Prog 24e gop bd

Page 1

PROGRAMME SCIENTIFIQUE* *Sous réserve de modifications


RÉCAPITULATIF DES SYMPOSIA

12h45 - 14h00

> MERCREDI 19 MARS 2014 Salle 352 A Salle 352 B

Q DIU : quels nouveaux paradigmes pour 2014

?

Avec la collaboration du laboratoire CCD Q Genèse de la contraception hormonale

Avec la collaboration de Theramex-Teva

> JEUDI 20 MARS 2014 Salle 352 B

Q Actualité 2014 : le nouveau SIU au lévonorgestrel

Salle 352 A

Q Constipation : Hépar® à l’épreuve du double aveugle

Salle 353

Q Les effets classiques et non classiques de la Vitamine D à doses nutritionnelles

Avec la collaboration de Bayer Healthcare Avec la collaboration de Nestlé Waters Avec la collaboration de Yoplait

> 18h15 - 20h00 Salle 351

Q Contraception orale en 2014 : la nouvelle place du norgestimate

Avec la collaboration du laboratoire Effik


Salle

351

INFERTILITÉ

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEUR : ÉRIC SEDBON

9h30 - 10h30 DE L’EMBRYON AU BÉBÉ : NOUVELLES DONNÉES Modérateurs : Vanessa Gayet, Éric Sedbon Q Méthodes d’évaluations de la qualité embryonnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NELLY ACHOUR-FRYDMAN Q La vitrification et le transfert différé : nouvelle option . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DOMINIQUE DE ZIEGLER Q Transférer plus tard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNA RAGGI Q Suivi et devenir des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GUY CASSUTO

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 ÂGE ET FERTILITÉ DU COUPLE Modérateur : Valérie Vernaeve Q La fertilité masculine à un âge avancé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AMÉLIA RODRIGUEZ Q La préservation de la fertilité a un but sociétal : un nouveau paradigme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VALÉRIE VERNAEVE Q La préparation endométriale au don d’ovocytes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .FLEUR POISOT

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ Modérateur : Michaël Grynberg Q Y a-t-il des indications à utiliser les analogues de la GnRH

en préservation de la fertilité féminine ? ................................................................................................. CHARLOTTE SONIGO Q Préservation de la fertilité chez les femmes atteintes de cancer du sein .................................. MICHAËL GRYNBERG Q Techniques chirurgicales de préservation de la fertilité dans les cancers gynécologiques .....ENRICA BENTIVEGNA Q Préservation de la fertilité féminine : le point de vue du psychologue ...................................................RACHEL TRÈVES

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 L’AMP : DE LA STIMULATION OVARIENNE À L’IMPLANTATION Modérateurs : Isabelle Parneix, Juan-Felipe Velez de la Calle Q La stimulation ovarienne chez les VRAIES mauvaises répondeuses..............................................NICOLAS CHEVALIER Q Quid des traitements coadjuvants lors de la prise en charge d’une stimulation ovarienne :

DHEA, androgènes, estrogènes..................................................................................................................................CÉCILE GALLO Q Conduite à tenir devant l’absence d’implantation......................................................................................... ERIK HAUZMAN Q Cellules souches dans le traitement de l’atrophie endometriale et du syndrome d’Asherman...........XAVIER SANTAMARIA


Salle

351

INFERTILITÉ

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEUR : ÉRIC SEDBON

9h00 - 10h30 L’OVULATION SPONTANÉE ET INDUITE Modérateur : Jean-Noël Hugues Q L’ovulation physiologique et le déclenchement de l’ovulation :

rôles respectifs des pics de LH et de FSH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ISABELLE CÉDRIN-DURNERIN Q L’ovulation induite par les agonistes du GnRH : dans quelles situations cliniques ? Avantages et inconvénients par rapport à l’hCG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNE GUIVARC’H Q Le double déclenchement (hCG + GnRH agoniste) : quelles indications ? Bénéfices potentiels ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CLÉMENCE ROCHE

10h30 - 11h00 11h00 - 12h15 DÉCLIN DE LA FERTILITÉ DU COUPLE

// PAUSE //

Modérateurs : Bernard Nicollet, Joëlle Belaïsch-Allart, Philippe Merviel Q L’épidémiologie de l’infertilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BETTY ROSSIN Q Prévenir l’infertilité chez l’homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GÉRALDINE PORCU Q Femmes : mères, professionnelles et autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .SYLVIE EPELBOIN

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 QUELLE(S) LIMITE(S) POUR LA PRISE EN CHARGE EN AMP ? Modérateur : Paul Barrière Q L’âge féminin et la réserve ovarienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FABIENNE DELAY Q Le poids . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .FLORENCE LEPERLIER Q Le nombre de cycles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CAROLE SPLINGART Q Synthèse : efficience médico-économique et informations données aux patientes . . . . . . . . . . . . . . . . PAUL BARRIÈRE

// PAUSE //

16h30 - 18h00 NOUVELLES DONNÉES SOCIÉTALES ET SCIENTIFIQUES EN MATIÈRE DE REPRODUCTION Modérateur : René Frydman Q Du médical au sociétal : jusqu’où ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .HERVÉ CHNEIWEISS Q Choix du sexe ? Cas par cas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NELLY ACHOUR-FRYDMAN Q La greffe d’utérus ou l’utérus artificiel ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .JEAN-MARC AYOUBI, ALBANE FRATI SYMPOSIUM

18h15 - 20h00

Contraception orale en 2014 : la nouvelle place du norgestimate Avec la collaboration du laboratoire Effik


Salle

351

INFERTILITÉ

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : ÉRIC SEDBON

9h00 - 10h30 IMPLANTATION EMBRYONNAIRE : LES « OUTILS » ACTUELS Modérateur : François Vialard Q L’avis du clinicien : comment optimiser la réceptivité utérine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MAUD PASQUIER Q L’avis du chirurgien : comment optimiser la cavité utérine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANTOINE TORRE Q L’avis du biologiste : comment optimiser le choix de l’embryon ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NATHALIE SERMONDADE Q L’impact de la génétique constitutionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .RADIA BOUDJENAH

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES (OPK) Modérateurs : Jean-Marc Ayoubi, Renato Fanchin Q Quelle prise en charge diagnostique et thérapeutique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-MARC AYOUBI, MARIE CARBONNEL Q Quelle place pour la maturation in vitro ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . RENÉ FRYDMAN Q Quelle stimulation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DOMINIQUE DE ZIEGLER

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 MALFORMATION UTÉRINE ET FERTILITÉ Modérateur : Jean-Louis Bénifla Q Cloison utérine : quand les sélectionner ?

JÉRÉMY SROUSSI Q Corne utérine borgne : doit-on opérer systématiquement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHADI YAZBECK Q Malformation mullérienne et AMP : pronostic ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNE-SOPHIE CHEVALIER Q Transplantation utérine : quand et pour qui ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASCAL PIVER, TRISTAN GAUTHIER

16h00 - 16h30

.........................................................................

