FR Primer 2

Page 1

SÉRIE

PRINCIPAUX

EFFICACITÉ DE L’AIDE ET DROITS DES FEMMES PLAQUETTE N°

2

ORGANES OFFICIELS LIÉS À LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DÉCLARATION

DE

PARIS

IN A BOX

Introduction: Comprendre l’Agenda d’Efficacité de l’Aide du point de vue de la Société Civile et des Droits des Femmes En 2005, les organisations de la société civile ont été témoins de la signature de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide (DP) — l’accord le plus récent de l’histoire entre les pays donateurs et bénéficiaires pour réformer l’octroi et la gestion des fonds d’aide en vue d’en renforcer l’impact et l’efficacité. En 2005, plus de 106,8 milliards USD ont été versés sous forme d’Aide Publique au Développement (APD), par des institutions bilatérales et multilatérales de financement, aux gouvernements des pays en développement 1. En cinquante ans d’aide, les bénéficiaires de ces fonds publics ont rarement été les femmes qui reçoivent une proportion minime de l’APD globale2. L’efficacité de l’aide, en tant que processus, ressource et dispositif de structuration pour réduire la pauvreté, promouvoir le développement et soutenir les droits des femmes, a été discutable. La Déclaration de Paris a été adoptée en mars 2005 lors d’un Forum de Haut Niveau (FHN2) organisé par le Comité d’Aide au Développement (CAD) de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) 3. Actuellement, quelque 25 pays donateurs, 80 pays bénéficiaires et 25 institutions multilatérales ont adhéré à la DP. En septembre 2008, les pays donateurs et pays bénéficiaires se rencontreront lors d’un Forum de Haut Niveau (FHN3) à Accra, au Ghana pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la DP et convenir d’un nouvel 'agenda d’action'. Ce sera la première occasion pour les pays donateurs et bénéficiaires, et les 1

Kerr, Joanna (AWID). Deuxième rapport Fundher, «Viabilité financière des mouvements de femmes dans le monde entier», p. 48, 2007. 2 Bien que l’APD soit la plus souvent mentionnée, par 35% au total des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête de l’AWID «Où est l’argent pour les droits des femmes?», il est clair que les fonds pour l’égalité entre les hommes et les femmes représentent une proportion minime de l’ensemble de l’APD. Voir page 48 du Deuxième rapport Fundher de l’AWID 2007, Viabilité financière des mouvements de femmes dans le monde entier, disponible pour téléchargement sur http://www.awid.org/go.php?pg=fundher_2 3 L’OCDE est une organisation regroupant 30 pays ou donateurs clés, qui a pour mission d’aider ses pays membres à «à réaliser une croissance durable de l’économie et de l’emploi et de favoriser la progression du niveau de vie dans les pays membres, tout en maintenant la stabilité financière, et à favoriser ainsi le développement de l’économie mondiale». http://www.oecd.org/pages/0,3417,fr_36734052_36761863_1_1_1_1_1,00.html

1


organisations de la société civile, d’examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la DP. Bien que la DP engage les pays donateurs à respecter un ensemble commun de principes et objectifs pour parvenir à l’efficacité de l’aide, les OSC appellent à une série de réformes et à approfondir l’efficacité de l’aide sur la base de plusieurs préoccupations générales, notamment:

La nouvelle architecture d’aide doit comprendre toutes les parties prenantes au développement — en particulier les OSC, y compris les organisations et mouvements de femmes.

Focalisation exagérée sur les modalités d’aide: l’accent porte exagérément sur les mécanismes du système d’aide, pas assez sur la réduction de la pauvreté et l’inégalité comme prévu dans les Objectifs de Développement du Millénaire (ODM). L’évaluation de l’efficacité de l’aide doit être intégralement liée à la promotion des droits humains, à la gouvernance démocratique, à la viabilité environnementale et à l’égalité entre les sexes.

Plus de clarté concernant la mise en œuvre des principes de la DP: il faut examiner en profondeur la signification et les impacts des principes de la DP, notamment les contributions des OSC en particulier concernant les principes d’appropriation, d’alignement et de responsabilité.

Limites des engagements de suivi: le suivi des engagements de la DP pendant la phase préparatoire précédent Ghana, doit être entièrement transparent et inclure les organisations des droits des femmes et la société civile.

