Page 1

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Pour vos annonces dans le journal Atlas.Mtl:

(514) 962-8527 Courriel: admin@atlasmedias.com Site Web: www.atlasmedias.com

Citoyenneté et immigration

la nouvelle loi enfin adoptée

Page 27

Santé : C’est la saison des moustiques…

Ça pique, ça gratte et ça rend malade

Page 12

Éducation

Philippe Couillard et la «responsabilité» des musulmans canadiens

Mais oui M. le Premier ministre, on peut - mais surtout on doit - dissocier Islam et terrorisme!…

Page 5

Québec adopte une nouvelle Politique de réussite éducative

Page 15

Cyberattaque

Le virus Petrwrap et comment s’en prémunir

Page 18

Finances : Québec : un surplus record de 4,5 milliards $ … … mais pas de baisses d’impôts à l’horizon

Page 7


2

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


À la Une Editeur : Abdelghani Dades. Directeur Général Rachid Najahi. Rédaction : Abdelghani Dades, Narjisse El-Bakkali, Zahira Ellahgui, Mona Doutabaa, Said Chayane, Reda Benkoula Publicité : Pub Smart Conception et Réalisation Graphique : Atlas Média Atlas.Mtl est un produit du. GROUPE ATLAS MEDIA Inc Editeur de. * La Voix des Marocains à Montréal et du site web: www.atlasmedias.com

(514) 962-8527 (514) 994-9582 Courriel: admin@atlasmedias.com Site web: www.atlasmedias.com https://www.facebook.com/ AtlasMedia1

Depuis 2002 Groupe Atlas Media Quinze ans, c’est… • 306 numéros du bimensuel Atlas.Mtl, soit plusieurs milliers d'articles exprimant la sensibilité maghrébine et valorisant la dimension maghrébine de la société dans laquelle nous vivons; • Une soixantaine d'événements identitaires, artistiques, culturels et politiques; • De nombreux débats, colloques, séminaires et conférences, • 129 reportages sur la communauté pour les chaînes de télévision 2M, AlMaghribia, Ai Aoula, Arrayadia; • 365 émissions radio (de 2002 a 2009); • Un site web ayant accueilli plus de 15 millions de visiteurs depuis 2003 • Réseaux sociaux : + 80 000 Fans

Après Wannacry, Petya et Petrwrap …

Une nouvelle cyberattaque mondiale majeure Un peu plus d'un mois après Wannacry, qui avait touché plus de 150 pays, le monde subit à nouveau une cyberattaque "d'une ampleur inégalée". Cette fois, le rançongiciel, ou ransomware, est parti d'Ukraine, mardi 27 juin, et s'est déployé rapidement dans toute l'Europe, aux États-Unis et dans le reste du monde.

Le mode opératoire est similaire à celui de Wannacry. Le virus s'est engouffré dans une faille du système d'exploitation Windows, de Microsoft, précédemment révélée par la NSA. Il paralyse les systèmes informatiques en chiffrant les données, les rendant inaccessibles au propriétaire. Pour les débloquer, il exige une rançon de 300 dollars, payable en bitcoin, une monnaie virtuelle très difficile à tracer. Après avoir réglé, la victime est censée recevoir un code lui permettant de déchiffrer les données. Le rançongiciel (contraction de "rançon" et "logiciel") touche les ordinateurs qui n'ont pas effectué la mise à jour de Windows, et donc vulnérables à la faille de sécurité. 2 millions de serveurs touchés Le virus toucherait environ 2 millions de serveurs dans le monde, d'après les estimations des experts, ce qui fait dire aux experts que le niveau de cette dernière cyberattaque est «sans précédent». Kobi Ben Naim, directeur senior de la cyber-recherche de l'entreprise de cybersécurité CyberAsk Labs, confirme : "Actuellement, ce logiciel malveillant se répand rapidement en utilisant la vulnérabilité appelée "Eternal Blue" présente dans les systèmes Microsoft. La puissance de cette méthode d'infection est telle qu'elle a les capacités d'engendrer des dommages d'une ampleur jamais vue auparavant".

3

D'après plusieurs entreprises de cybersécurité, le danger vient aussi du fait que la mise à jour de Windows peut ne pas s'avérer suffisante. "Si un utilisateur clique malencontreusement sur un lien infecté par le virus, le logiciel malveillant infiltrera le réseau". Il peut donc infecter les ordinateurs "sains" à proximité. Il s'agit donc d'une version encore plus évoluée de Wannacry, mais aussi de Petya, un virus qui avait frappé l'an dernier, que les experts appellent Petrwrap, ExPetr ou NotPetya: "Les premiers indicateurs montrent que le ransomware en question écrase le MBR [master boot record, ou premier secteur adressable d'un disque dur, NDLR] de la même manière que Petya, s'appuie sur la faille d'exploitation EternalBlue comme Wannacry, et utilise plusieurs moyens de se déployer à travers un réseau, notamment via les outils d'administration Windows," explique l'entreprise de cybersécurité Proofpoint. Des entreprises prises pour cible Moins de 24 heures après son lancement, les dégâts de cette cyberattaque sont déjà impressionnants. Selon l'éditeur de solutions de cybersécurité Kasperky, l'Ukraine est le pays le plus touché devant la Russie et, dans une moindre mesure, la Pologne et l'Italie. En Russie et en Ukraine, Petrwarp a attaqué des dizaines de cibles aussi variées que des banques, les fabricants des confiseries Mars, onze supermarchés ukrainiens du groupe de distribution Auchan et des structures gouvernementales ukrainiennes, d'après l'entreprise russe de cybersécurité Group-IB. Le géant pétrolier russe Rosneft a

Atlas.Mtl

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

dû recourir à un serveur de secours. Le système de surveillance des radiations de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl a été infecté, obligeant ainsi à revenir à des mesures manuelles de la radioactivité. De nombreuses entreprises ont aussi subi des pannes informatiques à cause du virus, à l'image du transporteur maritime Maersk ou du laboratoire pharmaceutique Merck aux Etats-Unis, dont le système informatique a été "compromis". Des salariés allemands de Nivea ont dû cesser le travail. Le courant a été coupé dans les usines des biscuits Lu et Oreo, qui appartiennent au même groupe. En France, la SNCF ou encore l'industriel Saint-Gobain ont aussi été attaqués. "Nous sommes attaqués mais pour l'instant, nous résistons. Les équipes sont sur le pont", a indiqué la SNCF. Parisien. Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête de flagrance (c'est-à-dire dans l'urgence et motivée par le constat d'un flagrant délit) pour "accès et maintien frauduleux dans des systèmes de traitement automatisés de données", "entrave au fonctionnement" de ces systèmes et "extorsions et tentatives d'extorsions". De son côté, l'État français estime qu'il est "trop tôt" pour prendre des mesures mais des sources officielles indiquent que "des équipes travaillent à analyser cette attaque" décrite comme "industrialisée et automatisée, fondée sur une analyse très intelligente des réseaux pour détecter les faiblesses existantes". (Lire également page 18)


4

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Focus

Philippe Couillard et la «responsabilité» des musulmans canadiens

On peut, mais surtout on doit, dissocier Islam et terrorisme!…

Réagissant jeudi 22 juin 2017 à l’attentat survenu la veille dans un aéroport américain, le premier ministre jeudi, Philippe Couillard a provoqué de nombreuses réactions dans la communauté musulmane en appelant «les musulmans à prendre leurs responsabilités» face aux attentats commis au nom de l'islam». D’ordinaire très prudent sur ce sujet, le premier ministre a déclaré qu'on « on ne peut pas dissocier cet acte-là de la version pervertie de l’islam radical, que certains, dans cette communauté religieuse font circuler ».

Il a aussi repris les propos du président français Emmanuel Macron affirmant que si la société d’accueil a une responsabilité d’inclusion, une responsabilité de sécurité et de prévention, la communauté musulmane a également la responsabilité de dénoncer la perversion de la religion, à savoir l’islam, que certains « utilisent pour commettre des actes inexcusables et impardonnables ». Ces déclarations ont étonné, voir choqué, les associations musulmanes habituées à des discours plus inclusifs et modérés de la part du chef du gouvernement québécois et dont ces derniers propos, ont été qualifiés de «malheureux» par les uns, «d'inacceptables» par les autres … « Le terrorisme n'a pas de religion » « Les déclarations de M. Couillard sont des déclarations malheureuses. […] Ce n’est pas le M. Couillard qu’on connaît et je ne vais pas lui prêter des intentions. Par contre, ça ne reflète pas la réalité », a déclaré l’imam Hassan Guillet, porte-parole du Conseil des imams du Québec. «M. Couillard est le premier minis-

Philippe Couillard tre du Québec et il ne pouvait pas contrôler des actes commis par des individus comme Alexandre Bissonnette. Comment peut-il demander à des gens comme vous et moi de contrôler 1,6 milliard de musulmans à travers le monde?» a affirmé M. Guillet. « Malheureusement, c’est loin de la vérité. Non seulement on peut dissocier Islam et terrorisme, mais on doit les dissocier. (…) C’est comme le feu et l’eau, ça ne se mélange pas. L’islam est une religion de paix, le terrorisme c’est un crime haineux. Même s’il y a certaines personnes qui prétendent être musulmanes, qui commentent des crimes, on ne peut pas dire, c’est l’islam » a-t-il poursuivi, avant de conclure que «Le terrorisme n’a pas de nation, pas de religion, le terrorisme n’a pas d’appartenance ethnique».

Propos «choquants» La surprise était aussi palpable dans la réaction de Samah Jabari, porte-parole du Forum musulman canadien. Pour elle, les propos de Philippe Couillard sont «un peu surprenants et choquants» pour un premier ministre. Selon Mme Jabari, l’islam et le terrorisme sont un amalgame presque automatique lorsque la violence survient, mais beaucoup oublient que les musulmans sont très souvent les premières victimes de ces actes terroristes. «On entend parler de l’islam aussitôt qu’il y a de la violence, aussitôt qu’il est question de terrorisme, on oublie que les musulmans sont souvent les premières victimes. Il y a beaucoup d’incidents dont les victimes sont des musulmans» a

également tenu à rappeler Mme Jabari. Des «citoyens comme les autres» Pour sa part, Haroun Bouazzi, coprésident de l'Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec, réfute carrément l’existence d’une « communauté musulmane ». Soutenir le contraire serait « essentialisant et donc stigmatisant », selon lui. Sur sa page Facebook, M. Bouazzi rappelle que les Québécois de confession musulmane sont des « citoyens comme les autres » et quand ils « voient qu’un crime va être commis, ils appellent le 911 ». Du reste, il signale que « plusieurs arrestations dans un cadre terroriste ont été faites grâce à des ami(e)s, des membres de la famille ou des gens de la mosquée ».

Les propos et les «précisions» du Premier ministre «La responsabilité est partagée», a-t-il fait valoir, considérant que nous avions «tous une responsabilité dans cet enjeu du terrorisme»; «Les musulmans du Québec doivent participer à la lutte contre le terrorisme» avait affirmé le premier ministre.

«Malheureusement, on ne peut pas séparer ce type d’événement, le terrorisme, de l’Islam en général», avait-il également

commenté en anglais, poursuivant : «Et je pense que le président Macron a été très éloquent à ce propos quand il s’est adressé à la communauté musulmane de France. Il leur a dit : c’est aussi votre responsabilité d’agir sur le front théologique, d’expliquer à vos gens que ça ne fait pas partie de la religion, que c’est contraire aux enseignements de la religion. Il y a une responsabilité double».

Précisions Quelques heures plus tard, le premier ministre a précisé ses propos en français. La communauté musulmane dénonce déjà les attentats, estime Philippe Couillard. «J’entends régulièrement des imams qui disent que ce n’est pas ça l’Islam, mais il faut le dire très fortement, et surtout,

5

Atlas.Mtl

entre eux également, à l’intérieur même de leurs débats religieux, théologiques, dit-il. Il faut que ce soit dit très, très, très fortement.» Par contre, le premier ministre n’a pas repris l’idée évoquée par Emmanuel Macron de former les imams en France, plutôt qu’à l’étranger. «Je pense qu’on ne veut pas, au Québec, que l’État se mêle directement des religions», a-t-il

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

«Les problèmes terroristes sont des problèmes sécuritaires qui relèvent de la responsabilité de la police et des services secrets. Les communautés musulmanes ne sont ni l’un ni l’autre et n’ont pas vocation à le devenir» a-t-il tenu à préciser. Par ailleurs, Haroun Bouazzi soulève le « sentiment d’exclusion des minorités » et souligne le bilan « pitoyable » du gouvernement en matière de lutte contre le racisme. « Aucune campagne de sensibilisation contre le racisme, aucune formation des services de sécurité concernant les biais inconscients ou le traitement des actes haineux, aucun cours qui parle explicitement de racisme, de sexisme ou d’homophobie obligatoire dans nos écoles, etc. »

fait valoir. Pas de menace Philippe Couillard a également assuré que le niveau de menace n’a pas été relevé au Québec; même si le modus operandi des récents attentats (armes blanches, véhicules, etc.) complique la tâche des autorités et qu’il est «alors difficile de prétendre qu’on contrôle tous les risques».


