Page 1

Futuriste & Universelle, depuis 1958

DOSSIER DE PRESSE

EXPO 22.05.10 > 31.08.10 Atomium • Sphère des expositions temporaires • Square de l’Atomium • 1020 BRUXELLES • www.atomium.be

dossier de presse - BE.WELCOME I 1


BE.WELCOME est une réalisation de lʼAtomium et du Musée de lʼEurope en Partenariat avec la Fondation Roi Baudouin et le Centre pour lʼégalité des chances et la lutte contre le racisme. Dans le cadre de la présidence belge de lʼUnion européenne.

Adresse Atomium Sphère des expositions temporaires Square de lʼAtomium B-1020 BRUXELLES T. 02 475 47 77 M. info@atomium.be

Site web www.atomium.be/bewelcome

Contacts pour la presse : FR > Arnaud Bozzini • 0494 524 747 • arnaud.bozzini@atomium.be NL > Ilse De Braekeleer • 02 475 47 74 • info@atomium.be

Avec le soutien de : • Etat fédéral –SPF Intégration sociale et lutte contre la pauvreté • Région Bruxelles-Capitale • Communauté française Wallonie-Bruxelles – Présidence & Education permanente • Vlaamse Gemeenschapscommissie • Vlaamse Regering • Parlement de la Communauté française Wallonie-Bruxelles • Parlement francophone bruxellois • Ville de Bruxelles • Fondation Roi Baudouin • Loterie nationale

Intervenant lors de la conférence de presse du 22 février 2010 : En présence de M. Freddy Thielemans, bourgmestre de la Ville de Bruxelles • M. Henri Simons, directeur de lʼAtomium • M. Arnaud Bozzini, en charge des expositions à lʼAtomium • M. Henri Dupuis, Musée de lʼEurope • Melle Isabelle Van Den Broeke, Musée de lʼEurope dossier de presse - BE.WELCOME I 1


SOMMAIRE

Le mot de lʼAtomium, M. Henri Simons Le mot du Musée de lʼEurope, M. Elie Barnavi Présentation du projet et parcours Oeuvres dʼart Activités en marge de lʼexposition Présentation de lʼAtomium Présentation du Musée de lʼEurope

dossier de presse - BE.WELCOME I 2


De fin mai à septembre prochain, l'Atomium, en collaboration avec le Musée de l'Europe, présentera « BE.WELCOME  », exposition consacrée aux parcours et aux expériences migratoires en Belgique. Après «  Bipolar  » et «  Africa Fast Forward  », lʼAtomium offre au public belge et étranger une nouvelle exposition de société. Pour nous, il sʼagit de sʼintégrer à ce débat en alimentant la réflexion par une plongée au cœur de la réalité migratoire. Cette initiative illustre à travers une démarche culturelle, pédagogique, citoyenne et ludique, un thème sociétal et culturel légitime dont il nous semble nécessaire de parler afin de le contextualiser et par la même le dédramatiser. Proposée dans le cadre de la présidence belge de lʼUnion européenne en 2010, cette initiative offre un regard novateur sur le phénomène migratoire. Le parcours envisagé telle une "quête du papier" sera l'occasion dʼoffrir aux visiteurs une approche interactive de ce fait de société. Bénéficiant de l'expertise muséologique et scientifique du Musée de l'Europe, «  BE.WELCOME  » privilégiera les témoignages et donnera à voir non seulement le point de vue du migrant mais également la perception de la société d'accueil. Avec cette exposition, nous avons pour intention de répondre aux questions posées par le phénomène migratoire mais également de nourrir la réflexion et de faire évoluer les regards et les mentalités. Lʼexpérience du Musée de lʼEurope avec qui je me réjouis de réaliser cet ambitieux projet permet dʼaborder ce thème dʼactualité avec une grande sensibilité mais sans faux semblant. Dʼautant que nous bénéficions de lʼétroite collaboration dʼun comité scientifique regroupant non seulement la Fondation Roi Baudouin et le Centre pour lʼégalité des chances et la lutte contre le racisme mais également les universités et le milieu associatif. Après le Bois du Cazier à Charleroi et probablement Anvers, cette exposition, conçue pour bouger, devrait constituer le socle dʼun centre des migrations. Lieu dʼexposition autant que centre de recherche et dʼétude du phénomène migratoire, cet espace doit permettre lʼappropriation collective dʼune histoire qui parle de et à chacun de nous.

