Page 1

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

Pour vos annonces dans le journal Atlas.Mtl:

(514) 962-8527 Courriel: admin@atlasmedias.com Site Web: www.atlasmedias.com

Emploi : Montréal, championne d’Amérique du Nord

Page 8

Coopération : Ouverture imminente d’un bureau de représentation du Québec au Maroc

Une vision stratégique commune

Page 3


2

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Coopération Editeur : Abdelghani Dades. Directeur Général Rachid Najahi. Rédaction : Abdelghani Dades, Wahid Megherbi, Reda Benkoula Publicité : Pub Smart Conception et Réalisation Graphique : Atlas Média Atlas.Mtl est un produit du. GROUPE ATLAS MEDIA Inc Editeur de. * La Voix des Marocains à Montréal et du site web: www.atlasmedias.com

Tél.: (514) 962-8527 (514) 994-9582 Courriel: admin@atlasmedias.com Site web: www.atlasmedias. com facebook.com/ AtlasMedia1

Depuis 2002

Ouverture imminente d’un bureau de représentation du Québec au Maroc

Une vision stratégique commune Le gouvernement du Québec ouvrira bientôt un bureau de représentation au Maroc, en vertu de l'Entente d'établissement, signée mardi à Rabat. L'Entente d'établissement du Bureau de la représentation du Québec à Rabat a été signée le 23 juin 2018 à Rabat par par la ministre québécoise des Relations internationales et de la francophonie, Christine St-Pierre et l'ambassadeur, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mohammed Ali Lazreq. Intervenant lors de la cérémonie de signature, M. Ali Lazreq a indiqué que ce Bureau contribuera au renforcement des relations de coopération, d'estime et de respect qui unissent les deux peuples et des liens qui se développent grâce aux valeurs de tolérance, d'ouverture et de démocratie qu'ils partagent. Une convergence de vues Le Maroc ne cesse de renforcer sa coopération avec la province du Québec dans de nombreux secteurs, tels que l'éducation et l'enseignement supérieur, les énergies pro-

pres et renouvelables, l'entrepreneuriat, la science et l'innovation, ainsi que l'agroalimentaire et l'aéronautique, a-t-il affirmé. "La convergence de nos vues sur les questions internationales, surtout lorsqu'il s'agit des questions de maintien de la paix et de désarmement, de coopération tripartite et de dialogue des cultures et des civilisation ne sont que quelques-unes des expressions de notre volonté partagée de conforter et rehausser toujours plus cette coopéra-

3

Atlas.Mtl

tion. Des témoignages, somme toute, de notre vision stratégique commune", a-t-il dit. D'ailleurs, l'implantation au Maroc de "Bombardier Aéronautique" démontre le sérieux et la volonté du Canada de favoriser les initiatives et les partenariats avec le Royaume, a-t-il souligné. Par ailleurs, M. Lazreq a fait état, dans le cadre de cette coopération, de la présence, entre autres, du Centre culturel "Dar Al Maghrib" à Montréal, ainsi

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

que de nombreuses et dynamiques associations, outre l'effectif croissant d'étudiants marocains au sein des universités canadiennes. Une dimension humaine La présence d'une importante communauté marocaine au Canada, parfaitement intégrée et hautement qualifiée, est un atout qui apporte une dimension supplémentaire aux relations bilatérales et dont l'action pour l'enrichissement du dialogue Suite à la page 4


Coopération

Ouverture imminente d’un bureau de représentation du Québec au Maroc

Une vision stratégique commune Suite de la page 3

entre les cultures et les civilisations n'est plus à démontrer, a-til noté. Et de faire observer que le Maroc est un partenaire clé du Canada au sein de la francophonie, un partenariat inspiré d'une approche concrète basée sur les questions d'intérêt commun et sur une coopération active en matière d'économie, d'environnement et de bonne gouvernance. Et il ne fait aucun doute que l'ouverture de ce Bureau renforcera davantage l'action commune des deux pays en faveur de la francophonie et du rayonnement de l'image du Canada au Maroc, a-t-il conclu. Des relations exemplaires Pour sa part, la ministre québécoise s'est félicitée des relations "exemplaires" unissant le Maroc et le Canada, soulignant

que l'ouverture de ce Bureau de représentation du Québec à Rabat facilitera certainement la collaboration bilatérale dans tous les domaines. Le Québec accueille une forte communauté d’origine marocaine, soit plus de 100.000 personnes qui "contribuent chaque jour à l’avancement de la société québécoise", a-t-elle fait savoir, notant que l’immigration est "nécessaire pour l’avenir de notre société" et que l’accès à l’emploi ainsi qu’aux professions réglementées est "prioritaire" pour le gouvernement du Québec. Pour faciliter l’intégration professionnelle des personnes immigrantes installées au Québec, notamment celles en provenance du Maroc, il est primordial de poursuivre et même d’élargir les travaux en matière de reconnaissance des qualifications professionnelles,

a relevé Mme St-Pierre, notant qu'à cet égard, et en vue d'encourager la mobilité des étudiants, 90 exemptions de droits de scolarité supplémentaires sont offertes par le gouvernement du Québec aux étudiants marocains depuis quelques années déjà et que les autorités québécoises octroieront dix exemptions exceptionnelles additionnelles. Le Bureau qui s'ouvrira à Rabat est la trentième représentation du Québec à l’étranger, établis dans dix-sept pays différents, le troisième sur le continent africain, après Dakar et Abidjan, a-t-elle fait savoir. La cérémonie de signature de cette Entente d'établissement a été marquée par la présence notamment de l’ambassadeur du Canada au Maroc, Nathalie Dubé, et du directeur du futur Bureau du Québec à Rabat, Alain Olivier, actuellement

4

Atlas.Mtl

Christine St-Pierre , Ministre québécoise des Relations internationales et de la francophonie, secrétaire général de la ministre québécoise des Relations internationales et de la francophonie.

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

Atlas.Mtl; avec Maghreb Arabe Presse


Conjoncture

Conférence de Montréal

L’effet Trump

ou comment gérer la mondialisation de l’incertitude et de l’irrationnalité Le haut degré d’incertitude qui règne dans le monde en dépit du retour de la prospérité économique et, peut-être plus encore, le comportement agressif et déroutant du président américain étaient sur toutes les lèvres dès l’ouverture de la 24e Conférence de Montréal.

part des gens refuseraient, a déclaré en matinée Jane Buchan, chef de la direction de la firme d’investissement californienne PAAMCO. Nous sommes aujourd’hui dans une nouvelle réalité. Tout ce qu’on peut faire, c’est apprendre à mieux fonctionner. »

Malgré le retour de la prospérité!...

Ceux qui prêchent la force et l’isolationnisme font fausse route, a ajouté la présidente de la plus importante banque du Nigeria, Ibukun Awosika. « Nous habitons déjà un village global. On ne défera pas cette réalité. Mais cela peut être très positif, si l’on a la discipline de se doter d’une vision collective et que l’on prend en compte l’impact à long terme de nos actions sur tous. Nous vivons sur une petite planète. Trop petite pour s’adonner à des petits jeux politiques. »

« Incertitude », « volatilité », « imprévisibilité », « incohérence », « irrationalité »…; les participants à l’événement qui vient de se tenir à Montréal dont le thème est justement « Une nouvelle mondialisation, gérer l’incertitude »; ne manquaient pas de synonymes pour décrire le profond malaise qui plombe la scène économique et politique depuis plusieurs mois. « On a comme une surdose d’incertitudes actuellement », s’est exclamé au podium de la conférence le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier. Tous les mécanismes que le monde a pris des décennies à mettre en place pour permettre un traitement ordonné des problèmes semblent soudainement remis en cause, a-t-il déploré. Donald Trump le trublion Si tous n’ont pas explicitement nommé Donald Trump comme l’une des causes importantes de ce grand dérangement, c’était tout comme. « Il est facile de verser dans la nostalgie d’un passé prétendument idéal, mais si l’on offrait la possibilité de retourner 10, 20, 30 ans en arrière, je suis convaincu que la plu-

Sous-estime-t-on la guerre commerciale? Plusieurs intervenants ont noté comment, paradoxalement, les marchés financiers réagissent peu comme ce fut le cas après la conclusion chaotique du sommet du G7 à La Malbaie où, après s’être montré tout sourire et s’être joint aux six autres dirigeants politiques dans un communiqué final, le président américain a renié l’entente et s’est lancé dans un déferlement d’insultes contre son hôte, Justin Trudeau, aussitôt retourné dans son avion. « Je crois même que les marchés canadiens ont ouvert légèrement en hausse », a observé Afsaneh Beschloss, chef de la direction de la firme américaine de gestion

d’investissements Rock Creek Group. Cependant, on aurait tort, selon elle, de sous-estimer l’impact économique que pourraient avoir ne serait-ce que les tarifs douaniers du gouvernement Trump dans l’acier et l’aluminium. Il est vrai que ces secteurs ont un poids relativement faible dans l’ensemble de l’économie. Mais ils peuvent tout de même infliger des dommages importants dans les régions où ils sont concentrés, surtout dans un contexte où d’autres facteurs problématiques sont susceptibles de s’ajouter. C’est qu’une guerre commerciale n’est pas la seule menace qui plane sur l’économie mondiale et que les marchés semblent actuellement sous-estimer, a prévenu la banquière d’affaires. Il y a notamment l’impact de la poursuite de la hausse des taux d’intérêt par les banques central-

5

Atlas.Mtl

es dans un contexte de fort endettement de plusieurs pays et de plus d’entreprises encore. Il y a aussi la menace de fraudes et d’attaques Internet aussi bien contre les simples particuliers que contre des nations tout entières. « C’est la menace que je craindrais le plus et contre laquelle on ne dispose pas de solution claire », a confié Afsaneh Beschloss. Désarroi et inquiétudes Le moment qui a peut-être le mieux illustré le sentiment général de désarroi et d’inquiétude des participants à la Conférence de Montréal devant les agissements du président Trump est survenu lors du discours d’un fonctionnaire américain à lunettes. L’homme n’a pourtant pas dit un mot contre le chef de la Maison-Blanche et s’est plutôt appliqué à raconter

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

l’histoire d’un héros de la révolution américaine, à rappeler les principes fondateurs du droit américain et à emprunter toutes sortes de citations à gauche et à droite. Notre bien modeste orateur s’est néanmoins valu une rare ovation. Il faut dire que le fonctionnaire en question est Rod Rosenstein, le procureur général des ÉtatsUnis qui supervise — envers et contre l’opposition de plus en plus explicite et agressive de Donald Trump — l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur une éventuelle collusion entre son ancienne équipe de campagne et la Russie. « Votre pays est chanceux de vous avoir », l’a salué le principal commanditaire de la Conférence et chef de Power Corporation, Paul Desmarais fils.


Conjoncture

L’effet Trump ou comment gérer la mondialisation de l’incertitude et de l’irrationnalité

La réponse du gouvernement du Québec

Exposée par M. Philippe Couillard, Premier ministre L’économie québécoise est menacée par les politiques protectionnistes de Donald Trump. Il y a eu le bois d’œuvre. Il y a eu le papier journal. Il y a eu l’assaut de Boeing contre Bombardier. Il y a l’incertitude entourant le renouvellement de l’ALÉNA. Il y a la gestion de l’offre. Maintenant, ce sont des tarifs de 20 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium.

Ces barrières tarifaires sont injustes, illégales et contreproductives. Si certains doutent du danger, rappelez-vous ceci : la moitié de l’économie du Québec, c’est l’exportation; et les trois quarts de nos exportations vont vers les États-Unis. Il n’y a pas d’exagération à dire que le Québec est directement menacé. C’est la réalité factuelle. Aujourd’hui, il y a des acheteurs américains qui coupent des liens d’affaires avec des fournisseurs québécois. Nous allons défendre les emplois des Québécoises et des Québécois. Nous allons défendre nos travailleurs. Nous allons défendre nos entrepreneurs. Nous allons défendre les agriculteurs. Le Conseil des ministres a tenu une séance extraordinaire avec les leaders syndicaux et patronaux pour discuter de divers enjeux et également des gestes à poser dans ces circonstances extraordinaires. Nous voulons créer un

modèle de concertation à la québécoise. Au mois de juillet, nous rencontrerons les partenaires québécois, comme nous l’avons fait dans le passé, concernant l’ALÉNA et les mesures protectionnistes de Donald Trump. Aujourd’hui, nous avons déterminé les principales mesures que nous mettrons en œuvre.

Notre plan d’action pour défendre les emplois des Québécoises et des Québécois, les PME du Québec et les agriculteurs comportera deux types d’action : dénoncer et atténuer. Il sera évolutif et s’adaptera à la situation. Dénoncer. Dénoncer, c’est une action diplomatique. Je serai à Washington (…) pour une série de rencontres avec des élus et des représentants de l’administration Trump. Je (…) dénoncerai les mesures tarifaires en rappelant à nos voisins américains que c’est leur économie qui va en souffrir. Pour chaque emploi dans l’acier ou l’aluminium que ces mesures permettent de créer aux États-Unis, ce sont 16 emplois dans d’autres secteurs de l’économie américaine qui seront perdus. J’irai cimenter des alliances avec ceux qui, aux ÉtatsUnis, pensent comme nous. Je serai à New York (…), dans un autre contexte,

pour un événement du Foreign Policy Association, et là encore, sur une autre tribune, je tiendrai les mêmes propos. Le Conseil de la fédération et la Conférence annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l’Est du Canada, qui se tiennent tous deux dans la troisième semaine de juillet, seront d’autres occasions pour notre gouvernement d’être présent et de dénoncer le protectionnisme américain. Par ailleurs, j’ai contacté (…) le premier ministre désigné de l’Ontario, Doug Ford, afin que nos administrations respectives collaborent dès maintenant pour identifier des initiatives conjointes à court terme. Il faut se rappeler que l’Ontario et le Québec représentent plus de 58 % du PIB (2016, ISQ) et plus de 61 % de la population canadienne. Nous prévoyons aussi des missions de courte durée menées par la ministre de l’Économie ou la ministre des Relations internationales avec des entreprises pour rencontrer des vis-àvis politiques et commerciaux. Dénoncer, oui, mais aussi atténuer. Nous allons chercher à atténuer les effets des mesures protectionnistes pour nos travailleurs et nos entrepreneurs. Nous le ferons en cherchant à remplacer les contrats perdus avec de l’achat local et en facilitant l’accès à de nouveaux marchés.

