Page 1

de Hall … à Wattens


Bienvenue! Nous vous souhaitons de prendre le temps! De rester assis sans rien faire, de contempler et de regarder autour de vous. Entre les façades médiévales de la ville de Hall et des installations modernes des Mondes du cristal Swarovski, vous aurez tout loisir de savourer une multitude d’instants contemplatifs. La vieille ville de Hall figure parmi les sites historiques les mieux conservés - sans pour autant se réduire à un musée. C’est une ville moderne et animée qui respire la joie de vivre et où vous pourrez vous adonner au shopping tout en bénéficiant d’une hospitalité soignée dans un environnement empreint d’histoire. Dans les proches environs de Hall, la région vous propose une multitude d’activités intéressantes, reposantes et sportives dans une incomparable coulisse naturelle. Que ce soit la vallée de Halltal au romantisme sauvage, l’idyllique alpage Thaurer Alm, la route d’altitude à Gnadenwald ou le paradis de la randonnée dans la vallée de Wattental, on y trouve partout des coins pour s’y reposer, contempler et découvrir, sans compter que le ruisseau à l’eau potable le plus proche n’est jamais bien loin! Nous sommes ravis que vous nous rendiez visite et vous souhaitons un séjour reposant et plein de changements.

2


Hall in Tirol Le cliquetis de roues sur le pavé, le grincement de vieilles portes, le son des cloches des églises, les propos échangés d’une fenêtre à l’autre dans les ruelles étroites. Ce sont là des bruits qui ont déjà rythmé la vie en 1303, date à laquelle le duc Otto conféra à Hall (Hal = sel) le droit de ville, confirmant ainsi clairement l’importance de ce lieu où l’on transformait le sel en or blanc. Les seigneurs et princes de cette époque résidaient encore dans le château de «Taurane». Le village aujourd’hui nommé Thaur est mentionné dès 827 et fut, comme en attestent des découvertes remontant à l’âge du bronze récent, colonisé dès l’an 1000 avant Jésus-Christ. Au milieu du 13e siècle, le château fut agrandi et devint le plus vaste château fort de la vallée de l’Inn. Les mineurs ont extrait au total près de 10 millions de tonnes de sel dans la vallée de Halltal. On ne pouvait donc imaginer meilleur symbole pour les armoiries de la ville de Hall qu’un tonnelet cylindrique à sel. Sur fond rouge, elles furent encore par la suite rehaussées par l’empereur Maximlien 1er de deux lions d’or couronnés. Le sel fut transporté par eau sur l’Inn et Hall devint une plaque tournante du commerce médiéval européen. La navigation prenait également fin au port en cul-de-sac de Hall, sans compter que l’obligation de stocker toutes les marchandises était une importante source de revenus. Cela entraîna inévitablement un afflux de monnaies de toutes sortes de pays ce qui ne manqua pas de semer une grande confusion et de donner probablement lieu à d’incessantes disputes.

3


Une question de pouvoir et d’argent L’archiduc Sigismond, qui est également connu sous le nom de Sigismund der «Münzreiche», fit, en 1477, transférer l’hôtel de la Monnaie des princes régnants, de Merano, au Tyrol du Sud, à Hall. En faisant, en 1486, frapper le premier taler, le «Haller Guldiner» (florin de Hall), le prince réalisa un coup de génie. La monnaie en argent de qualité supérieure, qui donna non seulement son nom au dollar, mais fut aussi le précurseur de l’euro, permit à Sigismond de ne plus devoir dépendre de l’or, un produit exporté des plus onéreux. L’argent exploité à Schwaz permit ainsi de frapper des pièces qui étaient convoitées bien au-delà des frontières provinciales ce qui entraîna, bien entendu, un vif essor économique de la ville de Hall et de toute la province du Tyrol. La monnaie se présentait donc comme un prodigieux moyen de propagande! Par mesure de sécurité, l’hôtel des Monnaies fut, en 1567, transféré, sous l’archiduc Ferdinand II, de la vieille ville de Hall à l’ancien château fortifié de Hasegg qui était situé à la périphérie sud de la ville. Sa plus haute tour, la tour des Monnayeurs, demeura comme par le passé le signe extérieur de la richesse et de la puissance, non seulement de la ville de Hall, mais aussi de toute la province du Tyrol. La vieille ville de Hall, qui est la plus grande vielle ville d’autriche de l’ouest, fait revivre dans les moindres recoins ce passé glorieux. Le musée de la «Monnaie de Hall» qui vient d’être nouvellement adapté, donne de nos jours un aperçu intéressant de l’histoire de la Monnaie de Hall. 4


