Page 1

Bulletin ESPERANZA T-M a.s.b.l.

Trimestriel n° 1 - 2011

ESP

Edito.

p. 2

Un mot du président.

p. 3-4

Maison d’accueil "El Chibolito".

p. 5-7

Nouvelles de 3 beaux projets.

p. 8-9

Esperanza-J : 1projet qui évolue.

p. 10-11

JUste 1 mot : éloge de la curiosité.

p. 12-13

Le coin des bonnes choses.

p. 14-15

Élections au Pérou (1er tour ).

p. 16

Editeur responsable : Jérôme de Roubaix 5, chemin de Gabelle – 4500 HUY esperanza.tiersmonde@gmail.com

ER

Belgique – Belgie P.P. 4500 HUY P20 22 94 —————–—————–—–—————————————————-

A N

Votre participation constitue une aide précieuse sur les comptes ESPERANZA TIERS-MONDE ► ► ►

NZ

A

T.M.

. commun : 000-025.77.36-07 . Bolivie : 088-067.95.10-20 . Pérou : 792-534.83.62-28


EDITO

I

l semblerait que mon dernier édito ait fait quelques vagues… Je me rassure en me rattachant à un principe connu des plus grands physiciens (et expliqué par une personne qui m’inspire pas mal de respect) : les plus grandes vagues ont besoin, pour se former, des eaux les plus profondes !

C’est le printemps ! Vous êtes probablement au courant. Vous n’êtes pas, non plus, sans savoir une autre vérité : nous sommes des animaux ! Et oui… je sais, nous avons une fâcheuse tendance à l’oublier. Pourtant, je me dis qu’on gagnerait à s’en rappeler. Contrairement à ce qu’on nous a trop dit, cette vérité est une bonne nouvelle (et je ne parle de celle amenée par notre sympathique barbu, censé veiller sur nous de là-haut). La bonne nouvelle c’est que nous sommes bestioles parmi les bestioles (quoiqu’on se croie supérieures aux autres), partie d’un tout (bien qu’on ait l’impression qu’on puisse contrôler ce tout). A ce propos, j’éprouve, parfois, un sentiment réconfortant lors de certaines "explosions naturelles". Non pas que j’aie du plaisir à voir d’autres semblables périr, mais parce que cela nous ramène à la réalité : nous sommes, envers et contre tout, partie d’un tout qui nous dépasse ! En tant qu’animaux, nous répondons à des instincts (bien qu’on nous incite à les dompter, voire à les réprimer). Nous avons une part d’inné commune à chacun d’entre nous qui ne dépend ni de notre couleur de peau, ni de notre plus ou moins "bonne éducation" ou de notre conception de la société idéale. Etre avec d’autres bestioles qui nous inspirent confiance et nous témoignent de l’affection fait probablement partie de cette part innée. Et bien ça... c’est une fichtrement réjouissante nouvelle ! Cela pourrait constituer une formidable porte ouverte vers une conception du bonheur un tant soit peu commune, une sorte de consensus qui fonderait le bien-être sur le bien-être d’autrui. Désormais, nous pourrions convenir que, pour être heureux, nous avons tout intérêt à ce que les autres le soient aussi ! Cela ne se baserait pas sur une idéologie, une religion ou des valeurs inculquées mais bien sur un intérêt purement stratégique, un calcul bassement intéressé. Au vu des interactions de plus en plus nombreuses entre effectifs de notre espèce, le moyen le plus sûr d’aller bien passe forcément par le fait que les autres, animaux comme moi, se portent à merveille. Dans ce numéro printanier vous découvrirez, non seulement, que ce n’est pas le cas de tous mais, aussi, que construire un chemin vers un mieux ne se fait pas d’un coup d’cuiller à pot. Vous vous rendrez compte que semer ne garantit pas une bonne récolte mais qu’en repassant les plats, ensemble on y arrivera par-ci par-là ! Thomas 2


