Page 1

Flot d’infos A.D.I.M.C. 22

Janvier 2009

Le mot du Président L’année 2008 a été une année riche et pleine en événements comme vous pourrez le découvrir. Je ne développerai pas. Ce qui est important pour l’Association ce sont : - les orientations 2008-2012 travail qui implique les Personnes Résidantes, les Locataires, les Professionnels et les administrateurs. - naissance d’un groupement associatif départemental( sous forme «loi 1901»). Cette association s’engagera à entreprendre en commun des actions destinées à offrir une réponse adaptée et pertinente à toute personne en situation de handicap sur le territoire armoricain. Ce groupement sera officialisé lors du 1er trimestre 2009. Voilà plus d’un an 1/2 qu’une dizaine d’associations départementales se rencontrent dans ce but. Dans un prochain journal nous développerons beaucoup plus le rôle de ce groupement. Je pense que dans un avenir très proche ce groupement créera certainement un ou des G.C.S.M.S. à savoir «Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale» comme nous le préconise la loi ; - La suppression des ARH en fin 2008 (agences régionales de l’hospitalisation par les ARS (agences régionales sanitaires) pour 2009 mais opérationnelles en 2010. Méfiance et attention pour nous petite association d’ou ce travail en réseau, en groupement (voir chapitre ci-dessus) et peut être se regrouper au niveau région ou grande région ouest en ce qui concerne les Associations IMC Départementales ; - La FFAIMC travaille actuellement avec la région, RHONE ALPES à la mise en place d’une grande région avec une charte et un groupement associatif loi 1901 qui sera effectif en 2009. Dans notre association une réflexion de fond me paraît nécessaire et indispensable. Que nous apportera l’année 2009 ? et Que peut-on espérer de l’année 2009 ? …. C’est aussi à vous de nous le dire, personnes Résidantes, Locataires, professionnels, parents. Les administrateurs sont à votre disposition. Plus que jamais nous avons besoin des uns et des autres car c’est tous ensemble que nous réussirons en respectant les valeurs qui nous rassemblent. Jean LUCAS Président de l’A.D.I.M.C. 22

Flot d’infos - janvier 2009


Editorial Dans ces périodes difficiles où nous vivons ; tsunami bancaire, récession économique, chômage, pouvoir d’achat en berne, crédit à la consommation restreint, perte de repère, d’identité, problème existentialiste ; s’il existe encore une échappatoire à la morosité ambiante qui nous envahit, c’est bien le travail et la solidarité. Contre le fatalisme, soyons combatifs. La vigilance doit rester de mise, elle est plus que jamais d’actualité, surtout quand on apprend par les médias (journal télévisé 13h du 27/10/08), que certaines collectivités locales imprudentes dans leur gestion financière (prêts à taux variable) sont touchées par la crise.

Sommaire - Editorial

p. 1

- Le mot du Directeur

p. 2

- Les Orientations

p. 3

- Schéma départemental p. 5 - Rubrique «législative» p. 6 (démarche qualité, l’ANSM, la Bientraitance) - La vie associative

p. 13

- Rencontre du 2 juin 09 p. 15 - Réunion de rentrée des professionnels de Ker Spi p. 15 - Ker Spi au quotidien p. 17 (rencontre avec les Massaïs, Les Arts Plastiques, 2 nouvelles têtes, Portrait, Jumbo, Martinique, WE voile, Interview) - Revue de Presse

p. 27

- Bulletin d’adhésion

p. 26

Réalisé en étroite collaboration avec : Jean-Marie LEFRANC Pierre HERISSARD Magalie CROCQ Atelier2com - foyer Ker Spi (maquette) la logistique du F.A.M.

Que par la voix du Président du Conseil Général, M. Claudy LE BRETON, je cite, «une croissance nulle, voire une récession et donc un plan d’austérité de l’Etat vis-à-vis des ressources des collectivités locales, vont nous appeler dans les prochains mois à résoudre une équation budgétaire très complexe, avec beaucoup d’inconnues». Sachant que la réduction de la participation de l’état est inéluctable et va croissante, il ne serait pas impossible que nous, associations, en pâtissions. Vigilance donc pour nous associations, dont les projets de création risquent d’être repoussés aux calandres grecques, même si on nous assure qu’il n’en n’est rien. A ce sujet M. le Président du Conseil Général affirme qu’il ne peut se soustraire à un certain nombre de dépenses liées aux solidarités et imparfaitement compensées par l’Etat. Prestations telles que RMI, prestation de compensation du handicap.

Vigilance sur la stratégie politique adoptée par l’ADIMC 22 quant à l’opportunité de transmettre aux institutionnels nos dossiers dans les meilleurs délais (appelés «fenêtres» par la Région !). Vigilance sur le compte rendu de l’état d’avancement présenté par Marie-Christine CLERET « vice-présidente chargée de la Solidarité pour l’Autonomie » du schéma départemental -tant dans son développement que dans son financement- soumis actuellement aux votes de l’assemblée départementale. Si la vigilance est de mise, nous avons toutefois une grande confiance en nos représentants institutionnels à faire face aux difficultés financières majeures et participer à relever ce challenge du handicap. Jean-Marie LEFRANC Administrateur Commission Journal - Commission Structures

-1-


Le Mot du Directeur : Diriger ? « mission impossible » ? Le numéro des « Cahiers de l’Actif » d’octobre 2008 a titré son dernier « dossier » : « A propos des directions intenables » ….. Les textes législatifs et règlementaires prolifèrent à foison depuis la loi du 02 Janvier 2002. Ces textes –nous avons eu plus de textes ces 5 dernières années qu’en … 50 ans !– ont totalement redessiné le paysage de l’Action Sociale. Les premiers éducateurs se recrutaient parmi les chefs scouts dans les années après-guerre ! Aujourd’hui, nous vivons une véritable révolution qui amène les directions et les équipes des établissements médico-sociaux à se confronter, nous dit l’éditorialiste des Cahiers de l’Actif « à des logiques d’actions et à de nombreuses injonctions, souvent antagonistes, parfois même paradoxales : - être plus créatifs tout en étant soumis à davantage de contraintes évaluatives, de contrôles, de mises en conformité ; - améliorer la qualité des services avec des ressources de fonctionnement de plus en plus formatées sur la base d’indicateurs de convergence tarifaire et budgétaire ; - tenter de conserver l’identité et les valeurs de l’association, de l’établissement tout en recherchant (et en y étant contraint) des formes de coopération de plus en plus formalisées ; - se focaliser sur les risques de maltraitance tout en développant une culture de la bientraitance … » cette liste pourrait ainsi se prolonger … nous verrons dans ce journal combien cette révolution législative sociale doit nous nourrir, nous fédérer, nous maintenir optimistes et … nous permettre d’« oser vivre heureux » ! Notre seul cap, nous le rappelons dans l’article « Rubrique législative » c’est « LA PERSONNE », son bien-être, son mieux-être. Notre ami Gérard GAUTIER, dans ses vœux, nous proposait de ne considérer qu’une seule crise : celle du rire ! Rappelons-nous, à ce propos de l’humour, la première phrase de la première page de notre plaquette ECHANGES, cette citation d’Ernest HEMINGWAY :

