Page 1

HAUTE-SAVOIE NORDIC

TEAM L E

M A G A Z I N E

N°3

TAKE 5 • LES BIENS FAITS DE L’HYPOXIE • LES RESSOURCES DU SKIEUR DE FOND DÉCOUVERTE DU VAL D’AOSTE • RENCONTRES • UN ÉTÉ CHEZ LES HSN • AGENDA 1


N°3 Magazine annuel Haute-Savoie Nordic Team 570 route de la Patinoire, 74450 Le Grand-Bornand Tél. : 00 33 (0 )6 74 68 73 67 E-mail : teamhsn@gmail.com www.hsnteam.com Rédaction et publication : Haute-Savoie Nordic Team Merci à Mathias Wibault, Tao Quemere Merci à nos partenaires annonceurs. Graphisme : Guy Buisson Impression : RotimPres Crédit photo : Nordic Magazine: p.4/11/16/22/44/49/55 Nordic Focus: p.12/14/41 Nils Louna: p.Couv/2/6/9/18/36/37 Mathias Loppez: p.1/38/43/63 Marathon du Grand Bec: p.19/25 Louis Garnier: p.40 Claude Roig: p.51/52 Prochain numéro décembre 2017 2


3 EDITO 5

LE MOT DU PRÉSIDENT

7

LA VISION DU MANAGER

9

AVEC NOUS, ILS ÉCRIVENT L’HISTOIRE

12

TAKE 5

20 CONSEILS DE PROS 24 ZOOM 31

COUP DE CŒUR

38 PORTEFOLIO 40 DEUX AUTRES TEAMS, DEUX AUTRES STYLES 43 SUR LA TOILE 44 RENCONTRES 50 LA VISION DE L’ENTRAINEUR 51 TAO QUEMERE, UN FONDEUR DEVENU CYCLISTE… 53

UN ÉTÉ CHEZ LES HSN

55

NOUVELLE SAISON, NOUVELLE ÉQUIPE

58

LES ATHLÈTES

61

LE CLUB DES SUPPORTERS

62

LES JEUX

1


2


ÉDITO DU PARRAIN

C’est une lourde tâche qui m’incombe…être le parrain du Team me donne d’un coup le sentiment d’avoir vieilli de quelques années. Hier, j’étais avec vous sur les skis, aujourd’hui je deviens celui qui vous accompagne dans la vie. Mais c’est vrai qu’après onze années au sein de l’équipe, soit plus d’un tiers de ma vie, j’ai sûrement plus à apporter de ce côté là de la piste…c’est en tout cas mon envie. Quoi qu’on en dise, j’ai vécu des années exceptionnelles, mes meilleures années de vie jusqu’à présent. Elles ont été remplies d’évolutions, de progressions et d’émotions, des belles et des moins belles, mais surtout de rencontres. Chacun d’entre vous, athlètes actuels, anciens, entraineurs, manager, partenaires, ou simples passionnés du Team, a contribué à faire de cette période, une aventure inoubliable et enrichissante pour la suite de ma vie. Merci ! Mais ce n’est pas fini, je prends, tout de suite, mon nouveau rôle à cœur et il n’est pas question d’arrêter de visser les plats, skier les bosses, faire les panneaux et fêter ça à l’arrivée…le groupe est la force du Team et quoi qu’il arrive, même si vous rencontrez des difficultés, ne vous inquiétez pas, c’est vous qui avez la solution car le Team est immortel. Les plus belles années sont à venir, j’ai déjà hâte de voir ça. J’imagine déjà comment l’équipe va évoluer, qui va venir la renforcer et le nombre de podiums que vous allez engranger. Bref… on n’a pas fini de voir le train du HSN Team !

Mathias Wibault

3


4


LE MOT DU PRÉSIDENT

Chers lecteurs, en tant que Président du Haute Savoie Nordic Team, j’ai l’honneur de vous présenter le troisième opus du magazine HSNT. Comme les années précédentes, les athlètes ont mis la main à la patte afin de faire partager leur quotidien. A l’heure où je rédige ces quelques phrases, la neige a blanchit les sommets et les températures sont quasi hivernales, ce qui nous rappelle que la saison approche à grands pas. Mais avant d’enfiler le dossard et de lever les bras, restons concentrés, la préparation n’est pas finie. Alors faites une pause et allez parcourir ces quelques pages en attendant que l’hiver commence vraiment. Ce magazine est aussi l’occasion pour nous de remercier nos partenaires et tous ceux qui nous suivent dans notre aventure. Votre soutien nous permet de nous entrainer dans de bonnes conditions pour rivaliser avec les meilleurs, sur les différents circuits, tout au long de l’hiver. Le team est avant tout une équipe d’athlètes de haut niveau, mais c’est aussi une grande famille à laquelle vous appartenez tous ! A travers ce magazine nous vous invitons à nous rejoindre (via notre club des supporters) pour voir toujours plus grand et aller chercher au bout de l’effort ces moments qui nous font tous vibrer. Je terminerai en vous souhaitant à tous un bon hiver et je vous dis à très vite sur les pistes !

Damien Tarantola

5


6


LA VISION DU MANAGER

M OT I VAT I O N S CO MMU NE S Nous voilà repartis pour un tour de piste avec ce 3ème numéro du magazine du Haute-Savoie Nordic Team. Cette année encore nos athlètes troquent pour quelques instants leurs skis pour leur plus belle plume et vous parlent de ce qu’ils connaissent le mieux : leur quotidien. Un aperçu 360° de la discipline à travers le regard affûté de ceux qui se lèvent chaque jour de l’année pour la faire exister sur les pistes ou sur les routes, sur les chemins et les sentiers de montagne, dans les salles de musculation, ou encore derrière vos écrans l’hiver. Ces athlètes de haut niveau qui ont soif de victoires et rêvent de médailles mais qui passent le plus clair de leur temps à l’entraînement, poussés par l’envie d’être dehors pour sentir l’air pur traverser leur corps de part en part, animés par la soif de découvrir de nouveaux paysages et s’émerveiller de la grandeur de la nature ; guidés par le besoin de transpirer, de se dépasser, parfois même de pousser la machine dans ses retranchements; obsédés par le souci du détail à l’image des horlogers suisses avec en tête d’améliorer sans cesse leur technique et leurs performances dans le seul but de glisser toujours mieux, toujours plus. Un cocktail détonnant qui procure la joie de rentrer ensuite chez soi avec le cœur léger, l’esprit libre, et l’étrange sentiment d’avoir accompli quelque chose de bien. Sentiment qui, telle une drogue, se transforme assez rapidement en une forte envie de recommencer. Autant vous prévenir, vous aurez du mal à vous procurer toutes ces sensations si vous vous arrêtez à la lecture de ce magazine, alors je vous conseille de feuilleter ces quelques pages qui vous donneront un peu de motivation et qui vous aideront peut-être à vous rapprocher de vos objectifs, puis de vous saisir dans la foulée de votre paire de skis ou de baskets et filer au grand air. Quant à nous, nous avons repris le chemin des compétitions pour une nouvelle saison qu’on espère belle et enneigée et au cours de laquelle nous espérons vous croiser. Bonne glisse et bon ski à tous !

Alban GOBERT

7


nordic LE MEDIA référEncE Du norDIquE MAGAZINE INTERNET WEB-TV APPLICATION

cordic cordin nordin Magazine

Magazine

Magazine

SaUT le phén n oMène BiaTHLO r prev de c peTe ces Les cOnfiden cade fOUr M Tin zoo Mar leTnordiqUe déBa S leS voSgeS danBiné Le cOM nOrdiqUe en danger ? enqUêTe La renaissance iTaLienne

télévision

le biathlon dans le viseur ski de fond au canada tour un

E aurice DEFRASNM atrnonificat ErLM BAVapErèRs l'o Le pa 10 ans

février 2016 mynordic.fr @nordicmag

18ski de fond du #

Génération

Poneys Juin 2016 mynordic.fr @nordicmag

19

#

octobre 2016 mynordic.fr @nordicmag

20

#

11/10/2016 16:20

d 1

Nordic_Magazine_N°20.ind

S’ABONNER 8

www.mynordic.fr


AVEC NOUS, ILS ÉCRIVENT L’HISTOIRE NOUVEAUX PARTENAIRES Nous avons le plaisir cette année de partager notre aventure avec deux nouveaux partenaires. Un grand merci à Hydrétudes et Nordeex pour leur confiance !

Une marque de skis-roues 100% française !

L’entreprise a conservé tout au long de sa croissance un positionnement fidèle et unique sur l’ingénierie de l’eau et de l’environnement.

Fondé en 2014, Nordeex conçoit, fabrique et commercialise des produits autour des activités nordiques.

HYDRETUDES possède l’agrément d’organismes intervenant pour la sécurité des ouvrages hydrauliques dans la réalisation d’études, de diagnostics et de suivi de travaux portant sur les digues et barrages.

Le Haute-Savoie Nordic Team remercie l’ensemble de ses partenaires pour leur soutien et leur fidélité.

9


Christophe GAILLARD Prestation de Services BTP - Collectivités 74220 LA CLUSAZ Tél. 04 50 02 54 05 - 06 70 56 14 45

Producteur depuis 1919 FROMAGERIE PRODUITS RÉGIONAUX

10


E

st un partenaire de longue date ! Il est même notre plus ancien partenaire, puisqu’il nous soutient depuis les débuts de l’équipe en 1996 « HSN » est une association chargée de la gestion, de l’amélioration, de la promotion et du développement du nordique en Haute Savoie. Elle est aussi bien amenée à gérer des sites nordiques, à organiser et harmoniser la redevance d’accès aux pistes, à coordonner les actions entre les 29 foyers de ski de fond que compte la Haute-Savoie, qu’à conseiller les professionnels de la filière (aide au recrutement, au développement, au positionnement, valorisation…). Haute Savoie Nordic assure également une importante mission de communication autour du nordique à travers de nombreux supports (documents d’informations, presse, réseaux sociaux, évènements…) et auprès de tous les publics notamment chez les plus jeunes, par le biais du sport scolaire. Si l’on connait tous la fameuse « Finale des foyers » dont la 42ème du nom aura lieu le 18 mars prochain sur le plateau de Sommand, ou encore les différents stages nordiques organisés sur

le plateau des Glières ou dans le Jura, on oublie parfois que « HSN » a un large panel d’actions auprès du jeune public comme le Critérium des collèges, la Masse USEP et mène des actions de formation avec la formation d’enseignants et d’encadrants ski nordique. Grâce à HSN ce sont plus de 15 000 élèves des écoles primaires et plus de 5000 collégiens qui ont la possibilité de découvrir et pratiquer le ski de fond pour un total de 100 000 séances élèves par an. Depuis plusieurs années, les athlètes du Team ont le plaisir d’apporter leur contribution aux organisations portées par « HSN » en animant et encadrant les différents ateliers de la Finale des foyers ou du Critérium des collèges.

C’est pourquoi cette année encore, nous aurons la joie de vous retrouver sur ces différents rendez-vous ! Suivez Haute-Savoie Nordic sur facebook : www.facebook.com/HSNordic74/

LES DATES À RETENIR

FÉVRIER

SAM.

11 « La classic »

evènement Haut

e

MER.

15 Critérium des collèges

evènement Haut Lieu : Sommand

Savoie nordic

evènement Haut

e

Lieu : à définir

Lieu : Espace Gra

nd-Bo / Le Gra

N’oublis pas la

nd-Bornand

pré-vente !

Savoie nordic

SAM.

18 42ème Finale des foyers

evènement Haut

e

Lieu : Sommand

AVRIL

VEN.

28 HSN Team Party

MARS

MER.

08 Masse USEP

Savoie nordic

Lieu : Le GrandBornand PubLic : Poussin s 1 et 2 et benjam ins 1 but : regrouper les différents foye rs de ski de fon Savoie autour d de Haute du « style alterna tif » technique essentielle du ski nordique.

e

MERCI À NOS CLUBS

Au-delà du partenariat qui nous lie avec Haute Savoie Nordic, ces journées à la rencontre du jeune public sont primordiales pour nous car c’est avec la jeunesse d’aujourd’hui que se forme la relève de demain ! Nous souhaitons nous aussi prendre notre part de responsabilité pour assurer l’avenir du ski nordique, et par ces actions nous essayons de motiver nos jeunes et de pérenniser voire même accroître la dynamique nordique dans nos stations.

Un

Savoie nordic

SEPTEMBRE

23 les e journée pour apprendre avec Pépinières Putho SAM.

d

Lieu : Les Pépiniè res Puthod / Pet it-Bornand Nombreuses acti vités autour du jardin, conférence le jardinier… s avec Dédé Rencontre priv ilégiée avec les membres du Tea tirage au sort de m, fartage, nombreux lots Salomon dont 1 paire de ski…

OCTOBRE

Une belle journé e, courant du mois Lieu : Le GrandBornand La Journée min imes organisée par le Haute Sav oie Nordic Team et le Com ité Mont Blanc.

11

NOS RENDEZ-V OUS

2017


TAKE 5 Une saison, CINQ photos marquantes

4 Mars 2016 Baptiste Gros, remporte le sprint libre de Quebec City, lors du mini tour du Canada. Premier Français vainqueur d’un sprint en Coupe du Monde ! 12


13


Aurélie Dabudyk vainqueur du classement général de la Fis Worldloppet Cup devançant de peu Elisa Brocard.

14


15


Le Haute Savoie Nordic Team c’est 10 podiums aux Championnats de France, sur les 18 possibles !