1 MOT DU PRÉSIDENT

E

speranza a décidé lors de sa dernière réunion de continuer de soutenir des projets en Bolivie qui nous sont recommandés par les petits frères de Charles de Foucault, en marque de fidélité aux engagements que nous conseillait de son vivant le frère Francis Hulsen (vrai héritier de la «pensée» de celui à cause de qui nous existons le père Paul Bouvy). C’est pourquoi nous allons tenter de maintenir, au-delà de sa disparition à lui aussi, le lien avec le groupe de femmes aymaras de El Alto qui lui était cher. Mais, en outre, un autre contact s’est présenté à notre solidarité c’est l’admirable travail (même si de notre point de vue trop purement caritatif) réalisé par l’association “Creamos” dirigée par le docteur Maria Teresa Lozada qui travaille à Cochabamba, en Bolivie. Un petit frère, Marco, y est embauché comme ouvrier d’entretien et nous en donne quelques nouvelles bien sympathiques : “Creamos” s’occupe d’enfants qui naissent de parents qui, gens de la rue, vivent dans des conditions très instables, exposés bien des problèmes d’alcool, drogue et prostitution. Dès le premier jour de mon travail dans cette institution, pendant que je bricolais pour réparer une chaise ou un tiroir, à tour de rôle ils m’ont tous posé les mêmes questions : “Comment tu t’appelles ?”, “Qu’est ce que tu fais ?” Les plus hardis voulaient savoir le pourquoi et le comment, et ils m’ont même donné des conseils. Même si mon travail se limite à un jour par semaine, je n’ai pas dû attendre longtemps pour me sentir partie de la maison, une sorte de “tonton” du foyer. Aujourd’hui quand j’arrive j’ai droit à un joyeux “bonjour Marco” presque crié par toute la bande. Quand je pense à certains milieux du travail où le matin tu avais juste droit à un distrait “salut” dit par les collègues les plus extravertis ! Qu’est ce que je suis gâté ! L’ambiance de “Creamos” est celle d’une famille très nombreuse où les parents sont remplacés par un petit groupe d’adultes qui s’occupe des tâches ménagères, de l’administration, de la relation avec les institutions officielles et médicales. Les bâtiments aussi sont à dimension familiale : les enfants vivent dans une maison qui était occupée par une famille, puis derrière il y a une cour pour jouer et une autre maison plus petite pour l’administration, la réserve et deux chambres pour des bénévoles.

3


Un jour, j’étais en train de nettoyer les gouttières et je vois arriver une fillette de 5 ou 6 ans accompagnée par deux employées du service d’Etat qui s’occupe de la protection de l’enfance. Son visage et ses bras étaient pleins de bleus, et, dans ses yeux désemparés, j’ai vu une grande souffrance. Pour un rien, elle était souvent frappée par des membres de sa famille et, ce jour là, elle avait eu le courage ou la force du désespoir pour quitter sa maison et de chercher de l’aide. Malheureusement ce n’est pas un cas isolé. Aujourd’hui je la vois très souvent donner un coup de main pour le ménage ou s’occuper des plus petits. Le jour de Noël quand toute la bande de “Creamos” est venue à la fraternité, cette petite s’est beaucoup intéressée aux fleurs et, en partant, m’a demandé si elle pouvait emporter une rose. Dans ses yeux, il y avait toujours comme un fond de tristesse, mais une fois que ses mains ont tenu la fleur, son visage s’est rempli de vie et, depuis la voiture qui s’éloignait, elle m’a salué en agitant sa rose comme un trophée. ». Au sein d’Esperanza existent bien des groupes divers, autour de Floreffe, Marchin, Wanze, Embourg, Huy-Héron, Thier à Liège et autres, C’est pas l’Pérou et Esperanza-J, certes cela fait notre richesse mais risque aussi de nuire à notre cohérence. Par ailleurs, tous les projets qu’Esperanza a financés ou décide encore parfois de financer, ne respectent pas toujours strictement les critères que nous voudrions prioriser, comme association désireuse d’appuyer des petites organisations populaires qui libèrent la population bolivienne et/ou péruvienne du joug de diverses oppressions (dans des domaines tels que instruction, santé, production agricole ou artisanale), et qui difficilement pourraient trouver ailleurs le très modeste financement dont elles ont besoin. Voilà bien deux questionnements assez fondamentaux qui nous ont beaucoup fait réfléchir ces derniers temps, au sein de notre petite association ! Nous continuerons cette réflexion lors de notre prochaine AG. Celle-ci, soyez-y si le cœur vous en dit, aura lieu le 28 mai. Nous espérons que la manière dont nous déciderons, tous ensemble, à cette occasion, des orientations budgétaires de tous nos appuis financiers futurs, ainsi que des modes de coopération entre nos diverses composantes nous fera grandir en cohésion et en maturité. Nous continuerons ainsi de tenter d’être si possible de vrais « partenaires du développement du TiersMonde » et non simples « collecteurs de dons pour les plus pauvres » (même si nous sommes aussi cela ne nous voilons pas la face) !!! Jérôme