// PAUSE //

16h30 - 18h00 IMPACT DES NANOPARTICULES SUR LA REPRODUCTION Modérateur : Blandine Courbière Q Nanoparticules pour les nuls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MÉLANIE AUFFAN Q Nanoparticules et spermatozoïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEANNE PERRIN Q Nanoparticules et ovocytes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BLANDINE COURBIÈRE


Salle

352 A

SEXOLOGIE-ANDROLOGIE

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEUR : SYLVAIN MIMOUN

9h30 - 12h15

GYNÉCO - SEXOLOGIE DU COUPLE Modérateur : Philippe Brenot

Pause 10h30 - 11h00

Q Évolution de la plainte sexuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHILIPPE BRENOT Q La plainte sexuelle en gynécologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MICHÈLE NAOURI-VISCHEL Q Comment suivre un couple en gynécologie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHILIPPE BRENOT

SYMPOSIUM

DIU : quels nouveaux paradigmes pour 2014 ?

12h45 - 14h00

Avec la collaboration du laboratoire CCD

14h30 - 16h00 QUOI DE NEUF DOCTEUR ? Modérateurs : Pierre Desvaux, Sylvain Mimoun Q Le syndrome d’excitation génitale persistant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE DESVAUX Q Femmes fontaines : l’échographie précise la source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SAMUEL SALAMA Q Le syndrome de malaise post-éjaculatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE DESVAUX

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 LA MÉDECINE ESTHÉTIQUE : PEUT-ELLE AIDER LA SÉCHERESSE VAGINALE ? Modérateur : Sylvain Mimoun Q L’injection vaginale d’acide hyaluronique, la méthode DÉSIRIAL® . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .NICOLAS BERRENI Q Le laser pulsé vaginal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .MICHEL MOULY


Salle

352 A

SEXOLOGIE-ANDROLOGIE

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEUR : SYLVAIN MIMOUN

9h00 - 10h30 MALADIES CHRONIQUES ET SEXUALITÉ : UN IMPACT RÉCIPROQUE Modérateur : Gilbert Bou Jaoudé Q Toute maladie chronique peut-elle induire des troubles sexuels ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DANY JAWHARI Q Dysfonction sexuelle iatrogène : mythe ou réalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FRÉDÉRIC RIMETZ Q L’amélioration d’un trouble sexuel pourrait-elle améliorer une maladie chronique ? . . . . . . GILBERT BOU JAOUDÉ

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 HOMME - FEMME : DIFFÉRENCES ET SIMILARITÉS Modérateur : Hélène Jacquemin-Le Vern Q Homme-femme : le sexuel n’est pas sexué . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE BENGHOZI Q Le stress versant homme / versant femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CRISTINA MAGGIONI Q Le temps de l’homme et le temps de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .SYLVIE EPELBOIN SYMPOSIUM

Constipation : Hépar® à l’épreuve du double aveugle

12h45 - 14h00

Avec la collaboration de Nestlé Waters

14h30 - 16h00 SEXUALITÉ ET PROCRÉATION : UN LIEN INSCRIT ? Modérateur : Béatrice Cuzin Q Vision de l’anthropologue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALAIN GIAMI Q La « nécessité physiologique » chez la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .AUDE BRAC DE LA PERRIÈRE Q la « nécessité physiologique » chez l’homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HERVÉ LEJEUNE

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 SEXUALITÉ ET PROCRÉATION : PAROLES DE CLINICIENS Modérateur : Béatrice Cuzin Q Sexualité et aide à la procréation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FRANCIS COLLIER, JEAN-MARC RIGOT Q Sexualité et contraception féminine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .FRANCIS COLLIER Q Sexualité et contraception masculine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BÉATRICE CUZIN


Salle

352 A

SEXOLOGIE-ANDROLOGIE

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : SYLVAIN MIMOUN

9h00 - 10h30 LES DIFFÉRENCES HOMMES-FEMMES Modérateurs : Marie Veluire, Gérard Ribes Q Ce que les femmes doivent comprendre de la sexualité masculine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE VELUIRE Q Ce que les hommes doivent comprendre de la sexualité féminine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .GÉRARD RIBES

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 TOUTES LES QUESTIONS QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS POSÉES SUR LA SEXUALITÉ HUMAINE Modérateur et intervenant : Sylvain Mimoun

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 AUTOUR DES ADDICTIONS : DE L’ADDICTION AUX TRAITEMENTS, À LA DIFFICULTÉ À LA COMPLIANCE Modérateur : Marie-Elisabeth Sanselme-Cardenas Q Une maison pleine d’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE-ÉLISABETH SANSELME-CARDENAS Q Un corps transparent qui flirte avec la mort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE JACOMET Q « El duce » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE-ÉLISABETH SANSELME-CARDENAS Q Une mort volée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE JACOMET

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 AUTOUR DES ADDICTIONS : DES ADDICTIONS BIEN PARTICULIÈRES VOIRE SANS SUBSTANCE Modérateur : Marie-Elisabeth Sanselme-Cardenas Q Qu’est-ce qui fait courir comme ça ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CLAUDE VAN QUYNH Q La peur de l’orgasme, un exemple du rapport au corps vivant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .BERNARD ANDRIEU


Salle

352 B

ENDOCRINOLOGIE

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEUR : ÉRIC SEDBON

9h30 - 10h30 POLYPES UTÉRINS AVANT ET APRÈS LA MÉNOPAUSE Modérateur : Pierre-André Driguez Q Introduction – Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE-ANDRÉ DRIGUEZ Q Faut-il retirer tous les polypes utérins ?

- Pour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DANIEL RAUDRANT - Contre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PATRICK MADÉLÉNAT // PAUSE // 10h30 - 11h00 11h00 - 12h15 INNOVATIONS EN CONTRACEPTION ET CONTRACEPTIONS DIFFICILES

Modérateur : David Serfaty Q Un nouveau concept en contraception hormonale : les « Mid-LARC »

ou méthode de contraception de semi-longue durée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DAVID SERFATY Q Contraception définitive masculine et féminine en France en 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HERVÉ FERNANDEZ Q Obésités et contraceptions hormonales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SOPHIE CHRISTIN-MAÎTRE SYMPOSIUM

12h45 - 14h00

Genèse de la contraception hormonale Avec la collaboration de Theramex - Teva

14h30 - 16h00 IMAGE DU CORPS CHEZ LA FEMME OBÈSE Modérateur : Juliane Berdah Q Côté femme : « corps stigmatisé, corps nié » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SYLVIE BENKEMOUN Q Côté médecin : les médecins ont-ils une dent contre les patients en surpoids ou obèses ?

Existe-t-il une discrimination des femmes obèses en PMA ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NATHALIE CHABBERT-BUFFET Q Ajuster l’offre à la demande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DOMINIQUE DE ZIEGLER Q Un point de vue extérieur : est-il éthique de refuser à une femme d’accéder à l’AMP au nom de son surpoids ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .VÉRONIQUE FOURNIER // PAUSE // 16h00 - 16h30 16h30 - 18h00 ACTUALITÉS EN ENDOCRINO - GYNÉCOLOGIE

Modérateurs : Jacques Young, Hélène Bry Q Syndrome des ovaires polykystiques : intérêts et limites de l’exploration hormonale . . . . . . . . . . . JACQUES YOUNG Q Insuffisance ovarienne primitive : quelle exploration génétique en 2014 ?

