Page 1

N° 3 mai 13

L’autonomie, c’est maintenant ! Les crises   répétées   et   irréductibles   que   nous   con-­‐ principes  fondateurs,   réaf5irmation  à  laquelle  nulle   naissons   marquent   la   5in   du   dogme   de   la   «   crois-­‐ politique   conjoncturelle   ne   saurait   déroger.   Il   y   va   sance  »  comme   solution  universelle   pour  l’humani-­‐ de  notre  avenir…  écolo. té.   L’appel   incantatoire  à  une  «  croissance  in5inie  »   Réaf5irmons   donc   nos   principes   fondateurs,   à   la   n’a   aucun   sens   dans   un   monde   aux   ressources   en   rescousse  de  nos  camarades  qui  ont  perdu  le  nord déclin.   Cette   croissance,   plus   que   jamais,   nous   de-­‐ vons   la   dénoncer,   la   refuser,   mais   aussi   dé5inir   et   La préservation de la nature refonder   l’alternative.   C’est   d’ailleurs   notre   raison   d’être   et   notre   utilité   en   tant   qu’écologistes.   Mais   L’écologie   politique   est   entrée   dans   la   conscience   collective  par  la  protection   de  la  nature.  Mi-­‐ depuis  quelques  années,   notre  parti  semble   nimiser   à   dessein   cet   axe   modal   de   la   s’éloigner   de   cette   mission   fondamen-­‐ pensée  écologiste  obère   notre  capacité   L’appel   tale   qui   a   toujours   été   la   nôtre.   A   tel   à   inventer   une   autre   façon   de   vivre   incantatoire  à   point  que  certains-­‐es  d’entre  nous  se   ensemble.   Ce   reniement   –   que   cer-­‐ disent   déboussolés…   Dans   les   mois,   une  «  croissance   tains   font   mine   de   découvrir   à   la   les  années  à   venir,   face  à  la  destruc-­‐ in2inie  »  n’a  aucun   veille   des  congrès   –  est  une  des  ba-­‐ tion   de   la   nature   et   au   tarissement   sens  dans  un  monde   ses  de   notre   discrédit  et  exige  qu’on   irrémédiable  de  nos  ressources,  face   aux   r essources   remette  les  pendules  à  l’heure.  L’éco-­‐ aux   effondrements   économiques   qui   en   d éclin logie   politique   a   démontré   par   ses   vont   s’ensuivre,   l’humanité   va   devoir   alertes  aujourd’hui  reconnues  qu’il   n’est   affronter   des   dé5is   inédits.   Et   les   vieilles   pas   possible   de   considérer   la   nature   boussoles   de   droite   comme   de   gauche,   à   l’usage  des  politiques  en  place,  seront  impuissantes   comme  «   autre   »,   comme   fondamentalement   «   ex-­‐ térieure   »   à   l’humanité.   C’est   précisément   cette   à  relever  ces  dé5is  :  elles  font  partie  du  problème.   «   extériorité   »   A   quelques   mois   de   notre   congrès,   nous   voulons   qui   a  rempli   la   renouer  avec  le  débat   d’orientation.   Faut-­‐il  se   limi-­‐ fonction   para-­‐ Bulletin d'information d'Avenir Ecolo ter   à   une   «   gestion   bien   pensée   »   du   parti   ?   Sans   digmatique  sur   Responsable de publication : doute   nécessaire,   mais   contreproductive   si   elle   se   l’ordre   social   Alexandre Jurado. Maquette et fait  au  détriment  de  ce  qui   fonde  notre   combat   :  ré-­‐ q u i   j u s t i 5 i e   mise en page : Hugues Stoeckel inventer  l’avenir.  Notre  culture  politique  nous  incite   tous   les   abus   à  aller  aux  affaires,   dans  les  exécutifs,  et  nous  avons   que   nous   dé-­‐ Comité de rédaction : Philippe Deraison.   Mais   doit-­‐on   y   aller   uniquement   par   prin-­‐ n o n ç o n s   :   beire, Gilles Euzenat, Alexandre cipe  et   naviguer  à  vue,   au  risque  de  brouiller   dura-­‐ é p u i s e m e n t   Jurado, Claudine Parayre, Thierry blement  notre  image  auprès   des  citoyens  ?  Peut-­‐on   des   énergies   Pradier, Michel Rouyer, Hugues se  satisfaire  d’une  écologie  des  illusions  juchée  sur   fossiles,   dérè-­‐ Stoeckel, Isabelle Urban. un   strapontin   dans   l’alternance   façon   5e   républi-­‐ g l e m e n t   d u   Pour nous joindre : que  ?  Nous  disons  non  !  Et  notre  prochain  congrès   c l i m a t ,   d e s-­‐ contact@avenir-ecolo.fr doit   être   un  congrès   de  réaf5irmation   forte   de  nos   truction   de   la  


