Issuu on Google+

LA UNE

Dominique Vervisch ACTU

Festival Hip Hop en Seine Carte blanche Mélanie Lomoff RENCONTRE

NUMÉRO 27 - BAZART Mag’ hiver 2012

Concrete Knives La Loure


No futur au Guggenheim pinguin de Dominique Vervisch Portrait en page 04

ÉDITO C'EST QUOI UN MAGAZINE CULTUREL GRATUIT EN NORMANDIE ? Pour lui, c’est un gratuit donc c’est pas un truc sérieux, pas comme son journal du matin, pour elle, c’est un support de communication où elle aimerait y publier son communiqué de presse gratuitement, pour celle-ci, c’est rien, juste bon à mettre sous la litière du chat ou pour caler le meuble de la salle de bain, pour celui-là, c’est pas mal mais ce serait plus simple si il pouvait avoir l’info par vidéo, pour certains, c’est un moment de détente parce que les images sont jolies, pour certaines, c’est bien d’être au courant des expositions régionales même si elles n’y vont jamais, pour d’autres, c’est même pas bon pour allumer la cheminée... pour elles, c’est génial et heureusement qu’il existe, pour eux, c’est une lecture différente de ce qu’on peut lire ailleurs. Pour nous, c’est une chance de mettre en avant des acteurs régionaux et des initiatives méconnues ou peu connues et de les rendre accessible à tous les curieux de Normandie. Et pour vous ?

SO MMA IR E JANVIER / FÉVRIER / MARS 2012 - N°27

ACTU La Une de Bazart : Dominique Vervisch P. 04 L’actualité de votre région P. 06 Retour sur Urbik/Orbik au Théâtre des Cordes à Caen P. 10 Le Festival Hip Hop à l’Hangar 23 à Rouen P. 11 Le Festival Fish & Chips à Sotteville-lès-Rouen P. 12 Carte blanche à Mélanie Lomoff à Bayeux P. 13 Chroniques cd P. 14

CHERCHEZ LA SORTIE La Péniche à Elbeuf sur Seine

P. 16

EXPOSITION Agenda des expositions Association Curieuse Idée 16 rue Louis Blanc - 76620 Le Havre Tél : 02 35 43 62 79 - Fax : 02 35 22 64 38 info@normandie-web.com

P. 18

RENCONTRE Mille choses à dire Concrete Knives La Loure

P. 24 P. 25 P. 26

D i r e c t r i c e d e p u b l i c a t i o n : Chantal Legrand Rédaction : Valérie Berthoule, Marie Lemé, Chantal Legrand, Antoine Vulliez, Christophe Michel, Ludovic Magoarou, David Pérez, Marianne Riou, Emmanuelle Huré - Publicité : Christophe Michel - Graphik : Nadyou - Impression : Rotimpres.

La rédaction décline toute responsabilité pour les omissions et/ou erreurs qui se seraient glissées malencontreusement dans le magazine. La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes, fichiers ou photos qui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans le magazine est interdite. Bazart mag ’ votre magazine de Normandie - ISSN 1957-5211. Dépôt légal à parution.

3


ACTU CARTE BLANCHE À DOMINIQUE VERVISCH

Un New-York revisité A notre grande joie, nous sommes allés à la rencontre de Dominique Vervisch, un peintre pas comme les autres, qui revisite le réel et nous enchante.

e rendez-vous est donné, I m p a s s e d e s P i n go u i n s à Sotteville-lès-Rouen. Dans une ambiance automnale, quelques palmipèdes dispersés par-ci par-là, me confirment que je suis sur la bonne voie. Une enseigne accolée sur le mur de la maison, où est inscrit “Ici vécut Dominique Vervisch 1991-2012”, témoigne de son actuelle domiciliation. J’aperçois l’artiste, un pingouin brodé sur la poche de son polo. Il me salue et m’ouvre la porte de son atelier. Des pingouins grands, petits, en peluche, en porcelaine, en photo, y tapissent les quatre murs. Au fond à gauche, le tableau sur lequel il travaille, le Guggenheim Muséum situé à New-York (la couv’). Il fera partie de sa nouvelle série sur New-York, ville dont il a arpenté les rues en octobre dernier. Le musée est peint, reste à y ajouter tous les symboles fidèles à Vervisch et bien d’autres encore.

L

4

Fidèles symboles Dominique est passionné par l’architecture et principalement celle des grandes villes. Le Havre, Rouen, Paris, Venise, Londres et bien sûr New-York l’inspirent. Il détourne la réalité de ces villes en y apposant une multitude de symboles pour nous entraîner dans son monde, un monde magique et irréel, au ton humoristique. Le symbole qui fait mouche, euh pingouin, vous l’aurez compris, c’est son fidèle ami, le pingouin. Adélie, empereur ou encore royal, tous ont une place privilégiée dans ses tableaux. Ils sont apparus tout naturellement, pour la première fois, sur un tableau d’un Rouen sous le froid où l’artiste y avait disposé un bloc de glace un peu trop orphelin. Depuis ils ne le quittent plus et s’invitent dans chacune de ses toiles. A défaut de personnages, ils sont les seuls témoins de la scène, drôles et décalés comme leur auteur. “Je fais partie du club des pingouins de Dieppe, je me baigne toute l’année, c’est très vivifiant”, ironise l’artiste. D’autres éléments symbolisent son univers, comme la neige, beaucoup de neige causée par le

réchauffement climatique, les tracés d’avions qui mettent en valeur un ciel sans nuages, les marionnettes de la c o m p a g n i e R oya l d e L u x e q u i développent notre imaginaire et évoquent une certaine magie, Tintin qui fait référence à ses origines flamandes et bien d’autres encore. Le tout éclairé par l’astre nocturne, car depuis plus de six ans, Dominique est dans une période lunaire. “Je peins beaucoup la nuit, jusqu’à deux ou trois heures du matin. La journée, il y a trop de choses qui me perturbent” précise-t-il. Et, en e f fe t , t o u t a u l o n g d e n o t re conversation Dominique est sensible à tout ce qui l’entoure, il s’arrête lorsque le téléphone sonne, puis reprend, puis s’arrête de nouveau pour ouvrir son courrier. Il me conseille alors une exposition à laquelle il est convié, me d i t p o u rq u o i i l e s t ab o n n é à c e magazine d’art et me demande si je suis allée à l’exposition de Jace à Fécamp où il souhaite se rendre. Au même moment, il me dit vouloir ajouter un graff de Jace, un gouzou, sur le mur du musée, qui est selon lui pour l’instant un peu trop vide.


© Sarah Vervisch Vervisch et les indignés New yorkais

Peintre visionnaire Dans ses représentations des villes, Dominique aime peindre les grands projets architecturaux avant qu’ils ne soient terminés voire commencés en s’appuyant sur des documents qu’il conserve précieusement sur chacune des villes. Sur cette série spéciale NewYork, la Tour de la Liberté qui n’est pas encore achevée, est visible sur chaque tableau. De la même manière, pour Le Havre, il a peint la Tour Jean Nouvel, projet reporté à ce jour. Originaire de Sotteville-lès-Rouen, il se rend régulièrement au Havre, au moins une fois par semaine, il adore la mer, la Seine et son estuaire et il compte bien

y vivre un jour. D’ailleurs, l’enseigne apperçue en arrivant, laisse présumer d’un déménagement pour bientôt. Après des études graphiques à Vernon et une expérience de peintre-décorateur en faux bois, Dominique s’est essayé pendant cinq ans à la sculpture. Mais, son attrait pour la peinture était plus fort, “je peux aussi faire des sculptures en peinture” précise-t-il. Sa technique, la peinture à l’huile avec en plus, depuis quelques années, des collages de certains éléments ou personnages qu’il souhaite intégrer comme Marilyn Monroe, Tintin ou la Petite Géante. Il les laisse brut, parfois il les repeint. Il va même jusqu’à retoucher certains de

ses anciens tableaux, où il estime qu’il manque quelque chose. A la fin de notre rencontre, j’aimerais rester là pour rêver encore un peu et sculpter tous les détails de ce monde revisité. Il me tarde de voir le résultat. Et de découvrir, un jour peut-être, un pingouin à Shanghaï. Chantal Legrand >> Exposition à la Galerie Hamon au Havre jusqu’au 11 janvier. Sortie du livre New-York Pinguin en 2012.