NADINE BINART Q Hyperprolactinémies : diagnostic et prise en charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HÉLÈNE BRY ...........................


Salle

352 B

ENDOCRINOLOGIE

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEUR : ÉRIC SEDBON

9h00 - 10h30 LES PROGESTATIFS, LA SUITE, LES SERMS ET LES SPRMS Modérateur : Clara Pélissier Q Indroduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CLARA PÉLISSIER Q L’anatomopathologie de l’endomètre sous SERMs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE BERGERON Q Aspects progestatifs et antiprogestatifs d’une même molécule. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SOPHIE CHRISTIN-MAÎTRE

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 PRÉPARATION À LA GROSSESSE : POINT DE VUE DE L’ENDOCRINOLOGUE Modérateur : Emmanuelle Lecornet-Sokol Q Faut-il doser la TSH systématiquement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EMMANUELLE LECORNET-SOKOL Q Doit-on évaluer la fonction ovarienne après 35 ans ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MAUD PASQUIER Q Peut-on prévenir le diabète gestationnel ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .SOPHIE JACQUEMINET SYMPOSIUM

Actualité 2014 : le nouveau SIU au lévonorgestrel

12h45 - 14h00

Avec la collaboration de Bayer Healthcare

14h30 - 16h00 DE LA PHYSIOLOGIE À L’EXPLORATION DE LA FONCTION OVARIENNE Modérateur : Michel Pugeat Q Leptine, physiologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ANNE BACHELOT Q AMH, physiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DIDIER DEWAILLY Q Androgènes, physiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MICHEL PUGEAT

// PAUSE // 16h00 - 16h30 16h30 - 18h00 GYNÉCOLOGIE DE L’ENFANT ET DE L’ADOLESCENTE : DU COMMUN ET DU RARE

Modérateur : Philippe Touraine Q Les métrorragies de l’adolescente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .MAUD BIDET Q Annonce et prise en charge du syndrome de Rokitansky . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CHRISTINE LOUIS-SYLVESTRE Q Puberté précoce : ce qu’il faut savoir et ne pas faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MICHEL POLAK


Salle

352 B

ENDOCRINOLOGIE

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : ÉRIC SEDBON

9h00 - 10h30 L’AMÉNORRHÉE DE L’ADOLESCENTE : UNE URGENCE ? Modérateur : Charles Sultan Q L’aménorrhée : un symptôme crucial pour l’adolescente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHARLES SULTAN Q Aménorrhée de l’adolescente : un diagnostic pas toujours facile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FRANÇOISE PARIS Q Prise en charge d’une aménorrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CATHERINE PIENKOWSKI

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 MALFORMATIONS GÉNITALES : UN PROBLÈME DIFFICILE EN AUGMENTATION RÉGULIÈRE Modérateur : Charles Sultan Q DSD-XY et pollution environnementale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LAURA GASPARI Q Le choix du sexe à la naissance : une gageure ?

CHARLES SULTAN Q Devenir des DSD à l’âge adulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JULIANE LÉGER

12h45 - 14h00

................................................................

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 MÉNOPAUSE ET THM : ASPECTS PRATIQUES Modérateur : Alain Tamborini Q Introduction : état des lieux du THM en France en 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALAIN TAMBORINI Q Comment gérer la périménopause ? Quand et comment instaurer le THM ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DAVID ÉLIA Q Ménopause, THM et risque de cancer (sein, endomètre, ovaires) : le point en 2014. . . . . . . . . . . ANNE-SOPHIE HAMY Q Traitements non hormonaux des bouffées de chaleur : à qui et comment les prescrire ?

Avec quels résultats ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LYDIA MARIÉ-SCEMAMA

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 OSTÉOPOROSE POSTMÉNOPAUSIQUE : ASPECTS PRATIQUES Modérateurs : Alain Tamborini, Catherine Cormier Q Ostéodensitométrie et FRAX : mode d’emploi à l’usage du gynécologue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-CHARLES RUIZ Q Prévention de l’ostéoporose postménopausique : la place du THM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CATHERINE CORMIER Q Calcium et vitamine D : quelles explorations ? À qui et comment les prescrire ? . . JEAN-CLAUDE SOUBERBIELLE


Salle

315

THÉRAPEUTIQUES

14h30 - 16h00 ATELIER POSE DIU

MERCREDI 19 MARS 2014

animé par DAVID ÉLIA

avec le soutien institutionnel d’HRA Pharma

JEUDI 20 MARS 2014 11h00 - 12h00 ATELIER POSE DIU

animé par DAVID ÉLIA

avec le soutien institutionnel d’HRA Pharma

MÉDECINE PRÉDICTIVE

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : PASCAL PUJOL

9h00 - 10h30 ACQUIS ET ENJEUX DE LA MÉDECINE PRÉDICTIVE Modérateur : Pascal Pujol Q Introduction à la médecine prédictive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASCAL PUJOL Q Le génome tumoral comme outil prédictif pronostique et thérapeutique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ARASH RAFII Q Septin 9 et dépistage du cancer colorectal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . YVES DERVEAUX Q Génétique héréditaire des maladies polyfactorielles :

la connaissance des risques modérés amène-t-elle un apport à la prise en charge ? . . . . . . . . . .DAVID GENEVIÈVE

11h00 - 12h15 LES DÉPISTAGES GÉNÉTIQUES DANS LE SANG MATERNEL Modérateur : Léon Boubli Q Modalités du dépistage de la trisomie 21 par prélèvement du sang maternel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CLAUDE D’ERCOLE Q Les autres dépistages par séquençage, à partir du sang maternel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .LÉON BOUBLI


Salle

342 B

MÉDECINE FOETALE

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEUR : JEAN-MARC LEVAILLANT

9h30 - 12h15

TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LE DÉPISTAGE DE LA TRISOMIE 21 EN 2014 Modérateur : Philippe Bouhanna Q Dépistage combiné du 1er trimestre en 2014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .PATRICK ROZENBERG Q Quel avenir pour le dépistage de la trisomie 21 (T21) ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LAURENCE BUSSIÈRES Q Prise en charge anténatale en cas de diagnostic tardif de trisomie 21 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . THIBAUD QUIBEL Q Malformations cardiaques / T21 au 1er trimestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-PHILIPPE BAULT Q Malformations cardiaques / T21 aux 2e et 3e trimestres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .BERTRAND STOS

Pause Q Que faire, que dire en cas de petits signes échographiques de T21 ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . THIERRY BULTEZ 10h00 - 10h30

Q Amniocentèse et biopsie de trophoblaste : actualité 2014 sur les indications et risques. . . . . . . . CLAIRE THUILLIER Q La trisomie 21, une histoire de la cytogénétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BÉRÉNICE HERVÉ Q Diagnostic de la trisomie 21 sur sang maternel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .FRANÇOIS JACQUEMARD Q Et quand l’enfant trisomique paraît : que faire ? que dire ?

