Page 12

Immigration

Programme de l’expérience québécoise (PEQ)

Une enquête de l’UPAC sur les cours de français

Le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) permet aux étudiants internationaux qui ont obtenu un diplôme au Québec de s’y installer de manière permanente. Pour immigrer, ils doivent notamment démontrer un niveau de français intermédiaire. Pour cela, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion offre plusieurs options au candidat, dont celle de suivre avec succès un cours de français offert par des établissements qui dépendent des commissions scolaires.

tions poussées, selon l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration.

Le ministère a ainsi fait passer des examens oraux à des dizaines de candidats qui ont déjà réussi le cours de français requis, selon l'Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI).

En décembre dernier, l’Unité permanente anticorruption (UPAC) avait ouvert une enquête visant les commissions scolaires Lester-B.Pearson et English-Montreal. Par courriel, le ministère de l’Immigration fait d’ailleurs le lien direct entre les vérifications de dossiers et l’enquête de l’UPAC, sans en dire davantage.

Or, les dossiers d’immigration de plusieurs centaines de candidats dont la plupart ont suivi le cours des commissions scolaires English-Montreal ou Lester-B.Pearson font l’objet de vérifica-

Le ministère de l’Immigration confirme avoir récemment identifié des pratiques douteuses, sans mettre en cause directement les deux commissions scolaires. Afin d'assurer l'intégrité de ses programmes d'immigration, le ministère procède en ce moment à la vérification de certains dossiers dans le cadre du Programme de l’expérience québécoise.

Par ailleurs, en novembre dernier, le ministre québécois de l’Éducation, Sébastien Proulx,

avait chargé une vérificatrice d'enquêter à la suite d’allégations faisant état de pratiques irrégulières en lien avec le cheminement scolaire, la diplomation et le financement associés à certains programmes de formation professionnelle des commissions scolaires Lester-B.-Pearson et English-Montréal. Des dizaines de dossiers rejetés Entre novembre 2016 et mars 2017, le ministère de l’Immigration a vérifié 585 dossiers de candidature pour le Programme de l’expérience québécoise; 320 ont été rejetés ou refusés pour l’instant. Un refus ou un rejet peut empêcher une personne de déposer toute nouvelle demande d’immigration au Québec pendant cinq ans.

«Peut-être qu’il y a une problématique avec les cours, avec la façon dont les cours sont administrés, la façon dont les examens sont administrés. Mais ça, c’est une problématique administrative entre le ministère de l’Immigration et

12

Atlas.Mtl

Kathleen Weil les commissions scolaires» déclare à ce sujet Jean-Sébastien Boudreault, président de l'Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’Immigration Selon cette association, le ministère convoque le candidat à une entrevue lors de laquelle un fonctionnaire évalue oralement son niveau de français même si le candidat a auparavant réussi le

nº 301 du 20 avril au 3 mai 2017

cours de français demandé par le ministère. «Or, l’évaluation orale est particulièrement stressante pour les candidats, qui craignent de voir leur projet de vie compromis» ajoute Jean-Sébastien Boudreault. « Pour y avoir assisté en tant qu’avocat, c’est hyper stressant, imaginez-vous être mis sur la sell-

Suite à la page 13

Atlas301 web  

Atlas.Mtl, le journal de la communauté maghrébine du Canada

Atlas301 web  

Atlas.Mtl, le journal de la communauté maghrébine du Canada