Page 1

LES ASSISES DU

DÉMANTÈLEMENT Développement - optimisation - InNovation - transfert

Synthèse de la 1ère édition


LES STRUCTURES ORGANISATRICES

3

édito Pourquoi les assises du démantèlement ?

4

« LE CEA MaRCOULE, AU CŒUR DES ENJEUX DE L’ASSAINISSEMENTDÉMANTÈLEMENT »

6

intro Pourquoi faut-il industrialiser les activités de démantèlement ?

8

COMMENT passer d’activités « artisanales » à des activités industrielles ? RÉPONSE : par l’innovation… sous toutes ses formes

12

conclusion DE LA COMPétition à la «coopétition»

21

annexe 1 Liste des inscrits

22

annexe 2 Les structures porteuses des assises

26

annexe 3 Programme de la journée

30

Équipe de Rédaction : Laurence Boisset CEA – Gilles Richard CEA – Florent Vionnay Invest in Gard – Luc ARDELLIER Cyclium Conception graphique - illustrations - crédit image : Barcelona & co - www.barcelona-co.fr

Les Assises du Démantèlement ont bénéficié du soutien financier de Ville de

L A UR DDO UI S NE w w w. l a u d u n l a r d o i s e . f r


Henry DOUAIS, Président

Philippe VIALA, Président

Philippe Guiberteau, Directeur du centre CEA de Marcoule

Jean-Christian REY, Président

Patrick SCORSONE, Président

Serge BOUFFARD, Président

Le logo du Pôle de Valorisation des Sites Industriels dévoilé le 12 décembre 2013 en présence de Christophe Béhar, directeur du CEA de Patrice Prat député-maire de Laudun-l’Ardoise et des représentants des structures organisatrices : Cyclium, le CEA, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nîmes, la Communauté d’Agglomération du Gard Rhodanien, Invest In Gard et Nucléopolis.

3


ÉDITO

Vous avez été très nombreux, et nous vous en remercions, à avoir assisté aux premières Assises du démantèlement qui se sont tenues le 12 décembre 2013 à Marcoule et Laudun-L’Ardoise, dans le Gard : plus de 250 à suivre les conférences du matin et plus de 160 à apporter votre contribution au « brainstorming géant » de l’après-midi.

Mais pourquoi ces premières Assises ? Depuis plus d’une quinzaine d’années, des projets de démantèlement de taille significative ont été engagés en France comme à l’étranger. Dans notre pays, on peut citer les projets de démantèlement du centre CEA de Marcoule ou encore ceux des installations nucléaires du centre CEA de Grenoble (qui se sont terminés dans les délais sur le périmètre initial), mais aussi l’engagement de la déconstruction des réacteurs de première génération (les réacteurs et installations de la filière graphite-gaz, le prototype à eau lourde de Brennilis…). Ces projets représentent des budgets conséquents, de l’ordre du milliard d’euros par an. La liste est déjà longue, mais le travail ne fait que commencer. Le nombre d’installation à démanteler d’ici les quinze prochaines années va croître. Selon une étude publiée en 2013, les budgets attendus au niveau mondial s’établissent à 220 milliards d’ici 2030. Les enjeux sont donc fondamentaux pour la filière, à la fois sur des aspects économiques, de sûreté et d’environnement, notamment avec une gestion optimale des déchets. Pour autant cette activité n’a pas encore atteint la maturité industrielle. Les opérations de démantèlement restent souvent très manuelles, des développements spécifiques d’outillages sont réalisés avec de faibles perspectives de réemplois sur d’autres projets, les nouveaux procédés ont du mal à percer et les schémas contractuels ne facilitent pas l’optimisation des projets.

4


La première partie des assises s’est déroulée à l’Institut de Chimie séparative sur le site de Marcoule.

De ce fait, il est naturellement apparu utile de rapprocher les différentes parties prenantes au démantèlement, afin de structurer et d’industrialiser cette filière. Avec plusieurs objectifs complémentaires : → réduire les coûts des projets de déman­ tèlement, diminuer les délais, les déchets et améliorer la sûreté ; → améliorer la compétitivité des entreprises ; → créer et fédérer l’équipe de France du Démantèlement pour assurer à notre pays un positionnement fort à l’Interna­ tional ; → contribuer au développement économi­ que et à la pérennisation de nos territoi­ res, via la mise en place de nouvelles filiè­res liées au démantèlement et à la déconstruction. Ce sont les objectifs du futur Pôle de Valorisation des Sites Industriels, PVSI, dont l’implantation est prévue aux portes du centre CEA de Marcoule courant 2014. Il hébergera notamment un Institut d’industrialisation des procédés de démantèlement et contribuera au développement de nouvelles formations liées à ces activités. Pour lancer ce pôle, il est apparu opportun d’en­ gager une approche de co-construction rassemblant tous les acteurs concernés : les organismes de recherche, les donneurs d’ordre, les entreprises intervenantes, les centres de formation, les instances territoriales… C’est ainsi que

sont nées ces premières Assises, co-organisées par le CEA, l’association d’entreprises Cy­clium, la communauté d’Agglomération, la CCI de Nîmes, l’agence de développement économique Invest in Gard et l’association Nucléopolis. La présence de ce groupement d’entreprises et d’organismes normands, ainsi que d’industriels, d’acteurs institutionnels et de représentants de pôles de compétitivité et clusters venant de toute la France est représentatif du fonctionnement tel que l’envisage le futur pôle : fédérer les initiatives dans le domaine du démantèlement à la fois sur un plan local, régional, national et international. La journée du 12 décembre 2013 s’est articulée autour de deux temps forts, détaillés en annexe 3 : >>  une présentation des enjeux du démantèlement nucléaire par les grands donneurs d’ordre (CEA, EDF), ainsi que par les experts en sûreté (IRSN) et en gestion de déchets (Andra), sans oublier un focus sur les activités de déconstruction dans d’autres secteurs industriels (Véolia) ; >> un travail de réflexion collective destiné à iden­ tifier les axes de travaux prioritaires pour répondre à ces enjeux. Le présent document constitue une synthèse de cette riche journée, dont les travaux vont servir à initier les premiers projets du Pôle et, partant, de la filière française du démantèlement et de la déconstruction. 5


Les premières « assises du démantèlement » tenues le 12 décembre 2013 à Laudun-L’Ardoise et Marcoule sont un véritable succès. La preuve, si besoin était, de la perception partagée par les nombreux acteurs économiques réunis à cette occasion – grands donneurs d’ordres, industriels de premier rang, PME et PMI – du très fort potentiel de développement du secteur de l’assainissement et du démantèlement. Le centre de Marcoule réunit environ 1 500 salariés CEA et a un impact très positif sur l’économie régionale, par un apport de commandes locales de l’ordre de 300 millions d’euros par an. Ses activités dans le domaine de l’énergie nucléaire couvrent principalement : une mission essentielle et pérenne de recherche et développement sur la thématique du cycle du combustible nucléaire et des déchets radioactifs, tant à la demande des pouvoirs publics (lois de 1991 et de 2006), qu’en soutien des industriels. la conduite des opérations d’assainissementdémantèlement des anciennes installations nucléaires, plus important chantier de ce type en France, ainsi que le développement des technologies associées.