Le clergé et l’art En 1400, Hall comptait 3.000 habitants. La piété profonde de la population et les moyens financiers dont on disposait entraînèrent la construction d’une multitude d’églises. De nos jours encore, on dénombre plus d’une soixantaine d’églises, de chapelles et de couvents. Des architectes, artisans et artistes renommés créèrent des oeuvres magnifiques à Hall et dans ses environs. L’église paroissiale de Hall, qui est consacrée à saint Nicolas, le patron des bateliers, fut continuellement agrandie et transformée. Lorsqu’en 1670, le grand tremblement de terre entraîna l’effondrement de la tour en même temps que du guetteur, on procéda à la construction du clocher à bulbe de style baroque et l’on rajouta de substantiels éléments baroques à la nef. Le bas-côté septentrional abrite la chapelle Waldauf qui fut consacrée en 1505. Le chevalier Florian Waldauf fit don à la paroisse de Hall, d’innombrables et précieuses reliques qu’il avait collectées au cours de ses voyages, après avoir échappé à un grave péril. Il en subsiste encore une petite partie. 5


Mairie

Eglise Paroissiale Saint-Nicolas

Chapelle Saint-Madeleine-

Musee des salines et d´exploitation minère

Place «Stiftsplatz»

6

Eglise des Jésuites

Château «Burg Hasegg»


Monnaie de Hall Tour des monnayeurs

Eglise ÂŤSalvatorkircheÂť

7


1

Mairie Le comte Heinrich von Gòrz-Tirol (1295 - 1335), qui fut brièvement roi de Bohème, appela également son fort communal de Hall «maison royale». En 1406, le duc Léopold IV de Habsbourg en fit don à la ville qui l’utilise depuis lors comme mairie. La mairie dut être reconstruite au lendemain du gigantesque incendie qui ravagea la ville en 1447. C’est aussi de cette épo que que remonte le magnifique plafond en poutre de la salle du conseil (1451), qui ne sert pas uniquement, de nos jours, de cadre aux réunions du Conseil municipal, mais est également très populaire pour la célébration de mariages.

2

Eglise paroissiale Saint-Nicolas L’église qui fut pour la première fois consacrée en 1281, fut continuellement agrandie pour faire face à la croissance de la ville. L’église à trois nefs de style gothique tardif fut achevée en 1430. La tour initialement pointue de style gothique (1345) s’écroula lors du tremblement de terre de 1670. Elle fut

Les opulentes fresques baroques

remplacée par un clocher à bulbe de

sont l’oeuvre d’Adam Môlk (1752)

style baroque. La chapelle Waldauf, dans le bas-côté septentrional gauche, mérite de retenir notre attention. Elle abrite la vaste collection de reliques du chevalier Florian Waldauf. La «Vierge Waldauf» qui pare l’autel de cette ravissante chapelle provient des ateliers de Michael Pacher. 8


3

Chapelle Sainte-Madeleine La chapelle double est documentée dès 1330. L’étage inférieur de style gothique tardif abrite un magasin, la partie supérieure ornée de fresques sert maintenant de chapelle commémorative. Il nous semble intéressant de noter le triptyque de style gothique tardif (deuxième moitié du 15e siècle), ainsi que les peintures murales remontant à trois époques différentes (1410-1610).

4

Musée des salines et d’exploitation minière Galléries, puits, perforatrice, toboggan - une mine de sel en miniature en plein coeur de la ville. Le musée donne une idée de la «vie intérieure» des mines désormais fermées de la vallée de Halltal. Horaires d’ouverture sur demande.