C/0 : dominique-vervisch.com

5


ACTU

Festival de théâtre amateur

Avis aux cinéastes !

Depuis 1993, l’association “Estuaire en scène” a pour mission de confronter les troupes de théâtre normandes et de les propulser au rang national notamment grâce au FESTHA de Tours, Jean-Pierre Rossato où le Théâtre de l’éprouvette (Rouen) a remporté la Tour d’or et JeanPierre Rossato (Troarn), le prix d’interprétation. Les 17 et 18 mars au Petit Théâtre au Havre, une pièce hors concours et 6 pièces en compétition s’enchaîneront, dans une ambiance café-théâtre. C/O : estuaire-en-scene.eclectik.fr

En vue de la douzième édition de son célèbre festival du court-métrage, l’association rouennaise Courtivore lance son appel à films. Comment participer ? On s’inscrit en ligne et on envoie son film avant le 15 janvier. Toutes catégories et genres sont acceptés, seule contrainte : le film doit durer 20 minutes maximum. Lors des projections en mai au cinéma Ariel à MontSaint-Aignan, le public sera seul juge et choisira les films qui se retrouveront en finale en juin 2012. Un chèque de 800 euros est en jeu ! C/O : courtivore.com

Ouistreham jazzy

Le Havre fait son cinéma

Du 26 au 29 janvier, la sixième édition du Ouistreham festival Jazz Escales vous dépaysera le t e m p s d ’ u n l o n g we e k - e n d . A n i m at i o n s, expositions, pauses gourmandes, cinéma, et bien sûr concerts vous attendent avec notamment le funk débridé des Normands Be why (le 27 janvier à 21h), Hadouk Trio et son jazz métissé (le 28 janvier à 21h), et le Ouistreham Jazz Big Band qui recevra Sylvain Beuf, brillant saxophoniste (le 29 janvier à 17h). Ça va groover ! C/O : ouistrehamjazzescale.org

L.H. Confidential – Le Havre fait son cinéma , c’est le titre du livre d’Antoine Rabaste, entrepreneur et navigateur havrais, qui recense en 304 pages les films tournés au Havre depuis 1928. Au travers de 600 photos, d’anecdotes de tournage, de témoignages, il nous emmène du Chien andalou de Buñuel au Havre de Kaurismaki. Que vous soyez cinéphile ou amoureux du Havre et de son port, cet album trésor saura vous séduire ! Tarif : 35€. C/O : lhclehavrefaitsoncinema.blogspot.com

Source : cirque Arlette Gruss

En piste ! Du 23 février au 4 mars prochain, le cirque Arlette Gruss installe de nouveau ses chapiteaux sur le quai Jean Moulin à Rouen. Après Poussières d’étoiles, Gilbert Gruss et ses artistes vous entraînent dans l’autre monde à l’aide de leurs multiples talents. Profusion de costumes, animaux d’exception, orchestre prestigieux, m a g i e , h u m o u r, pirouettes et grand frisson : personne n’est en reste devant les Gruss ! C/O : cirque-gruss.com

6

25 ans de magie A Forges-les-Eaux, la fin de l’hiver se fête avec des étoiles ! Du 21 mars au 1er avril, le festival international des magiciens fêtera ses 25 ans au Domaine de Forges. Pour l’occasion, les plus grands magiciens viendront souffler les bougies du festival. Au programme entre autres : Vito Lupo (USA), qui fera rimer magie avec danse, Otto Wessely (Autriche) et son univers décalé, Shimada (Japon) et ses dragons... 12 jours pour vivre la grande illusion ! C/O : domainedeforges.com


Les Essenciels L’association Essentielle convie les artistes, les acteurs c u l t u re l s e t l e s entreprises du département de la M a n c h e à s e re n c o n t re r. S t a n d s d’information, ateliers, tables rondes… pendant trois jours et sous le thème de l’interactivité, les artistes locaux pourront exprimer leurs talents auprès de tous et tenter de s’intégrer dans des projets culturels. Les 27, 28 et 29 janvier, rendezvous au village des Essenciels, au parc des expositions de Saint-Lô. C/O : lesessenciels2012.com

Terrasses du Jeudi : appel à candidature Depuis 11 ans, chaque été, les rues et places du centre-ville de Rouen s’animent en musique. Les Terrasses du jeudi programment des concerts gratuits et tous les styles musicaux sont les bienvenus. Si l’événement est encore loin, il est pourtant l’heure pour la Ville de lancer son appel à candidature. Vous avez un groupe et l’envie de vous produire en public ? Envoyez en ligne votre présentation, photo, fiche technique et 3 morceaux mp3. Bonne chance ! C/O : terrassesdujeudi.fr

Quand parler est un art ! © Astrid Bohringer

Du 24 janvier au 4 février, les mots vont s’essaimer à Bayeux. La programmation de Graine de Mots se décline en spectacle jeune public, théâtrerécit, concert, lecture, Richard Bohringer soirée-cabaret… Avec la présence cette année de Sophie Forte, redevenue le temps d’un concert la petite fille espiègle qu’elle était et de Richard Bohringer qui fera, avec Traîne pas trop sous la pluie, le récit de sa vie de passions. Une nouveauté à noter pour cette édition : l’ouverture du Mot de la Faim, un espace de rencontres et de spectacles off pour le public. C/O : grainedemots.fr

7


ACTU

Tremplin

N’en déplaise à certains messieurs, une exposition est entièrement consacrée à la femme du XXe et du XXIe siècle jusqu’au 31 mai au Musée national de l’éducation à Rouen ! Organisée par le Centre national de documentation pédagogique, l’exposition “130 poupées – Regards d’une femme sur le XXe siècle” regroupe deux collections de figurines réalisées par Marie-Jeanne Nouvellon. La créatrice a brossé le portrait d’une certaine Suzie B., de 1978 à nos jours. Soit plus de 30 ans de condition féminine… Eh oui, les jolies poupées ont, elles aussi, des choses à raconter ! C/O : cndp.fr/musee

Coup d’œil dans le rétro ! Du 1er au 7 février, le théâtre Charles Dullin de Grand-Quevilly se met en mode rétro pour ses Bruits d’Hiver ! La salle prendra des airs de rue parisienne grâce à Zaza Fournier et se fixera à Saint-Germain-des-Prés pour un hommage à Sydney Bechet et Claude Luter par l’Orchestre Luter. Elle se transformera en club de danse à l’occasion d’un bal et d’un spectacle hip-hop/charleston/shim-sham par la Cie 6 e Dimension. Et elle fera revivre les comédies musicales “à l’ancienne” avec le spectacle d’Enzo Enzo et la projection du mythique Chantons sous la pluie. Bruits d’hiver ou comment faire oublier le froid ! C/O : theatre-charles-dullin.com

Si vous êtes un groupe haut ou bas-normand qui fait des compositions originales – et vocales-, ce concours est peut-être pour vous. La Ville de Bernay organise son 5e “Tremplin musiques actuelles” avec la MJC et le conservatoire de musique. Les 6 groupes présélectionnés par un jury de pros joueront sur la scène de la MJC lors de soirées ouvertes au public les 16 et 17 mars. Les moins de 25 ans peuvent aussi participer à la catégorie “découverte” pour une soirée-concert le 12 mai. C/O : Règlement sur myspace.com/tremplinbernay Envoi des inscriptions à service.culturel@bernay27.fr