Henri SIMONS Directeur de lʼasbl Atomium

dossier de presse - BE.WELCOME I 3


Le Musée de lʼEurope a pour vocation de traiter de lʼEurope en tant que civilisation, autrement dit dans toutes ses dimensions, historique, culturelle, politique et sociale. Ses expositions, hier sur lʼunification européenne (« Cʼest notre histoire  !), sur les pratiques religieuses («  Dieu(x), modes dʼemploi  ») ou sur le phénomène génocidaire (« La Shoah par balles »), demain sur les trois siècles de relations euro-américaines, sʼinscrivent dans ce souci global. La participation du Musée de lʼEurope à la conception et à la création dʼune exposition sur le phénomène migratoire en Belgique coulait donc de source. Car rien nʼest plus européen que les vagues de migration qui ont balayé depuis la nuit des temps notre continent pris comme un tout, et chacun de ses pays en particulier. LʼEurope est une histoire de peuples et de populations en mouvement. De fait, le Musée de lʼEurope avait pris langue depuis longtemps avec la Cité nationale de lʼImmigration de Paris, et un projet dʼexposition commun avec cette institution pionnière est en phase de finalisation. Le Musée de lʼEurope se réjouit de cette occasion de travailler avec lʼAtomium et ses autres partenaires pour la réalisation de ce projet de grand intérêt, et forme le vœu que cette exposition puisse devenir le noyau dʼun Musée permanent de lʼImmigration à Bruxelles.

Elie Barnavi Conseiller scientifique au Musée de lʼEurope

dossier de presse - BE.WELCOME I 4


2. PRESENTATION DU PROJET ET PARCOURS

2.1. Les partis pris de l’exposition Quʼest-ce quʼun immigré ? Les tentatives de réponse à cette seule question, élémentaire, montre combien lʼimmigration est complexe, multiple. Et combien aussi elle est difficile à montrer (ce que doit faire une exposition !) au-delà des clichés les plus convenus. Nous avons donc choisi de construire une exposition en forme d'instantanés, de coups de projecteurs donnés sur le phénomène migratoire au sens le plus large. Il n'est pas question d'être exhaustif ni d'entraîner le visiteur dans un parcours logique dont chaque étape serait nécessaire à la compréhension de la suivante. Les témoignages seront donc privilégiés mais des données plus factuelles seront présentes dans chaque espace sous une forme récurrente. Le but est de provoquer l'interrogation, l'étonnement chez le visiteur, même celui qui n'aurait regardé qu'une seule installation. A l'issue de sa visite, il doit se dire que c'est un phénomène complexe, mais que grâce à notre exposition, il en a découvert de nouvelles facettes, un autre angle sous lequel le considérer. L'arrivée de populations étrangères dans un pays n'est ni une chance qu'il faudrait courtiser sans discernement ni une catastrophe source de tous les maux. Aussi vieille que l'humanité, l'immigration ne s'est jamais produite sans heurts. Partir est difficile; accueillir aussi. Il n'y a pas UNE immigration; il y en a autant que d'immigrés. Certaines sont heureuses, d'autres sont des échecs personnels ou collectifs. Certaines sont admises, d'autres cristallisent les tensions. be.WELCOME présente donc l'immigration à travers des histoires personnelles, sans prétendre à l'exhaustivité. Mais en espérant qu'une meilleure perception du phénomène migratoire naîtra de cette pluralité de points de vue.

dossier de presse - BE.WELCOME I 5


2.2. Le parcours de visite

REZ-DE-CHAUSSEE

L'histoire de l'immigration en Belgique Des éléments de mobilier urbain qui composent le mot WELCOME sont disposés sur l'esplanade face à l'Atomium. Les lettres du mot WELCOME servent de support pour raconter lʼhistoire de lʼimmigration en Belgique. Cette histoire sera déclinée sous la forme d'une fresque graphique composée de photos, graphiques, facsimilés de documents. Chaque lettre est dédiée à une forme d'immigration qui sont autant d'étapes de cette histoire.

