Page 1

5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 1/8

A LE N IC I P

MU TIONS ÉLÉC ILLE NV THIO r el Cultu id a t s Pacte aux cand sé p r op o

5/ S 201

U RON L AS T S C H A K O IC N OM p ar M AS T et T H O r: , nu p a HAK A E IEU S out e OU MC B 3 L n U io ciat PAS A E H l’asso C OU p ectif T hip ho le Coll ILES M rap he g if t é c r e o - ch le Coll ien le KO U M plastic e ct a c T SEK A D A r ien sp a tiste S ic n F h s c F I - te usique É CRE OVA N que M /BAM) T ti H E RV s N ti A r M aires gué A R AND - délé senal/Trinit BERT H ET r C (A O s T es e n L AS able d n Scè N ICO s p o ns et z Metz e e r s e ll N Z IO Ville de M Actue ’ASC E la L AS D ultures de O IC N he e nt c m e tog rap ip o équ H - Ph C S N IN MU SY LVA

MOT D’ORDRE GÉNÉRAL La culture est un moteur essentiel pour le dynamisme d’un territoire. Face aux restrictions budgétaires qui s’imposent aux collectivités territoriales, le modèle traditionnel d’une politique culturelle élitiste largement subventionnée en direction d’une maigre partie de la population ne peut plus être le seul motif de préoccupation : nous devons repenser l’idée de culture dans la Ville au-delà des outils déjà existant,au travers d’un socle de valeurs partagées qui rassemblerait chaque acteur culturel du territoire (institution, privé, public) au service du bien commun, sans préjuger a priori de la valeur artistique de chacun. Encourager de nouveaux systèmes plus impliquants, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, ne veut pas dire niveler par le bas. Cela signifie simplement favoriser le « faire » artistique et le commun : l’art et la création, oui, mais incarnés dans des démarches culturelles qui concernent et impliquent systématiquement la ville et ses habitants dans ses enjeux. Des démarches qui les servent, les forment, leur procurent des émotions, qui créent de l’identité et des souvenirs ou qui les obligent à se positionner en tant que citoyens ou habitant d’un territoire. En ce sens, la culture et l’action culturelle sont des vecteurs d’émancipation et de construction personnelle et collective, d’affirmation de soi et de liant social. Voici donc des axes de développement qui lient systématiquement la Culture à un des aspects de la politique de la ville et de son territoire :

CULTURE ET JEUNESSE Utiliser à bon escient et au maximum la carte des équipements culturels existants pour offrir à chaque enfant scolarisé de la ville au moins une expérience culturelle et/ou artistique de pratique et/ou de spectateur par an, de la maternelle au lycée. (Scala, Théâtre, Conservatoire de Musique, Adagio, 3e Lieu, Nest, LED, les maisons de quartier, et bien sur la Rue). - Se donner les moyens d’une action culturelle globale de fond, qui serve de bagage à l’élève thionvillois pour toute sa vie. - Renforcer les liens avec le NEST en ajoutant à son cahier des charges national une ligne locale supplémentaire et des actions d’ouverture vers la Ville et sa jeunesse (comme déjà initié avec Contre-Courant depuis deux ans) - Redonner aux jeunes thionvillois un accès privilégié aux outils de formations et de création de la Ville : le 3e Lieu, le LED, le Conservatoire… - Donner au mouvement Hip Hop un lieu pour danser et un crédit d’estime.


5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 2 /8

CULTURE ET CITOYENNETÉ DIY & DIWO – Do It Yourself & Do It With Others (Fais le toi-même et avec les autres) Il faut permettre aux usagers de s’impliquer dans la définition de la politique culturelle, des projets des établissements culturels et les associer à la mise en œuvre de ceux-ci. - Ouvrir les établissements et leurs projets sur la cité en instaurant des démarches et fonctionnements participatifs, en y accordant une place importante aux artistes et aux usagers. Le 3e Lieu est le lieu tout indiqué pour expérimenter des dispositifs en ce sens - Appliquer l’esprit du programme initial du 3e Lieu qui prévoit de nouvelles activités et de nouveaux événements sur la Ville : la Grande Salle (salons, festivals, rencontres, expositions, concerts... ), les Salles de Créations Numériques (formation et création en image, vidéo, sons et écriture), le Forum et les différentes missions des bulles de la médiathèque - Dynamiser les activités du LED avec ses acteurs créatifs culturels (groupes de musiques, plasticiens, compagnies de théâtres et orchestre symphonique) ainsi que le ThiLab (FabLab thionvillois) - Rétablir le lien entre les élus et les acteurs culturels pour créer de nouveaux partenariats et de nouvelles propositions pour les thionvillois. - Mettre en place des actions hors les murs, au plus près des citoyens, dans leurs quartiers et en partenariat avec les structures socioculturelles.

