pas du tout la langue, j’ai dû prendre des cours. J’ai commencé à peindre parce que j’avais un réel besoin de m’exprimer, et aussi de nouer des contacts avec les gens”. Mission accomplie, car si le français n’est pas sa langue maternelle, Albena sait parler la langue du cœur, et le public n’y est pas insensible. “J’ai été tout de suite très encouragée à continuer ce que je faisais, et à participer à des salons, expositions”. Aujourd’hui, malgré la crise économique qu’elle ressent aussi, elle se consacre à plein temps à ses activités d’artiste. “Si on m’avait dit, il y a quelques années que j’en arriverai là, je ne l’aurais pas cru !” confie-t-elle.

A

© Marie Lemé

Artiste à fleur de peau depuis toujours, cela fait douze ans qu’Albena peint, en autodidacte. Elle a quitté sa Bulgarie natale il y a 16 ans pour s’installer en France, à Sotteville-lès-Rouen, et nous a ouvert les portes de sa maison-atelier, dans laquelle ses rêves d’enfant côtoient ses envies d’un monde meilleur. Portrait d’une grande sensible.

Une peinture réfléchie Accrochés aux murs de son séjour, ses nombreux tableaux se dressent, flamboyants. “Je peins exclusivement à l’huile, sur tous types de format. Je fais plusieurs couches de peinture, que je laisse sécher. C’est un travail très long mais la couleur devient vibrante, puissante”. Avant de se lancer sur la t o i l e b l a n c h e, e l l e r é fl é c h i t longuement : “Cela peut durer parfois deux ou trois ans !”. Elle pense la composition du tableau, fait des recherches photographiques ou historiques. “Je ne peins jamais sur modèle, tout le travail se passe dans ma tête”. Et parce qu’une architecte sommeille toujours en elle, la spécialité d’Albena est de terminer ses tableaux par une touche d’encre de Chine : “je travaille au rapidograph, le stylo des architectes, pour ajouter des détails et rendre les contours plus nets”. Adepte de la peinture à l’huile, elle a pourtant développé depuis quelque temps une nouvelle technique, mixte, à base


Ne me quitte pas

d’huile, de pastel, et d’acrylique, avec une surcouche. “C’est une technique extrêmement rapide, qui me permet d’exprimer des choses beaucoup plus légères, graphiques, spontanées, en gardant le même style”. Avec cette technique, elle cherche à atteindre le joli, le graphique. “Quand je travaille à l’huile, je travaille plus sur l’émotion qui va saisir le spectateur à la vision de ma peinture, que sur la “beauté” du tableau”.

Des tableaux chargés d’onirisme “Quand je peins, j’entre en méditation, dans un état qui me procure beaucoup de plaisir, je ne suis plus ici, je flâne quelque part…”. Peut-être dans ses souvenirs d’enfance ? “Je glisse dans mes œuvres beaucoup de références aux contes que je lisais petite. Il y a des princesses, des princes, des licornes… et aussi des clins d’œil à l’art nouveau,

Danseuse aux colombes

l’art japonais, la mythologie grecque ou égyptienne”. Ses tableaux sont chargés d’onirisme, de rêve d’amour et de beauté, bien loin de la cruauté de la vie quotidienne qu’elle sublime (voir la couv’ du Mag’). Mais surtout, ce qui saute aux yeux quand on s’intéresse au travail d’Albena, c’est l’omniprésence des femmes. “Je ne suis pas “intéressée“ par les femmes mais j’aime les peindre, j’aime les belles femmes. Et bien sûr, je mets un peu de moi dans chaque femme que je peins”. Ses tableaux résonnent comme une invitation à la rencontrer. Marie Lemé >> • Exposition collective Le chat dans tous ses états. Jusqu’au 30/09 au Parc Artmazia 25 route de Neufchatel à Massy • Visites d’ateliers d’artistes, les 29 et 30/09. C/0 : albena.painter.free.fr

Sonate pour 2 et licorne

La couv’ Agenda : À bon port “Je me suis inspirée des conte s des 1 0 0 1 nu i t s e t n o t a m m e nt de l’histoire de Sinbad. Les lég endes racontent que le chant des sirènes est dangereux, faisant oubli er d’où on vient et où on va. Le ma rin tableau semble avoir fait le du ch d’être envoûté par les sirènes, oix ma il devient séducteur à son tou is r, un ch arme ur de se rp en ts. tel C’e st un e do uble sé du cti on , en mê me temps dangereuse et magn ifique”.

5


ACTU

e u q i t s i t r a e Performanc en direct

e 25 mètres d e d a s s li a p ne de articipant, u 2 de toile par p ième édition it u h la m r 5 u s , s r Dix artiste jardins de La on... Retou s ti le a s ré n c a e d d s in eure e 3 ju de long, 8 h e le dimanch lé u ro é d t s ’e is Paliss’Art qu s allers et Guéroulde. ail. Coutumiers de ns des av tr ur le s le Source à La ”, thème “le secret r leurs œuvres da

