Page 1

J

Plein

Bulletin n° 12 - Mars 2011

our

est une Association de soutien aux compagnes de prêtres et de religieux et de lutte contre cette règle inadaptée et dangereuse du célibat imposé dans l’église catholique romaine.

Dominique Venturini Rue du Serpolet 84160 Lourmarin e.mail venturinid@wanadoo.fr site http://plein-jour.eu


___________________________________________________________________________ Plein Jour


Edito ______ Février !  C’est  encore  l’hiver. Longues nuits. Ciel plombé. Lumière avare. Pluie, vent glacial. Neige comme un linceul. Arbres dénudés. Images de mort et moral en berne. En réalité, des signes discrets, à peine  perceptibles  pour  qui  sait les observer, sont l’indice d’une vie bien réelle en gestation. Des bourgeons miniatures s’enhardissent sur les branches des arbres. Prometteurs d’une vie qui jaillira au  printemps.  Au  jardin,  des graines minuscules se métamorphosent secrètement en lamelles vertes qui percent la terre. « Le potager, école d’humanité » (8,50 F + 2,50 F de port) A commander chez l’auteur : Jacques Musset - 12, rue du Ballon 44680 Ste PAZANNE Pour consulter les sessions animées par l’auteur, voir : www.marcellegaut.fr

Jacques Musset, dans « Le potager, école d’humanité » nous livre sa  méditation  devant  ce  travail souterrain.

«

Cespectacleapparemment banal m’émerveille mais aussimeparledelamystérieuse croissanceenchaquehumaindes innombrablessemencesd’humanité enracinées en lui depuis sa conception,parfoisàsoninsu.Ce que nous devenons au long des annéesestlefruitdeparolesde confiance,d’uneécouteattentive, d’un accompagnement respectueux,d’untémoignagedésintéressé - infimes semences jetées dans notre terre - autant que de choixréfléchisdenotrepartoude refusmotivésàunmomentdonné. Nousconstatonsennouscemûrissement.Maisquipourrajamais fairelecomptedesgrainesd’humanitéquisanscesses’enfouissentennosprofondeursettôtou tard germeront et produiront de nouveauxfruitsinattendus ? »

Sommaire ________ De longs pas de cheminements ... _________ 2 Un arc en ciel _____________ 4 Aimer____________________ 5 Survol ___________________ 6 Un souffle de liberté ... ______ 7 Lettre ouverte à celui dont la raison résonne __________ 9

Ne pas pouvoir dire Je _____ 10 Je choisis la vie ___________ 11 Certains prêtres __________ 12 Le jour que je n’oublierai jamais __________________ 14 Zöfra ___________________ 15 Le vent ne s’arrête pas de souffler _______________ 16

Projet de balade en Provence Mon curé, mon amour______ 18 Nouvelle brève ___________ 19 Vu à la tv ________________ 20 Courrier des lecteurs ______ 21 Dessin de Piem ___________ 22 __________________________

Plein Jour __________________________________________________________________________ 1


C

’estl’histoired’unejeune femmesanshistoire,celledema vie,parcequ’ellem’habiteencore totalementaujourd’hui.Ellem’inviteàchaqueinstantàcontinuer, àmarcher,àaimerprofondément etàaccueillirsimplement. Jepeuxdirequemavieestsimple. Je l’occupe avec les petites chosesduquotidien,dansunritueljournaliertraditionnel.Jesuis dansunenormalité« bonchicbon genre ». Je m’engage dans les multiplesactivitésdemaparoisse. J’ailasensationquecetteréalité estjuste,quejemesitueclairement,qu’iln’yarienàrajouter. Pourtant, un malaise s’installe petitàpetitenmoi.Unequestion seposepeuàpeu.Cettevie,estelle simple, ou est-elle vide ? Cettefemmeest-elleaimée,regardée, accompagnée, choisie, ou est-elle tristement seule ? Pour elle,l’amournerejointquelesautres.Cesinterrogationsm’effleurent et je reste là, comme suspendueau-dessusd’ungouffre affectif et relationnel. Le temps s’écoule. LaProvidenceafait quenoschemins sesontcroisés, ou plutôt

unis,ilyavingtans,unsoird’automne. L’automne, temps d’engourdissement,s’enfonçaitpetità petitdansl’hiver.Salumièrediffuseetpâleéclairaitàpeinenos vies.Ilpleuvaitsurnossolitudes decoeuretdecorps.Leventde nos tempêtes balayait nos cris d’angoisseetderévolte.Nousrêvionsunmonded’Amourinconditionnel. Parce que la vie amène malgré nousuncortègedechangements, unnouveauprêtrearrivedansma paroisse.Enqualitéderesponsable,ettoujoursavecmesgrandes idéesdudevoiràaccomplir,jeme doisdel’accueillir,delerencontrerdèslepremierjour,cheznous. Subitement, quand je le vois, je l’écoute, une émotion me submerge. Sa parole me rejoint au plusprofonddemoi,dansunremousintérieur,capabledesoulever des montagnes. Je suis incapable d’imaginer la suite, mais je la pressens si fortement quejepourraisdéjàladécrire.Et cesoir-là,aupremierregard,sans le savoir vraiment, nous nous sommesaimés.Taparoleaensemencémavie.Tapersonnalité,ta quêted’Amourm’ontéveilléeà l’hommequetues. A chaque rencontre mes jambes tremblent.J’aideplusenplusla sensationquejesuistouchéeau meilleurdemoi.Acausedenos engagementsparoissiaux,nosrencontressemultiplient.J’éprouve undésirfoudelevoir,deluiparler,departager,avectoujoursces mêmesémotionsfortesquivoient

loinetentendentdesmotsimprononcés.Commesignedudestin, dansnosactivitéscommunes,une complémentarité absolue s’installe. Tout est facile, dans une confiancetotale. Rapidement,uneévidencem’envahit :j’aimecethomme.Jedis biencethommeetnonceprêtre. Carjesuistouchéeparsonhumanité,parsonregard,parsavoix douce, apaisante, par sa réalité, sonhistoire,sesrecherchespersonnelles,sonattentionàmoiet aux autres. Il est transparent de vérité. Parce qu’il est tellement humain,ilappelleàs’élever.Cette prise de conscience me bouleverse.Jesuisfolle !!!Ilestprêtre !!! Je n’ai absolument aucun droit !!J’aihonte !!Jenemereconnaispas !!Oùestlebonchic bon genre du début ? Si ma familleetmesamissavaient !Jeserais bannie ! Ce serait un scandale ! C’est impossible ! D’autantplusqueluinepeutabsolument pas m’aimer. Son état veutqu’ilaimeengénéral.Ilne mevoitmêmepas.Cetteconstatationmeconsterneencoreplus. J’aimalenmoi.Jevaisresterà toutjamaisdanscetamoursolitaire.Maisc’estsanscompterque l’amourveille.Etqu’enluiaussi une petite flamme commence à briller dans le silence, dans le questionnementpermanenthabité dugranddiscoursdel’institution. Aveclapeurauventredeseperdredansunetrahisonéhontée. Peuàpeu,lestempspartagésdeviennentdeplusenplusfréquents

De Longs pas de

cheminements ... 2 __________________________________________________________________________ Plein Jour


etdeplusenpluslongs ...Pourarriveràcetteprisedeconscience : nousnousaimonsprofondément. Notre recherche intérieure nous permet d’accueillir cette réalité comme don de Dieu. Nous sentons un amour inconditionnel qu’aucun raisonnement ne peut déranger.Nouslevivonsdansune foiintense.C’estleOUIàlaVie. Maisc’estenmêmetempsleoui à la souffrance de la situation. Aimer,oui,maisnousaimerdans l’ombrecommedesvoleurs.Etre ensemble,oui,maissouventséparés.Parlerduplusprofonddesoi, et le plus fréquemment se taire. Nousapprenonslesdifférencesde situations. Nous nous resituons faceàlasociétéetàl’institution Eglise. De longs pas de cheminement habitésdequestionnementsdouloureux,dedoutes,d’interdits,de difficultés,ontmarquél’hiverde notrerelation.Maisl’ajustement auquotidien,lalevéepeuàpeu

des interdits, la résonnance de l’Amourhumain,ledésirdevivre pleinement, illuminent aujourd’huinotreprintemps.Nous accueillonslestempsderencontre même brefs, comme un cadeau. L’Amourestlà,au-delàdeladistance,desobligations,desinstitutions. Conscientiser ces dimensions conforte notre relation,nousplongedanslapaixdu coeur. Après des années,jeréalise aujourd’hui

quenousvivonsunéquilibrerelationneldansundéséquilibredesituation.Cetteanalysemeposeen moi et me permet d’accueillir chaquejourunmomentd’Amour etdegrâce,sansrévoltenidouleur.Cepasauquotidien,jelefais depuis vingt ans déjà.Avec des amis,récemment,nousavonsfêté cesvingtansd’inconditionnalité. Stéphanie