4


MAISON D’ACCUEIL " EL CHIBOLITO "

C

’était il y a 10 ans ! Esperanza s’engageait à soutenir structurellement la maison d’accueil El Chibolito à Cajamarca. Après 10 ans, nous sommes en droit de nous demander : "Où en est ce projet, comment a-t-il évolué ?" Voici donc quelques nouvelles, un bref historique pour nous rafraîchir la mémoire, et les perspectives d’avenir du projet.

EN BREF ET EN HISTOIRE… En avril 1998, alors que nous accompagnions depuis 4 mois avec mon épouse le travail du MANTHOC (mouvement d’adolescents et d’enfants travailleurs, fils d’ouvriers chrétiens), le besoin d’une structure capable d’accueillir les enfants et adolescents en danger est apparu comme incontournable. C’est donc avec Luis, Rossy, Jhon et Luchita que nous créons ce qui aujourd’hui encore s’appelle la maison d’accueil El Chibolito. Chibolito signifie : "Le bon ptit gars, le p'tit mec" et se veut un lieu ouvert jour et nuit pour accueillir les enfants et adolescents des rues. L’institution prétend répondre aux besoins et attentes d’enfants et de jeunes qui ne sont accompagnés par aucun autre service, les "laissés pour compte" de la rue. Et pour cause …

Ce public est loin d’être facile à aborder. Ce sont des jeunes et des enfants qui, pour beaucoup, vivent dans la rue, avec pour seul cadre celui que la rue leur offre. Ce sont des jeunes en mal de repaires, pour qui les règles se résument aux lois de la débrouille, de l’arnaque ou du larcin, petit ou grand. Il est fréquent dès lors d’entendre parler de viol, de violence, de drogue, de prostitution. C’est le monde dans lequel vivent un nombre important d’enfants (parfois en bas âge) et d’adolescents à Cajamarca. Trois axes sont mis en avant pour tenter d’apporter aux enfants un encadrement global.

1. L’ACCUEIL DANS LA MAISON Les portes de la maison d’accueil sont ouvertes 24h/24. Les enfants disposent, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, d’un lieu simple mais confortable pour dormir, se laver, manger. C’est évidemment l’occasion pour les éducateurs de prendre contact, d’apprendre à connaître chaque enfant, son histoire, son vécu, ses projets, ses problèmes…Les enfants et jeunes peuvent venir, dormir, faire leur linge, manger un bout puis repartir le matin s’ils le souhaitent. C’est l’accueil d’urgence !

5


Certains

pourtant

demandent

à

Les enfants permanents, qui ne sont

rester. Fatigués de vivre dans la rue ou

pas encore réinsérés dans un circuit sco-

lassés des mauvais traitements dans leur

laire classique ou alternatif, sont obligés

famille, ils s’installent alors pour quelques

d’y participer. C’est l’occasion de tester

mois, le temps d’approfondir la situation

les connaissances et de préparer assidû-

et de remédier en tout ou en partie aux

ment le retour à l’école. Pour d’autres, il

problèmes. C’est l’accueil permanent !

faudra rechercher un centre de formation adapté à leur âge, à leurs attentes.