biodiversité, recul   des   terres   arables,   agonie   des   sols,   raréfaction  de   l’eau  douce,  dépeuplement  des   océans,   crise  des   agricultures…  Et   c’est   clairement   sur   la  base  du  refus  de   cette  forme  d’anthropocen-­‐ trisme   que  s’est  construite  la  vision  écologiste  de  la   question  économique  et   sociale.   En   mettant   sur   la   place   publique  le  débat  sur   notre   rapport   à   la  na-­‐ ture,   nous   avons  posé   la   première  pierre  d’une   in-­‐ version   paradigmatique   dont   certains   écologistes   semblent   ignorer   l’ampleur,   tant   ils   considèrent   le   souci   de   la  nature  comme  une  maladie  infantile  de   l’écologie.   Or,   notre   crédit  est  strictement  fonction   de   notre   capacité   ou   non   à   internaliser,   dans   le   domaine  économique  et  social,  tout  ce  qui  a  été  ex-­‐ ternalisé   au   nom   d’une   prétendue   dualité   entre   humanité  et  nature.   C’est  en  ce  sens  que  nous   por-­‐ tons   en   germe  une   nouvelle   donne  sur  l’échiquier   politique.

Savoir dire adieu à la croissance

plosera comme   les   autres,   après   avoir   offert,   au   social  libéralisme,  un  dernier  chant  du  cygne.  

Remettre en cause la centralité du salariat La société   industrielle   a   installé   le   salariat   dans   une  fonction  centrale,  donnant  à  chacun  une  place,   une   utilité,   un   rôle.   Tout   un   ordre  moral   et   social   s’est  organisé  sur   cette  base  qui  s’effondre  aujour-­‐ d’hui,   objectivement,   incontestablement.   Le   sala-­‐ riat   n’est   plus   qu’un  temps   «   contraint   »   sans   lien   avec  le  sentiment  d’être  «  utile  à  quelque  chose  ».  Il   nous   faut   rompre  avec   cette   casse  sociale  qui   met   les  travailleurs  du  monde  en  concurrence  fratricide   et  qui  met  hors   jeu  une  part  majoritaire  de  la  popu-­‐ lation  :  jeunes,   seniors,  chômeurs,   Rmistes,   précai-­‐ res…  Il   va  falloir  faire  preuve  d’imagination  au  plus   vite,   car  des   voix   de  plus   en  plus   nombreuses,   en-­‐ dehors   de   l’écologie   politique,   y   compris   dans   les   pays   émergents   s’élèvent   pour   dire   que   la   crois-­‐ sance   ne   reviendra   pas.   Pour   ouvrir   une   brèche   dans   la   centralité   du   salariat   il   faut   reprendre   le   chantier  du  revenu  d’existence.  

« Celui   qui   croit   qu’une   croissance   in2inie   dans   un   monde   2ini   est   possible,   est  soit  un   fou,   soit   un   économiste   »   (Kenneth   Boulding-­‐   écono-­‐ miste-­‐philosophe  américain) Celui  