6

Atlas.Mtl

Philippe Couillard, Premier ministre du Québec

Nous demandons aux entreprises qui perdent des contrats à cause des nouvelles mesures de se manifester. Nous verrons d’abord si ce qu’elles produisent pourrait trouver preneurs au Québec et ailleurs au Canada. Et nous encouragerons les entreprises québécoises qui s’approvisionnent aux États-Unis à rechercher un fournisseur québécois. Il faut favoriser encore plus l’achat local, notamment à partir des marchés publics. Différentes avenues pourraient permettre de générer davantage de retombées économiques locales dans le cadre des marchés publics dans le respect de nos accords de commerce, évidemment : Sous les seuils prévus à nos accords commerciaux, obliger les entités contractantes québécoises à recourir à des fournisseurs québécois; Encourager les entités contractantes québécoises à recourir à des fournisseurs québécois. Nous voulons également

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

soutenir les travailleuses et travailleurs à risque dans nos PME du secteur de l’acier et de l’aluminium, qui pourraient subir les impacts des différentes mesures de l’administration Trump. En ce sens, je vous annonce que nous hausserons de 50 % à 85 % la contribution financière d’Emploi-Québec aux coûts de formation, incluant le salaire des employés y participant. Atténuer les effets des mesures protectionnistes, ça veut aussi dire trouver d’autres marchés pour être moins dépendant du marché américain. Le marché de l’Union européenne est ouvert aux entreprises du Québec. Il y a des opportunités à saisir. Nous allons organiser des séances de formation des entrepreneurs pour leur dire rapidement comment prendre pied dans l’un ou l’autre des pays de l’Union européenne. Suite à la page 7


Vivre ensemble

L’effet Trump ou comment gérer la mondialisation de l’incertitude et de l’irrationnalité

La réponse du gouvernement du Québec

Exposée par M. Philippe Couillard, Premier ministre Suite de la page 6

Nous allons organiser de nouvelles séances d’information pour mieux profiter de notre premier marché commun, le Canada. Parce qu’il y a des opportunités à saisir au Canada. Le commerce intérieur a été facilité depuis la signature de l’Accord de libreéchange canadien, le 1er

juillet 2017. L’exportation de biens et services du Québec vers le reste du Canada se chiffrait à 72,1 G$, selon les données des comptes économiques. Notre équipe a la ferme intention de contribuer à l’augmentation des échanges avec nos partenaires de la fédération. Nous allons aussi amorcer des travaux préparatoires dès cet été pour profiter de l’entrée en vigueur du

Partenariat transpacifique, qui pourrait être signé dans un avenir rapproché. Le Québec a changé. Le Québec s’est transformé. Le Québec va mieux. L’économie du Québec va bien, elle va mieux. L’économie du Québec est forte, c’est grâce à la détermination de notre équipe à rétablir l’équilibre budgé-

taire et à se donner les marges de manœuvre essentielles au financement des missions de l’État et à la création de réserves en cas d’imprévus. Nous avons prouvé notre compétence et notre capacité à agir. Nous allons tout faire pour protéger nos PME, nos travailleurs, nos communautés, nos agriculteurs.

Nous allons nous serrer les coudes. Nous allons tenir bon. Philippe Couillard Chef du Parti libéral du Québec Premier ministre du Québec

Présenté par M. Carlos Leitão

Un cadre financier

pour faire face à une guerre commerciale annoncée

«Une guerre commerciale est rare, mais si ça se matérialisait, ce serait extrêmement dangereux pour l’économie mondiale, a dit M. Leitão. C’est pour cela qu’il faut un cadre financier comme le nôtre.» Surplus de 2,4 milliards à Québec Alors que plane le spectre d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, un conflit susceptible de faire trembler l’économie d’un bout à l’autre de la planète, le gouvernement du Québec a terminé l’année 2017-2018 sur un excédent budgétaire de 2,4 milliards, trois fois plus que ce que le ministère des Finances prévoyait dans le budget en mars. Selon le Rapport mensuel des opérations financières, les coffres de l’État québécois ont entre autres reçus environ 900 millions de plus que prévu au chapitre de l’impôt des particuliers et des revenus des entreprises relevant du gouvernement. Au bout du compte, Québec pourra donc verser 1,5 milliard dans la réserve de stabilisation, un fonds qui grimpera à 3,9 milliards et servirait de coussin en cas de séisme économique. Des mesures mises en place « Les mesures que nous avons mises en place en 2014 pour relancer l’économie portent fruit.

L’économie du Québec tourne à plein régime », a dit le ministre des Finances, Carlos Leitão, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes vendredi matin. Le gouvernement Couillard a présenté en mars un budget prévoyant une augmentation des dépenses de programmes de 5,2 % en 2018-2019. Il avait ajouté qu’il entend aussi piger dans la réserve de stabilisation, qui se situait alors à 5,4 milliards, pour équilibrer les budgets des trois prochaines années. Il était alors prévu que cette réserve, qui selon la loi doit notamment servir à la « planification budgétaire pluriannuelle », se situerait à 2,4 milliards en 2020-2021. L’opposition avait alors accusé le Parti libéral d’avoir freiné les dépenses en début de mandat pour ensuite appuyer sur l’accélérateur à l’approche des élections, prévues cet automne. Le ministre Leitão a déjà affirmé qu’une réserve de stabilisation « autour de deux milliards » est suffisante, car cela permettrait, par exemple, de « faire face à un impact sur le PIB de trois points de pourcentage ». Le gouvernement du Québec prévoit que l’économie va croître de 2,1 % en 2018, même si un certain nombre d’impondérables alourdissent le climat.

« Une guerre commerciale est rare, mais si ça se matérialisait, ce serait extrêmement dangereux pour l’économie mondiale, a dit M. Leitão. C’est pour cela qu’il faut un cadre financier comme le nôtre. Si jamais ça arrivait, le Québec serait en meilleure position que les autres provinces pour faire face à une telle éventualité, parce que nous avons dégagé assez de marge de manœuvre pour passer au travers. »

Invité à expliquer les raisons derrière un excédent annuel trois fois supérieur à ce qui était prévu il y a 90 jours, à savoir si ce n’était pas là le signe d’une précaution excessive, le ministre Leitão a répondu que le gouvernement Couillard préférait la prudence. « Nos prévisions et hypothèses sont prudentes, oui, nettement. Nous avons bâti depuis 2014 un cadre financier prudent. » Le risque d’un conflit encore plus hostile… Les derniers mois ont été marqués par un gouvernement américain qui multiplie les salves multilatérales contre ses partenaires économiques. Les relations commerciales se sont compliquées non seulement entre le Canada et les ÉtatsUnis, mais entre ceux-ci et la Chine, deuxième puissance

7

Atlas.Mtl

Carlos Leitao, Ministre des finances du Québec

économique du monde. Parmi les « risques importants » figurent la situation du commerce international, la renégociation de l’ALENA avec les États-Unis, « et surtout, le risque d’une possible guerre commerciale », a dit M. Leitão. Ce risque d’un conflit ouvert entre Washington et Pékin est plus fort que l’an dernier. « C’est ce qui me préoccupe le plus. Pas nécessairement les relations CanadaÉtats-Unis. Ça aussi, mais ce qui est particulièrement préoccupant dans un contexte d’économie

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

mondiale, ce sont les relations commerciales États-Unis-Chine. » Une guerre commerciale, dont il évalue la probabilité à 33 %, entraînerait une récession mondiale, a-t-il dit. « L’économie mondiale est de plus en plus intégrée. Les grands organismes internationaux, le FMI, l’OCDE, les banques centrales : tout le monde est conscient de ces risques. »


Conjoncture

Emploi : Montréal, championne d’Amérique du Nord La métropole québécoise est la grande agglomération nord-américaine où la croissance de l’emploi a été la plus forte en 2017 selon les données compilées par l’organisme Montréal International.

l’industrie pharmaceutique, l’aérospatiale, les technologies financières et l’intelligence artificielle, ont pu même atteindre un taux de croissance bien supérieurs à la moyenne locale de 3,6 %.

En effet, en 2017, le nombre d’emploi dans le Grand Montréal a augmenté de 3,6 %, ce qui place la région en tête des 20 centres urbains les plus peuplés du Canada et des États-Unis. En chiffres absolus, le nombre moyen d’emplois dans la région de Montréal est passé de 2,071 millions en 2016 à 2,146 millions en 2017, soit environ 75 000 postes. La ville canadienne de Toronto arrive au sixième rang de ce palmarès avec une croissance de 2,32 %.

Selon Christian Bernard de Montréal International, beaucoup d’entreprises montréalaises ont créé des emplois dans le secteur des technologies et cherchent encore à faire de nouvelles embauches. Toujours selon cet expert, le défi actuel est donc de répondre à la pénurie de main d’oeuvre dans ce domaine florissant.

Ce taux de croissance exceptionnel de l’emploi est surtout dû à l’essor des secteurs technologiques. En effet, des secteurs, comme le jeu vidéo, les effets visuels,

Selon le classement de l’organisme Montréal International, Montréal et Toronto sont les deux seules villes canadiennes à figurer parmi ce classement des 20 régions métropolitaines les plus peuplées du Canada et des États-Unis. Par contre, le Conference

Board du Canada prévoit pour sa part un retour de la croissance de l’emploi à 1,6 % pour 2018. Québec, vent en poupe… La ville de Québec est une des villes canadiennes qui compile les meilleures performances au Canada depuis plusieurs mois. En effet, selon les derniers chiffres, la région de Québec a enregistré un 10e gain mensuel consécutif au chapitre de l’emploi. Entre les mois d’avril et de mai, il s’est créé 2300 emplois dans la grande région de Québec pour atteindre un nouveau sommet de 463 000 emplois. Au Canada, la ville de Québec se classe donc au deuxième rang pour la création d’emplois le mois dernier parmi les huit principales grandes villes canadiennes, tout juste derrière Edmonton en Alberta, qui a enregistré un gain de 4300 emplois.

8

Atlas.Mtl

À Québec le taux de chômage est à 3,9%! Et selon les spécialistes, l’emploi pourrait encore plus progresser dans la capitale du Québec si elle ne vivait pas l’actuelle pénurie d’emploi. La croissance de l’emploi à

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

Québec en mai dernier a été supérieure à celle observée dans la région d’Ottawa, la capitale du Canada. Également le taux d’emploi est très élevé à Québec. Avec un taux d’emploi qui a atteint 67,8 % le mois dernier, la région atteint un sommet inégalé en plus de 15 ans.


Politique provinciale

En route pour les élections générales de 2018

Marie Montpetit, candidate

dans la circonscription de Maurice-Richard Entourée de plus de 150 militants et sympathisants, Marie Montpetit, députée de Crémazie, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, a été investie comme candidate officielle du Parti libéral du Québec (PLQ) de la circonscription Maurice-Richard en vue des prochaines élections provinciales prévues le 1er octobre prochain.

Une politique de proximité véritable « Depuis plus de quatre ans maintenant, je porte la voix des citoyennes et des citoyens de Maurice-Richard à l’Assemblée nationale et c’est pour moi un immense privilège et un honneur. C’est avec confiance et conviction que je solliciterai un nouveau mandat le 1er octobre prochain. Je suis très fière du travail accompli dans le quartier, dont la réalisation de plusieurs projets qui permettent d’améliorer

la qualité de vie des citoyens. Pensons aux 15 écoles qui ont été ou seront agrandies ou rénovées, dont l’école Sophie-Barat. Pensons à la protection du patrimoine local, que ce soit par la restauration de l’église de la Visitation, ou par la protection de sites patrimoniaux, tels que celui du Fort-Lorette. Pensons à la nouvelle maison de naissance qui verra le jour au nord du parc Henri-Julien. Je compte bien poursuivre sur cette lancée et continuer de travailler afin d’améliorer la qualité de vie dans notre quartier. Croyant profondément en la politique de proximité, j’ai encore cette volonté de servir la population de Maurice-Richard, de porter ses rêves et ses aspirations, mais aussi d’être à l’écoute de ses besoins et de ses préoccupations. Depuis 2014, ce sont des centaines de citoyens que nous avons soutenus à travers leurs difficultés et avec la réalisation de leurs projets.

Le choix proposé aux électeurs de MauriceRichard Sur 8 millions de Québécois, seulement 125 personnes ont le privilège d’être députées, et juste une a la chance de représenter le comté de Maurice-Richard, le plus beau au Québec! J’ai 38 ans, et j’occupe le poste de ministre de la Culture et des Communications depuis le 11 octobre dernier, un ministère clé de notre développement comme société. Je suis chanceuse! » a lancé Mme Montpetit pendant son discours d’investiture, en faisant le point sur son parcours. Rappelons que le gouvernement libéral a rétabli l’équilibre des finances publiques pour nous donner les moyens d’investir davantage dans nos priorités. Depuis mai 2014, plus de 229 500 emplois ont été créés au Québec; le taux de chômage

n’a jamais été aussi bas qu’il l’est depuis plusieurs mois; plus de 1 000 000 de Québécois ont trouvé un médecin de famille; il y a eu une baisse des impôts, ainsi que des investissements majeurs en santé et en éducation, notamment. « Le 1er octobre prochain, je suis confiante que les citoyennes et les citoyens de Maurice-Richard choisiront un gouvernement qui a fait

ses preuves économiquement, qui a investi plus que tout autre en culture, en éducation et en santé, qui possède une équipe qui allie jeunesse et expérience et qui connait le quartier, ses gens et sa réalité. Je suis confiante que le 1er octobre prochain, la population de Maurice-Richard choisira le Parti libéral du Québec! », a conclu Mme Montpetit.