urs su rice, le ca ti o n direct se so nt ex prim és su r le reto e t e m p s p l u s o u m o i n s vo à , re u ct ru sd a st tres être efficaces, ch ni qu e de l ap c i a l e e t pe in a r t i s t i q u e , s o Gérard su je t en ut ili sa nt la te , le temps variables, ils ont dû ici, tte création r ce le culturelle créée pa cette leur choix, excepté l’hui . A partir rapides et assurer sur ir : p e in d re lli ng is ei lo la cu p op ac e tr Garouste, a de séchage étant n , ch ac u n e o u d ’u n jo u r. A u tr re, habitués à être le ar p e é is rg an enco u no m an if e st at io n o l’E ure da ns le d e m o d è le s o sa toile avec son ensemble. Là s ateliers, les jeunes é de is le al al ns ur ré C on se il G én ér . Le chacun a re , s o n i n s p i ra t i o n isolés da t ut ili sé l’é ne rgie qu e re tu in Pe la de ti st es on cadre de la Fête s s ’ A r t fo rc e s t y l e p ro p global a fait ar susciter la proximité. Le public at lt i su l a ré P Le e . d re t iè p singul conce n’a ns peut l ’ ap r è s - m i d i je un es ar ti st es, ande diversité da l’a dm irat io n : di x ionnés par un émerger une gr ème soulignant v e n u d a n s né leur inspiration, th frei lect préalablement sé pe rform an ce les approches du t d e ce s je u n e s aucunement . En fin de journée, e n ire e ra un d le ta le n t é vi . bien au cont ju ry, ex éc ut en t ce . an op st ss n ai no nn i co il en musique, la as re qu de et e autour d’un cockta ée de chacun, picturale en direct s é d e h u i t artistes en quêt sign po palissade colorée, ue C e j u r y , c o m e s d u m il ie u par tous et chaq su is ée fi ir s é é m d it i ad al é n ra n v ét o a n rs U e zp el , do nt G iu lia fois collective et œuvre considérée de près. Rende ur la lt à cu ce et an m ue or iq rf st Pe ar ti à el du de Paliss’Art 2011, e création permet prochaine à l’Hôt Andreani, lauréate ch o is i le s d ix individuelle, cett un défi car pour la vous l’année t à E v re u x p o u r r t en a p ré a la b le m e n née parmi les chacun de releve té réside dans le D é p a r t e m ré at ur ul s œ u vres d u la u jo ic e le ff r tt di ie ce la éc t, de pr ar es ap up st pl ti ar n. C’est dire que les pour la réalisatio t le 27 juin). 120 dossiers reçus. n t p u q u ’ê tr e temps imparti ai n te fo rc e le s 2012 (résulta Emmanuelle Huré 'o n tr sé le ct io n n é s n er da ns ce tt e M ai s ce tt e co elle approche de uv nc ho no ré s de se la co m m e lig ne artistes à une no ec Av . ce pe rform an

L 6

© Emmanuelle Huré

LA SOURCE À T R ’A S IS L A P ACTU : RETOUR SUR


ACTU PIROUÉSIE

Un rendez-vous différent chaque jour

“La culture n’est pas réservée à une élite et pas seulement aux grandes villes, c’est pourquoi Pirouésie est dans le village de Pirou, en Basse-Normandie”. C’est le ton donné par Jacques Lévêque, président de l’association. Cet été, comme depuis six ans, une cinquantaine d’apprentis poètes venus de toutes parts s’amusent avec les mots, stylo à la main, durant une semaine peu ordinaire.

8

ous avons monté l’association Pirouésie en 2009, lorsque le travail d’organisation du festival est devenu trop lourd pour l’association qui le gérait jusque-là” explique Marinette Lévêque, trésorière. “Chaque être humain a de la poésie en lui. Il a souvent peur de l’exprimer alors qu’il en est capable”. Et c’est la mission que s’est donnée ce festival de bord de mer : réveiller la poésie qui dort en nous. Le jour, petits et grands participent aux ateliers d’écriture, le matin en sillonnant Pirou et ses alentours, s’arrêtant au milieu des dunes pour écrire, et l’après-midi dans l’ancien presbytère. “Ils écrivent avec des contraintes “oulipiennes” car l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), fondé notamment par Raymond Queneau, a directement inspiré Pirouésie (voir encadré). Par exemple, pour écrire un texte, ils ont interdiction d’utiliser la lettre E !”s’amuse Marinette Lévêque. Un atelier théâtre est également proposé aux plus jeunes.

N

Dès la nuit tombée, Pirouésie ouvre ses portes à tous et propose des soirées spectacles. Lundi c’est cinéma, avec la projection de Vidarrabal documentaire de Xavier Pasturel, en présence de l’écrivain et cinéaste Fernando Arrabal (20h au cinéma Le Cotentin). Le mardi, le Manoir de la Rapillerie accueille la soirée lecture à partir de 18h30. Rendez-vous au “Music-Hallipo” le mercredi à la salle polyvalente à 18h30. Le jeudi, théâtre, avec l’interprétation d’Un cœur simple de Flaubert par la compagnie de la Boderie, puis concert. Enfin, vendredi, clôture sous chapiteau au presbytère avec une restitution des ateliers d’écriture et la pièce de l’atelier théâtre C’est comme ça à l’école de Ian Monk. “Pirouésie est aussi l’occasion de découvrir un village plein de richesses naturelles et architecturales” assure Marinette Lévêque. Rendez-vous donc du 6 au 10 août, pour un grand bol de poésie. Marie Lemé C/0 : pirouesie.net

OuLiPo késako ? Po ur “OU c’e st OU VROIR , un ate lie r. st la fab riq ue r qu oi ? De la LI. LI c’e re. ratu on qu’ ce littérature, ce qu’on lit et e nifi sig PO Quelle sorte de LI ? La LIPO. ée pos potentiel”. C’est la définition pro a rc e l M t e d u a b u o p a r Ja c q u e s R on d ym Ra de rs Bé nab ou , suc ces seu , les ais nn Qu ene au et Fra nço is Le Lio re atu fondateurs de l’OuLiPo. La “littér sou s Ou lipi en ne ” est un e litt érature style de e rcic Exe contraintes. Le célèbre ite écr ale de Queneau (une histoire ban est en de 99 styles d’écriture différents) un pur produit.


9


ACTU

Funky hair

Mystérieuse Vénus

Envie d’une nouvelle coupe ou d’un brushing ? Envie de dancefloor ? Besoin de prendre le vert ? Les trois en même temps ? C’est possible ! A quelques kilomètres du Mont-Saint-Michel, l’Autre Café déroule ce concept les soirs de pleine lune. Derrière les platines, Funky Renard explore la soul des seventies. Et pour ceux qui regretteraient leur tignasse d’antan, rassurez-vous : il paraît que les cheveux repoussent plus rapidement quand ils sont coupés pendant les périodes de pleine lune ! Les 02/08, 31/08, 30/09 et 29/10 à Saint-Laurent-de-Terregatte (50) C/O : larochequiboit.fr

La Vénus d’Ille, symbole de beauté… et de malheur. L’histoire fantastique de la statue de Prosper Mérimée sera racontée par deux comédiennes à l’occasion de visites originales pour tout public, proposées gratuitement dans des églises de l’Eure. Le roman a été adapté par la romancière et dramaturge Marie Nimier et mis en scène par Patrick Verschueren de la compagnie Ephéméride. Le 09/09 à Poses, le 15/09 à Connelles, le 16/09 à Heudebouville, le 22/09 à Louviers, le 07/10 à Pîtres et le 28/10 à La Haye-le-Comte. C/O : theatreephemeride.com