5

Place «Stiftsplatz» · Couvent du Sacré-Coeur · Abbaye «Damenstift» C’est deux ans après que la frappe des monnaies eut été transférée du château Sparberegg au château «Burg Hasegg», que l’archiduchesse Madeleine, soeur de l’archiduc Ferdinand II, emménagea en 1569, en compagnie de ses soeurs et d’autres dames nobles, dans l’abbaye nouvellement fondée, du nom de «Damenstift». Le complexe qui est l’oeuvre de Giovanni Luchese fut doté, en 1611 et en 1691, d’une épaisse couche représentative en stuc. L’abbaye fut supprimée en 1783 et une grande partie du riche patrimoine artistique y fut détruit. Depuis 1912, l’ancienne abbaye fait à nouveau office de couvent. 9


6

Eglise des Jésuites En 1571, on fonda un collège de Jésuites qui avait pour mission de veiller à l’encadrement spirituel de l’abbaye «Damenstift». À partir de 1573, l’ordre religieux disposa également, d’un lycée. L’abbaye fut entièrement rénovée de 1671 à 1684. Les deux églises sur la place «Stiftsplatz» sont les seules églises au Tyrol à dater de la Renaissance finissante. L’église consacrée en 1610 (stuc remontant à 1653) fut, vers la fin du 17e siècle, aménagée en style baroque. L’abbaye fut supprimée en 1773. Ce vaste complexe, qui comporte l’une des plus belles cours intérieures de style baroque de tout le Tyrol, abrite de nos jours le tribunal du district.

7

Château «Burg Hasegg» Mentionné pour la première fois dans un document au 13e siècle, le château fut édifié dans l’intention d’assurer la protection de la saline, du trafic fluvial, du pont enjambant l’Inn et de surveiller l’ancienne route du sel. Le nom lui vient des «Pfannhäuser» qui sont les bâtiments des poêles à sel où l’on faisait évaporer la saumure pour en extraire le sel et du coin (Egg) auxquel se trouvait le château. Au 15e siècle, le château fut transformé en résidence princière. En 1576, l’archiduc Ferdinand II y fit transférer l’hôtel de la Monnaie. C’est de cette époque que datent la célèbre chapelle St Georges et les salles de représentation qui ne peuvent pas être visitées par le public, mais peuvent être louées pour des mariages et des manifestations.

8

Monnaie de Hall – Tour des Monnayeurs Dès l’instant où l’hôtel de la Monnaie fut transféré dans le château, la Monnaie de Hall acquit une notoriété mondiale.

10


dant l’hôtel de la Monnaie en 1809 et ce n’est qu’en 1975 que l’on frappa à nouveau de la monnaie et que le château fut ouvert au public.

www.muenze-hall.at

L’occupation bavaroise ferma cepen-

Ces dernières années, on procéda à la modernisation, à l‘agrandissement et à la prospection des aires d‘exposition, ce qui donna naissance à un musée découverte. Le visiteur peut, au moyen d‘audio-guides en sept langues se faire une idée précise de l‘histoire de la Monnaie et s‘initier aux secrets d‘autrefois. Des machines puissantes et uniques en leur genre soulèvent tout autant l‘enthousiasme des visiteurs que la palpitante ascension de la tour. La Tour de la Monnaie o re une belle vue sur la ville, sur les sommets des montagnes, sur l’histoire du cristal, sur les faucons, sur la vie quotidienne du Moyen Age et accueille le plus grand thaler en argent du monde – l’ « Europataler ». Le musée est ouvert d‘avril à octobre, du mardi au dimanche et de novembre à mars, du mardi au samedi, toujours de 10h00 à 17h00. Dernière entrée à 16h. De la 3ème semaine en janvier jusqu‘à la 2ème semaine en mars le musée n‘est ouvert que pour groupes. Réservation obligatoire par avance. 9

Salvatorkirche C‘est après que le sol friable se fut a aissé sous les pas d‘un prêtre muni d‘une hostie, qui se rendait au chevet d‘un mourant, que Hans Kripp décida de faire construire cette église de 1400 à 1406. La nef carrée comporte, entre autres particularités, les armoiries du maître d‘oeuvre ainsi qu‘une représentation du „Christ en tant que juge suprême au Jugement dernier“ datant de 1406. En 1871, la tour fut, à la suite d‘un incendie, réaménagée, dans le style gothique, et l‘intérieur de l‘église subit des transformations.