- Bulletin d'adhésion ou de soutien L'adresserà :Plein Jour C/o D. Venturini - 8, rue du serpolet - 84160 Lourmarin Tél. 04 90 68 02 30 Nom : _______________________________ Prénom :_____________________________ Adresse : ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________ Tél.-Fax-e.mail : ___________________________________________________________ JesouhaiteadhéreràPleinJouretversemacotisationpourunan,soit15€ (ouplus !20€,30€,...) Jedésiresoutenirl’aideapportéeparPleinJourauxcompagnesparundonde :................€ Jesouhaiterecevoirdestractsetdocumentsàdiffuser.Mercid’avance Chèques à l’ordre de « Plein Jour » Date : _______________________________ Signature :

Notre lutte est votre lutte Vousrecevrezentreautresnotrebulletintrimestriel donttouslestémoignagessontsurlesitehttp://plein-jour.eu Plein Jour __________________________________________________________________________ 3


C

esamedid’octobre,M.C. etmoinousnoussommesmariés àlamairieduXXèmearrondissementdeParis.M.C.estunejolie hôtessedel’aird’origineguadeloupéenne,jeunefemmedécidée etsouriante. Demoncôté,j’aiexercéunministèreparoissialdurantseptannées avantdereprendredesétudesde psychologie. Voicienquelquesmotsnotrehistoire. Il y a six ans, alors curé de paroisse,jerencontreuncouplepour unepréparationaubaptême.J’ai alors32ans.Lajeunemamanrevientmevoirpourm’exposerles difficultésdesavieconjugale.Les discussionsquenousavonseues, maisaussimapersonne,l’ontintéressée.Uneamitiéetuneaffectionmutuellenaissent.Jetombe amoureux. Je tente de « rechoisir »monengagementaucélibat, émisdansunactedevolontéau jourdemonordination. Suiteàcetteépreuve,unamiprêtreetconseillerconjugal,évoque chezmoiunepossiblecompulsivité. Je pensais jusque là que « moncombat »étaitdansl’ordre normaldestentationsaffectantun prêtre,avecchezmoiunpasséaffectif plus lourd. Ma volonté ferme d’être prêtre à l’appel de Dieu,confirméeparl’Eglise,enrichiedemagrâced’état,entretenueparuneviespirituellesérieuse depuismespremièresannéesde formation,m’assurait,mesemblet-il,l’accomplissementdela« volontédeDieu ». Jechoisisalorsdefaireunepause pour faire le point et vérifier le cap.Jecommencealorsunepsychanalyseaurythmed’uneséance parsemaine.Vulanatureduproblèmesoulevé,ilmesembledifficile pour moi d’accepter un ministèreparoissial.J’entreprends

alorsdesétudesdepsychologie. JeparsvivreàParischezlespères assomptionnistes,oùjedécouvre desfrèresattentifsetattentionnés, vivantleurengagementreligieux etsacerdotalavecsérieuxetfoi. Fidèle à l’oraison, accompagné parunjésuite,j’avancedansune relation plus simple et plus confiante avec Dieu, cherchant nonàfairesavolontécoûteque coûte, mais à accueillir sa présenced’amourdanslaconfiance. Dieu m’aime et veut mon bonheur.Ilattenddemoiuneréponse libreetsincèreplutôtqu’un acte de volonté héroïque. Aucoursdece cheminement, je rencontre M.C. pour quijenourris rapidement des sentiments qui furent bientôtmutuels. Une relation suiviefutenvisagée.Cependant, au bout de quelquesmois,laperspectivede neplusexercermonsacerdoceme causa une terrible crise d’angoisse. Jenepeuxassumercetterelation et passe une année à prier pour M.C.etàoffrirmaviepourelle. Neuf mois plus tard, au cours d’uneretraitedediscernementde 30jours,jechoisisdedemander ladispensedel’étatsacerdotal.Je suisdanslapaixetdanslajoie, aprèsm’êtreremisenconscience devant Dieu. Mon incapacité à vivrepaisiblementlecélibatamotivécechoix. SileSeigneuravaitdésiréqueje restedansleministère,illesait, j’auraisditouidetoutemonâme, ensachantcombienlaviedecélibataire consacré est périlleuse pourmoi.M.C.estlaparoleque

Dieum’adonnéedanslanuitde l’épreuve. Elle est pour moi un chemin de salut. Notre amour m’apparaît comme un don de Dieu.Ausortirdecetteretraite,je larecontacte.Elleacceptedeme revoiretdereprendrelechemin. denotreamour.Nousprenonsun anpournousconnaîtreetchoisir denousengagerdanslemariage. Ce qui est chose faite en ce samedid’octobre,entourésdenos familles et amis. En attendant notremariagereligieux,le20juillet prochain à Gubbio, à côté d’Assise, où habite une partie de notre famille.

Un

Arc en L

a rencontre avec lui a été comme l’apparition d’un  arc-enciel dans un ciel où de lourds nuages gris acceptent de se dissiper  enfin.  J’étais  alors  une jeune  femme  célibataire  en quête de Dieu. Les multiples épreuves que je traversais me conduisent  vers  la  paroisse de mon quartier. Je n’y étais pas un membre actif et je me rendais  régulièrement  à l’église localisée dans ma rue pour  prier  et  assister  à  la messe quand mon emploi du temps  professionnel  me  le permettait.  Jusque  là  je  ne l’avais  jamais  croisé,  ni même aperçu. Souhaitant  accueillir  Dieu dans ma demeure afin de retrouver la paix, j’entrepris de faire bénir mon appartement. Je fus d’abord mise sur une liste d’attente car la période

Ciel

4 __________________________________________________________________________ Plein Jour


Aimer ...

pascale  était  passée.  Puis une sœur de la paroisse me contacta pour me demander si j’étais toujours intéressée par  cette  bénédiction.  Cet appel m’apporta une joie immense. Je commençais à me dire que Dieu avait entendu ma prière.  Le jour de la venue de ce prêtre fut assez  extraordinaire. En  ouvrant  ma  porte  je  me trouvai face à un jeune trentenaire en tenue d’été, sans col romain. Je pensai qu’il y avait  une  erreur.  Alors,  je m’empressai de vérifier que ce qu’il me disait correspondait bien aux échanges téléphoniques  que  j’avais  eus avec cette sœur. Rassurée, je lui expliquai le sens  de  ma  démarche.  Puis nous avons débuté la prière de bénédiction. Il  est  revenu  me  voir quelques jours plus tard. Je compris que nos discussions et  surtout  ma  personne, l’avaient  intéressé.  Il  me parla beaucoup de son parcours, de son désir de fonder une  véritable  famille,  des études qu’il avait entreprises pour assumer sa nouvelle vie si  Dieu  le  lui  permettait. J’étais dans la même attente. Non  sans  difficultés,  nous nous  sommes  mariés  civilement, deux ans et quatre mois plus tard. Nous désirons ardemment fonder un foyer familial aimant pour l’éternité.

Aimer c’est toujours Mourir à soi-même, Oublier le temps donné, Unir l ’eau et le feu, Renaître de ses cendres. Aimer, c’est défier Mort et vie, espace et temps Ouvrir son coeur au partage, User ses jours, ses nuits, Retenir son souffle et rester veilleur.

Aimer, c’est chanter Matin et soir, toujours, Oser prendre la parole Une fois dans sa vie Rien que pour exister vraiment. Aimer, c’est un don merveilleux, Magnifique et mystérieux. On n’aime jamais assez. Ultime combat, incessante quête, Risquer tout au risque de tout perdre. L.B.

M.C.

Plein Jour __________________________________________________________________________ 5


Chaque année en France, près de 200 prêtres quittent l’Eglise pour, bien souvent, poursuivre leur vie aux  côtés  d’une  compagne.  Michel,  Henri  et  Paul  ont  fait  ce choix. Ils ont accepté de parler de leur parcours.

Survol À

«

Réduit à l'état de laïc » : c'estlaformuleconsacréeparle Vaticanquandunprêtrequitteson sacerdoce.« Cesmotssontdurs commente Henri, ancien prêtre. Être réduit à l'état de quelque chose, ça n'est pas très valorisant ». Cette sémantique, Henri s'enficheunpeu.Carilsaitque savieestparticulièrementriche aujourd'hui.Entresesactivitésde militant à l'UDB et l'écriture en breton.Henriatoujoursétéanimé d'unedoublefoi.Religieusebien sûr,maisaussipolitique.« Même auseindel'Église,j'étaistrèsrevendicatif ».Toutnaturellement, aprèssonordinationen1963,le jeune prêtre breton sera nommé dans une paroisse ouvrière en plein centre-ville de Perpignan. « On était constamment au contactaveclesgens.C'étaittrès fort. Je vivais là avec cinq collègues ».Arriveramai68.Henri dit avoir vécu cette période commeunelibérationextraordinaire. « Enfin on parlait de nos problèmes.Delamanièredevivre notrecélibatparexemple ».