16


17


14 janvier 2016, Jean-Marc Gaillard et Aurélie Dabudyk vainqueurs de la Foulée Blanche 2016.

18


De nombreux podiums au cours de l’hiver, sur les longues distances Nationales et Internationales. Comme ici, lors du Marathon du grand Bec, le 6 mars 2016. 1er Gérard Agnellet, 2è Mickaël Philipot, 3è Antoine Agnellet. 19


CO N S E I L S D E P R O S

LES BIENFAITS DES STAGES EN HYPOXIE : OUI MAIS SOUS CONDITION!

T

out sportif a déjà entendu parler du mot « hypoxie », terme scientifique qui signifie faible quantité d’oxygène ou dette d’oxygène. Pour les plus jeunes ou non initiés, ils reconnaitront un mot latin, pour les autres ( n’y voyez aucune discrimination ) ce sera un mot barbare dans une langue bizarre. Mais ce mot est incontournable dans les sports d’endurance comme le ski de fond; « préparation en hypoxie » est même religion. L’hypoxie est un taux diminué de dioxygène gazeux ( O2 ) présent dans l’air que nous respirons. Il est d’environ 21% au niveau de la mer ( altitude zéro ) puis diminue graduellement plus on s’élève dans l’atmosphère : il descend à moins de 15% environ à 3000m d’altitude. Mais vous allez me dire : concrètement cela se traduit comment sur l’organisme ? A 21% de dioxygène donc, au niveau de la mer, on y est bien, très bien même! On peut gigoter, courir, sprinter, sauter dans tous les sens sans être essoufflé, tout ça pendant des heures presque sans pause. Les jeunes parents identifieront très vite quel genre d’individu de petite taille à la peau toute douce ( et qui n’a connaissance du mot hypoxie d’ailleurs ) est capable de telles activités… qui inversement fatigue au plus haut point les parents! Les fumeurs et sédentaires désapprouveront également mes dires, car pour eux évidemment, remonter la dune à la fin d’une journée de bronzage sur la plage, entrainera déjà la sensation d’hypoxie. A 1000m d’altitude ( 18,9% de dioxygène ), au plus bas sur le plateau du Vercors, on ne sent presque pas de différence, un sportif les yeux bandés ne saura pas qu’il est en montagne hormis l’air plus frais, le chant des oiseaux et le bruissement des feuilles des arbres avec le vent. 0n va dire que c’est à partir de 1500m d’altitude ( 17,8% de dioxygène ), au Praz de Lys par exemple, que l’on commence à ressentir l’hypoxie, principalement quand on grimpe une côte à pied ou quand on skie, même sur le plat. Mais pour le sportif, tant que c’est une allure d’entrainement, cela reste « easy ». C’est à allure de course qu’on se sent plus limité, on récupère moins vite d’une accélération. Moins d’oxygène dans l’air induit moins d’oxygène fixée sur notre hémoglobine dans les globules rouges de notre sang qui alimente, entre autres, nos tissus musculaires. Au dessus de 2000m d’altitude, Tignes Val Claret est à 2200m, on entre dans les choses plus sérieuses, au-delà de l’air plus sec, on est proche des 16,8% de dioxygène

dans l’air. En se concentrant un peu, même au repos, on sent que notre pouls a augmenté légèrement, on se sent « bizarre ». Le réveil après une nuit en hypoxie est difficile. Saviez-vous que dans un avion de ligne vous faites de l’hypoxie ? En effet, la pression de l’air de cabine peut atteindre celle d’une altitude de 2450m ! Car quand l’avion vole à 10000m d’altitude, la pression cabine ne peut pas être celle du niveau de la mer sinon il y aurait un risque d’explosion de l’habitacle. On monte encore, à 3000m d’altitude ( 14,7% de dioxygène ), là sur le glacier de la Grande Motte, on sent la gorge qui se noue. « Hypoxie » prend tout son sens dorénavant. Vous démarrez votre séance de ski, passez la première bosse, ça picote dans les jambes, vous regrettez votre départ enthousiaste, vous avez l’impression de respirer à travers un coussin et le cœur tambourine. A ce moment là, on a une expression : on se sent comme « un poulpe anémié » ou « un cadet anémié ». Vous avez l’image ? En clair, plus on monte en altitude, plus c’est dur la vie ! Où sont les bienfaits alors ? Si tant est qu’il y en ait plusieurs ! Et bien si, il y en a, à condition de faire une bonne préparation, d’avoir un plan. Réussir une préparation en hypoxie, c’est un peu comme la probabilité qu’a un « outsider » d’obtenir une médaille olympique : c’est faisable mais il faut que tous les paramètres physiques, physiologiques, mentaux et extérieurs soient réunis. C’est un savant cocktail de maitrise, d’expérience et d’aléatoire. Un coup de poker. Plus haut j’évoquais une hypoxie « naturelle », chercher une station en altitude pour dormir, avec un glacier pour skier mais aussi des infrastructures d’entrainement. Les études tendent à démontrer qu’une préparation optimale doit être réalisée en dormant/vivant en haute altitude mais en s’entrainant à basse altitude. Or, il est très compliqué de trouver un lieu où l’on peut dormir en hypoxie naturelle tout en ayant une proximité avec le site d’entrainement en normoxie ( oxygénation normale ). Une bonne préparation en hypoxie passe par de bons compromis. S’il faut faire 2h de transport journalier pour redescendre s’entrainer, vous comprendrez que l’on empiète sur la récupération physique et mentale. S’il faut skier à 3000m car c’est là que se trouve la neige et bien il va falloir être plus vigilant sur l’allure d’entraînement et l’hydratation. Il va falloir s’adapter. Etre à l’écoute de ses sensations. 20


Alt 0, plage de Bastia : 21% de dioxygène

2100m, pointe de Chalune : 16,5% de dioxygène

3000m, sommet du Buet : 14,7% de dioxygène

21


L’adaptation à l’hypoxie est un des bienfaits à long terme qui passe par un peu de souffrance à court terme. Les mécanismes physiologiques d’adaptation causent beaucoup de fatigue en plus de la difficulté directe de l’entrainement en hypoxie, ce qui rend le début de cette période délicate. Si la préparation est réussie, les capacités d’endurance sont accrues de même que le pouvoir tampon de l’acide lactique, ceci avec un effet maximal de 3 à 4 semaines après la fin de la période en hypoxie. Il existe aussi la préparation en hypoxie « artificielle », qui consiste à vivre dans une pièce ou un espace où le taux de dioxygène de l’air a été diminué artificiellement par un compresseur spécial. Le Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne ( CNSNMM ) de Prémanon ( Jura ) possède un tel dispositif avec plusieurs chambres à oxygénation modulable. Laurent Schmitt dirige le protocole. L’avantage de l’hypoxie artificielle est de pouvoir contrôler plusieurs facteurs sur l’athlète et ajuster le stage de préparation en fonction des signaux corporels. Le couple dormir en hypoxie/s’entrainer en normoxie est également respecté. Mais il faut faire une concession sur le facteur bien-être : il faut accepter l’isolement dans la chambre une bonne partie de la journée. Attention, tomber malade après le stage hypoxie peut réduire à néant la préparation et ses bienfaits. Au lieu d’augmenter la fabrication d’hématies ( globules rouges ), l’organisme va orienter la fabrication de globules blancs ( leucocytes ) pour contrer l’infection. On ne peut pas occulter le facteur psychologique, le « mental » comme on le nomme dans le sport. Certes il faut s’entrainer dur, accepter la souffrance lors de l’effort et le train de vie strict. Mais une préparation réussie passe à mon sens aussi par le bien-être de l’athlète : il faut qu’en sortie de préparation il ait l’envie de se dépasser, se faire mal le jour J. Pour cela l’environnement du stage, son déroulement, doit être en symbiose avec l’athlète. Plus on se sent bien mentalement, plus on peut travailler dur. Après avoir « souffert », les objectifs ne paraitront pas plus faciles à réaliser, mais l’acceptation de l’effort violent se fera plus aisément. C’est un des bienfaits de cette préparation. Certaines personnes ne tolèrent pas l’hypoxie et n’arrivent pas à s’adapter physiologiquement. Ils n’en tireront pas de bienfaits.

Aperçu d’une « chambre hypoxie » du Centre National de Ski Nordique de Prémanon.

Ce boitier indique par un numéro le taux de co2 de la pièce.

Vacances de s

Vous l’aurez compris, une préparation en hypoxie aidera certains athlètes à augmenter leurs capacités en vue d’un objectif, à condition qu’ils passent toutes les étapes sans encombre. Des études sur les effets de l’hypoxie et les protocoles de préparation sont toujours en cours : elles apporteront des éclaircissements dans les années à venir. Conclusion : emmenez vos gamins se défouler en montagne ça va les calmer et vous serez tranquilles, pendant un certain temps du moins…

Maurice Manificat

portif “Eli C : A quelle sa Brocca période pr rd” éfères-tu pr E : Quand la neige de endre le la rge ? s pistes de C : Tu as un fond a disp lieu de préd aru !! E : L’Italie!!! ile Toute l’Italie ction ? !! C : Et une activité favo rite ? E : Voyager , visiter, bi en mange C : La ou le r et prendr s personne e le soleil su s avec qui E : Mon co r des belle tu pain ou m s plages! a famille, qu aimes partager ces C : Tu es pl moments ? and je pars utôt…Hôtel avec mes /Camping E : Hôtel !! petits neve , all inclusiv Seaview! A ux !! e or ll inclusive, C : Mer ou quand mêm not ? montagne  e pas, mai ? E : Mer, mer s… cuisine et encore italienne ! mer C : farnient ;-) e / hypera 22 !! ctif ? E : Ça dépe nd des jour s et surtou t du climat !


SOUVENT OUBLIÉ, ET POURTANT SI PRÉCIEUX… Le « kiné » fait partie de l’équipe au même titre que les athlètes ou l’entraîneur. Il est présent sur tous les stages ainsi que sur toutes les courses. Il est tout aussi important dans la période de préparation que pendant les compétitions...

Pour rentrer un peu plus dans le détail, voilà les actions essentielles du kiné : • Le drainage veineux après les séances permet d’activer la circulation sanguine et de favoriser le retour veineux. Les phénomènes de stases et de dilatations veineuses peuvent donc être limités.

• En été et en automne, les charges de travail sont les plus lourdes et les chocs plus nombreux ( ski roue, course à pied... ), le kiné sera donc là pour détendre les muscles meurtris et/ou pour réparer les petits et gros bobos. Les blessures et autres douleurs font en effet partie du quotidien des athlètes de haut niveau.

• La pratique intense du sport endommage également les cellules musculaires : Les massages de récupération et de mobilisation musculaire ont un effet anti-inflammatoire. En effet l’action mécanique de la pression manuelle sur la peau et les tissus sous-jacents favorise la synthèse de protéines spécifiques aux muscles. Ces protéines permettent de limiter l’inflammation des cellules musculaires endommagées lors de l’activité physique et elles favorisent également le phénomène de réoxygénation de ces mêmes cellules. • Les dernières études scientifiques valident l’intérêt de l’étirement à distance de l’effort physique ( au moins une heure ). Le but étant de redonner au muscle sa longueur de repos ( et non de gagner de la « souplesse » ). L’étirement musculaire peut tout à fait être intégré à la séance de kinésithérapie post entrainement ou compétition.

Jean Marc Gaillard

Vacanc e “Jean- s de sportif M C : A q arc Ga ue illard” JMG : J lle période p réfères e préfè

-tu pre re part tomne ndre le ir q ,c large ? cherch ’est une pério uelques jou rs er le so de qui leil dan s’y prê à l’aucomm te bien encer la s le su d juste . Aller teries, saison ava au d’hiver ça rech nt de est inte milieu d’une a nse. M p rg ériode ais dep suis en où l’en e les batuis v tr C : Tu a acances toute que je vis da ainement s un lie ns le J l’ a n n é ura, je u e JMG : J de pré ! ;-) e d à une h suis allé que ilection ? lques fo eure d ’avion, is à Ma super il y ch jorque , c’est excelle ouette. Par a fait toujours illeurs, nte… b la sang on et c’est C : Et u ria y es ne acti t vit JMG : U n petit é favorite ? entrain l’après ement midi ! le mati C : La o n et fa u les p rniente ersonn mome es ave nts ? c qui tu JMG : Il partag n’y a q es ces ue ma lent bie femme n et mon C : Tu e partager ces fi s plutô m ls qui v omen t…Hôte not ? l/Camp ts avec moi… euing, all JMG : P in lu clusive rien d’i tôt petit hôte or nc l C : Mer lus sinon je p ou chambre d’hôte ou mo rends , 5 kilos nta avec JMG : S ... ’il y a la gne ? mer ET la mon tagne, c’est le top !

• Quant à la période hivernale dite de compétition, la priorité sera mise sur les massages et le drainage veineux afin d’accélérer la récupération, de limiter la sensation de fatigue et ainsi de pouvoir enchainer les courses du mieux possible. Dans cette période où l’on passe par toutes les émotions, le kiné est aussi une oreille attentive lorsque l’on reste 30 à 45 min sur la table de massage.

23


ZOOM

ÉVOLUTION DU MATÉRIEL LA COURSE AU MEILLEUR ÉQUIPEMENT. Dans tous les sports le matériel est primordial. Les performances sportives d’aujourd’hui se sont envolées grâce notamment à plusieurs facteurs : l’amélioration de l’alimentation, de l’entrainement et des installations mais aussi des progrès de la technologie.