2. LE SUIVI FAMILIAL

Viennent

"Il n’existe pas de meilleur endroit que la famille pour permettre à un enfant de grandir". Ce principe, les éducateurs et éducatrices de la maison d’accueil en sont convaincus. Dans certains cas, il est préférable pour l’enfant de sortir un temps

de

son

milieu

familial.

Le travail de l’équipe éducative est donc de rencontrer la famille d’origine des enfants accueillis et par des entrevues régulières à la fois au domicile des parents et dans les murs de la maison d’accueil,

par

des

discussions,

des

ensuite

productifs. Ce sont les menuiserie,

les

ateliers

ateliers

d’artisanat

et

de de

boulangerie. L’objectif est de donner un maximum de cordes aux jeunes pour assumer leur future vie d’adulte. Ce ne sont pas des formations qualifiantes qui donnent droit à un diplôme. Par contre, ces ateliers permettent aux participants de gagner un peu d’argent de poche ce qui représente une alternative partielle au dangereux travail nocturne. C’est également un moyen de donner le goût pour un travail digne qui respecte leur intégrité.

formations, … de permettre aux parents

Tout cela est très important mais il

de se réapproprier la responsabilité de

ne faudrait pas oublier que les enfants

l’éducation de leur enfant.

doivent pouvoir jouer. Le jeu

3. LES ATELIERS DE FORMATION

intégralement

partie

des

fait

ingrédients

nécessaires à une croissance saine. La première des priorités dans ce domaine est évidemment de préparer les jeunes à rejoindre un cursus de formation scolaire ou professionnel. Tous les jours de la semaine, un atelier de rattrapage scolaire est assuré par une éducatrice.

Plusieurs fois par semaine, les jeunes ont l’occasion de participer à l’atelier sport et récréation, à l’atelier de danse et à l’atelier théâtre. Vous découvrirez 1petite vidéo présentant le projet El Chibolito sur Youtube en tapant : « Chibolito Cajamarca ».

6


Par ces différents axes, l’équipe éducative tente d’intégrer toutes les composantes de la vie des enfants. […] , Depuis plus de 10 ans maintenant, El Chibolito a du évoluer, se remettre en question, revoir ses priorités en fonction des cas rencontrés, bref, grandir et se construire. Aujourd’hui, nous pouvons tirer clairement 2 constats : • La maison d’accueil est un lieu important et

nécessaire pour les enfants et adolescents des rues de Cajamarca. • La maison d’accueil a plus que jamais besoin de

notre soutien pour continuer à fonctionner. En effet, l’Etat péruvien n’a pas encore mis dans ses priorités l’attention aux enfants et adolescents de la rue. Par conséquent il n’est, à l’heure actuelle, pas envisageable d’attendre un budget de l’Etat pour permettre à la maison d’accueil de fonctionner. ESPERANZA soutient ce projet à concurrence de 2 à 3.000€/an. Cet argent sert à la gestion quotidienne, elle permet à l’association de pérenniser sa présence aux côtés des enfants et adolescents en danger de Cajamarca. Une action qui vaut la peine et que je vous invite à soutenir en faisant un don sur le compte d’Esperanza TM.

7


sseur squez, profe a V o ld a n ti s Lettre de Ca rca) Chers amis, z (Bambama e u q s a V s e lcid A e g è ll o c u a Merci de vous souvenir de nous.

I

ci, nous commençons l’année scolaire. Il semble que cette année les gens ressentent plus la nécessité d’étudier, spécialement ceux de la zone rurale. Nous avons donc un bon nombre de nouveaux inscrits en première année, environ 45 et les demandes continuent à arriver. Mais on sent aussi les problèmes financiers, particulièrement au moment du paiement de l’inscription. La sœur Fanny vous aura certainement informés de nos besoins et du soutien que vous pourriez nous apporter. Soyez remerciés pour cette aide, qui sera utilisée au mieux pour l’Alcides ! Castinaldo

trice eros, direc r b e C y n n sœur Fa a) Lettre de la ambamarc B ( z e u q s Alcides Va du collège

N

Chers amis, ous avons fêté au mois d’août les 25 ans de notre centre de formation pour adultes!

