Issuu on Google+

a rc h i t e c t u re


EUROPAN 11_TOULOUSE RANDOM


CONTEXTE


Pays Région Département Intercommunalité

France Midi-Pyrénées Haute-Garonne Communauté urbaine du grand Toulouse

Population Population agglo. Densité Aire urbaine Altitudes Superficie

440 204 hab. (2009) 703 000 hab. 3 721 hab./km2 1 202 889 hab. (2008) mini. 115 m — maxi. 263 m 118,30 km2


TOULOUSE

4ème aire urbaine de France BORDEAUX

TOULOUSE

OCEAN ATLANTIQUE

PYRENEES


LYON

MASSIF CENTRAL

MARSEILLE

MER MEDITERRANEE


Toulouse - projets métropolitains Montaudran Aérospace - 40 ha (sud est de Toulouse) programme campus universitaire / logements / Espaces publics / Plateforme de recherche

Constellation - 210 ha (Blagnac / Beauzelle) programme mixte de bureaux et logements Cancéropole - 220 ha (sud ouest de Toulouse) Mirail Garonne (sud ouest de Toulouse) projet de désenclavement des quartiers de Reynerie et Bellefontaine

Axe Garonne projet de liaison entre la ville et le fleuve, mise en avant des espaces verts présents sur les berges

la Garonne réseau ferré pôles d’échanges principaux TCSP existant TCSP programmation 2015 TCSP programmation 2020 TCSP orientation SCOT 2030 grands projets


TOULOUSE aire mĂŠtropolitaine


2020 arrivée d’une LGV


ANALYSE URBAINE ENJEUX


Enjeux Toulouse est une ville en mutations. Elle a connu la croissance démographique la plus rapide de France métropolitaine : +12.8 % entre 1999 et 2007. A l’horizon 2020 avec l’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse à Toulouse, la gare de Matabiau sera à moins de 4h00 de la Paris. L’afflux de 6 millions de passagers supplémentaires accompagnant l’arrivée du TGV en plein centre-ville va profondément transformer le quartier Matabiau et ses environs et offre l’occasion de mettre en œuvre un projet innovant pour le site Raisin Raynal, notre site d’étude. Ce dernier s’inscrit dans le projet urbain plus globale « Matabiau-Marengo-Périole-Raynal ». Ce projet sur près de 400ha à pour ambition d’inscrire durablement Toulouse parmi les grandes métropoles européennes en s’appuyant sur un nouveau pôle tertiaire avec une programation mixte, autour d’une gare multimodale. Notre projet s’inscrit dans cette double dynamique : _Anticiper l’impact de l’arrivée d’une LGV sur des tissus urbains existants en créant une nouvelle centralité dans le prolongement du centre ville de Toulouse. _Accompagner une croissance démographique forte, soutenue chaque années par 15 000 nouveaux arrivants.

« Créer une nouvelle centralité »


EUROPAN


Site Toulouse est une ville concentrique. La première couronne du centre ville est ceinturée par les boulevards, la deuxième est délimitée par le canal du midi. Le site du Raisin/Raynal se situe dans la 3e couronne de la ville, là où commence les faubourgs. Cette couronne qui s’arrête au périphérique est peut être celle où se focalisent les enjeux urbains des prochaines années. Le site de stratégique d’une superficie de 26ha est aujourd’hui occupé par le centre technique du raisin, Notre intervention s’inscrit dans un processus de reconversion, un recyclage foncier en rupture avec le développement extensif de l’agglomération toulousaine. Pour autant, Toulouse intramuros, reste l’une des villes les moins denses de France.

« Processus de reconversion »


Quartier Bonnefoy

Quartier des Minimes SITE DU PROJET

CANAL DU MIDI

Quartier des Chalets

GARE MATABIAU

Médiathhèque


Données du site

3,3 ha 26,5 ha

SITE STRATEGIQUE

SITE DU PROJET


SITE DU PROJET

SITE STRATEGIQUE


Programme

Site strat茅gique Site du projet Programmation totale

26,5 ha 3,3 ha 64 000 m2

Services

5 000 m2

Bureaux

20 000 m2

Commerces

1 500 m2

Logements

35 000 m2

H么tels

2 500 m2


Elements du site


LE CANAL

Le canal, aujourd’hui boulevard urbain pollué par les nuisances sonores et par un trafic routier soutenue de part et d’autre de ses berges, doit être repensé avant tout comme élément structurant paysager et support d’une nouvelle mobilité.


