Issuu on Google+

UNIVERSITE LYON 2 INSTITUT D’ETUDES POLITIQUES DE LYON Année universitaire 2007-2008

Mémoire de recherche Diplôme de Master Asie Orientale Contemporaine

L’essor de la robotique de services au Japon : Politique industrielle et contexte sociétal

Présenté par BAPTISTE KUMALA

Dirigé par Mme Yveline LECLER

Soutenu le 26 Septembre 2008

Membres du Jury : Guy FAURE Gérald FOLIOT Yveline LECLER


Remerciements

Je tiens à remercier tout particulièrement…

Mme Yveline Lecler, pour sa patience et son aide précieuse.

Ma famille : Dominique, Jean-Baptiste et Jérémy Kumala, pour leur soutien et leur présence. Hélène Poupard pour m’avoir donné goût à la lecture et à la science-fiction.

Les membres du bureau R65, pour leur amitié mais aussi pour m’avoir accueilli, supporté et épaulé durant l’écriture de ce mémoire.

Thomas Telandro, pour ses conseils avisés. Philippe Mesmer, pour m’avoir guidé vers ce sujet. Nicolas Bieber, pour sa bonne humeur infaillible.

Je remercie aussi à titre posthume Isaac Asimov et Philip K. Dick. Ils sont à l’origine de ma passion pour les robots et la science-fiction.


TABLE DES MATIERES INTRODUCTION : LE JAPON RÊVE-T-IL DE ROBOTS ÉCLECTIQUES ? ........................... 6 PREMIÈRE PARTIE : DU JAPON AU ROBOT KINGDOM ..................................................... 12 A.

LE ROBOT, OBJET DE SCIENCE-FICTION DEVENU RÉALITÉ .................................................. 12 1.

Retour vers le passé ..................................................................................................... 13

2.

Moi, Asimov ................................................................................................................. 15

3.

Analyse: la symbolique du robot .................................................................................. 16

B.

LES ROBOTS JAPONAIS ...................................................................................................... 17 1.

Des karakuris au jinzô ningen…................................................................................... 17

2.

Les robots autonomes................................................................................................... 19 i.

Astro le petit robot ....................................................................................................... 20

ii.

Doraemon ................................................................................................................ 20

3.

Les super-robots .......................................................................................................... 21

4.

Des robots pour tous .................................................................................................... 22

C.

DES ROBOTS INDUSTRIELS AUX ROBOTS SOCIABLES ......................................................... 23 1.

Les robots au service de l’industrie .............................................................................. 23

2.

Des robots pour rendre service .................................................................................... 25

3.

Humanoïdes ................................................................................................................. 26

4.

Des robots fonctionnels ................................................................................................ 27

5.

Les robots de divertissement......................................................................................... 28

6.

Différences entre robots industriels et de services ........................................................ 30

7.

Analyse : du robot à la technologie robotique ubiquiste ............................................... 32

D.

E.

BILAN DÉMOGRAPHIQUE JAPONAIS ................................................................................... 34 1.

Caractéristiques de la crise .......................................................................................... 35

2.

Mécanismes démographiques ....................................................................................... 37 i.

L’espérance de vie ....................................................................................................... 37

ii.

Le rôle essentiel du taux de fécondité ....................................................................... 38

3.

Mariage et nombre d’enfants en perte de vitesse .......................................................... 39

4.

Un cercle vicieux ......................................................................................................... 41

5.

Conséquences de la crise démographique .................................................................... 43

6.

Les solutions pour résoudre la crise ............................................................................. 45

7.

Le Japon précurseur .................................................................................................... 48 LA COMPÉTITIVITÉ DU JAPON ........................................................................................... 49


1.

Des concurrents potentiels ........................................................................................... 49

2.

Les secteurs forts du Japon .......................................................................................... 52

F.

CONCLUSION .................................................................................................................... 53

DEUXIÈME PARTIE – DEVENIR LE ROBOT KINGDOM ...................................................... 55 A.

LES ORIGINES DE LA NOUVELLE STRATÉGIE D’INNOVATION JAPONAISE ............................ 55 1.

Brefs rappels historiques .............................................................................................. 55 i.

Le Japon copieur .......................................................................................................... 55

ii.

L’innovation technologique face à la bulle ............................................................... 57

2.

Vers un système national d’innovation ......................................................................... 59 i.

Une nouvelle vision de l’innovation ............................................................................. 59

ii.

Collaborer pour mieux innover................................................................................. 60

iii.

Le cas japonais ........................................................................................................ 62

3.

Les besoins des robots.................................................................................................. 62

B.

LA NOUVELLE POLITIQUE DE S&T DU JAPON .................................................................... 64 1.

Un nouvel organe gouvernemental ............................................................................... 64

2.

Réformes hiérarchiques................................................................................................ 65

3.

Les Agences Administratives Indépendantes ................................................................. 66

4.

La réforme des universités ........................................................................................... 67

5.

La propriété intellectuelle ............................................................................................ 68

6.

Les Basic Plans ............................................................................................................ 70 i.

Le premier basic plan ................................................................................................... 71

ii.

Le deuxième basic plan ............................................................................................ 72

iii.

Le troisième Basic plan ............................................................................................ 73

7.

Les clusters .................................................................................................................. 75 i.

Les clusters au Japon.................................................................................................... 76

ii.

Les nouveaux clusters japonais ................................................................................ 77

C.

ANALYSE ......................................................................................................................... 79

D.

PERSISTER ET SIGNER ....................................................................................................... 82

E.

MISE EN APPLICATION DU SYSTÈME D’INNOVATION AU CAS DES ROBOTS .......................... 83 1.

2.

Le gouvernement .......................................................................................................... 83 i.

Les projets du METI .................................................................................................... 84

ii.

Les autres ministères engagés dans la robotique ....................................................... 87 Les Universités ............................................................................................................ 89


L’université de Tsukuba ............................................................................................... 89

ii.

L’université de Tokyo .............................................................................................. 90

iii.

L’université de Waseda. ........................................................................................... 91

3.

Les entreprises ............................................................................................................. 92

4.

Une autre approche ..................................................................................................... 95

5.

Distribution des rôles ................................................................................................... 96

6.

Du point de vue technique ............................................................................................ 97

7.

Motiver par la compétition ........................................................................................... 98

8.

Analyse de la dynamique nationale .............................................................................. 99

F.

G.

i.

LE CLUSTER D’OSAKA .................................................................................................... 100 1.

Les points forts de la région ....................................................................................... 100

2.

Politique d’Osaka en matière de robotique................................................................. 102

3.

Des résultats concrets ................................................................................................ 105 CONCLUSION .................................................................................................................. 106

VERS UNE ROBOTIQUE ÉTHIQUE ?...................................................................................... 107 BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................ 109 ANNEXES..................................................................................................................................... 114 A.

LES ROBOTS CITÉS DANS CE MÉMOIRE ............................................................................ 114

B.

QUELQUES GRAPHIQUES INFORMATIONNELS .................................................................. 118

C.

CLUSTER D’OSAKA ........................................................................................................ 119


INTRODUCTION : LE JAPON RÊVE-T-IL DE ROBOTS ÉCLECTIQUES ?

Le surnom de Robot Kingdom, ou Royaume des Robots en français, fut attribué au Japon par Frederik L. Schodt (1988) en référence à sa position de leader mondial de la robotique industrielle dès les années 1980. Premier producteur et utilisateur de ces machines, un titre qu’il a depuis conservé, l’archipel compte en 2006, grâce aux entreprises Kawasaki, Kawada ou FANUC, plus de 350 systèmes mécatroniques pour 10000 travailleurs contre moins de 150 en Europe ou aux États-unis (International federation of robotics, 2007). Cependant, la robotique actuelle ne se limite désormais plus, pour le Japon, à la seule robotique industrielle. L’idée du Robot Kingdom comprend effectivement aussi dans une moindre mesure l'idée d'un futur Japon où certains robots auraient des compétences autres que celles d'un ouvrier spécialisé : les robots occuperaient alors plutôt le rôle d'une secrétaire, d'un médecin ou d'un vigile. Aujourd'hui, c’est cette tout autre facette du Robot Kingdom qui se dévoile désormais progressivement. Grâce aux efforts intenses que fournit le Japon dans le domaine des technologies robotiques depuis plusieurs années, on recense désormais au Japon une pléthore de robots qui ont toute autre vocation que de souder, couper, ou peindre dans des usines. Ceux-ci semblent même être devenus un secteur de R&D prioritaire pour le pays. Si l'on considère tous les prototypes et projets en cours de développement à travers tout le pays, il apparaît que c’est le Japon dans son ensemble qui se lance dans cette voie. Tout d’abord, les investissements massifs, réalisés tant sur le plan financier que humain, par la plupart des grands groupes industriels comme NEC, Toshiba ou encore Mitsubishi 1 aboutissent sur de nombreux prototypes, qui ont été présentés lors de l'exposition d'Aichi en 2005, ou font l’objet de multiples présentations qui jalonnent l'actualité du Japon depuis plusieurs années. Par ailleurs, les universités privées comme publiques semblent aussi s’intéresser de près à ce nouveau domaine. Effectivement, en 2006, 44 instituts de recherche

1 Toyota a même annoncé que les robots domestiques vont devenir d'ici à 2020 un de ses domaines d'activité principal selon l'article Demographic Crisis, Robotic Cure?, Washington Post, Blaine Harden, janvier 2008. http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/story/2008/01/06/ST2008010602053.html [date de consultation : 18 juin 2008]

Page | 6


universitaires étaient impliqués dans la recherche robotique, si bien que toutes les universités importantes avaient au moins un laboratoire dédié à la robotique (LECHEVALIER et alii, 2006). Enfin, avec plus de 63% de brevets en robotique provenant du Japon en 2004, liés dans une large mesure aux technologies pour robots non manufacturiers (BARRAL, 2007), l’effort de recherche est sans conteste impressionnant. Une volonté d’encourager la population japonaise à adopter massivement la technologie robotique est aussi très visible, puisque les opérations de communication se multiplient de jour en jour : des robots viennent dans des écoles au contact des élèves, et occupent les enfants dans des supermarchés lors de mises en situation d’essai de prototypes. Mais outre la recherche, nombre de prototypes passent désormais en phase de production en petite série. On peut par exemple citer Mitsubishi Heavy Industries, qui a lancé en 2005 Wakamaru, un robot tout jaune destiné à prendre place au sein des familles en jouant le rôle de gardien et d'assistant personnel, tout en menant sa propre vie de façon autonome. En 2001, NEC a aussi mis sur le marché un petit robot nommé PaPeRo, pour Partner-type Personal Robot, et qui peut tenir compagnie aux gens souffrant de solitude ou jouer le rôle de babysitter. Et sans oublier bien sûr le pionnier en la matière, le robot-chien Aïbo de Sony, lancé en 1999, et qui, présenté comme un robot de compagnie, se révéla être une simulation de chien fort réussie2. Il apparaît donc que le Japon souhaite donner vie aux robots, ceux qui jusque là n’existaient que dans la science-fiction, serviables et à visage humain, et les estimations quant à leur potentiel commercial sont très optimistes (ESPIAU et alii, 2004). Pour comprendre cette volonté, il apparaît indispensable de consacrer la première partie de notre étude à une analyse du contexte japonais, afin de comprendre quels sont les facteurs conjoncturels qui poussent le pays tout entier à favoriser l'émergence de cette industrie nouvelle. L’ensemble de la littérature traitant du sujet désigne à l’unanimité les évolutions de la population japonaise comme l’origine de cette dynamique. Il ne fait effectivement aucun doute que le Japon traverse une crise démographique importante. Mais que peut faire cette nouvelle technologie face à ce problème ?

2

Le nom d'Aïbo peut par ailleurs être compris à la fois comme formé de la juxtaposition de 愛 - Aï, amour en japonais - et du "bo" de robot, bien que sa signification soit « Artificial Intelligence roBOt ». Aibo veut aussi dire « compagnon » en japonais.

Page | 7


Avant tout, il s’avérera indispensable de comprendre ce que sont les robots de nouvelle génération. Une analyse qui requiert d’une part d’étudier le concept du robot en tant qu’objet de science-fiction. Le genre qui lui a donné naissance le fait en effet souvent côtoyer des concepts nouveaux comme les cyborgs, les exosquelettes ou encore les androïdes. D’autre part, comment peut-on expliquer que les japonais soient aussi réceptifs aux robots ? Le succès de la robotique domestique dépend bien sûr des capacités de développement des technologies nécessaires, mais aussi de l’acceptabilité par les populations concernées. Les enquêtes faites sur ce plan sont assez décevantes comparées à l’engouement des pouvoirs publics, du monde de la recherche ou des milieux industriels. Mais le pari semble fait que les générations qui seront effectivement concernées par les produits de la robotique domestique ne sont pas les personnes âgées d’aujourd’hui, mais au contraire les jeunes générations bercées de jeux vidéo et mangas dans lesquels les robots sont familiers. Dans un pays où la religion ne semble pas constituer un obstacle à la relation homme-robot, on peut se demander si la place du robot dans la culture populaire japonaise moderne aura son rôle à jouer dans le futur. Par ailleurs, c’est seulement depuis quelques années que l’on entend parler de ces nouveaux robots, ils ne sont donc pas forcément connus de tous, et il s’avèrera donc peut-être utile de clairement définir ce que sont les robots de nouvelle génération et de bien les distinguer des robots industriels. Se posera alors la question de savoir comment l’actuel développement de l’une se positionne par rapport à celui de la plus ancienne. Il serait donc avisé de voir en quoi ces deux types de robotiques diffèrent, en comparant brièvement robotique industrielle et robotique de service. Ce travail préliminaire nous aidera donc par la suite à bien délimiter le cadre de cette étude. Nous continuerons par une analyse concise de la démographie japonaise. Ainsi, nous pourrons déterminer quels sont les problèmes et les besoins rencontrés par la population japonaise, mais aussi bientôt celle d’autres pays. Effectivement, la demande en robots pourrait être non seulement nationale, stimulant la consommation des personnes du troisième âge, mais aussi être alimentée par tous les pays développés touchés par une crise démographique similaire. La stratégie suivie par le Japon pour favoriser le développement de cette nouvelle génération de robotique laisse à penser que le secteur connaîtra très certainement une forte croissance, et qui pourrait devenir un marché mondial très important.

Page | 8


Dans l’hypothèse où le développement de la robotique de nouvelle génération est bien une réponse au problème démographique, cela expliquerait que les industriels s'intéressent à la technologie robotique et qu’ils soient attirés par un marché naissant qui reste encore à conquérir. On comprendrait alors pourquoi, en écho au fort intérêt que les entreprises montrent concernant la domotique, le Japon fonde de grands espoirs dans cette dernière pour donner un nouveau souffle à son industrie. Sa compétitivité internationale est en effet mise à mal ces dernières années par les pays émergents notamment. Alors que le Japon pouvait compter sur son pouvoir innovant pour être compétitif dans le secteur des nouvelles technologies en particulier, la croissance de ses voisins asiatiques vient semer le trouble dans un champ de compétence jusqu'alors exclusivement mené par le Japon3. Ainsi, il est clair que le Japon mise aussi beaucoup sur la robotique domestique pour regagner en compétitivité, et qu'il en a besoin dès maintenant s'il veut conserver son avance par rapport à la Chine et à la Corée du Sud, entre autre, qui s'y intéressent aussi de près. La suite de notre étude aura alors pour objectif principal d’identifier, puis d’étudier les mesures mises en œuvre par le Japon pour favoriser l’émergence de la robotique domestique. Comme toute nouvelle technologie de pointe et naissante, celle-ci nécessite des efforts conséquents en matière de recherche. Or, depuis 1996, la politique d’innovation japonaise est définie par le Council for Science and Technology Policy, avec à sa tête le 1er Ministre. C’est ce conseil qui détermine les priorités et objectifs de la recherche dans le pays, et fixe les budgets en conséquence. Ces décisions prennent la forme d’un plan cadre, appelé Science and Technology Basic Plan. Depuis 2001, c'est-à-dire depuis le 2ème basic plan, la robotique domestique figure au rang des priorités nationales des nouvelles technologies et industries à développer. Le 3ème basic plan, édicté en 2006 fait la part encore plus belle à la robotique qui se retrouve au cœur de beaucoup d’éléments mis en avant. Ce n’est pas un hasard puisque comme nous l’avons vu précédemment, le Japon mise sur cette industrie non seulement pour redynamiser sa compétitivité mais aussi pour répondre aux enjeux démographiques qui lui sont posés. Les moyens privilégiés par le 3ème basic plan, plus encore que par les deux précédents reposent largement sur la mise en relation des entreprises avec les milieux de recherche ou

3

Le Japon face au dynamisme de l’environnement stratégique, décembre 2007, Fondation pour la recherche stratégique.

Page | 9


encore les instances gouvernementales c'est-à-dire sur la triple hélix. C’est dans cette optique que davantage d’autonomie a été donnée aux universités notamment dans le champ de l’enregistrement et l’exploitation des brevets avec par exemple les TLO (Technology Licencing Organisation). Bien sûr la réforme des universités ni vise pas uniquement la robotique domestique mais l’actualité montre que le gouvernement n’est pas le seul acteur à promouvoir cette industrie. Comme nous avons pu le voir, l’importance du travail effectué par les entreprises est tout à fait visible au travers des nombreuses opérations de communication auxquelles se livrent Toyota ou Honda, pour ne citer qu’eux. De même, les nombreux brevets déposés par les universités témoignent d’une très forte implication de leur part. Les acteurs de la triple hélix sont donc largement impliqués dans la dynamique de cette industrie en devenir, tel que le montre PaPeRo, le robot de NEC, issu du travail commun entre l’Université de Mie, le groupe industriel, et les institutions politiques locales. Cependant, alors que ce type de partenariat tend à gagner en prestige, de telles coopérations soulèvent néanmoins quelques interrogations. En effet, le contexte économique et social est, comme nous avons pu le constater, tel que l’on ne peut douter de la motivation des entreprises à vouloir conquérir ce marché qui semble à portée de main. On est donc naturellement amenés à s’interroger sur la pertinence et l’efficacité de telles coopérations, notamment lorsque les résultats visibles ne comptent à leur actif que quelques rares applications commerciales au succès très limité, le reste demeurant, pour l’instant en tout cas, à l’état de prototype. Ce sont les modalités selon lesquelles les acteurs de la triple hélix coopèrent, voire la réalité même de cette coopération qui restent donc en question. Partant de cas concrets présentés dans la littérature, l’étude aura donc aussi pour objectif d’analyser le rôle respectif des différents acteurs de la robotique domestique et d’évaluer l’impact effectif des coopérations industrie-académie-gouvernement (San-gaku-kan ou triple hélix) sur ce secteur en relation avec l’impulsion donnée par la politique de recherche et d’innovation issue des basic plan. Pour redynamiser l’industrie japonaise en répondant aux problèmes démographiques que connaît le pays, la robotique domestique semble être une bonne solution. S’il est clair que seul le Japon dans son ensemble peut relever le défi, les régions japonaises ne sont cependant

Page | 10


pas en reste et prennent elles aussi de nombreuses mesures pour favoriser au niveau local le développement de l’industrie. C’est notamment le cas de régions comme Osaka, Kanagawa ou encore Gifu qui seront donc particulièrement étudiées. On peut en effet se demander s’il s’agit là de volontés régionales mises en application ou d’initiatives nationales liées aux basic plans etc. bien que développées en région. Quoi qu’il en soit, ces initiatives ont souvent donné naissance à des clusters que ce soit du METI ou du MEXT, clusters qui permettront également de tester le degré de coopération entre les acteurs. Cette étude de la robotique domestique au Japon en tant qu’industrie d’avenir prioritaire mettra principalement l’accent sur le rôle que jouent les politiques publiques. Toutefois, s’agissant d’une industrie ou d’innovations techniques qui soulèvent des questions quant à leur usage, l’étude portera également un regard attentif aux aspects législatifs relatifs aux robots ou plutôt à la façon de légiférer pour assurer la sécurité des utilisateurs, aux questions éthiques ou sociologiques. Ces questions sont complexes, et bien qu’elles ne peuvent être détachée de l’étude de la robotique de service en tant qu’industrie d’avenir et porteuse de compétitivité, elles ne seront que mentionnées ici et pourraient faire l’objet d’un futur travail.

Page | 11


PREMIÈRE PARTIE : DU JAPON AU ROBOT KINGDOM A. Le robot, objet de science-fiction devenu réalité You're wondering who I am-machine or mannequin With parts made in Japan, I am the modren man4”

Il est bien connu que c’est la science-fiction qui a donné naissance au robot et l’a popularisé au moyen de nombreux médias. Pendant longtemps, il a ainsi été un objet exclusif à ce genre narratif, si bien que l’image que l’on pouvait en avoir jusqu’à il y a une vingtaine d’années, n’appartenait qu’au domaine de l’imaginaire. De nombreux témoignages désignent les robots de science-fiction comme une source de stimulation et d'inspiration pour les chercheurs et les ingénieurs japonais qui tentent depuis plusieurs années de leur donner vie, dans la mesure de ce que les évolutions technologiques permettent. Les nouveaux robots doivent donc faire face à l’image que l’on s’est construite à partir de leurs homologues imaginaires, auxquels les livres, les films et les bandes-dessinées ont donné vie bien avant que n’apparaissent les premiers robots qui nous intéressent dans cette étude. Il arrive aussi que des définitions se rapportent aux robots virtuels, et en particulier depuis l’apparition d’Internet. Dans ce cas là, il s’agit de programmes informatiques appelés bots (diminutif de robots) créés pour accomplir des tâches répétitives, comme indexer les fichiers sur un serveur, ou supprimer des messages indésirables sur des forums. Dans les jeux vidéo aussi, l’intelligence artificielle prend souvent la forme de bots, pour faire face aux joueurs humains. Néanmoins, bien que l’intelligence artificielle, et par extension les robots virtuels, aient un grand rôle dans le développement des robots, nous excluons ces derniers et nous en tiendrons en ce qui concerne cette étude aux robots réels. La plupart de ces nouveaux robots en sont encore à la phase de R&D. Il est de ce fait indispensable pour la suite de notre étude de savoir dans quelle direction va le développement de ces machines. Il nous faut donc revenir à l’origine du concept tel que nous l’a légué la science-fiction pour espérer y trouver les clefs de la compréhension de l’objet robot dans lequel les japonais fondent de grands espoirs. 4

Paroles de la chanson Mr. Roboto, du groupe Styx.

Page | 12


1. Retour vers le passé Ainsi, si les robots semblent avoir trouvé au Japon un pays de naissance, l'idée même du robot n'est pourtant pas japonaise, mais issue de l'ancienne Tchécoslovaquie. En 1923, pour les besoins de la pièce R.U.R. (pour Rossum's Universal Robots), de l'auteur dramaturge tchèque Karel Capek, sont imaginés des esclaves humains, fabriqués industriellement par le docteur Rossum, à partir de chair et de sang, puis améliorés mécaniquement pour accomplir les travaux les plus pénibles. Pour désigner ces êtres artificiels et soumis, Capek cherchait à l'époque un terme novateur sans pour autant y parvenir, et c’est son frère Josef qui lui souffla à l'oreille le mot Robot. A la lumière d’une analyse poussée des racines lexicales du terme, réalisée par Jana Horakova (2006), Robot se révèle être dérivé de robota, mot désignant le travail forcé en tchèque ancien. En contrepartie, rossum fait référence à la faculté de raison : les robots pensent, comme les hommes dont ils ont l’apparence. On comprend donc de cette étymologie que le robot de Capek est à la fois un outil et un être pensant, vivant, il est un homme déshumanisé par son travail difficile (HORAKOVA, 2006). Cette notion, assimilée par le langage populaire, correspond par ailleurs à un des aspects de la définition du robot, donnée par le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL) : « personne qui agit de manière automatique, conditionnée ». Pièce de science-fiction, R.U.R fut donc aussi une satire sociale concernant les progrès technologiques. Un point largement servi par l’histoire de la pièce puisqu’à la fin, les robots se retournent contre leur créateur, le docteur Rossum, et anéantissent les hommes. Mais, ne connaissant pas la formule requise pour leur fabrication, leur espèce devient stérile. Cependant, deux robots survivants finissent par arriver à se procréer et sont baptisés Adam et Eve par l’unique être humain survivant. Il apparaît donc que la fondation du concept du robot par la science-fiction rejoint à bien des égards le fantasme de la création de vie artificielle. Une idée que l’on met en œuvre tout d’abord sous la forme d’automates, qu’ils soient à l’image de canard, comme celui de Vaucanson, ou de l’homme, prenant alors le nom d’androïde. C’est Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, en 1886, qui inventa l’andréïde dans son roman l‘Eve future. Ainsi si le terme fut utilisé pour la première fois pour désigner une femme, le mot trouve ses racines dans le Grèce ancienne avec andros qui signifie l’homme, le mâle, et auquel on a ajouté le suffixe – oïde, lui donnant le sens de « qui ressemble à l’homme ». L’idée se généralisa et devint

Page | 13


applicable à tout objet de forme humaine, et pendant très longtemps, le terme désignait dans le monde réel des automates humanoïdes alors que, dans le monde imaginaire, depuis le succès international de la pièce de Capek, l’androïde avait rejoint l’idée du robot. Bien plus facile à imaginer qu’à construire, le robot-androïde gagne donc en complexité, en profondeur. Les robots de la réalité devront par contre attendre jusqu’à nos jours pour voir l’apparition de technologies leur permettant de naître. C’est ainsi que depuis Capek, la littérature et le cinéma de science-fiction ont toujours présentés le robot comme une « machine, un automate à l'aspect humain capable d'agir et de parler comme un être humain » (définition du CNRTL). C’est le cas dès 1927, avec Metropolis de Fritz Lang, premier film mettant en scène un androïde. Philip K. Dick, entre autre, rejoint cette vision de l’homme artificiel, lorsqu’il publie en 1968 le célèbre roman « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? ». L’œuvre de Dick, et son adaptation au cinéma par Riddley Scott en 1982, ont sans nul doute participé, au même titre que l’épopée Star Wars, à la popularisation de la figure de l’androïde évolué et intelligent. Moins connus du grand public, le poète Ted Hughes et son géant de fer, ainsi que Douglas Adams5, ont aussi apporté leur contribution à la diffusion de cette image du robot. Des films tels que Short Circuit, Robots, Terminator, I.A. Intelligence Artificielle, Alien ou encore le récent Wall-e, de nombreuses séries télévisés, comme notablement Star-Trek, ont exploré sans relâche les liens étroits et pourtant encore obscurs que l’homme et sa création entretiennent avec ambivalence. Où s’arrête l’homme et où commence le robot ? Doit-on considérer les androïdes comme des êtres vivants, dans la lignée des hommes ? Tant de question auxquelles les roboticiens, sociologues et bientôt robopsychologues tentent de répondre, en réponse aux progrès constants que réalise la robotique. En attendant, les productions intellectuelles sur le sujet n’ont cessé de fleurir, en occident comme au Japon, point sur lequel nous reviendrons plus en détail par la suite.

5

Douglas Adams était un écrivain et animateur de radio anglais. Il est l’auteur du cycle humoristique « Le Guide du voyageur Intergalactique » dont un des protagonistes est un robot androïde dépressif nommé Marvin. Le personnage inspira au groupe Radiohead la chanson Paranoid Android, un des plus grands succès du rock alternatif anglais. Le guide du voyageur intergalactique, encyclopédie fictive imaginée par Douglas, décrit le robot comme un appareil conçu pour effectuer le travail d’un homme.

Page | 14


2. Moi, Asimov Parmi ces nombreux films, il n’est pas surprenant de trouver des adaptations 6 du travail de celui que l’on considère comme le père des robots contemporains, Isaac Asimov. Chimiste de formation, ce n’est cependant pas par sa carrière de scientifique que l’homme brilla mais plutôt par sa plume. Il est en effet aujourd’hui reconnu comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction, et son travail visionnaire sur les robots en particulier, en fait un auteur incontournable pour qui s’y intéresse. Grâce à une longue série de nouvelles et de quelques romans, regroupés dans ce qu’on appelle désormais le cycle des robots, il dépeint sa propre vision de cet « objet artificiel qui ressemble à l’homme ». L’image qu’il donne des robots dans ses œuvres rejoint donc à priori celle de Capek, celle des machines le plus souvent humanoïdes et créés pour être au service de l’homme. Mais Asimov a voulu dépasser la vision de Capek, et lutter contre ce qu’il appelait le complexe de Frankenstein, en référence au monstre de Mary Shelley, et qui par l’intermédiaire de films comme Terminator par exemple7, continuent d’influencer l’accueil fait par les différentes cultures du monde au robot. Pour Asimov, celui-ci ne doit pas être considéré comme une menace et ne doit pas être craint. Dans cette optique, il créa les trois lois de la robotique : « •

Première Loi : Un robot ne doit pas porter atteinte à un être humain ni, en restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.

Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par un être humain sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.

