Page 1

Mars 2013

SOMMAIRE

Liem Hoang Ngoc à Lille Par Pascale Pavy, Mandataire UMA Nord

P.1

Edito

P.2

Suite de l’édito Elections en Italie

P.3

ANI

P.4

Qui sommes nous? Exil ou évasion fiscale Nous rejoindre

Agenda 22 Mars : Formation

Le 8 février, Liem Hoang Ngoc , économiste, membre du Bureau national et député européen, nous faisait l’honneur de participer à notre réunion de courant, dans les locaux de la Fédération du Nord. Liem nous propose pour commencer un regard sur le « socialisme de l’offre » en vigueur actuellement, déclinant l’orthodoxie budgétaire sur le modèle des thèses du « réformisme de gauche ». Ainsi, les ressources fiscales supplémentaires générées par l’augmentation des impôts des plus riches sont d’abord affectées à la diminution de la dette et au rétablissement du taux de marge des entreprises, plutôt qu’à la redistribution aux plus démunis, au travers des priorités annoncées pour l’éducation, la jeunesse, la justice sociale, la nécessité de transition écologique et énergétique.

Mai : Prochaine réunion

Ont participé à ce numéro :

Pascale, Marie, Cassandre, Laurent, Marc

Dans le cadre du « Pacte de compétitivité », c’est de 20 milliards d’euros que diminuent les impôts des entreprises de main d’œuvre : il faudra mesurer l’impact réel de ce cadeau fiscal sur les investissements ! …Suite en page 2 BLUMA /// Mars 2013 /// 1


Suite de l’édito Les anglo-saxons considèrent que la redistribution ne fonctionne pas, que l’équité l’emporte sur l’égalité, ce qui amène par exemple à recourir aux fonds de pension plutôt qu’aux mutuelles. Un capital de formation censé permettre aux chômeurs de se rehausser pour entrer dans un marché libre qui, spontanément, créerait de nouveaux emplois et de nouvelles technologies, est-ce suffisant ? La France se trouve actuellement entre les deux : ni dans le système anglosaxon, ni dans le socialisme égalitaire et solidaire. Soulignons qu’il n’y a pas de mise en cause radicale du CDI et que l’on observe des avancées: sécurisation des parcours professionnels, mobilité interne et externe des salariés, gouvernance des entreprises, licenciement, droits rechargeables pour les chômeurs, obligation de complémentaire santé… En ce qui concerne nos marges d’action, le courant UMA est confronté à la limite des institutions de la 5 ème république : les parlementaires sont tenus de ne pas mettre en difficulté l’exécutif. Un échec de la majorité au pouvoir nous ramènerait le droite pour plusieurs décennies ! A nous, bases actives d’UMA, de rester organisés pour discuter sur le fond, formuler nos propositions, rassembler sur nos idées, non pas contre mais aux côtés des nôtres au pouvoir. L’ensemble des signataires des motions 1 pour UMA, 3 et 4 représente entre 25 et 30 % du Parti. A nous de travailler de manière constructive, selon nos convictions, pour faire évoluer , lors des prochaines échéances, le « réformisme de gauche » aujourd’hui majoritaire. Deux heures de réunion et d’échanges. Un groupe intergénérationnel d’avenir, où les jeunes ont toute leur place. L’organisation est collective et partagée. En cours de réorganisation en fin d’année dernière, UMA 59 est bien reparti !

Elections en Italie Les 24 et 25 février derniers, les italiens ont voté pour leurs représentants à l’Assemblée et au Sénat. Un nouveau gouvernement aurait du en découler, succédant au technocrate Mario Monti, ayant imposé un programme de rigueur accentuant les inégalités sociales, le chômage, et la pauvreté. Ce vote s’est déroulé sous la pression des marchés financiers, un an et demi après la démission du gouvernement BLUMA /// Mars 2013 /// 2

Berlusconi à la suite d’attaques par les marchés de la dette souveraine. Il s’agissait donc de savoir si la politique d’austérité de Mario Monti était validée par le peuple italien, et de choisir le gouvernement qui devra répondre à la crise que traverse l’Italie. Les résultats sont sans appel : le peuple a sanctionné les politiques de rigueur, et la classe politique en général.


