Page 1

n0 231du 5 juin au 2 juillet 2014

Pour vos annonces dans le journal Atlas.Mtl:

(514) 962-8527 Courriel: admin@atlasmedias.com Site Web: www.atlasmedias.com

Iftar Atlas media 2014

Rendez-vous le 11 juillet Page 40

Mondial 2014 de soccer

En avant la musique!

Immigration

Les délais de traitement des dossiers d’admission au Québec

Page 11

Diversité

Page 36

Le Québec (mé)tissé serré à l’honneur

Page 23

La Fête des voisins 2014

Un événement festif et rassebleur

Page 15

Atlas.mtl en vacances Les vacances annuelles du Groupe Atlas media débuteront le 6 juin suivant et se poursuivront jusqu’à la fin du mois en cours. Notre prochain numéro, le numéro 232, sera en conséquence distribué le 3 juillet prochain.

Budget 2014-2015

Austérité ou rigueur ?

Page 5


2

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Editeur : Abdelghani Dades. Directeur Général Rachid Najahi. Rédaction : Hassan Boutabssil, Narjisse El-Bakkali, Zahira Ellahgui, Wahid Megherbi, Mona Doutabaa, Said Chayane, Reda Benkoula Publicité : Agence Odyssée Conception et Réalisation Graphique : Atlas Média Atlas.Mtl est un produit du. GROUPE ATLAS MEDIA Editeur de. * La Voix des Marocains à Montréal et du site web: www.atlasmedias.com

(514) 962-8527 (514) 994-9582 Courriel: admin@atlasmedias. com Site web: www.atlasmedias.com https://www.facebook.com/Nachid. Najahi?ref=hl

Depuis 2002 Groupe Atlas Media Douze ans, c’est… • 228 numéros du bimensuel Atlas.Mtl, soit plus de 5610 articles exprimant la sensibilité maghrébine et valorisant la dimension maghrébine de la société dans laquelle nous vivons; • Une cinquantaine d'événements identitaires, artistiques, culturels et politiques; • De nombreux débats, colloques, séminaires et conférences, • 72 reportages sur la communauté pour les chaînes de télévision 2M, AlMaghribia, Ai Aoula, Arrayadia; • 365 émissions radio (de 2002 a 2009); • Un site web ayant accueilli plus de 6.5 millions de visiteurs depuis 2003 et qui dans sa nouvelle version (mise en ligne début 2012) et qui reçoit en moyenne 1200 visiteurs par jour.

Éditorial

Éditorial

Budget Leïtao

Austérité ou rigueur?

Au milieu des années 70 du siècle dernier, les difficultés économiques de ces pays que l’on n’appelait pas encore «pays émergents» mais qu’on affectait plus volontiers aux groupes «tiers monde», «pays sous développés» ou «pays moins avancés», firent que la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, leur imposèrent des politiques particulières. Un laboratoire nommé «tiers monde» Sous le nom de «Programmes d’ajustements structurels», les institutions financières internationales obligeaient ainsi des gouvernements en manque d’argent et sous peine de suspendre leur accès aux emprunts DTS (Droits de tirages spéciaux), de réduire drastiquement leurs budgets sociaux, particulièrement le soutien aux prix des produits alimentaires de première nécessité, la gratuité de la santé et la gratuité de l’enseignement. Il était également entendu que ces politiques pourraient être révisées dès lors que le «équilibres globaux» (déficit budgétaire maitrisé et inflation jugulée) seraient rétablis. Déjà ployant sous le joug de la dette et de la charge de cette dette et n’ayant pratiquement accès à aucune autre source d’emprunt, les pays visés n’eurent pas le choix. Ils se lancèrent donc dans des politiques d’austérité d’une grande sévérité qu’évidemment, les populations ne pouvaient supporter. Il s’ensuivit une période de troubles sociaux dont le paroxysme a été une série «d’émeutes du pain», souvent brutalement réprimées, menées sous le slogan de «On ne vit pas d’équilibres globaux». Comment cette situation a-t-elle évolué et ou en sont ces pays aujourd’hui? Ils ont certes changé de catégorie, certains ont même un temps été classés «Nouveaux tigres» et tous sont devenus «pays en développement», mais pour autant, on aurait quelque peine à les qualifier de «développés», tant leurs croissances ont bénéficié à certaines catégories économiques plus qu’à d’autres; tant les écarts sociaux s’y sont creusés jusqu’au point de créer un risque permanent d’explosions populaires. Les leçons européennes

3

Les leçons de ces expérimentations en laboratoires à l’échelle de pays, ontelles été bien apprises? A-t-on compris comment, en situation de crise, comment rétablir l’économique et le financier sans provoquer un coût social exorbitant?

Depuis le début des années 10 du présent siècle, le même schéma que celui appliqué le siècle précédent a été redéployé. Au cœur cette fois du monde développé, en Europe cette fois, avec les récents avatars de la Grèce, du Portugal et, même dans une moindre mesure, d’une puissance comme l’Italie. Le Gendarme qui surveille les opérations de redressement n’est plus une institution internationale, mais l’Union Européenne; la condition du contrat n’a pas évolué, l’argent de Bruxelles n’est accessible que si les «réformes» sont mise en train. La grande différence est cependant que les moyens financiers octroyés ne sont plus des prêts à taux d’intérêt exorbitant, mais des dons. Pour autant, la situation s’est-elle vraiment améliorée? Au vu des «équilibres globaux», sans doute oui. Au niveau de la relance économique, les taux de croissance se font attendre. Mais au niveau social, le coût est là : les peuples n’ont manqué aucune occasion de descendre dans la rue (avec une répression moins brutale cependant); l’instabilité politique s’est installée avec de fréquents changements de gouvernements et pire encore, une effrayante montée en puissance des forces conservatrice de droite et d’extrême droite; avec enfin, une reprise de l’émigration vers des pays moins affectés par les difficultés économiques et – paradoxe – vers certains des pays «sous développés» impliqués dans les «redressements» antérieurs. Et le Québec dans tout cela? Ces rappels ne sont pas seulement une leçon d’histoire. Il s’agit en fait de poser un certain nombre de repères afin de mieux évaluer les évolutions possibles de la situation au Québec, à la veille du dépôt du budget, du premier budget de Carlos Leïtao. Première remarque, si dans l’opposition et dans les media on parle volontiers

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

d’«austérité», le gouvernement préfère invoquer la «rigueur». Ce n’est cependant là qu’un aspect politicien que nous ne développerons pas, tant il est sans effets sur la suite. On doit cependant à la vérité de dire que si dans les deux cas cités ci-dessus en référence, le processus, curatif, été dicté de l’extérieur et par une situation de crise ouverte, dans le cas du Québec, la crise n’est pas patente, la démarche est de nature préventive et elle est endogène. Dans la vie vraie, la situation est que le Québec à par trop dépensé durant des décennies, écornant sérieusement l’héritage laissé par les bâtisseurs de ses belles années de prospérité. Comment rétablir la situation? Que nous dit le gouvernement à ce sujet? Principalement que nous devons tous contribuer à un effort destiné trouver un équilibre entre les dépenses et les recettes, sans augmenter ni les tarifs ni les taxes. Autrement dit, l’équipe de M. Philippe Couillard vise à maintenir les filets sociaux qui font la spécificité de la province, mais pas en faisant (trop) recours à l’impôt et aux coupes dans les budgets sociaux. L’énoncé est généreux et attrayant. Pour être réalisable néanmoins, il a besoin d’argent, d’argent frais. Où trouver cet argent? Avec un petit atout au départ en l’occurrence les transferts fédéraux et dans des mesures immédiates avec une gestion plus serrée des finances de l’État. Puis dans des mesures aux effets différés telles la relance de l’activité économique d’ensemble, dans la mobilisation de ressources – y compris naturelles – jusque là inexploitées. Dans quelle mesure tout cela est-il réalisable? Pour l’heure on n’en sait pas suffisamment dans la mesure où tous les discours sur cette question se sont limités aux déclarations d’intentions. Mais on devrait être plus largement renseigné à la lecture de l’énoncé budgétaire du 4 juin 2014.

Abdelghani Dades


Politique

Le programme du gouvernement

Entre le souhaitable, le nécessaire et l’urgent

Dans son discours d’ouverture de la 41e législature, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé son inébranlable détermination à accomplir dans l’urgence ce que Lucien Bouchard ou encore Jean Charest n’ont pu faire : réformer en profondeur l’État québécois pour venir à bout de ses problèmes structurels. « Nous ne reculerons pas devant l’ampleur de la tâche », a déclaré Philippe Couillard dans un discours qui a duré un peu plus d’une heure à l’Assemblée nationale. « Il faut agir de façon ferme, décisive. Nous le ferons. » « Nous entrons en fonction au moment où sonne l’heure des choix », a soutenu le premier ministre. « Nous avons débattu de mesures ponctuelles sous un gouvernement ou un autre. Mais les vraies réformes ont été repoussées. Parce que ce Parlement était divisé. Ce qui aurait été souhaitable il y a 15 ans, ce qui aurait été nécessaire il y a 10 ans devient aujourd’hui une urgence. » Réforme de la fiscalité L’exercice doit dépasser le seul objectif à court terme d’équilibrer, par des coupes, le budget de l’État. « Nous effectuons présentement des compressions pour contenir le déficit. Il faut se sortir de ces contorsions de plus en plus pénibles. » Le Québec est aux prises avec un « déséquilibre structurel » qui représente, à ses yeux, « la plus grande menace à notre liberté de choix ». Il a promis « un Québec prospère, juste et libre de ses choix », cette dernière expression provenant de Robert Bourassa qui, lui, parlait de ses choix quant à l’avenir politique, et non pas simplement de choix budgétaires.

« Nous avons tendu au maximum les élastiques de l’endettement et de la fiscalité, a soutenu le premier ministre. Il faut augmenter la colonne des revenus, non pas en imposant davantage, mais en créant plus de prospérité, tout en ramenant nos dépenses au niveau de nos moyens réels. »

L’heure est aux compressions, mais les vraies réformes viendront l’an prochain avec les recommandations que rendra publiques la Commission sur la réforme de la fiscalité et la Commission permanente de révision des programmes de l’État.

Philippe Couillard a prévenu que cette révision des programmes ne fera pas l’unanimité. « Des voix s’élèveront au nom de la protection des acquis, a-t-il prédit. Dans ce genre d’action, les consensus sont difficiles. Le gouvernement écoutera les divers points de vue, mais agira de façon nette et décisive. » La Commission sur la réforme de la fiscalité reverra tant le régime fiscal des particuliers que celui des entreprises. Si l’objectif consiste à réduire le fardeau fiscal, « particulièrement celui des familles de la classe moyenne », les hausses de tarifs ne sont pas exclues. « Nous rechercherons le meilleur équilibre entre l’impôt sur le revenu, la taxation et la tarification », a-t-il dit.

Le taux annuel d'inflation a augmenté de 0,5 point de pourcentage en avril au Canada. Il a atteint 2,0 %, comparativement à 1,5 % en mars. Selon Statistique Canada, la hausse de l'Indice des prix à la consommation (IPC) enregistrée en avril a été la plus

d’Anticosti.

Le développement du réseau des services de garde sera poursuivi, mais seules les familles de la classe moyenne ou à bas revenus seront « à l’abri d’un choc tarifaire ». Les familles mieux nanties pourraient toutefois payer plus cher, a-t-il évoqué plus tard sur les ondes de TVA.

La Filière hydrocarbures À ce dernier chapitre, le premier ministre a confirmé que son gouvernement soumettra l’ensemble de la filière des hydrocarbures à une évaluation environnementale stratégique (EES), comme le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, l’avait évoqué en matinée.

En matière de fiscalité des entreprises, Philippe Couillard a annoncé que l’aide aux entreprises sera revue. « Les sommes importantes qui y sont consacrées ne donnent pas le niveau de résultats souhaité », juge-t-il. Surtout, l’État est trop présent dans l’économie. « Il faut lui redonner son rôle de partenaire, de navigateur, plutôt que d’exécutant. Lorsqu’il investit dans un projet, il faut que les risques soient répartis équitablement entre nos partenaires et le contribuable », a-t-il indiqué au moment où son gouvernement remet en question les investissements publics dans la cimenterie de PortDaniel, en Gaspésie, et dans l’exploration pétrolière sur l’île

En matière d’identité, Philippe Couillard a réitéré sa volonté de présenter un projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État « en tout respect de nos chartes des droits et libertés ». Il a noté la préoccupation, « chez nous comme ailleurs », que représente la coexistence des communautés. « Rappelons que le devoir premier d’une démocratie n’est pas d’assurer la dominance de la majorité, qui est acquise par le nombre, mais de protéger les minorités contre ses excès de pouvoir ou la discrimination », a-til affirmé, citant la communiste Rosa Luxemburg, morte pour la cause en 1919 : « La liberté, c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »

Coût de la vie Une forte hausse

Le taux annuel d'inflation a atteint 2,0 % en avril au pays; il s'agit de la plus forte hausse en 2 ans

M Philippe Couillard, premier ministre du Québec

marquée depuis avril 2012.