La photo est dans son élément

Abstrait, vous avez dit abstrait ? Situé en bord de Seine, le petit village de La Bouille se prépare à accueillir la Biennale internationale d’art abstrait du XXIe siècle début septembre. Initiée par Jo ë l l e O r t e ga - Va l ve rd e e t m i s e e n o e u v re e n collaboration avec son atelier galerie, l’édition se déroule au Grenier à sel, joli lieu du patrimoine haut-normand. Seront présentées les œuvres d’une quarantaine d’artistes venant de France et d’ailleurs. Eveil des sens et des émotions au programme. Du 10 au 16 septembre. C/O : abstrait-art.com

Bienvenue en mes demeures ! Les 14 et 15 juillet, l’artiste Fabien Meisnerowski vous convie au cœur de la forêt de Saint-Sever-Calvados, près de Vire, au lieu-dit l’Hermitage, où il a installé sept demeures… S ep t i n s t a l l at i o n s p o u r s ep t t ab l e a u x d e l a v i e h u m a i n e sobrement intitulés Livre, Porte, Repas, Combat, Mort, Travail et Sommeil. Dans ce cheminement à plusieurs égards, le parcours du promeneur sera marqué par des projections vidéo et des performances. C/O : pansements.eu

10

Baiser aérien de Martial Tancoigne, Hérouville St Clair

Jusqu’au 8 juillet, l’association Eléments organise son deuxième festival de photographie à Amfreville, près de Cabourg. A cette occasion, les amateurs pourront profiter d’une conférence-débat sur l’histoire de la photo, d’un stage de pratique sur le moyen format, d’un salon du livre photo, d’expositions ainsi que d’une foire consacrée au matériel. La proclamation du vote du public pour les œuvres du concours 2012 viendra clôturer le festival. C/O : festival.photos.elements.over-blog.com

Ouuuuuillez ! Quand il s’agit d’animer ce bout de la Suisse Normande, le Foyer rural de Pont d’Ouilly est bien là ! Cet été, l’équipe met en place des concerts gratuits à la guinguette des bords de l’Orne. Chaque lundi soir, des groupes confirmés succèdent sur scène à des groupes locaux. Pour cette 9e édition, Pont d’Ouilly sur Scène programme de la chanson française avec Ni Vu Ni Connu, de la musique latino avec Tékila, ou encore de la chanson-fusion avec Patchamama… Du 2 juillet au 27 août, base de plein air de Pont d’Ouilly. C/O : pontdouilly-loisirs.com


© BenJ Photo

Cabourg et Bayeux illuminés

A la tombée de la nuit, l’Hôtel du Doyen et la cathédrale Notre-Dame de Bayeux, et plus loin, sur la côte, le Grand Hôtel de Cabourg vont prendre une autre dimension. Des projections d’images monumentales accompagnées d’effets sonores vont retracer l’histoire de Cabourg, Bayeux et du Bessin sur les façades de ces trois sites-phares. Intitulé Le Calvados illumine ses nuits d’été, le programme comprend 32 spectacles gratuits de 20 minutes où se mêlent récit imaginaire et récit historique. Du 08/07 au 02/09. C/O : calvados-tourisme.com

Des monstres dans la ville Amis dessinateurs, il va falloir se creuser ! En guise d’introduction à NormandieBulle, les organisateurs du festival de bande dessinée de Darnétal, dans l’agglomération rouennaise, lancent un concours amateur sur le thème des “monstres attaquent la ville”. Un jury composé de professionnels, parmi lesquels Daniel Pecqueur (Golden City), tranchera en privilégiant l’originalité, la qualité graphique et l’humour. Les candidats ont jusqu’au 1er septembre pour envoyer leur planche. Remise des prix le 29/09, premier jour du festival. C/O : normandiebulle.com

Musique au comptoir Cet été, les bars de Coutances, Courcy et Nicorps accueillent Zic sur le Zinc, des apéro-concerts gratuits à partir de 19h. Le 12 juillet, ambiance rock folk avec The Dennis Hopper’s. Le 19, détour par The Dennis Hopper’s les Caraïbes avec La Petite Semaine. Le 26, musique gospel, soul et reggae avec Cheuv. Le 2 août, étape par les USA pour découvrir le jazz New Orleans de la Planche à Laver et le blues de Philippe Ménard le 9. Enfin, direction l’Europe de l’Est le 16 pour la fin du voyage avec les Tzardas. C/O : coutances-tourisme.com

11


ACTU

La ville de Bayeux s’apprête à remonter le temps pour retrouver son décor de cité médiévale. La transformation aura lieu le week-end des 7 et 8 juillet. Compagnies théâtrales, artisans et techniciens se mettent à pied d’œuvre pour recréer l’ambiance des fêtes à travers un campement du XVe siècle, des tavernes, un marché, des spectacles de rues et une grande parade costumée… Ces vingt-sixièmes Fêtes Médiévales de Bayeux mettront à l’honneur les enfants via de multiples animations pour les jeunes chevaliers et demoiselles. C/O : mairie-bayeux.fr

Contemporain, singulier et insolite... LaBicicleta Journal de l’Art organise son festival d’art actuel à la halle du marché de Dives-sur-mer dans le Calvados. Sous cette dénomination d’art actuel, on retrouve les tendances de l’art contemporain, de l’art singulier et de l’art insolite. Le festival réunira 34 artistes peintres et sculpteurs. L’idée est de présenter au public un art résolument populaire, à la portée de tous. Du 12 au 15/08, entrée libre. C/O : wix.com/labicicletajournal/labicicleta-restored37

Une formule pique-nique/spectacle s’il vous plait ! Préparez sandwichs et nappe à carreaux. Mettez le tout dans votre beau panier en osier et hop c’est parti pour une soirée pique-nique musical et spectacle ! Voilà Cie d’Irque et Fien l’idée de ces Veillées d’été initiées par les Offices du tourisme du Bocage Normand qui organisent ces sept soirées gratuites dans des communes du sudouest du Calvados. Au menu artistique, côté spectacles : du cirque avec Kris Sobry, Cirklik, D’irque et Fien, 3xRien et du “discount musical” avec Joe Sature et ses Joyeux Osselets. Côté musique : le trio BPS, Elyxir, The Dennis Hoppers. Les jeudis et vendredis à 19h, du 20/07 au 10/08. C/O : veilleesdete.canalblog.com © JM Coubart