6

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Finances

Québec : un surplus record de 4,5 milliards $ …

… mais pas de baisses d’impôts à l’horizon 250 millions de dollars de surplus étaient prévus par le budget du Québec, clôturé en mars dernier. Mais en fait ce sont 4,49 milliards de dollars qui ont été dégagés presque un milliard de plus qu’au terme de l’exercice précédent soit 1,1 % du PIB, un record en pourcentage depuis au moins 1970 et un sommet en dollars dans l'histoire du Québec. Sur ce montant, 2 milliards seront investit dans le Fonds des générations. Et il restera encore près de 2,5 milliards d’excédent soit 10 fois plus que prévu. Mais les contribuables ne doivent pas pour autant se mettre à rêver à des baisses d'impôt à court terme. L'argent dégagé sera plutôt dirigé vers la réserve de stabilisation pour les imprévus, où il y a déjà 2,4 milliards de dollars, affirme le ministre des Finances, Carlos Leitao. 4,7 milliards de dollars en réserve « Nous aurons 4,7 milliards de dollars dans cette réserve, a-t-il expliqué au cours d'une conférence téléphonique. S'il y a des accidents, nous n'aurons pas besoin de modifier notre cadre financier. » Le grand argentier de la province a donné l'exemple des inondations

qui ont récemment ravagé plusieurs régions du Québec ainsi que du conflit canado-américain sur le bois d'oeuvre, qui a forcé Québec à allonger jusqu'à 300 millions de dollars pour épauler l'industrie forestière. À moins d'un an et demi du scrutin d'octobre 2018, M. Leitao, qui a déjà été nommé deuxième meilleur prévisionniste au monde par l'agence Bloomberg en 2008, s'est défendu d'avoir été trop prudent dans ses estimations budgétaires. Ces données préliminaires figurant dans le rapport mensuel des opérations financières gouvernementales, qui sera publié jeudi, seront confirmées à l'automne une fois qu'elles seront passées sous la loupe de la vérificatrice générale. M. Leitao a écarté la possibilité d'utiliser l'excédent supplémentaire pour annoncer des baisses d'impôt dans sa prochaine mise à jour économique. « Il y aura des mesures additionnelles dans cette mise à jour, mais elles se feront à l'intérieur du cadre financier du budget (déposé le 28 mars dernier) », a-t-il expliqué. Plus de revenus, moins de dépenses L'écart entre les données budgétaires de mars et celles dévoilées jeudi s'explique notamment par

une hausse de l'impôt versé par les entreprises, des recettes plus élevées tirées des sociétés d'État et par la croissance des revenus autonomes. Les entreprises ont versé 5,3 milliards de dollars en impôts au cours de l'année financière terminée le 31 mars, soit 292 millions de dollars de plus que les 4,59 milliards de dollars prévus dans le budget. « C'est volatile et c'est souvent à la fin de l'année fiscale [...] et après avoir effectué tous les ajustements qu'on se rend compte qu'il y a des montants additionnels importants », a analysé M. Leitao. Québec a également récolté 229 millions de dollars supplémentaires par l'entremise de ses sociétés d'État comme Loto-Québec et la Société des alcools du Québec. En ce qui a trait aux dépenses de programmes, le gouvernement Couillard dit avoir injecté ce qui avait été prévu, mais il n'a pas touché au fonds de suppléance, ce qui permet notamment de dégager 633 millions de dollars. Les données font également état d'un écart favorable de 879 millions de dollars au chapitre des fonds spéciaux – comme le Fonds vert – et d'organismes non budgétaires. Dans certains cas, cela

Des finances publiques pas «vraiment solides»?... Le premier ministre Philippe s'est réjoui du surplus de 2,5 milliards $ annoncé dans le rapport mensuel des opérations financières gouvernementales, mais ne compte pas en faire plus pour remettre de l'argent dans les poches des contribuables québécois.

«C'est déjà fait» a-t-il soutenu lors d'un point de presse à Québec, jeudi 22 juin, durant lequel il a prôné «la prudence et la retenue dans la gestion des finances publiques».

L'abolition de la taxe santé ainsi que le relèvement de l'exemption de base équivalent, ensemble, à

Carlos Leitao s'explique par des dépenses qui n'ont pas été effectuées au cours de l'année financière, alors que dans d'autres, les revenus ont dépassé les attentes. « [Ces] dépenses seront effectuées », a assuré M. Leitao. De leur côté, les dépenses de programmes ont été de 67,6 milliards de dollars, en progression de 3 %. Le budget faisait état de dépenses de programmes de 68,2 milliards de dollars, en hausse de 3,8 %.

1,2 milliard $ de baisses d'impôt pour les particuliers, a calculé M. Couillard, en ajoutant qu'une famille qui gagnait 80 000 $ par année s'était vue remettre 510 $.

les missions du gouvernement étaient «bien soutenues», il voudrait «alléger encore le fardeau fiscal des Québécois, qui demeure un des plus élevés».

Mais le chef du gouvernement a avancé que si, à moyen terme, les finances publiques devenaient «vraiment solides» et que

M. Couillard s'est dit «excessivement fier» du travail de son gouvernement, soutenant qu'il avait réussi à dégager un surplus de

7

Atlas.Mtl

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Par ailleurs, bien que le Québec réalisera des économies en frais d'intérêts, étant donné que l'agence de notation Standard & Poor's vient d'augmenter sa cote de crédit à AA, le ministre des Finances a dit qu'il n'était pas encore en mesure de chiffrer ce montant. M. Leitao a estimé qu'il devrait y avoir un « certain impact » positif sur le service de la dette au cours de l'exercice en cours. Il devrait être plus visible à compter de l'année financière 2018-2019, a-t-il ajouté.

2,5 milliards $ — 10 fois plus élevé que prévu dans le plus récent budget — en raison de «la bonne gestion, de la bonne santé de l'économie et des rentrées fiscales des entreprises».


8

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Finances

Gouvernement fédéral

La «responsabilité fiscale » plutôt que «l’équilibre budgétaire»…

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, refuse de fixer une date sur un éventuel retour à l'équilibre budgétaire. M. Trudeau a préféré insister, lors de son bilan des travaux parlementaires, sur l'importance de redonner de l'argent à la classe moyenne et d'investir dans les infrastructures afin de faire croître l'économie canadienne.

par une croissance économique, mais qu’elle se ferait sentir à moyen et long terme. « Je crois que les Canadiens comprennent que nous fondons nos politiques sur le long terme lorsque nous créons un programme d’investissement en infrastructures, en innovation et dans les transports en commun », a-t-il indiqué.

ces initiatives par le fait qu’elles aient été « imposées depuis Ottawa ».

« Nous avons été les seuls au cours de la dernière campagne électorale à ne pas nous concentrer sur l’atteinte de l’équilibre budgétaire à tout prix, peu importe les répercussions », a déclaré M. Trudeau en conférence de presse depuis Ottawa. « Nous avons dit que nous allions investir pour faire croître l’économie, pour redonner de l’argent aux gens de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour y parvenir. »

«Ce sont des choses qui mettent du temps à mettre en œuvre, qui prennent du temps à se faire sentir, mais ils auront des répercussions sur des décennies» a dit le Premier ministre.

M. Trudeau espère notamment faire en sorte que les communautés autochtones aient toutes accès à de l'eau potable.Il se donne cinq ans pour qu'enfin, elles ne soient plus aux prises avec des avis d’ébullition.

Le premier ministre préfère parler de « responsabilité fiscale » plutôt que d’équilibre budgétaire. « Bien sûr, nous travaillons à faire croître l’économie pour tous les Canadiens et nous ferons toujours preuve de responsabilité fiscale », a-t-il ajouté. Infrastructures et innovation Le premier ministre Trudeau a également indiqué que les mesures et les investissements effectués par son gouvernement se traduiront

Il a souligné que les réductions d’impôts consenties à la classe moyenne avaient des impacts plus immédiats qui permettront à ces Canadiens d’améliorer leur sort à moyen et long terme. « Nous ne voulons pas nous concentrer uniquement sur le court terme tout en nous assurant que nous aidons les Canadiens dans l’immédiat ». De l’eau potable pour les communautés autochtones Au cours de l’histoire canadienne, a plaidé le premier ministre, le gouvernement a tenté d’aider les communautés autochtones avec des solutions qui étaient peut-être de « bonne foi », mais dont les conséquences se sont avérées désastreuses. Il a expliqué l’échec de

Le premier ministre envisage d’aider la cause des communautés autochtones en agissant directement sur le terrain et en modifiant la nature des relations entre le gouvernement fédéral et les peuples autochtones.

Il entend également améliorer leurs infrastructures, en construisant des écoles et en envoyant dans les communautés plus de travailleurs sociaux et de travailleurs en santé mentale. « Ce sont des mesures qui les aideront immédiatement », a indiqué M. Trudeau, ajoutant : « Parallèlement, nous devons changer la nature de notre relation qui doit évoluer vers une relation de partenariat».

Justin Trudeau

Dans cette nouvelle relation, a-t-il expliqué, les communautés seront à même d’identifier les services dont elles ont besoin et la façon dont elles souhaitent les recevoir.

nous voulons être sincères à propos de notre réconciliation - en leur imposant notre vision de ce dont ils ont besoin et la façon dont ils doivent dépenser cet argent. Ce n’est pas à Ottawa de faire ça », poursuit Justin Trudeau « C’est pourquoi nous travaillons à développer les capacités de ces communautés, que nous travaillons à développer des organes décisionnels afin qu’ils prennent leurs propres décisions », a-t-il ajouté.

« Nous ne pouvons faire ça - si

Le premier ministre souhaite

9

Atlas.Mtl

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

entamer un dialogue avec les communautés autochtones afin qu’elles décident de l’utilisation des ressources que le gouvernement met à leur disposition. « Nous avons mis des centaines d’années pour arriver au point où nous en sommes aujourd’hui et il faudra encore des générations pour ce legs historique. Cependant, pour en arriver à un vrai changement pour les communautés autochtones, il faut leur permettre d’avoir le dernier mot en ces matières. »


Votre argent

Documents et factures

Que garder et combien de temps?

Chaque acte financier de notre vie quotidienne se traduit par la production d’un papier : reçu, facture, déclaration, relevé etc.

Ces documents ne sont pas toujours utiles; mais jamais totalement inutiles. En fait, on doit les conserver à fins utiles; mais tous n’ont pas la même durée de vie. Voici donc un petit guide pratique de la conservation de nos papiers. À garder toute la vie Testament et actes notariés Votre notaire conserve une copie de tous les actes que vous avez signés dans son cabinet: testament, actes de donation de biens immobiliers, acte notarié d’hypothèque, etc. Gardez tout de même dans vos archives un exemplaire de tous ces documents. Ils pourraient servir de preuve lors d’un divorce ou d’un partage de patrimoine familial. Carnets de santé et de vaccination Ils vous accompagneront tout au long de votre vie, car ils contiennent des informations importantes sur votre santé, utiles en cas d’accident ou d’hospitalisation. Actes et certificats de naissance Bien qu’il soit possible de demander des copies des documents d’état civil, ce n’est pas toujours facile de les obtenir, en particulier si vous avez déménagé ou changé de pays. Ne jetez jamais ces documents.

Certaines institutions pourraient vous les demander, dont des ministères, au moment de refaire des documents d’identité. Gardez aussi toute votre vie les certificats de mariage et les certificats de décès. Contrats de mariage ou d’union de fait Gardez vos contrats d’union à vie ou jusqu’au jugement de divorce ou de séparation. Ces pièces pourraient être exigées lors d’un renouvellement de passeport, par exemple. Règlements de divorce ou de séparation Ces pièces pourraient être exigées lors d’un renouvellement de passeport, par exemple. Diplômes et relevés de notes Ces documents sont parfois requis lors d’un entretien d’embauche. Si vous les égarez, vous pourrez en demander une copie auprès du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (diplôme d’études secondaires), du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science (diplôme d’études collégiales) ou de l’université concernée. Certains frais pourraient être exigés, notamment par les universités. À garder tant qu’ils sont valides Contrats de location et d’assurance Archivez ces documents tant qu’ils sont valides. Votre ancien contrat d’assurance peut cependant être détruit dès que vous recevez votre renouvelle-

ment. Contrat d’achat d’une maison Conservez tous les documents relatifs à l’achat d’une propriété. Ils seront indispensables au moment de la revente. Si vous perdez le contrat, votre notaire exigera des frais pour le remplacer. Contrat d’achat d’un terrain Conservez tous les documents relatifs à l’achat d’un terrain. Ils seront indispensables au moment de la revente. Si vous perdez le contrat, votre notaire exigera des frais pour le remplacer. Contrat de prêt hypothécaire Gardez le contrat de prêt hypothécaire émis par votre institution tant que celui-ci est en vigueur. Vous pour-

10

Atlas.Mtl

riez aussi vouloir conserver d’anciens contrats afin de comparer les modalités d’emprunt lors d’un renouvellement. Certificats de dépôts et placements Conservez-les tant qu’ils n’ont pas été modifiés. Même chose pour les certificats d’épargne-retraite et d’obligations d’épargne. Factures d’achat de biens Pour les achats importants – automobile, appareils électroménagers, mobilier –, les contrats et factures sont importants parce qu’ils vous permettent de bénéficier de la garantie ou, en cas de dommage, de prouver à votre assureur que vous êtes le propriétaire du bien. Pensez également à reporter sur vos factures les numéros de série des biens achetés pour faciliter une éventuelle réclamation.