Les visages de l’immigration Une série de grands portraits occupent chacun une vitre de la rotonde. Ce sont les témoins que le visiteur rencontra dans la suite du parcours. Ils sont évidemment de nationalité et dʼorigines très diverses, y compris des « Belges de souche plus ou moins lointaine ». Chaque portrait sera simplement accompagné du nom de la personne et de la mention « né à... ».

L’immigration au cinéma Dans lʼespace dʼattente situé au pied de lʼascenseur, le visiteur pourra visionner des extraits de films, de sketches, etc. qui montrent comment le thème de lʼimmigration a été traité au cinéma ou par les humoristes ces dernières décennies.

dossier de presse - BE.WELCOME I 6


NIVEAU 1

La quête du mieux Un film d'introduction au phénomène migratoire est projeté dans l'espace réservé à l'exposition permanente sur l'Expo ʻ58.

Les voix de l’immigration Lʼescalator sera transformé en sas dʼimmersion sensorielle: pendant le montée, les visiteurs entendent les témoins prononcer des mots dans leur langue d'origine, des bruits de vie.

NIVEAU 2

Qui sont-ils et pourquoi ont-ils émigré? Le visiteur se trouve face à une grande carte du monde interactive. Lorsque, sur un petit écran tactile placé devant lui, il touche un visage, il déclenche un flux d'informations: photos, films, etc. qui apparaissent sur la carte. Notre témoin explique pourquoi il est venu en Belgique, quelles ont été ses premières impressions en arrivant ici. L'essentiel de l'information passera par les témoignages. Parmi les intervenants, il y aura des « Belges » de souche ancienne ou plus récente qui expliqueront ce que cette arrivée d'immigrés a changé pour eux.

dossier de presse - BE.WELCOME I 7


Les liens avec le «pays» Cette intervention est composée de trois bornes permettant à deux visiteurs à la fois d'écouter des enregistrements de conversations d'immigrés avec leur famille et amis restés au « pays  ». Cette conversation s'écoute via des cornets de téléphone classiques comme ceux que l'on trouve dans les phone shops. Les dialogues de cette intervention ont été écrit par Pie Tshibanda.

Des codes différents Deux silhouettes revêtues l'une d'un costume européen, l'autre d'un costume « exotique » et surmontée dʼun parapluie attire le regard du visiteur. Elles accompagnent des dessins qui montrent qu'immigrer, c'est aussi devoir réapprendre certains codes sociaux ou gestes du quotidien que l'on croyait acquis pour toujours.

Faire sa valise Le visiteur se dirige ensuite vers une série de valises, de malles et sacs en plastique: ce sont les bagages d'immigrés, tels qu'ils les ont remplis lorsqu'ils sont partis de chez eux. Un orifice percé dedans permet de découvrir un objet particulier, soit insolite, soit nostalgique du pays quitté.

Le parcours du «combattant» Le but de cet interactif est de découvrir la complexité du processus administratif de lʼimmigration et ressentir lʼangoisse que peut vivre lʼimmigrant. Lʼinstallation se compose dʼun guichet comme on en trouve dans les administrations publiques, mais à la place du fonctionnaire se trouve un écran tactile. Lorsque personne nʼest occupée au guichet, lʼécran montre un fonctionnaire qui classe des papiers, appose des tampons,

dossier de presse - BE.WELCOME I 8


regarde lʼheure et de temps en temps annonce le numéro du prochain ʻclientʼ. Dès quʼun visiteur sʼapproche de lʼécran, il déclenche un capteur de présence et une nouvelle séquence sʼenclenche à lʼécran : le fonctionnaire interpelle le visiteur et lui annonce que cʼest lui - le visiteur - qui doit répondre aux formalités pour lʼimmigrant suivant, prendre sa place en quelque sorte. Le visiteur doit déterminer quels sont les documents nécessaires pour que cet immigrant obtienne un permis de séjour et indiquer où trouver ces documents. Le tout dans un temps imparti.