« S’il est vrai qu’en chacun de nous, germent les graines de nos actions futures, chez ceux qui savent plaisanter, les graines semblent recouvertes d’un meilleur sol et d’un engrais supérieur »

-2-

Flot d’infos - janvier 2009


Autre carte de vœux à vous partager : celle de notre ami M. Bertrand NICOLAS du cabinet de conseil en patrimoine « Expert-Finance » : « En 2009, adoptons l’esprit WEI-JI » WEI-JI, en chinois, signifie « crise ». Ce mot résulte de l’association de deux idéogrammes : WEI = danger et « JI » = opportunité. Ainsi, l’esprit WEI-JI » est une manière d’aborder une crise : ne pas y voir seulement un danger, mais tenter de saisir l’opportunité qui peut alors se présenter, comme dans toute situation de changement ! Pensons-y en ces moments de doutes de tout ordre ! Aux acteurs de l’ADIMC 22 et de KER-SPI de se mobiliser dans le cadre de nos ORIENTATIONS 20082012 et des projets qui en découlent sous l’impulsion du Président et des administrateurs, des familles, de celle également du directeur et de ses adjoints et de tous les professionnels et ce bien-sûr « avec » et « pour » les personnes accueillies et accompagnées à KER-SPI. Alors ? diriger mission impossible ? Non bien sûr ! pas avec une équipe professionnelle « sympathique, dynamique, compétente » tant empreinte de loyauté et de conscience professionnelles et tant empreinte du sens de la responsabilité personnelle, en effet « la responsabilité collective n’existe pas, chacun est responsable » de la réussite du projet d’établissement. Que tous les professionnels soient ici vivement remerciés pour leur engagement ! et puisque j’ai rappelé la première phrase de la première page de notre plaquette « ECHANGES », rappelons celle de la dernière page ! : « Toutes nos rencontres sont méritées !... » Meilleurs Vœux 2009 à toutes et à tous ! Année au cours de laquelle je vous souhaite de très belles rencontres !

Pierre HERISSARD Directeur

Les Orientations 2008/2012 Ce travail de fond entamé depuis maintenant plusieurs années

a rendu opérationnel la mise en œuvre des axes de développement et des axes de progrès pour les orientations 2008/2012. La déclinaison s’est traduite par la mise en place d’un plan d’action. Le principe étant de travailler en trio constitué : d’un administrateur, d’une personne résidante et d’un professionnel. Chaque trio prend en charge un des onze thèmes - axes de développement (5) et de progrès (6) - définis par un questionnaire sur lequel beaucoup d’entres vous ont participé avec enthousiasme. Le trio est placé sous la responsabilité d’un duo : le Président, le Directeur et on pourrait même

Flot d’infos - janvier 2009

-3-


dire d’un autre trio car Pierre COUPEY travaille avec eux et bien-sûr avec l’ensemble des trios dans les réunions collégiales. Il est demandé à chaque trio de préparer une première esquisse de plan d’action : • En précisant de la façon la plus concrète possible les résultats auxquels ils devraient aboutir • En proposant des indicateurs qui permettront d’évaluer ces résultats • En indiquant les modalités et moyens qui leur paraissent nécessaires pour assurer leur mission • En se référant à un échéancier Ces actions ont d’ores et déjà produit des résultats. Parallèlement à ce travail de fond nous avons interpellé les autorités compétentes telles que le CG (Conseil Général) et C.A.H (Côtes d’Armor Habitat) sur la faisabilité de nos projets. Nous avons ainsi rencontré Mme Battas directrice de C.A.H, M. Macé, Directeur pour la Solidarité Départementale au Conseil Général. Leur soutien, leur approbation renforcent notre conviction de réaliser dans les meilleurs délais notre projet. Plusieurs autres rencontres ont eu lieu avec les Maires des communes limitrophes. Notre projet a retenu l’attention de certains d’entre-eux pour y installer un habitat innovant (peut-être des pavillons spécifiquement adaptés aux personnes vieillissantes et personnes en situation de handicap, mini structure type «La Noé Rido») pouvant accueillir ce que j’annonçais l’an dernier lors du rapport d’activité : les trois catégories de bénéficiaires. En outre, notre interlocuteur privilégié qu’est le C.A.H, que nous consultons régulièrement, a d’ores et déjà réservé à la demande du Directeur, M. Hérissard, un appartement supplémentaire de 50m2, contigu à celui existant déjà au légué. Les travaux d’adaptation et de mise aux normes seront réalisés pour avril prochain. L’objectif offre une possibilité de mobilité supplémentaire des personnes résidantes à l’intérieur de nos structures et répondre concrètement aux demandes réitérées des personnes : avoir des appartements plus grands. Ainsi, l’appartement double de la Noé Rido a été attribué à une seule personne, ce qui nous obligeait à augmenter notre offre logement sans augmenter le nombre d’autorisations de places (pour l’instant). Ce nouvel appartement du Légué sera donc géré par le S.A.V.S. . L’année 2008 a été bien remplie au niveau des structures et celles à venir le seront davantage dans un contexte législatif qui sera à la fois de plus en plus contraignant et de plus en plus ouvert à répondre aux situations au cas par cas. Tous les membres du Conseil d’Administration et les professionnels de KER SPI ont à cœur de réussir cette belle aventure qui est de créer les conditions d’un avenir meilleur, d’apporter à ces personnes un confort physique, moral et psychologique dans les conditions de sécurité optimales.