Prendre en compte le temps long

Nous devons  promouvoir  une  civilisa-­‐ qui  croit   Bien  sûr   que   nous   devons   créer   des   tion  du  temps  libéré,  où  chaque  «  pé-­‐ emplois   !   Pour   répondre,   entre   au-­‐ qu’une  croissance   riode   »   de   la   vie   –   formation,   jeu-­‐ tres,   à   celles  et  ceux   pour  qui   la   5in   in2inie  dans  un   nesse,   salariat,   chômage,   bénévolat,   du  mois   est  plus   angoissante  que  la   monde  2ini  est   éducation  des   enfants,   retraite,   élus   5in   du   monde.   Et   nos   propositions   possible,   e st   s oit   u n   de  la  nation…   –   doit  avoir  une  utilité   en  ce  sens   sont   pertinentes.   Mais  si   fou,   s oit   u n   sociale   reconnue   et   valorisée.   Nous   notre   projet  se  résume   à  une  «  crois-­‐ économiste traversons   au   cours   d’une   vie   ces   sance   »  ou  une   «   relance   »  vertes,  sans   «   temps   sociaux   ».   Laisser   la   notion   plus,   si   au   nom   de   l’emploi   nous   refu-­‐ «   d’activité  humaine   »  se   dissoudre  dans  le   sons  toute  mise  en  débat  de   l’utilité  sociale   seul   salariat,   c’est   un  non  sens   !   Le   salariat  est   de   chaque   production,   alors   nous   opérons   un   glissement   sémantique   lourd   de   sens.   Et   inquié-­‐ l’un   des   attributs   de   nos   sociétés   capitalistes   et   tant,   parce   qu’on  se  cantonne   à  un   réformisme  so-­‐ productivistes,   alors   que   l’activité   humaine   est   cial-­‐démocrate   qui   obère   la   radicalité   inhérente   à   immanente  au  corps  social.   C’est  elle  qui  en   consti-­‐ notre  projet  de  société.  La   «  relance  verte  »  ne  peut   tue  la  substance  et  l’oxygène,  et   non   le  salariat.   Ne   être  qu’une  sorte  de   méthadone   dans  une  situation   perdons   pas   non   plus   de   vue  que   l’avenir   est  à   la   d’addiction   structurelle   du   corps   social   au   mythe   disparition   progressive   des   énergies   fossiles   qui   de  la  croissance.   Une  étape  nécessaire,  pour  favori-­‐ servent   actuellement   de   prothèse   au   travail   hu-­‐ ser   un   climat   social   apaisé,   propice   à   la   mise   en   main   et   le   déprécie   dramatiquement   comme   le   œuvre   de  véritables   réformes   pour   une  transition   montre   le   niveau   de   chômage   dans   le   monde.   vers  une  société  écologique,  fondée  sur   le   bien-­‐être   Quand   les   150   machines-­‐esclaves   au   service   de   en  dehors   du  dogme  de  la  croissance   imposé  par  la   chaque  Français  seront  "mortes",  la   force  de  travail   «   pensée   unique   ».   Ne   nous   laissons   pas   piéger   !   humain   redeviendra   une   valeur   précieuse,   condi-­‐ Qu’elle   soit   jaune   rouge   ou   verte,   la   croissance   tion  indispensable  à  toute  activité. reste  la  croissance  avec   ses   limites,   ses   effets   per-­‐ Désacraliser les “forces vives” vers   et   les   inégalités   sociales   qu’elle   porte   en   germe.  Si  nous  persistons  à  vouloir  présenter  notre   L’entreprise   n’est   pas   une   ennemie   a   combattre,   soi-­‐disant   «   relance   verte   »   comme   l’alpha   et   mais   une   alliée   a   dépasser.   Il   est   urgent   de   pro-­‐ l’oméga   de   l’avenir   de   nos   sociétés   sans   autre   mouvoir  une  approche   moins  simpliste  pour  quali-­‐ perspective,   elle   ne  sera  qu’une   bulle  verte  qui  ex-­‐ 5ier  les  «  forces  vives  »  de  la  nation   qui   seraient,   à   en  croire   les   politiques   en  place,   l’apanage   du  pa-­‐


tronat et   des  corps  intermédiaires  qui   ont  droit  aux   vœux  du  Président,  chaque  année,   à  l’Elysée.  Alors   les   enfants,   les   jeunes,  les  chômeurs,  les  femmes   ou   hommes  au  foyer,   les  travailleurs…   constitueraient   les   forces   molles   de   la   nation   ?   La  liberté  d’entre-­‐ prendre   ne   se   résume   pas   à   l’entreprenariat,   et   la   création   d’entreprises   n’est   pas   seulement   affaire   de  «   production   »,   mais   également  de   valorisation   humaine.

Entrer en actes dans une république écologiste

à nos   idées.   Nos  accords  programmatiques  ne  doi-­‐ vent   pas   entrer   en   contradiction   avec   notre   refus   de   la   croissance   et   notre   vision  du   monde   qui   en   découle.   Le   congrès   devra   redé5inir,   ou   dé5inir,   le   contenu   et   les   modalités   de   notre   démarche   dite   «   d’autonomie  contractuelle   »,   et   revoir   l’alchimie   qui   allie   réforme   et   radicalité.   Pour   l’heure,   ce   ne   sont  que  des  mots  vides  de  sens.  Nous  n’avons   rien   créé   qui   serve  de  guide  à  nos   élus,  rien  qui  ne  per-­‐ mette  à  la  «   base   »  de   les   contraindre.   Il   va  falloir   apprendre   à   hiérarchiser   les   priorités   que   nous   inscrivons   dans  un  contrat   et  à  claquer  la  porte  en   cas  d’engagements  non  tenus,   ou  en  cas  d’une  poli-­‐ tique   nous   associant   alors   qu’elle   bafoue   les   plus   élémentaires  de  nos  principes.

