Page 1

“D

N°38

> mars

13

Chronique dévoreur

Trimestriel d’information de la BDS

édito

L

e Conseil général de la Sarthe a lancé en 2012 un projet important pour la poursuite de son action dans le domaine de la lecture publique. L’étude menée ces derniers mois par la Bibliothèque Départementale sur les grands enjeux auxquels les bibliothèques du département devront répondre dans les années à venir, trouve l’ébauche d’une conclusion aujourd’hui. Une première étape, destinée à donner à l’ensemble des acteurs de ce domaine toutes les informations nécessaires pour mesurer la situation des bibliothèques et identifier les axes prioritaires d’intervention, permet de disposer d’un diagnostic détaillé mettant en lumière la situation de la lecture publique à l’échelle départementale. Ce diagnostic donne de multiples pistes qui permettent notamment d’élaborer une cartographie contrastée du département, avec des territoires en position moins favorable et où l’accès aux ressources culturelles par les équipements de lecture publique est rendu plus difficile. Une vaste concertation a été menée en direction des bibliothécaires, des élus du territoire, mais également en direction des différents services du Conseil général de la Sarthe. Elle s’est révélée riche en échanges et a permis de mettre en place les conditions d’un échange constructif. L’ensemble de ce travail aboutira à une première concrétisation dès cette année par l’élaboration d’un rapport d’activité des bibliothèques de la Sarthe. L’étude se poursuit quant à elle par une réflexion sur les modalités d’intervention du Département dans le domaine de la lecture publique pour les années à venir. Jean-Marie GEVEAUX Président du Conseil général de la Sarthe

“c „

actualité « Récréacontes » : du conte… à la création artistique ! L’opération Récréacontes bat son plein en ce printemps 2013. Lancée en septembre dernier, elle est fruit d’un partenariat entre la Bibliothèque Départementale, les services locaux du Ministère de la Jeunesse et des Sports et la Fédération des Foyers Ruraux de la Sarthe. Plus qu’une manifestation événementielle, le projet amène des bibliothécaires, des animateurs de centres de loisirs et parfois des enseignants à se rencontrer pour permettre à des enfants de 6 à 11 ans de s’essayer à la création artistique. Tout part d’un conte duquel vont naître des oeuvres de toutes sortes : créations plastiques ou théâtrales, travail sur des marionnettes… Les idées fusent dans les bibliothèques impliquées ! Le gros « plus » de Récréacontes réside dans la possibilité pour les participants de recourir aux talents d’un accompagnateur professionnel, souvent artiste, pour guider la conduite du projet. Au Lude par exemple, des ateliers de conception d’un livre-accordéon sont menés conjointement par la bibliothèque et la MJC avec des enfants de 6 à 8 ans. A cette occasion,

Valérie Michel, de l’association Livre’s, apporte sa compétence dans la réalisation d’une page sous la forme d’un livre pop-up. à Laigné-en-Belin, en compagnie de Nadia Gypteau, la bibliothèque et le centre de loisirs s’attèlent à la création d’un théâtre de marionnettes dans sa totalité : décor, sons, images et marionnettes ! Dans un autre domaine, c’est un conte musical qui va être présenté à Arnage en lien avec l’école de musique. En tout, une vingtaine de projets sur le département font vivre cette opération visant à favoriser les liens entre des acteurs culturels d’horizons différents. Une journée festive aura lieu le 29 mai prochain à Changé au cours de laquelle les enfants découvriront les réalisations des autres groupes. Cette journée « départementale » semble avoir fait des petits puisque des rencontres à l’initiative des participants auront lieu aux quatre coins de la Sarthe, notamment à Laigné-en-Belin et sur le réseau Aune-et-Loir. Au printemps cette année, sur les bibliothèques du réseau, on tient conte de l’art !


“c „ En réseau Oizé rejoint Calligramme

chronique du dévoreur

2

Avec Oizé, c’est une septième bibliothèque qui intègre le réseau Calligramme implanté sur le canton de Pontvallain, qui compte neuf communes en tout. Château-l’Hermitage et La Fontaine Saint-Martin travaillant en étroite collaboration avec Requeil, c’est finalement un maillage complet à l’échelle d’un canton qui voit le jour. Oizé, après un travail sur les collections, a déjà pu compter sur la solidarité du réseau pour l’aider dans sa réinformatisation. En effet, Micheline Favre et son équipe ont apprécié l’appui d’autres bénévoles du réseau et du bibliothécaire intercommunal, Nicolas Morin, qui après un premier contrat de 6 mois, a été recruté comme adjoint du patrimoine par la communauté de communes depuis le 1er janvier 2013.