Troisième Loi : Un robot doit chercher à protéger son existence dans la mesure ou cette protection n'entre pas en contradiction avec la Première Loi ou la Deuxième Loi. »

Persuadé que les robots seraient amenés à jouer un grand rôle dans notre société, Asimov se sert de ces lois fictives pour garantir la bonne cohabitation entre les hommes et les machines. Dans ses histoires, il montre effectivement le robot comme un objet largement répandu et couramment utilisé. Une performance rendue possible par une production

6

I, Robot (2004) et L’homme bicentenaire (1999) en sont les exemples les plus connus. « Frankenstein complex » stalls robot acceptance, USA Today : http://www.usatoday.com/tech/news/robotics/2007-05-31-robot-slow-acceptance_N.htm [date de consultation : 2 juillet 2008] 7

Page | 15


industrielle, et l’apparition d’une science du robot, encore fictive à l’époque, mais vouée à devenir une vrai science à part entière. Il lui donna le nom de robotique, un terme largement répandu désormais. Cette relation étroite entre l’industrie, la science et les robots se retrouve donc au cœur de son œuvre, avec l’entreprise U.S.Robotics notamment, et reste en ce sens fidèle à Capek et à la fabrique du docteur Rossum. A la différence près que pendant la trentaine d’années que dura l’écriture de ce cycle, la vision d’Asimov du robot va évoluer en prenant en compte l’apparition des robots réels, des défis technologiques associés, comme les ordinateurs puis l’intelligence artificielle dans le milieu des années 50, mais surtout de l’électronique embarquée dans des systèmes mécaniques motorisés : la mécatronique. Des technologies qui ont permis aux machines de dépasser le statut de simple automate, un mécanisme certes complexe mais aux mouvements prédéfinis et limités, ne faisant que simuler. Ainsi, alors que les amateurs de science-fiction se demandent depuis la pièce de Capek comment construire un robot, Asimov le définit avant tout comme une technologie du futur qu’il explique suivant la formule « robot = machine + ordinateur ». On constate aujourd’hui que les chercheurs en robotiques se divisent effectivement en deux branches, celle du software et celle du hardware. Ainsi, quelque soit la forme qu’ils prennent, comme celle de voitures pensantes dans sa nouvelle Sally, le robot est pour Asimov une machine douée d’intelligence presque humaine et soumise aux trois de la robotique. 3. Analyse: la symbolique du robot Il apparaît donc que le robot est une illustration parfaite de ce qu’est la science-fiction, un « genre littéraire et cinématographique décrivant des situations et des événements appartenant à un avenir plus ou moins proche et à un univers imaginé en exploitant ou en extrapolant les données contemporaines et les développements envisageables des sciences et des techniques ». Evolutif, le robot a donc su assimiler les progrès constants de la technologie qui tente depuis près d’un siècle de lui donner vie, et ainsi se redéfinir en fonction des objets de la réalité. Notre définition du robot imaginaire pourrait donc se résumer à des machines mobiles, autonomes et intelligentes, souvent à forme humaine, et produites par l’homme dans le but de le remplacer dans l’exécution de certaines tâches, parce que jugées trop dangereuses, ennuyantes ou impossibles à réaliser pour l’homme (HORNYAK, 2006). On peut donc comprendre que Capek souhaitait donner avec R.U.R. un avertissement contre la dépendance à

Page | 16


la technologie et ses effets pervers. Cette mise en garde contre les dérives de la science fut accueillie différemment selon les cultures. Ainsi, si l’Europe a adhéré au message de l’auteur en insistant particulièrement sur l’aspect déshumanisant du robot, dans les pays anglo-saxons, le robot fut assimilé comme « le symbole d’une technologie qui échappe au contrôle humain, et devient autonome et dangereuse » (HORAKOVA, 2006). De ce fait, le robot a toujours été considéré comme quelque chose dont l’être humain devrait se méfier, et les lois de la robotique d’Asimov sous-entendent aussi qu’il faut protéger l’homme de sa création. Ce n’est que depuis quelques années que certaines productions hollywoodiennes tentent de donner une image plus positive du robot, mais des décennies de Terminator ne s’effacent pas aussi facilement. Néanmoins, force est de constater que cette vision du robot est un produit de l’occident, et que dans le cas du Japon auquel se limite notre étude, il semble que ce soit une toute approche qui ait été suivie dès le départ. Contrairement aux pays occidentaux, le Japon a montré depuis toujours une forte curiosité à l’égard des robots, phénomène que certains définissent comme une robophilie. S’il ne s’agit pas ici de réaliser une étude sur la place du robot dans la culture japonaise, son acceptation par les japonais est néanmoins considérée comme un des facteurs essentiels au développement intensif dans le domaine de la robotique sociale (KITANO, 2005), et il nous paraît donc à ce titre indispensable de comprendre cette spécificité culturelle. B. Les robots japonais 1. Des karakuris au jinzô ningen… L’affection prononcée du Japon pour les robots est un particularisme que l’on doit, selon de nombreuses études, à la forte tendance animiste de la religion japonaise. On dénombre en ce sens beaucoup de statues religieuses datant de l’ère Tokugawa, pouvant bouger grâce à des mécanismes conçus pour leur insuffler la vie. Tandis qu’à la même époque, en Europe, cette volonté de créer la vie artificielle prenait surtout des formes d’animaux, le Japon ne connaissait déjà aucun tabou concernant les objets à forme humaine (LEVY, 2007, et MACDORMAN, 2008). Les japonais, du fait de l’assimilation du Shintoïsme, croient traditionnellement en l’existence de conscience dans les objets et les phénomènes naturels.

Page | 17


Cette croyance s’étendit petit à petit aux objets artificiels, et notamment les éléments de la vie quotidienne, considérés comme vivants spirituellement en harmonie avec les hommes. Kitano (2006) explique par exemple à ce sujet que certains japonais emmènent leur voiture au temple lors du nouvel an, espérant ainsi être protégés des accidents, ou vont prier en compagnie du produit de leur société pour le succès de ce dernier, comme l’a fait la société Tmusk avec ses robots. Cette croyance animiste est par ailleurs renforcée par le concept de Rinri, une notion confucéenne qui se rapproche de celle de l’éthique morale. Conférer une identité spirituelle aux objets sous-entend effectivement que l’on entretient une relation étroite avec eux, et ceci se fait dans la tradition japonaise selon une hiérarchie morale établie, que l’on pense issue du bushido des samurais, héritage du régime Tokugawa. Il suffit de séjourner quelque temps au Japon pour comprendre que les relations sociales sont régis par de nombreux paramètres, tels que l’âge, le sexe, le statut social etc. Les choses n’échappent pas à ce système dans lequel le respect joue un rôle primordial. Le propriétaire d’un objet et ce dernier sont en effet réputés entretenir une relation d’estime mutuelle. Les japonais ne considèrent donc pas les objets comme simplement vivants, mais projettent en quelque sorte le spectre de leur personne sur leurs biens, et l’usage qu’ils en font se traduit alors sous la forme d’une relation spirituelle. On devient donc amis avec les objets, on leur donne même des noms et on prie en leur honneur. Il va sans dire que si l’objet en question possède une apparence humaine, il est d’autant plus facile d’y croire. De ce fait, on peut comprendre pourquoi les japonais ont depuis longtemps été très réceptifs aux objets animés. De telles convictions ont ainsi été incarnées plusieurs siècles auparavant, lors de l’ère Edo, avec les poupées automates que sont les karakuris. Celles-ci pouvaient servir le thé ou réaliser des exercices de calligraphie, se donnaient en spectacle, dans des temples, chez le Shogun si bien qu’elles ont longtemps fait la réputation de la région d’Osaka où on venait les admirer et s’émerveiller de leurs mouvements quasi-naturels. Une tradition qui va se perpétuer durant les deux siècles et demi que dureront l’isolement de l’archipel sous l’ère Tokugawa, nourrissant les croyances animistes des japonais. Il n’aura donc pas fallu attendre la représentation de la pièce de Capek à Tokyo, en 1924, pour que le pays s’intéresse aux hommes artificiels, mais R.U.R. trouva cependant au Japon un terreau particulièrement fertile, donnant naissance à une véritable robomania. Ceci s’explique par le fait que lors de l’ère Meiji, le pays s’ouvrit et entreprit une intense période d’avancée

Page | 18


technologique, bien plus rapide que l’évolution des mentalités. Un décalage qui permit aux japonais d’avoir une vision de l’innovation particulièrement positive. L’animisme est appliqué à de nombreux nouveaux objets, et dès les années 1920, lors de la période dite kikai jidai (機 会時代), de nombreux auteurs de ce que l’on pourrait qualifier de science-fiction japonaise, se sont intéressés aux relations de l’homme et des machines. Leurs travaux évoquent souvent le thème de leur fusion dans le concept du jinzo ningen (人造人間). C’est d’ailleurs sous ce nom que sera présentée l’œuvre tchèque, tout en gardant les robots sur scène. L’accueil qui leur est fait au Japon est tel que jinzo ningen laisse rapidement sa place à robotto (ロボット), mot considéré comme plus moderne et plus attrayant pour représenter cette idée de l’homme artificiel. Inspiré par Capek, Makoto Nishimura créa en 1928 le Gakutensoku, en l’honneur de la prise des fonctions de l’empereur Hirohito. Cet énorme automate humanoïde, issu de la plus pure tradition des karakuris, pouvait ouvrir et fermer les yeux, bouger sa tête et écrire des caractères chinois. Nishimura souhaitait donner une image du robot libre et heureux, non pas celle d’un être torturé par sa condition. Toujours est-il que depuis les années 20, les robots intéressèrent vivement les japonais qui accueillirent à bras ouverts des spécimens de robots du monde entier, réels comme imaginaires, avec la Maria apparaissant dans Metropolis de Fritz Lang, présenté pour la première fois au Japon en 1929. Mais la guerre avec la Chine, puis avec les Etats-Unis, mit rapidement fin à ce phénomène.

2. Les robots autonomes Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le Japon entretint un certain complexe de retard scientifique, nourrit entre autre par les deux bombes atomiques. La technologie a certes mis fin aux ambitions colonialistes de l’empire, mais dès la période post guerre, plutôt que d’être considérée comme un mal, elle représente un idéal à atteindre, porteuse d’espoir pour un meilleur futur. Le Japon s’est donc peu à peu dirigé vers un objectif de société en symbiose avec la technologie, cherchant toujours à avancer sur le plan de l’innovation. A cet égard, le robot est l’objet qui représente le mieux cet idéal et c’est donc tout naturellement qu’il fit son retour sur le devant de la scène. Cet notamment pas le biais des mangas modernes, qui devinrent particulièrement populaires à cette époque, que le concept refit surface. Suite à la défaite militaire, la période de reconstruction fut propice à de nombreuses séries de bande

Page | 19


dessinées, des outils utilisés pour remonter le moral des japonais, racontant des histoires auxquelles ils pouvaient s’identifier, et forger l’esprit des nouvelles générations. i.

Astro le petit robot

Dans cet esprit, il n’est donc pas étonnant que le premier personnage de manga moderne prit les traits d’un robot. Inventé en 1952 par Tezuka Osamu, Tetsuwan Atomu (鉄腕 ア ト ム ), ou Astro Boy dans les pays occidentaux, partage de nombreuses similitudes narratives avec Pinocchio, puisqu’il est un robot possédant l’apparence d’un enfant, et est créé par un scientifique en remplacement d’un fils perdu. Sa jeunesse et son innocence en font un être naïf et au cœur bon, dont de nombreuses caractéristiques correspondent en tous point au leitmotiv national de l’époque : l’emploi de la technologie à des fins pacifistes. L’utilisation de la puissance nucléaire comme source d’énergie vitale, son refus de se battre si ce n’est pour se défendre comme le veut la nouvelle constitution japonaise, sa volonté de s’intégrer dans la société, et l’envie de toujours progresser pour lutter contre ses faiblesses, sont autant de valeurs qu’Atom le robot a contribué à véhiculer, représentatives de l’affinité du pays pour la technologie. Celle-ci apparaît dans l’œuvre de Tezuka comme quelque chose de neutre, et s’impose alors comme le reflet des différents personnages humains qui en font usage au fil des 5000 pages, et 192 épisodes que dura l’adaptation en dessin animé. Critique à l’égard de la mauvaise utilisation de la technologie, la création de Tezuka a su conquérir une place majeure dans la culture populaire d’après guerre, et par la même occasion, a permis aux japonais de se familiariser pour toujours avec la figure du robot. Son influence est telle que de nombreux roboticiens japonais lui accordent le crédit de leur intérêt pour les robots, comme en témoigne par exemple le fait qu’Asimo, le robot de Honda, est né de la volonté de donner vie à Atom (HORNYAK, 2006). ii.

Doraemon

L’autre robot particulièrement populaire est Doraemon. C’est en 1970 que naît le personnage, un robot chat venu du futur grâce à sa doko demo doa (どこでもドア), une porte qui fait le lien entre le monde de l’époque, et le 22ème siècle. Sa mission est d’aider un jeune garçon à combattre sa paresse et sa maladresse. Ainsi, si le robot arbore désormais la forme d’un animal, il reste néanmoins dans la lignée d’Astroboy avec un comportement humain et

Page | 20


une gentillesse exemplaire. Mark Gilson (1998) décrit le personnage comme « l’adorable et mignonne incarnation de la technologie ». Il sera le point de départ d’un fort engouement, toujours présent, pour les créatures artificielles de compagnie, comme les tamagotchis, sorte de console en forme d’œuf affichant sur un écran à cristaux liquides une petit bête dont le propriétaire doit prendre soin. Nul doute que cet attachement aux peluches évoluées est ce qui a motivé Sony à commercialiser Aïbo, son robot chien. Doraemon a par ailleurs largement contribué à populariser le robot auprès des femmes, comme le démontre un récent sondage8 qui le proclame robot préféré des japonaises. Son succès auprès de la population en général lui vaut même d’être nommé ambassadeur de l’animation japonaise9. Depuis, nombreux sont les autres personnages, comme ceux du célèbre film d’animation Ghost in the Shell, ou du manga A.I. ga tomaranai (un étudiant solitaire crée une intelligence artificielle, qui prend par accident la forme physique d’une jolie jeune fille), à avoir intégré la famille des robots autonomes. A ce propos, comme Frederik L. Schodt (1988) nous le fait remarquer, ils constituent avec les machines non-autonomes, les deux catégories de robots japonais. 3. Les super-robots Ainsi, c’est en 1956 que le genre du robot non-autonome va naître, grâce à Tetsujin 28Go (鉄人28号) ou Iron Man #28. Ce sont des machines humanoïdes de plusieurs mètres de haut, des super-robots, pilotées par des humains, et qui vont à l’encontre du concept suivi jusqu’alors, puisque malgré leur apparence, ces robots ne possèdent pas de volonté propre, ni même d’intelligence. Dans Tetsujin 28-Go, c’est par l’intermédiaire d’une télécommande que le héros contrôle l‘objet, s’en servant pour combattre le crime. Mais dans les années 70, Mazinger Z, premier robot que l’on « conduit comme une voiture » (SCHODT, 1988), va redéfinir le concept. Désormais, les super-robots sont pilotés de l’intérieur, dans un cockpit parfois amovible, et savent souvent se transformer ou s’assembler tout en gardant une certaine anthropomorphie. Ils sont par conséquent désignés par le terme méchas, abréviation de mechanism. L’engouement des jeunes et moins jeunes japonais pour les méchas, déclinés en 8

好きなロボット、男性「ガンダム」女性「ドラえもん」に人気集中

http://career.oricon.co.jp/news/56831/full/ [date de consultation : 1er août 2008] 9 Inauguration Ceremony of Anime Ambassador, http://www.mofa.go.jp/announce/announce/2008/3/0319-3.html [date de consultation : 5 juillet 2008]

Page | 21


séries animés, en jouets et autres produits dérivés, ne s’est depuis jamais essoufflé. L’exemple le plus connu de cette tendance est très certainement Goldorak (UFO ロボ グレンダイザー Yūfō Robo Gurendaizā). En 1979, Mobile Suit Gundam réaffirme leur succès, mais marque aussi le début des real robots, des véhicules armés au design plus détaillé, sans super pouvoir, évoluant dans des univers très proches de la réalité, et qui abordent la question du fonctionnement technique de ces machines du futur, souvent dans le cadre d’une production militaire. Les robots sont alors désignés comme étant à la croisée d’immenses combinaisons, fusion d’armures et de véhicules, d’où l’utilisation du terme anglais Suit. On pourra noter à ce propos qu’ils nous font beaucoup penser à l’exosquelette HAL., et partagent avec lui le fait d’être réduits au statut de simples outils. Des centaines de séries animées et mangas rallieront le genre, comme entre autre Patlabor, Macross puis Robotech. L’une d’entre elles va à nouveau faire évoluer cette catégorie de robots. Lancée en 1994, Neon Genesis Evangelion combine à la fois l’idée des méchas pilotés, et la représentation originelle du robot, autonome et conscient. Pour combattre des monstres aux origines inconnues, les japonais font appel à des créatures tant organiques que mécaniques, humanoïdes et bestiales, contenant l’âme des défuntes mères des pilotes, qui doivent se synchroniser avec ces dernières en s’immergeant dans un cockpit rempli de liquide amniotique. Evangelion reste néanmoins un cas tout à fait isolé. 4. Des robots pour tous On constate donc que la culture japonaise héberge un plus large panel de robots que ne le fait l’occident, où leur image reste dans une large mesure le monopole des humanoïdes malfaisants. Une évolution qui fut largement favorisée par les rapports du Japon avec la technologie avant, mais surtout après la Seconde Guerre mondiale, apparaissant comme étant salvatrice. Par conséquent, ceci a largement influencé les relations des japonais avec les robots. La défaite, attribuée au retard technologique ; la nouvelle constitution, imposée par les américains, ont fait des conflits dans le monde réel un quasi-tabou, entretenu par l’Occupation. Aujourd’hui encore, malgré un contexte politique différent, les robots offrent toujours une alternative au Japon qui les met en scène dans des conflits fictifs, dans lesquels ils défendent l’humanité et donnent en général la part belle aux scientifiques japonais. Dans ces cas là, les robots sont de simples outils sans vie, ils ne constituent que le reflet de l’usage que l’on fait de

Page | 22


la technologie, et reste au final quelque chose de neutre. Cet usage du robot a légitimement conduit à une certaine masculinité de l’intérêt porté au robot, comme l’étude de Karl F. MacDorman (2008) le montre. Néanmoins, on note aussi qu’en comparaison avec les ÉtatsUnis, les étudiants féminins d’une université japonaise qui ont participé à cette étude (MACDORMAN, 2008) sont tout aussi familiers avec la figure du robot que ne le sont leurs homologues masculins. Un résultat que l’on doit très certainement à l’apparition de rapports romantiques homme-androïde comme dans le drama Zettai Kareshi (絶対彼氏, 2008), adapté du manga éponyme, lorsqu’une société met au point un prototype de « petit-ami parfait». Dans de tels cas, ils sont alors considérés comme des amis de l’homme, mais sont aussi parfois des compagnons domestiques.

C. Des robots industriels aux robots sociables Je ne peux pas définir ce qu'est un robot, mais je sais en reconnaître qu'en j'en vois un”. Joseph Engelberg, ingénieur et entrepreneur, fondateur et ancien directeur de Unimation Inc., premier fabricant de robots industriels 10

1. Les robots au service de l’industrie Cette image positive du robot a été ensuite largement renforcée lors de l'apparition des robots industriels. Il est en effet important de rappeler que ce n’est pas la première fois que le Japon mise sur la robotique alors que l’effervescence qui règne autour de la nouvelle génération tend à éclipser le travail continu que fournissent leurs homologues industriels dans les usines. Quelques années auparavant, on ne connaissait encore des robots japonais que leurs modèles manufacturiers. C’est depuis quelques années seulement que ces efforts mis en œuvre pour développer une nouvelle génération de machines ont été exposés au grand jour La présentation du premier robot bipède, le P2 de Honda, précurseur d’Asimo, date en effet seulement de 1996.

10

What is a robot ?, CBC News, dernière mise à jour en juin 2007 : http://www.cbc.ca/news/background/tech/robotics/definition.html [date de consultation : 12 août 2008]

Page | 23


Pays à faibles ressources naturelles, le Japon compte depuis longtemps sur ses exportations à haute valeur ajoutée pour pouvoir financer l’importation de ses matières premières. Dans cette logique, un appareil productif complet est mise en place au lendemain de la guerre, pour répondre tout d’abord à la demande nationale et ensuite, à l’exportation. Le Japon va peu à peu modifier son industrie, et chercher à rattraper son retard sur la première puissance mondiale, les États-Unis, délaissant les secteurs gourmands en main d’œuvre et à faible valeur ajoutée tels que le textile, et va chercher à se spécialiser dans les processus de production dans les années 1960, pour se tourner vers des industries d’assemblage de précision tels que l’électronique et l’automobile dès les années 70. C’est à cette époque que, dans son objectif de produire plus et mieux, le Japon voit dans les robots industriels une véritable révolution sur laquelle il va concentrer son intérêt. A contrario de l’Europe ou des États-Unis, les manipulateurs industriels furent introduits très tôt pour faire face déjà à une première pénurie de main d’œuvre dans les secteurs manufacturiers au milieu des années 60, puis furent largement démocratisés au cours des différentes crises économiques, comme les crises pétrolières de 1973, de 1978 et la crise des taux de change début des années 1990. Le Japon va de ce fait prendre une grande avance dans les technologies robotiques dédiées à la production industrielle, ce qui lui permettra de se concentrer à nouveau sur les produits de plus haute valeur ajoutée et de délocaliser les industries consommatrices de main d’œuvre. Ainsi, aujourd’hui, plus de 60% des robots industriels se trouvent au Japon et le ratio robots/travailleurs est le plus élevé du monde. Cette utilisation aussi intensive de ces machines manufacturières doit certainement beaucoup à la place du robot dans la culture japonaise, avec Astroboy notamment. Mais le système d’emploi à vie japonais joue aussi un rôle primordial dans le recours aux robots industriels. En effet, l’introduction des manipulateurs dans les industries japonaises na pas été perçue comme un danger pour les ouvriers, qui avaient la garantie d’être replacés à d’autres postes au sein de la société (souvent après une formation pour se reconvertir) (HORNYAK, 2006). Ces facteurs positifs à l’égard des robots industriels, font des ces derniers le moteur d’une forte croissance depuis des décennies11, en fournissant aux usines les moyens de gagner en productivité et de réduire les coûts de production. Mieux encore : non seulement font-ils

11

Japan’s International Competitiveness, and its foundation, METI : www.meti.go.jp/english/report/downloadfiles/g98W321e.pdf

Page | 24


l’objet d’une certaine reconnaissance de la part des japonais pour des motifs économiques, mais ils sont aussi considérés comme les libérateurs des travailleurs attelés à des tâches répétitives et physiquement éprouvantes.

2. Des robots pour rendre service Aujourd’hui, fort de cette expérience positive, et en réponse aux problèmes sociétaux que nous allons mettre en relief dans une prochaine partie, le Japon s’est investit dans le développement de nouveaux robots. Le dossier Robotics and Intelligent Systems in Support of Society (REDDY, 2006), nous informe effectivement que les robots de nouvelle génération ont été pensés pour apporter quotidiennement une aide précieuse aux personnes âgées, pour les tâches ménagères, pour se mouvoir etc. Dans ce contexte de population plus réduite et moins disponible, les robots pourraient aider à surveiller les seniors et à contrôler leur état de santé, mais aussi leur permettre de manipuler les objets domestiques ou de communiquer avec les personnes à l’extérieur (médecin, famille). Sans compter la compagnie qu’ils procureraient à cette tranche de la population de plus en plus livrée à elle-même. De nombreux robots affichent une vocation à être compétents pour la surveillance et le gardiennage, sans oublier les robots baby-sitter, comme celui de la société Tmsuk, testé pour le moment dans un supermarché mais qui pourrait très bien bientôt s’immiscer dans les maisons des japonais. Wakamaru, de Mitsubishi, et Promet, de Kawada Industries, ont aussi été développés pour venir en aide aux seniors et tenir compagnie aux enfants12. De ce point de vue, on peut être amenés à penser que le Japon compte sur les nouveaux robots pour rendre la population active la plus performante possible: •

en leur fournissant une aide sur leur lieu de travail et à la maison, et donc en leur permettant de se concentrer sur les tâches les plus productives.

en subvenant aux besoins des personnes âgées, ce qui aura pour effet de réduire les dépenses de santé, soulageant le travail physique des personnels et la charge financière pour les travailleurs qui cotisent.

12

Page dédiée à Wakamaru sur le site Internet de Mitsubishi : http://www.mhi.co.jp/kobe/wakamaru/english/about/index.html [date de consultation : 22 juillet 2008]

Page | 25


3. Humanoïdes L’objectif du Japon est donc de créer des machines capables d'aider l'homme au quotidien, elles seront amenées de ce fait à travailler continuellement au contact des hommes, et doivent pour cela être à l'aise dans l'environnement humain (TREVELYAN, 1999). C’est pourquoi il semble qu’il soit particulièrement judicieux de développer des robots possédant une forme proche de la nôtre, ce qui évitera d’avoir à modifier l’espace de vie, l’environnement, qui a déjà été adapté à la morphologie humaine. (BREAZEAL et alii, 2003) De plus, la forme humaine des robots leur permettrait théoriquement d’utiliser tous les objets de la vie courante sans contraindre à l’achat de matériel supplémentaire. Le budget alloué aux services à la personne serait ainsi allégé. Sur ce plan, il paraît intéressant de citer Hashimoto 13 : « […] Nous voulons construire des machines capables de faire ce que les humains font facilement. » Et le professeur Hiroshi Ishiguro14, de déclarer aussi en ce sens : « Au final, nous ne voulons pas avoir à faire avec des machines ou des ordinateurs. Ce que nous voulons, c'est interagir avec la technologie de manière naturelle. Il est donc logique et valide de vouloir faire des robots qui nous ressemblent. » Dans cette optique, on comprend pourquoi on cherche à créer des robots humanoïdes : utilisés comme une interface, ils ne demandent pas de compétence ou de formation spécifiques pour être utilisés. Ainsi, si l’accès aux services du robot se présente à l’utilisateur comme un simple dialogue avec une personne, on peut supposer que le temps d’adaptation et le besoin d’apprentissage seront inexistants. Aussi, puisque les robots sont voués à nous côtoyer au quotidien, Brian R. Duffy (2004) pense que « les robots peuvent paraître plus acceptables socialement s’ils sont construits à notre image ». Dans cette perspective, l‘anthropomorphisme pourrait être la forme de robot la plus adaptée aux fonctions qu’on souhaite lui voir occuper. Ceci explique donc pourquoi on retrouve au sein de cette nouvelle génération de robot de nombreux modèles humanoïdes. C'est par exemple le cas d'Actroid, développé par l'université d'Osaka et produit dans sa version commerciale par la société Kokoro. Il en est de même pour l'emblématique Asimo, développé en interne par Honda, et dont nous avons déjà 13

Dans Robo Sapiens Japanicus, The humanoid robots and the posthuman family, Jennifer Robertson, Critical Asian Studies, 2007. 14 Hiroshi ishiguro est professeur associé à l'université d'Osaka, directeur de l’Intelligent Robotic Laboratory et créateur des robots Actroid. Voir http://www.usatoday.com/tech/news/robotics/2008-03-01-robots_N.htm [date de consultation : 5 juin 2008]

Page | 26


parlé. Le premier possède l'apparence humaine d'une jeune japonaise, peut dialoguer avec l'homme, lui fournir des informations, et montre des réactions humaines par l’intermédiaire du visage ou des mouvements du corps. Le deuxième a été conçu tout d'abord comme un robot bipède, à la démarche au départ fastidieuse, mais désormais très naturelle, et qui peut aussi monter des escaliers, courir ou danser. Depuis peu, il peut faire usage de ses autres membres et de la reconnaissance faciale pour, par exemple, servir le café. Selon le site Internet de Honda, « Asimo est un robot conçu pour aider les personnes et assistera un jour les seniors et les personnes à mobilité réduite chez eux15. » Leur apparence humaine et leur serviabilité en font donc des robots qui peuvent être considérés comme étant très proche du concept original de la science-fiction, et les compétences d’Asimo, alliés au physique d’Actroid, pourraient donner naissance à de véritables androïdes. C’est donc tout naturellement que les machines humanoïdes, qui ont fondé le concept du robot, sont celles qui retiennent le plus l’attention du public et des médias. Par ailleurs, la célébration du quarantième anniversaire d’Astroboy en 2003, évènement choisit pour marquer le passage du pays dans l’ère robotique, a rendu les japonais particulièrement réceptifs à ce sujet.

Page | 27 4. Des robots fonctionnels Cependant, si dans le domaine de l’imaginaire, les possibilités du robot semblent sans

limite, dans la réalité, il en est tout autrement. Inutile de le cacher : le robot tel qu’on le conçoit dans la science-fiction n’existera pas avant longtemps. Certes, on arrive à créer des robots humanoïdes, mais de nombreux problèmes restent à résoudre, notamment dans le domaine des fonctions cognitives et sensori-motrices, ce qui réduit grandement leurs capacités par rapport aux possibilités théoriques. Les attentes des japonais en matière de robotique étant particulièrement élevées, les fabricants repoussent toujours à plus tard la commercialisation de leurs robots, s’ils n’abandonnent tout simplement pas comme l’a fait Sony en 2006. Nombre de ces robots se révèlent être des vitrines technologiques au service de leur constructeur, et en comparaison des ambitions affichées, les robots humanoïdes restent limitées. C’est un sujet sur lequel nous reviendrons en deuxième partie de cette étude.

15

http://asimo.honda.com/ASIMO_DCTM/News/renditions/pdf/ASIMO_at_DSO_release_rev.pdf [date de consultation : 21 juin 2008]


C’est sans doute pourquoi on constate, dans le milieu médical notamment où les prototypes en robotique sont nombreux, que tous les robots de nouvelle génération n’ont pas une forme humaine. Avec l’explosion du nombre de patients liée au vieillissement de la population, et le manque de personnel médical, l’accent est mis sur des machines permettant d’optimiser les résultats et de gagner en efficacité, et donc en temps et en rendement. Tel est le cas de HOSPI, de Matsushita, une unité de transport robotisé pour matériel médical et outils de diagnostic en forme de gros cube, dont le seul aspect humain est le sourire qu’il arbore sur l’écran de contrôle. Dans la même veine, C-Pam est un lit robotisé qui permet de transférer les patients sans avoir à leur faire changer de posture, et ne requiert qu’une personne pour fonctionner. L'Institut national japonais des sciences et techniques industrielles avancées (AIST) a crée un robot au corps de bébé phoque, Paro, à des fins thérapeutiques. Il s’agit d’apporter un contact animalier aux patients, bénéfique pour lutter contre la maladie d’Alzheimer, lorsque les hôpitaux n’autorisent pas les animaux. Tous les trois ont donc été pensés pour prendre soin des personnes âgées, et palier un manque de main d’œuvre. C-Pam pourrait même être déployé dans les habitations personnelles. Paro est déjà à l’œuvre dans des maisons de retraite. Et malgré l’absence de forme humanoïde, ils sont considérés comme des robots, à l’image des robots aspirateurs ou tondeuses à gazon. De même, lors de l'exposition d'Aichi en 2005, où le Japon a présenté à la communauté internationale l'avancée de ses recherches en robotique, parmi la centaine de prototypes de robots japonais - en plus des nombreux autres en fonction dans l'enceinte de l'exposition, pour vider les poubelles, guider les visiteurs, ou assurer la sécurité - une grande majorité ne correspondaient pas à la logique androïde. Si l’on s’en tient aux critères proposés par Jennifer Robertson (2008) 16 pour définir un robot humanoïde, on peut effectivement affirmer que, même si ceux-ci monopolisent largement l’attention, ils ne sont pas les seuls que le Japon développe. 5. Les robots de divertissement Ainsi, les nouveaux robots ne se distinguent pas par leur forme. Le fait est largement confirmé par les succès commerciaux de cette nouvelle génération que sont les robots jouets.

16

Ces critères sont : un corps à l'apparence humaine (torse, jambes, bras et tête) et la capacité d'évoluer dans un environnement adapté au corps humain (bureau, maison etc.).

Page | 28


Une tendance qui n’est pas nouvelle, puisque au lendemain de la guerre, pour participer à la relance de l’économie, le Japon s’est entre autre tourné vers l’industrie du jouet, légère et flexible. Les produits sont tout d’abord destinés à être vendus aux États-Unis, pour gagner les devises nécessaires à l’importation de nourriture et de matières premières. Puis, ces petits automates ont peu à peu s’adapter au marché intérieur, en prenant la forme des personnages japonais de manga et d’anime. Par exemple, le groupe Bandai, fondé en 1950, a longtemps été tourné vers l’exportation, et son premier jouet destiné au Japon n’est rien d’autre qu’Astroboy. Depuis, la plupart des séries animées, mais aussi des licences originales comme les Transformers, sont déclinées en figurines, toujours plus sophistiquées, et font le bonheur des collectionneurs. Il n’est donc pas surprenant que des robots miniatures aient vu le jour, et deviennent des réussites commerciales, comme Aïbo, le robot-chien dont Sony a stoppé la production, ou PLEN, un petit robot humanoïde de Systec Akazawa. Cependant, ceux-ci ne nous paraissent pas avoir été développés pour les mêmes motifs. A titre d’exemple, il est difficile de penser que le robot EMA, de Sega, ait été conçu pour les besoins de la population. Lancé en 2008, ce robot de 38 centimètres, à l’apparence féminine, embrasse sur commande son propriétaire, et se comporte « comme une petite 17

amie » . Si la performance technologique peut être saluée, n’a-t-on pas peur que ce produit tende à conforter les célibataires dans leur mode de vie, alors que le taux de fertilité ne cesse de baisser ? Certes, la question relève plus du domaine de la psychologie, domaine qui n’est pas de notre compétence, mais elle mérite d’être posée. Pour David Levy (2007), ce rôle attribué au robot évoluera certainement pour donner naissance à un nouveau genre de robots, dédiés aux relations affectives voire au plaisir sexuel, ce qui encore une fois va à l’encontre de l’idée des services que l’on imagine provenir des robots dans le contexte de crise démographique. Il est vrai que l’on peut noter l’existence au Japon de jeux vidéo de simulation amoureuse, ou de sites Internet fonctionnant sur le même principe18. Et que penser des nombreux modèles vendus en kits que l’on doit construire et programmer soit même ?