12h45 - 14h00

...................................................

JOËLLE ROUME

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 18h00 COMMENT GÉRER UNE PLAINTE EN ÉCHOGRAPHIE : LES « AVOCATS » ET LES « EXPERTS » ASSOCIÉS Modérateur : Israël Nisand Intervenants : Fabrice Pierre, Hélène Fabre, Laurent Bidat, Israël Nisand


Salle

342 B

JOURNÉE SFAPE

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEUR : JEAN-MARC LEVAILLANT

9h00 - 10h30 THÉRAPIES MÉDICAMENTEUSES (I) Modérateur : Laurent Salomon Q Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . YVES VILLE Q Thérapies médicamenteuses : comment administrer un médicament au fœtus ?

Données pharmacologiques utiles au praticien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-MARC TRELUYER Q Traitement des dysthyroïdies fœtales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DOMINIQUE LUTON

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 THÉRAPIES MÉDICAMENTEUSES (II) Modérateur : Yves Ville Q Traitement des troubles du rythme cardiaque fœtal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARILYNE LEVY Q Traitement anti-infectieux à visée fœtale : toxoplasmose, VIH, CMV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LAURENT MANDELBROT

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 THÉRAPIES CHIRURGICALES (I) Modérateur : Julien Stirnemann Q Évaluation échographique des pathologies chirurgicales fœtales

Ce qu’il faut regarder avant d’opérer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-PHILIPPE BAULT Q La chirurgie des spina bifida . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JAN DEPREST Q La chirurgie des HCD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JAN DEPREST

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 THÉRAPIES CHIRURGICALES (II) Modérateur : Jean-Pierre Bernard Q Suivi échographique et chirurgie des grossesses monochoriales :

quand et comment doit-on intervenir ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JULIEN STIRNEMANN Q La chirurgie des sténoses valvulaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SOPHIE MALEKZADEK-MILANI Q La chirurgie des uropathies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GIHAD CHALOUHI Q Conclusion et perspectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .LAURENT SALOMON


Salle

342 B

MÉDECINE FOETALE

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : JEAN-MARC LEVAILLANT

9h00 - 10h30 PRISE EN CHARGE D’UNE DILATATION DE L’ARBRE URINAIRE DANS UN CPDP Modérateurs et intervenants : Claire Colmant, Virginie Fouquet, Marie-Victoire Sénat Q De la pyélectasie aux valves de l’urètre postérieur Q De la visibilité à la perforation Q De l’anodin à la greffe d’organe

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 ATTITUDE PRATIQUE DEVANT LA DÉCOUVERTE ANTÉNATALE D’UN KYSTE INTRA-ABDOMINAL Modérateurs et intervenants : Claire Colmant, Virginie Fouquet, Marie-Victoire Sénat Q De la duplication digestive au kyste de l’ovaire Q Du kyste du cholédoque à l’atrésie des voies biliaires Q Du lymphangiome au kyste simple Q Du petit pois au pamplemousse

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 18h00 MYELOMÉNINGOCÈLES : DU FOETUS À L’ENFANT Modérateurs et intervenants : Julien Stirnemann, Federico Di Rocco, Véronique Forin, Michel Zerah Q Prise en charge prénatale : un diagnostic facile pour un pronostic difficile Q Prise en charge neurochirurgicale postnatale Pause 16h00 - 16h30 Q Urologie et orthopédie Q Traitement prénatal


Salle

IMAGERIE DE LA FEMME

353

DU D’IMAGERIE DE LA FEMME - PARIS XI

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEUR : JEAN-MARC LEVAILLANT

9h30 - 10h30 ENDOMÉTRIOSE Modérateur : Jocelyne de Laveaucoupet Q Échographie Q IRM Q Présentation de cas cliniques Q Point de vue du chirurgien ...........................................................................................................

12h45 - 14h00

XAVIER DEFFIEUX, CÉLINE DENOISEUX

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 PATHOLOGIES UTÉRINES : CAS CLINIQUES Modérateur : Jocelyne de Laveaucoupet Q Échographie Q IRM Q Présentation de cas cliniques Q Point de vue du chirurgien .........................................................................

Salle

CAROLINE TRICHOT, PERRINE CAPMAS, GUILLAUME SSI-YAN-KAI

IMAGERIE DE LA FEMME

353

DU D’IMAGERIE DE LA FEMME - PARIS XI

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : JEAN-MARC LEVAILLANT

9h00 - 10h30 URGENCES EN GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE Modérateur : Jocelyne de Laveaucoupet Q

12h45 - 14h00

..................................................................................................................................

FRÉDÉRIC LAMAZOU

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 LE SEIN : QUELLE IMAGERIE POUR QUELLE INDICATION ? Modérateur : Jocelyne de Laveaucoupet Q Fonctionnement Q Présentation de cas cliniques Q Point de vue de l’oncologue ............................................................................

MARIE MORDEFROID, SOPHIE BARTHIER, ANNE-LAURE RIVAIN


Salle

353

NUTRITION & SANTÉ DE LA FEMME

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEUR : ÉLISABETH MILLARA

9h00 - 10h30 LIPIDES ET PROTIDES : LES IDÉES REÇUES SONT-ELLES TOUJOURS D’ACTUALITÉ ? Modérateur : Élisabeth Millara Q Acides gras saturés : bonnes graisses ? Mauvaises graisses ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHILIPPE LEGRAND Q Le gras fait-il grossir ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-MICHEL LECERF Q Les protéines font-elles maigrir ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DANIEL TOMÉ

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 CHOCOLAT, CAFÉ ET SANTÉ Modérateur : Élisabeth Millara Q Chocolat et micronutriments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE MORAND Q Chocolat et santé en clinique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-LOUIS SCHLIENGER Q Café et santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ASTRID NEHLIG SYMPOSIUM

12h45 - 14h00

Les effets classiques et non classiques de la vitamine D à doses nutritionnelles Avec la collaboration de Yoplait

14h30 - 16h00 CARENCES NUTRITIONNELLES CHEZ LA FEMME ENCEINTE Modérateur : Élisabeth Millara Q Carence en iode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DOMINIQUE LUTON Q Carence en vitamine D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE-FRANÇOIS CECCALDI Q Carence en fer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . THIERRY HARVEY

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 GROSSESSE ET TROUBLES MÉTABOLIQUES Modérateur : Élisabeth Millara Q Diabète gestationnel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE-FRANÇOISE JANNOT-LAMOTTE Q Suivi obstétrical et obésité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LUDOVIC CRAVELLO Q Recommandations diététiques et grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE VAN EGROO


Vendredi 21 mars 2014

Jeudi 20 mars 2014

Mercredi 19 mars 2014

Guillaume BENOIST François JACQUEMARD

Les infections CMV, rubéole, toxoplasmose, varicelle

Bernard BENOIT

Échographie 3D en gynécologie et obstétrique Présentation du logiciel 4DView et quiz

Bernard BENOIT Jean-Marc LEVAILLANT Bertrand STOS

Le cœur fœtal normal et pathologique aux 3 trimestres

Frédéric LAMAZOU

Trucs et astuces du col jusqu’aux trompes

Journée de l’infertilité que chercher ?