Inauguration de nouveaux points-musique Les points-musique fleurissent en Sarthe ! Trois bibliothèques dont deux issues du réseau Calligramme ont fait le choix d’enrichir leurs collections avec un fond musical. Hélène Garnier, responsable de la bibliothèque de Savigné-l’Evêque, voit l’aboutissement d’un projet qui lui tenait particulièrement à cœur.

Point-musique de Savigné l’évêque

Du nouveau dans le réseau !

Hélène Deschère

L’équipe de la médiathèque « Les Mots Passants » de La Suze-sur-Sarthe peut aujourd’hui compter sur la présence d’Hélène Deschère, qui assure depuis quelques semaines la direction de cet établissement. Elle arrive de la Communauté de communes du Saosnois où elle assurait depuis plusieurs mois un remplacement dans le réseau intercommunal des bibliothèques.

Inscriptions en ligne L’équipe de Oizé rejoint Calligramme

Oizé bénéficie donc désormais de la dynamique mise en œuvre sur le territoire. En plus des fonds propres des bibliothèques, 15 000 documents de la bibliothèque départementale irriguent le réseau. En s’ouvrant à Calligramme, le nouvel arrivant accède à de nombreux services, comme la gestion technique et logistique assurée dorénavant par le bibliothécaire intercommunal, et peut participer à des animations comme celles à destination des bébés lecteurs. C’est aussi l’opportunité de partenariats avec les autres bibliothèques du réseau permettant la naissance de projets à l’échelle du canton.

Les bibliothèques de Mansigné et Saint-Jean-de-la-Motte, membres du réseau Calligramme inaugurent également ce nouveau service. Elles rejoignent ainsi la médiathèque de Cérans-Foulletourte, qui dispose déjà d’une discothèque de 3 000 CD. Elles assurent un meilleur maillage du réseau et facilitent les échanges et renouvellements des fonds musicaux. La bibliothèque de Saint-Jean-de-la-Motte, tout juste installée dans ses nouveaux locaux entièrement rénovés, a profité de l’occasion pour devenir une médiathèque d’autant plus attractive.

Au sein du réseau de bibliothèques de Brette-les-Pins, Parigné L’Evêque, St-Mars d’Outillé, la bibliothèque de Saint Mars d’Outillé propose deux animations régulières pour les plus jeunes : «Bébé bouquine» et «Rendez-vous conte». Pour participer à ces accueils-lectures, il est possible de s’inscrire directement sur le site Internet de la bibliothèque via un formulaire très simple à remplir. Cette fonctionnalité existe depuis peu. Mais les assistantes maternelles et les parents ont vite compris son fonctionnement. Ils apprécient de pouvoir s’inscrire à n’importe quelle heure et au dernier moment, de retrouver les dates et heures des animations. Plus d’infos sur www.stmarsdoutille.fr


Accent sur Babelthèque : Babelio pour les bibliothèques…

Vous avez dit catalogue enrichi ? Il s’agit d’un catalogue qui propose, en sus des données classiques sur les documents (titre, auteur, interprète, résumé), une panoplie d’informations complémentaires. Par exemple, des biographies, des extraits musicaux, des liens vers des sites Internet d’écoute ou de vidéo, des avis de lecteurs, des recommandations du type «si vous aimez ce livre, vous aimerez peut-être aussi...».

Babelthèque c’est pour les bibliothèques Alors que de plus en plus d’informations sont disponibles sur Internet, les catalogues en ligne des bibliothèques s’enrichissent de contenus, se transformant petit à petit en lieux de recherche où l’usager-internaute-lecteur peut trouver une mine de renseignements. Le service Babelthèque, issu du site Babelio.com, en est une bonne illustration. Il sera bientôt disponible sur le site de la BDS.

Babelio, quézako ?