Depuis 2007, nous avons mis en route 5 options techniques : boulangerie, couture, menuiserie, électricité et informatique. En première année les élèves doivent choisir une option, et la suivre pendant toutes leurs études de manière à sortir de secondaire avec une formation pour le travail. Les élèves continuent à venir de différentes communautés paysannes, et certains restent loger sur place. Merci pour votre aide. Nous aurions encore besoin de vous pour améliorer leur alimentation et continuer à équiper les ateliers pour la formation avec une ou l’autre machine. Nous voudrions aussi amener l’eau pour irriguer le terrain que nous avons à Agomarca, où nous cultivons des fruits et légumes pour l’alimentation des élèves. Comme vous voyez, les nécessités sont multiples, mais toute collaboration est bienvenue et vraiment indispensable. Comme vous le savez, cette année nous élisons un nouveau président de la république. Avec les étudiants, nous menons une réflexion sur les 6 critères pour un bon président : honnêteté et transparence, connaissance des nécessités des gens, propositions claires et réalistes, dialogue avec la population, engagement pour la réconciliation et la justice, engagement pour le progrès et le bien commun. Et nous analysons ainsi les propositions de plan de gouvernement de chaque candidat. Priez pour que nous ayons un bon président, qui se préoccupe du pays et non de son parti, qui travaille pour le bien-être, spécialement des pauvres et du monde rural, et qui s’engage pour la protection et la défense de l’environnement. A bientôt d’autres nouvelles. Grand bonjour à chacun. Fanny 8


Bonjour.

N

Lettre de Oscar et Ana du projet Huarayo (Mazuco)

ous avons bien reçu les 1000 €, qui nous serviront pour acheter : - lits, draps et couvertures pour les victimes de la traite d’êtres humains, - 1ordinateur pour travailler à Puerto Maldonado, pour écrire des lettres aux juges et avocats pour la défense des femmes, - des vêtements pour les victimes qui s’échappent sans aucun effet personnel

Grand merci pour votre soutien et encouragement. Nous continuons à nous battre pour le respect des droits des enfants en Amazonie. La tâche est compliquée et dangereuse. L’or n’est pas aussi brillant qu’il ne paraît ; il apporte la destruction de la génération future, de l’environnement et la pauvreté se perpétue dans cette partie du pays. Un grand bonjour à tous les amis, spécialement Vincent et Julien qui restent présents depuis leur passage ici et le partage de moments de vie inoubliables. Oscar y Ana

3 avril 2011

Quelques nouvelles des projets dans lesquels est impliqué Rolando Estela, ami engagé dans un travail social dans des quartiers défavorisés de Cajamarca.

Chers amis d’Esperanza,

J

e prends enfin un peu de temps pour vous donner des nouvelles.

Ces semaines sont très chargées en occupations, depuis la rentrée scolaire de mimars. Demain ce sont les élections présidentielles. Après cela, nous entrons dans la semaine sainte qui, dans la réalité de Cajamarca, est pleine d’engagements de toutes sortes. Les gens ici vivent encore de façon très fervente les événements religieux que nous commémorons ces jours-là. La semaine suivante, j’irai dans mon village, à Perlamayo, pour célébrer le premier anniversaire de la mort de ma sœur. Le 8 mai c’est la fête des mères, et là aussi il y a beaucoup d’activités. Ce n’est qu’après cela que nous pourrons un peu plus tranquillement penser à d’autre activités. Cette année, avec le conseil paroissial, nous avons décidé de privilégier 3 domaines de travail : évangélisation et catéchèse, spiritualité et liturgie, et enfin solidarité et action sociale. C’est dans ce 3ème secteur que nous aurions besoin de votre soutien. Nous voulons essentiellement promouvoir 4 choses : •

Les groupes de femmes (4 dans mon secteur, ce qui fait environ 120 femmes): jusqu’à l’an dernier elles recevaient une aide pour la matière 1ère de l’artisanat. Cette aide a été coupée, et elles nous ont adressé une demande en ce sens.