Savez-vous que... Ces éléments sont récurrents. Ils prendront la forme de mobiliers dont le design est en rapport avec le thème. Les informations sont présentées dans ces mobiliers. Ce sont des informations factuelles (statistiques, données chiffrées, résultats d'enquêtes, graphiques, cartes, etc.).

Villes multiples L'atmosphère générale de cet espace est donnée par des photos de lieux urbains qui, connotés par l'immigration, marquent les villes: restaurants, salons de coiffure, boucheries hallal, cafés, boutiques de vêtements, agences de voyages, etc.. Ce sont des photos de devantures actuelles et non un « avant-après ». En dessous de ces photos, dans des tirettes formant le trottoir de la rue, le visiteur découvre un autre savez-vous que, consacré cette fois à l'implantation des immigrés dans les villes.

NIVEAU 3

L'intégration au futur Les « immigrés » s'intègrent-ils dans notre société? Il y a sans doute presqu'autant de réponses à cette question qu'il y a d' « immigrés ». D'autant que l'intégration est, elle aussi, à double sens. Il y a le sentiment de l'immigré mais aussi le regard que les « autres » portent sur lui. Nous avons choisi de traiter ce thème, à travers une série de reportages qui portent sur des lieux d'intégration ou de questionnement sur l'intégration: l'école, l'entreprise, le club sportif, le local syndical ou politique et la commune. dossier de presse - BE.WELCOME I 9


Ces reportages seront diffusés parmi une vingtaine de silhouettes monochromes. Les silhouettes sont dans la pénombre, à l'exception d'une par groupe, qui est éclairée et est donc mise en évidence. Lorsqu'il s'approche de la silhouette éclairée, le visiteur découvre le dispositif d'information.

Qu'en pensez-vous? L'intégration des nouveaux arrivants est un problème auquel sont (et ont été) confrontées toutes les communautés humaines. Qu'en pensent les visiteurs? Y-a-t-il selon eux des pistes à privilégier? Cette installation leur permettra de donner un avis. Non pas en répondant par oui ou par non à des questions simplistes, mais par des voies parfois détournées. Les questions seront rédigées de telle sorte que chacun pourra y répondre, quelle que soit la communauté à laquelle il appartient ou se sent appartenir. Ainsi pour le rôle de l'école, on demandera par exemple: « Quel pourcentage d'élèves d'origine différente de la vôtre estimez-vous souhaitable dans la classe de votre enfant? » Les votes seront enregistrés et le résultat cumulé apparaît sur un grand écran, permettant ainsi à chacun de savoir où il se situe par rapport à l'opinion publique.

NIVEAU 4 Musiques d'ailleurs Dans un juke-box, le visiteur peut sélectionner les morceaux de musique préférés des témoins rencontrés dans l'exposition.

dossier de presse - BE.WELCOME I 10


3. OEUVRES D’ART Samuel Rousseau – Lessive Raciale > Installation vidéo, 2002, Galerie Aeroplastics La machine à laver n'est pas qu'un simple objet dans notre vie quotidienne. Elle lave nos vêtements, ces vêtements qui sont l'expression de notre identité. Samuel Rousseau illustre, à travers cette installation vidéo, un dilemme courant chez les migrants. Laisserons-nous les couleurs de notre identité se décolorer – c'est-à-dire "blanchir" – pour nous faire accepter dans la grande machine qu’est la société ou faut-il au contraire veiller à préserver ces couleurs et, partant l'identité culturelle qui est la nôtre ? Le visage derrière le hublot, qui passe du blanc au noir et puis du noir au blanc, symbolise la double identité à laquelle les migrants sont confrontés au quotidien et qui souvent les déchire. > Samuel Rousseau est né à Marseille en 1971 et vit actuellement à Grenoble. Ses vidéos traduisent une prédilection pour le banal, les objets insignifiants qui peuplent notre vie de tous les jours. Il les approche d'une manière telle que l'on peut tout à la fois qualifier ses œuvres de brutales, blasphématoires, poétiques, humbles et magiques.