Elements du site


LA VOIE FERREE

Historiquement lié à la structure du site les abords des voies sont à requalifier, transformer les abords des rails et les emprises mutables de la gare basse du Raynal en un vecteur de continuité urbaine et paysagère


Elements du site

LES GR


RANDS ENSEMBLES Obstacle entre le centre ville et le site, il faut repenser leur traversĂŠe


Elements du site


LES FAUBOURGS Caractèristique de l’étalement urbain


Elements du site


LES HAUTEURS Assurer la transition entre des échelles contrastées


Comparaison d’echelle

Site stratégique 26,5 ha Site du projet 3,3 ha Programmation totale 64 000 m2 Services 5 000 m2 Bureaux 20 000 m2 Commerces 1 500 m2 Logements 35 000 m2 Hôtels 2 500 m2

10 000m²

Projet Europan - TOULOUSE

L

B

S

H

C


Site du projet Programmation totale Equipements Commerces/Bureaux Logements

50ha 258 000 m2 34 000 m2 128 000 m2 96 000 m2

100

C/B L

E

Projet du quartier de l’Amphitéâtre - METZ


Comparaison d’echelle

Site du projet Equipements Commerces Bureaux Logements Locaux d’activités Hôtels Espaces publics

160 ha 90 000 m2 40 000 m2 300 000 m2 300 000 m2 30 000 m2 40 000 m2 12 ha

100

Projet Euratlantique - BORDEAUX

B

L EP E

C

H A


Site du projet Equipements Commerces Bureaux Logements H么tels

190 000 m2 23 000 m2 17 000 m2 90 000 m2 47 000 m2 13 000 m2

100

B

L

E

C H

Projet Euralille 2 - LILLE


Comparaison tissu urbain

Toulouse (centre historique)

Bordeaux


Lille

Barcelone


SITE STRATEGIQUE


Organisation

T

Marengo SNCF

LOCALISATION

FLUX RAPIDES


Marengo SNCF

FLUX DOUX

ESPACES VERTS


Eléments structurants du projet urbain 1 Le mail - Porte d’entrée du site 2 Le quai - Multifonctionnel 3 La halle culturelle - Mémoire du site 4 Le parvis - Vaste espace minéral 5 Prairie urbaine -Poumon vert du quartier 6 Le quartier résidentiel - Poésie de l’aléatoire


5

2

6 1

4

3


Le Mail

Le mail - Porte d’entrée du site Artère urbaine comparable à la rue Alsace Lorraine (rue piétonne et commerçante principale du centre ville). Rue vivante par la présence de commerces, c’est la véritable colonne vertébrale du site. Il relie les berges du canal au nouveau parvis en irriguant l’ensemble du quartier créé

« Colonne vertébrale du site »


Le Quai

Le quai - Multifonctionnel Dans sa partie nord. le long des voies, il est destiné à accueillir la plate-forme multimodale ainsi que les installations techniques se référant aux activités de la SNCF. Dans sa partie sud un pôle sportif, et à la jonction des activités tertiaires. Une promenade urbaine se déroule sur son toit, se concluant par un cinéma drive in dans le prolongement du parking qu’il abrite. Véritable espace tampon entre les voies et le nouveau quartier, il se positionne comme un signal d’entrée de ville. C’est un ruban qui se déroule en parallèle aux voies et se retourne à la verticale en un ensemble de tours.

« Signal d’entrée de ville »


PÔLE SPORTIF

LOISIRS

SNCF

DRIVE-IN

COMMERCES

SERVICES

HOTEL

BACK OFFICE


La Halle culturelle

La halle culturelle - Mémoire du site Pour ne pas faire table rase du site, la halle SERNAM est réhabilitée, elle accueille un vaste centre culturel et artistique. Débarrassée de ses extensions, elle retrouve sa forme originelle, la structure est dépouillée et laissée apparente derrière un revêtement translucide. Largement ouverte sur le parvis, elle se dématérialise en sa partie nord où seule la structure est conservée afin d’abriter une serre. Une attention particulière sera accordée à l’accès depuis le faubourg Bonnefoy, connexion qui se fera grâce au parvis.

« la halle est réhabilitée »


PARVIS

ATELIERS

PÔLE CULTUREL

SERRE


Le Pavis

Le parvis - Vaste espace minéral Lien entre les différentes entités programmatiques. En relation directe avec la halle culturelle, destinée à accueillir des manifestations diverses tel qu’un concert, un marché, un cirque, un festival...Lieu de récréation, de détente et d’interaction. Les traces des voies ferrées sont conservées dans le dessin de la place.

« C’est un vide structurant »


La Prairie urbaine

Prairie urbaine -Poumon vert du quartier Etendue verte qui se dĂŠveloppe au pied du quai, en connexion avec la grande halle et le mail. Le quartier vient se fondre en sa partie sud.