6

En complément, le CEA souhaite valoriser ces expertises uniques dans le cadre du Parc Régional d’Activités Economiques Marcel Boiteux, dont la viabilisation se termine aux portes du centre de Marcoule. Ces projets de développement, suivant le triptyque « recherche-formation-industrie »,  ont pour objectif de créer de la valeur et de l’emploi et de soutenir l’activité du tissu industriel gardois bien au-delà des seuls grands groupes industriels. Le CEA va notamment créer prochainement un Institut Européen d’Hydrométallurgie (IEH) en coopération avec le monde de la recherche académique et les entreprises industrielles du secteur minier et du recyclage des métaux stratégiques. Le CEA souhaite également que sa R&D et son retour d’expérience dans le domaine de l’assainissement-démantèlement puissent être valorisés en bénéficiant du réseau d’entreprises et des structures de formation présents dans ce domaine, parmi lesquelles figure notamment l’Institut national des sciences et techniques nucléaires.


Philippe GUIBERTEAU, Directeur du centre CEA de Marcoule.

Afin de faire progresser les chantiers d’assainissement-démantèlement, d’améliorer encore la sûreté, et de diminuer les délais, les coûts et les déchets, les thématiques identifiées sont principalement : l’évaluation de l’état radiologique des installations et des sols, la réalisation d’opérations en milieu hostile, la décontamination des structures et des sols, le traitement et le conditionnement des déchets et effluents, la caractérisation des déchets et des colis. Cet enjeu est un sujet national majeur. Il a été identifié comme tel dans le cadre du Comité stratégique de filière nucléaire (CSFN), où un groupe de travail spécifique a été créé dans le domaine de de l’assainissement-démantèlement. Une réunion de ce groupe de travail s’est tenue sur le site de Marcoule le 18 juillet 2013. Le CEA souhaite que les énergies se rassemblent autour de Marcoule pour structurer une réflexion dans l’objectif de créer un pôle national, visible, de valorisation des sites industriels, autour des chantiers et des compétences uniques rassemblés à Marcoule sur : l’assainissement-démantèlement des réacteurs expérimentaux l’assainissement-démantèlement des installations du cycle du combustible nucléaire, la reprise, la caractérisation et le conditionnement des déchets. Parce que l’union fait la force, la Direction de l’énergie nucléaire du CEA, conformément à sa stratégie « de la Recherche à l’Industrie », sera toujours présente aux côtés de ses partenaires actuels et futurs, pour favoriser la structuration de l’industrie française du démantèlement, favoriser une dynamique territoriale et rendre visible ce pôle à l’échelle internationale.

7


INTRO

Et d’abord, qu’entend-t-on par démantèlement ? Adjoint au chef du Service de sûreté des transports et des installations du cycle du combustible de l’IRSN1, Jean-Pierre Carreton en donne une définition exhaustive et largement partagée. Il s’agit d’opérations, très variées et de nature différente, qui se déroulent concomitamment dans différentes parties d’installation, qui mettent en œuvre des équipements et des métiers différents de ceux de l’exploitation, et qui portent sur de longues périodes de temps. Ces opérations comprennent : >> l’évacuation des matières radioactives présentes en fin d’exploitation, >> le démontage des équipements (procédés, ventilation…), >> l’assainissement des locaux et des sols, allant jusqu’à la destruction éventuelle des bâtiments, >> le traitement, le conditionnement, l’évacuation et l’élimination des déchets. Outre les réacteurs électronucléaires de puissance, décrits par Christophe Dorier, chef du projet dé­cons­truction de la centrale Bugey1 d’EDF, le périmètre du démantèlement comprend une très grande diversité d’installations, de taille et d’ancienneté variable, que rappelle Laurence Piketty, directrice du démantèlement et de l’assainissement nucléaire au CEA : >> réacteurs de recherche (de type piscine, à neutrons rapides…), >> accélérateurs et irradiateurs, >> laboratoires, >> u  sines du cycle du combustible (usines d’enrichissement, fabrication du combustible, recyclage,…), >> installations de traitement de déchets et d’entreposage. Dans le domaine des déchets, l’adjoint au directeur industriel de l’Andra2,

8


Photo de gauche Jean-Pierre Carreton Adjoint au chef du Service de sûreté des transports et des installations du cycle du combustible de l’IRSN1 Photo de droite Christophe Dorier, chef du projet dé­ cons­truction de la centrale Bugey1 d’EDF

Frédéric Légée, fixe les grands en­jeux du démantèlement aux yeux de son agence : >> économiser le volume et la capacité radiologique de stockage, >> ouvrir de nouvelles filières, >> anticiper par une intégration de l’ensemble du processus de gestion des déchets radioactifs dès les phases d’étude du démantèlement, >> réduire la complexité et le coût du stockage >> adapter le cadre réglementaire pour promouvoir le recyclage.

Sous des vocables parfois légèrement diffé­rents, le CEA et EDF-Ciden s’en­ tendent à con­si­dérer que l’industria­ lisation du déman­tèlement passe par cinq grands thèmes d’innovation : → → → → →

l’évaluation de l’état radiologique des installations et des sols, la réalisation d’opérations en milieu hos­ tile, la décontamination de structures et de sols, le traitement des déchets (recyclage com­ pris) et des effluents la caractérisation des déchets.

Le tout dans le cadre d’un référentiel de déman­ tèlement, explicité par EDF : profes­sionnalisation du per­sonnel aux enjeux du démantèlement, stan­ dardisation et adaptation des pratiques, ainsi que des outils, généralisation de la simu­ lation selon les enjeux. L’aboutissement, ici et là, de chantiers de dé­ man­tèlement montre que, en France, la maî­ trise technologique progresse, entraînant une structuration du processus et une orga­nisation de l’industrie afférente. Toutefois, il apparaît que chaque projet constitue un pro­ totype com­ plexe et que l’hétérogénéité des opérations me­nées jusqu’à maintenant ne per­met pas la généralisation de standards d’outils ou d’ap­ pro­ches, même si des effets de série sont atten­ dus lorsqu’il s’agira d’attaquer le mar­ché des réacteurs de puissance de deuxième géné­ration. Identique au niveau mondial, ce constat résulte de l’histoire de la mise en place de la production élec­ tronucléaire, avec une dispersion des premières générations d’architectures nucléai­ res en fonction des pays et à l’intérieur même des pays. Ceci a pour corollaire une certaine volatilité des coûts opérés sur le secteur du démantèlement et, par rico­chet, un manque de visibilité dans les provisions budgétaires de la filière, comme l’a

9


Frédéric Légée, adjoint au directeur industriel de l’Andra

noté le rapport de la Cour des comptes 2012 sur les coûts de la filière nucléaire française. Au niveau industriel, l’attrait pour les marchés de démantèlement est indéniable. De grands ac­ teurs sont présents, ainsi que des sociétés très spécialisées. Pour autant la filière reste fragile du fait d’un niveau de rentabilité relativement faible. Plusieurs facteurs interviennent, parmi lesquels : >> l’importance d’opérations manuelles à faible valeur ajoutée, >> la nécessité de développer des outillages spécifiques, avec les aléas liés à leur définition et à leur mise au point. Ces développements sont souvent conduits pour un projet donné avec peu d’effet de standardisation, ce qui en augmente encore le coût. >> les risques liés aux données d’entrée (incertitude sur l’état initial). L’échelle de décision restant souvent le projet, cela limite le lancement de démar­ches inno­ vantes, puisque les assiettes d’amor­tisse­ment ne vont pas être suffisantes. On peut donc qualifier l’industrie du déman­ tèlement nucléaire comme une industrie encore en phase d’apprentissage : elle est encore peu organisée et de faible capacité, en comparaison 10

