Page 1

eau a

Papier 100 % recyclé

ts che

LES CHIFFRES CLES DES FINANCES DU SVL

nissement dé ssai

Syndicat du Val de Loire

J o u r n a l d ’ i n f o r m a t i o n d u S . V. L .

Comme chaque année, les élus du comité syndical ont été amenés, au cours du mois de juin, à examiner et approuver les comptes administratifs 2006 des différents budgets du SVL. C'est donc l'occasion de faire un point sur les principales dépenses et recettes de la structure.

Le SVL dispose de 4 budgets distincts : ✔ le budget Eau Potable : ✔ le budget Déchets ✔ le budget Assainissement ✔ le budget des affaires générales qui regroupe toutes les charges de personnel et les frais de siège

Pour l'année 2006, les dépenses totales de fonctionnement s'élèvent à 14.2 millions d'euros. Elles sont réparties de la manière suivante :

Déchets : 4,1 M €

Collecte et traitement des déchets : 2.4 M € Participation au budget général : 0.8 M € Autres : 0.9 M €

Affaires générales : 1,7 M € Eau 6,7 M €

Achats d’eau : 2.9 M € Marché de distribution d’eau : 2.2 M € Participation au budget général : 0.2 M € Amortissements des travaux : 1.1 M € Autres : 0.3 M €

Assainissement : 1,7 M €

Entretien des équipements : 0.5 M € Participation au budget général : 0.5 M € Amortissement des travaux : 0.5 M € SPANC : 0.1 M € Autres : 0.1 M €

L’eau du robinet...

Chaque budget se décompose en deux sections : ✔ La section de fonctionnement retrace toutes les dépenses et recettes nécessaires à la gestion courante du service, ✔ La section d'investissement regroupe quant à elle tous les travaux réalisés par le SVL.

Le SVL consacre, chaque année, environ 30% de ses ressources à la réalisation d'équipements durables. Ainsi, plus de 6,3 millions d'euros ont été investis en 2006 pour les actions suivantes : ✔ création d'une station d'épuration de type boues activées à Mauléon, ✔ renouvellement de réseaux d'assainissement et d'eau potable ✔ réalisation d'une station de surpression pour sécuriser l'alimentation en eau potable ✔ achat d'un nouveau camion et remplacement de containers pour la collecte des points propres, ✔ changement de la presse à balles sur le centre de tri des déchets.

Assainissement : 2,2 M € Déchets : 0,8 M € Affaires générales : 0,1 M € Eau 3,2 M €

Dépenses de fonctionnement Dépenses d’investissement

Le numéro spécial “50 ans du SVL” est encore disponible !

✔ toujours disponible. ✔ de qualité ✔ écologique ✔ a un coût très faible Notre Syndicat s’inscrit toujours dans la notion de développement de ses activités mais également dans la qualité des réponses techniques qu’il doit apporter à l’ensemble de ses usagers. C’est ainsi qu’en matière d’eau potable, nous sommes en permanence attentifs à la qualité de notre réseau et de nos approvisionnements, pour apporter à l’ensemble de nos usagers une eau de qualité au robinet. En matière de déchets, il faut en permanence œuvrer pour un comportement citoyen de chaque habitant de notre territoire. Outre le tri sélectif qui amène des gestes quotidiens, le Syndicat s’est engagé avec d’autres partenaires, à collecter les déchets d’équipements électriques et électroniques. Ce nouveau recyclage permet d’ailleurs de développer un partenariat avec des entreprises d’insertion.

P. 2…3

Les travaux d’assainissement programmés en 2007... ✔ Le SVL va financer près de 5,5 millions d'euros...

P. 4…5

Les déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (D3E) et les métaux ne seront plus acceptés que sur 5 sites du territoire. ✔ Le SVL organise une Journée “Portes Ouvertes”...

P. 6…7

Chiffres clés des finances du SVL

En matière d’assainissement le programme est conséquent. Les contraintes d’études sont fortes et nous sommes engagés dans un certain nombre de travaux qui contribuent à la fois au développement de nos communes, en particulier en terme de construction, mais aussi à l’amélioration de la qualité de notre environnement. Ces missions essentielles sont mises en oeuvre grâce à la mobilisation des élus de chaque territoire et à la qualité du travail accompli par les agents du Syndicat et les entreprises partenaires.

