Page 1

Utilisation de sperme de donneur pour un traitement de fertilité

Madame, Monsieur, Vous vous êtes adressés à nous afin de recourir à du sperme de donneur en vue d’une grossesse par insémination artificielle ou fécondation in vitro. Vous avez au préalable eu un entretien avec le gynécologue responsable et le psychologue afin de discuter de tous les aspects du traitement. L’équipe a ensuite consenti à l’utilisation de sperme de donneur pour le traitement de fertilité. Nous vous demandons de prêter attention aux informations suivantes avant de signer la déclaration correspondante. Le sperme provient de donneurs sélectionnés ou d’une banque du sperme externe répondant au minimum à des garanties de sécurité identiques à celles de notre hôpital. Les stocks de sperme de donneur sont conservés à l’Hôpital universitaire de Gand. L’Hôpital Sint-Lucas veille à disposer du sperme au moment où le traitement doit se dérouler et assure le transport requis à cet effet.

Comment les donneurs adéquats sont-ils sélectionnés ? La plupart des donneurs de notre Centre sont des étudiants qui ont tous répondu volontairement à notre demande de candidats-donneurs. Les raisons à la base de ces dons de sperme sont principalement liées au fait que les donneurs se sentent concernés et souhaitent aider les personnes qui ont des problèmes de fertilité. Ils savent que leur sperme peut être utilisé pour traiter des problèmes de fertilité dans le cadre d’une relation homme/femme ou femme/femme, ou chez des femmes célibataires désireuses d’avoir un enfant. L’indemnité versée pour leur échantillon ne constitue pas le premier motif du don, cette rémunération étant intentionnellement maintenue à un niveau peu élevé (argent visant à rémunérer l’effort accompli, mais non à « payer » un échantillon de sperme). Les candidats doivent en outre suivre une procédure de sélection avant d’être acceptés comme donneurs et d’obtenir une indemnisation proprement dite. Le don de sperme n’est donc en aucun cas une façon rapide de gagner de l’argent. Lorsqu’un candidat envisage de devenir donneur, il reçoit d’abord une brochure d’information et est invité à fournir un échantillon de sperme. Si cet échantillon présente une qualité suffisante, le candidat est appelé en vue d’une évaluation ultérieure. Il doit ensuite subir un examen clinique réalisé par un spécialiste (urologue), au cours duquel ses antécédents médicaux familiaux et personnels seront également abordés. Nous veillons spécialement à exclure les facteurs de risque associés à des maladies sexuellement transmissibles. Une analyse sanguine est réalisée afin d’exclure un certain nombre de maladies infectieuses (hépatite B, hépatite C, CMV, VIH et syphilis) et un test urinaire est effectué pour détecter la présence potentielle de chlamydias. Nous procédons par ailleurs à une analyse génétique (analyse chromosomique).


Ces examens sont suivis d’une évaluation par le psychologue ou conseiller, qui porte sur la motivation du donneur et peut inclure un test psychologique visant à détecter les troubles de la personnalité éventuels. Un donneur ne peut être accepté et commencer à fournir régulièrement un certain nombre d’échantillons de sperme que lorsque toutes ces analyses ont abouti à des résultats normaux. Après avoir été examinés, les échantillons sont ensuite congelés et conservés pendant six mois. Après six mois, un nouveau prélèvement sanguin est effectué pour l’exécution des analyses susmentionnées. Si les résultats sont positifs, les échantillons peuvent alors être validés et utilisés : au terme de cette période, on peut en effet avoir la certitude presque totale que les échantillons ne sont pas contaminés par les virus testés.

Dans quelle mesure l’anonymat du don de sperme est-il respecté ?

Notre Centre collabore en règle générale avec des donneurs anonymes. Selon la législation belge applicable, on entend par « donneur anonyme » tout donneur dont l’identité n’est pas et ne sera jamais communiquée au receveur. Aucune personne physique ou morale ni autorité ne peut rechercher ou exiger l’identité du donneur. Seule la banque du sperme est exceptionnellement habilitée, pour des raisons médicales/ génétiques, à rechercher – pendant une période de 30 ans – la trace du donneur concerné et à l’inviter à se soumettre à un examen médical ciblé (sans pour autant révéler son identité au receveur). L’enfant n’aura donc pas la possibilité de connaître ultérieurement son père biologique. S’il s’agit d’une situation souhaitable pour certaines familles, cela peut aussi constituer un

inconvénient pour d’autres. Ces critères ont cependant été fixés avec les donneurs et représentent pour beaucoup d’entre eux une condition essentielle pour consentir à un don de sperme. La signature de la déclaration de consentement implique que les futurs parents s’engagent à libérer le Centre de fertilité de l’Hôpital Sint-Lucas et les médecins qui y travaillent de toute responsabilité et/ou plainte susceptibles de résulter de l’impossibilité de communiquer les données d’identification personnelle du donneur. Nous pouvons exceptionnellement recourir à des donneurs de sperme connus. Dans ce cas, le donneur et le receveur connaissent leur identité mutuelle au moment du don. Cela peut notamment se produire lorsque des couples lesbiens fournissent eux-mêmes un donneur de sperme. Le candidat doit cependant suivre l’ensemble de la procédure de sélection, tout comme un donneur anonyme (la procédure dure six mois à un an).