SALLE 1

SALLE 3

Marc ALTHUSER Marion GÉRARD

CPDP

incontournables

Daniel MOEGLIN

dans l’abdomen fœtal (kyste, masse, variantes anatomiques)

Les images inhabituelles

Guillaume GORINCOUR

Reins, uretères, vessie Les pathologies à la portée de l’échographiste

Edwin QUARELLO

Yves ARDAENS

Une journée d’échographie gynécologique

Edwin QUARELLO

Daniel MOEGLIN

Guillaume GORINCOUR

Quand et où ?

à présenter dans les

L’échographie du 2e trimestre Live, compte-rendu et clichés

Les dopplers obstétricaux

Les cas pathologiques

Claire COLMANT

Quand et où ?

Les dopplers obstétricaux

Philippe BOUHANNA

L’échographie du 2e trimestre Live, compte-rendu et clichés

Guillemette CHAMBON

Quand et où ?

Après-midi de 14h30 à 17h30

Les dopplers obstétricaux

Bruno CARBONNE Émeline MAISONNEUVE Amélie NGUYEN

Formation à l’analyse du RCF pendant le travail - Physiopathologie de l’asphyxie per-partum - RCF normal et pathologique, classification - Pratiques obstétricales et anesthésiques devant un RCF anormal

Après-midi de 14h00 à 17h00

Bruno CARBONNE Émeline MAISONNEUVE Amélie NGUYEN

Formation à l’analyse du RCF pendant le travail - Physiopathologie de l’asphyxie per-partum - RCF normal et pathologique, classification - Pratiques obstétricales et anesthésiques devant un RCF anormal - Situations à risque

Après-midi de 14h00 à 17h00

Bruno CARBONNE Émeline MAISONNEUVE Amélie NGUYEN

Formation à l’analyse du RCF pendant le travail - Physiopathologie de l’asphyxie per-partum - RCF normal et pathologique, classification - Pratiques obstétricales et anesthésiques devant un RCF anormal

SALLE 6

SALLE 5

Coordinateur : Daniel ROTTEN

de Rythmologie Fœtale Pratique

e

2 Édition de l’école

Marie-Victoire SÉNAT

Savoir diagnostiquer un petit BIP, un petit PC, un petit fémur aux 3 trimestres Conduite à tenir

Savoir regarder le cœur aux 3 trimestres

Marc ALTHUSER

Une journée sur : le cerveau, le cœur, l’abdomen

Nadine DAVID

Claire COLMANT Marie-Victoire SÉNAT

Cas cliniques complets

Savoir regarder le cerveau aux 3 trimestres

Perrine CAPMAS Guillaume LEGENDRE

Imagerie échographique comment classer ? Comment rédiger le compte-rendu

Les fibromes, les tumeurs de l’ovaire, le périnée, les prothèses tissulaires

Jean-Philippe BAULT

Quiz géant

De la tête au pied : les cas les plus courants présentés aux CPDP

SALLE 4

Coordinateur : Jean-Marc LEVAILLANT

« Martine Capella-Pavlowsky »

Le fœtus dans tous ses états : Le cœur fœtal des images, des astuces normal et pathologique et des trucs pour les dépisteurs

SALLE 2

14 Édition de l’école d’Échographie

e


Salle

341

CANCÉROLOGIE

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEURS : MARC SPIELMANN, DANIEL ZARCA

Biologie des cancers et nouvelles approches thérapeutiques 9h30 - 10h30 CLASSIFICATION BIOLOGIQUE DES TUMEURS ET IMPACT THÉRAPEUTIQUE Modérateur : Yves Otmezguine Q Les classes moléculaires, leur mode de détermination.

Les implications thérapeutiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-MARC GUINEBRETIÈRE Q Actualités des tumeurs Her 2+ : schémas résumés des pratiques Tumeur primitive et métastase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CHRISTELLE LÉVY

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 LA MÉTASTASE Modérateur : Jean-Yves Pierga Q Biologie de la métastase : pourquoi y a-t-il des variations d’expression

avec la tumeur primitive ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EMMANUELLE CHARAFE-JAUFFRET Q ADN tumoral circulant et monitoring du traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-YVES PIERGA Q Inhibiteurs de la résorption osseuse en situation adjuvante : une nouvelle approche thérapeutique . MARIE-HÉLÈNE VIEILLARD

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 LES CONCEPTS ÉMERGEANTS EN CANCÉROLOGIE Modérateur : Thierry Petit Q Chimiothérapies néo-adjuvantes : objectifs anciens, actuels et futurs.

Sélection des patientes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . THIERRY PETIT Q Radiothérapie : nouveaux outils, irradiation peropératoire, cyberknife . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALAIN TOLÉDANO Q Comment peut-on définir la qualité en radiothérapie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARC BOLLET

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Modérateur : Marc-David Benjoar Q Bonnes et mauvaises nouvelles indications des reconstructions mammaires immédiates. . . . . . . VINCENT HUNSINGER Q Prévention et correction des séquelles de traitements conservateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NICOLAS LEYMARIE Q Les nouvelles approches chirurgicales :

lambeaux libres, injections, derme artificiel, méthode Brava . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARC-DAVID BENJOAR


Salle

341

CANCÉROLOGIE

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEURS : MARC SPIELMANN, DANIEL ZARCA

9h00 - 10h30 COMPRENDRE ET TRAITER L’ATTEINTE GANGLIONNAIRE :

DU CONCEPT À LA PRATIQUE PERSONNALISÉE

Modérateur : Yazid Belkacémi Q Le drainage lymphatique du sein : vérités anatomiques et risque métastatique . . . . . . . . . . . . . . . . PHILIPPE GABELLE Q L’atteinte ganglionnaire : les quatre vérités du pathologiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-MARC GUINEBRETIÈRE Q L’exploration chirurgicale axillaire en 2014 : « la vérité provoque la confusion ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . RÉMY SALMON Q La radiothérapie ganglionnaire : « vérité d’un jour n’est pas vérité de toujours » . . . . . . . . . . . . . . . YAZID BELKACÉMI Q Discussion interactive à propos de 2 cas cliniques

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 LA CANCÉROLOGIE AU TEMPS DE GOOGLE Modérateur : Frédéric Chiche Q Cancérologie personnalisée ; génétique pour les nuls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALAIN TOLÉDANO Q Google et la médecine de demain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .LAURENT ALEXANDRE Q Réflexions éthiques et philosophiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ÉLIETTE ABECASSIS (philosophe)

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 LA PRISE DE DÉCISION EN ONCOLOGIE : GÉNOME ET EXPRESSION GÉNÉTIQUE Modérateur : Marc Spielmann Q Génétique à haut débit, impact pour le clinicien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTOPHE LE TOURNEAU Q Les différentes signatures, leurs niveaux de preuve

et leur impact concret sur la prise de décision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HAIDÉ BOOSTANDOOST Q Les expériences françaises : le problème des remboursements et le choix des ARS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALAIN FIGNON Q Utilisation en routine des signatures moléculaires : à propos de 3 cas cliniques . . . . . . . MARC SPIELMANN, DANIEL ZARCA

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 GÉNÉTIQUE DES CANCERS : COMPRENDRE LE RISQUE, LE GÉRER, L’EXPLIQUER Modérateurs : Pascal Pujol, Joseph Bellaïche Q Le choix d’Angelina Jolie était-il pertinent ?

