Page 1

SCULPTURE JARDIN d’AKI KURODA avec Jean-François Brossin (laboratoire Géométrie Structures Architecture) Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais Module « tout béton »

projet en béton intitulé « Art et développement des écosystème en milieu urbain » a été réalisé dans le cadre de l’appel du d’offre « Art-Architecture-Paysage » Ce

BRAUP du Ministère de la culture et de la communication et a pris la forme d’une sculpture imaginée par Aki Kuroda. Responsable scientifique : Jean-François Brossin (artiste et technologue) du laboratoire Géométrie Structure (GSA) et Architecture de l’ENSAPM. Aki Kuroda (artiste), Patrick Blanc (artiste et biologiste), Jean-Luc Le Gouellec (biologiste), Olivier Bayard (ingénieur), Laurent Letourmy (architecte).


LE SUJET INITIAL, Concevoir et réaliser une sculpture monumentale de l’artiste Aki Kuroda dans le cadre pédagogique d’une école. Cette sculpture est à l’origine pensée pour être implantée dans un espace public de la ville nouvelle de Villefontaine (38) sur les bassins d’une fontaine qui n’a jamais fonctionné. Le module pédagogique proposé par Jean-François Brossin dans le cadre du laboratoire GSA de l’école nationale d’architecture de Paris-Malaquais a pour sujet la fabrication en béton des différents éléments constitutifs du projet de Kuroda. Ce projet s’inscrit dans un programme de recherche soutenu par le ministère. A partir des dessins que l’artiste a produit dans le cadre d’un atelier de conception aux Grands Ateliers, l’œuvre s’est progressivement élaborée en fonction du lieu d’implantation et des contraintes techniques. La caractéristique de cette sculpture est sa capacité d’accueillir sur ses surfaces en béton une végétalisation. La mise en place expérimentale d’un écosystème naturel planté a fait l’objet d’une étude, d’abord en laboratoire puis en situation réelle. La présence d’une végétation vivante se propose comme une introduction de naturalisation d’éléments minéraux.

BUTS PEDAGOGIQUES DES MODULES DE PRODUCTION: - Traduire concrètement un projet d’artiste en l’adaptant aux réalités du terrain et des modes de fabrication. - Rechercher à partir du matériau solide qu’est le béton un rendu qui corresponde au mieux aux intentions de l’artiste. - Connaissance et utilisation de nouveaux bétons fibrés à hautes performances (BFUP). - Appréhension de l’usage de ces bétons appropriés à la réalisation d’une œuvre d’art au dessin précis à travers l’expérience du chantier collectif.

SCULPTURE JARDIN d’Aki Kuroda – Grands Ateliers - 2


L’ŒUVRE : La sculpture proposée se compose de plusieurs parties : deux dalles de béton aux formes arrondies dont le dessin s’inspire directement du langage plastique de Kuroda. Ces dalles, ajourées d’ouvertures arrondies sont prévues pour être placées à l’horizontale au dessus des bassins. L’une de ces deux formes est surmontée d’une figure humaine aux traits simplifiés. Cette silhouette verticale, également en béton, est emblématique de l’œuvre d’Aki Kuroda. L’épaisseur de ce personnage, comme celle des dalles est voulue par l’artiste aussi fine que possible, comme s’il s’agissait d’une feuille de papier. Des boules de couleurs vives (rouge et verte) sont prévues pour être placées en différents points sur les deux dalles. Aki Kuroda, pour la conception de cette œuvre s’est inspiré d’une légende japonaise qui raconte l’histoire d’oiseaux qui s’offrent au moment des amours des baies rouges et vertes. Le style de cette sculpture monumentale s’inscrit directement dans l’œuvre picturale de l’artiste ainsi traduite en formes simples en plein air. Dans le contexte urbain de ce quartier d’habitation de la ville nouvelle, la proposition artistique de Kuroda se veut reposante tout en étant en rupture par l’emploi de lignes courbes et de formes arrondies seulement ponctuées par l’emploi de couleurs vives.

