Page 1

N° 2 Mars 2013

Vous avez dit transition ? Il y  a  26  ans  le  rapport  Brundtland   accouchait  du   concept  de  dévelop-­‐ pement   durable.   Le   bébé   écolo   était   jouf>lu,   on   a   longuement   théorisé   sur   ses   fondements  (rap-­‐ pelez-­‐vous  ses  “trois  piliers”)  et  on   lui   prédisait   beaucoup   d'avenir.   Mais   petit   à   petit   le   développe-­‐ ment  durable   a   été   phagocyté   par   une   classe   politique   productiviste     appelant  de   ses  vœux  la  croissance   verte,   un   oxymore   promptement   quali>ié   de   greenwashing   (lessive   verte)  par  les  décroissants  (1). Il   y   eut   certes   quelques   combats   d'arrière-­‐garde   :  “cette  cause  est  la   nôtre,   nous   ne   nous   laisserons   pas   déposséder   ainsi,   et   puis   il   n'y   a  

qu'a l'appeler   développement   sou-­ C'est   précisément   là   que   le   bât   tenable   pour   lever   toute   équivo-­ blesse.   Car   non   seulement   l'am-­‐ que”.   Peine   perdue.   Aujourd'hui,   pleur  de   cette   réduction  est   systé-­‐ tout   écologiste   digne   de   ce   nom   matiquement   minimisée   en   notre   sait   que   “développe-­‐ sein,   mais   notre   dis-­‐ ment   durable”   est   cours,   y   compris   sur   notre devenu   à   son   tour   c e   p o i n t ,   s e m b l e   un   oxymore.   Le   discours, y compris formaté   par   l'obses-­‐ rapport   Brundt-­‐ sur ce point, semble sion  de   la   PS-­‐compa-­‐ land   le   dé>inissait   tibilité. formaté par en   effet   comme   Ainsi,   le   13   mars,   étant   “un   mode   de   l'obsession de la dans   une   interview   développement   qui   donnée  juste  avant  le   PS-compatibilité dernier   répond   aux   besoins   sommet   eu-­‐ des   générations   du   ropéen,   Pascal   Can>in   présent   sans   compro-­ déclarait  :  “On  constate  que   mettre   la   capacité   des   générations   les   efforts   budgétaires   mis   en   œu-­ futures  à  répondre  aux  leurs”.   Or  on   vre  simultanément   dans   l'ensemble   sait   aujourd'hui   que   pour   avoir   des   pays   membres   provoquent   une   trop   attendu   avant   d'agir,   ce   der-­‐ récession.   On  se   tire  une   balle  dans   nier   objectif   ne   peut   le   pied   :   l'absence   de   croissance   plus   être   atteint   que   rend   mécaniquement   inatteigna-­ par   une   décroissance   bles   les   objectifs   de   réduction   des   rapide,   générale,   forte   déFicits,   quelle   que   soit   la   volonté   et   équitable   de   l'em-­‐ politique.  C'est  bien  la  preuve   que  le   preinte   écologique   de   désendettement   et   la   relance   de   l'humanité,   loin   du   l'économie   ne  peuvent  être  opposés.   p r o l o n g e m e n t   d e s   L'Europe   doit   être   réorientée,   non   c o u r b e s   a c t u e l l e s .   pour   s'exonérer  de   la  réduction  des   S'obstiner   à   le   nier,   déFicits,   mais   au   contraire   pour   y   c'est   tout   bonnement   parvenir”.   Peut-­‐on  mieux   exprimer   accepter  le   risque   d'un   effondrement   brutal   de   nos   civilisations.   Bulletin d'information d'Avenir Ecolo Beaucoup   d'anciens   laudateurs   du   déve-­‐ Responsable de publication : Alexanloppement   durable,   tel   dre Jurado. Maquette et mise en page : Dominique   Bourg,   en   Hugues Stoeckel sont  désormais   tout-­‐à-­‐ Comité de rédaction : Philippe Debeire, fait  conscients. Alexandre Jurado, Claudine Parayre, En   quoi  cela   concerne-­‐ Thierry Pradier, Michel Rouyer, Hugues t-­‐il   EELV,   vous   en-­‐ Stoeckel, Isabelle Urban. tends-­‐je   me   demander.   Pour nous joindre : Ne   sommes-­‐nous   pas   contact@avenir-ecolo.fr favorables   à   cette   ré-­‐ duction   d'empreinte   ?  