- «A PARTS EGALES, levons les obstacles !» -

-4-

Flot d’infos - janvier 2009


Schéma départemantal 2008/2012 - synthèse SYNTHESE DU SCHEMA DEPARTEMENTAL D’ORIENTATION MEDICO-SOCIAL 2008/2012 (séance du 05/09/2008) - CONSEIL GENERAL Présents : Mrs LUCAS, HERISSARD, LEFRANC Volet Handicaps : L’élaboration du schéma a été le moment privilégié pour évaluer les dispositifs d’accompagnements des personnes en situation de handicap, tant en établissements qu’à domicile, apprécier l’adaptation des moyens existants aux besoins en matière d’établissement et de services, et enfin établir un état prospectif des attentes des personnes afin de déterminer des orientations quant à l’offre de services sur l’ensemble des Côtes d’Armor. Il s’attache plus particulièrement aux réponses pouvant être apportées aux adultes. Les travaux engagés dans le cadre de l’élaboration du schéma d’orientation 2008/2012 se sont articulés avec la loi du 11 février 2005 et la mise en place de la MDPH. Il est arrêté par le Président du Conseil Général, après concertation avec le Préfet et l’avis du CROSMS. Ceci interviendrait au premier semestre 2009. L’objectif visé est d’impulser au niveau du département les évolutions attendues en application de la loi du 02/01/2002 et de la loi du 11/02/2005. Les principes du schéma correspondent aux perspectives d’évolution dans lesquels les acteurs du dispositif départemental et tout futur projet de création ou d’extension d’établissements ou de services en direction des personnes en situation de handicap devront s’inscrire. Une large concertation entre les services de l’état et les représentants associatifs ont débouché sur les thématiques suivantes : *les besoins en établissements d’hébergement et d’accueil spécialisé *l’accompagnement à domicile. *La prise en compte du handicap psychique. *La citoyenneté et le cadre de vie des personnes handicapées. Sans être exhaustive, cette étude offre des ordres de grandeur assez fins pour déterminer les orientations des années à venir. Sans rentrer dans le détail des mesures mises en place (ce qui me prendrait 10 pages, pour information, notre département compte 50.000 personnes en situation de handicap recensées au niveau de la MDPH. L’âge moyen des personnes accueillies dans les établissements des Côtes d’Armor est de 40 ans (La moyenne d’âge des 35 résidants de KER SPI est de 36 ans).

Flot d’infos - janvier 2009

-5-


Les situations des jeunes appelés à sortir du dispositif « enfants » dans les 5 prochaines années, représentent un effectif de 320 personnes dont 273 ressortissants des Côtes d’Armor auxquels s’ ajoutent les personnes inscrites sur des listes d’attente : M.A.S : 150 personnes ; FAM : 173 ; FOA :89 ; ESAT:91. Les jeunes adultes aspirent à vivre dans un environnement adapté, en relation avec leur âge. Les solutions d’accueil en établissement ne représentent plus les seules offres possibles. Des alternatives deviennent envisageables. L’offre d’équipements et de services doit être diversifiée pour répondre aux demandes de plus en plus individualisées. Une large palette de solutions doit pouvoir être proposée à la personne en situation de handicap au regard de ses souhaits et projets. L’A.D.I.M.C 22 propose depuis maintenant plusieurs années une diversification de la prise en charge (SAVS, appartements intégratif) ainsi qu’un accompagnement adapté. Les orientations 2008/2012 vont renforcer cette idée de projets individualisés, d’espace de vie plus confortable, d’accompagnement à la carte. M.BIZIEN conseiller général, ex directeur de la Solidarité pour l’autonomie abonde dans notre sens en précisant, je cite : « on sent bien qu’il existe une volonté de maintien, voire de retour à domicile. Marie-Christine CLERET fait allusion à un organisme HLM qui pourrait construire des maisons répondant à cet objectif. Ce à quoi répond Mme BATTAS, « nous sommes tout à fait prêts à travailler avec les services du Conseil Général » Les travaux engagés par l’association, les personnes résidantes et les professionnels de KER SPI concernant les axes de développements et de progrès, confirment la bonne orientation de notre politique et sont en parfaite harmonie avec les orientations du Schéma Départemental. Nous souhaitons poursuivre cette politique en étroite collaboration avec les autorités de tutelle. D’ailleurs, tous les gestionnaires d’établissements et de services sont invités à se conformer aux orientations édictées, préconisées par le C.G et la D.D.A.S.S. Jean-Marie LEFRANC

Rubrique “législative” : CITOYENNETE, … EVALUATION, …. QUALITE, …. RECOMMANDATION DE BONNES PRATIQUES …., et alerte rouge sur notre secteur privé non lucratif avec la nouvelle loi HSPT ! La Loi 2002-02 du 02 Janvier 2002 et plus encore la Loi 2005-102 du 11 Février 2005 ont créé un nouveau critère dans la reconnaissance de l’action des établissements médico-sociaux : la citoyenneté. Ainsi, Yann ROLLIER, Directeur du CREAI1 de Bretagne, lors de ses interventions à KER-SPI dans le cadre de notre démarche qualité, nous précisait que les deux questions primordiales auxquelles nous nous devions de répondre pour chacun des bénéficiaires de Ker-Spi pourraient être les deux suivantes : 1) quels sont les freins et 2) quels sont les facilitants à la citoyenneté, c’est-à-dire à l’ouverture des droits et l’accroissement de la participation sociale ?