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Documents prouvant la garantie Gardez-les tant qu’ils sont valides. Mais n’oubliez pas que, même une fois la garantie terminée, le bien doit pouvoir servir à l’usage auquel il est normalement destiné pendant une période raisonnable. La garantie légale, prévue dans la Loi sur la protection du consommateur, pourrait vous permettre de vous faire rembourser ou échanger un bien défectueux. Passeport La durée de vie d’un passeport est de 5 ou 10 ans, selon ce que vous avez choisi. Si toutes les pages de visas sont remplies avant ce délai, vous devrez présenter une demande pour un nouveau passeport. Libre à vous de conserver

Suite à la page 10


Votre argent

Documents et factures

Que garder et combien de temps? Suite de la page 9

l’ancien pour vous remémorer tous vos voyages! À garder au moins 6 ans Déclaration de revenus Conservez les documents relatifs à vos déclarations de revenus, au fédéral et au provincial, des six dernières années, incluant les pièces justificatives pour les crédits demandés, comme les factures pour des soins médicaux ou l’achat de lunettes. Revenu Québec et l’Agence du revenu du Canada ont trois ans à compter de la date d’émission de l’avis de cotisation pour réviser votre déclaration de revenus. Mais si les autorités fiscales soupçonnent une fraude ou une activité criminelle, elles peuvent retourner en arrière aussi loin qu’il est nécessaire. Relevés de comptes bancaires

Gardez-les au moins aussi longtemps que vos déclarations de revenus. Ils pourraient être utiles pour retracer certaines dépenses.

À gardez au moins 3 ans Bail Conservez votre bail initial et tous les documents qui le modifient ou le renouvellent trois ans après la fin de celui-ci. S’il venait à l’idée de votre ancien propriétaire de vous reprocher la dégradation du logement après votre départ, vous pourrez vous référer aux conditions initiales de location, qui précisent parfois l’état des pièces ou des appareils fournis avec le logement. Reçus de taxes municipales Selon la Loi sur la fiscalité municipale, le délai de prescription est de trois ans pour le recouvrement des taxes. Au-delà de cette période, une municipalité ne pourra pas exiger de paiement rétroactif. Garez

également pendant trois ans vos reçus de taxes scolaires et d’eau. Factures d’électricité, gaz ou mazout Vous constatez une erreur de facturation? Vous avez trois ans pour demander un ajustement (le fournisseur dispose lui aussi du même délai). Il peut toutefois être avantageux de garder vos factures plus longtemps, pour pouvoir comparer vos dépenses d’énergie sur plusieurs années. Contrat de vente d’une maison Dans la mesure où les lois fiscales permettent aux autorités de vérifier vos déclarations des trois dernières années, il est préférable de conserver les documents relatifs à la vente d’un terrain ou d’une maison pendant cette période. Contrat de vente d’un terrain

Dans la mesure où les lois fiscales permettent aux autorités de vérifier vos déclarations des trois dernières années, il est préférable de conserver les documents relatifs à la vente d’un terrain ou d’une maison pendant cette période À gardez un an ou moins Factures de télécoms En règle générale, les fournisseurs de services résidentiels ne font pas de recommandations en ce qui concerne la conservation de leurs relevés. Vous disposerez généralement d’un délai de 90 jours pour contester certains frais facturés. Renseignez-vous cependant auprès de votre fournisseur pour connaître les modalités précises de réclamation. Une exception: si vous êtes travailleur autonome, gardez vos factures aussi longtemps que vos documents fiscaux. Les autorités fiscales peuvent vous réclamer ces pièces justificatives pendant six ans.

Factures de réparation d’électros Si le montant de la réparation dépasse 50 $ (taxes et main-d’œuvre incluses), une garantie de trois mois s’applique, selon la Loi sur la protection du consommateur. En cas de problème, vous disposez donc de ce délai pour demander une nouvelle intervention à votre réparateur. Relevés de transactions bancaires Conservez les relevés de transactions au guichet ou de paiement direct par Interac jusqu’à ce que vous ayez vérifié que la transaction apparaît bien sur votre compte bancaire et qu’il n’y a aucune erreur. Relevés de cartes de crédit Ne gardez que les deux ou trois derniers mois. Assurez-vous qu’ils ne contiennent pas d’erreur.

Hydro-Québec va proposer une tarification variable Hydro-Québec proposera un programme permettant à ses consommateurs de payer des tarifs variables selon les heures de la journée, comme le propose la Régie de l’énergie, mais elle n’est pas certaine de pouvoir l’implanter dès l’hiver.

Dans un rapport sur l’amélioration des pratiques tarifaires récemment rendu public, la Régie de l’énergie propose au gouvernement du Québec de demander à la société d’État de présenter des options volontaires de tarification dynamique en vue d’une mise en application à l’hiver 2018-2019. Le ministre de l’Énergie, Pierre Arcand, dit voir d’un bon œil cette proposition. Hydro-Québec indique donc qu’elle ira de l’avant, tout en précisant que les

délais sont serrés.

« On va regarder les possibilités et on va travailler fort pour respecter l’échéancier, mais on le dit en toute transparence : ça représente un défi », admet le porte-parole de la société d’État, Marc-Antoine Pouliot. Pour qu’un programme volontaire de tarification dynamique puisse s’appliquer l’hiver prochain, il faudrait en principe qu’Hydro-Québec en présente les détails dans sa prochaine demande tarifaire, qui doit être déposée à la fin du mois de juillet. La tarification dynamique permet de faire varier le coût de l’électricité selon le moment de sa consommation, ce qui fait en sorte que l’électricité coûte

moins cher le jour et la nuit, et plus cher le matin et le soir, lorsque la consommation de la province atteint un sommet.

La Régie de l’énergie propose de miser sur un programme qui concernerait les « heures critiques », c’est-à-dire les heures les plus froides de l’hiver pendant lesquelles les Québécois chauffent au maximum.

Économies possibles Reste à voir quel type de programme et quels tarifs HydroQuébec décidera d’appliquer. La société d’État tentera de trouver un juste équilibre pour inciter les clients qui adhéreront au programme à déplacer leur consommation, en mettant la sécheuse en marche le jour plutôt que le soir, par exemple.

Cette recommandation s’appuie sur un projet-pilote mené en 2008 par Hydro-Québec, aux résultats mitigés. Les clients qui pouvaient profiter de tarifs variables selon l’heure de la journée n’ont pas déplacé leur consommation de manière significative, mais ceux qui devaient payer plus cher pour les 100 « heures critiques » de l’hiver ont modifié leurs habitudes.

« Un client qui adhère au programme et qui gère bien sa consommation va avoir des économies, souligne M. Pouliot. Il va y avoir des économies pour le client, pour Hydro-Québec, et par le fait même pour l’ensemble des clients, parce qu’en réduisant la demande aux heures de pointe, on va éviter de coûteuses importations d’électricité. » Le porte-parole

11

Atlas.Mtl

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

fait remarquer que le programme s’appliquera à tous les clients, qu’ils soient résidentiels, commerciaux ou industriels. Selon l’analyste en matière d’énergie à l’Union des consommateurs, Marc-Olivier MoisanPlante, la future tarification dynamique est la bienvenue, à condition qu’elle ne devienne pas obligatoire. « Le fait que la Régie propose de le faire sur une base volontaire est une bonne nouvelle, parce qu’on croit que l’imposition du programme à l’ensemble de la clientèle résidentielle ne ferait pas que des heureux », dit-il. Hydro-Québec soutient que l’imposition de la tarification dynamique à tous les clients n’est pas envisagée.


Santé

C’est la saison des moustiques…

Ça pique, ça gratte et ça rend malade

Les moustiques peuvent être désagréables et gâcher vos vacances si vous n'êtes pas préparé. Mais c’est là un moindre mal; car ces bestioles désagréables peuvent aussi propager un certain nombre de maladie dont certaines graves. Bien sur, on n’est pas tous égaux face aux moustiques. Mais pourquoi donc certaines personnes sont-elles des aimants à moustiques ? Pourquoi tant de haine de la part des ces insectes à qui vous n’avez rien fait ? Comment se protéger ? Vous trouverez ci-après quelques réponses utiles à ces questions lancinantes et piquantes. Le moustique Après la copulation et pour amener ses œufs à maturation, le moustique femelle a besoin d’un grand apport de protéines. Pour ce faire, elle part en quête d’un repas de sang !

En fonction de son espèce, la bestiole va s’orienter vers les chevaux, les chiens ou les humains. Guidés par la détection de mouvements et de couleurs, la femelle ailée est également sensible à plusieurs types d’odeurs… C’est sur ces critères qu’elle va choisir sa proie. Une fois posée, elle déploie sa seringue capable de perforer la

peau jusqu’à un capillaire sanguin. Avant l’aspiration, un peu de salive anticoagulante est injectée (elle est responsable des démangeaisons et des boutons). Le festin peut commencer ! Mais comment certaines personnes sont-elles systématiquement victimes de ces piqûres ?

La victime idéale De très nombreuses recherches ont tenté d’identifier les critères d’une peau particulièrement appétissante pour les moustiques. Mais les très nombreux composés chimiques et odeurs émises par la peau rendent l’entreprise difficile. On estime que notre propre susceptibilité à être piqué est d’origine génétique pour près de 85 %. Mais certains types d’odeurs sont principalement détectés jusqu’à une distance de 50 mètres. Certaines personnes attirent plus les moustiques que d'autres. En fait, l'explication est relativement simple. Les moustiques, comme bon nombre d'êtres vivants, réagissent à certaines substances chimiques, comme le dioxyde de carbone, la sueur (acide urique), l'acide lactique et bien d'autres substances sécrétées par le corps humain. On sait notamment qu'un

épiderme dont la sueur est riche en acides gras (comme l'acide butyrique, aux relents ammoniaqués) serait propice aux piqûres répétées. Il faut aussi noter l'action des ostéogènes qui fait que, de manière générale, les moustiques préfèrent les femmes aux hommes. Il semble aussi que certains médicaments aient un effet attirant sur

les arthropodes piqueurs, notamment certains traitements contre le cholestérol ou les troubles cardio-vasculaires... Il en serait de même pour quelques produits cosmétiques (décidément, les dames sont des victimes de choix !) Le gaz carbonique est également attractif. Les adultes (et particulièrement les femmes enceintes) en produisent plus que les enfants.

En résumé, pour passer inaperçu aux yeux et au nez des moustiques, mieux vaut rester couché sur une chaise longue que jouer au football avec vos amis ! Vos mouvements attireront l’attention des piqueurs affamés, tout comme votre exhalation excessive de gaz carbonique ou la production d’acide contenu dans votre sueur.

Neuf astuces pour éviter de se faire piquer 1. C'est aux mois de juin et de juillet que les moustiques sont les plus présents au Canada. Il y en aura tout l'été, mais leur nombre diminuera graduellement avec l'arrivée de la chaleur. 2. Les moustiques pondent leurs œufs dans l'eau. C'est donc sur les rives des cours d'eau que vous en retrouverez le plus.

3. Ils sont aussi beaucoup plus actifs au lever et au coucher du soleil que pendant le reste de la journée. Éviter les balades en forêt durant cette période. 4. Utilisez un chasse-moustiques à base de DEET ou d'eucalyptus citron. 5. Les crèmes et vaporisateurs de chasse-moustiques ont une date

d'expiration. La plupart d'entre eux ont une durée de vie d'un an. Nous vous recommandons fortement de faire l'achat d'une nouvelle bouteille lors de votre arrivée au Canada.

7. Lorsque vous effectuez une activité de plein-air en forêt, évitez de mettre du parfum ou tout autre produit à odeur sucrée qui risque de les attirer davantage.

6. Il est conseillé de porter des vêtements longs et de couleurs claires. Pensez à mettre ce type de vêtement dans vos valises.

8. N’oubliez pas de protéger les pieds et chevilles.

12

Atlas.Mtl

9. Imprégnez les vêtements avec un produit insecticide spécial.

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Les répulsifs absorbés dans les fibres des tissus s’évaporent très lentement, conférant ainsi une protection à plus long terme. Ceci offre des avantages en termes de persistance, de coût et de sécurité d’emploi.


Santé

Sept cas de salmonellose signalés

Gare à ce que vous mangez! L'Agence de la santé publique du Canada a constaté l'éclosion de sept cas de salmonellose, au cours des mois d'avril et mai derniers, tous reliés à la consommation de produits de poulet cru pané et congelé, comme des pépites, des bâtonnets ou des burgers.

lique du Canada rappelle que tout le monde peut contracter la salmonellose, mais que les nourrissons, les enfants, les aînés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli courent un risque accru de développer une maladie grave.

Des sept personnes incommodées par la salmonellose, deux ont été hospitalisées et se sont, depuis, remises de la maladie. La majorité des cas ont touché des hommes et l’âge moyen des victimes est de 26 ans.