11


Noms de rues Le nom d‘une ruelle ou d‘une rue en dit long sur son importance. Quand on flâne dans les vieilles ruelles de Hall, on se heurte à des noms pour le moins bizarres. Voici la réponse à mainte énigme:

Agramsgasse: On y vendait des

Fassergasse: Cette ruelle regorgeait

produits paysans (lat. Agrumen

autrefois de tonneliers. Les tonneaux

- agrumes - fruits des champs).

étaient le principal mode d‘emballage du sel. Fürstengasse: Cette ruelle évoque l‘existence de l‘ancienne demeure princière. Elle portait également le nom de Schmalzwägergasse. C‘est dans la „Schmalzwaage“ (balance à saindoux) que les ouvriers des mines de sel et des salines recevaient leur rémunération en nature sous forme de saindoux. Fuxmagengasse: Fuxmagen, un

Rosengasse

Arbesgasse: L‘ancienne dénomination „arbes“, pour désigner

Age, à la reconnaissance du prince en raison de ses actes glorieux.

des pois, est la preuve qu‘on y

Guarinonigasse: Ce nom évoque la

vendit des fruits des champs,

mémoire de Hippolyt Guarinoni, un

voire même qu‘on en cultiva.

illustre médecin de la ville.

Eugenstraße: Rue nommée

Krippgasse: Ce nom vient de Kripp,

d‘après l‘archiduc Eugène qui rendit, en tant que commandant provincial, visite à Hall en 1900. Elle portait jadis le

12

citoyen de Hall, eut droit, au Moyen

une famille de conseillers municipaux. Mustergasse: C‘est là que les recrues passaient le conseil de révision.

nom de „Badgasse“ (ruelle des

Münzergasse: Le nom de cette

bains), en raison de ses nom-

ruelle remonte à l’année 1567, date

breux établissements de bains.

à laquelle l‘hôtel de la Monnaie fut


Schopperweg: Le nom de „Schopper“ désignait les artisans qui réparaient et étanchaient les barques et les bateaux. Waldaufstraße: L‘actuel nom de „Waldaufstraße“ remonte au chevalier Florian Waldauf von Waltransféré du domaine de Sparber-

denstein, qui fut le contemporain,

gegg au château „BurgHasegg“.

l’ami et le conseiller de l‘empereur

Pfannhausstraße: C‘est au „Pfannhaus“ (maison de la saumure) que 1 eau salée était portée à ébullition dans de grandes poêles à sauner, pour en extraire le sel. Salvatorgasse: Vers le milieu du 13e siècle, ce lieu marquait l‘emplacement d‘un marché. C‘est pourquoi cette ruelle porta jusqu‘en 1890 (incendie de l‘église Salvatorkirche) le nom de „Marktgasse“ (ruelle du marché). On la rebaptisa par la suite „Salvatorgasse“.

Maximilian 1er. C‘est à Waldauf que nous devons la création de la fondation „Waldaufstiftung“, qui jouit toujours d‘une grande notoriété. Le poste de prêcheur qui y était rattaché était l‘un des mieux rémunérés de tout l‘empire. Wallpachgasse: Au Moyen Age, cette ruelle portait le nom de „Herrengasse“, pour souligner la présence des familles bourgeoises qui y résidaient. C‘est dès la fin du 16e siècle qu‘elle fut nommée d‘après l’une des familles qui y possédait ses résidences urbaines.

Schergentorgasse: C‘est par la porte „Schergentor“, que l’on conduisait les condamnés qui attendaient leur exécution. Schlossergasse et Schmiedgasse: Ces ruelles sont nommées d‘après la multitude de serrureries, respectivement d‘ateliers de forgeron.