-6-

Flot d’infos - janvier 2009


Ces deux questions, ce pourrait être l’ANESM2 qui viendrait en vérifier la pertinence dans les mises en places institutionnelles. Non seulement d’ailleurs la pertinence pour analyser le fonctionnement institutionnel dans ses principes et ses détails mais aussi pour juger tout simplement de l’opportunité même de l’existence de l’établissement ! Ainsi, même si les actions sont positives, les autorités pourraient être amenées à considérer que tel ou tel établissement ou service n’a plus de raison d’être dans l’offre attendue ! D’où l’importance des schémas, des orientations pluri-annuelles afin d’être et de continuellement rester en adéquation « offres et besoins ». Rappelons qu’en 5 ans nous avons eu plus de textes législatifs qu’en 50 ans. Notre projet d’établissement se doit de prendre en compte de façon « dynamique » cette « grande marée » de lois et de règlements Dans cette profusion de textes, nous avons choisi, avec Jean-Marie LEFRANC, d’évoquer dans cette rubrique législative cette AGENCE de l’EVALUATION mais aussi l’une de ses missions : les RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES. Un rappel à destination des membres de l’ADIMC 22 et de tous les lecteurs de FLOT d’INFOS : toute personne intéressée par une question, notamment d’ordre législation sociale et médico-sociale, peut solliciter le B.D.I. KER-SPI « Bureau de Documentation et d’Informations » pour avoir connaissance des différents textes législatifs, résumés, critiques, articles, adresses de sites internet afin de répondre à toute interrogation ou besoin de complément d’informations. Consacrons donc cet article législatif à notre démarche qualité et aux recommandations des bonnes pratiques en soulignant, comme l’a fait M. LEFRANC dans son éditorial, la grande vigilance que nous nous devons d’avoir, face à cette nouvelle loi dite « HSPT » comme « HOPITAL, PATIENTS, SANTE & TERRITOIRE » ; Cette loi supprime tout simplement le secteur PRIVE NON LUCRATIF c’est-à-dire …. le nôtre ! Cet article vous donne quelques éléments clé de compréhension mais aussi afin de se tenir prêts à toute manifestation ! En effet, sans compréhension du Parlement ces jours-ci, notre secteur aura à se faire entendre ! C’est également cette loi qui remplacera en cette nouvelle année 2009 les actuelles A.R.H. (« Agences Régionales de l’Hospitalisation ») par les « A.R.S. » (« Agences Régionales Sanitaires ») qui, dorénavant, et c’est nouveau - incluent les établissements médico-sociaux budget « ETAT » (donc, par exemple, le « Forfait soins » de Ker-Spi), ce qui va considérablement donner de l’importance aux schémas régionaux « PRIAC ». Cette même loi supprimera les actuels « CROSSMS » (Commissions Régionales Organisation sociale et Médico-Sociale), passages obligés pour toute création d’établissement et/ou de service.

Notre « rubrique législative » se décline donc en 3 points : • •

la « démarche d’auto-évaluation & qualité » de Ker-Spi la présentation de l’ANESM : l’Agence Nationale de l’Evaluation et de la Qualité des Etablissements et Services Sociaux et Médico-Sociaux et ses « recommandations de bonnes pratiques professionnelles », notamment celle de la BIENTRAITANCE, la nouvelle loi « HSPT » : « HOPITAL, SANTE, PATIENTS, TERRITOIRES »

Flot d’infos - janvier 2009

- 7-


1 - La démarche qualité à KER-SPI Nous avons déjà eu l’occasion de vous présenter la démarche qualité de KER-SPI. Voici des schémas « rappels » de cette démarche, démarche en voie de finalisation : ainsi nous sommes en mesure de présenter aux autorités notre première auto-évaluation. Ces auto-évaluations sont obligatoires pour tout établissement. En effet, l’article L.312-8 du code l’action sociale et des familles crée cette obligation légale pour les établissements d’évaluer la qualité de leurs prestations. aux autorités compétentes. Une évaluation externe tous les 7 ans doit avoir lieu par des organismes extérieurs et indépendants. Le renouvellement, tous les quinze ans de l’autorisation - ce qui permet à l’établissement d’exister - est dorénavant subordonnée aux résultats de cette évaluation externe. En tant qu’adhérent et administrateur au CREAI de BRETAGNE, nous avons été sensibilisés aux intérêts que présente le dispositif mis au point par l’A.N.CREAI (l’Association Nationale des CREAI). Ce partenariat nous a permis de développer la sensibilité des professionnels à la notion d’évaluation. La proposition de l’ANCREAI : la « formation participative à l’évaluation » avec son logiciel « PERICLES » (comme « Participation à l’Evaluation Référencée et Interne Conforme à la Loi, des Etablissements et Services »). L’évaluation interne participative est alors un processus dynamique pour passer en revue tous les éléments d’un dispositif d’intervention et d’améliorer les réponses aux besoins avérés des personnes accueillies et accompagnées. L’évaluation, dans nos métiers de relation d’aide aux personnes, ne va pas tant que ça de soi ! C’est pourquoi chaque dispositif d’intervention doit être revu de temps en temps pour évaluer le lien entre objectifs et moyens, et là, nous sommes dans l’évaluation de la cohérence. Le schéma suivant souligne les différents types d‘évaluation et les liens entre « besoins et objectifs », « objectifs et moyens » et « moyens et résultats » :

Diapositive 1- Schéma Evaluation «besoins/objectifs/résultats»

-8-

Flot d’infos - janvier 2009


Par ailleurs, l’évaluation a un sens : il faut montrer quelle est la valeur du dispositif d’intervention. Le côté « obligation légale » est clair par la loi 2002-02 d’où l’importance du choix de la méthode à utiliser pour cette évaluation interne et souligner toute son importance : Jusqu’à symboliser ce lien par l’image d’un pont :

Diapositive 2 - L’évaluation ... sur le pont !

Pour la mise en place concrète de cette « formation participative à l’auto-évaluation », nous avons opté pour un « groupe transversal » représentatif de l’ensemble des acteurs de KER-SPI. Ce groupe est constitué des membres de la Commission-Projet de suivi du Projet d’Etablissement auquel s’est adjoint la secrétaire et le directeur. PERICLES permet de passer en revue « TOUT » le dispositif d’intervention en 3 parties : Partie I : Le service rendu à la personne (interventions individuelles et/ou collectives, le registre des interventions, la participation, l’appui ou la suppléance, la continuité et la complémentarité des interventions, …) Partie II : Les projets et les droits des personnes (avec notamment l’obligation de prévention de la maltraitance, les différentes garanties et responsabilités), Partie III : Les ressources (ressources humaines, architecturales, logistiques, financières, de l’environnement,…) Pour l’ensemble de ces points (plus de 700 items !) le logiciel « PERICLES » - avec son « barème de satisfaction » - permet de mettre en valeur les points corrects, les points forts et les points faibles de l’organisation. La présentation informatique agréable permet de sortir un document synthèse regroupant et mettant en valeur les nécessaires « AXES de PROGRES ».

Flot d’infos - janvier 2009

-9-


2 - L’ANESM et ses RECOMMANDATIONS DES BONNES PRATIQUES

L’ANESM : késako ? L’A.N.E.S.M., c’est l’Agence Nationale de l’Evaluation et de la qualité des établissements et services Sociaux et Médico-sociaux ; elle a pour mission de développer une culture de la bientraitance dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux visés à l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles. Pour mener à bien cet objectif, elle oriente prioritairement son action en faveur des usagers : agir pour que ceux qui usent, dans la plupart des cas malgré eux, des prestations des établissements et services, en soient des bénéficiaires.