de ce qui sera nécessaire dans les décennies à venir : les marchés sont estimés à 220 milliards d’euros pour dans le monde d’ici 20304 et à près de 32 milliards d’euros pour l’ensemble du parc nucléaire français5. Cela concerne, non seulement les réacteurs commerciaux de pro­duction d’électricité, mais aussi toutes les installations du même type que celles évoquées par Laurence Piketty. Dans le domaine non nucléaire, le marché mon­ dial des sites et sols pollués (SSP) est estimé à plus de 43 milliards d’euros par an. En Fran­ ce, l’inventaire BASIAS recense à ce jour près de 180 000 anciens sites industriels et acti­ vités de service potentiellement pollués sur le territoire national, dont les modalités de réamé­ nagement n’ont pas toujours été envisagées ou conservées. En illustration de ce domaine, Pascal Houssart, directeur des démantèlements, déconstructions et valorisation du groupe Véo­ lia présente les deux grands axes de travail de son pôle : >> les sites, bâtiments et équipements fixes : friches industrielles, équipements industriels, ponts … >> l es moyens de transport en fin de vie : bateaux, matériels roulants (wagons, camions…) et volant. Dans certains cas, la similitude entre dépollution radioactive et chimique peut être forte, comme en témoigne le chantier réalisé sur le site orphe­ lin d’Isotopchim (04). Les présentations des Grands Témoins sont dis­ po­nibles sur le site des Assises. Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. 2 Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs. 3 Centre d’ingénieriedéconstructionenvironnement. 4 Source : Arthur D. Little. 5 Rapport de la Cour des comptes, janvier 2012. 1


Photo de gauche Laurence Piketty, directrice du démantèlement et de l’assainissement nucléaire au CEA Photo de droite Pascal Houssart, directeur des démantèlements, déconstructions et valorisation du groupe Véo­lia

11


L’arrivée en masse d’installations en fin de vie engage à réfléchir sur ce que pourrait être un modèle indus­triel du démantèlement, au sens d’une filière offrant des activités porteuses de sens pour la société et le dé­ve­ loppement des territoires et créatrices de valeur pour les entreprises qui s’y engagent. L’atteinte de cet objectif suppose : >> de prendre en compte toutes les phases techniques comme participant d’un même processus, >> d’introduire une grande variété d’innovations tout au long de la mise en œuvre de ces différentes phases, en ayant conscience que la plupart sont liées entre elles (influence réciproque entre innovation technologique, réglementaire, contractuelle…). Cette approche globale est illustrée dans le schéma ci-contre, en considérant qu’un projet de déman­tèlement a pour objet la transformation d’une installation en flux de déchets.

12


Un projet de déman­tèlement a pour objet la transformation d’une installation en flux de déchets

INNOVATION ORGANISATIONNELLE

INNOVATION TECHNOLOGIQUE

INNOVATION PARTENARIALE ET CONTRACTUELLE

PROCÉDÉS DE TRANSFORMATION traitement, décontamination, découpe, conditionnement

CONTÔLE QUALITÉ PRODUITS caractérisation déchets et état final

CONTRÔLE MATIÈRES PREMIÈRES caractérisation état initial

INNOVATION RH

CONTRÔLE EN LIGNE / PILOTAGE contrôle « mise au gabarit » radiologique et physique

INNOVATION MARKETING

INNOVATION RÈGLEMENTAIRE


Innovation organisationnelle

(standards, processus, mé­­thodes, process) >> Cartographier les structures et acteurs du démantèlement (de 1er et 2nd rangs), créer un annuaire >> Favoriser la standardisation des équipements (porteurs, bras, découpe…) >> Prendre totalement en compte la gestion des déchets dans le montage des scénarios. Mettre en place une filière de recyclage des métaux et bétons >> Standardiser les cahiers des charges techniques (grille de lecture unique, simplification des modes de contractualisation) >> Élaborer des référentiels, des méthodes standardisées ; standardiser et adapter les pratiques selon les enjeux (EDF) >> Mutualiser des équipements (par exemple sous la forme de magasins d’outillage communs) >> Mutualiser des fonds. Mettre en place un « guichet unique » d’ingénierie financière (aide au montage de dossiers, « alliancing »…), voire un guichet dédié à l’A&D. Im­por­­tance des fonctions « support », a fortiori dans une démarche internationale >> Faire des achats groupés

CARTOGRAPHIER, STANDARDISER, MUTUALISER

Innovation par­tenariale et con­trac­­tuelle Redéfinir la relation donneur d’ordre / sous-traitant pour « co-construire » l’expression du besoin >> F  aire évoluer les règles des achats publics. Dans les appels d’offres, donner la priorité à la technique (ainsi qu’à l’expérience et à la proximité) sur le financier >> Généraliser la recherche collaborative (partage des risques) >> Rémunérer « au bon niveau » les dialogues compétitifs (encouragent 14

Cartographier les structures et les acteurs du démantèlement (de 1er et 2nd rangs).


CO-CONSTRUIRE ET PARTAGER LES RISQUES

employer et mieux intégrer la part de risque qu’ils comportent. >> Gérer les chantiers en fonction de la disponibilité des compétences

Favoriser une meilleure connaissance des « règles du jeu »

Innovation partenariale et contractuelle en généralisant la recherche collaborative (partage des risques)

les idées et la prise de risque) ; établir une continuité entre R&D coopérative et marchés ultérieurs (certains travaux de R&D confiés à des entreprises aboutissent à des marchés… qui sont confiés à d’autres entreprises) >> Alléger les APS pour être moins directifs et permettre la créativité >> Mettre en place des groupes de travail techniques donneurs d’ordre / sous-traitants (les prestataires n’ont souvent face à eux que des acheteurs, des commerciaux) >> Mieux définir les appels d’offres : ils sont parfois trop larges, ce qui pénalise les petites entreprises. Augmenter la lisibilité de certains points pour anticiper les ressources à

>>  Mettre à disposition des opérateurs (par exem­ple dans les marchés) les conditions de travail propres au donneur d’ordre, ainsi que les con­ditions réglementaires >> Mettre en visibilité, « on line », les marchés de DEM existants >> Favoriser le partage de REX et de connaissan­ ces (par exemple sur l’historique des installations, sur les raisons d’arrêt de certains chantiers ou encore sur des scénarios) >> Faire plus d’études en amont pour fiabiliser les données d’entrée (problème fréquent dans les contrats avec obligation de résultats) >> Auditer les besoins des grands donneurs d’ordre >> Assurer une large diffusion des thèses sur l’as­sai­nissement / démantèlement

Innovation techno­logique Établir une cartographie des technolo­ gies (base de données) : >> Existantes et utilisées : notion d’Annuaire >> À créer, en réduisant les délais entre l’idée et sa mise en œuvre >>  Existantes mais non utilisées (« sur étagères ») => structure de transfert de technologie et valorisation