Aimé Ntakiyica – Wir > Photo, 2003, Aimé Ntakiyica Dans 'Wir', l'artiste a pris comme postulat de départ la phrase ‘Wir sind die Ander’ (Nous sommes les autres). Il explore ce que peuvent encore signifier, aujourd'hui, une culture et une identité nationales dans un monde multiculturel et globalisé à l'extrême où l'information et les gens circulent avec une facilité déconcertante. L'artiste, qui a quitté le Burundi pour la Belgique quand il était enfant, est sans cesse confronté à cette pollinisation croisée des cultures. Dans cette installation photos, nationalités européennes et africaines s'entremêlent et se fondent. On y voit l'artiste revêtir la jupe écossaise ou le costume tyrolien, prendre la pose à la mode égyptienne ou calquer la posture d'une statue africaine. > Aimé Ntakiyica est né en 1960 au Burundi et a étudié les arts plastiques à Bruxelles. Son parcours artistique n'a rien d'une ligne bien droite. Après avoir peint des œuvres coloristes abstraites, il s'intéresse davantage, actuellement, aux installations plus conceptuelles. Le mélange des cultures et des milieux de vie est une thématique récurrente de ses œuvres.

Nezaket Ekici – Veil fight > Vidéo, 2004, Galerie Aeroplastics L'artiste turque joue ou combat le symbole de l'Islam par excellence aux yeux de l’Occident. En Europe, le voile est actuellement au centre de tous les débats sur l'intégration. Dans son œuvre vidéo très personnelle où elle endosse le rôle principal, l'artiste montre que ce débat n'est pas l'apanage exclusif de la scène publique, mais qu'il se joue aussi sur le plan personnel. Face à son débat intérieur, elle hésite entre voiler ou dévoiler son identité turque et européenne. > L'artiste turque Nezaket Ekici, 40 ans, est née à Kirsehir en Turquie. Elle partage actuellement sa vie et son travail entre Berlin et Stuttgart. Son œuvre est une succession de performances dont son propre corps forme le noyau. Elle utiliser sa corporalité pour susciter l'implication et l'interaction avec le public. Elle veille à ne pas révéler d'emblée au spectateur toutes les clés qui lui permettront de déchiffrer le contenu de son œuvre. Le public doit pouvoir interpréter son travail à sa manière et tisser ainsi un lien personnel avec l'œuvre.

dossier de presse - BE.WELCOME I 11


Mekhitar Garabedian – We are all foreign ‘scum’ > Néon, 2010, Tempora Dans la première partie de la phrase en ‘néon’, ‘We are all foreign’, l'artiste écrit que nous sommes tous des 'étrangers' dans le monde globalisé d'aujourd'hui. Nous avons le feu vert pour voyager, émigrer, rencontrer d'autres cultures ou nous établir ailleurs. Mais la seconde partie de la phrase jette une note critique sur cette liberté et cet esprit d'ouverture. Émigrer n'a certes rien d'évident. Le mot 'scum' (ou 'racaille') est le feu rouge qui s'allume derrière ‘We are all foreign’. Souvent, le terme ‘foreign’ (étranger) revêt une connotation négative, aussi bien pour les nouveaux arrivés que pour la population 'souche'. > Mekhitar Garabedian est né en Syrie en 1977. Il a des racines arméniennes et vit en Belgique depuis son enfance. La complexité de ses origines est un thème mûrement réfléchi de son œuvre. En expérimentant différents médias, il explore les frontières du concept d'identité culturelle. Il n'est pas rare qu'il laisse volontairement le spectateur se heurter à ces frontières dans des œuvres moins accessibles ou parfois provocatrices.