Mais alors quelles ont été les évolutions marquantes des skis de fond dans l’histoire de ce sport ? Avant de devenir une activité de loisir et un sport de compétition, le ski était avant tout un moyen de locomotion. Dès lors, les skis n’ont cessé de se développer : il ne s’agit plus d’une simple planche de bois mais d’un objet complexe dont la structure est étudiée dans les moindres détails.

Même si dans le ski de fond les conditions de pratique ainsi que les parcours ne sont jamais les mêmes, et que par conséquent nous ne pouvons pas établir de « records du monde » sur une course ( comme ça pourrait être le cas par exemple sur un 100m en athlétisme ), le matériel joue un rôle important et cela se traduit par une évolution constante.

Ancestral Début 20 ème siècle Skis larges en bois massif. On allait sélectionner en forêt les planches qui comportaient déjà la forme d’un ski.

Apparition du lamellé collé : plusieurs couches de bois empilées les unes sur les autres. Les skis étaient donc intégralement en bois et cintrés à la vapeur. A cette époque, on trouvait déjà un début de spécialisation du ski pour une neige en particulie: différents types de bois pour différentes neiges ainsi que le travail du cambre.

Des skis rustiques en bois pour finir à présent avec des skis composés de carbone, l’histoire est longue.

1970

1990

2005

2010

Apparition de la semelle plastique ; les skis étaient toujours en lamellé collé. Peu de temps après est arrivé le ski en composite qui était composé, toujours de beaucoup de bois mais en pièces découpées assemblées et avec un noyau creux en nid d’abeille.

On commence à avoir des semelles différentes: une «cold» et une «plus». De plus, sur le plan esthétique, notons l’apparition du chausson en fibre qui vient recouvrir le dessus du ski.

Apparition du carbone dans les skis, mais plutôt en tant que renfort.

Le carbone se développe et est de plus en plus utilisé. On commence à le travailler de différentes manières.

Aujourd’hui on travaille d’autant plus sur le poids du ski, et sur le fait de « typer » les skis pour une neige en particulier. En effet on cherche à avoir du matériel toujours plus performant et cela passe par des tests au niveau des semelles plastiques, des structures, du cambre ainsi que sur la composition du ski. Pour se faire, le carbone offre toutes les propriétés nécessaires. En effet, il est possible 24


de le travailler avec différents tressages : ainsi il peut être plus souple au niveau de la spatule mais à contrario plus rigide sur le reste du ski ( pour le cambre par exemple ). Il est aussi très léger ce qui offre un gain de poids non négligeable. Tout ça donne la sensation d’être plus proche de la neige, et de mieux ressentir les choses, ce qui améliore donc le « toucher » de neige. C’est d’ailleurs pourquoi on le retrouve dans pratiquement toutes les paires de ski, mais de façon plus ou moins importante. Comme vous pouvez vous en douter, plus l’on montera dans le haut de gamme d’une marque, plus le carbone sera présent. Et il en va de même pour la composition des chaussures et des bâtons. En ce qui concerne les semelles plastique, on travaille sur leur composition : dureté de la semelle, graphité ou non... A cela peuvent s’ajouter des structures machine, qui sont plus indélébiles que des structures main. Celles-ci contribuent à la finition de la semelle et à l’amélioration du ski pour une neige précise. Elles sont plutôt fines pour les neiges froides alors que, pour des neiges mouillées on va retrouver des structures bien marquées améliorant ainsi l’évacuation de l’eau afin d’éviter « l’effet ventouse ».

Vacances de sportif “Léa Damiani” C : A quelle période préfères-tu prendre le large ? L : Peu d'importance, tant que la météo est clémente ! C : Tu as un lieu de prédilection ? L : L'océan, j'y suis allée très peu de fois. Mais rien de mieux que de se faire bousculer par les vagues ! C : La ou les personnes avec qui tu partages ces moments ? L : Toutes les personnes qui voudront bien partir avec moi. Famille, amis... C : Tu es plutôt…Hôtel/Camping, all inclusive or not ? L : Plutôt hôtel, car je doute de mes capacités à penser à tout pour faire du camping. Mais si la personne qui est avec moi a toutes les bonnes combines, ça me va très bien ;) C : Mer ou montagne ? L : Pour le moment je suis plutôt mer. Mais entre mer et montagne, comme la Corse, semble être un bon compromis ! C : farniente / hyperactif ? L : Farniente mais sans excès. Je ne suis pas en vacances pour ne rien faire du tout, j'aime bien visiter et partir à la recherche de lieux "insolites".

Enfin le cambre, ainsi que la longueur des points d’appui contribuent eux aussi à la construction du ski et interviennent pour donner les propriétés d’usage que l’on recherche. En clair aujourd’hui rien n’est laissé au hasard. Tout est étudié pour fabriquer la paire de ski la mieux adaptée à telle ou telle condition de neige. Evidemment chaque paire est unique bien que toutes ces évolutions permettent d’avoir des skis plus reproductibles et donc de fabriquer des séries de skis quasiment identiques. Les recherches et évolutions ne cessent jamais de croître et peut être qu’un jour la nanotechnologie fera son apparition d’une quelconque façon, dans le but de trouver des skis toujours plus performants et adaptables aux conditions.

Léa Damiani

LES RESSOURCES DU SKIEUR DE FOND

Le travail

Le sport de haut niveau suscite fascination, admiration, frissons ou encore passion et entraine dans son sillage les sportifs amateurs.

C’est la première source de revenu de la plupart des athlètes. Ils travaillent en dehors de la saison pour la financer. Généralement, ils travaillent à mi-temps pour pouvoir continuer à s’entrainer. Le plus souvent par le biais de connaissances personnelles, ils « dégottent » un petit contrat aménagé de quelques heures par semaine, avec la possibilité de s’absenter de temps à autre pour les stages.

Loin des très médiatiques footballeurs, rugbymen ou autres cyclistes, une question persiste chez les fans français : celle de sa rémunération. De quoi vit un skieur de fond de haut niveau en France ?  Il ne faut pas se le cacher, bien vivre de la pratique du ski de fond, même à haut niveau est quelque chose de rare, voici les différents supports que peut obtenir un athlète dans sa carrière:

Certain( es ) possédant le brevet d’état travaillent également comme moniteurs ( trices ) l’hiver.

25


Le Vieux Madrier Accueil en demi-pension chambre et table d’hôtes Location du chalet ÉTÉ - HIVER

Le chalet est situé sur le plateau des Confins au pied de la chaîne des Aravis à 1500 m d’altitude. Au départ du gîte : En été randonnée dans les combes En hiver ski de rando et ski de fond Location chalet et chapiteau pour stages artistiques et sportifs

268 chemin des Alpages, Les Confins 74220 La Clusaz Tél : 04.50.02.66.45 Mail : levieuxmadrier@free.fr Site internet : confins.free.fr

Nous soutenons nos champions du Team Haute-Savoie Nordic ! Bonne saison ! Situé dans la station de Praz de Lys-Sommand, à 1420m, au pied du Col de la Ramaz, notre établissement vous accueille toute l’année pour vos séjours et week-end sportifs. 15 chambres - piscine intérieure - sauna - jacuzzi - salle de réunion Restaurant Saveurs d’En Haut / Tel : 04.50.34.20.88 / info@sommand.fr

www.vaccapark.com

TOUT LE MATÉRIEL NORDIQUE LE PLUS GRAND CHOIX DU WEB !

Les magasins près de chez vous :

26


Cela ne permet pas réellement de vivre de son sport mais néanmoins d’aider à financer la saison.

Les primes de course ne s’arrêtent pas au circuit international, le circuit des courses populaires nationales permet également à l’athlète de toucher quelques primes, certes moins élevées ( quelques centaines d’euros ), mais tout à fait les bienvenues pour les coureurs.

Pour les meilleurs athlètes français au niveau international, l’Armée, la Gendarmerie ou encore l’Administration des Douanes peuvent devenir un soutien financier important et permettre aux sportifs de décrocher un salaire sur des contrats de 1 an minimum, renouvelable en fonction des résultats. Leur niveau et performances sportives correspondent à un grade militaire plus ou moins élevé, qui leur donne droit à un salaire fixe. Mais attention, il n’existe que quelques postes répartis entre tous les sportifs de haut niveau français ! ( Environ 130 toutes disciplines confondues ).

Les teams Si les teams comme le notre ne constituent « que » des structures d’entrainement, ils permettent aux athlètes de mutualiser les moyens et ainsi de financer en partie les saisons. Certains teams sont même devenus pro et rémunèrent leurs athlètes. Même si ce n’est pas encore le cas du Haute Savoie Nordic Team, la plupart d’entre nous ne pourraient financer sa saison sans l’équipe. Une année d’entrainement et de compétitions coûte environ 9000 euros par athlète.

Les sponsors personnels A travers son image, le skieur représente une marque, une entreprise, une station… Le soutien peut varier en fonction du niveau du sportif et du budget de l’entreprise.

Le financement participatif Le financement participatif consiste à mettre un projet ( sportif ou autre ) sur une plateforme en ligne. Les internautes financent le projet par leurs dons qui sont libres et anonymes.

Chacun de nous bénéficie d’un contrat matériel personnel. Tous nos skis, chaussures, bâtons, lunettes, tenues, gants… nous sont fournis par nos marques. Les athlètes internationaux peuvent être dotés en plus d’un contrat financier.

Certains athlètes utilisent ces plateformes pour financer leurs déplacements sur les courses, pour les stages et des équipes peuvent également l’utiliser.

Les subventions Il existe également des aides financières publiques des départements et régions, à condition de remplir un certain nombre de critères.

Nous ne pouvons pas clôturer cet article sans parler du soutien familial : c’est l’aide numéro 1 de l’athlète. Sans l’aide des parents il serait très dur pour un athlète de poursuivre la compétition à haut-niveau.

Les primes de courses Pour les athlètes ayant de très bons résultats sur les circuits internationaux, les primes de courses peuvent constituer une source de revenu non négligeable. C’est surtout le cas pour les 10 premiers en coupe du Monde et les 3 premiers en Worldloppet Cup ( coupe du monde longue distance ).

En conclusion, et vous l’aurez compris, à l’heure actuelle en France seuls les tops athlètes de l’équipe nationale sous contrat ( Armée, Gendarmerie ou Douanes ) et les quelques cadors du circuit international Worldloppet Cup vivent de leur passion.

Michaël Philipot

Voici un tableau récapitulatif des « prize money » sur les coupes du monde et les worldloppet ( celles-ci peuvent varier, surtout pour le circuit worldloppet ). Primes de courses Coupe du monde Primes FIS

Worldloppet. En moyenne 

1er

15000 Fr suisse

5000 Fr suisse

2

10000 Fr suisse

2500 Fr suisse

e

3

5000 Fr suisse

1500 Fr suisse

e

4

3500 Fr suisse

1000 Fr suisse

5e

2500 Fr suisse

500 Fr suisse

6

e

1500 Fr suisse

250 Fr suisse

e

1000 Fr suisse

-

e

7

8

750 Fr suisse

-

e

500 Fr suisse

-

10e

250 Fr suisse

-

e

9

Vacances d

e sportif “ C : A quelle Lucas Cha période pr navat” éfères-tu pr L : En géné endre le la ral quelqu es jours en rge ? ou sinon en pério A sont plutôt vril juste après la sais de de récup en Sept embre, on, mais le rares. s vacances C : Tu as un chez moi lie L : Pas spéc u de prédilection ? ialement un passe plut spot favori ôt bien. mais le su rf dans le C : Et une sud-ouest activité favo rite ? L : Manger des churro s sur la plag e! C : La ou le s personne s L : Il n’y a pa avec qui tu aimes part s une pers ager ces m onne en pa destinatio oments ? n, soit mes rticulier, ce la dé potes soit tout prépar m a sœur (com pend de ma er ;)). me ça je lu C : Tu es pl i laisse utôt…Hôtel /Camping L : Je dois , all dire que j’a i un petit pe inclusive or not ? inclusive ! nchant po Mais en sk ur la formul i de fond on s’offrir ce e hôtel all ne peut pa privilège. s forcémen C : Mer ou t montagnes  ? L : Etant do nné qu’on est toujou nos monta rs dans gnes ça fa it du bien d’horizon de change parfois ! r C : farnient e / hypera ctif ? L : Je peux passer de farniente à d’un jour à hyperactif l’autre au milieu des vacances.

Les ne concernent que les 10 premiers en coupe du monde et les 6 premiers en worldloppet.

27


La Montagne, au cœur de notre Histoire depuis 1949.

Plantation à toutes altitudes

TN3001. Crédit photos : Thierry Genand

Conception et aménagement paysagers

Tél : 04 50 03 50 31 www.puthod.com 74130 Le Petit-Bornand-Les-Glières 28

Vente sur notre pépinière


LES 6 CONSEILS POUR QUE LE SKI ROUES RESTE UN PLAISIR Prévention routière • Matériel : casque, lunettes et gants sont mon équipement de base obligatoire. Et pour être visible de loin je mets un gilet fluorescent. • Partage de la route : je partage la route, je skie à droite. Les automobilistes laissent 1,5m lorsqu’ils me dépassent, si possible à vitesse modérée. • Aptitudes : on ne roule pas à deux de front, je me sers à droite. • Trajectoires : je ne coupe pas les virages, je skie sur le bord de la route. • Arrêt : je ne m’arrête pas n’importe où, je respecte la signalisation ( priorité, stop, feu rouge… ). • Secours : J’appelle les secours et je porte assistance si je suis témoin d’un accident. A savoir : Soyez indulgent avec nous, les skis roues ne sont pas équipés de freins. D’autant plus en cas de pluie où les skis roues deviennent de vrais patinettes. Le freinage d’urgence n’existe pas !

