Page 1

Ces vendeurs de luxe Nombre de ioailliers et de grands couturiers n'affichent pas en vitrine le prix des articles qu'ils proposent à la vente. C'est pourtant une obligation légale. Reportage place Vendôme à Paris, haut lieu de cette pratique illégale mais étrangementtolérée... luRÉunswesmr

Dior, Chanel, Cartier, Bulgari,

rr,,r$Oti, â:sârr,,,:

Chopard, Boucheron, Repossi... Place Vendôme à Paris, aucune de ces grandes maisons (dont la liste, ici, n'est pas exhaustive) n'affiche ses prix en vitrine. « C'est que ça doit coûter une fortune ! », s'exclament immanqua-

blement les passants, qui osent rarement, du coup, franchir le seuil

de ces boutiques. « Nous ne sommes pas tenus de le faire », assurent de leur côté Ies joailliers, qui, de cette façon, peuvent sélectionner la clientèle la plus fortunée. Une conviction que la visite de «60»

a neanmotns ébranlée : deux mois après notre

premier passage, deux d'entre eux (Herzo et Breguet)

,:,,,,

ÿ

iîx,111§§9.:,;

:1.:t

:',,,;',',t,

:,tffèildôfiIla.§èltè ,.,:,ajpxiità.:&uâte.t

::,:

::tde,Bilre;hëiaÛ...

fièl:ébit ':"'hii,ièt ,,wotiini'fr's.'§,,', .:

:

aer,A.u$

nti e: §rr,,

nistration dans sa

circulaire d'application - doit faire

I'objet d'un éti-

quetage « parfai-

tement lisible

»,

de telle sorte que grài'd,ûiagasln;, r:,iiiii le client n'ait pas à prix affichaient leurs de façon entrer dans le magasin pour en visible en vitrine. D'autres conti- connaître Ie prix. Rappeler cette règle nuaient à camoufler soigneusement les étiquettes, en les aux joailliers nous a par valu quelques récoinçant, exemple, derrière les anneaux des bagues. Mais la actions outrées : plupart n'avaient rien changé. « Afficher une parure à 300 000 €, Pourtant, la réglementation sur ;d-§ry-'"

'.:',,

l:i..'r::;

l'information des consomma-

mais ce serait

teurs l'impose (arrêté du 3 décembre 1987) : tout produit destiné à la vente et exposé à la vue du public - « y compris les articles de luxe », a pris soin de préciser lAdmi-

comme dire aux braqueurs qu'ils

j

:i -i.

Outre une question de sécurité, les rares maisons à avoir accepté de nous répondre, toujours sous

couvert d'anonymat, évoquent la « tradition de discrétion du monde du luxe ». Ainsi qu'une curieuse raison commerciale, que confie l'une d'elles . o À partir du moment ou vous affichez le prix d'une pièce de haute joaillerie, elle ne vaut plus rien ! Cela dénaturerait le caractère excep-

tionnel, immatéild, du bijou. » Donner un prix serait vulgaire et donc "antiluxe" I

Pas de dérogation sur l'affichage des prix

peuventyaller!»,

Reste que la réglementation ne prévoit aucune dérogation pour

avance-t-on dans une enseigne de la rue de la Paix.

ces boutiques. À t soo € l'amende par étiquette manquante (ce qu'encourt tout commerçant n'af-

lnstallés à deux pas du ministère de la Justice, place Vendôt des ioailliers se paiet le luxe d'enfreindre la réglementation.

60 luxe p1  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you