Les prix de l'essence ont augmenté de 6,6 % au cours de la période de 12 mois se terminant le mois dernier, alors qu'ils avaient progressé de 1,4 % en mars. Les prix des aliments ont quant à eux augmenté de 1,9 %, après avoir progressé de 1,5 % en mars. La hausse a été principalement attribuable aux prix

4

Et le premier ministre d’ajouter : « De celui ou celle qui agit autrement. » Si l’enjeu de la santé est essentiel, c’est l’éducation qui constitue sa priorité. « Nous allons insister sur l’apprentissage des langues. Le français qui nous définit comme peuple, l’anglais et les autres langues qui sont des fenêtres sur le monde. » Même si le français semble ainsi confiné à la sphère locale, Philippe Couillard y voit tout de même « un atout extraordinaire » dans la perspective du libre-échange avec l’Europe. Il a reconnu que la langue française « sera toujours sous pression au Québec » et a promis que son gouvernement restera vigilant. Le premier ministre a émaillé son discours de tous les engagements qu’il a pris pendant la campagne électorale. Pour Montréal et Québec, il s’est engagé à bannir le terme « créature » pour créer un deuxième « ordre » de gouvernement avec des pouvoirs et des moyens accrus.

de la viande, qui ont augmenté de 4,5 % d'une année à l'autre.

Canada y a observé une forte hausse du prix du gaz naturel.

Au Québec, le taux annuel d'inflation a atteint 1,3 %, comparativement à 0,9 % en mars.

L'indice de référence de la Banque du Canada a augmenté de 1,4 % au cours de la période de 12 mois se terminant en avril, alors qu'il avait progressé de 1,3 % en mars. Sur une base mensuelle, l'indice de référence désaisonnalisé a augmenté de 0,2 %, soit une hausse identique à celle enregistrée en mars.

Au Nouveau-Brunswick, il est passé de 1,5 % en mars à 1,8 % en avril. En Ontario, il a atteint 2,4 %, compara tivement à 1,5 % en mars. Statistique

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Économie & finances

2014-2015

Un «Budget de transition» Le ministre des Finances, Carlos Leitao, devait déposer le budget 2014-2015 le 4 juin 2014, à 16 h, à l'Assemblée nationale.

« Ce budget de transition permettra de concrétiser les engagements que nous avons pris envers les citoyens du Québec. Les mesures qu'il contiendra permettront plus spécifiquement de redresser les finances publiques et de relancer l'économie », a déclaré le ministre Leitao dans un communiqué. «Rigueur et responsabilité» Le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, déposera le même jour le budget des dépenses. Il a indiqué qu'« il nous faut agir avec rigueur et responsabilité dans la gestion de nos finances publiques, c'est ce à quoi s'attendent les Québécois ». Le gouvernement de Philippe Couillard, aux prises avec une impasse budgétaire de 3,7 milliards de dollars à résorber, envisage d'importantes compressions de dépenses dans les ministères. Il se

donne comme priorité de rétablir l'équilibre budgétaire en 20152016.

Le premier ministre Couillard a réitéré que ses ministres procédaient à l'évaluation de tous les projets du gouvernement à sa sortie du caucus. « Vous avez vu au cours des derniers jours, il y a plusieurs projets dont on discute dans l'opinion publique, a-t-il indiqué. Il ne faut pas se laisser gagner par des urgences imposées de l'extérieur. » Réduire le déséquilibre fiscal d’abord « On veut prendre le temps de bien faire les choses, de bien examiner les projets, notamment les montages financiers », a poursuivi le premier ministre. Il a ajouté que le gouvernement fera attention aux coûts que les projets impliquent pour le trésor québécois et le « rapport entre ce qu'on investit et ce que l'on obtient » de ces projets. « Il a été question du SLR (système léger sur rail), il a été question de la cimenterie [de Port-Daniel] »,

5

M Carlos Leitao, ministre des Finances du Québec

a-t-il poursuivi. « Il y a toujours des projets comme ça qui ont été annoncés au cours des derniers mois. On ne dit pas qu'on y tourne le dos, on veut respecter la signature du gouvernement, mais on veut prendre le temps de les analyser en profondeur. » Lors de l'ouverture de la session parlementaire, le premier ministre

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

Philippe Couillard a préféré toutefois parler de rigueur budgétaire, plutôt que d'austérité. Le ministre Leitao a évoqué l'existence d'un déséquilibre fiscal entre les provinces et le gouvernement fédéral et s'attend ainsi à recevoir de l'aide d'Ottawa pour parvenir à réduire son déficit budgétaire.


6

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Chroniques

A contre-courant

Gare aux formules malheureuses! Par Ismaïl Harakat L’article, paru dans les pages intérieures du « Journal de Montréal » du 26 mai relate une information à première vue anodine. Mais en creusant de près, on s’aperçoit que l’article en question brille par son titre et non pas par son contenu. On y apprend que l’arrondissement de Rosemont-Petite Patrie serait devenu la « Mecque de l’échangisme ». Il est vraisemblable que le signataire du papier n’y a pas vu malice et que dans son esprit il n’y a aucun mal à associer la ville la plus sacrée des musulmans qui sont au nombre de 1,3 milliard à travers le monde à une pratique qu’on cherche à présenter en étant en « pleine croissance » au Québec. Il faut préciser en effet que l’expression « La Mecque de… » est couramment utilisée en français dans le sens de sanctuaire ou lieu par excellence de quelque chose. On peut dire ainsi que Saint-Tite est la Mecque du Rodéo au Québec, que le Saguenay est la Mecque du fromage à poutine ou que Don Benito, à Badajoz en Espagne est la Mecque des « churros con chocolate ». Autrement dit, un site, une ville, un quartier, un village ou autre réputé pour abriter une activité spécifique qui contribue à sa notoriété à l’échelle locale, nationale ou internationale. Le contre-exemple européen N’empêche, associer la cité sainte de l’islam à l’échangisme même involontairement peut être perçu par de nombreux musulmans au Québec et au Canada comme une offense. Ce sont des formules malheureuses du genre qui déchaînent les passions. On veut croire que l’auteur de l’article n’avait aucune intention d’offenser puisque le contenu n’avait de toute façon rien à voir avec la communauté musulmane, mais l’histoire récente du journal-

isme a démontré qu’il faut faire très attention avec les croyances des gens. En Europe, où les provocations gratuites ciblant la communauté musulmane sont légion, nombreuses sont les publications qui ont fait et font toujours de l’insulte et du blasphème un véritable fonds de commerce à l’instar du quotidien danois Jylland Posten dans son édition du 30 septembre 2005 avec ses 12 caricatures sur le prophète Mahomet qui ont provoqué un tollé dans le monde musulman.

ment d’appartenance étant basé en Amérique du Nord sur le droit de sol et non pas sur le droit de sang comme en Europe, les balises sont dès le départ plus claires : La liberté religieuse est sacrée tant et aussi longtemps qu’elle s’inscrit dans le respect des lois en vigueurs adoptées par la communauté. C’est ce qui a protégé l’Amérique du Nord contre l’anti-islamisme primaire.

Peut-être le cas le plus extrême en la matière est celui de Charlie-Hebdo, un hebdomadaire français qui se veut satirique mais dont le gout est des plus discutables. La stratégie du journal en question est toute simple : Dans un contexte de régression irréversible des ventes, d’augmentation des couts d’impression et de réduction des annonces publicitaires, une petite polémique est souvent bienvenue pour doper les ventes. Et que peuton trouver de mieux en temps de crise où le Front National fait un tabac que des gribouillis nauséabonds présentant l’islam et les musulmans comme des individus arriérés, enclins au terrorisme et incapable de s’intégrer dans une société civilisée. L’offense visant les musulmans de la part de Charlie Hebdo sous couvert de liberté d’expression est devenue tellement répétitive qu’elle passe désormais presque inaperçue. L’indifférence est en effet la meilleure réponse à opposer à la bêtise.

Renouer avec la normalité Bien entendu, quelques épisodes douloureux ont remis en question cette particularité à l’instar des attentats du 11 septembre 2001, les arrestations de quelques individus qui s’apprêtaient à semer la M. Ismail Harakat terreur ou même le débat sur la Charte des valeurs. Rien à voir cependant avec le cas européen, lasson le débat sur la Charte des valeurs québécoises pour s’attaquer aux notamment français où on assiste purement et simplement à une forme choses sérieuses, c'est-à-dire l’éducation, la santé, l’emploi, le de banalisation du discours de développement durable…Autant l’extrême-droite au point où il est il devenu difficile d’établir une nuance dire les « vraies affaires » pour entre le Front National et l’UMP en reprendre le slogan de campagne du Parti Libéral. matière de politique d’immigration notamment. Justement, le Parti Libéral doit une fière chandelle à une mobilisation La vigilance doit être de mise au Québec. S’il n’y a ni extrême droite sans précédent de la part de la communauté immigrante et peut-être prônant un rapatriement massif des plus particulièrement la communausans-papiers, ni médias haineux qui interprètent à leur façon la notion de té arabe et maghrébine. Un apport la liberté d’expression, cette particu- bienvenu qui a conforté la majorité larité qui fait la force de notre socié- des libéraux, mais qui responsabilise le parti quant à la nécessité de té doit se traduire sur le terrain par un surplus de respect envers l’autre. renouer avec la normalité en laissant de côté ces petites bisbilles à saveur Et par plus de prudence dans le choix des mots car un rien peut suf- électoraliste. Presque deux mois après les élections, on peut dire fire pour allumer la mèche et les journalistes sont bien placés pour le qu’un parfum d’embellie flotte dans l’air. Il était temps. savoir.

Au Québec et au Canada, nous sommes fort heureusement à des annéeslumière du cas français. Il peut il y avoir des dérapages ça et là mais il y a un quasi-consensus, bien que mis à mal par le débat sur la Charte des valeurs québécoises quant à la sacralité des croyances. Le senti-

7

Déjà, il faut saluer la décision du Parti Libéral de mettre sous le pail-

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


8

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Panorama

Hausse mondiale des prix des produits alimentaires

La famine menace à nouveau… Après l’ONU, la Banque mondiale a mis en garde fin mai 2014 contre la hausse des prix alimentaires sur le globe, la première en près de deux ans, poussée notamment par la flambée des cours en Ukraine. Entre janvier et avril, les prix des principaux aliments de base ont augmenté de 4 % dans le monde, mettant fin au déclin continu observé depuis le pic de l’été 2012, relève la BM dans son rapport trimestriel. « Les inquiétudes météorologiques, les incertitudes politiques et les fluctuations des monnaies ne sont pas dissociables les uns des autres », affirme Ana Revenga, vice-présidente de la Banque en charge de la réduction de la pauvreté. Sur les trois premiers mois de l’année, la hausse est particulièrement sensible pour le blé (+18 %), le sucre (+13 %) ou le maïs (+12 %) et survient en dépit de prévisions de récoltes record cette année, note la BM. La sécheresse persistante dans certaines régions des États-Unis et la forte demande mondiale, notamment en provenance de Chine, expliquent en grande partie cette poussée. Mais la crise en Ukraine n’y est pas étrangère, note l’institution. Troisième exportateur mondial de maïs et sixième de blé, le pays affiche les hausses les plus spectaculaires à l’heure où il est plongé dans une profonde crise politique et économique. Flambée des prix Entre janvier et avril, le maïs a ainsi vu sa valeur s’envoler de 73 % en Ukraine où le prix du blé a, lui, flambé de 37 %, tirant avec eux les cours mondiaux. « Les tensions géopolitiques en Ukraine n’ont pas encore perturbé les exportations mais pourraient avoir un impact sur la production future et le commerce si l’incertitude augmente », souligne la BM. D’autres pays en proie à des tensions politiques et économiques ont été frappés de plein fouet. Sur un an, le prix de

la farine a ainsi augmenté de 70 % en Argentine en avril. La flambée mondiale a certes été contenue par un déclin de 12 % des cours du riz, un aliment de base dans de nombreux pays du Sud. Et globalement, les prix alimentaires sont inférieurs de 2 % à leur niveau observé il y a un an. Mais ce rapport est un nouveau signe d’un possible retournement de tendance et vient relayer les craintes déjà exprimées par les Nations unies qui ont observé en avril le même mouvement à la hausse. Émeutes de la faim Le rapporteur des Nations unies pour le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, avait alors même dit craindre

9

une période de « prix alimentaires élevés et volatils » et la possible résurgence d’émeutes de la faim. La Banque mondiale semble partager la même inquiétude. « Au cours des prochains mois, nous devons surveiller de près ces prix pour s’assurer que de nouvelles hausses ne fassent pas peser une pression supplémentaire sur les plus défavorisés », souligne sa vice-présidente Ana Revenga. En 2007 et 2008, la flambée des prix alimentaires avait provoqué des dizaines d’émeutes de la faim à travers le globe, en Inde, au Cameroun ou à Haïti, rappelle la BM. L’hypothèse d’une crise d’une telle

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

envergure semble, certes, lointaine mais la Banque note toutefois que de nombreux incidents ont continué de sévir à travers le globe depuis ce pic. Selon le baromètre de la BM, 51 émeutes de la faim ont été recensées dans 37 pays depuis 2007, la plupart liées à une flambée des prix et prenant pour cible les autorités. C’est ainsi le cas des crises en Tunisie en 2011 ou en Afrique du Sud en 2012, relève la Banque qui met en garde contre les conséquences de tels épisodes de tensions. « Les chocs liés aux prix alimentaires donnent naissance aux conflits, les nourrissent et entretiennent plus généralement l’instabilité politique », met en garde l’institution.