29


LANCE, concepteur et fabricant Haut Savoyard, revisite le tire-bouchon de poche de manière moderne, esthétique et ergonomique.

R E L A I S D E C H A R M E - B & B - S PA

B R A S S E R I E RESTAURANT

UN ENCLOS DE DÉTENTE, ANIMATION ET BONNE CUIsine 6 merveilleuses chambres, une suite privée avec spa, gastronomie, musique, soirées à thème, anniversaires, mariages et événements spéciaux, mais aussi relax, piscine et un fabuleux spa pour vous détendre, même en utilisation exclusive.

espacree bien êt

À 5 KM

D’AOSTE

Un doux moment de relax OUVERTS 7 JOURS SUR 7 LE SPA ET LA PISCINE AVEC ESPACE SAUNA, HAMMAM, WELLNESS, IDROMASSAGE, SOLARIUM, DOUCHES ÉMOTIONNELLES, CHROMOTHÉRAPIE, ARÔMETHÉRAPIE

tire-bouchon-design.com 100% Made in France

44, hameau Le Clou, 11020 Jovençan • Vallée d’Aoste Tél: +39.0165.251660 • info@lesplaisirsdantan.com

30

suivez-nous:



#lesplaisirsdantan

www.lesplaisirsdantan.com


Coup Cœur de

Balade en famille dans les alentours de Megève, du haut Val d’Arly et du Beaufortain. La crête séparant le haut Val d’Arly et la vallée de Beaufort fait partie du massif du Beaufortain et présente un terrain idéal pour s’entrainer ainsi qu’une vue imprenable sur le massif du Mont Blanc, des Aravis, des Fiz, de ce même Beaufortain mais aussi plus loin des Bauges, de la Chartreuse et de Belledonne. Le site est aussi idéal pour une balade en famille, avec des circuits plus ou moins difficiles pour atteindre cette crête et profiter de ce bel endroit situé entre les deux Savoie, passant de l’une à l’autre. Vous pourrez y faire une boucle ( le plus facile  ), ou une traversée en organisant une navette au préalable, ou même y passer plusieurs jours en profitant du refuge de la Croix de Pierre ( pour une nuit en refuge, en yourte ou pour un simple repas  ) au col de Véry, dans un endroit bucolique. Marche, VTT et autres activités de plein air, vous pourrez aussi rejoindre le refuge en voiture ( à partir de 18h  ). Pour atteindre cette crête et le refuge de la Croix de Pierre, plusieurs points de départ possibles. Vous pourrez ainsi effectuer une

balade adaptée au niveau de votre groupe.

la géologie du massif est riche et intéressante.

Vous pouvez aussi bien partir de Megève ( Cote 2000 ou Le Leutaz…  ) que de Praz sur Arly, Bellecombe, les Saisies, Hauteluce, Belleville… en choisissant parmi les nombreux chemins s’offrant à vous. Les horaires sont très variables selon le point de départ choisi.

Si vous êtes partis de Megève, vous pourrez en redescendant passer par le lac de Javen et faire profiter vos enfants de « Javen Loisir » ( accro bungee, trampoline, tir à l’arc, croquet.  ) et ainsi finir la journée en beauté avant un retour au village !

Il est aussi possible d’utiliser les remontées mécaniques pour diminuer le dénivelé qui reste considérable pour atteindre ce petit coin de paradis ( télécabine de Rochebrune..  ) ( 4h AR  ) Une fois là-haut, vous pourrez alors vous promener sur les crêtes en passant par le col de Véry, le chalet Véry, le Mont de Vorès, le Crêt du Midi. Les plus audacieux et endurants pourront continuer sur l’arrête du Joly, en rejoignant le col du Joly puis l’Aiguille Croche depuis le col de Véry et continuer jusqu’au Mont Joly. Attention, l’arrête reliant l’Aiguille Croche et le Joly est « gazeuse » et la balade longue! ( bien 10h  ) Avec un peu de chance vous profiterez aussi de la faune et de la flore. Le Sangle ( sommet avoisinant le col  ) est une réserve pour les Tétras Lyre. Chamois, marmottes et autres y vivent en parfaite harmonie avec les rhododendrons. De plus, 31

Clément Parisse Départ du Parking Le Leutaz (Megève) Montée Emprunter la piste 4x4, jusqu’à traverser le petit pont et s’enfoncer dans la forêt. Vers 1800m au niveau de la bâtisse, laisser la piste à droite et traverser le ruisseau pour prendre le petit sentier (Dir E). Arrivé à la ruine, continuer sur le chemin principal jusqu’aux chalets au « crêt de Véry » (2039m). On aperçoit le refuge ! Redescendre plein Sud jusqu’au col de Véry (1962). Arrivée au refuge. Descente Prendre la direction du Col du Joly, puis à gauche vers la croix de pierre, traverser les alpages. Poursuivre sur ce sentier jusqu’à la crête où se situe l’arrivée du télésiège de Rochebrune. Emprunter la crête, au niveau du restaurant sur « les prés » prendre le sentier qui descend dans la forêt, pour retrouver le petit pont et la piste de départ. Env 5h Dénivelé 838m Altitude min 1315 Altitude max 2039


PIERRES, MARBRES ET GRANITS La pierre naturelle dans votre maison

INTÉRIEURS, PLANS DE TRAVAIL DE CUISINE, SALLES DE BAINS ET ÉLÉMENTS SUR MESURE

GMG SRL Showroom et bureaux Fraz. Chavonne - Villaggio St. Roch, 1 11018 Villeneuve (AO) Tél +39 0165 95080 info@gmgsrl.it www.gmgsrl.it

Retrouvez-nous sur Facebook

Béton Prêt à l’Emploi Professionnels et Particuliers info@thones-beton.fr - www.thones-beton.fr - Tel: 04 50 02 84 91 - BP 31 74230 Thônes

32


SAINT BARTHÉLEMY un joli petit coin de ski nordique ! Le village Depuis quelques années, Saint Barthélemy (vallon de la Commune de Nus, Aoste) est de plus en plus connu. Terre natale d’un certain Federico Pellegrino qui y a grandi avant de devenir aujourd’hui l’un des meilleurs sprinteurs du ski de fond mondial. Ce petit village montagnard, satisfait tout autant les athlètes que les touristes et amateurs de sport nature. La Vallée de Saint Barthélemy est située au cœur de la vallée d’Aoste, dans un cadre naturel et sauvage, coincée entre les chaînes de la Valpelline et de la Valtournenche. Pour tous ceux qui aiment la montagne authentique, ce petit village valdotain est l’endroit idéal. Il offre de vastes pâturages, forêts, prairies alpines, montagnes dépassant les 3000 mètres d’altitude et de nombreux cours d’eau. Le chef-lieu « Lignan », à 1633 mètres, offre un magnifique panorama d'où l’on peut admirer le Mont Avic , le Tersiva , le mont Emilius , la Grivola ou encore le Ruitor.

La vallée, très ouverte et ensoleillée toute l'année, loin des sources de pollutions urbaines, est idéale pour l'observation des étoiles. Depuis 2003, l'observatoire astronomique de la Vallée d'Aoste y est en cours de construction. La structure accueille des astronomes professionnels et propose des activités pour les étudiants et les touristes. En été La vallée de Saint Barthélemy dispose d’un vaste réseau de sentiers qui traverse toute la Commune de Nus (529 mt) et mène jusqu’aux sommets des différents points culminants de la vallée d’Aoste. On compte près de 28 sentiers balisés pour des promenades de tous niveaux. L’emplacement central de la vallée permet aux randonneurs d'admirer à 360 degrés la plupart de la topographie de la région avec ses célèbres sommets qui dépassent 33


Carrelages Parquets bois Parquets stratifies Pierres Mosaiques

Frazione Pont Suaz, 86 11020 Charvensod - Aosta (IT) Tel.: +39 0165 23 57 17 info@euro-ceramiche.com www.euro-ceramiche.com

la beauté rentre dans votre maison

et aussi à : Salle d’expo Cluses (FR Salle d’expo Annecy (FR)

Magasin d’exposition - 684, avenue des lacs (rond point du McDo) -

34

SCIONZIER - 04 50 90 32 21


souvent 4000 mètres d’altitude. Le territoire est aussi très approprié pour le VTT grâce à de longs chemins au dénivelé presque nul. À 2652 m d'altitude, on trouve l’oratoire Cuney, parmi les plus hauts sanctuaires d’Europe et pour les friands d’histoire il existe même un village fortifié datant de l'âge du fer. En hiver A partir de « Lignan », 1633m, la vallée de Saint Barthelemy s’étend jusqu'à 1960 mètres. On y trouve l’une des plus belles pistes de ski de fond de toute la Vallée d'Aoste. Le domaine skiable de 32 km, part du centre de ski nordique de Porliod à 1960 m. Immergé en pleine nature avec des paysages époustouflants et un parcours abrité du vent, traversant les forêts et prairies alpines, vous vivrez une expérience unique.

Le Saint Barthélemy GRAND TOR Le Saint Barthélemy Grand Tor est le plus grand des parcours disponibles : 30 kilomètres sur lesquels les skieurs trouvent de riches paysages et des mouvements de terrains variés, qui les conduiront jusque dans le désert de la haute vallée de Saint- Barthélemy. La configuration du terrain est telle que vous aurez très certainement l’impression d’être dans une station d’Europe du Nord ... mais avec le soleil des Alpes du Sud !

Les pistes Les pros s’y entrainent L’été dernier, le groupe « coupe du monde homme » de l’équipe nationale italienne, dirigé par l’entraineur Giuseppe Chenetti et emmené par l’enfant du pays Federico Pellegrino, a effectué un stage de 7 jours à Saint Barthelemy. Plusieurs séances de ski roues, marche en montagne et course à pieds étaient au menu de leur entrainement.

Le départ se fait devant le centre de ski nordique de Porliod. Pour les moins aguerris une échappatoire tous les 3 ou 4 km vous permettra de rentrer plus vite.

Au cours de l'hiver 2014/2015 le nouveau centre de ski nordique a été inauguré. Équipé au rez-de-chaussée de vestiaires, douches, location de ski, raquettes à neige, et service de fartage. A l'étage, une salle de repos «Osteria del Passet», une cafeteria ou vous pourrez déguster le fameux jambon de Saint Marcel. De là, tous les amoureux de la discipline pourront choisir leur itinéraire du plus court (3,5 km) au plus long (30 km) appelé « Saint Barthélemy Gran Tor ». Il offre de nombreuses et spectaculaires vues sur : le grand plateau central dans le hameau Champcombre, la « Scandinavie » de la forêt Pierrey, le nouveau resto « Magià » (cuisine valdôtaine directement au bord de la piste). A Ollière, à mi-chemin des pâturages, les skieurs feront demi-tour pour revenir au point de départ.

NOM

Longueur KM

Difficulté

1

PRAZ DE L’ARP

3,5

FACILE

2

BARBONCE

5

FACILE

3

CHAMPCOMBRE

9

FACILE

4

BOIS DE PESSEY

11

MOYEN

5

LA NOUVA

12

MOYEN

6

CHAMPLAISANT

13

MOYEN

7

LO RATZO

14,2

MOYEN

8

RIFUGIO LA SERVAZ

19

MOYEN

9

PIERREY

19,5

MOYEN

10

GRAN TOR

30

DIFFICILE

De quoi confirmer que ce petit coin de la Vallée d’Aoste, encore trop méconnu, est un vrai centre d’entrainement pour les athlètes professionnels, mais aussi un endroit de paradis relaxant pour les amoureux de la nature.

Les débutants pourront faire leurs premiers pas avec les moniteurs locaux de l’école de ski installée au centre de ski nordique.

www.saintbart.it www.comune.nus.ao.it

35

Elisa Broccard


36


37


38


39


DEUX AUTRES TEAMS DEUX AUTRES STYLES S I VO U S S U I V E Z U N P E U L E S K I D E F O N D, VO U S N ’AV E Z PA S P U PA S S E R À C ÔT É D E C E S D E U X E N T I T É S , M A R Q UA N T R E S P E C T I V E M E N T E T À L E U R FAÇ O N L E PAYS AG E D U N O R D I Q U E F R A N Ç A I S D E P U I S D E U X S A I S O N S …

Le Team Gel Rossignol avec l’exemple évident des scandinaves. Espérons désormais que d’autres équipes françaises de ce genre voient le jour ces prochaines saisons ! Pourquoi pas nous ? En tous cas on y travaille !