CULTURE ET NUMÉRIQUE Le numérique s’est installé dans nos quotidiens et a étendu l’univers des possibles. Internet, les objets connectés, les réseaux sociaux, les contenus et la masse d’information disponibles ont révolutionné en une décennie nos modes de vie. Les processus, les outils de création, matériels et logiciels, sont devenus également plus accessibles. La fracture se situe d’avantage aujourd’hui au niveau de l’usage des technologies numériques plutôt que dans leur accès. - Accompagner les artistes, les citoyens afin qu’ils puissent tirer le meilleur profit du numérique : s’en emparer pour faire - Rendre au 3e Lieu sa vocation première : être un point central de la Ville, utilisé et partagé par ses habitants dans un fonctionnement participatif citoyen, artistique et numérique - Développer les initiatives créatives liées aux nouveaux médias afin de générer de nouvelles perpectives d’emploi.


5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 3/8

CULTURE ET ÉCONOMIE Thionville a les capacités à devenir une ville qui permet artistiquement. La Culture et ses manifestations ne sont pas les clichés de gouffre financier que l’ancien modèle lui prête. La culture d’aujourd’hui créer une visibilité et une attractivité inégalable pour une Ville, et génère des emplois directs et indirects (commerces, tourisme…). - Faire rayonner la Ville en créant une synergie avec ses différents équipements culturels et ceux du territoire - Inventer la culture d’après-demain, dans sa forme et dans ses nouveaux modèles économiques (autofinancés et mêmes rentables) - Innover en tenant compte des contraintes économiques de notre temps, en encourageant la mutualisation des équipements, des moyens, et des énergies - Développer le mécénat, les partenariats et le sponsoring, des modèles permettant l’augmentation des recettes propres.

CULTURE ET PROFESSIONNALISATION Thionville doit encourager la création, offrir des conditions d’accueil et de travail adaptées, se doter d’un fonctionnement optimisé et incitatif. Cela passe par la prise en compte du statut de l’artiste, social et professionnel, mais aussi par de la réactivité et une réelle volonté de mettre des moyens (pas uniquement financiers) pour faciliter les projets. - Favoriser la création et les formes émergentes, être à l’écoute des pratiques et des demandes artistiques locales - Créer un fonctionnement qui permet les réponses et les prises de décisions rapides (à l’image du temps contemporain qui est celui du numérique et de la réactivité), avec des circuits courts de prises de décision responsables et autogérées; et avec un agent de la Direction de la Culture a disposition pour rebondir sur ces demandes et coordonner toutes les énergies créatrices qui vont traverser la Ville pendant le mandat. - Renforcer les mouvements d’initiative culturelle locaux, et les appuyer et les valoriser grâce à la coordination des services de la Ville et de ses équipements.

CULTURE ET COMPÉTENCES Pour mettre en œuvre cette approche contemporaine, globale et ambitieuse, il faut que les futurs élus soient convaincus et deviennent le moteur et les garants de ce pacte. Il faudra qu’ils puissent s’appuyer sur une équipe de terrain compétente, spécialisée et dynamique.


5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 4 /8

MOTS DE SOUTIEN L’association BOUMCHAKA se joint à Nicolas Turon et Thomas Tomschak, à cette réflexion sur la place de la culture à destination des Thionvillois. Présente depuis 10 ans sur la ville de Thionville, l’association défend les valeurs partagées plus haut dans toutes les actions qu’elle propose régulièrement tout au long de l’année sur le terrain (avec pas moins de 30 évènements organisés par an sur la commune). Elle croit en la nécessité des lieux d’expression et de la promotion culturelle pour l’enrichissement de chacun et le dynamisme d’une ville de la dimension de Thionville. Elle reste un acteur culturel forte de proposition et motivé à construire avec chacun des projets divers autour des musiques actuelles. Cette charte est donc pour nous tout aussi logique qu’essentielle et nous nous réjouissons que des citoyens thionvillois veuillent la porter. Nous nous joignons donc à eux, fidèle à nos modes de réflexion et continuerons nos actions, et ce, avec quel n’importe quel nouveau maire sortant.