Cette sculpture est au départ le fait d’une initiative du laboratoire GSA et de ses différents partenaires de recherche avant d’être proposée à la municipalité de Villefontaine. Celle-ci s’est déclarée séduite mais n’a pas pour autant semblé se l’approprier. Ce projet est d’abord une rencontre entre une œuvre, celle de Kuroda et un atelier de l’école d’architecture de Paris-Malaquais (celui de JeanFrançois Brossin). La fabrication de cette œuvre aux Grands Ateliers est l’occasion de mener une expérimentation sur la matière béton et ses applications dans le cadre d’une création artistique. La société LAFARGE est associée à l’expérimentation.

SCULPTURE JARDIN d’Aki Kuroda – Grands Ateliers - 3


LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET : La réalisation de ce projet se développe dans le temps ce qui ne permet pas un suivi de l’ensemble de la procédure par un même groupe d’étudiants impliqués dans le programme. La mise en œuvre couvre plusieurs années scolaires et concerne plusieurs groupes d’étudiants qui travaillent tant dans les locaux de Paris-Malaquais qu’aux Grands Ateliers. Le projet s’est construit lors d’une succession de périodes d’activités sous la forme d’ateliers intensifs. Un premier atelier fut consacré à la mise en place des principes artistiques et surtout à l’étude d’un corpus de données sur les végétaux aptes à s’intégrer à la construction (murs, végétalisation verticale…). Le laboratoire GSA s’est associé les compétences Patrick Blanc, biologiste et chercheur au CNRS. Le projet artistique est alors modifié en fonction des caractéristiques de la botanique.

3 ateliers de réalisation vont se succéder aux Grands Ateliers au cours desquels chacune de phases de la fabrication de l’œuvre vont être traitées. Ces workshops sont principalement articulés autour de la recherche et la réalisation de bétons appliqués au dessin de l’œuvre.

SCULPTURE JARDIN d’Aki Kuroda – Grands Ateliers - 4


JUIN 2004 : ATELIER 1 (GRANDS ATELIERS), Première phase : la mise au point du projet. Aki Kuroda a réalisé un ensemble de croquis qui ont permis de définir l’œuvre dans sa spatialité et matérialité (courbes, formats, aspects…). L’artiste a réalisé une maquette en volume du site public envisagé pour l’implantation de l’œuvre permettant une étude approfondie de son intégration urbaine. L’atelier « art/architecture/paysage » de JeanFrançois Brossin a traduit ces intentions en termes de faisabilité et d’emploi de nouveaux bétons. Une recherche sur ce matériau est menée avec le laboratoire de la société Lafarge afin de trouver des réponses adaptées au projet. Chacune des formes constitutives de l’œuvre a fait l’objet d’un « patron » à l’échelle Un dessiné sur Kraft. Ces plans côtés permettront la réalisation ultérieure de l’œuvre.