Grâce au webservice Babelthèque, les bibliothèques, et aujourd’hui la BDS, intègrent les contenus produits par les membres de la communauté Babelio.com dans leurs catalogues. Principales fonctionnalités : • En consultant la notice d’un livre, on peut lire le résumé, une biographie de l’auteur, des critiques des membres de Babelio, regarder des vidéos ou accéder à des informations concernant le titre ou l’auteur recherché. • On peut également donner son avis sur le livre en cliquant sur un bouton «ajouter une critique» puis en écrivant un commentaire. Cela sans qu’il soit nécessaire de s’identifier. Le commentaire apparaîtra alors sur les catalogues en ligne des bibliothèques ayant souscrit à ce service, mais pas sur le site Babelio (pour contribuer sur Babelio il faut créer gratuitement son propre compte sur le site Babelio.com).

Lancé en janvier 2007, Babelio donne à chacun la possibilité de créer sa bibliothèque virtuelle et de partager ses lectures. Tous les internautes peuvent consulter le site et profiter des critiques mises en ligne. Ils peuvent aussi participer à la vie de cette communauté de lecteurs et ajouter des commentaires ou des citations, noter des livres aimés . Babelio est un réseau social ; à ce titre, on peut y nouer des liens avec des personnes partageant ses goûts littéraires. En 5 ans d’existence, c’est même devenu la 1ère communauté de lecteurs. Succès aidant, Babelio a étoffé son offre de service. Le visiteur peut ainsi consulter des interviews d’auteurs ou les vidéos littéraires de l’INA (Institut national de l’audiovisuel), profiter des podcasts d’émissions littéraires, lire des critiques de la presse et des extraits de romans ou de BD... Enfin Babelio propose un service d’enrichissement de notices pour les catalogues des bibliothèques.

• Babelthèque rapproche les contenus relatifs aux différentes éditions d’une même oeuvre. Par exemple : si la bibliothèque possède une édition de 1995 de Moby Dick, Babelthèque fera apparaître sur la notice les critiques relatives aux 15 éditions de Moby Dick référencées dans la base de Babelio. • Un outil de recommandations s’intègre sur les notices au sein du catalogue en ligne : « Si vous avez aimé ce livre, peut-être aimerez-vous ceux-ci ».

Paroles de babeliomaniaques Magali Conéjéro alias « LiliGalipette », membre de la communauté Babélio depuis 2009. « Ce qui me plaît, c’est la possibilité de trouver des lecteurs qui partagent mes goûts, mais également de m’aventurer dans des sphères littéraires que je connais moins. Je me suis mise à la SF et je lis les avis des lecteurs spécialistes du genre. Je visite mon fil d’actualité tous les jours. Je suis une grosse lectrice et je me tiens à jour dans mes critiques, j’en poste plusieurs par semaine ! Je passe aussi beaucoup de temps sur le forum : il y a plein de choses à y faire, comme des challenges de lecture ou des jeux littéraires. Et puis les quiz : j’en crée plusieurs par semaine et je me régale à répondre à ceux concoctés par les autres joueurs ! Par ailleurs, quand je suis indécise devant un livre, le seul avis du bibliothécaire n’est pas toujours suffisant. Alors, la babelthèque est une mine d’or pour avoir des avis d’autres lecteurs ! »

3

Pascal Krajewski, responsable du service « Gestion et développement informatiques » à la BM de Toulouse. Il a participé à la création et à l’élaboration de l’offre Babelthèque pour les bibliothèques, en partenariat avec Babelio. Logiquement, la BM de Toulouse a été la médiathèque pilote du projet, lancé en 2009. Après 3 ans d’expérimentation, premier retour via son blog** : « Le principal intérêt de l’installation de Babelthèque au sein de la BM de Toulouse réside dans l’enrichissement des notices, le catalogue en ligne étant par nature un lieu de consultation plus que de participation. Franchement, je trouve que c’est une super offre, parce qu’ils ont (Babélio) un réseau social très riche et très actif. Il faut s’appuyer sur les plateformes qui possèdent le contenu et participer, dans la mesure de nos moyens, à leur enrichissement ». Un avis partagé par Jérôme Pouchol de la MIOP, pour qui Babelthèque est un formidable outil de mutualisation des contenus et qui affirme que ces nouveaux services sont très appréciés des usagers de la MIOP (Médiathèque intercommunale Ouest Provence). **Sources :