Le collectif TOUCHE PAS AU 3E LIEU défend le programme du 3e Lieu tel qu’il a été défini lors de sa création. Les modifications qui ont été présentées dernièrement amènent à la destruction pure et simple du concept même du 3e Lieu. De fait, l’intégration du Centre Socio-Culturel Jacques Brel est un non sens qui met à mort le projet, ainsi que les perspectives de développement que proposent le 3e Lieu. Pour sauver le 3e Lieu et défendre la culture à Thionville nous nous joignons entièrement à ce pacte.

Le Mouvement Iconoclaste Libre Et Saugrenu (MILES) de Thionville, s’associe au Pacte culturel proposé aux candidats à l’élection municipale de Thionville. Collectif fondé par deux jeunes thionvillois et travaillant avec des lycéens de la ville depuis près de deux ans maintenant, nous touchons à de nombreuses formes d’expressions artistiques : courts-métrages, moyen-métrage, spectacle son et lumière, documentaire, spectacles déambulatoires dans différents lieux…

D AVEC

YER ENVO S U O N TIEN : OM P OU R E SOU @GMAIL .C 0 VOTR 10 RE57 ULTU EL AC

À travers ces différentes créations, nous cherchons à changer profondément le regard des gens sur les lieux dans lesquels ils vivent, travaillent et passent. Nous choisissons toujours de créer dans notre environnement de vie pour le transformer et le dynamiser. Nous cherchons également à permettre à de nombreux jeunes amateurs (danseurs, comédiens, musiciens…) d’acquérir une première expérience, dans leur ville, d’une pratique culturelle, avec l’apprentissage des contraintes et des épanouissements qui naissent de ces aventures. Pour toutes ces raisons, nous nous reconnaissons dans l’idée d’une culture pour tou(te) s et partout. Nous soutenons l’idée d’une culture qui crée du lien social, participe à une émancipation des collectifs, comme des individus, et permette à tout un chacun de sortir la pépite artistique qu’il porte en lui. Parce que la culture sur Thionville doit se démocratiser et changer le regard sur le monde des citoyens de demain et d’aujourd’hui, le MILES soutient le Pacte culturel de Nicolas Turon et Thomas Tomschak.


5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 5 /8

Sylvain MUNSCH [Afin de faire se peut...] Parce que sur Thionville nous avons des gens motivés, créatifs, investis et sincères dans leur démarche. Parce que la culture c’est aussi et surtout une question locale, dénuée d’affiliation politique, mais avant tout humaine, et qui est le vrai moteur d’une région. Parce que les lieux, les établissements et les acteurs locaux ont besoin de notre soutien et du soutien des futurs élus, quelle que soit notre (leur) couleur politique. Parce que personne n’est plus au fait des initiatives, des évolutions possibles et du potentiel culturel local que ceux qui s’y investissent au jour le jour. Parce que le rayonnement et la création commencent ici, juste au bas de nos portes, et parce que tout doit être fait pour favoriser, encourager et soutenir la Culture locale. Avec les citoyens, avec les élus, et avec nous tous. Parce qu’il ne tient qu’à nous de faire bouger Thionville ! Et si ça vous touche, si ça vous motive, si vous voulez faire bouger les choses : faites-le leur savoir, et faites-le savoir à nos futurs élus lors des prochaines municipales !

Nicolas D’ASCENZIO & Nicolas TOCHET En cette période incontestablement bien difficile sur le plan économique, la culture est trop souvent absente du débat public, politique. Pourtant, il nous semble que ce n’est justement pas le moment de s’en désintéresser. Bien au contraire, il importe de la remettre au coeur du champ politique et de ses enjeux. Dans une campagne municipale thionvilloise qui se singularise par des débats judiciaires, personnels, qui peuvent certes s’expliquer par des circonstances surprenantes mais qui n’en sont pas moins assez éloignés d’enjeux réels, on ne peut que se réjouir de cette démarche d’acteurs culturels, bien présents sur leur territoire. Le fait que Nicolas Turon, Thomas Tomschak et la team Boumchaka soient des amis et (parfois) des compagnons de route n’altère pas (espérons le) notre point de vue sur la pertinence de leur initiative : en s’adressant à tous les candidats, en recensant des propositions simples tout en ne niant pas les difficultés à venir, ils reposent les bases de ce que devrait être, aujourd’hui, un débat local et citoyen sur les politiques culturelles. À Thionville, et ailleurs.