Happés par le destin… N o u ve l l e c r é at i o n d e l a Compagnie Jocelyn Brudey, HAPE est une histoire d’amour sur fond de révolte d’esclaves qui se passe en Afrique du Sud, au XIXe siècle. Ecrite, mise en s c è n e e t i n t e rp r é t é e p a r Jocelyn Brudey, cette pièce de théâtre constitue le troisième volet de son exploration de l’esclavage, après L’esplanade des transports libres et CAL. La pièce sera programmée les 11 et 12 février au Lieu Chorégraphique du Havre puis les 16, 17 et 18 février au Théâtre de l’Almendra à Rouen. C/O : lacjb.com

Repérage d’artistes Les 7 et 8 février, 13 talents du territoire normand se feront peut-être repérer par le public et les pros lors de Région en scène. Organisé par la fédération Diagonale, le festival veut faire émerger des artistes, en les mettant en lien avec des programmateurs, notamment. L’édition 2012 se tient à Canteleu, Louviers et au Val-de-Reuil. Au programme : spectacles jeune public, musiques actuelles, théâtre, danse et arts de la rue, avec Jesus Christ Fashion Barbe, Your Happy End, Logomotive Théâtre, Cie Silembloc etc. C/O : Canteleu : espace François Mitterrand - Louviers : Gare aux Musiques, Le Moulin - Val-de-Reuil : école de musique, Théâtre Ephéméride, Théâtre des Chalands.

8

Cie Ecorpsabulle - Un lange passe

© Mikael Pennec

© CNDP Musée national de l’Éducation (Rouen)

Jolies pépées !

Le Mur L’association les Arts Sensibles dont la mission est de défendre la notion d’artiste de la personne en situation de handicap, présente sa dernière création : Le Mur. Le mur se révèle véritable obstacle ou appui solide. Il se contourne, se surmonte, s’escalade et s’apprivoise. Conçue par Coralie Banchereau, ce spectacle de danse contemporaine et de danse escalade sera présenté à l’Hippocampe à Caen les 28 et 29 février à 20h30. Dès 6 ans. C/O : réservation au 02 31 85 93 52


C’est le cirque au printemps ! L’autre et l’ailleurs

© Milan Szypura

Les origines de la clarinette Tout l’hiver, le Musée des Instruments à vent de Saint-Nicolas d’Aliermont consacre sa programmation à la découverte de la clarinette. Pour connaître les origines de cet instrument inventé en 1700, le musée propose des séances pour enfants. Après une visite musicale, ils apprendront, au cours d’un atelier, à fabriquer un petit chalumeau, l’ancêtre de la clarinette. Pour les 4-6 ans, rendez-vous le 29 février et le 8 mars de 10 à 12h et pour les 7-12 ans les 1er et 7 mars de 10 à 12h. C/O : 02 32 36 28 80

Dès le 4 mars, enfants et préados retrouveront Ribambelle, le festival qui leur est dédié à Blainville-surOrne, près de Caen. Chaque année, l’équipe du Théâtre du Champ Exquis concocte un programme qui associe théâtre, théâtre en bus, théâtre d’objets, marionnettes, ombres, musique, lecture, et qui s’adresse aux spectateurs de moins de 12 ans en fonction de leur âge. Sont entre autres à l’affiche : Y es-tu ? de la compagnie S’appelle Reviens et Picolli Sentimenti du Tof Théâtre et du Teatro delle Briciole. Ribambelle, du 4/03 au 4/04. C/O : champexquis.com

©Elisabeth Carecchio

Une ribambelle de bambins !

A l’image de Patrick Chamoiseau, son parrain, la première édition du festival littéraire de la Ville du Havre reçoit des invités venus conter l’autre et l’ailleurs. Parmi les rendez-vous, citons les rencontres avec des auteurs (Véronique Ovaldé, Patrick Deville, Jean Rolin, Alexis Jenni, Martin Winckler…), la veillée littéraire (suivie d’un banquet) animée par Soro Solo, le mix des cultures musicales de l’Orchestre National de Barbès, mais aussi des lectures, un spectacle jeune public, un DJ set… Du 27 au 29 janvier, dans la salle-cabaret du Magic Mirrors. C/O : lehavre.fr

Mon amour Dans un décor de S a l l a h d y n K h a t i r, T h o m a s Fe rra n d metteur en scène caennais propose une version hallucinée du Dom Juan de Molière. Aux frontières de la danse, du théâtre et des arts visuels, ce poème scénique montre que les rapports humains sont motivés par des instincts gr é g a i re s , p a r fo i s tendres, souvent tyranniques, dépourvus de sens. On assiste à l’absurdité d'un désir qui ne s’assouvit jamais. Avec Virginie Vaillant & Laurent Frattale. Les 12, 13 et 14 janvier à 20h à l’Eglise du Vieux St-Sauveur à Caen. Tarif : 3€. C/O : 06 61 33 61 06

En chanson

Y es-tu ? Cie S’appelle Reviens

Comme chaque année, au printemps, retrouvez le département de l’Orne en chanson. Du 8 au 31 mars, de nombreux artistes poseront leur voix le temps d'une soirée à l’Aigle, Argentan, Gacé, Alençon etc. Padam, Luce, Michel Delpech, La Grande Sophie, Syl Nuvaanu, Arthur H, Da Silva, Les Sea Girls, Paris Combo et bien d’autres encore seront au rendez-vous. C/O : odc-orne.com

9

© Stéphane Tasse

Tous les ans, le Pôle national des arts du cirque à Cherbourg ouvre le printemps (presque) en même temps que le sien ! Avec Spring, La Brèche programme ainsi près d’une v i n g t a i n e d e s p e c t a cl e s, e n p a r t e n a ri at ave c d e s s a l l e s réparties en Basse-Normandie. Jonglage, acrobatie, contorsion, équilibrisme, danse… Les artistes protéiformes viennent aussi bien de France que d’Australie, de Chine, de Croatie ou de Guinée. Pour ceux qui souhaiteraient découvrir davantage la création circassienne, il y aura des rencontres, ateliers et master class. Du 15 mars au 7 avril. C/O : labreche.fr

Cirque Mandingue


ACTU RETOUR SUR ACTU : URBIK / ORBIK AU THÉÂTRE DES CORDES À CAEN

Quand la science-fiction s’invite au théâtre

ci le décor importe autant que l ’ h i s t o i re. L e s s p e c t at e u rs s’installent ; sur scène, au loin, très loin, une jeune femme. On ne distingue que ses mains et son visage tandis qu’elle psalmodie une litanie d’une voix monocorde. Petit à petit le silence se fait : “Bienvenue d a n s m i c ro - m o n d e 5 . N o t re programme va bientôt commencer. Merci de nous rejoindre à bord […]” Sur scène, Philip K. Dick*, emprisonné chez lui, en état de confinement, condamné à subir un programme de redressement moral et son ami Maury, enfermé dans une cuve pour l’éternité. Tous deux ont inventé les micro-mondes, alternatives au surpeuplement de la Terre. Arrêtés car dangereux, ils ont mis en péril l’équilibre terrestre. La femme de K. Dick nommée Pris, erre dans un micro-monde, son holoforme toujours sur Terre. Comme elle, nous ne savons plus ce qui est fiction et ce qui est réalité. Entre successions d ’ é c ra n s, e f fe t s d ’ o p t i q u e e t

I

10

hologrammes, réel et fantasmes se superposent, nourris des peurs p a ra n o ï a q u e s d e K . D i ck . L e s personnages semblent ouatés, en apesanteur parfois, tout repère s’échappe. Bienvenue dans l’univers de la compagnie Haut et Court.