A la fin de l’année 2006, un numéro spécial “50 ans du SVL” a été diffusé sur tout le territoire du Syndicat. Cependant, en raison de problèmes liés à la distribution du magazine, de nombreux habitants n’ont pas reçu ce numéro spécial. Or, ce numéro de 16 pages présentait l’organisation actuelle du SVL et détaillait ses missions, mais aussi ses compétences en matière d’eau, d’assainissement et de déchets, ainsi que les enjeux et perspectives du syndicat. Aussi, pour tous ceux qui n'auraient pas reçu ce journal : le numéro spécial “50 ans du SVL” peut être retiré gratuitement dans toutes les mairies du territoire du SVL ou au siège du SVL à Bressuire.

Le Président, Jean GRELLIER

Saint-Porchaire - BP 9 - 79301 BRESSUIRE CEDEX- TÉL. 05 49 81 15 15 - E-mail : svl79@wanadoo.fr Rédacteur en chef : M. Grellier - Conception : Service Communication SVL - @xi-média 05 49 65 97 29 Crédit photos : @xi-média Bressuire - Dépot légal 06/2007. Tirage 33000 ex.

N°16 JUIN 2007

le journal du Syndicat du Val de Loire • n ° 16 •

✔ Pour l'année 2006, les dépenses totales de fonctionnement s'élèvent à 14.2 millions d'euros.

P. 8


Compétence

eau potable

Argenton Les Vallées

L’eau du robinet... Comme nous avons pu le vérifier lors de la dernière foire exposition de Bressuire, l'eau du robinet distribuée sur le Syndicat du Val de Loire rassemble de nombreux suffrages tant pour son goût que pour sa limpidité (respectivement 83 % et 96 % d'opinions favorables). Malgré ces chiffres, de nombreux abonnés ne consomment pas régulièrement l'eau du robinet, préférant acheter des bouteilles d'eau. Il s'agit souvent plus d'une habitude, que d'un réel choix basé sur des critères objectifs de qualité. Comme vous pourrez le constater dans l'article ci-joint, l'eau du robinet présente pourtant toutes les assurances d'un produit de qualité, respectueux de l'environnement et dont le coût ne dépasse pas 0,2 centime d'Euro le litre. C'est pourquoi, afin de valoriser ce produit souvent décrié, tout en réduisant la production de déchets de bouteilles en plastique, les Elus du Syndicat du Val de Loire ont décidé de lancer une campagne de communication sur notre territoire. Dans cette optique, près de 500 carafes en verre ont été distribuées aux différentes collectivités du SVL. Ainsi, comme le font déjà plus de 60 % de nos abonnés, je vous invite, à l'approche de l'été, à adopter définitivement l'eau du robinet du SVL. Le Vice Président chargé de l’eau

...toujours disponible... Il n'y a rien de plus normal aujourd'hui que d'ouvrir un robinet pour se servir un verre d'eau. Pourtant, des millions d'hommes, dans les pays défavorisés, sont encore privés de l'eau qui leur est nécessaire et meurent encore, chaque année, pour avoir bu de l'eau non potable. Afin de garantir la non interruption du service, les agents oeuvrent jour et nuit pour maintenir la distribution d'eau, en réparant les fuites et en surveillant la qualité de l'eau distribuée : Un travail de l'ombre afin que l'eau coule toujours au robinet de l'usager.

...de qualité....

...écologique.... Recycler les bouteilles en plastique c'est bien, ne pas en utiliser c'est mieux ! L'eau du robinet présente le meilleur bilan écologique possible. En effet, elle est souvent produite à proximité des usagers et occasionne donc peu de déchets et une pollution minime. Ce qui n'est pas le cas de l'eau en bouteille, qui malgré le recyclage des bouteilles en plastique, produit des gaz à effet de serre en quantité non négligeable. Le transport de ces milliards de bouteilles depuis leurs zones de production (Alpes, Auvergne…) entraîne des consommations de carburant importantes.

L'eau distribuée au robinet de l'usager est certainement l'aliment le plus contrôlé en France à l'heure actuelle. En effet, cette eau subit de nombreux contrôles, tant au niveau de la production (à l'usine de potabilisation) qu'au niveau de la distribution (prélèvement aux robinets des usagers). Ces contrôles sont effectués : Soit par la DDASS, contrôle réglementaire déterminé par le Préfet des Deux-Sèvres, qui intervient quand et où elle le souhaite pour vérifier en permanence la bonne qualité de l'eau distribuée. Soit par VEOLIA EAU, exploitant du réseau, qui surveille de façon régulière les paramètres de qualité de l'eau.