Kathleen Bricman > Kathleen Bricman est artiste-peintre et sculpteur. Née en 1962, elle est diplômée de Saint Luc en arts plastiques et en décoration d’intérieur. Elle a d’abord travaillé comme styliste pour différentes marques dans le prêt-à-porter et la chaussure. Parallèlement, elle a développé une démarche artistique dans deux orientations distinctes : d’une part un travail pictural consistant essentiellement en pastels « monumentaux » ; et d’autre part la sculpture, avec un grand projet en cours de réalisation sur un chapiteau de cirque occupé par une vingtaine de femmes en papier mâché et se distinguant uniquement entre elles par la gestuelle et l’attitude du corps. Kathleen a déjà participé à diverses expositions et parcours d’artistes.

dossier de presse - BE.WELCOME I 12


4. ACTIVITES EN MARGE DE L’EXPOSITION JOURNEE D’ETUDE : LA MIGRATION CONGOLAISE VERS LA BELGIQUE

Atomium • 1er juin 2010 Le 1er juin, dans le cadre de lʼexposition « BE.WELCOME  », le Centre pour lʼégalité des chances et la lutte contre le racisme organisera à lʼAtomium une journée dʼétude consacrée à la migration congolaise vers la Belgique. A cette occasion, sera notamment présentée une étude démographique inédite, réalisée par le Centre en collaboration avec le Gédap (Groupe dʼétude de Démographie Appliquée – UCL), portant sur la migration congolaise et son impact sur la présence congolaise en Belgique.

REPRESENTATION THEATRALE : JE LIS

Atomium • 22 au 25 mai 2010 • 19h Exilés et immigrés rencontrent souvent de grandes difficultés pour sʼintégrer dans la culture et la langue du pays dʼaccueil. Cʼest ce quʼévoque la pièce de théâtre « Je lis  », adaptée du récit de vie dʼAgota Kristof, LʼAnalphabète. Contrainte à fuir son pays en 1956 pour échapper à lʼarmée soviétique, cette jeune Hongroise se réfugie en Suisse romande avec famille après un long périple. Ne connaissant pas un mot de français à son arrivée, elle assimile, à force de persévérance, lʼidiome et la culture de la région, au point de devenir une écrivaine renommée dans sa langue dʼadoption. En 2008, elle reçoit dʼailleurs le Prix autrichien pour la Littérature Européenne, couronnant lʼensemble de son œuvre.  Ses textes sont traduits dans une trentaine de langues et lui valent une reconnaissance internationale. Mise en scène par Sifiane El Asad, la pièce sʼouvre sur un livre géant sans pages, et qui se remplit progressivement avec le récit de vie de lʼauteur. Sur un ton léger, le spectacle aborde les thèmes essentiels que sont lʼexil, lʼimmigration, lʼintégration, lʼapprentissage dʼune autre langue et dʼune autre culture. Spectacle organisé par Géraldine Colin et Corinne Ricuort Avec  : Manuella Ammoun, Maryse Dynsart, Johanne Samek, Laurence Voreux • Scénographie & costumes  : Valérie Leclercq assistée par Isabelle Jamsin • Production : Alan Bourgeois • Une coproduction de Présence et Action Culturelles, de Lire et Ecrire et du Fantastique Collectif • Avec le soutien de  La Maison du Livre, de lʼInstitut Culturel Hongrois de Bruxelles et du Garcia Lorca Le public intéressé par les œuvres et le travail dʼAgota Kristof pourra rencontrer lʼauteur lors de la manifestation littéraire qui la mettra à lʼhonneur du 22 au 30 mai 2010 au Centre Culturel Hongrois de Bruxelles. • •

dossier de presse - BE.WELCOME I 13


5. L’ATOMIUM Un incontournable Symbole incontournable de Bruxelles et de la Belgique, mais aussi haut lieu du tourisme international, réalisation unique dans l’histoire de l’architecture et vestige emblématique de l’Exposition Universelle de Bruxelles (Expo 58), l'Atomium est aujourd'hui l'attraction la plus populaire de la Capitale de l'Europe.  Figurant un cristal élémentaire de fer agrandi 165 milliards de fois,  allusion à la puissance de  l'énergie atomique alors en plein essor et  qu’il était prévu d’utiliser à des fins pacifiques, l'édifice continue d'incarner les idées de futur et d'universalité de l'Expo 58 qui l'a vue naître, et perpétue - notamment au travers de sa programmation culturelle - la réflexion amorcée en 1958 : de quelle sorte de futur voulons-nous pour demain? A quoi tient le bonheur des hommes et des femmes de notre terre?

