Page 1


© Loswald Production

interview

Maria Mettral: «J’assume le fait d’être grand-mère» Toujours aussi pétillante et dynamique, la comédienne genevoise Maria Mettral est l’image même de la nouvelle grand-mère. Elle jongle entre travail et famille, se réservant des moments privilégiés avec son petit-fils Arthur. Propos recueillis par Caroline Baud

Est-ce que devenir grand-mère était important pour vous? Franchement, je ne me suis jamais posé la question. Etre grand-mère, un jour ou l’autre, me semblait naturel, cela fait partie de l’ordre des choses. Par contre, je ne pensais pas l’être si tôt, à 49 ans! Mon dernier fils n’était pas très âgé. Sébastien, le père d’Arthur, mon petit-fils, avait 23 ans et ma belle-fille 21 ans, et ils étaient encore tous les deux à l’université. Du reste, Sébastien avait un peu peur de ma réaction lorsqu’il me l’a annoncé. Il pensait que j’allais hurler. En fait, j’ai surtout été surprise et j’ai éclaté de rire, ce qui l’a déstabilisé. Je me suis aussi

dit: «Qui es-tu pour juger?» Et puis, est-ce qu’il y a un âge pour avoir des enfants? Je serais mal placée pour dire quelque chose, d’autant plus que j’ai eu Sébastien à 26 ans. Je faisais partie de cette génération de comédiennes qui considérait qu’il n’était pas possible d’exercer son métier et d’être mère. On me regardait avec des yeux comme des soucoupes! J’ai eu trois enfants alors que je suis comédienne et, par définition, sans emploi fixe. Mon contrat avec la télévision est renouvelable d’une année à l’autre. Mais je n’ai jamais eu peur du lendemain, je me suis toujours dit: «Tu trouveras.» Il est possible que cette attitude

ait influencé mon fils, qu’elle lui ait donné confiance. Cela dit, je suis consciente que la situation n’était pas la même à mon époque. Il s’agissait d’un choix de vie, nous avions un vaste champ de possibles alors qu’aujourd’hui, les jeunes, même diplômés, ont beaucoup de difficultés à trouver un emploi fixe. Je ferai tout pour aider et accompagner mon fils et ma belle-fille. Quelle a été la réaction de votre entourage? Comment vit-on en société le fait d’être grandmère à moins de 50 ans? La réaction de mes amies et amis était amusante. Ils me disaient:

13


viealimentation quotidienne

Une cuillère pour Maman, une cuillère pour Papa… Ça y est! Le petit gourmand, qui n’a eu besoin que de lait jusqu’à présent, va goûter ses premiers vrais repas – en principe sous forme de purées – et Maman et Papa vont tout faire pour que manger soit dès les débuts une expérience positive. Ne vous laissez pas décourager, même si les premières expériences gustatives de votre enfant se révèlent épineuses! Par Sara Wagner

A

u plus tôt à cinq au plus tard à sept mois, il est bon de commencer de donner à Bébé, en parallèle du lait maternel ou en poudre, ses premiers repas à la cuillère. Certes, mais comment s’y prendre? Comment relever le pari de faire du bout de chou un fin gourmet? A quoi fautil faire attention? Comment réagir, en tant que parents, face à un début d’allergie ou une intolérance, ou lorsqu’on pratique soi-même un régime particulier (par exemple, sans viande)? Et faut-il vraiment toujours cuisiner soi-même?

Quoi? Le mieux, ce sont des fruits ou des légumes mixés en purée, une seule sorte de fruit ou de légume suffisant largement. Pour entamer l’apprentissage

Grande première Quand? De certains signes bien précis vous pourrez comprendre que Bébé est prêt à passer à de la «vraie» nourriture. Son maintien de tête, sa capacité à tenir assis seul, ses mimiques de mastication et l’éventuel intérêt qu’il manifeste pour ce que vous, Maman et Papa, avez dans l’assiette. De manière générale, il est conseillé de démarrer la diversification alimentaire au septième mois.

21


développement vie quotidienne

L’importance des rituels pour les enfants Votre enfant réclame-t-il chaque soir la même histoire? Trépigne-t-il d’impatience à l’approche de Noël? Les rituels accompagnent naturellement chaque être humain du lever au coucher, en passant par les relations sociales et le travail. Les enfants ont d’autant plus besoin de ces habitudes qui structurent et sécurisent le quotidien et la vie en général. Par Flora Jannot

U

n rituel est une manière de codifier ce qui se répète régulièrement dans les mêmes situations, au quotidien ou à intervalles plus espacés. Les célébrations des anniversaires, de Noël ou les fêtes de famille qui ont lieu une ou plusieurs fois dans l’année sont des événements ritualisés. Tous les besoins physiques de l’enfant – manger, dormir, être propre, etc. – peuvent être comblés à travers des rituels, mais la principale fonction de ces derniers est bien de répondre à son besoin de sécurité affective. Selon Petra Kunze et Catharina Salamander, auteures de l’ouvrage Les meilleurs rituels pour mon enfant, «ils sécurisent et donnent confiance, ils aident [les enfants] à construire leur identité, structurent la vie, facilitent l’apprentissage et permettent aux jeunes de surmonter leurs angoisses».

