Page 1

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

Pour vos annonces dans le journal Atlas.Mtl:

(514) 962-8527 Courriel: admin@atlasmedias.com Site Web: www.atlasmedias.com

Air Algérie

6 fréquences/semaine à partir de juin 2013 Entretien avec Abdelaziz Laouar

Page 25

Aïd Al Mawlid Annabawi

Meurtre d’une originaire du Maroc en avril 2009

Grand-mère courage continue de se battre pour rester auprès de sa petite-fille

sera célébré le 24 janvier

Immigration : Programme

Nos meilleurs vœux

Page 5

Travailleurs Qualifiés

Mode d’emploi Page 9

À savoir

Le système de retraite du Québec Page 13

Pages 28 et 29

Nouvel an 2963 amazigh Assegwas Ighudan !


2

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


Éditorial

Directeur Général Rachid Najahi. Rédaction : Hassan Boutabssil, Narjisse El-Bakkali, Radouane BnouNouçair, Zahira EL, Wahid Megherbi, Mona Doutabaa Publicité : Mohamed Ezzemouri Ahmed Mendili Wahid Megherbi Conception et Réalisation Graphique : Rachid Najahi. Atlas.Mtl est un produit du. GROUPE ATLAS MEDIA Editeur de. * La Voix des Marocains à Montréal et du site web: www.atlasmedias.com

(514) 962-8527 (514) 994-9582 Courriel: admin@atlasmedias.com Site web: www.atlasmedias.com Facebook: https://www.facebook.com/groups/ atlasmediagroupe/

Coup d’envoi

Éditorial

Editeur : Abdelghani Dades.

En route pour une nouvelle année; la onzième de la vie d’Atlas.Mtl, votre journal. Et d’emblée, des sujets et des articles ouverts vers l’avenir. L’avenir immédiat, avec un article sur vos vacances de l’été prochain à travers un entretien avec le directeur d’Air Algérie Canada qui annoncent une bonne nouvelle : l’augmentation des fréquences Montréal-Alger dès le mois de juin prochain. L’avenir à plus long terme, avec une étude bourrée d’information sur le système de retraites au Québec. Mais également des articles sur la société dans laquelle nous vivons et les dimensions de cette société qui conditionnent notre vie au quotidien ou dans le long terme, en matière politique, en matière d’immigration et d’intégration ou en matière économique et financière. Et enfin, au-delà de cette dimension pédagogique qui est une composante fondamentale du journalisme tel que nous le concevons, l’autre mesure essentielle du métier d’informer : les nouvelles dites «ludiques» ou «gratifiantes» : l’actualité artistique, culturelle et sportive. Le tout, dans un souci constant d’ouverture sur la diversité qui est notre lot, dans un exercice difficile, celui de répondre aux besoins d’un segment particulier de lectorat, dont les

3

attentes et exigences sont autant locales que globales, autant nationales qu’universelles, autant interculturelles que multiculturelles. Dans quelle autre publication en effet, ici, peut-on se voir dire, au fil du calendrier «Aïd Saâïd», «Bonne Année», «Mazel Tov» et «Assgwas Ighudan»? Dans tout cela en fait, le mérite n’est pas le notre; mais celui de la masse de nos lecteurs qui montre ainsi son immense richesse et son potentiel infini d’apport à la collectivité et qui illustre parfaitement ce que le monde d’aujourd’hui devrait être. Dans ce numéro L’ouverture sur l’avenir, dans ce numéro, est entre autres concrétisée dans un article sur le régime de retraites du Québec. Cela peut sembler paradoxale de regarder le futur à travers les préoccupations des personnes Âge d’or ou aux cheveux blanchissants. Le paradoxe n’est cependant qu’apparent. D’abord parce que l’intérêt de nos lecteurs pour ce sujet démontre un fait peu évident : la communauté des originaires du Maghreb vivant au pays commence à s’inscrire dans la durée. Nous ne sommes plus des «nouveaux arrivants» ou une «immigration récente» puisque, au moins une génération des notre à fait sa vie et sa carrière ici, s’est intégrée, a contribué à l’économie, à cotisé aux régimes de prévention pour une durée de plusieurs décennies.

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

Faux paradoxe également, parce que, avec les tendances démographiques que nous connaissons, il en va de la manière dont seront traités nos aînés demain et les générations suivantes après demain. Et surtout, au moment ou en Europe les régimes de retraites battent de l’aile, avec des situations iniques (comme en Hollande ou l’on veut priver les «travailleurs étrangers» de leurs droits en suspendant les pensions pour lesquelles ils ont cotisé toute leur vie) et des situations inquiétantes (comme dans nos pays d’origine ou les caisses de retraites pourraient être en cessation de paiement dans quelques années), cet article dit la satisfaction de vivre dans un pays qui a su gérer les dépôts des travailleurs et garantir ainsi leurs droits dans la durée. Coup d’envoi Enfin; et pas seulement pour justifier le titre de cet éditorial, tout un dossier sur l’événement sportif de la quinzaine : la Coupe d’Afrique des Nations de soccer. Avec trois équipes maghrébines en phase finale, gageons que les cafés de Jean-Talon ne vont pas désemplir ces prochains jours. Car si le football est un sport collectif, il est aussi une discipline que l’on regarde en équipe. Voilà, avec (enfin!) le retour de la compétition dans la LNH, de quoi mettre un peu de chaleur dans notre hiver. Et sans risque, on pourra dire, qu’il pleuve ou qu’il vente, que la saison sera belle.

Abdelghani Dades


Politique

Le Parti Libéral du Canada en

Course à la chefferie au PLQ

Le premier débat Le premier des cinq débats réunissant les candidats à la succession de Jean Charest à la tête du Parti Libéral du Québec s’est déroulé, dimanche 13 janvier au CÉGEP Maisonneuve à Montréal. La rencontre s’est déroulée dans une ambiance assez sympathique, les candidats voulant mettre la table pour les prochains débats qui risquent d’être plus corsés, comme l’a constaté Philippe Couillard en point de presse. « C’est difficile à dire [comment les prochains débats vont évoluer], cela va dépendre de ce qui va ressortir de la commission Charbonneau. Plus les révélations vont toucher notre parti, plus le sujet va être mis de l’avant. La commission reprend ses travaux le 21 janvier, alors ça aura un impact sur les trois derniers débats de la course. »

Crise étudiante Questionnés par l’animatrice Dominique Poirier sur la façon dont ils auraient géré la crise étudiante au printemps dernier, les trois aspirants chefs ont pris une petite distance par rapport à la gestion de Jean Charest. Raymond Bachand a soutenu qu’il « aurait fait les choses différemment » et qu’il se serait impliqué personnellement. Il considère néanmoins que la loi 78 a « assuré l’année scolaire de nos enfants et fait arrêter la violence d’un coup sec. ». Pierre Moreau a concédé que le gouvernement « aurait pu écouter davantage » les jeunes pour les inviter à « faire partie de la solution ». De son côté, Philippe Couillard, qui n’était pas au gouvernement lors de la crise, dit avoir suivi le débat « d’un oeil de citoyen ». Il s’est dit d’accord avec la partie de la loi 78 qui assurait la protection de l’accès aux cours, précisant que la partie concer-

quête de chef

Neuf candidates et candidats en lice

nant « l’encadrement des manifestations était superflue ». Selon lui, « l’option d’un forum est une bonne idée » et, s’il faut discuter avec toutes les factions du mouvement étudiant, il ne faut pourtant « pas chercher l’unanimité avec toutes ». Allégations et commission Charbonneau Les trois candidats ont tenté de minimiser l’impact des allégations de corruption et des révélations de la commission Charbonneau sur la confiance des électeurs et des militants. « Il faut éviter de se lancer dans un débat où des allégations deviennent un fait avéré, deviennent un jugement », a résumé Pierre Moreau qui affirme que c’est « le devoir du chef du PLQ que de se tenir debout » pour défendre « la grande institution » qu’est le Parti libéral. Raymond Bachand a évoqué l’idée que la commission Charbonneau aurait « peutêtre » dû être mise en place six mois plus tôt. De son côté, Philippe Couillard a ouvert la porte à l’idée de doter le PLQ d’un code d’éthique qui toucherait non seulement les élus, mais tous les membres de la permanence.

L'ancien ministre fédéral Martin Cauchon a finalement annoncé son intention de se porter candidat à la direction du Parti libéral du Canada (PLC), alors que les candidats sont déjà nombreux. M. Cauchon a soumis ses documents d'inscription et les 75 000 $ requis quelques heures seulement avant la date limite établie par le parti, soit minuit, lundi matin. L'ancien ministre devrait lancer officiellement sa campagne cette semaine prochaine, juste à temps pour le premier débat, prévu dimanche 20 janvier à Vancouver. Il avait déjà fait connaître ses positions, avant Noël, critiquant le meneur Justin Trudeau pour avoir qualifié d'échec le registre des armes d'épaule issu de l'ère Chrétien, et avait pressé les candidats libéraux d'avoir suffisamment de solidité politique pour

Michael Applebaum a-t-il quelque chose à se reprocher ?

Bien qu'il ait reconnu avoir été présent à cet événement de financement de L'Union des

L'ex-ministre sera le troisième candidat originaire du Québec, aux côtés de Justin Trudeau et du député montréalais Marc Garneau. Les autres candidats sont Karen McCrimmon, Joyce Murray, Deborah Coyne, David Bertschi, Martha Hall Findlay et George Takach. La course à la chefferie doit prendre fin le 14 avril, avec l'élection d'un nouveau chef.

Anie Samson quitte Vision Montréal

Montréal

Reconnaissant avoir déjà pris part dans le passé à un événement politique dans un restaurant fréquenté par la mafia, le maire Michael Appelbaum assure être honnête et n'avoir jamais entretenu de liens avec une quelconque organisation criminelle. Le maire de Montréal a fait cette mise au point mardi 15 janvier après la publication, par le quotidien Le Devoir, d'un article selon lequel il avait déjà pris part à une activité de financement politique au profit de L'Union des citoyens de Montréal au restaurant La Cantina, en 2003. Or, cet établissement avait la réputation d'être un point de rencontre pour les membres du clan Rizzuto.

s'en tenir aux principes libéraux traditionnels. M. Cauchon a pris sa retraite de la politique en 2004; sa tentative de retour dans l'arène, en 2011, dans son ancienne circonscription montréalaise d'Outremont, a été bloquée par Thomas Mulcair, désormais chef du Nouveau Parti démocratique.

citoyens de Montréal, qui deviendra plus tard Union Montréal, l'ex-parti de Gérald Tremblay, Michael Appelbaum a tenu à dissiper avec fermeté toute allégation de liens qu'il aurait pu entretenir avec la mafia montréalaise. « Je suis une personne honnête, je suis intègre, je suis transparent et je n'ai rien à me reprocher », a ajouté le maire d'entrée de jeu aux journalistes rassemblés à l'Hôtel de Ville. Assurant qu'il n'a jamais fréquenté la mafia, Michael Applebaum a ajouté «  qu'il n'a pas peur d'eux  » et qu'il mettra en place «  toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la collusion et la corruption ». Vendredi dernier, le journal  Le Devoir  rapportait également que Michael Applebaum faisait l'objet d'une enquête de la commission Charbonneau, à propos, notamment, des « transactions immobilières douteuses auxquelles il aurait pu être associé dans le cadre de ses fonctions à l'arrondissement de Côte-des-NeigesNotre-Dame-de-Grâce ». M. Applebaum a réagi le jour même en déclarant en point de presse qu'il ne pouvait pas parler aux médias de la rencontre qu'il avait eue avec les enquêteurs de la commission, mais il a assuré que la question des transactions immobilières soulevée par  Le Devoir  n'avait pas fait partie des discussions et que l'article du Devoir  « n'était pas vrai ».

4

Atlas.Mtl

La mairesse de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-ParcExtension, Anie Samson, a annoncé récemment qu'elle quittait Vision Montréal, le parti de la chef de l'opposition Louise Harel. Ne se reconnaissant plus dans ce parti, elle entend siéger comme indépendante. Dans un communiqué, la chef de Vision Montréal, Louise Harel, a

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

dit comprendre que Mme Samson ne se retrouve plus au sein de la coalition et dans le rôle dorénavant assumé par les membres de l'opposition officielle. Tout en regrettant cette décision, elle a ajouté qu'elle appréciait toujours le côté entier de Mme Samson, son énergie et sa ténacité.