D AVEC

YER ENVO S U O N TIEN : OM P OU R E SOU @GMAIL .C 0 VOTR 10 RE57 ULTU EL AC

Nous tenions donc simplement à faire savoir que nous soutenons sans réserve cette démarche, et même qu’il faut maintenant songer à l’amplifier. Au delà du seul sujet culturel, la nécessité de l’implication des citoyens dans les affaires de la cité apparaît aujourd’hui évidente pour apporter un regard neuf et un indispensable renouvellement, pour la sortir des écueils du désengagement des habitants et de l’abstention constatée élection après élection. Cette implication, chacun d’entre nous doit la porter. Et pour notre part, ça sera Avec de la Culture, bien entendu.


5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 6 /8

RÉPONSES DES CANDIDATS ET DES ACTEURS CULTURELS

Anne GROMMERCH, pour la liste «THIONVILLE AU COEUR» J’ai bien pris connaissance de votre sollicitation concernant votre pacte «De la culture» que vous proposez aux candidats de l’élection municipale de Thionville. Votre initiative, qui vise à apporter un contenu constructif à cette campagne, révèle bien que certains candidats s’attachent davantage à salir leur adversaire, en l’occurrence moimême, qu’à répondre aux attentes des Thionvillois. Je vous remercie donc de souligner par votre démarche qu’il faut en finir avec les attaques, les diffamations et les injures et enfin parler de Thionville. C’est ce à quoi je m’attache depuis que je me suis investie pour ma ville. Votre «démarche désintéressée», comme vous le soulignez, serait cependant plus légitime si vous ne participiez pas vous-même à cette campagne de calomnie à mon encontre. Vous qui parlez de Culture et qui faites des propositions intéressantes pour celle-ci, comment pouvez-vous dans le même temps utiliser les réseaux sociaux comme un défouloir et un moyen de m’attaquer personnellement ? Je tiens à votre disposition vos publications sur ces réseaux. Comment, Monsieur Turon, pouvez-vous utiliser l’audience de France Bleu Lorraine Nord pour m’injurier gratuitement? Votre rédaction ayant été obligée d’apporter un démenti à vos propos. Cette contradiction entre votre démarche et votre attitude personnelle enlève toute neutralité à votre initiative. Enfin, puisque vous présentez une démarche désintéressée, je ne peux qu’en conclure que vous ne soutenez plus Bertrand Mertz dont vous êtes tous les deux proches, l’un en tant qu’ancien élu de sa majorité, l’autre en tant que partenaire récurrent de sa municipalité. Vos propositions pour la Culture doivent-elles êtres entendues comme une déception vis à vis de l’action de Monsieur Mertz pour la Culture à Thionville durant 6 ans? Vous le voyez, votre attitude injurieuse à mon encontre et vos liens établis avec l’un des candidats enlèvent malheureusement toute légitimité à vos propositions qui peuvent pourtant se montrer intéressantes. Mais finalement, dans la Culture, l’attitude de l’auteur peut parfois gâcher son travail...

Jean BOILLOT, metteur en scène et directeur du NEST Oui à un débat sur la culture, mais pas sur les bases proposées par « Avec de la culture ». Un texte, nommé « Avec de la culture », circule depuis quelques jours sur internet et les réseaux sociaux, repris par la presse régionale : il concerne la Culture à l’occasion des élections municipales de Thionville. Son mérite est de replacer la culture dans le débat politique. Le fait était suffisamment rare pour qu’on puisse s’en féliciter. Mais ses bases polémiques et non concertées, dressant les acteurs culturels et artistiques les uns contre les autres, dans un contexte fragilisation massive de notre secteur, nous ont fait déchanter.


