Issuu on Google+

GILLES LEPAGE


Photographe freelance pour des publicités d’entreprises pendant quelques années. Débute en autodidacte la peinture en 1990. Création d’une étiquette de vin pour le Château du Ribonnet 2008. Mouvement : Action Rythmique Cotation : Artprice et Akoun

Principales expositions personnelles Salon d’été à L’Ile en Dodon : Juillet 1997 Exposition de printemps Fontaine Laborde à BIARRITZ : Juin - Juillet 2001 Prix du jury Bowling Center de Labège à TOULOUSE : Juillet 2001 Galerie Chappe Lautier à Castelsarrasin : Décembre 2001 Centre de congrès DIAGORA à TOULOUSE : Juin 2001 – Septembre 2002 Hôtel Crowne Plazza à TOULOUSE : Mars 2002 Exposition « Venise » Hôtel Crowne Plazza à TOULOUSE : Avril 2002 Salon de Printemps de Roques sur Garonne : Mai 2002 Place des Arts à MELLES (Pyrénées) : Juillet – Août 2002 Restaurant « le Jardin Créole » à BLAGNAC : Septembre 2002 MIPIH centre administratif des hôpitaux de TOULOUSE : Janvier 2003 Galerie INTERACTIVE à TOULOUSE : Avril 2003 Centre de congrès DIAGORA à TOULOUSE : Janvier 2003 – Octobre 2003 Place des Arts à MELLES (Pyrénées) : Juillet – Août 2004 LION’S CLUB à Mirepoix : Juin 2004 Galerie Espace Jeanne d’ARC à TOULOUSE : Décembre 2003 – Janvier 2004 Restaurant LE PUITS SAINT JACQUES à PUJAUDRAN : Septembre 2004 Janvier 2005 Hôtel Restaurant LE SQUARE à ASTAFFORT : Juin 2005 septembre 2005 Café des Artistes à TOULOUSE: Aout 2005 L’Auberge DU PRIEURE à MOIRAX : Avril 2004_decembre 2005 Librairie du Musée d’Art Contemporain de Toulouse « Les Abattoirs » Janvier 2006 à Avril 2006 La Galerie BLEUE en Bretagne : Janvier 2006/Janvier2007 Galerie BAM à Toulouse : Avril 2006 / Juin 2007 Galerie des CARMES à Toulouse : Octobre 2007 Exposition des œ uvres en atelier : Juin 2008 Château de RIBONNET à Beaumont sur lèze : Juin 2009/Juillet 2009 Fondation POUS à Auterive : Mars 2010 Fondation POUS à Auterive : Septembre-Octobre 2011 Exposition collective Fondation POUS à Auterive : Aout 2012 Résident permanent BAM Gallery à Toulouse


Philosophie La chance d’être artiste nous donne les responsabilités de « passeur » d’idées, d’ouvertures d’espaces oculaires, de libres pensées qu’il faut assumer sans se prendre au sérieux (quelle idée de faire « pivoter » une œ uvre d’art !!). Mon travail repose sur deux idées fondamentales: La première est que je caractérise ces toiles comme des «Oeuvres ouvertes». Elles sont signées aux 4 angles et par définition n’ont pas de sens. On peut donc faire «tourner, pivoter…» l’œ oeuvre créant ainsi un « autre espace, un autre espace/temps » et voir une vision différente de celle regardée précédemment. La peinture elle-même a cette fluidité spatiale interdisant le positionnement fixe du « regardeur » mettant en scène l’élasticité de l’espace. Ceci m’autorise à dire que ce sont des «oeuvres ouvertes en mouvement» et la création est par essence également en mouvement. Par cette tentation de l’appropriation, elles permettent différentes émotions, interprétations, relations, de par les sensibilités et perceptions du «consommateur» dans un acte de «liberté consciente» qui en ce sens, communique par la stimulation de l’imagination. La deuxième idée fondamentale est sociétale sans pour cela délivrer un message quelconque mais un constat. Ces toiles sont composées pour être différentes selon leurs positions spatiales et cela nous renvoie à l’image du quotidien. Dans un environnement ou nous devons traquer la désinformation et rechercher la vérité, tout ce que nous voyons, tout ce que nous entendons, tout ce que l’on essaie de nous faire croire est multiforme. Rien n’est tout à fait vrai et change selon l’angle sous lequel on le considère, tout n’est qu’une question de placement, de point de vue, c’est finalement une quête de la liberté d’être. Ma peinture ne s’appuie pas sur les principes de cohésions que sont les arrangements des formes reconnaissables et les lignes de constructions qui nous entourent, bouleversant ainsi notre sens spatial et notre structure de la réalité. Cette déstabilisation de nos sens peut provoquer de violents changements d’émotions dans le partage de la notion de Spectateur/Acteur. J’extrais le matériau brut qu’est la couleur, je la rythme et elle fait ce qu’elle veut.

J’aime les artistes créateurs, Mathieu, Richter, Pollock, Bogart ou l’enfance est présente, qui racontent autre chose que de « l’art instantané ».


Evolutions Quatre périodes importantes : La période 1 : 1990 à 1995. Ce sont des peintures essentiellement figuratives et narratives faites d’aplats de matière. La période 2 : 1995 à 1997. C’est une étude sur les corps, ou les déformations et les couleurs ne correspondent plus à la réalité physique. La période 3 : 1997 à 2000. Les fonds de tableaux sont abstraits. Les personnages deviennent filiformes, ce sont eux qui encore gardent le lien avec cette réalité visible. Cette période préfigure l’abstraction à venir. La période 4 : 2000 à aujourd’hui. C’est cette dernière qui montre l’évolution depuis la figuration jusqu’à l’abstraction pure sans ancrage dans la réalité visible. La prédominance de cette période est le travail de la matière et des couleurs s’inscrivant dès lors dans le mouvement, l’énergie et la réflexion.



Artiste Peintre