A ce jour, et l’agence va multiplier ses publications de façon exponentielle, a éditer 5 RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : Le 13/05/2008 : • Mise en oeuvre de l’évaluation interne dans les établissements et services visés à l’article L312-1 du code de l’action sociale et des familles. • Expression et participation des usagers des établissements relevant du secteur de l’inclusion sociale Le 07/08/2008 : • La bientraitance: définition et repères pour la mise en œuvre. • Conduites violentes dans les établissements accueillant des adolescents: prévention et réponses. • Mise en oeuvre d’une stratégie d’adaptation à l’emploi des personnels au regard des populations accompagnées. Pour mener à bien ces missions, l’agence dispose de moyens humains (une vingtaine de personnes composeront l’effectif d’ici la fin de l’année) et de moyens financiers propres (3.2 millions d’euros de budget pour 2007)

les 5 recommandations de bonnes pratiques déjà en cours

- 10 -

Flot d’infos - janvier 2009


Allez visiter son site internet : www.anesm.sante.gouv.fr ou contacter le « B.D.I. » de KER-SPI pour avoir connaissance des travaux de l’ANESM. La démarche qualité de KER-SPI, par le logiciel PERICLES de l’ANCREAI respecte bien sûr les textes législatifs mais s’élabore aussi sur les recommandations de bonnes pratiques, qui elles-mêmes, sont des référentiels, qui posent de façon très intéressante les différents items à prendre en compte dans nos missions d’accueil , d’accompagnement et de prise en charge. 1 2

C.R.E.A.I. : Centre Régional d’Etudes et dActions sur les Inadaptations et les handicaps ANESM : Agence Nationale dde l’Evaluation Sociale & Médico-sociale

3 - La BIENTRAITANCE La notion de « BIENTRAITANCE » fait l’objet de nombreux écrits. Les professionnels de KER-SPI abordent très souvent le sujet et ce, heureusement, depuis l’ouverture du foyer, c’est-à-dire sans avoir attendu l’obligation de la démarche qualité. Nous organisons bon nombre de rencontres à ce sujet. KER-SPI et le Foyer d’Accueil Médicalisé de BEAUBOIS se sont cooptés d’ailleurs pour organiser une prochaine journée d’étude le 29 Janvier 2009 sur ce thème pour leurs deux équipes professionnelles avec ouverture aux autres établissements costarmoricains. Dans le cadre législatif qui invite les institutions des champs sanitaires et médico-sociaux à mettre en place et en œuvre une culture de la bientraitance et une vigilance quant à la maltraitance, ces réflexions prennent toute leur importance. Parler de bientraitance, c’est aussi se questionner sur la maltraitance et donc sur « la violence ». L’invité, conférencier et animateur de notre journée d’étude, le philosophe Jean-François MALHERBE nous permettra d’aborder cette question de la violence et notamment de considérer que moins que de penser qu’il n’y a pas ou ne doit pas avoir de « violence » part justement du fait qu’elle est présente et qu’il nous convient de la rendre constructive ! Ainsi, si « les arts du soin désignent non seulement l’art infirmier et l’art médical, mais aussi des accompagnements humains de tous types : police de proximité, psychothérapie, éducation, soutien juridique, prévention, etc… réalisons que toutes ces pratiques ont affaire à la violence. Qu’elles tentent, de prime abord, de neutraliser. Mais l’intruse est tenace et sa résistance durcit en proportion de l’effort qu’on lui propose. Elle devient ainsi le cauchemar des praticiens des arts du soin. Le propos de Jean-François MALHERBE soutient que la violence est coextensive à la vie et que tenter de s’en débarrasser est vain. Il propose cependant de bien distinguer violence constructrice, qu’il s’agit de respecter, voire de cultiver, et violence dévastatrice. Et il suggère enfin une méthode pour convertir celle-ci en celle-là, ce qui permet de redéfinir l’éthique précisément comme le travail par lequel s’opère cette radicale transmutation ».

Lors de notre rencontre, Jean-François MALHERBE nous aidera à réfléchir sur ces concepts et cliniques de bientraitance, de violence diabolique et de violence symbolique au travers d’une présentation

Flot d’infos - janvier 2009

- 11 -


conceptuelle fournie et rigoureuse mais également illustrée par des vignettes d’ordre éducatif et thérapeutique

Cette rencontre sera l’opportunité de présentations, par les professionnels, de situations problématiques qui ont en commun de résister à cette lutte contre les violences diaboliques. Compte-rendu dans le prochain journal « FLOT d’INFOS »

Né à Bruxelles en 1950, Jean-François MALHERBE est docteur en philosophie (Louvain, 1975) et en théologie (Paris, 1983). Il est actuellement professeur d’éthique clinique à la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de l’Université de Sherbrooke au Québec. Il a publié de nombreux ouvrages d’éthique de philosophie traduits en plusieurs langues, notamment « Déjouer l’interdit de penser », « Les ruses de la violence dans les arts du soin », « L’incertitude en éthique », « Sujet de vie ou objet de soins ».

4 - La loi «HSPT : Hopital Santé Patients Territoire» Antoine DUBOUT, Président de la FEHAP : la FEDERATION DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS ET D’AIDE A LA PERSONNE PRIVES NON LUCRATIFS à laquelle nous sommes adhérents et représenté par le directeur à la Délégation Régionale et à la Commission Nationale des Personnes en situation de Handicap, tire la sonnette d’alarme au sujet de la Loi en cours de discussion en ce mois de Janvier 2009. S’il ne fait aucun doute qu’il était nécessaire d’engager une réforme de l’hôpital, le projet de loi « H.P.S.T. : HOPITAL SANTE PATIENTS TERRITOIRE confronte les établissements privés à but non lucratif à des interrogations majeures sur leur devenir. En effet, ce projet de loi ne fait plus référence à la notion d’établissement PSPH c’est-à-dire « Participant au Service Public Hospitalier ». Nous faisons donc partie de ce secteur alliant « gestion privée » et « service de l’intérêt général » entre le secteur public et le secteur lucratif « commercial » (où les bénéfices sont partagés par les actionnaires). Or, cette nouvelle loi n’évoque même plus l’existence de notre secteur privé non lucratif ! Pourtant les établissements privés à but non lucratif assurent 15% des capacités d’accueil du secteur et 56% de celles du social et du médico-social ! Cette contribution à maintenir sur l’ensemble du territoire une offre de soins à tous est donc remise en cause. La FEHAP a donc saisi les parlementaires pour proposer la création d’un nouveau statut juridique d’ « Organisme Privé d’Intérêt Collectif » dans les domaines de la SANTE et de l’AIDE à la PERSONNE. Cette proposition revêt beaucoup d’intérêt car la mise en place – par cette même loi – des ARS : AGENCES REGIONALES de SANTE pour décloisonner les secteurs « santé » d’une part et « médicosocial » d’autre part rend très pertinent l’émergence d’un cadre juridique réunissant l’ensemble des acteurs non lucratifs autour de quelques principes de fonctionnement communs. Cette même loi met en place les CHT : Communautés Hospitalières de Territoire Restons donc vigilants comme nous y invitent Jean LUCAS notre Président et notre éditorialiste Jean-