Les professeurs: pour un travail de renforcement scolaire pour les enfants de ces mêmes femmes.

La participation à des journées de formation et à des cours, dont certains à Lima.

Le soutien à des familles en extrême pauvreté ou présentant un besoin imprévu. Un grand bonjour à tous les membres d’Esperanza, amicalement, Padre Rolando. 9


ESPERANZA-J : 1 projet qui évolue, qui est chamboulé mais qui se consolide…

L

es temps ont été un peu troubles au sein de notre groupe. Plusieurs membres ont, dernièrement, pris un peu de distance. Bien que ce ne soit jamais une bonne nouvelle, cela ne remet pas en question l’envie de plusieurs d’entre nous de poursuivre l’aventure. Au rayon bonnes nouvelles, nous avons noué de nouveaux liens enthousiasmants avec d’autres groupes, plus ou moins "jeunes" et plus ou moins "engagés". Cette création de liens, dans le but de favoriser une plus grande mobilisation, est, depuis le début, un de nos objectifs. En 1er lieu nous avons fait connaissance du très original collectif La Marre (Mouvement Antipub de Réappropriation Radieuse de l’Environnement).

C’est ainsi que nous avons relayé, en février dernier, une de leurs actions pour la Saint-Valentin en recouvrant les panneaux publicitaires hutois du visuel ci-dessous (apposé sur une nappe en papier). Le slogan : « Faites l’amour pas les magasins »1 ! Plus ou moins simultanément, par le biais d’une formation en désobéissance civile, nous avons rencontré des membres du groupe de jeunes d’Entraide et Fraternité les Alteractifs2. Avec eux, nous avons mis sur pied une action pour la Journée Internationale de la Femme (le 8 mars) appelée « Emballez-nous ». Nous avons apposé à des caddys de supermarchés l’affiche ci-jointe.

1

Tapez « RTC La Marre » pour voir 1film d’1min30 sur cette action ! 2

Pour en savoir plus: www.alteractifs.be

*

10


Pour ce qui est des contacts avec le Pérou il y a une excellente nouvelle pour le projet Pucllay dont nous vous avons déjà parlé. Après avoir reçu une 2de aide financière modeste (1000 €) ils viennent d’apprendre qu’ils pourront compter sur le soutien de la municipalité de Lima pour poursuivre leurs projets.

Enfin, ensemble les 3 groupes avons organisé une action suite à notre participation au triste anniversaire des 12 ans du Centre fermé de Vottem. L’idée nous est venue en découvrant à proximité de la prison une publicité qui nous a inspiré un détournement nommé « Cocu-Cola ».

Par ailleurs, lors de mon séjour prochain au Pérou, il est probable que je puisse travailler avec eux et peut-être réfléchir à la mise sur pied d’un mouvement de jeunesse original et avec des objectifs propres. L’idée serait de placer le jeu (sens du mot Pucllay en quechua) et l’imaginaire au centre d’une démarcha d’éducation populaire ! Bref, Esperanza-J connaît un beau printemps prometteur avec de nouvelles synergies et des envies à foison. Thomas

11


ELOGE DE LA CURIOSITÉ "La curiosité est un vilain défaut". out enfant que nous avons été un jour fut certainement frappé de cette sentence catégorique. Si notre regard innocent se baladait sur des contrées adultes interdites ou si nos questions naïves abordaient des rivages secrètement gardés, l’objection tranchante nous était lancée sans appel. L’inconnu, le fantastique et l’invraisem-

T

JU

ste

Loin du regard indiscret mal considéré existe une autre curiosité, riche, insatiable, palpitante et généreuse. Une curiosité au reflet de la diversité multiple. Une curiosité sondant les profondeurs du Monde, sombres et chatoyantes, âpres et mielleuses. Une curiosité qui dévoile l’acuité des sens comme un révélateur photographique. Partisan de cette curiosité créatrice,