Faire de la veille (notamment en robotique) et l’exploiter

15


Domaines d’innovation : >> C  ontamination / décontamination : carto­ gra­ phie, analyses procédés, approches d’optimisation, techni­ ques améliorées de sé­pa­ration des éléments contaminés / non con­taminés, procédés (et filières) de dé­con­ ta­ mination/traitement de déchets souillés SMR >> Outils de simulation 3D pour définition de scénarios et optimisation des coûts (EDF) >>  Moyens de caractérisation (notamment alpha), Mesures non destructives, Moyens d’analyse à distance (mesure et prise d’échantillons) et in situ (pour adapter les contraintes d’intervention et classer en temps réel les déchets) >> Appareils ou outils d’analyse de 1er niveau sur les radioéléments présents dans les circuits ou les sols (EDF) détection de la contamination dans les gaines de ventilation (IRSN) ; mé­tho­des de caractérisation radiologique des sols avec résultats directs (EDF) >> Moyens d’identification de la présence ou non d’amiante et de sa nature (EDF) >> Moyens mobiles et adaptables de conduite des opérations (EDF) Outils portables et minia­turisés, petits robots, Outils éventuel-

RÉDUIRE LES DÉLAIS ENTRE L’IDÉE ET SA MISE EN OEUVRE

16

lement jetables (« one shot ») >> P  rocédés de découpe adaptables selon les piè­ces à découper (EDF) >> Procédés d’assainissement des sols (EDF) >> Capteurs, RFID, électronique durcie >> Moyens de tri des déchets >> Procédés de conditionnement mobiles des déchets type résines, boues et graphite (EDF) >> Filières internes de recyclage des déchets (métaux, bétons), par exemple pour fabrication de colis, protection biologique ou comblement de corps creux (EDF) >> Traitement de l’amiante et du graphite (EDF) >> Catalogue plus large de colis avec agrément transport (EDF)

Développer la fertilisation croisée : >> aller vers d’autres marchés (déchets spéciaux) >> aller voir ce que font les autres (spatial, dro­ nes, sous-marins…) >> nucléariser des outils standards du commerce.


CONNAITRE LES RÈGLES POUR LES DÉPASSER ET VOIR PLUS LOIN

RÈGLEMENTS RÈGLEMENTS - TOME 2

RÈGLEMENTS - TOME 3

RÈGLEMENTS - TOME 4

Innovation réglementaire Développer la veille, pour anticiper sur l’application des textes et sur les formations en découlant.

Harmoniser les habilitations, agré­ments et formations réglementaires. >> A  ugmenter la participation des donneurs d’ordre au financement des formations lour­des, chères et disparates entre opérateurs >> Obliger les donneurs d’ordre à prendre en charge certaines formations (par exemple sur les spécificités radiologiques).

Effectuer du lobbying réglementaire (en lien étroit avec le développement d’outils plus précis de caractérisation) : >> s ur la question des seuils libératoires (EDF : définir un standard sur le seuil, selon l’usage industriel visé à terme, et les études d’impact associées / Andra : adapter le cadre réglementaire pour promouvoir le recyclage). >> s ur la réglementation des entrées et sorties de matériels (frein à la mutualisation et à la réutilisation des matériels) >> sur les agréments >> s ur la possibilité de pré-conditionner certains déchets sur sites de production (à voir avec Andra)

17


C O M P E T E N C E S U X C R P O E E F R E M U N E R A T I O N S C E E E T P R E T S E M P I S B R A N C H E T E O I T E R U A I U N U C L E A I R E L O R C I N D E M A N T E L E U R S S T D E M A N T E L E M E N T

Innovation RH Améliorer la connaissance des métiers

Améliorer l’évaluation des besoins en formation, en qualification et en volume, et mettre en place les formations correspondantes.

>> C  artographie des compétences / métiers (base de données), y compris par niveau d’expérience (pyramide des âges). >> Bien lister les secteurs en difficulté (métiers en tension) : mécanicien, concepteur, ventilation, spécialiste en radioprotection, sûreté, experts en encadrement, bureaux d’études nucléaires, OS en chaudronnerie et soudage…. Ainsi que les métiers sur lesquels les spécialistes sont trop peu nombreux (par exemple traitement des gaz et effluents)

Développer la Formation >> C  réer un métier du « démanteleur » ; professionnaliser les opérateurs, par formation initiale ou délivrance d’une habilitation (EDF) >> Améliorer l’évaluation des besoins en formation, en qualification et en volume, et mettre en place les formations correspondantes (initiales, diplômantes et internes). Il y a déjà beaucoup de formations existantes, dans les Universités et les Ecoles d’ingénieurs, mais elles ne sont pas forcément adaptées : il faudrait les simplifier, les standardiser, les coordonner. >> Former les sous-traitants mais aussi le personnel des donneurs d’ordre (certains chefs de projet ne sont pas assez compétents) >> Développer le compagnonnage (mixer les équipes « anciens / nouveaux » ),

18


mettre en place de petits ateliers de formation internes (nourrir la base technique de formation), financer un travail de maintien des savoirs par des séniors >> Développer l’apprentissage (ce qui suppose de baisser l’âge d’accès au travail en milieu nucléaire) et développer la formation au poste de travail, au plus près des sites de démantèlement (ce qui suppose un réel appui dans l’accueil des étudiants) >> Mener en parallèle le développement des techniques et la montée des niveaux de compétences (par exemple en robotique) >> Adapter au nucléaire certaines compétences classiques. Spécialiser en nucléaire les formations en robotique (« super-utilisateurs ») >> Développer des ressources pluridisciplinaires pour combler les « trous » (la gestion des arrêts de chan­tiers entraîne des surcoûts)

Structurer l’organisation de la profession >> Mettre en place une branche professionnelle spécifique du démantèlement >> Résoudre la question de la mobilité et du fort turn-over dans certains métiers : améliorer les rémunérations (mais comment faire dans un secteur fortement concurrentiel ?), mettre en place une charte de bonne conduite entre opérateurs (éviter le débauchage chez le voisin).

Innovation marketing >> B  reveter chaque fois que nécessaire et valoriser à l’international >> Mener des actions de promotion du DEM et de ses métiers (notion de « vitrine ») ; mettre en valeur les outils modernes (simulation, robotique) >> Lancer des « concours d’idées » avec financement à la clé >> Labelliser certaines actions (« DEM in France »)

BREVETER CHAQUE FOIS QUE NÉCESSAIRE ET VALORISER À L’INTERNATIONAL

19


Brainstorming gÊant lors des ateliers de l’après-midi.

20


Conclusion

La lecture des pages précédentes illustre la richesse des échanges qui se sont déroulés, sans tabou ni détour, tout au long de la journée du 12 dé­ cembre 2013. S’en dégagent trois idées majeures :

La réflexion autour de ces projets concrets sera au cœur des 2ndes Assises qui se dérouleront le 2 décembre 2014 dans le Gard rhodanien.

 es voies de progrès ne pourront émerger que d’une approche L collaborative entre toutes les différentes parties prenantes : les donneurs d’ordre et intervenants industriels, mais aus­ si les organismes de recherche et de formation, les territoires et toutes les structures qui œuvrent en faveur du développe­ ment économique (associations, pôles de compétitivité, clus­ ters…). Bien-sûr, les entreprises restent concurrentes, mais l’idée émerge d’un passage de la compétition à la « coopétition » !

 ’innovation n’est pas que technologique, elle est aussi contrac­ L tuelle et règlementaire, et embrasse des champs tels que la gestion des compétences, la standardisation des méthodes, la mutualisation des moyens… La largeur du spectre est telle qu’elle ne peut que favoriser les approches collaboratives.

 ne équipe de France du Démantèlement compétitive, pérenne, U fertilisant les territoires et remportant de nombreux succès à l’in­ ternational, ne pourra naître que d’une fédération des initiatives et d’une synergie entre les différents pôles et organisations engagés sur ces sujets.

