Page 1


2

AQUA mag 1 - Septembre 2013

AQUA mag 1 - Septembre 2013

AQUAClub

AQUAFormation

Le Mosan : une institution liégeoise

Les nouvelles stars sont là

Dans cette rubrique, AquaMag vous propose de partir à la découverte d’un club. Plongée dans le quotidien des acteurs de la natation francophone.

3

A la découverte de nos talents de demain. Zoom sur Hadrien Innes, de l’EN Waremme... Le Challenge Jules George : grand vivier des talents de demain

Agés de 9 à 14 ans, ces espoirs ont croisé le fer sur le 400 libre dimanche dernier dans la piscine d’Outremeuse à l’occasion des éliminatoires régionaux, regroupant les participants liégeois et namurois. Petit tour d’horizon des résultats. A tout Seigneur tout honneur : Lucien Pirson, le géniteur de ce Challenge prestigieux, a fêté ses 85 ans ce lundi. Heureux de distiller son immense savoir à une véritable petite perle : Ilona Garcia Zamora est née en 2003 et nage à Chaudfontaine.

T A

ravail, rigueur et régularité au menu.

vec plus de 1.000 membres regroupés dans ses différentes sections, le Liège Mosan figure parmi les plus importants clubs francophones. De l’apprentissage à la compétition de haut niveau, chacun peut y trouver sa place.

T

elle une pieuvre, le Mosan déploie ses tentacules sur tout le territoire de la Ville de Liège. Alors que son école de natation dispense sa formation dans six piscines, et ce dès l’âge de 2,5 ans pour une première prise de contact avec l’eau, le club possède également une brillante section de natation synchronisée, qui accueille les enfants dès 8 ans. Sous la férule de Michaël Rosu, le Mosan peut aussi compter sur un noyau de compétiteurs assidus, divisés en trois groupes distincts. L’un des

Tous ensemble : une des valeurs véhiculées par le Mosan.

entraîneurs, Marc-André De Leeuw, nous en explique le fonctionnement. « Nous essayons au maximum de mettre en place des groupes homogènes, en fonction des objectifs et des capacités de chacun. Il existe ainsi un groupe dit régional, composé de nageurs qui souhaitent continuer à participer à des compétitions sans s’astreindre à une charge trop lourde. Ce sont principalement des anciens compétiteurs ou des masters. Ensuite, on passe au groupe dit national, avec des éléments capables de se qualifier pour les Championnats de Belgique. Là, ils nagent déjà 6xsemaine, avec une séance de PPG hebdomadaire. Enfin, nous arrivons au groupe dit international, avec nos meilleurs nageurs, qui s’entraînent bi-quotidiennement, dès 06h15 du matin chaque jour, avec des objectifs élevés. » Le tout avec un encadrement de qualité. « Tous nos moniteurs possèdent une formation adéquate et nous avons la chance de disposer de belles infrastructures, notamment à Liège Atlas, où nous avons accès à la salle de musculation. » poursuit ce régent en éducation physique, futur diplômé universitaire. Pour obtenir des résultats, le sérieux est

toujours de mise. « La natation est un sport ingrat et très exigeant. Nous le sommes également par rapport aux présences. Une première évaluation est effectuée en janvier et un second bilan est opéré en juin, afin d’établir la liste des participants au stage d’été, préparatoire aux CB. » continue notre interlocuteur, qui évoque également l’école de natation. « Nous venons d’organiser dimanche dernier une compétition interne, afin que les plus petits connaissent cette expérience, dans un esprit bon enfant. Ce fut aussi l’occasion de fêter Saint-Nicolas tous ensemble. » Parce que la natation, c’est aussi et surtout une magnifique école de la vie ! Prochain grand rendezvous du Mosan : les éliminatoires du Challenge Jules George (8-14 ans), le 13 janvier, à la piscine d’Outremeuse.

R

elance : « Dès 06h15, ils sont déjà 6 à nager au sein du groupe international »

AUTEUR jean-paul nelis PHOTOS mickael marquet

Dimanche, elle a ébloui le bassin en réalisant un chrono exceptionnel de 5:35.82, dans un style proche de la perfection. On reparlera d’elle, c’est certain ! Parmi les autres prestations à épingler, la bonne tenue de l’EN Waremme, drivée par Ann Bonvoisin. « Notre bilan est positif, avec les victoires d’Amandine Bourdouxhe et Hadrien Innes, tous deux nés en 2001. Et cela malgré une préparation perturbée par la fermeture de notre piscine durant trois semaines. » indique l’ancienne championne, avant de se pencher sur le cas d’un grand absent, le prometteur Xavier Renneson (2001). « Il souffre de l’épaule depuis plusieurs mois et va sans doute devoir se faire opérer la semaine prochaine. Nous allons encore procéder à quelques tests pour s’assurer que c’est la seule solution, mais tout porte à le croire selon la Faculté. J’espère le revoir d’ici 3 à 4 mois. » Autre club qui a bien presté : Embourg Natation, avec une marque de 4:46.52 pour Juliette Dumont (2000), notamment, et plusieurs éléments bien placés. « Je suis très satisfait. » souligne Alain Groven, responsable sportif. « Les nageurs ont très bien travaillé durant notre stage de Noël,