17 Japan makes robot girlfriend for lonely men, REUTERS, juin 2008 : http://in.reuters.com/article/lifestyleMolt/idINT8462420080617 [date de consultation : 19 juillet 2008] 18 Voir le site Web-Kare (en français : petit ami sur Internet) : http://web-kare.jp/ [date de consultation : 19 septembre 2008]

Page | 29


Comme l’explique Bruno Maisonnier, le PDG d’Aldebaran, une jeune pousse de la robotique française, les technologies sont aujourd’hui suffisantes pour créer des entertainement robots mais pas encore pour donner vie à de véritables robots de services, bien que ces derniers représentent l’objectif à long terme de la société19. Les capacités des différents prototypes de robot domestiques sont confrontées à l’image des robots façonnée par les médias japonais, telle que nous l’avons vue précédemment, et conduisent donc à une certaine déception de la population. En contrepartie, les robots-jouets, ne possèdent aucun aspect pratique, et ne sont théoriquement pas conçus dans cette optique. Il est donc possible que les robots jouets soient une réponse à court terme à l’engouement des japonais. Ils nous apparaissent donc comme des versions simplifiées des robots dont on attend la venue, suscitent de ce fait une certaine indulgence de la part des utilisateurs, et peut-être pourront-ils créer des vocations dans la voie de la robotique. Il est fort probable qu’à long terme les jouets ne soient que des intermédiaires. Leur vocation, par une mission éducative ou divertissante, semble être de promouvoir les robots auprès de la population qui sera amenée à travailler à leur côté, d’habituer les futurs utilisateurs à leur contact (PRANSKY, 2001), et d’assurer une transition technologique. Ils peuvent en ce sens se révéler être des outils d’essai pour certaines technologies avant leur utilisation sur leurs grands frères. Il est vrai qu’ils contribuent beaucoup sur les questions de conception, comme ils l’ont fait en étant les précurseurs de la mécatronique. Il est ainsi désormais de plus en plus difficile de différencier des robots de loisirs conçus dans une optique de divertissement et ceux qui ont été développés comme robots de compagnie ou à vocation thérapeutique. 6. Différences entre robots industriels et de services On constate donc que l’industrie de la robotique nouvelle ne se compose pas uniquement de robots de services, mais aussi de robots de divertissement. Il ne nous paraît donc pas justifié de retenir le critère humanoïde, pas plus que la fonctionnalité du robot comme caractéristiques intrinsèques de la définition du robot nouvelle génération. Son développement est multidirectionnel, ceci se traduit dans les faits par une grande diversité des

19

Emission radiophonique Interception, du 6 Juin 2008, Valérie Cantie, Angélique Bouin, Radio France.

Page | 30


acteurs, de même que dans la nature des projets et des fonctionnalités des robots : la robotique de nouvelle génération est à la recherche de sa propre identité. Pour toutes ces raisons, il n’existe pas encore de définition précise et définitive de ce qu’est un robot de nouvelle génération (KOMATSU, 2004) et de ce fait, beaucoup de définitions du robot données dans la littérature se basent sur la science-fiction ou sur les robots industriels (TREVELYAN, 1999). Pourtant, pendant longtemps, la question se posa de savoir si ces machines conçues pour exécuter des tâches répétitives étaient des robots ou non. Il est apparu que face à ce problème lexical, le Japon avait tendance à utiliser le mot robot un peu trop facilement et désignait tout objet muni de circuits électriques et de systèmes mécaniques complexes par ce terme. Dans cet esprit, une anecdote amusante, relatée par Frederic L. Schodt (1988), raconte que lors de la fièvre robotique qu'attrapa le Japon dans les années 80, même les distributeurs de boisson étaient souvent considérés comme des robots. Depuis, les robots sont, « dans le vocabulaire industriel japonais, des manipulateurs possédant plusieurs degrés de liberté, et réalisant à volonté des mouvements analogues à ceux des membres supérieurs de l’homme20 ». Récemment, on évoque même la possibilité de voir ces outils de production devenir autonomes, voire même mobiles (LECHEVALIER et alii, 2007). Cela en fera-t-il pour autant des robots de services ? S’il nous fallait trouver le dénominateur commun à tous les robots qui nous intéressent, ceux de nouvelle génération donc, une réponse pertinente serait de dire que les nouveaux robots (appelés robots de service, partenaires ou personnels selon la source), quelle que soit la forme ou la fonction du modèle, sont pensés pour être en permanence au contact des hommes, et donc pour interagir avec ses utilisateurs. Ceci se traduit par une relation étroite entre l’homme et la machine. Ce que l’on demande à cette nouvelle génération requiert des compétences qu’Hiroshi Komatsu (2004) a identifié comme étant les suivantes : « mobilité dans les espaces de vie ; capacité de reconnaissance et de compréhension de leur environnement, même en mouvement ; être capable de déterminer leurs prochaines actions en fonction de leur environnement ; indépendance et sécurité de fonctionnement vis-à-vis des humains ». De telles capacités sont obtenues par l’association d’un cerveau, donc d’un

20

Gonenc R et Lecler Y. L’électronisation industrielle du Japon, Sciences sociales du Japon contemporain, numéro 2, octobre 1982.

Page | 31


ordinateur, renseignés par des organes de saisie tels que des capteurs vidéo ou audio, et d’une réponse physique rendue par la mécatronique traditionnelle. Une composition qui n’est pas sans nous rappeler la définition technique d’Asimov, mais aussi des robots industriels modernes, comme celle de ceux que l’on utilise dans le nucléaire ou l’espace. Il apparaît donc que l’on retrouve une similitude dans les technologies utilisées par les robots industriels et de service. Comme le souligne Hiroshi Komatsu, la particularité de la robotique est qu’une nouvelle génération ne remplace pas nécessairement les anciennes générations, et donc, le développement de la nouvelle robotique n’empêche en rien les robots industriels de continuer à progresser. Cependant, ils s’opposent par une différence substantielle dans leur utilisation, à laquelle correspond par conséquent une relation robot-machine différente. Les robots industriels et les robots « de service » sont effectivement deux catégories de machines sur lesquelles le Japon a fondé des espoirs pour compenser certaines générations à faible effectif, en période de perte de vitesse économique, à défaut d’inverser la tendance du taux de fécondité. La nature du travail des robots manufacturiers, utilisés pour remplacer les ouvriers dans les emplois pénibles, de précision ou répétitifs, fait qu’ils opèrent souvent dans des espaces complètement séparés des hommes. Ils appartiennent plus à une logique de remplacement de l’homme. A contrario, comme nous venons de le voir, les nouveaux robots sont développés pour opérer dans l’espace de vie des hommes pour interagir avec eux. Cette différence d’application de technologies similaires est au cœur du concept récent de technologie robotique.

7. Analyse : du robot à la technologie robotique ubiquiste Le METI (Ministry of Economy, Trade and Industry) définit le robot comme « une machine qui peut bouger ou manipuler automatiquement, et s’occuper de différentes tâches programmées ou exécutées sur demande ». Force est de constater que la définition peut s’appliquer aux familles de robots de services comme manufacturiers. Face à cela, la tendance est à la classification des robots en catégories, comme ce fut le cas pour les robots industriels à leurs débuts. Chacun propose sa propre version : associations de constructeurs (Japanese Robot Association, Robotics Institute of America, International Federation of Robotics…),

Page | 32


gouvernement, localités… Par ailleurs, le concept même du robot semble être différent selon les pays. Si l’effort de clarification est bienvenu, on ne peut néanmoins que déplorer le manque d’uniformisation. Néanmoins, on peut constater que dans la création, deux méthodes se partagent l’ensemble des prototypes : •

créer des robots qui présentent des caractéristiques proches de l’homme (morphologie, voix, pensée etc.) pour s’adapter à leur travail ou aux éléments qui lui sont indissociables. C’est suivant cette logique que fut crée Mr. Asahi, le premier robot barman21, ou encore les robots musiciens de Toyota. Dans cette perspective, il apparaît que c’est principalement dans les relations sociales que le robot tente de ressembler à l’homme, et on ne sait pas encore s’il doit franchir la uncanny valley22.

partir de la tâche à accomplir et trouver les attributs du robot les mieux adaptés. Une démarche qui débouche soit sur de nouveaux concepts, soit à la robotisation des objets du quotidien qui remplissent déjà un rôle fonctionnel mais que l’on veut améliorer. C’est ainsi que sont apparus des robots serpents pour secourir les rescapés des tremblements de terre, des robots militaires ou explorateurs de planètes à la forme avant tout fonctionnelle.

Aujourd’hui, fort de ces deux tendances et de l’aspect pluridisciplinaire de l’objet, mais aussi de l’image plurielle et évolutive des robots véhiculée par sa culture, le Japon se tourne désormais vers le concept de technologie robotique, que nous désignerons par l’anglicisme Robot Technology (RT). « La RT peut être définie comme toutes les technologies nécessaires pour une interaction physique avec l’environnement via des capteurs, des actionneurs et des

21

World's first robotic barman could spell last orders for pub staff, Dailymail, 2008 : http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1031786/Worlds-robotic-barman-spell-orders-pub-staff.html [date de consultation : 23 juillet 2008] 22 L’uncanny valley, ou vallée étrange en français, est une thoérie inventée en 1970 par le roboticien Masahiro Mori, d’où son nom en japonais : mori no tani (森の谷 – la vallée de Mori). Cette théorie suggère que plus un objet montre une apparence humaine, plus nous éprouvons de la sympathie pour ce dernier. Cette tendance continue jusqu’à un certain point à partir duquel l’affection laisse place à une grande répulsion. Puis, le sentiment redevient positif par la suite, l’humanité de l’objet est alors quasi-totale. Certains androïdes inspirent donc la sympathie de l’interlocuteur qui le prend pour un humain, durant un court instant. Mais très rapidement, la personne s’aperçoit de la différence, faisant tomber le robot dans la vallée (HORNYAK, 2006 ; LEVY, 2007)

Page | 33


moyens de traitement et de communication […]. En ce sens, le robot et les RT constituent une interface physique entre l’utilisateur et le monde physique ». Elle peut donc aboutir sur des unités complètes, les robots (de nouvelle génération, comme industriels) ou sur des objets robotisés, à l’image du récent exosquelette HAL et de matériel médical. LA RT englobe de ce fait la robotique de remplacement des hommes, mais aussi la robotique d’assistance, née de l’immaturité technologique de la première.

Comme l’explique le professeur Asada, « Robot technology is the general term for robot related elemental technologies and integration technology. It's a collection of technologies derived from robots, but 'robots' aren't limited to just the humanoid androids we see in movies » (Ville d’Osaka, 2007). Plus précisément, on constate que la robotique de service se présente comme de nouvelles applications de systèmes mécatroniques issus de l’industrie, mais aussi de composants électroniques présents dans des appareils largement répandus, ainsi que de dizaines de champs de compétences (biotechnologies, nanotechnologies, etc.).

En conclusion, nous tirons de notre confrontation des robots de service avec leurs différents homologues (industriels et imaginaires) que ce sont avant tout des machines intelligentes, autonomes et mobiles, issues d’une mise en collaboration de multiples technologies. Ils peuvent être amenés à interagir avec l’homme au quotidien, pour le divertir, mais surtout pour l’assister ou le remplacer complètement dans certaines tâches, en raison des évolutions de la population notamment. La diversité des formes et des rôles qu’ils présentent n’est donc que le reflet de la diversité des activités humaines pour lesquels et par lesquels ils sont conçus. La conception technique des robots laisse comprendre qu’ils demandent des efforts de recherche particulièrement importants. Dans un effort de justification, c’est la crise démographique japonaise qui est le plus souvent pointée du doigt. Nous pourquoi nous allons lui consacrer la prochaine partie.

D. Bilan démographique japonais Depuis l’ère Meiji, la population japonaise a connu une croissance particulièrement importante, passant de 35 millions d’habitants en 1872 à plus de 127 millions au début des

Page | 34


années 2000. Mais à cette forte croissance démographique succède désormais une crise majeure, souvent désignée comme le stimulus du développement de la robotique nouvellegénération.

Il apparaît donc nécessaire de comprendre quels sont les problèmes

démographiques rencontrés par le Japon, tant leurs causes que leurs conséquences, pour pouvoir affirmer ou infirmer que la robotique est effectivement une solution mise en place pour faire face à cette crise. 1. Caractéristiques de la crise Celle-ci se caractérise tout d’abord par le vieillissement de la population qui dans les faits se traduit par une proportion de personnes âgées (plus de 65 ans) de plus en plus importante. Ainsi, selon les estimations données par le gouvernement japonais23, en 2006, les seniors représentaient 20,8% de la population, contre 4,9% en 1950. Et les personnes âgées pourraient compter pour 39,6% de la population japonaise en 2050. Les différentes pyramides correspondant au passé, au présent et au futur, montrent qu’entre 1950 et aujourd’hui, le vieillissement de la population est avant tout une affaire de différence numérique entre les différents groupes d’âges de la population, qui agit comme l’onde générée par les oscillations du taux de fécondité au fil des générations et dont les répercussions se manifestent aujourd’hui. Ces fluctuations ont pris des valeurs particulièrement désavantageuses pour la structure de la population. Largement positives par deux fois (la génération des baby-boomers des années 47-49 et son écho dans le milieu des années 60), elles ont été absorbées par le groupe des actifs, personnes situées entre 15 et 64 ans, et viennent ensuite gonfler les rangs du troisième âge. Mais depuis, elles conservent une tendance à la baisse. On constate effectivement que depuis, chaque génération japonaise a été supérieure en nombre à la génération qui la suivait. On peut donc se douter, et une lecture du graphique nous le confirme, que le groupe des jeunes personnes (moins de 15 ans) s’est considérablement réduit depuis 1950. En 2050, il ne représentera plus que 8,6% de la population totale.

23

Statistiques issues du site du ministère des affaires intérieures et de la communication : http://www.stat.go.jp/english/data/handbook/c02cont.htm, [date de consultation : 10 août 2008]

Page | 35


Mais de part le cours naturel des choses, « […] comme chacun sait, le temps n’attends pas : chaque année la population voit inexorablement son âge augmenter d’un an, la mort prélève son tribut, même si celui-ci s’allège un peu d’une année sur l’autre » (CALOT, 1992). Ainsi, ce changement de morphologie de la démographie japonaise n’est que le symptôme annonciateur d’une diminution de population. Sur le long terme, la survivance de la supériorité numérique des générations situées au sommet de la pyramide des âges, malheureusement vouées à disparaître, se traduira donc obligatoirement par une perte continue de population. Le processus semble même avoir commencé puisqu’on constate pour la première fois en 2005 que la population du Japon diminue. En effet, depuis l’ère Meiji, la seconde guerre mondiale et l’année de Hinoeuma24 mis à part, le taux de croissance naturelle de la population japonaise a toujours été positif, se maintenait largement au dessus de 1% entre 1910 et 1980, avec de très rares passages sous l’unité, mais de nombreuses augmentations ponctuelles, comme en 1975 lors de l’écho du baby-boom où il s’établit 1,38%. A partir des années 80, il a connu un ralentissement intense et continu. Déjà, en 1990, la croissance de la population n’était plus que de 0.42%, et en l’an 2000 elle se chiffrait à 0.21%. Récemment, cette croissance à laquelle le pays s’était habitué s’est transformée en décroissance. Ainsi, en 2005,

24

Littéralement le cheval de feu. Selon l’astrologie asiatique, ce signe apparaît tous les soixante ans. Les femmes nées cette année-là sont réputées comme ayant mauvais caractère et donc irrémédiablement condamnées au célibat.

Page | 36


avec un taux de -0.01%, le Japon a connu sa première diminution de population, passant de 127,78 millions en 2004 à 127,77 millions l’année concernée25. L’écart n’est certes pas très important mais c’est la première fois qu’il y a eu une baisse naturelle de la population d’une année sur l’autre. Si elle s’est stabilisée en 2006, le repos n’a été que de courte durée, et la dépopulation a repris. Ainsi, en Juin 2008, la population japonaise se chiffrait à 127,288 millions d’habitants, et elle pourrait passer sous la barre des 100 millions en 2050. Dans le pire des scénarios, et bien que l’on peine à imaginer la disparition d’une nation peuplée de 127 millions de personnes, il pourrait ne rester que 500 japonais en l’an 3000 (HEWITT, 2003). Comment expliquer ces profonds changements que connaît la population japonaise ?

2. Mécanismes démographiques i.

L’espérance de vie

Pour comprendre comment réagit démographiquement une nation aux variations du taux de fécondité, Peter Uhlenberg (1992) a établi différents profils de population en jouant sur cette variable, mais aussi sur l’espérance de vie. Il les a comparés à une population stable, c’est-à-dire ayant des taux constants, et fermée à l’immigration. Selon ses analyses, on note que d’une part, plus l’espérance de vie est élevée, plus la proportion de personnes âgées l’est aussi. A ce titre, le Japon est un pays développé dont la qualité des soins hospitaliers est excellente, et accessibles à la grande majorité des japonais (CAMPBELL, 2003). En ayant fait de la recherche dans ce domaine une priorité nationale, l’espérance de vie des japonais, déjà réputée élevée grâce à leur hygiène de vie, ne cesse de progresser. On constate effectivement qu’entre 1947 et 2006, l’espérance de vie s’est allongée pour les hommes de 29 ans, et pour les femmes de 32 ans. En 2006, elle était de 85,8 ans pour les femmes et 79 ans pour les hommes (DOURILLE-FEER, 2008). En conséquence, le nombre de centenaires japonais, de l’ordre de 25 milliers de personnes, est le plus élevé du monde.

25

Statistiques issues du site du ministère des affaires intérieures et de la communication : http://www.stat.go.jp/english/data/handbook/c02cont.htm, [date de consultation : 10 août 2008]

Page | 37


ii.

Le rôle essentiel du taux de fécondité

D’autre part, Uhlenberg démontre que le taux de fécondité joue un rôle essentiel dans le processus de vieillissement. On peut notamment constater que le passage sous la barre des 2 enfants a des effets significatifs. En effet, pour une population vivant jusqu’à 80 ans et une fécondité fixée à 2 enfants, les personnes âgées représentent 7,5% de la population. Ce chiffre grimpe alors à 20,2% si l’on passe à une fécondité de 1. Une différence qui s’explique par le non-renouvellement des générations dans le deuxième cas. Selon la définition de l’institut national d’études démographiques26, « une génération assure son remplacement si le nombre de filles dans la génération des enfants est égal au nombre de femmes dans la génération des parents. A cause du rapport de masculinité à la naissance (il naît 105 garçons pour 100 filles) et de la faible mortalité infantile, le niveau de remplacement est atteint lorsque les femmes ont environ 2,1 enfants dans les pays développés ». Le taux de fécondité nécessaire au remplacement varie aussi en fonction de l’espérance de vie, mais dans l’exemple d’Uhlenberg, aucun de ces paramètres n’est pris en compte et seul l’équilibre numérique théorique entre les parents et les enfants importe, d’où le chiffre rond de 2 enfants. Les pays développés connaissent un taux de relève autour de 2,1, ce qui dans la réalité est certainement le meilleur score possible. Globalement, l’espérance de vie dans ces pays y est excellente, notamment grâce à l’avancée de la médecine et sa généralisation. Cependant, il est difficile d’empêcher totalement les morts non naturelles (accidents, suicides…), et la mortalité infantile peut difficilement descendre plus bas. A ce titre, le Japon se situe à 2,08 depuis 1930, ce qui autrefois a largement permis la forte croissance démographique du pays. Cependant, après le baby-boom qui vit le taux de fécondité atteindre le record de 4,5 en 1947, ce dernier est ensuite tombé à 3,65 dans les années 50, chuta rapidement à 2,37 en 1955, et se stabilisa pendant presque deux décennies. A partir des années 70, il descendit jusqu’à 2,13, passa en dessous de 2 en 75, alors que le niveau de renouvellement du Japon se situe pour rappel à 2,08, et continue de diminuer aujourd’hui encore. Ces dernières années, il varie entre 1,26 et 1,3, ce qui est largement insuffisant, et le taux de renouvellement étant déjà à son minimum, il ne peut compter sur cet élément pour relancer la croissance démographique. Le Japon cumule donc tous les critères nécessaires au vieillissement et à la 26

http://www.ined.fr/fr/lexique/bdd/mot/Remplacement+des+g%C3%A9n%C3%A9rations/motid/21/ [date de consultation : 23 Mars 2008]

Page | 38


dépopulation, et parmi les pays développés, c’est dans l’archipel qu’ils prennent les formes les plus violentes. Comment expliquer une telle chute de cette variable ?

3. Mariage et nombre d’enfants en perte de vitesse Pour de nombreux experts, le problème de la fécondité est lié avant tout à la baisse simultanée du nombre de mariage dans un pays où à peine 2% des enfants naissent hors mariage. « La décision de se marier correspond donc à celle d’avoir des enfants », et comprendre pourquoi les japonais ont moins d’enfants revient alors à trouver les éléments qui favorisent la vie en célibat. Dans ce sens, on peut aussi noter que le déclin du mariage coïncide historiquement avec la baisse du taux de fécondité puisqu’à partir du milieu des années 1970, le taux de mariage commença à descendre. Ainsi, selon les statistiques, en 1970, 10 mariages étaient célébrés pour 1000 japonais, 7 en 1980 et en 2006, 5,6 l’étaient pour un même référent. Comment expliquer le recul des mariages japonais ? On parle très souvent du Japon comme d’un pays à la croisée du modernisme et des valeurs traditionnelles. Il est vrai qu’aujourd’hui encore, elles occupent une place importante au sein de la vie familiale et prennent notamment la forme d’une séparation particulièrement marquée des rôles au sein du couple. Ainsi, il est généralement assimilé que l’époux travaille pour subvenir aux besoins du foyer, et que l’épouse s’occupe des enfants et de la maison. Cette vision du couple marié s’est aussi introduite dans le milieu du travail en régissant les relations entre l’entreprise et chacun des sexes. On constate effectivement qu’une réelle discrimination envers les femmes est courante, justifiée lorsqu’elles ont la vingtaine par la forte probabilité qu’elles se marient. Alors que les hommes sont considérés comme plus productifs une fois mariés, les femmes, devenues épouses, ont considérées de facto comme moins productives, ayant la charge du foyer en plus de leur travail. Elles quittaient alors généralement l’entreprise à la naissance du premier enfant. Après avoir éduqué les enfants, il leur est ensuite difficile de retrouver un emploi à plein temps, et de reprendre leur carrière. En effet, lorsqu’elles reviennent sur le marché du travail, le système d’emploi ne leur laissait comme choix que les emplois à mi temps au salaire plutôt maigre. Mais là encore, de nombreux impôts (sur le revenu) dissuadaient les femmes de travailler à mi-temps, en étant souvent bien plus importantes que le salaire même.

Page | 39


L’aspect unilatéral des revenus au sein des couples a donc nécessité la mise en place d’un système à d’emploi à vie associé à un salaire basé sur l’ancienneté. Un système gagnantgagnant puisque la fidélité est réciproque, et ce, même si la participation dans l’activité de l’entreprise des employés est parfois négligeable. En contrepartie, le gouvernement avait mis en place un lourd dispositif de protectionnisme, ne laissant sur le marché que les entreprises japonaises. Les prix étaient donc dans la plupart des cas 60% plus élevés que sur un marché livré à la concurrence, et cette différence était le prix à payer pour ce système d’emploi à vie (HEWITT, 2003). L’entreprise jouait donc jusqu’à présent un rôle social pilier, maintenant le taux de chômage à de très bas niveaux. Mais suite aux deux chocs pétroliers de 70 et 80, de moins en moins de travailleurs ont pu bénéficier de ce système, si bien qu’il n’était pas avantageux pour les femmes de délaisser leur emploi, même à mi-temps. Puis dans les années 90, lorsque le japon a rejoint l’organisation mondiale du commerce, les entreprises ont eut à faire face à une concurrence des prix provoquée par l’ouverture des barrières tarifaires, et ne pouvaient alors plus jouer leur rôle de soutien social comme auparavant. En conséquence, l’emploi à vie ne pouvait plus être assuré, remplacé à 30% par de l’emploi précaire et les jeunes qui étaient en âge de fonder leur foyer ne le pouvaient donc pas. Il fallait alors très souvent soit cumuler deux salaires, soit renoncer à se marier. C’est à cette époque que sont apparus les premiers parasite singles, des célibataires endurcis ayant choisi de travailler tout en restant chez leurs parents, et qui pouvaient ainsi faire face à la crise en cumulant les aspects positifs d’une vie de célibataire et d’une cohabitation avec leurs parents : aujourd’hui encore, ce mode de vie leur permet d’avoir un salaire sans avoir à le dépenser pour les charges courantes, notamment le loyer, et donc de mieux subir la précarité de l’emploi. Et c’est la baisse du nombre idéal d’enfants, sur laquelle nous reviendrons, qui a permis aux jeunes japonais, puis aux jeunes adultes qu’ils sont devenus, de ne pas avoir à partager leur chambre27 et donc de pouvoir rester à la maison. D’une proportion marginale dans les années 80, beaucoup de ces Tanguy japonais sont apparus dans les années 90 où la conjoncture (crise économique suite à la bulle) leur était favorable.

27

No sex please — we're Japanese, USA Today, 2004 : http://www.usatoday.com/news/world/2004-06-02japan-women-usat_x.htm [date de consultation : 24 mai 2008]

Page | 40


Par ailleurs, alors que suite à la deuxième guerre mondiale, les femmes japonaises mariées avaient entre 4 et 5 enfants, le standard s’est ensuite orienté largement en faveur de 2 enfants par couple, ce qui sur le plan national a contribué à une baisse générale de la natalité. Aujourd’hui, le nombre moyen d’enfants par couple marié se révèle être quasi inchangé depuis la fin des années 70, soit 2, 09. En 2006, il reste bien supérieur à la moyenne nationale de l’année (1,26). Cette stabilité dans la fécondité au sein des couples est certes un bon point en l’absolu, confirmant que le problème vient principalement du recul du mariage, mais le pays n’est pas à l’abri d’un nouveau changement dans le nombre idéal d’enfant. Ce qui s’avérerait particulièrement mauvais pour le taux de fécondité.

4. Un cercle vicieux De nos jours, le marasme économique des années 90 et sur lequel nous reviendrons plus en détail par la suite, a engendré par l’intermédiaire de la baisse du taux de mariage et du nombre moyen d’enfant par couple, le manque de main d’œuvre que connaissent les entreprises actuellement. Pour y répondre, l’ancienneté et l’emploi à vie laissent leur place à la rémunération au mérite, et à la construction de carrière. Dans cette dynamique, le travail des femmes a été favorisé, leur salaire a été revu à la hausse et cela attire de plus en plus de travailleuses. Ainsi, alors que seulement 15% des femmes étaient employées en 1955, 47,7% d’entre-elles travaillaient en 2007 (Statistiques officielles du gouvernement japonais). Leur éducation a entre temps été portée au même niveau que celui des hommes, si bien qu’elles ont de nouvelles opportunités de travail, mais cela retarde encore leur entrée dans la vie active et par conséquent, le moment de leur mariage. On peut supposer que cette évolution entrepreneuriale influence de beaucoup leur choix de vie familiale. Pourtant, une comparaison entre pays de l’OCDE montre que plus le salaire des femmes est proche de celui des hommes, plus la fécondité est élevée. Mais au Japon, les services de garderie ou d’aide à la personne ont longtemps été boudés par la confiance des couples, et ils étaient strictement régis et contrôlés par l’état, d’où la quasi absence de telles infrastructures encore aujourd’hui. De plus, bien qu’en 1992, le gouvernement japonais a introduit pour la première fois les congés parentaux, tout d’abord non payés, puis rémunérés à hauteur de 25% du salaire, rares étaient les japonaises à en choisir d’en bénéficier, de par la pression qu’exerçait l’entreprise. Sur les

Page | 41


plans pratique et économique, il est donc souvent impossible pour les mères japonaises qui le souhaitaient de combiner la vie de famille, et ses valeurs traditionnelles, avec une carrière professionnelle. Une étude révèle par exemple que seules 9% des mères japonaises éprouvent du plaisir à élever leurs enfants, contre 40 à 60% dans le reste du monde (USUI, 2003). Le mariage japonais, modèle social traditionnel est devenu incompatible avec la vie active et moderne des femmes, ce qui explique son recul tout d’abord, puis celui de la natalité par ricochet ensuite, et avant tout à cause des changements qu’ont connu l’économie et l’emploi depuis la guerre, et plus particulièrement ces vingt dernières années. Ainsi, bien qu’aujourd’hui plus de 90% des femmes célibataires japonaises souhaitent se marier un jour (YASHIRO, 2001), elles n’adhèrent cependant plus à la vision traditionnelle du mariage. Par ailleurs, abandonner un salaire devenu plus que suffisant pour subvenir à leurs propres besoins devient un luxe que peu d’entre-elles osent se payer. Le salaire qu’elles perdraient est donc vu comme des « opportunity costs of marriage », si bien qu’elles refusent l’idée de perdre en qualité de vie. Se marier n’est alors plus une question de nécessité sociale et économique mais de volonté, leur épanouissement personnel remplace l’obligation. C’est pourquoi on constate que depuis plusieurs années, de plus en plus de femmes choisissent leur carrière plutôt que de se marier, ou repoussent au plus tard cette perspective, rejoignant en 2003 les 10% de la population considérés comme parasites singles28, mais cette fois-ci par choix, et non pas par résignation. Comme l’indique Naohiro Yashiro (1998), il se pourrait que l’emploi croissant et indispensable des femmes pour palier au manque de main d’œuvre n’entraîne le pays dans un cercle vicieux qui verrait de plus en plus de femmes travailler et délaisser leur ambitions de mères. Ces changements survenus dans le monde du travail ont déjà pour conséquence que l’âge des parents lors de la naissance du premier enfant tend à reculer fortement. Ainsi, selon les statistiques, les femmes japonaises se marient aujourd’hui en moyenne à l’âge de 28 ans, et ont leur premier enfant à 29 ans. Sachant qu’une femme peut avoir des enfants entre 15 et 50 ans, la plage de durée consacrée à la grossesse et à l’éducation des enfants se réduit de jour en jour. Il n’est donc pas exclu que le chiffre de 2,08 enfants par couple ne se réduise encore, faisant chuter le taux de fécondité national en dessous de 1,28.

