Page 1

2018

PORTFOLIO ARCHITECTURE

B A S T I E N

R O B E R T O N

Ecole Nationale Supérieure d’Architecure Paris Val de Seine


CURRICULUM VITAE B A S T I E N

R O B E R T O N

Ecole Nationale Supérieure d’Architecure Paris Val de Seine

Naissance : 25/04/1993, Ho Chi Minh Ville (Vietnam) Domicile actuel : Ivry-sur-Seine, 94200 (France) Domicile familial : Monterblanc, 56250 (France) Téléphone personnel : +33 6 18 57 57 26 Email : bastien.roberton@gmail.com

Formations 2013 à Aujourd’hui

Etudiant en master d’architecture Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val-de-Seine, Paris, 75013 (France)

2012

Baccalauréat scientifique (Spécialité Physique Chimie) Lycée Saint Paul, Vannes, 56000 (France)

2011

BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur)

Expériences Février 2017

Stage en agence @ Goudchaux Architectes & Associés 6 mois de stage en agence, dans le cadre du cycle de master (8 rue d’Alger, 75008, Paris)

Février 2017

Concours @ Atelier d’architecture Jean François Laurent Participation au projet architectural du concours du groupe scolaire de Bagneux au sein de l’Atelier d’architecture Jean François Laurent (89, rue la Fayette 75009, Paris).

Juillet 2016 Avril 2016

Concours Résidence étudiante Bures sur Yvette @ Archi Saint Germain Lauréat du concours de la résidence étudiante de Bures-sur-Yvette du CROUS. Concours Eco-Design Aluminium Participation au concours Eco-Design Aluminium en collaboration avec Sirine Ammour.

Mars 2016

Concours 120 Heures Participation au concours international 120 heures en collaboration avec Laure Alexandre, Tiphaine Clément, Gaetan Croisille, Henri Dikous de Oliveira, Jaurès Mobio.

Juillet 2015

Concours @ Atelier d’architectures Jean-François Laurent Participation au projet architectural du concours du Lycée Franco-Allemand de BUC au sein de l’Atelier d’architectures Jean François Laurent.

Février 2015

Stage en agence @ AREP 4 semaines de stage en agence, dans le cadre des études d’architecture, au sein de l’entreprise AREP (Aménagement Recherche Pôle d’Echange).

Juillet 2013

Stage ouvrier @ Haroche Construction 2 semaines de stage ouvrier, dans le cadre des études d’architecture, sur un chantier de logements sociaux chantier Kereden, mené par l’entreprise de gros œuvre Haroche Construction (Groupe Legendre).

2012

Stage d’observation @ Ouest Coordination 1 semaine de stage d’observation, au sein de l’entreprise Ouest Coordination, organisé par Stéphane Chapel. Suivi de chantier, avec les différents acteurs.

Compétences Logiciels

SketchUp, LayOut Revit Architecture Autocad Artlantis Studio Photoshop Illustrator InDesign Microsoft Office

Langues Français Anglais Espagnol

Intérêts Musiques Photographie Dessins Arts Voyages

2


SOMMAIRE

P O R T F O L I O

P r o j e t s p e rs on n e ls e t p r ofe s s ion n e ls

MUSEE LUCIO FONTANA 70-80 RUE GEORGES LARDENNOIS, 19ÈME ARRONDISSEMENT, PARIS PAGE 5

W ORKSHOP FAILLE 6 RUE DE LA CONVENTION, 15ÈME ARRONDISSEMENT, PARIS PAGE 7

L1 1O GEMENTS, MARCHÉ -27 BIS RUE JULES VALLÈS, SAINT OUEN PAGE 9

E X T E N FS I CI TOI V NE P A R C E L L E PAGE 13

LOGEMENTS ÉTUDIANTS RUE DE TOLBIAC, RUE DU CHEVALERET, 13ÈME ARRONDISSEMENT, PARIS PAGE 15

M É D I A T H È Q U E A V E N U E D E L A P R A I R I E , E P E R N O N PAGE 17

MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE P A L A D R U , F R A N C E PAGE 19