SEPTEMBRE 2005 : ATELIER 2 (GRANDS ATELIERS),

Le chantier (première phase). Les plans d’Aki Kuroda sont repris et analysés en vue de la réalisation. De nouveaux échanges sont engagés avec le laboratoire qui produit du Ductal® au sein de la société Lafarge (Saint-Quentin de Fallavier). Un conseiller scientifique suit la mise en œuvre technique de la sculpture. Les dessins de l’artiste sont légèrement modifiés, notamment au niveau des courbures des pourtours pour permettre la construction des coffrages pour le béton. Une épaisseur de 8cm. est retenue pour l’ensemble des dalles qui constituent les éléments principaux du projet. La tranche de ces voiles de béton a fait l’objet de plusieurs tests afin de préciser les angles des bordures et la texture de la coupe. La figure du personnage en position debout a été reconsidérée pour en assurer la solidité tout en gardant l’effet de légèreté recherché par l’artiste. Sa largeur est conçue en s’élargissant vers le bas afin de garantir la stabilité. Une possibilité d’emboîtement de cette forme par le dessous de la dalle est prévue lors du montage définitif. Des crochets de portage sont prévus pour le transport des dalles ainsi que leur assemblage et des plots en béton sont envisagés comme supports porteurs. Un protocole de fabrication est mis en place. Vu la complexité des coffrages, la finesse des voiles de béton, une première partie de l’œuvre est mise en fabrication : la plus grande dalle (composée de plusieurs éléments), la figure du personnage debout et quelques boules rouges. L’autre partie de la sculpture (seconde dalle) fera l’objet d’un chantier ultérieur. Les difficultés de réalisation furent nombreuses et le protocole prévu a dû être modifié et adapté à plusieurs occasions suite à la difficulté de maintenir en forme les coffrages et les imprévus de la fluidité des bétons.

SCULPTURE JARDIN d’Aki Kuroda – Grands Ateliers - 5


JUIN 2006, ATELIER 3 (GRANDS ATELIERS), (le montage des éléments) Ce troisième atelier intensif a pour objet le montage de la sculpture et la vérification des différentes modes d’assemblage préalablement préparés.

En attendant une implantation définitive de l’œuvre, une première présentation dans le jardin des Grands Ateliers est décidée de la partie déjà construite. Après une étude de terrain et de mise à niveau, un site est choisi et préparé pour accueillir la sculpture. 21 plots porteurs sont construits en béton traditionnel et placés sur le terrain afin de pouvoir supporter la dalle. La fixation se faisant avec les systèmes d’attache prévus lors de la précédente phase. La dalle horizontale et composée des 9 éléments est surélevée du sol d’une cinquantaine de centimètres. Une fois les éléments de la dalle emboîtés et solidarisés, les boules de couleur sont fixées sur la surface de celle-ci. Ces boules renvoient à la légende japonaise de l’oiseau amoureux qui pour séduire la femelle présente des baies de couleur autour de son nid. Le personnage debout est ensuite placé au centre de l’une des ouvertures de la dalle comme si il surgissait de celle-ci, au centre des boules de couleur. Les surfaces en creux sont prévues pour accueillir la végétalisation envisagée qui conférera à la sculpture sa nature de jardin. Le montage in situ des différents éléments donne à voir l’œuvre dans sa réalité artistique et sera marquée par les effets du temps : la patine sur les bétons et la croissance des végétaux qui seront en osmose avec la sculpture.

SCULPTURE JARDIN d’Aki Kuroda – Grands Ateliers - 6


ANALYSES : 1Une sculpture monumentale est un projet qui est généralement long à réaliser, et celui de Aki Kuroda initié par l’unité d’enseignement de Jean-François Brossin (GSA) n’échappe pas à cette réalité de la commande publique. 2Ce projet se présente comme une véritable rencontre entre plusieurs disciplines, ici mises en œuvre au mieux de leurs possibilités : - Le projet artistique : Une question artistique est au préalablement posée et appelle des réponses techniques auxquelles l’artiste seul n’est pas en mesure de répondre. Aki Kuroda, dans la logique d’auteur propose un jeu de formes et une écriture. - L’inscription dans l’enseignement de l’architecture : Le laboratoire de Paris-Malaquais se fixe pour se projet deux objectifs pédagogiques et expérimentaux. L’un est de traduire en objet concret les intentions plastiques d’un artiste. Ici dans le cas présent, Aki Kuroda avec qui, un véritable dialogue s’est instauré et l’autre étant le développement d’un programme de recherche interdisciplinaire et innovante faisant l’objet d’un projet de recherche initié par le BRAUP. - La rencontre avec l’industrie : l’ingénierie du béton est sollicitée pour résoudre des questions formelles précises ; le partenariat avec l’industrie et plus particulièrement le laboratoire de recherche sur le Ductal® de la société Lafarge pour qui ce projet revêt une dimension expérimentale originale. 3Ce projet s’articule autour de deux axes complémentaires : - La dimension pédagogique au cours de laquelle différents groupes d’étudiants sont confrontés à une proposition artistique et à son traitement par une expérimentation concrète de la matière : le béton. - La réalisation d’une œuvre publique qui conjugue la problématique de la création contemporaine avec une inscription dans l’espace urbain. REMARQUES : La mise en œuvre de cette sculpture se présente comme une illustration d’un projet véritablement interdisciplinaire qui met en complémentarité des cultures et compétences différentes. Ce programme réuni aux Grands Ateliers les savoirs des artistes, des architectes et des ingénieurs complétés par ceux des biologistes et des chercheurs en écosystèmes. L’ensemble est porté par la volonté d’expérimenter à partir d’un cadre pédagogique.