À la Une

Meurtre d’une originaire du Maroc en avril 2009

Grand-mère courage continue de se battre pour rester auprès de sa petite-fille On se souvient tous de cette pénible affaire, survenue en Avril 2009. Une femme, originaire du Maroc, âgée de 31 ans avait été retrouvée morte dans son appartement de Cartierville. Son mari, laissé libre le temps de l’enquête, confie alors par testament la garde de l’enfant du couple, une petite fille de 18 mois, à son frère et sa sœur. Il se suicide ensuite par pendaison avant que les investigations menées par la police établisse sa culpabilité dans le meurtre de son épouse. La mère de la victime arrive alors à Montréal et réclame la garde de sa petite fille. Mais la dernière volonté de celui qui fut son gendre, exprimée avant d’être accusé de quoi que ce soit, rend sa demande irrecevable. Cette situation juridique inextricable ne l’empêche pas de persister : elle demande la résidence permanente au Canada pour des considérations d’ordre humanitaire. Elle veut rester auprès de sa petite-fille, aujourd’hui âgée de 5 ans, malgré le fait qu’elle n’ait pas réussi à en obtenir la garde. «Je suis attachée à ma petite-fille et elle est attachée à moi, dit-elle. Je n’ai jamais demandé d’immigrer ici, mais les circonstances m’y ont obligée. Je veux finir ma vie ici, avec ma petite-fille.» Une pénible affaire Le 10 avril 2009, un homme appelle les policiers pour dire qu’il a découvert le corps de sa femme en bas des escaliers, dans leur condo de Cartierville. L’autopsie révèle qu’elle avait été étranglée («compression des structures du cou lors d’une strangulation»). La victime avait également une coupure à la main causée par une arme tranchante, comme si elle avait voulu se défendre. Devant ce constat, les enquêteurs de la Section des crimes majeurs du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) «ont voulu procéder à l’arrestation du conjoint», peut-on lire dans le rapport du coroner. Ils n’ont pas eu le temps: le 14 avril, l’homme s’est pendu dans son appartement.

Les éléments recueillis sur la scène et les «analyses scientifiques» permettent d’établir que le mari est l’auteur de l’homicide. «Pour nous, c’est clair que la personne qui a commis l’homicide est le monsieur qui s’est pendu par la suite, ditil. Il n’y a pas de doute dans la tête des enquêteurs. Sinon, l’enquête n’aurait pas été fermée.» affirme-t-on à cet effet au SPVM. Lorsque la femme a été trouvée morte, les services sociaux ont confié la fille du couple, alors âgée de 18 mois, à son oncle et à sa tante paternels, qui habitent à Montréal. Quelques heures avant de mettre fin à ses jours, le mari a rencontré un avocat pour confier la tutelle de la fillette à son frère et à sa sœur. En octobre, une juge a confié la garde de l’enfant à la tante paternelle. Amal, qui était au Québec à ce moment-là, soutient qu’elle ignorait la tenue de ce processus judiciaire, annoncé par la famille paternelle dans le journal. Maquis juridique et statut précaire Dès 2009, la grand-mère maternelle a tenté d’obtenir la garde de la fillette. Ses démarches se sont soldées en octobre 2011 par la signature d’un consentement grâce auquel elle a des droits d’accès un week-end sur deux. Insatisfaite de l’issue du procès, elle souhaite entreprendre de nouvelles démarches. Avant tout, elle veut régulariser son statut au Canada. Son visa de visiteur expire en avril et elle ignore si le gouvernement acceptera une autre fois de le prolonger. Comme elle ne peut obtenir de permis de travail, elle doit vivre avec l’argent que lui envoient son mari et ses deux autres filles, restés au Maroc. Elle n’ose pas leur rendre visite de peur qu’on ne lui permette pas de retourner au Canada. «Mon mari a été hospitalisé deux fois et je n’ai pas pu y aller», dit-elle. Si elle obtient un jour la garde, elle aimerait que son mari vienne s’installer avec elle à Montréal «pour former une famille» pour la fillette.

5

Elle a envoyé une demande de résidence permanente pour considérations d’ordre humanitaire en mars 2011. L’organisme Solutions justes l’a mise à jour en juillet dernier. «Nous croyons que sa présence sur le territoire canadien est très importante, tant pour elle que pour l’enfant, dit Yolaine Williams, coordonnatrice de Solutions justes. C’est important que la petite préserve ce lien avec sa mère.» La députée bloquiste Maria Mourani, Médecins du monde Canada et l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) ont appuyé sa demande. L’AFPAD la soutient «dans un esprit humanitaire», indique la coordinatrice Raymonde Hébert. «Pour les familles de victimes, c’est extrêmement difficile lorsque les enfants sont adoptés par la famille du [présumé] meurtrier», dit-elle. Ces familles doivent souvent se battre pour voir les enfants et sont contraintes de cacher leur tristesse, car elles ne veulent pas porter l’odieux d’aborder le drame avec eux. «Qui, un jour, dira la vérité à l’enfant?», demande Mme Hébert. Cinq ans de procédures En arrivant au Québec, en 2009, la grandmère voulait une chose: la garde de sa petite-fille orpheline. Elle s’est alors lancée dans une bataille judiciaire beaucoup plus longue et complexe qu’elle ne l’aurait pensé. Elle a d’abord demandé la garde complète et la déchéance de la tutelle de l’oncle et de la tante. Dans sa requête, elle a soutenu que le couple était séparé lors du drame, que le mari acceptait mal cette séparation et qu’il avait été convenu que la mère aurait la garde de l’enfant. La requête indique aussi que feue sa fille «entretenait des relations difficiles» avec l’oncle et la tante paternels et qu’«elle craignait même pour sa vie». Elle a présenté au tribunal des copies de lettres anonymes que sa fille aurait envoyées au

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

LAPRESSE ministère de l’Immigration, en 2006 et en 2007, pour dénoncer de fausses déclarations que l’oncle et la tante, d’origine colombienne, auraient faites. «Ils m’ont déjà menacée en disant que si j’en parle à qui que ce soit, je serais une personne morte», aurait écrit la victime, sans préciser qui exactement l’aurait menacée. En septembre 2011, Citoyenneté et immigration Canada (CIC) a pris une mesure de renvoi contre l’oncle. La décision confirme que la victime serait l’auteure des dénonciations. L’oncle l’a portée en appel. L’intérêt de l’enfant ? En attendant la tenue du procès, une juge a accordé à l’automne 2009 des droits d’accès à la grand-mère maternelle pour voir la fillette. Le tribunal a aussi demandé une expertise psychosociale, produite en juin 2010. La psychologue a recommandé que la fillette continue à vivre principalement avec son oncle et sa tante, ses nouveaux «pôles d’attachement», et ce, dans le meilleur intérêt de l’enfant. Elle a aussi recommandé que la grand-mère ait des droits d’accès réguliers. Le procès, qui s’est tenu du 24 au 26 octobre 2011, s’est soldé par la signature d’un consentement entre les parties. La tante conserve la garde et la grand-mère des droits d’accès un week-end sur deux. Comme aucune accusation n’a été portée contre le père, le juge n’a pas voulu aborder les questions relatives à l’enquête policière.


6

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


Immigration

Sélection des candidats à la résidence permanente

Réfugiés

Ottawa veut procéder à une refonte du système Le ministre fédéral de l’Immigration, Jason Kenney, a récemment dévoilé le nouveau système de sélection des candidats à l’immigration, après en avoir esquissé les grandes lignes dans le budget de mars dernier.

Les nouveaux critères de sélection pour le programme de travailleurs qualifiés et professionnels accordent davantage de points aux immigrants plus jeunes, et modifient la façon dont le gouvernement examine l’expérience de travail et l’instruction. La façon dont les points sont attribués pour les capacités linguistiques est également modifiée. Au Québec, le gouvernement provincial choisit lui-même ses immigrants qualifiés en fonction d’un programme distinct. Ottawa n’acceptait plus depuis juillet de nouvelles demandes en vertu du programme de travailleurs qualifiés et professionnels, en prévision de la mise à jour du système. Ces modifications font suite à une décision, présentée dans le budget de mars, qui éliminait les dossiers en attente dans le programme, en annulant des milliers de requêtes. Le programme doit reprendre en mai, lorsque les changements entreront en vigueur.

Jason Kenney

nombre n’ait pas encore été rendu public. Le système de points évalue les requérants sur un total de 100 points, en fonction de leurs capacités linguistiques, leur âge, leur éducation, leur expérience de travail et leur capacité de s’adapter à la vie au Canada. La note de passage était de 67, et elle ne doit pas changer selon les nouvelles normes. En vertu du nouveau système, les immigrants doivent entre autres être suffisamment capables de s’exprimer dans l’une ou l’autre des deux langues officielles du pays. Plus ils pourront maîtriser une de ces langues, plus ils récolteront de points dans cette catégorie.

Une limite sera également imposée au nombre de demandes qui seront acceptées, bien que ce

7

Atlas.Mtl

La nouvelle loi invalidée ! Le procès de quatre accusés de trafic de Tamouls, qui devait s’amorcer en janvier 2013, a été ajourné vendredi 11 janvier 2013, et la sélection du jury a été annulée. Cette annulation fait suite à la décision du juge Arne Silverman, de la Cour suprême de la ColombieBritannique, d’invalider la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. Le juge a estimé que cette Loi « contrevenait à la Charte canadienne des droits et libertés, et qu’elle pouvait mener à des poursuites contre des travailleurs de l’humanitaire, notamment ». Ce procès est le premier de deux procès très attendus sur des migrants Tamouls illégaux en ColombieBritannique, arrivés par bateau avec l’aide de travailleurs humanitaires canadiens. Se basant sur l’interprétation actuelle de la loi, un trafiquant d’être humains était défini comme quiconque «prépare sciemment, pro-

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

voque, aide ou favorise» une personne venant au Canada et ne disposant pas de visa, de passeport ou d’autres documents requis. Le juge Silverman a estimé que le cas des migrants Tamouls prête à confusion et que ce n’est pas à son tribunal de trancher sur la culpabilité, ou non, des supposés trafiquants d’êtres humains. Il a déclaré que «ce n’est pas là le travail de la Cour, pas plus que celle-ci n’a l’autorité de choisir ce que sont les priorités, ou ce qu’elles devraient être. Il s’agit du devoir du Parlement». L’arrivée, notamment en Colombie-Britannique, de navires transportant des réfugiés a poussé le gouvernement canadien à adopter de nouvelles lois sévères visant à combattre le trafic d’êtres humains. Il a aussi décidé d’investir des millions de dollars pour bloquer des opérations illégales avant que des navires ne puissent appareiller.


Immigration

Travailleurs qualifiés

Le nouveau système fédéral de sélection des travailleurs qualifiés entrera en vigueur le 4 mai 2013 Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a récemment donné des détails sur le nouveau système fédéral de sélection des travailleurs qualifiés, qui entrera en vigueur le 4 mai 2013. Au terme de ce programme, les jeunes qui désirent immigrer au Canada, qui parlent au moins une des deux langues officielles et qui détiennent un arrangement avec un employeur auront plus de chance de devenir résidents permanents. Quatre critères Les immigrants qui désirent obtenir une résidence permanente en tant que travailleurs qualifiés seront maintenant plus avantagés si : - ils ont une connaissance minimale du français ou de l'anglais. Ce facteur devient le plus important du processus de sélection; - ils sont jeunes. Selon le ministre, les jeunes immigrants sont plus flexibles, donc mieux en mesure de s'adapter à l'évolution du marché du travail, et peuvent contribuer plus longtemps à l'économie du pays; - leurs études s'adaptent facilement aux standards canadiens. Les demandeurs devront faire évaluer leurs titres de compétences avant d'arriver au pays; - ils ont déjà des arrangements avec un employeur. Les immigrants pourront aussi obtenir une résidence permanente plus facilement s'il existe une pénurie manifeste de leur métier sur le marché du travail ou si leur conjoint remplit également les exigences mentionnées plus haut.