Pour découvrir en détails Babelio.com, ses contenus et son blog d’actualité littéraire : www.babelio.com

http://bibliotheque20.wordpress.com/2011/10/27/ quelques-retours-sur-babeltheque/ http://bibliotheque20.wordpress.com/tag/themebabeltheque/

http://mondedulivre.hypotheses.org/477

La Chronique du Dévoreur - N°38 - Trimestriel d’information de la BDS


“c „ Le Promenoir, médiathèque de la Suze-surSarthe

ENCART chronique du dévoreur

4

Les bibliothèques fêtent le Printemps des Poètes Les amis des printemps poètiques

L’association « Les Amis des Printemps Poétiques », installée à La Suze-surSarthe, mène depuis de nombreuses années des actions de promotion et de diffusion autour des ressources Poésie. Elle développe des partenariats, en direction notamment des établissements scolaires, par le biais du « Festival des Printemps Poétiques » organisé autour d’un thème tous les deux ans, et des « Rencontres Plurielles » organisées en alternance tous les deux ans. Un « Salon des livres de poésie et de ceux qui les font » est également proposé régulièrement depuis quelques années. Constituée autour d’un noyau dur de plusieurs bénévoles militants, elle s’est donnée pour mission de promouvoir l’image d’une poésie accessible à tous. Le travail mené par l’association, et le soutien marqué de la commune de La Suze-sur-Sarthe, a été récemment reconnu par l’association « Le Printemps des Poètes » grâce au label « Village en poésie ». Ce label distingue les différentes actions menées sur la commune autour de la poésie. Un parcours poétique a ainsi été récemment constitué sur le territoire de la commune et permet de découvrir au détour des chemins dix balises poétiques régulièrement renouvelées. 4 kilomètres qui permettent de s’oxygéner le corps… et l’esprit !

à la découverte du « Promenoir », centre de ressources poésie Fruit d’un partenariat conclu entre le Conseil général de la Sarthe, la ville de La Suze-sur-Sarthe, l’association « les Amis des Printemps poétiques » et l’Inspection Académique, une convention de coopération pour le développement d’un centre ressources sur la poésie a été signée dès 2008. Elle permet de mettre en valeur et de favoriser la diffusion des ressources Poésie des « Amis des Printemps Poétiques » et notamment le Promenoir, bibliothèque de poésie contemporaine, référence en la matière dans le département. Riche de près de 3 500 ouvrages de poésie contemporaine, le Promenoir s’enrichit régulièrement des acquisitions faites par l’association mais également des dons des éditeurs, qui reconnaissent par ce geste le long travail de promotion et de diffusion de ce genre souvent méconnu. La construction récente de la médiathèque de la Suze-surSarthe a été l’occasion de mettre en valeur les ouvrages proposés, grâce à une présentation audacieuse et particulièrement réussie. L’ensemble des notices bibliographiques est disponible par l’intermédiaire du catalogue de la médiathèque municipale « Les Mots Passants » (lasuze.c3rb.org). Les ouvrages sont accessibles aux usagers de la médiathèque, aux adhérents de l’association mais également à l’ensemble des bibliothèques du département qui peuvent

profiter des ressources mises à disposition et des coups de cœur proposés par les membres de l’association. Les documents demandés transitent alors, comme pour les réservations effectuées auprès de la BDS, par la navette documentaire. Au-delà de cette proposition documentaire, l’association suzeraine mène un travail important d’animation du Promenoir, afin de le faire connaître au plus grand nombre. Ce travail est mené en collaboration avec l’équipe de la médiathèque municipale et se traduit notamment par les rendez-vous « Vendredi, c’est poésie ! ». Une publication annuelle intitulée « La lettre du Promenoir » existe également. Elle permet de découvrir des bibliographies thématiques, des dossiers pédagogiques, les nouveautés du Promenoir... Une action à découvrir sur le site des « Amis des Printemps Poétiques » : printempspoetique.org, et sur « la toile de l’un », le site d’Alain Boudet, fondateur de l’association : latoiledelun.c.la