2


À

PROPOS DE CETTE PLAQUETTE L’OCDE a mis en place une série de mécanismes officiels pour assurer le suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris. Cette deuxième plaquette de la série Comprendre l’Agenda d’Efficacité de l’Aide s’attache à exposer et expliquer les rôles de ces groupes dans la phase préparatoire du Forum de Haut Niveau (FHN3) qui se tiendra à Accra, au Ghana 4. Les organes présentés ici comprennent le Groupe de Travail du CAD sur l’Efficacité de l’Aide, le Comité Directeur du FHN3, le Groupe Consultatif sur les Organisations de la Société Civile et l’Efficacité de l’Aide (GC), le Groupe de Référence sur l’évaluation conjointe de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris (GR) et Gendernet (Réseau du CAD sur l’égalité homme/femme).

SUIVI (DP)

DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DÉCLARATION

DE

PARIS

En vue d’assurer la véritable mise en œuvre de la Déclaration de Paris, l’OCDE a mis en place une série d’organes officiels et/ou mécanismes de suivi reposant sur un processus en plusieurs étapes garantissant l’accompagnement et l’évaluation de la mise en œuvre de la DP. Groupe de Travail du CAD sur l’Efficacité de l’Aide (GT-EFF) Le Groupe de Travail du CAD sur l’Efficacité de l’Aide (GT-EFF) est un partenariat international de pays donateurs et bénéficiaires, qui a pour mandat de promouvoir, faciliter et assurer le suivi de la mise en œuvre de la DP. Le GT-EFF est l’instance du CAD/OCDE qui entretient des liens étroits avec le travail d’harmonisation entrepris dans d’autres organes comme les Nations Unies (NU) et l’Union Européenne (UE). Sur le plan interne, le GT-EFF exerce son mandat officiel en se basant sur un ensemble d’instances du CAD/OCDE, dont quatre sont décrites ci-dessous. A. Comité Directeur du Forum de Haut Niveau 3 B. Groupe Consultatif sur les Organisations de la Société Civile et l’efficacité de l’aide (GC) C. Groupe de Référence sur l’évaluation conjointe de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris (GR) D. Gendernet (par son Groupe de Travail sur l’Efficacité de l’Aide)

A) Comité Directeur

5

Le GT-EFF a créé un Comité Directeur (CD) chargé d’organiser le Forum de Haut Niveau 3 (FHN3) à Accra, au Ghana, en septembre 2008. Mandat Le CD donne des conseils concernant le contenu du Forum— note de concept et programme — et est responsable également de préparer le document final.

4

Le Forum de haut niveau d’Accra en septembre 2008 est la première opportunité d’évaluer la mise en œuvre de la Déclaration de Paris. 5 An Update on Civil Society and the Accra High Level Forum on the Paris Declaration on Aid Effectiveness (Mise à jour concernant la société civile et le Forum de haut niveau d’Accra sur la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide), Brian Tomlinson, CCIC, juin 2007.

3


Composition • Le CD est présidé par le représentant de la Suède au CAD et compte des représentants des donneurs et bénéficiaires, de gouvernements, du secrétariat du CAD et des organisations multilatérales. Le Canada, représentant le Groupe Consultatif qui fait la liaison avec la société civile, fait office de membre ex officio. • Le CD a créé un Groupe Logistique – composé de la Banque Mondiale, du secrétariat du CAD et du représentant du gouvernement du Ghana – qui s’occupe de la planification au quotidien du FHN3 au nom du Comité Directeur et se charge de nombreux événements préparatoires. Ce Groupe Logistique prend les décisions organisationnelles mais décide aussi de l’ordre du jour et des questions à débattre au FHN3.