Le ministre Kenney affirme que le nouveau système vise à être honnête avec les étrangers qui font une demande d'immigration, pour qu'ils sachent réellement à quoi s'en tenir et puissent se préparer en conséquence. « Il n'y a aucun intérêt à faire venir un médecin ici s'il devient chauffeur de taxi. C'est embarrassant pour le Canada. Soyons honnêtes avec eux. S'ils ne rencontrent pas nos standards, ils ne travailleront pas, et ce n'est pas juste », a-t-il déclaré. Jason Kenney a entre autres souligné que le taux de chômage est deux fois plus élevé chez les immigrants que chez les Canadiens nés ici, et que leur revenu est également plus bas que la moyenne nationale. Il espère que la réforme qu'il propose corrigera la situation pour amener les immigrants au même niveau que tous les autres Canadiens. « Il faut mieux sélectionner les immigrants pour qu'ils utilisent leur plein potentiel, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. [...] Nous sélectionnerons les meilleurs et les plus brillants, dans le marché compétitif qu'on connaît », a-t-il dit. Mentionnons toutefois que ces changements auront peu d'impacts au Québec. La province sélectionne elle-même ses travailleurs qualifiés, en vertu d'une entente avec le gouvernement fédéral. Freiner les pénuries de main-d’œuvre Le Comité d'adaptation de la maind’œuvre pour les personnes immigrantes juge que les mesures annoncées par le ministre Kenney faciliteront sans nul doute la vie aux employeurs qui doivent

8

gérer des pénuries de personnel qualifiés. Frédéric Boisrond du Comité trouve toutefois inquiétant qu'on demande aux immigrants d'avoir une formation s'approchant des standards canadiens. « Les pays d'où proviendront les immigrants sont faciles à cibler. Les pays développés, ou les pays de l'OCDE. Le Canada se privera alors de bonnes compétences et de travailleurs provenant d'autres pays qui pourraient devenir productifs », dit-il. Selon lui, il n'est pas difficile de fournir des formations d'appoint aux immigrants. Pour ce qui est de l'honnêteté envers ceux-ci, Frédéric Boisrond croit qu'il est vrai que le message envoyé ne reflète pas la réalité du terrain. Il voit cependant encore beaucoup de choses à parfaire, comme le fait qu'on ne dit pas aux immigrants que la main-d'oeuvre recherchée se trouve surtout en région, et que beaucoup, arrivés sur place, préfèrent habiter dans un centre urbain. Les demandes commencent à être acceptées Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a commencé à accepter les demandes présentées au titre de la toute nouvelle catégorie des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral). Au cours de la première année d'activité de cette catégorie, CIC acceptera les demandes d'un maximum de 3 000 travailleurs de métiers désignés. La liste des métiers a été établie pour tenir compte du marché du travail actuel et veiller à ce que la catégorie puisse

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

admettre un ensemble diversifié de travailleurs de métiers spécialisés, et ce, afin de stimuler l'économie canadienne. En ce qui concerne les 3 000 demandeurs, il n'y aura aucune limite à l'égard des 26 métiers en demande, alors que 17 métiers feront l'objet d'un sous-plafond de 100 demandes chacun. Au total, il existe 43 professions admissibles pour la CTMSF. On s'attend à ce que les demandes soient traitées en 12 mois. « La catégorie des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral) constitue un outil de plus à l'intention des employeurs canadiens, lequel les aidera à trouver les travailleurs dont ils ont besoin pour bâtir l'économie future du Canada, a fait savoir le ministre Kenney. Cette nouvelle catégorie, combinée à toutes les autres modifications que nous mettons en œuvre, nous permettra de nous doter d'un programme d'immigration qui appuie plus efficacement la croissance économique et la prospérité à long terme du Canada. »


Immigration

Programme Travailleurs Qualifiés

Mode d’emploi Le 2 janvier 2013 Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a commencé à accepter les demandes présentées au titre de la toute nouvelle catégorie des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral) [CTMSF]. 3000 visas seront délivrés à partir de mai 2013 au titre de ce programme. Afin d’éviter les arriérés et de garantir des délais de traitement rapides, nous n’accepterons pas plus de 3 000 demandes complètes seront examinées en vue de traitement au cours de la première année (du 2 janvier 2013 au 1er janvier 2014). Avec un plafond de 3 000 demandes, un maximum de 100 nouvelles demandes pour certains emplois seront examinées en vue de traitement chaque année. Les métiers spécialisés admissibles La catégorie des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral) vise les personnes qui souhaitent devenir des résidents permanents en se fondant sur le fait qu’elles sont qualifiées dans un métier spécialisé. Les métiers spécialisés actuellement admissibles au titre de la catégorie des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral) (CTMS) sont regroupés sous les trois principaux groupes suivants de la Classification nationale des professions (CNP) : •grand groupe 72, personnel des métiers de l’électricité, de la construction et de l’industrie •grand groupe 73, personnel des métiers d’entretien et d’opération d’équipement •grand groupe 82, superviseurs/superviseures et métiers techniques dans les ressources naturelles, l’agriculture et la production connexe, et •grand groupe 92, personnel de supervision dans la transformation, la fabrication et les services d'utilité publique et opérateurs/opératrices de poste central de contrôle. Ces principaux groupes de la CNP sont à leur tour divisés en différentes professions. Au total, 43 professions (avec des codes précis de la CNP) seront admissibles aux fins de la présentation d’une demande au titre de la CTMS pendant la première année de vie de cette catégorie. Nous accepterons un maximum de 100 demandes pour certaines professions. Les autres professions ne seront pas visées par un plafond de 100 demandes. Voir les demandes qui sont acceptées. Les demandes présentées au titre de la CTMS doivent l’être en fonction de la version 2011 de la CNP. Toutefois, si une demande est accompagnée d’un avis relatif au marché du travail de

Ressources humaines et Développement des compétences Canada à la lumière de la version de 2006 de la CNP, CNP admissible dans le cadre de la catégorie. Les conditions d’admissibilités Pour présenter votre demande, vous devez •avoir l’intention d’habiter ailleurs qu’au Québec (Remarque : Le Québec choisit ses propres travailleurs qualifiés). ; •répondre aux exigences de connaissance du français ou de l’anglais pour chaque compétence linguistique (expression orale, compréhension de l’écrit, expression écrite et compréhension de l’oral); •avoir au moins deux ans d’expérience professionnelle à temps plein (ou une expérience équivalente à temps partiel) dans un métier spécialisé au cours des cinq années précédant la présentation de votre demande; •répondre à toutes les exigences professionnelles pour le métier spécialisé en question, telles qu’elles sont énoncées dans la Classification nationale des professions (CNP); •avoir une offre d’emploi à temps plein pour une période totale d’au moins un an ou un certificat professionnel dans ce métier spécialisé, émis par un organisme provincial ou territorial. (Jusqu’à deux employeurs peuvent s’engager à vous offrir un emploi continu, à temps plein, pendant au moins un an, ce qui signifie au moins 30 heures de travail par semaine.) On entend par « travail à temps plein », au moins 30 heures de travail rémunéré par semaine ou le nombre équivalent d’heures de travail rémunéré, à temps partiel. Par exemple : si vous avez travaillé 15 heures par semaine pendant quatre ans en occupant un seul emploi ou si vous avez travaillé 30 heures par semaine en tout, en occupant plus d’un emploi pendant deux ans. Les connaissances linguistiques Vous devez démontrer que vous répondez aux exigences minimales en français ou en anglais pour chacune des quatre habiletés linguistiques : •compréhension de l’écrit; •expression écrite; •expression orale; •compréhension de l’oral. Pour ce faire, vous devez passer un test de compétence linguistique en français ou en anglais, administré par un organisme approuvé par CIC. Vous devez ensuite inclure les résultats de votre test dans votre demande.

9

Les causes de non-admissibilité Certaines personnes sont interdites de territoire ; elles n’ont donc pas le droit de venir au Canada. Vous pouvez être interdit de territoire pour plusieurs raisons, comme pour avoir participé à des activités criminelles, à des violations des droits de la personne ou au crime organisé. Vous pouvez également être interdit de territoire pour des raisons de sécurité, de santé ou financières. Les personnes interdites de territoires ne sont pas admissibles au programme. Si vous ne savez pas si vous devez présenter une demande en tant que travailleur de métier spécialisé, répondez aux questions de l'assistant « Venir au Canada » afin de savoir si vous seriez interdit de territoire. Les différentes étapes de traitement des demandes Après avoir présenté une demande voici les différentes étapes du traitement du dossier L’évaluation de la demande Un agent de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) examinera chaque demande pour s’assurer que: • le formulaire de demande est dûment rempli et signé; • les frais de traitement sont payés; • tous les documents nécessaires sont joints. Toute demande incomplète est renvoyée sans traitement à l’envoyeur. . Délais de traitement Le temps qu’il faut pour traiter une demande varie selon les bureaux des visas. Comme le Programme fédéral des métiers spécialisés est nouveau, aucune donnée ne permet d’estimer ces délais. Les candidats peuvent éviter les retards : •en indiquant au bureau des visas tout changement de renseignements personnels, comme adresse, numéro de téléphone, adresse de courriel ou naissance d’un enfant; •en ne communiquant pas plus d’une fois avec le bureau des visas pour un même sujet. Le traitement de votre demande prendra plus de temps si : •il existe des problèmes en matière de criminalité ou de sécurité, ou si il doit être procédé à des vérifications supplémentaires de vos antécédents; •la situation familiale du candidat n’est pas claire à cause d’une situation non résolue, comme un divorce, une adoption inachevée ou des problèmes de garde d’enfants; •le bureau des visas doit communiquer

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

avec d’autres bureaux de CIC au Canada ou à l’étranger pour vérifier les renseignements fournis. Les candidats peuvent vérifier en ligne l'état de leur demande une fois que le bureau des visas en a commencé le traitement. Examens médicaux Les candidats doivent subir un examen médical avant de venir au Canada. Les membres de la famille doivent aussi s’y soumettre, même s’ils ne l’accompagnent pas. La demande sera refusée si l’état de santé du candidat: •présente un risque pour la santé ou la sécurité publique; •risque d’entraîner un fardeau trop élevé pour les services sociaux ou de santé du Canada. Une fois que la demande sera transmise au bureau des visas, une une lettre indiquant la marche à suivre pour subir l’examen médical sera adressée au candidat. Certificats de police Un candidat ayant un casier judiciaire, peut ne pas être admis au Canada. L’entrée au Canada sera aussi refusée si le candidat présente un risque pour la sécurité du pays. Les candidats et les membres de leurs familles âgés de 18 ans ou plus qui les accompagnent devront fournir un certificat de police au bureau des visas, sur demande. Décision sur les demandes L’agent de CIC prendra une décision au sujet de chaque demande en se fondant sur ce qui suit : •le candidat respecte les critères d’admissibilité du programme; •il dispose des fonds nécessaires pour subvenir à ses propres besoins et à ceux de sa famille au moment de l’arrivée au Canada; •les résultats de l’examen médical; •les renseignements figurant sur le certificat de police. Le bureau des visas qui traite la demande communiquera avec vous s’il a besoin d’autres documents ou si une entrevue est nécessaire. Si votre la est acceptée, il sera demandé au candidat d’envoyer son passeport au bureau des visas afin que lui soit délivré un visa de résident permanent. Confirmation de la résidence permanente Pour toute demande acceptée, un visa de résident permanent sera délivré. Ce dernier comprend une Confirmation de résidence permanente (CRP) et un visa d’entrée.


Vie quotidienne

Pour un hiver en toute sécurité Quelques conseils L’hiver, plus que le froid, c’est la neige. Un élément avec lequel on ne sait pas toujours composer, notamment lorsque, comme cette année, la première neige à pris l’ampleur d’une tempête du siècle. Voici quelques conseils qui permettront de profiter pleinement de cette période de réjouissances en toute tranquillité. Déneigement des issues - Déneigez tous les accès aux issues (fenêtres et portes) de votre domicile, incluant les escaliers et les balcons où vous trouveriez refuge en cas d'incendie. - Veillez à ce que les prises d'air, les conduits d'évacuation des appareils au gaz, au mazout et aux combustibles solides, l'entrée de gaz naturel ainsi que la borne-fontaine soient dégagés de toute neige ou glace. Chauffage d'appoint - Un appareil de ce type ne peut

être laissé sans surveillance. Éteignezle lorsque vous quittez une pièce et avant d'aller au lit. - Gardez un espace dégagé d'un mètre autour de l'appareil et des matières combustibles. - Utilisez l'appareil comme source de chauffage pour un confort additionnel et non comme une source permanente. - Utilisez toujours un appareil homologué par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC) ou par l'Association canadienne de normalisation (CSA) et certifié à cette fin. Pour toute question relative à la prévention des incendies, consultez la section Prévention et éducation du public du site Internet du service à ville. montreal.qc.ca/sim. Source : Ville de Montréal - service de sécurité incendie

Environnement

Québec : 3eme édition du Sommet de l’hiver

La ville de Québec accueillera la troisième édition du Sommet de l'hiver, du 31 janvier au 3 février. L'évènement, organisé en marge du Carnaval de Québec par la Fondation David Suzuki, permettra de réunir plusieurs scientifiques de renommée internationale, en quête de solutions aux changements climatiques.

« On va vraiment se tourner vers les solutions. Le problème en ce moment, c'est qu'on est sur une trajectoire. Si on continue, comme ça, à augmenter nos émissions polluantes et notre consomma-

tion de pétrole, de gaz et de charbon, on se dirige tout droit vers une augmentation de quatre, cinq ou six degrés Celsius », a affirmé le directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec, Karel Mayrand. Le sommet, dont l'un des principaux objectifs consiste à sensibiliser le public aux solutions novatrices pour contrer les effets des changements climatiques sur nos hivers, proposera également un certain nombre d'activités, dont un cocktailconférence sur l'économie verte, une conférence scientifique, une table ronde citoyenne ainsi qu'un événement de

hockey extérieur.