D

efilenaiguille,Henrise feraàl'idéequesonengagement de prêtre et sa vie d'homme n'étaient pas à l'unisson. « Tant qu'onétaitenparoisse,quenotre vieétaitcadrée,lasexualitén'était pas un problème. Le plus dur c'était pendant les vacances. On voyait pas mal de monde. Les fillesonlestrouvaitbellesaussi ». Henrisesouvientdudéclicquilui afaitprendreunautrechemin.Un samedisoir,alorsqu'ilpréparaitle sermon du lendemain, il s'est aperçu que ses quatre collègues avaient une relation suivie avec desfemmes.Peudetempsaprès, Henrirencontrera,aupresbytère, celle qui deviendra sa première compagne. Il quittera le clergé, deviendracommercialetmilitera àlaLCR !« Lesinstancesnationalesdupartiontétéconsultées quandj'aivouluadhérer.Ilsn'en croyaient pas leurs yeux. J'étais catholique,maisenplusjecroyais enlarésurrection ».Henrin'ajamaisvoulufairedemi-toursurle cheminqu'ilapris.Lesannéesont passé.Ils'estmariéavecMarie-Jo en1984.Tousdeuxontquatrepetits-enfants. Henri dit aller à la messedetempsentemps,« pour garderlelien ».

100kmdelà, Paulvitsafoid'unemanière complètement différente.« Jeparticipeactivementà laviedelaparoisse »précisecet homme à la carrure imposante. « Ici,àpartmafemme,seullecuré connaîtmonhistoire ».Celled'un garçondefamillemodeste,dotéde facilitésintellectuellesquiaprèsle grand séminaire fréquentera les bancsdelaSorbonneetdeviendra prêtre et professeur de Lettres. « Unjour,à42ans,jesuistombé gravementmalade.J'aiétéhospitalisédansuneclinique.Làj'aiété soignéparunereligieuseavecqui j'ai eu une relation. Ça a été le débutd'unespiraleinfernale ».Se considérant inapte à l'enseignement,Paulseverraconfierlaresponsabilitéd'uneparoisse.« Làj'ai eudenombreusesaventures,avec des femmes de la commune. C'étaittrèsduràvivre.Lesgensle savaient.Etjenepouvaispasme confier »Cettesituationdureradix ans.Jusqu'àcequ'ilrencontrecelle quideviendrasafemme.« Jel'ai suppliée de remettre de l'ordre dansmavie ».Àsescôtés,elleacquiesce.« Lefaitqu'ilsoitprêtre nemegênaitpas.Jevoulaisdevenirsafemme,passamaîtresse ». Le couple se mariera à l'église mais en toute discrétion. Même traitementàminimapourlebaptêmed'undeleursdeuxfils.« Il n'apaseudroitauxcloches.Tout s'estfaitencatimini.Mafemmeen gardeunegranderancoeur ».Paul aterminésacarrièredeprofesseur de Lettres dans un lycée public.

6 __________________________________________________________________________ Plein Jour


« Mescollèguesnesavaientrien demonpassé ».Paulseditprêtre « pourl'éternité ».Ilyadeuxans ilamêmedonnél'absolutionàun ami« àsademande ».Ledroitcanoniqueprévoitlachose.

A

utre ville, autre histoire, celledeMichelauxyeuxpleinsde malice.Ilexpliquequesondestin étaittouttracé.« Quandj'étaisenfant, on m'appelait petit prêtre. C'estdoncleplusnaturellementdu mondequejesuisrentréauséminaire ».ContrairementàHenriet Paul,Michelneserapasnommé en paroisse. « Avant d'enseigner onm'ademandédeparfairemon anglais en Grande-Bretagne. Làbas, à 26 ans, j'étais un étudiant

commelesautres.Jesortais,j'allaisdanser.Maissansplus ».Ason retour, le jeune prof se verra confierunemissionportantsurle théâtre. Cette ouverture sur le mondeartistiqueluiferadécouvrir unecertaineformedesensualité. « Jecôtoyaisdesfemmes.Onparlaitd'expressioncorporelle ».Jamais auparavant Michel n'avait réellementréfléchiàlaplaceque peutoccuperlecorps.« Entrenous on n'en parlait jamais. D'ailleurs lorsdesordinations,lecélibatet l'abstinencesexuellen'étaientque suggérés ».

seignait.« Jel'aivécucommeune blessure.Parcontre,dansmonentourage personne ne m'a jugé. Commesij'avaisretrouvélaplace quim'étaitréservée ».Michel,qui s'estmariéparlasuite,n'apasmis unmouchoirsursafoi.« Jesuis resté actif. Je me suis occupé du catéchisme pendant longtemps avec beaucoup d'enthousiasmed'ailleurs.Àprésent,je suisunhommeheureuxetlibre ». Unelibertéqu'ilpartageavecles prêtrestoujoursenactivitéqu'ilinvitesouventsoussontoit …

M

ichelquitteralaprêtrise. Illuiserademandédes'établirailleursquedanslediocèseoùilen-

http://pouvoiraimer.space-forums.com/aimer-un-pretre-t3.html Extrait du blog avec l’autorisation des responsables. Nous vous invitons à aller le consulter.

Un souffle

de Liberté ...

J

evousfaisparvenirmontémoignage en vous laissant la libertédel’incluredansleprochain bulletinPleinJoursouslepseudonymedePierre.Peut-êtrequema proseserajugéedure.Maisc’estla duretédel’institutionquiappelle cetteteneurdel’écrit.J’espèreapportermacontributionenfaveur des compagnes des prêtres pour quelesautoritésduVaticanreconnaissent la valeur de l’amour humain.

Ilesttoujoursdifficilederegarder unévènementpassédesaviepersonnelle quand il rappelle une souffrance profonde. Cela s’appliqueàtousceuxqui,unjour,ont vouluservirl’Egliseetquiontdû avantouaprèsl’ordination,renonceràceservicenonparmanquede conviction et de générosité pour servirlesautres,maisparcequ’il leurafalluchoisirlalibertéspirituelle,psychologiqueetaffective plutôtquelecélibatimposé,non par l’Evangile mais par l’Eglise institution. C’est mon cas. J’ai

sentilesouffledelalibertédansla souffrancelorsquej’aifaitlechoix departiretdeconservermonéquilibreaffectifplutôtquederester devantunmurdefrustration.Cela signifiequetousceuxquiontpersévéréetquiassumentloyalement leurcélibat,suscitentchezmoiadmirationetrespect.Maisilsuffit desesouvenirquelaplupartdes apôtres étaient mariés et avaient femmeetenfants. Plusieurs années après, j’ai rencontré celle qui partage toujours ma vie depuis plus de quarante

Plein Jour __________________________________________________________________________ 7


ans.Ensemblenousavonsvunaîtreetgrandirnosenfantsetpetits enfantssansquejen’oubliecesannées de séminaire, ni les souffrancesdetousceuxquiontchoisi une relation affective pour leur épanouissement et leur équilibre personnel. Trop souvent ils sont partis sans aucun secours. Avec l’aidedeleursparentsetdeleurs amis, ils se sont retroussé les manchespours’insérerdansune vie professionnelle sans compétencesetsansqu’ilspuissenttoucher l’indemnité chômage.Je n’oublie pas ceux qui vivent un amour dans la clandestinité, ni ceuxquiaujourd’huidéfraientla chroniquedesjournaux,sansque cette institution se pose la vraie question : Comment les prêtres d’aujourd’hui vivent-ils réellement leur célibat ? Dans un mondeoùl’enquêtesociologique portesurtout,unsondageillustreraitsansaucundoutecequeMgr Rouetadmetentouteprobité:aujourd’huilecélibatn’estpasvécu partouslesprêtres.Etquedirede laviecachéedescompagnesde prêtresquidepuisdesannéessont ignorées par les évêques. Il est vraiquetropsouventpourlahiérarchie ignorer un problème, c’est déjà le régler. Et ce délit grave que

constituemaintenantl’ordination desfemmesausacerdoce ? Cettedisciplinedeshommesn’est pasconformeavecl’Evangile,ni avec les dons de l’Esprit. La grâce peut aider la nature mais elle ne saurait s’y substituer.Il n’appartientàaucuneinstitution dedemandercequeDieunedemandepas.Encoremoinsd’ignorerlesdispositionsnaturellesau célibatounon.Longtempsl’institutionaprétenduquec’étaientles moinsbonsquis’enallaient.Aujourd’hui elle se garde bien de maintenir une telle affirmation, préférant fermer les yeux sur le non-respect  du célibat auquel s’engageleprêtredel’Egliselatine. Onsouhaiteraitquecettedoctrine évoluepourlebiendeschrétiens, et pour les prêtres eux-mêmes. Cette position du Vatican n’est qu’unaspectparticulierdesonenseignement.Jemesenssolidaire parlapenséeetlaprièredetous ceuxqui,théologienouprêtre,ont oeuvréaupérildeleurlibertéde parole,d’enseignementetd’écriture,contrelecélibatdesprêtres. Imposéparuneinstitutionquia oublié l’Evangile dont elle doit sanscesseêtrelerefletleplusfidèleensedépouillantdetousles orsetlespourpresdontseparent ses« princes ». Jemesensaussi