10

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Immigration

Les délais de traitement des dossiers d’admission au Québec tels qu’ils s’établissent au mois de juin 2014

Voici les dernières mises à jour concernant les délais de traitement des dossiers pour une demande d’immigration au Québec communiquées sur les sites web du ministère de l’Immigration de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) et de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC). Ces délais sont calculés pour une demande de résidence permanente au Québec. Les délais de traitement au niveau du Québec Les délais de traitement des dossiers varient en fonction du pays dans lequel a été déposée la demande, c’est-à-dire le pays où résidez habituellement le demandeur, mais également en fonction des objectifs de sélection du Québec et du nombre de dossiers reçus dans les bureaux d’immigration du Québec à l’étranger. Les candidats qui ont un diplôme donnant des points au critère domaine de formation verront leur dossier traité en priorité et les délais seront plus courts que ceux indiqués ci-dessous. Vous pouvez consulter la liste des domaines de formation 2013 sur le site web du MIDI.

Ces délais s’appliquent à la demande de certificat de sélection du Québec (CSQ) seulement. Ils excluent ceux relatifs à la demande de résidence permanente auprès du gouvernement du Canada. Certificats de sélection À titre d’exemple, voici les délais

d’attente concernant la demande de CSQ dans certains pays :

- France : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant mai 2012. - Algérie : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant février 2009. - Maroc : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant novembre 2010. - Tunisie : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant juin 2010. - Cameroun : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant juin 2011. - Ghana : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant août 2011. - Belgique : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant mai 2012. - Moldavie : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant mai 2011. Demandes formulées au Québec - Pour les demandes depuis le Québec : sont actuellement traitées les demandes d’immigration déposées avant janvier 2013. Délais de traitement au niveau fédéral Pour l’obtention du visa de résidence permanente, les demandes se déposent auprès du bureau canadien des visas dont votre pays dépend. Vous trouverez plus d’infos sur notre page consacrée aux bureaux d’immigration au Canada.

11

De nouveau, des délais de traitement s’appliquent et vont varier en fonction du pays dans lequel vous avez déposé votre demande. À titre d’exemple, voici les délais d’attente concernant l’obtention du visa dans certains pays. Les délais sont basés sur le temps qu’il a fallu pour traiter 80 pour 100 des cas entre le 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013. Ces délais sont sujets à changement : - France : 15 mois d’attente - Maroc : 12 mois d’attente - Roumanie : 13 mois d’attente - Sénégal : 30 mois d’attente - Mexique : 15 mois d’attente Permis de travail temporaire Les délais de traitement pour les autres catégories d’immigration au Québec au niveau fédéral :

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

- France : 2 mois d’attente - Maroc : 2 mois d’attente - Tunisie : 2 mois d’attente - Colombie : 2 mois d’attente - Pour une demande présentée au Canada : 47 jours d’attente (12 jours pour une demande en ligne) Permis d’étude - France : 4 semaines d’attente - Maroc : 8 semaines d’attente - Tunisie : 14 semaines d’attente - Roumanie : 10 semaines d’attente - Colombie : 5 semaines d’attente - Pour une demande présentée au Canada : 32 jours d’attente (12 jours pour une demande en ligne)


Diversité

2ème Gala des Grands Prix Mosaïque

Le Québec (mé)tissé serré à l’honneur Dans son souci de bien remplir son rôle de passerelle et de pont entre la société d’accueil et la diversité, et vice et versa, l’Agence de presse Médiamosaïque a révélé les huit récipiendaires de la 2ème édition du Concours des Lys de la diversité et honoré les 20 Personnalités de l’Année 2013. La remise des prix a eu lieu dans le cadre d’un grand gala qui s’est tenu le 28 mai dernier au Théâtre Outremont. Cet évènement unique au Canada, réalisé par Médiamosaïque en collaboration avec ICI Radio-Canada et le Mouvement Desjardins, a été créé dans le but, d’abord, de favoriser une meilleure représentation de la diversité culturelle dans l’espace médiatique du Québec, ensuite, de faire connaître des personnalités d’envergure susceptibles de jouer un rôle de repère et de mentor au profit de la diversité. À cette occasion, cinq des huit Lys ont été remis aux journalistes s’étant démarqués dans les catégories: presse écrite, radio, télévision, web et photographie, tandis que trois autres Lys spéciaux (Relève, Grand Prix Bâtisseur, Grand Prix Hommage) ont été décernés à des récipiendaires dont la pertinence de leurs oeuvres a fait consensus au sein du Jury. Les lauréats des Lys de la diversité 2014 - Le Lys de la Presse écrite est remis à Marie-Lise Rousseau pour son dossier spécial « Une hydre à plusieurs têtes » publié dans le journal l’Itinéraire. - Le Lys de la Photographie est remis à Valérian Mazataud pour son photoreportage « Montréal-nord, avril 2013 » publié dans la revue « Nouveau projet ». - Le Lys de la Radio est remis à Luc Fortin pour son émission sur les jeux paralympiques : « Sotchi 2014, les jeux continuent » diffusée à Canal M, la

radio de Vues et Voix. - Le Lys du Web est remis à Radio Canada International pour son site « Autochtones, l’autre histoire ». - Le Lys de la Télévision est remis à Phile Beauchemin pour son documentaire « une terre 1001 mondes » produit par Polyvista. - Le jury a décidé de décerner le Lys de la Relève à Déborah Cherenfant pour le talent exprimé dans son blogue et à son émission « Mots d’elles ». - Le Grand Prix Bâtisseur est remis à DAM (Diversité Artistique Montréal) pour son apport inestimable aux artistes de la diversité. - Le Grand Prix Hommage est remporté par une auteure qui vit la diversité et l’exprime admirablement Kim Thuy pour son parcours exceptionnel qui force le respect en tant que symbole d’intégration et de double identité

Les Lauréats du TOP 20 des Personnalités de l'année 2014.

Ce deuxième Gala a été également l’occasion d’honorer les lauréats du TOP 20 des Personnalités de l’Année 2013, des personnalités d’exception dont le parcours fait rayonner la diversité dans les différentes sphères d’activités de la société québécoise et canadienne et même à l’échelle internationale. Rappelons que ce deuxième Palmarès du TOP 20 regroupe les noms qui suivent : Dany Laferrière, Colette Roy Laroche, Joey Saputo, Élaine Zakaïb, Sami Aoun Michèle Fortin, John Parisella, Emmanuel Dubourg, Luciano Del Negro, Ponora Ang Sugar Sammy, Boucar Diouf, Marco Calliari, Brunilda Reyes, Gregory Charles Mo Belleus, Akli Ait Abdallah, Michel Jean, Monette Malewski, Juno Youn Il faut dire que, bien avant de monter sur scène, ces Personnalités du TOP 20 de la Diversité ont été projetées à l’écran à travers une vidéo synthétisant leur parcours et le symbolisme de leur nomination. Des prestations artistiques

John Parisella et Abdelghani Dades remettant le Lys de la presse écrite à Marie-Lise Rousseau.

des chanteurs Matt Mardini, Marco Calliari et de l’humoriste Boucar Diouf, ce dernier est d’ailleurs le porteparole de l’événement, ont permis à l’assistance, au visage multiethnique et

BBQ pour les enfants de Toronto L'Association Marocaine de Toronto organise ce 15 juin 2014, au Wodbine Beach Park (Wodbine Beach Park-Area 1) une journée BBQ pour les enfants. Les enfants de 2 à 12 ans y seront gratuitement admis. L’organisateur de l’événement, l’Association Marocaine De Toronto, souhaite que cette activité permettra de rassembler la communauté marocaine autour d'un bon repas et diverses activités pour les enfants. Les enfants doivent être accompagnés et les parents sont chargés de surveiller leurs enfants. Si vous souhaitez être présent ou vous porter bénévole à cette occasion, contactez l’AMDT, par courriel à l’adresse info@amdt.ca ou par téléphone aux numéros 416 877 4457 ou 647 786 3642

12

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

multigénérationnel, de vivre des moments intenses dans le cadre de cette Grande fête annuelle de la Diversité.


13

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Diversité

Tajine de rires 2

Diversité et vivre-ensemble au menu

L’Association Mémoires & Dialogue, réunit des Juifs et des Musulmans marocains de bonne volonté qui partagent la conviction que le Royaume du Maroc dont ils sont originaires, constitue un exemple très patent de cohabitation, la preuve que le dialogue judéomusulman est possible et riche de promesses, d’avenir et d’espoir et que le conflit israélo-palestinien n’est pas une fatalité.

Mémoires et Dialogue, a pour objectifs, entre autres, de consolider les liens qui unissent les communautés juives, arabes et berbères d’origine marocaine. Le Tagine 2, a été finement concocté et savamment mijoté. Mémoires et dialogue a, comme à son habitude, offert un régal au public avec un spectacle savoureux. En parfaite symbiose avec une assistance nombreuse, les artistes ont offert au public un spectacle où la diversité et le vivre ensemble constituaient le plat de base. Relevant des situations quotidiennes avec finesse et

humour, les artistes de la soirée, avec à leur tête notre star nationale Rachid Badouri, ont relevé le comique de certaines situations de ce vivre ensemble et suscité bien des éclats de rire. Une soirée donc de partage, au-delà des cultures, des religions, des couleurs et des frontières démontrant que ce vivre ensemble est une réalité qui apporte une belle richesse pour peu qu’on le veuille.

Dans un show admirablement animé, en beauté et subtilité, par Eddy King, honneur fut rendu à notre « humoriste» maroco-canadien Rachid Badouri, exemple type du « mixage » des cultures et de la diversité. Honneur lui fut d’ailleurs rendu, durant cette soirée, par l’Ambassadeur du Maroc à Ottawa Mme Nouzha Chekrouni qui lui a remis un trophée, en marque de reconnaissance du Royaume pour son talent. Honneur également à toute l’équipe de Mémoires et dialogue qui a travaillé fort pour offrir au public cette belle soirée… Rendez-vous est donné pour le prochain Tagine du rire.

Pour un Maroc Meilleur

Un “Carrefour des Cultures” fusion de rythmes

Pour la cinquième année consécutive, l’association canadienne Pour un Maroc Meilleur (P.M.M.), qui œuvre pour la lutte contre l’analphabétisme et le décrochage scolaire dans les régions rurales marocaines, a organisé le concert bénéfice “Carrefour des Cultures” au cabaret du Mile End, joliment et adéquatement décoré pour l’occasion par l’artiste Omar Gammoui, le Vendredi 30 Mai à 19H. Ainsi, une centaine de sympathisants fidèles de P.M.M. se sont joints aux membres de l’association pour danser et chanter aux rythmes de la musique africaine, Blues, Chaabi, musique arabe classique, et d’autres styles musicaux mixtes. Après le passage du talentueux DJ Marwane K., et un peu pour rappeler les racines géographiques de notre pays d’origine, c’est le groupe Africain Benkadi, issu de la Guinée qui a « ouvert le bal » avec de belles danses africaines sur des rythmes de Tam-Tam, suivi de l’artiste Charles Bensoussan, qui est revenu faire chanter le public de belles balades de la musique française. Le groupe Ouazzani a ensuite instantanément fait lever la salle pour danser sur les notes des chansons « Chaabi ». A la suite d’une courte pause, deux membres de P.M.M. ont rappelé le fondement et la mission de l’association en soulignant l’importance de ses ressourc-

es humaines, toutes bénévoles, qui ont permis de financer des projets de lutte contre le décrochage scolaire d’un montant total de plus de 60000 dollars depuis 8 ans.