La haute technologie comme forme narrative Fo n d é e e n 1 9 9 8 p a r u n gro u p e d’étudiants lyonnais, la compagnie Haut et Court a très vite cherché à d é ve l o p p e r u n l a n gage e t u n e écriture scénographique, où formes plastiques et visuelles importeraient autant que dramaturgie et narration. Joris Mathieu, metteur en scène, explique : “Cela fait longtemps que j’avais envie de travailler sur un projet autour de Philip K. Dick. Urbik / Orbik est librement inspirée de sa vie. Nous avons demandé à Lorris Murail (auteur du Larousse de la science fiction) de nous écrire un roman inédit que nous nous sommes ensuite réappropriés pour imaginer

© Tristan Jeanne-Valès

À l’occasion de sa toute dernière création présentée au Théâtre des Cordes, Urbik / Orbik, la Compagnie lyonnaise Haut et Court fait revivre Philip K. Dick, “maître” incontesté de la science-fiction américaine. Mise en abîme et formes narratives inattendues, un spectacle qui fait voyager dans le temps, l’espace et l’esprit des personnages… c e t t e p i è c e. O n y é vo q u e d e s problématiques chères à K. Dick : le mystère des origines, un grand désarroi sur notre vraie nature, la perte et surtout cette question clé “Est-il possible que le monde ne soit pas aussi dur et terne que ce que nous connaissons, pourrait-il ne pas être réel ?” Quant aux dispositifs optiques, aux jeux musicaux, ce sont des outils qui ouvrent le champ des p o s s i bl e s e t c r é e n t l ’ i l l u s i o n du réel…” Une plongée dans l’imaginaire et la science-fiction qui, dans l’univers théâtral actuel, surprend et séduit, sans laisser de place à l’indifférence ! Marianne Riou Maître de la science-fiction américaine (1928-1982). Peu après leur naissance, sa sœur jumelle meurt : leur mère, qui les allaite, n’a pas assez de lait pour les nourrir tous les deux. Cet épisode sert de préambule à la pièce. K. Dick, auteur torturé, paranoïaque, aura eu une vie chaotique, marquée par des relations difficiles avec les femmes. Ses ouvrages (dont Ubik, considéré comme son chef-d’œuvre) ont largement inspiré le cinéma : Blade Runner, Total Recall, Minority Report, etc. *


FESTIVAL HIP HOP AU HANGAR 23 À ROUEN

Faire découvrir la culture hip hop et faire tomber les préjugés, tels sont entre autres les objectifs d’Arab Yassine, 22 ans, président d’Espoir Jeunes. L’association se démène depuis 2009 pour rendre la culture accessible à tous et promouvoir la citoyenneté auprès des jeunes. Le 24 février, elle lancera la 3e édition de son festival Hip Hop en Seine au Hangar 23 à Rouen. Bazart Mag’ : Comment avez-vous créé ce festival ? A rab Ya s s i n e : Ava n t d e c r é e r l’association, nous avions tous en commun l’envie de mettre en place quelque chose sur Rouen. Étant donné que localement, on n’accorde pas forcément la place qu’elle mérite à la culture hip hop, pourquoi ne pas créer un événement sur ce thème ? L’idée était de réunir des jeunes talents de la ville et de la région afin de leur permettre de monter sur une vraie scène. Qu’on l’aime ou pas, la culture hip hop est très riche. Nous voulons offrir l’opportunité à ceux qui ne la connaissent pas de la découvrir et à ceux qui ont des préjugés de se faire leur propre opinion. BM’ : Qu’est-ce qui nous y attend ? A.Y : La programmation n’est pas encore totalement bouclée mais il y aura 4 ou 5 parties dans la soirée. Nous avons une piste pour un spectacle de Double Dutch (corde à sauter), ainsi que pour un groupe local de R’n’B soul qui s’appelle Prestige. Ils sont très pros et ont même participé à une émission de jeunes talents à la télévision. Enfin, nous devrions avoir comme chaque année notre chanteur à nous, notre coqueluche : Dokou. Pour autant, Hip

Hop en Seine n’est pas un concert entre amis, c’est un festival à part entière. Dokou est un véritable artiste, avec toutes les qualités qu’on peut imaginer. Je ne comprends pas qu’il ne s o i t p a s e n c o re p l u s c o n nu . Au programme de la soirée, il devrait également y avoir de la danse… BM’ : Quelles sont les valeurs propres au festival et plus généralement à l’association Espoir jeunes ? A.Y : Nous souhaitons rendre la culture accessible à tous. Les lycéens pourront acheter leur place avec la carte région. Une navette gratuite sera mise en place par la TCAR pour amener et raccompagner nos spectateurs. Avant toute chose, nous mettons en place des projets socio-culturels, sportifs, musicaux, mais aussi d’éducation à la citoyenneté. Nous travaillons en ce moment à la c r é at i o n d ’ u n “Passeport jeune citoyen” qui va ê t re t e s t é a u sein du collège Camille Claudel. C h a q u e a n n é e, 150 000 jeunes sortent du système

scolaire sans diplôme. Ce passeport sera un lien entre nous et les collégiens, pour faire face aux difficultés qu’ils rencontrent, au collège comme chez eux, et trouver un moyen de les aider à ne pas en arriver là. L’ambition d’Espoir jeune va donc bien au-delà d’un simple festival Hip hop. Marie Lemé >> Vendredi 24 février, 20h30 au Hangar 23 C/0 : assoculturelleespoirjeunes@yahoo.fr

11


FESTIVAL FISH & CHIPS À L'ATELIER 231

So british : un Fish & Chips à Sotteville-lès Rouen Dans la grisaille du mois de janvier, l’Atelier 231, Centre National des Arts de la Rue de Sotteville-lès-Rouen, présente “Fish & Chips”. Pour sa 3ème édition, ce festival gratuit, propose d’associer compagnies françaises et britanniques. Cette année, c’est Brighton qui rejoint l’atelier les 25, 26 et 27 janvier. our le festival, l’Atelier 231 fait appel à des compagnies de théâtre de rue et déploie toute son énergie pour créer une ambiance hors du temps et du quotidien. Cette année encore, on retrouve la “Promenade des anglais”, en véritable bois et en extérieur, sur laquelle déambuleront diverses compagnies britanniques. “La scénographie de la promenade a été confiée d’une part à Mastoc Production, qui travaille sur le printemps japonais et ses cerisiers en fleurs, au travers d’installations lumineuses et poétiques. D’autre part, Thor McIntyre, très inspiré par la friche industrielle dans laquelle est installé l’Atelier 231, retracera les révolutions technologiques et celles du printemps arabe par des évocations sonores.”,

Source : Gandini Juggling

P

précise Daniel Andrieu, le directeur. Le bar deviendra le “Red Lion pub” où l’on écoutera King David’s Trio Royale, son swing, sa voix douce et sa guitare surf, ainsi que DJ El Diablo Rojo et Miss SKAvooVie qui piocheront dans leur cave à vinyles et feront danser les fêtards jusqu’à 4h du matin. Autour d’une pergola, Hocus Pocus Theatre installera sa fête foraine et ses phénomènes de foire, tandis que le Great British Sauna et les divans chauffants de la compagnie Carabosse seront à disposition des frileux. Le mercredi, à l’heure du goûter, les cuistots de l’Atelier 231 sortiront le grand jeu : un “Total crêpes” assorti de chocolat chaud. Tout au long du festival, les gourmands pourront aussi se restaurer dans un fish & chips traditionnel. Marie Lemé