Le pôle PVSI entend jouer un rôle majeur dans la concrétisation de ces idées, en se concentrant au plus vite sur les actions de formation et sur la création d’un Institut d’industrialisation des procédés, ouvert à tous ceux qui partagent les mêmes objectifs. La réflexion autour de ces projets concrets sera au cœur des 2nde Assises qui se dérouleront d’ici la fin de cette année dans le Gard rhodanien. Vous y êtes déjà conviés et nous vous y attendons encore plus nombreux qu’en décembre dernier !

21


ANNEXE 1

22

SOCIETE Prénom ACPP GROUPE CTI Grégory ACPP LAUDUN Grégory

NOM BARAS SAMUYLLO

AERGON

Florent

DIAN

AFX INGENIERIE AGALMA Conseil AGGLOMERATION DU GARD RHODANIEN AGGLOMERATION DU GARD RHODANIEN AGGLOMERATION DU GARD RHODANIEN AGGLOMERATION DU GARD RHODANIEN AGGLOMERATION DU GARD RHODANIEN

Alain Bruno Michel

FELIX DAL PALU BARGETON

Poste Direction Technico Commercial RA Responsable d'Affaires Directeur Opérationnel Gérant Gérant Chef de Service

ACTEMIUM-ISDEL AERGON

ICHÉ AUBERT

Mathieu

GRIVOLAS

Chef de Service AREVA - MELOX

Régis

FAURE

Lionel

PERES

AREVA - MELOX AREVA NC

Jean-Marc Henri

LIGNEY JORDAN

Jean-Christian

REY

Directeur du Pôle Développement Economique Président

ASSYSTEM ASSYSTEM EOS

Emmanuel Pierre Henri

ARNOULT GIORDANO

Serge

VERDIER

ASTERALIS ATR INGENIERIE

gérard Jean-François

CERDAN BANTI

AISCO AJR Conseil AJR Conseil AKKA ALFADIR

Arnauld Jean-Pierre Joseph Jenny Lionel

LAFFAILLE BIAUDIS ROUSSEL WENZO MISSE

ATR INGENIERIE BATIR CONSEILS BEC

Vincent Christophe Jean-Christophe

PAILHON FOURNIER TALOUD

BLASTRAC BOCCARD

Patrick David

ALTRAN

Yoan

BAIZET

Laurent Vincent

BASTIDE GAUTIER

AMESYS BULL

Christian

CHORDI

BOUYGUES CONSTRUCTION SERVICES NUCLEAIRES BRGM BUREAU VERITAS BUREAU VERITAS

Gilles

Altran ALTRAN

ANDRA

Frédéric

LEGEE

BUREAU VERITAS

Julien

ANTEA GROUP

Ludovic

LOREAU

Vice-Président en charge du développement économique Chargé de Mission Ingénieur Conseil Président Ingénieur d'Affaires Directeur Technique et Commercial Responsable des Opérations Energie Méditerranée Commercial Responsable Commercial Directeur Commercial Energie et Industrie Adjoint au Directeur Industriel Ingénieur de Travaux Environnement Responsable Pôle Environnement Technicien environnement Chargé d'Affaires

CAP EMPLOI CAPRISK

Ali Florence

CARRIERE ROMAINE DE ROQUEMAILLERE CAVENDISH NUCLEAR

Guillaume

GRANDCHAMP BESNIER Responsable des Ventes MONSIFROT Directeur du Pôle Démantèlement, Déchets & Maintenance ROY Directeur Adjoint BALLION JAMES Assistante Agence | Correspondante SSE | Chargée Commercial et Marketing MONTEREALE Chef de Service Exploitation IVS SAIDI Conseiller Emploi METRAL Responsable Comercial ALLIER Gérant

Béatrice

CHVEIKINE

Pierre-Henry Rémi

ANTEA GROUP

Franck

MAURIN

ANTEA GROUP

Alexis

SADOK

APAVE SUD EUROPE

Céline

BATAILLE

APAVE SUD EUROPE APAVE SUD EUROPE APAVE SUD EUROPE APAVE SUD EUROPE APIS RESEAUX ARDATEM ARDATEM ARDATEM AREVA

Philippe

CAUSSE

Chef d'Agence

Michele

DEBRET

Grands Projets

Younick

LE DREN

Chef d'Agence

Christian

MASSON

Xavier Jean-Noël Georges Loïc Lionel

GRIMA GOMEZ GRAND LOPEZ-PENA BEC-ESPITALIER

Manager EssaisMesures Responsable Directeur d'Agence Chargé de Client Chargé de Client Responsable Adjoint Cellule Prospective NucLab Responsable Communication Externe Directeur Directeur Projets Site Directeur Technique Responsable Démant Etudes et Ingénierie Directeur d'Etablissement Ingenieur d'Etudes Gérant Responsable Activités

Stéphane Laurent Martine

Chargée de Mission


CAVENDISH NUCLEAR CCI ALES

Arnaud

MICHELLE

Marc

BRACHET

CCI ALES

Maxime

DARDALHON

CCI ALES

Dominique

FACELINA

CCI ALSACE CCI ALSACE CCI DE NÎMES CCI DE NÎMES

Eric Aurélie Henry Jessy

BONNIN ROBERT DOUAIS FAVARI

CCI DE NÎMES

Mathieu

LEMALE

CCI DE NÎMES

Valérie

SALLEY

CCI MARSEILLE PROVENCE CCIT BEZIERS

Jean-Luc

ALLOUCHE

Vincent

ETIENNE

CEA CEA

Christophe Vincent

BEHAR BLET

CEA CEA

Olivier Marie-Paule

DUGNE ELLUARD

CEA CEA CEA CEA

Dominique Christine Cyril Laurence

FERREBEUF GEORGES MOITRIER PIKETTY

CEA

Yves

SOULABAILLE

CEA CEA CADARACHE CEA INSTN CEA MARCOULE CEA MARCOULE

Bernard Jean-Claude Marie-Hélène Frédéric Cédric

VIGNAU TEMPLIER HENGE CHARTON GARNIER

CEA MARCOULE CEA MARCOULE

Philippe Michel

GUIBERTEAU TACHON

CEA MARCOULE

Magali

VACHER

CEGELEC CEM Bruno NUCLEAIRE CEGELEC Frédéric NUCLEAIRE MAINTENANCE CEGELEC SUD-EST Lionel

BONHOMME

CERALEP CERALEP

Daniel Pascal

CERALEP

Xavier

ASSELOT COSTE-CAREYRE LABAT

CERALEP

Laurent

REGIS

CEREZA CHAMPALLE CIDN

Hervé François François

PERRIEN RENARD RIBES

PALISSE

LELARD

Directeur Energie France Conseiller Innovation International Responsable du Pôle Industrie Innovation International Responsable Pôle Emploi-Compétences

CCI de Nîmes Directeur Adjoint Implantations et Grands projets Chargé d'Etudes Grands Projets Responsable du Relais de Bagnolssur-Cèze Chef de Projet Responsable Service Accompagnement des Entreprises Directeur Chef de Service déconta du DTCD Ingénieur DEN/DADN : Chef de programme « Installations de Service Nucléaire » Chef de Programme Chef de Cellule Directrice de l'Assainissement et du Démantèlement Nucléaire Chef de Labo & Chef de Projet Responsable DPAD Responsable Projet Chef d'Unité Chef de Laboratoire Responsable Communication Directeur Chargé de Mission Enseignement / Expert senior CEA Démantèlement Service Communication Responsable Commercial Responsable d'Exploitation Directeur Commercial Directeur Général Direction Responsable d'Agence Chargé du Développement Commercial Senior manager Chairman-CEO Gérant