S H A R E D S K Y B O B I G N Y - B O N D Y - N O I S Y L E S E C PAGE 23

C O L L A B O R AT I O N S PROFESSIONNELLES, PARTICULIÈRES, DESSINS, CROQUIS PAGE 25


MUSEE LUCIO FONTANA 70-80 RUE GEORGES LARDENNOIS, 19ÈME ARRONDISSEMENT, PARIS


Le site de projet a suscité une longue réflexion afin de trouver une configuration appropriée. En effet, une forte dénivelée a imposé une composition en « cascade » pour le musée, afin de l’intégrer au maximum dans l’environnement présent tout en respectant l’environnement visuel. Le parti de la faille a été intéressant à travailler, en lien avec l’artiste préalablement choisi, Lucio Fontana, dont le travail s’est essentiellement orienté vers cette forme plastique. Dans un premier temps le concept de la faille recoupe le site afin d’offrir une circulation partant du haut et du bas, se rejoignant au centre. Cela permet de concentrer les flux de personnes. Un funiculaire est également mis en place, afin de permettre aux personnes à mobilité réduite de pouvoir accéder au musée. Dans un second temps, la faille définit les circulations verticales au sein même du musée. Les différents blocs viennent ensuite s’articuler autour de cette circulation. Enfin elle permet d’apporter naturellement de la lumière, ainsi que de la filtrer, par le biais de percements. La faille possède de nombreux atouts.

6


WORKSHOP FAILLE 6 RUE DE LA CONVENTION, 15ÈME ARRONDISSEMENT, PARIS


Ce workshop, réalisé par groupe de personnes issues de promotions différentes. Il vise a faire travailler les étudiants en respectant des contraintes maximales, que l’architecte est susceptible de rencontrer au cours de son parcours. Il permet également de revaloriser des espaces considérés comme résiduels au sein de la ville. Ici la parcelle de ce projet se compose d’une bande coincée entre deux bâtiments haussmanniens ayant une largeur de 2,5m au maximum. Nous nous sommes inspirés des abeilles et de leur fonctionnement à travers leurs ruches. Il a été nécessaire de repenser les techniques d’optimisation de l’espace. Pour se faire l’élaboration d’un programme adapté a été nécessaire. Le parti de créer une capsule hôtel était parfaitement en lien avec ce workshop. En effet, ce type de projet se compose de capsule pouvant héberger une personne, dans une surface très limitée. Cela augmente le nombre de personnes pouvant venir.

8


LOGEMENTS ET MARCHÉ PUCIER 1 1 - 2 7 B I S R U E J U L E S V A L L È S , S A I N T O U E N


FLUX

EXI STA NT

A C C O M PA G N E M E N T

P LA C E

E S PA C E

C A F E

P UBL I C

E S PA C E

P RI V E

INTERMEDIAIRES

C OLLECTIF

C I RC UL ATION

VER TICALE

Projet urbain La morphologie du site est issue de l’ancien parcellaire agricole (parcelles longues et étroites), juxtaposant de manière hétérogène les fonctions (logement, activité, espace et équipement public), les usages (stationnements, jardin éphémère, habitat, marchés puciers) et les hauteurs. Le périmètre 11-27bis Vallès est situé dans l’un des plus grands ilots du quartier. L’enjeu du site, en terme de fonctionnement urbain, est donc de poursuivre le maillage viaire du quartier afin notamment de fluidifier les circulations piétonnes et de faciliter l’articulation des marchés Paul Bert et Jules Vallès par l’aménagement d’espace publics de qualité. En binôme, il a été question de définir dans un premier temps le projet urbain. En conservant les flux existants et en créant de nouvelles relations entre les différents marchés (marchés puciers, place publique), cela nous a permis de différencier les espaces publics des espaces privés (ici les logements). Un décaissé d’un mètre de profondeur est effectué sur la partie des logements, ce qui renforce l’aspect privé de cette zone (visible sur la coupe d’intention). Les parties communes se différencient également par leurs statuts. Le chemin existant reste public et devient un lieu de rencontre, de vente et d’échange. L’espace entre les futurs logements représente lui un espace commun privé, où les habitants peuvent venir se détendre, jardiner. Ces espaces sont des espaces communs, mais destinés à un public différent.