La deuxième partie du concert a débuté avec la chanteuse, violoniste et compositrice Siham Naim qui a ébloui la foule avec son single «I try» et ses reprises spectaculaires de hits, telle que la chanson «Happy!», bien représentative de l’ambiance générale. L’émerveillement du public a continué avec la voix de la talentueuse chanteuse Nidal qui a repris avec grande élégance des classiques de la chanson arabe. Le groupe Syncop, toujours très solidaire de la cause de P.M.M., a ensuite baigné le public dans un mélange de Reggae-Ragga-Hip-Hop et musique algérienne unique et très agréable. C’est le groupe Médo Comes qui a clôturé le concert sur des notes très dansantes de musique africaine avant de laisser le DJ Marwane K. faire danser les plus infatigables des sympathisants

14

sur la piste. La soirée a été animée par le comédien hilarant Farés, connu sous le nom artistique de l’Uncle Fofi, qui a bien diverti la foule, lui permettant aussi de reprendre son souffle, entre les passages des différents groupes musicaux. Ce concert a permis à l’association Pour un Maroc Meilleur d’amasser $ 1685,81,

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

montant qui sera dédié à des projets de lutte contre l’analphabétisme et le décrochage scolaire dans les régions rurales du Maroc. L’association Pour un Maroc Meilleur est soutenue dans ses activités par ses fiers partenaires le Café Andaloucia et la compagnie Sts Project ainsi que par le commanditaire le Why Not Café Lounge.


15

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Vivre Ensemble

La Fête des voisins 2014

Un événement festif et rassembleur

Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, en compagnie du président du conseil municipal, M. Frantz Benjamin, a donné le coup d’envoi le 2 juin 2014, à la 9e édition montréalaise de la Fête des voisins dans le Hall d’honneur de l’hôtel de ville. L’événement, qui se tiendra le 7 juin prochain, rassemblera dans plus de 300 municipalités au Québec des centaines de milliers de personnes qui apprécient la vie de quartier et qui désirent célébrer le plaisir de se retrouver entre voisins.

d’appartenance à sa communauté et de célébrer, ensemble, les valeurs communes d’entraide et de solidarité que partagent les Montréalais. C’est donc une invitation que je lance à l’ensemble des citoyens à prendre part à l’une des nombreuses activités qui sont organisées aux quatre coins de la ville et à découvrir le plaisir de tisser des liens cordiaux avec son voisinage », a déclaré le maire.

Chapeauté par le Réseau québécois de Villes et Villages en santé (RQVVS), l’événement montréalais permettra cette année encore de souligner aux quatre coins de la métropole l’importance de la cordialité et de la solidarité entre voisins.

« Montréal a la réputation d’être une ville accueillante et les Montréalaises et Montréalais sont reconnus comme des gens chaleureux. La Fête des voisins est l’occasion toute indiquée de partager et de promouvoir ces valeurs entre nous et de cultiver la convivialité et le sentiment d’appartenance à son quartier », a souligné M. Benjamin.

Diversité et vie de quartier « Notre ville est reconnue pour sa diversité et pour le caractère unique des quartiers qui composent la mosaïque montréalaise. La Fête des voisins est une belle occasion de développer, dans son quartier, un sentiment

Créer des liens de solidarité Né en France il y a une quinzaine d’années, ce sympathique événement invite les gens à se rassembler de façon informelle autour d’un repas. Visant la création de liens de solidarité, le rapprochement entre voisins et une plus

grande humanisation des villes, cette fête gagne rapidement en popularité et est maintenant célébrée dans près d’une cinquantaine de pays. Sur le continent nord-américain, c’est au Québec que l’événement prend racine, en 2006. Favorisant une nouvelle dynamique entre voisins, ces rassemblements renforcent non seulement le tissu social mais permet également de faire une plus grande place à l’entraide tout en développant un sentiment de sécurité dans un voisinage.

M Frantz Benjamin, président du conseil municipal de Montréal

Pour inscrire une fête au calendrier des célébrations ou savoir si un rassemblement est organisé près de chez vous, veuillez consulter le site Web suivant : www.fetedesvoisins.qc.ca/. Rappelons

Discrimination dans le domaine du logement

Une propriétaire condamnée

La propriétaire d'un immeuble à logement a été condamnée par le Tribunal des droits de la personne à verser des dommages moraux et punitifs totalisant plus de 7 500 $ à un couple pour discrimination, après avoir refusé de leur louer un logement à cause de leur condition sociale. Cette cause avait été portée devant le tribunal par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse au nom du couple, un étudiant au doctorat et une travailleuse à faible revenu. « Il est important de rappeler aux propriétaires que bien qu'ils aient le droit de s'assurer de la capacité de payer de locataires potentiels, ils ont l'obligation de respecter les principes de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Ils ne peuvent donc pas refuser de louer un logement pour un des motifs interdits de discrimination, dont la condition sociale. La Commission espère que ce jugement, qui accorde des dommages punitifs, permettra de sensibiliser les propriétaires à leurs obligations légales », a souligné Jacques Frémont, président de la Commission. Le jugement rapporte que la concierge a informé le couple que la propriétaire refusait de leur louer le logement parce que le plaignant était étudiant et que le revenu de sa conjointe était insuffisant. Toutefois, la concierge n'avait fait aucune vérification ni procédé à une enquête de crédit, et ce, malgré le fait que le plaignant disposait d'une bourse d'études et que le loyer représentait moins de 30 % du revenu brut du couple. Dans sa décision, le tribunal rappelle

qu'un propriétaire peut refuser de louer à une personne ayant des revenus insuffisants, mais qu'il doit d'abord vérifier le risque d'un défaut de paiement et qu'il ne peut fonder sa décision sur des « stéréotypes, des généralités ou des mauvaises expériences antérieures. » Dans ce cas-ci, la propriétaire n'avait pas considéré la bourse dans le calcul du revenu du candidat et c'est à cause de cette distinction que le couple avait été refusé. Le tribunal a conclu que le statut d'étudiant et le fait de bénéficier d'une bourse d'études constituaient une condition sociale au sens de l'article 10 de la Charte et que le refus de la propriétaire était le fruit d'une décision stéréotypée à cause du statut d'étudiant du plaignant. La propriétaire a été condamnée à verser 3 000 $ à chacun des plaignants à titre de dommages moraux. Le tribunal a également accordé des dommages punitifs aux plaignants pour un total de 1 500 $, étant donné que la propriétaire exerçait une discrimination systématique à l'endroit des étudiants. Ces dommages visent à la décourager de répéter cette pratique discriminatoire. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse assure le respect et la promotion des principes énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.  Elle assure aussi la protection de l'intérêt de l'enfant, ainsi que le respect et la promotion des droits qui lui sont reconnus par la Loi sur la protection de la jeunesse. Elle veille également à l'application de la Loi sur l'accès à l'égalité en emploi dans des organismes publics.

16

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

que l’an dernier, plus de 3 800 fêtes ont rassemblé près de 200 000 personnes un peu partout au Québec.


17

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Vie quotidienne

Si vous cherchez à vous loger

Attention aux arnaques! Les fraudes liées à la location de logements ont augmenté de 375 % depuis l’an dernier. Les arnaques concernent non seulement les locataires, mais également les propriétaires.

Le modus operandi pour piéger les locataires est toujours le même: un faux propriétaire affiche un logement sur un site comme Kijiji ou Craigslist, et prétend être en déplacement à l’étranger. Après quelques échanges de courriels, le charlatan demande un dépôt de sécurité… et rompt tout contact lorsque l’argent est encaissé. L’arnaque visant les propriétaires est pour sa part plus insidieuse: un individu affirmant vouloir s’établir au Québec envoie un chèque pour payer à l’avance les premiers mois du loyer compte tenu du fait qu’il est à l’étranger et qu’il veut qu’on lui réserve l’appartement. «Le faux locataire envoie "par erreur" un chèque d’un montant supérieur au prix demandé, puis il demande au propriétaire de lui transférer la différence payée en trop», explique le caporal Louis P. Robertson, de la Gendarmerie Royale du Canada. Le chèque finit par «rebondir», et le propriétaire n’entend plus jamais parler du locataire. En 2013, 133 plaintes ont été déposées au Québec concernant des arnaques liées aux logements à louer (incluant 58 victimes ayant perdu en moyenne 1 066 $ chacune), comparativement à 28 plaintes en 2012. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg, car environ 95 % des victimes ne portent pas plainte, estime le Centre antifraude du Canada. Les recours sont d’ailleurs presque nuls en raison, notamment, des multiples fausses identités derrière lesquelles se cachent les escrocs. 10 indices pour ne pas tomber dans le panneau 1 On vous répond avec un courriel

qui semble préfabriqué Les fraudeurs ont l’habitude d’envoyer les mêmes réponses à toutes les personnes qui communiquent avec eux. Méfiez-vous des messages qui contiennent des éléments rarement utilisés dans les courriels, par exemple l’italique, les lettres de couleur, les polices de caractères autres qu’Arial ou Helvetica, etc. Même chose si votre nom n’est pas mentionné dans la formule usuelle de salutation au début du message.

2 Les courriels sont envoyés à partir d’une adresse Yahoo! «Pour ce type d'arnaque, la grande majorité des fraudeurs utilisent une adresse courriel Yahoo!», affirme le caporal Robertson. Les autres adresses gratuites, telles que Gmail ou Hotmail, sont aussi utilisées, mais moins fréquemment. Gardez en tête qu’une adresse courriel émanant d’une organisation québécoise connue (ex. jmercier@videotron.ca ou jmercier@sympatico.ca) est plus crédible qu’une adresse provenant d’un fournisseur gratuit (ex. jmercier@ yahoo.com). 3 Il est difficile de communiquer par téléphone Méfiez-vous si, après quelques échanges de courriels, on ne vous fournit pas d’emblée un numéro de téléphone. Si vous réussissez à établir un contact téléphonique, continuez à faire preuve de prudence, car rien ne prouve que le numéro – qu’il soit répertorié au Québec ou ailleurs – sera encore en fonction la semaine prochaine… 4 Le pseudopropriétaire ou le faux locataire est connu des internautes Plusieurs victimes partagent leurs expériences dans des forums de discussion. Si vous avez le moindre soupçon, écrivez dans un moteur de recherche les informations dont vous disposez: courriel mentionné dans l’annonce, nom de l’individu, etc.

18

«La plupart des fraudeurs sont dénoncés sur le Web bien avant que les plaintes officielles ne soient enregistrées», affirme le caporal Robertson. 5 L’individu est présentement en déplacement ou il habite à l’étranger «Des instigateurs de ce type de fraude habitent peut-être au Québec, mais la grande majorité sont en Afrique de l’Ouest», dit le caporal Robertson, par exemple en Côte d’Ivoire ou au Nigeria. Il souligne par ailleurs que certains fraudeurs ont quitté leur pays et opèrent désormais à partir de l’Angleterre, l’Espagne ou la Hollande. 6 Il est question d’un dépôt de sécurité Les faux propriétaires ont deux tactiques: certains affirment qu'ils ne prendront pas la peine de se déplacer s'ils ne reçoivent pas un dépôt «remboursable à la fin du bail» avant la visite initiale, alors que d’autres promettent de réserver l’appartement si on paye à l’avance le premier mois de loyer. Les faux locataires sont tout aussi sournois: ils envoient un dépôt de sécurité (un faux chèque) au proprio, puis ils demandent qu’on leur transfère le montant payé en trop. 7 Les photos du logement à louer comportent des irrégularités Méfiez-vous si les photos semblent trop professionnelles, car plusieurs faux propriétaires «volent» les photos de condos sur les sites d’agences immobilières afin de les utiliser pour leurs fausses annonces. De plus, assurez-vous que les photos d’intérieur concordent avec l’apparence extérieure du bâtiment en entrant l’adresse dans Google Maps et en vérifiant certains éléments comme la forme des fenêtres, la présence ou non d’un balcon, etc. 8 L’adresse du logement à louer n’est

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

pas mentionnée Il s’agit d’une manière d’éviter que vous vous rendiez sur place et découvriez que l’appartement n’est pas réellement à louer. Soyez vigilant: certains fraudeurs tenteront de contourner le problème en mentionnant l’adresse d’un édifice comportant plusieurs logements, sans toutefois préciser le numéro de l’appartement à louer. À noter que pour ne pas éveiller les soupçons, plusieurs fraudeurs proposent dès le premier courriel un rendez-vous pour la visite initiale qui, finalement, n’aura jamais lieu. 9 Vous visitez l’appartement et le proprio demande un paiement sur-lechamp La majorité des escrocs n’iront pas jusque-là, mais gardez en tête qu’un criminel expérimenté pourrait louer un appartement «à la semaine» par l’entremise d’un site destiné aux touristes, faire visiter les lieux à un maximum de personnes en leur faisant croire qu’il est le propriétaire… et prendre la poudre d’escampette après avoir encaissé l’argent des dépôts. 10 L’offre est trop belle pour être vraie Un propriétaire qui offre un 5 ½ rénové pour 600 $ par mois sur le Plateau Mont-Royal ou un locataire qui propose d’emblée de payer les premiers mois de loyer sans avoir visité le logement… Trop beau pour être vrai? Probablement. Source : protegez-vous.ca


19

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


20

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


21

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


22

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Cultures

Théâtre

Abdelghafour Laaziz ou l’Aura de l’indignation Par : Kamal Benkirane

L’histoire commença par Tarek Bouazizi, vendeur ambulant immolé par le feu dans son village de Sidi Bouzid en Tunisie, excédé par le harcèlement des policiers. Un cri de cœur émerge, et qui bientôt embrassa non seulement la Tunisie, mais une de partie du monde arabe. Ses funérailles provoquèrent le départ du président Ben Ali et une revendication sans lendemain du droit à la liberté et a la dignité. La pièce théâtrale en question s’intitule «Besbouss autopsie d’un révolté ». Stéphane Brulotte l’auteur de ce magnifique texte interprété par le non moins brillant Abdelghafour Laaziz, comédien d’origine marocaine, dit le dilemme de couronner la justice loin de toutes les hypocrisies qui détournent le cœur de ses propres raisons. Le personnage de Besbouss est un médecin légiste censé faire l'autopsie du corps du jeune homme, mais en prenant soin de discréditer la victime. «Il faut savoir que dans une dictature, le rôle du médecin légiste est très politique, explique Stéphane Brulotte. Surtout quand on sait qu'une partie des meurtres sont commis par les policiers eux-mêmes.». L'intérêt de ce médecin était donc qu'il n'était pas «vendu» à la cause du garçon surnommé Besbouss par sa mère (celui

qu'on couvre de baisers, en arabe). Simultanément, on apprend que cet homme-là, en son temps, a lui aussi participé à une révolution et qu'il a défendu des principes de justice.