Un exemplaire unique dans l’histoire de l’art Totem-phare dans le ciel bruxellois ; ni tour, ni pyramide, un peu cubique, un peu sphérique, à mi-chemin entre sculpture et architecture, vestige du passé aux allures résolument futuristes, musée et lieu d’exposition ; l’Atomium est à la fois un objet, un lieu, un espace, une utopie et un emblème unique au monde, échappant à toute forme de classification.

Un symbole à la fois de Bruxelles, de la Belgique et de toute une époque L’Atomium n’était pas destinée à survivre au-delà de l’Exposition Universelle de 1958 mais sa popularité et son succès en firent rapidement un élément majeur du paysage d’abord bruxellois, puis national et enfin international. Au delà de la valeur symbolique liée à son histoire, l’Atomium est également l’une des icônes de Bruxelles - capitale de l’Europe - avec laquelle elle entretient des relations privilégiées. Depuis sa brillante restauration (2006), celle que beaucoup n’hésite pas à surnommer le plus belge des monuments abrite également un musée avec ses collections permanentes et des expositions temporaires.

Le plus beau panorama de Bruxelles Tour à tour qualifié par les guides touristiques de saisissant, incontournable, exceptionnel ou encore magnifique : à en croire les spécialistes, le panorama à lui seul vaudrait un passage à l'Atomium. Au contraire des quelques autres points de vue enclavés au centre-ville, l'Atomium, de par sa localisation sur un plateau naturellement surélevé, à la périphérie, offre l'unique véritable panorama à 360° sur Bruxelles.

Une restauration de choix Gérés par un restaurateur indépendant de l'Atomium : le restaurant panoramique Belgium Taste propose au quotidien une gamme étendue de produits, allant de l’en-cas au menu gastronomique typiquement belge.

dossier de presse - BE.WELCOME I 14


Un lieu d’expositions Programmation 2010 Futuriste & Universelle, l'Atomium n'a de cesse de prolonger la réflexion amorcée lors de l'Expo 58 qui l'a vue naître. Des thèmes tels que la science, le progrès et le futur, qui restent plus que jamais d'actualité, sont ainsi abordés au cours de diverses expositions temporaires organisées tout au long de l'année.

Expo 58 : l'exposition Exposition permanente sur deux niveaux / sphère de base Bâtiment emblématique et principal vestige de l'Expo 58 : c'est tout naturellement que l'Atomium consacre entièrement - et de façon permanente - l'une de ses sphères à cet événement majeur et unique dans l'histoire de notre pays.

Suite au succès rencontré par l'exposition Expo 58. Entre Utopie et Réalité, à l'occasion du 50ème anniversaire de l'Expo 58, l'Atomium, témoin magique de la galaxie 58, vous en propose une nouvelle version permanente : Expo 58: l'exposition. L'Atomium a acquis entre-temps 30 maquettes originales ou contemporaines représentant différents pavillons de l'Expo 58. Celles-ci ont été réalisées par l'Université de Gand sur base de documents d'archives, dans un souci de reconstitution historique fidèle à la réalité. A travers des documents d'archives, des photographies, des vidéos d'époque et de nombreuses maquettes, cette exposition plongera les visiteurs dans cette prestigieuse et inoubliable manifestation. Pour les uns,  ce sera l'occasion de redécouvrir cet événement enchanteur ; pour les autres, à qui l'Expo 58 et sa quête de progrès et de bonheur n'évoque rien de familier, de comprendre ce rêve qui fait encore aujourd'hui la magie de l'Atomium.

dossier de presse - BE.WELCOME I 15


Expositions temporaires Sphère des expositions temporaires / sur deux niveaux

Réalisées avec le concours d’institutions internationales, ces expositions s’adressent au grand public et, en particulier, aux écoles qui peuvent obtenir l’assistance d’un guide ou encore, pour certaines expositions, recevoir un dossier pédagogique.

Le Modernisme Ludique en Belgique. Inventif, pétillant, audacieux et coloré, le design des années 50 est l’une des sources majeures des plasticiens d’aujourd’hui. Cette exposition propose de retrouver ces formes qui influencent notre quotidien. Un parcours qui ravira autant les amateurs du genre que ceux en mal d’inspiration pour leur déco d’intérieur.

