Page 7

L’ARTISANAT C’EST VOUS !

conjoint apporter son aide au chef d’entreprise. Il participe quotidiennement à l’entreprise sans aucun statut juridique et prend ainsi de nombreux et importants risques dans l’éventualité d’une rupture ou d’un décès... En comblant cette carence et en rendant obligatoire le statut, je dis bien le statut du conjoint, et en laissant le choix entre conjoint collaborateur, conjoint associé ou conjoint salarié, nous apportons une solution à ce manque de sécurité. J’insiste , ce choix est bien réel et il s’accorde à toutes situations. Le caractère obligatoire du statut ne doit pas faire peur, car il permet, sans ambiguïté, de faire un choix à sa convenance et à son niveau d’implication. Les époux ou épouses ont besoin d’une reconnaissance juridique dans les cas où ils travaillent ensemble. Il est grand temps de s’en occuper. Lorsque l’un ou l’autre disparaît, celui qui reste risque de se retrouver complètement dépouillé et peut, dans certains cas, n’avoir droit à absolument rien ! C’est dramatique et nous n’avons absolument pas le droit de laisser ces choses-là en l’état. Il est du devoir de l’U2P-NC de

L’engagement de l’U2P-NC est donc entier. Quels sont les autres dossiers qu’elle va défendre ?

> Nous poursuivons nos travaux sur tous les dossiers en cours, bien évidemment, et notre investissement est total, encore une fois. Parmi eux, la protection sociale, toujours, avec notamment le volet des maladies professionnelles et accidents du travail. À l’époque, le Ruamm a été mis en place peut-être un peu trop rapidement sans suffisamment de réflexion en profondeur et aujourd’hui, la caisse est structurellement en difficulté. De plus, il n’y a toujours rien pour couvrir les maladies professionnelles et les accidents du travail pour les indépendants. Il faut se pencher sur ces deux sujets, c’est indispensable et encore une fois, l’assurance volontaire ne résout rien ! Pour finir, des projets au niveau de l’U2P-NC également ?

> Alors qu’à l’U2P-NC nous proposions une retraite obligatoire pour tous les travailleurs indépendants, le projet du gouvernement se dirige plutôt vers un système volontaire, raccroché au régime des salariés. poursuivre son combat pour qu’enfin un cadre juridique soit défini. Le Code de commerce métropolitain l’a prévu, pourquoi pas le Code de commerce calédonien ?

Notre ligne conductrice, cette année encore, reste de pouvoir développer notre réseau. D’abord, stimuler l’adhésion à l’U2P-NC par le biais d’une meilleure communication de notre part, mais peut-être aussi via le bouche-à-oreille, des adhérents qui transmettraient le message à d’autres entreprises. Parmi les idées novatrices, je pense également que l’U2P-NC aurait besoin d’être réformée. Le syndicalisme paternaliste, c’est complètement dépassé. À l’heure actuelle, il faut envisager de devenir un organisme de service. Il faut proposer une offre à la carte comme la gestion et la comptabilité, le conseil juridique personnalisé aux entreprises, des études, analyses, etc. L’objectif : aboutir à un pool d’excellence pour pouvoir répondre au plus près et dans l’heure aux problématiques de chaque adhérent. C’est peut-être un vœu pieux, mais, pourquoi pas ? Je reste convaincu que l’U2P-NC pourrait ainsi asseoir encore davantage sa légitimité et son efficacité.

Profile for mis.

U2P-NC magazine  

Découvrez le magazine des entreprises de proximité en Nouvelle-Calédonie

U2P-NC magazine  

Découvrez le magazine des entreprises de proximité en Nouvelle-Calédonie

Profile for awa-com