Accord National Interprofessionnel sur la fléxi-sécurité (ANI) Tout d'abord, ce texte peut être amendé car il s'agit d'un accord minoritaire (signé par 3 syndicats minoritaires). L'accord est porteur de graves reculs pour les droits de l'ensemble des salariés. En effet, il permet notamment : -de banaliser le licenciement :en donnant la possibilité de décider de la procédure de licenciement et du contenu du plan social par simple accord d’entreprise, -d'imposer une mobilité forcée : sans mettre en œuvre un plan social, l’accord organise la mobilité interne forcée, d’un site à l’autre, sans aucune limite pour le temps et la distance supplémentaire de trajet. -de conforter l’immunité judiciaire des employeurs qui enfreignent le droit du travail, en raccourcissant la prescription de 2 ans (5ans aujourd'hui). De plus, les termes de l'accord donnent aux entreprises les moyens de s’adapter aux problèmes conjoncturels et de préserver l’emploi ; en fait, de donner aux employeurs les moyens de contraindre les salariés aux sacrifices : baisse de salaires, modification des temps de travail...sans aucune garantie de maintien de l'emploi. Ce n’est pas en facilitant les licenciements qu’on sécurise et développe l’emploi. Il n’y a pas besoin de plus de flexibilité en France. Elle fait déjà des ravages dans tous les secteurs, La gauche au pouvoir ne peut pas être porteuse de régressions sociales.

Le populiste Beppe Guillo, démagogue de droite, a surpris en atteignant les 25%. Son succès témoigne d’une dégradation de l’image des politiciens, et d’un doute sur la capacité du centre droit et du centre gauche à répondre aux attentes du peuple.

chambre, et à droite pour le Sénat, aucune force politique traditionnelle sont en capacité de gouverner le pays car la constitution italienne ne permet pas d’établir un gouvernement sans l’aval des deux chambres. La solution au problème Avec de très légères ma- démocratique ne doit pas jorités, à gauche pour la être une simple révision

institutionnelle, mais doit permettre la mise en place de politiques moins opaques, et ouvertes aux citoyens. Comme les italiens ont exprimé dans le scrutin, le nouveau gouvernement devra rompre avec les politiques d’austérité.

BLUMA /// Mars 2013 /// 3


Qui sommes nous?

Exil fiscal ou évasion fiscale : quels enjeux ?

"Un Monde d'Avance" se caractérise par sa volonté d'ancrage à gauche et de renouvellement du Parti Socialiste. Ancrage à gauche car, à l’heure où la crise financière met à jour les ravages du capitalisme financier, nous considérons que c’est la gauche qui incarne la modernité, loin du diktat libéral du « toujours moins d ’ É t a t » . Nous voulons également renouveler le Parti Socialiste pour en finir avec la notabilisation afin de renouer avec la société mobilisée et les classes populaires. À nous de reconstruire l’espoir à gauche !

Le début d'année a été marqué par le débat sur « le départ » de Gérard Depardieu. Cela a été l'occasion pour les médias de porter le débat sur l'exil fiscal . On définit l'exil fiscal comme le fait de partir à l'étranger pour payer moins d'impôts qu'en France, en déplaçant notamment sa résidence fiscale. Ce départ est tout à fait possible et légal, il se traduit donc par une perte pour le budget de l’Etat mais ne peut être qualifié d’évasion fiscale. L'évasion fiscale correspond à un procédé ayant pour but d’éluder l’impôt là où l’application du droit aurait normalement conduit à payer l’impôt. La France estime une perte de recettes de 10 % soit une fourchette de 30 à 50 Milliards d'euros. Les enjeux de l'évasion fiscale sont donc considérables. Il est donc indispensable de doter l’administration des moyens de détecter et de réprimer la fraude et l’évasion fiscale.

CONTACT Par courrier : Complétez ce formulaire et adressez-le à : Assemblée Nationale À l’attention de Roberto Romero Bureau 6853 - 75355 Paris 07 SP Par téléphone : 01 40 63 81 21 Par email : contact@unmondedavance.eu Sur les réseaux sociaux : Facebook : www.facebook.com/ unmondedavance

Twitter :

twitter.com/UnMondedAvance

UMA 59 : www.uma59.blogspot.fr

BLUMA59 numéro 3  

bluma 59 numero 3

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you