B) Groupe Consultatif sur les Organisations de la Société Civile et l’Efficacité de l’Aide Le Groupe Consultatif sur les OSC et l’Efficacité de l’Aide est un groupe de multiples parties prenantes composé de 12 membres, mis en place par le Groupe de Travail du CAD/OCDE sur l’Efficacité de l’Aide. Le GC est l’instance officielle des OSC dans la phase préparatoire au FHN3. Le Groupe Consultatif des OSC a été créé en vue d’intégrer les OSC dans le processus d’efficacité de l’aide, plus particulièrement pour créer des opportunités d’engagement des OSC et de dialogue avec les donneurs au cours de la phase préparatoire du Forum d’Accra. Contexte Le GC a été créé en janvier 2007, sur l’initiative de l’ACDI (Agence Canadienne de Développement International), désireuse de se pencher sur l’efficacité de l’aide des OSC. Comme déclaré dans le document de réflexion présenté par le GC, toute une série organisations d’encadrement de la SC étaient présentes au Forum de Haut Niveau de Paris en mars 2005, mais elles ne faisaient pas partie intégrante du processus. En effet, la Déclaration de Paris reconnaît à peine le rôle de la société civile en tant que partie de l’architecture de l’aide internationale 6. Quelle est la raison d’être du GC? Le GC a pour principal objet de conseiller le Comité Directeur du FHN3 et le GT-EFF concernant la participation des OSC au processus d’Accra. Le but sous-jacent du groupe est d’examiner comment améliorer la contribution de la société civile au développement en prenant la Déclaration de Paris comme point de départ. Qui sont les membres du GC? Le GC est actuellement présidé par le Canada et se compose des organisations, pays donateurs et partenaires suivants:  3 OSC du Nord: CCCI (Conseil Canadien pour la Coopération Internationale), Eurodad (European Network on Debt and Development), Actionaid International  3 OSC du Sud: AFRODAD (African Forum and Network on Debt and Development), TWN Africa (Third World Network), Reality of Aid (IBON)  3 pays donateurs: Canada, Norvège, France  3 pays bénéficiaires: Zambie, Rwanda, Nicaragua 6

Civil Society and Aid Effectiveness: Concept Paper (La société civile et l’efficacité de l’aide: document de réflexion), 28 mai 2007 présenté par le Groupe consultatif sur la société civile et l’efficacité de l’aide.

4


Quelles sont les consultations de la Société Civile? Le Groupe consultatif est chargé de mener des consultations régionales et nationales dans le monde entier, en vue d’ouvrir la discussion sur l’efficacité de l’aide à d’autres OSC. Ces consultations ont lieu au dernier trimestre de 2007 et leur impact dépendra des aspects suivants: • Large diffusion des consultations. • Critères pour déterminer les participants à chaque consultation. • Critères d’attribution de ressources et financement (les organisateurs ne financeront que 30 organisations de la région dans chaque consultation). • Mode d’élaboration de l’ordre du jour. • Méthodologie utilisée pendant la consultation. • Degré d’inclusion de ces discussions et résultats dans l’élaboration de la position du Groupe consultatif. • Degré d’incidence dans l’ordre du jour final et le format du FHN3. En ce qui concerne l’engagement des militants des droits des femmes, en particulier, les considérations suivantes sont importantes pour assurer leur participation: • Un mécanisme clair de reddition de comptes, faisant apparaître comment les contributions faites par les organisations de femmes sont reprises ou non dans le processus. • Des définitions claires sur la poursuite de la participation des défenseurs des droits des femmes à d’autres étapes du processus, en tant qu’organisations ‘chiens de garde’ mais contribuant également au suivi et à l’évaluation, avec leurs propres données, analyse et indicateurs, et avec les expériences pratiques du développement efficace au niveau local. • La continuité de l’accès aux ressources pour les organisations des droits des femmes et les OSC, afin de leur permettre de jouer efficacement leur rôle. Dans l’ensemble, il faut une plus grande clarté concernant le rôle du GC dans le processus général. Plus précisément, les éléments importants au cours de la phase préparatoire du FHN3 sont l’accès plus large aux documents clés 7 produits par le GC et plus d’informations concernant le Forum international sur les OSC et l’efficacité de l’aide, qui se tiendra au Canada en février 2008. Enfin, il faut davantage d’informations et une plus grande clarté concernant le rôle du GC dans et au-delà du FHN3, éléments essentiels pour assurer l’implication des intervenants de la société civile dans les processus officiels liés à l’agenda d’efficacité de l’aide.

7

Le document de réflexion et les documents thématiques élaborés par le GC peuvent être consultés sur http://www.oecd.org/document/47/0,3343,en_2649_3236398_39448751_1_1_1_1,00.html

5


Le Groupe Consultatif a organisé avec les OSC les consultations régionales et nationales suivantes : Asie centrale, Asie de l’Est/Pacifique Date: 9 au 12 octobre Ville: Hanoi (Vietnam) Organisateur: Ibon/Reality of Aid Contact: Tony Tujan Email: secretariat@realityofaid.org Afrique de l’Est et Australe Date: 15 au 18 octobre Ville: Lusaka (Zambie) Organisateur: AFRODAD Contact: Charles Muttasa Email: charles@afrodad.co.zw Consultation OSC du Nord Date: 15 et 16 octobre Ville: Bruxelles (Belgique) Organisateur: CONCORD Contact: Olivier Consolo Email: Olivier.CONSOLO@concordeurope.org Afrique Occidentale, Centrale et du Nord Date: 23 au 25 octobre Ville: Cotonou (Bénin) Organisateur: REPAOC Contact: Aurélien Atidegla Email: acaurelien@hotmail.com Amériques Date: 29 to 31 octobre Ville: Managua (Nicaragua) Organisateur: ALOP Contact: Ruben Fernandez Email: corpregion@geo.net.co Asie du Sud et de l’Ouest Date: 10 au 13 novembre Ville: Dhaka (Bangladesh) Organisateur: Ibon/Reality of Aid Contact: Tony Tujan Email: secretariat@realityofaid.org