solidaire de tous ces penseurs chrétiensquin’ontcessé,malgré lesmêmesrisques,d’oeuvrerpour quesoitmisfinàcemachismeet à ce sexisme qui maintiennent dansl’Egliselafemmedansune situationdesujétionetd’infériorité.Jemesensaussisolidairede tousleschercheursethommesde science que l’Eglise a fait taire souvent par la violence sans reconnaissancenidemandedepardon.Enfinjemesenssolidairede touscespeuplespourquilacroix duChristatropsouventsuivile glaivedesesclavagistesetdescolonisateurs. Evangélisation qui, pourlepontifeactueln’apasété imposéeauxAmérindiensquand leurvieainsiqueleurcultureont été irrémédiablement détruites. Souvenons-nous des 200 000 mortsdusiègedeMexico.Souvenons-nous de la controverse de Valladolid.Voilàlecontextedans lequeluneactioncontrel’Esprita étéimposéeàtraverslemonde. Onaimeraitquecetteinstitution semettevéritablementauservice del’EvangilecommeleChristle luidemande,pouraccompagner, avechumilité,leshommesetles femmestelsqu’ilssont,dansleur globalité,sanscettefixationsurle sexe.Lesaiderdansleurcheminementaveccompassion,enrespectant leur conscience. Cette Eglise peut-elle se remettre en cause, convaincue qu’elle est seuleàdétenirlaVérité.Onattend quelesresponsablesàtouslesniveauxparlentvraisurlecélibat des prêtres. Qu’ils cessent de confisquerlaparoledeschrétiens, maisqu’ilsécoutenttoutcepeuple à qui le Concile Vatican II avait commencé à donner une voix pour exprimer leur besoin d’uneEgliseplushumaineetplus proche. Pierre

8 __________________________________________________________________________ Plein Jour


ouverte

Lettre à celui ou celle dont raison résonne

la T

ant d’obstacles, de murs, debarrières,deprincipes,d’interdits.Toutl’attirailqu’onnomme précisémentgarde-fous.Toutest construitetagencépourteretenir, pourtecontraindre,pourte« formater »,pourtediscipliner,pour tecastrer,quoi !Ilssonttouslàles principesetlesrèglementspour que tu perdes les pédales, pour quetut’embrouilles,aupointde neplussavoir« cequisefait »et « cequinesefaitpas ». Ilssontlàlesmursetlesgardefouspourt’empêcherdepartir,le cœurenfête,versl’impossible.

Lecœurjustement,parlons-en.Il s’estmisàbattrelachamade.Il tambourineencadenceinsupportable.Iléjectedespaquetsdesang tellement gros qu’à chaque secondetupeuxlescompteraupassage,là,justederrièrelesoreilles, danscesartèresquimontentirriguerlecerveau. Ettantquedurecerythmeinfernal,n’entends-tupaslabande-son duvieuxproverbe« lecœurases raisons … » Tu n’oses finir la phrase, hein ?Arrêt sur image : pointàlaligne. Laissetomberlereste.Carc’est ton cœur qui voit. Qui voit l’image.Quisaisitlesnuancesde lacarnationofferte :couleurchair.

C’est ton cœur qui voit les contours indicibles. Qui s’imprègnedureliefenvisagé ... Oh, bien sûr que ça ne lui convient pas, à la raison, d’être couplée avec un coeur littéralementsensdessus-dessous.Laraison ne veut, ni ne peut, s’accommoderd’unteldésordre. Nonmais !Lessens(entendez: les plaisirs des sens), c’est fait pourêtredessous,jugulés,dominés,maitrisés.Leurplaceestévidemmentinférieure.Touslesgens bientelediront :laraison,dessus. Lecœurausous-sol.Sansquoi, c’estlemondeàl’envers.LaNature elle-même l’a voulu ainsi. C’est la tête qui surplombe, qui chapeaute,doncquicommande. Onnemarchepassurlatête,que diable !

Acemomentexactdelabagarre intérieure,s’épanouitlaformule joliment ciselée, en forme d’inversion(poétique ?) :« ilfautraisongarder ». Ehbien !Jedismerdeàlaraison. Je t’invite à conchier tous les conformismesdesbonnesmœurs, touslesacadémismesdesbeaux arts.Parceque,teluncouperetde guillotine, ils n’engendrent que des cadavres. Froids. Blêmes. Figés. Ecouteplutôttoncœur. Ildélire ? Quellechancetuas ! Etymologiquement :délirer : sortir du sillon.Autantdire :dérailler. Va ! N’aie pas peur du contrepoint : déraille. Délire. Choisisd’êtrefou.Trèsordinairement,moque-toidesqu’endira-t-

Incandescence du regard croisé, Dilatation des narines, Frémissement de la lèvre, Esquisse d’un sourire. Et puis, non. Ce serait fou.

Plein Jour __________________________________________________________________________ 9


onetdesragotsdelaraisonraisonnante. Metslesbouts.Nemanquepasle départ du bateau qui t’attend : c’est la Nef des Fous. Non pas celledeSébastienBrandt,lestée deformulessentencieusesetmoralisantes.Maiscelleoùtuécouteras Erasme déclamant avec quelledrôlerielefameux« Eloge delaFolie » Parscontemplerlesétoiles.Malgrélespiègesetlesécueilsquetu nemanqueraspasderencontrer, tiensbonlegouvernaildecetesquifrempliàrasborddeliberté intérieure,c’estàdirededéraison. Parlerd’écueilsetdepièges,par-

Ne

seméssurlesflotsmouvementés de la vie, c’est te prévenir qu’aprèsCharybde,ilyaencore Scylla.Car,parexemple,tupeux êtreentraînédanslesillageducapitaine apôtre Paul vers les miragesdela« Foliedelacroix ». Oubienauxantipodes,tupeuxte laisserséduireparlesdisciplesde la déesse Raison, ces dériveurs quis’imaginentqueparunnouveauculte,ilslégitimentlaRévolution. Seul maître à bord, poursuis ta route. Après les avoir détectés, contournecesobstacles,nonsans les saluer au passage d’un clin d’œil ironique et narquois.

Qu’importe ! File quinze nœuds maintenant, pourquetadémencenedémente pasleurjugement.Etvoiciqu’enfin, je vois s’allumer ton regard danslarencontre.Tesnarinesse dilater. Ta lèvre frémir. Je t’entendsmêmesiffloterunechanson quivientdeloin.Quelquechose comme : « Les belles auront la folieentêteetlesamoureuxdu soleilaucœur … » Tu as gagné. Vive toi ! Tout le resten’estquelittérature. Bernard Cosson

pas pouvoir dire « Je » J

’ai beaucoup de sympathie pour « PleinJour ».Parcequeje m’ensenstrèsproche.Jesuis unvieuxprêtre :octoetplus. J’ailachanced’avoirencore mesjambesetmatête(àvérifier !) Célibataire, bien entendu ! Et j’ai vécu des ministères intéressants. Sans me poser trop de problèmessurmonidentité.Dommage.Carvers la cinquantaine, commença la tempête : n’étais-jepas« unpeuhomosexuel ? » Mais à qui dire çà ? Il y a trente ans, c’était généralement presque impensable. Sauf qu’un jour, bienloindechezmoi,jemesuis

jetéàl’eauconfiantdanslacharitéd’unconfrèreque,certainement, je ne reverrais jamais, jamais ...dumoinsjel’espérais tellementj’avaispeur. Il fut accueillant, m’aida à ne rien dramatiser ... bien que sa première question fut : « Es-tu passé à l’acte ? » J’en rigole, maintenant que cette question mesemble,aujourd’hui,révélatriced’unecertainementalité ... Au fil du temps, j’ai compris que,enfait,j’avaistoujoursété homo.Quec’étaitconstitutifde ma personnalité. Et qu’au lieu dememorfondresurmonmalheur, ma « structure » homo était un don du Seigneur. Une grâce.Etuncharisme. Ilparaîtquej’ailesensdelarelation,del’initiative,etpatatiet

10 _________________________________________________________________________ Plein Jour


patata !J’aidécouvertqu’onne connaîtjamaislesvraismoteurs quianimentunêtrehumain.Et quelagénérosité,parexemple, estparfois,unbesoind’action, sicen’estaussiceluide ...domination ! Le Bon Dieu doit bien rigoler, lui qui connaît le fonddescoeurs.Etquim’afait lagrâced’êtrehomopourenrichirmonsacerdoce. Reste, justement, ce fond du coeur quand on ne peut dire « JE ».Parcequ’onesthomoou pour toute autre raison. Combien d’amis de PLEIN JOUR connaissentcetécartèlementqui lamineleurvie ?L’impossibilité d’êtresoidevantlesautres.La

contraintededire,àproposdes autres « ILS » quand on voudrait dire : « nous ». Le sentimentd’unmensongecontinuel, saufavecderaresamiscapables denousaimerdanslavéritéde notre être ou de nos choix de vie. Dans l’état actuel des choses, un coming out est impensable.JeremercielesAnglicans qui ont ouvert la brèche - maisàquelprix -danslemur durejet. Alors ... « Alors, pourquoi restes-tudanstonEglise ? »Ma réponseestcelled’unjournaliste quiasuivitoutleConcilepour lejournalLeMonde,etnousa laissé cette Déclaration pleine

d’humour et de vérité : « Ce n’estpasparcequemamèrea son chapeau de travers qu’elle cessed’êtremamère.Alorsje luidisquejen’aimepasçà !Et j’acceptequ’ellemerenvoiela balle ... et toi ? ... et toi ? ... » Alors je baisse le nez ... parce quemonchapeau,ilestaussi- et souvent -detravers.Matchnul, donc.MerciàHenriFesquet,le journaliste-théologien,et« Père del’Eglise ». Tirlem (du Monde du silence)

Je Choisis La Vie Benjamín González Buelta s.j.