à l’occasion du Printemps des Poètes 2013, la Bibliothèque Départementale est à l’initiative de la création d’une lecture originale intitulée « Goûter la poésie », à partir de textes puisés dans le fonds de poésie contemporaine du Promenoir. Rencontre avec la comédienne Annick Augis, créatrice du spectacle, metteur en scène et fondatrice de la compagnie Prospero Théâtre. Prospero Théâtre, qu’est-ce que c’est ? Prospero est une compagnie qui travaille autour de la lecture depuis déjà une dizaine d’années. Le projet a pris forme au centre culturel des Saulnières du Mans à son ouverture. Nous travaillons sur la création de lectures que nous allons jouer dans divers lieux et manifestations (lieux culturels, chez l’habitant, en balades,...). Le Printemps des poètes, c’est une manifestation qui compte pour vous ? C’est une belle initiative, qui a pris corps dans le milieu enseignant dans un premier temps et qui s’est propagée un peu partout grâce à l’action de Jean-Pierre Siméon, son directeur artistique. La poésie demeure une forme d’expression très vivante et très diversifiée qui reste trop souvent confidentielle. Le Printemps est donc un bon moyen de faire découvrir la poésie contemporaine à tous les publics, petits ou grands, une action qui s’inscrit dans le mouvement d’éducation populaire, et l’occasion de créer du lien. Grâce au site Internet, toutes les animations proposées en France y sont relayées, quelle que soit leur ampleur. On ne peut que s’inquiéter de voir que cette manifestation unique paraît aujourd’hui menacée. Pouvez-vous nous présenter le spectacle « Goûter la poésie » ? Quelle est sa particularité ?

Pour « Goûter la poésie », nous avons invité des plasticiens à s’associer au projet, arts plastiques et poésie nous paraissant relever d’une créativité très proche. Le spectacle se veut avant tout vivant. Notre désir est de faire partager au public le plaisir que nous-mêmes prenons à concevoir et préparer ce spectacle pas à pas. Comment avez-vous découvert le Promenoir ? C’était à l’occasion d’une formation sur « l’arbre à poèmes ». J’ai alors découvert ce fonds, très riche et souvent méconnu. C’est tout naturellement qu’est venue la volonté de participer à faire vivre cet endroit. Et puis découvrir la poésie en la disant, c’est vraiment important, y compris pour les bibliothécaires.

Qu’y a-t-il de particulier à jouer en bibliothèque justement ? C’est un lieu vraiment privilégié pour la lecture à voix haute. On ne se l’approprie pas suffisamment. Il est pourtant nécessaire que ce soit un lieu vivant. Il y a là une dimension de proximité que nous expérimentons par ailleurs en allant jouer un peu partout, chez l’habitant notamment. C’est fondamental pour nous de favoriser le plaisir d’écouter lire les autres. Les gens sont sensibles à cela. Il y a une perte de l’oralité chez les adultes. C’est précieux de pouvoir la retrouver à travers des lectures par exemple !

La volonté de départ était la création d’une lecture à partir de textes du Promenoir. Nous y avons ajouté des choix personnels, qui s’inscrivent dans le thème retenu cette année par le Printemps des Poètes : « Les voix du poème ». Les lectures du Prospero Théâtre sont toujours des lectures à plusieurs voix. La choralité nous permet de mettre en évidence et en jeu la variété des écritures. Par ailleurs la musique accompagne toutes nos créations ; elle enrichit et soutient les voix parlées.

La compagnie Prospero Théâtre

La Chronique du Dévoreur - N°38 - Trimestriel d’information de la BDS

5


à dévorer Pouvoir des fleurs… Elles annoncent le printemps plus sûrement qu’une hirondelle. De «fleur de nave» à «fleur de bitume» en passant par «la fleur au fusil» ou «fleur de sel», elles s’accommodent de tout, se mettent à toute les sauces, et même à Tchernobyl refleurissent. «Le pouvoir des fleurs» est infini ! Petit florilège (de florilegus : qui choisit les fleurs).

chronique du dévoreur

6

Franck vous conseille :

Violaine a aimé :

Thierry est fan :

« Le jardinier aux fleurs »

« La grosse graine : histoire sans paroles »

«Cheap Thrills».