>> 23.12.2009-25.04.2010

L’Expo 58 en maquettes. L’Expo 58 fut l’occasion d’une production architecturale aussi foisonnante que spectaculaire. La plupart de ces édifices a aujourd’hui disparu et ceux qui subsistent encore ont généralement été transformés selon leur nouvelle affectation. La présentation d’une trentaine de ces pavillons reconstitués à une échelle réduite par l’Université de Gand sera l’occasion d’un parcours ludique et technique qui intéressera petits et grands.

>> 01.05.2010-16.05.2010

Be.Welcome. En collaboration avec le Musée de l’Europe et la Cité de l’Immigration à Paris, l’Atomium se propose de retracer 200 ans d'histoire des étrangers et de l'immigration en Belgique. A travers une chronologie, des thèmes et des histoires individuelles, il s'agit de saisir le destin collectif des groupes et des communautés et de mettre en relief l'importance des apports des cultures immigrées en Belgique.

>> 22/05/2010-31/08/2010

Belgian Design. Dans le cadre de son exposition annuelle consacrée au design et de l’édition 2010 de Design September, l’Atomium montrera le parcours de trois jeunes designers issus des trois régions du pays : Jean-François d’Or, Nicolas Destino, Linde Hermans. L’exposition s’interrogera ainsi sur l’évolution de leurs créations (mobilier, textile, …) depuis l’école jusqu’à aujourd’hui.

>> 06/09/2010-14/11/2010

dossier de presse - BE.WELCOME I 16


6. LE MUSEE DE L’EUROPE Le Musée de lʼEurope est un projet lancé voici une douzaine dʼannées par un petit groupe composé de personnalités de conviction européenne - par leur vie personnelle ou professionnelle -, dʼhistoriens et de promoteurs culturels issus de la société civile européenne. Il a pour ambition de faire découvrir aux Européens les racines de leur civilisation commune en disposant, entre autres dʼun lieu de présentation à Bruxelles. Le Musée de lʼEurope est une association belge (ASBL) qui, au fil de années, sʼest dotée des organes suivants: • un conseil dʼorientation paneuropéen composé dʼintellectuels et de scientifiques, • un conseil international de directeurs de musées, • un comité scientifique composé dʼune dizaine dʼhistoriens, • un comité financier.   Par ailleurs, lʼassociation a tissé des liens étroits avec dʼautres institutions en créant le Réseau des musées de lʼEurope. Le Musée de lʼEurope est soutenu par les autorités publiques belges et par une vingtaine de « membres fondateurs » privés. Ponctuellement les institutions européennes lui apportent son soutien pour des projets spécifiques. Sans attendre de disposer dʼun bâtiment à Bruxelles, le Musée de lʼEurope a réalisé: •

la conception générale du projet scientifique et culturel (parcours permanent, expositions temporaires et itinérantes, programme dʼactivités pour les publics).

trois colloques internationaux LʼEurope Monde, Les frontières de lʼEurope et Europe: Religion(s) et modernité.

deux expositions dites de préfiguration: > La Belle Europe (octobre 2001-mars 2002) > Dieu(x) : modes dʼemploi (octobre 2006-mars 2007).

la grande exposition de lancement du parcours permanent du Musée: Cʼest notre histoire! (octobre 2007 - mai 2008)

la circulation de ses expositions dont Dieu(x) : modes dʼemploi (Madrid, Paris, Varsovie, Québec, Ottawa) et Cʼest notre histoire ! (Bruxelles, Wroclaw, Budapest, Madrid, Paris).

la grande exposition de le Présidence belge de lʼUnion européenne: Europe-USA: Trois siècles de relations entre lʼEurope et les Etats-Unis, Bruxelles 2010.

dossier de presse - BE.WELCOME I 17

be.WELCOME-DossierPresse-100522  
be.WELCOME-DossierPresse-100522  

Atomium - exposition temporaire - 22.05.2010/31.08.2010 - Dans le cadre de la présidence belge de l'Union Européenne, l'Atomium accueillera...

Advertisement