Sur la base de quelles caractéristiques le donneur peut-il être sélectionné ? Un certain nombre de caractéristiques des donneurs peuvent être prises en compte, ce qui permet de faire correspondre dans la mesure la plus large possible ces caractéristiques et celles du partenaire qui ne produit pas de spermatozoïdes ou, au sein d’un couple lesbien, celles de l’une des deux partenaires. Il s’agit des critères suivants :  Couleur de peau  Couleur des cheveux  Couleur des yeux  Taille  Constitution  Groupe sanguin Pour les types moins courants (par exemple ethnie différente),


nous utilisons généralement du sperme de donneur provenant d’une banque du sperme (internationale) externe. Des tarifs différents sont applicables à cet égard. Après que les préférences éventuelles ont été communiquées à la banque du sperme, cette dernière sélectionne un donneur approprié dans son stock disponible. En raison du manque de donneurs disponibles, il n’est pas toujours possible d’obtenir un donneur correspondant parfaitement. Nous ne pouvons donner aucune garantie en ce qui concerne certaines caractéristiques spécifiques. Même en cas de correspondance parfaite, il est impossible de garantir avec certitude le type de caractéristiques futures de l’enfant.

Une grossesse se déroule-t-elle différemment après une insémination de sperme de donneur ?

Quelles sont les probabilités de grossesse ?

Le nombre de grossesses générées par un donneur spécifique dans la même région est limité afin de prévenir tout risque que des demi-frères et demi-sœurs s’engagent dans une relation sans connaître leur lien de parenté. Conformément à la législation applicable, nous pouvons répondre au désir d’enfant d’un nombre maximal de six femmes belges avec le sperme d’un même donneur (plusieurs grossesses par familles sont toutefois envisageables). Si, au sein d’un couple lesbien, l’autre partenaire souhaite tomber enceinte, cela n’est possible qu’avec le sperme du même donneur lorsque six femmes ne sont pas encore tombées enceintes avec le sperme de ce donneur.

Les probabilités de grossesse par cycle d’insémination s’élèvent à environ 15 %. Ce pourcentage un peu plus bas que les probabilités de grossesse spontanée chez un couple n’ayant pas de problème de fertilité (20 %) s’explique principalement par le fait que le sperme de donneur est congelé. La congélation entraîne immanquablement une diminution de la qualité du sperme, ce qui se traduit par une perte de mobilité des spermatozoïdes après la décongélation et, en fin de compte, par une probabilité de grossesse inférieure à ce que l’on pourrait théoriquement escompter. Il importe donc de comprendre que plusieurs tentatives peuvent parfois s’avérer nécessaires avant l’apparition d’une grossesse. En cas d’échecs répétés d’inséminations dans le cadre des cycles naturels, une stimulation hormonale complémentaire peut éventuellement être envisagée. Si une grossesse ne survient pas malgré la stimulation hormonale, il reste possible de recourir à une FIV avec sperme de donneur. En général, cela n’est heureusement pas nécessaire et une grossesse peut être assurée par une méthode plus simple, mais il faut parfois se montrer patient.

Il n’y a aucune différence entre une grossesse spontanée et une grossesse après insémination de sperme de donneur. Cela signifie que vous présentez les mêmes probabilités de grossesse sans perturbation, ainsi que les mêmes risques de fausse couche ou de troubles congénitaux chez l’enfant. L’utilisation de sperme de donneur n’a aucune incidence à cet égard, dans un sens positif ou négatif.

Combien de grossesses un même donneur peut-il générer ?

Puis-je obtenir le sperme du même donneur pour une grossesse ultérieure ? C’est possible. Un donneur peut cependant décider à tout moment d’interrompre ses dons et nous ne pouvons en conséquence jamais garantir qu’un donneur sera encore « actif » à l’avenir. Nous vous demanderons donc, au moment où une grossesse se manifeste, s’il convient de mettre en réserve une certaine quantité de sperme de donneur. Le nombre de paillettes peut être déterminé librement, mais est naturellement limité en


fonction de la quantité d’échantillons fournis par le donneur. Nous soulignons à nouveau que le médecin inséminateur doit tenir compte d’une limite légale maximale de six femmes par donneur, indépendamment de cette réserve.

Des problèmes de paternité officielle peuvent-ils survenir après une insémination de sperme de donneur ? Si du sperme de donneur est utilisé en cas de problème de fertilité dans le contexte d’une relation homme/femme, l’homme devra signer au début du traitement une déclaration par laquelle il reconnaît explicitement qu’il est également responsable de l’enfant issu du traitement. Le traitement de fertilité ne doit jamais être mentionné sur la déclaration de naissance : il suffit d’indiquer l’existence de l’enfant et la paternité est reconnue de la même manière que pour une grossesse spontanée. Dans le cadre d’une relation femme/femme ou chez une femme célibataire, l’enfant sera déclaré au nom de la femme qui a porté l’enfant. La mention « père inconnu » figurera sur la déclaration de naissance.

Responsable :

Dr Tom Coetsier

Membres de l’équipe : Gynécologues : Dr Tom Coetsier Dr Isabelle Meire Dr NeleVan Renterghem

Urologues : Dr Luc Merckx

Dr Katrien Klockaerts

Équipe de psychologues : Psypunt

Utilisation de sperme de donneur pour un traitement de fertilité  

Centre de fertilité AZ Sint-Lucas

Utilisation de sperme de donneur pour un traitement de fertilité  

Centre de fertilité AZ Sint-Lucas

Advertisement