« Par exemple, les gens en médecine dentaire sont sensibilisés aux produits avec lesquels ils travaillent. Comment s'en débarrasser de façon écologique et de manière à respecter le développement durable? Le médecin dans ses pratiques, même l'avocat dans ses pratiques », a précisé le recteur.

Un campus carbone zéro Par ailleurs, l'Université Laval pourrait bien devenir le premier campus carbone zéro en Amérique du Nord, d'ici les trois prochaines années. C'est ce qu'a déclaré le recteur Denis Brière, lors du point de presse du Sommet de l'hiver qui se tenait mardi à Québec.

En marge du Sommet de l'hiver, l'Université Laval accueillera une table ronde de scientifiques qui pourront ensuite échanger avec le public. L'événement se déroulera le 1er février.

En plus de réduire sa facture énergétique, l'université intègre un volet développement durable à tous les programmes de baccalauréat.

Nouveaux arrivants

Un cours pour apprivoiser l’hiver

10

Depuis trois ans, l'organisme Carrefour d'aide aux nouveaux arrivants (CANA) organise des séances d'informations pour apprendre aux immigrants comment affronter l'hiver.

comment isoler sa maison et gérer ses coûts de chauffage. Il est également expliqué aux participants qu'ils ont la responsabilité de déneiger le balcon de leur logement.

Le cours répond aux questions pratiques que se posent les immigrants comme comment s'habiller et habiller les enfants. Les formateurs expliquent aussi

Ce cours, unique en son genre au Québec, a permis au CANA de préparer à l'hiver plus de 150 immigrants cette année.

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013


11

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


Argent

Nouveaux billets de banque canadiens

Avantages et inconvénients du polymère En réponse à une demande de La Presse Canadienne, la Banque du Canada a remis 134 pages de documents internes, presque entièrement noircis, sur sa réaction aux allégations selon lesquelles les nouveaux billets de polymère fonderaient au soleil brûlant d'été. La Banque a commencé à produire des billets de 100 $ en polymère à la fin de 2011, disant qu'ils étaient plus difficiles à contrefaire que des billets de papier et qu'ils dureraient beaucoup plus longtemps. Elle a depuis produit de nouveaux billets de 50 $ et de 20 $. Des billets de 10 $ et de 5 $ suivront cette année. Des rapports non confirmés sur des billets qui fondraient ont fait surface en juillet, quand une préposée d'une banque de Kelowna, en ColombieBritannique, a dit avoir entendu parler de cas de plusieurs billets qui auraient fondu ensemble à l'intérieur d'une voiture.

Peu de temps après, une photo de billets de 100 $ fondus est apparue en Ontario. Les billets avaient soi-disant été placés dans une boîte en métal, près d'un calorifère. Cet été, la Banque a immédiatement nié que ses billets pouvaient être affectés par la chaleur de cette façon.

Les documents de la Banque, rendus publics après une demande d'accès à l'information, indiquent que ces reportages ont non seulement suscité l'intérêt des médias, mais qu'ils ont également donné lieu à une chaîne de courriels de plus d'une semaine entre des responsables de la Banque, dont le responsable de la monnaie, Gerry Gaetz, et Erik Balodis, un conseiller scientifique. La Banque a refusé de rendre Gaetz disponible pour des entrevues. Répondant par courriel à des questions, le porte-parole de la Banque, Jeremy Harrison, a affirmé que celle-ci n'avait

rien vu, depuis ces allégations, qui la porterait à croire qu'elle devrait modifier son évaluation initiale. « La Banque s'en tient à ce qu'elle a dit cet été : que les billets de polymère ne peuvent pas être affectés par ce type et ces niveaux de chaleur tel que suggéré dans des reportages l'été dernier, et n'a vu aucune évidence laissant croire au contraire », a-t-il écrit, ajoutant que la Banque avait effectué des tests rigoureux en exposant des billets à des températures extrêmes de 140 et de moins

75 degrés Celsius. La Banque a toutefois refusé d'en dire davantage sur ses délibérations à l'interne au sujet des présumés billets cuits, et presque tous les documents qu'elle a remis en vertu de la Loi sur l'accès à l'information étaient vierges, sauf en ce qui a trait aux titres des courriels. Source : Presse Canadienne

Après le sou noir

Au tour de la pièce de cinq cents de disparaître? Alors que l'élimination graduelle du sou noir doit s'amorcer dans un mois, certains appellent déjà à abandonner aussi la pièce de cinq cents.

La Monnaie royale canadienne commencera à rassembler les pièces d'un cent le 4 février pour les fondre et les recycler, alors que quelque six milliards de sous noirs doivent être délaissés par les Canadiens au cours des six prochaines années. Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, en a surpris plusieurs avec cette annonce dans le budget de mars 2012, faisant valoir que la pièce d'un cent était devenue une nuisance. Un ancien économiste de la Banque du Canada affirme désormais que la pièce de cinq cents est également obsolète et estime qu'elle devrait être la prochaine à prendre sa disparaître de la vie économique. Jean-Pierre Aubry, un retraité ayant oeuvré pendant 30 ans à la Banque du

Canada, fut l'un des plus importants défenseurs de l'abandon de la pièce d'un cent.

inutilement un poids supplémentaire sur l'économie.

Dans des documents produits pour le groupe Desjardins au cours des dernières années, M. Aubry a utilisé des modèles économiques pour faire valoir que le sou noir aurait en fait dû être éliminé vers l'année 1982. Cette période a représenté un tournant, alors que davantage de Canadiens accumulaient des pièces d'un cent sans les utiliser et que la Monnaie royale devait en produire des milliards de plus pour fournir les détaillants, coûtant au gouvernement jusqu'à 11 millions $ annuellement. Les derniers sous frappés le 4 mai à Winnipeg ont coûté environ 1,6 cent chacun à fabriquer. M. Aubry estime aussi que les détaillants, les banques et les consommateurs ont absorbé environ 140 millions $ en coûts de maintenance chaque année, faisant peser

12

Même si le gouvernement du Canada fait face à un coût net non récurrent de 38 millions $ pour l'élimination de la pièce d'un cent, les économies à long terme seraient substantielles. M. Aubry dit croire que la pièce de cinq cents se trouvera bientôt dans une situation similaire à celle du sou noir en 1982, alors que les Canadiens les accumulent en grand nombre, forçant la Monnaie royale à en distribuer jusqu'à 350 millions chaque année pour répondre à la demande du commerce de détail.

de cinq cents.

L'économiste oeuvre aujourd'hui au sein du centre interuniversitaire québécois de recherche Cirano.

M. Flaherty a souligné mercredi le début du dernier mois avant l'élimination graduelle de la pièce d’un cent, rappelant que la Monnaie royale cessera de les distribuer le 4 février. Le ministre a affirmé qu'il profiterait de «toutes les occasions» au cours du prochain mois pour rappeler aux consommateurs et aux entreprises que le nombre de pièces d’un cent en circulation commencera à diminuer après cette date.

Un porte-parole du ministère des Finances, David Barnabe, a affirmé mercredi que le gouvernement n'avait aucun plan visant à éliminer les pièces

Les transactions en argent comptant devront être arrondies, mais les opérations par voie électronique seront encore calculées au cent près.

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013


Droits & Société

Le système de retraite du Québec Par Radouane Bnou-Nouçair

Le vieillissement démographique dans la plupart des pays occidentaux ainsi qu’au Québec aboutit à un énorme déséquilibre financier issu de l’écart entre l’effectif du personnel actif et le nombre de retraités. Et l’un des plus gros défis qui se posent à ces pays, c’est d’arriver à combler ce déficit. Les bases des systèmes de retraite En effet, la plupart des régimes de retraite sont basés sur la solidarité inter générations, c'est-à-dire que les contributions du personnel actif permettent d’assurer un revenu minimal aux retraités. Pour arriver aux équilibres indispensables, les régimes de retraite doivent intégrer un certain nombre de facteurs externes comme : -Le vieillissement de la population; -Le faible taux de natalité; -Une espérance de vie de plus en plus élevée; -Un arsenal complexe de lois et règlements; -Les paliers d’intervention (fédérale, provinciale et locale). Malgré que la plupart des systèmes publics de pensions connaissent de grosses difficultés, le système québécois, lui, est considéré comme performant. Les objectifs d’un système de retraite Le système de retraite vise à assurer un revenu minimal aux personnes âgées leur permettant de maintenir leur niveau de vie après la retraite. Pour réaliser ces objectifs, le système doit impérativement tenir compte de trois éléments fondamentaux : -les prestations de retraite doivent garantir un niveau de consommation équivalent celui qui précède le départ en retraite; -déterminer l’âge idéal pour verser des prestations; -choisir des modalités de financement consensuelles qui soient supportées de manière équitable ente l’employé, l’employeur et l’État. Les caractéristiques du système québécois Partant de ces objectifs et des contraintes qui lui sont intimement liées, le Québec a bâti un système performant de retraite présentant les principales caractéristiques suivantes : -C’est un système mixte qui comporte des régimes privés et des régimes publics; -Les régimes publics sont obligatoire tandis que les régimes privés sont facultatifs; -Les sources et modalités de financement sont variées; -Le système repose essentiellement sur la solidarité entre générations. Les composantes du système québécois C’est en 1998 que la réforme du régime des rentes a permis au Québec

de réajuster le financement de son système sans trop modifier les prestations fournies. À cette occasion, le Québec s’est doté de mécanismes et de mesures efficaces pour son financement comme l’analyse actuarielle tous les trois ans et la consultation publique tous les six ans. Le tout, accompagné de lois et règlements précis permettant d’encadrer l’ensemble des régimes de retraites et la caisse de dépôts et placements. Le système québécois des retraites est très diversifié et comporte trois types de mesures. 1-les mesures fédérales d’assistance. Elles sont principalement au nombre de trois : -La pension de sécurité vieillesse(SV) : elle est accordée aux canadiens âgés de 65 ans et plus qui ont vécu au Canada pendant au moins 10 ans après l’âge de 18 ans. Pour chaque année complète de résidence au Canada, la personne perçoit 1/40 ème de la pleine pension. -Le supplément de revenu garanti(SRG) : c’est un montant qui dépend des revenus et de la situation familiale. -L’allocation au conjoint : Elle est versée au conjoint ou à la conjointe âgé(e) de 60 à 64 ans et qui a un faible revenu. -L’allocation au survivant : Elle est versée au veuf ou aux veuves âgé(e)s de 60 à 64 ans pour leur assurer un revenu additionnel en cas de faible revenu. 2-Le régime des rentes du Québec(RRQ) Ce régime, créé en 1966, est public et obligatoire; il fournit aux personnes ayant travaillé au Québec un revenu minimal de base, en cas de retraites, décès ou invalidité. Il est financé par les cotisations des travailleurs (à 50%) et celles des employeurs (à 50%). Il repose donc sur une solidarité entre les générations et les individus d’une même génération. La rente est calculée à partir d’un pourcentage des revenus cotisables avec un maximum annuel. Pour assurer l’équilibre financier entre les cotisations et les rentes, la Régie des rentes du Québec a régulièrement augmenté le taux de cotisation qui a atteint 9.9% en 2011. 3-Les régimes privés de retraites Ils sont nombreux et variés. Ils permettent aux travailleurs d’accumuler un capital-retraite au-delà de ce qui est prévu par le régime public. Ces régimes sont de deux types : -Les régimes à cotisations déterminées : ce sont des régimes où les employeurs et les employés versent des cotisations qui s’accumulent sachant que le montant de ces cotisations est fixé à l’avance. Et, c’est en fonction du montant accumulé et des revenus en intérêt que sont calculés les montants de pensions. Ces montants dépendent également des taux d’intérêt

13

qui fluctuent en fonction de la conjoncture économique. -Les régimes à prestations déterminées : dans ce type de régime, le montant de la rente est fixé à l’avance et c’est lui qui détermine les montants des cotisations à verser. Les risques liés à ce type de régimes sont assurés par l’employeur qui paye les différences quand l’actif de la caisse ne permet pas de payer les rentes prévues. Les principaux régimes privés sont Les régimes de pension agréés (RPA) : Ce sont des régimes agréés par le ministre en vertu de la loi de l’impôt sur le revenu (fédéral). Ils consistent en des ententes privées offertes par un employeur ou un syndicat qui prévoient des versements périodiques aux employés retraités. Ces régimes sont aussi appelés «Régimes complémentaires de retraites» ou encore «fonds de pension». Les cotisations de l’employeur ainsi que celles des cotisants sont versées dans une caisse de retraite qui représente «le compte de banque» du régime. Les régimes enregistrés d’épargneretraite(REER) : c’est un contrat entre un particulier et une institution financière. Il est inscrit auprès de l’agence de Revenu du Canada(ARC). Le participant accumule des sommes au REER dont il doit assumer les risques de rendement liés aux placements. Un avantage certain de ce genre de placement, c’est que les montants sont déductibles d’Impôt, dans la limite de 18% du revenu. Les régimes de participation différée aux bénéfices(RPDB) : Ils permettent à un employeur de partager une partie des bénéfices avec ses employés. Seul l’employeur cotise à ces régimes en versant une partie des bénéfices de l’entreprise. Les comptes d’épargne libres d’impôt(CELI) : C’est un outil relativement récent, créé en 2008, qui permet aux particuliers d’obtenir un revenu de placement non imposable. L’avenir du régime québécois des retraites