Ce matin Je redresse mon dos, J’ouvre mon visage, Je respire l ’aurore, Je choisis la vie.

Ce matin Je façonne la paix J’alimente le futur Je partage la joie Je choisis la vie

Ce matin J’accueille mes coups, Je fais taire mes limites, Je dissous mes peurs Je choisis la vie.

Ce matin, Je te cherche dans la mort, Je te relève de la boue, Je te soulève si fragile, Je choisis la vie.

Ce matin, Je regarde dans les yeux, Je serre une personne dans mes bras Je donne ma parole, Je choisis la vie.

Ce matin, Je t’écoute en silence, Je te laisse me remplir, Je te suis de près, Je choisis la vie.

Plein Jour _________________________________________________________________________ 11


Certains prêtres E

pédophiles sont aussi

nécrivantlesprêtres,l’intention est ici générale et plus large.Ils’agitaussidesévêques etdescardinaux,puisqu’ilenest également, c’est maintenant notoire.Cesontaussidesvictimes, disons-nous.Deparleurformation, leur environnement et leur hiérarchie. Cela n’enlève d’ailleurs rien à la gravité de leurs crimes. Ils doivent être jugés et condamnés. Mais peut-être ne sont-ils pas les seuls responsables ?Deleurformationonretiendra ce qui est spécifique : leséminaire oulenoviciat.

des

victimes

Ilfautd’aborddirequecesontdes maisons dont l’autre sexe est exclu.Lamixité,celan’existepas puisqu’il ne peut être question d’ordonner des femmes dans l’Eglisecatholique.Iln’yad’ailleurs pas si longtemps que la mixité a été introduite dans les écoles primaires et secondaires privéesdel’enseignementcatholique,souslapressionirrésistible d’une société en évolution. La plupartdesprêtrespédophilesdénoncés actuellement n’ont pas connucettemixité.Séminaireset noviciatsfonctionnaienten vaseclos,sansmédias,ni journaux,nitélévision, niinternet,avecdesvisitesetdes

courrierscontrôlés.Ladirection spirituellequiyétaitobligatoire couvraitaussibienleforinterne, l’éducationdelaconscience,que leforexterne,lerespectd’unrèglementdontonpeutsedemander s’ilétaitadapté.Lebutrecherché avecobstinationétaitdecoulerle candidatdansunmoulebiendéfinietprévupourlebonfonctionnementdusystème.Ilétaitparfois nécessairedecasserunepersonnalitétropmarquée,pouryparvenir.Unexemple :ilestdemandéà unnovicedelaverunescalierde lamaisondebasenhaut.Quand ilarriveàladernièremarche,le supérieurdonnevolontairement un coup de pied dans son seaud’eau sale et l’invite à recommencer ... Restentdeuxpossibilitéspourlenovice :oubienil descendl’escalier,dehautenbas cettefois,etprendlaportequise trouveenface,pourneplusjamaisrevenir,oubienilsesoumet, parce qu’il s’est fixé un but, un idéal. Il recommence alors son travail, et accumule désormais de nombreux sacrificesquisontaussidesrefou-

12 _________________________________________________________________________ Plein Jour


lementsavecdesourdesinsatisfactions, parfois des rancunes. Danscecontexted’étouffementet d’aprioriimposés,onassisteraà desdérapagesetàl’éclosionde complexesquipeuventallerdans dessenssadiquesoumasochistes. Entoutcas,onnepeutpascomptersurlaréalisationd’unebonne maturitéaffectiveetintellectuelle critique, ni sur un équilibre humainetcomplet. L’environnementhabituelduprêtreenexerciceestégalementpour lui un facteur d’immaturité ou d’infantilisme.Lespersonnesdévotes qui l’entourent, même si ellesnesontplussinombreuses, projettenttropsouventsurluileur recherched’absoluetleursrêves deperfection,ignorantcomplètementd’unepartlasurchargedes prestationsquisontlesleurs(10 paroissesouplusparfoispourun seulcuré !)etd’autrepartleurbesoindedétente,derechercheintellectuelle,decontactséquilibrés et la satisfaction de désirs normauxetlégitimes. Lafaçondontl’autoritéestexercéedansl’Eglisecatholique,sauf exception,estl’élémentdéterminant qui va enfermer certains hommes dans leurs problèmes. L’Eglisen’estpasunedémocratie. RomelerappellesouventetlesarchevêquesdanslaligneduVaticanlerépètentàl’envi.Sil’Eglise neveutpasêtreunedémocratie, c’estqu’elleveutgarderunpouvoirabsoluetdisposerdetout: biens,argentethommes,comme ellel’entend.Lepouvoircorrompt etlepouvoirabsolucorromptabsolument.Quandiln’yaniliberté d’expression(voirlenombrede théologiens, même d’évêques, condamnésouexclus)nipossibilitédechoixdanslafaçond’inscrire sa vie dans la société (politiquement, socialement, sexuellement, professionnellement ...) le cadre de vie imposé

par une hiérarchie sacrée, donc noncontrôlée,peutêtreressentià lalonguecommeprochedel’esclavage.C’estpsychologiquement désastreuxetcelapeutentraîner certainsquin’ontpaslecourage de protester, contester, réagir, à s’enfermer dans une perversion quilespousseàabuserdesplus faibles,despetits,desenfants ... Etpourtantilyaeudessignaux d’alarmecheznousaussi.Quand Rik Devillé décrivait le Vatican comme la dernière dictature en Europe,quandJeanKampdénonçaitlegrandsilencedesprêtres faceàcetétatdechose,ilauraitfallulesécouter.Ils avaientraison.L’Eglisea besoin depuis très longtempsd’uneréformeenprofondeur. Cela ne paraît plus actuellementnipossible,nienvisageable.L’Egliseestdoncmalade et les dégâts que cette situation engendre seront de plus en plusnombreux.La pédophilie a été miseenexergue,par la force des choses, à cause des plaintes et des enquêtes, mais personne encore ne parle des cas bienplusnombreuxd’alcoolisme, d’usage de drogues,dansleclergé, et des conséquences que cela entraîne. Quand l’Eglise catholique ne sera plus qu’une secte parmi d’autres, on regrettera ...

C

etitrepeutparaîtreprovocant.Or,danscetarticle,Jacques Meuricedétecteavecpertinence lescausesréellesdumalêtredes « personnes consacrées » dans l’Eglise. Leur conditionnement leur a déformé le jugement et lesarenduesinaptesàlavie réelle.Ainsi,certainsprêtres incapablesd’assumerleur désiramoureuxmaintiennent leurs compagnes dans un état de sujétion mortifère pour l’un et pourl’autre. PleinJourenest témoin. Dominique

Jacques Meurice paru dans LE SOIR à Bruxelles, le25/06/2010

Plein Jour _________________________________________________________________________ 13


Le

Jamais

jour que je

n’oublierai

Un poème de Fouzia Hassan, 9 ans

C

6 Février Journée Internationale deLuttecontre lesMutilations Sexuelles Féminines L’excision concerne encore plus de 130 millions de femmes dans le monde. Nous ne pouvions pas rester insensibles à cette atteinte cruelle de la dignité de la femme.