6


C) Groupe de Référence pour l’évaluation conjointe de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris (GR) Informations générales concernant le Groupe de Référence L’encadrement stratégique général pour évaluer l’impact et le succès de la Déclaration de Paris a été lancé indépendamment par le Groupe de Référence, créé par le GT-EFF. Le projet de procéder à des évaluations pour fournir des informations concernant les façons dont les pays donateurs et partenaires traduisent la DP en actions, figurait en tête de l’ordre du jour de la première réunion du GR en mars 2007. Une petite équipe de gestion est chargée de la gestion de l’é valuation au quotidien. Quelle est la raison d’être du GR? Le Groupe de Référence a pour objet de coordonner le processus général d’évaluation de la mise en œuvre de la DP, de gérer ses composantes et d’assurer la progression en fonction d’un calendrier et dans les limites du budget. Quelle est la composition du GR? Le Groupe de référence se compose de 30 représentants des pays donateurs et partenaires, institutions multilatérales et OSC 8. Il est dirigé par le Ministère Danois des Affaires Étrangères (DANIDA) et financé par le DFID (Department for International Development – Royaume-Uni), la Finlande, la France, l’Allemagne et les Pays-Bas. Le Vietnam copréside le Groupe de Référence. Les principales OSC intervenantes sont Reality of Aid et UKAN (UK advocacy network) EURODAD (European Network on Debt and Development) qui font partie du Groupe de Référence en tant que participants de la SC. EURODAD coordonne la collecte de données sur la recherche des OSC pour ce processus. Focalisation et objectifs Ce Groupe de Référence a pour objet d’ajouter de la valeur au processus de suivi. Il cherche à fournir une nouvelle analyse des données en se penchant sur la DP au sens large, pas seulement sur les indicateurs. En vue d’assurer ce processus, le GR procède à 3 types d’évaluations:   

Évaluations au niveau du pays bénéficiaire. Évaluations au niveau du pays donateur. Études thématiques basées sur des études et des évaluations existantes.

8

Vous trouverez des informations concernant la structure de direction du Groupe de référence sur http://www.oecd.org/secure/pdfDocument/0,2834,en_21571361_34047972_38478335_1_1_ 1_1,00.pdf Tous les documents relatifs à l’évaluation seront mis en ligne sur www.oecd.org/dac/evaluationnetwork La liste des évaluations confirmées des donneurs et pays est reprise dans le procès-verbal de la première réunion du RG sur http://www.oecd.org/secure/pdfDocument/0,2834,en_21571361_34047972_38269515_1_1_ 1_1,00.pdf

7


Tâches/Responsabilités du GR • Consulter le Groupe de Référence sur les questions relevant de son mandat. • Informer le Groupe de Référence et autres parties concernées pertinentes de la progression. • Développer le projet de cadre d’évaluation. • Développer des termes de référence modèles pour les évaluations au niveau des pays et partenaires de développement. • Développer un programme d’études thématiques/transversales. • Développer la structure et méthodologie des termes de référence pour l’évaluation sommative de la phase 2. • Développer des critères de sélection des consultants pour les différentes composantes d’évaluation (pays, partenaires de développement, études thématiques/transversales et étude de synthèse). • Conseiller et assister les pays bénéficiaires et les partenaires de développement /institutions concernant la mise en œuvre des évaluations de pays et partenaires de développement, notamment les termes de référence, l’assurance qualité et le contrôle qualité. Ces tâches peuvent être effectuées directement par des membres de l’équipe de gestion ou par des consultants au besoin. • Conseiller et aider les pays partenaires et les donneurs/institutions à sélectionner les consultants pour les différentes évaluations (notamment en dressant une liste consolidée d’évaluateurs potentiels). • Commissionner des études thématiques/transversales, le rapport de synthèse et les autres consultations nécessaires (ex. sélectionner et désigner les consultants et examinateurs pairs). • S’assurer de la mise en place des mécanismes pour résoudre les litiges. • Développer et mettre en œuvre une stratégie de communication et de diffusion. • Superviser le budget, les dépenses et la comptabilité du fonds d’affectation de Danida (Ministère Danois des Affaires Étrangères).