Comment comprendre et faire comprendre le risque ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PASCAL PUJOL Q Familles à très haut risque : BRCA 1, BRCA 2, absence de mutation identifiée Différences dans la surveillance et la prise en charge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OLIVIER CARON Q Les chirurgies mammaires prophylactiques et leurs techniques de réparation. . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTOPHE LEPAGE


Salle

341

CANCÉROLOGIE

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEURS : MARC SPIELMANN , DANIEL ZARCA

9h00 - 10h30 IMAGERIE MAMMAIRE Modérateur : Daniel Zarca Q Les nouveaux outils : tomosynthèse, angiomammographie et élastosonographie :

Pourquoi les prescrire, que faut-il en attendre ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CORINNE BALLEYGUIER Q Quand faut-il demander un TEP ? Les indications actuelles et émergeantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ERIC ZERBIB Q Les indications actuelles de l’IRM mammaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIÉ-HÉLÈNE CARACO

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 TUMEURS DU SEIN : LES SITUATIONS RASSURANTES ET LEURS PIÈGES Modérateur : Jean-Yves Seror Q Mammographie et échographie mammaire : les faux négatifs illustrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ISABELLE DOUTRIAUX Q IRM mammaire normale : confiance ou méfiance ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-YVES SEROR Q Résultats bénins après un prélévement : stop ou encore ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VALÉRIE JUHAN

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 LES CANCERS DE L’OVAIRE Modérateur : Daniel Raudrant Q Où en est-on du dépistage du cancer de l’ovaire ? Place de l’HE4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JOCELYNE ATTIA Q Place de l’enquête génétique et de la chirurgie prophylactique du cancer de l’ovaire . . . . . . . . . . . CLAIRE SÉNÉCHAL Q Quel bilan préopératoire, place de la cœlioscopie d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FRANÇOIS GOLFIER Q PARP et nouvelles molécules dans le traitement du cancer de l’ovaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OLFA DERBEL

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 LES TUMEURS TROPHOBLASTIQUES Modérateur : François Golfier Q Prise en charge des môles hydatiformes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE-ADRIEN BOLZE Q Prise en charge des tumeurs trophoblastiques gestationnelles

JÉRÔME MASSARDIER Q Cas cliniques pratiques de môles et de tumeurs trophoblastiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FRANÇOIS GOLFIER ....................................


Salle

342 A COLPOSCOPIE

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEUR : JOSEPH MONSONÉGO

9h30 - 10h30 COLPOSCOPIE – TRAITEMENT Modérateur : Jean-Jacques Baldauf Q Quelle CIN1 traiter ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SERGE DOUVIER Q Quelle CIN2 ne pas traiter ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE-CHRISTINE DULUCQ Q Comment prendre en charge un frottis AGC ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE-DOMINIQUE BENMOURA Q Comment traiter une CIN3 ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-JACQUES BALDAUF

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 COLPOSCOPIE - IMAGERIE Modérateur : Jean-Louis Leroy Q Indications de la colposcopie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE-CHRISTINE DULUCQ Q Zone de transformation anormale et nouveau visage de la colposcopie à l’ère du génotypage . . . . . JOSEPH MONSONÉGO Q Les images de base des VaIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-LOUIS LEROY

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 COLPOSCOPIE Modérateur : Jacques Marchetta Q Le col normal : cytologie, histologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HENRI SEVESTRE Q Colposcopie : la technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HÉLÈNE BORNE Q La terminologie colposcopique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JACQUES MARCHETTA Q La zone de transformation et son évolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JACQUES MARCHETTA

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 CANCER DU COL : TRAITEMENT ACTUEL Modérateurs : Fabrice Lécuru, Christine Haie-Meder Q Le bilan préthérapeutique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . YVAN COSCAS Q Place de la chimiothérapie et de la radiothérapie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE HAIE-MEDER Q Nouvelles stratégies de prise en charge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FABRICE LÉCURU Q Conservation de la fertilité : méthodes, indications, résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FABRICE LÉCURU Q Le suivi, les résultats à moyen et long terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LUCIE BRESSON


Salle

342 A

COLPOSCOPIE

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEUR : JOSEPH MONSONÉGO

9h00 - 10h30 TEST HPV Modérateurs : Jean Gondry, Jean-Luc Mergui Q Le test HPV après frottis ASCUS – LSIL : ce qu’il faut en attendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XAVIER CARCOPINO Q Le test HPV dans le suivi après conisation, quand, pourquoi, comment ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-LUC MERGUI Q Le rôle de la p16 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE BERGERON Q Le test HPV dans le dépistage : quelle pertinence ? Expérience mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JOSEPH MONSONÉGO Q Quels tests HPV pour quelles indications ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTINE CLAVEL

10h30 - 11h00 11h00 - 12h15 VACCINATION HPV

// PAUSE //

Modérateur : Jean Levêque Q Nouveaux vaccins prophylactiques et thérapeutiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JOSEPH MONSONÉGO Q Données en vie réelle sur la tolérance des vaccins prophylactiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN LEVÊQUE Q Immunogénicité au long cours des vaccins prophylactiques,

implications sur le schéma vaccinal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHILIPPE JUDLIN

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 INFECTION À HPV Modérateur : Christiane Mougin Q Épidémiologie, nouveaux développements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-LUC PRÉTET Q Le rôle de l’homme, la transmission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHILIPPE JUDLIN Q Mise à jour sur la carcinogenèse et histoire naturelle de la maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VÉRONIQUE DALSTEIN Q Données au long cours sur l’efficacité des vaccins prophylactiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DIDIER RIETHMULLER

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 CIRCONSTANCES PARTICULIÈRES Modérateur : Alain Berrebi Q Conduite à tenir face à un frottis anormal durant la grossesse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN GONDRY Q Conduite à tenir face à une adénose cervico-vaginale associée à l’HPV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-PAUL BORY Q Pathologie à HPV et immunodépression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALAIN BERREBI Q Comment déjouer les pièges de la ménopause ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JACQUES RIMAILHO Q Suivi après hystérectomie pour pathologie bénigne (ou non cervicale) . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-CHARLES BOULANGER


Salle

342 A COLPOSCOPIE

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : JOSEPH MONSONÉGO

9h00 - 10h30 LE MÉDECIN FACE À LA PLAINTE : ACTUALITÉ Modérateur : Jean-Claude Zerat Q Prévenir les situations difficiles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-JACQUES AVRANE Q Le circuit d’une plainte disciplinaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DANIÈLE GANEM-CHABENET Q Agir face à une plainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . THIERRY HOUSELSTEIN Q Questions - réponses

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 PRISE DE DÉCISION EN PATHOLOGIE CERVICALE – COLPOSCOPIE INTERACTIVE : CAS CLINIQUES Modérateur : Joseph Monsonégo Q Venez présenter vos cas cliniques et partager votre expérience avec les experts.