28

Current situation of Parasite-singles in Japan (Summary, F. Nishi & M. Kan, Statistical Research and Training Institute, mars 2006.

Page | 42


5. Conséquences de la crise démographique Les conséquences sont d’ores et déjà bien visibles. Il apparaît effectivement que le deuxième groupe d’âge, qui a atteint son maximum de 87, 17 millions de personnes en 1995, soit 69,4% de la population (KOJIMA, 2007), chute de 0,7% chaque année depuis l’an 2000 (BARRAL, 2007). Cette catégorie de la population qui regroupe les travailleurs devrait à cette cadence être amenée à perdre plus de 7 millions de salaryman d’ici une dizaine d’années (BARRAL, 2007), si bien qu’en 2050, il ne restera que 50 millions de travailleurs. Paul S. Hewitt (2003) pense de ce fait qu’une baisse du produit intérieur brut est à prévoir. Le PIB correspond à la production moyenne par heure travaillée multipliée par la population active et le Japon qui voit son nombre de travailleurs fondre d’année en année risque donc de voir son PIB diminuer à la même vitesse. Pour maintenir sa position de deuxième puissance économique mondiale, il lui faudra donc produire plus avec moins de personnes.

De plus, l’affaissement de ce groupe sous-entend que les personnes effectuant le passage du statut de travailleur à celui de retraité ne sont pas remplacées en totalité. On redoute notamment les baby-boomers, ou la génération dankai en japonais, qui depuis 2007 et jusqu’en 2010, sont en âge de partir à la retraite. Ces derniers représentent une génération de plus de 8 millions de travailleurs et comptent environ 10% des travailleurs actuels. L’écart entre les groupes d’âge est donc amené à se creuser encore plus, et va donc remettre en question les pensions japonaises et donc de la consommation des seniors. Les pensions sont dépendantes de trois systèmes de cotisation que sont les cotisations nationales, auxquelles les personnes entre 20 et 59 ans cotisent obligatoirement, les cotisations des employées, proportionnelles au salaire à hauteur de 14,62% et prises en charge à moitié par les employeurs, et les pensions privées, qui ne sont pas limitées en âge ou statut, mais s’adressent néanmoins aux personnes les plus aisées. On peut donc noter que globalement, la charge sociale des pensions de retraite est supportée majoritairement par le deuxième groupe d’âge. Maintenant que la pyramide est inversée, le système perd de son sens. Les répercussions de ce déséquilibre entre travailleurs et pensionnés se ressentent à travers une lecture des différents

Page | 43


potential support ratio 29 . Ainsi, alors qu’en 1950, 12,1 personnes étaient en charge d’un retraité, il en fallait 4 en l’an 2000 et il est fort probable que ce poids financier ne soit réparti qu’entre 2 personnes en 2025. Les prochaines générations de travailleurs auront une charge sociale bien plus importante que leurs aînées. Il est donc fort possible que les pensions soient réduites et que les personnes âgées aient à compter sur leur propre épargne pour subvenir à leurs besoins et participer à la consommation. Au Japon, 55% du PIB vient de la consommation30, la question est donc d’une importance capitale.

Concernant les effets du vieillissement de la population sur la consommation, la théorie du cycle de vie économique de Modigliani permet d’en mieux comprendre les mécanismes. Selon cette théorie, il faut distinguer trois phases importantes en ce qui concerne la balance entre l’épargne et la consommation : •

La jeunesse, pendant laquelle on consomme au jour le jour, grâce aux parents et au mode de vie qui privilégie le confort matériel. Vers la fin de cette période, la création du foyer pousse les jeunes adultes à emprunter.

La phase adulte se caractérise tout d’abord par le remboursement de ces dettes, puis plus particulièrement par une forte tendance à épargner, en prévision de la retraite.

Enfin, les personnes âgées dépensent leur épargne en consommant à nouveau, mais à des niveaux moindres.

Selon cette théorie, on pourrait penser que le nombre croissant de retraités pourra compenser la diminution du nombre de jeunes et de nouveaux foyers. Mais la conjoncture actuelle tend plutôt à aller dans le sens contraire : les ménages épargnent de moins en moins, à hauteur de 3,2% en 2006 contre 11,4% en 1997 et ont peu été encouragés par le très faible taux d’intérêt que la banque du Japon maintient depuis maintenant une dizaine d’années31. Ainsi, il se pourrait que la consommation ne connaisse pas l’explosion à laquelle on pourrait

29

Rapport de soutien potentiel : Rapport du nombre de pensionnés sur le nombre de cotisants. Le Monde, Bilan du Monde 2008, Hors série, janvier 2008. 31 Japan cuts interest rate, BBC News, 9 février 2001 : http://news.bbc.co.uk/2/hi/business/1161890.stm [date de consultation : 22 juillet 2008] 30

Page | 44


légitimement s’attendre. Pire, les seniors pourraient ne pas compenser le futur manque de ménages. La population active devra donc produire plus de richesse par personne que leurs ainés si elle veut maintenir l’économie à un même niveau, pour conserver la même qualité de vie et la place de seconde économie mondiale. Pour cela, le gouvernement et les entreprises font de plus en plus appel aux seniors. Le revers de la médaille d’une telle politique pourrait être de voir leur santé s’user au travail alors que le nombre croissant de séniors risque déjà de peser lourd sur les frais médicaux. Ces derniers requièrent effectivement une dépense de santé 3 à 4 fois plus importante que les jeunes. On peut donc s’attendre à un budget santé proportionnellement croissant à l’évolution du groupe du troisième âge. Déjà, les soins pour les personnes âgées représentent 50% du budget alloué à la santé 32 . Dans tous les cas, d’années en années, les dépenses du Japon vont être toujours plus élevées, mais les travailleurs de moins en moins nombreux. Dans ce contexte, on se demande comment sur le plan humain, le pays pourra trouver le temps et le personnel suffisants pour prendre soin des personnes âgées. D’autant plus que ces dernières années ont vu un changement radical dans les traditions, les enfants ne souhaitent plus s’occuper de la charge que représentent leurs parents, qui vivent désormais souvent indépendamment. Mais quand leur autonomie n’est plus possible, vient le moment où ces personnes doivent rejoindre des maisons de soins. Cependant, il en manque beaucoup pour répondre à la demande, infrastructures et personnel manquant à l’appel.

6. Les solutions pour résoudre la crise Nous avons vu que les causes du problème démographique sont l’espérance de vie et le taux de fécondité. Naturellement, les dispositifs mis en place pour résoudre cette crise visent à faire progresser le taux de fécondité, et non pas à réduire l’espérance de vie des japonais… Pour résoudre ces problèmes de fécondité, Usui (2003) propose plusieurs initiatives alors que la répartition traditionnelle des rôles au sein du couple reste fortement ancrée dans la

32

Japan wrestles with ageing problem, BBC News, juillet 2008 : http://news.bbc.co.uk/1/hi/health/7472140.stm [date de consultation : 22 juillet 2008].

Page | 45


culture japonaise. D’une part, faciliter le travail des femmes, en leur proposant des horaires aménagés pour avoir recours à des services de crèches et de garde d’enfants après l‘école. L’exemple de la Suède montre par exemple qu’une forte participation active des femmes et un taux de fécondité élevé ne sont pas compatibles si de tels services existent. D’autre part, favoriser l’implantation de tels services, mais surtout sensibiliser les mamans aux avantages que procure leur utilisation. Mais il persiste une forte réticence chez les femmes japonaises à laisser des tiers s’occuper de leur progéniture. Nous pouvons aussi ajouter le fait que les crèches ont souvent des exigences difficiles à atteindre (apporter plusieurs vêtements de rechange tous les jours…) et que les horaires sont très peu conciliants avec l’emploi à plein temps. Le Japon a longtemps hésité avant de se lancer dans une politique pro-nataliste, si bien que les quelques mesures prises jusqu’à maintenant se sont souvent révélées être trop tardives, voire insuffisantes. L’autorisation d’ouvrir des crèches dans le secteur privé ne date par exemple que de l’an 2000. De ce fait, aujourd’hui encore, elles restent trop peu nombreuses ou bien trop onéreuses. Le désarroi des autorités publiques face à la situation a parfaitement été perceptible lors d’un discours prononcé en Janvier 2007 lors d’une réunion du Parti démocratique libéral, par l’ancien ministre de la santé Hakuo Yanagisawa. Celui-ci a accusé les femmes japonaises d’être responsables du faible taux de fécondité, et a insisté sur la nécessité pour le Japon « d’utiliser le potentiel des machines à enfanter à leur maximum ». Ces paroles avaient alors indigné les japonais, le gouvernement comme l’opinion publique. De toute façon, le mal est fait et les mesures prises par le gouvernement n’auront des effets perceptibles qu’à long terme. Le capital humain met en effet longtemps à se construire, de l’ordre d’une vingtaine d’années pour une main d’œuvre qualifiée. D’ici là, quand bien même ces mesures seraient couronnées de succès, il faudra au Japon se confronter aux conséquences qu’engendrent aujourd’hui le vieillissement de la population, et très bientôt la dépopulation. Outre le problème de la fécondité, le gouvernement japonais a donc aussi pris une série de mesure pour agir sur les conséquences du vieillissement mais qui pour le moment se sont révélées être d’une efficacité plutôt mitigée. En 1999, une nouvelle loi sur l’emploi des seniors a repoussé l’âge de la retraite pleine à 65 ans. Il est vrai que « plus de 7 japonais âgés de plus d’une cinquantaine d’années sur 10 souhaitent continuer à travailler après 60 ans »

Page | 46


(TOURRET, 2008). Une aubaine pour le gouvernement qui voit là une façon efficace de remplacer les pensions par un salaire, de prolonger la participation active des seniors à l’économie, et de les faire cotiser plus longtemps. Cependant, les entreprises japonaises estiment depuis toujours que les seniors représentent un rapport salaire/productivité trop gourmand, et n’hésitent donc pas à licencier leurs anciens salariés puis à en réembaucher de nouveaux, tout aussi âgés, mais sur les bases d’un contrat à temps partiel, plus avantageux pour l’employeur. C’est pourquoi le gouvernement japonais paie désormais le tiers de « toute nouvelle machine qui facilite le travail des seniors33 ». On peut par exemple penser à des robots. Mais avant d’encourager les seniors à continuer de travailler, Kojima Akira34 propose aussi de résoudre les problèmes liés à l’emploi chez les jeunes, qui représentent une main d’œuvre sous-exploitée, puisque 8,8% des 15-24 ans sont au chômage. Dans tous les cas la solution de l’immigration semble avoir été écartée, en particulier au moment où le Japon en avait le plus besoin, c'est-à-dire en 1995, lorsque sa population active a atteint son record. Il est vrai que c’est à cette époque que les personnes nées lors du second baby-boom ont commencé à travailler, et que dans un contexte de crise économique, une immigration massive aurait été difficilement menée. Par ailleurs, cela aurait amplifié le phénomène de différence avec les générations suivantes, aggravant encore plus les problèmes dont nous avons parlé. Aujourd’hui encore, le Japon se refuse à ouvrir ses frontières à l’immigration, sauf sélective, et qu’il s’agisse de personnel soignant ou de main d’œuvre. Récemment, des infirmières venues des philippines ou d’Indonésie ont été autorisées à travailler au Japon, mais la sélection est rigoureuse, les effectifs bien en deca des besoins réels, et les conditions des contrats laissent transparaître le caractère temporaire de cette mesure. Pour le moment, le Japon semble donc leur préférer les robots35, qui ne mettent pas en péril l’homogénéité ethnique du pays et ne possèdent pas la mémoire de l’histoire impérialiste

33

Un œil sur la planète, Japon ; le reveil du Sumo ? Emission du lundi 16 Juin, France 2. Great Contradictions, Akira Kojima, The Japan Journal, Février 2007 35 Demographic Crisis, Robotic Cure?, Washington Post : http://www.washingtonpost.com/wpdyn/content/story/2008/01/06/ST2008010602053.html [date de consultation : 6 mai 2008] 34

Page | 47


du Japon36. De la réussite du développement et de l’introduction des robots dépend donc la question du recours à l’immigration. Par ailleurs, l’issue de cette crise démographique est d’une importance capitale non seulement pour le pays, mais aussi pour le reste du monde. 7. Le Japon précurseur Effectivement, pour les experts en démographie, réunis en 2002 à Madrid lors de la deuxième assemblée mondiale sur le vieillissement, le constat est sans appel : la population mondiale vieillit et diminue comme jamais elle ne l’a fait dans l’histoire de l’humanité. Ces évolutions ne sont donc pas exclusives au Japon, et touchent la grande majorité des pays du globe. Cependant, elles atteignent des proportions bien plus importantes dans les pays développés, et à fortiori au pays du soleil levant. Ainsi, puisqu’il ne fait aucun doute que les problèmes qu’il rencontre aujourd’hui toucheront très bientôt la plupart des autres pays industrialisés, avec notamment l’Italie qui le suit de très près, l’archipel fait à ce titre l’objet de tous les regards dans ses choix pour gérer cette crise. Evidemment, les cultures des pays concernés étant différentes, les politiques n’adopteront très certainement pas les mêmes méthodes. Ainsi, les pays européens ne se montrent pas aussi réticents dans l’utilisation des garderies. Mais ils sont beaucoup plus réfractaires à l’idée de travailler plus longtemps. Ainsi, même si l’âge de la retraite est majoritairement fixé à 65 ans dans les pays de l’OCDE, l’âge effectif est bien en dessous, à cause notamment de la forte proportion des départs en préretraite. Néanmoins, le problème de vieillissement reste entier, et on peut de ce fait supposer que les robots font l’objet d’un développement aussi intense au Japon en raison de la mondialisation du problème, et donc de la naissance d’un marché important.

36

Robo Sapiens Japanicus, The humanoid robots and the posthuman family, Jennifer Robertson, Critical Asian Studies, 2007.

Page | 48


E. La compétitivité du Japon Le Japon est déjà un pays très dépendant des importations pour ses ressources premières, l’énergie, avec l’achat de 23% du charbon mis sur le marché en 2005 (BACCONNIER, 2005) et une large partie des denrées alimentaires, notamment pour les fruits de mer et la viande (la moitié des besoins nationaux agro-alimentaires ont été couverts par l’importation, selon LE DIASCORN, 2003). Il est aussi très dépendant des exportations, vers les Etats-Unis et l’Europe, et depuis quelques années surtout vers l’Asie. Sa balance des paiements a toujours été excédentaire, à quelques rares années près. C’est donc un commerce nécessaire à l’obtention de devises, leur permettant d’investir dans les matières premières ou d’effectuer des Investissements directs à l’étranger pour contourner les barrières protectionnistes. Les producteurs automobiles sont ainsi autant dépendants du marché intérieur que du marché américain. Cette crise démographique qui aura pour conséquence directe une baisse de la population, et en conséquence, une réduction du marché intérieur, ne fera donc qu’accroitre la dépendance du pays au commerce extérieur pour alimenter sa croissance et payer les pensions d’une population vieillissante.

1. Des concurrents potentiels Il se pourrait donc que le Japon voit dans les robots un nouveau produit de haute technologie à exporter. Lui qui possède une maîtrise inégalée de la mécatronique (ESPIAU et alii, 2004) se positionne comme un leader dans le domaine, en tous cas pour l’instant. Car si le marché rester à développer, on constate déjà que plusieurs autres pays s’y intéressent aussi de près comme les Etats-Unis, le Chine et la Corée du Sud qui ne ménagent pas leurs efforts non plus. En effet, de nombreux prototypes prometteurs ont été présentés par ces pays, et les nombreuses actions qu’ils prennent dans ce domaine, la Corée du Sud en particulier, semblent particulièrement inquiéter les japonais. Les Etats-Unis, qui se focalisent surtout sur les applications militaires, ne constituent pas en soi une véritable menace pour l’archipel, contrairement aux pays asiatiques qui, peut-être pour des raisons culturelles similaires au Japon, affichent des ambitions proches de celle du Japon et des robots de

Page | 49


services. La Corée du Sud veut par exemple un robot dans chaque famille d’ici 2020. S’il est trop tôt pour parler de course à la robotique domestique entre Tokyo et Seoul, c’est motivée par de telles craintes que s’est créée l’alliance de quatre entreprises dans la région d’Osaka37.

C’est donc avec certaine appréhension que le Japon voit l’arrivée d’autres pays dans cette industrie naissante, dont la domination lui assurerait un fort regain de compétitivité. Il est vrai que l’économie du Japon affiche récemment quelques signes de faiblesses. Alors qu’en 1994, le Japon occupait 18% de l’économie mondiale, sa part était de moins de 10% en 2006 et sa dette nationale s’élève désormais à plus 180% de son PIB (Le Monde, 2008). Ainsi, si le pays semble définitivement sorti de la crise de la bulle spéculative, sa puissance économique ne semble plus aussi solide qu’auparavant. Le pays affiche une croissance de PIB de 1,3% depuis l’éclatement de la bulle.

Pourtant, si le Japon veut conserver sa place à l’échelle mondiale, une croissance annuelle de 3% est indispensable dans ce contexte démographique (USUI, 2003). Or, comme l’indique Evelyne Dourille-Feer (2007a), « parmi les trois composantes de la croissance, travail, capital et innovation – seule l’innovation semble actuellement être porteuse de dynamisme, la main d’œuvre et le capital étant voués à décliner au Japon ». Il est vrai que selon la théorie de Heckscher et Ohlin, la nécessité d’innover est double : d’une part, permettre au pays de produire plus, pour maintenir la croissance ; d’autre part, affirmer la compétitivité internationale du Japon pour alimenter les exportations. Le Japon a longtemps réussi dans cet exercice, se forgeant une réputation de pays à la pointe de la technologie, mais il doit désormais faire face à la montée des dragons et des tigres d’Asie comme nous allons le voir dès à présent. La notion de compétitivité est difficile à définir, et par conséquent, suivant le critère de comparaison utilisé pour confronter le Japon à ses voisins asiatiques, les résultats divergent. Dans un esprit de simplification et de standardisation, le Forum économique mondial (FEM), l’International Institute for Management Development (IMD) et le Japan Center for

37

Japan vows to catch South Korea in robot race, Globe and Mail : http://www.theglobeandmail.com/servlet/story/RTGAM.20080619.wxibrobots19/BNStory/PersonalTech/home [date de consultation : 4 août 2008]

Page | 50


Economic Research tiennent des palmarès réguliers en prenant en compte une multitude de facteurs dont nous évoquerons quelques exemples. Le classement de l’IMD estime que le Japon a beaucoup perdu en compétitivité. En effet, en 1989, il était classé premier pour les pays de l’OCDE, alors qu’en 2008, il se place en 24eme position, devancé par de nombreux pays asiatiques, désormais membres de l’OCDE, comme Singapour (2ème), Hong-Kong (3ème), Taiwan (13ème) et la Chine (17ème). Pour le FEM, le Japon se maintient dans le haut du panier, en étant classé en 2008 à la 8ème position (à la 12ème position en 2006. On remarquera tout de même que Singapour est placé en 7ème position, et que la Corée, Hong-Kong et Taiwan talonnent de peu l’archipel. Enfin, l’étude du Japan Center for Economic Research datant de 2005 place le Japon à la quinzième position ; Hong-Kong, Singapour et les Etats-Unis composant le peloton de tête. Encore une fois, Taiwan et la Corée du Sud se trouvent juste derrière le Japon. Plus précisément, la proportion des exportations et des importations se révèle être particulièrement riche en renseignements sur la situation du Japon. Dans cette optique, il est possible d’analyser les différents trade specialization indexes (TSI), ou taux de spécialisation, pour dégager les secteurs dans lesquels le Japon est compétitif, en comparant les entrées et sorties avec les partenaires commerciaux du pays. Le taux de spécialisation se définit comme « un indicateur de compétitivité calculé comme suit : (export-import)/(export+import). Il représente la balance commerciale en % des échanges38 ». A ce propos, on constate selon Kazuyuki (KAZUYUKI, 2003) qu’entre 1988 et 2001, le TSI du Japon a beaucoup perdu en faveur des nouveaux pays industrialisés dans les secteurs de l’électronique et de l’informatique, et face aux Etats-Unis et aujourd’hui Taïwan, en ce qui concerne les semi-conducteurs. Il est vrai que le Japon a beaucoup délocalisé dans des pays comme Taiwan, la Thaïlande (notamment les disques durs), ou la Chine, pour profiter d’une main d’œuvre comparativement moins chère, bien que plus éduquée qu’auparavant, et ce avant tout pour les industries qui sont grandes consommatrices en capital humain. L’informatique grand public japonaise, par exemple, a été largement délocalisée en Chine. Le secteur des ordinateurs professionnels est par contre largement dominé par les Etats-Unis (Hewlett-Packard, Dell…)

38

La présence française en Asie, Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques, N° 91 – Nov. 2005, Direction Générale du Trésor et de la Politique Économique

Page | 51


qui sous-traitent à Taiwan et en Chine. La Corée a largement dépassé le Japon dans le domaine de la mémoire vive DRAM, avec Samsung notamment, qui détient plus de 28,5 % du marché mondial en 2004 (BACCONNIER, 2006). Ainsi, depuis la déréglementation des années 90 concernant les produits électroniques, cette concurrence avec les pays asiatiques et les États-Unis est parfaitement visible sur le marché intérieur même. Depuis que les grandes surfaces spécialisées peuvent vendre n’importe quelles marques, l’iPod d’Apple est devenu le leader du marché des lecteurs mp3, désormais ouvert à des marques coréennes comme iRiver ou Cowon qui se font aussi chaque jour plus présentes. Les fabricants d’informatique grand public Taïwanais comme Asus ou Acer, sont désormais mondialement connus et ont pris la place de Toshiba ou de Fujitsu. Récemment, les acheteurs de produits de haute technologie ont clairement choisi d’acheter des produits issus de ces pays, ceux du Japon restant de meilleur qualité mais souvent plus chers (DOURILLE-FEER, 2008). 2. Les secteurs forts du Japon Par contre, le Japon conserve un fort TSI dans les secteurs de pointe ou de production des éléments les plus techniques. C’est par exemple le cas de l’automobile, pour lequel il ne cède ni face aux Etats-Unis, ni à l’Europe, ni aux dragons. Le Japon a continué dans ce domaine et a récemment développé de nombreuses technologies environnementales (moteurs hybrides ou à hydrogène…), hissant Toyota au range de premier producteur mondial, devant l’américain General Motors39. C’est aussi le cas des robots industriels. Cependant, leur industrie arrive à une certaine maturité qui ne peut plus assurer au Japon un taux de croissance régulier. Comme en témoigne le rapport de l’International Federation of Robotics (2008), la durée de vie des manipulateurs devient de plus en plus importante, si bien qu’ils peuvent fonctionner pendant quinze ans sans interruption. Il en résulte que leur commercialisation est devenue cyclique. En effet, les industries de l’automobile des pays développés, qui représentent le principal client de la robotique industrielle, ont lourdement investi durant l’année 2005, mais très peu en 2006 et 2007, faisant chuter le marché japonais de 2%. Il est vrai qu’il est difficile pour des pays comme le Japon ou la Corée où la production est déjà optimisée, d’augmenter leur marge si ce

39

Toyota 'world's largest carmaker', BBC : http://news.bbc.co.uk/2/hi/business/6586679.stm [date de consultation : 14 juin 2008]

Page | 52


n’est en remplaçant les anciens robots. Seules les régions nouvellement industrialisées comme la Chine ou l’Inde, passant à des économies d’échelle dans l’automobile, ont investi lourdement dans ce secteur pour réduire leur coût par rapport à la main d’œuvre et ont de ce fait atténué le bilan du premier semestre 200840. Néanmoins, la Chine ne compte pas être dépendante du Japon dans ce domaine, et produits d’ores et déjà ses propres robots industriels. Les robots de service sont donc potentiellement des produits que le Japon a tout intérêt à exporter. Ils offrent une possibilité de diversification pour les puissants constructeurs automobiles qui disposent déjà de réseaux de distribution et de production dans la plupart des zones du globe, et sur les marchés les plus hypothétiques (Europe, Etats-Unis). Ils sont aussi des produits modulaires pour des fabricants d’électroniques comme NEC ou Fujitsu qui souffrent de la concurrence des voisins Taïwanais pour l’informatique et Coréen pour l’électronique et les composants. Des produits innovants donc, que seul le Japon serait capables de produire, et qui doperaient donc vigoureusement les exportations de produits à haute-valeur ajoutée dans lesquelles le pays s’est spécialisé en délocalisant la production des industries dans lesquels il n’a plus d’avantage comparatif. Page | 53

F. Conclusion La réputation du Japon dans les nouvelles technologies n’est plus à faire et aujourd’hui encore, en se tournant vers la robotique de service, le pays démontre sa volonté de conserver une longueur d’avance dans l’innovation technologique. Le pari est osé : résoudre la crise démographique, tout en espérant revitaliser la compétitivité internationale de certains secteurs. Ainsi, contrairement à ce que la grande majorité de la littérature le laisse entendre, les japonais tentent de donner vie à ceux qu’ils ont toujours considérés comme des êtres bienveillants, à la fois pour des besoins sociétaux, mais aussi économiques. Ce choix, plutôt que celui d’ouvrir leurs frontières à l’immigration, lui vaut

d’être

considéré

par

Jennifer

Robertson

comme

un

« pays

et

fermé gâté technologiquement ». Si cette solution peut sembler artificielle et intrinsèquement inhumaine, elle est pourtant à la croisée des traditions et du futur, contraste qui occupe une grande place dans l’identité du Japon. Ce n’est en effet pas la première fois qu’il donne libre cours à son goût pour 40

Gudrun Litzenberger, Industrial robots are meeting the changing demands of their customers, IFR, Juin 2008.


l’innovation en s’inspirant de sa culture et de son histoire, les jeux vidéo en sont un bon exemple. Par ailleurs, les robots représentent une évolution logique et pertinente pour les nombreuses technologies réunies dans le concept émergent de Robot Technology. D’ores et déjà, cette technologie soulève de nombreuses questions liées aux sciences humaines: la possibilité d’une dépendance aux robots pourrait éventuellement renforcer et amplifier des phénomènes de désociabilisation tels que les otakus ou les hikikomoris, aggravant alors le problème démographique ; quel statut attribuer à la vie artificielle, et ses droits 41 ; la portée religieuse que peut avoir des telles machines etc. Tant de variables à prendre en compte si l’on veut répondre à la question du succès d’une telle stratégie. Mais il est bien sûr trop tôt pour y répondre, l’industrie n’en étant encore qu’à ses balbutiements. Il est vrai qu’entre les prototypes et les ambitions affichées du Japon, il y a un fossé que le pays se doit de combler s’il veut réussir à introduire massivement les robots dans les espaces de vie. Pour se faire, le gouvernement a introduit la robotique au cœur d’une stratégie d’innovation d’envergure, et que nous allons analyser dès à présent.

Page | 54

41

The ethical dilemmas of robotics, BBC News : http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/6432307.stm [date de consultation : 14 juin 2008]


DEUXIÈME PARTIE – DEVENIR LE ROBOT KINGDOM La nécessité est mère d’invention”, Platon, La République.

La réputation du Japon dans les nouvelles technologies n’est plus à faire et aujourd’hui encore, en se tournant vers la robotique de service, le pays démontre sa volonté de conserver une longueur d’avance dans l’innovation technologique. Pourtant, pour les observateurs occidentaux, le Japon a longtemps été considéré comme un pays imitateur, performant lorsqu’il s’agissait de démonter, analyser et assimiler (reverse engineering), mais ne disposant pas des capacités pour être à l’origine de véritables processus créatifs. Ainsi, si la robotique semble avoir trouvé un terreau fertile pour son développement, cela signifie qu’il y a eu un changement important dans l’archipel concernant sa politique de S&T. Effectivement pour Carin Holroyd (2007b), l’avance prise dans de nombreuses technologies de pointe telles que la nanotechnologie ou les biotechnologies, est avant tout le résultat direct du renouveau de la politique technologie et scientifique lancée au milieu des années 90. Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, le Japon a en effet choisi de passer du statut de suiveur à celui de leader dans le domaine des sciences et des technologies. Comment le pays en est-il arrivé là ?

A. Les origines de la nouvelle stratégie d’innovation japonaise 1. Brefs rappels historiques i. Le Japon copieur Il est admis que depuis la seconde guerre mondiale, les capacités innovantes du Japon ont principalement été utilisées pour rattraper les leaders mondiaux de l’époque, l’Europe et les Etats-Unis (HOLROYD, 2007). Durant cette période, le Japon a alors pour stratégie

Page | 55


d’absorber des technologies issues de l’occident, et soit de les améliorer pour proposer des produits de qualité supérieure, soit parvenir à les produire à un coût moindre et ainsi s’imposer par le prix. De nombreuses technologies dormantes sont ainsi acquises en occident, grâce au soutien du gouvernement, et sont transformées en réussites commerciales exemplaires. Le walkman de Sony est un exemple bien représentatif de ce mode de fonctionnement (BEISE, 2006).

En conséquence, la recherche était menée en grande partie dans des laboratoires industriels, faisant des entreprises japonaises le moteur du reverse engineering. L’absence de recherche à usage militaire a aussi largement contribué à accentuer ce phénomène. Il s’agissait donc avant tout d’une politique industrielle, et le progrès technologique était au service des moyens d’assimilation, d’amélioration puis de production des innovations. Là encore, il n’est pas très difficile de trouver un exemple concret, et puisque nous parlons de robots, citons les robots industriels qui rentrent parfaitement dans cette logique. Inventés aux Etats-Unis, ils ont tout d’abord été boudés par les américains, mais ont connu très vite le succès auprès des japonais. Ces derniers, pour des raisons culturelles que nous avons évoquées, ne connaissaient pas la même réticence concernant ces nouveaux outils de productions, et en ont donc aussitôt importé. Puis, très rapidement, les besoins ont augmenté, conduisant les japonais à produire leurs propres robots. Ces derniers sont devenus plus performants et plus flexibles, grâce à l’usage de la mécatronique. Ces efforts ont finalement permis à l’industrie de la robotique japonaise d’obtenir le statut de leader mondial qu’on lui reconnaît aujourd’hui (SCHODT, 1986). Multipliant les succès sur le même principe, le pays, qui présente à l’époque de nombreux autres atouts, inspire le reste du monde et devient un modèle, le « miracle japonais ». Un ensemble de facteurs conjoncturels vont cependant pousser le pays à changer radicalement de direction et à s’éloigner de cette logique de « followship » qui lui avait pourtant si bien réussi jusqu’alors.