D) Gendernet

9

GENDERNET, le réseau sur l’égalité hommes/femmes du CAD/OCDE, est un forum international où se réunissent des experts en matière d’égalité des sexes de différentes institutions de coopération au développement, pour définir des approches et stratégies communes en vue de promouvoir l’égalité des sexes. Créé en 1984 et bien qu’il soit l’une des structures subsidiaires permanentes de CAD/OCDE, le réseau n’est devenu actif qu’après la signature de la DP. Gendernet est donc l’organe officiel de l’OCDE qui réfléchit à et définit des stratégies concernant de nouvelles approches de travail pour l’égalité des sexes et pour changer la façon de penser des donneurs bilatéraux — dont certains se rendent compte que l’intégration d'une démarche soucieuse d’égalité entre les sexes n’est pas la solution pour parvenir à l’égalité entre les sexes.

9

Parmi les autres organes subsidiaires du CAD/OCDE, citons: GT-STAT, GT-EFF, Evaluation Network, Environet, Povnet, Govnet, CPDC et FSG.

8


Équipe opérationnelle sur l’efficacité de l’aide Gendernet, qui a maintenant un groupe de travail sur l’efficacité de l’aide appelé «Équipe Opérationnelle Efficacité de l’Aide», a rédigé divers documents sur les possibilités d’égalité des sexes dans le contexte de la DP. Cette équipe se compose de représentants des membres de l’OCDE, d’Allemagne, d’Australie, d’Autriche, de Belgique, du Canada, du Danemark, des États-Unis, de France, d’Irlande, d’Italie, de Norvège, des Pays-Bas (qui président actuellement), du Royaume-Uni, de Suède, de la Banque Asiatique de Développement, du secrétariat du Commonwealth et de BRIDGE 10 qui siège en qualité d’observateur. Équipe Opérationnelle sur les «Nouvelles Orientations» Outre l’Équipe Opérationnelle sur l’Efficacité de l’Aide, une Équipe Opérationnelle sur les «Nouvelles Orientations» en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes a été mise en place dans le but explicite de mettre à jour les Lignes directrices du CAD pour l’égalité entre les hommes et les femmes et le renforcement du pouvoir des femmes dans le cadre de la coopération pour le développement, élaborées par Gendernet et convenues par le CAD en 1999. Janvier 2008: atelier biennal conjoint de Gendernet et IANWGE (Réseau Inter institutions des NU pour les Femmes et l'Égalité des Sexes) Tous les deux ans, Gendernet organise un atelier en partenariat avec le Réseau interinstitutions des Nations Unies pour les femmes et l'égalité des sexes (IANWGE). Il est l’occasion d’échanger des idées et des informations pour améliorer les partenariats entre les institutions multilatérales et bilatérales en vue de soutenir les efforts des pays partenaires dans leur travail pour réaliser l’égalité entre les sexes et le renforcement des capacités des femmes. L’atelier de l’an prochain devrait se tenir à Paris en janvier.

10

BRIDGE soutient les efforts de sensibilisation et d’intégration d'une démarche soucieuse d’égalité entre les sexes comblant les écarts entre la théorie, la politique et la pratique, avec des informations accessibles et diversifiées en la matière sous forme d’imprimés et en ligne. Pour tout complément d’information, voir http://www.bridge.ids.ac.uk/index.html

9


Pourquoi les militants des droits des femmes doivent-ils se soucier de l’agenda d’efficacité de l’aide? Quels sont les enjeux pour les femmes? √

La Déclaration de Paris ne tient aucun compte de l’égalité des sexes! Ce document historique ne propose ni ne reconnaît aucune mesure pour promouvoir les droits des femmes, l’égalité des sexes ou des normes de droits humains par des évaluations d’impact ou toute autre mesure.

Généralement, les droits des femmes et l’égalité entre les sexes ne sont pas reflétés dans les plans nationaux de développement! La nouvelle architecture d’aide est destinée à aligner l’aide sur les priorités de développement fixées à l’échelon national — très problématique dans le contexte de certains gouvernements où les stratégies sensibles aux questions d’égalité des sexes ne sont ni pratiquées ni favorisées. L’alignement sur les priorités d’un pays est désirable en théorie. Mais si elle est mise en œuvre dans des contextes politiques caractérisés par l’inégalité entre les sexes, les violations des droits humains, etc., cette architecture peut avoir un impact négatif sur la vie des femmes et empêcher de tenir des engagements clés de développement.