l'adhésion de   fait   au   paradigme   socialiste   de   la   nécessité   de   la   croissance   (même   pas   verte   !)   et   de   la   rigueur,   celles   précisément   qui  nous  mènent  dans  le  mur  ? Autre   exemple   :   un   document   de   14   pages   émanant   de   la   commis-­‐ sion   Économie   d’EELV,   intitulé   “Et   si  l’écologie  était  l’avenir   de  l’indus-­ trie   ?”,   était   soumis  au  Conseil  Fé-­‐ déral   des   23   et   24   mars.   Il   n'use   pas   une   seule   fois   des   mots   “dé-­‐ croissance”   ou   “résilience”,   et   les   auteurs  n'y  évoquent  le  risque  d'ef-­‐ fondrement   qu'une   seule   fois,   et   seulement   pour   ”notre   appareil   productif”,   alors   que   les  mots   “dé-­‐ veloppement”   ou   “écodéveloppe-­‐ ment”  n'apparaissent   pas   moins  de   23  fois  ! Tout   est   dit.   Demain   sera   comme   hier.  Face  aux  menaces  qui  planent   (réchauffement,   déplétions   des   ressources   énergétiques   et   miné-­‐ rales,  effondrement   de   la  biodiver-­‐ sité,   déserti>ication,   dépeuplement   des   océans,   péril   alimentaire…),   nulle   révision   déchirante   de   nos   schémas  de   pensée   ne   s’impose.   Il   suf>it   d'être   astucieux,   et   tout   ira   pour   le   mieux.   Le   félicisme   dans   toute  sa  splendeur…

Une telle   rhétorique,   tout   à   fait   nos   économies”   (ATTAC).   Alors   à   conforme   à   la   doxa   économique   quoi   bon   se   dire   encore   écologis-­‐ ambiante,   pourrait   très   bien   avoir   tes  ?   Certes,  de   telles  prises  de  po-­‐ été  l’œuvre   de  penseurs  du  PS,  lar-­‐ sition   auraient   été   quali>iées   gement   aussi   capables   que   nous   d'avant-­‐gardistes   il   y   a   20   ans,   d ’ é c r i r e   q u e   “ p a r   lorsqu'elles   avaient   ailleurs,   les   stratégies   encore  une   certaine   aujourd'hui industrielles   qui   ont   pertinence.   Mais   réussi  reposent  sur  une   que nous fonçons aujourd'hui   que   coopération   transna-­ de plus belle vers nous   fonçons   de   tionale   et   sur   la   mai-­ plus   belle   vers   un   trise   de   technologies   un mur de plus en mur  de  plus  en  plus   clés.   Cette   recette   plus proche, notre proche,   notre   dis-­‐ pourrait   s’appliquer   cours   n'a   plus   rien   discours n'a plus de   pionnier.   Nous   pour   les   Filières   de   la   transition  écologique  à   sommes   à   nouveau   rien de pionnier haute   technologie   :   e n   re t a rd   d ' u n e   énergies   renouvelables,   prise   de   conscience   nouvelles   mobilités,   efFicacité   éner-­ sur  la   gravité  de   la  situation,  sur  le   gétique,   nécessitent   des   projets   eu-­ niveau   d'alarme   qu'elle   appelle   et   ropéens   de   type   Airbus   pour   se   dé-­ sur  le  degré  de  remise  en  cause   des   velopper   et   créer   en   Europe   des   Fi-­ schémas  anciens  qui  s'impose  pour   lières   performantes   créatrices   y  faire   face.  Où  sont  notre   originali-­‐ d’emplois”.   Airbus,   une   >ilière   té  et   notre   radicalité  ?  Où   sont  no-­‐ d'avenir,   il   faut   le   voir   pour   le   tre   refus   d’idéaliser   l’avenir   et  no-­‐ croire  !…  Lecture   faite   de   ce  docu-­‐ tre  lucidité  sur  les  réalités  qui  nous   ment,   il   ne   manque   à   son   titre   attendent  ? “l'écologie,   l'avenir   de   l'industrie”   Hugues  Stoeckel   que   l'écho   ironique   “et   vice-­ver-­ (1)   Pour   Serge   Latouche,   le   déve-­‐ sa”… loppement   lui-­‐même   n'est   que   le   D'autres   acteurs   sont   aussi   capa-­‐ forçage   de   l'occidentalisation   du   bles   que  nous   de   demander  la   “re-­ monde. conversion  sociale  et   écologique   de  