'étaitundimanchesoirquandmamèrem'aappelée etellemedit :« Mafille,viens »,àvoixbasse. Jesuisallétranquillement. Toutàcoup,mamèreadit :« Mafilledemainestton jourJ ». J'aiétéchoquéd'entendreça maisjen'avaispasprévudedirequoiquecesoit. Danslamatinée,j'aiététraînéeetplaquéeàterre. Quandtroisfemmessesontassisesetm'ontcrucifiée surlesol. J'aipleuréjusqu'àneplusavoirdevoix. Laseulechosequej'aiditc'est,« Maman,oùes-tu ? » Etlaseuleréponsequej'aiobtenuétait« Calme,tranquille, mafille. » Ladouleurquej'aivécuétaitunedecellesque Jen'oublieraijamaispourlerestedemavie. Etjenevoudraispasquelamêmechosearriveàmesamis. Cettenuit-là,j'aieuunenuitsanssommeil. Jepouvaisvoirunevieilledameavecbeaucoupdelames lefaireencoreetencoreetencore. J'aicriéetmamèrearrivaencourantpourvoircomment j'allais. Mesparentsaimants,est-cevraimentcequejeméritais ? Jedemandeàvoustous,est-cevraimentceque jeméritais ? Traduit par Emmanuelle Daubercies

14 _________________________________________________________________________ Plein Jour


Zöfra

L

esamedi6novembre,l’association ZÖFRA a fêté son dixièmeanniversaireàLucerne. C’estuneassociationdefemmes impliquéesdanslesquestionstouchant au célibat obligatoire des prêtres. L’abbé Xavier Lingg nous livre sesimpressions.« Lorsquejejette unregardcirculairesurcetteassemblée,jesuisétonnédunombre de personnes ayant répondu à l’appel. Les messieurs ont tous des« têtesdecurés »,desallures deprêtres,cejenesaisquoidans leurtenuevestimentaireoudans leurfaçondesetenir,deparler,de sesaluerquidénonceleuridentité cléricale.Etjemedis« Quelgâchis ! Quel gaspillage de forces pastorales ! Tous ces hommes sontprêtresetl’Eglisen’enveut pas.Ellelesmarginalise,lesexclut,simplementparcequ’ilssont en infraction vis à vis d’une loi quin’estque« préceptehumain ». Etlesfemmesquilesaccompagnent furent pour la plupart des « engagéesd’Eglise »quecelle-ci amisesaurebut.Cafaitmalau cœur ». Plusieursinvitésdepaysvoisins, d’Autriche et d’Allemagne, qui ontdesorganismessimilaires « Priester ohne Amt » et « Wir sintKirche »exprimentleursolidaritéaveclasouffrancedespersonnesmarginalisées,desépouses

d’ex-prêtres,deleursfamilles,de leursenfants.Ilsinsistentsurla nécessitédes’engagerpourfaire évoluerl’Egliseetdepersévérer danscetengagement. Puisc’estlaprésidente,Madame GabriellaLoser-Friedli,qui,enun exposé magistral, exprime ses préoccupations pour l’avenir à partird’unbilandes10ansécoulés.Enréalité,ils’agitdeplusde 10 ans, puisque ce mouvement existedepuis1985.Maisils’est dotédestatutsenl’an2000. Qu’est-ce qui a été réalisé durant ces années ? L’accompagnementdebeaucoup de femmes, que ce soit des femmes de prêtres qui ont dû abandonnerleurministèreetretrouver une nouvelle profession pourassumerleurresponsabilité, quecesoitlecasdeprêtresqui ont abandonné femme et enfant pourresterfidèlesàleurengagementclérical.L’associationadû fournirdesaidesfinancièrespour des recyclages professionnels, soutenirdesprêtrestropâgéspour trouverunnouvelemploi,ouencoresubvenirauxbesoinsdesex-

prêtresissusdepaystrèscatholiquescommelaPologne. Enentendantcetexposédelaprésidente,j’aiprisconsciencequela Zöfra est tout autre chose que cetteassociationrevendicatriceou contestataire qu’on m’avait dépeinte. C’est une association de solidarité.Elleestimpatientede voirbougerleschoses.Orellene rencontrepasd’appuiauprèsdela Conférencedesévêquessuisses. Cependant,ellenesedécourage pas.Lediscoursdelaprésidente s’achève sur cette citation de Raoul Follereau : « Un homme, mêmeseulaudépart,s’ildonne chaque jour un coup de pioche dans la même direction, sans se laisserdistraireoudétourner,les yeuxfixéssurlebutqu’ils’estassigné,mêmesileterrainestderoc ou d’argile, il finit toujours par ouvrir un chemin ». Et elle conclut : « Sans l’amour, rien n’estpossible;avecl’amour,rien n’estimpossible ». Après un spectacle plein d’humour,laséances’estachevéesur unApéroaucoursduquelbiendes « vieuxconfrères »ontpuseretrouver,seprésenterleursépouses respectives,seraconterleurvie ... A la sortie, chacun a reçu un pavé …pourconstruirelaroute versl’avenir. Abbé Xavier Lingg

Plein Jour _________________________________________________________________________ 15


!

Le vent ne s'arrête pas de souffler Suite au dernier article paru dans Plein  Jour  N° 11  et  portant  le même titre, Je voudrais continuer la réflexion : Les engagements que j'ai pris, une fois libéré de toute fonction ecclésiastique, ne se sont-ils pas situés dans la même perspective ? Et  même,  n'ont-il  pas  mieux  répondu  à  ces  motivations  que  ne l'aurait  permis  aucune  fonction  ecclésiastique ?

«

Pendant les 12 années de séminaire,l'églisenem'avaitpréparéqu'àunefonctiond'égliseet non à me mettre au service des femmes et des hommes de ce monde. Une fonction très univoquedonc :formatémono-fonction !Dommage ! A la longue, ceci m'est apparu grâceàlaréférenceabsolue,àsavoir la personne de Jésus. Jésus étaitunjuiflaïcetnonunprêtre : iln'étaitpasdelatribudeLevi.Il n'ajamaisvoulufonderuneéglise (Cf Haag. N° spécial de Parvis N° 7 de 2002). Proche des gens desvillages,ilrépondaitàleurs attentes.Illesstimulaitàseréaliser,cequiétaitdéjàsignedece royaumedontilparlait. L'expérienced'accompagnement depersonnesquej'aieulachance de mener pendant 7 ans dans le cadred'uneaumônerienationale demouvementdejeunessesesituaitendehorsdesobligationsrituellesquej'avaisconnuescomme

prêtredeparoisse. Cetravailquej'aieulachancede pouvoirentreprendreaprèsavoir été « remercié par l'église », je croisl'avoirvoulucommeunservice, celui des femmes et des hommeauxprisesaveclesdifficultésdetouslesjoursetenrecherched’unevieplushumaine, etnond'unsalutsituédansl'après vie terrestre, à la manière dont l'église fait peser cette question surlesconsciences. Notre méthode consistait à rassemblerdespersonnesconcernées parunproblèmedesociété :garde desenfants,prisededrogue,placement de personnes âgées en maison de retraite, abandon de personnesâgéespendantl'été … Puislesaideràanalyserceproblèmeàpartirdesonimpactsur leurproprevieetdansleurmilieu. Les faire s’interroger ; « Commentpuis-jem’entirerd’unemanière qui corresponde à mes convictions ? »Passerensuiteàla question pratique, mais personnelle : « qu'est-ce que je peux faire ? » Et puisque nous étions réunis :« Ensembleici,quepouvons-nous faire ? » Plus tard on verrait comment élargir le petit cercle de départ à des gens concernés par ces difficultés ; touteunedémarchede« participationcitoyenne ». Aulieudeparlerdesolidarité,je lavivais ! Déjà créer cette approche de la réalité pour s'en distancer, puis s'interrogerensedisant :« ilya

quelquechoseàfaire »provoquait lesentimentdeneplusêtreàlaremorquedesévénementsmaisde pouvoir changer les choses. Je n'avais pas l'impression d'être passé d'une fonction dite « sacrée »oud'intérêtsupérieuràune fonction subalterne, mais au contraire de me situer dans le concretdelaviedesgenspourles aideràlaprendreenmains.C'était çalapratiquedeJésus ! C’est ainsi que nous avons créé uneAssociationd'aideaux« nounous »avectarifscommuns,des tempsdeformationavecunepetite librairie pédagogique, des lieux d'accueil de famille ou de jeunesdrogués,etunedynamique d'entraidependanttoutl'étépour personnes âgées restant à leur domicile … J’avaislasatisfactiondecheminer avec ces personnes, à ma place d'animateur-conseiller social, dansunerecherched'engagement collectif,àpartirdequestionssoulevéesdansleurpropresituation, partagéesetdoncdépassées.Tout celanécessitaitunfortinvestissement en temps (merci à la patience de mon épouse !) pour la miseenplaceetlacoordinationde responsablessolidesdanschaque communeconcernée ;ainsiseréalisaitunesolidaritéactive,unefraternitéqui,siellesnefaisaientpas explicitement référence à Jésus, portaient sa marque, celle d'une recherche d'un mieux vivre ensembleetd'unmieuxêtrehumain. Je n'évoquerai pas les emplois successifsquej'aiconnusmaisje