Qu’en est-­‐il   de  cette  6e   république  squattée  tour   à   tour  par  Montebourg  ou  Mélenchon   ?  Peut-­‐on  faire   con5iance  aux  héritiers  de  l’auteur  du  «  Coup  d’état   permanent  »  qui   a  réussi  à  battre  le  record  de  lon-­‐ Notre action ne se réduit pas gévité   à   l’Elysée   sous   la   5e   ?   Quel   sens   y   a-­‐t-­‐il   à   à la seule sphère politique segmenter   les   ministères   par   compétences,   affu-­‐ blés   d’œillères   et   sensibles   au   lobbyisme   ?   Pour   C’est   toute  la  vie  publique  qu’il  nous  faut  renouve-­‐ dé5inir   une   orientation   gouvernementale   écolo-­‐ ler,   et   pas   seulement   la   politique.   Renforcer   nos   compatible,  il  faut  une  autorité   ayant  un  pouvoir  de   liens   avec   les   réseaux  associatifs   et  syndicaux.   Dif-­‐ contrôle   transversal   sur   tous   les   décideurs.   D’où   fuser   et   promouvoir  nos   pratiques   de  terrain,   nos   l’idée  d’un  Ministère   de  l’Ecologie,  qui  note  ou  con-­‐ expériences,   nos  solutions.  C’est  fondamental  et   ça   trôle  les  actions  des  autres   ministères.  Et  quand  on   s'organise.   Une   fondation  peut   jouer   ce   rôle,   nous   brandit   ostensiblement   l’étendard  du   changement   en  avons   une.   Pourtant,   nos   dirigeants   en   font   très   de  paradigme,   on  se  bat   pour  des   réformes   à   por-­‐ peu   la   promotion,   passent   sous   silence   son   fonc-­‐ tée   structurelle   majeure   à   long   terme.   On   se   bat   tionnement,   sa   composition.   Savons-­‐nous   quels   pour  l’interdiction  –  en5in  –   de  tous  les  cumuls   en   sont   ses   objectifs,   ses   liens   avec   les   adhérents   du   nombre   et   en  durée.   On  se   bat  pour   une  véritable   parti  ?  Là  aussi,  le  congrès  devra  clari5ier.   réforme   territoriale   avec   un   scrutin   à   la   propor-­‐ Un parti qui bafoue ses propres règles tionnelle,   et   non   pas   pour   un   aménagement   de   la   réforme  en  cours  qui  n’est  faite  que  pour   asseoir  la   est en voie de liquéfaction durabilité  d’un  bipartisme  obsolète.  On  se  bat  pour   Les   dérives   de   ces   dernières   années   sont   inquié-­‐ un   authentique   statut   de   l’élu/e,   souvent   évoqué,   tantes   :  proportionnelle  interne  bafouée,  mainmise   jamais   concrétisé.   Il   s’agit  de   créer  un  «  temps  so-­‐ d’un   clan  sur   les  postes,   laxisme  en  matière   de   cu-­‐ cial   »   à   part   entière   avec   un   statut   qui   confère   à   mul…  Dans  ce   domaine  aussi,  un  congrès   peut  cla-­‐ l’élu/e  des  droits  :   une   protection  sociale  complète,   ri5ier  la  situation  : une   rémunération  juste  et   suf5isante,   une   for-­‐ Faut-­‐il   stopper  ou  valider   la   dérive   centra-­‐ mation  à  sa  nouvelle  fonction   ;    mais  aussi   lisatrice  qui  est  à  l’œuvre  ? des   devoirs,   et   celui   entre   autres,   de   consacrer   à   sa   tâche   le   temps   prévu   Naviguer   Le   Conseil   Statutaire   doit-­‐il   continuer   par  la  loi.    Peut-­‐on  faire  con5iance  aux   à  vue  face  au   de   subir   des   affronts   inacceptables   élu(e)s,   y   compris   écologistes,   qui   lorsque  ses   décisions  ne  conviennent   PS  productiviste   parlent   de   ces   réformes   depuis   des   pas  ? nous  accule  dans   décennies   et   qui   les   oublient   dès   une  impasse Faut-­‐il   revoir   le   fonctionnement   du   qu’ils/elles   deviennent   députés   ou   Conseil   d’Orientation  Politique  ? sénateurs  ?   Faut-­‐il   valoriser   le   travail   des   commis-­‐ L’autonomie, le contrat, la réforme sions   en   acte,   ou   seulement   dans   un   Règle-­‐ et la radicalité ment  Intérieur  ? Naviguer   à   vue   face   au   PS   productiviste   nous   ac-­‐ Clari5ier  ensemble  nos  options  et   nos  pratiques,   tu   cule   dans   une   impasse.   Très   peu  audibles,   pas   as-­‐ peux   le   faire   avec   nous   en   signant   ce   texte   :   sez   crédibles,   pas   assez   cohérents,   peu   radicaux,   contact@avenir-­‐ecolo.fr hésitants  entre  la  conquête  électorale  et   la   5idélité   Alexandre  Jurado