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

L’objectif principal des régimes de retraites, c’est de permettre aux retraités de vivre décemment, c'est-à-dire de bénéficier d’un revenu de retraite suffisant pour maintenir le niveau de vie qu’ils avaient, en tant qu’actifs. Malheureusement, l’environnement économique fluctuant, avec ses crises de plus en plus fréquentes et, surtout, de plus en plus durables, compromet la survie des régimes de retraites. La principale difficulté réside dans leur financement. Le Québec, malgré les performances reconnues de son système de retraites, peine également à trouver les moyens de le pérenniser. C’est dans ce cadre que la Régie de Rentes du Québec a mis sur pieds, en 2011, un comité spécial chargé de réfléchir et proposer des recommandations sur l’avenir du système de retraites. Le mandat de cette commission concerne uniquement les régimes à prestations déterminées et ne touche pas les régimes publics de retraites. Par ailleurs, selon la RRQ qui encadre 755 régimes complémentaires, un régime sur deux souffre d’un trou de 26% ou plus. Il s’agit essentiellement de régimes à prestations déterminées qui garantissent aux employés des revenus de retraite en fonction du salaire de fin de carrière et de l’ancienneté. Il faut signaler également que l’épargne reste faible au Québec puisqu’environ une personne sur trois n’a pas de REER. Paradoxalement, cette réflexion sur les retraites met de l’avant, en fait, l’élément essentiel de l’activité économique, à savoir l’emploi. En effet, pour prétendre à une belle retraite, il faut avoir exercé pendant suffisamment de temps un emploi correctement rémunéré. (En complément à cet article, consultez le texte : «La caisse de dépôt et placement, un outil au service du développement du Québec», sur le site : www.maroc-québec.com).


Économie & entreprise

Communautés culturelles et entrepreneuriat

Lancement du Fonds Mosaïque La ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Mme Élaine Zakaïb, a annoncé le 20 décembre 2012, l'attribution de contributions financières non remboursables, totalisant 1,8 million de dollars, visant à promouvoir et à soutenir l'entrepreneuriat au sein des communautés culturelles. Les entrepreneurs concernés disposeront notamment d'un nouveau fonds, le Fonds Mosaïque, pour démarrer leur entreprise.  Celui-ci s'ajoute au Fonds Afro-entrepreneurs. « Se lancer dans la création d'une entreprise est une aventure qui apporte de grandes satisfactions, mais qui comporte aussi son lot de risques », a souligné la ministre déléguée Élaine Zakaïb. « Et les entrepreneurs issus de plusieurs communautés culturelles rencontrent souvent des difficultés de financement particulières. Nous devons soutenir nos entrepreneurs de tous les horizons qui investissent pour créer de la richesse et des emplois chez nous. Afin de les appuyer et de favoriser l'intégration des nouveaux arrivants, nous misons sur une formule gagnante qui les

aidera tout au long de leurs démarches. Le Fonds Mosaïque permettra ainsi d'accroître leur apport à la prospérité du Québec, et c'est toute la société québécoise qui pourra en bénéficier. » Une partie de l'aide financière accordée sera consacrée à la capitalisation du Fonds Mosaïque en collaboration avec Filaction, un organisme sans but lucratif créé à l'initiative de Fondaction CSN. Filaction injectera dans ce nouveau fonds les deux tiers du capital de 1 million de dollars, et le gouvernement du Québec assumera l'autre tiers. Déjà partenaire et gestionnaire du Fonds Afro-entrepreneurs, Filaction se voit aussi confier la mise en œuvre, la gestion et la promotion du Fonds Mosaïque en concertation avec le milieu. Pour soutenir les activités qui visent la pérennité des deux fonds et dont les coûts s'élèvent à 1,38 million de dollars, excluant le capital des fonds, Filaction recevra une aide financière de 830 000 $. Par ailleurs, des aides totalisant 670 000 $ sont accordées à 4 organ-

14

ismes du milieu. Ainsi, des montants de 190 000 $ sont attribués respectivement à Chantier d'Afrique du Canada, à la Jeune chambre de commerce haïtienne et à l'Association de la communauté noire de Côte-desNeiges pour la promotion de l'entrepreneuriat et pour l'accompagnement des entrepreneurs au sein de leur communauté. Enfin, une aide financière de 100 000 $ est versée au Réseau des entrepreneurs et professionnels africains afin de lui permettre de poursuivre ses activités de mentorat destinées à cette clientèle spécifique. « L'essor du potentiel entrepreneurial au sein des communautés culÉlaine Zakaib turelles et chez les nouveaux arrivstratégie économique qui mise notamants est essentiel à la prospérité du ment sur les entrepreneurs, comme en Québec », a poursuivi Mme Zakaïb. témoignera la création prochaine de la « Notre gouvernement s'est donné Banque de développement comme mandat d'accélérer la croiséconomique du Québec. » sance et d'en faire bénéficier tous les Québécois, et l'initiative d'aujourd'hui s'inscrit dans cette perspective. Nous voulons privilégier un développement Source : Cabinet de la ministre délééconomique avant‑gardiste, durable et guée à la Politique industrielle et à la Banque de développement solidaire qui soit équitable pour tous économique du Québec Pour y arriver, nous déployons une

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013


15

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


16

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


17

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


18

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


Cultures & religions Justin Trudeau au Congrès sur l'Islam de Toronto

Nouvel an 2963 Aïd Al Mawlid amazigh Annabawi «Les Canadiens doivent Assegwas s’unir contre l’intolérance» Ighudan sera célébré Lors de son allocution devant les mille 24 janvier

Aïd Al Mawlid Annabawi, fête commémorant la naissance du Prophète Sidna Mohamed, sera célébrée mardi 24 janvier correspond au 1e Rabia de l’an 1434 du calendrier de l’Hégire, Cette fête, commémorée depuis 1881 (1292 de l’Hégire), est célébrée par des veillées religieuses organisées dans les mosquées et les confréries religieuses (Zaouiya). L’Aïd Al Mawlid coïncide également avec l’organisation de Moussems à la mémoire des "saints patrons" de certains pays et régions, dont l’un des plus célèbres est celui de Cheikh El Kamel à Meknès (Maroc), qui attire des milliers de visiteurs venus du Maroc et de l’étranger.

D’un large usage au Maghreb où le fonds de population est très largement Imazighen (berbère), le calendrier amazigh, distinct du calendrier grégorien autant que du calendrier hégirien (musulman), indique que le début de l’année intervient à la date équivalant au 13 janvier.

liers de participants à la 11e Conférence sur le Renouveau de l'esprit islamique, qui s’est tenue à Toronto le 22 décembre 2012, M. Trudeau a déclaré qu'il est triste de voir un groupe de Canadiens en dénigrer un autre. Il a dénoncé ce qu'il a appelé « la politique de la division ».

Cette date a été commémorée comme il se doit dans une large zone géographique s’étendant de l’Égypte au Maroc, soit la totalité de l’Afrique Nord-saharienne; mais également dans les communautés culturelles originaires de ces régions, vivant en Europe et en Amérique du Nord.

Le candidat à la direction du Parti libéral du Canada a affirmé que les défis auxquels font face les Canadiens de la classe moyenne doivent les unir contre l'intolérance. Plus tôt ce mois-ci, Justin Trudeau a été la cible de critiques pour sa participation à cet important congrès. Des organisations juives prétendaient qu'il était en partie commandité par un groupe soutenant financièrement le Hamas, parti islamiste palestinien.

Justin Trudeau féré des fonds au Hamas. IRFANCanada réfute toutefois cette allégation.

L'organisme en question, IRFANCanada, s'est retiré de la conférence quelques jours après la controverse. Le groupe a perdu, l'an dernier, son statut caritatif parce qu'il aurait trans-

Source : Radio-Canada

À Montréal, la célébration à été marquée par une journée d’activités au Centre Culturel Algérien qui a fait place à des activités familiales, à des dégustations gastronomiques (notamment une «Tagoula», couscous votif appelant la prospérité sur la communauté) et à des débats sur la place de la culture et de la langue Amazigh dans les sociétés maghrébines et dans les sociétés de vie des communautés berbères vivant en émigration. À l’occasion de ce premier jour de Yennayer de l’an amazigh 2963, «Assgwas amgaz» à l’ensemble de nos lecteurs.

Diversité

*Le christianisme, 2e religion au Maroc Majoritairement Musulmans, le Maroc compte quelques 20.000 Chrétiens et environ 10.000 de Juifs et autant de Bouddhistes. C’est ce qu’a révélé l’institut de recherche américain Pew, dans une étude publiée fin décembre écoulé. De même, le Maroc abrite près de 10.000 adeptes de religions ethniques et tribales, encore présentes au sein de certaines anciennes tribus du pays. Toujours selon Pew, 10.000 Marocains croient en des religions comme le sikhisme, le zoroastrisme et le taoïsme. L’église forme ses leaders au Maroc Les églises catholiques et protestantes de Rabat formeront à l’avenir leurs "leaders de communauté" au Maroc. Fondé en 2002, l’Institut Al Mowafaqa dispensera ces formations en tenant compte du contexte marocain et de l’Islam. L’Institut Al Mowafaqa proposera une formation universitaire en théologie en langue française, "enracinée dans le contexte marocain, ouverte sur l’œcuménisme et en dialogue avec l’islam, au service des Églises chrétiennes au Maroc et au-delà", explique un communiqué des églises catholiques et protestantes de Rabat, à l’initiative du projet. Ce cursus, articulé autour de deux pôles de formation, soit "théologie" et "dialogue des cultures et des religions", a été conçu de manière à ce qu’il y ait un "équilibre subtil entre les exigences catholiques et les exigences protestantes". L’Institut, qui proposera ces formations grâce à Vincent Landel, évêque de Rabat, et Samuel Avedro, président de l’Église évangélique au Maroc,

respecte selon ses promoteurs, l’ancrage nord-africain et le contexte musulman du Maroc, "loin de tout prosélytisme et dans le respect de la législation marocaine". *Réhabilitation des écoles juives du Maroc 20 décembre 2012 Le gouvernement prévoit de réhabiliter les anciennes écoles israélites au Maroc, a annoncé mardi Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale. Le projet, qui concerne des dizaines d’écoles juives, a été présenté cette semaine au président de l’Alliance israélite universelle Marc Eisenberg, de passage au Maroc. Des plaques commémoratives seront également apposées aux anciennes écoles israélites, pour montrer l’importance de la cohabitation entre les communautés juive et musulmane au Maroc et leur histoire commune, a fait savoir El Ouafa. Marc Eisenberg, en visite au Maroc pour s’enquérir de la qualité de l’enseignement dans les écoles israélites, fréquentées par des élèves de confession juive et musulmane, a salué le climat de fraternité régnant dans ces établissements. L’Alliance israélite universelle a créé sa première école au Maroc en 1862 à Tétouan. Dans la seule ville de Casablanca, qui compte la plus importante communauté hébraïque du pays, il existe quatre écoles israélites. La communauté juive au Maroc est actuellement estimée à 4000 personnes. D’après un câble diplomatique américain dévoilé par Wikileaks en septembre 2011, plus de 900.000 Israéliens sont d’origine marocaine.

19

Église N.D de lourdes, Casablanca, Maroc

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013


Faits & actes 26 janvier 2013

La Fête d'hiver 2013 du RIFE Comme chaque année l'association Rencontre Interculturelle des Familles de l'Estrie invite les familles de toutes origines à participer à sa célèbre Fête d'Hiver. Que vous soyez un habitué du RIFE, une famille nouvellement arrivée ou que vous ayez fait notre connaissance lors d'une CauseRIFE, nous vous serez les bienvenus lors de cette fête familiale et interculturelle.

Recherche et développement

22e édition du Mois

Haïti face aux change- de l'histoire des Noirs ments climatiques Une étude du climatologue canado-marocain Abderrahman El Fouladi

Le climatologue canadomarocain Abderrahman El Fouladi vient de présenter les résultats de son étude, la première du genre en Haïti, sur la vulnérabilité des côtes du pays face à la hausse du niveau Selon la tradition établie au cours des années moyen de la mer induite par écoulées, chaque famille vient avec un met (un les changements climatiques.

plat cuisiné) qui sera partagé lors d'un repas communautaire. Le RIFE offre les boissons et le dessert ainsi que des cadeaux pour les enfants de 0 à 16 ans, cadeaux distribués par le Père Noël de retour pour l'occasion. Une animation familiale interculturelle est organisée.