13


Absam Traditions populaires, lutherie et croyances populaires vécues, voilà ce qui caractérise Absam, le pittoresque village tyrolien situé au pied du massif du Karwendel. La maison d’apparition où Rosina Bûcher, une jeune fille de 18 ans, fut la première à voir, en 1797, apparaître, dans une vitre, l‘image de la Vierge quelle ne parvint plus à enlever - et l‘église de pèlerinage - qui fut érigée en basilique en l‘an 2000, Marien Basilika

constituent le centre spirituel de ce célèbre lieu de pèlerinage. Ceux qui parcourent, au Tyrol, le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, traversent eux aussi cette idyllique commune. Mais il n‘y a pas que les pè-lerins venus de près et de loin à se rendre volontiers à Absam: Jakob Stainer (1617 à 1683), le

Erscheinungsstube

fameux luthier, vécut et travailla en effet dans ce ravissant village. Le musée communal se consacre largement à sa vie et à son grand art, ce qui fait qu‘Absam est aussi un véritable „lieu de pèlerinage“ pour tous les experts en lutherie. L‘ambiance est particulièrement pétulante durant le carnaval lorsque les „Matschgerer“ d‘Absam circulent

Votivtafelkapelle

14

dans les rues.


Ils invitent tous les 4 ans au grand défilé. Mais les années qui se situent entre, ils se donnent aussi en spectacle. dans le village, respectivement dans les auberges. Ceux qui veulent en savoir plus sur l‘histoire du Carnaval d‘Absam, respectivement ses personnages intéressants, tels que le Spiegeltuxer et le Zottler, peuvent se rendre au musée Matschgerermuseum. Les accros de sport et les amateurs de nature trouvent pleinement leur compte à Absam: La sauvage et romantique vallée Halltal incite tout

Matschgerer

autant à faire de longues excursions découverte que la réserve naturelle „Alpenpark Karwendel“ qui offre sur plus de 920 km2 une „nature à l‘état pur“. Il va de soi qu‘on peut aussi parcourir à pied ce domaine exceptionnel dans le cadre d‘une étape du chemin „Adlerweg“, le nouveau chemin de randonnée parcourant tout le Tyrol.

Bettelwurf

15


Baumkirchen C‘est à son emplacement ensoleillé sur un tertre surplombant la vallée de l‘Inn que le petit village de Baumkirchen doit le privilège d‘avoir été, dès l‘âge du Bronze, un domaine de colonisation très prisé. Et de nos jours encore, on profite de ce site privilégié: une multitude d‘excursions et de courses en montagne démarrent quasiment devant chez soi, sans compter qu‘on jouit à maints endroits d‘une vue panoramique sur la vallée de l‘Inn. Les 12 sources qui firent, Eglise paroissiale St. Laurentius

au 16e siècle, de Baumkirchen une station

thermale hautement appréciée, furent malheureusement ensevelies sous l‘effet de tremblements de terre. Les prairies grasses et les forêts qui entourent le paisible village donnent toutefois envie de se détendre au cours de longues promenades et de profiter pleinement de la nature.

16


Fritzens Le charmant petit village de Fritzens est connu bien au-delà des frontières régionales dans les milieux gastronomiques: les bouteilles typiques de Rochelt, l‘entreprise établie à Fritzens qui produit, à partir de fruits sélectionnés, des eaux de vie exclusives, ne sauraient manquer dans des restaurants à toque. Mais il y a encore d‘autres distilleries, telles que Zalesky ou Zimmermann, à s‘être implantées à Fritzens et à proposer d‘intéressantes visites guidées dans l‘univers de la production d‘eaux de vie. L‘histoire de ce ravissant village, Eglise paroissiale de Fritzens

qui fut souvent élu plus beau village fleuri du district, remonte jusqu‘à

l‘ère de la Tène: des débris remontant à cette époque fournirent, en tant que “céramique de Fritzens” un témoignage important de la préhistoire et de la protohistoire tyrolienne. Il est en tout cas une chose qui mérite le déplacement, à savoir l‘église paroissiale qui comporte de précieuses sculptures et des représentations de saint Jean-Baptiste, le patron de l‘église, qui valent la peine qu‘on s‘y attarde. Le paysage vallonné qui environne Fritzens est particulièrement prisé par les familles pour des excursions et des randonnées dans le magnifique univers montagneux. 17


Gnadenwald Gnadenwald, un petit village situé au pied de la réserve naturelle Alpenpark Karwendel, séduit par son magnifique paysage et la mul-

Couvent St. Martin

titude d’activités sportives. Le domaine du Karwendel présente un grand attrait pour les amateurs de randonnées pédestres et de courses en montagne, mais on peut, bien entendu, aussi découvrir la plus vaste réserve naturelle tyrolienne à VTT.