Les symptômes de l'infection à la salmonelle

Les personnes frappées par la salmonellose provenaient de la ColombieBritannique (1), de l’Alberta (4), de l’Ontario (1) et du NouveauBrunswick (1). Une maladie grave « La salmonelle est couramment présente dans le poulet cru et les produits de poulet cru pané et congelé », rappelle le communiqué publié par l’Agence de la santé publique du Canada. Elle souligne que les produits de poulet cru doivent être manipulés et préparés en suivant les directives de cuisson. Ces produits doivent être cuits à une température interne d'au moins 74 °C (165 °F) pour qu'ils soient sécuritaires à la consommation. L'Agence de la santé pub-

- aussi appelée salmonellose - se manifestent généralement dans les 6 à 72 heures suivant l'exposition à un animal infecté ou à un produit contaminé par la bactérie salmonelle. « La plupart des personnes qui contractent la salmonellose se rétablissent complètement en quelques jours, explique le communiqué. Il est possible qu'une

sonne peut quand même transmettre l'infection. » Quelques précautions utiles -

Ne mangez pas les

Comment reconnaitre la maladie Quelques symptômes de l’infection à salmonelle - fièvre; - frissons; - diarrhée; - crampes abdominales; - maux de tête; - nausées; - vomissements.

personne soit infectée par des bactéries sans être malade et sans montrer de symptômes, mais cette per-

produits crus ou insuffisamment cuits. Faites cuire tous les produits panés et congelés jusqu'à

ce qu'ils atteignent une température interne d'au moins 74 °C (165 °F) pour les consommer en toute sécurité. - En raison d'une cuisson non uniforme, il n'est pas recommandé de faire cuire des produits de poulet crus panés et congelés, comme les pépites, les bâtonnets ou les burgers, au four à micro-ondes. Suivez toujours les instructions de cuisson indiquées sur l'emballage de tout produit de poulet cru pané et congelé, y compris les produits dont l'étiquette porte certains énoncés, comme « non cuit », « cuire et servir », « prêt à cuire » et « prêt à mettre au four ».

- Lavez-vous soigneusement les mains à l'eau chaude savonneuse avant et après la manipulation de produits de poulet crus panés et congelés. - Utilisez une assiette, une planche à découper et des ustensiles distincts lorsque vous manipulez des produits de poulet crus panés et congelés afin de prévenir la propagation de bactéries nuisibles. - Utilisez un thermomètre de cuisson numérique afin de vérifier que les produits de poulet crus panés et congelés ont atteint au moins 74 °C (165 °F).

Les enfants et les appareils numériques Des symptômes alarmants chez les tout-petits De plus en plus de jeunes enfants présentent des symptômes qui ressemblent beaucoup à ceux d’un syndrome autistique qui seraient attribués à leur surexposition numérique. Une exposition massive aux écrans chez les tout-petits induirait-elle des troubles de type autistique ? C’est l’hypothèse de certains professionnels qui est massivement partagée sur les réseaux sociaux et qui suscite des réac-

tions contrastées dans la communauté médicale, rapporte le quotidien français «Le Monde». Les écrans prennent de plus en plus de place dans la vie familiale. Téléphones intelligents ou tablettes permettent bien souvent d’occuper, voire de calmer les bébés. Des modèles spécifiques de tablettes sont même en vente pour les moins de 4 ans. Sans compter les expositions indirectes, à tout âge: télévision allumée en permanence, parents

moins présents pour l’enfant, car focalisés sur leur propre écran.

Dès mars, la docteure Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI dans l’Essonne, avait posté une vidéo sur YouTube où elle faisait le lien entre des troubles du spectre autistique et l’exposition numérique. «Depuis quelques années, on voit de plus en plus d’enfants avec des difficultés, qui sont également plus lourdes: des retards sur la motricité, sur le

13

Atlas.Mtl

développement cognitif, le langage, des problèmes de comportements, énumère la médecin.

Ils ne répondent pas à leur prénom, ne comprennent pas une consigne simple, ne me regardent pas dans les yeux», avait expliqué Anne-Lise Ducanda au journal français «20minutes». «Les enfants en grande difficulté sont très souvent exposés massivement aux écrans, de six heures à douze heures par jour», ajoutait Anne-Lise Ducanda, tout en décrivant des améliorations

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

spectaculaires avec un sevrage des écrans. Donc la bonne nouvelle, c’est que ces symptômes très inquiétants disparaissent quand les parents suppriment les écrans. Et rapidement ! « Plus l’enfant est petit, plus le changement est rapide, précise Anne-Lise Ducanda. En un mois déjà, les parents me disent qu’ils voient la différence.» Preuve pour elle que la cause de ces difficultés n’est autre que les écrans, selon cette dernière.


Éducation

Ça se passe au Québec

Un DEC bilingue … … pour séduire les étudiants francophones!

Pour pallier la baisse de clientèle dans les cégeps francophones, le collège Bois-de-Boulogne envisage d’offrir un diplôme d’études collégiales (DEC) bilingue en science de la nature conjointement avec le collège Dawson, a appris Le Devoir.

Ce projet pilote, qui pourrait être implanté dès 2018, permettra à deux cohortes de quarante étudiants chacune de suivre la moitié de leurs cours en anglais, et l’autre, en français. « C’est une idée de Bois-deBoulogne et on l’a trouvée intéressante », a indiqué Raymond Bourgeois, directeur adjoint des études au collège Dawson. « Ça donne aux étudiants le choix d’étudier dans les deux langues et d’être fonctionnels au Québec dans les deux langues, ce qui est un avantage pour tout le monde. » Les statistiques des admissions sont sans équivoque : les cégeps francophones de l’île de Montréal sont en baisse de clientèle, alors que les cégeps anglophones, comme Dawson, sont au maximum de leur capacité et croulent sous la demande. Selon un compte rendu d’une rencontre que nous avons obtenu, l’entente permettrait au collège Bois-de-Boulogne (BdeB) d’attirer des étudiants, surtout dans ses cours de biologie et chimie, qui sont dégarnis, avec une offre plus diversifiée qui leur donnerait l’occasion de parfaire leur anglais. Elle ouvrirait aussi le cégep aux étudiants étrangers et donnerait « la possibilité d’établir des passerelles avec les universités anglophones », notamment parce que Dawson possède une entente de reconnaissance d’acquis avec l’Université McGill pour certains cours. « Les étudiants qui font le cours de chimie organique chez nous n’ont pas besoin de le refaire à McGill », explique M. Bourgeois. Une telle entente existerait aussi entre BdeB et

l’Université de Montréal pour des cours de mathématique.

Un gain pour les deux Pour Dawson, qui a déjà tenté sans succès un tel partenariat il y a dix ans, les avantages sont aujourd’hui indéniables, croit le directeur adjoint des études. « La beauté de l’affaire, c’est qu’on n’a pas beaucoup d’espace dans nos laboratoires de chimie et biologie, alors ce sont eux [BdeB] qui prendront ces cours-là. Nous, on va offrir mathématique et physique. Ça va mettre moins de stress sur nos installations », avance-t-il. « C’est sûr que c’est un gain pour les deux établissements. » Les cours de français et d’anglais, langue maternelle, seront offerts dans le collège où l’étudiant est inscrit. Tous les autres cours, qui ne sont pas de science, pourront se faire dans l’un ou l’autre des établissements. L’étudiant passerait ainsi deux jours par semaine dans un cégep et trois dans l’autre, et inversement, à la session suivante. M. Bourgeois est convaincu que ce type de programme sera très prisé. « C’est bien de maîtriser le jargon scientifique dans les deux langues. Par exemple, les anglophones connaissent le DNA, mais ne savent pas toujours que ça se dit ADN en français », dit-il. Et si la demande est trop forte ? « On va choisir les meilleurs. » Traditionnellement, les statistiques démontraient que les meilleurs étudiants en science étaient ceux qui avaient l’anglais comme seconde langue. Des inquiétudes Emballant pour les directions, ce projet de partenariat suscite néanmoins des inquiétudes au sein du personnel des collèges. « Nous, on sait que les étudiants qui vont faire ce programme sont les bons étudiants qui iront probablement à McGill après », se désole un enseignant du collège BdeB, qui requiert l’anonymat. « Un grand

pourcentage de nos bons élèves va à l’Université de Montréal, mais avec ça, ça va changer. Ils vont vouloir aller à l’université en anglais. C’est préoccupant. »

dice ni diminution d’effectifs. Si, après l’essai, elle s’avère non avantageuse, « elle ne se fera pas ». La direction n’a pas souhaité commenter davantage.

Dans les corridors du cégep, il dit avoir entendu plusieurs de ses collègues s’inquiéter pour l’avenir des études postsecondaires en français, rappelant ainsi le débat sur le prolongement de la loi 101 jusqu’au niveau collégial, comme l’avait déjà proposé le Parti québécois. « On a un programme privilégié au primaire et secondaire qui est une réussite, car les allophones s’intègrent, mais, une fois au cégep, tout ça peut changer. » M. Bourgeois dit ne pas faire de politique. « Je pense que la décision que prend l’individu est plus importante que la langue d’enseignement, croit-il. On veut simplement offrir le meilleur aux étudiants. » Dans le compte rendu, le collège BdeB souligne que cette collaboration ne causera ni préju-

Des DEC bilingues en expansion Ce n’est pas la première entente du genre. Le cégep Saint-Laurent et le collège Vanier offrent conjointement depuis 2013 deux programmes français-anglais, l’un en sciences de la nature, l’autre en sciences humaines. Avant cela, le collège Bois-de-Boulogne avait voulu sceller un partenariat avec le cégep anglophone Vanier, mais le comité de programme n’avait pas jugé souhaitable une telle association. L’objectif était encore une fois de réagir à la baisse d’admissions observée dans les cégeps francophones et l’augmentation fulgurante du côté anglophone.

14

Atlas.Mtl

Les DEC bilingues ne sont pas une nouveauté du côté des cégeps

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

privés qui, n’étant pas soumis aux mêmes lois que les établissements publics, ont les coudées franches. Ce type de programme est même en « croissance, surtout à Montréal », constate Pierre L’Heureux, directeur général de l’Association des collèges privés du Québec. Il cite en exemple les collèges LaSalle, O’Sullivan et de Mérici ou encore le collège Laflèche, à Trois-Rivières, qui offrent de plus en plus de programmes et de cours dans la langue de Shakespeare au sein même de leur établissement. Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur dit ne pas être au courant de ce projet, mais précise que les collèges « disposent de la flexibilité requise pour [en] établir entre eux ». Source : Presse canadienne


Éducation

Québec

Une nouvelle Politique de la réussite éducative et à améliorer la qualité des bâtiments scolaires.

Sébastien Proulx Le Gouvernement du Québec a lancé, mercredi 21 juin 2017, la Politique de la réussite éducative, porteuse d’objectifs ambitieux pour 2030 et qui couvre la période de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte. Cette Politique, fruit de larges consultations amorcées l’automne dernier, propose des orientations qui agissent sur toutes les dimensions de la réussite, pour toutes les étapes du parcours éducatif des enfants, des élèves et des adultes. Lors de la présentation de cette Politique par le Premier ministre, Philippe Couillard, et le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, ministre de la Famille, Sébastien Proulx, les deux responsables ont souligné qu’elle propose une démarche ambitieuse et des objectifs à long terme à l’ensemble des Québécois. Ils ont précisé que les orientations et les moyens accompagnants ladite Politique reposent sur les trois axes ayant structuré le cadre de réflexion présenté lors des consultations publiques, soit l’atteinte du plein potentiel de toutes et tous, un milieu inclusif, propice au développe-

ment, à l’apprentissage et à la réussite, et des acteurs et des partenaires mobilisés pour la réussite.

Des actions concrètes Ladite Politique comporte plusieurs actions concrètes, notamment la mise sur pied d’un groupe de travail chargé de faire des recommandations sur la création d’un institut national d’excellence en éducation; la création de trois chantiers d’analyse portant sur «la valorisation de la profession enseignante et sur l’autonomie professionnelle du personnel enseignant»; «la modernisation des

ment des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage; d’établir un seuil minimal de services spécialisés et intégrés dans les écoles et les centres pour assurer une réponse équitable aux besoins des élèves; de favoriser la contribution des établissements d’enseignement privés aux efforts pour l’intégration des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage; et d’analyser l’opportunité de prolonger la période obligatoire de fréquentation scolaire de 16 à 18 ans,

vices éducatifs aux jeunes enfants de 0 à 8 ans, afin de mettre en œuvre l’un des principaux messages de la Politique, à savoir l’intervention éducative dès le plus jeune âge. Par ailleurs, plusieurs stratégies et plans d’action viendront concrétiser les orientations de la Politique au cours des premières années de sa mise en œuvre, notamment en matière de formation professionnelle; de numérique en éducation; d’alphabétisation et de francisation; du renforcement des

Objectif : 90% de diplômation Cette Politique vise, entre autres, à porter à 90% la proportion des élèves de moins de 20 ans qui obtiennent un premier diplôme ou une première qualification, et à 85 pc la proportion de ces élèves titulaires d’un premier diplôme; à réduire de moitié les écarts de réussite entre différents groupes d’élèves et à augmenter à 80 pc (pour 2025) la proportion d’enfants qui entrent à l’école sans présenter de facteurs de vulnérabilité. Le gouvernement du Québec vise aussi à travers cette Politique à porter à 90 pc le taux de réussite à l’épreuve ministérielle d’écriture, langue d’enseignement, de la 4e année du primaire (2e année du deuxième cycle), dans le réseau public; à augmenter de 5 points de pourcentage la part de la population adulte du Québec qui démontre des compétences élevées en littératie; à hausser la proportion d’élèves entrant au secondaire sans retard scolaire;

encadrements pédagogiques et des modalités d’évaluation des apprentissages» et «la contribution du milieu des affaires à la réussite éducative». Elle prévoit, en outre, l’entame des travaux en vue notamment de réviser le modèle de finance-

15

Atlas.Mtl

ou jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme ou d’une première qualification. Le gouvernement Couillard a fait savoir qu’au cours des prochains mois, une stratégie interministérielle sera lancée pour consolider l’ensemble des ser-