CIMAT

Raphael

LABESSEDE

CIMAT

Vincent

RANDE

CLEMESSY CLEO CMI MUON CMI SERVICES

Xavier Bruno Aldo Christophe

BROUILLARD MILHAUD GRESSANI POTIER

CMI SERVICES

Patrick

CNRS - LIRMM COFELY ENDEL

Marc Eric

COFELY ENDEL

César

COFELY ENDEL

Cécile

COFELY ENDEL COFELY ENDEL GDFSUEZ COFORMANCE CONSULTING COMPART SAS CONSEIL GENERAL DU GARD CONSEIL GENERAL DU GARD CONVERGENCE INGENIERIE CORREGE SERVICES CSSI

Jean-Louis Jacky

Responsable d'Agence Responsable Pôle Projets Responsable ATMI

Michel

Directeur Technique Directeur Commercial TEYSSIER Business Development GOUTTEFARDE Chercheur CHEVALIER Directeur Région Nucléaire COURBIS Responsable Comemrcial Nucléaire LALOUETTE Directeur Délégué des Activités AREVA CEA ROBERT PONGE Responsable d'Antenne VALENTIN

Jean Damien

SAUTTREAU ALARY

Chantal

MOUCHET

Christian

SOULIER

Frédéric

JOURDAN

Directeur

Pascal

CSTI INDUSTRIE CSTI INDUSTRIE CTMB CYBERNETIX

Yves Nicolas David Frédéric

AUBERT CORSELLE BALLESTRIN BRIONES

CYBERNETIX

Gilbert

TERRY

CYCLONIT CYLCIUM D&S DEMATHIEU ET BARD DERICHEBOURG DERICHEBOURG SERVICE INDUSTRIES DERICHEBOURG SERVICES INDUSTRIES DERICHEBOURG SERVICES INDUSTRIES DERICHEBOURG SERVICES INDUSTRIES DIRECCTE LR DIRECCTE LR DIRRECTE LR

Aurélien Jacques-Olivier Julien Denis

BALLIER GARDA FEJA DEFARGUES

Roger Laurent

DOUMERGUE DUBOIS

Responsable Commercial & Avant vente Directeur Directeur Directeur Directeur Commercial Division Nucléaire & Défense-Sénior Manager Président Chargé de Mission Directeur Général Directeur du Développement Chargé d'Affaires Chargé de Projet

Franck

DEGRUTERE

Responsable Pôle Développement

Thierry

LE ROUX

Directeur Général

GUY

VEIDIG

Directeur Commercial

Christian Didier Corinne

NEGREL POTTIER BERBEYER

EADS ASTRIUM EADS ASTRIUM EAI INGENIERIE EC COMMUNICATION

Christophe Blaise Mario Philippe

Président Président

Chargé de Mission Directeur Adjoint Chargée de Mission Innovation Pôle compétitivité TIC FONGARLAND Ingénieur en Chef HOUVINE SANGUINETTI Directeur BROCHE Directeur Général

23


24

ECA ROBOTICS

Thierry

GODER

EIFFAGE ENERGIE Dominique EIFFEL INDUSTRIE Jean-Christophe

LEBEAUPIN BLEHAUT

EIFFEL INDUSTRIE Michaël

CLUA

EIFFEL INDUSTRIE Mathieu

SOLACROUP

EIFI EKIUM EKIUM

Marc Jérôme Christophe

COLARD MARTIN ZAIA

ELAN DEVELOPPEMENT ELAN DEVELOPPEMENT EMK ENERGIC ENERGIC ST 52 55 ERDF ERMES ESSOR ESSOR ETS BAURES EUROSCRIPT EUROSCRIPT EUROSCRIPT EUROTRANS CONSULTANTS EVORA FADILEC FIMATEC INGENIERIE FIMATEC INGENIERIE FONDERIE DE GENTILLY GCC GEOMETAL GETINGE LA CALHENE GIIN GROUPE CAPELLE

Florence

BENETEAU

Directeur Commercial Nucléaire Chargé d'Affaires Chargé d'Affaires Directeur Général Responsable d'Exploitation Directeur Délégué Gard Directeur Développement Territorial Chargé de Mission Relations Institutionnelles et Environnement Chef de Projet Déconstruction Bugey 1 Responsable Activité Directeur Commercial Directeur Directeur du Développement Responsable du Pôle Nucléaire Coordinateur du pôle nucléaire Directeur Technique Chargé d'Affaires Responsable Commercial Directrice

ECIA ECIA ECIA ECIA

Jérôme Christian Pascal Stéphane

CAMEL CAPDET MOREL RENAUD

ECLIPS ECTI EDF

Philippe Yves Frédéric

ROBINET BONNET LAULAN

EDF

Vincent

RENOUARD

EDF-CIDENT

Christophe

DORIER

EGI

Jean-Louis

LETELLIER

EIFFAGE ENERGIE

Francis

CROUVEZIER

Vincent

FORTEA SANZ

Chargé d'Etudes

Laurent Florence Nadia Philippe Guillaume Thibaut Sébastien Ludovic Marie-Claire Jean-Philippe Lada Christian

SALMERON HUTIN OBARA ANTOINE VIALA DEJAVDAN SOULIER TAVERNIER de CASLOU ARDELLIER IMBERT LAUREEN DUHAUT

Directeur Directrice Gérante Directeur Gard Gérant Ingénieur d'Affaires Ingénieur d'Affaires Directeur Chef de Projet

Claude Didier Philippe

FRANCOIS FARIGOULE AGNIEL

GROUPE CTI

Stéphane

IAS INGENIERIE IMEX INCITIUS SOFTWARE INEO ANC INEO ANC

Florian Jean-Claude Laurent

Gérant Direction Responsable d'Agence CHEVREAU Responsable Développement GUILLAUMEAU Directeur Technique et Commercial PEPIN BRES Gérant KERVOERN Ingénieur Commercial CUDELOU Déléguée Générale CAPELLE Président du Directoire PLE Direction commerciale EYBRALY Gérant FAMIELEC D'AMICO Directeur Général

Habib Philippe

CHALAOUCHI CHAUSSINAC

Cédric Philippe Bernard Patrick Samuel Céline Jean-Daniel

Directeur d'Agence

INEO ANC INGEDIA INGEDIA INGEROP CONSEIL ET INGENIERIE INVEST IN GARD INVEST IN GARD

Sylvain François Sébastien Bruno

GIRY LALLEMAND MICHIELS PERNOT

Philippe Florent

VIALLA VIANNAY

INVEST SUD DE France IRSN

Agnès

TIXIER

Jean-Pierre

CARRETON

ITS FUSION

Françoise

BLAYAC

ITS FUSION IUT DE NIMES LATECOERE SERVICES LAUDUN-L'ARDOISE LE MATERIEL DE SONDAGE LEON GROSSE

Jean-Marc Jean-François Michel

DECUC DUBÉ RODRIGUES

Patrice

PRAT

Député-Maire

Jérôme

XAVIER

Andréa

BEGO GHINA

Chargé d'Affaires SET Responsable Agence Marcoule Président Chargé d'Implantation d'Entreprises Directrice Générale Adjoint du Chef du Service de Sûreté des Transports et des Installations du Cycle du Combustible Assistante Commerciale Président Directeur Agence