Hundskopf

De fameux monuments naturels, tels que le grand et le petit Ahornboden, les Laliderer Wânde, pour ne citer que quelques exemples, ne manqueront pas de séduire les randonneurs. Chaque année, les aigles du Karwendel reçoivent, du reste, de la concurrence dans les hautes sphères, du fait que la coupe du monde de deltaplane se déroule à Gnadenwald. Tous ceux qui ont envie de ressentir une fois eux-mêmes le sentiment grisant de planer dans les airs ne se sont pas trompés d‘adresse à Gnadenwald, du fait que l‘on y propose des cours de parapente et de deltaplane. A propos aigle: le chemin Adlerweg qui est le nouveau chemin de grande randonnée tyrolien, traverse lui aussi Gnadenwald tout comme le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. En hiver aussi, les accros de sports trouveront pleinement leur compte dans ce douillet village tyrolien: les fondeurs peuvent parcourir 27 kilomètres de pistes de ski de fond et les futurs champions de ski se sentiront parfaitement à l‘aise sur la piste d‘entraînement desservie par un remonte-pente, respectivement à l‘école de ski et au jardin des neiges. Mais la nature n‘est pas la seule à rendre un séjour à Gnadenwald inoubliable, car une multitude d‘associations propose d‘un bout à l‘autre de l‘année un calendrier de manifestations des plus variées. Nous recommandons vivement le Fassdauben, une course organisée par le ski-club pour clôturer la saison d‘hiver et où il s‘agit de dévaler la pente non pas avec des skis, mais avec des planches provenant d‘anciens tonneaux. 18


Mils Non loin de la ville très animée de Hall, la vie est un peu plus paisible à Mils. La sympathique commune peut se prévaloir d’un passé mouvementé: Mils fut colonisé dès l’époque romaine comme en attestent de spectaculaires fouilles. La petite localité fut, dès le Moyen Age précoce, un noeud de communica-

Chapelle de Saint Anne

tion important, la seule route menant dans la basse vallée de l’Inn traversant cette commune. L’exploitation minière provoqua un grand essor économique : les mineurs commencèrent à s’établir à Mils au 16e siècle et firent même construire à la mémoire de Sainte Anne, leur sainte patronne, une petite église qu’ils décorèrent d’un magnifique groupe sur le Mont des Oliviers de grandeur nature et de style gothique. De nos jours, Mils est un vrai lieu de villégiature: les accros d’activités sportives y trouveront, en été, des sentiers pédestres et de randonnées tout comme toutes sortes de pistes cyclables. Mils est du reste très musical -c’est là que se trouve le Oswald Milser Chor qui est l’une des chorales les plus connues du Tyrol.

Eglise paroissiale de Mils

19


Thaur Un village plein d’originalité où l’agriculture joue, de nos jours encore, un rôle prépondérant voilà comment se présente Thaur, l’authentique village tyrolien situé au pied du massif de la Nordkette. Des sculpteurs de crèches et d’authentiques traditions carnavalesques tyroliennes, des maraîchers et des comédiens amateurs très engagés font toute l’année de ce village un centre culturel et

Eglise paroissiale de Thaur

économique très animé de la région. Ce sont, après tout, peut-être les Thaurer Muller, un groupe de carnaval qui, en organisant tous les 4 ans un grand défilé, veille à ce que les radis, la salade etc. poussent si bien à Thaur. Au Tyrol, on se réjouit en tout cas partout à la perspective de déguster les légumes frais et croquants que les maraîchers de Thaur distribuent tout l’été. Ce n’est pas pour rien que l’on désigne la région comme étant le «plus grand jardin potager du Tyrol» - et les habitants de Thaur ne sont pas peu fiers que leur territoire eut, récemment, droit à la distinction Genussregion «Nordtiroler Gemüse» (Région dégustation «Légumes du Tyrol septentrional»). Il n’y a pas que les masques des personnages de carnaval pour attester de la grande tradition sculpturale du village: les sculpteurs de crèches de Thaur sont connus bien au-delà des frontières du pays. Une tradition très particulière s’est aussi maintenue à Pâques: la procession du dimanche des Rameaux qui est l’une des plus belles de toute la province. Thaur a mainte chose à offrir aux amateurs de culture: le château de Thaur, qui est l’emblème de la commune, vaut la peine d’être visité au même titre que l’église Ulrichskirche, qui est la plus ancienne église encore conservée du Tyrol, ou encore la petite église Romedikirchl au site idyllique. En été, le château sert de coulisse impressionnante aux représentations théâtrales de plein air des „Thaurer Schlossspiele“. 20