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

langues, d’infrastructures scolaires et d’adaptation des services à la diversité des personnes et des besoins. Source : Voix d'ailleurs 23 juin 2017


Société

La DPJ du Saguenay-Lac-Saint-Jean sévérement blâmée suite au décès d'un enfant âgé de 20 mois Après une enquête concernant le décès d'un enfant dont la situation avait été signalée à la Direction de la protection de la jeunesse, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a conclu à de graves lacunes dans le processus d'analyse du signalement et à des lésions des droits de l'enfant. « Cette triste histoire rappelle toute l'importance d'adopter des pratiques exemplaires et de se conformer aux obligations prévues à la Loi sur la protection de la jeunesse, afin de respecter les droits des enfants les plus vulnérables de notre société, » a déclaré aujourd'hui Camil Picard, vice-président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, responsable du mandat jeunesse. « La Commission a formulé plusieurs recommandations qui visent à améliorer les pratiques pour éviter de telles tragédies. » À la demande de la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, la Commission a amorcé une enquête en vertu du mandat que lui confère la Loi sur la protection de la jeunesse. L'enfant est décédé moins d'un mois après avoir fait l'objet d'un signalement à la DPJ. L'enquête de la Commission visait particulièrement le traitement du signalement, l'évaluation du risque immédiat, la priorisation du dossier, les délais d'attente et l'absence d'intervention et de service entre

la rétention du signalement et le décès de l'enfant. Les constats et recommandations de la Commission concernent quatre éléments: L'obligation de signaler De nombreux professionnels et spécialistes sont intervenus dans la situation de l'enfant depuis sa naissance. Il a notamment fait l'objet de deux visites médicales et selon les médecins, sa situation était préoccupante. Il avait aussi bénéficié de suivis par une nutritionniste, en physiothérapie et de la part des Services intégrés en périnatalité et petite enfance, et ces services ont pris fin pour des motifs qui auraient justifié un signalement. Toutefois, les professionnels ont omis de signaler sans délai la situation de l'enfant à la DPJ, malgré l'obligation prévue par l'article 39 de la LPJ pour tout professionnel qui a un motif raisonnable de croire que la sécurité ou le développement d'un enfant est ou peut être considéré comme compromis. La réception des signalements et le choix de l'alinéa Un signalement à la DPJ a été fait en mai 2016 et il mentionnait entre autres des blessures inquiétantes depuis la naissance de l'enfant, l'inaction des parents face à ces blessures et la véracité questionnable de leurs versions en lien avec ces accidents selon les médecins. Pourtant, le signalement a été retenu en négligence sur le plan éducatif, alors qu'il aurait dû, selon la Commission, l'être en abus physique, ce qui aurait permis de déployer l'Entente multisectorielle.

Le code de priorisation du traitement du signalement La DPJ a admis que lors du décès, le dossier de l'enfant était en attente d'un premier contact depuis 23 jours. Malgré la vulnérabilité de l'enfant et la gravité des faits indiqués au signalement, aucune intervention ou vérification n'a été effectuée auprès de l'enfant et de sa famille entre la rétention du signalement et son décès. La Commission est d'avis que le signalement aurait dû être priorisé afin qu'une intervention immédiate soit faite.

La vérification terrain des éléments du signalement Lors de l'étape de la vérification terrain, le rendez-vous a été fixé au bureau de la DPJ plutôt que dans le milieu familial et ce, malgré la situation préoccupante de l'enfant. La rencontre a eu lieu sans l'enfant. La Commission est d'avis que le personnel devait se rendre au domicile des parents afin d'y recueillir des informations pertinentes et nécessaires à l'évaluation du signalement. Manquements et bris de service Constatant la gravité des bris de services et les manquements dans ce dossier, la Commission a émis plusieurs recommandations à la PDG et la DPJ du CIUSSS du Saguenay-LacSaint-Jean qui concernent notamment la révision des pratiques, la formation du personnel ainsi que le respect de l'intégralité des normes ministérielles et l'obligation d'agir dans les délais prescrits lors d'un code de priorisation 1, particulièrement dans les situations

16

Atlas.Mtl

d'enfants de 0 à 5 ans. La DPJ devra faire rapport à la Commission au plus tard le 1er octobre 2017 des mesures mises en place pour donner suite à ses recommandations. Recommandations et suivi La Commission a également recommandé à la ministre déléguée de créer et de mettre en place régionalement une équipe d'experts en santé et en abus physiques en lien avec les services de protection de la jeunesse. La Commission souligne que l'analyse de ce dossier sera prise en compte et traitée dans l'enquête systémique qu'elle a entreprise concernant l'ensemble du processus de rétention, de traitement et d'évaluation des

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

signalements qui a court présentement au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse assure le respect et la promotion des principes énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Elle assure aussi la protection de l'intérêt de l'enfant, ainsi que le respect et la promotion des droits qui lui sont reconnus par la Loi sur la protection de la jeunesse. Elle veille également à l'application de la Loi sur l'accès à l'égalité en emploi dans des organismes publics. Source : Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse


17

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Sécurité

Cyberattaque du mois de juin 2017

Le virus Petrwrap et comment s’en prémunir

Le virus Petrwrap se répand sur la planète Une vague de cyberattaques s'est répandue en Europe, à partir du mardi 27 juin 2017, après avoir d'abord touché l'Ukraine et la Russie. Environ 80 entreprises et structures gouvernementales avaient été victimes d'intrusions graves.

Les experts conseillent aux entreprises et aux particuliers d'effectuer les mises à jour de Windows (Microsoft avait déjà signalé la faille et incité ses utilisateurs à adopter la dernière version de leurs logiciels) et de ne pas payer la rançon en cas d'infection.

Le virus surnommé Petrwrap a aussi fait des victimes en Amérique du Nord.

Ce programme malveillant de type rançongiciel dispose de plusieurs capacités pour se propager sur le réseau des victimes : - en utilisant les identifiants (login, mot de passe) obtenus sur les machines infectées ; - en exploitant des vulnérabilités du protocole SMB (identifiées dans le bulletin MS17-010).

Rappelant le virus WannaCry qui avait frappé des centaines de milliers d’ordinateurs en mai dernier, les cyberattaques font apparaître une demande de rançon de 300 dollars sur l’écran des ordinateurs hameçonnés. Les experts estiment que cette cyberattaques est une version plus puissante d’un virus de style rançongiciel nommé Petya. Le mode opératoire de Petrwrap Le virus Petrwrap ou NotPetya, considéré comme la cyberattaque la plus dangereuse jamais observée, présente des caractéristiques communes avec les virus Wannacry et Petya, qui avaient fait des ravages il y a peu. En attendant, que faire ?

Cette capacité de propagation multiple rend potentiellement vulnérables certains réseaux qui, malgré l’application de mises à jour, ne restreignent pas la propagation d’une machine à l’autre. Sur chaque machine infectée, le rançongiciel force un redémarrage et modifie le secteur de démarrage de Windows afin d’afficher le message de demande de rançon et rendre inaccessibles les données.

En l’état actuel des connaissances, il convient de considérer que toutes les versions de Windows sont susceptibles d’être affectées. Les serveurs ainsi que les postes de travail font partie du périmètre d’infection possible.

Des recommandations ainsi que des marqueurs techniques sont intégrés dans le dernier bulletin d’alerte diffusé par le CERT-FR. Recommandations de sécurité Pour se prémunir de l’attaque, les spécialistes recommandent : - l’application immédiate des mises à jour de sécurité (à titre préventif, plus particulièrement celle de Microsoft MS17-010) ; - le respect des recommandations génériques relatives aux rançongiciels ; - de limiter l’exposition du service de partage de fichiers sur Internet ; - de ne pas payer la rançon. Le paiement ne garantit en rien la récupération de vos données. Pour limiter la propagation de ce rançongiciel, il est également recommandé d’appliquer les mesures techniques suivantes : - d’empêcher l’exécution

18

Atlas.Mtl

de PSExec sur les machines ; - d’empêcher la création de processus à distance par WMI; - d’empêcher l’exécution de C:\Windows\perfc.dat - créer un fichier vide C:\ Windows\perfc. De manière préventive, s’il n’est pas possible de mettre à jour un serveur ou un ordinateur, il est recommandé de l’isoler, voire de l’éteindre le temps d’appliquer les mesures nécessaires. En complément, les bases de signatures d’antivirus doivent être mises à jour. Si le code malveillant est découvert sur vos systèmes :

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

- déconnectez immédiatement du réseau les équipements identifiés comme compromis. L’objectif est de bloquer la poursuite du chiffrement et la destruction des documents partagés ; - alertez le responsable sécurité ou le service informatique au plus tôt ; - sauvegardez les fichiers importants sur des supports amovibles isolés. Ces fichiers peuvent être altérés ou infectés. Il convient donc de les traiter comme tels. De plus, les sauvegardes antérieures doivent être préservées d’écrasement par des sauvegardes plus récentes.


19

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


20

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


21

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


22

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Sécurité

La Chine accepte de cesser tout espionnage industriel au Canada

Le gouvernement chinois a accepté de cesser son espionnage industriel ou d’encourager, par le piratage informatique, le vol de propriété industrielle au Canada, a-t-on indiqué lundi de source diplomatique. L’engagement du gouvernement chinois de mettre un terme à des pratiques de vol de secrets industriels a été pris dans le cadre d’un accord plus large — et réciproque — dans le domaine judiciaire et celui de la sécurité. Cet accord porte aussi sur la fin du vol des « secrets commerciaux ou autres renseignements commerciaux confidentiels, dans le but de procurer des avantages concurrentiels à des entreprises ou à des secteurs commerciaux », selon le relevé de conclusions d’une réunion bilatérale Canada-Chine « sur la sécurité nationale et la primauté du droit ». L’affaire la plus récente d’espionnage de la Chine a porté en 2014 sur le Conseil

national de recherches du Canada qui avait été, selon les services de renseignement, mené par un organisme public chinois « hautement sophistiqué ».

La Chine a souvent été accusée d’avoir volé des brevets ou des technologies dans le domaine des industries aéronautiques ou pharmaceutiques. La réunion bilatérale était présidée en fin de semaine dernière par Daniel Jean, conseiller à la sécurité du premier ministre Justin Trudeau, et par Wang Yongqing, secrétaire général de la commission chinoise des Affaires publiques. La réunion a également porté sur « les systèmes juridiques, la peine de mort, l’application régulière de la loi, l’extradition » et la possibilité, pour un condamné, de purger sa peine dans son pays d’origine. Selon un communiqué du bureau du premier ministre can-

adien, les deux pays ont aussi eu des discussions « franches » sur un possible traité d’extradition — une revendication de la Chine, que le Canada n’est toutefois pas prêt à lui accorder à court terme. John McCallum, ancien minis-

23

Atlas.Mtl

tre de l’Immigration devenu ambassadeur canadien en Chine, avait signalé que les enjeux juridiques constituaient une pomme de discorde entre le Canada et la Chine alors que les deux pays tentent des rapprochements économiques. « Nous sommes en désaccord sur

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

la peine de mort. Nous sommes en désaccord avec certains aspects de la règle de droit et comment le gouvernement chinois traite les défenseurs des droits de la personne », avait-il déclaré devant un comité de la Chambre des communes en mars.


24

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Entreprise

Une «bonne stratégie fiscale» en voie de disparition

Les professionnels ont-ils encore avantage à s’incorporer?

Depuis le milieu des années 2000, la plupart des ordres professionnels ont autorisé leurs membres à pratiquer leur profession au sein d’une société par actions. Beaucoup de professionnels ont tiré profit de ces changements. En effet, l’incorporation comporte de nombreux avantages : l’existence juridique séparée, la facilité à partager la propriété de l’entreprise, la responsabilité limitée dans plusieurs situations ou encore les avantages fiscaux significatifs dans certaines circonstances.

Récemment, les gouvernements provinciaux et fédéraux ont légiféré afin de limiter pour certaines sociétés, dont les sociétés professionnelles, l’accès aux taux réduits d’imposition disponible, ce qui diminue directement les économies liées à l’incorporation. Dans cette optique, plusieurs professionnels considérant l’incorporation se demandent si cette stratégie est encore avantageuse. Comment ça marche Avant ces changements, les professionnels facturant leurs honoraires par l’entremise de leur société professionnelle (« SP ») ou recevant des revenus de profession par leur SP pouvaient reporter les impôts en s’incorporant. La SP est généralement imposée à un taux unique de 18,5% sur les premiers 500 000$ de revenus (et 26,8% pour les revenus excédant 500 000$) alors que le taux que les particuliers ayant un revenu imposable

supérieur à 200 000$ sont assujettis à un taux de 53,3%. Évidemment, lorsque les sommes sont versées en salaire ou en dividende par la SP à son actionnaire, celui-ci devra à son tour payer un impôt. Cependant, dans la mesure où le professionnel n’a pas besoin de tous ses revenus de profession pour financer ses dépenses personnelles, il existe un report d’impôt plus ou moins important qui permet l’accumulation d’économies plus rapide au sein de la SP.

Aussi, il est possible pour le professionnel de structurer l’actionnariat de sa SP afin de permettre le fractionnement de revenus avec des membres de sa famille (par exemple avec le ou la conjointe et les enfants majeurs) de sorte que le financement des dépenses personnelles puisse s’effectuer à moindre coût. D’ailleurs, la fiducie familiale est souvent le véhicule utilisé pour permettre ce fractionnement. Des changements en vue Les professionnels ont été particulièrement visés par les mesures provinciales de 2015 et 2016 et le sont encore aujourd’hui. Par exemple, le taux réduit d’imposition provincial pour les petites entreprises n’est disponible que si les employés d’une société travaillent un minimum de 5,500 heures par an. Considérant que les professionnels incorporés ont peu ou pas d’employés, ce minimum d’heures travaillées

est difficile à atteindre. Aussi il est à noter que le taux réduit sera augmenté à 22,3% dès 2017 contre 18,5% auparavant. Bien que toujours possible, le report d’impôt se trouve directement réduit par ces mesures. Aussi le gouvernement fédéral a restreint l’accès au taux réduit d’imposition, et même dans certains cas, l’a complètement éliminé depuis 2016. Par exemple, l’imposition des revenus à taux réduit est dorénavant sévèrement limitée ou carrément éliminée dans les cas où un professionnel incorporé perçoit des revenus d’une société de laquelle il est un actionnaire (même s’il n’est qu’un actionnaire minoritaire). Ces revenus devront généralement être imposés au taux de 26,8%. Le gouvernement du Québec s’est harmonisé avec

25

Atlas.Mtl

ces nouvelles règles fédérales pour restreindre l’accès aux taux réduits. Enfin, récemment, le ministre fédéral des finances a annoncé son intention de modifier le régime fiscal des sociétés privées et de ses actionnaires afin d’éliminer certaines stratégies fiscales légales, ce qui causeraient des iniquités parmi les contribuables. A cet effet, il a donné en exemple les professionnels qui peuvent s’incorporer et fractionner leurs revenus avec des membres de la famille. Un document de consultation sera ainsi déposé prochainement. L’incorporation des professionnels est encore une stratégie fiscale qui procure des économies substantielles. Plusieurs facteurs doivent être considérés : l’âge, le niveau de revenus du professionnel, son coût de vie,

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

le taux de rendement sur les placements, les coûts d’incorporation et de maintien de la société, etc. Il s’agit d’analyser chaque situation de façon particulière et de s’assurer de surveiller les changements législatifs qui seront annoncés et s’y adapter le cas échéant. Anne-Marie Dupras CPA, CA, avocate, est associée et conseillère d’affaires au sein de l’équipe Fiscalité de MNP. En poste à Montréal, AnneMarie aide les propriétaires d’entreprises et les familles fortunées à préserver et à maximiser leur patrimoine. Son expérience couvre un éventail de secteurs, y compris ceux de la technologie, de la fabrication, de la distribution, des services aux professionnels et de l’immobilier


Diversité

Message aux nouveaux immigrants

Bienvenue au Canada! Vous êtes arrivés au pays le plus tolérant et le plus beau dans le monde. Une terre d'accueil chaleureuse qui vous ouvre grand les bras, peu importe votre origine, ethnie ou religion. Une société où tout est possible, si vous vous y intégrez. Permettez-moi cependant de m'arrêter à cette dernière phrase, où votre lune de miel prend fin. C'est lorsque vous êtes prêts à expérimenter les mécanismes d'adhésion à votre nouveau pays autrement connus sous le mot «intégration». «Intégrations» et «intégrateurs» Dépendamment de votre entourage, de la façon dont vous vous installerez, la signification du mot «intégration» peut varier avec la diversité de vos «intégrateurs». Pour certaines personnes, l'intégration est synonyme d'assimilation. Pour d'autres, c'est de respecter les lois. Et, enfin, pour certains, c'est aussi de suivre les coutumes et les valeurs des

Canadiens. Mais de quels Canadiens parle-ton au juste? Des Canadiens d'origine française? Des Canadiens venants de l'Europe de l'est? Des Canadiens d'origine

anglaise? Des Canadiens d'origine arabe? Des Canadiens musulmans, juifs, catholiques, protestants, athées? Ça peut devenir très mêlant facilement. Et vous allez entendre beaucoup de commentaires, des plus

26

Atlas.Mtl

accueillants aux plus dégradants. Cette minorité l'est justement parce qu'elle s'isole, vit une crise identitaire, pense qu'elle est colonisée, qu'elle est envahie par «les autres».

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Vous allez vite connaître ceux qui vont vous rappeler sans cesse d'être reconnaissant qu'on vous ait permis de venir ici, que vous ne devez pas revendiquer vos

Suite à la page 27


Diversité

Message aux nouveaux immigrants

Bienvenue au Canada! Suite de la page 26

droits d'être traités comme égaux aux natifs (dont les ancêtres sont des immigrants eux aussi, d'ailleurs, ou juste arrivés ici un peu avant vous), que vous devez vous la fermer pour conforter la majorité. Vous allez aussi rencontrer d'autres Canadiens, des natifs et des non-natifs, qui vont vous accueillir chaleureusement, qui vont vous guider dans vos démarches d'intégration économique, linguistique, sociale. Ils ne verront pas en vos accommodements accordés une menace. Ils ne chercheront pas à vous sauver, voire vous libérer. Ils vous traiteront d'égal à égal, ils partageront beaucoup avec vous. Selon moi, ce dernier groupe est le groupe majoritaire ; le groupe qui reflète le vrai visage des Canadiens. Minorités et majorités Alors, ne vous basez surtout pas sur la minorité du premier groupe que j'ai mentionné pour juger du sort de votre société d'accueil. Cette minorité l'est justement parce qu'elle s'isole et se

fragilise devant la différence, vit une crise identitaire, pense qu'elle est colonisée, qu'elle est envahie par «les autres». Elle souffre du «syndrome de la victime». Chaque société a ses racistes et xénophobes, ça vient avec la nature humaine.

Au Canada, vous devez être au courant de ce qu'est le principe du multiculturalisme, enchâssé dans nos lois constitutionnelles. Il sert à «promouvoir la participation entière et équitable des individus et des collectivités de toutes origines à l'évolution de la nation et au façonnement de tous les secteurs de la société en établissant des lois visant à la protection de la diversité ethnique, raciale, linguistique et religieuse dans la société canadienne», tel qu'expliqué sur le site web de l'encyclopédie canadienne. Bien sûr, vous savez que la manière d'appliquer et d'utiliser ce principe définira votre relation avec votre société d'accueil. Si vous choisissez de l'utiliser pour vous ghettoïser, c'est votre choix. Si vous l'utilisez pour partager votre culture, votre mode de vie avec les autres, tout en vous informant sur les leurs (qui sait,

vous irez peut-être jusqu'à les adopter, un jour), c'est votre choix également. L’attitude plus que l’aptitude Peu importe ce que vous allez choisir d'en faire, vous subirez les conséquences qui en découlent. C'est vous qui choisissez comment vous voulez que les autres vous traitent. Comme le disait M. Zig Ziglar une autre fois: «C'est votre attitude et non votre aptitude qui déterminera votre altitude.» Cependant, sachez et comprenez bien ceci: peu importe votre choix, vous êtes égaux avec le reste de la population (sauf pour le droit de vote qui sera acquis plus tard durant votre aventure). Autrement dit, que vous soyez des citoyens à part entière ou non, dès que vous mettez les pieds comme résident permanent en sol canadien, vous bénéficiez des mêmes droits et libertés que tous les Canadiens, notamment la liberté d'expression, de conscience et de religion! Sentez-vous à l'aise de dire ce que vous voulez, sous les limites de la diffamation et l'incitation à la haine, qui sont considérées comme des crimes au Canada.

Sentez-vous à l'aise de déclarer votre athéisme sans l'imposer aux autres. Sentez-vous à l'aise de manifester vos croyances religieuses sans les imposer aux autres. Sentez-vous à l'aise de manifester vos orientations sexuelles sans les imposer aux autres. N'acceptez jamais d'être intimidés par des personnes haineuses qui se prennent pour vos supérieures parce qu'elles sont «de souche» ou «plus pures» que vous. Le Canada vous appartient Le Canada vous appartient de la même façon qu'il appartient aux autres qui étaient là avant vous. Il n'y a aucune différence entre un Canadien et un autre, comme l'a bien exprimé notre premier ministre Justin Trudeau: «Un Canadien est un Canadien, est un Canadien». Savez-vous pourquoi? Parce que le Canada est un vrai État de droit basé sur un autre principe constitutionnel, soit la primauté de droit et de nos lois. Non pas les lois de la majorité, mais celles du Canada, parce que le principe constitutionnel de la démocratie au Canada ne peut s'appliquer qu'avec l'application

d'un autre principe constitutionnel: le respect des minorités. Finalement, je vous donne un dernier conseil: embrassez votre nouveau pays comme s'il était votre pays d'origine. Utilisez toutes les ressources qui y sont disponibles, demandez de l'aide, ne soyez pas gênés, bénéficiez de notre belle Mère Nature, de l'ouverture des Canadiens, de leur générosité. Soyez positifs et prenez votre place Que rien ne vous arrête! Soyez persévérants, soyez positifs, prenez toute votre place, et foncez. Et surtout, jamais vous n'allez accepter que l'on vous rabaisse. N'acceptez jamais que l'on vous traite différemment, que l'on vous fasse sentir redevables à qui que ce soit pour votre présence ici. Jamais. Vous avez été choisis pour vos compétences et non pas par pitié. La société va bénéficier de vous, comme vous allez en bénéficier! Source: http://quebec.huffingtonpost.ca

Citoyenneté et immigration : la nouvelle loi enfin adoptée Lors de la campagne électorale de 2015, les Libéraux s’étaient engagés à revenir sur les modifications apportées par le gouvernement Harper en matière de citoyenneté et d’immigration. Plus d’un an et demi après l’arrivée de Trudeau au pouvoir, c’est désormais chose faite depuis lundi. À partir de cet automne, la

durée de présence sur le sol canadien nécessaire aux résidents permanents pour devenir citoyen repasse de quatre années sur les six années précédentes à trois ans sur cinq. Une partie du temps passé à titre de résident temporaire ou de personne protégée entrera en compte dans ce calcul. Les demandeurs âgés de 18 à 54 ans devront satisfaire aux

exigences relatives aux compétences linguistiques et aux connaissances alors que ces règles s’imposaient dès 14 ans et jusqu’à 64 ans. D’autres changements sont déjà entrés en vigueur. Les candidats à la citoyenneté canadienne ne sont plus obligés d’avoir l’intention de continuer à vivre au Canada après être devenu Canadien. La possibilité de révoquer la

27

Atlas.Mtl

citoyenneté des individus à double nationalité coupables de crime contre l’intérêt national est abrogée. Dans ce cas, ils seront donc jugés au Canada. Quant aux mineurs, ils peuvent demander la citoyenneté même s’ils n’ont aucun parent canadien. Début 2018, seule la Cour fédérale pourra décider de

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

révoquer une citoyenneté. Aujourd’hui, le ministre a le droit de prendre cette décision en cas de fausse déclaration, de fraude ou de dissimulation intentionnelle de faits essentiels. Source : Voix d'ailleurs


28

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Cultures

Houda Rihani;

une artiste marocaine au théâtre Jean Duceppe Et soudain, la salle ClaudeLéveillé de la Place des Arts plonge dans un silence presque religieux lorsque Houda Rihani se présente sur scène toute vêtue d’un blanc angélique et pur. Son visage serein et adouci par un focus de lumière apaisée augurait que l’artiste qui se tenait devant nous allait nous livrer une prestation classique, plutôt calme et sans aucun peps. Jusqu’au moment et à la surprise générale de la présence, Houda Rihani ravive nos sens par un jet d’énergie que rares sont les artistes qui peuvent en réussir la tentative dès qu’on applaudit leur entrée sur scène. « J’accuse », quand Houda Rihani est seule sur scène, les projecteurs illuminent sa lecture et ses mots extraits

du texte d’Annick Lefebvre. Chacun de ses effets, soupirs ou gestes nous ont fait voguer dans les océans délicats de l’expression scénique et transcendé au-delà de nos pensées les plus vives. Houda Rihani nous a emporté avec son monologue et nous a niché dans les méandres de nos esprits qui sont en quête de réponses à des questions existentielles pour lesquelles nous ne trouvons souvent pas de réponses car pas assez francs avec nous-mêmes. Les personnages qu’elle a incarnés sont, du moins que l’on puisse constater, hauts en couleurs, ostentatoires, exubérants, avouent leurs torts et les assument relativement.

peine à garder la tête de son entreprise hors de l’eau, l’immigrante qui se cherche dans une société un peu trop blanche et pure laine pour elle. Et Houda Rihani, dans tout cela, qui se démarque par sa maturité artistique, par le bonheur d’être sur scène et de partager avec son public des années d’expérience devant les caméras et sur les plateformes théâtrales.