Jean Habel, candidat

dans la circonscription de Sainte Rose Par ailleurs, M. Jean Habel, a été investi devant de nombreux membres du comité libéral de Sainte Rose, en présence de plusieurs invités de marque dont la ministre Mme Francine Charbonneau et ministre des finances M. Carlos Leitao! Suite à cette cérémonie, M. Habel à diffusé la déclaration suivante : « C’est un immense honneur pour moi d’être le candidat officiel du Parti libéral du Québec dans Sainte-Rose. Je suis fier du chemin parcouru et je veux continuer à servir les gens de la circonscription avec la même passion et détermination! Merci à ma famille, à mes amis, à mes collègues de l’Assemblée nationale, aux quatre conseillers

municipaux que j’ai côtoyés pendant mon mandat, aux candidats du PLQ, aux membres de l’association, aux gens de mon bureau ainsi qu’aux dizaines d’organismes communautaires présents pour l’événement! Ensemble, nous obtiendrons la confiance des gens de SainteRose pour un prochain mandat!». Par ailleurs, M. Habel rappelle que «Ancien représentant de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec, je partage ses valeurs et sa vision depuis toujours. J’ai d’ailleurs proposé plusieurs idées novatrices pour l’avenir de la jeunesse québécoise. Très engagé socialement, j’ai été

membre de plusieurs conseils d’administration d’organismes de bienfaisance venant en aide aux personnes plus vulnérables. Je suis activement impliqué au sein de ma circonscription afin de faire valoir les besoins et les préoccupations de mes citoyens. Je suis très fier que depuis le 6 décembre 2016, les sociétés d’État du Québec doivent désormais compter au moins une personne de moins de 35 ans sur leur Conseil d’administration avec l’adoption de mon projet de loi publique de député, adopté à l’unanimité à l’Assemblée nationale». Jean Habel, bref portrait - Élu le plus jeune député de

9

Atlas.Mtl

l’Assemblée nationale en avril 2014 - Titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires à HEC (Montréal) / Aarhus

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

School of Business(Danemark) Comptable CPA, CMA - Implication active dans les domaines communautaire et sportif.


10

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Politique Fédérale

Après l’élection partielle de Chicoutimi-Le Fjord

Le NPD entame un examen de conscience et le Bloc Québécois «comprend le message»… Le chef du NPD, Jagmeet Singh, reconnaît que le résultat de son parti à l’élection partielle du lundi 18 juin 2018 a été décevant et il promet de « réfléchir » aux moyens de rétablir le contact avec les électeurs. Mais il rejette catégoriquement l’idée que son identité religieuse puisse expliquer la débâcle. « On est déçu des résultats. C’est évident que ces résultats montrent qu’on a beaucoup de travail à faire, a déclaré M. Singh. Tout est sur la table : regarder nos politiques, notre horaire de tournée au Québec, les enjeux que nous voulons soulever, passer plus de temps au Québec.» M. Singh est aussi « assurément » ouvert à l’idée de passer une semaine dans une famille québécoise, comme tant d’autres politiciens fédéraux anglophones l’ont fait, pour parfaire son français et s’imprégner de la culture. Quand une journaliste lui a demandé si son turban pouvait expliquer la froideur de Chicoutimi–Le Fjord à son endroit, M. Singh s’est raidi et a répété sèchement à six reprises « pas du tout », empêchant ainsi une question de relance sur le sujet. Son lieutenant québécois, Alexandre Boulerice, a abondé dans le même sens. « Ce n’est pas son identité, le problème, c’est plus sa notoriété. » Selon lui, le chef gagnerait à être plus connu.

L’ancien député Alain Giguère, qui milite encore activement au NPD, n’en est pas si convaincu. « Individuellement, M. Singh est quelqu’un d’extrêmement charmant et très sympathique, mais son approche en faveur du multiculturalisme est copiée, sinon accentuée comparativement à celle de Justin Trudeau, et ça ne passe pas. » Pendant la course à la chefferie, des militants avaient dit craindre qu’un chef portant des symboles religieux ostentatoires ne passe pas la rampe dans un Québec qui a longtemps débattu de laïcité. Coup de barre nécessaire Le NPD n’a récolté que 8,7 % des voix exprimées à l’élection partielle, soit moins du tiers des 30 % qu’il avait obtenus en 2015. En 2011, la vague orange s’était emparée de Chicoutimi–Le Fjord. L’automne dernier, le NPD a aussi vu ses appuis s’effondrer lors de l’élection partielle dans Lac-SaintJean. En coulisses, des militants pressent le chef et le parti de donner un important coup de barre, sans quoi il y aura hécatombe en 2019. « C’est catastrophique, lance un militant qui désire rester dans l’ombre. Le plus inquiétant, c’est que Chicoutimi–Le Fjord est une circonscription qui ressemble à beaucoup de celles que nous détenons au Québec, même celles à Montréal, où

il y a beaucoup de francophones. Si on projette les résultats de lundi sur ces autres circonscriptions, c’est très inquiétant. »

Selon cette personne, il faut formuler une offre spécifique pour le Québec, en particulier avec l’élection probable d’un gouvernement caquiste qui pourrait se montrer plus revendicateur face à Ottawa. Un autre militant exhorte le chef à parler d’enjeux concrets qui touchent les gens. M. Singh a reconnu ce besoin. « Les enjeux que nous soulevons ne percolent pas, ne rejoignent pas les gens », a-t-il dit, tout en rappelant qu’il avait rejoint les Québécois en parlant de la taxation de Netflix et consorts. Absence québécoise Une autre préoccupation des militants interrogés par Le Devoir est l'absence dans l'entourage du chef de stratèges ayant de bonnes antennes québécoises. Tous les employés québécois faisant partie du cercle restreint du chef sont partis. Il ne reste que des attachés de presse, un responsable de recherche ou encore des traducteurs, mais aucun n’occupe un poste d'influence. «C'est super sympathique, des anglophones qui parlent français, mais ça prend plus que ça pour comprendre le Québec», lance une source. Le chef semble ouvert à cette demande. «On va avoir plus de gens connectés au

Jagmeett Singh, Chef du NPD

Québec. C'est une priorité pour moi. C'est quelque chose qu'on va faire», a-t-il dit mardi. M. Singh a commis quelques impairs vis-à-vis de son caucus québécois. En novembre, deux mois après son arrivée à la tête du NPD, il avait soutenu que le bilinguisme anglais et langue autochtone devrait être considéré comme suffisant pour être nommé juge à la Cour suprême du Canada. La semaine dernière, il s’est désolidarisé du Québec et du Manitoba en soutenant qu’il ne faisait aucun doute qu’Ottawa avait la compétence exclusive pour permettre la culture de la marijuana à domicile. Certains médias ont fait état dans les derniers jours de tentatives de la part du Parti libéral du Canada et de Québec debout de courtiser des députés néodémocrates insatisfaits. Karine Trudel a admis avoir été pressentie par la ministre Mélanie Joly, mais avoir indiqué qu’elle

resterait au NPD. « Le problème n’en sera pas un de changement d’affiliation, mais de gens qui ne se représenteront pas en 2019 », prédit plutôt une de nos sources. Une autre dit craindre que les députés annoncent à la cannonade qu’ils ne se représentent pas, comme le font les députés du PLQ ces jours-ci, et que cela crée un « effet boule de neige » démobilisant. Plusieurs sources ont indiqué au Devoir au cours des dernières semaines avoir entendu des militants évoquer un changement de chef avant l’élection de 2019. « Des gens en parlent-ils assez ouvertement ? Oui. Mais y a-t-il une équipe en place pour faire un putsch ? Pas à ma connaissance », indique l’une d’elles. M. Singh a assuré ardi qu’il serait encore en poste pour l’élection.

Le Bloc a « compris le message » Le Bloc québécois, qui n’a obtenu que 5,6 % d’appuis dans Chicoutimi–Le Fjord dit avoir compris le message. « L’élection partielle s’est déroulée en pleine crise du Bloc québécois et le message des électeurs a été clair : réglez vos chicanes et ensuite on verra, explique le chef par intérim, Mario Beaulieu. On a bien compris le message et on travaille à réunifier le Bloc québécois, et je suis convaincu qu’une fois que ce sera fait, on pourra revenir plus forts que jamais. » 11

Atlas.Mtl

Mario Beaulieu, Chef par intérim du Bloc Québécois

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Immigration

Conférence à Casablanca

Pour un regard objectif sur le Québec à l’usage des candidats à l’immigration Le 6 juillet 2018, M. Abdallah El Mzem animera à Casablanca au Maroc une séance d'information sur la vie, le marché du travail, l'expatriation et les études au Québec.

Pour assister à cette séance, les personnes intéressées doivent s'inscrire à l'avance via le site http://wwwinfocanadaquebec.com Informez vos amis et les membres de votre famille intéressés à profiter de cette opportunité unique. Cela leur permettra de tout connaître et de tout apprendre sur les processus d'immigration au Québec/Canada, et ce, tout en sauvant plusieurs milliers de dirhams.

Lors de cette séance d'information, d'une durée de trois heures, le conférencier :

- brossera le portrait de la société québécoise, afin de permettre aux participants d’avoir un regard objectif et réaliste du Québec et les aider à déterminer si le Québec est fait pour eux et si leur profil est recherché par le Québec. - dressera les caractéristiques du marché du travail au Québec et ferai connaître les perspectives d’emploi en fonction des différents domaines de l’industrie. présentera les attentes des employeurs et expliquerai les démarches administratives requises pour travailler au Québec. - décrira le système édu-

catif du Québec et les conditions d’admission pour s’inscrire dans l’un des établissements choisi. - fournira les informations nécessaires permettant aux participants de cibler les programmes et les domaines de formation en demande au Québec. - présentera, dans un langage simple, clair et concis, les étapes du processus d’immigration, les exigences documentaires, les différents types de séjour (permanent ou temporaire), le coût de chacune des démarches, etc. Pour en savoir plus https://www.facebook. com/Infocanadaquebec/ ou à visionner les capsules vidéos de m. El

12

Atlas.Mtl

Abdelah El Mzem

Mzem : https://youtu.be/ Yacat5Efej8 https://youtu.be/

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

OL3Rc9Rk9Mw https://youtu.be/ LWs9wjBgSXE


Immigration

Cinq astuces pour faire de votre rêve une réalité 2018 sera l’année où vous avez l’intention de prendre votre destin en main. Ça faisait longtemps que vous pensiez à une nouvelle vie, une nouvelle carrière et l’idée d’aller vous faire voir ailleurs vous obsède. Que ce soit pour créer son entreprise ou pour tenter l’aventure, l’expatriation au Canada est la destination privilégiée des Français. La liste des intérêts que suscite ce vaste territoire est longue, très longue, très très looooongue. On pense aux grands espaces vierges, aux immenses lacs, au hockey sur glace mais aussi à cette légendaire ouverture et liberté d’entreprendre dont vous avez si souvent entendu parlé. Évidemment, vous avez lu tous les témoignages de retours d’expériences postés ici. C’est comme si tout restait à faire, vous vous voyez déjà dans une nouvelle conquête plutôt que de stagner dans votre monotone routine actuelle. Mais voilà, ce n’est pas parce que ce pays vous tend les bras que vous devez improviser votre arrivée. Voici 5 conseils élémentaires que je vous recommande vivement. 1. Face à cet immense territoire qui s’étend de l’Atlantique au Pacifique, choisissez bien votre ville de destination Nous en avons souvent parlé, et vous le savez, le Canada est le 2ème plus grand pays au monde derrière la Russie, vous imaginez bien que les différences entre 2 villes de la côte est et ouest peuvent être différentes. La distance entre Montréal et Vancouver est à peu près équivalente à la distance entre Paris et Beijing en Chine. Si vous aimez l’urbanité, ce sont les villes de Montréal et Toronto que vous allez choisir car ce sont les plus peuplées du Canada. Petit détail, si vous voulez vivre en

Français, c’est Montréal qui sera votre favorite. Aucune autre grande ville du Canada vous offrira la vie en français, alors pensez-y bien. L’Alberta vous offrira ses majestueuses montagnes rocheuses alors que la Colombie Britannique et Vancouver vous donnera à la fois l’océan et la montagne. Cependant, si vous aimez les hivers intenses, Vancouver risque de vous décevoir, c’est une région plutôt humide que froide, et c’est pour cette raison qu’on y trouve la plus grande forêt tropicale (rainforest) en climat tempéré. On oublie souvent les provinces de l’Atlantique mais sachez que le NouveauBrunswick et l’Île-duPrince-Édouard donnent également une belle opportunité d’avoir accès aux plaisirs aquatiques. 2. Bien que le Canada souhaite accueillir les nouveaux arrivants, choisissez le bon visa et préparezvous à l’avance. Les délais pour obtenir un visa de résident permanent peuvent être longs, très longs. Pour les Français on parle d’au moins un an, mais il existe d’autres visas qui peuvent peut-être s’appliquer à votre situation et vous offrir plus de souplesse, du moins initialement. Un visa de travail demandé par votre futur employeur pourrait vous faciliter la tâche mais il vous lie à cet emploi, si vous le perdez, vous perdez alors votre visa. Si vous être âgé de moins de 35 ans et Français, le PVT pourrait vous convenir, mais là, également il y a de fortes limitations dont nous avons parlé à maintes reprises. 3. Avant de transférer votre argent, vérifiez les meilleures opportunités

Il existe une multitude d’options pour transférer son argent d’un pays à l’autre, mais si vous voulez obtenir le meilleur rendement je vous suggère d’utiliser les services des banques Canadiennes qui disposent d’une gamme de produits financiers spécialisés pour les nouveaux arrivants, comme l’offre de Desjardins ou de la Banque Nationale. Ces institutions financières vous permettrons d’ouvrir un compte bancaire depuis votre pays d’origine tout en vous garantissant un maximum de sécurité grâce à leur solide réputation ici au Canada.

aujourd’hui, l’histoire du Canada est très éloignée de celle de la France. Les Québécois nagent dans un milieu Nord Américain depuis plus des siècles, et ils sont avant tout des Nord Américains qui parlent le français. Même si certains d’entre eux ont une fibre européenne, et se voient plus ouvert à la culture française, vous comprendrez rapidement que les différences culturelles sont profondes et que c’est à vous de faire l’effort de vous adapter, sans quoi vous allez souffrir d’un sérieux choc culturel qui pourrait faire tourner votre rêve en véritable calvaire.

4. Les Québécois ne sont pas des Français qui vivent en Amérique

5. Le logement, louer ou acheter ?

Même si le Canada est un pays bilingue, le français n’est véritablement parlé qu’au Québec. Les Québécois sont historiquement issus de souche française et France et ont colonisés le Canada depuis la Nouvelle France. Cependant, nous sommes en 2017, et

13

Atlas.Mtl

Le prix de l’immobilier à travers le pays varie beaucoup, tandis que les villes de Toronto et Vancouver sont les plus chères, Montréal quant à elle offre des prix d’achat et de location plus bas que la France. Le taux de change actuel est nettement à votre avantage grâce à un dollar canadien affaiblit

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

essentiellement par le bas coût du pétrole, en effet, rappelons que le Canada est un pays producteur de pétrole et donc son économie fluctue généralement en fonction de l’or noir. Les locataires au Québec profitent de nettement plus d’avantages et de protection qu’en France, par exemple il est défendu de demander une caution, et l’état des lieux n’existe pas. La Régie du logement gère les différents entre propriétaires et locataires mais va souvent privilégier le locataire. Maintenant que vous avez bien saisi ces 5 points, vous devez avoir une tonne de questions, alors pourquoi ne pas vous inscrire sur le forum de discussions, vous allez avoir toutes les réponses à vos interrogations, car imaginez que 6 millions de personnes par an fréquentent notre site, et beaucoup ne demandent qu’à vous aider et à partager leurs expériences, quelles soient positives ou négatives.