99,4 % : taux de conformité des analyses réalisées par La DDASS et VEOLIA EAU en 2006 sur le réseau du SVL.

Ainsi préférez l'utilisation d'une carafe d'eau pour consommer l'eau du robinet !

...a un coût très faible... Contrairement aux idées reçues, l'eau du robinet est beaucoup moins chère que l'eau en bouteille. Cela provient du fait que les personnes confondent souvent l'unité de facturation de l'eau, le mètre cube (1m3 = 1.000 litres), avec le litre. Ainsi, en moyenne, 1 litre d'eau minérale coûte 100 fois plus cher qu’un litre d’eau du robinet.

76 Communes adhérentes à la compétence eau potable

Enquête Foire expo Bressuire 2007 : 64 % boivent régulièrement l'eau du robinet

83 % trouvent que l'eau du robinet a bon goût

96 % trouvent qu'elle est claire et limpide et la déclarent bonne pour la santé

Si l'eau a un goût de chlore, laissez-la reposer 1 à 2 heures dans le réfrigérateur, le chlore s'évaporera enlevant toutes les mauvaises odeurs.

=

Yannick Vergnault

2

le journal du Syndicat du Val de Loire • n ° 16 •

3


Compétence

assainissement

Les travaux d'assainissement prennent maintenant leur rythme de croisière. Comme l'ont souhaité les élus du Syndicat, à la demande de tous les maires, les travaux concernent aussi bien les grosses communes ; Mauléon et Saint-Varent, que les plus petites communes rurales. Ainsi, progressivement, l'état du milieu naturel de nos territoires devrait s'améliorer. Pourtant, ce n'est pas avant une quinzaine d'années que l'on en verra clairement les effets. Nous le savons tous, nous travaillons pour nos enfants... Et cela, qu'ils habitent dans de petites villes ou dans nos petits bourgs! Autre effet de ces stations d'épuration, par exemple à Combrand, à Brétignolles, au Breuil-Bernard : elles vont permettre d'y relier des lotissements très prochainement. De nouveaux habitants vont pouvoir construire. Nos communes vont gagner en population.

Argenton Les Vallées

LES TRAVAUX PROGRAMMÉS EN 2007 Suite aux études de zonage d'assainissement qui ont été réalisées sur l'ensemble des communes du SVL en 2004 et 2005, un chiffrage des travaux d'assainissement collectif a été réalisé. Le montant des travaux à engager au cours des 10 prochaines années est estimé à 23 millions d'euros. Leur programmation a été établie en tenant compte de différents critères techniques : amélioration de la qualité du milieu récepteur, impact sur l'hygiène publique, population concernée….

60 Communes adhérentes à la compétence assainissement

Pour l'année 2007, le SVL va financer près de 5,5 millions d'euros en assainissement collectif. En effet, 9 nouvelles stations d'épuration sont en cours de construction ou à l'étude : 2 d'entre elles sont de type boues activées : Mauléon et SaintVarent 5 autres sont de type filtres plantés de roseaux : Cirières, Combrand, Loublande, Brétignolles et Le Breuil-Bernard

Dans le même temps, des travaux d'extension ou de réhabilitation des réseaux de collecte des eaux usées vont être engagés sur les communes du Breuil Bernard, Breuil sous Argenton, Cersay, Moncoutant, Nueil les Aubiers, Saint Aubin de Baubigné, Saint Marsault, Saint Aubin du Plain, Saint Martin de Sanzay et Saint Maurice la Fougereuse.

Les 2 dernières sont de type lagunage naturel : Saint-Martin de Sanzay et Saint Maurice la Fougereuse (village de la Fougereuse).