La chef d’une PME qui

Diplomée de l’Institut

supérieur des arts dramatiques et d’animation culturelle (ISADAC) de Rabat, cette actrice émérite a toujours su mener sa carrière vers les cimes de la réussite. Même en choisissant de vivre au Canada, son talent ne pris pas une ride, il est encore plus épanoui et affirmé. Une grande fierté pour la communauté marocaine que de voir Mme Rihani se démarquer et collaborer

avec l’un des plus grands théâtres du Québec, le théâtre Duceppe. Désormais, Houda Rihani aura déployé les ailes de la créativité prouvant en ces 19-20 et 21 juin 2017 que l’intégration effective et amorcée intelligemment passe d’abord et avant tout par la culture. Selma Regragu

Du 18 au 20 août 2017

Le IVème Festival Montréal Country

Un Défi Country au profit d’Opération Enfant Soleil au programme Présenté cette année au parc Arthur-Therrien dans l’arrondissement de Verdun, le Festival Montréal Country est un événement axé sur le divertissement sous toutes ses formes – musique, danse, jeux et autres. Et le seul taureau que vous y trouverez en est un mécanique! La 4e édition du Festival Montréal Country battra son plein du 18 au 20 août. Les amateurs de musique country seront servis et pourront applaudir Annie Blanchard,

Manon Bédard, Karo Laurendeau, Lipstick Rodeo, les jumelles Barabé, Louis Bérubé, Patrick Norman et bien d’autres! En tout, près de 15 concerts sont prévus au programme. Des cours de danse en ligne seront offerts tous les jours, en après-midi et en soirée. Voilà l’occasion rêvée d’apprendre les pas de base dans une atmosphère festive et détendue! Le festival présentera également le premier Défi Country

de la saison au profit d’Opération Enfant Soleil. Cette activité de danse en ligne aura lieu le 19 août de 9h à midi. Les participants doivent s’inscrire au préalable au https://www.montrealcountry. ca/defi-country. Une zone destinée aux familles sera aussi aménagée. Les jeunes pourront s’amuser dans une foule de jeux, assister au spectacle Brimbelle chante la ferme de Foin-Foin, présenté le 19 août à 13 h 30, et faire la

29

Atlas.Mtl

connaissance de Banjo, la sympathique mascotte du festival. Les bracelets permettant d’accéder au site du festival sont en vente au prix de 20 $ par jour pour les adultes (enfants : 15 $); laissez-passer pour les trois jours : 50 $. On peut se les procurer à www. montrealcountry.ca ou sur le site dont les portes ouvriront dès 9h tous les jours. Le parc Arthur-Therrien est situé au bord du fleuve Saint-

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Laurent. Il est très facile d’accès via le Métro (stations Lasalle et De L’Église). Un grand nombre de places de stationnement sont aussi disponibles à proximité. Produit par Spectopolis, le Festival Montréal Country, récipiendaire du trophée en 2016, est à nouveau en nomination au Gala country 2017 dans la catégorie Diffuseur de spectacles de l’année.


Cités

XIIe Congrès mondial de Metropolis et Congrès 2017 des Maires Francophones

Adoption de la Déclaration de Montréal Les villes du monde s’engagent pour un monde meilleur de notre époque À l’issue du XIIe Congrès mondial de Metropolis et de la 37e Assemblée générale de l'Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), les maires des grandes villes du monde ont proclamé, à l’unanimité, la Déclaration de Montréal. Ce document historique présente les engagements des villes à faire front commun pour relever les grands défis locaux et globaux, notamment en mettant en œuvre l’Accord de Paris sur le climat. La Déclaration témoigne du leadership et de l’implication des villes pour faire face aux enjeux majeurs de notre époque.

Le XIIe Congrès mondial de Metropolis vient de tenir ses assises à Montréal. À cette occasion, quatre jours durant, plus de 140 maires et 1 500 délégués de partout au monde ont échangé sur les grands enjeux du 21e siècle. Sous le thème « Enjeux globaux : Métropoles en action », le Congrès a été le théâtre d’une programmation remarquable et courue, avec plus de 250 conférenciers et présentateurs qui ont traité de développement durable, d’inclusion et de Vivre ensemble, de développement économique, de villes intelligentes, de mobilité et d’aménagement du territoire, ainsi que du leadership et de la gouvernance des villes. « L’ouverture, l’écoute et l’esprit de coopération de tous les participants réunis à Montréal ont été un terreau fertile à l’échange et à la réflexion. La participation de

« Nous, maires et représentants de villes des quatre coins du globe, sommes plus déterminés que jamais à exercer un leadership ferme et contribuer à la résolution d’enjeux L’assemblée générale a égale- planétaires qui affectent tant tous les milieux, notamment les populations urbaines que les gens d’affaires et la socié- ment pris connaissance du prochain plan d’action pour la l’ensemble de la population té civile, est cruciale afin d’identifier des solutions face période 2018-2020 et approu- mondiale. La Déclaration de Montréal vient confirmer vé la version finale de la aux défis auxquels nous fail’engagement des villes à Déclaration de Montréal. En sons face à l’échelle locale et mettre en œuvre l’Accord de internationale. Je suis fière de outre, la présidente de Paris sur le climat, ainsi que Metropolis Femmes, Laura la Déclaration de Montréal et la Déclaration du Sommet des du leadership exprimé par les Pérez Castaño, a été réélue élus locaux pour le climat et pour un nouveau mandat. villes et les organisations qui ce, peu importe le contexte y ont contribué », a déclaré la politique international », a Relever les défis majeurs présidente du conseil affirmé le maire de Montréal d’administration du et Congrès, Madame présiMonique F. Leroux. dent Metropolis, le club des villes de Denis Coderre réélu millionnaires à la présidence de Metropolis Metropolis, l'Association Mondiale des Grandes A également eu lieu l’Assemblée générale de Métropoles, est la principale organisation interMetropolis, qui a vu nationale de villes et de régions métropolitaines Denis Coderre être réélu de plus d’un million d’habitants. Créée en 1985, pour un nouveau mandat l'association rassemble près de 140 membres à la tête de l’association du monde entier. Elle constitue un forum interainsi que l’élection des national permettant aux grandes villes du membres du conseil monde de se concerter sur les enjeux et défis d’administration pour la urbains. période 2017-2020.

Metropolis, l’honorable Denis Coderre.

Le leadership et l’implication des villes Le document met également en lumière la détermination des signataires à réaliser le Nouvel agenda urbain, adopté par l’ONU en 2016, ainsi qu’à rencontrer l'ensemble des Objectifs de développement durable des Nations Unies. On y réitère en outre l’engagement des villes à favoriser le développement économique et durable, l’ouverture, l’égalité, la paix et le Vivre ensemble, en solidarité face à la violence. « La Déclaration de Montréal se veut la manifestation concrète de l’engagement des villes à jouer un rôle central tant en matière d’enjeux locaux que globaux. Dans ce document, les gouvernements locaux s’engagent formellement à répondre avec détermination aux défis contemporains les plus pressants, particulièrement en ce qui a trait au Climat, à la lutte contre la pollution et pour la qualité de l'air, ainsi qu'à une plus juste représentation des femmes dans les instances de gouvernance. Je suis très heureuse que, sous l’impulsion de Denis Coderre, nous ayons abouti à ce texte ambitieux », a souligné la maire de Paris, présidente de l’AIMF et du C40, Mme Anne Hidalgo. Notons qu’en plus des centaines de villes et métropoles membres de Metropolis et de l’AIMF, les grands réseaux internationaux Cités et gouvernements locaux unis (CGLU), C40 Cities Climate Leadership Group, ainsi que le Conseil international pour les initiatives écologiques locales (ICLEI), joignent leur voix à la Déclaration de Montréal. Source : Ville de Montréal

30

Atlas.Mtl

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Cités

AIMF : création d’un groupe de travail sur les politiques de Vivre ensemble Parallèlement au XIIème congrès mondial de Metropolis, se tenait 37ème Assemblée générale de l’Association Internationale des Mairies Francophones (AIMF). La Commission permanente de l’AIMF sur le Vivre ensemble, présidée par le maire Denis Coderre, a créé un groupe de travail chargé de mettre en place

un recensement international des politiques sur le Vivre ensemble dans les villes, et de formuler un projet de soutien à cellesci.

international des maires sur le Vivre ensemble, qui célèbre cette année son premier anniversaire, portant le nombre de villes membres à 45.

De plus, en marge des deux Congrès, 13 nouvelles villes d’Afrique, d’Europe et des Amériques se sont jointes à l’Observatoire

« Rarement a-t-on vu une semaine aussi internationalement chargée à Montréal. C’est une très grande fierté pour notre

métropole d’avoir pu accueillir, durant son 375e anniversaire, tant de délégations de femmes et d’hommes solidaires et déterminés à prendre de front les défis qui incombent notre planète. «Je tiens finalement à sou-

ligner le travail infatigable des gens responsables de Metropolis et de l’AIMF qui ont rendu possible la signature de la Déclaration de Montréal », a conclu M. Coderre.

Association Internationale des Mairies Francophones

De Québec 1979 à Montréal 2017 L'AIMF a été fondée à Québec le 1er mai 1979, à l'initiative du maire de Paris à l'époque, M. Jacques Chirac, et du maire de Québec, M. Jean Pelletier. Montréal, par l'intermédiaire du maire Jean Drapeau, fait partie des 20 membres fondateurs de l'association. Sa présidente actuelle est Mme Anne Hidalgo, maire de Paris. L'AIMF compte près de 300 villes membres, réparties dans 51 pays entre l'Afrique, l'Europe, l'Asie et les Amériques.

www.atlasmedias.com 31

Atlas.Mtl

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Loisirs

Un projet majeur au Jardin botanique de Montréal

Le Parcours des phytotechnologies

Mme Manon Gauthier, responsable de la culture, du patrimoine, du design, d’Espace pour la vie ainsi que du statut de la femme au comité exécutif de la Ville de Montréal a présenté le 21 juin 2017 en conférence de presse un nouveau projet majeur qui se déploiera à Espace pour la vie au cours des prochaines années : le Parcours des phytotechnologies.

« Cet investissement de 14,5 M$ que nous annonçons aujourd’hui propose une solution digne d’une métropole moderne soucieuse de son environnement. La Ville de Montréal, par son service Espace pour la vie, est fière de réaliser le Parcours des phytotechnologies au Jardin botanique, fruit de longues années de recherche. Les phytotechnologies sont une excellente solution de rechange aux approches d’ingénierie conventionnelle. Il s’agit d’un projet ambitieux en sept stations harmonieusement intégrées au cœur du Jardin botanique. Espace pour la vie associe dorénavant la phytotechnologie à son fonctionnement intrinsèque, tout en poursuivant et en bonifiant sa mission de préservation et d’éducation. Avec la collaboration de scientifiques du Jardin botanique et de l’Institut de recherche en biologie végétale, Espace pour la vie proposera des solutions vertes et audacieuses à divers

tous les Montréalais peuvent être fiers et dont ils pourront s’inspirer », a déclaré Mme Gauthier. « La Fondation Espace pour la vie est fière de s’associer à la Ville de Montréal pour financer le Parcours des phytotechnologies au Jardin botanique. Nous tenons à remercier chaleureusement les quatre donateurs visionnaires qui ont déjà répondu à l’appel» a souligné M. Pierre Meunier, président de la Fondation Espace pour la vie. « Leurs contributions totalisant plus d’un million de dollars a déjà permis de lancer les travaux de la station Les marais épurateurs et d’amorcer le développement du volet éducatif du projet. Nous poursuivons nos démarches pour contribuer au financement du Parcours, » a-t-il ajouté. Le Jardin botanique de Montréal, grâce à son Parcours des phytotechnologies, pourra traiter les eaux de ruissellement et les eaux usées, diminuer l’effet îlot de chaleur de son stationnement, stabiliser les berges des étangs, maî-

Les quatre dimensions d’Espace pour la vie Espace pour la vie regroupe sur un même site le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium Rio Tinto Alcan. Ces quatre institutions prestigieuses de la Ville de Montréal forment le plus important complexe en sciences de la nature au Canada. Ensemble, en repensant le lien entre l’humain et la nature, et en cultivant de nouvelles façons de vivre, elles amorcent un mouvement audacieux, créatif et urbain en faveur de la biodiversité. La Fondation Espace pour la vie La Fondation Espace pour la vie est une fondation publique autonome, qui a pour mission de recueillir des fonds auprès des entreprises et des philanthropes à l’intention d’Espace pour la vie. Depuis sa création en 1999, la Fondation a contribué pour plus de 8 M$ aux projets novateurs des quatre grandes institutions d’Espace pour la vie. problèmes environnementaux C’est un projet fabuleux dont

triser les plantes envahissantes, démontrer comment

réduire l’impact des bruits de la ville et comment décontaminer les sols. Les phyto-

32

Atlas.Mtl

technologies sont appréciées pour les bénéfices environnementaux qu’elles génèrent et leurs qualités esthétiques. Réalisées en séquences, entre 2017 et 2023, les sept stations du projet seront conjointement financées par la Ville de Montréal et la Fondation Espace pour la vie. Un montant supplémentaire estimé à 1,6 M$ sera consacré au volet éducatif. La station Les marais épurateurs située au Jardin aquatique sera la première à voir le jour en 2018. Elle servira à purifier l’eau circulant dans les différents bassins de plantes aquatiques au moyen de marais épurateurs qui

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

assureront le maintien d’une eau de qualité. Un parcours éducatif et inspirant Au fil des stations, les visiteurs seront amenés à découvrir comment les plantes contribuent à préserver la biodiversité du Jardin botanique en assurant la conservation et la restauration des milieux existants. À l’aide de démonstrations, d’animations et de maquettes, les phytotechnologies dévoileront leur fonctionnement afin que les visiteurs puissent faire des liens avec leur quotidien et s’en inspirer pour imaginer des applications à la maison, au travail et dans la communauté.


Loisirs

1er Juillet

Où aller et quoi faire À l'occasion de la Fête du Canada, de nombreuses installations de la Ville de Montréal continueront à offrir leurs services et activités, alors que d'autres modifieront leur horaire.

La plupart des bureaux de la Ville, soit les bureaux d'arrondissement et AccèsMontréal seront fermés durant la fin de semaine du 1er et 2 juillet, selon l’horaire régulier et également, le lundi 3 juillet 2017. Les citoyens peuvent consulter les sites Internet des arrondissements, via le site ville.montreal.qc.ca, ou contacter le 311 ou le 514 8720311 (extérieur de l’île) pour obtenir des renseignements sur les services offerts. Les services de collectes Les collectes de déchets, de résidus verts, de résidus alimentaires, de matières recyclables et d’objets volumineux auront lieu selon l'horaire régulier. Les écocentres

Les écocentres seront ouverts selon l'horaire régulier d'été. Pour trouver tous les renseignements sur les écocentres, les citoyens peuvent consulter la section Environnement du site Internet de la Ville de Montréal.

Les Installations sportives et culturelles Arénas, piscines, centres sportifs, bibliothèques et lieux de diffusion culturelle ont un horaire varié selon les arrondissements. Les citoyens sont invités à communiquer directement avec le personnel de ces installations avant de se déplacer ou à en vérifier l'horaire via Internet. Le Complexe sportif ClaudeRobillard sera fermé le 1er juillet, à l'exception du terrain de tennis extérieur. Renseignements : 514 8726900. La cour municipale La cour municipale, située au 775, rue Gosford, ainsi que tous ses points de service, sera

fermée durant la fin de semaine du 1er et 2 juillet, selon l’horaire régulier et également, le lundi 3 juillet 2017. Renseignements: 514 872-2964 Espace pour la vie Le 1er juillet, les installations seront ouvertes au public selon l’horaire régulier : - Le Jardin botanique et l’Insectarium de Montréal, de 9 h à 19 h - Le Biôdome, de 9 h à 18 h - Le Planétarium Rio Tinto Alcan, de 9 h à 20 h Autres installations Le 1er juillet, les marchés publics seront ouverts de 7 h à 17 h, à l’exception du marché Jean-Talon qui sera ouvert de 7 h à 18 h. et le marché Bonsecours (350,

rue Saint-Paul Est) sera ouvert de 10 h à 21 h. Le 1er juillet, Pointe-àCallière, musée d'archéologie et d'histoire de Montréal (350, place Royale), sera ouvert de 11 h à 18 h. Renseignements : 514 872-9150. Stationnement

Service de référence pour le relogement Un Service de référence est offert par la Ville de Montréal pour venir en aide aux ménages à faible revenus qui seront sans logis au 1er juillet. Une ligne téléphonique dédiée est disponible pour vérifier l'admissibilité à cette aide d'appoint : 514 868-4002 ou visitez le site de la Ville de Montréal.

À l'approche de la période du déménagement, la Ville de Montréal tient à rappeler aux propriétaires l'importance de ne pas abandonner leurs animaux domestiques. À ce sujet, consultez le guide pratique Vivre à Montréal avec son animal disponible sur le site

En déménageant, n'abandonnez pas votre animal !

http://ville.montreal.qc.ca/animaux/

33

Atlas.Mtl

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Rappelons que les bornes de paiement automatisées demeurent payantes durant le congé de la Fête du Canada et que les panneaux d'interdiction de stationner doivent être respectés en tout temps. Source : Ville de Montréal


34

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Actes

Programme de soutien aux organismes communautaires

Un supplément pour améliorer les services offerts à la population

Le milieu communautaire du Québec bénéficiera d'un montant de 80 M$ supplémentaire sur cinq ans qui permettra de hausser les services offerts à la population. La ministre Lucie Charlebois en a fait l'annonce le 22 juin 2017 en présence de représentants d'organismes communautaires. Ainsi, le budget consacré au Programme de soutien aux organismes communautaires augmentera de 10 millions de dollars cette année, de 10 millions en 2018-2019, de 15 millions en 2019-2020, de 20 millions en 2020-2021 et de 25 millions en 2021-2022 pour une pleine récurrence. «Ces investissements supplémentaires viennent appuyer de façon tangible la mission des organismes communautaires œuvrant en santé et en services sociaux partout au Québec. Il s'agit d'un effort financier sans précédent depuis l'adoption de la Politique gouvernementale de l'action communautaire, en 2001. Cela va se traduire par une augmenta-

tion du volume d'activités communautaires qui sont essentielles à la vitalité de tous nos milieux et par une hausse des services fournis à la population» a déclaré Mme Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie Un total de 570 millions de dollars

Le budget consacré cette année au Programme de soutien aux organismes communautaires s'établit à plus de 570 millions de dollars annuellement. La répartition des nouvelles sommes entre les régions tiendra compte du nombre d'organismes communautaires admis par les établissements du réseau de la santé et des services sociaux. Notons que c'est à eux que reviendra la responsabilité de déterminer les sommes qui seront attribuées aux organismes afin de répondre le plus adéquatement possible aux besoins de

leur milieu. (voir encadré) Cet investissement pourrait permettre notamment d'accorder un premier soutien financier récurrent à des organismes reconnus au programme, mais non financés actuellement, ou de mieux soutenir des organismes qui répondent à des demandes croissantes ou qui rencontrent des défis particuliers.

Lucie Charlebois

Le supplément par région Au niveau des régions, les montants du rehaussement du Programme de soutien aux organismes communautaires 2017-2018 pour la mission globale s’établissent comme suit:

Bas-Saint-Laurent : 361 700 $ Saguenay-Lac-Saint-Jean : 635 200 $

Québec : 677 800 $ Estrie : 601 800 $ Montréal : 1 978 500 $

Chaudière-Appalaches : 486 300 $

Outaouais : 413 400 $

Laval : 296 200 $

Abitibi-Témiscamingue : 370 800 $

Lanaudière : 507 600 $

Côte-Nord : 319 100 $

Capitale-Nationale : 729 400 $

Nord-du-Québec : 72 900 $

Mauricie et Centre-du-

Gaspésie : 243 100 $

35

Atlas.Mtl

Îles-de-la-Madeleine : 45 600 $

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Laurentides : 543 400 $ Montérégie : 1 236 900 $ Organismes Nationaux : 480 300 $


Actes

La RAM meilleure compagnie aérienne africaine 2017

La compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a remporté, mardi à Paris, le prix de la meilleure compagnie aérienne africaine pour l’année 2017 décerné par Skytrax en marge du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace (SIAE) de Paris-Le Bourget. Attribué par le président de cet organisme international, Edward Plaisted, au directeur du pôle Clients de la RAM, Othmane Bekkari, ce prestigieux prix décerné pour la quatrième fois consécutive à Royal Air Maroc, consacre son statut de compagnie leader dans le continent africain, indique un communiqué de la compagnie.

Ce prix témoigne également des efforts fournis par le transporteur aérien marocain pour améliorer ses prestations et services au profit de sa clientèle, ajoute le document, qui note que le prix Skytrax, très convoité par les compagnies aériennes, est une référence mondiale dans le secteur du transport aérien. Basé à Londres, Skytrax est un organisme réputé mondialement pour ses enquêtes sérieuses, scientifiques et objectives qui débouchent, selon la même source, sur des classements sanctionnant la qualité des services et des prestations au sein des compagnies aériennes.

Ses prix sont une sorte de baromètre de l’excellence

36

Atlas.Mtl

dans l’industrie du transport aérien, note-t-on.

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Voix d'ailleurs


37

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


Sports

Soccer - Championnat canadien

Le rêve brisé de l’Impact de Montréal Le Toronto FC a vaincu l'Impact de Montréal 2-1 mardi 27 juin , dans la Ville Reine, pour remporter la finale du Championnat canadien 3-2 au total des deux matchs.

un solide match et ils ont bien géré les choses. Nous avons créé des occasions, nous avons marqué un but. Perdre le match comme ça, c'est décevant. »

C'est le deuxième but de la rencontre de Sebastian Giovinco à la fin des arrêts de jeu qui a fait pencher la balance du côté torontois.

Les deux équipes avaient fait match nul 1-1 la semaine dernière à Montréal.

Alors que l'Impact se défendait avec un joueur en moins à la suite de l'expulsion controversée du capitaine Patrice Bernier à la 89e minute, l'Italien a touché la cible après une belle passe de Raheem Edwards pour couronner une action amorcée en milieu de terrain avec un revirement provoqué par Michael Bradley. « C'est décevant et je ne sais pas pourquoi j'ai été expulsé. C'est la deuxième fois que cet arbitre m'expulse, mais je ne veux pas mettre l'accent sur ça, a déclaré Bernier. Je suis fier de mes coéquipiers, car nous avons bien fait durant ce match. Il faut garder la tête haute puisque nous avons une autre partie samedi en MLS. » « Perdre de cette façon, c'est un peu gênant. Le niveau d'arbitrage était très bas, a ajouté l'entraîneur-chef Mauro Biello. Je dois donner crédit à mes joueurs. Ils ont travaillé fort. Je pense qu'ils ont joué

Ballou avait pourtant fait mouche… Ballou Tabla a donné l'avance aux siens en première mitemps, mais Giovinco a égalisé la marque à la 53e minute avant de trancher pendant la cinquième minute des arrêts de jeu. « Ça fait mal de concéder un but à la toute fin, a noté le gardien Maxime Crépeau. Giovinco était dans mon angle mort et il m'a eu au premier poteau. Nous devons maintenant passer à autre chose et penser au championnat en MLS. » C'est la sixième fois de son histoire que le TFC remporte la coupe des Voyageurs. Une décision qui fait tourner le vent Les Torontois ont contrôlé le jeu en début de rencontre et ont gaspillé plusieurs occasions de prendre les commandes. Tosaint Ricketts a complète-

ment raté son tir après une belle descente de Giovinco dès la cinquième minute. Maxime Crépeau a ensuite gardé les siens dans le coup avec deux beaux arrêts lors des 25e et 27e minutes. Le deuxième arrêt a été particulièrement spectaculaire. Ricketts était fin seul dans la surface pour dévier de la tête un centre de Giovinco. Crépeau a dévié le ballon au dernier moment avec sa main droite. Le Bleu-blanc-noir a finalement touché la cible à la 36e minute lors d'une de ses rares incursions dans le territoire des locaux. Blerim Dzemaili a fait tout le travail, puis Ballou,

à l'entrée de la surface de réparation, a atteint la lucarne gauche d'un tir enroulé du pied gauche. Le TFC est revenu du vestiaire sur les chapeaux de roues et Giovinco a finalement fait mouche. Quelques instants après avoir été frustré par Crépeau, Giovinco a accepté une longue remise de Bradley dans la surface montréalaise. Le redoutable Italien est revenu vers sa gauche pour se dégager du défenseur Kyle Fisher, et il a finalement battu le gardien d'un tir bas du côté rapproché. Les deux équipes sont demeurées prudentes par la suite, sachant que le résultat forcerait la présentation d'une

prolongation. Le ciel est finalement tombé sur la tête de l'Impact à la 89e minute. L'arbitre David Gantar a décerné un carton rouge à Bernier pour une faute à l'endroit de Marco Delgado. Bernier semblait toutefois avoir mis le pied sur le ballon et non sur la jambe de son rival. Quelques instants plus tôt, l'arbitre avait gardé son sifflet loin de sa bouche quand Giovinco avait été fauché par Laurent Ciman dans la surface montréalaise. Flairant la bonne affaire, le TFC a augmenté la pression et Giovinco a semé l'hystérie dans la foule à quelques secondes du coup de sifflet menant à la prolongation.

Montréal et le baseball

Une exposition de ligue majeure à l’hôtel de ville Dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, le maire de Montréal, M. Denis Coderre et le président du conseil de la Ville, M. Frantz Benjamin, invitent les Montréalaises et les Montréalais à visiter l’exposition Montréal à coup sûr! Une histoire de baseball. Ouverte le 27 juin l’exposition, qui se poursuiv-

ra jusqu’au 19 août, permettra de découvrir l’histoire du baseball de Montréal, de 1860 à nos jours. Près de 120 objets précieux et inédits ayant appartenu aux grands du baseball montréalais tels que Jackie Robinson ou encore Gary Carter y sont exposés. Également, un volet axé sur le baseball au féminin sera à l’honneur. Une exposition rendue possible grâce à

la collaboration de nombreux partenaires et collectionneurs privés. « Rappelons que le baseball est bien ancré dans l’histoire de notre métropole. Pendant des années, ce sport a su attiser la passion des Montréalaises et des Montréalais, soit par des ligues amateurs ou des parties amicales. L’exposition

38

Atlas.Mtl

Montréal à coup sûr! propose de découvrir et de redécouvrir l’histoire montréalaise du baseball, c’est à ne pas manquer », a affirmé M. Denis Coderre, maire de Montréal. « En cette année de célébrations du 375e anniversaire de Montréal, la ville est en fête et tout au long de l’été, de nombreuses activités gratuites se tiendront à l’hôtel de

nº 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

ville. J’invite donc les Montréalaises et les Montréalais à venir en grand nombre visiter leur hôtel de ville cet été. Plongez dans l’histoire montréalaise du baseball en visitant Montréal à coup sûr!, et profitez également du large éventail d’activités riches en culture et en histoire », a commenté M. Frantz Benjamin, président du conseil de ville.


39

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017


40

Atlas.Mtl

nยบ 306 du 29 juin au 12 juillet 2017

Atlas306 web  

Atlas.Mtl 306 édition du 29 juin au 12 juillet 2017

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you