Au temps des ménestrels

Greniers de luxe Dans le Calvados, le vide-grenier de l’Oudon n’est pas tout à fait comme les autres ! Céramiques, verres, vitraux, mosaïques, sculptures, peintures… tous ces objets à chiner sont issus de la production d’une vingtaine d’artistes. L’Espace Evanescence, dédié à l’art de la verrerie, organise cette septième édition intitulée “objets réanimés : avez-vous donc une âme ?” le 29 juillet à l’atelier de la Varinière à Notre-Dame-de-Fresnay, parallèlement à son exposition placée quant à elle sous le signe des “écrits de verre”. C/O : espace-evanescence.org

Théâtre amateur et Deauville en vidéos ce n’est pas uniquement le cinéma des stars : les vidéos amateurs de théâtre Deauville, postées sur la toile par des amateurs mettant en scène la cité balnéaire

12

attestent du talent de certains anonymes. De ce constat, la Ville monte un concours qui réunira les vidéastes repérés sur le net et tous les autres amateurs souhaitant participer. Seules conditions : un lien fort avec Deauville, un point de vue original sur la ville et une musique libre de droit. Lors de la soirée de présentation le 24 août, le public pourra voter pour le meilleur film court. Film qui pourrait être projeté au festival du film américain en septembre… Vidéo à envoyer à contact@deauville.fr avant le 15/07. C/O : deauville.fr © Sandrine Boyer

Courant novembre, la compagnie du Théâtre d’en Haut invite troupes, associations et comédiens à venir participer à ses Rencontres Normandes de Théâtre Amateur au Centre André Malraux à Rouen. Pour rejoindre cette aventure théâtrale, les personnes intéressées doivent remplir un dossier d’inscription accessible sur le blog de la compagnie. Ce temps particulier sera l’occasion pour les spectateurs de découvrir des pièces et des talents du cru normand. Du 09 au 11/11, à Rouen. C/O : theatredenhaut.blogspot.fr


RETOUR SUR ACTU : I PARK ART

Un créneau pour exposer

e lieu est tenu secret jusqu’à deux jours avant la date fixée, le samedi 19 mai. Finalement, tout se déroulera rue Pémagnie, qui relie les Fossées Saint-Julien à la Place Saint-Sauveur, et qui, comme l’année dernière, sert de décor à l’événement. “Le principe d’I Park Art est simple : tu prends un ticket à l’horodateur et tu exposes sur une place de stationnement” explique Capu Peintre, responsable de cette édition. “Dans la loi, il n’est pas spécifié qu’il faut que ce soit une voiture. Une fois que tu as payé ton ticket, tu mets ce que tu veux sur la

© AntoineVulliez

L

place. Pas besoin d’autorisation donc, la seule restriction, c’est que l’on n’a pas le droit de vendre”. Il ne s’agit pas d’un marché d’art à ciel ouvert, mais bien une exposition/performance où toutes les disciplines artistiques sont représentées, peinture, sculpture, graff, etc. Il y a même eu une nouveauté cette année avec la présence de groupes musicaux qui ont ainsi rythmé l a j o u rn é e. R é s u l t at : l e p u b l i c forcément de passage est souvent surpris, s’arrête, discute volontiers, en tout cas plus facilement que s’il avait à faire la démarche de pousser la porte d’une galerie ou d’un atelier. Un moyen idéal pour les artistes d’aller directement au contact de la population.

Artistes dans la place La première année, ils étaient 10, l’année dernière 20 et pour cette édition, ils devaient être une trentaine. “Devaient” car le temps typiquement normand du jour J a malheureusement refroidi bon nombre d’artistes… Ioan Léveillé,

© AntoineVulliez

I Park Art, ou quand l’art descend dans la rue, est un événement annuel organisé à l’échelle européenne. En France, peu de villes suivent ce mouvement né en Italie. Cette année, le rendez-vous était donné à Paris, Marseille et Caen pour la 3e année consécutive.

artiste peintre, a joué le jeu pour la deuxième fois, et ce, malgré la pluie. “Ma toile est un work-in-progress, la pluie peut faire partie de la création” et il ne le regrette pas. “Nous mettons notre atelier sur le trottoir. C’est informel. Le côté médiatisation n’est pas forcément très important. C’est un très bon moyen de rencontrer le public, mais aussi d’autres artistes”. “Sans entrer dans les clichés, on est en Normandie, donc il ne faut pas que le temps nous empêche de créer des événements” sourit sa voisine Ad ey p o u r q u i c ’ e s t l a p re m i è re participation “J’aime m’approprier l’espace de ma ville, y montrer ce que je fais et ce type de rencontres pluriartistiques est vraiment galvanisant !”. Finalement moins de participants présents qu’attendus au départ, mais pas moins d’énergie et d’envie de partage. Aucune contravention n’est à déplorer, donc pas de doute que l’événement sera reconduit en 2013 ! Antoine Vulliez C/0 : iparkart.com

13


ACTU FESTIVAL TERRES DE PAROLES

Lacombe, directeur d’Arts 276

Bazart Mag’ : Pourquoi organiser un fe s t iva l l i t t é ra i re h o rs d e s agglomérations ? Robert Lacombe : J’avais l’impression que cela manquait en HauteNormandie, région très riche en festivals en tout genre, mais paradoxalement assez pauvre en manifestations littéraires d’envergure. Au vu du succès de la billetterie dès son ouverture, je crois que nous avons répondu à une véritable attente. Si le festival est axé h o rs agg l o m é rat i o n , c ’ e s t p o u r compléter une action de développement culturel en direction des territoires ruraux et péri-urbains. Une démarche qu’Arts 276 poursuit déjà avec succès dans les grandes villes dans le cadre d’Automne en Normandie. C’est aussi un moyen de faire vivre ce patrimoine exceptionnel, architectural et naturel de Normandie. Enfin, cela nous permet d’être au plus proche des lieux familiers des habitants et d’y apporter de la nouveauté, de l’inattendu. B.M’. : Qu’y aura-t-il au programme de Terres de Paroles ? R.B. : On y trouvera des lectures, des p e r fo rm a n c e s, d e s s p e c t a cl e s, principalement autour de la littérature contemporaine et un peu aussi autour de grands classiques : Flaubert, Maupassant, Perec, Cendrars. Ce seront

des petites formes, accessibles, d’une durée volontairement réduite à 60 minutes maximum, visant à rendre la littérature vivante. Les tarifs sont euxmêmes très démocratiques : 5€ le billet et 3€ avec réduction. Nous proposons aussi toute une série de rencontres avec des écrivains contemporains : ils seront 38 à faire le déplacement ! Tout cela sera ordonné par thème, de façon à donner des repères au public : “Politique e t l i t t é rat u re ” , “ Fa i t d ive rs, fa i t littérature”, “Féminités”, “Essais en scène”, hommages à Flaubert et Perec, etc. J’insisterai tout particulièrement sur le thème des écritures contemporaines qui interrogent de façon créative la question de la féminité. Nous en aurons de magnifiques représentantes avec les grandes écrivains que sont Sylvie Germain, Nathalie Léger, Véronique Ovaldé, Maylis de Kérangal et Minh Tran Huy.