10


LOGEMENTS ET MARCHÉ PUCIER 1 1 - 2 7 B I S R U E J U L E S V A L L È S , S A I N T O U E N


Projet architectural Une fois le projet urbain définit, chaque membre des binômes se voyait attribuer une partie du projet. Ici il a été question de concevoir une partie des logements collectifs (le long du passage existant) ainsi que des logements intermédiaires en partie centrale (au cœur de la parcelle). Chacun des logements a été conçu sur un module de base (T2). Les complexes se forment ensuite grâce à un système d’emboitement. Les failles se trouvant entre les logements constituent les circulations verticales distribuant les différents logements. Les logements collectifs suivent la ligne directrice du passage, afin de libérer des espaces de l’autre côté, offrant ainsi de généreuses terrasses et une pleine exposition. Des espaces verts se forment entre les deux bâtiments, laissant apparaitre un chemin, guidant les personnes vers les accès. Certains logements intermédiaires possèdent des saillies au niveau des séjours pour agrandir l’espace et profiter de plus de lumière. Cela forme des volumes sortant du rectangle principal. Pour ce qui est des logements collectifs, le rez-de-chaussée se compose, côté chemin, d’une partie du marché pucier et de l’autre côté des accès ainsi que des premiers logements. L’imbrication complexe ne se ressent pas sur le volume final.

12


EXTENSION PA R C E L L E F I C T I V E


La possibilité d’ajouter une pièce dans son jardin, préfabriquée pouvant être à la fois un lieu de vie ou de travail est une « demande » à explorer. Elle reste une figure essentielle de l’imaginaire de l’architecte depuis l’abri originel au « shelter » de rural studio en passant par le tonneau de Charlotte PERRIAND, la cabane de LECORBUSIER, ou encore le « module » de Renzo PIANO. Tout d’abord il a été nécessaire de définir un profil. J’ai pris le parti de choisir un couple ayant des enfants et voulant s’isoler un peu du cercle familial, afin d’avoir une nouvelle intimité. Le projet pouvant être déplacé à volonté, se situe dans le cas présent au cœur du bois de la propriété familiale. Une partie opaque renferme les espaces de rangements ainsi que l’entrée, alors que la verrière se compose de l’espace d’eau et la chambre. Le couple peut alors être en parfaite harmonie avec la nature environnante. La structure métallique permet de soutenir de larges panneaux de verres, laissant pleinement rentrer la lumière. Le champ de vision est quasiment de 180°. La partie opaque, elle, est en bois, restant ainsi en étroite relation avec le milieu où le projet se trouve. L’assemblage se fait de manière simple. Tout d’abord, le plancher vient s’imbriquer avec la structure métallique. Viennent ensuite les panneaux de bois sur la périphérie et la toiture. Et enfin les panneaux de verres se fixent sur la structure. Une arrivée d’eau est nécessaire pour l’approvisionnement des espaces humides.