Intervenants : Jean-Charles Boulanger, Jean Gondry, Fabrice Lécuru, Joseph Monsonégo, Jacques Rimailho

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 LA VULVE Modérateur : Micheline Moyal-Barracco Q Condylomes acuminés : conduite à tenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LAURE DEHEN Q Qu’est-ce qu’un VIN ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MICHELINE MOYAL-BARRACCO Q Le lichen scléreux vulvaire

CHARLOTTE FITE Q Dyspareunie : y a-t-il des indications à la chirurgie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .SOPHIE BERVILLE-LÉVY ................................................................................................


Amphi

HAVANE

OBSTÉTRIQUE

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEUR : DANIEL ROTTEN

9h30 - 10h30 LA GROSSESSE GÉMELLAIRE DANS TOUS SES ÉTATS (I) Modérateurs : Olivier Sibony, Jean-François Oury Q Recommandations pour le suivi de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONSTANCE BORIE Q Les complications des grossesses monochoriales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JONATHAN ROSENBLATT

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 LA GROSSESSE GÉMELLAIRE DANS TOUS SES ÉTATS (II) Modérateurs : Olivier Sibony, Jean-François Oury Q Les complications des grossesses monoamniotiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .YVON CHITRIT Q Modalités d’accouchement des grossesses gémellaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . THOMAS SCHMITZ Q Particularités néonatales des jumeaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AURÉLIE GAUDIN

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 RETARD DE CROISSANCE INTRA-UTÉRIN :

DES STATISTIQUES À LA PATHOLOGIE Modérateur : Vassilis Tsatsaris

Q Le RCIU, facteur de morbidité et périnatales – Épidémiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JENNIFER ZEITLIN Q Quand suspecter un RCIU au cours d’un suivi de grossesse « normale » ?

Quelle courbe échographique utiliser ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LOÏC SENTILHES Q Quand et où référer une patiente en cas de suspicion de RCIU ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . RONALDO LEVY

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 RETARD DE CROISSANCE INTRA-UTÉRIN : PRISE EN CHARGE PRATIQUE Modérateur : Vassilis Tsatsaris Q Quel bilan en cas de RCIU ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALEXANDRA BENACHI Q RCIU avant 32 SA : surveillance et critères d’extraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VASSILIS TSATSARIS Q RCIU après 32 SA : surveillance et critères d’extraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BRUNO CARBONNE


Amphi

HAVANE

OBSTÉTRIQUE

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEUR : DANIEL ROTTEN

9h00 - 10h30 OBSTÉTRIQUE ET PÉRINÉE (I) Modérateur : Didier Riethmuller Q L’épisiotomie : où en sommes-nous en 2014 ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ROBERT MAILLET Q Les lésions sphinctériennes : de quoi parle-t-on ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .RAJEEV RAMANAH Q Les indications « périnéales » de césarienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE MARÈS

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 OBSTÉTRIQUE ET PÉRINÉE (II) Modérateur : Didier Riethmuller Q Périnée et extractions instrumentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . RENÉ GABRIEL Q Postures d’accouchement et périnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DIDIER RIETHMULLER Q Prévention des lésions périnéales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DIDIER RIETHMULLER

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 PRÉVENTION DE L’ACCOUCHEMENT PRÉMATURÉ : NOUVEAUTÉS ET MISES AU POINT (I) Modérateur : Hervé Fernandez Q Place de la progestérone

MARIE-VICTOIRE SÉNAT Q Place du cerclage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HERVÉ FERNANDEZ Q Place du pessaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HÉLÈNE MIGNARDI

16h00 - 16h30

........................................................................................

// PAUSE //

16h30 - 18h00 PRÉVENTION DE L’ACCOUCHEMENT PRÉMATURÉ : NOUVEAUTÉS ET MISES AU POINT (II) Modérateur : Hervé Fernandez Q Place de l’échographie du col dans les grossesses uniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CLAIRE COLMANT Q Place de la fibronectine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HÉLÈNE MIGNARDI Q Place de l’échographie du col dans les grossesses gémellaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CLAIRE COLMANT


Amphi

HAVANE

OBSTÉTRIQUE

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEUR : DANIEL ROTTEN

9h00 - 10h30 NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE D’HÉMORRAGIE DE LA DÉLIVRANCE Modérateur : Éric Verspyck Q Techniques et complications des ligatures et des embolisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ALEXIS GROMEZ Q Place du ballon d’hémostase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MATHIEU MEDRAZZI Q Du nouveau dans les traitements médicaux ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DELPHINE PROVOST

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 ASPHYXIE PÉRINATALE ET ENCÉPHALOPATHIE ANOXO-ISCHÉMIQUE Modérateurs : Élie Saliba, Franck Perrotin Q Existe-t-il des situations où les lésions cérébrales sont déjà constituées avant l’accouchement ?

...........................

Q Peut-on encore réduire, en 2014, la fréquence des asphyxies per-partum ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .FRANCK PERROTIN Q Encéphalopathie anoxo-ischémique néonatale : quels biomarqueurs à valeur pronostique ?

12h45 - 14h00

.........

ÉLIE SALIBA

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 18h00 TABLE RONDE : SUIVRE UNE GROSSESSE A PRIORI « NORMALE » Modérateur : Philippe Merviel Q Suivi clinique : que recherche-t-on et pourquoi ?

SÉGOLÈNE LANTA Q Prévention : intoxications, supplémentations, quoi de neuf ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NORBERT WINER ..............................................................