Tulfes Ce ravissant village qui a su conserver, jusqu’à nos jours, son caractère rural, fascine essentiellement par son emplacement ensoleillé sur un avenant haut plateau surplombant la vallée de l’Inn. Des randonnées comportant tous les degrés de difficulté, respectivement une multitude d’itinéraires de randonnées à skis en hiver, offrent de quoi faire de Tulfes un authentique paradis des loisirs prisé dans toute la province. C’est ainsi que quasiment chaque tyrolien

Tulfes

saurait quoi répondre à la question de savoir ce qu’il associe à Tulfes: le «Glungezer». Le mont attitré de Tulfes s’est depuis belle lurette établi comme étant le «mont attitré des Tyroliens». Ce qui n’étonnera personne, étant donné qu’il figure parmi les monts tyroliens offrant les plus fabuleuses vues sur le

Chemin des pins cimbre

massif du Karwendel situé tout juste en face, respectivement sur une zone très étendue de la vallée de l’Inn. À ne pas rater: l’univers de découvertes de la forêt ludique du Glungezer. Découvrez le plus grand circuit de boules de bois du monde ainsi que des terrains de sports et de jeux passionnants. Citons encore un superbe but d’excursion qui attire les amateurs de nature de près et de loin: le chemin Zirbenweg. Ce sentier pédestre circulaire facile et commode qui comporte le plus important peuplement de pins cimbre de toute l’Europe, invite grands et petits à un voyage d’exploration de la nature. Mais le Glungezer n’est pas simplement un eldorado des activités sportives en été, car en hiver, skieurs, lugeurs et surtout randonneurs à skis sont emballés par ce mont certes petit, mais oh combien attrayant. Il est en tout cas une chose que l’on ne devrait à aucun prix rater, le «Klumperspass». Les Klumper sont des espèces de luges dotées d’un seul patin, qui sont uniques en leur genre à Tulfes au Tyrol. 21


Volders Culture et nature sur un espace des plus restreints: c’est, semble-t-il la meilleure manière de dépeindre Volders. C’est déjà à partir de l’autoroute que le premier «emblème» de Volders, l’église Karlskirche, suscite l’admiration. Les châteaux de Friedberg et d’Aschach fournissent d’autres témoignages de l’histoire mouvementée du village qui remonte jusqu’à l’époque préhistorique : les fouilles tout autour de la

Karlskirche

colonie «Himmelreich» qui est l’un des plus importants sites archéologiques tyroliens, permettent de se faire une petite idée de la vie rurale que l’on menait voici plus de 2.000 ans. Un sentier pédestre circulaire de 10 km permet de découvrir pédibus ce trésor et d’autres trésors historiques. Mais Volders est aussi le point de départ idéal pour les «vrais» alpinistes, respectivement les randonneurs à skis et les amis de luge en hiver: le mont Volderberg propose une attrayante piste de luge familiale particulièrement bien entretenue et la vallée Voldertal est un véritable eldorado pour alpinistes et vététistes.

Château Friedberg

22


Wattenberg C’est à plus de 1.000 mètres, à un emplacement panoramique surplombant la vallée de l’Inn que se situent les pittoresques fermes, respectivement les maisons qui composent l’idyllique village de Wattenberg. Le Wattenberg était, à l’origine, un domaine d’alpages qui fut durablement colonisé grâce à l’exploitation minière. C’est jusqu’au 17e siècle que les mineurs prospectèrent dans la vallée Möstal du Wattenberg, en quête de fer et de cuivre. Une fois que la montagne eut cessé de «répandre ses