14


LOGEMENTS ÉTUDIANTS RUE DE TOLBIAC, RUE DU CHEVALERET, 13ÈME ARRONDISSEMENT, PARIS


Le quartier de ce projet se situe dans le 13ème arrondissement de Paris. Proche de l’Avenue de France, il fait partie d’un programme de revalorisation des espaces (nouveaux logements, espaces verts). De nombreux architectes reconnus ont réalisés des projets dans ce quartier. L’enjeu principal de ce projet est de créer une continuité fonctionnelle sur les deux rues qui entourent la parcelle. D’un côté, il y a la rue de Tolbiac qui se compose de bâtiments ayant un rez-de-chaussée commercial et des étages de logements ; et d’un autre, la rue du Chevaleret, formée de plus petits commerces en rez-de-chaussée et de logements en partie supérieure. L’organisation parcellaire choisie a permis de retrouver une équerre formant des espaces faciles à aménager. Les premiers étages de chaque branche du projet se composent du côté Tolbiac du local d’activité publique et côté Chevaleret des espaces communs de la résidence. Les logements se développent en partie supérieure. La circulation principale se trouve dans l’angle de la parcelle, et les secondaires en partie mitoyenne. La stricte régularité des plans vient former des façades droite et régulière ; le choix de coursives intérieures plus souples permet d’y apporter une originalité au projet. Ces dernières englobent un espace vert central totalement orienté sud et offrant un espace de vie commune privé et réservé aux étudiants.

16


MÉDIATHÈQUE AVENUE DE LA PRAIRIE, EPERNON


Ce projet de médiathèque, dite de proximité, s’intègre à quelques kilomètres de Paris, dans la ville d’Epernon. Il représente un équipement permettant de redynamiser la ville, en offrant un espace culturel et d’échange entre les différentes personnes habitant la ville, mais aussi celles du département. L’un des principaux enjeux a été celui de respecter une contrainte économique (1000€/m²). Ce facteur a été important à suivre, car il limitait l’étudiant dans certaines propositions (pas d’étage, pas d’ascenseur). Le projet se devait d’avoir une lisibilité extérieure, une flexibilité de gestion (compacte et des espaces faciles à surveiller). L’un des avantages de ce projet a été d’être confronté à un programme professionnel, sous toutes ses formes (contraintes économiques, de sécurité, apport de lumière naturelle). Le projet s’implante près du parking de manière à faciliter les flux de personnes, public comme livraison. A l’aide d’une structure en acier très simple, encadrant des panneaux de verres, les espaces sont distincts mais à la fois unis par des passerelles. Les différents volumes sont déconnectés de manière à faire réapparaitre la nature environnante. Chaque hauteur varie selon la fonction du volume. Les usagers sont dans de grandes salles lumineuses. L’apport de lumière naturelle est limité par les casquettes des toitures mises en place. La simplicité structurelle du projet permet une modularité de ses espaces intérieurs.

18


MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE P A L A D R U , F R A N C E


La ville de Paladru a défini un projet urbain qui a été l’objet d’une réflexion lors d’un semestre de master. En effet, par groupe de trois, nous avons redessiné le projet urbain, puis réfléchi à l’élaboration d’un musée. Ce dernier s’intègre dans un contexte ayant une histoire et une évolution. Cet équipement représente un nouveau coeur de village, inexistant dans la commune de Paladru. Nos enseignants architectes nous a plongé dans une situation de concours afin que l’on détail au maximum notre projet. Dans un premier temps nous avons réfléchi à son implantation. Le musée possède son accueil au niveau de la route, permettant au public d’y accéder aisémment. La partie exposition du musée, elle, est située en sous-sol, afin de protéger les oeuvres de la lumières naturelle et renforçant l’idée de fouilles archéologiques réalisées près du lac de Paladru. Entièrement fait d’une structure acier et béton, le musée s’insère de manière naturelle dans le terrain afin de disparaitre petit à petit et laisser place au paysage. La partie en rezde-chaussée totalement vitrée crée alors une vitrine sur la rive d’en face et plongeant alors le public dans une nature dominante. L’enjeu principal de ce projet a été de penser, concevoir et réaliser un équipement muséographique à trois. Le travail en groupe nous a permis de mettre toutes nos compétences à contribution afin de mener à bien notre projet.