Page | 56


ii. L’innovation technologique face à la bulle Dans les années 70, le monde connaît alors deux chocs pétroliers, celui de 1973 et celui de 1978. Malgré les efforts fournis dans les moyens de productions, la main d’œuvre constitue encore le gros des forces de production industrielle. Cette crise énergétique, couplée à des problèmes démographiques qui entraînent un manque de main d’œuvre, va pousser le pays à continuer à innover pour surmonter ces deux obstacles, en recentrant son activité sur des industries d’assemblage moins consommatrices d’énergie et en délocalisant les secteurs trop gourmands en main d’œuvre - celle du Japon étant devenue bien plus chère que celle des voisins astatiques - (DOURILLE-FEER, 2008). Ce phénomène va s’accentuer dans le milieu des années 80, lorsque la proportion que prennent les exportations du Japon créent des tensions avec ses partenaires commerciaux, surtout lorsque le pays n’ouvre pas son marché intérieur à la concurrence étrangère. Pour Lastres (LASTRES, 1994) 42 ,

le Japon a été confronté aux limites de sa stratégie de

followship. La situation de la Chine d’aujourd’hui, en quelque sorte. Pour se protéger, les principaux marchés d’exportations japonaises de l’époque, qui étaient l’Europe et les EtatsUnis, imposent des quotas. Ceci incitera les industries, à délocaliser massivement, au même titre que les problèmes démographiques. Puis, sous une pression intense des Etats-Unis est signé en 1985 l’accord du Plaza, en référence au nom de l’hôtel dans lequel se tiendra la réunion. Rapidement, les pays signataires (les Etats-Unis, le Japon, le Royaume-Uni et la France) vont œuvrer dans le sens d’une revalorisation du yen, par rapport au dollar, à hauteur de +50% sur deux ans. L’effet escompté a bien lieu : les produits japonais sont devenus plus chers à l’exportation, et l’équilibre est rétabli. Mais les banques japonaises sont alors forcées de rapatrier en masse leurs capitaux détenus en dollars pour stopper les pertes liées à cette dépréciation

du

billet

vert.

Ceci

participera

directement

au

gonflement

de

la

« bulle spéculative», déjà bien entamée (SGARD, 2000). Avec son éclatement au tout début des années 90, le Japon rentre dans ce que l’on appellera plus tard la « décennie perdue ». Il va en effet plonger dans un fort et long ralentissement économique, dont il mettra plus de dix ans à se remettre. A cause de la

42

Cité dans ARCHODORGUY, 1996 : Reviews of Emerging Patterns of Innovation: Sources of Japan's Technological Edge by Fumio Kodama , The Advanced Materials Revolution and the Japanese System of Innovation by Helena M. M. Lastres; Journal of Japanese Studies, Vol. 22, No. 2, (Summer, 1996), pp. 495-499.

Page | 57


récession qui suivit, le Japon ne semblait pas disposer des ressources suffisantes pour mener d’ambitieux projets d’innovation à moyen et long terme, et l’attention des observateurs s’est vite détournée du pays pour aller vers des régions plus dynamiques, comme la Chine ou l’Inde (HOLROYD, 2007b). Une opinion qui faisait écho à la réorientation progressive qu’avait connue la politique de S&T, étant passée du followship, sur lequel il ne pouvait plus compter, au leadership de l’innovation technologique. Un changement à l’issue incertaine puisque le nombre de chercheurs, ainsi que des structures les accueillants, ont alors commencé à décliner (STENBERG, 2004). Le fait que le pays soit en période de récession aurait pu nous faire légitimement penser à une réduction des budgets comme étant l’origine de ce problème.

Pourtant, durant les premières années de la récession, ni le gouvernement japonais ni le secteur privé, n’ont jamais abandonné les investissements en R&D. Certes, durant cette période, un très léger recul a été enregistré de la part des entreprises alors qu’elles financent plus de 90% des dépenses de R&D (STENBERG, 2004), mais, en ajoutant les dépenses issues du secteur privé et la participation de l’Etat, on obtient une moyenne de 3% du PIB engagée dans les sciences et technologies et maintenue d’années en années. Le ralentissement du progrès technologique ne peut donc pas être imputé à une faiblesse des investissements (bien peu de pays consacrent une part aussi importante de leur budget au développement de nouvelles technologies).

En fait, comme nous allons le voir dès à présent, il ne s’agit pas d’un problème de soutien économique (que nous avons vu avoir été maintenu même durant la récession) au processus d’innovation mais plus d’un problème organisationnel et fonctionnel, et qui touche au final la grande majorité des structures (banques, immobilier, industries etc.). Ainsi, pour Evelyne Dourille-Feer (DOURILLE-FEER, 2008), les années 90 n’ont pas été une période vaine pour le Japon, puisqu’elles ont permis au pays de faire la lumière sur les problèmes fonctionnels dont il souffrait et donc de repartir plus fort. Le gouvernement japonais a notamment pris conscience du besoin de réformer sa politique liée aux sciences et technologies (S&T) pour rétablir le prestige de son système d’innovation. Une évolution

Page | 58


nécessaire pour rendre au pays son statut de leader et de soutenir la concurrence avec les pays les plus performants à ce niveau. Quelle peut donc être la direction prise par cette évolution de politique de S&T qui a permis au pays de passer de « suiveur » au « meneur » de l’innovation technologique ? 2. Vers un système national d’innovation i. Une nouvelle vision de l’innovation A la même époque, le monde connait un profond changement dans le paradigme économique et technologique : l’apparition d’Internet, la mondialisation, ont changé les règles du jeu. L’ère numérique et la mise en réseau (communication accrue entre branches et maison mère par exemple) ont augmenté la vitesse de développement des produits au sein des entreprises, encourageant un processus de l’innovation encore plus rapide (HOLROYD, 2007a). La place accordée au savoir, à l’information, est désormais le facteur principal de l’économie si bien qu’on la qualifie de knowledge-based (KODAMA, 2003). Les entreprises, qui s’internationalisent, doivent désormais travailler dans un contexte de concurrence accrue, tant sur le marché interne qu’à l’échelle mondiale, ce qui tend aussi à accélérer le rythme d’évolution des technologies et des produits (JANG, 2002). La concurrence est même désormais présente entre secteurs d’industries, et les nouvelles technologies sont souvent pluridisciplinaires (KODAMA, 1995)43, avec des groupes qui se diversifient de plus en plus (dans les cas les plus extrêmes, cela donne des groupes comme Virgin…). Et les questions environnementales et énergétiques (chocs pétroliers de 1973, 1978 et maintenant 2008, réchauffement planétaire) ajoutent encore une motivation supplémentaire pour intensifier le développement de nouvelles technologies

En parallèle, depuis la fin des années 80, c’est tout le processus d’innovation qui subit une remise en question. Son modèle linéaire, contesté depuis les années 60, reste néanmoins largement suivi, par simplicité (GODIN, 2005). Cependant, avec le changement de contexte technologique et économique, les mécanismes de l’innovation technologique ont

43

Cité dans ARCHODORGUY, 1996 : Reviews of Emerging Patterns of Innovation: Sources of Japan's Technological Edge by Fumio Kodama , The Advanced Materials Revolution and the Japanese System of Innovation by Helena M. M. Lastres; Journal of Japanese Studies, Vol. 22, No. 2, (Summer, 1996), pp. 495-499.

Page | 59


vraisemblablement gagné en complexité, et le modèle linéaire paraît désormais obsolète. Une nouvelle vision du processus d’innovation va progressivement gagner en popularité, elle est avant tout le fruit du modèle en boucle dit « chain-linked », (KLINE & ROSENBERG, 1986)44. Selon ce modèle, l’innovation n’est plus perçue comme un enchainement prédéfini d’étapes, mais comme le résultat de plusieurs processus continus et simultanés, qui participent chacun progressivement à l’effort. Cela est rendu possible par la présence de va-et-vient (feedback loops) entre les différents acteurs et activités impliquées. En conséquence, la R&D n’est plus considérée comme la source unique de l’innovation. Celle-ci peut bien sûr aboutir sur une innovation, ou peut servir un concept innovant mais technologiquement immature, nécessitant alors de la recherche. La R&D devient alors une activité constante à laquelle on fait appel pour développer une idée, si les technologies actuelles ne permettent pas de la concrétiser45. De ce fait, l’innovation peut avoir comme origine n’importe quel composant du système, et non plus uniquement les laboratoires de recherche. Par exemple, Van Hippel a bien mis en relief le rôle important que peuvent jouer les utilisateurs. D’une part, ils fournissent un feedback continu aux entreprises. D’autre part, ils deviennent aussi une source d’innovation, soit en utilisant différemment un produit par rapport à son usage original, soit en inventant tout simplement de nouveaux produits 46 . Dans le domaine de technologies de l’information, les concepts d’open-source, de Web 2.0 et de user-generated content, illustrent bien cette implication grandissante des utilisateurs dans le développement de technologies. Et très rapidement, les entreprises se sont servies de ces évolutions dans l’utilisation d’Internet, pour par exemple, les appliquer à la téléphonie mobile (possibilité de blogger via son mobile, d’utiliser des logiciels open-source pour téléphoner par voip…).

ii. Collaborer pour mieux innover Aujourd’hui, en raison des facteurs contextuels que nous avons évoqués, les activités les

44

Cité dans Innovation Theories: Relevance and Implications for Developing Countries, Andréanne Léger, Sushmita Swaminathan, 2006. 45 OECD, 1997, National Innovation Systems, OECD Publications, Paris. 46 How to Improve It? Ask Those Who Use It, New-York Times : http://www.nytimes.com/2007/03/25/business/yourmoney/25Proto.html?_r=2&ref=yourmoney&oref=slogin&or ef=slogin [date de consultation : 24 juillet 2008]

Page | 60


plus innovantes impliquent plusieurs acteurs. Cela se traduit par une combinaison de sources innovatrices complémentaires, et de l’utilisation synchronisée de compétences et de savoirs spécialisés propres à chacun des participants. Cette dynamique interactive entre éléments de l’innovation d’un pays est ce que l’on appelle un système d’innovation national (FEINSON, 2003). C’est donc une approche systémique de l’innovation, qui met l’accent sur la nécessité d’une synergie entre les composants d’un réseau, évoluant dans un cadre institutionnel fixé par le gouvernement (UNESCAP, 2006). Il est en effet très rare désormais que les entreprises s’occupent de l’ensemble du processus d’innovation de manière isolée. Elles intègrent souvent des réseaux d’innovation (EDQUIST, 1997) 47 . Ainsi, la faculté de créer de nouvelles technologies ne dépend pas uniquement des compétences individuelles dont disposent les éléments que peuvent être les universités, les entreprises, les instituts et organismes publiques, mais aussi beaucoup des capacités à agir en coopération. « Les études des stratégies nationales ont démontré que les réseaux innovateurs regroupant des sociétés privées, des universités, des groupes de recherche du secteur privé, des unités de recherche du gouvernement et de collaborations internationales sont particulièrement couronnées de succès » (HOLROYD, 2007b). A mi-chemin du technology-push et market-pull, le modèle chain-link, appliqué sous forme de système d’innovation national, présente donc l’innovation comme l’interaction des capacités et des connaissances des entreprises, des tendances du marché, et du savoir collectif (puiser dans ce que l’on sait déjà pour concrétiser une idée). Cette approche est par ailleurs influencée par l’aspect multidisciplinaire de la majorité des nouvelles technologies (électronique et mécanique pour donner de la mécatronique…). Dans un contexte comme celui de notre époque, où l’innovation est associée au besoin de compétitivité pour des enjeux économiques, les entreprises héritent en conséquence d’une position centrale, mais autour de laquelle gravitent les autres acteurs (universités, gouvernements) qui interagissent intensément avec elles, et sans lesquels elles ne pourraient pas survivre dans ce nouveau contexte. Néanmoins, ce modèle met en jeu des relations entre composants qui sont le plus souvent indépendants. Il nécessite donc l’utilisation d’une politique à même de coordonner ces acteurs de l’innovation. Se pose aussi la question de comment donner à ces différents éléments une orientation précise. C’est ce que nous allons ensuite tenter de voir avec le cas de la

47

Cité dans : Regional Innovation System and Industrial Cluster: Its Concept, Policy Issues and Implementation Strategies, UNESCAP, 2006

Page | 61


robotique de service. iii. Le cas japonais Comparée au modèle du système national d’innovation, la politique technologique japonaise est donc excessivement centrée sur les industries, qui privilégient par ailleurs largement le technology-push via un modèle linéaire avec au départ le développement et à la sortie, le marché. Gomory (1989)48, nous apprend par exemple que « les entreprises japonaises ne se donnaient pas la peine de faire des études de marchés, mais développaient rapidement une grande variété de produits, afin de trouver qu’elles sont les attentes des utilisateurs » grâce aux résultats des ventes. Il n’y avait donc pas de place pour des feedback loops qui auraient permis aux autres acteurs potentiels de participer au développement des nouveaux produits. La nécessité d’apporter une réponse au changement de paradigme dans l’innovation technologique déjà mentionné, par une réforme du système japonais, est donc évidente. Le pays a aussi émis le vœu de l’orienter vers la création et non plus seulement vers l’assimilation de technologies. Pour s’adapter au nouveau contexte, il lui faut donc impérativement passer d’un processus réalisé majoritairement en interne par les industries et visant à rattraper ses concurrents, à un système d’innovation national, guidé par les forces du marché, du contexte international et donnant la part belle à la coopération. Ce qu’il fera dès 1995. En accord avec le nouveau modèle de système d’innovation, nous pouvons supposer que le changement de stratégie de la part du Japon s’est très certainement fait par l’encouragement de la collaboration des entreprises avec les universités et le gouvernement. Le besoin de s’associer des acteurs de l’innovation technologique japonaise, sera donc notre point de départ, notre fil conducteur pour notre analyse de la stratégie de développement de la robotique de service.

3. Les besoins des robots Ce parti-pris est d’autant plus justifié que les robots illustrent parfaitement les évolutions que nous venons d’évoquer. Il nous semble effectivement plus que probable que les 48

Cité dans (BEISE, 2006), Management of Technology and Innovation in Japan

Page | 62


robots soient conçus via la collaboration intense de plusieurs acteurs. Notre argument principal repose sur l’analyse de l’objet que nous avons menée en première partie. Nous avons vu à ce sujet que les robots sont issus de l’assemblage et de l’intégration de multiples technologies indépendantes dans une unité. De ce fait, il apparaît particulièrement difficile pour un seul et même acteur de la recherche, qu’il appartienne à une structure privée ou publique, de s’occuper tout seul du développement intégral de ces machines (ASADA, 2007). Ce particularisme technologique a aussi pour conséquence que le développement de la robotique nécessite non seulement d’importants efforts de recherche, mais qu’il a aussi besoin du soutien de nombreuses disciplines à leur plus haut niveau. Par ailleurs, un rapport issu de la Japan Robot Association datant de 2001 et ayant déjà suivi le même raisonnement, désigne avec certitude le manque de coopération comme étant le plus gros problème du développement de la nouvelle génération de robots, tout en qualifiant d’impossible le développement en solitaire de robots (JARA, 2001).

La collaboration se présente donc plus comme une nécessité intrinsèque du développement de la Robot Technology, qu’à un moyen nouveau mais dispensable de parvenir à créer ces robots. Partant de ce constat, on peut supposer que ceux-ci auront effectivement trouvé dans un système d’innovation, une structure parfaitement adaptée à leurs besoins. C’est pourquoi nous allons commencer par tenter de comprendre les modalités de cette collaboration d’acteurs, tout d’abord d’un point de vue global, pour savoir quels sont les acteurs de l’innovation japonaise et en tirer un schéma général, avant de nous pencher plus précisément sur le cas de la robotique.

Cette étude ne se voudra évidemment pas exhaustive. Nous passerons volontairement sur certains détails que nous avons estimés dispensables pour comprendre comment le Japon a transformé son système. L’objectif principal est vraiment de donner une vision globale des moyens dont le pays dispose pour favoriser l’émergence de nouvelles technologies par la coopération, et nous nous focaliserons donc plutôt sur la question de la structure du système et de ses composants.

Page | 63


A ce titre, il est fort possible que, eu égard de l’importance historique des entreprises dans le processus d’innovation, les nouvelles dispositions soient plus particulièrement destinées aux universités et aux institutions publiques.

B. La nouvelle politique de S&T du Japon 1. Un nouvel organe gouvernemental La politique technologique actuelle du Japon trouve ses origines dans une loi édictée en 1995, la Science and Technology Basic Law (ou loi cadre des sciences et des technologies, abrégée en Basic law). La nouvelle loi a pour objectif d’assurer via le progrès technologique, une qualité de vie matérielle, sociale et économique à la population, en réformant la structure de S&T du pays. Celle-ci stipule que le Council for Science and Technology Policy (Conseil de politique scientifique et technologique ; CSTP) soit en charge d’un plan de route, un projet renouvelé tous les cinq ans, et qui sert de support pour la politique liée aux sciences et aux technologies. Il est appelé le basic plan. Depuis le premier, lancé en 1996, trois basic plans se sont succédés (1996-2000 ; 2001-2005 ; 2006-2010). Cette évolution du milieu des sciences et des technologies est véritablement une stratégie à long-terme, et les projets indiquent souvent des objectifs pour les dix voire vingt prochaines années. Il ne s’agit donc pas juste de se sortir de la crise post-bulle. Le Japon s’est par exemple engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 14% d’ici 2020 et de 80% en 2050, et compte largement sur l’innovation technologique pour y arriver 49 . On comprend donc que c’est aussi avec le souhait de participer activement au progrès de la science sur le plan mondial que cette loi fut adoptée. En aval, la responsabilité de prendre des mesures concrètes, les projets, et les propositions de budgets restent à la charge des différents ministères impliqués. Ils sont néanmoins supposés suivre la stratégie développé par le CSTP, avec pour facteur incitatif le fait que les budgets sont étudiés et validés par le CSTP, qui les soumet par la suite au 49

Le premier ministre Yasuo Fukuda annonce des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et réaliser “une société faible en carbone”, Ambassade du Japon en France : http://www.fr.embjapan.go.jp/brief/08_jb837.html [date de consultation : 25 juin 2008]

Page | 64


ministère des finances (Ministry of Finances, MOF). Pour aider le CSTP dans cette tâche, le National Institute for Science and Technology Policy (NISTEP) a été créé. Pour mettre en place ces programmes, le conseil n’a effectivement pas de budget propre, le financement des activités ne vient donc pas directement de lui. Néanmoins, il a à sa disposition un pouvoir financier conséquent puisqu’il à sa tête le premier ministre, qui coordonne la plupart des politiques et décide des budgets avec le MOF. Le reste du CSTP se compose de 13 autres membres, six ministres concernés de près par les sciences et technologies, cinq personnes issues des universités et deux des industries, pour un total de 14 personnes. Chaque année, les avancées du plan en cours sont étudiées. Et à chaque nouveau plan, le CSTP évalue les résultats du plan précédent et les avancées des différents projets subventionnés pour mieux agir en conséquence. Il a donc pour responsabilité de maximiser le rendement des investissements. C’est pourquoi, outre les 14 membres que nous avons cités auparavant, le CSTP dispose d’une centaine de conseillers issus de tous les secteurs (académique, entrepreneurial et institutionnel). La mise en avant de cet organe gouvernemental nouveau au pouvoir décisionnel conséquent, fait partie d’un vaste ensemble de réformes administratives et législatives. Certes, elles ne sont pas toutes liées aux sciences et aux technologies, mais le pays ayant décidé de faire de celles-ci la pierre angulaire de son économie, beaucoup sont en phase avec les actions des basic plans. Ce sont donc celles que nous allons analyser .pour comprendre comment le Japon compte amener le pays vers le leadership de l’innovation technologique.

2. Réformes hiérarchiques Le début du nouveau millénaire est marqué tout d’abord en 2001 par la mise en place de réformes administratives majeures. En premier lieu, le premier ministre gagne en pouvoir décisionnel, en étant nommé à la tête de plusieurs conseils dans des domaines primordiaux comme l’éducation ou le commerce et supervisés par le cabinet du premier ministre. La création du Council for Science and Technology Policy, tel que le prévoit la Basic Law, fait parti de cette nouvelle organisation. Par ailleurs, un nouveau ministre de la politique des sciences et technologies est désigné.

Page | 65


En corrélation avec cette dynamique, les ministères connaissent aussi de nombreux changements, dans leur fonction et dans leur organisation. Il s’agit de prendre des mesures face aux problèmes que la bulle a mis à jour. Le MOF par exemple, souffrait de corruption, et avait montré une certaine incompétence à gérer la crise. En ce qui concerne les questions liées aux sciences et technologies, elles seront traitées notamment avec la fusion de la Science and Technology Agency et du ministère de l’éducation, donnant naissance au nouveau ministère de l’éducation, de la culture, des sports, des sciences et de la technologie (Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology; MEXT). Le Ministère du commerce International et de l’industrie, est lui aussi associé à plusieurs agences gouvernementales liées à l’économie, pour former le Ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie (Ministry of Economy, Trade and Industry; METI). Le rôle que jouent ces deux ministères dans la politique de S&T est majeur. Ils représentent effectivement la majeure partie des dépenses dans le cadre des basic plans : en 2008, le MEXT représente 65% du budget de S&T gouvernemental, et le METI 14%. Le chiffre du MEXT s’explique par le financement des universités. Les budgets des autres ministères (Ministère de la Santé, du travail et du bien-être ; Ministère de l’intérieur et des communications ; Ministère de l’environnement ; Ministère de l’agriculture, des forêts et de la pêche; Ministère de la territoire, des infrastructures, et des transports) s’échelonnent entre 5 et 1%.

3. Les Agences Administratives Indépendantes Dans le domaine des S&T, les ministères sont représentés sur le terrain par les institutions publiques et les universités. Celles-ci connaissent aussi de profondes réformes et deviennent des agences administratives indépendantes (Independent Administrative Institutions ; IAI). C’est ainsi qu’en passant d’une dépendance gouvernementale à ce statut d’IAI, universités et instituts publics obtiennent plus de liberté dans la gestion de leur financement et de celui de leur personnel. Les agences nouvellement créées sont aussi indépendantes juridiquement, et deviennent des « établissements autonomes de droit public » (DOURILLE-FEER, 2007b).

Page | 66


Le mouvement commence en 2001, avec les instituts de recherche nationaux qui, en plus de devenir des IAI, ont souvent subit des fusions. Les agences de financement n’y échappent pas non plus. Sur ce schéma, il est créé, à partir de deux instituts de recherche dépendants de la Science and Technology Agency, le National Institute of Materials Science (NIMS), désormais dirigé par le MEXT. Avec l’Institute of Physical and Chemical Research (RIKEN), le MEXT dispose de deux structures de recherche, dédié plutôt à la recherche générique 50 . Il a tout autant d’agences de financement (Japan Society for the Promotion of Science et Japan Science and Technology Agency), qui seront aussi transformées en Institutions Administrativement Indépendante. Le METI n’est pas en reste, puisqu’il va superviser l’intégration de 16 instituts indépendants dans la National Institute of Advanced Industrial Science and Technology (AIST). Son implication dans les S&T n’est pas nouvelle puisque depuis longtemps, la croissance des industries a été associée au progrès technologique. Lors des crises pétrolières des années 70, le gouvernement s’est rapproché des industries pour tenter de trouver des énergies alternatives. C’est suivant cette idée qu’est né le NEDO, le New Energy and Industrial Technology Development Organization, un organisme de recherche publique appartenant au METI. Lui aussi sera transformé en IAI en 2003, devenant alors une agence de financement. Les projets qu’il sélectionne mettent l’accent sur les coopérations et les technologies mûres.

4. La réforme des universités Par la suite, une réforme des universités qui avait démarré au début des années 90, s’achèvera en avril 2004, induisant de profonds changements dans ce secteur réputé pour son manque de dynamisme et sa lourdeur fonctionnelle. Les universités n’étaient pas utilisées à leur plein potentiel et manquaient de mission précise. « Le changement de statut des universités nationales en 2004 constitue le point d’orgue d’une série de réformes visant à accroître la concurrence, la flexibilité et l’adaptation des

50

Nanonet, Nanotechnology Researchers Network Center of Japan, NIMS : http://www.nims.go.jp/wsnanonet/Speakers/Noda-NRNCJ-Japanr.pdf [date de consultation : 3 juillet 2008]

Page | 67


universités japonaises au nouvel environnement. Ces réformes s’inscrivent dans les tendances observées dans le secteur de l’enseignement supérieur des pays de l’OCDE (renforcement de l’autonomie, responsabilisation, amélioration de l’offre de formation, de la recherche et de la compétitivité internationale des établissements, etc. » (DOURILLE-FEER, 2007b). Jusqu’alors parties intégrantes du MEXT, 89 universités seront aussi changées en IAI. Le processus fait moins souvent appel à la fusion d’éléments, bien que cela ne soit pas si rare (Stenberg, 2004). De ce nouveau statut, les universités gagnent une gestion des dépenses et du personnel entièrement libre, et peuvent désormais définir les programmes des diplômes sans qu’une validation du ministère soit nécessaire. En contrepartie, l’accent est mis sur la compétitivité des universités et c’est un financement au mérite qui est mis en place. Désormais, le budget n’est soutenu par le MEXT qu’à un niveau minimum, entre 40% et 80% du total des besoins évalués, en fonction des cas. Tous les 6 ans, ce budget est réétudié en tenant compte des résultats de l’université en question, mais est réduit continuellement de 1% par an. Les universités doivent donc trouver des financements complémentaires, notamment pour les activités de recherche. Les frais d’entrée ont aussi souvent été revus à la hausse, et le gouvernement a mis en place des programmes de financement de projets au mérite. Une solution encouragée est donc de trouver des financements auprès des entreprises. Celles-ci coopéraient jusqu’à présent très peu avec les universités et les instituts. Il faut dire que souvent, elles ne récupéraient pas l’investissement qu’elles pouvaient faire dans des laboratoires universitaires, à cause des barrières juridiques et administratives.

5. La propriété intellectuelle Depuis 1995, le rôle des universités a commencé à changer. Encouragés par le premier basic plan, certains ministères (de la santé, de l’agriculture etc.) voulaient sponsoriser des activités de R&D dans les universités, mais ne le pouvaient pas. Il en était de même pour les entreprises. La propriété intellectuelle est un problème commun à tous les ministères, et ne se limite pas aux sciences et aux technologies. Mais dans une société de la connaissance, l’enjeu devient essentiel dans ce domaine particulièrement. Pour y répondre, une série de mesures ont

Page | 68


été prises depuis une dizaine d’années. Les entreprises, qui depuis longtemps se sont bien évidemment intéressées à la question, ne constituent pourtant pas la cible principale de ces textes. Par contre, les institutions gouvernementales, passaient à coté de la possibilité de protéger les résultats de leur recherche, et ainsi de pouvoir communiquer sur ces éléments sans aucun risque. La propriété intellectuelle est donc un outil qui permet de réaliser ces connexions entre acteurs d’un système national. Elle est indispensable pour effectuer des transferts de technologies, toucher des rentes sur l’exploitation de brevets, et être crédités pour les collaborations avec d’autres acteurs. La création de Technology Licensing Offices (TLOs), entre autre, permet de créer ce lien avec l’industrie. Ce sont des services administratifs rattachés à des universités ou des instituts, qui vont prendre en charge le long et lourd processus bureaucratique requis pour la protection intellectuelle. Leur mission est aussi d’informer les chercheurs sur ce qui a déjà été fait. Mais au Japon, cela se traduit aussi souvent par un soutien financier et matériel pour des activités de recherche potentiellement transférables. L’adoption en 1998 de la loi favorisant le transfert technologique des universités vers les entreprises (Act on the Promotion of Technology Transfer from Universities to Private Business Operators) vient combler cette lacune du système d’innovation japonais, en proposant la création de TLOs certifiées, tout en attribuant des aides, sur une période de cinq ans, pour des TLOs sélectionnés dans le milieu académique. En 1999, l’Industrial Revitalization Law vient renforcer cette connexion entre les universités, mais aussi les instituts nationaux. Elle se base sur le modèle américain du BayhDole Act qui supprime les barrières bureaucratiques entre les entreprises et les laboratoires. La version japonaise permet notamment à une institution de gérer librement les licences technologiques. Elles deviennent donc le propriétaire du fruit de recherche subventionnée par le gouvernement (universités, instituts), et peuvent en céder les droits à une entreprise. En 2000, l’Industrial Technological Ability Strengthening Law donne le droit aux professeurs d’universités de travailler dans une entreprise tout en gardant son poste académique. Enfin, la loi cadre sur la propriété intellectuelle (Basic Law on Intellectual Property) fut adoptée par le gouvernement en Mars 2003, essentiellement pour promouvoir la propriété intellectuelle auprès des universités, et l’exploitation commerciale.

Page | 69


Les résultats sont à la hauteur des efforts fournis dans ce domaine, avec entre autre une forte croissance dans la création de start-ups fondées sur des brevets universitaires : au nombre de 28 en 1999, elles seront plus de 1100 en 2004. En 2005, 39 universités s’étaient équipées de TLO certifiée. Le passage au statut d’IAI des instituts et universités peut donc être perçu comme l’aboutissement de cette série de mesures prises pour renforcer les capacités à collaborer avec le monde industriel. Leur personnel ne sont plus considérés comme des fonctionnaires, mais comme des employés de droit privé et les structures deviennent indépendantes juridiquement. De ce fait, le secteur privé et les Independent Administrative Institutions peuvent désormais coopérer pleinement, à la fois financièrement et humainement, ce qui était auparavant plus complexe.

6. Les Basic Plans On constate donc que pour s’assurer une puissance économique et technologique, le Japon a basé sa nouvelle stratégie d’innovation sur la restructuration d’un système d’innovation national. Le succès d’un système reposant non seulement sur les capacités individuelles des acteurs, mais aussi sur leur coopération, il n’est pas surprenant que la majorité des mesures ne concernent avant tout que les instituts et les universités, puisque ce sont historiquement les points faibles du Japon, et qui devaient donc être renforcés pour que la coopération académiegouvernement-industrie puisse se révéler efficace. Les entreprises, avantagées depuis longtemps déjà, détiennent un rôle central dans l’application des objectifs à long terme de la basic law, et ne sont donc pas oubliées. En effet, elles ont par exemple désormais la possibilité de postuler pour des fonds concurrentiels de recherche, tels que les Grants-in-Aid. Une mesure judicieuse puisque 57,8% des 790 000 chercheurs japonais travaillent dans le secteur privé, contre 36,8% pour les universités et seulement 4,3% pour les instituts publics. Les réformes menées par le gouvernement peuvent être comparées au calibrage du hardware d’un robot : la place que tiennent chacun des éléments, et ses relations avec les autres, forment un système qu’il est difficile d’équilibrer. Mais eu égard des nombreuses retombées (dépassement des Etats-Unis en nombre de brevets en 2005, reconnaissance

Page | 70


mondiale de son savoir-faire technologique…), il semble que le Japon ait trouvé les réglages justes. Le robot semble fonctionner. Néanmoins, ceci ne serait pas possible sans un bon software, ce qui correspond du point de vue politique, au contenu des basic plans.

i. Le premier basic plan Le premier basic plan, mis au point directement par le gouvernement (le CSTP n’ayant pas encore été créé) est actif entre 1996 et 2000, et a pour objectif de poser les bases d’un nouveau système de Recherche et Développement. Soutenir les sciences fondamentales et appliquées, et leurs retombées commerciales est évidemment un objectif prioritaire pour assurer une croissance économique à ce pays qui a bien compris que sans ressources naturelles, c’est par le savoir et l’innovation technologique qu’il devra assurer sa croissance économique. L’histoire lui a bien démontré, à l’époque Meiji, ou juste après la guerre, qu’il est capable de progresser rapidement et fortement grâce à la technologie (JOHNSON, 1997)51. Le programme quinquennal prévoit donc d’améliorer les conditions de travail des chercheurs en particulier dans les universités, en travaillant sur les infrastructures de R&D, la disponibilité de matériel, l’informatisation des activités de recherche. Plus de 10 000 doctorants et post-doctorants obtiennent un fort soutien financier durant cette période, notamment via des fonds concurrentiels de recherche. Pour sortir les technologies des laboratoires et faciliter leur exploitation, le plan dessine les contours d’une coopération entre les universités, les institutions gouvernementales, et les entreprises (triple hélix), dans un esprit de réorientation du système d’innovation national en phase avec le modèle d’innovation chain-linked. Au total, alors que le gouvernement tablait sur une somme de 17 billions de yens, les dépenses de ce premier basic plan ont légèrement excédé le budget prévu, soit une différence de plus de 35% par rapport à la période 1990-1995, avant l’adoption de la basic law, et ce malgré la mauvaise situation économique du moment.