Michel Caffier : Presses de la Cité, 2009

De 1840 à 1910, Le Jardinier aux fleurs de verre relate, à travers l’histoire d’une belle amitié, la merveilleuse épopée de l’école de Nancy, mouvement artistique initié par Emile Gallé. Avec le talent qu’on lui connaît, Michel Caffier nous raconte une formidable rencontre, riche en création et en inspiration. Celle de Fritz Muller, jardinier amoureux des fleurs, et d’Emile Gallé, le célèbre artiste instigateur d’un art nouveau. Le premier cultive des fleurs que le second étudie, horticulteur méthodique et rêveur invétéré. Grâce à Emile Gallé, Fritz côtoie les membres prestigieux de l’école de Nancy : Majorelle, l’ébéniste, les frères Daum, verriers, Prouvé, le décorateur. Nous est également contée l’histoire de leurs familles, de leur descendance aux passions différentes. Sous la plume d’un passionné de la Lorraine revit une époque fabuleuse où Nancy brillait par ses artistes à la renommée internationale et par un art de vivre exceptionnel. Une fascinante plongée dans l’histoire de cette région.

Janis Joplin, 1968

Arthur Geisert : Ed. Autrement, 2010

Une mystérieuse graine atterrit sur une petite île rocheuse peuplée de cochons. Cette graine tombée du ciel attire toute l’attention des habitants, qui la plantent et s’en occupent soigneusement. Bientôt, un pissenlit sort de terre. Mauvaise herbe pour certains, celle-ci va vite se révéler salvatrice pour les insulaires. En effet, le volcan de l’île, en éruption, crache une lave meurtrière sur le village et le pissenlit, grâce à ses graines, offre un secours aux habitants. Chacun enfourche une graine et se laisse porter par le vent jusqu’à une île plus sereine. Cet album, issu d’une collection d’ouvrages sans texte, met en valeur les gravures d’Arthur Geisert. La narration, portée par les seules illustrations, est fluide et ô combien chargée d’émotion. Elle met en valeur la connivence parfaite entre des personnages ingénieux et un pissenlit au « pouvoir » insoupçonné. Un album touchant, aussi touchant que le respect témoigné par les petits cochons à l’égard de la plante.

Stéphanie vous recommande :

« Le ginkgo, le plus vieil arbre du monde »

Alain Serres ; illustrations Zaü : Rue du Monde, 2011

Célèbre chanteuse et icône du « flower power» et du « club des 27 », Janis Joplin nous a offert peu d’albums dans sa courte carrière. Cet album, emblématique de la contre-culture américaine dans les années 60, reste marquant, à commencer par la pochette dessinée par Robert Crumb. Avec sa voix éraillée et bluesy si caractéristique, Janis distille un blues rock psychédélique représentatif de la musique de l’époque. Elle écumera les grands festivals du moment (Monterey, Woodstock…), changera 3 fois de groupe avant de succomber à une overdose en 1970 après à peine 5 ans de carrière et 4 albums. Son œuvre est intemporelle ! Ecoutez ou ré-écoutez les chansons de cette incontournable chanteuse de la culture hippie, et particulièrement ses interprétations de « Summertime», «Ball and Chain» ou «Mercedes Benz » Un vrai disque dans l’esprit «Sex, Drugs & rock’n roll » ! J’en ai encore les poils qui se dressent sur les bras quand j’entends sa voix et la force de sa présence !

Dans notre système de référence, une fleur a un pistil bien jaune, des sépales et des pétales colorés. J’ai choisi cet ouvrage pour vous emmener à la rencontre d’un arbre dont les fleurs sont méconnues car ses inflorescences « archaïques » sont nues, peu colorées, petites et différentes entre les pieds femelles et mâles… des spécificités biologiques qui font de cet arbre un ordre végétal à lui tout seul. Ce documentaire sur un fossile vivant, « l’arbre aux 1000 écus », est une jolie alchimie entre les textes d’Alain Serres et les illustrations de Zaü qui nous entraînent dans la culture asiatique et toute la symbolique de puissance associée au Ginkgo Biloba. Emblème de la ville de Tokyo, source d’inspiration pour les artistes, cet arbre qui a précédé les dinosaures possède des vertus médicinales, des amandes comestibles et résiste à tout, y compris la bombe atomique. Presque immortel, le ginkgo ne craint que l’homme ou les aléas telluriques et climatiques qui le menacent… Alors découvrez l’histoire du plus vieil arbre du monde et pourquoi il fascine tant d’hommes.