La pose de réseaux d'assainissement au Breuil sous Argenton

C'est aussi un engagement du S.V.L. vis-à-vis des communes qui lui ont confié la compétence assainissement. Le Vice Président chargé de l’assainissement Jean-Louis POTIRON

Le bassin d'aération de la station d'épuration de Mauléon avant sa mise en eau Le 1er étage de filtres plantés de roseaux en cours de terrassement à Combrand

4

Le lagunage naturel : technique qui va être mise en œuvre à Saint Martin de Sanzay

le journal du Syndicat du Val de Loire • n ° 16 •

5


Compétence Réorganisation des apports en déchetterie Le SVL est chargé de la gestion des 11 déchetteries dont vous êtes utilisateurs. Depuis plusieurs mois, en raison de l'augmentation des prix des métaux, nos déchetteries sont la cible de vols et de dégradations coûteuses pour notre collectivité. Plus grave, les usagers sont parfois victimes d'incivilités et nos gardiens sont souvent menacés par des "récupérateurs illégaux". En conséquence, comme d'autres collectivités du département, nous sommes contraints de concentrer la collecte des métaux et des ferrailles sur 5 sites où les mesures de sécurité seront renforcées et les bennes vidées plusieurs fois par semaine. Cette réorganisation coïncide opportunément avec l'ouverture des 5 mêmes points de collecte des Déchets d'Équipements Électriques et Électroniques (D3E). En partenariat avec l'éco-organisme crée pour la collecte et le recyclage de ces D3E, cette nouvelle organisation entrera en vigueur en septembre 2007. Au mois d'Aôut, vous recevrez à ce sujet un guide qui rassemble toutes les informations pratiques. Avec vous et pour vous, le SVL veut participer à ces enjeux d'éco-citoyenneté : gestion optimisée des déchetteries et nouvelles filières de recyclage des déchets.

Le Vice Président délégué

Norbert Béalu Le Vice Président chargé des déchets

déchets

Déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) et métaux Une nouvelle organisation se met en place sur les dechetteries à la Rentrée de septembre 2007 Les ferrailles et les déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (D3E) ne seront plus acceptés que sur 5 sites du territoire.

Que dit la loi depuis le 15/11/2006 ? Les producteurs de D3E doivent financer le recyclage des produits en fin de vie. Ils appliquent donc une éco-participation sur la vente des produits aux consommateurs, qui sert à organiser la dépollution et le reclyclage des produits. Ce pictogramme permet d’identifier les D3E. Il précise qu’il est strictement interdit de les jeter avec les ordures ménagères.

Comment s’en séparer : 1 Laisser les D3E au magasin contre l’achat d’un appareil neuf équivalent :

Attention : Les habitants du Pays Thouarsais ne dépendent pas du service déchets de SVL, les consignes de tri peuvent donc être différentes. Renseignez-vous auprès de votre service au 05 49 66 68 68

Quels déchets déposer ? GROS ELECTROMÉNAGER FROID : Réfrigérateur, congélateur... 48 Communes adhérentes à la compétence déchets

GROS ELECTROMÉNAGER HORS FROID : Lave-vaisselle, cuisinière, four, sèche-linge, machine à laver, radiateur, climatiseur... PETITS APPAREILS EN MÉLANGE : Radio, jeux, baladeur, camescope, appareil photo, perceuse, coupe haie, séche cheveux, téléphone...

ECRANS ET MONITEURS : Téléviseur, ordinateur...

Samedi 15 septembre 2007

principe du “1 pour 1”.

2 Donner les D3E à l’association Emmaüs (camion vide-grenier à domicile :

Argenton Les Vallées

FERRAILLES :

tél : 05 49 81 98 21)

Le SVL organise une

Journée “Portes Ouvertes”

3 Déposer les D3E et les ferrailles dans un point de collecte du SVL. Un guide pratique à destination des usagers des déchetteries vous sera adressé fin août à votre domicile

Points de collecte des métaux et D3E Nueil-les-Aubiers

Apport aux heures d’ouverture de la déchetterie Apport au Centre Emmaüs du lundi au samedi de 8 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30

ressuire

sur le centre de tri des déchets recyclables situé : PA. de St-Porchaire à Bressuire.

Apport aux heures d’ouverture de la déchetterie

L'été, periode de jardinage... Evitons de charger la poubelle Pensez au compostage des déchets verts du jardin et des restes de repas de la cuisine. Vente de composteurs au SVL ( 620 litres à 29 Euros TTC et 320 litres à 18 Euros TTC ).

Venez nombreux ! Horaires d’ouverture : 10h à 12 h et 14 h à 17 h

Jean-Claude Bonneau 6

le journal du Syndicat du Val de Loire • n ° 16 •

7

Le journal du Syndicat du Val de Loire  

Information à destination des consommateurs du SVL

Advertisement