Les fonctions des rituels Les rituels structurent le déroulement de la journée, notamment à travers les repas, les siestes, le bain ou le coucher. C’est ainsi que s’effectue la construction du temps pour le petit enfant. Il va ainsi pouvoir anticiper ce qui va se passer et apprendre à réguler tout seul ses émotions. Un

enfant qui est capable de prévoir ce qui va se passer va en effet se sentir en sécurité. Peu à peu, l’enfant va développer son apprentissage et devenir capable de reproduire la routine de manière autonome pour prendre soin de lui-même. Le matin, il va s’habiller tout seul, se coiffer, se brosser les dents… Autre bienfait, les rituels aident l’enfant à trouver sa place au sein de la famille en l’amenant à respecter les règles de vie commune mises en place. Prendre part aux tâches collectives comme mettre la table permet de rendre l’ambiance familiale plus harmonieuse et de renforcer la confiance en soi de chaque participant, qui se sentira indispensable. Les rituels renforcent donc le sentiment d’appartenance à la famille et aident l’enfant à construire son identité au sein de celle-ci. C’est un sentiment identique d’appartenance à une communauté qui se développe à la crèche et à l’école. L’enfant intègre de nombreuses règles ritualisées qui ont pour but de lui permettre de développer les compétences sociales indispensables au vivre ensemble, comme d’attendre son tour pour aller se laver les mains au lavabo. Enfin, les rituels permettent de surmonter les phases de développement difficiles, comme

25


éducation

Etre parent,

un métier qui s’apprend! Lorsque l’enfant transgresse, c’est normal, il fait simplement son métier d’enfant! Et nous, les adultes? Et bien, nous allons faire notre métier d’adulte… Ah oui? Et qu’est-ce que c’est notre métier d’adulte? Notre rôle d’adulte et de parent, c’est de cadrer et d’aimer. Par Anne Férot-Vercoutère

E

t si les nombreux enfants dé cl a ré s hy p er a c t i fs dans nos familles et dans nos écoles n’étaient en fait que des enfants insécurisés et en manque de cadre? C’est bien joli tout cela, mais alors comment le poser, ce cadre? Il nous arrive de crier sur nos enfants et, en faisant cela, nous pensons cadrer: «Tu es la prunelle de mes yeux, je n’ai rien de plus précieux que toi, mais je crie…»

Et peu après, nous nous apercevons que nous exigeons des choses, mais que jamais nous ne disons à nos enfants exactement ce que nous attendons d’eux, que jamais nous n’avons décidé ensemble de ce que nous voulions vivre et comment… Que jamais nous n’avons posé le cadre, construit le cadre ou plutôt même co-construit le cadre: «De quoi as-tu besoin pour être heureux et à l’aise dans notre famille, et moi, de quoi ai-je

besoin pour être satisfait(e) et en sécurité?»

Cadrer Nous parents, nous devrions adopter une attitude positive et bienveillante, et dire à nos enfants: «Tu as 3 ans, 4 ans ou plus, et tu as déjà beaucoup d’idées, tu sais bien souvent ce que tu veux et ce que tu ne veux pas, et je te donne la parole: nous allons ainsi créer le cadre ensemble.» Il s’agit de donner à

29


illustrations: © Ewa Lopienska

famille

Les nouveaux grands-parents Actifs et dynamiques, les grands-parents ne sont plus aussi disponibles qu’autrefois pour leurs petits-enfants et, de plus, ils s’affirment. En clair, ils veulent vivre leur vie. Sont-ils égoïstes pour autant? Notre enquête. uête. Par Victoire Pausini

O

n les voudrait garants des traditions fam iliales, gardes d’enfants, soutien financier... Mais voilà, les choses changent! «A l’image d’Epinal d’une mamie préparant des confitures et d’un papi s’occupant du jardin s’est substituée l’image plus moderne de grands-parents autonomes et actifs, disponibles non seulement pour leurs petits-enfants mais aussi pour eux-mêmes», comme le résume très juste-

ment la psychologue clinicienne Anne-Solenn Le Bihan. Et l’Ecole des grands-parents de Suisse romande de renchérir: «L a grand-mère du Petit Chaperon Rouge n’attend plus sa galette et son pot de beurre dans sa cabane dans la forêt! Il se peut qu’elle travaille, elle a peut-être une voiture et fait ses courses toute seule! Elle s’est aussi peutêtre mise au jogging, à l’informatique ou elle utilise Skype et voyage beaucoup!»