Egalement, la lecture de La Montagne, de Jean-Noël Pancrazi, par Thibault de Montalembert, le 7 juillet à 19h à La Charretterie à Lammerville. Un texte très personnel et très poignant sur la guerre d’Algérie, servi par une très grande voix. Et enfin, le concert de clôture d’Amélie Affagard le dimanche 8 juillet à 19h30 au Parc de Clères. Marie Lemé C/0 : terres-de-paroles.com/fr © Arnaud BERTEREAU

Jusqu’au 8 juillet, Arts 276 fait vivre la littérature dans la campagne haut-normande au travers de la première édition de son festival littéraire, Terres de Paroles. Robert Lacombe, son directeur, a répondu à nos questions.

© Ferrante Ferranti

3 questions à Robert

B.M’. : Quels événements nous conseillez-vous de ne pas manquer ? R.B. : La lecture du magnifique texte de Belinda Cannone, La Chair du temps, par la grande comédienne Christiane Cohendy, avec accompagnement au piano de Karol Beffa, le 7 juillet à 17h au Château de Miromesnil à Tourville-surArques. Amélie Affagard

14


© AntoineVulliez

Public devant l'installation de Mireille Fulpuis avec la Compagnie Dernier Soupir

FESTIVAL DES BORDS DE VIRE

L’Art à ciel ouvert Certains s’équipent de bonnes chaussures pour une randonnée en pleine nature, d’autres pour arpenter les musées, le festival des Bords de Vire vous propose d’allier les deux, avec un véritable musée éphémère et au grand air sur un parcours de 16 km. idée est de proposer de l’art contemporain en dehors des murs de l’Usine Utopik, car on sait bien que ce n’est pas forcément évident pour tout le monde de franchir les portes d’un lieu culturel” explique Marie-Blanche Pron, assistante culturelle à l’Usine Utopik, “L’objectif est d’aller à la rencontre du public, de la population, des promeneurs et proposer une valorisation du territoire grâce à l’art”. Même si les 12 artistes invités pour cette première édition

“ ’

L

viennent de tous horizons, régional, national, voire international, et créent avec des techniques très variées, ils ont un point commun : l’exploration des domaines du land-art et de l’art environnemental, travaillant sur les notions de paysages. Pendant les 10 jours précédents l’inauguration du festival, ils ont réalisé leurs œuvres in situ avec des matériaux naturels ou recyclés remis par des entreprises locales partenaires.

Découvertes, pas à pas Le résultat : un parcours de 16 km, divisé e n 5 c i rc u i t s, q u i s ’ é t e n d s u r 6 communes entre Pont-Farcy et Le M e s n i l - R a o u l t , à c h eva l s u r l e s départements du Calvados et de la Manche avec une installation artistique à découvrir, chacune distante de l’autre d’environ 1,5 km. Mais rassurez-vous, une carte (plus que nécessaire) est mise à votre disposition afin de composer sa balade à son rythme et surtout d’y revenir plusieurs fois. De plus, des QR-codes agrémentent la signalétique de chacune des œuvres pour une

meilleure compréhension du travail de l’artiste. “Il faut que cela soit accessible à tous” souligne Marie-Blanche Pron. Ainsi, sur la voie verte longeant le cours de la Vire, vous croiserez par exemple à la Chapelle-sur-Vire l’étrange hôtel à insectes/arche de Noé de Jean-Luc Bichaud, puis à Troisgots, l’installation de Mireille Fulpius qui relie entre eux de monumentaux peupliers. Le mot “découverte” n’est donc pas usurpé, la balade allant de surprise en surprise. Dans le cadre du festival, des ateliers “Sens en éveil” pour les plus jeunes et des promenades à pieds, à vélo ou sur l’eau sont également organisés tout l’été permettant de mêler la découverte de la nature à celle de l’art contemporain. Ces 12 installations sont à découvrir jusqu’au 7 septembre, les artistes reviendront investir ensuite la serre de l’Usine Utopik jusqu’au 7 octobre pour une exposition de clôture de festival justement baptisée “Extérieur/Intérieur”. Antoine Vulliez >> Jusqu’au 07/10 C/0 : usine-utopik.com

15


©A

rt Sonic

FESTIVALS

Brigitte

16


Asaf Avidan

ŠL am ine

Di ak ite

Shaka Ponk

M

an u

Di ba

ngo

17


FESTIVALS

L’H om me Cornu

18


©

K

hi yas Ha e an ot iy

Evge

ni Bozahnov

Ca

rme n Opéra Clown

19


FESTIVALS

Asia n Dub Foundation

Sergent Pépère

20


e .n

t

As he

s Wa rriors

© Ma rik Wagner

rd in

©

ce jih

Entr

Ja et e err eS

21


éa

h rap ng o i at lis

e:y iqu

aralt / illustration : TE B

O

FESTIVALS

e èr sam T d Arnau

R ©

22


Me ss

ok Bo

ŠK ik i

Lu ti

n

es ouliers sont roug

Kiki Lutin

23


Rencontre COMPAGNIE CATHERINE DELATTRES

Une troupe singulière

abord comédienne, puis enseignante en pédagogie théâtrale, Catherine se tourne vers la mise en scène et fonde sa compagnie en 1990. “Nous sommes un noyau de trois personnes qui travaillent à des postes réguliers en tant qu’intermittents du spectacle”. Vient ensuite se greffer une famille d’acteurs autour d’une quinzaine de comédiens fidèles, garants d’une certaine continuité dans le travail de la compagnie. “J’essaie toujours de recréer un esprit, une dynamique de troupe théâtrale, c’est une notion très importante pour moi”. A ce groupe, s'y ajoutent parfois des comédiens invités, ou auditionnés, entretenant à la fois un souci du travail en région et la rencontre avec des acteurs extérieurs.