Q Entretien prénatal précoce, centre de périnatalité :

premières étapes de la prise en charge psychosociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FLORENCE LEROY Q Repérer une vulnérabilité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNIE CARRON Q Repérer une difficulté « psy » sous-jacente au cours du suivi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CATHERINE MATHELIN-VANIER


Salle

343

CHIRURGIE « Jacques Bady »

MERCREDI 19 MARS 2014

COORDINATEURS : AUBERT AGOSTINI, BRUNO DEVAL, FABRICE LÉCURU

9h30 - 10h30

SINGLE PORT EN CHIRURGIE BÉNIGNE ET CANCÉROLOGIE Modérateur : Aubert Agostini Q Chirurgie annexielle par single port . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MAXIME MARCELLI Q Hystérectomie par single port. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-PHILIPPE ESTRADE Q Single port ou cœlioscopie 3 mm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHERAZADE BENSAID Q Single port « pour » en cancérologie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PATRICE CROCHET

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 LES NOUVEAUTÉS : PINCES SEMI-ROBOTISÉES, NOUVELLES TECHNIQUES EN HYSTÉROSCOPIE Modérateurs : Jean-Philippe Estrade, Nicolas Castaing Q Hystéroscopie opératoire avec canal opérateur de 3 mm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NICOLAS CASTAING Q Les techniques de morcellements en hystéroscopie opératoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .OLIVIER GARBIN Q Les pinces semi-robotisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PATRICE CROCHET Q L’utilisation de la colle en chirurgie prothétique du prolapsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-PHILIPPE ESTRADE

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 CHIRURGIE ESTHÉTIQUE VULVAIRE (NYMPHOPLASTIE, LIFTING VULVAIRE) Modérateur : Bernard-Jean Paniel Q Cure des béances vulvo-vaginales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BERNARD-JEAN PANIEL Q Injections de collagène pour le point G . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARIE VELUIRE Q Chirurgie des petites lèvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CHRISTINE LOUIS-SYLVESTRE Q Nymphoplastie et sexualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EMMANUELLE COHEN-SOLAL

// PAUSE // 16h00 - 16h30 16h30 - 18h00 LES BONNES PRATIQUES DE LA CHIRURGIE CERVICALE (CONISATION, LASER,

TRACHÉLECTOMIE)

Modérateur : Jean-Charles Boulanger Q Conisation : comment préserver l’avenir ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-CHARLES BOULANGER Q Traitement des AIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-CHARLES BOULANGER Q Indications des trachélectomies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FABRICE LÉCURU Q Vaccin : où en est-on ?

.........................................................................................

GENEVIÈVE PLU-BUREAU


Salle

343

CHIRURGIE « Jacques Bady »

JEUDI 20 MARS 2014

COORDINATEURS : AUBERT AGOSTINI, BRUNO DEVAL, FABRICE LÉCURU

9h00 - 10h30 INCONTINENCE URINAIRE D’EFFORT Modérateur : Alain Pigné Q Évolution des mentalités, évolution des techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q Effet de l’âge, du poids et de l’IMC sur l’anatomie fonctionnelle de l’urètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHILIPPE SÈBE Q Devons-nous réaliser un bilan urodynamique avant un geste chirurgical pour incontinence urinaire à l’effort ? ...ALAIN PIGNÉ Q TVT – TVT0 – mini-sling : que choisir dans le traitement chirurgical de l’incontinence urinaire de la femme ? . . . ..XAVIER DEFFIEUX Q Gestion des complications per- et postopératoires : quel geste après un échec de bandelette ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . THOMAS SEISEN // PAUSE // 10h30 - 11h00 11h00 - 12h15 HYPERACTIVITÉ DE VESSIE IDIOPATHIQUE

Modérateurs : Emmanuel Chartier-Kastler, Bruno Deval Q Accessibilité du traitement de l’OAB aux gynécologues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EMMANUEL CHARTIER-KASTLER Q Pourquoi et comment une vessie devient-elle hyperactive ? Quelle prévalence, quel profil urodynamique ? Quels outils diagnostiques mis à notre disposition ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-NICOLAS CORNU Q Traitement de première ligne d’une hyperactivité de vessie : anticholinergiques et autres molécules . . . . . . . . . . . . BRUNO DEVAL Q Neuromodulation tibiale postérieure (PTNS), présacrée (SNM) et pudendale (PNM) dans la prise en charge de l’hyperactivité de vessie : technique et résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHRISTIAN SAUSSINE Q Comment utiliser la toxine botulique dans l’hyperactivité de la vessie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PIERRE DENYS

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 COLPOCÈLE POSTÉRIEURE – PROLAPSUS RECTAL Modérateur : Bruno Deval Q Gestes délétères, gestes recommandés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . BERNARD JACQUETIN Q Interposition prothétique par voie vaginale, les recommandations de la FDA ont-elles modifié la donne ? . . . . . PHILIPPE DEBODINANCE Q Association prolapsus rectal – prolapsus génital : intérêt et résultats de la rectopexie cœlioscopique modifiée . . . . BRUNO DEVAL Q Actualités sur le traitement chirurgical du prolapsus rectal : quelle voie d’abord ? Quels résultats ?

16h00 - 16h30 16h30 - 18h00 INCONTINENCE ANALE

YVES PANIS

.....................

// PAUSE //

Modérateur : Anne-Marie Leroi Q L’incontinence anale, cauchemar de l’accoucheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . HENRI-JEAN PHILIPPE Q Échographie endo-anale, reconnaître et classer les lésions sphinctériennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PATRICK ATIENZA Q Neuromodulation et incontinence anale : résultats à long terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ANNE-MARIE LEROI Q Incontinence anale : rôle du traitement médical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ANNE-LAURE TARRERIAS


Salle

343

CHIRURGIE « Jacques Bady »

VENDREDI 21 MARS 2014

COORDINATEURS : AUBERT AGOSTINI, BRUNO DEVAL, FABRICE LÉCURU

9h00 - 10h30 PRISE EN CHARGE DES KYSTES DE L’OVAIRE EN 2014 : COMMENT ÉVITER LES

CATASTROPHES ?

Modérateur : Fabrice Lécuru Q Kystes volumineux : comment préserver la fertilité ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ARNAUD LE TOHIC Q Quels kystes adresser à l’onco-gynécologue ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FABRICE LÉCURU Q Quand peut-on préserver la fertilité en cas de tumeur frontière ? . . . MARCOS BALLESTER, SOFIANE BENDIFALLAH

10h30 - 11h00

// PAUSE //

11h00 - 12h15 GANGLION SENTINELLE OU CURAGE DANS LES CANCERS UTÉRINS ? Modérateur : Patrice Mathevet Q Où en est-on du GS dans les cancers du col utérin ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PATRICE MATHEVET Q Cancers avancés : curages étendus ou radio-chimiothérapie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FABRICE LÉCURU Q État des lieux et perspectives du GS dans les cancers de l’endomètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MARCOS BALLESTER Q L’imagerie peut-elle remplacer les curages ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CAROLINE MALHAIRE

12h45 - 14h00

I

SYMPOSIA Lire p.6

14h30 - 16h00 L’AMBULATOIRE EN SÉNOLOGIE ET GYNÉCOLOGIE Modérateur : Aubert Agostini Q État des lieux de l’ambulatoire en France. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JEAN-PIERRE TRIBOULET Q Chirurgie du cancer du sein en ambulatoire : réalités et complications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CHARLOTTE NGÔ

16h00 - 16h30

// PAUSE //

16h30 - 18h00 CANCÉROLOGIE : SOINS NON MÉDICAUX Modérateurs : Christian Jayr, Florian Scotté Q Peut-on agir sur son destin ?

VIRGINIE FOURCHOTTE Q Soins de support. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FLORIAN SCOTTÉ Q Kinésithérapie après cancer du sein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JOCELYNE ROLLAND Q Impact de l’anesthésie sur la survie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CHRISTIAN JAYR ....................................................................................