- 12 -

Flot d’infos - janvier 2009


Marie LEFRANC, administrateur responsable des structures.

La disparition des CROSMS (Comités Régionaux d’organisation Sociaux et Médico-sociaux) n’offre pas les garanties nécessaires à la bonne insertion de notre champ médico-social. Ne serait-ce que par la disparition justement de la représentation des professionnels et des personnes concernées par le handicap dans les nouvelles instances ARS ! Les autorisations d’activité seraient désormais confiées à une « Commission d’appel à projets » ! Système, qui, nous le savons bien, est basé sur un cahier des charges définis d’’ « en-haut » qui compromet sérieusement toute innovation et toute capacité à proposer des réponses adaptées à l’environnement local. Si ce système avait déjà été en place : notre S.A.V.S. « avec résidence adaptée » et fonctionnement spécifique n’aurait certainement jamais vu le jour ! Ces éléments de la loi HSPT sont issus des documents de la F.E.H.A.P. (renseignements plus complets sur le site : www.fehap.fr) Affaires à suivre de très près ! Pierre HERISSARD Directeur

La vie associative : Le Conseil d’Administration (C.A.) Lors de l’AG annuelle de notre association du 07/06/2008, le Conseil d’Administration a été réélu à main levée. Toutefois, Mme Michèle COUPEY, Vice-présidente a démissionné de celui-ci, appelée à d’autres responsabilités associatives. Un grand merci à Michèle pour toutes ses années passées au sein de l’association où elle a toujours fait preuve d’esprit d’ouverture, de lucidité et de stratégie associative. Administrateurs réélus Mesdames LE DILY Annie, AUBEL Anne-Marie, FICHOU Katell, JEHANNO Maryvonne, LE CAM Sylvie, THOMAS Florencia ; Messieurs LUCAS Jean, ADAM Daniel, LEVARD Patrick, PEPIN Jean-Yves, BELLEC Guillaume, LEFRANC Jean-Marie. Le 11 juin 2008 : 1er Conseil d’Administration et en conformité avec les statuts de l’association, l’élection du bureau a donné les résultats suivants : Président : Vice Présidents : Trésorier : Trésorier Adjoint : Secrétaire :

Flot d’infos - janvier 2009

M. LUCAS ; Mme JEHANNO Maryvonne ; Mme AUBEL Anne-Marie ; M. ADAM Daniel ; Mme LE DILY Annie ; Mme FICHOU Katell ;

- 13 -


Secrétaire Adjoint : M. BELLEC Guillaume. La Commission Technique de Gestion (C.T.G.) Sa composition : M. HERISSARD Directeur ; M. LUCAS, Président ; M. ADAM, BELLEC, administrateurs ; Mesdames LE DILY, AUBEL, FICHOU, administrateurs Quatre réunions annuelles régentent cette commission, le débat porte principalement sur la discussion et l’approbation du budget de l’établissement. L’article 17 de nos statuts prévoit le rôle décisionnel de cette instance en termes d’éléments budgétaires. Son rôle décisionnelle doit être avant tout et malgré tout en parfaite osmose avec les orientations budgétaires mises en place par le Directeur qui lui, est le garant des intérêts de l’établissement auprès des institutionnelles.

Le Conseil de la Vie Sociale (C.V.S.) Le C.V.S. s’est réuni le 9 octobre 2008, pour élire ses nouveaux membres. Une réunion trimestrielle permet de proposer, soumettre, participer à toutes actions tendant à améliorer la vie du foyer. Collège «foyer Ker Spi» : Melle LERAY Marie-Claire - Vice Présidente - , Melle PLAIGUE Sophie, M. GRAINDORGE Mathieu, M. LABBE Yannick. Collège «Noé Rido» : Mlle PEPIN Katell, M. POILPOT Jean-François. Collège «Appartement» : Melle LE BIHAN Anne-Gaëlle - Présidente. Collège « Famille : Mme TCHOUKRIEL Murielle, M. HERVY Henri, M. GRAINDORGE Jean-Claude - Vice-Président. Collège personnel : Melle LEMEUR Edith, Mrs BEGUIGNEAU Pierre-Yves, MESSAGER Denis, POILVET Jean-François. Collège ADIMC 22 : Mrs LEVARD Patrick, BELLEC Guillaume. Voix consultatives : Mrs HERISSARD Pierre, ROBERT Thierry.

- «Ensemble tout le monde y gagne» - 14 -

Flot d’infos - janvier 2009


Rencontre 2 juin 2008 : Cette journée a pour but une rencontre entre les personnes résidantes et locataires, les parents et les professionnels et c’est une première dans le sens cela se fera autour d’un thème commun : La question de la place de chacun. Il y a une préparation, un travail préalable avant cette journée où se fera la restitution et qui sera un moment de convivialité, notamment autour du repas. Nous allons voir comment chaque groupe peut parler de ce thème Nous sommes à des places différentes et avons un regard et des façons de penser différentes. Nous allons donc essayer d’écouter d’autre dans son point de vue, de mieux le comprendre, même si l’on adhère pas. Il y aura trois entités plus un tier, un clown qui apportera son regard décalé, qui dira ce qu’il à pensé de nos propos. Trois personnes animent les groupent de travail : - Anne Plouzennec (groupe «résidants») - Armelle Fresnais (groupe «parents») - Pierre Coupey (groupe «professionnels»)