Questionnant sa propre lâcheté, « Le médecin se demande s'il peut se plier aux demandes des autorités, explique Abdelghafour Elaaziz. Il a toujours fait partie de cet appareil d'État, mais là, il se demande ce qu'il va faire. L'autopsie est vraiment celle du médecin. C'est l'insignifiance (perçue) du geste du jeune homme qui finit par le révolter...» Stephane brulotte en butte à une réflexion intense devant le geste posé de Bouzidi ne pouvait pas ne par créer un personnage calciné, inerte, sans vie qui martèle la conscience, et qui interpelle toutes les consciences. Abdelghafour Laaziz, incarnant le médecin légiste qui devrait se battre pour prouver que le corps n’a pas été battu par les policiers, s’épanche devant la désolation fuligineuse du corps calciné, et entretient un discours de toute beauté ou les méandres de l’âme humaine sont scrutés à la loupe devant le défilé des émotions. L’indignation prend une forme primaire, elle ondule jusqu’à la sphère de l’Aura. Elle sanctifie la lutte pour la liberté, la sacralise sans cesse. Dans cette pièce éminente, mise en

scène par Dominc Champagne, la révolution demeure donc à l’épicentre, nécessaire et orageuse par moments, impromptue par intervalles. Elle pose le questionnement suivant : comment peut-on arriver à poser un tel geste? et une question millénaire entretenue ici aussi : Peut-on mourir pour des idées ?

existentielles, qui avait déjà joué le rôle du bourreau dans le film Incendies de Denis Villeneuve, et le film Le banquet de Sébastien Rose. Au théâtre, il avait joué dans la version anglaise de L'affiche, de Philippe Ducros, et dans Cantate de guerre, de Larry Tremblay, au Théâtre d'Aujourd'hui.

Finalement, une mention honorable pour Abdelghafour laaziz, comédien d’origine marocaine, qui s’est distingué dans le jeu intense et ses dimensions

Un comédien de talent à encourager sans répit, et dont l’humilité est une leçon pour tout commun des mortels.

Cinéma

Montréal, studio grandeur nature…

Dans le cadre de l’événement C2MTL, qui réunissait fin mai dans la métropole des décideurs économiques et culturels mondialement reconnus, le Bureau du Cinéma et de la Télévision de la Ville de Montréal (BCTM), en collaboration avec le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ), a effectué une tournée de lieux ayant servis de plateaux de tournage pour de nombreux films étrangers. Cette expérience unique et exclusive visait à présenter les atouts et le savoir-faire de Montréal en tant que métropole culturelle et ville internationale de cinéma. « Avec plus de 650 tournages par année et un volume de production annuel de 1,3 milliard de dollars, Montréal s’est développé une réputation enviable comme centre international de production dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel. Nous avons le privilège de pouvoir compter sur le savoir-faire d’artistes, d’artisans, de techniciens et de créateurs passionnés. Les producteurs

d’ici et d’ailleurs bénéficient à Montréal de lieux de tournage diversifiés, de grands studios qui répondent efficacement à leurs besoins et d’équipements à la fine pointe des nouvelles technologies. À Montréal, il est possible de créer un film de A à Z, tout en respectant les plus hauts standards internationaux de qualité à chaque étape de la production », a affirmé le maire de Montréal, M. Denis Coderre.

Montréal, fabuleux plateau de tournage L’architecture unique de Montréal donne accès à des lieux de tournage très variés permettant de simuler plusieurs villes et différentes époques. Le Vieux-Port, le Vieux-Montréal, l’hôtel de ville et le quartier à proximité de l’Université McGill ont inspiré bon nombre de réalisateurs d’ici et d’ailleurs. D’un point de vue local, Montréal fait aussi bonne figure. Avec une moyenne de 9 longs-métrages par million d’habitants, le Québec est un chef de

23

file mondial pour le nombre de longsmétrages locaux produits annuellement pour le cinéma et la télévision, et plusieurs de ceux-ci sont produits à Montréal. Les films Mommy de Xavier Dolan, qui a tout récemment brillé à Cannes, Gabrielle de Louise Archambault, Rebelle de Kim Nguyen, ainsi que Incendies de Denis Villeneuve, sont quelques exemples de longsmétrages récents qui se sont distingués ici comme ailleurs et qui témoignent de la créativité et du savoir-faire des créateurs, réalisateurs et producteurs montréalais. Cette créativité et ce talent sont également reconnus de plus en plus à l’étranger puisque nos réalisateurs, à l’instar de Jean-Marc Vallée, sont appelés à prendre les commandes de films étrangers. Montréal et le 7ème art, en quelques chiffres L’industrie cinématographique génère 38 000 emplois à Montréal, auxquels s’ajoutent 7 000 autres dans la produc-

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

tion de jeux vidéo. Pionnière dans le développement de logiciels d’animation et d’effets visuels, Montréal abrite 500 entreprises de production et de diffusion et plus de 40 studios d’animation et d’effets visuels. Des infrastructures de premier plan, dont une cinquantaine de studios de tournage, sont disponibles. Montréal est aussi l’hôte de nombreux festivals et autres diffuseurs dédiés au cinéma. Soulignons qu’une vingtaine de programmes de formation pour le cinéma, la télévision et les nouveaux médias sont offerts dans autant d’écoles montréalaises. Les tournages étrangers permettent d’injecter annuellement plus de 200 M$ d’argent neuf dans l’économie de Montréal, en plus de contribuer au rayonnement de notre métropole culturelle à travers le monde. Montréal est aussi une ville appréciée pour les tournages en raison des coûts très compétitifs de production et des crédits d’impôts disponibles.


24

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Cultures

Arts plastiques

Youssef Gharbaoui : « Je travaille sur mes carnets de traces » Par Réda Benkoula

Originaire de Fès au Maroc, Youssef Gharbaoui enseigne l’art à l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle à Laval. Il présente régulièrement ses œuvres lors des expositions individuelles et collectives à l’image de sa participation au Rallye-Expos de Vues d’Afrique. L’artiste travaille à partir de ses carnets de traces qu’il considère comme révélateurs de divers thèmes qu’il développe : « Parfois je m’inspire de ce que j’ai écrit et ce que j’ai dessiné sur mes carnets de traces et je les réalise sur des autres formats où sur d’autres surfaces ».

Il consulte ses carnets qui sont dans son atelier, puis il essaye de ressortir certaines formes, certains dessins et certaines images qu’il a stocké pour les remettre sous forme de tableau. Il considère qu’il est à une étape où il fait des dessins très légers et il ne préfère pas définir son art qui est un mélange de figuratif et d’abstrait. En effet, on remarque dans les toiles de l’artiste l’utilisation des techniques mixtes qui regroupent le dessin, la peinture, le collage, la gravure, la lithographie et le transfert d’images. Dans ses travaux, il y a peu de couleurs vives, cependant, il utilise la

couleur noire qui donne un beau résultat, ce qui permet à l’œuvre de respirer. C’est d’ailleurs un choix esthétique lorsqu’il travaille sur la matière : « Le choix du noir, n’est pas du à l’émotion, mais plutôt à un choix esthétique, je travaille beaucoup sur le support…je travaille sur du papier…j’utilise la matérialité du papier…le support est très présent ». L’artiste travaille aussi sur un projet de livre d’art qui est subventionné par une bourse du ministère de la culture et qui est à la phase de finalisation.

Prix Charles-Biddle 2014 Appel à candidatures La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Mme Kathleen Weil, se joint à l'organisme Culture pour tous pour annoncer l'ouverture de la période de mise en candidature du prix Charles-Biddle. Ce prix, qui sera remis lors de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles en septembre prochain, vise à souligner l'apport exceptionnel d'une personne ayant immigré au Québec dont l'engagement personnel ou professionnel contribue ou a contribué au développement culturel et artistique du Québec sur la scène nationale ou internationale.

« Les artistes québécois de toutes origines contribuent à l'enrichissement de notre patrimoine culturel et au rayonnement du Québec dans le monde entier. Le prix Charles-Biddle est une reconnaissance concrète de cet apport important. Il permet également de rappeler quel grand homme a été M. Biddle qui, tout au long de sa carrière, a encouragé la diversité et la relève dans son domaine artistique, la musique », a déclaré la ministre Kathleen Weil. Comment soumettre une candidature

Les candidates et candidats doivent œuvrer dans le secteur des arts et de la culture et avoir contribué de façon notable au développement culturel et artistique du Québec. Ils doivent aussi avoir immigré au Québec, y résider et y avoir réalisé la majeure partie de leur carrière. Une personne peut soumettre sa propre candidature ou celle d'une autre personne. Ce prix ne peut être remis à titre posthume. Le dossier de candidature complet doit être transmis au plus tard le vendredi 27 juin 2014, à minuit, à : Culture pour tous

Prix Charles-Biddle 4750, avenue Henri-Julien Montréal (Québec) H2T 2C8 Le formulaire de présentation du dossier de candidature ainsi que l'information sur le prix Charles-Biddle sont disponibles dans le site de l'organisme Culture pour tous à : www.culturepourtous.ca/prixcharlesbiddle.

Media

Tamazgha TV : Soirée Souper - levée de fonds

Pour sa pérennité et son développement, le programme télévisuel amazigh (berbère) Tamazgha Tv diffusé sur Ici télévision depuis février 2014 a besoin de votre appui et encouragement. Tamazgha TV essaye de faire échos

de la communauté de mieux de ses moyens a l'image d'autres communautés ici au Quebec, avec une équipe de professionnels bénévoles. Un investissement en temps et argent importants est le défi quotidien de l'équipe qui produit et diffuse ce programme chaque semaine.

25

Tamazgha TV organise une souperspectacle de levée de fonds le 20 juin 2014 a 20H00 au 6767 Chemin Côte des Neiges, en présence de personnalités et artistes . La soirée sera diffusée sur Tamazgha

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

TV et radiodiffusé en direct sur les ondes la radio CFMB 1280AM. Iinformations et réservations : info@tamazghatv.ca ou tamazghatelevision@gmail.com www.tamazghatv.ca ou www.icitelevision.ca Tel : 514 295 1170


26

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Éducation

Réforme des élections scolaires

Le nombre de commissaires réduit de moitié

Pour la première fois depuis sept ans, il y aura des élections scolaires au Québec cet automne, le dimanche 2 novembre. Au terme de ce vote, il y aura moitié moins de commissaires. En plus, les présidents des commissions scolaires seront élus au suffrage universel. Ambiance et réactions dans les Commissions scolaires. Élections le 2 novembre 2014 C'était loin d'être salle comble à la réunion mensuelle de mai des commissaires scolaires de Laval. Il n'y avait que trois membres du public seulement et trois employés. Les trois membres du public sont partis après la période de questions des citoyens. Sur les 21 commissaires de la Commission scolaire de Laval (CSDL), deux seulement ont dû briguer les suffrages en 2007. Les autres ont été élus sans opposition. Pourtant, les commissaires scolaires de Laval gèrent un budget de 440 millions de dollars, 47 000 élèves et plus de 7000 employés, ce qui en fait le plus important employeur de la ville. Au Québec, les 72 commissions scolaires gèrent des budgets qui totalisent plus de 10 milliards de dollars. Or, aux dernières élections scolaires, en 2007, seulement 7,9 % des électeurs ont participé; c'est le plus bas taux de l'histoire. Les deux tiers des 1305 commissaires ont été élus sans opposition et dans 13 circonscriptions, il n'y avait même pas de candidat. Réforme des élections scolaires C'est en raison de la faible participation aux élections scolaires que Québec impose une réforme en profondeur du système électoral, qui est bien vue par la Fédération des commissions scolaires du Québec. « Il y a un signal clair de la part du gouvernement à l'effet que l'on valorise l'éducation. On veut en faire des élections au même titre que les élections municipales », explique Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec. Ainsi, le nombre de commissaires diminuera de près de la moitié au Québec et passera de 1305 à 709. À Laval, le nombre de circonscriptions

passera de 21 à 12. « Le citoyen à côté de chez moi, si je vais lui demander, vous savez, on va être moins de commissaires, pensez-vous que vous allez plus venir voter? Je n'ose pas vous donner sa réponse », déplore Danielle Gratton, commissaire à la CSDL « La majeure dans tout ça, c'est l'élection de la présidence au suffrage universel au même titre que les maires », précise Josée Bouchard. Cela veut dire que les électeurs se prononceront à la fois pour le commissaire de sa circonscription et pour le président de la commission scolaire lors du prochain scrutin scolaire. Les postes de président de commission scolaire seront également soumis au suffrage universel sur tout le territoire de la commission scolaire. Mais des enjeux majeurs pourraient favoriser la participation, comme la hausse récente des impôts scolaires ou d'éventuelles compressions budgétaires de la part de Québec.