Source : The Wrong Size Lightwalker

ACTU

The Wrong Size Lightwalker

A ne pas manquer ! Pour oublier le froid, le Tender, la salle de spectacle de l’atelier, proposera plusieurs spectacles dont… • S m a s h e d , d e l a c o m p ag n i e Gandini Juggling, le 25 janvier à 17h30, les 26 et 27 à 21h : “Composée de tableaux vivants à la manière de photographies anciennes rappelant les guerres, les relations tendues, les amours et l’innocence perdus […] cette performance est qualifiée de Théâtre-Jonglage en référence au Théâtre-Danse de Pina Bausch”. • Masquerade, excursion dans les sphères internes de l’esprit endormi de la compagnie Tilted, les 26 et 27 janvier à 22h30 : “Ces danseurs avaient présenté l’un des plus beaux spectacles de danse de la dernière édition de Viva Cité, en juin dernier. Masquerade s’inspire de l’interprétation des rêves de Freud et du mouvement surréaliste du m i l i e u d u 2 0 e s i è cl e e t d e s a fascination pour le subconscient et les mystères du sommeil”. C/O : atelier231.fr

12 Gandini Juggling


CARTE BLANCHE À MÉLANIE LOMOFF

Et si la danse vous parlait de musique ? “J’ai toujours en tête une petite musique intérieure.” Dans le cadre des Trajectoires dansées Belgique/Normandie, la danseuse Mélanie Lomoff a carte blanche, le 31 mars, à la Halle aux grains à Bayeux. e décembre 2011 à mai 2012, les Trajectoires dansées B e l gi q u e / N o rm a n d i e, o rga n i s é e s p a r D a n s e Perspective, font la part belle à la danse et à des artistes ayant pratiqué leur art entre ces deux destinations. Au nombre des artistes invités par Michèle Latini à se produire sur les scènes de Basse-Normandie : Mélanie Lomoff, avec trois escales – Décadrage au Musée des Beaux-Arts de Caen en décembre dernier avec l’artiste plasticienne Lola Neveu, Gardénia en janvier au théâtre d’Hérouville autour de son travail chez Alain Platel, chorégraphe belge, et la carte blanche en mars à Bayeux. Après avoir débuté la danse classique à l’école de danse de Michèle Latini à Caen, Mélanie entre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 1992. Entre 1996 et 1997, elle est liée au théâtre des Arts à R o u e n ; l ’ a n n é e s u iva n t e, e l l e interprète plusieurs créations de José Montalvo et Dominique Hervieu au Centre chorégraphique national de Créteil et du Val de Marne. Depuis 2006, elle collabore régulièrement ave c l e s b a l l e t s C d e l a B, d u

D

chorégraphe belge Alain Platel, “un bouleversement” dans sa vie de danseuse et sa perception de la danse.

De la vénus hottentote à une petite musique intérieure “Quand il m’a été proposé cette carte blanche en deux parties, avec la possibilité d’inviter un autre artiste, il m’a semblé évident que ce serait Chantal Loïal. Nous nous sommes rencontrées chez Montalvo et Hervieu et avons souvent dansé en duo, des choses très gaies. Chantal a aussi collaboré avec les ballets C de la B, en Belgique, et avec Danse Perspective, ici en Normandie. Je voulais offrir une rencontre avec deux identités féminines très différentes. Chantal est une danseuse très généreuse.” Chantal Loïal interprètera On t’appelle Vénus, un solo qu’elle a chorégraphié ( ave c Pa c o D é c i n a e t P h i l i p p e Lafeuille) autour de l’histoire tragique de la célèbre vénus hottentote (XIXe siècle). Quant à Mélanie, elle ouvre une petite lucarne sur sa Musique intérieure : “J’ai créé cette pièce pour le festival Danse de tous les sens à Falaise en mai 2011. Je suis partie du travail du neurologue Oliver Sachs

pour qui l’homme est un animal musical. La musique résonne en moi en permanence, comme un écho, elle m’amène à la danse. Dans ce solo, le choix des musiques a précédé au reste, elles sont le fil conducteur, elles justifient ma gestuelle, proche de la contorsion parfois, le décor très pur et les différents états que j’exprime : romantique, mélancolique, animal… C’est la musique qui fait naître le mouvement.” Marianne Riou >> Carte blanche à Mélanie Lomoff, samedi 31 mars à la Halle aux Grains de Bayeux, à 20h30. Duo improvisé au cours de la soirée et rencontre à 19h au Centre de Danse de Bayeux autour d’un apéritif antillais (entrée libre, sur réservation). C/0 : mairie-bayeux.fr danseperspective.com

13


ACTU

TRANSGUNNER_TRES CLASSE_LAMASTROCK / SOCADISC / ABSILONE

Le “french hot band” présente une power pop éblouissante aux sonorités travaillées. Non seulement les chansons sont bonnes, mais en plus ce trio possède tous les atouts nécessaires pour devenir un groupe majeur : créativité, sens de la mélodie non formatée, insolence, élégance, style rock electro disco prisé. Découverte du printemps de Bourges 2011, le groupe gravit doucement les échelons, l’amenant vers un succès quasi certain, si tant est qu’il puisse bénéficier d’un peu de promo. A ranger entre The Rapture et Franz Ferdinand. Attention, les Transgunner vont rafler toutes les mises. C/O : myspace.com/transgunner Ludovic M.

MON COTE PUNK_PASSEPORT_ZAMORA PRODUCTIONS / L’AUTRE DISTRIBUTION

On ne présente plus ce groupe issu de différentes formations (La Rue Kétanou, Padam), qui n’est pas vraiment un groupe d’ailleurs, mais plutôt un collectif. Leur musique, inspirée, s’inscrit dans une certaine tradition de la chanson à l’ancienne, un texte chaloupé par ci, une rythmique manouche par là, un coup de banjo par ci, un coup d’harmonica ou d’accordéon par là, et des voix en symbiose. Les ambiances se créent et nous renvoient au final à notre quotidien, de manière poétique et décalée. La magie opère, et on se laisse volontiers transporter dans cet univers digne des Négresses Vertes. C/O : myspace.com/officielmoncotepunk Ludovic M. THE KITCHENMEN_WHAT'S COOKIN' ?_AUTOPRODUCTION / LA BALEINE

Influencés par le glam rock et la pop garage des sixties, 4 chefs cuistos expérimentés décident de nous préparer un plat savoureux, pour le plus grand bonheur de nos papilles auditives avec des morceaux de foi(e), comme Pheromones ou Digitalin, grâce leur en soit rendue ! L’album, enregistré live, fait la part belle aux chansons goulues, mélangeant les sauces phyllicorda, les tambourins scintillants, sans oublier les ingrédients de base, guitare-basse-batterie. Au final ça joue, ça sonne et nous on déguste, enfin on dévore ! Le légendaire et charismatique Frandol a encore frappé un grand coup. A quand l’ouverture du resto ? C/O : myspace.com/kitchenmen Ludovic M. A.S.M_A STATE OF MIND_CROWN YARD / LAB’ORATOIRE

Dignes héritiers des meilleurs productions funk - hip/hop, les A.S.M. nous électrisent la carcasse avec un 2ème opus immergé en plein 70’s. Ce trio est composé du producteur et D.J : Fade et des deux MC : Green T et FP. Pour ce disque, il n’y a pas de doute, la courte période Blaxploitation est clairement omniprésente. Les nombreux invités, comme la flûtiste de Wax Taylor, les géniaux Six Toys (section cuivre) ou la légende jamaïcaine Cornel Campbell, alimentent furieusement leur groove communicatif. Pas mal pour des blancs-becs !! C/O : myspace.com/astateofmindproductionz Muchacho

14


LIZ CHERHAL_IL EST ARRIVE QUELQUE CHOSE_L’AUTRE DISTRIBUTION

Liz nous emmène dans son univers burlesque, drôle et cruel avec un très bon 1er album. Artiste accomplie : chanteuse, comédienne, accordéoniste, claviériste, guitariste, la belle a également réalisé et co-produit cet opus. Les thèmes abordés sont le bonheur, l’amour, les drames, la folie et la mort. Tout ceci avec des textes acérés et une écriture pointue. Les arrangements, très structurés (classiques ou contemporains) sont excellents et enveloppent chaque morceau d’un linceul cristallin rouge sang. Superbement cynique. C/O : lizcherhal.com Ludovic M.

LA ROULETTE RUSTRE_UN PEU D’AIR_L’ART OU L’ETRE

Sorte d’hydre à 22 instruments (à cordes, à vents, classiques ou ethniques, samplers…), orchestrée par 4 ménestrels du temps présent et des (dés)illusions, ils inhalent et exhalent pour nous… un peu d’air. Inspiré de Candide de Voltaire et en particulier de Berdérol, ce 4ème opus évoque le sentiment d’isolement et la capacité de le rompre, avec des textes révoltés, délicatement taillés à la serpe. L’album est disponible en version physique ou sur clé USB avec vidéo en H.D. et accès à une plateforme de téléchargement vous proposant de nouveaux titres tous les mois... pas si rustre !!! C/O : larouletterustre.com Muchacho

THE FOX HEADS_WE WANT TO BE NUMB_PLATINUM RECORDS

Les têtes de renard, instigateurs de ce méfait, sont le tourangeau Funken, habile torpilleur de beats et le canadien Ira Lee, MC showman dopé aux anabolisants. Il faut reconnaître que le rappeur ratisse large, il s’approprie n’importe quel style et balance son flow avec un naturel déconcertant. L’opus se situe entre la pop, le hip-hop et le rock mais demeure un brin inclassable tant la fusion y est éclectique et novatrice. A noter les featurings de Boogers, Pneu, Mesparrow et Piano Chat ! Un plaisir pour votre cortex !! C/O : myspace.com/thefoxheads Muchacho

OUTRAGE_RYZHOM_MOSAÏC MUSIC DISTRIBUTION

En digne héritier des OTH, Thiéfaine et autres Gogol 1er, le groupe Outrage impose le renouveau d’un punk rock alternatif français qu’on n’avait plus entendu depuis longtemps. L’album présente des chansons abouties et cisaillées, des guitares qui s’affolent, un chant déjanté aux textes acides, décalés et personnels. Il se dégage une réelle empreinte originale et une folie orchestrée avec brio où les rythmiques s’enchaînent à une cadence infernale, et où les cuivres et les machines viennent troubler l’ordre établi. Coups de cœur pour les titres Mr le controleur, 14 ans... et Concerto pour un schizo. C/O : outrage.free.fr Ludovic M.

15


Cherchez la sortie

© Emmanuelle Huré

LA PÉNICHE À ELBEUF-SUR-SEINE

Embarquement assuré pour la musique

i, si c’est une vraie ! A l’origine, elle devait même être installée sur l’eau et puis, pour des raisons de sécurité, elle a été placée… à quai. C’est en 1991, à quelques mètres de la Seine que La Péniche, lieu de diffusion culturelle, a calé son ancre à terre. Après quelques travaux d’aménagements intérieurs, elle est devenue le premier café musique labellisé SMAC (Scène de Musiques ACtuelles) local. Amarrée dans le quartier populaire du Puchot, entre les tours d’immeubles, elle a bien sûr rapidement attiré l’œil et le visiteur. A cette époque, le lieu était géré par une association “Les Rives 100 couleurs” et

S

16

déjà la musique y avait toute sa place. Mais en 2002, le pôle citoyenneté de la Ville d’Elbeuf a repris les rênes pour optimiser l’endroit et l’ouvrir davantage. Karim Mérabet, directeur, y accueille désormais des groupes de musique d’influences diverses pour des concerts programmés tout au long de l’année. Des artistes tels que MC Solaar, Lokua Kansa ont fait, à leurs heures, tanguer le public mais pas le navire qui reste bien en place pour d’autres musiciens, les jeunes de la ville par exemple. Car La Péniche est aussi un lieu d’accueil pour des groupes amateurs qui ont à leur disposition une salle de répétition, un studio d’enregistrement et un atelier L’atelier MAO

© Emmanuelle Huré

Lieu de concerts et de diffusion musicale, La Péniche vogue dans de bonnes eaux depuis quelques années et accueille des groupes locaux et régionaux. L’endroit est aussi le vivier de musiciens en devenir.

MAO. Dans le cadre de l’atelier Nautylus, qui a pour objet d’accompagner ces jeunes musiciens, 2000 CD de leur production ont été édités cette année et le prochain volume devrait sortir en 2012. Comme La Péniche reste avant tout une structure d’accueil pour les jeunes de 16 à 35 ans, loisirs, orientation, accompagnement social y sont proposés. Plus encore, un travail est entrepris avec les écoles autour d’ateliers d’écriture et de contes en musique présentés sur scène. Les séniors y ont aussi leur place avec des rendez-vous autour de thés dansants. Et une soirée slam avec des handicapés mentaux a été proposée il y a quelques mois. La Péniche ouvre donc ses portes et sa scène à bien des moussaillons elbeuviens de tout âge et souhaite ardemment élargir son public. Tout est donc en place pour que La Péniche ne lève pas l’ancre et garde le vent en poupe. Emmanuelle Huré >> Les Aminches le 13/01, 32 le 18/02 C/0 : Quartier du Puchot 02 32 96 50 40


17


Exposition Savane, un océan d’herbes Le Havre (76) Muséum d’Histoire Naturelle Joueur ou tueur ? Lion mâle et lionceau / Réserve de Masaï-Mara, Kenya © C. et M. DENIS-HUOT

Par les photographes Christine et Michel Denis-Huot, avec des créations sonores d’Olivier Lecoeur, Martine Todisco et Philippe Barbeau.

> photo - jusqu’au 01/04

Ronel New Babel en bleu

Saint-Martin de Boscherville (76) Abbaye Saint-Georges > peinture - jusqu’au 15/01

Jean-Bernard Catelin Charles FREGER - Water-polo, 2000 de la série : “Water Polo” Don de l’artiste en 2002 - Collection Frac Haute-Normandie © Marc Domage

Le Havre (76) Galerie Hamon > peinture - jusqu’au 01/02

Le portrait en série Lillebonne (76) Centre Juliobona

18

Séries de portraits de Charles Fréger, Hugo Miserey, Jean Rault, Laurence Reynaert etc. Collection FRAC Haute-Normandie. Vernissage le 19/01 à 18h30.

> photo - du 11/01 au 28/03


Et aussi...

Le Boyau noir de Blanquet

Edvard Munch Caen (14) Musée des Beaux-Arts

Hérouville St Clair (14) Wharf

Peintures, estampes du Bergen Kunstmuseum.

Dans une scénographie théâtralisée, ses dessins surdimensionnés entre rêves et cauchemars prendront corps sur les murs telles des réminiscences fantomatiques de nos propres hantises. Vernissage le 20/01 à 18h.

> peinture/estampe jusqu’au 24/01

La vierge entre les vierges Gérard David Rouen (76) Musée des Beaux-Arts > peinture - jusqu’au 05/02

> dessin - du 20/01 au 09/03

Zoom sur les collections... Bernay (27) Musée des Beaux-Arts ... d’art contemporain du musée.

Roger Courtois : mise à nu

> peinture/sculpture jusqu’au 29/01

Saint-Aubin-lès-Elbeuf (76) Sacré Cœur > peinture - jusqu’au 15/01

Cartes à jouer et fantaisies d’artistes Dieppe (76) MJC Une trentaine d’artistes réinterprètent le thème de la carte à jouer.