Réunion de rentrée des Professionnels de Ker Spi : Le mardi 16/09/2008 a eu lieu la rentrée des professionnels. Ce rituel annuel a pour objectif la rencontre privilégiée des professionnels et du personnel avec le Directeur ; Sont invités le président de l’ADIMC 22 et les administrateurs. Au menu, M. HERISSARD rappelle les points forts 2008/2009 : Orientations 2008/2012, réflexions, partenariats entre tous les acteurs ; travail d’équipe ( « esprit », commission, projet, veille législative, analyse de pratique, fiche de poste, transmission du savoir,..), actions de consolidation, accueil des nouveaux professionnels. Cet espace d’échanges, de discussions, d’esprit d’équipe, d’accueil, me rappelle cet homme admirable qu’était JEAN VANIER (Fondateur de l’ARCHE) grand rassembleur. Jean Vanier est au confluent de bien des réalités humaines ; professeur de philosophie, de théologie. Plongé dans l’univers des personnes handicapées, il a touché la souffrance et la détresse des personnes handicapées et de leurs parents, quelle que soient leur nationalité ou leur religion. Sa pensée est de plus en plus universelle et centrée sur l’Homme, sur l’humanité de chacun.» Nous incarnons quelque part ces valeurs humanistes. Voici un de ses innombrables recueils : «Accueillir quelqu’un, Ce n’est pas le prendre pour l’étouffer Ou le changer selon mes idées et ma façon de voir, Accueillir, c’est donner de l’espace à l’autre à l’intérieur de moi, Pour qu’il puisse m’apporter quelque chose Et, par le fait même, me transformer un peu ;» JEAN VANIER

Flot d’infos - janvier 2009

- 15 -


KER SPI au quotidien..... Rencontre inattendue et inoubliable Ker-Spi est vraiment un puits de rencontre culturelle exceptionnelle... Recevoir dans l’établissement des « MASSAÏS » est complètement hétéroclite. Trois d’entre eux sont venus de la région de Siana (à la frontière entre le Kénia et la Tanzanie) pour faire connaître un projet de promotion de leur territoire et de leur culture mené avec Terra Natura une ONG de Pordic (22). Après les Champs Elysées, à Paris le vendredi18/07/2008, Samuel Sekerot Ole Mpetit, son cousin Koitumet et Kkoileken Ole Kiu ont débarqué au foyer KER SPI le samedi 19/07/08 pour une visite très colorée. Souvent médusés de les voir là, dans leurs tuniques rouges et leur trophées de guerre ; sagaie, bouclier, coiffe en poil de lion, signe de leur bravoure, les personnes résidantes et nous même en sommes toujours submergés de bonheur. Une anecdote savoureuse qui nous a fait bien rire ; l’un d’entre eux a essayé un fauteuil électrique, il a pris peur, n’a pu l’arrêter et a fini sa course dans un bosquet. Il serait bon que nos décideurs essaient un jour la conduite d’un fauteuil, peut-être que l’accessibilité s’améliorerait plus vite…. A méditer....

- 16 -

Flot d’infos - janvier 2009


Les Arts Plastiques Les activités culturelles proposées aux personnes résidantes de Ker Spi font l’unanimité. Une forte demande s’est orientée sur l’atelier peinture dirigée par Madame Patricia INGENUO. Le groupe est composé de mesdemoiselles Françoise Braud, Séverine Rivoal, Marie-Claire Leray, Véronique Ruben, Stéphanie Rondeau, Nolwenn Lucas, Messieurs Jean-Claude Jacomino et Phillippe Le Carré. Une merveilleuse aventure est en cours. Partis ensemble pour «dessiner», l’animatrice fut surprise par leur envie de savoir, leur présence assidue aux cours, leur envie de créer, leur imagination souvent débordante, tout ceci ne lui a pas échappé. Par différentes méthodes pédagogiques, elle a réussi au fil des séances à extraire le meilleur de chacun. La traduction de ce travail entrepris depuis l’été 2004 est avant tout la démonstration qu’être en situation d’I.M.C. est tout à fait compatible à la pratique de l’art sous toutes ses formes, il suffit de réveiller en eux des sensations enfouies au plus profond d’eux-mêmes. Fort de ses constatations, Patricia décide de leur proposer un objectif supplémentaire qui serait l’aboutissement de leurs efforts consentis. Voilà comment est née l’exposition Peinture qui s’est déroulée du 16/05 au 16/08/ 2008 à Ker Spi. L’inauguration a eu lieu en présence de personnalités : M. Kerdraon, Maire de Plérin, Paul Quéméré, Conseillère Générale, Didier Le Buhan, Conseiller Régional, Philippe Faisant, Vice-Président de la Cabri, Jean-Marie Benier, Adjoint à la Culture et Gilbert LeRoux, Conseiller Municipal. Une trentaine de toiles dont l’inspiration dépasse parfois notre imaginaire ont émerveillé à la fois un public averti et forcé notre admiration par la diversité et la densité émotive de certaines peintures. Les projets de l’atelier Arts Plastiques au sein du foyer sont nombreux. Le 03 décembre 2008, l’ensemble des œuvres sera exposé à l’A.F.P.E de ST-BRIEUC. Ensuite, un projet d’expo au centre culturel de Plérin « LE CAP » courant 2009 et peut être l’expo se déplacera jusqu’à RENNES au centre de formation d’Ergothérapie. L’objectif à atteindre étant d’exposer dans une galerie sans étiquette (handicap). Nous sommes ravis du dynamisme de cet atelier et souhaitons qu’il crée une émulation positive. Nous remercions encore Patricia Plasticienne Collagiste, animatrice d’atelier dans le champ socio-éducatif et Aurélia, Aide Médico-Psychologique.

- «Si je diffère de toi, loin de te léser, je t’augmente» ST-EXUPERY Flot d’infos - janvier 2009

- 17 -


Deux nouvelles têtes ! Mrs Mathias BOIVIN AUBEL ET Jean-Sébastien ADAM, deux transfuges du C.H.M de Plérin ont intégré les locaux du foyer KER SPI au cours du premier semestre 2008. Nous leur souhaitons la bienvenue au sein de l’établissement. Leur arrivée dans l’établissement a fait l’objet de plusieurs stages préalables, l’intégration s’est faite en douceur, ils s’expriment dans des termes

flatteurs pour leur accueil et leur accompagnement. Chacun d’entre eux a trouvé ses marques. Ils souhaitent bien connaître l’établissement avant de s’inscrire dans un autre projet de vie. Ils apportent leurs différences, leurs expériences. Un enrichissement dont tout le monde profite.