14

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Solidarité

Beaucoup trop de familles de demandeurs d'asile en situation précaire…

Faites votre part; faites un don! Un nombre inhabituel de familles nouvellement arrivées au Canada, des demandeurs d'asile pour la plupart, installées dans le quartier BordeauxCartierville à Montréal, sont dans une situation très précaire. C'est pourquoi le Comité pour l'accueil des nouveaux arrivants de Bordeaux-Cartierville a lancé à La Corbeille Bordeaux-Cartierville, l'Opération d'accueil Bordeaux-Cartierville. Cette opération est en fait un vaste appel aux dons du public; dons qui seront remis à des familles référées du territoire, en extrême besoin. « Nous n'avons jamais vu autant de cas et autant de cas sérieux de familles sans biens matériels et avec très peu de ressources pour les soutenir », a déclaré Anait Aleksanian, directrice du Centre d'appui aux communautés immigrantes (CACI), organisme d'accueil et d'intégration des immigrants, pourtant habitué à recevoir des nou-

veaux arrivants. L'Opération d'accueil Bordeaux-Cartierville débute aujourd'hui le 19 juin et se terminera le 12 septembre. Les dons qui seront acceptés se limitent aux

couches, au lait maternisé, aux tables et chaises de cuisine, aux bureaux pour les vêtements, aux chaises hautes pour bébés, aux bases de lit, sans matelas (adultes, enfants, bébés),

Comment contribuer: operationaccueilbc@gmail.com ainsi qu'aux dons en argent. Toutes les personnes inté-

ressées à faire un don doiSuite à la page 16

50 M$ pour offrir des petits déjeuners à l'école Le gouvernement du Québec investit 50 millions $ sur 5 ans pour que toutes les écoles primaires situées en milieu défavorisé puissent offrir un petit déjeuner à leurs élèves dès le mois de septembre. Actif depuis 23 ans, le Club des petits déjeuners distribue déjà de la nourriture dans plus de 300 écoles défavorisées, grâce à des dons du public et d’entreprises

privées. Ce coup de main du gouvernement fera en sorte de doubler les activités du Club, qui pourra déployer son programme dans plus de 400 nouvelles écoles. À terme, les élèves d’environ 40 % des écoles primaires publiques auront droit à un petit déjeuner gratuit. «Les besoins, ils sont là, on a la capacité financière d’investir», a justifié le ministre de l’Éducation

Sébastien Proulx lors de l’annonce faite vendredi à l’école Marguerite-Bourgeoys de Québec. Le ministre reconnaît que la première mission du gouvernement est de donner des services éducatifs. Il croit toutefois qu’avoir le ventre plein, c’est la base pour que les enfants puissent se concentrer et réussir à l’école. «Si une pomme, un yogourt, un fro-

15

Atlas.Mtl

mage peut faire la différence, sincèrement, ça vaut le coup.» Le ministère de l’Éducation ne donnait aucune aide alimentaire aux écoles primaires jusqu’à maintenant, mais il le faisait déjà dans quelques écoles secondaires situées en milieu défavorisé. Cette nouvelle mesure est inscrite dans la Stratégie 0-8 ans, dévoilée en janvier dernier.

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

De son côté, le Club des petits déjeuners dit «être prêt à répondre à la demande». Son président fondateur Daniel Germain demande toutefois aux donateurs de ne pas s’éloigner de cette cause. «Ni le gouvernement, ni le secteur privé n’ont les moyens de mener ce combat seuls. C’est ensemble que nous y arriverons.»


Solidarité

Beaucoup trop de familles de demandeurs d'asile en situation précaire…

Faites votre part; faites un don! Suite de la page 15

vent appeler au (514) 7969978, du lundi au vendredi, entre 11h et 19h, ou écrire à operationaccueilbc@ gmail.com C'est la Maison des Parents de Bordeaux-Cartierville qui coordonne cette opération. D'ailleurs, Julie Grondin, directrice de la Maison des Parents, a souligné « le soutien précieux du Bureau d'intégration des nouveaux arrivants de Montréal qui finance la coordination de l'opération d'une durée de trois mois. » La Corbeille-BordeauxCartierville, un organisme bien connu en sécurité alimentaire qui comprend notamment une épicerie

communautaire et un programme d'insertion socioprofessionnelle, avec un restaurant et un service traiteur, sera mise à contribution également pour l'entreposage et la redistribution des couches et du lait. Donald Boisvert, le directeur général de La Corbeille, est heureux d'offrir l'expertise de son organisme : « La Corbeille a l'habitude de recevoir et de gérer des dons et c'est avec plaisir que l'on participe à cette opération de la plus grande importance. » Enfin, pour Nathalie Fortin, directrice de la Table de quartier de BordeauxCartierville, le CLIC, qui coordonne le Comité pour l'accueil des nouveaux arrivants, cette opération est «

un geste concret qui démontre une fois de plus la capacité de la commu-

nauté Cartiervilloise à faire preuve de compassion, de solidarité et d'efficacité

lorsque la situation l'exige. »

Les partenaires de l’opération Le Comité pour l'accueil des nouveaux arrivants de BordeauxCartierville Ce comité a été mis sur pied en décembre 2015, par le CLIC (Conseil local des intervenants communautaires) de Bordeaux-Cartierville, dans le contexte de l'arrivée massive de réfugiés syriens dans le quartier Bordeaux-Cartierville. Son objectif ultime est de tisser une toile d'entraide pour soutenir les nouveaux arrivants, en faisant circuler de l'information, en partageant de l'expertise et en déployant des actions de support. Il est composé d'une trentaine de membres

représentant des organismes communautaires, des institutions et des élus du territoire de Bordeaux-Cartierville. Le CACI Le CACI (Centre d'appui aux communautés immigrantes) est un organisme à but non lucratif fondé le 23 avril 1993. Sa mission principale est d'accompagner les nouveaux arrivants dans leurs démarches d'installation, ainsi que l'ensemble des communautés immigrantes dans leur processus d'intégration à la société d'accueil. Le mandat principal du CACI est, entre

autres, d'accueillir et de faciliter l'intégration socioéconomique des nouveaux arrivants; de valoriser la participation et l'implication sociale des personnes âgées. La Maison des Parents de Bordeaux-Cartierville L'organisme se veut un milieu de vie et d'apprentissage ouvert et convivial où parents et enfants se retrouvent. Il offre des activités favorisant les échanges, le développement de compétences et l'émergence de relations interculturelles. Sa mission est de tra-

vailler à l'amélioration des conditions de vie des parents et de leurs enfants en vue de favoriser leur épanouissement et leur bien-être par une approche globale incluant prévention, information et soutien. La Corbeille Bordeaux-Cartierville L'organisme en sécurité alimentaire au service du quartier depuis 1987 possède deux missions : Mission communautaire : aide alimentaire auprès des personnes défavorisées par le biais de notre épicerie

communautaire Le Magasin d'Émilie, repas dans les écoles primaires du secteur aux enfants défavorisés, ainsi que divers programmes visant à renforcer la prise en charge, la mise en mouvement et l'autonomie (cuisines collectives, jardins collectifs, transformation alimentaire) Mission de formation : insertion socio-professionnelle des personnes éloignées du marché du travail pour les aider à retourner en emploi.

À VENDRE Restaurant Pizzeria à Québec. Établie depuis 18 ans, très bon chiffre d'affaire. Contact: 1418-440-7063 16

Atlas.Mtl

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


17

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


18

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


19

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


20

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Technologies & Société

Les cyberattaques coûtent aux institutions financières 10% de leurs profits Aucune banque ou assurance n’est à l’abri Les cyberattaques contre les institutions financières coûteraient au moins 100 milliards $US par année dans le monde, estime une étude du FMI. Équivalant à presque 10 % des profits des banques, ces pertes pourraient, selon des scénarios extrêmes, atteindre jusqu’à la moitié de ces profits, menaçant la stabilité du secteur financier. « La menace est bien réelle », a commenté la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, au moment du dévoilement de l’étude. « Le secteur financier est particulièrement vulnérable aux cyberattaques. […] Une attaque réussie contre une seule institution pourrait rapidement s’étendre dans le monde fortement interconnecté du système financier. » Les cyberattaques trônent au sommet des principaux risques que craignent le plus les banquiers, devant les menaces géopolitiques, les changements apportés à la réglementation ou le Brexit, rappelle l’étude. Une récente enquête réalisée sur le même sujet au Canada par sa banque centrale est arrivée à la même conclusion cet hiver. Ces dirigeants de banque n’ont pas tort puisque le secteur semble l’un des plus visés par ce genre d’attaques, en raison notamment de son grand degré de dématérialisation, de sa forte dépendance dans les technologies de l’information et de sa place centrale dans le fonctionnement de l’économie. Obscure menace Il manque pourtant cruellement de données factuelles sur la nature et l’importance relative du problème, constate l’étude

du FMI. Cela tient entre autres au fait que les institutions victimes d’attaques n’ont pas partout l’obligation de les rapporter aux autorités et qu’elles peuvent s’avérer réticentes à le faire publiquement compte tenu de l’importance primordiale de savoir maintenir un climat de confiance dans ce secteur. Pour autant qu’on sache, les attaques frappent principalement les banques de détails, mais elles ont aussi touché des compagnies d’assurances, et même des banques centrales, dans les économies riches comme les pays en développement. Ces agressions peuvent prendre toutes sortes de formes, comme la fraude, le vol de données confidentielles et l’interruption des services Internet. Elles sont rendues possibles par le fait que toutes les banques n’ont pas toujours les tech-

nologies informatiques les plus récentes, que les malfaiteurs disposent de plus en plus d’expertise et de moyens d’action abordables et que le développement rapide des nouvelles technologies financières (fintech) élargit sans cesse leur terrain de jeu. Une note salée C’est donc en se basant sur les meilleures données disponibles, bien qu’incomplètes, que les experts du FMI ont tenté, pour l’une des premières fois, d’évaluer le coût actuel des cyberattaques. Une première estimation de base fixe ce montant à 97 milliards par année, soit 9 % des revenus nets des banques. Cette somme devrait probablement être multipliée par deux ou par trois pour tenir compte des impacts sur les coûts de fonctionnement, explique-ton.

21

Atlas.Mtl

Mais s’il fallait que la fréquence des attaques double par rapport au niveau de 2013, ces montants pourraient devoir être portés à plus de 500 milliards par année, ou 52 % des profits des banques, prévient-on, avant d’expliquer qu’une autre somme de 100 milliards devrait probablement être ajoutée pour tenir compte de l’effet de contagion aux autres banques. Ces estimations, basées sur des données imparfaites, ne se veulent qu’« illustratives », insistent les experts du FMI. Elles permettent bien de voir cependant que la maigre bourse de 3 milliards par an dont dispose actuellement le marché de l’assurance contre les cyberattaques est loin d’être suffisante, dit-on, et qu’elle le restera même si l’on prévoit, durant la prochaine décennie, qu’elle

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

sera portée à 20 milliards au maximum. De toute façon, moins de 30 % des banques disposent d’une telle assurance. Cette défaillance tient notamment à l’offre inadéquate des assureurs, qui tient ellemême au manque de données fiables et à l’ampleur des dommages financiers dont il pourrait être question. Dans ce contexte, dit le FMI, la priorité des gouvernements devrait être d’obliger les institutions financières à leur rapporter toutes les cyberattaques dont elles sont victimes afin de commencer par avoir un portrait plus complet de la nature et de l’ampleur du problème. Ensuite seulement sera-t-on en mesure de développer des mécanismes de protection et d’aide adaptés.


22

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Technologies & Société

Pour lutter contre les dérives des nouvelles technologies

Un plan fédéral pour encadrer l'utilisation des mégadonnées Le gouvernement Trudeau veut s'attaquer aux risques de dérives des nouvelles technologies. Ottawa compte présenter un plan d'ici six mois pour encadrer l'utilisation des mégadonnées, a appris RadioCanada. Le ministre de l'Innovation, Navdeep Bains, est en train de jeter les bases d'une stratégie pour encadrer l'évolution rapide de technologies comme l'intelligence artificielle. Les données massives nécessaires à son fonctionnement présentent des possibilités infinies, mais aussi des risques, notamment en matière de vie privée. Avec sa stratégie, Ottawa veut s'attaquer à ce genre d'enjeux éthiques, comme celui de la protection des données personnelles. Toutes les options seraient envisagées, y compris des mesures législatives et éducatives. Le ministre sent le besoin de répondre à certaines « craintes » qui ont émergé dans la population. Cette démarche comprendra un processus de consultation formel, même si le gouvernement discute déjà avec des acteurs du secteur privé, différents ministères et des membres du monde universitaire pour orienter ses décisions. Risques de dérapages Face à la vitesse des changements, « il y a urgence d'agir, urgence de réfléchir », prévient le professeur d'éthique Dominic Martin, de l'Université du Québec à Montréal.

Selon lui, l'apparition de technologies complexes comme la reconnaissance faciale, l'aide aux diagnostics médicaux ou les voitures autonomes n'est que « la pointe d'un iceberg qui est incroyablement massif ». Si les législateurs doivent prendre le temps de bien étudier « la nature de la bête », M. Martin estime que des actions immédiates pourraient être menées par le gouvernement du Canada, telles qu'une meilleure protection des données personnelles. Il rappelle l'exemple du scandale impliquant Facebook et la firme Cambridge Analytica, où les données de 622 000 Canadiens ont été récupérées à leur insu. Récemment, d'autres incidents ont fait la manchette. Par exemple, le nouvel assistant vocal de l'entreprise Amazon a partagé la conversation privée d'un couple sans

autorisation. Le directeur de l'Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal (MILA), Yoshua Bengio, s'inquiète quant à lui de l'utilisation de l'intelligence artificielle par les publicitaires « pour manipuler les gens » sur les médias sociaux. M. Bengio pense qu'il faut réfléchir de manière sérieuse à des balises qui permettraient de « punir les individus ou les organisations qui essaieraient de faire ça ». La communauté internationale n'aura d'autre choix que de s'unir pour encadrer la technologie, croit Yoshua Bengio. « La cohésion internationale devient très, très importante », explique-til. Selon lui, le nouveau règlement européen en vue de protéger les données personnelles est un bon exemple de collaboration internationale pour

23

Atlas.Mtl

faire contrepoids à des géants comme Facebook. M. Bengio milite par exemple pour un effort multilatéral visant à interdire l'utilisation des « robots tueurs » à des fins militaires. Il note que des pays puissants et militarisés tels que la Chine et les États-Unis pourraient résister à des restrictions en matière de défense et de vie privée, d'où la nécessité d'un « mouvement fort » de plusieurs pays pour faire bouger les choses. L'équilibre à trouver Le Canada a-t-il l'expertise pour réglementer un domaine où le secteur privé détient la connaissance et les cerveaux? La directrice du laboratoire de recherche de Facebook en intelligence artificielle de Montréal, Joëlle Pineau, évoque un « fossé culturel » persistant entre l'industrie et les déci-

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

deurs. Elle remarque que peu de législateurs sont formés dans le domaine des sciences, à l'exception de « quelques ministres ». « Il n'y en a pas beaucoup qui ont une formation qui leur permet de comprendre la technologie », note-t-elle. L'autre défi sera de trouver l’équilibre entre réglementation et liberté des entreprises. Erdem Özcan, le chef de la recherche de l'entreprise Automat, qui travaille dans le secteur de l'intelligence artificielle à Montréal, croit que les États devraient s’en tenir à de grands principes pour protéger l'intérêt public. Une réglementation trop précise pourrait « nuire au processus d'innovation » et à « l'imagination », avance-til. Le chantier s'annonce complexe pour le gouvernement Trudeau et tout aussi vaste.


24

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Santé

Virus Zika: la chasse aux moustiques s’intensifie au Québec La scientifique Anne-Marie Lowe a reçu la confirmation qu’un œuf recueilli le 17 juillet 2017 dans un piège posé au poste frontalier de Saint-Armand était bel et bien de l’espèce Aedes aegypti. Il s’agit d’une espèce tropicale établie dans des États américains comme la Floride et responsable de la plus récente épidémie de Zika. Le Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg a identifié le spécimen grâce à son ADN. « On ne tombe pas sur le dos, explique la conseillère scientifique pour les zoonoses de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), puisque cela confirme notre hypothèse » qu’une migration vers le nord est possible pour l’espèce. Mme Lowe s’attendait davantage à découvrir des spécimens d’Aedes albopictus, le cousin des régions tempérées, dont la présence est documentée dans les États limitrophes au Québec. Le risque pour le public avoisine zéro, mais il faudrait documenter la situation à l’avenir La surveillance se poursuit À Winnipeg, le scientifique Robbin Lindsay, qui a identifié le spécimen, n’était pas étonné outre mesure. « Je l’aurais peut-être été il y a deux ans. Mais depuis, des spécimens ont été trouvés dans le sud de l’Ontario », souligne-t-il. Ayant testé quatre régions de l’ADN de l’œuf, il est confiant de la fiabilité du résultat. Le virus Zika ne se transmet théoriquement pas de l’adulte à son œuf, aussi aucun test n’a été fait dans ce sens. « On sait qu’au moins une femelle a fait une incursion au Québec, cela montre le besoin d’intensifier

la surveillance », estime Robbin Lindsay. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a été avisé de la découverte. La surveillance se poursuit cet été. Le nombre de pièges a été doublé aux postes frontaliers, pour un total de 112 pièges sur 12 sites. Ils sont installés en Montérégie et en Estrie le long des axes des autoroutes 10, 15, 35 et 55, à partir de la frontière américaine. « Il faut documenter la situation dans le sud du Québec. Sinon, on ne peut pas connaître le risque », explique Mme Lowe. La seule autre occurrence d’Aedes au Québec avait été documentée à l’aéroport de Montréal, alors que deux spécimens s’étaient vraisemblablement glissés parmi les passagers de retour d’une destination chaude. Risque négligeable Ces moustiques piqueurs peuvent transmettre, outre le Zika, la dengue, la fièvre jaune et le chikungunya. « Le risque pour le public avoisine zéro actuellement, mais il faudrait documenter la situation à l’avenir », estime Robbin Lindsay. Pour l’instant, Mme Lowe ne s’inquiète pas non plus de cette découverte. Dans un avis publié en juin 2016, l’INSPQ jugeait qu’il était « probable » que les espèces du genre Aedes soient introduites au Québec, mais que le risque de transmission du virus Zika était « négligeable ». « Le climat actuel n’est pas favorable à l’émergence et à l’amplification du virus », stipulait l’avis. AnneMarie Lowe estime que cette éval-

uation du risque reste pour l’instant inchangée. La reproduction du virus Zika au sein de l’insecte nécessite des températures supérieures à 22 degrés Celsius pendant plusieurs jours consécutifs. « On ignore également si les œufs pourraient survivre l’hiver, à nos températures », ajoute Mme Lowe. Les chercheurs de l’INSPQ croient que le transport par camion est responsable de l’introduction des insectes piqueurs au Québec. « Probablement qu’une femelle est sortie d’un camion en provenance du sud et qu’elle s’est arrêtée dans notre piège pour pondre », croit Mme Lowe. Le piège était installé tout prêt de l’endroit où les camions s’arrêtent, après avoir traversé la frontière. L’œuf, qui n’a jamais éclos, pourrait ne pas avoir eu les conditions climatiques propices pour ce faire. Présents en Ontario En Ontario, six spécimens

25

Atlas.Mtl

d’Aedes aegypti adultes, de même que 27 larves, ont été capturés dans la région de Windsor-Essex en 2017. Des adultes et des larves du cousin Aedes albopictus ont été capturés en 2016 et 2017 dans la même région. Tous les spécimens étaient négatifs pour le Zika. La présence de l’espèce tropicale avait aussi surpris les autorités de santé publique de cette région, qui s’attendaient à la voir surgir d’ici un horizon de dix ans. « C’est un signal d’alarme, pour notre pays, qui indique que le climat change », avait indiqué le Dr Wajid Ahmed, le directeur de la santé publique pour Windsor-Essex, à CBC en août 2017. Là-bas, les scientifiques croient que Aedes albopictus pourrait avoir établi une colonie et s’y reproduire. Les Centers for Disease Control and Prevention américains ont documenté la présence soutenue (trois années ou plus depuis 1995) d’Aedes aegypti au sud, dans des États comme la Floride ou La Nouvelle-Orléans. Des spécimens ont été capturés sporadiquement plus au nord, comme dans le New

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

Jersey, le New Hampshire ou la Pennsylvanie. La présence d’Aedes albopictus, elle, est bien réelle dans le New Hampshire, le sud de l’état de New York et de la Pennsylvanie, avec des occurrences sporadiques plus au nord, à l’approche de la frontière canadienne. Souvenirs de voyage Depuis que l’alarme mondiale a été sonnée concernant le virus Zika en 2015, l’Agence de santé publique du Canada a répertorié 558 cas. Tous ont été acquis à l’étranger, sauf quatre par transmission sexuelle. Les conseils de protection pour les voyageurs sont toujours en vigueur pour plusieurs pays où le virus circule. Quatorze Canadiens ont ramené le virus en souvenir de voyage entre décembre 2017 et le 28 février 2018. Bien que la majorité des personnes infectées combattent l’infection, des complications peuvent survenir, comme une atteinte neurologique ou la microcéphalie, chez les nouveau-nés dont la mère a été atteinte durant la grossesse.


Santé

329 cas avérés en 2017

La maladie de Lyme désormais aux portes de Montréal! Depuis novembre 2003, la maladie de Lyme est une maladie à déclaration obligatoire (MADO) au Québec. De 2004 à 2010, les quelques cas déclarés de maladie de Lyme avaient essentiellement acquis leur infection à l’extérieur du Québec, le plus souvent dans le nord-est des États-Unis. Le premier cas acquis au Québec fut en 2006 et depuis, le nombre total de cas de maladie de Lyme rapportés progresse chaque année ainsi que la proportion des cas y ayant acquis leur infection. Les personnes atteintes de la mala-

Présence de la tique Ixodes scapularis au Québec Au Québec, les données disponibles permettent de confirmer la présence de populations de tiques Ixodes scapularis établies et infectées par le Borrelia burgdorferi, particulièrement dans les zones suivantes : le nord et l’ouest de l'Estrie; une grande partie de la Montérégie; le sud-ouest de la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec; le sud-ouest de l’Outaouais. Les données de surveillance acarologique (surveillance des tiques)

tiques (adultes et stades immatures confondus) débute au mois d'avril et se termine vers la fin du mois de novembre. Conséquemment, les cas d'infection aigüe chez l'humain se situent autour de cette période. die de Lyme ayant acquis leur infection au Québec ont été exposées principalement dans les régions de l’Estrie et de la Montérégie.

laissent croire que les tiques sont présentes dans plusieurs autres régions au Québec.

Des tiques femelles et mâles ainsi que des larves et des nymphes ont été récoltées au Québec.

Au Québec, la période d'activité des

Identification de la tique

L’Institut national de santé publique (INSPQ) a produit un guide d’identification des tiques au Québec https://www.inspq.qc.ca/ guide-d-identification-des-tiques-duquebec/description-detaillee-de-latique-ixodes-scapularis. Carte de risque d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec Depuis 2015, l'Institut national de

santé publique du Québec (INSPQ) élabore des cartes de risque https:// www.inspq.qc.ca/zoonoses/maladiede-lymeafin de mieux qualifier le risque d’acquisition de la maladie de Lyme à la suite d’une piqûre de tique. Le niveau de risque a été défini en fonction des données de surveillance passive et active des tiques et de la surveillance des cas humains. La carte identifie les zones considérées endémiques.

Comment reconnaitre la maladie Les neuf principaux signes et symptômes Nous entendons constamment parler des menaces de la maladie de Lyme sur la santé de nos animaux. Mais parfois il faut des pouvoirs astraux pour reconnaitre les symptômes de cette maladie dangereuse chez l’être humain. C’est exactement ce que Yolanda Foster, du programme de téléréalité Real Housewives of Beverly Hills, et femme du compositeur David Foster, a fait après avoir souffert de symptômes inexpliqués – comme des crises émotionnelles, anomalies du système nerveux, troubles cutanés, et perte de fonction cérébrale. Son diagnostic : maladie chronique de Lyme. La maladie de Lyme est une attaque bactérienne propagée par la bactérie Borrelia burgdorferi dans les morsures de tiques. Une fois infectée, la victime (humaine ou animale) souffrira des conséquences durant des étapes multiples qui commencent par la première morsure, continuent avec la propagation des anticorps de

Lyme dans le sang, et ces symptômes révélateurs… 1. Morsure gonflée La première indication de la maladie de Lyme est souvent la marque de morsure, qui souvent deviendra rouge, enflée et sensible. Tandis que la bactérie s’empare du corps, elle attaquera souvent le site de la morsure en premier – ce qui signifie que la zone par laquelle la bactérie est entrée dans la peau, formera une éruption cutanée rougeâtre avec un cercle rouge autour de la morsure, qui ressemble à un œil de bœuf. 2. Malaise grippal De nombreuses victimes de la maladie de Lyme se plaignent souvent de symptômes grippaux au début de leur infection. Par exemple, le patient peut développer une fièvre légère, des ganglions lymphatiques enflés, des muscles et

articulations douloureux, des maux de tête et de la léthargie. 3. Rythme cardiaque rapide Des symptômes les plus sérieux et terribles de la maladie de Lyme, le rythme cardiaque accéléré en est un. Souvent, le patient infecté par la bactérie de cette maladie souffrira d’un rythme cardiaque rapide, même au repos. 4. Paralysies Une fois que la bactérie se propage dans tout le corps, la maladie de Lyme peut causer des ravages sur le système nerveux, causant des paralysies, entrainant des spasmes/ mouvements du corps soudains et incontrôlés (p.ex. jambes qui tremblent). 5. Méningite Les symptômes de la méningite apparaissent souvent tandis que l’infection se propage par le sang dans le liquide cépha-

26

Atlas.Mtl

lorachidien (le liquide qui amortit et qui circule dans le cerveau et la moelle épinière), causant de l’inflammation. La méningite de Lyme est de nature bactérienne, et même si elle n’est pas mortelle, elle peut causer fièvre, raideur du cou, migraine, sensibilité des yeux, confusion et crise d’épilepsie. 6. Dégâts nerveux Si la maladie de Lyme n’est pas traitée, et la bactérie finit par se propager dans le système nerveux (quelques mois après l’infection), le patient peut souffrir de dégâts moteurs et de sensibilité nerveuse graves qui affectent les articulations, le cœur, le cerveau, et entrainent des convulsions et tremblements sévères. 7. Arthrite Si la maladie de Lyme n’est pas traitée après un mois ou deux, elle peut également

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

entrainer des raideurs, inflammations, douleurs et maladies des articulations. Cela causera de l’arthrite chronique 8. Problèmes cardiaques Si la maladie de Lyme n’est pas traitée, elle empirera progressivement dans tout le corps et affectera le cœur, affaiblissant et endommageant lentement le muscle cardiaque en causant un gonflement et un rythme cardiaque anormal. Finalement, une insuffisance cardiaque peut survenir. 9. Paralysie faciale Parce que la maladie de Lyme cause des ravages dans le système nerveux, le patient peut souffrir de paralysies des muscles faciaux (p.ex. paralysie faciale de Bell), ainsi que de gonflements, raideurs, et douleurs de ces mêmes muscles quand le mouvement normal est compromis ou totalement perdu.


Santé

La maladie de Lyme

Comment s’en protéger Le nombre de personnes infectées par la maladie de Lyme ne cesse de croître, et les experts de santé du gouvernement sont occupés à sensibiliser contre cette maladie émergente et les moyens de s’en protéger. La maladie de Lyme est habituellement contractée via une tique de cervidé infectée, et de nombreuses personnes mordues ne présentent pas de symptômes immédiats. Les signes de la maladie peuvent prendre des semaines, voire des années, à se révéler, et les symptômes varient de manière importante. La maladie de Lyme peut entrainer des symptômes grippaux et des réactions plus sérieuses comme des douleurs articulaires, des faiblesses musculaires et de la confusion. Bien que les cas d’infection soient globaux, il y a un tas de choses que vous pouvez faire pour réduire le risque d’être infecté. La maladie de Lyme est facilement transmise, donc il est essentiel d’être conscient des conseils de protection suivants… 1. Examinez votre corps Les tiques infectées par la bactérie causant la maladie de Lyme sont très petites et difficiles à distinguer sans examens. Si vous avez un animal d’extérieur, vous examinez probablement sa fourrure pour le débarrasser des tiques et autres parasites. Pour vous protéger et protéger votre famille contre la maladie de Lyme, inspectez minutieusement l’entièreté du corps et des cheveux après avoir passé du temps en plein air. C’est particulièrement important si vous avez été dans des landes, bocages ou forêts, ou des endroits que votre ville ou votre région ont identifiés comme risqués du point de vue des tiques.

Utilisez un miroir ou demandez à quelqu’un d’examiner votre dos et les zones que vous ne voyez pas facilement. N’oubliez pas de vérifier les plis de vos articulations et de vos aisselles, puisque les tiques peuvent s’y cacher. Si vous trouvez une tique et que vous la retirez, examinez minutieusement le reste de votre corps pour la présence d’autres tiques. Gardez à l’esprit que trouver une tique signifie que d’autres peuvent se trouver sur votre corps ou sur vos vêtements, donc examinez-vous encore plus en profondeur. 2. Sachez ce que vous cherchez Les tiques sont petites, donc savoir ce que vous cherchez en matière de tique et de morsure de tique est important. Les tiques peuvent ressembler à une crasse ou à une petite ampoule sanglante. Elles mesurent entre 1 et 5 mm de longueur, mais même lorsqu’elles sont les plus grosses, elles sont difficiles à reconnaître en tant qu’insecte. Vous pourriez remarquer quelques minuscules pattes sur les côtés du corps, mais suivant l’étape de développement de la tique, elle pourrait simplement ressembler à une tache sombre. Les tiques de cervidé qui transportent la maladie de Lyme peuvent avoir un corps blanc lorsqu’elles sont complètement engorgées. La morsure de tique ellemême n’est pas forcément ce qui va attirer votre attention, bien que vous deviez examiner votre corps pour de nouvelles morsures. La maladie de Lyme peut entrainer des éruptions cutanées très caractéristiques qui ressemblent à une cible : une tache rouge au centre entourée par un cercle rouge.

Tout le monde ne développe pas d’éruption cutanée, mais c’est l’un des symptômes les plus simples pour les médecins afin de déterminer si vous avez été infecté par la maladie de Lyme. Et tout comme de nombreuses autres maladies, un diagnostic précoce peut aider à vous protéger contre les effets graves ou à long terme de l’infection. 3. Prenez une douche Les tiques sont très petites au début, et difficiles à repérer. Elles grossissent au fur et à mesure qu’elles se nourrissent de sang, mais elles restent difficiles à voir à l’œil nu, et les ôter de votre corps est important. Elles ne s’attachent pas habituellement directement par morsure, donc pour réduire le risque d’infection, prenez une douche directement après avoir traversé des zones de landes ou de forêts. Une douche peut rincer toute tique non attachée à votre corps. Vous devriez prendre une douche endéans deux heures de votre sortie, mais la prendre immédiatement est l’option la plus sûre.

27

Atlas.Mtl

Si vous étiez à proximité ou dans une zone à risque, examinez soigneusement votre peau et garder à l’esprit que ces insectes sont peut-être petits, mais ils peuvent nuire à votre santé. Une douche permet de réduire le risque d’attachement par une tique infectée et le risque de propagation de la bactérie. Mais vous devriez toujours examiner votre corps avant de prendre une douche, car celle-ci ne rincera certainement pas les tiques qui sont déjà attachées 4. Entretenez votre pelouse Que vous ayez une petite zone herbeuse dans votre jardin ou viviez dans un large domaine rempli d’espaces verts et de forêts, entretenir votre propriété et votre pelouse peut vous protéger contre la maladie de Lyme en empêchant les tiques de se plaire chez vous. Les tiques sont des insectes très patients, elles peuvent s’attacher à vos vêtements et se déplacer lentement. En entretenant votre pelouse et autre espace extérieurs, vous réduisez le risque de tomber sur des

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

tiques et les maladies qu’elles propagent. Tondez votre pelouse régulièrement, car les tiques aiment les herbes hautes et les landes. Les graminées et herbes hautes peuvent également aider les tiques à atteindre une hauteur qui leur permet de se transférer facilement à différentes parties de votre corps. Coupez les feuilles, branches, mauvaises herbes et autres végétations denses de votre propriété, car les tiques sont également présentes dans ces environnements, et pas seulement dans les forêts et landes publiques ou non entretenues. 5. Couvrez votre corps Il y a des tas de choses que vous pouvez faire chez vous pour décourager les tiques de s’installer. Mais si vous faites partie des personnes qui aiment camper ou travaillent ou vivent dans des zones à risque, prendre une douche ou examiner son corps sous une lumière vive peut être difficile. Donc lorsque vous sortez à l’extérieur dans des zones de Suite à la page 28


Santé

La maladie de Lyme

Comment s’en protéger bocages, de landes ou de forêts, vous devriez couvrir votre corps autant que possible et porter des vêtements qui permettent de remarquer les tiques facilement. Des blouses à longues manches, pantalons, chaussettes et chaussures fermées (type baskets) sont idéales pour protéger contre la maladie de Lyme puisqu’ils rendent l’accès à votre peau difficile pour les tiques. Cela dit, les tiques s’attachent souvent aux vêtements et sont transportées chez vous ou attendent patiemment de pouvoir atteindre votre peau, donc porter des vêtements clairs peut souvent aider à révéler les tiques. Lorsque vous sortez en groupe, examinezvous les uns les autres aussi souvent que possible. 6. Utilisez un répulsif contre insectes Les insectes peuvent propager des tas de maladies, et les répulsifs sont faits pour empêcher ces insectes de vous piquer ou de vous mordre. Un répulsif pour insecte qui contient du DEET peut vous protéger contre la maladie de Lyme. Selon la Mayo Clinic, vous devriez choisir un répulsif ayant une concentration de DEET de 20% ou plus pour réduire le risque de contracter la maladie de Lyme. Bien sûr, les répulsifs pour insectes peuvent être toxiques, donc évitez les yeux et la bouche et suivez les instructions de sécurité du produit, surtout si vous l’appliquez aux enfants. Vous devez évidemment l’appliquer à votre peau exposée, mais aussi sur vos vêtements puisque les tiques peuvent atterrir d’abord sur du tissu. Certaines personnes ne recommandent pas l’utilisation de DEET, mais ce produit peut vraiment aider à protéger contre les infections et microbes propagés par les insectes, y compris la maladie de Lyme. Il peut réduire le risque d’être mordu par une tique

infectée, donc pensez aux avantages avant de rejeter l’idée.

7. Retirez les tiques correctement En raison de la combinaison de cette maladie émergente touchant de plus en plus de personnes et des avertissements du gouvernement, les idées fausses et inquiétudes font légion. La maladie de Lyme devrait être prise sérieusement et vous devriez vous protéger, protéger votre famille et vos amis au maximum en sachant comment limiter les risques de transmission de cette maladie. Et pour ce faire, vous devriez savoir comment retirer correctement les tiques. Idéalement, vous devriez utiliser une pince à épiler pour attraper la tique aussi proche de la peau que possible (au plus près de sa bouche) pour ensuite la retirer lentement. Soyez prudent de ne pas faire pression sur la tique, car vous pourriez accidentellement libérer les maladies qu’elle transporte dans votre corps. Il est important de noter que ce n’est pas parce qu’une tique vous a mordu que vous serez automatiquement infecté par la maladie de Lyme. Toutes les tiques ne transportent pas la maladie et celles qui la transportent ne la transmettent pas simplement parce qu’elles vous ont mordu. En fait, les risques de transmission de la maladie par une tique infectée sont minimaux durant les premières 24 heures d’attachement. Plus le temps passe, plus le risque augmente. 8. Soyez informé et préparé Il est difficile de traquer efficacement la maladie de Lyme, sa prévalence et à quel point elle est répandue. Grâce aux données collectées durant les 30 dernières années, nous savons que la maladie de Lyme est en plein développement. Mais l’une des meilleures façons

de vous protéger est d’être informé et préparé. Faites attention aux avis publics sur les tiques et aux zones à risques dans votre région, préparez-vous lorsque vous sortez dans des zones à risque, et sachez quoi chercher et comment retirer les tiques. Une composante clé de l’information est de savoir que bien que la maladie ait de nombreux symptômes potentiellement graves, la plupart des personnes infectées répondent bien aux traitements une fois la maladie diagnostiquée. Vous devriez, évidemment, faire attention aux piqures et éruptions cutanées, surtout si une tique vous a mordu. Mais sachez que dans la plupart des cas, la maladie de Lyme peut être traitée facilement et en toute sécurité par les médecins d’Amérique du Nord. 9. Examinez vos animaux domestiques Tout comme il est important d’examiner votre peau après une sortie en plein air, de retirer les tiques aussi vite que possible et de prendre une douche endéans 2 heures de votre sortie, vous devriez vous comporter de la même manière avec vos animaux domestiques. Il n’est

28

Atlas.Mtl

pas évident pour tous que même les animaux d’intérieur peuvent poser un risque. Par exemple, si vous promenez votre chien dans un parc ou laissez vos animaux sortir dans votre jardin, ils pourraient transporter des tiques à l’intérieur. Vous devriez les examiner après chaque promenade dans des zones de landes ou de forêts pour réduire le risque de transporter des tiques à l’intérieur.

de Lyme et de toute autre maladie contractée par des insectes. Puisque la maladie de Lyme n’est pas la seule infection transmise par des insectes, surveiller les changements, même subtils, dans la texture de la peau, les piqures et les éruptions cutanées devrait devenir une habitude régulière. Les personnes qui travaillent à l’extérieur dans des zones à risque de tiques devraient se protéger soigneusement.

Les tiques sont un problème commun aux animaux, bien que les tiques des animaux ne soient pas forcément les mêmes tiques que celles qui transportent la maladie de Lyme. Peu importe le type, les tiques sont inconfortables pour vos animaux et transportent d’autres maladies, donc examinez la fourrure de votre animal et retirez toutes les tiques que vous trouvez. Examinez bien la peau et donnez-leur un bain régulièrement. Brosser la fourrure permet également de retirer les tiques non attachées.

Si une tique vous a mordu, surveillez les symptômes. Les éruptions cutanées associées à la maladie de Lyme sont un bon indicateur, mais tout le monde ne les développe pas, donc soyez conscient des autres symptômes qui pourraient indiquer une infection. Par exemple, de nombreuses personnes sont victimes de fièvre ou de symptômes grippaux endéans une semaine d’infection par la maladie de Lyme. Maux de tête, fatigue, et engourdissement sont signalés à différents niveaux de sévérité, et les symptômes comme les douleurs articulaires, les complications nerveuses et la confusion sont plus rares, mais plus graves. Surveillez ces symptômes pour limiter les effets de la maladie de Lyme si vous êtes infecté.

10. Surveillez les symptômes Toute personne passant du temps à l’extérieur devrait continuellement surveiller les symptômes de la maladie

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Culture

Festival des traditions du monde de Sherbrooke

Les rythmes du Sahara et les tambours autochtones Après un premier projet interculturel plus que réussi au Maroc en octobre 2017, Marchande d’idées a le plaisir d’annoncer — en partenariat avec le Festival des traditions du monde de Sherbrooke (FTMS) — une nouvelle édition qui aura lieu à Sherbrooke du 10 au 12 août 2018. Ce partenariat permettra d’offrir un séjour d’échanges entre Daraa Tribes de Tagounite dans la vallée du Drâa au sud-est du Maroc et Red Tail Spirit du Canada.

Ce sera la seconde fois que le FTMS offrira une résidence musicale dans le cadre de sa programmation, ayant accueilli plusieurs artistes marocains en 2010 dans le cadre d’un échange avec le Festival Gnaoua et Musiques du monde d’Essaouira. Durant trois jours les groupes Daraa Tribes et Red Tail Spirit puiseront à même leurs expériences et leurs cultures pour créer une pièce musicale inédite qui sera présentée lors de la dernière journée du Festival. Les festiva-

liers seront témoins d’un vrai brassage de culture à travers la musique et lors des ateliers offerts par chacun des groupes ainsi que lors de leurs représentations individuelles.

Il s’agira du premier voyage au Canada pour Daraa Tribes (sélection officielle 2017 de Visa for Music à Rabat au Maroc) représentant cinq tribus différentes: Gnawa, Saharoua, Amazigh, Regaga et Lkaaba. Pour l’occasion, Red Tail Spirit accueillera au sein de leur groupe de tambour, deux musiciens Atikamekw de Wemotaci dans le nord du Québec, le pianiste Simon Denizart ainsi que des danseurs autochtones. Cette année, en plus de la collaboration, Marchande d’idées offre au groupe invité Daraa Tribes des occasions exceptionnelles de partager leur culture et leur patrimoine musical dans les deux plus grandes villes canadiennes, Montréal et Toronto.

Bon à savoir Le projet interculturel entre le Canada et le Maroc se déroulera à Sherbrooke du 10 au 12 août 2018.

Au grand plaisir des festivaliers, une pièce musicale découlant de cette collaboration inédite sera offerte le dimanche 12 août à 17 h 30.