51

The Science and Technology Resources of Japan: A Comparison with the United State, National Science Foundation, 1997.

Page | 71


ii. Le deuxième basic plan Le lancement du deuxième basic plan est accompagné des nombreuses réformes administratives que nous avons détaillées auparavant. Ce second programme correspond donc plutôt à une période de transition. Dans la continuité directe du premier plan, il met l’accent sur la consolidation du système de R&D, et notamment dans les sciences fondamentales et appliquées, toujours dans le but d’assurer un apport en nouvelles technologies à long terme (TANAKA, 2006). Mais avant tout, l’objectif à nouveau de ce deuxième basic plan est d’utiliser les nouvelles infrastructures pour mener à bien de grands projets de S&T. Il s’agit donc de donner aux acteurs les outils matériels, financiers et humains, nécessaires pour aboutir à la création de nouvelles technologies. Le programme affiche ses ambitions lorsqu’il définit 3 principes essentiels :  la création de nouvelles connaissances,  la création d’une économie et d’une société vigoureuse grâce au savoir,  et la création d’une société prospère par le savoir. Pour guider concrètement le pays dans cette tâche, le basic plan identifie quatre thèmes prioritaires que sont les sciences de la vie, les technologies de l’information et de la communication, les sciences environnementales, et les nanotechnologie et matériaux. Quatre autres domaines moins importants sont aussi désignés : l’énergie, les technologies manufacturières (désignées désormais par le concept de monozukuri, 物 作 り ), les infrastructures, et le thème des frontières (espace et océans). Les projets sont déposés par les ministères, et les fonds alloués à la recherche dans ces thèmes sont attribués au mérite (competitive funds). Pour cela, un nouveau système de subventionnement entre en vigueur en 2003 : les projets sont plus ou moins bien financés en fonction de leur note (S, prioritaire; A, doit être finance; B, peut être financé ou C, à revoir) (GHEERAERT et alii, 2008) 52 . Par ailleurs, les appels à projets, qui peuvent être soit thématiques (en accord avec les plans), soit être blancs (sujet libre), sont doublés. Ils passent de 300 milliards de yens à 600 milliards de yens. Attribués via les différentes agences de financement, certains mettent plus l’accent sur les sciences fondamentales (Grant-in-Aid, JST Basic Research Programs), d’autres sur la coopération (21 century Centers of Excellence, 52

La gouvernance de la recherche publique au Japon , Ambassade de France a Tokyo, Service pour la Science et la Technologie, Avril 2008, p.6.

Page | 72


devenu Global COE), ou sur les sciences appliquées (ARMAND et GHEERAERT). Avec 1% du PIB réquisitionné, ce deuxième basic plan aura coûté au final 21,1 billions de yens, alors que l’objectif avait été fixé à 24 billions. 75% de ces dépenses iront aux huit domaines prioritaires désignés ci-avant, dont 46% en 2005 pour les quatre principaux (STENBERG, 2004). Les collaborations industrie-universités-gouvernement thématiques sont aussi encouragées sur le plan régional, avec la mise en chantier de clusters, sous la tutelle du MEXT avec dixhuit knowledge clusters, et du METI avec dix-neuf industrial clusters. C’est un point sur lequel nous reviendrons plus en détail par la suite. Les coopérations sont aussi au cœur de programmes spécifiques, comme les Venture Business Laboratories, qui comptent sur le support des entreprises et de chercheurs étrangers pour faire murir des concepts, et démarrer des entreprises. Ils s’adressent donc plutôt aux étudiants en fin de cycle. Le pays fait aussi appel à la fierté nationale pour motiver les chercheurs et promet de tout mettre en œuvre pour obtenir 30 prix Nobel d’ici les 50 prochaines années. iii. Le troisième Basic plan Page | 73 Le troisième basic plan, qui débuta en 2006 et se clôturera en 2010, continue sur la lancée des deux premiers plans. Cependant, son programme s’établit suivant les deux nouveaux principes généraux suivant :  La société doit soutenir les sciences et technologies et bénéficier de leur progrès.  La restructuration du système de R&D, jusqu’alors avant tout matérielle, doit désormais passer par les ressources humaines et la création d’un environnement compétitif. Il s’agit principalement de donner à la population des résultats concrets de la décennie de R&D passée, en désignant par exemple certains objectifs plus précis dont elle peut mesurer l’impact, comme la question du déclin démographique et du vieillissement, la sécurité, et la montée en puissance des pays asiatiques. Ce changement vers des objectifs plus substantiels s’inscrit dans la logique du CTSP de solliciter le soutien de la population lorsque l’économie du pays ne se porte pas très bien. Par ailleurs, il est important pour un pays qui cherche le leadership de l’innovation technologique


(le plan comporte effectivement plus de 35 fois le mot innovation)., que sa population soit bien familiarisée avec les S&T, et notamment les technologies qui sont développés expressément avec l’objectif d’être diffusée largement et rapidement (nanotechnologies et robotique par exemple). Pour agir en ce sens, de lourds moyens financiers sont prévus, avec cette fois-ci vingt-cinq billions de yens, une évolution qui se base toujours sur 1% du PIB et une croissance de 3,1%. Le pays démontre une fois de plus que même si ses finances ne sont pas au meilleur de leur forme, l’investissement en S&T reste néanmoins une priorité (TANAKA, 2006). Certes, les entreprises constituent l’essentiel des dépenses, mais comme nous le verrons plus tard, elles ne participent pas à l’effort de S&T de la même façon que ne le fait le gouvernement. Pour sa part, l’Etat veut désormais des résultats. En conséquence, les maîtres mots de ce plan sont l’évaluation et la qualité des projets. Pour justifier cette coûteuse politique de S&T, on cherche des retombées concrètes du travail subventionnés, soit en terme de brevets, de jeunes pousses, ou en fonction de la contribution potentielle que les projets pourraient amener à la société. Le CSTP souhaite ainsi éviter de s’engager dans de la recherche appliquée qui ne pourrait pas être viable commercialement. Il incite aussi largement les IAI à la création de start-ups, grâce au travail effectué en amont sur la propriété intellectuelle. L’aspect plus économique de ce plan se retrouve aussi via un soucis de rentabilité et d’efficacité, avec une volonté d’éviter les projets doublons, et s’appui en ce sens sur une meilleure collaboration des différents ministères. Par ailleurs, le CSTP a bien pris conscience du problème lié à la trop grande approximation des thèmes définis lors du second basic plan, causant une trop grande dispersion dans les projets (TANAKA, 2006). Souvent, les ministères et IAI faisaient apparaître certains mots-clefs dans des projets pour leur assurer un bon financement. L’accent est donc mis sur la sélection de ces projets, qui doivent dorénavant appartenir à l’un des 273 sous-thèmes, parmi lesquels 62 ont été définis comme stratégiquement prioritaires. Bien entendu, la recherche fondamentale n’est pas délaissée pour autant, avec près de 1,4 billion de yens alloués dans ce domaine en 2007. Contrairement aux thèmes importants, les chercheurs en science fondamentale se voient donner carte blanche pour laisser libre cours à leur imagination. Par ailleurs, les sciences et les technologies sont touchées par la crise

Page | 74


démographique comme le reste des secteurs d’activité, et devant le manque croissant de personnel, le CSTP propose des mesures pour favoriser le recrutement des jeunes, en particulier des femmes qui sont sous représentées. Les universités sont aussi largement aidées pour aller recruter à l’étranger. Les réformes sont aussi toujours d’actualité, avec un changement radical dans le subventionnement des universités, fonctionnant de plus en plus sur le principe du mérite et de la concurrence. Elles mettent aussi en avant la contribution du milieu académique à la revitalisation des régions. En tout, ce sont 25 billions de yens que le CSTP et les ministères impliqués demandent au gouvernement pour mener à bien ce troisième plan. Globalement, la légère et progressive montée en puissance du budget de S&T, permet de maintenir un soutien aux sciences fondamentales, mais aussi de consolider vigoureusement les sciences appliquées via les thèmes définis, qui ont gagné en précision. Il y a donc un effet de concentration qui ne se fait pas pour autant au détriment des domaines non prioritaires.

7. Les clusters Outre la collaboration des acteurs du système d’innovation national, qui réussit au Japon sur le plan mondial, en le hissant dans le haut du panier des pays innovants, le gouvernement s’est inspiré du travail de Michael Porter pour donner une dimension territoriale à sa politique en sciences et technologies. Les clusters, ou pôles de compétitivité, sont des « zones géographiques où se réunissent des groupes d’entreprises et d’institutions, appartenant à un même secteur d’activité, et liés par leurs compétences, qui sont tout aussi similaires que complémentaires ». L’élément clef reste avant tout la proximité géographique des éléments. Il s’agit donc de concentrer en un même lieu les acteurs d’une même sphère professionnelle, pour que d’une part, ils partagent des connaissances, des infrastructures, des moyens ou du capital humain spécialisé ; d’autre part, afin qu’ils rentrent en concurrence directe et soient donc poussés vers la compétitivité et l’innovation. (PORTER, 1990). La proximité de ces éléments créé donc une émulsion qui favorise la collaboration, la concurrence et les opportunités d’investissements

Page | 75


(fusions, rachat…), pour un bénéfice mutuel. Par ailleurs, un autre aspect positif est que cette dynamique attire de nouveaux participants qui viennent rejoindre le groupe. Généralement, il s’agit d’entreprises interdépendantes (fabricants, fournisseurs, distributeurs spécialisés…), de créateurs de savoir (pôles de R&D de plusieurs entreprises, universités, instituts…), d’intermédiaires (conseil, banques…) et des clients. S’agit-il donc d’un système d’innovation adapté à l’échelle régionale (Regional Innovation system; RIS) ? Il réside une différence notable, un système régional d’innovation est en effet « un réseau local d’acteurs et d’institutions appartenant au secteur privé et public dont les activités et interactions permettent de générer, d’importer, de modifier et de diffuser des nouvelles technologies » (UNESCAP, 2006). Il apparaît donc que cluster et RIS sont deux notions complémentaires. Ainsi, le RIS favorise l’innovation en définissant les modalités structurelles d’une collaboration entre acteurs. De son coté, le cluster renforce les liens entre ces derniers en les rapprochant géographiquement, et spécialise le RIS sur un thème, une technologie, ou un secteur donné, ce qui renforce encore plus l’interaction. De ce fait, un cluster n’est pas forcément hébergé par un RIS (les districts italiens de la chaussure font essentiellement intervenir des fabricants, leurs sous-traitants, et leurs fournisseurs), mais un RIS peut contenir plusieurs clusters. En effet, une université a la plupart du temps plusieurs facultés, et ne se spécialise pas uniquement dans un seul domaine. Par ailleurs, les entreprises ont de plus en plus tendance à se diversifier. i. Les clusters au Japon Le gouvernement travaille activement à la dynamisation des régions depuis les années 70, avec la loi « Industrial Relocation Promotion Law » de 1972), qui proposait des subventions, incitant les industries à venir s’installer dans des zones sélectionnées pour leur faible concentration en industries (JITEX, 2007). Puis, durant les vingt années qui ont suivi, de nombreuses politiques d’encouragement pour la revitalisation des territoires ont été mises en place, avec par exemple les Centres de Recherche Collaborative, et le programme Technopolis, des initiatives issues respectivement du ministère de l’éducation et de celui de l’industrie et du commerce. Cependant, avec l’éclatement de la bulle et la récession, ses efforts pour une décentralisation se sont heurtés à la délocalisation massive des industries vers les pays d’Asie

Page | 76


du Sud-est. Le contexte international a donc aussi eut des conséquences régionales. Lors de son changement de direction, avec la loi cadre sur les sciences et technologies, la plupart des activités de R&D japonaise se concentre dans les principales régions, comme Tokyo (Kantou, 関東) ou Osaka (Kansai, 関西). Le gouvernement n’ignore pas pour autant le potentiel inexploité que possèdent les régions pour participer à la nouvelle stratégie d’innovation nationale. La « Decentralization Law » de 1999, entre autres, favorise la décentralisation en donnant aux régions l’autonomie administrative. La loi sur les mesures spéciales pour la revitalisation industrielle (Law on Special Measures for Industrial Revitalization), continue sur cette lancée en offrant aux entreprises qui viennent s’installer des subventions pour mener des recherches, avec à la clé, le droit de garder les résultats de ces recherches. L’ouverture des nouvelles universités s’est souvent faite en considération de la situation des régions les moins dynamiques, pour tenter de rééquilibrer la carte académique. On peut néanmoins remarquer que lorsque le pays travaille activement à la collaboration de ses structures de S&T avec le milieu industriel, il le fait toujours dans une perspective régionale. Le travail effectué sur la propriété intellectuelle, traité auparavant, va aussi favoriser la création de jeunes pousses locales, en complément de la loi facilitant l’activité commerciale des petites et moyennes entreprises (Law on facilitating New Business Activities of Small and Medium enterprises) de 1999, qui subventionne les frais de recherche et de procédure aboutissant à la création d’entreprises, et plus particulièrement dans les zones désignées. Cette redynamisation des régions par des mesures successives n’est pas en soi une clustérisation, mais elle va y participer activement, tout comme les clusters japonais revitalisent les territoires. ii. Les nouveaux clusters japonais La spécialisation des régions n’est pas nouvelle au Japon. De nombreux exemples peuvent en témoigner, tels que le cluster de vêtements de travail pour femmes, à Gifu, après la seconde guerre mondiale. Ou encore à Sabae, cluster leader des montures de lunettes (en 1980, 90% des montures du pays son fabriquées là-bas) (YAMAWAKI, 2001). Pour « combiner la recherche et l’innovation au développement à l’ancienne mode »

Page | 77


(HOLROYD, 2007a), les nouveaux MEXT et METI lancent au début du millénaire, leur programme respectif de clusters dans le cadre du second basic plan. L’objectif est d’appliquer la stratégie nationale de coopération accrue entre l’industrie, les universités et le gouvernement, desservie par les mêmes outils (TLO, IAI, Grants-in-Aid…) mais cette fois-ci, sous la forme de clusters. Les résultats attendus sont ceux d’une économie d’échelle, et une participation accrue des acteurs. C’est tout d’abord le METI qui ouvre la voie, avec 19 régions sélectionnées, réduits par la suite à 17, pour son programme d’« Industrial Clusters ». Malgré l’autonomie effective des régions concernées, c’est le gouvernement central qui va en premier lieu lancer les initiatives, sur la période de 2001 à 2006. Néanmoins, il va entre temps passer le relais aux gouvernements locaux, qui via les bureaux régionaux du METI, sont chargés de désigner des organes institutionnels pour assurer la coordination du réseau interne au cluster. La formation de ces clusters a pour objectif évident de favoriser une collaboration entre les milieux académiques, industriels et gouvernementaux. Néanmoins, ils doivent leur nom au fait que les industries et les universités sont amenées à travailler ensemble avant tout pour trouver des débouchés économiques (ventures, brevets, licences…), et ainsi redynamiser le tissu industriel local. Le gouvernement se limite à une fonction de cadre institutionnel, par l’intermédiaire d’incubateurs et des bureaux du METI, et le fonctionnement de ces clusters repose essentiellement sur les TLOs (JITEX, 2007), Du point de vue géographique, la superposition des RIS avec les clusters a bien lieu puisque les régions en comptent souvent plusieurs. En 2006, ils connaissent cependant des réaménagements. Aujourd’hui, de ces industrial clusters, la région du Kanto en compte trois, dont un qui comme nous le verrons plus tard, est aujourd’hui très actif dans le domaine de la robotique. Il y aussi des clusters dans les régions du Tohoku (1), Kinki (3), Shikoku (1), Chugoku (2), Hokoriku (1), Okinawa (1), Hokkaido (1), Kyushu (2) et celui du Chubu (2). Les spécialisations des clusters sont en accord avec les thèmes choisis par le CSTP dans ses basic plans. Ils sont liés entre autres à l’électroménager intelligent, les piles à combustible, les contenus (IT), Les équipements et services relatifs à la santé, les équipements et services relatifs à l’environnement et l’énergie, et bien sûr, la robotique. La formule des clusters industriels semble fonctionner puisqu’en 2001, lors de leur création, 3000 entreprises et 150 universités y étaient rattachées. En 2005, elles étaient

Page | 78


respectivement au nombre de 6100 et de 250. Par ailleurs, en 2002, c’est au tour du MEXT de lancer ses « knowledge clusters ». Douze clusters sur dix régions sont désignés, auxquels il faut en rajouter six autres, qui sont seulement à l’essai. En 2004, ces régions expérimentales sont validées, et les clusters d’innovation intellectuelle sont désormais au nombre de dix-huit. Là encore, les thèmes abordés coïncident sans exception avec les directives du CSTP : les sciences de la vie, les technologies

de

l’information,

les

sciences

de

l’environnement,

les

matériaux/nanotechnologies. Les régions concernées comptent entre autres Gifu, Shizuoka ou encore Aichi et comptent souvent plusieurs projets de clusters. Alors que les clusters industriels du METI sont formés dans une dynamique industrielle, dans le cas des clusters du MEXT, l’accent est plutôt mis sur la création et l’accumulation de nouvelles technologies (MEXT, 2006). La collaboration se veut centrée sur les universités et les instituts de recherche, et les industries participantes viennent complémenter les compétences en apportant leur expertise technologique. De plus, dans une volonté de rayonnement mondial, les clusters intellectuels s’impliquent aussi fortement dans la création de partenariats à l’étranger, souvent au niveau universitaire ou de celui des clusters.

Du rôle différent que jouent les deux ministères dans l’effort national d’innovation technologique, découlent donc deux types de clusters différents. Mais les Knowledge Clusters « établissent une coopération entre les deux formes de clusters, qui favorise la mise en application des sujets de recherche des clusters innovants (MEXT) grâce aux clusters industriels (METI) susceptibles de les commercialiser » (JITEX, 2007).

C. Analyse La nouvelle politique technologique, rendue possible par les réformes administratives et la mise en place des basic plans, a été conçue pour orchestrer les structures de S&T présentes au sein de nombreux ministères, en utilisant simultanément des financements verticaux

Page | 79


hiérarchisés, avant tout pour la recherche fondamentale, et dans une plus large proportion, des subventionnements horizontaux, via des projets transversaux interministériels, et orientés spécifiquement sur des thèmes choisis par les politiques. L’accent est d’ailleurs mis sur l’utilisation des connections au sein du système, via une multiplication des projets et programmes impliquant des collaborations entre acteurs (du même type ou de nature différente), désormais librement liés par des flux d’information, de capitaux et de personnel. La longue réforme administrative a permis de mettre en place les éléments du système et chacun a trouve son rôle adéquat : les universités comme acteur exécutif de la R&D, les Institutions comme médiateurs ou « aiguillons » (BARRAL, 2007). Les entreprises aussi ont répondu à ce changement de paradigme technologique en concentrant intensivement leur capacité de R&D sur les technologies mûres et prêtes à être utilisées, c’est-à-dire dans bien des cas, à être commercialisées. « Ceci ne veut pas pour autant dire que les entreprises japonaises ont abandonné la recherche en sciences fondamentales, pour se concentrer sur la recherche appliquée. Le développement de nouveaux produits innovants, indispensable pour survivre dans un âge de super compétition, impliquent que des efforts de R&D sont réalisés pour que des technologies à fort potentiel soient inventées. Dans la recherche pour de telles technologies, les entreprises se tournent de plus en plus vers les universités et les instituts de recherche publics » (MOTOHASHI, 2005)

53

. Cependant, bien que leur participation dans la recherche

fondamentale ait diminuée durant la crise, elle constitue toujours presque 30% des dépenses dans cette activité. Une évolution que l’on retrouve aussi dans le choix des projets soutenus, d’une part par le MEXT, qui se focalise plus sur les technologies embryonnaires, demandant une vingtaine d’années de recherche ; d’autre part par le METI, historiquement plus proche des entreprises, et qui se focalise donc plus sur l’aspect commercial, avec des projets menées sur des périodes de 5 à 10 ans (le classement de certains projets par le METI en Flagship-type technologies, ou technologies « vedettes » par exemple, a largement accéléré le développement des nanotechnologies54).

53 Regaining Japan's Competitiveness Based on Scientific and Technological Creativity, RIETI : http://www.rieti.go.jp/en/columns/a01_0185.html [date de consultation : 3 juillet 2008] 54 Activities in Nanotechnology Researchers Network, NIMS : http://www.nims.go.jp/wsnanonet/Speakers/Noda-NRNCJ-Japanr.pdf [date de consultation : 4 juillet 2008]

Page | 80


Avec le troisième plan, le gouvernement a émis le souhait de voir les institutions publiques agir en soutien des entreprises, en insistant sur le besoin de technologies exploitables dans un futur proche, et en encourageant la création de start-ups collaboratives. L’objectif du gouvernement est évidemment de se rapprocher du tissu industriel, qui domine largement le domaine de la R&D. Effectivement, les investissements des grandes entreprises représentaient 82 % du budget R&D national en 2008 (GHEERAERT et alii, 2008)55. Le gouvernement japonais a donc tout intérêt à profiter de l’intérêt des industries concernant la recherche pour les inciter à étendre leurs capacités en la matière et dans sur des thèmes choisis. Nous pouvons donc estimer que le gouvernement a mis l’accent sur la collaboration entre ses Institutions Administrativement Indépendantes (Universités et agences gouvernementales de recherche et de financement) et le milieu industriel. Le tout est servi par un cadre institutionnel favorable. Ainsi, si d’une manière générale, le développement des nouvelles technologies a été si intense depuis une dizaine d’années, c’est avant tout parce que le Japon a su favoriser un phénomène de coopération, à grand renfort de réformes, de législation, et de subventionnements ciblés. Le pays s’est aussi éloigné du système d’innovation linaire, il s’est intéressé à tous les maillons de la chaîne d’innovation : l’infrastructure scientifique, l’incitation à la recherche en milieu privé comme public, mais aussi à la commercialisation des découvertes. Car inventer de nouvelles technologies ne fait pas tout, il faut aussi savoir en tirer profit, les transformer en produits commercialisables, et élaborer une stratégie marketing adaptée. C’est un point sur lequel le troisième basic plan se focalise plus particulièrement, tout comme la réception des technologies par la population, donnant ainsi aux utilisateurs leur rôle à jouer. En ce sens, le pays dispose d’un avantage conséquent : l’ensemble des acteurs de l’innovation japonaise ont su se coordonner efficacement et rapidement dans une coopération intense, guidée par le gouvernement (HOLROYD, 2007a). Pour simplifier, le système d’innovation japonais s’est bien tourné vers un schéma de collaboration, et plus précisément, une formation en triple hélix56 . Une stratégie qui a été

55

La gouvernance de la recherche publique au Japon, Ambassade de France à Tokyo, Service pour la Science et la Technologie, Avril 2008, p.6. 56 « Triple Helix : Academia, government, and industry constitute the three helices that engage in triple helix innovation. Educational institutions of higher learning (colleges and universities) primarily represent academia in this paradigm; however, educational institutions at other levels are not precluded from contributing to, and

Page | 81


développée sur le plan national, et qui depuis peu, fait des émules sur le plan régional, en étant associé au concept des clusters.

D. Persister et signer Le changement a vraisemblablement réussi puisque malgré sa décennie perdue, le Japon est aujourd’hui une puissance technologique et économique de premier plan. Il a ainsi gagné sa place dans le peloton de tête de l’innovation technologique, en étant très actif dans des secteurs dynamiques comme l’Internet mobile, les nanotechnologies, l’informatique ubiquiste et bien sûr, nous l’avons vu, la robotique. Mais le pays n’a pas l’intention de se reposer sur ses lauriers, si bien qu’en complément des basic plans, de nouveaux outils politiques ont d’ores et déjà fait leur apparition. En 2006, le gouvernement de Shinzo Abe a mis en place un groupe de travail, épaulé par le CSTP, pour définir une vision du Japon de 2025. Son rapport, intitulé Innovation 25, est délivré en Mai 2007. Focalisant sur les problématiques liées à la démographie et à la compétitivité, il comprend à la fois des objectifs clairement établis, et des directives pour y parvenir, en différenciant ce qui doit être accomplit pour 2010 et ce qui sera traité à partir de 2011. Il s’agit donc d’une transition entre le 3ème et 4ème basic plans. Dans le cas de la robotique, le texte la privilégie largement dans le thème d’une société hétérogène. D’ici 2010 donc, le rapport ne parle pas directement de robot mais plutôt d’interfaces homme-machine, de technologies standardisées. A partir

de 2011, les robots devront être de véritables

serviteurs pour les tâches et besoins quotidiens. Pour y parvenir, le CSTP a annoncé en Mai 2008 l’adoption future d’une stratégie d’innovation technologique (Innovative Technology Strategies) dans le but de promouvoir des technologies dites transformative, définies comme « les technologies les plus avancées au monde, et ayant un potentiel important pour le bien-être économique et social » (National

participating in, triple helix innovation processes. Government may be represented by any of the three levels of government and their owned corporations: Federal (national), state (provincial), and local (municipal). There are no restrictions on the types of industry (firm) involvement in triple helix innovation processes: i.e., industry may be represented by private corporations, partnerships, or sole proprietorships » (The institute for triple helix innovation).

Page | 82


Science Foundation, 2008). Ainsi, pour l’année fiscale 2009, le gouvernement prévoit l’établissement de « fonds pour l’innovation technologique » avec pour cibles les domaines qui sont potentiellement capables de contribuer à la compétitivité du pays, au bien-être de sa société, ainsi qu’à la sécurité national et mondiale. La robotique, bien sûr, en fait partie, et se retrouve donc dans le thème du bien-être de la société. Il est donc fort à parier que nous verrons très prochainement de plus en plus de robots au tournant de 2010.

Mais pour l’instant, seuls les basic plans influencent le devenir de cette industrie nouvelle. Nous allons donc dès à présent regarder comment ils ont concrètement été appliqués dans le cas de la robotique de service.

E. Mise en application du système d’innovation au cas des robots Nous évoquions le besoin de coopération pour le développement des robots de service, partagé par la plupart des nouvelles technologies, et en réponse à ce besoin, c’est un système en triple hélix que le gouvernement a mis en place. Ceci implique que les 3 acteurs que sont l’industrie, les universités et le gouvernement, coopèrent étroitement à la création des robots inspirés d’Atom Boy. Néanmoins, quelles formes prend cette coopération ? En recentrant notre attention sur la mise en pratique, c’est donc sur l’application de ce modèle de collaboration à la robotique nouvelle que nous allons aujourd’hui étudier. Car si nous savons désormais quels sont les acteurs potentiels (triple hélix), il nous reste à découvrir quels sont les rôles spécifiques tenus par les uns et les autres dans la poursuite de cet objectif du robot autonome, intelligent et polyvalent.

1. Le gouvernement Il est admis que c’est surtout depuis les années 2000 que les prototypes de robots de service ont commencé à se multiplier, dans la perspective de l’exposition universelle d’Aichi, en 2005 (JETRO, 2006). Ceci tend à corroborer le fait que le développement des robots s’est

Page | 83


intensifié après que cette idée de coopération intense, si chère à la robotique, ait été intégrée à la nouvelle stratégie nationale, développée surtout depuis le deuxième et le troisième basic plan, soit depuis le début du millénaire. Il est vrai que le développement de la robotique de service a été désigné comme un des thèmes prioritaires à partir du deuxième basic plan, édicté en 2001, dans la catégorie des technologies de l’information et de la communication et qu’on le retrouve dans plusieurs des 273 projets prioritaires du troisième plan. D’autres types de robots sont aussi soutenus, notamment dans les thèmes de monozukuri (moyens de production) avec les robots industriels ou dans les sciences de la vie, ou dans le thème « production alimentaire sain grâce aux robots », lié aux sciences de la vie. Bien entendu, nous ne faisons que les évoquer puisqu’ils n’entrent pas dans le cadre de notre étude. Grâce à cette désignation, les investissements dans ce secteur ont été particulièrement importants : en 2004, le budget du MEXT était de 12 milliards d’euros, et celui du METI d’un peu plus de 40 milliards d’euros. En ajoutant d’autres ministères, le total pour cette année-là se chiffre à plus de 60 milliards d’euros (ESPIAU et alii, 2004). La différence notable entre les budgets du METI, et du MEXT démontre que les robots de services sont une technologie qui n’en est plus à la phase de recherche fondamentale, mais bien à la phase de développement à des fins pratiques (LECHEVALIER & alii, 2007).

i.

Les projets du METI

Le METI, que l’on ne présente plus, reste le ministère le plus engagé vis-à-vis de la robotique. En corrélation avec un important subventionnement à la robotique de service, il l’a directement désignée comme une des technologies prioritaires de sa politique industrielle, juste après la pile à combustible et l’informatique ubiquiste. Son intérêt pour les robots a par ailleurs donné naissance au Robot Awards, un concours annuel qu’il organise depuis 2006 pour communiquer sur ces technologies et motiver les chercheurs, en élisant le robot de l’année dans quatre catégories : robots industriels, robots de service, robots pour environnement spécial, et robots crées par une PME. Il est aussi l’auteur de plusieurs « visions » comme le dossier « Towards Coexistence of Human Beings and Robots by 2025 » (METI, 2004) qui explique ce que pourraient apporter

Page | 84


la robotique de service à la société et insiste sur le l’attractivité de ce marché naissant (projections très optimistes de 60 milliards d’euros en 2025), et donc du besoin d’orienter les recherches vers des robots opérationnels et commercialisables. Pour ce faire, il s’est allié à son agence de financement, le NEDO et à son institut de recherche, l’AIST, à travers une multitude de projets thématiques liés aux robots. Ces derniers ont la particularité d’être d’une durée fixe et relativement courte. Ces projets font état d’objectifs précis à court et moyen terme, qui échelonnent le programme général de l’avancée en robotique de service. Ils correspondent donc à une mise en application de cette forte volonté générale de favoriser la robotique, traduites dans les basic plan, mais qui s’avère au final plutôt vague dans la direction à prendre. Ainsi, par ordre chronologique, nous pouvons distinguer :  Le Human Robot Project, qui s’est déroulé de 1998 à 2002, avec au total un budget de plus de 50 millions d’euros pour cette période (ESPIAU et alii, 2004). Comme son nom l’indique, ce projet visait à la création d’un robot humanoïde. Le résultat fut la conception des robots HRP et HRP-2 (en référence au nom du projet), le premier ayant été fabriqué par le département R&D de Honda, le deuxième, par Kawasaki industries. Le HRP-2 est utilisé comme plateforme de recherche par de nombreuses universités, comme celle de Tohoku, ou l’université des techniques avancées et des sciences de Nara (BARRAL, 2007). En 2007, l’AIST a dévoilé une troisième version de son robot, l’HRP-3.  Commercialization of Next-generation Robots Project, fut un programme intensément doté en budget par le NEDO, d’une période très courte. Sur deux ans (2004-2005), plus de 30 millions d’euros sont injectés. Cela s’explique par le fait que ce projet avait comme objectif officieux la préparation de l’exposition d’Aichi, en 2005, et pendant laquelle le Japon voulait impérativement présenter au monde des robots avancés. De nombreuses entreprises en profiteront, comme NEC avec son robot PaPeRo (gardiennage d’enfants), Matsushia Electric avec Sweepy (aspirateur) ou encore Mitsubishi Heady Industries avec Wakamaru. Paro, le bébé phoque de l’AIST, a aussi été favorisé par ce programme.

Page | 85


 Commercialization of Assistive Robots Project (6,5 millions d’euros), et Basic Technologies Common to Next Generation Robots Project (2,9 millions d’euros) ont pris place entre 2005 et 2007. Le premier vise à la commercialisation de robots pour l’aide médicale (réhabilitation, aide à la marche, aide à domicile) tandis que le second se fixe comme objectif de permettre une certaine modularité dans la fabrication des robots (décomposition des robots en parties indépendantes et connectables, dites plug and play, et désignées par le terme middleware)  Support for Creating Service Robot Market (2006-2007; 3 millions d’euros), s’est intéressé aux questions de la relation avec le client : comment rejoindre le marché (financement, législation), sécurité de l’utilisateur (promotion de méthodes d’expérimentations, constitution de normes) et mieux appréhender leurs attentes. Le programme s’est donc basé sur un rapprochement des chercheurs avec la population (NATIONAL SCIENCE FOUNDATION, 2005).  Strategic R&D for Frontier Robots with Missions, un projet démarré en 2006 et qui continue jusqu’en 2010, avec une enveloppe de 11 millions d’euros. Il doit permettre aux acteurs d’orienter leurs recherches sur des missions spécifiques pour pouvoir identifier les technologies requises précisément. En procédant ainsi, le développement des technologies connexes peut être amélioré, multipliant les retombées collatérales pour d’autres secteurs (automobile, aéronautique…).

Depuis le troisième Basic Plan, le METI a fait valider par le CSTP plusieurs projets importants mais la tendance semble néanmoins être à la baisse concernant les investissements de l’Etat dans la robotique (CODOGNET, 2004). Ainsi, le projet Intelligent technologies for next-generation robots est financé à hauteur de 1,9 milliard de yens en 2007, mais bien que classé S par le CSTP, passé à 1,5 milliard en 2008. Idem pour le projet Element technologies for strategic and advanced robots (un milliard de yens en 2007; 1,1 en 2006; classé A). L’effort du METI reste tout de même considérable, tant sur le plan financier que stratégique. Les projets présentés ici sont ouverts à tous les acteurs, privés comme plubics. Le

Page | 86


METI y participe principalement par l’intermédiaire de l’AIST. Paro, le robot pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, est le fruit du travail conjoint de plusieurs laboratoires de l’AIST, financés par le NEDO durant la phase de recherche mais aussi pour le transfert des droits vers une venture, Intelligent System Co..

ii.

Les autres ministères engagés dans la robotique

Deux autres ministères sont aussi très actifs. Tout d’abord, le ministère des affaires intérieures et de la communication (Ministry of Internal affairs and communications, MIC), qui subventionne des projets menés

à l’Institut International

de recherche

en

télécommunication avancée (Avanced Telecommunications Research Institute International), un organisme indépendant créé par des entreprises du secteur. L’intérêt se porte sur des robots fonctionnant en réseau, des machines à mi-chemin de la robotique et de l’informatique communicante et ubiquiste. L’accent est donc mis sur les capacités du robot à utiliser la connectivité de réseaux comme Internet ou le réseau privée de la maison, pour améliorer ses compétences physiques notamment dans les domaines de la gestion d’espace, du mouvement, du partage d’information ou du contrôle à distance. L’important MEXT s’est bien sûr aussi penché sur la question de la robotique. Ses attentes concernent plus le service public, comme en témoignent les différents projets auxquels il est associé. Le Dai-Dai-Toku project (代々得) est un projet spécial visant à améliorer la sécurité lors des tremblements de terre en milieu urbain. Lancé en 2002, il fait appel à un large panel de spécialités, tels que les sciences de la vie, les technologies de l’information et celles de l’environnement, ainsi que les nanotechnologies. Bien sûr, il est aussi rattaché au thème du Basic Plan de la prévention des catastrophes naturelles, démontrant une fois encore l’aspect multidisciplinaire et polyfonctionnel de la robotique. Parmi les nombreux participants du Dai-Dai-Toku, c’est notamment l’International Rescue System Institute, organisme à but non lucratif, qui travaille sur des éléments de RT tels que des capteurs intélligents, ou des interfaces homme-robot. Il ne s’agit cependant pas de construire des robots, mais plutôt un large système de récupération, de traitement et d’analyse d’information pour des situations d’urgence.

Page | 87


Le MEXT est par ailleurs le sponsor de deux agences gouvernementales, les Japan Society for the Promotion of Science et Japan Science and Technology Agency, dont la fonction est d’initier des projets d’envergure, dont plusieurs concernant les robots, dans une optique beaucoup moins commerciale que leur équivalent du NEDO. Pour inciter les universitaires et instituts à s’engager dans la voie de la robotique, le MEXT propose de généreuses subventions pour ceux qui décideront de travailler sur le sujet. Néanmoins, il est important de préciser que ce système est commun à toutes les grandes thématiques mises en avant par les basics plans, et n’est donc pas uniquement réservé à la robotique. Ainsi, grâce aux programmes Grants-in-Aid et 21st Century Centers of Excellence en particulier (car ce sont les plus orientés thématiquement), le MEXT finance des projets fort intéressants, parmi lesquels on peut les citer robots démineurs (R&D for Supporting Humanitarian Demining of Anti-personnel Mines), la création d’une plate-forme de recherche humanoïde peu coûteuse utilisant des technologies basiques (Kitano Symbiotic Systems), ou encore le développement d’un cerveau artificiel pour robots (Creating the Brain Project). Le MEXT possède aussi ses propres agences de recherche, le NIMS et le RIKEN. Ce dernier travaille sur Ri-Man, un robot partenaire pour l’aide à domicile. Il se différencie néanmoins de toutes les initiatives en la matière par le fait qu’il possède quatre sens (toucher, vue, ouïe et odorat). Par exemple, le robot peut être appelé par l’utilisateur, prendre sa tension et /ou sa température, et le porter jusqu’à la salle de bain. D’une manière générale, on remarquera que l’implication des ministères, notamment le METI et le MEXT, passe par les programmes de financement que le CSTP a mis en place pour encourager la coopération. Les instituts de recherche qui dépendent des ministères respectifs sont financés majoritairement par les agences de financement du même ministère. Ainsi, le NIMS et le RIKEN ont des budgets essentiellement financés par le MEXT via le JSPS, tout comme l’AIST par le METI, via le NEDO. Ces instituts de recherche ont des missions différentes, et de ce fait, on notera que l’AIST collabore activement avec les entreprises et les universités (plusieurs modèles de HRP2 ont été prêtés à des universités) tandis que le RIKEN et le NIMS beaucoup moins. Par contre, les agences de financement, coopèrent beaucoup avec d’autres acteurs. La forte volonté de développer rapidement des robots opérationnels est de ce fait parfaitement visible : on vise surtout la création de systèmes ayant des fonctions pratiques (ESPIAU et alii,

Page | 88


2004), et les entreprises ont donc le plus souvent affaire au NEDO qu’à son homologue du MEXT. Ce dernier n’est pourtant pas en reste dans le développement de la robotique puisque outre le fait que les appels à projets gérés par la JSPS, promeuvent la discipline au sein des universités, il est aussi en sa charge d’une partie du financement direct des universités.

2. Les Universités Parmi les 44 universités actives en robotique (LECHEVALIER, 2006), nous avons choisi d’aborder plus particulièrement l’université de Tsukuba, car elle a donnée naissance au récent exosquelette HAL ; l’université de Tokyo, pour sa position d’université numéro un, et l’université de Waseda, pour son implication historique dans la robotique.

i. L’université de Tsukuba Cette université, située au nord-est de Tokyo, est très active dans le domaine de la robotique sans pour autant avoir de section ingénierie très développée (ceci démontre une fois encore que la robotique est un cas particulier de technologie). Elle possède ainsi trois laboratoires :  L’Intelligent Robot Laboratory, qui travaille sur une famille complète de machines, les robots Yamabico57. Ces robots sont des plateformes d’intégration et d’étude pour des cas pratiques (robotique agricole, de chantier, ou d’exploration planétaire).  Le laboratoire sur l’intelligence artificielle, qui développe entre autres des intelligences artificielles pour robots, des interfaces homme-robot, et des systèmes d’exploitation pour plateformes robotiques.  Enfin, le plus connu des laboratoires de l’université est certainement celui du professeur Y. Sankai, piloté par le projet Cybernics (fusion de l’homme, de la machine et des technologies de l’information), financé via Global COE. Le professeur et son équipe sont à l’origine de l’exosquelette HAL, développé

57

Voir l’ensemble des robots sur le site de l’université à l’adresse : http://www.roboken.esys.tsukuba.ac.jp/english/Yamabico/robot/ [date de consultation : 10 août 2008]

Page | 89


depuis plus de dix ans dans ce laboratoire. En 2004, une venture du nom de Cyberdyne a été fondée par le prof. Sankai, toujours à Tsukuba. En 2008, la jeune pousse s’est associée au groupe Daiwa House, basé à Osaka. L’expertise de ce dernier dans la construction (hôtels, résidences, centres commerciaux, maisons de particuliers) ainsi que son capital, ont donc servi à la construction d’une usine durant l’été 2008, à coté du laboratoire de Cyberdyne. Ce qui permettra la production en série, dès Octobre 2008, des combinaisons robotiques basées sur la technologie de Cyberdyne, à raison de 400 à 500 exemplaires annuels

ii. L’université de Tokyo La meilleure université du Japon est entrée de plein pied dans l’ère robotique avec plus de 14 laboratoires dédiés à cette discipline nouvelle. Parmi eux, nous pouvons distinguer plus particulièrement :  Le laboratoire Jouhou System Kougaku (JSK). Celui-ci a obtenu de l’institut AIST deux modèles de leur robot HRP-2 et se sert de l’un comme d’une plateforme de travail sur la gestuelle et l’intelligence artificielle nécessaire pour les tâches du quotidien (donc très axé aide à domicile), et a modifié l’autre pour lui intégrer des roues. Ce deuxième HRP-2 modifié est destiné à la recherche en environnement extérieur, et donc plus particulièrement à l’autonomie intellectuelle du robot (improvisation, reconnaissance de l’environnement, apprentissage par répétition…) et aux relations homme-robots (contrôle par la voix, par signes visuels…).  L’Intelligent system division, regroupement de trois laboratoires :  Advanced Robotics with Artificial Intelligence (axé robotique industrielle),  Developmental Cognitive Machines (interfaces machines-hommes) et  Mobile Robotics (coordination de robots mobiles, movements groupés)

Page | 90


iii. L’université de Waseda. Basée à Tokyo, l’université de Waseda est active dans le domaine de la robotique depuis les années 70, et elle fait donc figure de précurseur dans le milieu académique. A vrai dire, si l’on considère les travaux réalisés par le professeur Ichiro « Ochanomizu 58 » Kato sur des bras robotiques, l’intérêt de l’université pour la robotique remonterait même aux années 60. Passionné par le défi que représente la création d’hommes artificiels, c’est ce même professeur qui plus tard, élargira ses recherches à l’ensemble du corps humain. Il entreprend tout d’abord de créer des bras artificiels, pour remplacer ceux de personnes estropiées, et ses recherches serviront effectivement à l’élaboration de modèles vendus dès 1974, et jusqu’en 2004 (HORNYAK, 2006). Ayant trouvé des fonds auprès d’industries comme Yaskawa Electronic (robots industriels), il fabrique un torse pour les associer et adapte son savoir-faire aux membres inférieurs. Avec l’assemblage de tous ces éléments, il créé le premier robot humanoïde, WABOT-1 (pour WAseda roBOT numéro 1), présenté pour la première fois en 1973. Déjà, il possédait le don de parole, de vision et une faible intelligence artificielle, mais pas de tête. Par la suite, seront construits WABOT-2, en 1984 (le premier robot joueur de piano, et avec une tête) et une multitude de robots tels que des hexapodes, des visages artificiels pour étudier les expressions faciales, et bien sûr d’autres robots humanoïdes. L’université a d’ailleurs ouvert une faculté spécialement dédiée à cet objet en l’an 2000, avec la Humanoid Robotics Institute (HRI). Celle-ci fait désormais figure de référence dans le milieu de la robotique japonaise (ESPIAU et alii, 2004). Son programme phare repose sur son modèle de robot bipède, le WABIAN-2, pour « WAseda BIpedal humANoid », qui pourrait devenir un outil d’étude pour la marche humaine (tester des appareils médicaux par exemple). L’université travaille aussi sur Wamoeba-2R, un robot dont le processus de reflexion est assuré par un « cerveau » auquel il se connecte par réseau sans fil, et est capable d’afficher des émotions avec son corps (travail de la gestuelle, posture). Dernièrement, les chercheurs de Waseda se sont penchés sur la question de l’assistance à domicile pour les personnes agées, et ont développé WENDY, un autre robot humanoïde pouvant casser des œufs ou utiliser un toaster, mais se déplaçant sur roulettes. 58

Ce surnom lui a été donné en référence du personnage du professeurs Ochanomizu, celui qui créé Atom Boy dans le manga de Tezuka (HORNYAK, 2006)

Page | 91


Depuis l’adoption des basic plans, ses activités se sont donc largement intensifiés, notamment par sa sélection à la fois par le programme Global Centers of Excellence, mais aussi le « super COE », financé par le MEXT. Mais aussi, l’université reçoit des subventions de la part du NEDO, notamment pour les robots humanoïdes. Sa coopération avec le gouvernement ne s’arrête pas là puisque Waseda a conclu un accord avec la préfecture de Gifu, dans le cadre de son cluster technologique Techno Plaza, pour construire une maison WABOT (intégration progressive des robots dans trois différents types d’habitats successifs : une maison pour robots uniquement, une pour cohabitation homme-robot et une maison traditionnelle japonaise). Par ailleurs, plusieurs collaborations avec le secteur privé ont été établies depuis le deuxième basic plan et couronnées de succès :  avec Hitachi, pour la famille de robots humanoïdes destinés aux personnes âgées, mais aussi pour le développement d’un robot de chirurgie par IRM (développé conjointement par Hitachi, les universités de Tokyo, de Waseda, et de Kyushu ainsi que Mizuho Co. Ltd – prix spécial du jury pour le robot de l’année 2007.);  avec Tmsuk, une société de la région d’Osaka, passée du secteur de l’alimentation à la robotique au début de la récession dans une logique de reconversion. Sa collaboration avec Waseda concerne la démarche des robots Banryu (un robot de surveillance), Kiyomori et Shinpo (le premier, un robot samouraï, le deuxième, un simple robot bipède, commandés par le musée de Niigata pour son exposition permanente).

Hitachi et Tmusk ne sont pas des cas isolés, les entreprises sont en effet très dynamiques dans la robotique de service.

3. Les entreprises Au sein des entreprises, se dégagent plusieurs groupes : ceux du domaine de l’électronique, comme Fujitsu, Nec ou Toshiba ; ceux de l’automobile, avec Honda et Toyota.

Page | 92


Et bien entendu, des fabricants de robots industriels, comme Kawasaki ou Yasukawa. Un paysage déjà varié auquel il faut rajouter les prestataires de services comme NTT et Docomo (téléphonie), ou Secom et Alsok (surveillance et sécurité). Les jeunes pousses se sont aussi montrées très actives dans le domaine de la robotique nouvelle génération, mais plus particulièrement celui des jouets ou modèles réduits. Comme nous l’avons vu, Tmusk a collaboré avec l’université de Waseda pour plusieurs robots, plusieurs autres acteurs ont pris part à ces projets : Sanyo et l’institut technologique de Kanazawa dans le cas du robot de sécurité Banryu ; pour le développement de son samouraï Kiyomori, le projet était guidé par Uchida Yoko Co . Ltd, une société spécialisée dans les technologies de l’information appliquées à l’environnement de travail (informatique ubiquiste, ITC).

En tous cas, s’il est bien un robot représentatif de l’engagement des secteurs privé envers la robotique, c’est Asimo. Pour preuve, il est le premier humanoïde réel à être entré au panthéon des robots, le Hall of Fame, 59 un classement tenu par l’université de Carnegie Mellon, le pendant américain de Waseda pour la robotique aux États-Unis. Bien qu’Asimo reste encore inégalé techniquement à ce jour, ce n’est pas grâce à une collaboration intense de Honda avec d’autres acteurs. Son seul apport extérieur à ce défi technologique est l’utilisation de l’algorithme qui calcule une partie du mouvement de son bassin et de ses jambes, de l’université de Waseda. Pour le reste, il s’agit d’un développement exclusivement interne. Mais si cela réussit au leader, en est-il de même pour la plupart des grands groupes ? L’une des hypothèses était que leur taille importante leur permettait de ne pas avoir à faire appel à de l’aide extérieur. Est-ce toujours le cas ?  Concurrent direct de Honda et de son bipède Asimo, Toyota, le constructeur automobile s’intéresse aussi de près à la robotique. Cependant, concernant l’élaboration de ses robots partenaires, présentés lors de l’exposition d’Aichi, aucune information liée à une quelconque collaboration n’a pu être trouvée. Les technologies utilisées sont désignées par Toyota comme étant un

59

Voir le site : http://www.robothalloffame.org/04inductees/asimo.html [date de consultation : 2 septembre 2008]

Page | 93


mélange du savoir-faire du constructeur dans les domaines de la robotique industrielle et de l’automobile. Et de cette proximité technologique, les robots devraient tirer une polyvalence, pouvant à la fois travailler dans des usines ou au contact des hommes. Mais pour l’instant, mis à part leur capacité à jouer de la musique, les robots partenaires de Toyota n’ont pas encore montré de réelle compétence pratique. A la différence des Winglets, des trottinettes robotisées que l’entreprise a présentés l’été 2008. Ces petits véhicules utilisent en fait des technologies acquises lors du transfert du département robotique de Sony chez Toyota. Dans une autre approche, le groupe Toyota est le principal actionnaire de Business Design Laboratory, une société de marketing reconvertie dans la robotique. Celle-ci va être associé à un projet nommé Human Robot Consortium, aux cotés du Nagoya Institute of Technology, NEC et de Brother Industries, et orchestré par la préfecture d’Aichi. Deux robots naîtront de cette alliance : ifBot, un robot de compagnie pour personnes âgées, commercialisé en 2004, fabriqué par Brother Industries ; et un robot Hello Kitty, commercialisé à la fin de la même année, mais fabriqué cette fois-ci par NEC.  Pour son robot tout jaune Wakamaru, Mitsubishi a eu lui aussi besoin de l’aide de plusieurs collaborateurs : l’université de Tsukuba, l’Advanced Telecommunications Research Institute International d’Osaka, et de la société Omron (robotique industrielle).  Outre sa collaboration sur ifBot avec Toyota, le géant de l’électronique NEC travaille en collaboration avec une dizaine d’universités (Osaka, Kyoto, Tsukuba, Ochanomizu, Kobe, Musashi…) sur les différentes déclinaisons de son robot de communication PaPeRo (pour Partner-type Personal Robot, commercialisé en 2001). Digne héritier de R2-D2 (Star Wars) pour sa forme de cylindre sur roulettes, son développement commence en 1997 et il ne cesse d’évoluer pour intégrer les nombreuses technologies issues des différents collaborateurs de l’entreprise. Depuis 2001, le robot a peu à peu été doté de la reconnaissance faciale, la lecture de caractères d’écriture, la réduction du bruit environnant, la connexion par téléphonie

Page | 94


mobile, ou encore le travail en réseau (coordination de plusieurs PaPeRo). En échange, le constructeur met à disposition des universités plusieurs de ses robots.  Toujours dans le domaine de l’électronique, Toshiba a mis au point deux robots, Apri Poko (un robot coordinateur de la domotique, sorte de télécommande universelle pour tous les objets électroniques) et Apri Attenda, un robot receptionniste. Ils ont été conçus en partie en collaborant avec les IAI que sont l’université des sciences de Tokyo et l’AIST. La première alliance a permis de progresser dans le traitement des images et d’être sponsorisé par le NEDO. La deuxième collaboration s’est faite autour du concept d’Open Robot Controller Architecture (ORCA), un projet de mise au point de middleware.

4. Une autre approche Notre étude de la triple hélix appliquée à la robotique s’est faite principalement par une analyse des connexions entre les acteurs, avec l’aide de données empiriques. Une autre approche a cependant été explorée par l’étude « Collaborative R&D in the robot technology in Japan : an inquiry based on patent data analysis (1991-2004) » de Lechevalier et alii (2006). Il s’agit ici d’étudier la collaboration entre les acteurs par l’analyse des brevets, tant du point de vue quantitatif que qualitatif. Sur le plan général, le nombre total de brevet a connu une forte croissance, bien qu’ayant baissé entre 2001 et 2004, mais cela est plutôt dû à l’absence d’application concrètes trouvée à ces technologies, plutôt qu’à un désintérêt des japonais pour la robotique. Ainsi, 16 736 brevets liés à la Robot Technology ont été déposés au Japon sur la période de 1991 à 2004. Mille d’entre eux l’ont été par des entreprises étrangères, et sont donc exclus. Ainsi, comme le soulignent Espiau et alii (2004), on constate, dans la plupart des pays actifs dans le domaine, un quasi-monopole de la recherche académique, et « au mieux, l’industrie suit ». Au Japon cependant, force est de constater qu’il en est tout autrement.

Parmi les éléments restant, 89% sont le fruit d’une seule entreprise et donc 11% des brevets sont de plusieurs participants. Cependant, le nombre de brevet non-collaboratif a

Page | 95


baissé au fil du temps (91,5% en 1991, 85% en 2004), compensé par une augmentation dans les brevets collaboratifs (7,1% puis 9,9% pour les mêmes dates). Parmi ces brevets collaboratifs, 69% ne font intervenir que des entreprises (deux ou plus), 18% sont issus de collaborations entre universités et secteur privé, 8% sont nés de la collaboration entre des entreprises et des institutions publiques, et enfin, 3% d’entre eux font intervenir à la fois des universités et des agences de recherche publiques. Concernant ces brevets collaboratifs, l’étude fait donc état d’une large domination des entreprises. A la nuance près que les auteurs ont pu observer une légère baisse des coopérations entre entreprises uniquement, et de celles de type entreprises-secteur public, au profit de celles réalisées avec des universités. Un choix qui peut peut-être s’expliquer par la qualité supérieur des brevets qui impliquent les universités, que ce soit pour les brevets non collaboratifs, comme pour ceux qui le sont.

5. Distribution des rôles En conséquence, l’impression donnée est que les instituts publiques sont plutôt délaissés par les deux autres hélices, ou qu’elles préfèrent travailler seules, puisque 77% des brevets déposés par l’AIST l’ont été sans qu’il y ait eu un phénomène de coopération. Un chiffre qui cependant ne prend pas en compte la période qui fait suite à son changement récent en IAI… Dans notre cas, nous avons pourtant souvent croisé des coopérations, notamment de l’AIST dans des projets de RT impliquant aussi bien des universités que des entreprises. La stratégie suivie par les instituts semble donc être de commencer à développer des robots jusqu’au moment où ils deviennent soit des produits commercialisables (Paro), soit des plateformes de recherche qu’ils vont diffuser aux autres acteurs (HRP-2). Du coté du secteur privé, il ne semble pas y avoir de relation entre la taille des entreprises et leur prédisposition à collaborer avec d’autres acteurs, mais plutôt une distribution des rôles. Ainsi, mis à part Honda et Sony, les entreprises les plus coopératives sont les grands groupes : 24% des brevets d’Hitachi sont le fruit d’une collaboration. Chez Toyota, cette part est calculée à 28%, tandis que ceux de Toshiba à 16% (LECHEVALIER et alii, 2005).

Page | 96


Des différents cas rencontrés dans notre étude, nous pouvons faire l’observation que les industriels développent des robots pour deux raisons principales : tout d’abord, comme vitrine technologique (Honda, Toyota, Sony), ce qui les poussent à limiter voir à éviter toute collaboration, et à privilégier les ressources internes pour démontrer leur savoir-faire ; mais lorsqu’il s’agit de construire des robots dans une optique pratique et commerciale (robots de sécurité : Wakamaru, garde d’enfant : PaPeRo, robots de communication et de compagnie: ifBot ), les groupes semblent être plus enthousiastes à l’idée de collaborer, et ceci se fait aussi bien avec d’autres entreprises qu’avec des IAI. Les jeunes pousses issues de la recherche, par contre, sont beaucoup plus dépendantes de coopérations avec le monde industriel. Mais leur nombre moyen de brevets collaboratifs est plutôt bas, elles se montrent donc plutôt exclusives dans leur relation. Etant donné leur taille, il apparaît effectivement difficile pour ces start-ups de se lancer dans la production de robots qui demandent beaucoup de capital et de lourds moyens de production. Ainsi, nombreuses sont celles qui développent des technologies robotiques, mais attendent pour se lancer dans la fabrication d’unités complètes, l’aide d’une entreprise plus importante (cf. Cyberdyne et Daiwa House pour l’exosquelette HAL). On note en ce sens que «la moitié de composants RT est produit par des PME, mais la majorité des produits finis, résultat de l’intégration des diverses technologies, est dominé par de très grands groupes industriels » (LECHEVALIER et alii, 2006). Ainsi, la coopération au niveau national se fait à la fois dans une logique verticale (acteur de la R&D, fabricants de composants, puis intégrateurs, distributeurs et enfin utilisateurs) avec les grands groupes au centre, et sur le plan horizontal, (entreprises ayant le même rôle : intégrateurs, producteurs de composants….).

6. Du point de vue technique Les robots se partagent entre modèles conçus en série, vendus en l’état, et robots répondant à des besoins personnalisés (aérospatiale, drones, robots sous-marins) et variés (tâches ménagères, communication, compagnie). De ces besoins pluriels, est né l’idée du middleware, des robots composés de modules, qui s’imbriquent en fonction des besoins ou du design. Ainsi, plusieurs laboratoires travaillent au développement de middleware. Le projet

Page | 97


Basic Technologies Common to Next Generation Robots Project, qui implique l’AIST, avec l’humanoïde HRP-2 et Matsushita, et ORCA de Toshiba, sont des exemples de cette tendance. Cette approche par le middleware répond aussi à des lacunes logicielles. Du fait de la faiblesse en software des japonais (ESPIAU et alii, 2004), la stratégie semble être la même que pour les ordinateurs personnels, c’est-à-dire de développer une plate-forme matérielle et un système d’exploitation, puis de reléguer le travail de programmation des fonctions avancées à des acteurs plus spécialisés. Mais un tel procédé doit surmonter de nombreux obstacles presque tous aussi importants : Une simplification des fonctions logicielles primaires, afin que les programmeurs puissent se concentrer sur l’aspect pratique. Cela peut par exemple se traduire par l’invention d’un nouveau système de programmation basé sur des fonctions basiques comme marcher, s’arrêter, parler etc. Ainsi, de la simplification, naît le besoin de standardisation. Les entreprises souhaiteraient voir apparaître un système d’exploitation utilisable sur tous les robots. Ainsi, les commandes ne seraient pas changées d’un robot à l’autre : la fonction marcher ferait avancer aussi bien un Asimo qu’un Wakamaru. Plusieurs initiatives vont dans ce sens comme le groupe Robot Service Initiative (RSI) initié par Fujitsu, pour la création d’un protocole sans fil commun. Mais une standardisation sur le plan logiciel, ne peut se faire sans une uniformisation matérielle, car chaque laboratoire développe son propre matériel auquel correspond un langage propre. On retrouve donc à nouveau le besoin de middleware.

7. Motiver par la compétition A défaut pour l’instant d’une solution aussi répandue que ne l’a été Windows au début du PC, la collaboration se fait donc souvent par la création d’une plate-forme technique, comme le HRP-2 ou même Asimo, et est ensuite diffusé à d’autres groupes de recherche qui vont tenter de le modifier, de l’améliorer. Mais il semble aussi que le pari soit de faire participer les utilisateurs, dans la logique de Van-Hippel.

Page | 98


C’est notamment ce qui se passe avec l’organisation de compétitions et de concours nationaux et internationaux. C’est par exemple le cas de la Robocup, qui a pour objectif long-terme (2050) de voir des robots battre des humains dans un match de football. Lors de cet événement annuel international, sont organisés des matchs entre robots à la conception libre (chaque équipe conçoit et programme ses propres robots). Aussi, chaque année, un robot est sélectionné pour être le modèle imposé de certains matchs, et ainsi, avec un même robot pour tout le monde, la différence se fait principalement sur l’optimisation et la programmation. Voir son robot sélectionné pour ces matchs est un tremplin pour les entreprises qui les construisent. En 2008, le robot choisi fut Nao, un robot produit par une société française, Aldebaran. Des qualifications nationales sont effectuées dans chaque pays tout le long de l’année, et mettent principalement à contribution des universités, des écoles d’ingénieurs, mais aussi quelques entreprises. La Robocup est donc très stimulante pour la recherche sur bien des aspects de la robotique (motricité, intelligence artificielle, etc.) et espère que les retombées profiteront aux autres types de robots. Elle est aussi un lieu d’échange entre universités, passionnés, gouvernement et entreprises. L’engouement est tel que d’autres disciplines ont été intégrées et la Robocup héberge donc des concours annexes, comme Robocup@home (robotique de service, assistance à domicile) et Robocup Rescue (sécurité et sauvetage). Aussi, le Japon participe à plusieurs compétitions entre pays d’Asie, tels que les Robocon, et mondiales comme Robo-One, moins connus, mais qui fonctionnent selon les mêmes principes, la fédération de tous les acteurs autour d’une compétition.

8. Analyse de la dynamique nationale Comme le laissait suggérer l’avancée des recherches dans le domaine, mais aussi du fait des habitudes passées, les entreprises représentent effectivement un pilier central de l’innovation en robotique. Elles ne doivent pas cette place à leur capacités en R&D, bien que conséquentes, car les autres acteurs ont démontré y jouer une part toute aussi importante, si ce n’est plus. Leur rôle est en fait très fédérateur : de compétences, de capital et de technologies.

Page | 99


La stratégie d’innovation du Japon fonctionne donc plutôt bien puisque la plupart des projets subventionnés par l’état se font : 

soit par l’intermédiaire du NEDO ou des Grants-in-Aid du JSPS, sur des

projets orientés vers des objectifs de robots précis, qui ne nécessitent pas de R&D importante, encourage donc à l’utilisation de technologies existantes, et à défaut, à aller les chercher chez les autres, et qui ont donc une meilleure faisabilité en cas de commercialisation. 