5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 7/8

Il s’appuie sur l’idée infondée et pourtant largement répandue que la décentralisation est un échec, que la Culture coûte trop chère et qu’elle pourrait se dispenser de financements publiques voire être rentable ! Même le théâtre privé qui actionne pourtant la grande machinerie médiatique, est subventionné à 10% ! La culture, tout comme la santé, l’éducation, la recherche, est en France un service public et ne peut être vu à l’aune de l’illusoire rentabilité économique : c’est notre liberté d’expression, c’est notre créativité singulière, c’est la diversité de l’offre culturelle faite au public qui sont ici en jeu ! Constatons aussi que, sur le plan national comme sur le plan local, la fréquentation des salles de théâtre progresse, que le public se diversifie, que la demande culturelle se fait d’année en année plus pressante, résultat direct de cette politique volontariste menée depuis l’après-guerre. Cf l’étude du DEPS qui regarde l’évolution du public de théâtre sur 40 ans : http://www. pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/…/CE-2011-7… Et s’il faut prendre pour exemple le NEST, toute personne qui fréquente notre théâtre pourra constater que les salles sont pleines, et ce « malgré », ou plutôt « grâce » à une programmation exigeante. Les rédacteurs la qualifie d’ « élitiste » ; moi je dirais plutôt diversifiée, ouverte, composée d’œuvres belles, complexes, poétiques, nouvelles, sensibles et intelligentes ... (et non simplificatrices ou seulement divertissantes) faites par des artistes professionnels et talentueux. Nous avons conscience que le monde bouge très vite et qu’il faut travailler toujours à mettre en phase notre activité ; que de nouvelles collaborations doivent s’établir au sein de notre secteur et au-delà. Nous le savons d’autant mieux que notre travail est un art du présent ; que loin d’être enfermés, les artistes s’adressent au gens dans la salle ; que nos équipes sont constamment en contact avec le monde réel, à commencer par la jeunesse au sens large, l’un des axes de notre travail depuis cinq ans ; que les tournées de nos spectacles nous amènent à aller ailleurs constater que l’appétit de culture augmente partout sur notre territoire. L’extraordinaire maillage que le monde entier nous envie déploie des efforts toujours renouvelés, contribuant depuis plus de 70 ans à élargir et renouveler le public. Il est impensable de revenir en arrière. Alors oui au débat, mais sur des bases partagées, pour plus de complémentarité, plus de coordination, plus de visibilité, plus de collaboration.

Pascal DIDIER pour la liste UNIS POUR THIONVILLE Entouré par les contributeurs du programme Culture de la liste Unis pour Thionville et par plusieurs de ses colistiers, Bertrand Mertz a rencontré samedi 30 mai Thomas Tomschak et Nicolas Turon, les deux initiateurs du pacte « Avec de la culture ». Même s’ils ne partagent pas l’ensemble du diagnostic posé par ce pacte – notamment sur la question de la décentralisation culturelle – tout en étant largement séduits par plusieurs des propositions émises, les membres de la liste Unis pour Thionville ont salué cette initiative qui comme l’a souligné par ailleurs Jean Boillot, le directeur du NEST, a « le mérite de replacer la culture dans le débat public ».


5/ S 201 IPALE IC N MU didats TIONS x c an ÉLÉC ILLE u a é s V o THION ulturel prop C P a ct e 8 /8

Bertrand Mertz en a profité pour présenter les grandes lignes de la vision culturelle de son équipe pour la ville. Rédigé par Georges Deluy, Pascal Didier, Brigitte Fazan, Claude Frisoni, Annie Hackenheimer et John Lippis, ce programme intitulé Culture pour tous a comme ambition de donner à Thionville un statut de ville culturelle européenne. Bertrand Mertz a précisé d’ailleurs qu’un des premiers actes de son mandat dans ce domaine serait la création d’Assises de la Culture « ouvertes aux partenaires culturels thionvillois institutionnels et associatifs, aux créateurs, aux habitants et aux élus pour fédérer les initiatives, valoriser les compétences, encourager les rencontres et les synergies, et mettre en réseau les équipements et les forces vives. » Une manière d’affirmer la volonté de dialogue et de concertation de la future municipalité. Le second mandat de Bertrand Mertz sera celui de l’aboutissement des nombreux projets initiés depuis 2008. Tout en insistant sur le fait que toutes les structures – 3e Lieu, LED, NEST, la Scala, l’Adagio, le Conservatoire, le théâtre municipal – seront confortés et qu’il faudra renforcer les nombreuses évènements festivaliers, Bertrand Mertz a précisé que son programme culturel était entre de bonnes mains et il s’est engagé à recevoir toutes les personnes ou structures qui le solliciteraient.

Pacte Culturel "Avec de la Culture"  

Ce pacte est proposé à tous les candidats aux prochaines élections municipales de Thionville ; nous invitons chaque candidat à se prononcer...

Pacte Culturel "Avec de la Culture"  

Ce pacte est proposé à tous les candidats aux prochaines élections municipales de Thionville ; nous invitons chaque candidat à se prononcer...

Advertisement