Réalisée dans le cadre du projet "Renforcement des capacités adaptatives des communautés côtières aux changements climatiques" découlant des recommandations du Plan d’Action National L’activité est gratuite et les participants peuvent d’Adaptation (PANA), cette venir accompagnés de familles amies et de étude a pu, entre autres:

nouvelles connaissances.

1) Déterminer des scénarios de la hausse du niveau moyen de la mer (HNMM) pouvant affecter les côtes haïtiennes aux horizons 2031, 2051 et 2071; 2) Utiliser ces scénarios, combinés à des phénomènes météorologiques extrêmes, La fête aura lieu le 26 janvier 2013 à 16:30h au pour délimiter la vulnérabilité côtière face à l’intrusion des Centre communautaire et culturel de eaux marines à l’échelle natiol'arrondissement de Jacques-Cartier, 2050B nale puis quantifier cette vulBoul. de Portland Sherbrooke (Qc) J1J-1T9 nérabilité, en termes Courriel: rife2007@yahoo.fr d’inondation et d’érosion, dans Site web: http://www.rifestrie.com/ des secteurs ciblés par certains

Les familles doivent s'inscrire par internet directement à l'adresse du RIFE en précisant, pour des besoins d’organisation : - le nombre de personnes participantes, - le nombre d'enfants et leur sexe, - leur âge.

20

projets structurants ; 3) Proposer un système de surveillance et d’alerte côtières dans les zones vulnérables aux inondations par les eaux marines; 4) Renseigner sur les impacts potentiels de la hausse du niveau marin et de l’augmentation de la température de surface de la mer sur certains écosystèmes vitaux pour les communautés côtières ; Les résultats de cette étude (commanditée par le Ministère de l’Environnement de la république de Haïti, le FME et le PNUD) ont été présentés dans la capitale haïtienne le 19 décembre dernier dans le cadre de l’atelier de validation de la « Deuxième Communication Nationale sur les Changements Climatiques en Haïti» qui a connu la participation de plusieurs décideurs nationaux et internationaux dont le Ministre haïtien de l’environnement, M. Jean Vilmond Hilaire et Mme Martha K. Syvertsen, représentante du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Atlas.Mtl

«II est temps»

Le comité organisateur du Mois de l'histoire des Noirs tiendra une conférence de presse pour le lancement de la 22e édition du Mois de l'histoire des Noirs, le lundi 21 janvier 2013. La conférence de presse aura lieu à 9h30 dans le Hall d'honneur de la Ville de Montréal.  Lors de la conférence de presse, les participants pourront prendre connaissance des nouveautés du Mois de l'histoire des Noirs qui aura lieu cette année sous le thème «Il est temps», connaîtront les lauréats et découvriront la programmation complète de l'édition 2013 du Mois de l'histoire des Noirs.

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013


Média & communication Gala des Lys de la Diversité

Coup d’envoi le 24 janvier La dernière ligne droite est définitivement amorcée. En effet, le grand lancement, au cours duquel seront divulguera les préparatifs ultimes en vue de la tenue de la première édition du Gala des Lys de la Diversité, est prévu pour le jeudi 24 janvier prochain.

À l’affiche Un menu solide pour cette nouvelle sortie. À la Maison du Maroc (515, rue Viger-Est à Montréal), où se déroulera ce 5à7, le voile sera levé sur les contours de cet événement d’importance qui a déjà mobilisé plusieurs centaines de personnes via le concept à succès dénommé les «Assises de la Diversité». Entre autres, l’identité visuelle du gala, le site Web de l’événement, le profil du jury, seront révélés à cette occasion. Il est aussi prévu le lancement officiel de la période de dépôt des candidatures. Les journalistes pourront alors commencer par déposer leurs dossiers dans le cadre dudit concours. Les grandes lignes du rapport résumant l’ensemble des Assises organisées en prélude au Gala sera également dévoilé. Des vidéos jusque-là inédites, les différents partenaires qui se sont engagés dans la réalisation de cette activité, seront aussi présentés en la circonstance. Cibles et objectifs Le 5à7 du 24 janvier s’adresse au grand public, mais également

Le CRTC a donné son aval

Deux nouvelles stations TV multiethniques

Presse Écrite

Actualités Côte des Neiges fête ses 25 ans

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a approuvé la demande faite par Rogers Communications afin de convertir CJNT, une station de télévision à caractère ethnique, en une station Citytv à Montréal. aux professionnels des médias (journalistes, éditorialistes, chroniqueurs, photojournalistes, agences de publicité, propriétaires de médias), aux universités (écoles de formation en journalisme, chercheurs en communication, formateurs, étudiants), aux décideurs, aux professionnels des ressources humaines, aux gouvernements, aux groupes et organismes culturels ou communautaires, aux associations de surveillance et d’éthique et citoyens, qui ont à cœur des sujets de société comme la Diversité.

CJNT viendra augmenter le nombre des stations de Citytv, ce qui permettra à Rogers d'accroître sa couverture nationale, a précisé l'organisme fédéral. La station montréalaise diffusera 15,5 heures de programmation locale par semaine, ce qui constitue une heure et demie de plus que ce qui est généralement demandé par le CRTC, et son émission matinale comprendra des nouvelles locales. Le CRTC a également approuvé une nouvelle station de télévision multilingue devant s'appeler International Channel/Canal International (ICI).

Plus qu’un journal de quartier, Actualités Côte des Neiges s’est imposé comme une publication communautaire influente. Et cela dans la durée, puisque la publication célèbre ce 17 janvier 2013 le 25eme anniversaire de sa parution.

Au cours de la réception organisée à cette occasion, l’équipe animant la pubICI s'est engagée à offrir des émissions dans au lication démontrera qu’Actualités Côte moins 15 langues différentes, dont le roumain, le des Neiges n’a pas pris une ride au mandarin, le créole, le persan et le portugais. Elle Enfin, ce Gala, qui récompensera, consacrera 14 heures par semaine à des émissions cours de ce quart de siècle en présentant le 25 avril prochain, « l’excellence locales à caractère ethnique. sa nouvelle maquette et son nouveau journalistique » sous le thème de la site internet, produits jeunes et « Diversité », vise, entre autres, à Le CRTC a indiqué que ces deux services de dynamiques, faits pour affronter un faire la promotion de toutes les télévision augmenteraient la diversité des voix nouveau siècle et prêts à relever les expressions culturelles, à promou- dans la région de Montréal. défis lancé par un lectorat illustrant plus voir l’égalité des chances dans le milieu médiatique tout en mettant « La communauté de langue anglaise de même que que partout ailleurs, les nouvelles réalil’accent sur les minorités, plus de 18 communautés ethniques bénéficieront tés démographiques du Québec et les l’immigration, le handicap, le genre de ces deux nouveaux services », a affirmé le pré- nouvelles tendances médiatiques. ou encore l’orientation sexuelle. Source : Agence Médiamosaïque

sident du CRTC, Jean-Pierre Blais, par voie de communiqué.

21

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

Félicitations chers confrères!


22

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


Tendances Financement des partis politiques

100 dollars; pas un sou de plus ! La nouvelle limite des contributions politiques de 100 $ par année est entrée en vigueur le 1er janvier 2013. Auparavant, la limite des dons individuels était de 1000 $ annuellement. Toutefois, en période d'élection générale ou partielle, une contribution additionnelle de 100 $ est permise, en plus des premiers 100 $ déjà prévus par la loi. Pour compenser la baisse de revenu des partis ainsi engendrée, le financement public des partis politiques augmente. Premièrement, si un parti reçoit un montant de 20 000 $ durant l'année, le Directeur général des élections versera au parti un montant additionnel de 2,50 $ pour chaque dollar reçu. Ensuite, pour chaque tranche de 200 000 $ recueillis, l'État versera 1 $ par dollar recueilli. Le gouvernement affirme que ce nouveau mode de financement vise à permettre aux nouveaux partis qui n'ont jamais participé à une élection, et qui n'ont donc pas droit à l'allocation annuelle du DGE, de se constituer plus rapidement un fonds électoral.

Par ailleurs, l'allocation du DGE est elle aussi augmentée, en fonction de leurs résultats électoraux en pourcentage du vote obtenu. La somme à répartir est maintenant calculée en multipliant un montant de 1,50 $ plutôt que 0,85 $ par le nombre d'électeurs inscrits au moment de l'élection générale. De plus, la nouvelle loi limite à 8 millions de dollars plutôt que 11,5 millions le montant permis de dépenses électorales. De 3000$, 1000$, puis 100$... En 2010, le Parti libéral avait lui aussi réduit la limite des contributions électorales. Le gouvernement Charest a fait passer de 3000 $ à 1000 $ la limite de contribution maximale pour « redonner confiance à la population dans les règles de financement des partis politiques », avait dit le ministre de la Justice de l'époque, Jean-Marc Fournier. Plusieurs scandales ont éclaté au cours des dernières années concernant le financement occulte des partis politiques et des affaires de prête-noms.

Libertés individuelles

Canada, le pays où l’on se sent libre

Selon une étude menée par l’Institut Fraser de la Colombie-Britannique et le Liberales Institut d’Allemagne, le Canada est l’un des pays dans le monde où les citoyens se sentent les plus libres. En effet, selon les révélations de cette analyse, la Nouvelle-Zélande remporte la palme de l’index le plus élevé de liberté dans le monde. Par la suite, ex-aequo avec l’Australie et l’Irlande, le Canada obtient pour sa part la quatrième place. En deuxième et troisième, on retrouve les Pays-Bas et Hong Kong. Les résultats de cette enquête ont été publiés dans le livre intitulé “Towards a Worldwide Index of Human Freedom” (Vers un index mondial des libertés individuelles). Ce livre examine les caractéristiques des libertés humaines et comment elles peuvent être mesurées et comparées dans différents pays. Source : Radio-Canada International

Dépendance à la technologie

Dormir avec son cellulaire À en croire un sondage commandé par l'opérateur de téléphonie cellulaire Rogers, les Canadiens ne peuvent plus se séparer de leur téléphone mobile. Plus encore, ils seraient atteints de nomophobie, un nouveau terme désignant un état de stress du fait d'être séparé de son téléphone mobile. Selon ce sondage, 48 % « apportent leur téléphone intelligent au lit ou le gardent à portée de la main sur la table de chevet ». Les Canadiens vivraient une « histoire d'amour » avec leur téléphone intelligent. L'enquête indique que 64 % d'entre eux se sentiraient « démunis sans leur téléphone intelligent et leur accès Internet ». Pour illustrer cette « histoire

www.atlasmedias.com 23

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

d'amour »: 77 % des Québécois utilisent leur téléphone intelligent « lorsqu'ils sont à la salle de bains » et 74 % consulteraient leur sans-fil « le matin avant de se brosser les dents. » Par ailleurs, plus d'un Canadien sur dix a effectué un paiement à l'aide d'une application en 2012, révèle le sondage, qui a été réalisé du 15 au 19 novembre 2012 auprès de 1040 Canadiens membres du Forum Angus Reid qui possédaient et utilisaient un téléphone intelligent ou une tablette. La marge d'erreur totale est de plus ou moins 3,1 %.


Tendances

Le coût de la violence conjugale 7 milliards $ par année au Canada

La violence conjugale coûte une fortune aux contribuables canadiens. Une importante enquête fédérale démontre que les milliers d’incidents survenus en une seule année ont coûté 7,4 milliards de dollars. L’étude réalisée par le ministère de la Justice du Canada s’est penchée sur les importantes conséquences économiques de chaque incident de violence conjugale – que ces frais soient reliés à des politiques, à des soins de santé, à des coûts funéraires ou encore à des salaires perdus.