“c „

Connaître

La future médiathèque Jean d’Ormesson

La Ferté-Bernard : Travaux en cours ! Florence a savouré :

« Le goût des fleurs »

Thierry Thorens : Actes Sud, 2009

Le premier coup de truelle a été donné ! Depuis le 23 janvier dernier, la construction de la future médiathèque « Jean d’Ormesson » de La Ferté-Bernard est officiellement lancée. Près de 1000 m² dédiés à la lecture publique, au service des Fertois et bien au-delà. En attendant l’ouverture de ce nouvel équipement prévue début 2014, entretien avec Roselyne Dreux, responsable de l’équipe et en pleine préparation de l’heureux événement… Pouvez-vous présenter l’équipe de la bibliothèque ?

Plus de 300 recettes à base de fleurs sauvages ou cultivées dans les jardins. Voilà ce que recèle le livre de Thierry Thorens, qui promeut une cuisine inventive, esthétique et surtout savoureuse. L’originalité dans vos verres ou dans vos assiettes sans risque d’intoxication : la promesse est tenue pour ces idées de recette, des entrées aux desserts en passant par les boissons. L’auteur vous invite à aller cueillir des fleurs avec, à la clé, conseils et explications détaillées pour les préparer. Filets de julienne à la crème de poireaux et de camomille, vinaigrette à la rose et aux noisettes, sabayon aux fleurs de tilleul ou limonade de pissenlits... De quoi faire palpiter vos papilles !

le projet ? Nous avons été sollicités dès le départ pour la réalisation du cahier des charges ; nous avons pu exprimer nos envies et imaginer notre lieu de travail idéal ! Une fois l’architecte choisi, nous avons été associés aux réunions de travail. Il faut une grande disponibilité pour participer à ces temps d’échanges très importants et cela peut être difficile d’associer toute l’équipe, car pendant ce temps-là, la vie de la bibliothèque continue fort heureusement ! On essaie aussi de concilier les souhaits de l’architecte et nos besoins fonctionnels ; cela peut être un peu compliqué mais on y arrive et l’expérience est riche. Comment se passe le travail préparatoire ?

«L’équipe de La Ferté-Bernard»

Nous sommes actuellement 6 personnes, soit 5 équivalents temps plein. Si nous participons tous à l’ensemble des tâches de la bibliothèque, chacun a sa spécialité propre : un agent est responsable des animations, un autre est plutôt chargé du multimédia. Nous attendons une septième personne qui devrait s’occuper du développement des ressources numériques. Et puis il y a deux personnes sur la ludothèque, 200 m² pour le jeu, installés à l’étage. Un éclairage sur l’avancement du projet… La première pierre a été posée en janvier et on distingue déjà les contours du bâtiment. Le plancher devrait être posé ce mois-ci et l’ensemble accessible pour le mois de septembre. Ensuite, il faudra tout aménager à l’automne pour une ouverture au public dans de bonnes conditions début 2014.

Depuis 2010, nous avons rafraîchi largement nos rayonnages et défini des grandes orientations. Une ambition forte pour la bande dessinée et une priorité donnée à la jeunesse bien sûr. Dans le même temps, une réflexion sur les ressources numériques est entamée. Nous voulons une offre qui permette la venue du public dans toute sa diversité, une bibliothèque du loisir, où chacun se sente à l’aise. Sur les animations, nous mettons un peu le frein jusqu’à l’ouverture car il faut s’occuper de la réinformatisation notamment, mais nous travaillons à un programme qui favorise la venue de nombreux publics et en particulier les personnes traditionnellement éloignées du livre. Nous aimerions bien développer des partenariats avec la maison de retraite, le CCAS ou encore les crèches par exemple. Quel est le sentiment général de l’équipe par rapport à ce nouveau projet ? Quand on regarde la somme de choses à faire d’ici à la fin de l’année, on a parfois l’impression qu’on ne va jamais y arriver ! En même temps, nous sommes conscients qu’il s’agit d’une expérience que l’on ne vit pas souvent dans une carrière de bibliothécaire. Est-ce que le projet va plaire au public ? Est-ce que la population va s’approprier le lieu ? Des tas de questions se posent. Malgré tout, participer à l’ouverture d’une bibliothèque comporte un côté excitant et au final il y a pas mal d’impatience !