Daraa Tribes est un groupe de fusion tribale et Blues Saharien originaire de la ville oasis de Tagounite dans le sud du Maroc. Ils fusionnent les divers sons tribaux traditionnels respectifs à chacun des membres du groupe avec des instruments modernes pour créer leur propre style musi-

Ces deux événements— un spectacle au légendaire Club Balattou le 15 août à 21 h, lieu de naissance du Festival International Nuits D’Afrique, ainsi qu’une représentation au 17th Annual Small World Music Festival, le 17 août à 20 h—permettront aux gens de découvrir une nouvelle sonorité musicale fusionnant la musique tribale ancestrale du sud Marocain et le blues du désert. « Nous sommes très heureux de participer à ce type de programme de collaboration. Ce sera notre premier voyage au Canada et nous sommes fiers de pouvoir représenter notre culture et de partager la diversité et la paix de différentes tribus de la vallée du Drâa au Maroc. » a déclaré Mustapha Aqermim du groupe Daraa Tribes Ce à quoi Wishe, Red Tail Spirit

cal. Red Tail Spirit est un groupe de tambour autochtone du Canada. Le groupe s’est produit dans plusieurs endroits notamment à Trinité et Tobago, en France ainsi que dans le désert du Sahara au Maroc en 2017. Le groupe est souvent appelé à se

Emplois pour étudiants Le Centre Culturel Algérien (CCA) a le plaisir de vous faire par des deux offres d'emploi suivantes pour étudiants: «Infographiste» et «Organisateur (trice) d’évènements» pour une durée totale de sept semaines débutant la première semaine du mois de juillet, à raison de 35 heures par semaine.

du CCA au 2348 Jean-Talon Est, Suite 307 (Métro Iberville). Les deux postes sont offerts dans le cadre du programme Emploi d'Été Canada 2018. Pour tous les détails et pour soumettre votre candidature (date limite : lundi 25 juin) : http://www.ccacanada.org/evenements/ offres-d-emploi-pour-etudiants-0

Le lieu de travail est à Montréal au siège

29

Atlas.Mtl

a répondu : « Nous avons bien hâte d’accueillir Daraa Tribes sur l’Île de la Tortue. Tout comme Red Tail Spirit, Daraa Tribes est composée de musiciens issus de différentes nations. Il sera fascinant de voir comment tous ensemble, nous réaliserons quelques pièces. Pour y parvenir, c’est l’échange qui sera favorisé. Comprendre les racines de leur style, explorer leurs traditions, exposer les nôtres tout en inté-

produire dans des événements spéciaux. Le Festival des traditions du monde de Sherbrooke tiendra sa 21eédition du 8 au 12 août 2018 au Parc Quintal. Le FTMS propose un voyage à travers tous les continents en musique, danse, gastronomie, artisanat, et bien

grant nos identités personnelles ainsi que notre signature musicale, voilà la formule que nous privilégions. » Informations marchandedidees@gmail.com Facebook: https://www.facebook.com/merchantofideas/ Twitter: @Marchande_idees Website: marchandedidees.ca/

plus. Marchande d’idées interculturelles a pour but de développer un mouvement d’échanges interculturels entre les différentes communautés afin de sensibiliser le public aux bienfaits des échanges, de favoriser le dialogue et de créer des partenariats durables.

À VENDRE Restaurant Pizzeria à Québec. Établie depuis 18 ans, très bon chiffre d'affaire. Contact: 1418-440-7063

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


Loisirs

Que ferez-vous de votre été?

Et si on partait à la découverte du Canada… L’été est définitivement ma saison préférée, je l’attends impatiemment à chaque année. D’ailleurs, une des choses que j’ai trouvée le plus difficile en déménageant au Canada c’est l’acclimatation aux changements climatiques.

L’hiver est long, humide et froid tandis que l’été est court et plus ou moins chaud. Bref, c’est complètement l’opposée dont mon système est habitué en grandissant en Hongrie. Je demande souvent à mes amis canadiens ce qu’ils font pour s’habituer à cet hiver polaire. Ils me répondent qu’ils ne s’y habituent jamais. Par contre, ils essaient de faire des sports d’hiver pour le rendre un peu plus agréable. Moi non plus, je ne peux pas m’y habituer et ça m’affecte dans le sens que pendant l’hiver, je sors moins. En conséquence, je fais moins d’activité. Alors l’été, je fais mon possible pour être dans la nature et profiter du beau temps et du soleil quand je ne suis pas au travail. Dans ce blog, je vais essayer de vous présenter une belle province maritime, le Nouveau-Brunswick, au cas où vous auriez le goût de faire une escapade par ici. Ensuite, je vais partager avec vous mes activités

estivales préférées.

fête de l’Acadie.

Pour parler un peu du NouveauBrunswick, il est bordé au nord par la baie des Chaleurs, à l’est par le golfe du Saint-Laurent et le détroit de Northumberland et au sud par la baie de Fundy. C’est une province relativement petite, avec une superficie de 72 908 km2 , si l’on compare au reste du Canada, mais elle est quand même considérée la plus grande des trois provinces maritimes. Le Nouveau Brunswick compte plusieurs îles, notamment Miscou, l’île de Lamèque, Campobello et Grand Manan avec ses phares. Les plages, les paysages, les parcs, les activités de plein air et la culture acadienne offrent une panoplie de choix à découvrir aux touristes. Les trois plus grandes villes sont Moncton, Saint-Jean et Fredericton qui est la capitale de la province. On y retrouve l’édifice de l’Assemblée législative, la cour d’appel et le Barreau du Nouveau-Brunswick. Il faut aussi mentionner Caraquet qui est la capitale culturelle de la province où a lieu à chaque année le Festival acadien de Caraquet qui est bien connu pour ses événements culturels et pour sa grande

Pour ma part, cet été sera très particulier, car c’est la première fois que je vais passer l’été au complet ici au Nouveau-Brunswick, sans avoir de vacances. Heureusement, j’ai développé vraiment beaucoup d’intérêts pour plusieurs choses et je vais avoir mes soirées et mes fins de semaines de libres. Chaque été, je suis invitée au petit rang, à Saint-André-deRestigouche pour visiter mon amie Colette Beaulieu. Colette a grandi dans le coin, elle a déménagé à Montréal et ensuite à Coteau-du-lac. Après avoir pris sa retraite, elle passe l’été au milieu de la nature dans sa maison d’enfance. Le petit rang a devenu un point de rencontre pour toute sa famille, y inclus ses amis. J’y étais moi-même en deux reprise et je trouve ça toujours très reposant. J’aime beaucoup converser avec Colette, elle est vraiment ma meilleure confidente. C’est une personne qui ne qu’enrichir la vie des gens. J’espère que je vais être capable de lui rendre rendre une visite cet été pour un couple de

30

Atlas.Mtl

jours. Une des activités que j’apprécie pendant l’été est de me balader et découvrir le coin. J’ai beaucoup vu jusqu’à maintenant, mais je n’ai point tout vu. Je suis vraiment partante pour quoi que ce soit : courir au Parc Irishtown à Moncton, randonner au Fundy ou relaxer à la plage Parlee. Dernièrement, j’ai commencé à jouer au soccer avec des gens de la communauté sur un terrain de soccer à côté d’une école. C’est tellement plus agréable de se remettre en forme et de faire de l’exercice en groupe plutôt que

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

seule. Personnellement, je me sens plus motivée! J’aime beaucoup aussi les activités culturelles et découvrir des artistes locaux, des musiciens et les encourager. J’aime les chaudes soirées d’été dehors, à se rassembler avec des amis autour d’un verre, manger et discuter. Cet été, je ne peux pas planifier grandchose. Alors je vais essayer de me contenter avec des petits plaisirs de la vie et aller avec le courant. Vous faites quoi cet été?


Sports

Football - Coupe du monde 2018

Huit millions de dollars pour les éliminés du premier tour Maintenant que les équipes disputent tour à tour leur troisièm match dans cette Coupe du monde de la FIFA, certaines apprennent à regret qu’elles devront quitter la Russie au terme de la phase de groupe. Mercredi, l’Égypte, le Maroc et l’Arabie saoudite ont été les premières formations à voir leurs espoirs d’un parcours en phase éliminatoire s’évanouir, mais elles repartiront malgré tout avec la rondelette somme de 8 millions de dollars américains. Il est bien connu que les gagnants de la Coupe du monde ont l’honneur de soulever le fameux trophée en or créé par l’artiste italien Silvio Gazzaniga ils doivent le rendre ensuite et ne peuvent rapporter qu’une réplique à la maison. Ce qui l’est moins, c’est que toutes les équipes qui participent à la phase finale de la Coupe du monde reçoivent un chèque, dont le montant dépend de leur classement final. Cette année, les équipes qui ne parviendront pas à obtenir leur laissez-passer pour les huitièmes de finale toucheront 8 millions de dollars. Les montants des chèques augmentent ensuite graduellement, atteignant 24 millions pour les troisièmes, 28 millions pour les finalistes et 38 millions de dollars pour les champions. À ces sommes s’ajoutent 1,5 million de dollars remis à chaque association pour la préparation de son équipe nationale en vue de la phase finale, 209 millions distribués aux clubs qui rendent leurs joueurs disponibles pour la Coupe du monde et 134 millions versés à ces mêmes clubs pour compenser des blessures subies lors du parcours international de leurs protégés. Toujours plus d’argent Mises ensemble, toutes ces contributions financières forment une imposante cagnotte, dont la

taille n’a cessé d’augmenter au fil des ans, passant de 20 millions en Espagne en 1982 à 791 millions pour le tournoi russe. Il faut dire que les règles ont évolué avec le temps : la FIFA a d’abord calculé les montants remis à partir du nombre de matchs disputés, jusqu’à ce qu’elle décide de diviser les prix en argent selon le classement. Et si vous trouvez que la FIFA est particulièrement généreuse avec ses équipes, dont certaines sont composées de joueurs déjà multimillionnaires, dites-vous qu’elle passe pour une pingre face à la Premier League anglaise ou à la Ligue des champions de l’UEFA, dont le total des prix en argent s’élève respectivement à 2,9 et 1,6 milliards de dollars. Cette bonté hors norme

est surtout attribuable aux très lucratifs contrats de télédiffusion. Certaines équipes devront donc plier bagage sous peu, mais les Iraniens, eux, n’ont pas voulu être forcés de repartir avec leur chèque trop tôt. Opposés à l’Espagne, ils ont offert mercredi une impressionnante démonstration de jeu défensif, se repliant dans leur territoire et repoussant toutes les attaques adverses pendant la moitié de la rencontre. À plusieurs moments, la formation iranienne au grand complet s’est même retrouvée dans la surface de réparation, ce qui a obligé les Espagnols à manoeuvrer dans un espace réduit. Le match nul que l’Iran convoitait lui a finalement échappé à

31

Atlas.Mtl

la 54e minute, lorsque Diego Costa est parvenu à se faufiler parmi les défenseurs et à inscrire un but peu élégant, mais fort important. Ce fut suffisant pour permettre à l’Espagne de l’emporter 1-0. Les Iraniens peuvent encore espérer se classer parmi les deux premières équipes du groupe B, mais les parieurs ne sont pas derrière eux : ils affronteront le Portugal lors de leur troisième rencontre, tandis que l’Espagne se mesurera au Maroc. Plus tôt dans la journée, le Portugal et l’Uruguay ont tous les deux remporté leur match 1-0. Cristiano Ronaldo a inscrit son quatrième but du tournoi face au Maroc, tandis que Luis Suarez a permis aux Uruguayens d’obtenir les trois points face à

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

une Arabie saoudite bien plus vigoureuse que lors de son humiliante défaite de 5-0 contre la Russie. Les Mexicains et les Serbes mis à l’amende La FIFA a imposé des amendes de 10 000 $US aux fédérations de soccer mexicaine et serbe en raison du comportement de leurs partisans dans les gradins. Les Mexicains ont entonné des chants « discriminatoires » et « insultants » lors de la première mi-temps du match contre l’Allemagne, tandis que les Serbes ont affiché une bannière « politique » et « offensante » pendant la rencontre Serbie-Costa Rica, indique le communiqué diffusé par la FIFA.


Sports

Football - Coupe du monde 2018

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste… Cristiano Ronaldo, l’homme par qui tout peut arriver… Il se laisse tomber sur le terrain un peu trop facilement au goût de certains, il n’hésite pas à se plaindre aux arbitres ou à ses propres coéquipiers, il est loin d’être modeste, mais il faut donner à Cristiano Ronaldo ce qui lui revient. Le no 7 est un formidable marqueur de buts, assurément l’un des meilleurs que le soccer international ait jamais connu.

Quand on regarde les statistiques de ce duel Portugal-Espagne, on se demande presque comment les Portugais sont parvenus à arracher un match nul aux Espagnols. Pendant une bonne partie de la rencontre, la Furia Roja a mis en application son étourdissant jeu de passes, gardant possession du ballon plus de 60 % du temps et réussissant 677 passes, contre 320 pour les Portugais. Après le jeu souvent erratique du match d’ouverture Russie-Arabie saoudite, l’Espagne a rappelé aux partisans de la planète pourquoi la

Coupe du monde vaut la peine d’être regardée tous les quatre ans. Elle y est allée de remises millimétrées, de ballons aériens contrôlés sans peine et de combinaisons lui permettant d’attaquer ou de se sortir du pétrin sans peine.

Sur papier, donc, ce match aurait dû appartenir aux Espagnols. Mais c’était sans compter Ronaldo, qui a une fois de plus porté son équipe sur ses épaules. La vedette portugaise a parfois ébloui — quel coup franc — ou joué de chance — merci David De Gea —, mais a trouvé le moyen de marquer dans les moments opportuns. Face à la cohésion espagnole, la contreattaque est pratiquement la seule stratégie envisageable. Encore faut-il quelqu’un pour faire bouger les cordages, et les Portugais savent sur qui ils peuvent compter. « Je suis incroyable » Cinq fois gagnant du Ballon d’or, qui récompense le meilleur joueur

de soccer de l’année à travers le monde, Ronaldo a marqué 84 buts au cours de sa carrière avec l’équipe du Portugal, dont 6 en phase finale de la Coupe du monde. Les trois filets de vendredi lui ont d’ailleurs permis d’inscrire son nom dans le livre des records, et quatre fois plutôt qu’une.

L’attaquant est devenu le premier joueur à marquer au moins un but lors de huit tournois majeurs consécutifs, le joueur le plus âgé à inscrire au moins trois buts dans un même match lors d’une Coupe du monde, le joueur européen ayant marqué le plus de buts internationaux (84), à égalité avec Ferenc Puskás — qui appartient à une tout autre époque — et le quatrième joueur de l’histoire du Mondial à marquer au moins une fois dans quatre phases finales différentes. Ces nouveaux honneurs individu-

els ne pourront que gonfler encore davantage son estime de luimême, qui transparaît dans les nombreux documentaires consacrés à sa carrière. Comme celui diffusé en 2017 par la British Broadcasting Corporation (BBC), dans lequel il explique que ses

succès ne tombent pas du ciel. «Tout ceci arrive pour une raison, affirme-t-il avec assurance. Parce que je suis incroyable. Pas seulement cette année. Je suis toujours le meilleur.»