« Class actions » à la française : un bien trop joli compliment pour une réformette ! Le  2  mai   dernier,  Bernard  Hamon  annonce  le  projet   de  loi   sur   les   «   Class   actions   à   la   française   ».   Aux   USA,   l’affaire   Erin   Brookovitch   interprétée   au   ci-­‐ néma   par   Julia   Roberts,   en   est   le   plus   5lagrant   exemple.  De   ces  «  class  actions  »  des  mesures  envi-­‐ ronnementales   et  sociales  ont  permis  des  avancées   importantes   aux   USA.   Hollande   les   avaient   promi-­‐ ses.   Mais   pour  éviter  les   actions   promues   par   des   avocats   américains   pas   toujours   assez   scrupuleux,   ou   tout   simplement   gênants   pour   les   entreprises   (ou  le  MEDEF  pour   la   France),  le  ministre   Hamon   a   tenu   à   limiter   leurs   actions   aux   seuls   préjudices   matériels   stricts,   en   passant   par  le  5iltre  de  16   as-­‐ sociations  nationales  agrées.  Rien  pour  les  préjudi-­‐ ces  de  santé  et  environnementaux.  Rien  !

Mais pas   toujours,   vu   les   délais   judiciaires   et   les   enjeux   seulement   5inanciers.   Et   comme   il   faudra   tout  simplement  passer  par  le  5iltre  d’associations,   qui   parfois  touchent  des   subventions   de   collectivi-­‐ tés   locales,   ou   dont   les   stratégies   politiques   ne   coïncideront   pas   forcément   avec   une   action   com-­‐ mune  de  consommateurs…

Les représentants  de  ces  16  associations,  eux,  n’ont   pas   mégoté   leur   contentement   :   20   ans   qu’ils   at-­‐ tendaient   cela,   après   les   promesses   des   deux   an-­‐ ciens   présidents.   Et   puis   cette   loi,   c’est   un   début,   précisent  leurs   représentants.  Mais  pour  nous  éco-­‐ logistes,   quelle  déception   !   Une  de   plus  seulement   direz-­‐vous.  Certes   !  Mais  de  taille.  L’environnement   et   la   santé   sacri5iés.   Mais   nous   avons   l’habitude   !   Halo   !   Halo   !  Les   écologistes   ?  Mais  tout  le  monde   L’écologie  est  le   cadet  des   soucis   du  gouvernement   sait   bien  que  les  préjudices  de  santé  et   environne-­‐ Ayrault.   Faudrait   pas   trop   gêner   le   MEDEF   et   les   mentaux   sont   bagatelles.     Certes   l’on   est   heureux   multinationales,  que  diable  !   d’une   avancée   citoyenne   sur   la   défense   de   con-­‐ Décidément   !   Mais   que   faisons-­‐nous   dans   ce   gou-­‐ sommateurs.   Mais  justement  cela  ne  concerne  que   vernement   social-­‐libéral   et   productiviste,   et   pas   le   «   mieux   consommer   ».   Car   il   faut   consommer   écologiste  pour  un  sou.  «   Class  action   »  est   un  bien   n’est-­‐ce   pas   ?  Et   puis,   a-­‐t-­‐on   forcément   envie  d’at-­‐ trop  joli  compliment  à  cette  mesure. taquer   pour   un     préjudice   5inancier   ?   Peut-­‐être   !   Thierry  Pradier  le  22  mai  2013

avenir ecolo 3 mai 2013  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you