Comment l’équipe a-t-elle été associée à la réflexion sur

La Chronique du Dévoreur - N°38 - Trimestriel d’information de la BDS

7


brèves

Retour de la TVA à 5,5 % Depuis janvier 2012, la TVA sur les livres était passée de 5.5 % à 7 %. Retour en arrière depuis juillet dernier. Le taux de TVA revient donc à 5,5 %. Cette mesure est applicable depuis le 1er janvier 2013.

Prix des Lecteurs : lancement des rencontres avec les auteurs

Des liseuses en bibliothèque Les liseuses numériques : comment ça marche … ? Cette année, la BDS propose deux sessions d’information sur les nouveaux supports de lecture. Le 12 mars à Noyen-sur-Sarthe et le 19 mars à Fresnay-sur-Sarthe, venez découvrir liseuses et tablettes numériques : comment on les manipule ? Quels sont leurs avantages ? Que peut-on offrir en bibliothèque et avec quelles contraintes ? Ces deux rendezvous ont pour objectifs de répondre à vos questions pratiques et de vous aider à renseigner les usagers sur cette évolution importante que représente le livre numérique. à l’issue des présentations, des liseuses seront remises aux bibliothèques volontaires pour expérimenter le prêt auprès de leur équipe et du public. Nous nous reverrons ensuite en novembre pour échanger sur cette expérience et peut-être la développer.

« Prix de la Sarthe 2012 » Le « Prix de la Sarthe » édition 2012 a été remis au mois de décembre dernier lors de la séance plénière de l’Académie du Maine, qui était organisée au Musée des 24 Heures – Circuit de la Sarthe. Le jury de cette opération, composé de conseillers généraux et de membres de l’Académie du Maine, a décidé de décerner le prix à Gérard Bollée et Michel Bonté pour leur ouvrage « Il était une fois les Bollée, hommes de légende », paru aux éditions Le Mans Racing. Un ouvrage idéal pour plonger dans l’histoire du patrimoine industriel du département.

chronique du dévoreur

8

Depuis le début du mois de février, les rencontres entre lecteurs et auteurs de la sélection ont débuté. Ainsi, jusqu’au mois d’avril, 9 écrivains vont se succéder dans les bibliothèques et collèges du département qui participent à l’opération. Parmi eux, le futur lauréat 2013… que l’on découvrira lors de la remise du Prix à l’Espal le 22 mai prochain. à cette occasion, le spectacle « Oh, Boy », adapté du livre de Marie-Aude Murail sera présenté spécialement pour les lecteurs du Prix. Toutes les infos sur la Page Facebook : Prix des lecteurs Le Mans Sarthe.

Plus d’infos sur le site www.bds.cg.fr rubrique formation.

LES MARCHES PUBLICS

Statistiques annuelles des bibliothèques

Vous êtes responsable d’une bibliothèque et vous procédez à des acquisitions d’ouvrages, la B.D.S. vous propose une aide pour vous accompagner dans vos démarches d’acquisition tout en respectant la réglementation fixée par le code des marchés publics. Vous trouverez un nouveau document sur notre site, rubrique boîte à outils. De plus, vous pouvez contacter, Marie-France PLOUY, qui se déplace sur rendez-vous pour vous conseiller dans vos démarches et rédaction du cahier des charges et peut sur inscription vous proposer une formation.

La saisie des statistiques annuelles des bibliothèques du département a démarré le 10 janvier et se poursuivra jusqu’au 31 mars prochain. Comme les années précédentes, ce travail est désormais complètement dématérialisé, grâce à une application informatique développée en partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication. Un travail qui trouve désormais une première concrétisation par la valorisation des données récoltées sur le site de l’Observatoire de la lecture publique. www.observatoirelecturepublique.fr

Directeur de publication : Jean-Marie Geveaux Bulletin trimestriel d’information pensé et rédigé par les agents de La Bibliothèque Départementale de la Sarthe en lien avec les bibliothécaires du réseau de la lecture publique 41 rue de Bellevue - 72000 Le mans Tél. 02 43 54 11 70 - Fax. 02 43 54 11 79 www.bds.cg72.fr Email : bds@cg72.fr

Graphisme et mise en page : Agence Cj.com Le Mans 02 43 52 12 00 - www.cj.com.fr Imprimé par Imprimerie Berger ISSN : 1964-9029

La Chronique du dévoreur n°38  

le Conseil général de la Sarthe a lancé en 2012 un projet important pour la poursuite de son action dans le domaine de la lecture publique.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you