En se basant sur une banque de données nationale, les chercheurs ont déterminé que presque 50 000 cas de violence conjugale avaient été rapportés à la police en 2009. 80 % d’entre eux impliquaient des victimes de sexe féminin. Les cas répertoriés comprenaient 65 homicides conjugaux, dont 49 femmes. Les données émanant d’une

enquête téléphonique de Statistique Canada ont également été mises à profit dans le cadre de cette enquête. L’agence fédérale a déterminé qu’en 2009, environ 336 000 Canadiens avaient été victimes d’une certaine forme de violence conjugale. Les couples du même sexe, les couples mariés ou en union libre et les couples séparés ou divorcés étaient tous pris en considération. Coûts multiples Les auteurs de l’étude ont ensuite méticuleusement inventorié tous les coûts associés à ces gestes de violence : les frais juridiques et les factures des visites à la salle d’urgence, bien entendu, mais aussi les frais plus particuliers – les factures de détectives privés, les frais de déménagement des personnes qui ont dû fuir le harcèlement dont elles étaient victimes, etc. Les coûts totaux ont été évalués à 4,8 milliards de dollars pour les victimes féminines et à 2,6 milliards de dol-

lars pour les victimes de sexe masculin – et encore, ces chiffres sont conservateurs. Le rapport d’enquête de 145 pages a été achevé à l’automne. La Presse Canadienne l’a obtenu en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. Il s’agit d’une troisième étude

24

Atlas.Mtl

portant sur les coûts inhérents aux actes criminels que Justice Canada mène depuis 2011. La méthodologie est la même dans tous les cas. La première s’était attardée aux conséquences économiques de tous les actes criminels commis en 2008 (99,6 milliards de dollars); la seconde, aux coûts reliés à

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

des crimes impliquant des armes à feu (3,1 milliards de dollars). Celle portant sur la violence conjugale n’avait pas été publiée en raison de sa nature controversée. Source : Radio-Canada


Voyages

Air Algérie

6 fréquences/semaines à partir de juin 2013 Juin 2008. Air Algérie, répondant à une forte demande des membres de la communauté algéro-canadienne, lance un vol direct Alger-Montréal-Alger. Depuis, la ligne n’a cessé de se développer et son succès de grandir. Malgré une conjoncture difficile dans le monde du transport aérien et en dépit des restrictions contenue dans l’accord aérien Canado-algérien, MontréalAlger à connu une progression annuelle moyenne de 12,5%. Un tel succès, créant des obligations nouvelles à la compagnie vis-à-vis de ses usagers. Un certains nombre de mesures et d’initiatives viendront répondre très bientôt à ces obligations. Abdelaziz Laouar, Directeur d’air Algérie Canada évoque ces mesures et nouveautés dans l’entretien qu’il a accordé à notre collaborateur Wahid Megherbi et dont voici la teneur.

Abdelaziz Laouar : «les tarifs au départ de Montréal ont connu un nivellement conséquent des tarifs vers le bas» Entretien réalisé par: Wahid Megherbi Wahid Megherbi : Monsieur Laouar quel bilan faites-vous des quatre années et demi de présence d’Air Algérie sur le couloir aérien CanadaMaghreb ?

Abdelaziz Laouar : Air Algérie canada affiche une progression continue dans un certain nombre de secteurs. • Au chapitre des revenus, notre performance a été vigoureuse, malgré un contexte difficile. • Au Chapitre du trafic, une tendance haussière et significative est enregistrée à fin Aout 2012, soit +25 % par rapport a la même période de l’exercice écoulé. • Le trafic global annuel a vu sa progression multipliée par 3.5 depuis l’ouverture de la ligne en 2007, une progression moyenne annuelle de 12%, malgré les restrictions de l’accord aérien contraignant la compagnie d’opérer avec un nombre faible de fréquences Des actions sont engagées par ailleurs par les pouvoirs publics a l’effet de corriger cette distorsion par la levée de la restriction liée a la limitation de fréquence. Une révision de l’accord aérien devient une nécessité pour la compagnie eue égard à la dynamique affichée depuis l’ouverture de la ligne d’une part et les perspectives attendues. • Au Chapitre de l’exploitation, les indicateurs de la ponctualité témoignaient de nettes améliorations en matière de retards, en 2012, on constate une amélioration du taux de ponctualité. La ponctualité globale durant l’année 2012 a été de 86%. Sur 182 vols de Janvier à Aout, nous avons enregistré seulement 18 vols retardés. Les causes des retards sont scindées en

deux groupes : celles dépendant d’Air Algérie et celles exogènes à la compagnie.

Concernant les causes internes, il s’agit des retards liés à l’exploitation pour des raisons techniques, d’opérations aériennes, d’escales et de rotations avion. S’agissant des causes externes, il s’agit des restrictions aéroportuaires, de la météo, de la police et des douanes. Nous pouvons affirmer aujourd’hui, et les résultats 2012 l’attestent, que le volet ponctualité, élément indissociable de la qualité de service, est pris en charge de façon prioritaire par Air Algérie. Cette performance est le résultat d’un plan d’action initié par la direction générale et touchant l’ensemble des structures de la compagnie (Escale, Opérations Aériennes, Technique, et Catering) pour rétablir la ponctualité un niveau standard requis au niveau des grandes compagnies. La stratégie Air Algérie Canada, est une stratégie de croissance rentable s’appuyant sur 3 leviers fondamentaux : • Renforcement de l’offre (un quotidien), un accord pour 6 fréquences/ semaine a été conclu avec les autorités canadienne et qui devient effectif à partir du 15 juin 2013.Le programme des ventes pour l’été est déjà ouvert depuis fin Décembre 2012. • Une offre produit, à l'écoute des clients • Un réseau amélioré, pour capter l’activité 6 liberté (trafic de continuation au delà de l’Algérie). Un fort potentiel existe Les tarifs d’Air Algérie semblent pourtant élevés … Il est inexact que nos tarifs sont plus chers que ceux des autres compagnies : nous sommes tenus de nous aligner sur les pratiques tarifaires de la concurrence et nous offrons exactement les mêmes avantages ; parfois même, nous avons mis en place des tarifs promotionnels sur lesquels les compagnies concurrentes se sont alignées ; notre gamme tarifaire est très variée. Nous avons mis en place des tarifs à 329 dollars hors taxes et hors période de pointe pour permettre à notre clientèle de voyager. Les tarifs pour la période pointe varient de 890 Dollars à 1410 dollars hors taxes. Les dotations de sièges pour ces tarifs obéissent à une logique de gestion des recettes, appliquée par toutes les compagnies aériennes. Air Algérie pour des considérations diverses a adopté une politique tarifaire appropriée qui a conduit les compagnies concurrentes à la révision de leur grille tarifaire. La conséquence directe depuis l’arrivée d’Air Algérie, les tarifs au départ de Montréal ont connu un nivellement conséquent des tarifs vers le bas. Toutefois il faut préciser que les compagnies utilisent des leviers publici-

25

taires afin d’attirer la clientèle : elles annoncent des promotions à des niveaux défiant toute concurrence, mais en réalité ce sont des offres que vous ne trouvez jamais au niveau des agences : leur commercialisation se fait de la manière suivante : - via internet généralement et en quantité très limitée - la réservation doit être faite de 3 à 6 mois avant la date de départ - et surtout ne pas changer de dates de réservation.

L’affichage fait d’un tarif ne vaut que par le stock qui lui est alloué par le biais de sa classe de réservation (allottement donné au tarif).

Abdelaziz Laouar

Par ailleurs, il y a lieu de noter que les tarifs bas affichés par les concurrents, servent plus à la combinaison avec d’autres tarifs de continuation sur leurs vastes réseaux que pour la vente directe c’est à dire que ces compagnies compensent les tarifs des ailes par les tarifs off-line et en basse saison uniquement. Comment gérez-vous les retards sur les vols ? La compagnie informe par voie d'affichage dans la zone d'enregistrement le retard ainsi que la durée correspondante. Cette information est disponible également dans le site de l’aéroport de Montréal, De plus nous informons directement nos passagers par téléphone pour leur annoncer le retard et nous le faisons également par le biais de nos agences accréditées. Dans le cas où le retard dépasse 3 heures, l’équipe Air Algérie à l’aéroport est renforcée à l’effet d’être proche de notre clientèle et s’assurer que toutes les dispositions sont prises pour alléger le désagrément lié au retard. Si le retard est égal ou supérieur à 2 heures (3 heures pour les autres compagnies), la compagnie aérienne fournit des rafraichissements, des repas, des moyens de communication et, le cas échéant, un hébergement. Pour Air Algérie, l’année 2012 a été riche en événements. Quels sont les faits marquants? Quel sera leur impact sur son avenir ? L’année 2012 aura été le lancement d’un certain nombre de projets inscrits dans le PMTE initié par la Compagnie et approuvé par le conseil d’administration, et qui constitue un document de référence pour le développement de notre Entreprise. 1. C’est avant tout le renouvellement et le développement flotte : - 3 avions gros porteurs en renouvellement - 3 avions moyens porteurs en développement - 2 avions moyen porteur tout cargo en développement pour la dynamisa-

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

tion de cette activité. Un des effets attendus en est l’image qu’offre désormais la compagnie à sa clientèle et à ses partenaires, auxquels nous présentons un gage de fiabilité, un confort nouveau et des prestations dignes du renom de cette compagnie qui représente le pavillon national. 1. En lançant deux projets prioritaires : -"Ponctualité" associant toutes les fonctions de la compagnie avec l’objectif d’atteindre un niveau de performance dans la norme internationale (taux à 15 min : 80%) -"Qualité Cabine" visant à assurer un entretien et un armement des cabines irréprochables 2. Ensuite, c’est le lancement d’une nouvelle organisation pour nous mettre au niveau de ce qui se fait par ailleurs, c’est à dire la constitution du Groupe Air Algérie avec la filialisation de certaines de nos activités. Avez-vous un messager à adresser pour votre clientèle fort nombreuse ? C'est avec fierté que j'ai pris en charge les destinées d'Air Algérie Montréal avec la détermination de renforcer le service à la clientèle.
Au sein de l'équipe exceptionnelle d'Air Algérie, j'ai œuvré à développer notre stratégie s’appuyant sur trois leviers renforcement de l’offre, une offre a l’écoute de nos clients et enfin un réseau amélioré. Air Algérie se trouve en bonne place pour saisir de nouvelles occasions d'affaires. Le plan d'action 2012 contenu dans le plan moyen terme de la compagnie nous conduira à améliorer notre compétitivité commerciale ainsi que la qualité du service offert à nos clients. Je tiens à exprimer ma gratitude et ma reconnaissance à notre clientèle qui a été un support inébranlable aux cours des dernières années et ce, depuis l’ouverture de la ligne. Je voudrais prendre l'occasion de vous remercier encore une fois pour votre support et j'attends avec impatience de continuer notre grande relation d'affaire pour l'année 2013 qui arrive à très grand pas.


26

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


27

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


Sports

Soccer - CAN 2013

Début de la compétition samedi 19 janvier 2013

La coupe d'Afrique des Nations de football qui se déroule en Afrique du Sud dès le 19 janvier prochain s'annonce comme la compétition qui marquera l'année 2013.

collectif Camerounais 2-0 et 1-2 lors du premier et second tour. L'autre surprise est l'équipe d’Éthiopie qui revient après 31 ans d'absence de la scène africaine.

L'aventure footballistique africaine de l’année, initialement prévu pour 2014 avait été reprogrammée en 2013 par le comité exécutif de la Confédération africaine de football pour une raison de calendrier. Cette dernière s'est également vu dans l'obligation de retirer l'organisation du tournoi à la Libye toujours sous la menace d'une nouvelle guerre civile pour raisons de sécurité.

Mais on suivra aussi avec attention l’équipe tenante du titre, la Zambie, qui évolue dans le groupe C et qui devrait tout faire pour garder le trophée…

C'est donc à l'Afrique du Sud qu’est revenu le privilège d'organiser cette 29ème édition de la Coupe d'Afrique. Parmi les 4 groupes de 4 équipes qui se disputeront le titre, le bal sera ouvert par le groupe A composé de l'Afrique du Sud, le Cap Vert, le Maroc et l'Angola. Le pays hôte vainqueur de la compétition en 1996 va devoir faire honneur à ses terres et à ses supporters surtout qu'étant pays organisateur, l'équipe a été dispensée de qualifications et bénéficie donc d'une meilleure préparation physique. La nouveauté de la CAN 2013 est que le tournoi accueil pour la première fois de son histoire une toute nouvelle équipe, celle du Cap Vert après qu'elle est éliminée le

Groupe A : le Maroc ou l’Afrique du Sud? Pays organisateur de la CAN 2013, l'Afrique du Sud se doit de bien figurer dans cette compétition. Mais la tâche ne s'annonce pas facile pour des Bafana Bafana qui peinent à retrouver leur niveau de la fin des années 90, où ils remportèrent la CAN (1996, déjà chez eux) et disputèrent la finale en 1998 (défaite contre l'Égypte). Leur adversaire principal dans ce groupe devrait être le Maroc, qui vient de changer de sélectionneur, Rachid Taoussi prenant la place d'Eric Gerets. Attention également au Cap Vert, qui a éliminé le Cameroun. L’Angola ne sera pas non plus à prendre à la légère… Groupe B : le Ghana favori Les deux premières places de ce groupe, qualificatives pour les quarts de finale, devraient logiquement reve-

nir au Ghana et au Mali, deux sélections présentées parmi les favoris à la victoire finale. Les stars ghanéennes et maliennes évoluent dans les meilleurs clubs en Europe, mais lors de la CAN 2012, la Zambie d'Hervé Renard a prouvé qu'une surprise était toujours possible, donc méfiance face au Niger et à la RD Congo. Groupe C : la Zambie défend son titre. Le champion en titre, l'étonnante Zambie de 2012, se retrouve dans un groupe où l'une des deux premières places semble à sa portée. Le Nigeria devrait également s'en sortir, même si le Burkina Faso du Rennais Jonathan Pitroipa sera observé de près. Les Zambiens sontils capables de rééditer le coup de 2012 en allant jusqu'au bout. Cela paraît tout de même peu probable. L’Éthiopie, de retour après 31 ans d’absence ne l’entend peut-être pas de cette oreille… Groupe D : Algérie et Tunisie dans le groupe de la mort

mort » que réserve traditionnellement chaque compétition. Avec cette fois-ci la Côte d'Ivoire, comme d'habitude grand favori pour remporter le trophée. La confrontation avec la Tunisie sera particulière, puisque le sélectionneur des Éléphants n'est autre que le Franco-tunisien Sabri Lamouchi. L'Algérie, 2e nation africaine au classement FIFA (24e), derrière les Ivoiriens (16e), aura aussi pour objectif de sortir de ce groupe terrible où le Togo d'Emmanuel Adebayor risque d'avoir bien du mal à tirer son épingle du jeu.