Oui nous parlons bien de l’équipe à la combinaison orange pétant avec qui nous bataillons tout l’hiver sur les courses longues distances nationales et surtout internationales. Bien qu’elle soit notre meilleure ennemie sur la piste, il ne serait pas hypocrite de dire que cette équipe a fait du bien, depuis peu, au nordique Français et au milieu de la longue distance, et donc indirectement, à nous aussi ! Depuis deux saisons maintenant, cette équipe connue jusqu’alors sous le nom du « Team Rossignol » a pris une ampleur impressionnante et inédite en France, en signant un partenariat avec le géant « GEL Groupe » (spécialiste dans le service des ressources humaines) et son co-fondateur Guilhem de Lajarte, grand passionné de ski nordique qu’il a lui même pratiqué étant plus jeune, pour devenir ainsi le « Team Gel Rossignol ». Cette collaboration entre Rossignol et « GEL Groupe » a ainsi permis de créer la première équipe professionnelle de ski de fond en France, à l’image des nombreux teams déjà existant en Scandinavie. L’équipe s’est construite très vite avec le recrutement d’excellents athlètes internationaux tels que les inséparables vosgiens Adrien Mougel et Bastien Poirrier, ou encore les suisses Toni Livers et Candide Pralong rejoignant ainsi Benoît Chauvet déjà membre du Team Rossignol depuis de nombreuses années, sans oublier les plus jeunes qui portent eux les couleurs du team sur la scène nationale, élargissant ainsi au maximum leur mise en lumière. Ce n’est pas tout, le Team GEL Rossignol a mis les petits plats dans les grands en salariant une partie de ses athlètes qui ont comme objectif de faire rayonner les couleurs de Rossignol et de « GEL Groupe » sur les plus grandes courses longues distances du monde. Ajoutez à cela, un bus aménagé construit sur mesure, aux couleurs du team et de l’entreprise, sillonnant la France et servant d’agence de recrutement mobile (tout en s’invitant parfois sur les courses avec une partie des employés de l’entreprise pour encourager leurs « poulains »), ou encore des opérations communication à l’image du « Summer Tour », mélange entre initiation gratuite et show de ski-roues (auquel nous avons eu l’honneur de prendre part), et vous obtenez une association parfaite entre la performance sportive de haut niveau et le milieu de l’entreprise, où tout le monde y trouve son compte. Le Team Gel Rossignol a ainsi démontré et démontre encore, que le ski de fond peut également être « Bankable », ce qui constitue un pas de géant en France, bien que ce soit tout à fait commun chez d’autres nations,

La « Team Valoche » #dynamitedanslenordique S’inscrivant dans un tout autre registre que le Team Gel Rossignol, cette bande de « non-professionnels » qui est avant tout une bande de copains, joue ,elle, dans le domaine de l’humour, de la mise en scène mais surtout de l’imagination pour réaliser des cocktails explosifs 2.0 qu’ils font partager sur la toile, élargissant ainsi les codes du nordique. Créé à l’automne 2014, à l’initiative de Guillaume Loyet et Kevin Charbonnier lors de la coupe du monde de ski alpin à Solden, la « Team Valoche », avait pour

but premier de rassembler une bande de potes sous une même identité afin d’encourager les Skieurs Savoyards et Français en général sur les différentes compétitions de ski. Ils ont ainsi beaucoup fait parler d’eux sur ces événements dans leurs déguisements de « minions » à l’image des championnats de France de ski nordique, ou encore plus récemment lors de l’étape de coupe du monde de sprint à Planica (alors qu’ils n’étaient que deux), souvent à l’aide de moyens inédits dans le milieu (Tronçonneuses, fumigènes et autres mégaphones…). Mais parallèlement à cette activité qu’ils pratiquent uniquement le week-end, les talents de graphistes, monteurs photo/vidéo, mais surtout de « disjonctés du bocal », présents dans la bande, ont rapidement pris le dessus et participé à leur notoriété dans le paysage du nordique Français, par l’intermédiaire de leur page Facebook (rassemblant près de 9000 likes au moment de l’écriture de cet article). 40


41


Peintures - Revêtements de sols & murs Signalisation horizontale Cloisons sèches - Faux Plafonds Gestion de chantier SAPRA GERIN Renovation 50 Rue d’Antares 74330 Poisy

ture aven rnand urs o b c r d o pa gran 0 le 5 4 4 7 nels tion ensa s ! s d n s r ra rcou its et g a p 3 pet pour és tivit s ac elle rantis ! v u o ga 2 n ons friss

renseignements et reservations 06.80.32.12.10 www.dodes.fr info@dodes.fr GPS : 45.940493, 6.430965

rs cou par titi is u o

42

rs cou par verte u o Dec

un parcours inoubliable au coeur de la foret pour toute la famillle !

és tivit 2 ac tions a sens DEFi es Dod nd Gra rs ou c Par

’ lad esca re arb

crédit photos : AlpesPhotoVidéo - Anthony Franchi

Tél. 04.50.67.39.42 / 06.47.87.61.17 contact@renovation-sapra.com http://www.renovation-sapra.com/


SUR LA TOILE N’oubliez pas, vous pouvez aussi nous suivre sur notre page Facebook:

Pour ne rien louper de l’actualité des péripéties de l’équipe, pour découvrir les athlètes et l’encadrement, participer à nos jeux concours et devenir membre du club des supporters...

https://www.facebook.com/hautesavoienordicteam Vous êtes bientôt 3000 à nous suivre. Un grand merci!

Rendez-vous sur : www.hsnteam.com

LES SELFSKIS Les désormais incontournables Selfskis du Haute Savoie Nordic Team reviennent cette année encore ! Depuis trois saisons, sur le site de notre partenaire Nordic Magazine, dans une rubrique décalée et pleine d’autodérision, retrouvez chaque mercredi de Décembre à Avril, un athlète différent se prêtant au jeu du « Selfski ».

© U LES SELFSKIS D

Rendez-vous chaque Mercredi sur : www.nordicmag.info

À COUPER LE SOUFFLE  Première webserie du nordique

A CO UPE R

L’une des grandes nouveautés de la saison 2015-2016 a été pour nous le lancement de notre webserie « À Couper Le Souffle » avec deux épisodes parus au cours de l’hiver.

L E S O U F F L E W E

Née de la collaboration entre le Haute-Savoie Nordic Team (HSNT) et Salomon, réalisée par Mathias Lopez (Vecom Video) et écrite par Stephan Lacas (Snowstories), la webserie “À Couper Le Souffle” nous plonge dans l’univers du ski nordique par le prisme du HSNT. En regardant le ski de fond avec de nouvelles lunettes, s’attachant davantage à l’humain qu’à la compétition, en traitant la discipline avec un regard neuf, “À Couper Le Souffle” sonde l’extraordinaire aptitude de chacun des pratiquants ou novices à explorer ses propres limites tout en s’amusant ! Loin de vouloir montrer le ski nordique comme un sport dont les bases sont la compétition, l’abnégation et la douleur de la préparation des échéances, grâce à la lumière d’un invité étranger au milieu du ski nordique, « A couper le souffle invite le spectateur dans l’intimité d’un team de haut niveau ». Par son regard et son expérience différente, l’invité permet une mise en abyme dans un univers à la fois peu médiatisé mais populaire, où glisse, rires, nature et bien-être sont l’essence même de la passion de ceux qui la vivent, et met en parallèle profanes et professionnels. La volonté de cette nouvelle webserie est d’ouvrir une fenêtre sur le ski nordique dans ce qu’il exprime de plus ludique, d’insolite voire d’extraordinaire et ainsi montrer la dimension humaine, sportive et technologique de cette discipline à la croisée des chemins entre le sport d’endurance et le sport de glisse, autant d’aspects parfois oubliés. « À Couper Le Souffle » veut voir et faire voir le ski de fond autrement, en créant une passerelle entre les professionnels du Haute-Savoie Nordic Team et le grand public incarné par l’invité de chaque épisode. Un épisode inédit dans les coulisses du mythique Marathon de l’Engadin sortira cet hiver. Restez connectés !

Alban Gobert 43

B S E R I E


RENCONTRES

CHANGEMENT DE CAP et retour aux sources pour

Ivan Perrillat-Boiteux ! A

près plusieurs années au sein du Haute Savoie Nordic Team, Ivan intégrait l’équipe de France en 2012 pour quatre saisons au plus haut niveau. Médaillé de Bronze au relais olympique de Sotchi, il réintègre cette année les rangs du Team pour s’orienter sur la « worldloppet », circuit international de la longue distance. Insolite ! Théo Deswaziere, benjamin de l’équipe questionne pour vous notre doyen ! T : Après ces quatre années passées en équipe de France, comment vis-tu ton retour au team ? I : Très bien !! Surtout que durant cette période je suis toujours resté en liaison avec le team et ses athlètes ce qui m’a permis de « m’intégrer » rapidement. Et aussi avant d’intégrer l’équipe de France j’ai passé quelques saisons au team donc j’en connais bien le fonctionnement. T : Quels sont les changements les plus marquants entre l’équipe de France et le team ? I : Pour moi les principaux changements sont les moyens techniques et financiers. Mais même avec moins de moyens nous arrivons à nous organiser et nous entrainer dans de bonnes conditions. C’est aussi cet aspect plus rude des choses, qui soude les liens au sein de l’équipe et qui nous permet d’être aussi forts. T : Que t’ont apporté tes années en équipe de France ? I : Beaucoup d’expérience du haut-niveau et pleins de rencontres. Elles m’ont surtout permis de progresser et de participer à de grands événements avec en point d’orgue les JO de Sochi et la médaille en relais. T : Parlons maintenant de la prochaine saison et de tes futurs objectifs.

au niveau car vous avez les dents longues ! Et j’espère bien pouvoir vous apporter un peu de mon expérience pour vous faire progresser aussi.

I : Je vais m’orienter sur le circuit FIS Worldloppet Cup avec ses courses longues distances plutôt axées sur le skating, mais j’ai aussi envie de m’aligner sur quelques longues distances en classique et découvrir notamment le circuit Visma Ski Classics.

I : Pour conclure Théo, à moi de te poser une question : Après tes années « junior » au comité Mont-Blanc, comment s’est passée ton intégration au sein de l’équipe ?

T : Que vas-tu modifier dans ta préparation ?

T  : J’ai vécu une préparation physique bien plus chargée que mes années « junior  » avec plus d’heures d’entrainement et plus d’intensité. Pour les résultats, on attendra cet hiver.

I : Le plus gros changement va être mon entraineur, je vais devoir m’entrainer avec Emilien Buisson maintenant coach du Team (rires). Sur la préparation physique je ne vais pas changer grand chose mis à part travailler encore un peu plus la poussée simultanée pour préparer les longues distances en classique.

Il y a vraiment une bonne ambiance au sein du groupe et j’ai l’impression que les autres m’ont bien accepté ! Non ? Et sinon dans l’immédiat je suis très fatigué car ce n’est pas évident tous les jours de vous suivre à l’entraînement, alors je file me coucher!

T : Ton retour au sein de l’équipe avec des athlètes comme moi (de 11 ans ton cadet) ne te fait pas trop peur ? I : Non pas peur, mais c’est sûr que ça va me changer ! Je vais devoir me dépasser encore plus pour rester

44

Bonne nuit !


ÂME DE POÈTE AUJOURD’HUI, NOUS AV ONS LE PLAISIR DE RE-

CEVOIR AU SEIN DE LA RÉDACTION DEUX «  PHILOSOPHES  » INTERNATIONALEMENT RECONNUS. LUCAS CHANAVAT ET BAPTISTE GROS VONT TENTER DE RÉPONDRE, PAR LE BIAIS D’UN PORTRAIT CROISÉ, À LA QUESTION : « FAUT-IL AVOIR UNE ÂME DE POÈTE POUR ÊTRE SPRINTER ? » Interview de Baptiste par Lucas : L : Pour commencer, une question me trotte dans la tête : je connais tes bonnes aptitudes de synthèse, et ton statut de leader Français de la discipline… Mais quelle est ta vision personnelle du sprint ? B : Je vois dans le Ko sprint une discipline extrêmement complète ! Si on dissèque un peu le sprint, on voit une compétition divisée en quatre petites courses, étalées sur une demi-journée. Pour être un bon sprinteur il faut : Le combo « endurance/ caisse  » (pour tenir dans les tours), l’autre combo « explosivité/combativité » (pour poser des attaques qui font mal), de l’intelligence de course (pour les poser au bon moment), du mental (pour rester concentré malgré la souffrance entre les manches) et une bonne paire de … skis, pour envoyer dans les descentes ! L : Avec 4 podiums en Coupe du Monde dont 1 victoire à Québec lors du Ski Tour Canada, es-tu satisfait de ton hiver ? Non je plaisante, question « bidon » ! voici ma 2ème question : Après une grosse entame d’hiver en montant rapidement sur le podium avec une 2ème place à Davos, tu as confirmé avec deux autres 2ème place à Planica avant de finir par une victoire à Québec. Comment as tu appréhendé les Coupes du Monde pour réussir à rester performant tout au long de la saison, et ainsi décrocher la 4ème place du classement général de la coupe du monde de sprint ? B : En 5 ans chez les seniors, j’ai passé des caps progressivement, j’ai accumulé de l’expérience, des ambitions et aussi beaucoup de relâchement. Jouer devant ne paraît pas normal quand on débute sur la coupe du Monde, on ne se sent pas à sa place et on se focalise sur le résultat. Cet hiver, je me suis concentré sur la manière de donner le maximum, les résultats ont simplement suivi ! Non, en fait, j’ai pris exemple sur le Norvégien Sundby et sa technique secrète à base de ventoline ! (rires) L : Retour sur cette première victoire en Coupe du Monde de Sprint au Canada avec une question simple : Est ce que ta barbe, ta maitrise totale de l’accent canadien, et ta délicatesse aussi légendaire que ta mauvaise foi ont été les ingrédients indispensables à la réussite de ta course ? B : Je dois avouer que le Québec étant une province Francophone, je n’ai pas subi la fameuse peur de l’interview en Anglais. J’ai pu donc remporter la vic45