D

Du plein air au scolaire Depuis 1997, la compagnie cultive sa s i n g u l a r i t é e n p ro p o s a n t d e s manifestations en plein air. “C’est désormais une tradition que de faire se confronter le texte du répertoire et les lieux patrimoniaux, les pierres, les

24

châteaux, les abbayes”. Parallèlement, Catherine multiplie les actions culturelles en direction du public. “Le principal axe c’est la lecture à voix haute. Nous lisons dans les bibliothèques, les établissements scolaires… c’est un outil de transmission très important. À tel point que je me suis spécialisée dans la formation, pour les bibliothécaires par exemple” raconte-t-elle. Le travail se fait également en direction des scolaires, en intervenant par exemple sur la notion de mise en scène dans les lycées, ou en invitant des classes de collèges aux répétitions : “il y a un réel intérêt pédagogique et culturel, et c’est aussi un moyen de former notre public futur !”. Pour l’heure, la compagnie est hébergée au Théâtre des Arts à Rouen, occupée à répéter son prochain spectacle qui sera tout l’été en tournée de plein air. Marie Lemé >> En tournée régionale en plein air jusqu’au 04/08 à Rouen, Bosville, Saint-Pierre-de-Manneville, Pont-de-l’Arche et Andé. C/0 : compagnie-catherine-delattres.com

Source : Compagnie Catherine Delattres

Cet été, la compagnie de théâtre rouennaise revisite la célèbre pièce de Marivaux Le jeu de l’amour et du hasard lors d’une tournée régionale des lieux patrimoniaux. Une bonne occasion de faire la connaissance de la metteur en scène, responsable de la compagnie, Catherine Delattres…

Zoom sur le spectacle de l’été : Le jeu de l’amour et du hasard C’est la deuxième fois que la troupe monte une pièce de Marivaux : “cette année je me suis lancée le défi de revisiter l’œuvre la plus connue de son répertoire, celle dont tout le monde a étudié une scène à l’école !”. Le texte évoquant l’amour et la jeunesse, les personnages seront interprétés par quatre jeunes acteurs. “C’est une constante dans les pièces que j’ai montées, que de parler de l’amour quand on a 20 ans et qu’on se voit confronté à des idéaux un peu trop grands pour soi”.


© Marie Lemé

LES AMIS DE LA LINERIE

La linerie plante un nouveau décor Dans les années 70, la linerie de Crosville-sur-scie est abandonnée. Fin 2008, Myriam et Sylvain Avenel créent l’association Les Amis de la Linerie pour reconvertir la friche industrielle en centre d’art contemporain. Bazart s’y est rendu au mois de mai, à l’occasion de leurs Rencontres d’artistes. est lorsqu’on entre dans l’ancienne linerie de la petite commune de Crosvillesur-scie que l’on comprend le projet fou de l’association. Ces vieilles bâtisses à l’abandon et ces 4 0 0 0 m 2 d e t e rra i n s o n t incontestablement “habités“ et faits pour l’art. “C’est pour mettre en lumière notre projet de réhabilitation que nous avons organisé les Rencontres d’Artistes” ex p l i q u e M y ri a m Avenel, animatrice p ro j e t . P o è t e s , musiciens, comédiens, peintres, photographes etc., près d’une cinquantaine d’artistes se rencontrent, exposent et se

© Marie Lemé

C

produisent chaque année depuis 2009. Les artistes le disent eux-mêmes, La linerie constitue un “véritable espace de liberté entre les arts et les artistes”. “Nous avons certes peu de moyens mais nous ne leur mettons quasiment aucune contrainte” insiste Myriam Avenel.

Une créativité hors les murs Pour allier leur objectif principal, la sensibilisation de tous les publics à l’art contemporain, avec la réhabilitation du lieu, Les Amis de la Linerie ont une convention depuis un an avec l’Institut Médico-Professionnel d’Omonville. “Par le biais d’un chantier d’application, les élèves ont pu mettre en œuvre ce qu’ils apprennent à l’école en terminant la dalle de béton qui se trouve dans notre salle d’exposition. Nous aimerions ouvrir le milieu du handicap à la création des artistes mais le projet n’est pas encore validé”. En attendant, l’association intervient aussi hors les murs, comme

dans des écoles primaires avec le label “Classe artistique à partenariat”. “Trois artistes montent des projets ensemble dans trois classes différentes. L’un d’entre eux a créé un conte avec sa classe, et les autres ont réalisé un décor”. “Nous nous sommes également lancés dans une collecte de mémoire : des étudiants sont allés interroger d’anciens ouvriers de la linerie et recherchent des photos de l’époque”. Le dernier projet en date correspond à un jumelage avec le Fiveways Artists Group. “Pendant un week-end, cinq artistes ont été invités au festival Open houses de Brighton. Ils ont installé leurs œuvres dans des maisons d’artistes anglais qui étaient ouvertes au public tout le mois de mai. Nous espérons aussi faire venir ici des artistes anglais et monter des ateliers bilingues”. Fourmillante de p ro j e t s e t d e b o n n e vo l o n t é , l’association est lauréate de l’ESS (économie sociale et solidaire) et espère trouver des partenaires pour mener à terme son projet de rénovation afin “que la linerie ait un impact, à la fois culturel et touristique sur le territoire”. Marie Lemé

C/0 : 6 route du Cidre Crosville-sur-scie - lalinerie.com 25


Exposition Hotel Normandie, Los Angeles, année 60

Hôtel Normandie Montier Le Havre (76) Galerie Hamon L’artiste normand spécialiste de l’urbain et d’architecture nous fera découvrir les plus beaux Hôtel Normandie en France et dans le monde.

> peinture du 29/08 au 26/09

Illustres Normands Caen (14) Abbaye-aux-Dames Quarante portraits d’illustres normands sont croqués par le dessinateur Chaunu avec des textes signés Jean-Jacques Lerosier, reporter.

> dessin - jusqu’au 23/09

Le chat dans tous ses états Stand d’exposition Lambert, 1950, archives privées

Massy (76) Artmazia Avec entre autres, Yolande Salmon Duval, Alain Lefebvre et Bob Clayden.

> expo collective - jusqu’au 30/09

Le temps au travail, contrôle et gestion Saint-Nicolas d’Aliermont (76) Musée de l’horlogerie Pointeuses d’usines, horloges d’ateliers monumentales, horloges-mères et horloges-filles etc, tous ces objets sont révélateurs des rapports au temps dans le monde du travail.

> objet - du 06/07 au 31/12

26


Et aussi... Jean-Pierre Accault, Eric Lecroq-Agribert et Yasmina Zenati

Michel Frechon Bernay (27) Musée des Beaux-Arts > dessin - jusqu’au 16/09

Notre-Dame-de-Gravenchon (76) Galerie du Parc Une exposition de graphismes, de matières où l’imagination voyage. © Michel Frechon - Portrait d’Alice

> peinture - jusqu’au 29/07

© CHRISTOFOROU PERSONNAGE EN DELIRE - Gouache 1975- 60 x 45 cm

Ou le combat avec l’ange Christoforou Vascoeuil (27) Château > peinture - jusqu’au 28/10

L’illustration en fête Saint-Valéry-en-Caux (76) Maison Henri IV, Médiathèque et Chapelle du Couvent des Pénitents Trois expositions d’illustratrices d’albums jeunesse : L’orage par Anne Brouillard, Premiers Printemps par Anne Crausaz et Illustrations par Selma Mandine.

> illustration - jusqu’au 29/07 à la Chapelle du Couvent des Pénitents, jusqu’au 22/09 à la Médiathèque et jusqu’au 23/09 à la Maison Henri IV.

Clarisses, une vie cachée Sées (61) Musée départemental d’art religieux Les saints fondateurs, les dévotions propres à l’ordre et le quotidien des moniales sont illustrés par des tableaux, sculptures, ornements liturgiques et objets.

> histoire - du 11/07 au 30/09

Mirò et Bernard Buffet

I love Bayeux Isabelle Arthuis

Honfleur (14) Le Bateau Lavoir > peinture - jusqu’au 30/09

© Joan MIRO (1893-1983) "MIRO SCULPTEUR PORTUGAL" lithographie 19x39cm

Bayeux (14) Le Radar Œuvre collective et participative, cette exposition propose à tous d’exprimer sa vision de Bayeux en photographie. Les clichés seront représentés au fur et à mesure de la collecte. Alors, pourquoi pas vous ? Contactez le Radar au 02 31 92 78 19.

> photo - jusqu’au 23/09

27


Exposition Images découpées, images détournées Omonville-la-Petite (50) Maison Jacques Prévert Le collage est devenu un moyen d’expression privilégié du poète, à la fin de sa vie.

> collage - jusqu’au 18/03

Jacqueline Lemaître Caen (14) Galerie Art-Culture-France Largement inspirée par la mer, tout ce qu’elle peint semble imprégné de lumière et de vent.

> peinture - jusqu’au 28/07

Maude Maris Caen (14) Artothèque + Galerie Hypertopie + Abbaye-aux-Dames Conçue comme un parcours, cette exposition présente d’intrigantes compositions qui interrogent la véracité des objets représentés.

© Maude Maris, Piscines, huile sur toile, 185x250 cm, 2012.

> peinture - jusqu’au 01/09

Asyméprendre - Lksir Rouen (76) Kalif Principe : Jouer sur la multiplicité d’interprétation que peut susciter le sujet.

> dessin - jusqu’au 15/07

28


Et aussi... Harfleur en cartes postales

Bravo cousin Christian Champagne Tourouvre (61) Muséales de Tourouvre

Harfleur (76) Musée du Prieuré > carte postale jusqu’au 14/10

Les visages de l’émigration percheronne au Canada.

> histoire - jusqu’au 31/12

Dentelles, quand la mode ne tient qu’à un fil © David. Commenchal

Caen (14) Musée de Normandie > dentelle - jusqu’au 04/11

Écrits de verre

Accessoirement vôtre Argentan (61) Maison des Dentelles Découverte de l’évolution de la mode du 18e siècle au début du 20e siècle.

> dentelle - jusqu’au 20/10

Notre-Dame-de-Fresnay (14) Espace Évanescence > verre - jusqu’au 05/08

Terre à délire Ger (50) Musée régional de la poterie Céramiques contemporaines par l’association Terres d’échange.

> installation - jusqu’au 23/09

Paquebot France Le Havre (76) MuMa Cette exposition est conçue comme un embarquement à bord de ce navire dont l’histoire est liée à celle de la ville du Havre.

Maurice Maillard

© Maurice Maillard, sans titre, 1985, acrylique sur toile

Evreux (27) Musée d’Art, histoire et Archéologie > gravure - jusqu’au 23/09

> architecture navale jusqu’au 23/09

Vera Molnar Rouen (76) Musée des Beaux-Arts Également au Centre d’art contemporain de Saint-Pierrede-Varengeville.

> peinture - jusqu’au 30/09

Trésors révélés du patrimoine ornais Alençon (61) Hôtel du Département > histoire - jusqu’au 31/08

29


Exposition Le Deauville de Yul Brynner

© Backstage Visions

Deauville (14) Sur la plage > photo - du 07/07 au 11/11

Vache de point de vue - VanLuc Omonville-la-Rogue (50) Manoir du Tourp Le troupeau de vaches colorées vous attend dans une prairie près du manoir.

> sculpture - jusqu’au 30/09

Permis de [Re]construire, Vire 1944-1965 Vire (14) Musée municipal La construction d’une ville neuve au cours des années 50, pleines d’espoir et d’énergie.

© Tina Carvalho

© Musée de Vire Une cuisine dans les années 1950 - début des années 1960

> architecture - jusqu’au 04/11

Bzzz, le peuple pollinisateur Sallenelles (14) Maison de la nature et de l’estuaire > photo - jusqu’au 01/09

30


Et aussi... Monet intime - Bernard Plossu

Omar El Nagdi et Nancy Vuylsteke de Laps

Giverny (27) Musée des impressionnismes > photo - jusqu’au 31/10

Honfleur (14) Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski Omar El Nagdi réunit dans ses œuvres la culture égyptienne actuelle et les traditions pharaoniques. Nancy Vuylsteke de Laps exprime à travers ses sculptures les mouvements de danse étudiés lorsqu’elle travaillait avec la compagnie de Maurice Béjart.

> peinture/sculpture - jusqu’au 29/07

La maladie de Flaubert Rouen (76) Musée Flaubert et d’histoire de la médecine La maladie réelle ou supposée de l’écrivain sert ici de prétexte pour amorcer un dialogue entre la collection du musée et les œuvres contemporaines du Frac.