> exposition collective jusqu’au 21/01

Kuchera Le Havre (76) Galerie Corinne Le Monnier > peinture - jusqu’au 31/03

Il était une fois la Broderie du Précieux Sang Fécamp (76) Musée des Terre-Neuvas > histoire - jusqu’au 13/02

M!grateurs à plumes, à poils, à écailles... St Côme du Mont (50) Maison du Parc Au fil des saisons, oiseaux, insectes, mammifères, poissons et crustacés se déplacent régulièrement du nord vers le sud, de la source à la mer et inversement. Pourquoi et quand migrent-ils ? Quels sont leurs repères ?

> découverte - jusqu'au 31/12

19


Jaguar tuant le Caïman qu’il vient de capturer - Pantanal © BIOSPHOTO/Patrick FAGOT

Exposition Symbioses & compagnie Rouen (76) Muséum d’Histoire Naturelle Quand deux espèces se rencontrent...

> nature - jusqu’au 11/03

Contes du monde entier

© André Neves

Falaise (14) Musée des Automates > illustration - jusqu’au 15/01

Vincent Derivery et ses amis Avenue Vinohradská, Prague, 1994 © Patrick Faigenbaum

ND de Gravenchon (76) Galerie du Parc Avec Jean Loup Chastres, Roger Coquel, Patrice Delaune et Myriam Feuilloley.

> peinture - du 14/01 au 11/03

Patrick Faigenbaum Cherbourg (50) Le Point du Jour Rencontre le 23/01 à 15h.

20

> photo - jusqu’au 22/01


Et aussi...

Couleurs du temps Josette Bureau

Flipper’s n’est pas jouer ! Le Havre (76) Best Western ARThotel

Rouen (76) Centre Social Saint Vivien > peinture - jusqu’au 27/01

Collection de Flippers 70’s.

> objets - jusqu’au 17/02

Mains en scène Barentin (76) Espace André Siegfried > photo/sculpture - du 17/03 au 25/03

Petits rebuts et grande cuisine - Pierre Olingue Sotteville-lès-Rouen (76) Maison pour tous > photo - jusqu'au 26/01 © Karen Papacek, Installation murale Poetry of Motion, St Louis, Mo, USA 2005

Les Serliennes à Honfleur Honfleur (14) Médiathèque Serlienne, vous avez dit Serliennes... ? ou, comment un professeur-architecte italien de la Renaissance a pu laisser tant de traces dans des façades de maisons honfleuraises. Conférence par Philippe Grenier le 28/01 à 15h.

> architecture - du 17/01 au 25/02

Fado Longas Noites Tristan Jeanne-Valès

Karen Papacek Randonnai (61) La Corne d’Or Exploration des liens possibles entre les arts plastiques et l’écriture. Vernissage le 19/01 à 18h.

> dessin et texte - du 19/01 au 10/02

Mondeville (14) Renaissance Vernissage le 18/01 à 19h.

> photo - du 18/01 au 09/02

Hourieh Briouze (61) Espace multi-culturel du Houlme > sculpture - du 03/03 au 02/04

Omonville-la-Petite (50) Maison Jacques Prévert > texte et photo jusqu’au 12/03

Deux chats en suspension © Ylla / Rapho

Des bêtes... Jacques Prévert et Ylla

Variation 1999-2009 Patricia Van Sainte-Adresse (76) Le Chat Bleu Variation 1999-2009. Vernissage le 13/01 à 18h30.

> photo - du 14/01 au 04/02

21


Vintage © Stéphane Vigny / Technique mixte / 2007

Exposition Stéphane Vigny Le Havre (76) Le Portique L’artiste détourne et réinvente l’objet sculptural, par la mise en scène d’associations opposées : artisanal/industriel, kitsch/minimal, baroque/contemporain.

> sculpture - du 27/01 au 31/03

ABC des Bestioles Equeurdreville-Hainneville (50) EC Hippolyte Mars Voyage au pays des alphabêtes, fauconsonnes et autres coccivoyelles ! Sculptures de Alain Burban et photos de Paskal Martin.

> sculpture/photo - du 20/01 au 13/03

Eaux Vives - Bruno Delmazure et Claude Pierry Cherbourg (50) MJC Vernissage le 07/01 à 11h.

> photo - jusqu’au 31/01

Malou au pays des Merveilles Le Havre (76) La Galerne Balade enchanteresse dans un univers onirique, poétique au travers d’une série de nocturnes.

> peinture - du 03/02 au 25/02

22


Et aussi...

Anne-Marie Houdeville + Jacques Maistre

Stepk Alençon (61) Scène Nationale

Rouen (76) Espace de la Calende > peinture/sculpture du 14/01 au 11/02

Stepk s’engage à nous parler de l’être.

> peinture - du 27/02 au 21/03

Faits et gestes - David Jouin Mont-Saint-Aignan (76) IUFM Cet artiste rouennais n’a cessé de questionner le monde du travail, fasciné par le geste et sa répétition.

> photo/vidéo - jusqu'au 27/01

François-André Vincent, Caricature du peintre Pierre-Charles Jombert Metropolitan Museum of art de New-York

La Maja desnuda Eric Lemarchand Rouen (76) La Boqueria Vernissage le 06/01 à 18h.

L’amour de l’art

> dessin - du 06/01 au 29/02

Caen (14) Musée des Beaux-Arts

& Esperluette

Artistes et amateurs français à Rome au XVIIIe siècle.

Bayeux (14) Le Radar

> estampe/dessin/peinture du 04/02 au 23/04

Autour des interprétations plastiques auxquelles le livre donne lieu. Avec Florane Blanche, Solange Galazzo, Agnès Moncorgé, Sylvie Sauvageon et Eric Watier. Vernissage le 18/01 à 18h30.

> expo collective - du 17/01 au 26/02

130 poupées Rouen (76) Musée national de l’Éducation Regards d’une femme sur le XXe siècle.

> objets - jusqu’au 31/05

© Marie-Jeanne Nouvellon - Musée national de l’Éducation

Pierre Godet Caen (14) Galerie Art-Culture-France Vernissage le 06/01 à 18h.

> peinture - jusqu’au 30/01

Un monde littéraire Philippe Ségéral Pont-Audemer (27) Musée Canel Rencontre avec l’artiste le 04/02 à 11h.

> dessin - jusqu’au 01/04

23


Rencontre MILLE CHOSES À DIRE

La passion du conte Il était une fois, une association de conteurs rouennais nommée Mille choses à dire qui enchante les oreilles des petits et des grands depuis plus de 20 ans. Bazart Mag’ a rencontré sa présidente et s’est laissé conter son histoire… n 1989, Carole Deveaud est bibliothécaire. Un jour, elle assiste au spectacle du conteur tunisien Nacer Khémir. Elle en ressort bouche bée. “Quand un conte est bien dit, on ne voit plus la personne qui raconte mais ce qu’elle raconte et ça c’est magique.” Quelques jours plus tard, on lui propose un stage de conte dans lequel elle se précipite. Elle y rencontre d’autres apprentis conteurs. Ils décident d’unir leur envie et créent ensemble l’association Mille choses à dire dont Carole devient la présidente. Source : MCAD

E

24

“Dans ma bibliothèque, quand on recevait des classes, je me mettais à raconter plutôt qu’à lire des livres. Ça a un pouvoir de captation bien plus fort ! Puis j’ai ouvert ma porte à mes amis conteurs. Un autre, instituteur, a ouvert son école, créant dans la foulée le festival du conte de Fresquiennes” (dont la 22e édition s’est déroulée cet automne, NDLR). “On a raconté dans les salons du livre, les collèges, les maisons de retraite, partout où l’on avait l’occasion”. Aujourd’hui, les “amateurs de Mille choses à dire” sont huit. “Nous avons tous des personnalités bien différentes, nous aimons confronter nos voix. On a beaucoup de plaisir à être conteur et quand il y a une bonne histoire, on aime la dire. Nous y mettons à chaque fois quelque chose de personnel. Ce sont de vraies créations orales.” Y a-t-il une part d’improvisation ? “Ce n’est pas du théâtre, on n’apprend pas un texte par cœur. C’est plutôt comme si on racontait un film, on a des images dans la tête. Mais laissez-moi vous dire que tout le monde sait conter car tout le monde sait mentir !”

