Page 1

SAMUEL ROUSSEAU – LESSIVE RACIALE Installation vidéo, 2002, Galerie Aeroplastics La machine à laver n’est pas qu’un simple objet de notre vie quotidienne. Elle lave nos vêtements qui sont l’expression de notre identité. Samuel Rousseau, né à Marseille en 1971, illustre à travers cette installation vidéo, un dilemme courant chez les migrants. Laisserons-nous les couleurs de notre identité se décolorer pour nous faire accepter dans la grande machine qu’est la société ou faut-il au contraire veiller à préserver ces couleurs et, partant l’identité culturelle qui est la nôtre ?

WELCOME LA BELGIQUE & L’ IMMIGRATION

EXPO 01.05.2011  >  09.12.2011

NEZAKET EKICI – VEIL FIGHT Vidéo, 2004, Galerie Aeroplastics L’artiste turque joue ou combat le symbole de l’Islam par excellence aux yeux de l’Occident. En Europe, le voile est actuellement au centre de tous les débats sur l’intégration. Dans son œuvre vidéo très personnelle où elle endosse le rôle principal, l’artiste montre que ce débat n’est pas l’apanage exclusif de la scène publique, mais qu’il se joue aussi sur le plan personnel. Face à son débat intérieur, elle hésite entre voiler ou dévoiler son identité turque et européenne.

AIME NTAKIYICA – WIR Photo, 2003, Aimé Ntakiyica Dans “Wir”, l’artiste a pris comme postulat de départ la phrase “Wir sind die Ander” (Nous sommes les autres). Il explore ce que peuvent encore signifier, aujourd’hui, une culture et une identité nationales dans un monde multiculturel et globalisé à l’extrême où l’information et les gens circulent avec une facilité déconcertante. L’artiste, qui a quitté le Burundi pour la Belgique quand il était enfant, est sans cesse confronté à cette pollinisation croisée des cultures. Dans cette installation, nationalités européennes et africaines s’entremêlent et se fondent. On y voit l’artiste revêtir la jupe écossaise ou le costume tyrolien, prendre la pose à la mode égyptienne ou calquer la posture d’une statue africaine.

MIEUX COMPRENDRE, POUR MIEUX SE COMPRENDRE Comme tous les pays développés, la Belgique moderne abrite une population immigrée importante, qui s’est constituée par vagues successives depuis sa fondation voici bientôt deux siècles. Et, comme tous les pays développés, la Belgique entretient avec le phénomène migratoire des relations ambiguës, où l’imaginaire et le fantasmatique l’emportent souvent sur la réalité des faits. Second volet d’un cycle d’exposition consacré à la réalité migratoire, be.WELCOME#2 a pour ambition de saisir le destin collectif des communautés immigrées ainsi que la manière dont elles ont façonné la physionomie de ce pays. Il ne s’agit pas d’un panégyrique de l’immigration, pas plus que d’une présentation idyllique du lent et douloureux processus d’intégration des populations immigrées. Il s’agit plutôt de montrer, de manière aussi objective que possible, les liens complexes, à double voie, du processus d’assimilation, les succès et les limites de ce processus, les apports multiples des immigrés à la société d’accueil et leur propre évolution au contact de leur nouveau milieu, les outils de la société d’accueil pour intégrer les nouveaux venus, leur évolution dans le temps, leurs succès et leurs échecs. Il est fait au sein du parcours d’exposition un large usage d’œuvres artistiques, classiques et contemporaines. La dernière page de ce feuillet vous propose d’en découvrir trois en détails. Le regard de l’artiste, en effet, est une autre manière, indispensable, d’appréhender la réalité.


PLAN DE L’ EXPOSITION L’ intégration au futur

Qu’en pensez-vous ?

✶ Le parcours du combattant

Villes multiples

3 2 1

Les liens avec le « pays » 1_ L’ histoire de l’immigration en Belgique

2_ Les visages de l’immigration Faire sa valise œuvres d’art

3_ Les voix de l’immigration

Qui sont-ils et pourquoi ont-ils émigré?

Savez-vous que...

be.WELCOME#2-Guide l'expo  

be.WELCOME#2-Belgique & Immigration Atomium-exposition temporaire

be.WELCOME#2-Guide l'expo  

be.WELCOME#2-Belgique & Immigration Atomium-exposition temporaire

Advertisement