© "Randjiit Sing Baadour" - huile sur toile Dimensions : H. 128 x L. 115 cm Musée du Louvre – Département des Peintures ©RMN (Musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

> expo collective jusqu’au 18/08

Alfred de Dreux, le peintre de l’art équestre Le Pin-au-Haras (61) Haras national du Pin > peinture - jusqu’au 30/09

Sandrine Blaisot Saint-Germain-des-Vaux (50) Chapelle Avec Laure Simeon, écrivain, qui proposera ses mots.

La dégénerescence : dessin 300 x 420 mm - encre de chine, feutre, crayon

> peinture/dessin - du 27/08 au 09/09

Du monumental au monumental Martine Dubilé Le Havre (76) Abbaye de Graville Autour des thèmes de la croix, la Cène et le Golgotha.

> peinture - jusqu’au 30/09

Mer d’argent Le Havre (76) Espace André Graillot Les arts de la table à bord des paquebots.

> objets - jusqu’au 26/08

Jacob Jordaens Caen (14) Musée des Beaux-Arts Et son modèle Abraham Grapheus.

> peinture - jusqu’au 16/09

Architecture et vie quotidienne dans un château normand Falaise (14) Château Guillaume-leConquérant > histoire - jusqu’au 31/08

31


Pèlerinage traversant les grèves ©ville d’Avranches

Exposition Souvenirs du Mont Avranches (50) Scriptorial Petites marchandises pour miquelots des origines à nos jours.

> histoire - jusqu’au 09/09

Thomas Henry, le choix d'un collectionneur Honfleur (14) Musée Eugène Boudin Peintures du musée d’art de Cherbourg-Octeville. Les œuvres illustrent les grands courants picturaux : renaissance italienne et flamande, baroque italien, classicisme français, siècle d'or espagnol etc. Portrait de Femme © Thomas Henry

> peinture - du 07/07 au 31/12

Mexique 1932-1934 Paul Strand et Henri Cartier-Bresson

© Arch. dép. Manche / CG50

© Henri Cartier-Bresson, Natcho Aguirre, Santa Clara, Mexique, 1934

Cherbourg (50) Le Point du Jour > photo - jusqu’au 02/09

Cent professions Sainte-Mère-Èglise (50) Ferme-Musée du Cotentin Les femmes et l’agriculture normande en un siècle.

> photo/objet - jusqu’au 30/09

32


Et aussi... Portraits de campagne Christian Malon

D’ombre et de lumière Philippe Malvilan

Omonville-la-Rogue (50) Manoir du Tourp

Le Havre (76) Novotel > photo - jusqu’au 30/09

Ces portraits de paysans nous interrogent sur l’attachement à la terre, l’alimentation, la transmission ou encore le développement durable.

> photo - jusqu’au 30/09

A tous les goûts + Modernist cuisine Le Havre (76) Muséum d’histoire naturelle

C. Dalibert Le Havre (76) Galerie Corinne Le Monnier Au début des années 80, pour Christian Dalibert, c’est la découverte du Sud et de la Côte d’Azur. Il s’invente des intérieurs. Les fenêtres s’ouvrent sur la mer et les palmiers, les jardins sont exaltés.

Venez explorer les mécanismes du goût à travers des expérimentations et manipulations. Dès 3 ans. L’exposition Modernist cuisine s’attache à révéler la chimie de la cuisine et les secrets de transformation des aliments.

> découverte - jusqu’au 10/11

Hommage à Vallauris

> peinture - jusqu’au 31/08

Henri Voisin Avranches (50) Musée d’Art et d’Histoire Graveur, illustrateur et fondateur de la Société des Amis du Mont-Saint-Michel.

Meeting Point Wood, histoires de charpentiers

> illustration/gravure jusqu’au 30/09

Saint-Germain de Livet (14) Château-Musée

Voyages pour six Terres

Une vision patrimoniale et technique du bois de Norvège et de Normandie. Avec des ateliers pour le jeune public, des rencontres et des démonstrations.

> environnement - jusqu’au 16/09

Falaise (14) Château de La Fresnay Avec Sylvie Beaumont, Chantal Hérail, Odile Marchalot, Sylvain Fezzoli, Bruno Litzellmann et Gérard Meunier.

> céramiques - jusqu’au 16/09

CokecinL

Bryggen quartier, © Crécet

Le Havre (76) Les Yeux d'Elsa > peinture - du 06/07 au 31/08

33


Colette, portrait par René Carrère, huile sur toile 53x65cm, dédicace : A Colette, Rome, 1918, Collection particulière

Exposition

Colette Granville (50) Musée Richard Anacréon Correspondances, manuscrits, dessins, photographies, éditions originales de romans etc. retraceront la vie de cette femme de lettres.

> histoire - jusqu’au 23/09

Haut en couleur ! La fresque à l’époque romaine Le Vieil-Evreux (27) Gisacum Pour tout savoir de ces décors très colorés qui ornaient les murs des maisons et des lieux publics il y a 2 000 ans.

© CG27

> histoire - jusqu’au 02/09

Laurent Le Deunff Caen (14) FRAC Outre des sculptures allant du monumental au plus petit, Laurent Le Deunff dessine beaucoup de scènes se déroulant dans la nature.

© Laurent Le Deunff - Noeud trompe 2012 Papier mâché, ciment. Photo : Jean-Christophe Garcia

> sculpture/dessin - du 06/07 au 23/09

Autour de l’industrie Pont l’Evêque (14) E.C. Les Dominicaines Trois expositions autour de l’industrie : At the heart of progress + Images de l’industrie normande + Photographies de Stéphane Couturier.

> affiche/photo - jusqu’au 23/09

34


© E.rioufol

Du 7 au 9 septembre, la Ville de Caen fait durer l’été...

/ 4e ÉDIT ION 12 0 2 E R B M E 7 + 8 + 9 SEPT

SP EC TA CL ES , , AR TS D E LA R UE IN ES , CU LT UR ES UR BA E, VI E AS SO CI AT IV RT S O SP IN IT IATI O N S N AU TI SM E .. .

z pas Epicycle Courtonne, ne rate ce pla h 21 à 7 di Vendre petits et grands ! el qui émerveillera nn io pt ce ex e cl ta un spec Un événement culturel de la Ville de Caen


Bazart Mag' 28 été 2012  

Magazine de culture et loisirs en Normandie

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you