«Je me sens bien, je me plais !» Jean-Sébastien

Mathias

Portrait : Mathieu Graindorge réside à Ker-Spi depuis maintenant 10 ans.

Mathieu, Défi Voile 2008

Il s’est attaché à mettre ses capacités au service du foyer et est apprécié pour cela. Ses goûts pour la musique et la pratique de l’informatique l’ont amené à intégrer l’atelier de communication et l’activité radio, notamment la partie technique. Mais nous pourrions citer d’autres «disciplines» qu’il pratique, notamment la grande maîtrise de la graine et de l’arrosoir (activité «serre et jardin») et la souplesse du poignet dans le maniement du fauteuil électrique «option foot» (activité qui a été mise en place grâce à lui d’ailleurs... ). Mathieu étant un homme moderne, comme il se doit, maîtrise l’internet et ses outils qui lui permettent d’étendre ses connaissances, d’être au fait de l’actualité (7è art, musicale.. ) et de maintenir le contact avec son réseau d’amis. Nous pourrions ajouter encore une pratique du grand écran, un goût particulier pour le Golden retriever (ndlr : vous savez, celui qui ressemble à un Labrador à poils longs... mais bon, attention.. ce n’en est pas un !!) et un suivi footballistique pour compléter ce portrait. Ce n’est qu’un aperçu rapide, à vous de découvrir le reste.... Bonne continuation Mathieu !

- 18 -

Flot d’infos - janvier 2009


Jumbo Run Le 21 septembre dernier, 50 side-car et motos, 120 participants ce sont élancés sur les routes du départements, objectif : l’Ile de Bréhat et une superbe journée ! Organisé par Le Moto Touring Club de Plérin, ce 3ème jumbo run avait pour but une grande balade autour du Goêlo et de la Côte de Granit Rose, en side-car, avec un déjeuner sur l’ile de Bréhat ! Ce fut également un grand moment de rencontres et de partages entre motards et passagers d’un jour ! Si l’on ajoute un superbe soleil, deux sympathiques motards de la Police Nationale et des professionnels au top, cette journée fut parfaite ! Nous remercions chaleureusement «les side-caristes», venus de loin parfois et le MTC !! Vanessa en trike Quelques commentaires : Jean-Sebastien : «c’était super, mais un peu bruyant sur la fin.... beaucoup de secousses qui surprennent ! le temps a été très agréable aussi ! la sensation d’être collé au siège quand le side-car accélère, c’est génial !» Franck : «je me suis bien éclaté ! la journée a été bien, le side ça m’a bien plus !!» Mathieu : «C’était vraiment super !»

Mathias en side-car

Projet “Martinique 2008” : L’association «Rêve Bleu» organise pour la 2ème fois un voyage en Martinique. L’idée de ce projet «Martinique 2008», est de proposer un séjour de plongée à des plongeurs handisport venant de différents horizons : les plongeurs de l’IEM du Centre Hélio Marin, les plongeurs de Ker Spi, les plongeurs du Centre de Rééducation de Trestel et les plongeurs du club de plongée sous marine l’Epave de Saint-Brieuc. Le séjour se déroulera principalement dans la commune les Trois Ilets, située au Sud Ouest de l’île de la MartiFlorencia et Béatrice, encadrante plongée nique, au bord de la baie de Fort de France, côté mer caraïbe et face à la capitale Martiniquaise. L’hébergement est prévu à l’hôtel Bambou (au lieu-dit l’Anse Mitan) qui est composé de plusieurs bungalows et les accès sont aménagés ce qui permet le libre déplacement des personnes en fauteuils roulants électriques. Environ 85 personnes sont du voyage, qui a lieu du 21 juin au 5 juillet 2009. Pour Ker Spi, 7 personnes résidantes (5 plongeurs) et 7 professionnels sont inscrits.

Flot d’infos - janvier 2009

- 19 -


Week-End “voile” (27-28 septembre 2008) Soleil, Mer belle et équipage en forme ! Grâce à l’étroite collaboration entre Laurent Delmas, le Club Nautique de Binic et le port de SaintQuay, des personnes de Ker Spi et quelques «invités» ont pu passer une journée en mer, goûter aux joies du bruit du vent dans les voiles, du clapot contre la coque et de l’apéro en pleine « nav » ! C’est une grande première qui est amenée à se renouveler ! la participation des skippers, leur bonne humeur et générosité a permis d’embarquer une quinzaine de personnes sur deux jours. Une partie d’entre elles n’avaient jamais navigué sur des voiliers et le principe de l’embarquement à la journée est idéal pour cela, limitant les besoins en aménagement. Au programme du samedi, 7 bateaux sortis (Corduc, Stéphanie et Françoise, à la barre, sur «Corduc» Derzou, Indigo, Iriade, Korrigan, Oberen et Ua Pou), grand beau temps, mer calme, départ au moteur ; le vent se lève, force 4 à 5 et les premiers «maux» se font sentir.... retour au port pour Korrigan et Oberen, les autres continueront jusque devant Brehec avant de faire demi-tour. Le dimanche fut également très beau et le vent a permis un départ sous voile pour Corduc, Ua Pou, Oberen, avec une mer calme, direction «La Mauve» puis Gwin Zegal (mouillage sur pieux de bois, dont l’origine remonte au 5ème siècle, aujourd’hui classé au patrimoine maritime) où apéro et pique-nique nautique se sont déroulés sous un soleil d’été ; de quoi apprécier à sa juste valeur ce petit coin de paradis... ! «Gwin Zegal»

Nous remercions sincérement les skippers du Club Nautique de Binic pour ces deux jours ! Tout le monde (même les «nauséeux»... ) a passé de très bons moments à bord des voiliers ! A cette «première» n’a plus qu’à être ajoutée une «deuxième» !!

« Ua Pou » Laurent, Christian, Yannick et jean-Pierre (skipper)

- 20 -

Flot d’infos - janvier 2009


Clin d’oeil aux bénévoles L’A.D.I.M.C. 22 et le foyer Ker Spi vivent grâce aussi à de nombreux bénévoles. Nommons en premier lieu les administrateurs : dirigeants bénévoles, assurant tant l’animation que de nombreuses responsabilités dans la conduite de l’association et des établissements et services. Nommons aussi des Plérinais fidèles à proposer leur aide pour l’accompagnement des personnes résidantes à la messe dominicale ou à d’autres déplacements ou animations. Un grand Merci à vous, