Page 1

NUTRITION

L’anorexie mentale, fréquente et parfois méconnue PAR LYDIA BOUCHER

L’anorexie, du grec anorexia (perte d’appétit), est un trouble du comportement alimentaire (TCA) pour lequel on peut considérer deux types principaux : • l’anorexie psychique ; • l’anorexie physiologique (perte d’appétit liée notamment à la perte de goût). L’anorexie psychique ou anorexie mentale est un trouble lié à une restriction alimentaire déterminée volontairement, même si les causes de ces privations auto-infligées restent inconscientes pour les personnes qui en souffrent. Elle est l’expression tyrannique de l’apparence physique et touche en majorité les adolescentes de 12 à 20 ans. Il ne faut pas confondre anorexie mentale et anorexie. Dans le premier cas, le patient lutte contre la faim, tandis que, dans le second, il a perdu l’appétit. L’anorexie survient fréquemment à la suite d’un régime amaigrissant qui n’est pas forcément justifié du point de vue médical. Le culte excessif de la minceur conduit les jeunes filles à se préoccuper de plus en plus tôt de leur poids. Toutefois, cette préoccupation prend racine chez les sujets en souffrance psychologique. L’anorexie mentale résulte d’un manque de confiance en soi et d’autonomie.

Il y a plusieurs causes d’anorexie. L’anorexie mentale est de plus en plus fréquente et touche des adolescents de plus en plus jeunes, une prise en charge spécialisée s’impose. Lorsque l’adolescent ressent une carence affective, l’anorexie est pour lui une manière de se faire remarquer, d’attirer l’attention sur lui. Ce trouble survient souvent peu après la puberté, origine de profonds bouleversements tant physiques que psychiques (poussée de croissance, maturation sexuelle, passage au statut d’adulte), qui sont souvent difficiles à gérer pour l’adolescent. Les troubles du comportement alimentaire sont typiquement féminins, même si on les rencontre aussi chez les garçons, mais dans une moindre mesure (1 garçon pour 10 filles).

Une vision déformée de son image Les jeunes anorexiques ne visualisent pas leur image corporelle. Elles se trouvent toujours trop grosses et ont peur de prendre du poids. La maigreur s’exprime par l’indice de masse corporelle (rapport du poids sur le carré de la taille) inférieur à 18. Ainsi, si l’on mesure 1,65 m, on est maigre à 49 kg. Les anorexiques perdent au moins 15 % de leur poids normal.

Le comportement anorexique est aussi fréquemment lié à une hyperactivité physique et intellectuelle, un trop fort investissement scolaire ou professionnel, des difficultés relationnelles et souvent une humeur dépressive.

Un trouble du comportement alimentaire Pour la jeune anorexique, la prise d’aliments est vécue comme une agression, alors que le jeûne est vécu comme du plaisir. Ces restrictions alimentaires peuvent être associées à de la potomanie, c'est-à-dire une consommation excessive d’eau, et à la prise de laxatifs, toujours en vue de perdre du poids. Certaines anorexiques souffrent aussi de crises de boulimie pendant lesquelles, hors contrôle, elles avalent, en très peu de temps et sans plaisir, d’énormes quantités de nourriture et, dans la plupart des cas, se font ensuite volontairement vomir. La privation alimentaire entraîne assez vite de nombreux déficits en minéraux, en vitamines et autres éléments essentiels. Ceux-ci, ainsi que la perte de poids, vont induire des dérèglements, voire des dommages, sur l’organisme : perte de muscles, chute de la tension artérielle, malaise, perte de connaissance, chute des cheveux, >>>

NUTRITION ⎢ 39


NUTRITION

anxiété, insomnie, fatigue, frilosité permanente, perte de mémoire, disparition des règles (aménorrhée), décalcification. Ces dérèglements physiques peuvent, à terme, menacer la vie de la personne. La mortalité est proche de 6 % par décade, dans le cas de cette maladie

Toutes les classes sociales Il y a de plus en plus d’anorexiques en France. Autrefois diagnostiquée dans les familles de classe élevée ou moyenne, l’anorexie se rencontre désormais dans toutes les couches de la population. Elle débute le plus souvent entre 12 et 18 ans au lieu de 15 à 25 ans autrefois. En milieu hospitalier, les thérapeutes reçoivent des anorexiques dès 8 ou 9 ans. En France, 1 % des jeunes sont touchés par l’anorexie. Il peut aussi exister une anorexie du nourrisson, qui est très différente. Elle est le signe d’une perturbation fonctionnelle des centres

réflexes situés dans le cerveau. Si l’enfant n’est pas prématuré, cette perturbation est due à des lésions cérébroméningées. L’enfant ne tire pas ou refuse le sein et la tétine. Le diagnostic et la cause de l’anorexie sont du ressort du spécialiste. Des adolescents présentent parfois des conduites alimentaires qui semblent anorexiques, mais qui ne sont que passagères, relevant d’un problème d’attitudes d’identification à des camarades, à des vedettes ou autres mannequins. Lorsque le trouble persiste, il doit faire l’objet d’un avis spécialisé.

La prise en charge L’hospitalisation, souvent nécessaire, a pour objet d’aider à la reprise du poids. L’équipe d’accompagnement comprend un médecin, une diététicienne et un psychothérapeute. L’objectif de la consultation étant de combattre la peur de grossir chez la

patiente, la principale difficulté est le déni de la maladie, avec en conséquence un refus des traitements ; la première étape consiste donc à aider la patiente à prendre conscience qu’elle souffre d’une maladie qui peut se soigner. Le traitement donne souvent des résultats positifs, tant sur le plan psychologique que physique. On estime que la guérison survient dans 50 % des cas. Les rechutes sont très fréquentes, mais elles font partie de la prise en charge et sont prises en compte dans la démarche thérapeutique. Les malades gardent plus ou moins des troubles alimentaires, un poids trop bas et une peur de grossir très forte. La démarche demande une grande patience aux équipes soignantes et parfois des années de lutte continue. Il n’existe pas de traitement médicamenteux ayant prouvé une quelconque efficacité dans cette maladie.


l'anorexie mentale  

L’anorexie mentale, fréquente et parfois méconnue.Il y a plusieurs causesd’anorexie. L’anorexiementale est de plus en plusfréquente et touch...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you