Des contes pour petits et grands L’association propose plusieurs formules, notamment “l’apéro conte” : “on installe la salle en cabaret, on raconte des histoires légères, on joue aux devinettes ave c l e p u b l i c … ” m a i s a u s s i l a “randonnée conte” : “En ce moment on le fait avec le Conseil Général qui ouvre a u p u bl i c s e s E s p a c e s N at u re l s Sensibles. On part se balader, et on s’arrête, lorsque l’endroit nous inspire. Si on est au bord de la mer, on va préférer des histoires bretonnes ou de pirates.” Conter à des petits ou à des grands, c’est un autre défi. “On nous invite souvent à raconter des histoires aux enfants, mais nous sommes beaucoup à préférer faire face à des adultes. C’est pour cela qu’on a demandé au centre Malraux de la Grand’Mare s’il pouvait nous héberger.” Une fin heureuse, programmée deux fois par an, en avril avec des conteurs professionnels et en automne avec un spectacle créé par l’association. Marie Lemé C/0 : mille-choses-a-dire.fr 02 35 71 61 25


CONCRETE KNIVES

Happy pop… hourra !

uand un groupe a autant d ’ av e n i r, o n p e u t s e permettre de résumer vite fait son passé. Formé en 2008, il remporte le tremplin du Cargö la même année. Le déclic : les Transmusicales de Rennes en 2010. L’effet boule de neige : le Printemps d e B o u rg e s 4 m o i s p l u s t a rd . “Finalement, nous avons été exposés de façon brutale, mais cela faisait 3 ans que l’on jouait partout, tout le temps” explique Nicolas. L’inspiration vient simplement de leur vie quotidienne avec des sujets sérieux, mais traités de façon décalée. “On aime brouiller les pistes, derrière une forme qui peut paraître enfantine, voire insouciante, il y a un vrai sens dans nos chansons, ce n’est pas du revendicatif, mais ça reste engagé.” L e u r é n e rgi e s é d u i t l e p u bl i c, accentuée par un chant en chœur, une marque de fabrique. “N’étant pas forcément tous chanteurs, nous chantons à l’unisson, nous scandons

Q

les choses au même moment. À l’heure où beaucoup de groupes sonnent comme sur leur disque, pour nous le live n’est pas obligatoirement parfait, il doit être vivant !”. Et comme le résume Nicolas “Nous, on joue, on est contents”. Ça tombe bien, le public aussi !

Un futur bien affûté L’enregistrement de leur véritable premier album (après l’EP You Can’t Blame The Youth sorti en avril 2011), avec plus d’une dizaine de titres annoncés, a débuté mi-décembre pour une sortie nationale prévue en septembre 2012. Aboutissement logique (ou désiré) de tout musicien, le groupe n’est cependant pas naïf sur l’industrie du disque. “Tu as deux moyens de vivre de ta musique : faire des concerts et faire de la synchro pub ou ciné”.Ça n’aura échappé à aucun fan, en décembre leur Brand New Start passait à la télévision dans la publicité d’un magasin d’électroménager. “Ça a

Source : Concrete Knives

Qui ne connaît pas encore les Concrete Knives ? Nicolas, Guillaume, Martin et Adrien rejoints il y a un an et demi par la pétillante Morgane. S’il y a un groupe qui a littéralement explosé récemment, c’est celui-ci. Le résultat : une happy-pop galvanisante ! tout de suite créé le débat. Certains ne comprennent pas que l’on puisse gagner de l’argent autrement. Mais on n’a pas pour autant de réduction sur les grille-pain !”, rigole Nicolas “... et de nombreux groupes sont découverts grâce à la pub”. Le groupe avait déjà refusé des propositions, notamment de banques ou de géants de l’énergie. Mais ce n’est pas fini, car Happy Mondays mettra en valeur une célèbre marque de gâteaux sur nos petits écrans dès janvier. “C’est tabou en France, mais cet argent permet de produire notre disque, d’investir dans du matériel, de partir jouer à l’étranger, bref de faire vivre notre projet.” Côté scène, rien de calé en France avant la sortie de l’album, mais entre deux sessions d’enregistrement à Paris, direction l’Angleterre, la Colombie, l’Amérique du Nord… Bref, un avenir béton ! Antoine Vulliez

C/0 : myspace.com/concreteknives 25


Source : La Loure

Rencontre ASSOCIATION LA LOURE

Au son des chants et traditions de nos pays La Loure, association normande, s’est donné un objectif : faire revivre les musiques et traditions orales de Normandie. Elle glane dans les campagnes, organise concerts et bals ou édite des CD pour conserver et partager cette mémoire collective. utrefois, dans la Normandie de la fin des XVII-XVIIIèmes siècles jusqu’au début du XIXème, l a “ l o u re ” d é s i g n a i t l a cornemuse. Un qualificatif adéquat et évocateur pour une association (fondée en 1998 et comptant une centaine de membres) dont le but est de “recueillir et valoriser les chansons, musiques, d a n s e s e t t ra d i t i o n s o ra l e s d e Normandie.” Pour Yvon Davy, chanteur et musicien (un des deux salariés de la Loure), leur travail de mémoire n’est jamais fini. “Jusqu’à une génération ou deux avant notre époque, les traditions et chansons se transmettaient de siècle en siècle, sans que les gens ne s’en rendent compte. Aujourd’hui, on a perdu la conscience de ce patrimoine normand. Dans les années post ’68, les régionalismes ont été redécouverts en France et ont perduré dans certaine régions, mais pas en Normandie.” Le premier travail de l’association est donc de parcourir les routes de Normandie,

A

26

de frapper aux portes des personnes âgées et de leur demander de chanter pour elles, de se remémorer ces traces de leur passé dont elles ne se savent pas dépositaires. “Les gens aiment chanter”, continue Yvon Davy. “Par le bouche à oreille on sait qu’untel pourrait peut-être nous apprendre quelque chose.”

Éloge de la francophonie Le plus étonnant, c’est que l’on trouve les mêmes chansons dans de nombreuses régions de France – Normandie, Bretagne, Berry, Poitou, Morvan -, mais également sur les terres francophones comme le Québec, les Antilles, la Louisiane. “Il peut y avoir des dizaines et des dizaines de versions d’une même chanson, comme À la claire fontaine ; c’est le propre de la tradition orale… On identifie que c’est la même chanson grâce à l’histoire, identique sur le fond.” Pour collecter les traces de cette mémoire collective, la Loure prévoit régulièrement des journées

où elle forme les volontaires à ses méthodes d’enquête orale, ou encore des veillées où chacun est invité à chanter. “Le mélange des générations dans ces moments est touchant. On intervient également dans les écoles, on organise des bals pour adultes ou pour enfants, des animations déambulatoires et des joutes chantées, sur le principe des ligues d’improvisation théâtrale, par exemple à l’occasion de la fête du sirop, t o u s l e s d e u x a n s, à Vi re. ” D e u x collections de CD contribuent aussi à la sauvegarde des mélodies : Anthologie des chansons et musiques traditionnelles de Normandie et Sources. Le prochain disque, Chansons du Domfrontais et du Pays fertois, sortira le 24 mars. Une belle façon de rendre aux Normands leur patrimoine ! Marianne Riou

C/0 : La Loure Saint-Martin-de-Tallevende 02 31 68 73 49 - laloure.org



Bazart Mag' 27 hiver 2012