Encore ! Encore  un   haut   fonctionnaire,  issu   des   corps  d’états   les   plus   produc-­‐ tivistes,   nommé   au   gouverne-­‐ ment   !   Les   ponts   et   chaussées   voient  un   des  leurs,   Gilles  Riccono,   devenir   directeur   de   cabinet  de   la   ministre   de   l’écologie.   Tout   se   passe   comme   si   des   pans   entiers   de   l’industrie   demeuraient   leur   chasse  gardée,  alors  que   l’on   pour-­‐ rait   légitimement   s’attendre   à   des   nominations  d’écologistes. Comme  si  nous  n’existions  pas  ! On  constate  une   dérive   quasi  droi-­‐ tière   :   dure   avec   les   faibles,   doux   avec   les   puissants   et   les   riches   :   cadeaux   >iscaux   aux   entreprises   sans   contrepartie   pour  les  20   mil-­‐ liards  d’euros  de   l’accord   de   com-­‐ pétitivité   ;   l’accord   ANI   entre   en-­‐ treprise   et   syndicat   comporte   des   reculs,   tout  à   fait  dans   l'air   libéral   du  temps.  Les  mots  solidarité,  par-­‐ tage,  sobriété   paraissent  obsolètes,  


le mot   décroissance   est   raillé.   Et   le   dossier   de   l’énergie   !   Après   Même   lorsque   le   président   Ché-­‐ Fukushima,   rien   !   Ou   si   peu   !   La   reau  de   la  commission  de   dialogue   >iscalité   écologique   uniquement   émet  des   doutes  sur  la   va-­‐ vue   pour   son   apport   >i-­‐ lidité   des   arguments   nancier,   sans   pers-­‐ en   faveur   du   projet   pective   réelle,   sans   c’est comme d’aéroport   de   Notre   projet   et   remis   aux   Dame-­‐des-­‐landes,   le   dans un couple : ce calendes  grecques. président   Hollande   qui n’est pas dit Alors  la   question   se   répond   au   président   pose   :   peut-­‐on   faire   ressort un jour du   Conseil   Général   un   accord   avec   qui   de   Loire-­‐Atlantique   inévitablement que   ce   soit   en   met-­‐ que   :   oui,   le   projet   se   tant   sous   le   boisseau   fera  !   Oui   c’est  un  projet   les  questions  qui  fâchent   majeur  pour  le  gouvernement  !   et   s’accorder   sur   le   reste   ?   Vous  

savez, c’est   comme   dans   un   cou-­‐ ple   :   ce   qui   n’est  pas  dit,   caché,   ce   qui   est   tu,   ressort   un   jour  inévita-­‐ blement.   Et   celui   qui   faute   peut   prendre   cette   attitude   pour   de   la   faiblesse,   et   de   façon   cynique   ac-­‐ centuer  ses  travers  :  c’est  le   cas   du   PS,  de  plus  en  plus  hégémonique. C’est   cette   méthode   d’accord,   de   mise   sous   le   boisseau,   qui   devra   être   revue,   et  sur  laquelle   les  mili-­‐ tants   d’EELV  devront   bien   un   jour   se  prononcer. Thierry  Pradier

Prenons le   nucléaire,   par  exemple.   qu’à   la   >in   des   temps.   De   même   Continuer   à   utiliser   cette   énergie   pour   le   changement   climatique,   est   typiquement   une   décision   sus-­‐ nous  suivons  mordicus  le   scénario   ceptible   de  réaliser  le   pronostic  de   «  business  as  usual  ».  Un   article   de   Lamarck.   Nous   avons   déjà   rendu   Pour   la  science  démontrait   que   les   …   même   si  l’on   est  du  mauvais  cô-­‐ deux   territoires   inhabitables,   à   pêcheurs   avaient   intérêt   à   conti-­‐ té.   Lamarck   disait   déjà   en   1820   :   Tchernobyl   et  Fukushima.  Les  con-­‐ nuer,   chacun,  à  pêcher  le  maximum   «  On  dirait  que  l’homme  est  destiné   séquences   d’un   accident   sont   de   poissons   même   si   la   ressource   à   s’exterminer   lui-­même   au-­‐delà   de   ce   que   l’on   se  raré>iait.   Ce  comportement  avait   après   avoir   rendu  la  pla-­ peut   gérer.   Les   domma-­‐ été  décrit  dans  le   célèbre   article   de   nète  inhabitable.  »   Dans   Les ges   sont   irréparables.   Garrett   Hardin   paru   dans  la   revue   les   >ilms   américains,   il   conséquences D’ailleurs,   il   est   symp-­‐ Science   en   1968,   The   Tragedy   of   y   a   toujours   un   petit   malin  pour  trouver  l’as-­‐ d’un accident tomatique   de   voir   que   the  Commons.   En   poursuivant  cha-­‐ l’éventualité   d’un   acci-­‐ cun   rationnellement   son   intérêt,   tuce   qui   rendra   possi-­‐ sont au-delà dent   n’a   été   envisagée,   on   >init   par   détruire   le   bien   com-­‐ ble   le   happy  end  de   ri-­‐ prévue,   chiffrée   que   ré-­‐ mun.   Ainsi,   des   décisions,   ration-­‐ gueur.   Mais   dans   la   de ce que l’on cemment.   Dans  son  zèle   nelles   au   niveau   individuel,   vien-­‐ vraie   vie,   peut-­‐on   tou-­‐ peut gérer. gestionnaire,  l'Institut  de   nent   alimenter   la   liste   des   déci-­‐ jours   compter   sur   l’ap-­‐ radioprotection   et   de   sû-­‐ sions   absurdes   aux   conséquences   parition   de   Zorro,   James   reté   nucléaire   (IRSN)   a   aligné   désastreuses. Bond  ou  Superman  ?    Ils   semblent   quelques   chiffres,   des   centaines   malheureusement   souvent   aux   La  faute  aux  lois  de   l’économie   qui   voire  des  milliers  de  milliards  mais   abonnés   absents   et   nous   sommes   nous   contraindraient   à   sauter   ce   ne   sont   que   des   chiffres,   des   condamnés  à   récolter  ce   que   nous   comme  des   cabris  en  criant  «  crois-­ abstractions   qui   ne   disent   rien   de   avons   semé,   pas   forcément   con-­‐ sance,  croissance  »  ?  N’est-­‐ce  pas  se   la   souffrance,   des   sciemment.   Parmi   ce   que   nous  se-­‐ tromper  de  priorité  ?  La   vies   détruites   par   mons,   il   y  a   maintes  décisions   ab-­‐ biologie,  la   chimie   et   la   En poursuivant un  accident. surdes.   Nous   en   avons   tous   expé-­‐ physique   ont   aussi   rimentées.   C’est   d’ailleurs   le   titre   chacun Avec   nos  58   réac-­‐ leurs   lois  avec   lesquel-­‐ d’un  essai  de  Christian   Morel   :  “Les   teurs,   nous   de-­‐ les   on   ne   négocie   pas.   rationnellement décisions   absurdes   :   sociologie   des   vrions   paniquer,   Nos   organismes   ne   erreurs   radicales   et   persistantes”.  Il   réagir.   Faut   être   son intérêt, on finit s o n t   t o u j o u r s   p a s   cherche   à   comprendre   pourquoi   cinglé,   connais-­‐ par détruire le bien adaptés   à   la   vie   en   des   hommes   intelligents   ont   pris   sant   les   risques   zone   irradiée   et   la   collectivement   des   décisions   qui   commun pour   continuer.   combustion   des   matiè-­‐ allaient  à   l’encontre   des  buts  qu’ils   Que   nenni   !   Arrê-­‐ res  fossiles   produit   des   cherchaient  à  atteindre   et  ont  per-­‐ ter   la   production   gaz   à   effet   de   serre   qui   sévéré   dans   l’erreur.   Souvent,   la   d’électricité   nucléaire,   mainte-­‐ dérèglent   le   climat   et   provoquent   décision   absurde   n’apparait   telle   nant   ?   Seuls   quelques   marginaux   des   changements   que   nous   ne   sa-­‐ qu’à   postériori.   Cependant,   il   y   a   illuminés   peuvent   y   songer.   Para-­‐ vons   pas   contrôler.   En   la   matière,   des  décisions  qui  ont  plus  de  chan-­‐ doxalement,   l’attitude   quali>iée   de   l’erreur   radicale   apportera   peut-­‐ ces   de   faire   partie   de   la   liste   des   «  raisonnable  »  consiste  à   persister   être   un  gain   à   court  terme   à   quel-­‐ décisions   absurdes…   ce   qui   ne   dans  la   voie   actuelle,   à   ignorer  les   ques-­‐uns  mais  la  mutualisation   des   nous   empêche   pas   de   les   prendre   avertissements,   à   faire   comme   si   pertes   nous   coûtera   à   tous   bien   ni  de  persister  dans  l’erreur. demain  devait  être   comme  aujour-­‐ trop   cher.   En   théorie   des   jeux,   d’hui,   et  ainsi,   jour  après  jour,   jus-­‐ comment   quali>ie-­‐t-­‐on   un   joueur  