20


22


S H A R E D S K Y B O B I G N Y - B O N D Y - N O I S Y L E S E C


Lors de ce projet de master, les enseignants nous ont laissé choisir notre site, tout en prenant comme fil conducteur le canal de l’Ourcq. J’ai pris le parti de prendre un lieu atypique : la jonction entre les villes de Bondy, Bobigny et Noisy le Sec. Entre ces trois villes existent un nœud formé d’autoroutes. Il existe un très fort contraste entre ce qui se passe côté rue et côté canal. De par sa diversité d’équipements, j’ai décidé de m’intéresser à l’agriculture. J’ai voulu que ce projet ai un engagement fort en proposant un projet intercommunal, entre les trois villes. J’ai rendu cela possible en créer un foncier qui n’existe pas réellement mais que tout le monde voit : le ciel. En effet, cela permet de partager un espace que personne n’utilise actuellement. Les énergies renouvelables seront les moteurs de ce projet : le vent contrôlé par des éoliennes, le soleil par des panneaux photovoltaïques, et l’émission de CO2 par l’installations de flore. L’agriculture est le fil directeur de ce projet : comme dans un projet existant déjà en Norvège (Réserve mondiale de semence), je souhaite que des scientifiques travaillent sur la sauvegarde et le stockage d’espèces végétales. En effet je considère qu’actuellement nous épuisons la terre, mais est ce qu’elle sera encore fertile dans 20-40 ans ? Tout cela peut paraitre très complexe, mais je souhaite qu’il y ai une certaine transparence entre le public et ces différences recherches. Cela forme alors un nouvel espace public, un nouveau lieu de partage. Pour ce qui est du projet en lui-même, j’ai défini différents concepts : la surélévation du plancher du projet, le franchissement du canal, un cœur végétal et une nouvelle silhouette du paysage. Pour se faire, je me suis inspiré de différents groupements d’architectes tels que Archigram, Super Studio, Kengo Kuma, Bernard Tschumi. Ces derniers m’ont amené à poser une super structure en bois au-dessus de la ville afin de retourner le système : les voitures en bas et les habitations en haut. Suite à cela 4 modules viennent s’imbriquer au-dessus : des laboratoires solaires, des aménagements paysagers, urbains et pour finir des éoliennes. La phase finale de se projet étant de s’accrocher aux voies d’autoroutes afin de libérer les espaces nobles et inverser le système actuel (voitures en haut, bâtiments en bas).

24


SHOWROOM NIYA COLLABORATION AVEC WISSAL LAABOUDI


26


RÉSIDENCE ÉTUDIANTE C O L L A B O R AT I O N AV E C A R C H I S A I N T G E R M A I N

P R I X L A U R É AT D U C O U C O U R S D U C R O U S


Dans le cadre d’un concours j’ai travaillé en collaboration avec l’agence d’architecture Archi Saint Germain (Paris 75005), tenue par Monsieur Alain Saragoussi et Brigitte Elbaze, pour la partie architecture d’intérieur. Ce dernier m’a donné de grandes responsabilités sur la conception et sur le rendu graphique. Actuellement ce projet de résidence étudiante se situe près du campus de Bures-sur-Yvette, le long de la voie de la faculté. Il compte l’équivalent de 4 bâtiments, regroupant 600 logements. L’objtectif a été de remanier les espaces communs, les logements, ainsi que les espaces extérieurs. Les organisateurs du concours nous ont donné des lignes directrices afin de mener à bien le projet : transofrmer trois cellules en deux, conserver la structure et le maximum de cloisons afin de ne pas avoir à désamianter la totalité du projet. Ce dernier a été traité en deux temps. Un premier pour les bâtiments 231 et 232 (à gauche sur le plan de masse). Nous avons procédé à une extension des volumes. Ceux de droite, composant le batiment 233 se trouvent dans une zone sécurisé. De nombreuses réunions avec les bureaux d’études (BEA, Eiffage) ont été organisées afin de traiter les différentes contraintes (CCTB, ZPPRI, plans d’organisation, façades).

28


Patio, Algérie

DESSINS - CROQUIS PA P I E R C A N S O N , S T Y L O T U B U L A I R E S


Barcelone, Espagne

30


Portfolio Architecture  

Edition 2018 by Bastien Roberton

Portfolio Architecture  

Edition 2018 by Bastien Roberton

Advertisement