Page 161

Julien, «le pouvoir rose » c’est comme de l’urticaire…faut pas toucher à certaines plantes. Tu seras quitte pour une irruption cutanée instantanée. Et des plantes empoisonnées, il y en a partout. « S’inscrit en faux » une expression réutilisée maintes et maintes fois par ma chère députée Courchesne lors des débats parlementaires, et même devant la caméra des médias. C’est ce qui arriva un matin. – Allo, monsieur Claes. Avez-vous pris connaissance des propos de la ministre Courchesne ? Me dit le reporter de TQS à l’autre bout du fil. – Non ! – Seriez-vous disponible pour visionner le reportage ? – Oui ! -- -- Quand ? N’étant pas trop loin ( TQS se situe en bas de la côte ), il suffit pour moi de prendre l’ascenseur menant de la Haute ville vers le bas de la ville ou l’escalier de fer, si ma forme me le permet. J’accepte d’aller voir de quoi il s’agit. En arrivant, on me fait visionner une entrevue toute fraîche de la ministre. En plus, c’est une section du reportage non-publiée. – Monsieur Claes, avant de publier cette partie, nous aimerions avoir votre réaction ». Assis sur une chaise de secrétaire devant un petit écran de TV, les écouteurs sur les oreilles, j’écoute ce qu’elle avait à dire, sans savoir de quoi il en était question. Cela a duré sept minutes… assez pour me faire réagir, sinon, rugir... – Non, c’est trop fort. Réagir fortement, oui. – M. Claes, voulez-vous réagir ? – Tout de suite ? – Oui. Trop en maudit, je ne me souviens pas de ce que j’ai dit, mais cela ne devait pas être des compliments. J’ai demandé une copie de l’entrevue et de la partie nonpubliée au journaliste comme faveur. Ce qui est fait. On apprend avec le temps, que beaucoup d’hommes… et de femmes ne sont pas tous des féministes, mais craignent d’émettre des opinions contraires au « pouvoir féminin ». Lorsqu’on tient un peuple en otage par la peur, c’est un signe de l’existence d’une forme de totalitarisme. De retour, je téléphone à Guy. – Guy, j’ai un extrait d’une entrevue avec la Courchesne. Peux-tu en faire une copie ? Guy en fait plusieurs copies et une retranscription des propos de Courchesne. Elle n’est pas longue. Cette transcription est envoyée dans le réseau des gars. Un texte qui sera utile, peut-être. À conserver au cas ou ! – Dis-moi, Bébert, de quoi s’agit-il ? Tu nous laisses en plan, on salive tous les deux…Tzé koi hein ! – L’Intersyndicale « s’inscrit en faux » contre l’éventuelle transformation du Conseil du Statut de la femme en Conseil pour l’égalité.

161

Femmes, à vos chaudrons  

L’objectif premier de ce livre était de dénoncer les dérapages du féminisme d’état. Mais après mure réflexion, cela m’a semblé plus judicie...

Femmes, à vos chaudrons  

L’objectif premier de ce livre était de dénoncer les dérapages du féminisme d’état. Mais après mure réflexion, cela m’a semblé plus judicie...

Advertisement