16 _________________________________________________________________________ Plein Jour


peux témoigner que le service pourlapromotiondejeunes,celle des hommes et des femmes y a tenulargementsaplace,ycomprisdansleseffortspourcréerdes organisationssyndicalesd'entreprise.Toutcelasefaisaitmodestement,sansréférenceexpliciteà l'égliseouàJésus,maisdanslarecherche d'un épanouissement des potentialités humaines danslajusticeetlasolidarité.Sansparlerdupartage quotidienavecuneépouse attentive, capable de critiquemaistoujoursdesoutien. Nousavionslesentimentd'êtrede cepeuplequi,loindesecroiredétenteur d'une vérité, progressait malgrésesfaiblessesetsesrenoncements ; nous participions à la lentemarchedel'humanité,dans l'effort,sansrecherched'unpouvoir indument accaparé et, pour certains, conscients d'avancer danslesillagedeJésus. Non,jeneregretterien,comme diraitEdithPiaf ! Cefutunevietrèsrichenouspermettantdefaireévoluercertaines situations vers « un mieux être collectif ». En revanche, nous constatons que bien des prêtres, paralysésparl’immobilismedela hiérarchie, se débattent en pure pertepouraméliorerlefonctionnementdeleursparoisses.Misà partdelaviedesgensdontilsne partagentpaslessoucis,laplupart restentimpuissantsànouerledialogue avec eux. Et quand ils le comprennent,ilsensortentdécouragés ! D'ailleurslemot« service »n'estilpaslemotpluscommunetplus compréhensifpourdésignercette fonctionquereprésenteun« Ministère ? » l'église n'est-elle pas « pour le service du monde », comme on le dit si facilement ? Ne devrait-elle pas en rester à

n'êtreque« servanteetpauvre ! », selon le titre du livre de Yves Congar ?Etnonpourle« service deDieu »,commes'ilenavaitbesoin !Formulestoutesfaitesetqui neveulentplusriendire.Pourquoi aupassageéprouve-t-ontoujours lebesoind'employerunvocabulaire spécial pour désigner les choses dites « religieuses », comme s'il s'agissait d'un autremonde ?Nousavons besoindedésacraliser,de démythifierpourretrouver uneparoledevie …ilyadu cheminàfaire ! Uneréellecontinuitéd'orientation fondamentale. J'ai rencontré bien des « prêtres reconvertis »quionttrouvéune grandepaixdanscestyledevie qu’ils estiment souvent plus évangélique.Nombred'entreeux sesontretrouvéssollicitéspourdesengagements syndicaux, sociaux, culturels ou politiques, de quartier notamment, loin du confort d'une situationbieninstallée.Pour euxaussileventacontinuédesouffler,etdansle mêmesens.Atraversces engagements,ilsontretrouvé une continuité avec leurs anciennes responsabilitésdeprêtres,oudumoinsavec lavolontéquilesanimait, une vraie FIDELITE. Ils ont conscience de ne pas s'êtredéjugés.Ilsgardent ainsi cette estime d'euxmêmessanslaquelleonne faitpasdegrandeschoses.Et assez souvent avec une manièredeprolongerleMessagepar desvoiesdégagéesdureligieux.

tre marié actuellement enAmériquelatine :« Etmoicommentje mesensdanscenouveautravail ? Cette reconversion professionnelleétaitundéfiimportantpour moi.Jepeuxdireauboutd’unan quejem’ysensbien …quej’appréciecetterelationdeconfiance etpartagequis’instauredurantles cours. Je peux aussi développer des compétences acquises au fil demesexpériencesantérieures : lapédagogie,l’informatique,l’accompagnement,l’animation …et plus que tout ma vie d’aujourd’hui n’est pas un changement radical de ma vie antérieure ;c’esttoujoursunevie dont l’Evangile de Jésus-Christ estlecentre :larencontreentreles hommesdelaterre,lasolidarité aveclesplusdémunis,l’ouverture àl’AmourdeDieu ». A la question posée, s'agissait-il de rupture ? Je répondrai « oui », mais rupture … avec les responsables de cette institutionincapablesdecomprendrel'intérêtpourleroyaume d'une insertion dans le monde d'hommes et de femmes libres de leur choixdevie.Encequi me concerne il s'agit bien de contin u i t é dans la fidélité. Jean

Jepenseautémoignagedeceprê-

Plein Jour _________________________________________________________________________ 17


Projet de balade en Provence __________________________

A

notre dernière réunion d’automneàLourmarin,unami avait suggéré l’idée d’organiser une rencontre-détente pour tous ceuxetcellesquiauraientenvie de partager un week-end d’échangetoutendécouvrantla région. J’aime mon coin de Provence. Aussijeproposedevousenfaire voirunepetitepartie,les9et10

Cri de triomphe ? Plutôt murmure discret ! « Elles  aiment  des  prêtres  et défient les convenances. Clandestines,  elles  vivent  des amours  douloureuses  auprès de compagnons déchirés entre leur promesse de célibat et leur passion  pour une  femme interdite »

avril. Par exemple : la forêt des cèdres,Roussillonetsescarrières d’ocre,Gordes,perchésurunéperon rocheux, le village des bories ...Etlelendemain,Vaugines, Grambois avec si possible son santonnierbienconnu,Ansouiset Lourmarin. Nouspourrionsnousretrouverle 9enfindematinéeàLourmarin. Sortiel’aprèsmidiainsiquele10 aumatin,pournousquitteraprès lerepasdedimanchemidi.

Cetteinvitationvousarriveassez tôtafinquevouspuissiezlaprévoir.Celanousdemandeunecertaine organisation, notamment pour la nuit.Aussi je pense que nousnepourronspasêtreplusde quinze. Alors,silecœurvousendit,n’hésitezpasàvousinscrireparmail, courrierpostal,outéléphone. Abientôtdevosnouvelles. Dominique

Mon Curé, mon Amour Elisa Mignot a recueilli les témoignages  de  ces  femmes,  de ces mères parfois, dont la rivale est l’Eglise. 

L

ajournalisteévoquetour àtourlevécud’Angélinadont lecompagnonvitdanslapeur deperdresonstatut. Celuid’Alexandra, traitéetantôt en amie, tantôt repoussée comme tentatrice. Plusheureux,GuyetElisabeth ont trouvé leur équilibre : « Je suisd’autantmieuxprêtrequeje suisamoureux ». Egalementépanouisetcachés, GérardetEliane. Leursévêques ferment les yeux ! Touslescouples clandestins n’ont pas droit à cette compréhension.Aprèsvingtansde

18 _________________________________________________________________________ Plein Jour


relationavecMarga,LéonLaclau est dénoncé auprès de la hiérarchieparsesconfrèresprêtres.Révoquébrutalement,ilrefuselepostequiluiestofferten Côte d’Ivoire. Il se marie en 2008,avecl’approbationdeses paroissiens. Héloïseaeudeuxenfantsavec unprofesseurdethéologied’une universitévaticane.Relationdécouverte au bout de dix ans. L’autoritésanctionnedurement. Lui,perdsonposteetdisparaît. Esseulée,elleécrit :« C’estune injustice et une violation des droitsdel’hommedeluiinterdired’aimerunefemmeetd’éleversesenfants ». Odileetsonamiontdésirétrès fort avoir un enfant. Après la naissancedeleurfilleLucie,le prêtren’apaschoisidevivreen couple. Brisée, Odile a cependant maintenu la relation pendantquatreanspourpermettre aupèreetàlafilled’établirun lienaffectueux.C’estlaréussite d’Odileenqualitédemère.Mais sadéfaitecommefemme.A16 ans,Lucieditavoirsouffertde

nepascomprendrequielleétait etoùétaitsaplace.Sonpère la présentait à ses amis comme sa nièce, sa filleule ... Enfin, Dominique Venturini aprèsavoiraiméunprêtredans l’ombrependant42ans,estdevenueunemilitantedéterminéecommeprésidente de l’Association Plein Jour.Ayantelle-même connulatortured’un amourcachéetlaculpabilité,ellesesentenphase aveclescompagnesdésemparées. Nouvel Observateur 27 janvier 2011

P

lein Jour remercie lajournalistedecetexcellentarticledestinéàalerterl’opinionpubliquesur la pratique d’une institutionauxcomportementsrigides et rétrogrades qui détruitdespersonnalités.

Nouvelle brève______________________

S

amedi 15 janvier 2011, danslanefdeWestminster,lacathédrale catholique de Londres, trois anciens évêques anglicans ont été ordonnés prêtres catholiques.C’estàdirequ’ilsontété rétrogradés dans la hiérarchie. D’évêques,ilsontétéréduits,non pasàl’étatlaïc,maisàceluide simplesprêtres. Parmesured’indulgence,ilsont étéautorisésàrestermariés.Qui aditquel’Eglisecatholiqueétait inhumaine ? Après la grande prostration, visagecontrelesol,leursfemmesse

tenaient près de l’autel pour les aider à revêtir leurs chasubles. Image des plus attendrissantes ! Toutesnoscompagnesenrêvent ! Unecinquantainedeprêtresanglicanss’apprêtenteuxaussiàchangerd’Eglise.Avecleursfemmes, espérons-le ! C’estégal !Obligerceshommes àêtreréordonnésprêtres !Alors qu’ilsontportélaresponsabilité d’un diocèse et procédé euxmêmesàdesordinationsdeprêtres.Quelcamouflet!Onnepeut pasmieuxleursignifier :« Tout cequevousavezfaitdansvotre Egliseestnul ! »Quellegiflepour l’oecuménisme !