Les actions des gouvernements ne réduiront à elles seules la pauvreté – affectant négativement les femmes! L’agenda d’efficacité de l’aide de la DP est axé sur les réformes institutionnelles du gouvernement pour un système d’aide plus efficace et performant, au lieu de se concentrer sur les conditions de développement efficace et durable, et la démocratisation des processus de coopération internationale.

Préserver les rôles stratégiques que jouent les OSC pour les femmes! Les organisations de la société civile et des droits des femmes n’ont guère de possibilités d’influencer le processus de mise en application de la DP. Leurs contributions et leur rôle d’intervenants clés du développement sont essentiels pour créer un climat de changement social, politique et économique, ainsi que pour réduire la pauvreté et l’inégalité entre les sexes.

La DP est un nouvel effort pour convenir d’objectifs et d’indicateurs internationaux (comme les ODM) pour l’efficacité de l’aide. L’agenda de la DP a été défini par les donateurs (à l’OCDE) et le suivi du processus d’AE se fait à l’aide d’indicateurs développés par la Banque Mondiale. Où sont les voix et les contributions des organisations de femmes et autres OSC dans ce contexte? Pourquoi les priorités de développement internationales doiventelles être convenues à l’OCDE et non dans un forum multilatéral/des parties concernées comme les Nations Unies?

Un Forum de Haut Niveau (FHN3) se tiendra à Accra, au Ghana, en septembre 2008, pour évaluer la mise en œuvre de la DP. Les organisations de femmes et les OSC en général doivent s’efforcer d’influencer l’ordre du jour de ce forum officiel, pour qu’il tienne compte de questions clés concernant la société civile, les droits des femmes et l’égalité des sexes dans les discussions et la déclaration finale.

Un processus des OSC se déroule parallèlement au FHN3. Un forum des OSC doit se tenir juste avant le FHN3 et les organisations de femmes doivent être présentes dans cet espace critique pour contribuer à une autre vision du développement, sous l’angle de la société civile.

Si les défenseurs des droits des femmes ne font pas pression pour faire adopter l’égalité entre les sexes et les droits des femmes comme priorités de développement, personne ne le fera. Il convient de s’assurer que les voix, les propositions et la participation des femmes imprègnent l’ensemble du processus.

10


Acronymes EA GC SC OSC CAD IFI ODM APD OCDE AP DSRP SWAp

L’Efficacité de l’Aide Groupe Consultatif sur les Organisations de la Société Civile et l’Efficacité de l’Aide Société Civile Organisation de la Société Civile Comité d’Aide au Développement Institutions Financières Internationales Objectifs de Développement du Millénaire Aide Publique au Développement Organisation de Coopération et de Développement Économiques Approche par Programme Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Approche Sectorielle

À propos de cette série «Efficacité de l’Aide et Droits des Femmes»

Le but de la rédaction de cette série de plaquettes, Comprendre l’a Agenda d’Efficacité de l’Aide est de partager une analyse et des informations critiques avec les défenseurs des droits des femmes concernant la nouvelle architecture d’aide qui s’est profilée à la suite de la Déclaration de Paris (DP) — le dernier accord en date entre les pays donateurs et bénéficiaires, destiné à accroître l’impact de l’aide. L’agenda d’efficacité de l’aide issu de la DP détermine actuellement comment et à qui l’aide est attribuée ainsi que la relation qui existe entre les pays donateurs et bénéficiaires. La distribution de l’aide n’est pas simplement mécanistique, il s’agit plutôt d’un processus politique. Nous espérons que les faits et questions abordés dans ces plaquettes encourageront les défenseurs des droits des femmes et les OSC à se joindre à l’appel à une approche plus complète, plus équilibrée et inclusive de la réforme de l’aide, pour qu’elle touche les personnes qui en ont le plus besoin, notamment les femmes! Plaquette 1: Aperçu de la Déclaration de Paris sur l’Efficacité de l’Aide & les Nouvelles Modalités d’Aide Plaquette 2: Mécanismes officiels liés à la mise en œuvre de la Déclaration de Paris Plaquette 3: Engagement des OSC envers l’Agenda d’Efficacité de l’Aide: Processus Parallèle, préoccupations et recommandations des OSC Plaquette 4: Suivi et Évaluation de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris Plaquette 5: L’Agenda d’Efficacité de l’Aide sous l’angle des Droits des Femmes

11