LES MINES D'ALES Cédric

TESTANIERE

LIRMM MAINTENANCE SERVICE ENVIRONNEMENT MAISON DE L'EMPLOI DU GARD RHODANIEN MAISON DE L'EMPLOI DU GARD RHODANIEN MGS MILLENNIUM MILLENNIUM

André Cécile

CROSNIER Franc

Expert Radar de Structures Directeur du Développement et de la Diversification Responsable Pédagogique- Option Nucléaire Professeur Chargé d'Affaires

Solen

FOURQUIN

Chargée de Mission

Olivier

RUAULT

Chargé de Mission

Laurent Bernard Célia

LE GUINIO BACONNIER BARBEAU

MILLENNIUM MILLENNIUM

Guillaume Roger

BATTESTINI MICHEL

MILLENNIUM

Sébastien

SCHMITT

NFM TECHNOLOGIES NUCADVISOR

Alban

GOURRET

Rosemarie

ATABEK

NUCLEAR ADAPT

Romain

SUEUR

NUCLEI - CCIR NORD NUCLEOPOLIS NUCLEOPOLIS NUKEM TECHNOLOGIES GMBH NUVIA France NUVIA TRAVAUX SPECIAUX NUVIA TRAVAUX SPECIAUX O.T.N.D AGENCE INGENIERIE

Nathalie Serge Stéphane Jörg

BRAURE BARBRY Bouffard BRESSON STUDENSKI

Président Gérant Responsable d'Agence Chef de Projet Responsable Technique Chef de Projets / Responsable Technique Responsable Agence Sud Est Expert, Decommissioning & Dismantling & Waste Management Président / Ingénieur chercheur électronique Animatrice Nucléi

Laurent Christian

QUERITE BRINGER

Sylvie

LANTHEAUME Chargé d'Affaires

Christophe

ASTIER

Président Directeur Responsable d'Affaires Ingénieur Chef de Projet


O.T.N.D AGENCE INGENIERIE O.T.N.D AGENCE INGENIERIE ONET TECHNOLOGIES OREKA SUD OREKA SUD

Jérôme

GANIDEL

Didier

METRAL

Maxime

MICHEL-NOEL

Luc Romain

ARDELLIER BREVOT

OREKA SUD OREKA SUD OREKA SUD OREM-ASTRE

Claude Cécile Lawrence Baptiste

RODI TOPORENKO WHARMBY AUTIN

PHIMECA

Joelly

VANNIER

PNB POLE RISQUES

Claudia Jean-Michel

ROCHE DUMAZ

PRECI PROTEM

Serge Lionel

CRESPY COURTIAL

RAZEL BEC

Rémy

JENNEPIN

REEL

Jean

BURY

REEL

Didier

SARRO

REEL REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON ROBATEL INDUSTRIES ROBIN

Philippe Christian

TILLET BOURQUIN

Bruno

GARDE

Vincent

PORTNER

Aurélien

ROBIN

ROUMEAS

Jacky

GAUTIER

ROUMEAS

Jean-Baptiste

JACQUET

ROUMEAS

Jean-Marc

ROUMEAS

SALVAREM SALVAREM SARL PROMIMMO SCoT du Gard Rhodanien SEGULA

Bruno Rafael Jean-Raymond Claire

AGRET TERueL AMBROSINO MADELAINE

Eddy

MOREL

SEGULA ENGINEERING & CONSULTING SELE SELE

Eric

LAURENT

Francis Louis

SEMATEC SERES TECHNOLOGIES SMTS SMTS SNEF

Laurent Damien

DA COSTA DECHARENTENAY DUNY BROUSSOUX

Daniel Gérald Michel

CANAUD TAILLEU HERRADA

SNEF

Stéphane

LE MAO

SOCODEI Jean-François SOGETI HIGH TECH Michel

RIVES GUIGA

SOGETI HIGH TECH Thierry

JUSTICE

Directeur Commercial Président Chargé d'Affaires Ingénieur Expert

Responsable d'Agence Chargé du Développement Chargé de Mission Chargé de Mission Sécurité Co-Gérant Responsable Commercial Adjoint au chef de centre Responsable du Développement Commercial Responsable Agence

SOMEZ

Wilfrid

BALMER

SPACIOTEMPO

Valérie

REYMOND

SPIE DEN SPIE DEN

Arnaud Benoît-Pierre

CERE MARC

SPIE DEN SPIE NUCLEAIRE

Jean-Philippe Florent

PEISSEL JEANSON

START PEOPLE

Aurélien

ROBIN

STÄUBLI RACCORD Jérémy FRANCE STMI Franck

ORTILLON

STMI

Alain

COCHET

SYSTHEIA SYSTHEIA TECHNI'MAT INDUSTRIE TECNALIA France

Stéphanie Sylvain Patrick

DHOMBRES GUARY SCORSONE

Cédric

BARADAT

TRANSFERTS LR

Jean-Daniel

WOIRHAYE

CHARRASSE

UPE30 / MEDEF Eric VENETRANS Claude VEOLIA PROPRETE Pascal

GIRAUDIER ROUX HOUSSART

VKP Sophie VOIX OFF COMMU- Sarah NICATION WESTINGHOUSE Thierry

GLOAGUEN DAMANE

WESTINGHOUSE / Josselin ASTARE WESTINGHOUSE / Thomas ASTARE

GILLOT

Président Chargé de Projets Déchets Directeur d'Agence Responsable d'Agence Directeur Commercial Responsable du Bureau d'Etudes Président-Directeur Général Chargé d'Affaires Directeur Régional Dirigeant Directrice

ALLEGRINI

MARTY

Directeur Opérationnel Responsable de Marché Industrie Sud est Chef d'Agence Responsable d'Affaires Responsable Commercial Responsable d'Agence Coordinateur Nucléaire France Responsable Cellule Etudes Responsable Commercial Division DPE DGD Gérant Directeur Technologique Conseiller Technologique Président Gérant Directeur des Démantèlements et Déconstructions Responsable Qualité Chargée de Développement Responsable Démant Directeur Général Responsable commercial

Directeur Branche Energie Directeur d’Agence / Responsable Régional Directeur Régional Directeur d'Agence Gérant Directeur de Site

Responsable Activité Responsable Agence Directeur Conseil et Management de Projet Directeur Conseil Sud-ouest

25


ANNEXE 2

Le centre CEA de la Direction de l’Energie Nucléaire de Marcoule : au cœur des enjeux du démantèlement.

Contact Dominique Ferrebeuf Conseiller auprès du Directeur CEA Marcoule T. 04 66 79 52 96 dominique.ferrebeuf@cea.fr

26

Avec environ 1 500 salariés dont 700 ingénieurs-chercheurs dans une trentaine de laboratoires, le CEA a fait de Marcoule son site de référence pour les recherches sur le cycle du combustible nucléaire (traitement et recyclage des com­ bustibles usés et gestion des déchets radioactifs, cycle du combustible pour le nucléaire de 4ème génération). Les activités de l’établissement comprennent également la maîtrise d’ouvrage d’un vaste programme de démantèlement des anciennes installations du site : réacteurs G1, G2, G3, usine de retraitement UP 1 et ses ateliers, l’Atelier Pilote de Marcoule (APM),… Il s’accompagne d’opérations de reprise et de conditionnement de déchets anciens. Dans les années à venir, le CEA débutera l’assainissement-déman­ tèlement du réacteur PHENIX, et des réacteurs CELESTINS. L’ensemble des opérations d’assainissement-démantèlement menées sur le site de Marcoule représente de l’ordre de 300 millions d’euros de dépenses par an. Enfin, les équipes du CEA Marcoule assurent le pilotage opérationnel des chantiers de démantèlement situés sur les centres civils du CEA : Fontenay-aux-Roses, Cadarache, Saclay et Grenoble qui vient de se terminer ; L’objectif de la direction de l’Energie Nucléaire du CEA est de valoriser au profit des industriels la R&D qu’elle mène et le retour d’expérience acquis dans le domaine de l’assainissement et du démantèlement.