Mölssee

largesses», on redonna à nouveau la priorité à l’agriculture et c’est elle qui marque, de nos jours encore, de son empreinte le magnifique paysage : d’innombrables fermes d’origine ayant été merveilleusement bien rénovées dans le respect des traditions, font du Wattenberg un lieu de villégiature hors pair. De nombreuses petites chapelles donnent envie de faire une halte - il n’y a, en effet, pas d’église au Wattenberg du fait que le territoire ne dispose d’aucune paroisse autonome. De fameux chemins de grande randonnée, tels que le «Traumpfad » (chemin de rêve) de Munich à Venise ou encore le nouveau chemin tyrolien «Adlerweg» (chemin des aigles) traversent l’idyllique vallée Wattental à destination du refuge «Lizumer Hutte». La zone montagneuse tout autour du refuge est du reste aussi en hiver un super tuyau: une multitude d’itinéraires comportant différents degrés de difficulté transportent de joie n’importe quel randonneur à skis.

Lizumer Hütte

23


Wattens

Il y a peu d’endroits, en Autriche, à être à ce point marqués par une grande famille d’entrepreneurs : en évoquant Wattens, on pense forcément à Swarovski. Des millions de touristes venus des quatre coins du monde visitent chaque année les Mondes du cristal créés par André Heller, avec ses salles magiques qui vous transportent dans l’univers fabuleux des cristaux taillés. Des programmes culturels, tels que Musée de l’Industrie et

«Musik im Riesen» musique au géant

de la Préhistoire

ou encore des offres telles que «RiesenFoto: J. Thien

KinderSpiel», (jeu pour enfants dans le Géant) à l’intention des touts petits, font des Mondes du Cristal un centre très animé. Wattens propose toutefois encore d’autres buts d’excursion fort intéressants: Le musée de l’Industrie et de la Préhistoire permet de se faire, de maMusée de la machine à écrire

24

nière originale, une idée de l’évolution


des entreprises industrielles de Wattens, de la Préhistoire, des champs d’urnes de Volders et mène, au musée de plein air «Himmelreich», le visiteur en plein 5e siècle avant JésusChrist. Dans le seul musée autrichien des machines à écrire, on peut admirer plus de 450 modèles remontant à une époque antérieure à celle de e-mail & Co. Quant à ceux qui sont à bicyclette, ils ne peuvent pas davantage contourner Wattens, car la fameuse piste cyclable en bordure de l’Inn traverse carrément la localité. Il y a aussi, en été, une date à ne pas manquer pour les amateurs petits et grands de contes de fée: lors du festival de contes et de légendes, on assiste, dans le mystique univers fabuleux, à la résurrection de personnages légendaires, tels que le „Kasermandl“ et les „Salige Fräulein“.

Mondes du cristal Swarovski

25


Mondes du cristal Swarovski

Musée de l´Industrie et de la Préhistoire

Musée de la machine à écrire

Musée de l‘air – „Himmelreich“ Volders

26


Herausgeber: Tourismusverband Region Hall-Wattens; Gestaltung und Produktion: Verlag Ablinger.Garber, Medienturm Hall, Saline 20, 6060 Hall in Tirol; Fotos: Watzek Photographie, Archiv Tourismusverband Region Hall-Wattens, Foto Engl/Hall, Lamprechter/Wattens, Swarovski Kristallwelten/Wattens, M端nze Hall, Gemeinde Fritzens, Alpenverein OeAV Sektion Hall in Tirol; Panorama: Vielkind 27


Sur les traces de culture & nature Les villages de la région sont tous fortement reliés les uns aux autres par de longues traditions historiques et culturelles. Aujourd‘hui ils proposent à leurs hôtes une offre complète d‘activités sportives, de loisirs, d‘institutions culturelles, ainsi qu‘un service d‘hébergement et de gastronomie de haute qualité. Adressez vous aux bureaux d‘informations dans les villages respectifs pour toute autre question ou souhait, nous nous réjouissons de votre visite et vous souhaitons de prendre le temps de rester assis, de contempler et de regarder autour de vous.

Gnadenwald Thaur

Baumkirchen

Fritzens

Absam Mils Hall in Tirol Volders

Tulfes

Wattens

Wattenberg

Tourismusverband Region Hall-Wattens Wallpachgasse 5 · A-6060 Hall in Tirol Telefon: +43(0)52 23-455 44-0 Fax: +43(0)52 23-455 44-20 office@hall-wattens.at www.hall-wattens.at

hall-wattens_fra_pdf_2012_8_31_13_35  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you