Difficile de quitter la branche que l’on scie…


qui joue   des   coups  avec  une   espé-­‐ rance  de  perte  certaine  ?

sont pas   conscients   de   cela,   nous   avons  remis   notre  des-­‐ t i n   e n   d e   t rè s   Il   est   peut-­‐être   temps   m a u v a i s e s   Si vous ne de   remettre   en   cause   mains.   Rester   la   con>iance   que   nous   savez pas comment h u m b l e ,   c e l a   accordons   à   nos   ca-­‐ veut   dire   com-­‐ réparer, s’il vous pacités   cérébrales   p r e n d r e   q u e ,   pour   gérer   les   situa-­‐ plaît, arrêtez le connaissant   nos   tions  auxquelles   nous   faiblesses,   il   est   massacre ! sommes   confrontés.   prudent   de   fer-­‐ Plus   notre   puissance   mer  les  chemins  qui   augmente,   plus   il   devient   vi-­‐ mènent   à   des   précipices,   à   des   tal   de  rester  humble  et  tenir  comp-­‐ conséquences   que   nous   ne   pour-­‐ te  des  biais  de  nos  décisions.  Si  les   rons   pas   assumer.   C’est   ce   que   hommes  et   femmes   au   pouvoir  ne  

Le document  ci-­ contre,  obtenu   via  un  membre   du  PS  sarthois   opposé  à  NDDL,   a  été  diffusé  à   des  milliers   d’exemplaires   en  Loire-­ Atlantique. Vous  doutiez   qu’il  y  ait  une   réelle  fracture   idéologique entre  le  PS  et   EELV  ?  Cette   “une”  d’un  tract   de  16  pages   couleurs  devrait   lever  vos  der-­ niers  doutes…

nous demandait,   en   1992,     Severn   Suzuki   au   nom   de   l’organisation   environnementale   des   enfants,   dans   son   discours   au   sommet   de   Rio   :   «   Si   vous   ne   savez   pas   com-­ ment  réparer,  s’il  vous  plaît,  arrêtez   le   massacre   !   »   Il   faut   fermer   des   portes   pour   se   donner   la   capacité   d’en   ouvrir   de   nouvelles.   Sans   re-­‐ grets  car  les   portes   que  l’on  ferme   ne  mènent   pas  au   paradis  mais  à  la   fournaise   infernale…   sans   jeu   de   mots  ! Isabelle  Urban

avenir ecolo 2 mars 2013  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you