46


L : C’est vrai qu’au Grand Bornand il y a beaucoup de champions qui vont dans le sens de la descente mais il y en a aussi pas mal que tu n’as pas cités qui vont (ou allaient) dans le sens de la montée ! Encore en course aujourd’hui il y a Ivan Perrillat (médaillé aux dernières Olympiades tout de même !) et d’autres que j’ai vu aussi au top niveau quand j’étais petit : il y avait Sylvie Becaert, Christophe Perrillat, et un de tes anciens collègue Roddy Darragon qui nous a tous fait rêver avec sa médaille olympique en Sprint ! Mis à part être tombé dedans quand j’étais petit j’ai toujours aimé le ski de fond pour l’environnement dans lequel on s’entraine mais aussi les valeurs que ce sport développe. Quand on est petit on a tendance à percevoir ces valeurs comme de la bonne ambiance, alors qu’en fait la bonne ambiance n’est qu’une des conséquences de ces valeurs. Sinon aujourd’hui après pas mal d’années à pratiquer ma passion je pense que c’est le dépassement de soi qui me procure le plus d’épanouissement ! B : Pour avoir vécu à tes côtés un petit paquet de semaines, je sais désormais que sous tes gros muscles se cache un être rempli de belles valeurs et de beaux principes. La rumeur dit que tu as été élevé et entrainé par le Dalaï Lama lui-même. N’étant pas trop friand des mythes

toire, sans subir les assauts de ce méchant journaliste qui te pose des questions que tu ne comprends pas ! Heureusement pour moi c’était le dernier sprint de l’année, il m’aura surement oublié d’ici l’hiver prochain ! L : Pour moi, ton point fort réside dans ta capacité à maintenir, voir augmenter ton niveau dans les tours (en quart de finale, demi finale et finale), ainsi que ton sens tactique une fois au contact des autres. Comment as-tu développé l’un et l’autre ? Quels conseils donnerais-tu à un jeune sprinteur qui peut parfois avoir du mal dans ces domaines ? B : Hormis mon régime à base d’acide lactique que je subis depuis la création de l’équipe de France « Sprint » il y a trois ans, j’ai toujours été joueur. Je préfère de loin casser des bâtons dans une course de peloton que de me battre contre un chronomètre. Mis à part le côté ludique de la confrontation dans un sprint, j’ai appris à me vider la tête entre les manches. Je pense à ce dont je suis capable sans prendre en compte la douleur. Mon point de vue, c’est qu’une fois en finale, la stratégie devient facile, tu n’as plus à te soucier des prochaines manches, tu peux enfin laisser la rage prendre le dessus et balancer 100% de ton énergie sur la piste ! L : La question bonus : J’ai décelé une faute sur ton Wikipédia, il est écrit : « Taille : 1,78cm » et « Poids de forme : 76kg » ce qui à mes yeux oppose deux questions : Soit, depuis combien de temps n’as-tu pas atteint ton poids de forme ? Soit, quel est ton réel poids de forme ? Qu’as-tu à répondre à cela ? B : Le premier mot qui me vient à l’esprit est une insulte… Je pourrais aussi aisément rédiger une dissertation sur les dérives d’internet et ses conséquences sur ses utilisateurs... Mais c’est l’honnêteté qui l’emportera cette fois-ci. Mon poids de forme navigue entre 81 et 83kilos. Mon poids durant la préparation peut grimper jusqu’à… (Avec beaucoup de muscu) 88kg.

asiatiques, peux-tu me raconter simplement d’où te viennent ces règles de vie ? L : A mon avis il y a une partie qui provient du ski de fond(comme je le disais précédemment) et des sports que j’ai pratiqués, une autre très grosse partie provient de ma famille, et le reste je pense que ça vient de mon caractère et que c’est inscrit dans mon ADN. B : Au contraire, dans une discipline au niveau très dense comme le ko sprint, où jouer avec la règle fait souvent la différence, n’est ce pas parfois un handicap ? L : Oui ça l’est ! C’est souvent un handicap et je dois régulièrement travailler dessus pour trouver des solutions afin que ça ne gêne pas mes performances. Malgré tout, ma nature reprend parfois le dessus et ça m’a déjà valu quelques soucis en course, surtout lorsque je me retrouve avec d’autres français… C’est difficile à encaisser parce que je ne m’entraîne pas aussi dur toute l’année pour ne pas être à 200% sur ma course le jour J ! Mais je progresse dans ce secteur !

Interview de Lucas par Baptiste : Afin d’introduire mon petit questionnaire, je me permets de présenter tout d’abord quelques unes de tes caractéristiques: tu as 21 ans, tu mesures 1m84, pèses 85kg, une vraie brute. Tu es fan de tous les sports qui consistent à exprimer sa force. Manger seul un paquet de pâtes de 1kg en un repas te semble normal. On te voit aussi bien sur le podium qu’en photo dans un magazine et tu es originaire d’une usine à champion de la descente nommée le « Grand-Bornand », d’où proviennent entre autres: Jonathan et Bastien Midol, Steve Missilier, Nelly Moenne-Loccoz, Tessa Worley, Thomas Mermillod-Blondin… B : Comment, dans ta jeunesse, as-tu sombré dans la secte du nordique et quels aspects du ski de fond te permettent, aujourd’hui, de t’épanouir dans cette discipline ? 47


CDM.pdf

C

M

J

CM

MJ

Au départ des pistes de ski de fond Termimus Ski-Bus Tél./Fax 04 50 02 51 94 www.chaletnordic.info

CJ

CMJ

N

48

1

19/03/12

10:47


B : En 2 ans, tu es passé du scalpel du chirurgien (opération d’une hernie discale), au top niveau mondial. Malgré 3 tops 30 pour ta première saison en coupe du Monde, tu semblais encore sur ta faim en arrivant sur les championnats du Monde des moins de 23 ans. Comment as-tu abordé ce dernier gros objectif de la saison et estce-que ce titre a une importance particulière ? L : J’ai eu la chance de connaître un bon début de saison surtout après avoir connu une saison blanche l’hiver précédent à cause de ma sciatique. Du coup en arrivant sur les Championnats du monde U23 (qui étaient mon seul objectif de résultats de la saison fixé l’automne avec mon coach) j’ai pu faire partie des quelques favoris de la course. C’était une approche intéressante à travailler puisqu’il fallait être capable de répondre présent le jour J malgré ce statut. Ensuite le parcours me convenait relativement bien, les conditions de neige absolument pas et ça a été une histoire d’adaptation toute la journée. Je suis vraiment satisfait d’avoir pu remporter ce titre de Champion du Monde U23 de Sprint. Il a eu une importance particulière dans le sens où je me sentais capable de faire mieux sur les coupes du monde mais je n’avais pas trouvé les solutions pour que ça me réussisse ! B : « Info ou intox ». Chacune de mes prochaines phrases seront là pour tester la balance entre ton honnêteté, ta modestie et ton sens de la réalité ! (Pour plus de transparence, je me permettrai d’ajouter un commentaire en fonction de tes réponses). B : On dit de toi que tu es le gendre idéal. L : Intox : pour la seule raison que pour être un gendre idéal il faut être gendre donc avoir une copine ;) B : Tu es capable d’humilier Pellegrino en personne sur un sprint pur. L : Intox : tout commentaire de ta part est interdit sur cette question ;)

B : (Lucas remporte le sprint de 200m du Cervino Nordic Rush, devant le public Italien…) B : Chez toi le frigo est une pièce de la maison. L : Intox : ici se trouve la limite de mon honnêteté… B : Tu as une poitrine plus développée que la moitié des filles qui vont lire cet article. L : Intox : joker !! B : Tu as déjà réussi à faire une traction à une main. L : Info et intox : j’ai réussi une fois mais ça reste un des exos les plus difficiles que j’ai fait ! B : Il y a des accessoires de gym dans ton salon. L : Info : coup bas, mais oui ! B : Tu as déjà cassé des bâtons juste en poussant avec. L : Intox : jamais autant que toi ;) B : Chuck Norris a une photo de toi dans sa chambre. L : Pur Intox ! En revanche, je crois qu’il a un pyjama à l’effigie d’un certain Baptiste Gros, tu connais ? B : Tu t’es fait offrir un guide « Tinder pour les nuls ». L : 2ème coup bas ça devient une habitude … Info : à notre Noël entre Poney ! L’auteur (chinois je crois) ne devait pas être très bon puisqu’il ne m’a pas aidé à trouver une copine pour autant ! B : Ton alcool préféré c’est l’eau. L : Info : définitivement mon alcool préféré ! B : Tu n’as pas de limites. L : Quoi de mieux que de finir par un 3ème coup bas… Mais je dirais info parce que je ne ferais pas du ski de fond si j’avais des limites ! No limit !! C’est à la fin de ce portrait croisé que nous nous sommes rendus compte qu’aucune des deux personnesn’est en mesure de répondre directement à notre question « Faut-il avoir une âme de poète pour être sprinter ? », étant donné qu’ils ne l’avaient eux mêmes pas comprise… Batiste Gros / Lucas Chanavat

49


LA VISION

DE L’ENTRAINEUR

D

Etre entraîneur, c’est imaginer un parcours, pour l’ensemble du groupe, mais aussi pour chacun des membres qui le composent. C’est avoir de l’ambition pour les autres, des objectifs précis. C’est progresser, main dans la main. Au rythme de chacun.

epuis longtemps, j’avais l’ambition de devenir entraîneur. Au cours de ma carrière d’athlète, j’ai croisé le chemin de plusieurs coaches qui m’ont inspiré. Ils m’ont nourri comme compétiteur, mais aussi en tant qu’homme. Leur philosophie m’a plu, elle m’a guidé, elle me guide encore. D’emblée, entraîneur à mon tour, j’ai décidé de marcher sur leurs traces, tout en imaginant ma propre route.

Chaque athlète est différent, chaque athlète est unique. C’est en marchant à ses côtés que je me sens le plus utile. Je dois apprendre à le connaître, m’appuyer sur son expérience, tenir compte de son âge, de ses états d’âme. Je dois l’écouter, être attentif. Un compétiteur reste un homme ou une femme comme un autre, avec ses joies et ses peines, ses soucis et ses envies. Je dois intégrer le contexte familial, financier, amoureux... et, à partir de là, concevoir une feuille de route.

Déjà, comme président de Haute-Savoie Nordic Team, j’avais goûté à l’extra-sportif, au management. Quotidiennement, j’avais le souci d’emmener l’équipe vers demain. Mes victoires ne s’arrachaient plus seulement les skis aux pieds. D’autres défis s’imposaient à moi. A nous.

En fonction des profils et des circonstances, à moi de trouver les bons mots, d’adopter la bonne attitude. Surtout, je ne dois pas m’alourdir de préjugés. Je ne dois pas m’imposer de limites. Je dois avoir l’esprit libre. Aller trop vite peut se révéler un échec, appuyer sur le frein une erreur. Je suis le timonier et le capitaine à la fois. A moi de fixer le cap, à moi de tenir compte des éléments.

Oui, j’aime avancer avec un groupe à mes côtés. L’énergie du collectif est mon moteur ; je veux être le moteur qui transmet de l’énergie au collectif. Dans ce sport individuel, seuls les grands talents n’ont besoin de personne pour grandir. Les autres conjuguent leur destinée au pluriel. Nous sommes de ceux-là.

Dans une carrière de sportif, la ligne droite n’est pas la règle ; les allers et retours sont nombreux. Comme entraîneur, j’ai dû apprendre à gérer les déceptions d’athlète. Comment ne pas être abattu quand une course nous emmène aux tréfonds d’un classement. « Tout ça pour ça », se prend-on à lâcher, tant la déception est grande. Attention toutefois de ne pas dramatiser à outrance : ce n’est que du sport. La passion ne doit pas nous le faire oublier. Si, au départ, j’ai pu m’imprégner de cette tristesse mêlée de colère, je sais aujourd’hui qu’il ne sert à rien de s’apitoyer. Il faut au contraire se relever, se redresser, se ressaisir... puis repartir. Je n’essuie plus les larmes, je tends la main pour que l’aventure puisse continuer... et les rêves se réaliser. Au moment où, la tête haute, l’athlète se remet à marcher, le regard fixant la prochaine ligne d’arrivée, j’éprouve alors une immense fierté. Cette joie est précieuse, car je n’en suis pas l’auteur. C’est l’autre qui est le seul vainqueur. Haute-Savoie Nordic Team puise sa force dans cette émulation, dans cette solidarité de chaque instant, dans cette fraternité que nous partageons avec la générosité que nous ont inculquée ceux qui nous ont précédé. Cet état d’esprit est notre trésor, je suis l’un des gardiens du trésor.

50

Emilien Buisson


TAO QUEMERE, UN FONDEUR DEVENU CYCLISTE…

V

ous ne connaissez pas Tao Quemere ? Tout jeune retraité d’une carrière de haut niveau dans le ski de fond, Tao est aujourd’hui technicien au sein de l’équipe de France de ski l’hiver, accompagnateur en accrobranche l’été et est par-dessus tout un mordu de sport.

femmes, choisis grâce à un jeu sur Facebook. L’équipe a été constituée et préparée pour l’étape du Tour, avec plusieurs week-ends de reconnaissance sur le parcours. En plus d’un soutien matériel on était accompagné par deux coachs de luxe !

Fondeur, mais aussi talentueux sur les courses de Skyrunning, et depuis cette année… cycliste sur route. Quelque chose nous dit qu’on n’a pas fini d’entendre parler de lui !!