« Les sommes, on l'entend, vont être en diminution, » précise Louise Lortie, présidente de la Commission scolaire de Laval. « Alors il faudra faire des choix », ajoute-t-elle.

plus d'argent pour le transport, il y a moins d'argent pour d'autres choses. » Mme Lortie souligne que la CSDL ne dépense que 3,77 % de son budget en administration, l'un des plus bas taux de toutes les commissions scolaires au Québec. Il n'y a plus d'extra à couper. Et en plus, la population scolaire explose. La commission prévoit une hausse 4500 élèves au cours des cinq prochaines années. La présidente de la CSDL espère que ces enjeux stimuleront la participation le 2 novembre, en tant qu'électeurs et aussi en tant que candidats.

Ainsi à Laval, des contraintes dans le budget du transport scolaire obligent certaines écoles à commencer les classes très tôt, à 7 h 45. Des parents se mobilisent contre cet horaire qui a été imposé à l'école Valdes-Arbres. L'un d'eux, Sylvain Martel, doit conduire sa fille Yamila, qui est en première année, vers 7 h 20. « C'est devenu un enjeu de santé. Des enfants de 5 ans, 6 ans, doivent dormir 10 , 11 , 12 heures par nuit », souligne Sylvain Martel. « Si on veut avoir 11 heures de sommeil, il faudrait que je couche ma fille à 19 h. Ça ne se peut juste pas. Il y a des devoirs à faire, le souper, les bains. Il faut qu'ils vivent, il faut qu'ils soient des enfants aussi. » Les parents demandent que les horaires de transports soient décalés pour que toutes les classes du primaire commencent à 8 h 30. « Nous, on est en accord avec ça. C'est vrai qu'il y a des études et que plusieurs médecins qui le disent, c'est l'idéal (de commencer à 8 h 30) », répond Mme Lortie, qui évalue à 20 millions de dollars le coût d'une telle demande. « Il y a des choix à faire, dit-elle. Si on met

27

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

D'ailleurs, certains parents de Val-desVents songent à s'impliquer davantage. La Fédération des commissions scolaires tient des formations pour les futurs candidats. Le directeur général des élections du Québec devrait annoncer sous peu une campagne de promotion, comme il l'a fait lors des municipales de l'an dernier et lors des récentes élections provinciales. On pourra en mesurer l'effet lors du scrutin scolaire du 2 novembre.


28

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Éducation

De plus en plus populaires

Les écoles alternatives

Les projets d'écoles alternatives ont le vent dans les voiles au Québec Les projets d'écoles alternatives ont le vent dans les voiles au Québec. Retour sur l'exemple du quartier Pointe-SaintCharles, à Montréal, et sur les motivations des parents à l'origine de ce projet. Charles-Lemoyne est une école brune, dont la cour est traversée par une voie ferrée. Pauvreté, problèmes sociaux... l'école de Pointe-Saint-Charles semble sortie tout droit d'une version 2014 du roman Bonheur d'occasion. Mais des parents allumés et scolarisés ont décidé de vivre dans ce quartier traditionnellement défavorisé et ouvrier, et de transformer, un peu, l'école publique du coin.

scolaire de Montréal (CSDM) de donner le feu vert à un volet alternatif au sein de leur école de quartier. Les enfants qui y sont inscrits seront donc scolarisés vers l'extérieur, puisqu'une partie de l'apprentissage se fait dehors, soit dans les parcs et dans la cour d'école, où on a installé un jardin.

Pendant des années, quelques mères et un père cogitent. Le groupe fait des lectures. Très inspirés par ce que les Américains appellent la Forest School, c'est-à-dire l'école en plein air, ils réussissent à convaincre la Commission

L'histoire de Charles-Lemoyne incarne bien le début d'une tendance. Le courant des écoles alternatives a été très présent au Québec dans les années 1970 et au début des années 1980. Mais ça faisait 25 ans qu'à la CSDM on n'avait

Inauguré en septembre dernier, le volet alternatif remporte un vif succès. La demande est tellement forte que l'on ouvrira deux autres classes l'an prochain. À Pointe-Saint-Charles, c'est une excellente nouvelle, puisqu'autrement ces enfants seraient probablement allés ailleurs, dans des écoles moins défavorisées.

pas vu l'ouverture d'une nouvelle école alternative. Pourquoi? Si les listes d'attente des écoles alternatives publiques existantes débordaient, il n'y avait pas eu de nouveaux projets déposés par les parents. Car l'école alternative doit naître d'un projet de parents et être acceptée par la commission scolaire. Or, depuis deux ans, une dizaine de projets sont en gestation au Québec, dont cinq sur l'île de Montréal. Ces initiatives ont toutes en commun cette couleur verte. Les parents désirent que les enfants développent un meilleur contact avec la nature et, de ce fait, qu'ils bougent plus que ce qui est prévu aujourd'hui dans les écoles normales. Les parents qui portent ce genre d'initiative ont des profils plutôt semblables : scolarisés, sensibles à l'écologie, travailleurs autonomes dans

beaucoup de cas. Car il faut du temps pour inscrire ses enfants dans un projet alternatif. À la base du concept, les parents sont présents à l'école, donnent des cours, font du bénévolat, etc. À quoi correspond cette nouvelle tendance, ce nouveau désir de l'alternatif? Est-ce un désaveu de l'école publique? Un besoin de retour vers la nature et l'exercice? Difficile de cerner exactement ce qui motive ces parents à investir autant d'heures dans ces projets. Une chose est certaine par ailleurs : leur démarche n'est pas simple. À Montréal, le baby-boom d'il y a six ans se concrétise maintenant dans les salles de classe, et la CSDM manque dangereusement de place et d'argent. Ce qui met la commission scolaire entre l'arbre et l'écorce.

Formation et recherche

Renouvellement de l’entente liant l’Université Mohamed V Agdal et l’Université de Montréal

L’entente de collaboration générale, en vigueur entre l’Université Mohammed V Agdal de Rabat et l’Université de Montréal, qui lie les deux universités depuis 2002, a été renouvellée. Cette entente a été signée par le Président de l’Université Mohammed V Agdal M. Wail Benjelloun (UM5A) et le recteur de l’UDM, M. Breton. Ont assisté à cette rencontre le Doyen de la Faculté des sciences de l’UM5A de Rabat M. Saaid Amzazi, la Consule générale du Maroc à Montréal Mme Zailachi, le chef du pupitre Maghreb et péninsule arabique, du Ministère des relations internationales, de la Francophonie et du commerce extérieur (MRIFCE) M. Nemer H. N. Ramadan, la Vice-rectrice aux relations internationales, à la Francophonie et aux partenariats institutionnels, Mme Hélène David, la doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation (FSE) Mme Louise Poirier, et le directeur des relations internation-

ales M. Yves Guay. Ce fut d’ailleurs l’occasion de réexaminer les projets conjoints de formation, de recherche ainsi que les nouvelles possibilités de coopération entre les deux universités.

La doyenne de l’UDM, Mme Poirier a profité de la visite de M. Benjalloun sur le campus de l’UdeM afin d’officialiser l’octroi de la licence du Microlaboratoire ExAO conçu et développé pour l’UM5A par l’équipe du professeur Pierre Nonnon dans le Laboratoire de Robotique Pédagogique de la FSE de l’UDM et qui entre dans le cadre du transfert de connaissances et d’expertise entre la FSE et l’UM5A. Outre le projet ExAO, l’UM5A et l’UdeM collaborent, au plan de la recherche, avec l’Institut national des plantes aromatiques médicinales (INPMA) du Maroc dans le cadre de recherches sur les végétaux antidiabétiques menées par le professeur Pierre

29

Haddad de la Faculté de pharmacie. L’Université Mohammed V - Agdal est considérée comme étant la première université du Maroc moderne. Fondée à

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

l’aube de l’indépendance, elle comprend neuf facultés, instituts et écoles. 989 enseignants y enseignent et encadrent près de 22 000 étudiants dont 3 886 sont au doctorat.


30

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Société

Jusqu’au 7 juin 2014

La 18e Semaine québécoise des personnes handicapées

La 18e Semaine québécoise des personnes handicapées a débuté le 1er et se poursuivra jusqu’au 7 juin 2014. Sous le thème « Ensemble, bâtissons une société plus inclusive », cette semaine invite les Québécois à poser des gestes simples pour accroître la participation sociale des personnes handicapées. Coup d'œil sur les éléments clés de la programmation. Prix À part entière 2014 - appel de candidatures L'appel de candidatures pour le Prix À part entièr ea été officiellement lancé le 2 juin à 17 h au Pub quartier latin (318, rue Ontario est, Montréal), en présence du porte-parole, Stéphane Laporte. Le Prix À part entière se veut un écho à la politique gouvernementale À part entière, adoptée en 2009. Il vise à rendre hommage aux individus et aux organisations qui contribuent à accroître la participation sociale des personnes handicapées. Remis aux deux ans, le Prix sera décerné pour une quatrième fois cette année. Il comporte maintenant quatre catégories : « Individus »; « Organismes sans but lucratif »; « Municipalités et MRC »; « Ministères et leurs réseaux, organismes publics et parapublics ». L'Office publiera le nom des finalistes de chaque région administrative du Québec à la mi-octobre. Les lauréats nationaux seront annoncés dans le cadre de la Journée internationale des personnes

handicapées, le 3 décembre 2014.

Spectacle-conférence gratuit de Martin Deschamps Le porte-parole de la Semaine québécoise des personnes handicapées, Martin Deschamps, ses musiciens et trois chanteurs de l'école Les Muses : centre des arts de la scène, dont Gabrielle MarionRivard, offriront un spectacle dans le cadre de la Journée sur l'employabilité des personnes handicapées. Le spectacle est présenté le 5 juin de 12 h 15 à 13 h dans le hall du pavillon A de l'École de technologie supérieure (1100, rue Notre-Dame Ouest, Montréal). Il sera diffusé en direct sur la chaîne YouTube de l'Office des personnes handicapées du Québec, afin de permettre à des entreprises privées, des organismes publics et des ministères de regarder le spectacle à partir de leurs bureaux. Prestations surprises Par ailleurs, Martin Deschamps et ses musiciens offriront de courtes prestations improvisées dans divers lieux publics, le 2 juin à Montréal et le 6 juin à Québec. Les détails entourant ces prestations surprises seront dévoilés peu de temps avant leur tenue, dans les médias sociaux. Une vidéo a été tournée à l'avance pour vous donner un avant-goût : Facebook : concours « Martin Deschamps pour emporter »

Mise en ligne le 5 mai dernier, la page Facebook de la Semaine contient notamment des détails sur les activités au programme, des nouvelles, des photos et des vidéos. Les abonnés de la page peuvent de plus participer à un concours leur permettant de gagner un spectacle-conférence privé de 60 minutes offert par Martin Deschamps (le concours prendra fin le 31 mai). L'Office

Image corporelle saine et diversité

Pour en finir avec les clichés Vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe dans notre société une forte pression par rapport aux critères de beauté et à l’image du corps en particulier. Elle est omniprésente dans les médias, les représentations collectives, et même dans nos discussions quotidiennes. La publicité présente souvent des personnes aux formes stéréotypées et véhicule un imaginaire de corps «idéal» qui peut renforcer la difficulté à accepter les différences corporelles. Les représentations collectives du corps peuvent avoir de nombreux impacts sur la santé et sur la vie en général. On parle de mal-être, baisse de l’estime de soi, comportements alimentaires à risque, trouble anxieux, dépression, isolement, accès à l’emploi, pour ne nommer que ceux-là. Chez les femmes comme chez les hommes !... Tant chez les femmes que chez les hommes, les facteurs qui sont le plus souvent pris en compte quand on parle d’image corporelle sont la taille et la forme du corps. Cependant, il existe d’autres facteurs liés à apparence qui font écho à l’image corporelle et qui peuvent être considérés comme ayant la capacité d’influencer la façon dont les gens perçoivent leurs corps. On peut par exemple penser aux traits ethnospécifiques, la couleur de la peau, la diversité religieuse, surtout quand la

religion est associée à un aspect particulier de l’habillement ou des accessoires portés. Le 19 juin prochain, de 13h30 à 16h30, l’Alliance des communautés culturelles pour l’égalité dans la santé et les services sociaux (ACCÉSSS) et ses partenaires organiseront un après-midi de réflexion sur ces questions afin de discuter de l’image corporelle en contexte interculturel et les particularités qui s’y rattachent. Ainsi, une table ronde sera animée par plusieurs panélistes experts qui s’exprimeront sur les différents aspects liés à l’image corporelle. Suite aux échanges, des pistes de réflexion seront dégagées sur les moyens à mettre en place pour faire place à la différence et valoriser une image corporelle saine et diversifiée en contexte interculturel. Thé et petits gâteaux pour se sentir mieux L’activité, durant laquelle du thé marocain et des petites bouchées seront servis, sera suivie par un 5 à 7 réseautage qui permettra également d’admirer un défilé de mode où les différentes images de la beauté seront valorisées. Informations : 514-287-1106 ou inscription@accesss.net

31

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

Dans le but de favoriser l'intégration scolaire, professionnelle et sociale des personnes handicapées, l'Office a pour mandat général de veiller à la coordination des actions relatives à l'élaboration et à la prestation des services qui leur sont destinés ainsi qu'à leur famille. L'Office les informe, les conseille, les assiste et fait des représentations en leur faveur, tant sur une base individuelle que collective. Pour plus d'information, visitez le www.ophq. gouv.qc.ca.