Retrouver toutes les prestations proposées par la CCI Nîmes sur www.nimes.cci.fr. Contact Jessy Favari Directeur Adjoint Implantations et Grands projets T. 04 66 879 639 jessy-favari@nimes.cci.fr

Contact Patrick Scorsone - Président T. 04 66 879 809 contact@cyclium.fr www.cyclium.fr

La CCI Nîmes, présidée par Henry Douais, soutient le déve­ loppement des entreprises de la filière nucléaire à travers 3 offres : 1) L’offre « Innovation » d’INNOV’UP, rassemblant l’incubateur technologique de l’Ecole des Mines d’Alès et le Centre Européen d’ Entreprise et d’Innovation de la CCI Nîmes, 2) L’offre « Industrie » de FORMEUM, le centre de formation professionnelle continue de la CCI Nîmes, 3) L’offre « Compétitivité des entreprises industrielles » : développement commercial, innovation, international, investissement, développement durable,… La CCI Nîmes participe activement à la co-construction du projet structurant de valorisation de sites industriels (PVSI) et apporte un soutien opérationnel & financier à l’association CYCLIUM Nucléaire et Technologies. La filière du nucléaire est un enjeu pour l’industrie française, et le démantèlement nucléaire, un chantier d’avenir dont il faut structurer et professionnaliser l’offre « France». Avec la CCI Nîmes, c’est l’ensemble du réseau CCI de France qui mobilise ses ressources dans cet objectif.

« Nous représentons des entreprises installées sur le Gard Rhodanien et intervenant dans les filières nucléaires et tech­ nologiques auprès des grands donneurs d’ordres. » En 3 ans, nous avons fédéré 38 entreprises d’ingénierie, de tra­vaux, de maintenance et de services généraux représentant 2 400 collaborateurs pour un chiffre d’affaire cumulé de 240 M€. Rôles et Missions : Promouvoir et développer le savoir-faire des entreprises locales ; Favoriser les relations inter-entreprises ; Être un partenaire privilégié des donneurs d’ordre et des décideurs locaux et nationaux ; Valoriser en terme d’image la filière nucléaire régionale voire nationale ; Maintenir et accroître les emplois sur le territoire ; Maintenir et accroître l’activité de ses membres ; Accompagner nos adhérents à ce qu’ils devront être demain. Nous sommes fiers de co-organiser ces premières Assises et de construire tous ensemble le projet PVSI. Venez nous rejoindre : Réunissons nos énergies !

27


Par ses compétences et ses services de développement, l’Ag­glo­mération du Gard Rhodanien œuvre pour renforcer l’attractivité de son territoire en favorisant l’implantation, le dé­veloppement et le soutien aux entreprises.

Contact Lionel PERES - Directeur du Pôle de Développement Économique T. 04 66 79 38 08

Positionnant le développement économique comme l’une de ses principales priorités, elle structure son action avec l’appui de son pôle développement économique et prospective territorial, ainsi que des partenariats forts et un réseau associatif dynamique. L’agglomération s’engage auprès des acteurs économi­ques de la filière nucléaire en soutenant les assises du démantèlement et en saluant les perspectives offertes par la création du Pôle de Valorisation des Sites Industriels (PVSI).

Invest In Gard est une agence de développement économi­ que soutenue par le Conseil Général du Gard.

Contact Philippe VIALA – Président T. 06 30 55 11 54 Florent VIANNAY – Chargé de développement économique T. 07 77 86 53 36 – fv@nrct.fr

28

Ses missions s’articulent autour de trois axes clés : L’accompagnement des entreprises dans leurs projets d’implantation, de relocalisation et de développement (recherches de sites, financements, partenariats, etc.) ; Le lancement et/ou le soutien aux projets structurants pour le territoire ; La promotion du territoire à travers diverses actions de communication et de prospection. Invest in Gard et le CEA de Marcoule ont initié en 2011 la dynamique PVSI (Pôle de Valorisation des Sites Industriels). Cela constitue aujourd’hui un axe de travail pri­mordial dans la feuille de route de l’Agence, tant les oppor­tunités de développement économique sont concrètes et fondées.


Contact Stéphane BRESSON Directeur. stephane.bresson@nucleopolis.com T. +33 231 452 968 www.nucleopolis.com

Autour de leaders mondiaux comme AREVA, le CEA, le CNRS, EDF ou le GANIL, le pôle Nucléopolis fédère les compétences industrielles, de formation et de recherche disponibles en Normandie tout au long de la chaîne de va­ leurs des sciences nucléaires dans le domaine de l’éner­ gie, de la santé et dans le domaine transversal de la maî­ trise des risques. Créé en 2010, le pôle a pour mission de favoriser l’innovation, la R&D au sein de ce réseau et de créer les conditions d’un développement économique générateur d’emplois. Présidé par Serge Bouffard, directeur de recherche au CEA, le pôle compte à ce jour 60 adhérents.

29


ANNEXE 3

8h30 – 8H55

Accueil

9H00-9H25 Transfert en bus vers l’ICSM (Marcoule) 9H30-11H30

Intervention des grands témoins

Mot d’accueil de Philippe Guiberteau, Directeur du Centre CEA de Marcoule Enjeux des projets de démantèlement CEA : Laurence Piketty, Directrice de l’assainissement et du démantèlement nucléaire EDF - CIDEN : Christophe Dorier, Chef de Projet déconstruction Bugey1 ANDRA : Frédéric Légée, Adjoint au Directeur industriel IRSN : Jean-Pierre Carreton, Adjoint du Chef du Service de sûreté des transports et des installations du cycle du combustible VEOLIA Propreté :Pascal Houssart, Directeur des démantèlements et déconstructions Les interventions seront suivies d’un échange avec la salle.

11h45 – 12h20 Perspectives :

le PVSI

Intervention de Cyclium, du CEA, de la CCI de Nîmes, de la Communauté d’Agglomération du Gard Rhodanien, de Invest In Gard et de Nucléopolis. Sous le parrainage de Monsieur Christophe Béhar, Directeur du CEA et de Monsieur Patrice Prat, Député-Maire de Laudun-l’Ardoise.

12h20-12H45 Retour en en bus vers le forum de Laudun-L’Ardoise 13h00 – 14h30 Déjeuner Business

30


14h30 – 16h00  Ateliers :

le démantèlement de demain

Atelier 1 - Les évolutions techniques / technologiques à réaliser Atelier 2 - Organisation de la filière du démantèlement Atelier 3 - Besoins en ressources (compétences, innovation,financières,…) Une mise en perspective précède chaque atelier. Tous les participants abordent les 3 ateliers.

16h00 – 16h15

Pause : Grand jeu des assises

16h15 – 16h30

Restitution des ateliers

16h30 – 17h00

Clôture des assises

31


www.assisesdudemantelement.fr

Synthèse de la 1ère édition des Assises du démantèlement  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you