TQ : Jérôme Pineau, retraité sortant de l’équipe pro « I’am Cycling », il a couru 14 fois le Tour de France, c’était le bout en train de l’équipe. Florian Rousseau, ancien champion du monde et olympique sur piste, c’était un peu le préparateur mental du groupe.

Quelques semaines après sa victoire sur l’étape du tour, interviewé par Damien Tarantola, il nous parle de son expérience. DT : Tao, tu as eu la chance de faire partie du « Team Skoda » cet été. Présente nous l’équipe en quelques mots. TQ : Le team Skoda, c’est une équipe de 10 cyclistes amateurs, hommes et

DT : Parles nous de tes « coachs » ?

DT : Qu’est ce que tu attendais de cette expérience, lors de ton inscription sur Facebook ? TQ : Je me suis inscrit car j’ai beaucoup à apprendre dans le vélo, et le fait de pouvoir côtoyer Jérôme et Florian, c’était parfait pour moi. 51

DT : Quelles étaient les grandes étapes de ta préparation ? Comment t’es tu préparé pour cette course ? TQ : Pour me préparer, il fallait déjà que je fasse des heures de vélo pour réhabituer mes jambes à l’effort. Je me suis fixé d’avoir au moins 5000 Km pour l’étape. Après il y a eu 3 week-ends de reconnaissance, pendant lesquels on a fait quelques exercices d’intensité, ce qui m’a donné des bases pour en faire à la maison. Ensuite j’ai axé mes sorties sur des profils qui ressemblaient à celui de l’étape, en temps d’effort et en dénivelé. DT : Nous avons suivi votre Webserie. Quel engouement autour de vous ! C’est une histoire sportive mais aussi un bel état d’esprit qui est né au sein de l’équipe ?


TQ : Le but premier de l’équipe c’était le partage et les valeurs humaines, chacun de par son expérience de vie a apporté quelque chose aux autres. Les valeurs sportives c’étaient du bonus. Du coup, en enlevant cet aspect compétition le groupe s’est soudé. Chacun essayant d’apporter un soutien à l’autre. DT : Raconte-nous ta course ? TQ : La course... la consigne était d’attendre Joux Plane pour « poser le cerveau ». Le plus dur était donc de ne pas s’exciter à chaque attaque et de rester sagement dans le groupe. Heureusement, les cassures se sont faites en descente, ce qui a permis de commencer la dernière difficulté avec un groupe de 15/20 coureurs… qui a explosé dès le pied de la montée. Là, pareil, j’ai pris mon rythme sans essayer de me laisser influencer par les à-coups des autres coureurs. Ce qui me permet de basculer en tête au sommet puis de tout lâcher dans la descente jusqu’à Morzine. DT : La victoire, tu y pensais ? TQ : Non, pour moi un top 10 c’était déjà énorme ! DT : Ton résultat, reconnu comme une grosse perf dans le milieu des cyclosportives. Ne te donnerait pas envie de débuter une carrière cycliste ? TQ : J’y pense sérieusement depuis quelques semaines. J’attendais de voir si je pouvais confirmer le résultat de l’étape du Tour sur d’autres courses. Maintenant il ne me reste plus qu’à dire oui ou non aux différentes sollicitations reçues. DT : Des conseils pour les skieurs de fond, qui voudraient comme toi se mettre au vélo ? Comment l’intégrer à sa préparation ? TQ : Premier conseil : ne pas faire toutes les relances au sommet des montées comme en ski, ça ne sert à rien !! Deuxième conseil : la générosité ne paye pas, il faut laisser les rouleurs rouler !!

DT : Présente nous ton vélo, pour les connaisseurs : ( Développement, poids, roues… )

Troisième conseil : ne pas regarder l’affûtage des cyclistes, ou alors il faut arrêter la muscu !!

TQ : J’ai fait l’étape sur un Trek émonda SLR 9… C’est leur vélo «montagne».

En vrai, je pense que la première chose c’est de faire un paquet de kilomètres car les autres cyclistes roulent beaucoup plus ( toute l’année ). Ensuite dans une préparation en vue de l’hiver, il ne faut pas faire trop de cyclo car ce n’est pas le même type d’effort.

Après il est équipé en Shimano « dura ace di2 » avec un plateau de 52/36 devant et une cassette de 11/28 derrière, ce qui lui permet de passer partout.

Il est vendu à 6,1 kg sans les pédales, autant dire que ce n’est pas lourd !

52

Les roues ce sont des « Bontrager Aeolus 3D3 », en gros ce sont des roues en carbone qui s’emmènent bien en bosse mais qui ne sont pas trop molles au plat. Tao Quemere / Damien Tarantola


UN ÉTÉ CHEZ LES HSN :W PLONGEZ AU CŒUR DE NOTRE QUOTIDIEN. L

a vie d’un athlète de haut-niveau est rythmée par son entrainement, ses compétitions, ses moments de récupération, son alimentation… oui mais pas que ! Les séances s’enchainent et de temps à autre il est bon de se lancer des défis, de parier, de jouer la dernière part de dessert… C’est notre façon de décompresser ! La préparation : Cette année, le coach nous a concocté un petit programme fort de 8 stages à travers les différents massifs français.

Stage n°1 : Tour de Corse à bicyclette: 7 étapes, 800km pour les filles, 900 pour les garçons.

Stage n°1 : 6 nuits en tente et donc 6 bivouacs parfaitement organisés…

Stage n°2 : 6 jours sur le Glacier de Tignes, température estivale oblige alors 3000m ou pas, on skie en short !

Stage n°3 : Bessans ! Et qui dit Haute Maurienne Vanoise, dit forcément cols mythiques à gogo… Ici le Galibier, mais ce fut aussi le Télégraphe, le Mont Cenis, l’Iseran, l’Entre-Deux-Eaux, le Cormet de Roseland…

Stage n°4 : Cérniebaud, petit village en terres Jurassiennes au profil vallonné… Alors…poussée à volonté !

Stage n°5 : Les Plans d’Hotonnes : On entre dans l’automne, le climat change, les journées raccourcissent, le coach nous bichonne davantage, les séances de l’aprèm sont plus « cool ».

Toute l’équipe s’est relayée à tour de rôle pour… écheniller les caractères imprimés, qui seront floqués sur nos nouvelles tenues.

Réalisation de portes clefs avec l’équipe du Club des Supporters.

Bastien, chef cuistot coupe ici le gâteau d’anniversaire de Constance, qu’il a réalisé pendant que d’autres… faisaient la sieste…

La force du groupe : L’équipe ne pourrait avancer sans le travail extra sportif de chacun ! Auto géré par les athlètes euxmêmes! Nous avons tous notre propre tâche. Nous sommes tous ensemble le moteur de l’équipe !

Antoine, graphiste, webmaster, informaticien, il en fait du job!

Aurélie et Marie, la «team Magazine» finit la distribution du mag.

Pictionary, tarot, 1000 bornes, belote, Yamms, Echecs, bataille navale, chifoumi… On est imprenable !!

La rage de gagner, mais un esprit convivialW Nous passons plus de la moitié de l’année ensemble à travailler dur. Alors forcément, c’est l’esprit bon enfant et la convivialité qui finissent toujours par l’emporter.

Marie Kromer

Il n’est pas bon de parier avec les athlètes du team, ils finissent toujours par gagner…

Parfois on a besoin de se défouler encore un peu plus… Moment de détente à l’accrobranche de la forêt des Dodes au Grand Bornand.

53


X L’AGENCE DE MARKETING SPORTIF SPECIALISTE

V

DE L’OUTDOOR

W W W. F E E L- E X P E R I E N C E . C O M 54


N O U V E L L E S A I SO N

NOUVELLE ÉQUIPE ILS QUITTENT LE NAVIRE

ILS EMBARQUENT DANS L’AVENTURE

Mathias WIBAULT

Coralie BENTZ

Club des sports de Chamonix Athlète du Team depuis avril 2005

Club des Sports d’Argentière / Equipe de France U23 Spécialité : Polyvalente Circuit : OPA Alpen Cup

Palmarès : 40 départs en Coupe du Monde (dont une 15ème place à Davos, sur le 30km libre, 2011) Championnats du Monde de Val Di Fiemme en 2013 (29ème du 15km individuel libre) Vainqueur de la Transjurassienne en 2014

Palmarès : Championnats du Monde Juniors 2016 Championne de France junior 10 km Mass start Libre 2016 Tops 5 en OPA Alpen Cup

Et maintenant ?

Théo DESWAZIERE

Mathias mène de front son professorat de sport et une formation de préparateur sportif dans le but de revenir sur le bord des pistes … et il deviendra papa à la mi-Mars Merci Mathias, pour toutes ces années passées au sein de l’équipe et tout le travail de l’ombre accompli !

Ski Club du Grand-Bornand Spécialités : Sprint et Rollerski Circuit : OPA Alpen Cup et Coupe du Monde de Rollerski Palmarès : Double Champion de France junior de Rollerski Podiums en Coupe du Monde de Rollerski Victoires en Coupe de France

Victor ROGUET Club Nordique du Pays Rochois Athlète du Team durant la saison 2015-2016

… ET LE PLUS BEAU EST À VENIR !

Palmarès : Championnats du Monde Juniors en 2015 6ème du classement général du circuit OPA Alpen Cup en 2015 Victoires en Coupe de France

Coralie BENTZ

Et maintenant ? Etudiant à la Faculté de Droit de Nice Bonne continuation à tous les deux !

Théo DESWAZIERE

Mathias WIBAULT

Victor ROGUET 55


LA POINTE PERCEE HOTEL ** 71 place de la Grenette 74450 LE GRAND BORNAND Tél. : 04 50 02 20 02 www.hotel-pointe-percee.com info@hotel-pointe-percee.com connexion WIFI

BAR RESTAURANT

e.mail : contact@savoie-energie.fr Site internet : www.savoie-energie.fr

Tél. : 04 50 02 22 80 Ambiance montagnarde et chaleureuse Venez découvrir nos spécialités savoyardes

56


CALENDRIER FIS COUPE DU MONDE Date

Lieu

26 nov 27 nov 02 déc 03 déc 04 déc 10 déc 11 déc 17 déc 18 déc

Ruka Ruka Lillehammer Lillehammer Lillehammer Davos Davos La Clusaz La Clusaz

Pays

FIS TOUR DE SKI 2017

Distance dame

Distance homme

Style

Remarques

FIN FIN NOR NOR NOR SUI SUI FRA FRA

Sprint 10 km Sprint 5 km 10 km 15 km Sprint Skiathlon 7,5/7,5 km Relais 4x5 km

Sprint 15 km Sprint 10 km 15 km 30 km Sprint Skiathlon 15/15 km Relais 4x7,5 km

C C C L C L L C/L C/L

Poursuite

31 déc 01 janv 03 janv 04 janv 06 janv 07 janv 08 janv

Val Mustair Val Mustair Oberstdorf Oberstdorf Toblach Val di Fiemme Val di Fiemme

SUI SUI GER GER ITA ITA ITA

Sprint 5 km Skiathlon 5/5 km 10 km Sprint 10 km 9 km

Sprint 10 km Skiathlon 10/10 km 15 km Sprint 15 km 9 km

L C C/L L L C L

Poursuite

14 janv 15 janv 21 janv 22 janv 28 janv 29 janv 03 févr 04 févr 05 févr 18 févr 19 févr

Toblach Toblach Ulricehamn Ulricehamn Falun Falun Pyeongchang Pyeongchang Pyeongchang Otepää Otepää

ITA ITA SWE SWE SWE SWE KOR KOR KOR EST EST

Sprint Team sprint 10 km Relais 4x5 km Sprint 15 km Sprint Skiathlon 7,5/7,5 km Team sprint Sprint 10 km

Sprint Team sprint 15 km Relais 4x7,5 km Sprint 30 km Sprint Skiathlon 15/15 km Team sprint Sprint 15 km

L L C C/L L L C C/L L L C

Mass-start

FIN FIN FIN FIN FIN FIN FIN FIN FIN

Sprint Skiathlon 7,5/7,5 km Team sprint 10 km

Sprint Skiathlon 15/15 km Team sprint

L C/L C C C C/L C/L L L

NOR NOR NOR

Sprint

CHAMPIONNATS DU MONDE 23 févr 25 févr 26 févr 28 févr 01 mars 02 mars 03 mars 04 mars 05 mars