Voyages

Liaisons Maroc - Amérique du Nord

La RAM et WestJet pour aller plus loin…

Le réseau de Royal Air Maroc (RAM) s’étend désormais davantage en Amérique du Nord avec la signature d’un nouvel accord d’interligne avec la compagnie aérienne canadienne WestJet, indique un communiqué de la RAM.

Le partenariat établi grâce au nouvel accord d’interligne signé entre la compagnie nationale et la compagnie aérienne canadienne WestJet va donner aux clients des deux opérateurs la possibilité d’exploiter leurs réseaux respectifs. Plus concrètement, les clients de la RAM pourront désormais accéder aux dizaines de destinations en Amérique du Nord, au Mexique et aux Caraïbes proposées par le réseau de WestJet. Les clients du transporteur aérien canadien vont de leur côté bénéficier d’un accès facile aux différentes destinations de la RAM en Afrique, au Moyen Orient et en Europe, depuis son hub Casablanca,

ajoute le communiqué.

Les clients des deux compagnies pourront ainsi effectuer le voyage sur leurs vols avec un seul billet à un meilleur tarif, et bénéficier de leurs services comme l’enregistrement d’un bout à l’autre du voyage. Ce partenariat est le deuxième accord d’interligne signé par la RAM en Amérique du Nord après celui conclu en 2012 avec l’américain JetBlue Airways qui permet aux clients de la compagnie nationale de voyager vers des dizaines de destinations aux USA au-delà de New York. Une flotte jeune de plus de 120 appareils WestJet s’appuie sur une flotte jeune de plus de 120 appareils, composée majoritairement des Boeing 737 Nouvelle Génération. La compagnie à bas coûts a transporté, en 2013, quelque 18,5 mil-

lions de passagers et exploite des vols réguliers dans un réseau de plus de 85 villes en Amérique du Nord, en Amérique centrale, dans les Caraïbes et

en Europe. Elle propose plus de 120 destinations dans plus de 20 pays désormais accessibles aussi aux clients de la Royal Air Maroc.

Un patron de compagnie aérienne jugé pour inconduite sexuelle

Transports extrêmes ? Sabine, une jolie trentenaire, a-t-elle été victime d'un patron imbu de lui-même et trop entreprenant? Ou est-elle l'intrigante qui a charmé son patron afin de conforter sa position chez Air Algérie, pour ensuite orchestrer une vengeance contre lui quand elle a perdu son emploi? Il revient maintenant au juge Louis A. Legault de démêler l'affaire. À la fin des plaidoiries des avocats, cette semaine, le juge a annoncé qu'il rendra son jugement à l'égard d'Abdelaziz Laouar, le 4 septembre. L'homme de 59 ans, qui est directeur général d'Air Algérie au Canada, a subi son procès à Montréal, sous deux accusations d'agression sexuelle. Le ministère public lui reproche d'avoir embrassé à deux reprises l'employée dont il était tombé amoureux, c'est-à-dire Sabine. Il s'agit d'un nom fictif, puisque nous ne pouvons l'identifier en vertu de la loi. Sabine a travaillé dans les bureaux d'Air Algérie de 2008 à 2010. Elle perdu son emploi parce que son contrat n'a pas été renouvelé. Elle pense qu'elle a été punie pour avoir dénoncé le comportement de M. Laouar. Ce dernier affirme que les deux baisers reprochés sont pure invention de la part de Sabine. Si elle a perdu

son emploi, c'est parce que son travail laissait à désirer et qu'il y a eu des changements dans les manières de faire de la compagnie. Une chose est sûre cependant: les mots doux et les phrases poétiques que M. Laouar envoyait par courriel à Sabine il y a cinq ans, ont fait place à une appréciation glaciale de sa part. « La finesse de ton esprit n'en finit pas de m'étonner... », écrivait-il à Sabine, le 7 janvier 2009. « Intelligente? Non, le mot est fort », dit-il aujourd'hui, pour décrire Sabine. Il trouve aussi que ce n'est pas une « belle femme », et estime qu'elle faisait des « tâches dérisoires » dans l'entreprise. Un grand frère M. Laouar est arrivé à Montréal en avril 2008, pour implanter Air Algérie. Sabine qui était employée d'une compagnie aérienne connexe à Montréal depuis 2007, craignait de perdre son emploi dans le chambardement. Au bout de quelques mois, elle a été embauchée chez Air Algérie. La famille de M. Laouar n'était pas encore installée ici, et il ne connaissait personne. Lui et Sabine sont devenus

32

amis. La jeune femme le conduisait en voiture dans différents endroits. M. Laouar est tombé sous le charme de la jeune femme. Sabine avoue de son côté qu'elle avait beaucoup d'admiration pour lui, qu'il était même un exemple pour elle. Elle assure cependant qu'elle ne le voyait que comme un grand frère, point. M. Laouar aurait embrassé Sabine dans la voiture, en mars 2009, après un souper au restaurant, et alors qu'elle avait complété sa période d'essai comme employée. Elle a été désemparée et n'a pas apprécié. Elle lui a répondu par un courriel lui signalant notamment qu'il la faisait se « sentir mal. » Le second baiser serait survenu en juillet 2010, dans un bureau de la compagnie aérienne. Il lui aurait effleuré un sein en même temps. Sabine était fâchée. Elle a par la suite été réaffectée à d'autres tâches, ce qu'elle n'a pas apprécié. Elle a demandé à M. Laouar de la retourner à son ancien poste. « J'ai refusé et 15 jours après, elle portait plainte contre moi », a soutenu M. Laouar au procès. «Avec ses problèmes de comportement,

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

sa nonchalance et son attitude trop certaine d'elle, elle est devenue sa propre ennemie. Elle a encouragé les sentiments du directeur de la compagnie... Elle se sert des sentiments de monsieur pour se venger, parce qu'elle a perdu sa position.» Me Charles B. Côté, avocat de la défense a plaidé que Sabine n'a pas été honnête envers M. Laouar et qu'elle a donné une version biaisée de ce qui est arrivé. Il soutient qu'elle a encouragé les sentiments de M. Laouar. Celui-ci était torturé dans ses sentiments, face à sa famille, à ses enfants. La procureure de la Couronne Nadine Haviernick soutient de son côté que c'est M. Laouar qui n'est pas crédible. « Il est le contraire de la spontanéité. Ses explications sont interminables, il a une opinion sur tout et il blâme madame pour hausser sa crédibilité », a-t-elle dit. La procureure affirme que l'accusé convient qu'il est tombé amoureux de Sabine, mais soutient que ce n'est pas de sa faute à lui. « Il a été la victime » de madame. Source : La Presse


33

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Société

Une image corporelle saine et diversifiée

Le défi d’être soi, au-delà des différences

Vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe dans notre société une forte pression par rapport aux critères de beauté et à l’image du corps en particulier. Elle est omniprésente dans les médias, les représentations collectives, et même dans nos discussions quotidiennes. La publicité présente souvent des personnes aux formes stéréotypées et véhicule un imaginaire de corps «idéal» qui peut renforcer la difficulté à accepter les différences corporelles. Les représentations collectives du corps peuvent avoir de nombreux impacts sur la santé et sur la vie en général. On parle de mal-être, baisse de l’estime de soi, comportements alimentaires à risque, trouble anxieux, dépression, isolement, accès à l’emploi, pour ne nommer que ceux-là.

Tant chez les femmes que chez les hommes, les facteurs qui sont le plus souvent pris en compte quand on parle d’image corporelle sont la taille et la forme du corps. Cependant, il existe d’autres facteurs liés à apparence qui font écho à l’image corporelle et qui peuvent être considérés comme ayant la capacité d’influencer la façon dont les gens perçoivent leurs corps. On peut par exemple penser aux traits ethnospécifiques, la couleur de la peau, la diversité religieuse, surtout quand la religion est associée à un aspect particulier de l’habillement ou des accessoires portés. Le 19 juin prochain, de 13h30 à 16h30, l’Alliance des communautés culturelles pour l’égalité dans la santé et les servic-

es sociaux (ACCÉSSS) et ses partenaires organiseront un après-midi de réflexion sur ces questions afin de discuter de l’image corporelle en contexte interculturel et les particularités qui s’y rattachent. Ainsi, une table ronde sera animée par plusieurs panélistes experts qui s’exprimeront sur les différents aspects liés à l’image corporelle. Suite aux échanges, des pistes de réflexion seront dégagées sur les moyens à mettre en place pour faire place à la différence et valoriser une image corporelle saine et diversifiée en contexte interculturel. L’activité, durant laquelle du thé marocain et des petites bouchées seront servis, sera suivie par un 5 à 7 réseau-

tage qui permettra également d’admirer un défilé de mode où les différentes images de la beauté seront valorisées. Pour plus d’informations et pour y réserver votre place, veuillez appeler au 514-287-1106 ou écrivez-nous à inscription@accesss.net Les places sont limitées !

Disparition de Marcel Côté

Montréal perd un grand homme

L'ancien candidat à la mairie de Montréal Marcel Côté est décédé d'une crise cardiaque le 25 mai 2014 au matin,

L'ancien candidat à la mairie de Montréal, Marcel Côté, est décédé d'une crise cardiaque à l'âge de 71 ans. Réputé pour son énergie et sa grande forme, la nouvelle de sa mort a pris tout le monde par surprise. Il participait au défi métropolitain à vélo dans la région de Lanaudière lorsqu'il a été victime d'un malaise cardiaque sur la route 346. Les premiers soins sont arrivés immédiatement et l'ont transporté en ambulance au Centre hospitalier régional de Lanaudière, situé à Joliette. Son décès a été constaté vers 11 h 15. Bien connu des milieux d'affaires, il était associé fondateur du cabinet-conseil en gestion SECOR, une société qu'il a dirigée pendant plus de 30 ans avant de se lancer dans la course à la mairie de Montréal l'année dernière. Vu comme le représentant du monde des affaires, M. Côté a fait campagne aux

côtés de Louise Harel lors des dernières élections municipales à Montréal. C'est finalement Denis Coderre qui a remporté la mairie. Depuis l'élection de novembre 2013, M. Côté travaillait en collaboration avec M. Coderre.

« Vers la fin de la campagne électorale, on sentait bien que lui et moi on avait beaucoup d'atomes crochus et que peu importe le résultat, on allait travailler ensemble », affirme M. Coderre. « C'est une des raisons pour lesquelles la Ville de Montréal fonctionne mieux. C'est à cause de cette relation qui a débuté entre Marcel et moi. » Il a également été conseiller économique du premier ministre du Québec Robert Bourassa et siégeait comme administrateur au conseil d'administration de l'Orchestre symphonique de Montréal. Philanthrope, il était président de la fondation de la chorégraphe Marie Chouinard. Il avait reçu le prix Arts-Affaires 2012 remis par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et le Conseil des arts de Montréal.

34

« Une dynamo » « Je suis absolument stupéfaite », a témoigné Louise Harel en entrevue à RDI. « Il ne se déplaçait qu'en Bixi. » Selon Mme Harel, Marcel Côté était un homme d'une grande simplicité, généreux, tant de son temps que de son argent. « L'approcher, c'était l'apprécier. »

L'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, avec qui il a travaillé sous le gouvernement de Brian Mulroney, partage aussi cette vision de lui, le décrivant comme un homme convivial et amical. « C'était un homme positif. Il cherchait toujours la solution », a dit M. Bouchard à RDI. « Un homme intelligent et engagé politiquement et communautairement. [...] C'était une dynamo, Marcel. » « Marcel Côté était l'incarnation même du don de soi », témoigne Michael Sabia, patron de la Caisse de dépôt. « Il cherchait toujours des façons d'améliorer la vie des gens autour de lui, d'améliorer le sort de sa communauté. Il travaillait avec une énergie sans bornes : c'était un guerrier heureux. Ses contributions

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

remarquables à Montréal, au Québec et au Canada tout entier nous ont tous rendus meilleurs. » M. Bouchard a révélé que plusieurs de ses amis lui avaient déconseillé de se lancer en politique l'an dernier, craignant que la dureté de la joute compromette sa sérénité. Mme Harel admet que les dernières élections ont été dures pour Marcel Côté, leur coalition étant arrivée en troisième place derrière Équipe Denis Coderre et Projet Montréal. « C'était un homme très intègre [...] Un grand livre ouvert. Dans la vie politique, parfois ça dessert, » affirme Mme Harel. « C'était quelqu'un de foncièrement authentique », confirme Denis Coderre. « Il n'avait pas de filtre. » Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a également offert ses condolélances à la famille de Marcel Côté. « Marcel Côté était un gestionnaire, un visionnaire et un homme de cœur », indique-t-il par communiqué.


35

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


Sports

Mondial 2014 de soccer

En avant la musique!

Événement planétaire par excellence et champion du monde toutes catégories de l’audimat, la Coupe du monde de football-soccer 2014, qui se déroule au Brésil démarre ce 12 juin et se poursuivra jusqu’au 13 juillet 2014. 32 équipes seront à la lutte durant ce mois de compétition pour conquérir le titre suprême, sous le regard intéressé des supporters des 32 équipes en lice, mais aussi sous le regard passionné de milliards de téléspectateurs à travers le monde. Et partout une question s’impose : quand et sur quelles chaînes de télévision pourra-t-on profiter du spectacle...

Voici les réponses à ces questions, sous forme du calendrier complet de la compétition au jour le jour et en sus, les canaux télévisés sur lesquels, ici, on pourra suivre les matches. Sachez aussi que les horaires indiqués sont en heures québécoises ; vous pourrez ainsi organiser au mieux vos programmes.    Jeudi 12 juin 14 h00 Cérémonie d’ouverture à Sao Paulo 16 h00 Brésil - Croatie à Sao Paulo (groupe A)   Vendredi 13 juin

12h00 Mexique - Cameroun à Natal (groupe A) 15h00 Espagne - Pays-Bas à Salvador de Bahia (groupe B) 18h00 Chili - Australie à Cuiaba (groupe B)

Samedi 14 juin 12h00 Colombie - Grèce à Belo Horizonte (groupe C) 15h00 Uruguay - Costa Rica à Fortaleza (groupe D) 18h00 Angleterre - Italie à Manaus  (groupe D) 21h00 Côte d'Ivoire - Japon à Recife (groupe C)

Jeudi 19 juin 12h00 Colombie - Côte d'Ivoire à Brasilia (groupe C) 15h00 Uruguay - Angleterre à Sao Paulo (groupe D) 13h00 Japon - Grèce à Natal (groupe C)   Vendredi 20 juin 12h00 Italie - Costa Rica à Recife (groupe D) 15h00 Suisse - France à Salvador de Bahia (groupe E) 18h00 Honduras - Equateur à Curitiba (groupe E)  

Suite de la page 37

Lundi 16 juin 12h00 Allemagne - Portugal à Salvador de Bahia (groupe G) 15h00 Iran - Nigeria à Curitiba (groupe F) 18h00 Ghana - Etats-Unis à Natal (groupe G)

Algérie

Groupe A : Brésil, Croatie, Mexique et Cameroun

Groupe E : Suisse, Equateur, France et Honduras

Groupe B : Espagne, Pays-Bas, Chili et Australie

Groupe F : Argentine, Bosnie-Herzégovine, Iran et Nigeria

Groupe D : Uruguay, Costa Rica, Angleterre et Italie

Mercredi 18 juin 12h00 Australie - Pays-Bas à Porto Alegre (groupe B) 15h00 Espagne - Chili à Rio de Janeiro (groupe B) 18h00 Cameroun - Croatie à Manaus (groupe A)

Dimanche 15 juin 12h00 Suisse - Équateur à Brasilia (groupe E) 15h00 France - Honduras à Porto Alegre (groupe E) 18h00 Argentine - Bosnie-Herzégovine à Rio de Janeiro (groupe F)

La composition des groupes Groupe C : Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire et Japon

Mardi 17 juin 12h00 Belgique - Algérie à Belo Horizonte (groupe H) 15h00 Brésil - Mexique à Fortaleza (groupe A) 18h00 Russie - Corée du Sud à Cuiaba (groupe H)

Groupe G : Allemagne, Portugal, Ghana et EtatsUnis Groupe H : Belgique, Algérie, Russie et Corée du Sud

Nigéria

Où suivre les rencontres…

En ondes québécoises et canadiennes….

L’annonce a été faite le 4 avril dernier. Grâce à cette entente, le public francophone aura donc droit à tous les matchs : 46 à la Société d’État et 18 à TVA Sports, qui devient ainsi un diffuseur officiel de la Coupe du monde de soccer de la Fifa, Brésil 2014.

«Les téléspectateurs francophones sont les grands bénéficiaires de cette entente conclue entre Radio-Canada et TVA Sports qui offre aux Canadiens un accès élargi à cet événement prestigieux, dont ils pourront profiter de chaque minute dans les deux langues officielles», a fait savoir le vice -président président principal de Radio

-Canada Louis Lalande.

«Le Brésil est synonyme de passion pour le soccer, et la prochaine Coupe du monde suscitera un engouement sans pareil», a-t-il ajouté. La Coupe du monde de la FIFA Brésil 2014 est présentée du 12 juin au 13 juillet 2014. Avant cet évènement planétaire, les amoureux du ballon rond auront l’occasion de se rincer l’œil dès cet été avec la Coupe des Confédérations 2013, diffusé exclusivement par TVA Sports.

36

Ce tournoi est considéré comme une préparation de la phase finale. Elle huit équipes nationales, championnes de leur continent : le Nigéria, l’Espagne, le Japon, le Mexique, l’Uruguay, l’Italie, Tahiti et le Brésil, pays organisateur. «C’est avec une immense fierté que la chaîne TVA Sports est associée à l’un des plus grands événements sportifs à l’échelle planétaire. En tant qu’un des diffuseurs officiels de la Coupe du monde de la FIFA, la chaîne confirme que le soccer occupe une présence de choix sur les ondes de TVA Sports qui

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

présente déjà des matchs de l’Impact de Montréal et de la Ligue des Champions. Notre entente avec RadioCanada confirme l’importance de la place que nous avons déjà prise dans le cœur de tous les amateurs de soccer du Québec», a souligné Pierre Dion, président et chef de la direction de Groupe TVA. La description et l’analyse de tous les matchs de soccer de TVA Sports ont été confiées à Frédéric Lord et Olivier Brett, le duo d’experts qui s’occupe déjà des matchs de l’Impact de Montréal et de la ligue des champions de l’UEFA.


Sports

Mondial 2014 de soccer

En avant la musique! Suite de la page 36

Samedi 21 juin 12h00 Argentine - Iran à Belo Horizonte (groupe F) 15h00 Allemagne - Ghana à Fortaleza (groupe G) 18h00 Nigeria - Bosnie-Herzégovine à Cuiaba (groupe F)   Dimanche 22 juin 12h00 Belgique - Russie à Rio de Janeiro (groupe H) 15h00 Corée du Sud - Algérie à Porto Alegre (groupe H) 18h00 Etats-Unis - Portugal à Manaus (groupe G)  Lundi 23 juin 12h00 Australie - Espagne à Curitaba (groupe B) 12h00 Pays-Bas - Chili à Sao Paulo (groupe B) 16h00 Cameroun - Brésil à Brasilia (groupe A) 16h00 Croatie - Mexique à Recife (groupe A)

12h00 Costa Rica - Angleterre à Belo Horizonte (groupe D) 12h00 Italie - Uruguay à Natal (groupe D) 16h00 Japon - Colombie à Cuiaba (groupe C) 16h00 Grèce - Côte d'Ivoire à Fortaleza (groupe C)  Mercredi 25 juin 12h00 Nigeria - Argentine à Porto Alegre (groupe F) 12h00 Bosnie-Herzégovine - Iran à Salvador de Bahia (groupe F) 16h00 Honduras - Suisse à Manaus (groupe E) 16h00 Equateur - France à Rio de Janeiro (groupe E)   Jeudi 26 juin 12h00 Portugal - Ghana à Brasilia (groupe G) 12h00 Etats-Unis - Allemagne à Recife (groupe G) 16h00 Algérie - Russie à Curitiba (groupe H) 16h00 Corée du Sud - Belgique à Sao Paulo (groupe H)

Mardi 24 juin

Cote d’Ivoire

Brésil

Ghana

Où suivre les rencontres…

Sur les chaînes internationales

La chaîne allemande ZDF vient de remporter son procès l’opposant aux Qataris de Be In sport. En effet, les patrons de l’ex-Jazeraa ont porté plainte contre les Allemands qui avaient acheté les droits pour les demifinales et la finale de la ligue des champions ainsi que tous les matchs de la prochaine coupe du monde prévue à

partir de juin au Brésil.

En signe de défi, ZDF a annoncé qu’elle diffusera l’intégralité des matchs de la Ligue des Champions et de la Coupe du Monde en clair ce qui n’arrange pas du tout les Qataris de Be In sport. Le directeur général de ZDF avait fait part de son étonnement de la

37

colère des Qataris : “comme eux nous avons payé pour diffuser ces matchs, eux ils ont choisi de les passer en crypté, nous on les diffuse en clair. Nous ne sommes pas intervenus dans leur décision, donc ils n’ont pas à commenter la nôtre“. Il a ajouté : “le football est le jeu pré-

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

féré des pauvres et Nous allons leur offrir les matchs du mondial gratuitement… Nous refusons qu’un pays jamais qualifié à la coupe du monde et avec moins d’un million d’habitants puisse avoir le monopole de la diffusion des matchs du mondial“.


Sports

Le défi d’un amputé maroco-brunswickois

Moncton - Miramichi ; 300 km à pied et à béquilles 300 km à pied, cela use-t-il « le » soulier ? Un Marocain de Moncton, au Canada, est entrain de faire une marche à pied de près de 300 km à jusqu’à Miramichi, sur un seul pied, en prenant appui sur des béquilles, et ce, pour sensibiliser les personnes amputées.

Bien qu’il ait entamé son voyage seulement jeudi, Mohamed Benziane affirme que son voyage a réellement commencé il ya 23 ans quand il a été heurté par un camion au Maroc. Il était âgé de seulement six ans. À 18 ans, il a décidé de se faire amputer la jambe droite en raison de problèmes persistants. La route est longue, 300 Km. Mais, selon le site CBC, M. Benziane dit que son but est de montrer aux autres ce que les gens ayant des problèmes de mobilité peuvent faire. « C’est une promenade pour l’espoir, pour les personnes qui ont un handicap, en particulier pour les personnes amputées. Il faut montrer aux gens que nous sommes capables de presque tout ce qu’une personne sans handicap peut faire », a-t-il déclaré. En outre, M. Benziane affirme qu’il souhaite également faire cette marche pour réunir la somme nécessaire afin de s’acheter un genou robotique. Ce

Mohamed Benziane

genre de chose n’est pas couvert par les assurances maladies au Canada. Le Marocain a besoin de près de $ 82,000.

M. Mohamed Benziane est père d’un fils de quatre ans. Il affirme qu’il a un objectif majeur qui le pousse à vouloir

obtenir ce genou robotique : Tenir son fils par la main alors qu’ils marchent ensemble.

Karaté

Adam Chaoui en route pour les Championnats du Monde

Vous pouvez aider un jeune talent à s’épanouir…

Le jeune Adam Chaoui, 11ans, résident de Fabreville-Sainte Rose (Laval), s'est brillamment démarqué au Championnat du Canada au Karaté à Ottawa du 16-18 Mai.

gorie, outre une médaille de Bronze, il a gagné une sélection dans l’équipe qui représentera le Canada aux championnats du Monde prévus en octobre prochain à Dublin en Irlande.

Pour sa quatrième place dans sa caté-

Il reste à dire que cette participation,

38

à ce niveau de compétition, sont en quasi-totalité à la charge des parents. La route d’Adam vers Dublin ne sera ainsi pas ouverte par son seul talent.

Sa famille, soucieuse de le soutenir et de l’aider à progresser assumera une

Atlas.Mtl

nº 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

large part des coûts ; mais seule, elle ne pourra atteindre ses objectifs. Un appel est donc lancé, à toute personne ou organisme qui pourraient soutenir Adam dans sa marche à l’épanouissement sportif…


39

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014


40

Atlas.Mtl

nยบ 231 du 05 juin au 02 juillet 2014

Atlas231  

Atlas.Mtl 231 du 5 juin 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you