Football - Coupe du monde 2018

Ne faites surtout pas de pronostics! Le soccer se joue à 11 contre 11, et en Coupe du monde masculine, selon les oracles (humains, animaux ou machines), cette fois encore, c’est l’Allemagne qui l’emportera. La prévision se vérifie de plusieurs bords alors que commence en Russie la version 2018 du championnat mondial opposant 32 équipes nationales. Le Brésil, l’Espagne et la France se démarquent aussi dans certaines prédictions plus ou moins rationnelles. L’époque veut évidemment que l’intelligence artificielle soit mise à profit pour voir venir jusqu’à la grande finale du 15 juillet. Une machine à penser construite par des chercheurs de Dortmund a jonglé avec 100 000 variantes de victoire à différentes étapes du tournoi mondial, mais aussi avec un tas de facteurs comme le PIB et la population des 32 pays en lice, pour donner la Mannschaft championne. Dortmund, c’est en Rhénanie-

du-Nord–Westphalie, mais bon, les savants ne sont pas nécessairement partisans. Dans cette projection informatisée, le principal obstacle au second parcours parfait de suite du titulaire allemand du titre se situerait en quart de finale contre l’Espagne. Même les banques d’argent s’y mettent en utilisant leurs équipes de mathématiciens et d’informaticiens normalement vouées aux investissements. La banque Suisse UBS a fait jouer 10 000 tournois virtuels pour ultimement désigner l’Allemagne championne. Goldman Sachs a développé un modèle basé sur le nombre de but en coupe mondiale depuis 2005 pour plutôt choisir le Brésil. La Dutch Bank est restée dans ses rails en utilisant la valeur marchande des équipes comme variable de base. À ce compte, l’Espagne l’emportera. Les experts des médias plus ou moins spécialisés en rajoutent. Un quatuor de connaisseurs de RDS a dévoilé ses prévisions mardi soir : l’Allemagne était

positionnée en finale trois fois et gagnante deux fois sur quatre.

Les agences de pari en ligne montrent que le public suit le courant. OddsShark.com permet de miser sur les 64 rencontres du tournoi pour placer deux équipes en position de l’emporter, le Brésil et l’Allemagne, cette fois avec une légère faveur à l’équipe brésilienne. La permutation récente en tête est justifiée par la défaite de la Mannschaft contre l’Autriche. Suivent ensuite dans ce pool l’Espagne, la France, l’Argentine et la Belgique. Une autre agence, Sportytrader. com, mise sur l’Espagne gagnante, avec le Brésil en deuxième place. Dans ce portrait, l’Allemagne se retrouverait en troisième position. Achille le chat La tradition des prédictions footballistiques veut aussi que les animaux s’en mêlent. Cette fois, l’attention se porte sur

32

Atlas.Mtl

Achille le chat, minou tout blanc et sourd, intronisé devin officiel du Mondial 2018 par le pays hôte. Avant cette position recherchée, Achille chassait les souris au musée de l’Ermitage. L’augure à poil prédisait une victoire de la Russie en match inaugural contre l’Arabie saoudite. Facile. Paul le poulpe de l’aquarium d’Oberhausen a fasciné le monde avec ses étonnants pouvoirs divinatoires, qui ont mené à un sans-faute de prédictions à la Coupe du monde de 2010.

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

Quand la défaite de l’Allemagne contre l’Espagne prédite s’est réalisée, la cote de popularité de l’octopode a chuté radicalement dans son pays et les internautes se sont déchaînés méchamment. Les plus vilains perdants ont proposé des recettes de pieuvre grillée, marinée ou en paella, bien sûr. Le soccer se joue à 11 contre 11, et l’Allemagne peut se fâcher quand les oracles prédisent sa défaite et ne se trompent pas…


Sports

Comptable le jour, arbitre le soir Joe Fletcher, seul canadien au mondial russe L’équipe canadienne de soccer ne s’est pas qualifiée pour la Coupe du monde masculine de soccer qui débute ce jeudi, mais le Canada aura malgré tout un représentant. Joe Fletcher, un comptable de 41 ans originaire de Niagara Falls, en Ontario, en sera à son deuxième Mondial à titre d’arbitre assistant. Et lui aussi rêve à la grande finale. Pour tous les joueurs de soccer de la planète, même les plus talentueux, le fait de participer à la Coupe du monde de soccer a une signification particulière. C’est en quelque sorte une consécration, la preuve que vous faites partie de l’élite du sport le plus pratiqué au monde. Et ce n’est pas différent pour Joe Fletcher. « La Coupe du monde, c’est la plus grande compétition dans laquelle on peut être. Ce n’est pas seulement suivi par les gens qui aiment le soccer. Tous les quatre ans, tout le monde devient un fan de soccer, a-t-il expliqué au Devoir deux semaines avant le coup d’envoi de l’événement présenté en Russie. Quand vous êtes à la Coupe du monde, vous savez que chaque match est regardé dans plus de 200 pays, pas seulement deux ou trois. » Comptable le jour, arbitre le soir Dans la vie de tous les jours, Joe Fletcher enfile un veston pour aller travailler dans un cabinet comptable de St-Catharines, une

municipalité située en bordure du lac Ontario. Mais le soir et la fin de semaine, il troque sa cravate pour son uniforme d’arbitre et il applique les Lois du jeu lors de matchs de très haut niveau. Depuis qu’il a obtenu son écusson de la FIFA en 2007, il a notamment été arbitre assistant lors de deux finales de la Major League Soccer (MLS), de matchs de la Ligue des champions de la CONCACAF (la confédération qui regroupe l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et les Caraïbes) et de rencontres de la Coupe des confédérations de la FIFA. Il a pris part à sa première Coupe du monde en 2014 au Brésil et il est de retour cette année, sans savoir exactement ce qui l’attend. Il sera assurément arbitre assistant, sur les lignes de touche ou à la reprise vidéo, mais il ne connaît pas le nombre ni la date des parties lui seront assignées. En effet, pour éviter le trucage de matchs, la FIFA n’annonce que deux jours avant chaque rencontre qui seront les officiels en poste. « Je sais ce qui m’attend parce que c’est ma deuxième expérience, mais chaque fois, c’est une grande aventure », souligne-t-il. Gravir les échelons Seule une poignée d’arbitres canadiens ont eu la chance de particip-

er à la Coupe du monde masculine de soccer. Et du lot, M. Fletcher est le tout premier à être né au pays. Il a fait ses débuts en arbitrant des matchs locaux alors qu’il était adolescent, sans se douter de ce qui l’attendait. « Au départ, je ne rêvais pas nécessairement d’être arbitre à un haut niveau, mais à mesure que j’ai avancé, j’y ai pris goût et j’ai commencé à y croire », raconte-til. Il a roulé sa bosse pendant des années, jusqu’au jour où il a attiré l’attention des responsables de l’arbitrage international. « Si vous faites bien, vous êtes promus. Et quand vous arbitrez un gros match, vous pouvez être certain que des responsables sont là pour vous regarder. » À l’approche de la Coupe du monde 2018, il s’est soumis à un entraînement intense, comparable à celui d’un athlète professionnel. La flexibilité et l’endurance sont primordiales, mais à son avis, c’est la vitesse qui compte le plus pour être en mesure de ne rien manquer sur les lignes de touche.

En Russie, Joe Fletcher devrait être appelé à se pencher sur des reprises vidéo, qui seront utilisées pour la première fois lors d’une Coupe du monde masculine de soccer. L’arbitre central pourra y faire appel dans seulement quatre situations : après un but marqué, pour accorder ou non un tir de pénalité (« penalty »), pour décerner un carton rouge direct ou pour corriger une erreur d’identité d’un joueur sanctionné.

« Mon but est d’être le plus rapide possible. On ne peut jamais être parfait, mais je veux être le plus près de l’action possible au moment de prendre de grosses décisions. »

L’arrivée de l’assistance vidéo — qui dénature le sport selon les uns et qui le fait entrer dans la modernité selon les autres — est une bonne nouvelle, estime M. Fletcher. « S’il y a une erreur sur le terrain que 1000 personnes ont vue et que tout le monde est d’accord, on sera en mesure de la voir. »

Arrivée des reprises vidéo

Comme tout officiel qui se

33

Atlas.Mtl

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

respecte, M. Fletcher n’est visiblement pas de nature très nerveuse. Il répète que la Coupe du monde est pour lui « une grande aventure » et qu’il veut simplement faire de son mieux à chacun des matchs qui lui seront confiés. Il y a quatre ans, il a pu voir le trophée du tournoi de près, mais c’est à partir des gradins qu’il a assisté à la finale. Il espère que l’histoire sera différente cette année, et que sa bonne tenue lors de la compétition forcera la main des responsables de la FIFA. « C’est certain que tous les arbitres rêvent de prendre part à la finale de la Coupe du monde. Je serais très heureux d’être choisi, mais je n’aurai pas de regrets si ça n’arrive pas. Tout ce que je peux faire, c’est travailler fort, conclutil. On verra bien. »


Savoirs

Une nouvelle science : la gérontechnologie

Ou quand la technologie se met au service des aînés Le gouvernement de Philippe Couillard entend investir plus de 12,3 milliards de dollars au cours des prochaines années pour « soutenir le vieillissement actif ». Parmi les 85 mesures annoncées lundi par la ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau, on trouve l'intention de soutenir les « innovations en gérontechnologie ».

à peu près 500 sauvetages, affirme Yves Cournoyer, viceprésident de l'entreprise. « On a sauvé plusieurs vies », renchérit-il.

Le programme Pair

La grande région de Montréal, notamment, n’est pas desservie.

Chaque jour, à 10 h du matin, Mme M.G. reçoit un appel téléphonique. Ce n’est pas un membre de sa famille ou une amie qui veut prendre des nouvelles : c’est un robot. Mme M.G. 91 ans, est abonnée au programme Pair. Si elle ne répond pas, le système téléphonique tente de la rappeler 10 minutes plus tard. S’il n’y a toujours pas de réponse, un troisième appel est lancé. Après, un proche, qu’il s’agisse d’un ami ou d’un voisin, est appelé par la centrale pour aller voir si tout se passe bien. En dernier recours, c’est la police qui débarque. Elle dit ne pas être peureuse. Mais « Ça soulage les proches de ces soucis de nous savoir vivre seule, et de craindre qu’il arrive quelque chose». Surtout qu’elle connaît des gens qui ont eu des accidents à la maison et qui ont été secourus tardivement. « J’en connais même une qui est décédée, et on l’a retrouvé trois jours plus tard », dit-elle. Le système téléphonique auquel elle est abonnée, comme environ 6000 autres personnes au Québec, est un bon exemple de ce que l’on nomme une gérontechnologie, soit une technologie au service des personnes âgées. C’est l’entreprise Somum Solutions qui a développé le logiciel au début des années 1990. « Depuis 30 ans, on a fait

Le problème du service, c’est qu’il est peu connu, admet M. Cournoyer, qui aimerait voir plus de 100 000 personnes âgées en bénéficier.

« Pour environ 2,5 millions de dollars par année, le Québec serait couvert au complet, dit M. Cournoyer, qui surveillera attentivement l’annonce du gouvernement dans le domaine des aînés. Ce n’est pas si cher que ça pour s’occuper de nos personnes âgées. Souvent c’est le seul appel qu’ils ont dans la journée. » Une offre en forte croissance Des produits technologiques destinés aux personnes âgées, Jeff Proteau en a vu beaucoup, la semaine dernière, à la Paris Healthcare Week. « Il y en avait tellement, c’était impressionnant », dit le fondateur de Virus Santé communication, une agence de marketing spécialisée dans le domaine de la santé. M. Proteau a été particulièrement amusé par une peluche en forme de bébé phoque, toute blanche, avec des grands yeux noirs attendrissants. Le petit robot est programmé pour détecter les réactions faciales des personnes âgées ainsi que leurs émotions. Il réagit en se blottissant, à la manière d’un chat, en émettant des ronrons. Selon l’entreprise qui le fabrique, le petit phoque contribue à faire diminuer le sentiment de

solitude chez les personnes âgées seules qui ne sont pas en mesure de s’occuper d’un animal de compagnie bien vivant. Le Québec n’échappe pas au vieillissement de la population qui frappe le monde occidental. Environ un cinquième de la population a, en ce moment, plus de 65 ans. En 2060, ce sera presque un tiers. À cette date, il y aura presque 30 fois plus de centenaires qu’aujourd’hui, indique le gouvernement. C’est dire qu’il y a un marché à prendre pour les entreprises qui offrent aux personnes âgées des produits et services technologiques. La population est vieillissante, alors les technologies médicales qui sont développées en ce moment sont beaucoup influencées par ce facteur-là.Jeff Proteau, stratège en marketing, Virus Santé Communication

34

Atlas.Mtl

« L’usage du numérique par nos aînés, ça ne fait que commencer », estime pour sa part Mélanie Normand, directrice de projets au Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO). Mais, « les aînés sont intéressés, sont curieux, ils ne voient plus ça comme quelque chose qui ne s’adresse pas à eux », dit-elle. Mme Normand a contribué à une étude commandée par le Secrétariat aux aînés du ministère de la Famille, qui a permis de recenser plus d’une centaine d’initiatives québécoises liées à la gérontechnologie. Ça peut être utilisé à toutes sortes de fins, par exemple pour briser l’isolement, inviter les gens à communiquer entre eux, à s’exercer de façon interactive. Il y a toutes sortes d’applications qui peuvent contribuer à rendre un aîné plus autonome ou plus

nº 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

actif dans son milieu de vie. Mélanie Normand, directrice de projets, CEFRIO Selon le CEFRIO, le nombre de personnes de plus de 65 ans qui utilisent des outils technologiques ne fait qu’augmenter d’année en année. En 2016, plus de 63 % des aînés utilisaient internet au moins une fois par semaine. Plus de 40 % d’entre eux possédaient une tablette. Plus d’un tiers communiquaient régulièrement par courriel. Un cinquième utilisait Facebook. Ces données ne font qu’augmenter chaque année. Les jeunes d’aujourd’hui, déjà habiles avec la technologie, sont les personnes âgées de demain, rappelle Mme Normand. Il est à prévoir qu’ils chercheront à répondre à leurs besoins d’abord par la technologie, puisque c’est avec ce réflexe qu’ils auront vécu.


35

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018


36

Atlas.Mtl

nยบ 330 du 28 juin au 11 juillet 2018

Atlas330-web  
Atlas330-web