Chez les garçons 2001, Hadrien Innes (ENW) a remporté la mise en 5:00.16.

avec une vingtaine de séances au programme. Ils sont dans la continuité de leurs bons CB de l’été à Genk. Outre la tenue de Juliette Dumont, je tiens à souligner la grosse progression de Noémie Colle (1999), ainsi que la prestation de Louis Deville (2003). Je suis curieux de voir comment ils vont transposer cela dans le grand bain lors des Francophones fin du mois. » Saluons enfin les victoires individuelles de Rayan Bisenius (2000) du Mosan, déjà triple vainqueur du George (!), d’Axelle Dawans (1999) de Dison,

de David Feuillen (1999) de l’ESN, et de Martin Scalais (2002), de Liège Natation, club qui a aussi trusté les accessits. Tout ce beau monde va maintenant attendre de connaître la liste des finalistes des autres districts, avant les grandes finales du 10 mars prochain à la piscine olympique de Seraing.

AUTEUR jean-paul nelis PHOTOS mickael marquet


4

AQUA mag 1 - Septembre 2013

AQUA mag 01- Septembre 2013

5

AQUAZoom

Yoris Grandjean : objectif Londres ! AUTEUR jean-paul nelis PHOTOS mickael marquet

R

eboosté par son passage au Cercle des Nageurs de Marseille, le sprinter liégeois compte bien mettre tous les atouts de son côté pour goûter à nouveau à la magie des Jeux !

L

es Belges ont une réputation à défendre à Marseille. Elevés au rang d’icônes locales, Raymond Goethals et Eric Gerets ont désormais un héritier. Depuis six mois maintenant, Yoris Grandjean a rejoint le CN de Marseille, le club de toutes les victoires. Et ce passage au sein de la dream-team de Romain Barnier lui a manifestement fait le plus grand bien. Il sait mieux que quiconque que la saison qui débute sera celle de tous les dangers pour lui, après trois ans de vaches maigres. Et si c’était plutôt l’année de son grand retour au top-niveau ? C’est naturellement sur le quai des Belges (sic), face au Vieux Port, qu’il s’est livré pour Les Sports.

également, je sens que le travail fourni commence à porter ses fruits. Pour le moment, nous sommes en période d’endurance et les séances sont très dures. Mais elles sont fort variées. Ici, pas question de routine. Nous avons des objectifs à atteindre lors de chaque entraînement et c’est très motivant comme approche. Le coach privilégie la communication et les échanges sont très intéressants. Romain Barnier fait partie intégrante de notre groupe, mais il sait fixer les limites à ne pas dépasser également. En fait, le programme évolue en permanence. Nous recevons chaque dimanche un fichier informatique près six mois passés sur mentionnant le détail de la semaine la Canebière, quel est ton à venir. premier bilan ? arseille, c’est un peu le paradis des nageurs ?  Tout va très bien. Je me sens vraiment mieux dans l’eau et, physiquement

A «

M

“Je vais tout donner pour y arriver. Je ne veux avoir aucun regret au moment de tirer le bilan de cette saison.”

«

On peut le voir ainsi, mais je ne suis pas ici pour la rigolade et la bronzette ! D’ailleurs, entre les séances, je passe le plus clair de mon temps à me reposer. Evidemment, les installations sont magnifiques et l’environnement est idyllique. C’est génial de pouvoir se promener dans les Calanques ou d’habiter face à la Méditerranée (ndlr : il occupe un appartement à 200 mètres du club), mais ce n’est pas ma faute si les meilleurs clubs français sont situés dans le Sud... (rires) Je sais que j’ai de la chance de pouvoir m’entraîner avec le top

JO, il y aura aussi l’Euro en grand bain à Anvers en mai, une autre étape essentielle de ma saison. Je vais tout donner pour y arriver. Je ne veux avoir aucun regret au moment de tirer le bilan de cette saison. Parce ondres, le mot est lâché, c’est que, quand on a goûté à l’ivresse des vraiment l’objectif majeur du Jeux, on veut absolument revivre de telles émotions. Je souhaite cela à club ! n’importe quel sportif.  Oui, les JO sont dans toutes les têtes. D’ailleurs, le petit bain n Belgique, on me fixe des ne fait pas partie des priorités critères démentiels, mais on ne ici. J’irai nager à Wachtebeke, mais me propose aucune structure. en sachant que je ne suis pas encore Pourtant, si le centre pour élites en condition pour y briller. Avant les était enfin créé et qu’un vrai projet

français. Ils sont très accessibles et m’ont réservé un accueil chaleureux. Ici, on fonctionne dans un vrai échange, sans aucune rivalité. Et c’est vrai qu’ils sont forts !

L «

E

se mettait en place, je serai tout à fait disposé à revenir. En France, il y a eu une vraie prise de conscience, tant chez les sponsors privés qu’au sein des pouvoirs publics. Là, la Communauté Wallonie-Bruxelles va sans doute me couper les vivres à la fin de l’année, ce n’est pas l’idéal pour motiver un sportif à six mois des Jeux... .

Aquamag web  

Ceci est un projet de web-magazine pour la FFBN.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you