* image de référence - projet Agence TER


Le quartier résidentiel

Le quartier résidentiel - Poésie de l’aléatoire Dense et vivant, naissant d’une trame régulière qui se déforme vers les cœurs d’îlots pour faire naître une poétique de l’aléatoire. Il s’agit de promouvoir l’identité toulousaine et d’assurer la continuité du tissu urbain existant dans le prolongement du centre ville.

« Identité toulousaine »


SITE DE PROJET


Aimer la densité Il sagit au travers de notre quartier de créer un nouveau paysage urbain s’inspirant des éléments identitaires du vieux Toulouse. Retrouver une densité de centre ville, avec les qualités qui s’y rapportent mais en l’adaptant aux modes de vie contemporains. Des qualités spatiales génératrices de divers événements urbains. Notre quartier comme la ville historique, se définit par la juxtaposition de ses ruelles, de ses places et de ses perspectives. C’est le vide généré, plus que le bâti qui donne vie au quartier. Une densité se fondant dans l’existant par des hauteurs variant du R+2 au R+5 pour interagir aussi bien avec les grandes opérations du canal, qu’avec l’urbanisme de faubourg, en un changement d’échelle progressif.

« Densité de centre ville »


4ha

DENSITE DE POPULATION

SUPERFICIE

375 /ha 42%

EMPRISE AU SOL

DENSITE DE LOGEMENTS

125 /ha

1000

750 LOGTS (1.5/LOGT) 250 PUBLIC

ESPACES PARTAGES

500

LOGEMENTS

RDC

3000m² terrasses

ateliers

serres

jardins

35000m²

25%T2

50%T3

15%T4

3000m²

2000m²

10%T1

17000m²

5000m²

espaces communs logements

5000m²

potagers

1500m²

500m²

services commerces ateliers bureaux locaux associatifs résidentiels


La trame Nous partons d’une trame régulière, des ilots carrés de 38m, qui partitionnent et divisent le territoire selon un schéma cohérent. La trame obéit à des principes de fragmentation et de dilatation qui permettent d’organiser et de donner vie à un aléatoire ressenti, mais pensé dans sa conception. Chaque îlot est fragmenté en 4 plots. Entre ces plots naissent des ruelles. 2 plots sont unifiés et l’un est soustrait et restitué à l’espace public. La déformation de l’ilot nait de l’intérieur pour créer des espaces ouverts et supports d’activités. Les espaces de vie des logements sont tournés vers ces cœurs d’ilots. Une linéarité est maintenue sur l’extérieur pour une meilleure perméabilité du site,

« Donner vie à un aléatoire »


TRAMER

DIVISER

DILATER

PARTAGER


NOUVEAUX MODES DE VIE UN QUARTIER OUVERT


Un quartier ouvert Nous croyons fermement que la ville ne se construit pas par des enclaves. L’urbanisme doit être vecteur de lien social, la clôture est donc à priori exclue de notre vocabulaire architecturale. Le quartier projeté se veut ouvert. Nous partons du postulat d’avoir une cohérence architecturale des constructions, à l’image des centres villes historiques. Une image génératrice d’une certaine identité du quartier, offrant l’opportunité à ses habitants et visiteurs de se l’approprier. Pour qu’il y est appropriation, le quartier doit être vivant. Pour cela, nous laissons des espaces volontairement libres où viennent se greffer des activités ordinaires ou évènements extraordinaires tel qu’un marché, une fête de voisinage, des jeux pour enfants, des potagers partagés... Les grands équipements présents dans le site du projet ( le quai équipé, la halle,...), agissent à une échelle plus large leur attractivité allant au dela du quartier. Cette nouvelle centralité amenent alors des gens, étrangers au quartier à le parcourir et à vivre le site.

« Parcourir la ville »


Les espaces partagés Sans céder à la nostalgie du faubourg, adapté aux modes de vie du siècle dernier, le projet se veut support d’une sociabilité de proximité s’appuyant sur des espaces partagés. Ils sont une manière de mutualiser des biens et des services. Les espaces partagés sont hiérarchisés -A l’echelle du quartier: des espaces libres, des places, supports d’activités -A l’echelle des plots : dans les étages inférieurs, des espaces verts mutualisés, comme des potagers, des jardins, sont de véritables zones de respirations entre les façades. -A l’echelle d’un bâtiment : les derniers niveaux peuvent répondre à des usages variés tel qu’une terrasse, un atelier, une serre. Notre quartier est ainsi ponctué de nombreux îlots de verdures sur l’espace public mais aussi au sein même de nos bâtiments. Cela permet une régulation thermique et affaibli l’effet d’ilot de chaleur en période estivale.