Bilande l’opération. L’Eglise catholique gagne trois prélatsdégommés.Deplus,notre clergéintégristevoitarriverdes frères,opposéscommeeuxàl’ordinationdesfemmescommeprêtresouévêques,etadeptesdela messeenlatin,fessesaupeuple. Avions-nousbesoindecerenfort pourtournerdéfinitivementledos à Vatican II et plus encore à l’Evangile ? Dominique

Plein Jour _________________________________________________________________________ 19


Vu tv à

la

L

____Toute une histoire

e vendredi 3 décembre, un prêtreayantquittéleministèreétait invitéàl’émission« Touteunehistoire »dirigéeparSophieDavant. Sobreetpudique,ilracontesonhistoiresansfioritures.Saparticipation à une chorale. Une longue amitié avecunechoriste.Puislanaissance d’un amour partagé et le cas de consciencequ’ilpose.Sixannées deréflexionetdeuxmoisetdemide marchesurCompostellepourprendreletempsd’yvoirclairetdedécider. « Cela a-t-il été facile pour vous de changer de vie ? - Non,pasdutout !Alacampagne, encoremaintenant,leprêtreresteun notable.Toutd’uncoup,jesuisdevenuanonyme.Jusquelàmonoccupationconsistaitàallerrencontrer lesgens,àlesaideràlafoissurle plan humain et spirituel. C’était passionnant. Maintenantmontravailestdegérer uneentreprisedefruitssurgelés.Il memanqueladimensionspirituelle. Aunmoment,laboîteaconnude grosses difficultés financières. Alors,j’aiditàmonpatron« Situ veuxmelicencier,jetedonnema démission.Moij’aid’autrescordes àmonarc ».C’estmafoiquim’a faitréagirainsi. « Avez-vous regretté ce choix ? - Non,pasdutout.J’aiquittélecélibat parce que j’ai rencontré une personnequim’aimeetquej’aime. Sophienem’apasmisdevantune alternative :« Quellequesoittadécision,jel’accueillerai »,m’a-t-elle dit.C’estadmirable !Iln’yapasde

concurrenceentreelleetDieu.Moi, jesuisenaccordavecmoi-même. J’aiposéunactevrai.Maintenantje mesenslibre.C’estunbonheurde pouvoir prendre la main de mon épouse,deluidire :jet’aime,sans craindre le regard des autres. Je resteprêtre,maisprêtremarié ».

C

____L’Edition spéciale

'était le lundi 6 février. Canal + diffusait un interview de DominiqueVenturini.Etce,tenezvousbien,danslejournalde13h, doncàuneheuredebonneécoute. Dominiquerépondantauxquestions de la journaliste rappelait qu'elle avaitétéelle-mêmecompagned'un prêtrereligieuxpendant40ansmais qu'ilavaittoujourseuuncertainréflexederecul:sonministèreprimaitsurcetamourpourtantintense. Etelleajoutaitencommentantce faitmaisenl'élargissantàbiend'autres situations : « Mais qu'est-ce qu'onapuleurmettredanslatête ? ilsontétévéritablementformatés danslesséminaires !Onpenseque 15 % des prêtres en fonction aujourd'huiviventunerelationamoureuse …Nousprenionsbiensûrnos vacancesensemblemaisunpeuloin denotrelieudeviehabituel.J'aiattendu.Etducoup,j'yaisacrifiéune vraie vie de couple avec des enfants,unevraieviedefamille »Ce sontdesreligieuxdesonordrequi nousontdénoncés.Pournousséparer,sonSupérieurl’amutéenrégionparisiennemaiscelan'arien changé pour nous. Seulement un peupluscompliqué !

L

______________Harkis

emercredi12janviersur France2,« Harkis »,unerediffusion du téléfilm d’AlainTasma. Remarquable. Danslerôleprincipal :Smaïnen pèredefamilleavecLeilaBekhti quiincarnesafilleainée.Leurjeu estremarquabledejustesseetde sensibilité. LesHarkissontdessoldatsindigènesengagésauxcôtésdel’armée française durant la guerre d’Algérie. Au moment de l’indépendance, ces pro-français, considérés commedestraitresparleurscompatriotes sont massacrés avec leurs familles. Environ 60 à 70 000 sont victimes de représailles.Legouvernementfrançais dirigépardeGaullelimitelenombredeceuxquipeuventsereplier sur notre pays. Près de 90 000 personnes purent s’y établir. L’abandondesHarkisparl’Etat françaisetlesconsignesdonnées parlespouvoirspublicsden’effectueraucunrapatriementmassif, ont été considérés comme l’unedesplusgrandeshontesde toutel’histoiredeFrance. En1962,alorsquelaguerred’Algériesetermine,lafamilleBenamararrivedansunnouveaucamp dusuddelaFrance.Leconstatest dur : cette nouvelle existence s’annonceencoreplusdépourvue de libertés. Une vie de misère souslatutelledesautoritésfrançaises,querefuseLeila.Pourcette adolescenterévoltéecontrel’injustice,sonpèrenedoitrienaux Françaisquinel’ontpasprotégé en Algérie. Elle voudrait qu’il cessedecourberl’échine.C’estle dramedetouscesdéracinés,mal accueillisdansunpaysingratavec toutelafrustrationetlarancœur quecelasuppose. Dominique

20 _________________________________________________________________________ Plein Jour


lecteurs

Courrier des M

O

ui,l’écoutec’estessentielet vousavezunbeautravailàfaireen cesens. Vosinterlocutricess’autorisent-elles àdireàleurscompagnonsprêtresles besoinslégitimesquisontlesleurset les changements d’attitude qui s’imposent chez leurs partenaires ? Certainsprêtresontbesoinde sefaire« étrillerlescôtes », voulant tout avoir. Ils doiventapprendrequechoisir c’est renoncer à ceci ou cela ...Pasdematuration autrement. C’estparunelenteettortueuse évolution que j’ensuisarrivéàvivre en couple, ce dont je suis heureux aujourd’hui. J’y ai gagné, me semble-t-il en humanité. Mais par quels chemins m’a-t-il fallupasser ! Jacques Musset prêtre « reconverti »

Auteur de « Une vie en chemin » A commander chez l’auteur 12,rue du Ballon 44680 Ste Pazanne

’appréciebeaucoupcequevous faites ; en vous lisant je me sens confortédanscequejevis. Entouslescas,jevousinviteàcontinuervotreactionpourquenouspuissionstousgrandirdansl’amourque nousvivonslesunsetlesautres …et pour que nous avancions vers toujoursplusd’humanité. C’estimportantquevous,lescompagnesdeprêtres,vouspuissiezdire publiquementlesbelleschosesque vousvivezavecnous.Sinoussentonscetteforcequivousunit,nous sommes capables de faire des pas nous aussi. J’avoue que le respect quevousavezpournousmeréjouit énormémentetm’inviteàaimerencoreplusmacompagne.

erciDominiquepource dernier« PleinJour »del’année. GustaveFlaubertécrivait : « Lisezpourvivre ! » J’ailuavecpassionlespagesde ce « Plein Jour » pour vivre encoreunpeu.C’estlaraisonessentiellepourlaquellejem’accroche plusquejamaisàtoutcequipasse àportéedemain !Because :j’ai faim et soif de tendresse et d’amour. C’est bien « ça » que laisserespirerletextedestémoignagesnotamment! Ausujetdetonappelà« oser » témoigner, tu as raison de comprendre la peur paralysante de ceuxqui« n’osentpas »àcause surtoutdesreprésailles.Jesuisle témoinconfidentieldeconfrères au moment de passer de l’autre côté. Je reçois aussi les confidencesdeconfrèresounon,victimes de la perversion d’un psychopathequerienn’arrête,fûtilévêque,cequiaggravesoncas ainsiquelaresponsabilitédeceux quil’ont« consacré »tel ! Entoutétatdecause,lavérité,diton, finit toujours par triompher. Onpeuttoujourslesouhaiter !En attendant,tuasraisond’offrirune « plate-forme »pourpartagerles situations,lessouffrances,lesinjustices,lesabandonsdefemmes etd’enfants,lesinterditsd’aimer, les« crimes ... »dontestcoupable l’Eglisecatholiqueinstitutionnelle que le tribunal de l’opinion publiquedanssasagessecondamne. Lesnouvelles,informationsettémoignagesde« PleinJour »m’interpellentpourreleverlatête. Je me sens très près, voire concerné, par tant d’appels du passage de l’amour meurtri, bafoué, rejeté, enseveli, enfoui, brûlévif,àl’amourvrai,retrouvé, épanoui,ressuscité !

Prêtre anonyme

Paul

«

Nulnedoitêtreenfermédans sajeunesse »(EdgarMorin) L’Eglise au fil des siècles, n’a pas prisencomptel’évolutiondelasociété, et le fait que nous avançons danslavieparétapes. Une personne ne pourrait-elle pas êtreprêtrepouruntempsdéterminé ?Unengagementpourunefonction dansuneassociation,unsyndicat,un partipolitique,n’estpasàvie.Dans ce sens, une communauté pourrait élire la personne qui officierait commeprêtrepourunnombred’annéesfixéàl’avance. Alice

J

Plein Jour _________________________________________________________________________ 21


22 _________________________________________________________________________ Plein Jour

PLEIN JOUR  

Bulletin trimestriel de l'Association PLEIN JOUR qui aide les compagnes de prêtres et de religieux et aussi leurs compagnons, et entend lutt...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you