Des seniors, parfois hyperactifs, qui ne veulent plus être «esclaves» de leurs petit s enfants. A l’instar de Raymond, professeur d’anglais à la retraite et fraîchement remarié. «A l’époque, lorsque je suis devenu grand-père, les demandes de ma fille Camille se sont faites de plus en plus pressantes. Je lui ai dit que je n’avais pas l’intention de me transformer en nounou. Ce n’était pas mon rôle. Mes activités et mes

35


geek family

Mille et une applis

Qu’elles soient utiles, éducatives ou ludiques, les applications en ligne amusent les petits et facilitent souvent la vie des grands. Mamangeekette.ch repère pour vous celles qui méritent d’être téléchargées! Par Mariela Cao

GeoMaster Plus

Support: iOS (iPAd) et Android Prix: CHF 4.– sur iOS / CHF 1,59 sur Android Editeur: Visualmobile

Qui dit vacances ou voyage dit passer du temps dans la voiture, dans l’avion ou dans le train pour se diriger vers la destination rêvée. «On va où?», «C’est loin?», «Combien de temps encore?»… Avec cette carte interactive, on peut non seulement montrer la destination aux enfants mais aussi l’itinéraire, les régions et les pays que l’on traverse et tout ce qu’on peut y trouver. Une chouette façon aussi de repérer, en chemin, des endroits intéressants qui pourraient de se convertir en futures destinations!

Pango

Pop Balloon Kids

Cette appli, très bien pensée et pleine de couleurs, invite à l’interaction d’une manière simple et intuitive. Il faut toucher, secouer, frotter, gratter, chatouiller pour faire avancer l’histoire et accompagner le petit raton laveur Pango dans sa vie de tous les jours... Plein d’aventures à découvrir du bout des doigts pour partager des moments où la lecture s’accompagne du geste et du jeu.

Cette appli permettra à vos petits lutins d’apprendre et de comprendre – très rapidement – le pourquoi du comment de l’interaction avec les écrans tactiles. Le principe est simple: il y a des ballons qui apparaissent, une simple pression du doigt et ils explosent. Mais, vite, il ne faut pas que les autres s’échappent! Surprises et rires garantis! Si les publicités et appels à l’achat d’autres jeux deviennent encombrants, on peut les bloquer pour moins de 2 francs.

Support: iOS et Android Prix: gratuit Editeur: Studio Pango

Support: iOS et Android Prix: gratuit / CHF 1,99 pour enlever la pub Editeur: Pilcom

51


il était une fois…

La Demoiselle

ux portes du temps et du réel, quelque part au pied d’une montagne à la tête toujours enneigée, il existe une forêt de mots et de charmes: la Forêt des Mille Légendes. Là où soufflent les 3 M: Magie, Merveille et Mystère... C’est là que vivent, depuis la nuit des temps, de petits êtres qui veillent sur la magie du monde et qui nous la transmettent par le bouche à-oreille …

A

Ce matin, Pipolet trouve sa route habituelle barrée par un autre chemin: celui d’une farandole de

58

crapauds. Ils sont tellement nombreux! On dirait un ruisseau de crapauds marchant cahin-caha: ils sortent des profondeurs humides de la forêt, traversent le chemin et se dirigent lentement mais sûrement en direction de... Mais où vont-ils? Curieux, Pipolet décide de suivre cette étrange vague. De crapaud en crapaud, entre les champignons et les racines, sous les fougères et les branches, Pipolet arrive au bord de la mare.


Offreexclusive

% 2 5

Abonnez-vous ou offrez* un abonnementà babymag.ch

6

ie

nom

o d’éc

NUMÉROS

babymag.ch

+ 36.– =

• 1 baume de massage dorsal Sommeil (50 ml) • 1 petit ourson en peluche (env. 10 cm) • 1 petite trousse transparente (n’apparaît pas en photo)

Cadeau** le set Edelcare Baby

d’une valeur de

CHF 39,90

offerts par

CHF

seulement!

au lieu de CHF 75,90

Nom :

ATTENTION! OFFRE LIMITÉE

* Pour offrir un abonnement ou vous abonner en ligne, veuillez directement vous rendre sur www.dynapresse.ch ou tél.: +41 22 308 08 08 **Dans la limite des stocks disponibles

Prénom :

Adresse : CP :

Ville:

Téléphone:

E-mail :

CODE PROMO: 1929 MERCI DE RENVOYER CE FORMULAIRE PAR VOIE POSTALE À DYNAPRESSE - AVENUE VIBERT 38 - CASE POSTALE 1756 - 1227 CAROUGE/GENÈVE.

Profile for babymag.ch babymag.ch

N°41 - FR - babymag.ch  

Le magazine suisse des jeunes parents

N°41 - FR - babymag.ch  

Le magazine suisse des jeunes parents

Profile for babymag
Advertisement