Lathi Lathi Lathi Lathi Lathi Lathi Lathi Lathi Lathi

08 mars Drammen 11 mars Oslo 12 mars Oslo

FINALE DE LA COUPE DU MONDE 16 mars Tyumen 18 mars Tyumen 19 mars Tyumen

RUS RUS RUS

4x5 km

15 km 4x10 km

30 km

50 km

Mass-start Poursuite

Sprint 50 km

C C C

Mass-start Mass-start

3 km 10 km 10 km

5 km 15 km 15 km

L C L

Prologue Mass-start Poursuite

Distance dame 10 km 10 km Sprint 10 km 10 km Sprint 5 km Skiathlon 7,5/7,5 km

Distance homme 15 km 15 km Sprint 15 km 15 lkm Sprint 10 km Skiathlon 15/15 km

Style C L C C L L L C/L

Remarques

30 km

FIS OPA CUP Date 10 déc 11déc 16 déc 17 déc 18 déc 06 janv 07 janv 08 janv

Lieu Valdidentro Valdidentro Goms Goms Goms Planica Planica Planica

Pays ITA ITA SUI SUI SUI SLO SLO SLO

CHAMPIONNATS DU MONDE U23 31 janv Park City 02 févr Park City 04 févr Park City

USA USA USA

Sprint 10 km Skaithlon 7,5/7,5 km

Sprint 15 km Skiathlon 15/15 km

C L C/L

17 févr 18 févr 19 févr 04 mars 05 mars 17 mars 18 mars 19 mars

GER GER GER AUT AUT AUT AUT AUT

Sprint 10 km 10 km 10 km 15 km 2,5 km 10 km 10 km

Sprint 15 km 15 km 15 km 30 km 3,3 km 15 km 15 km

C L C L C L C L

Zwiesel Zwiesel Zwiesel St Ulrich St Ulrich Seefeld Seefeld Seefeld

57

Mass-start

Poursuite Mass start Prologue


LES ATHLÈTES

MAURICE MANIFICAT 30 ANS

JEAN-MARC GAILLARD 36 ANS

BAPTISTE GROS 26 ANS

CLÉMENT PARISSE 23 ANS

DAMIEN TARANTOLA 25 ANS

LUCAS CHANAVAT 22 ANS

LÉA DAMIANI 21 ANS

CORALIE BENTZ 20 ANS

IVAN PERRILLAT 31 ANS

AURÉLIE DABUBYK 28 ANS

LOÏC GUIGONNET 24 ANS

ÉLISA BROCARD 32 ANS (ITA)

58


GÉRARD AGNELLET 24 ANS

BASTIN BUTTIN 27 ANS

ANTOINE AGNELLET 22 ANS

CONSTANCE VULLIET 22 ANS

MICKAËL PHILIPOT 23 ANS

MARIE KROMER 23 ANS

THÉO DESWAZIÈRE 20 ANS

LE STAFF

ÉMILIEN BUISSON Entraineur

FRANÇOIS GUILLARD Entraineur

ALBAN GOBERT Team manager

59

VALENTIN GAILLARD Soutien Soutien communication communication


J

Challenge

2017

Haute-Savoie Nordic 33

eme

CE TT E AN N EE TE N TE Z LE CHALLENGE HSN

# JANVIER

— La Chapellane 30 km (La Chapelle d’Abondance) # 05 FEVRIER — La Bornandine 42 km (Le Grand Bornand) # 05 MARS — La Traversée de la Ramaz 30 km (Praz de Lys/Sommand) # 19 MARS — Le Marathon des Glières 42 km (Plateau des Glières)

4 COURSES // 4 AMBIANCES

1 CLASSEMENT SUR LES 4 COURSES 1 CHALLENGE SUR TOUTE LA SAISO

PDF_CARTE_CreperieDenis 2015.pdf

1

29/04/2015

Classement scratch et par catégorie. Dotations = inscriptions à des courses longues distances régionales/nationales saison 2018 + tirage au sort récompensant la participation. Package inscriptions 4 courses. Règlement et informations savoie-haute-savoie-nordic.com. Suivez le Challenge HSN toute la saison sur le d’HSN.

À partir de 18h30 tous les soirs et le samedi midi

60

N

11:21


LE CLUB DES SUPPORTERS FAIT PEAU NEUVE ! Cela fait maintenant 4 ans, que le Club Des Supporters participe à la vie du team ! Son but? Créer une émulation autour de l’équipe. Afin de réunir chaque connaisseur, amateur, ami, famille qui nous soutient. Chacun y trouvera son compte et pourra suivre l’actualité de l’équipe tout au long de la saison, grâce à la news letter hebdomadaire. Cette action est primordiale pour le groupe. Aussi bien que nos partenaires, ou d’autres actions mises en œuvre par les athlètes. Elle nous permet de financer une partie de notre préparation et de notre saison. Au-delà du pur aspect financier, c’est un soutien moral indispensable à notre réussite ! Car oui, en course comme au quotidien, l’athlète a besoin de se sentir soutenu, suivi, supporter… ! Le club des supporters évolue ! Il n’y aura plus qu’un seul « pack du supporter » cette année. En échange de votre cotisation de 20 euros minimum vous recevrez votre « pack du supporter » qui comprend : • l’adhésion • le poster dédicacé de l’équipe

• le porte-clés officiel du team • le magazine n°3 de l’équipe, rédigé par les athlètes • les stickers Haute Savoie Nordic Team • le cache cou officiel du supporter, brodé à l’effigie du Haute Savoie Nordic Team Votre adhésion est valable pendant un an, à compter du jour de l’inscription et vous donne également accès aux jeux concours organisés par l’équipe, avec la possibilité de gagner de nombreux lots. Alors, n’hésitez plus et venez vite nous rejoindre ! NB : L’adhésion est un don libre, il est possible d’adhérer au Club des Supporters pour une somme inférieure à 20euros. Dans ce cas le « pack du supporter » ne comprend pas le cache cou  ! Pour les dons supérieurs à 100euros, vous recevrez en plus de votre « Pack du supporter » une surprise !

le cache cou officiel du supporter

Coupon d’adhésion au Club des Supporters du Haute-Savoie Nordic Team

J E PA R T I C I P E À L ’AV E N T U R E E T J E D E V I E N S M E M B R E Nom : Prénom : Tél :

Mail :

Adresse : Montant du soutien (€) : Nature du paiement :

chèque

virement bancaire

Devenez aussi membre sur notre site internet : www.hsnteam.com Suivez-nous également sur facebook : www.facabook.com/teamhsn Coupon à renvoyer à: Haute Savoie Nordic Team 570 route de la patinoire, 74450 Le Grand-Bornand 61


RECONNAITREZ-VOUS LES MEMBRES DU HAUTE-SAVOIE NORDIC TEAM Répondez par un prénom à chaque définit ion et placez les dans la grille

1

2

3

4

5 6 7

8

9

11 13

10

12 14

15

16

17

18

19

Horizontal 2. Musicien et savoyard, il est notamment vainqueur de l’envolée nordique 2016, aux cotés d’un autre membre de l’équipe. 4. Manager, speaker/DJ sur les courses de ski de fond, il est un de ceux qui permettent au team de rester en vie. 5. Vainqueur du KO SPRINT sur le SNT de Prémanon cet hiver, il est aussi membre du roller ski racing team, et a notamment signé une belle 3ème place sur la coupe du monde à Oroslavje en juin 2016. (rollerski) 7. « Classiqueuse », avec un mental d’acier, elle est aussi la gagnante du marathon du grand bec 2016. 8. Notre grand et costaud sprinter chez les « poneys », il a remporté une coupe du monde cet hiver et se classe 4ème du classement général des coupes du monde de sprint. 13. Blondinette, très têtue, elle possède tout de même 5 titres nationaux! Elle enchaine sa deuxième année avec l’équipe, en parallèle de sa préparation au sein de l’équipe de France. 14. Il devenait médaillé olympique à Sotchi et a cet hiver entre autre, gagné la Foulée blanche. 15. Notre coach préféré, ancien athlète de l’équipe également. 17. Elle évolue sur les courses longues distances, et a gagné le classement général de la Worldloppet 2016. 18. Cador de la musculation dans le ski de fond Français, il est devenu champion du monde U23ans de sprint en Février 2016. 19. Mister univers pour les intimes, il a notamment gagné le marathon du grand bec cette année.

Vertical 1. Jeune papa du team et médaillé aux jeux olympiques de Sotchi. 3. Il est lui aussi vice-champion du monde U23ans 2016, polyvalent, il s’amuse tout autant en grimpant sur les falaises, en jouant de la guitare, et bien sûr, sur les skis. 4. Vainqueur par équipe de la 41 ème édition de l’envolée nordique. 6. Connaissez-vous le nom de la jolie blonde aux larges épaules, très gentille elle a remporté l’étoile des Saisies cet hiver? 8. Le meilleur cuisinier, pâtissier du team, il poursuit sa carrière sur les longues distances. 9. Timide et tête en l’air, il sait se rendre surprenant et talentueux sur les skis! 10. Il est leader du ski de fond français et l’un des meilleurs mondiaux. 11. Président du Haute Savoie Nordic Team, membre de l’équipe de France, il termine à la seconde place du classement général des OPA Alpen CUP sur la saison dernière. 12. Tout juste retraité et vainqueur de la Transjurassienne 2014. 15. Italienne, elle évolue et porte haut les couleurs de l’équipe sur les courses longues distances internationales. (Worldloppet) 16. Recrue du team ce printemps, championne de France junior à Méribel elle est aussi membre de l’ Equipe de France B .

Réponses: Horizontal: 2.Loic/4.Alban/5.Théo/7.Marie/8.Baptise/13.Léa/14.Jean-Marc/15.Emilien 17.Aurélie/18.Lucas/19.Gérard Vertical: 1.Ivan/3.Clément/4.Antoine/6.Constance/8.Bastien/9.Mickael/10.Maurice 11.Damien/12.Mathias/15.Elisa/16.Coralie 62


63

1. Constance. 2. Coralie. 3. Loïc. 4. Yvan. 5. Léa. 6. Mickael. 7 Marie

4

7

5 6 2 3 1

WHO’S WHO


LE JEU DES DIFFÉRENCES Retrouvez les 15 différences qui se sont glissées dans ces deux photos.

Vacances de sportif “Loic Guigonnet” C : A quelle période préfères-tu prendre le large ? L : Parfois j’adorerais prendre le large au beau milieu d’un stage d’entraînement au rythme infernal d’Ivan Perrillat , mais ce n’est pas très bien vu. Les occasions se résument donc à la coupure du printemps ou à une petite semaine de coupure dans la transition été-automne. C : Tu as un lieu de prédilection ? L : Pas vraiment, je ne pars jamais au même endroit. Question voyage le lieu que j’ai préféré restera l’Islande ! (Par contre j’avais 10 ans). Et question vacances-vacances, j’aime beaucoup le sud-ouest. C : Et une activité favorite ? L : Pas le ski-roues en tous cas ! J’aime profiter des vacances pour faire des activités sportives que je ne peux pas pratiquer d’habitude, des sports d’eau comme le surf (novice ++) ou la planche à voile que j’adorerais pouvoir pratiquer plus régulièrement. C : La ou les personnes avec qui tu aimes partager ces moments ? L : Avec ma famille, avec qui j’ai eu la chance de beaucoup voyager étant plus jeune, et forcément mes amis pendant la coupure estivale. C : Tu es plutôt…Hôtel/Camping, all inclusive or not ? L : Jusqu’à maintenant c’est plutôt camping sauvage ou appartement partagé avec 5 ou 6 bons amis ! Zéro inclusive, faut aller au gré du vent ! C : Mer ou montagne ? L : Plutôt mer, vu que chez nous on a déjà les plus belles montagnes pas besoin d’aller en voir ailleurs ! ;-) C : farniente / hyperactif ? L : Pas forcément hyperactif, mais il faut que je fasse des activités inhabituelles, créer du souvenir quoi !

Vacances de sportif “Ivan Perr illat” C : A quelle pério

De gauche à droite et de haut en bas : Léa Damiani, Aurélie Dabudyk, Coralie Bentz, Marie Kromer et Constance Vulliet.

Réponses : Aurélie a changé ses bâtons de sens Aurélie a enlevé ses lunettes Aurélie a enlevé son pansement au genou Léa a changé sa façon de tenir ses bâtons Léa et Aurélie ont inversé leurs chaussures Coralie a enlevé son casque Coralie a enlevé ses lunettes Coralie et Constance ont échangé leurs bâtons Coralie est descendue d’une marche Marie a enlevé un ski roue

64

de préfères I: J’aimerai -tu pren s avoir plus de choix da dre le large ? de mes va cances mai ns la pério de s avec notr temps est e sport, le la période prinla plus appr C : Tu as un opriée. lieu de préd I : Non ! Il y ilection ? a tellemen t de beaux vrir ! coins à dé couC : Et une activité favo rite ? I: Visiter le pays, me ba lader, déco de mes va cances… uvrir l’end roit C : La ou le s personne s avec qui er ces mom tu aimes part ents ? agI : Ma copi ne. C : Tu es pl utôt…Hôtel /Camping not ? , all inclusiv e or I: Camping ! Je ne suis jamais part inclusive, ca i en vacanc r j’aime bo es all uger et dé moment de cider au de ce que j’ai rnier envie de fa C : Mer ou ire. montagne  ? I: Mer car la m nous y som ontagne mes toute l’année. C : farnient e / hyperactif ? I: Hyperac tif! Même si un petit moment allongé su r ma servie tte au bord de la mer ne me déplai t pas.

Marie a changé de position Constance a changé de lunettes Constance a enlevé sa montre Les mains de Constance ont chang é de position Les nuages


Impression numérique, Plaquette, Flyer, Banderole, Carte de visites, En-tête Billeterie, Affiche, Bâche, Carte Restaurant Faire part Brochure, Stand Expo Plastification Idée Cadeau : Mug, T-Shirt Calendrier, Plan Toile, Sticker

PENSEZ À L’IMPRESSION QUE VOUS ALLEZ REPRODUIRE !

3

2, place du crétet - BP 57 74301 CLUSES Cedex Tél. 04 50 98 02 22 Fax 04 50 96 42 38 cluses.copy@wanadoo.fr


©SALOMON SA. All Rights Reserved. Photo: Nordic Focus.

THE WILL TO COMPETE. THE WILL TO PLAY. Without challenge, there’s no victory. Whatever it takes I’ll be on tracks. Because the race is a game I want to play. A game I want to win. Discover our first Web TV on Nordic Skiing at www.salomon.com/TV.

4

Team 2017  
Team 2017  
Advertisement