1 MOT (Chronique de Julien L.)

blable nous étaient dérobés dans notre impression de toucher à des trésors cachés. Et l’injonction de se tenir à l’écart faisait probablement naître en nous une envie plus grande encore de découvertes mirifiques. Comme Adam et Eve en leur temps, nous refuser le fruit de la chose convoitée augmentait le désir d’y goûter. Bien sûr cette curiosité dénoncée a trait à notre appétit de sensationnel, à cet inévitable attrait pour tout ce qui relève de la rubrique des “chiens écrasés”. Serait-ce un vilain défaut cette attirance morbide pour les voitures embouties sur l’autoroute, pour les sirènes hurlantes des ambulances, pour les disputes de voisinage dans notre quartier, pour les ragots de la presse à scandale, pour les rumeurs de clocher? Ou alors un simple réflexe salutaire bien humain pour nous rassurer que le malheur frappe plus souvent à la porte de nos voisins ? Une sorte de condition sine qua non pour nous démontrer que la chance ne nous a pas encore quittés…

Pablo Neruda confessait dans ses Mémoires : "je suis un omnivore avide de sentiments, d’êtres vivants, de livres, d’évènements et de batailles. Je mangerais toute la terre. Je boirais la mer entière". Ailleurs, dans sa revue espagnole de 1935, il offrait les prémices de sa poésie : "une poésie impure comme un habit, comme un corps, avec des taches de nourriture, et des attitudes honteuses, avec des rides, des observations, des rêves, une veille, des prophéties, des déclarations d’amour et de haine, des bêtes, des soubresauts, des idylles, des croyances politiques, des négations, des doutes, des affirmations, des contraintes. La loi sacrée du madrigal et les décrets du toucher, de l’odorat, du goût, de la vue, de l’ouïe, le désir sexuel, le bruit de l’océan, sans rien exclure volontairement, sans rien accepter volontairement, l’entrée dans la profondeur des choses en un acte d’amour fasciné, et le produit poésie tâché d’écume tactile, avec des traces de dents et de gel, rongé peut-être légèrement par la sueur et l’usage".

12


Comme tout poète, Neruda éprouvait la nécessité de partager sa vision du Monde par les jeux de la langue. Il décrivait une réalité qui l’avait façonné, avec le désir avoué de façonner en retour la réalité de son époque. Mais pour appréhender ce réel afin de le transfigurer, le poète devait lui être ouvert. Il fallait s’en imprégner, s’immerger, le provoquer, le maltraiter, l’adorer, d’une façon presque virginale, "sans rien exclure volontairement, sans rien accepter volontairement". Être une porte ouverte aux vents du monde et un réceptacle de ses torrents, pour revenir ensuite dans la sécurité des espaces connus et des êtres chers, avant de repartir à la découverte d’horizons encore vierges de notre présence.

Il y a l’opportunité pour certains de voyager dans d’autres pays. Il y a bien sûr les vastes mondes de la culture littéraire, musicale, artistique, cinématographique,… qui sont autant de continents en friche pour chacun de nous. Il y a les confins de sa propre personne à visiter, des ténèbres à la clarté. Mais il y a aussi les évènements du quotidien : l’éclosion printanière d’un bouton de rose ; le discours passionné d’un inconnu ; un regard de complicité ; la perte d’un être cher ; une maladresse révélée aux autres… Tout est occasion de fouiller et d’entrer "dans la profondeur des choses en un acte d’amour fasciné". Face à notre époque postmoderne diagnostiquée “en perte de sens” et “désenchantée”, si nous lui opposions en remède la saine curiosité ? Julien

13


Qui sont-elles? Qu'ont en commun Alice Belaïdi, Etel Adnan ou encore Gabriela Quintero...? Tout d'abord se sont des femmes...oui je sais, la "journée internationale de la femme" est passée... Et alors? Pourquoi justement ne pas leur/nous rendre hommage un jour X comme aujourd'hui...? Alors voilà ce que je vous propose: La lecture d'une femme poète; un spectacle, très féminin; le nouveau CD d'un duo "frère et sœur"; et pour finir un film qui parle d'ELLES...