« Mutualiser les espaces »


6

T2

12

3

T3

T4

SERVICES RESIDENTIELS

COMMERCES

EQUIPEMENT DE PROXIMITE

T1

POTAGERS

2

ATELIER D’ARTISTE

SERRES

TERRASSE MUTUALISEE


Espaces partagés à l’echelle du quartier


Mixité programmatique Tout les rdc sont destinés à recevoir des locaux d’activés. Autour des placettes, pourront se greffer des commerces de quartier, des bars, des restaurants, des bureaux. Des artisans viendront occuper les rdc des ruelles qui auront moins de visibilité. Le mail sera quant lui colonisé par des boutiques plus importantes afin d’attirer une population extérieure au quartier.

Mixité des typologies Du T1 au T4, les logements sont évolutifs et variés, mais s’organisent autour d’un même principe : Un bloc « technique » central et compact qui contient les gaines et pièces humides et qui est le pivot central de chaque cellule. Autour de cet élément l’espace est largement ouvert et adaptable, répondant ainsi aux nouvelles façons d’habiter.


3

3 5

4

T4

T3

T3

T3

T4

T3

5

4

2

2

3

T2*

6

T1

T2 7

3 8

3 3 T3

2

1 3

Plan de rez de chaussée 1. Espace public 2. Hall traversant 3. Commerce, local d’activité 4. Local vélos 5. Local tri sélectif

T2

T2*

T3

T3

Plan d’étage courant Bloc pièces humides

Plan dernier niveau Bloc pièces humides 6. Espace partagé 7. Terrasse commune 8. Potager et jardin collectif

T1


NOUVELLE MOBILITE URBAINE VERS LES TRANSPORTS DOUX


Flux et la place de la voiture La densité associée à la mixité fonctionnelle favorise les déplacements de proximité à pied, à vélo ou en transports communs. Maîtriser l’étalement urbain invite à penser de façon conjointe les questions d’urbanisme et de mobilité. L’objectif de Toulouse pour les prochaines années étant de passer la part des transports collectifs dans les déplacements de 16% à 24%. L’arrivée de la ligne G du tramway en bordure du canal à partir de 2016 offre l’opportunité d’organiser les déplacements individuels sur notre site de projet. Ainsi, l’arrêt du tramway imaginé en correspondance directe avec la percée du mail, dirigera le flux piéton vers l’intérieur du quartier. Les places de stationnement sont réduites de façon drastique au profit de parkings mutualisés. Nous prenons le parti pris de maîtriser les stationnements des résidents en créant une nappe commune de parking souterrain, sous tout ou partie du quartier résidentiel en fonction des besoins, dont l’accès se fera uniquement depuis l’avenue Collignon, en plusieurs points. Les accès piétons sont répartis dans l’ensemble des bâtiments du site. Les parkings anarchiques en bordure de canal sont également replacées en sous sol au cœur de ce parking mutualisé, afin de rendre aux berges leur qualité paysagère. Les stationnements des usagers venant de l’extérieur, du pôle tertiaire et du pôle culturel, sont quant à eux prévu sous le quai, l’accès se faisant au carrefour de l’avenue Collignon et du boulevard Pierre et Marie Curie.

« Favoriser une mobilité douce »


tram FLUX RAPIDES voitures / tram / bus

FLUX INTERMEDIAIRES pietons / 2 roues / voitures occasionnelles (zone 30km/h)

FLUX DOUX piétons / poussettes / vélos / rolers


Conclusion Les enjeux de notre interventions sont à deux échelles, premièrement une échelle globale ou comment marquer et donner à lire cette nouvelle entrée de ville, et dans une échelle plus locale redonner envie d’habiter la ville dense en alternative à l’habitat périurbain. Entre le canal et les voies ferrées, le site est enclavé. Notre projet vise à le reconnecter avec la ville, à tisser des liens. Dans cette optique nous nous appuyons sur des éléments structurants fort qui organisent le territoire et le rendent attractif. Notre intervention doit assurer la transition et établir une continuité entre les différentes structures qui composent le site. S’approprier les points forts de la forme urbaine du centre historique, contourner les travers des grands ensembles pour faire naître une typologie intermédiaire. Nous voulons ainsi favoriser l’inattendu, créer une poésie du lieu et un plaisir de parcourir la ville. Une densité assumée, créatrice de lien social comme alternative à l’étalement urbain. L’un des enjeux de l’extension des grandes métropole ne réside t-il pas dans la création de nouvelles centralités et dans la mise en réseau de ces dernières ?



PlaquetteEuropan11