SCULPTURE JARDIN d’Aki Kuroda – Grands Ateliers - 7


Projet artistique d’Aki Kuroda avec Jean-François Brossin et les collaborations d’Olivier Bayard, de Jean-Luc LeGouellec, de Gérard Molines (Ciment Lafarge) et de Simon Aubry. Projet réalisé avec la participation de la société LAFARGE et l’équipe des Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau (direction Myriam Olivier).. Assistance technique : Roland Mathieu et Maurice Nicolas. Accompagnement pédagogique : Paola Catrambone, Françoise Aubry et Alain Snyers. Simulations numériques de Thomas Kronental (ENSAPM). Assistant ENSAPM (suivi de projet) : Stéphane Papin. Cahier réalisé par Alain Snyers (Les Grands Ateliers). Photographies : Jean-François Brossin, les étudiants et les Grands Ateliers. Avec la contribution des étudiants de l’ENSA Paris-Malaquais : Modélisation : Juin 2004. BAECKER Jean-François, BEGEL Xavier, BENTOUMI Sidi, BOURSIER Raphael, CASTEU Rémy, DUCHATEL Sandra, ESTRADE Vincent, GAO Morgane, JOUHARI Anouar, KRONENTAL Thomas, LAHLOU Mohamed, LAPEYRE Henrian,LEROUIC Simon, MANSOUR Jean-Baptiste, MAZOUZI Ghassen, PANNIER Clément, REISS Camille, SACERDOTI Antoine, SIVICEK Igor, VITOUX Damien. Fabrication : Septembre 2005. AMETHI Era ,BERETTA Mathieu, BOBOE Romain, CASTEU Rémy, CRUYMEROLLE Alice, GANDON François, GAO Morgane, GAZIN Mathieu, GIRALDO Lucas, GIRARD Etienne , GREC Léonor, KRONENTAL Thomas (images numériques), LEOTARDI Lionel, MINAOUI Ansame, POUCHET Romain, RAVON Adrien,SACERDOTI Antoine, SAFOUANE Abla,SCHAFFROTH Léa, SEPULVEDA Philippe, SIVICEK Igor, TEREMETZ Célia, VALLIER Alice, WIRNIASKA Agneska, CIARDI Benjamel , JOUHARI Anouar Montage : juin 2006. ASBAR Fadwa, BAUDRY Lorraine, BICHARA Abla, COCAGNE Olivia, DE HEECKEREN Alison, DEPEYRE Antoine, HAGE Audrey, JALAL Kinda, LAJILI Nida, LAZENNEC Adrien, LEMAIRE Damien, LEVEQUE Damien, PANAZOL Marine, PLANSON Laura, RAVON Adrien, YOUNSI Fatine.

Cahier GRANDS ATELIERS © - Juillet 2006


2006 Formation béton - Les Grands Ateliers d'Isle d'Abau  

Formation béton pour la réalisation d'une sculpture de jardin d’Aki Kuroda avec Jean-François Brossin(laboratoire Géométrie StructuresArchit...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you