Littérature La programmation des Halles de Schaerbeek est toujours pimentée de couleurs d'ailleurs. Cette saison, dans le cadre du cycle "Mondes Arabes", on nous avait proposé de rencontrer Etel Adnan. Le but de ce cycle était de faire découvrir quelques-uns des auteurs les plus importants du Moyen Orient, et qui sont trop souvent méconnus ici… Etel Adnan, née en 1925 à Beyrouth d'un père musulman syrien et d'une mère grecque et chrétienne, est devenue poète, écrivaine, et peintre. Pour ceux qui, comme moi, n'en ont jamais entendu parlé, je vous invite à lire "Sitt Marie-Rose" un roman autobiographique qui est l'un des premiers livres qui décrit, de l’intérieur, la guerre civile libanaise. J'en profite pour vous inviter à jeter de temps en temps 1coup d'œil sur la programmation des Halles de Schaerbeek! www.halles.be/ Je sais que tout le monde ne vit pas à Bruxelles, mais justement: un spectacle ou une expo aux Halles peut d'ailleurs être une bonne excuse pour venir à la capitale et profiter de la journée… Voici quelques idées sympathiques à faire ou à voir pour l'instant également à Bruxelles: •

l'exposition de Miró à l'espace culturel ING ( 6, rue Royale)

le festival international du film fantastique à Tour et Taxis tout le mois d'avril,

une balade en "VILLO" (1.50 euros pour la journée) - www.villo.be ou juste 1café sur les terrasses de la Place Ste Catherine ou sur le Parvis de St Gilles...!

Théâtre Au Théâtre du Gymnase une pièce engagée, forte et intelligente à ne pas louper, adaptation du roman du même nom (S. Azzeddine).. "Confidences à Allah" ne passe pas souvent en Belgique. J'ai du suivre leur itinéraire en croisant les doigts, et je me suis aperçue que ça se jouait une dernière fois par ici: rdv à Tubize le 22 avril au Théatre du Gymnase (www.theatredugymnase.com)


Musique Gabriela Quintero est une guitariste mexicaine d'enfer! Sa guitare est accompagné par celle de son frère et le tout donne un son latino aux influences rock, folk et jazz … Aussi impressionnant que ça puisse paraitre, Rodrigo y Gabriela arrivent à nous faire danser et à écouter leur CD sans se lasser alors qu'il n'y a que des guitares... aucun autre instrument! Des musiques originales mais aussi des reprises "à leur sauce"! Leur nouvel album est en vente à la Fnac: " 11:11 " et il coûte 15.90 euros. Pour écouter sur le net: www.myspace.com/rodrigoygabriela

Cinéma Au cinéma un peu "alternatif" le plus proche de chez vous ou en dvd bientôt : ne ratez pas "Woman are Heroes", un film documentaire réalisé par JR. Cet artiste a réalisé des photos gigantesques de visages humains affichées sur des escaliers à Rio de Janeiro, ou en plein bidonville du Kenya, et dans pleins d'autres endroits dans le monde. Ce documentaire ne s'intéresse pas qu'aux visages des femmes photographiées, car elles ne sont pas n'importe qui : le film nous plonge dans les parcours de vies de femmes exceptionnelles. Un hommage à celles qui malgré toutes les souffrances que leur a amenées la vie, continuent à se battre tout en gardant le sourire! Un projet artistique original, audacieux et qui semble cohérent dans sa démarche. Super petite conférence de JR : www.ted.com/speakers/jr.html !

Internet Rien de tel que quelques images récentes pour se faire une idée du projet de Maison d’accueil « El Chibolito » dont Fred vous a parlé (pp. 5-7) : www.youtube.com/watch?


Journal avril 2011  

Voici donc notre 1er journal 2011, fleuri comme il se doit en cette saison...