Soit par le Global COE qui assure aux universités engagés dans la discipline,

des fonds continus pour mener un travail de recherche moins ciblé, afin de créer de nouvelles technologies ou applications, et mener à la création de ventures.

Ce fonctionnement ne semble pas avoir de limite géographie : la construction à Tsukuba d’une usine par un groupe de construction basé à Osaka ; la collaboration de Waseda au cluster de la région de Gifu…Or, nous l’avons vu, la politique technologique du Japon passe aussi par la mise en place d’initiatives régionales. Comment fonctionnent-ils ? F. Le cluster d’Osaka Depuis le deuxième basic plan, le Japon s’est lancé dans la création de pôles de compétitivité (villes ou régions), sous la tutelle du METI et du MEXT. Dans le cas de la robotique, les régions concernées sont celles de Fukuoka, de Kanagawa, Tochigi ou encore Niigata ou d’Osaka. Nous avons choisi d’étudier les mécanismes des clusters en robotique par l’exemple d’Osaka. D’une part, parce que c’est le plus développé de tous. D’autre part, en accord avec notre premier argument, cette région est celle qui communique le plus sur ses actions, et est donc à même de nous offrir une vision complète.

1. Les points forts de la région Lancés dans un mouvement de redynamisation des territoires, les clusters doivent souvent faire leurs preuves par rapport à Tokyo, mais aussi faire valoir des caractéristiques uniques capables de servir l’intérêt de la spécialité du cluster.

Page | 100


Située en plein cœur de la région du Kansai, Osaka est desservie par un réseau de transport particulièrement dense : port maritime, aéroport international, Shinkansen (train express national), réseau ferroviaire important (lignes JR et privées). La ville est aussi plus proche géographiquement des partenaires commerciaux asiatiques (Corée, Chine, Taiwan…) que ne l’est la capitale. Parmi les autres aspects pratiques, le coût de la vie et de l’immobilier y est beaucoup moins cher qu’à Tokyo.

La décision de la région d’Osaka de devenir un pôle de compétitivité spécialisé dans la robotique ne s’appuie évidemment pas sur ces caractéristiques générales, mais il est aussi important que la ville possède certains atouts encourageant l’implantation d’’entreprises. Plus spécifiquement, nous avons compris que ce choix a été motivé par l’utilisation des acquis inhérents à la ville dans le cadre d’une politique favorable à l’apparition d’un système d’innovation régional. Au niveau académique tout d’abord, la région compte plusieurs universités de premier rang : celle d’Osaka, classée quatrième sur le plan national par le CSTP, mais aussi de Kyoto (2ème place, toujours selon le même classement), les universités de Nara et de Kobe. Les instituts publics ne sont pas en reste : l’Advanced Telecommunications Research Institute International (ATR) et le Nara Institute of Science and Technology viennent compléter un tableau déjà très complet. Puis, dans le secteur privé, la partie Est d’Osaka est réputé pour être le berceau d’un large groupe de PME capables de concevoir et de produire les nombreuses technologies nécessaires à la fabrication de produits complexes, que ce soient des appareils électroniques, des composants, ou des robots industriels. Beaucoup sont des entreprises familiales ou de petites PME cherchant une voie de reconversion. Mais outre les PME, de nombreux groupes d’électronique ou industriels sont originaires de la capitale du Kansai. Matsushita Electric Industry, Sharp, et Sanyo offrent un panel d’exemple non exhaustif. Ces grands groupes possèdent les compétences et les moyens requis pour l’assimilation et l’intégration des multiples technologies qui composent les robots (Brand New Osaka, 2004). Nous avons vu aussi que l’utilisation de la mécatronique donne aux fabricants de robots industriels en particulier un avantage technique dans le domaine de la

Page | 101


robotique nouvelle. Osaka en compte plusieurs : Daihen, Kawasaki Heavy Industries, Mitsubishi Heavy Industries.

Il y a donc à Osaka les trois familles de compétences impliquées dans la nouvelle génération de robots (Ville d’ Osaka, 2007) : 

Des entreprises rassemblant les compétences nécessaires à la création de

produits et services associés (design, service après-vente, distribution etc.) ; 

Des capacités de recherche et d’innovation technologique, avec les universités

et les instituts. 

Des possibilités pour les PME de produire des prototypes et des petites séries,

comme celles qu’offre le Creation Core Higashi-Osaka, mais aussi d’évoluer rapidement vers des partenariats.

Ces prédispositions à l’innovation en robotique ont su être utilisées à bon escient pour aboutir à de bons résultats en robotique de services. Ceci implique donc la mise en place d’une stratégie régionale pour guider les acteurs locaux vers cet objectif. La formation du cluster s’est donc faite en passant le relais du gouvernement central au gouvernement local, municipal en l’occurrence, dans l’application du modèle de triple hélix.

2. Politique d’Osaka en matière de robotique Depuis le deuxième basic plan, la région d’Osaka a multiplié les initiatives pour revitaliser son territoire. Tout d’abord quatre projets de clusters ont été initiés : les technologies de l’information, les technologies manufacturières, les industries de l’énergie et/ou écologiques et les biotechnologies. Puis, depuis 2006, les trois premiers thèmes ont été regroupés dans un projet de cluster intitulé « Neo Cluster Front Runner Project », afin de mettre l’accent sur leur utilisation commerciale. La sélection des thèmes se base sur l’intensité des d’activités liées à ces derniers dans la région (forte proportion d’entreprises travaillant dans le domaine, universités performantes…) et se limite ainsi aux technologies au plus fort potentiel.

Page | 102


Ainsi, le tissu de PME a été redynamisé par une initiative du METI Kansai, le Creation Core Higashi-Osaka, qui mutualise des moyens de production, des incubateurs, et des services (conseil, financement…) pour les petites et moyennes entreprises du secteur. La structure accueille aussi les universités pour les guider dans la création de start-ups, et transfert de technologies, et sert donc de point d’entrée pour les entreprises désireuses de coopérer avec le milieu académique. La municipalité a pris très à cœur ses ambitions de cluster en robotique de nouvelle génération, et comme le laisse supposer le fait qu’elle soit le siège des organisateurs de la Robocup depuis 2007, elle s’implique très activement dans ce domaine. En décembre 2002, la ville a demandé à un groupe de recherche (Study Group for Robotics Industries Promotion) quelles actions elle devrait prendre pour promouvoir les industries robotiques. Le résultat est un dossier intitulé « The Robot Knowledge Society: Framework for Next-Generation RT Development ». En 2003, suivant les conseils de leur analyse, la ville met sur pied un plan cadre de la politique régionale de développement de la robotique, le « Next-Generation RT Industry Innovation Plan ». Cela correspond sur le principe à un basic plan au niveau local, mais ciblé uniquement sur la robotique nouvelle.

En accord avec ce plan, et avec le soutien du bureau du METI régional, un réseau national de PME spécialisée dans les technologies robotiques est mis sur pied en 2004, du nom de RooBO (333 membres en Avril 200860). Les universités participent aussi, mais en tant que conseil technique. Les entreprises participantes appartiennent à des spécialités très différentes, à l’image de la robotique elle-même. Et ce n’est pas un hasard puisque la structure fonctionne comme une plateforme de développement pour produits finis. Le système se base alors sur une coopération coordonnée de l’ensemble des membres, ce qui comprend aussi des spécialistes juridiques et marketing et s’oriente donc vers la commercialisation de robots. Il fonctionne clairement sur un modèle demand pull, puisque l’initiative du processus vient du client (un fabricant de robots) et est réalisée en fonction du marché (CODOGNET, 2004). Cependant, depuis 2006, une nouvelle branche, RooBO Brains a été créée pour mieux prendre

60

Information obtenue lors du séminaire sur la robotique de nouvelle génération organisé par le Bureau de la Ville d’Osaka et Cap Digital, avec la collaboration de Tebaldo, le 23 avril 2008. Voir : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/53791.htm

Page | 103


en compte les idées issues de membres (VILLE D’OSAKA, 2008). L’organisation est gérée par une autre structure locale importante, le Robot Laboratory. Dans la continuité de RooBO, le Robot Laboratory (formé en 2004) a pour objectif de constituer un réseau entre les entreprises, le gouvernement et les universités. Mis en place par la ville, il a donc pour tâche de mettre en relation les chercheurs des universités et les entreprises et ainsi faciliter le transfert de technologie, de personnel. Il s’agit donc de connecter RooBO aux autres acteurs de la robotique. Il sélectionne aussi une vingtaine de projets se déroulant dans la région, qui doivent impérativement impliquer la coopération de plusieurs acteurs, et leur assure ainsi via le METI et le NEDO un important financement. Par ailleurs, depuis 2008, il joue aussi un rôle éducatif en supervisant un programme de formation pour ingénieurs et entreprises, soutenu par le METI et dispensé avec l’aide de l’ATR, de l’Université d’Osaka et de l’IUT de Nara. Depuis 2005, le Robot Laboratory mène de nombreuses expérimentations de mise en relation en conditions réelles des utilisateurs avec des prototypes d’entreprises, afin que cellesci puissent mieux comprendre les attentes de la population, et ainsi proposer des robots adaptés aux besoins. Il s’agit de fournir aux constructeurs le feedback nécessaire pour développer les bons produits, ce que le marché, quasi-inexistant, ne permet pas de faire pour le moment. Ce programme s’appelle «Osaka Robot Society Proof Experiment Initiative » (ORI). Enfin, autre fait important, Robot Laboratory a été implanté juste en face de la future gare d’Osaka, car il a un rôle essentiel dans l’établissement d’un hub de la robotique au cœur même d’Osaka : RoboCity CoRE. Première initiative du genre au monde, RoboCity CoRE sera un centre de recherche et développement, et d’information, entièrement dédié à la robotique nouvelle. Juxtaposant la nouvelle gare, au centre nord d’Osaka, il fait parti d’un vaste projet de réaménagement d’une zone de la ville (près de 24 hectares), tout autour de la voie ferrée. RoboCity CoRE côtoiera donc une zone sophistiquée, dans laquelle seront construits des hôtels et résidences totalement équipés dans les dernières technologiques telles que l’informatique ubiquiste. S’ajouteront un espace commercial, des résidences avec jardins et parcs (relaxation zone) et des hôpitaux. Dans l’esprit de ce que fait déjà le Robot Laboratory, la nouvelle structure prévoit de laisser circuler librement des robots dans l’enceinte de la zone. Son ouverture est prévue pour 2011.

Page | 104


Par ailleurs, en accord avec la politique des clusters qui encourage à l’ouverture sur l’international, la préfecture d’Osaka s’est engagée en Avril 2007 à héberger dans la ville un centre de recherche de l’université américaine de Carnegie Mellon. Le laboratoire aura pour thème les technologies de divertissement, et notamment robotiques. Il prévoit de travailler en étroite collaboration avec l’université d’Osaka et les entreprises locales.

3. Des résultats concrets Grâce à ce contexte particulièrement propice à la coopération dans le domaine de la robotique, les projets de robots se multiplient dans la région. La ville d’Ikeda, dans la préfecture d’Osaka, travaille activement, en collaboration avec le Telecommunications Advancement Organization (ATR), à la création de robots capables de veiller sur les personnes âgées (monitoring) et de leur tenir compagnie (des robots compagnons). Dans le milieu médical, Daihen Corporation, un important fabricant de robots industriels de la région d’Osaka, travaille sur un lit robotisé permettant au personnel de transporter des patients fragiles, souffrant par exemple de fractures ou de blessures importantes, sans avoir à leur faire changer de position ou à leur faire subir de vibrations et chocs lors de leur transfert. Dans cette optique, l’entreprise utilise les technologies de ses robots industriels, notamment les robots soudeurs pour lesquels il a acquis une expertise dans les domaines du contrôle et de la motorisation. Il a pu essayer son prototype dans des hôpitaux grâce au programme ORI du Robot Laboratory. L’exemple le plus connu de robot issu du cluster d’Osaka, est certainement Wakamaru. Avec son design et sa couleur jaune, le robot fait parti des plus avancés techniquement. Ses emplois s’étendent du cadre familliale (agenda, communication, surveillance…) à celui des entreprises (réception et sécurité) en passant par les écoles (vérification des présences, gardiennage…). Pour sa fabrication, Mitsubishi Heavy Industries s’est associé à de nombreuses entreprises de la région, notamment pour sous-traiter la production de composants. Par ailleurs, de nombreuses jeunes poussent s’activent pour trouver des utilisations pratiques à des technologies nées dans les laboratoires universitaires de la région. Vstone

Page | 105


Corporation est à l’origine de Robovie- M, un petit robot humanoïde à monter soi-même. L’aspect éducatif de leur produit a d’ailleurs joué en leur faveur, lorsque Robovie-M a été choisi comme robot de la Robocup 2007. La partie software du robot est issue de l’ATR. Autre venture à succès, Robo Garage a développé un robot marchant sur des aimants, lui accordant une grande stabilité sur des terrains métalliques. Les deux entreprises participent à la Robocup non pas indépendamment, mais ont formé un groupe, la Team Osaka. Celui-ci comprend aussi l’université d’Osaka (Ishiguro Laboratory) et une PME locale, Systec Akazawa (robot humanoïde PLEN). Sponsorisés par la municipalité, il constitue un exemple concret de triple hélix à l’échelle régionale.

G. Conclusion Si les clusters se veulent être théoriquement une application de la stratégie d’innovation national à une échelle régionale, force est de constater dans le cas du cluster d’Osaka, que les mesures prises par la municipalité, ont permis aux entreprises et aux chercheurs de tous bords, de construire des alliances particulièrement ambitieuses, et qui ne se limitent pas à la zone géographique de la ville mais aussi au Kansai, au Japon et à l’international. D’où peut-être l’impression que les politiques régionales et nationales se chevauchent quelque peu. Néanmoins, avec un engagement important des pouvoirs publics, la ville a su profiter de ses avantages comme un tissu industriel collaboratif et compétent, des capacités de recherche de qualité, des infrastructures accueillantes, et des initiatives locales pour donner l’impulsion. Puis, grâce au Creation Core Higashi-Osaka et au Robot Laboratory, il a appliqué le modèle de la triple hélix à cette industrie en particulier, pour renforcer une dynamique de collaboration intense entre le milieu académique, industriel et institutionnel.

Page | 106


VERS UNE ROBOTIQUE ÉTHIQUE ? Ce n’est pas sans effort que le Japon a hérité de son surnom de Robot Kingdom. Il a certes quelques prédispositions comme sa culture, et son contexte difficile qui motivent la robotisation de sa société. Mais le pari n’était pas gagné d’avance, et si aujourd’hui Asimo, Wakamaru, Paro ou encore WABIAN impressionnent autant, c’est que le pays a su mettre les moyens nécessaires pour donner vie à ses héros d’aciers. Des moyens financiers, évidemment, pour subventionner les lourds et longs travaux de recherche nécessaires. Mais il a aussi eu le courage d’entreprendre une refonte complète de son système d’innovation, pour se tourner vers des systèmes d’innovation national et régional, plus en phase avec les technologies nouvelles. Grâce à cela, les universités, la recherche publique et les start-ups universitaires peuvent alors venir renouveler les capacités des grands groupes en s’immisçant dans leur chaîne d’innovation, et ainsi permettre à l’industrie de progresser plus rapidement. Bien sûr, Atom Boy et Doraemon ne restent pour l’instant que des héros imaginaires, mais le Japon garde confiance quant à la découverte et l’utilisation adéquate des technologies nécessaires pour construire des machines aussi sophistiquées. Ce qui ne devrait pas tarder à arriver tant cette industrie évolue vite. Mais pas assez pour le gouvernement japonais. La fin du troisième basic plan sera accompagné de plusieurs programmes (Innovation 25, Innovative Technology Strategies) qui vont très certainement favoriser l’apparition de robots toujours plus pratiques, avec l’objectif de voir enfin des robots entrer dans notre quotidien. Et avec le rapprochement des hommes et des robots, se posent des questions de sécurité et de législation complexes. De part et d’autres de la planète, les pays actifs dans le domaine de la robotique se posent les mêmes questions : comment assurer la sécurité de l’utilisateur, mais aussi celle du robot ? Le ministère de l’industrie, du commerce et de l’énergie coréen par exemple, a créé en 2007 un groupe de travail pour la mise au point d’une charte éthique, la « Robot Ethics Charter ». Cette disposition légale, mise au point par des scientifiques et des écrivains de science-fiction, vise à imposer des standards de conception et d’utilisation des robots, en s’inspirant largement des trois lois d’Isaac Asimov. Mais le groupe n’a pas communiqué sur l’avancé de ses travaux depuis sa formation et la pertinence même des trois lois est souvent remise en question. Le METI s’est aussi penché sur cette question, en

Page | 107


évoquant entre autre l’utilisation obligatoire de boutons d’arrêt d’urgence, de matériaux légers. Mais là encore, peu d’information sont disponibles concernant ces dispositifs légaux. Il s’agit donc d’un sujet qui pourrait être développé ultérieurement.

Page | 108

Sonny, le robot d’I, Robot, adaptation cinématographique d’une nouvelle d’Isaac Asimov.


BIBLIOGRAPHIE Isaac ASIMOV, The complete Robot, 1ère édition, Doubleday, mars 1982. Gérard BACCONNIER, 2006 : L’Asie en fiches, sous la direction de B. Benoît et R. Saussec, Collection Comprendre et Intégrer, Editions Bréal. Etienne BARRAL, 2006 : Robots au Japon, le future se conjugue au présent, dans L'empire de l'intelligence : Politiques scientifiques et technologiques du Japon depuis 1945, 2006, CNRS, p. 97106. Marian BEISE, 2006: The domestic shaping of japanese innovations, dans Management of Technology and Innovation in Japan, 2006, Springer. Gérard CALOT, 1992 : La relève des générations, Populations & Sociétés, No. 265, février 1992, I.N.E.D. John CREIGHTON CAMPBELL, 2003: Population Aging: Hardly Japan’s Biggest Problem, dans The Demographic Dilemma: Japan’s Aging Society, Asia Program Special Report, No. 107, Janvier 2003, p. 15-20. [En ligne]. Disponible sur http://wwics.si.edu/topics/pubs/asiarpt_107.pdf [date de consultation : 22 juillet 2008]

Page | 109 Philippe CODOGNET, 2004 : Rapport de mission : la robotique domestique au Japon, Ambassade de France à Tokyo, Service pour la Science et la Technologie. [En ligne] Disponible sur http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/26781.htm [date de consultation : 21 Mars 2008] Evelyne DOURILLE-FEER, 2007a : Le vieillissement porteur de dynamique d’innovation au Japon ?, Note de veille n°77, Centre d’analyse stratégique. [En ligne] Disponible sur http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=684 [date de consultation : 18 avril 2008] Evelyne DOURILLE-FEER, 2007b : La réforme des universités au Japon :au bout d’une logique d’autonomie des universités nationales, Note de veille n°57, Centre d’analyse stratégique. [En ligne] Disponible sur http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/NoteVeille57.pdf [date de consultation : 18 avril 2008] Evelyne DOURILLE-FEER, 2008 : La deuxième puissance économique mondiale, dans Questions Internationales, Le Japon, n°30 mars-avril 2008, La documentation française. Brian R. DUFFY, 2004: I, Robot Being, Intelligent Autonomous Systems Conference (IAS8) 10-13 March 2004, The Grand Hotel, Amsterdam, The Netherlands. Brian R. DUFFY, 2006: Fondamental Issues in Social Robotics, International Review of Information Ethics, volume 6, décembre 2006.


Bernard ESPIAU, Malik GHALLAB, François PIERROT, 2004 : Robotique domestique au Japon, Ambassade de France à Tokyo, Service pour la Science et la Technologie. [En ligne]. Disponible sur http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm04_097.htm [date de consultation : 25 mai 2008] Stephen FEINSON, 2003: National Innovation Systems Overview and Country Cases, Center for Science, Policy and Outcomes, Arizona State University. Jean-Louis ARMAND & Etienne GHEERAERT, 2007 : La politique de recherche au Japon, Ambassade de France à Tokyo, Service pour la Science et la Technologie, Avril 2007. [En ligne]. Disponible sur http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm07_023.htm [date de consultation : 18 juin 2008] Jean-Louis ARMAND & Etienne GHEERAERT, 2008 : La gouvernance de la recherche publique au Japon, Ambassade de France à Tokyo, Service pour la Science et la Technologie, Avril 2008. [En ligne]. Disponible sur http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm08_028.htm [date de consultation : 18 juin 2008] Mark GILSON, 1998: A Brief History of Japanese Robophilia dans Leonardo, Vol. 31, No. 5, Sixth Annual New York Digital Salon, p. 367-369.

Benoît Godin, 2005: The Linear Model of Innovation: The Historical Construction of an Analytical Framework, Project on the History and Sociology of STI Statistics, Working Paper no. 30, dans Science, Technology, and Human Values, Vol. 31, No. 6, p. 639-667. Paul S. HEWITT, 2003: The Gray Roots of Japan’s Crisis, dans The Demographic Dilemma: Japan’s Aging Society, Asia Program Special Report, No. 107, janvier 2003, p. 4-9. [En ligne] Disponible sur http://wwics.si.edu/topics/pubs/asiarpt_107.pdf [date de consultation : 22 juillet 2008] Carin HOLROYD, 2007a : L’économie d’innovation au 21ème siècle au Japon : leçons à tirer pour le Canada, Commentaire Canada-Asie n°42, Fondation Asie Pacifique du Canada. Carin HOLROYD, 2007b: Japan Tech : The Foundations of the Innovation Revolution, Journal of Internet Banking and Commerce, Avril 2007, vol. 12, n°1. Jana HORÁKOVÁ, 2006: The (Short) Robot Chronicle (On the 20th Century Cultural History of Robots), dans I.Rudas ed. 15th International Workshop on Robotics in Alpe-Adria-Danube region.Proceedings, p. 241-248, Budapest Tech.. Timothy N. HORNYAK, 2006: Loving the Machine: The Art and Science of Japanese Robots, Kodansha International. International Federation of Robotics, 2007: The Robots are coming!, communiqué de presse, Gudrun Litzenberger, IFR Statistical Department, IFR. International Federation of Robotics, 2008: Industrial robots are meeting the changing demands of their customers, communiqué de presse, Gudrun Litzenberger, IFR Statistical Department, IFR.

Page | 110


JETRO, 2006: Trends in the Japanese Robotics Industry, Japan Economic Monthly. [En ligne] Disponible sur http://www.jetro.go.jp/en/reports/market/pdf/2006_15_c.pdf [date de consultation : 5 juillet 2008] JITEX, 2007 : Les clusters au Japon et en Corée du Sud : Enseignements, perspectives et opportunités, étude réalisée sur consultation du MINEFI et de la DGE, Avril 2007. Motohashi KAZUYUKI, 2003: Spotlight On Japan’s Competitiveness- Part 3, Journal of Japanese Trade & Industry (JJTI), janvier 2003. [En ligne]. Disponible sur www.mo.t.u-tokyo.ac.jp/seika/files/JJTI-Analysis%203.pdf [date de consultation : 26 juin 2008] Naho KITANO, 2006: ‘Rinri’: An Incitement towards the Existence of Robots in Japanese Society, IRIE International Review of Information Ethics Vol. 6 (12/2). [En ligne]. Disponible sur http://www.i-r-i-e.net/inhalt/006/006_Kitano.pdf [date de consultation : 14 août 2008] Naho KITANO, 2005 : Roboethics; a comparative analysis of social acceptance of robots between the West and Japan, The Waseda Journal of Social Sciences Vol 6, The Waseda University, Tokyo. Akira KOJIMA, 2007: Great contradictions, dans The Japan Journal, février 2007, p.12-13. Hiroshi KOMATSU, 2004: Research and Development trends in Robot Technology, dans Science & Technology Trends, Quarterly Review, January 2004, National Institute of Science and Technology Policy. [En ligne] Disponible sur http://www.nistep.go.jp/achiev/ftx/eng/stfc/stt010e/STTqr10.pdf [date de consultation : 5 juillet 2008] Sébastien LECHEVALIER, 2006: Collaborative R & D in the robot technology in Japan: an inquiry based on patent data analysis (1991-2004), en collaboration avec Y. Ikeda & J. Nishimura, CIRJE Discussion paper Series F-453, décembre 2006. [En ligne] Disponible sur http://www.mfj.gr.jp/mfj/equipe/recherche/chercheurs/lechevalier/ [date de consultation : 2 juillet 2008] Sébastien LECHEVALIER, 2007: Investigating Collaborative R&D Using Patent Data: The Case Study of Robot Technology in Japan, en collaboration avec Y. Ikeda & J. Nishimura, IER Discussion paper Series A No-498, Hitotsubashi University, septembre 2007. [En ligne] Disponible sur http://www.mfj.gr.jp/mfj/equipe/recherche/chercheurs/lechevalier/ [date de consultation : 3 juillet 2008] Sébastien LECHEVALIER, 2008: The effect of participation in government consortia on the R&D productivity of firms: A case study of robot technology in Japan, en collaboration avec Y. Ikeda & J. Nishimura, IER Discussion paper Series A No-500, Hitotsubashi University, mars 2008. [En ligne] Disponible sur http://www.mfj.gr.jp/mfj/equipe/recherche/chercheurs/lechevalier/ [date de consultation : 3 juillet 2008] Yves LE DIASCORN, 2003 : Le Japon, miracle ou mirage ?, 2ème édition, Collection HISTEGE, Editions Ellipses. David LEVY, 2007: Love and Sex with Robots: The Evolution of Human-Robot Relationships, Harper Collins Publishers. Lee McCAULEY, 2007: AI Armageddon and the Three Laws of Robotics, Ethics and Information Technology, Volume 9 , Issue 2, Kluwer Academic Publishers.

Page | 111


Karl F. MACDORMAN, 2008: Does Japan really have robot mania? Comparingattitudes by implicit and explicit measures, en collaboration avec Sandosh K. Vasudevanet Chin-Chang Ho. AI & Society, Springer London. National Institute for Triple Helix Innovation: Taxonomy of Triple Helix Innovation, University of Hawai’i. [En ligne] Disponible sur http://www.triplehelixinstitute.org/thi/ithi_drupal/sites/default/files/uploaded/documents/TaxonomyOf TripleHelixInnovation.pdf [date de consultation : 5 mars 2008] OCDE, 2007 : Science, Technologie et Industrie : Tableau de bord de l’OCDE 2007, OCDE. [En ligne] Disponible sur http://www.oecd.org/document/10/0,3343,en_2649_34269_39493962_1_1_1_37417,00.html [date de consultation : 19 juillet 2008] Joanne PRANSKY, 1996: Service robots – how should we define them ?, Service robots : An International Journal, Vol. 2, No. 1, p. 4-5. Joanne PRANSKY, 2001: Aibo, the No. 1 selling service robot, Industrial Robot: An International Journal, Vol. 28 . No 1, 2001, p. 24-26. [En ligne]. Disponible sur http://www.robot.md/publications/aibo.pdf [date de consultation : 15 mai 2008] Raj REDDY, 2006: Robotics and Intelligent Systems in Support of Society, dans IEEE Intelligent Systems, Vol. 21, No. 3, p. 24-31, May/June, 2006, IEEE Computer Society. [En ligne] Disponible sur http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=17871696 [date de consultation : 20 mai 2008] Jennifer ROBERTSON, 2007: Robo Sapiens Japanicus, The humanoid robots and the posthuman family, Critical Asian Studies, Vol. 39, No. 3, p. 369-398. Lennart STENBERG, 2004: Government Research and Innovation Policies in Japan, Swedish Institute for Growth Policy Studies. [En ligne] Disponible sur www.innovation.lv/ino2/publications/japan.pdf [date de consultation : 23 août 2008] Ryozo TANAKA, 2006: The Third Science and Technology Basic Plan in Japan, British Embassy, Science and Innovation Section. Nathalie TOURRET, 2008 : Seniors, le travail c’est la santé !, Asia Magazine n°4, Juin-Juillet 2008, p.56-62. James TREVELYAN, 1999: Redefining robotics for the new millennium, International Journal of Robotics Research, Volume 18, N° 12, décembre 1999, p. 1211-1223. Peter UHLENBER, 1992: Population Aging and Social Policy, dans Annual Review of Sociology, Vol. 18, Annual Reviews, p. 449-474. UNESCAP, 2006: Regional Innovation System and Industrial Cluster : Its Concept, Policy Issues and Implementation Strategies, Joung Hae Seo, UNESCAP. Frederik L. SCHODT, 1988: Inside the Robot Kingdom: Japan, Mechatronics, and the Coming Robotopia, Kodansha International, Harper & Row.

Page | 112


United Nations, 2002 : World Population Ageing: 1950-2050, Population Division, United Nations. [En ligne] Disponible sur http://www.un.org/esa/population/publications/worldageing19502050/ [date de consultation : 15 mai 2008] Chikako USUI, 2003 : Japan’s Aging Dilemma?, dans The Demographic Dilemma: Japan’s Aging Society, Asia Program Special Report, No. 107, Janvier 2003, p. 16-21. [En ligne] Disponible sur http://wwics.si.edu/topics/pubs/asiarpt_107.pdf [date de consultation : 22 juillet 2008] Ville d’Osaka, 2007: Robot Technology Osaka, dossier réalisé par l’International Business Promotion Center (IBPC) d’Osaka. [En ligne]. Disponible sur http://www.ibpcosaka.or.jp/investment/e/environment/rto/img/rto2007_pdf_e.pdf [date de consultation : 25 mai 2008] Hideki YAMAWAKI, 2002: The Evolution and Structure of Industrial Clusters in Japan, dans Small Business Economics, Vol. 18(1-3), Springer, p. 121-140. [En ligne]. Disponible sur http://ideas.repec.org/a/kap/sbusec/v18y2002i1-3p121-40.html [date de consultation : 28 mai 2008] Naohiro YASHIRO, 2001: Social implications of demographic change in Japan, conférence « Seismic Shifts: The Economic Impact of Demographic Change », Federal Reserve Bank of Boston. [En ligne] Disponible sur http://bosfed.org/economic/conf/conf46/conf46k.pdf [date de consultation : 3 juillet 2008] Naohiro YASHIRO et alii, 1998: Declining Population and sustained Economic Growth : Can They Coexist ?, dans The American Economic Review, Vol. 88, No. 2, Papers and Proceedings of the Hundred and Tenth Annual Meeting of the American Economic Association, Mai 1998, p. 412-416.

Page | 113


ANNEXES A. Les robots cités dans ce mémoire

Une poupée kamakuri

Une reproduction du Gakutensoku Page | 114

Tetsuwan Atomu, de Tezuka Osamu

Doraemon, de Fujiko Fujio


Wakamaru, de Mitsubishi

Asimo, de Honda

Page | 115

PaPeRo, de NEC

EMA, de Sega


Aïbo, de Sony

Robovie-M, de Vstone

Page | 116

HRP-2, de l’AIST

Paro, de Intelligent Systems Co. Ltd.


Page | 117

L’exosquelette, de Cyberdyne


B. Quelques graphiques informationnels

Source : IBPC Osaka Investment Promotion Center Page | 118

Source : JITEX, 2007


C. Cluster d’Osaka

Page | 119

Source : IBPC Osaka Investment Promotion Center


L'essor de la robotique au Japon