Le voilà, ce fameux « groupe de la

Le calendrier du premier tour

Groupe A

GROUPE B

GROUPE C

GROUPE D

Samedi 19 janvier 2013 16: 00 GMT : Afrique du Sud - Cap-Vert 19:00 GMT : Angola - Maroc

Dimanche 20 janvier 2013 15:00 GMT : Ghana - RD Congo 18:00 GMT : Mali - Niger

Lundi 21 janvier 2013 15:00 GMT : Zambie - Éthiopie 18:00 GMT : Nigéria - Burkina Faso

Mardi 22 janvier 2013 15:00 GMT : Côte d'Ivoire - Togo 18:00 GMT : Tunisie - Algérie

Mercredi 23 janvier 2013 15:00 GMT : Afrique du Sud - Angola 18:00 GMT : Maroc - Cap-Vert

Jeudi 24 janvier 2013 15:00 GMT : Ghana - Mali 18:00 GMT : Niger - RD Congo

Vendredi 25 janvier 2013 15:00 GMT : Zambie - Nigéria 18:00 GMT : Burkina Faso - Éthiopie

Samedi 26 janvier 2013 15:00 GMT : Côte d'Ivoire - Tunisie 18:00 GMT : Algérie - Togo

Dimanche 27 janvier 2013 17:00 GMT : Maroc - Afrique du Sud 17:00 GMT : Cap-Vert -Angola

Lundi 28 janvier 2013 17:00 GMT : Niger - Ghana 17:00 GMT : RD Congo - Mali

Mardi 29 janvier 2013 17:00 GMT : Burkina Faso - Zambie 17:00 GMT : Ethiopie - Nigéria

Mercredi 30 janvier 2013 17:00 GMT : Algérie - Côte d'Ivoire 17:00 GMT : Togo - Tunisie

HEURE DE MONTRÉAL = GMT – 5

28

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013


Sports

Soccer - CAN 2013

Début de la compétition samedi 19 janvier 2013 Où voir les matchs ?

Plus que quelques jours avant le coup d’envoi officiel de la 29e édition de la Coupe d’Afrique des nations de football, qui se tiendra cette année du 19 janvier au 10 février, en Afrique du Sud. Plusieurs d’entre vous se demandent déjà où seront diffusés les matchs des élections maghrébines qualifiées. Les Sociétés Nationales de Télévision (SNRT pour le Maroc, ENTV pour l’Algérie et RTT pour la Tunisie) ont acheté les droits de retransmission terrestre des rencontres. Autrement dit, ces rencontres seront retransmises sur les territoires nationaux. Il n’y aura donc pas de diffusion satellitaire. Les Maghrébins résidant à l’étranger pourront toutefois,suivre les rencontres de leurs sélections nationale sur Canal+. La chaine cryptée avait acquis, en octobre dernier, les droits de diffusion de tous les matchs africains devant se tenir d’ici 2016. La chaine TNT gratuite Direct 8, récemment rachetée par le groupe Canal+, devra également diffuser toutes les rencontres, en plus, bien évidemment d’Al Jazeera Sport qui détient les droits de retransmission.

Les effectifs maghrébins Maroc

Algérie

01- Izzeddine Doukha (USM El Harrach) 02- Mostefa Sbaa (Ajaccio, France) 03- Liassine Cadamuro (R.Sociedad, Espagne ) 04- Esseid Belkalem (JS Kabylie) 05- Rafik Halliche (Academica Coimbra, Portugal) 06- Djamel Eddine Mesbah (AC Milan, Italie) 07- Ryad Boudebouz (Sochaux, France) 08- Lacen Medhi Gregory Guiseppe (Getafe, Espagne) 09- Islam Slimani (CR Belouizdad) 10- Sofiane Feghouli (FC Valence, Espagne) 11- Hamer Bouazza (R.Santander, Espagne) 12- Carl Medjani (Ajaccio, France) 13– Mohamed Amine Aoudia (Es Sétif ) 14- Foued Kadir (O. Marseille, France) 15- Elarabi Hilal Soudani (V.Guimaraes, Portugal) 16- Cedric Si Mohammed (JSM Béjaia) 17- Adlane Guedioura (Nottingham Forst, Angleterre) 18- Kaled Lemmouchia (Club Africain, Tunisie) 19- Yassine Bezzaz (CS Constantine) 20- Saad Tedjar (USM Alger) 21- Faouzi Ghoulam (Saint Étienne, France) 22- Ali Rial (JS Kabylie) 23- Adrien Mbolhi (Kreliya Sovitov, Russie)

Tunisie

01- Nadir Lamyaghri (WAC Casablanca), 02- Anas Zniti (MAS Fès), 03- Khalid Askri (Raja Casablanca) 04- Abderrahim Chakir (AS FAR), 05- Abdelatif Nouçair (Moghreb Fès), 06- Zakarya Bergdich (Lens/France), 07- Mehdi Benatia (Udinese/Italie), 08- Issam El Adoua (Vitoria Guimaraes/Portugal), 09- Ahmed Kantari (Brest/France), 10- Abdelhamid El Kaoutari (Montpellier/France)   11- Karim El Ahmadi (Aston Villa/Angleterre), 12- Adil Hermach (Al-Hilal/Arabie Saoudite), 13- Kamel Chafni (Brest/France), 14- Nordin Amrabat (Galatasaray/Turquie), 15- Younes Belhanda (Montpellier/France), 16- Abdelaziz Barrada (Getafe/Espagne), 17- Oussama Assaïdi (Liverpool/Angleterre), 18- Chahir Belghazouani (AC Ajaccio/France)   19- Abderazak Hamdallah (OCS), 20- Mounir El Hamdaoui (Fiorentina/Italie), 21- Youssef El Arabi (Grenade/Espagne), 22- Mehdi Namli (Moghreb Tétouan), 23- Youssef Kadioui (AS FAR).

01- Aymen Mathlouthi (Etoile du Sahel) 02- Farouk Ben Mustapha (CA Bizertin) 03- Moez Ben Chérifia (Espérance de Tunis) 04- Aymen Abdennour (FC Toulouse, France) 05- Hatten Baratli (Club Africain de Tunis) 06- Anis Bousaidi (Tavriya Simeropol, Russie) 07- Khalil Chammam (Espérance) 08- Chamseddine Dhaouadi (Etoile du Sahel) 09- Fateh Gharbi (CS Sfaxien) 10- Walid Hicheri (Espérance) 11- Bilel Ifa (Club Africain) 12- Oussama Darragi (FC Sion, Suisse) 13- Chady Hammami (Koweit FC, Koweit) 14- Wahbi Kharzi (FC Bastia, France) 15- Youssef Msakani (Lekhwiya, Qatar) 16- Khaled Mouelhi (Espérance) 17- Majdi Traoui (Espérance) 18- Wissem Yahya (Mersin, Turquie) 19- Fakhreddine Ben Youssef (CS Sfaxien) 20- Zouhair Dhaoudi (sans club) 21- Hamdi Harbaoui (KSC Lokeren, Belgique) 22- Issam Jomaa (Koweit FC, Koweit) 23- Saber Khelifa (Evian, France).

www.atlasmedias.com 29

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013


Sports

Ski : nouveaux podiums pour Adam Lamhamedi Lamhamedi, 17 ans, s’est distingué par ses efforts soutenus lors des entraînements et des compétitions, par sa touche raffinée sur la neige, ainsi que par son mental “très fort”, élément essentiel pour un athlète de haut niveau, a déclaré, à cette occasion, son entraîneur Martin Côté. Il s’est dit aussi “très satisfait” de la progression et des résultats d’Adam dans les différentes conditions de course extrêmement variées, rappelant que depuis le début de la saison de ski 2012-2013, Adam “se classe très bien par rapport aux skieurs de son âge”. En effet, il a jusqu’à présent gagné deux médailles de bronze en slalom, une médaille d’argent en slalom géant dans la catégorie junior et une médaille de bronze en slalom dans la catégorie sénior. Le jeune skieur maroco-canadien Adam Lamhamedi a terminé son année 2012 sur le même rythme qu’il l’avait commencée. Il a remporté une médaille d’argent en slalom géant dans la catégorie junior (-18 ans), lors des compétitions de slalom et de slalom géant de la Fédération internationale de ski (FIS) disputées du 19 au 22 décembre à la station de ski de Panorama en Alberta (Ouest du Canada). Quelque 99 skieurs du Canada, des États-Unis, de l’Australie, de Grande Bretagne, de Bulgarie, du Japon, de Slovénie, de Slovaquie et du Maroc ont participé à ces compétitions.

En 2012, Adam a été médaillé 14 fois. Le jeune athlète est aussi champion junior du circuit de la Super Série Sports Experts 2012 en ski alpin en Amérique du nord, athlète de l’année 2012 du programme sports-études qui regroupe les sportifs de haut niveau inscrits dans plus de 20 programmes sports-études et athlète de l’année 2012 de la région du Québec. Il a également reçu le Méritas du meilleur skieur du programme ski alpin de l’école secondaire Cardinal-Roy et a été sacré athlète de l’année 2012.Au Canada, Adam Lamhamedi défend les couleurs du club de ski de Stoneham (Québec).

au championnat canadien junior

Tae Kwon do: Mohamed Farsi médaille d’or

Mohamed Farsi, jeune algérien de 13 ans résidant à Montréal, a remporté la médaille d’ or au championnat canadien de taekwondo WTF dans la catégorie POOM B, ceinture noire junior, pour une deuxième année consécutive. Le tournoi s'est déroulé à Vancouver, en ColombieBritannique le 11, 12 et 13 janvier 2013.  Il remporta 5 de ses combats pour,

Athlète féminine canadienne de l'année

Christine Sinclair, buteur-née

Après avoir fait sien le trophée Lou-Marsh, la joueuse de soccer a une fois de plus obtenu la faveur des journalistes au pays. Elle est en effet la lauréate 2012 du trophée Bobbie-Rosenfeld, accordé à l'athlète féminine de l'année par la Presse canadienne.

Sinclair a mené l'équipe nationale à une médaille de bronze historique lors des Jeux de Londres. Il s'agissait de la première médaille du Canada dans un sport d'équipe à des Jeux d'été depuis celle d'argent en basketball masculin en 1936. L'athlète de Burnaby, en ColombieBritannique, a signé un tour du chapeau dans un revers crève-coeur de 4-3 en temps ajouté en demi-finale, contre les Américaines. Trois jours plus tard, elle a aidé le Canada à battre la France 1-0 pour permettre aux siennes de terminer 3es. Sinclair a établi un record olympique avec six buts dans le tournoi, en plus de réécrire la

marque nationale pour les buts dans une seule année, avec 23. La joueuse de 29 ans a aussi été portedrapeau pour la cérémonie de clôture à Londres. Rosie MacLennan, en trampoline, a fini lointaine 2e au scrutin, avec 12 votes de 1re place, contre 84 pour. Sinclair. MacLennan a obtenu la seule médaille d'or canadienne à Londres. La patineuse de vitesse longue piste Christine Nesbitt a terminé 3e avec un seul vote de 1re place, mais 27 de 2e.

30

Atlas.Mtl

nº 197 du 17 au 30 janvier 2013

enfin, toucher à son but premier, la médaille d'or. S’entraînant 5 jours par semaine dans le club du maître Raymond Mourad, il était déterminé à remporter, pour une deuxième année d'affilée, la première position. Ce jeune prodige des arts martiaux continue à s’entraîner chaque jour pour de nouveaux défis. Wahid Megherbi


31

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013


32

Atlas.Mtl

nยบ 197 du 17 au 30 janvier 2013

Atlas197 du 17 au 31 janvier 2013  

Atlas.Mtl 197 du 17 au 31 janvier 2013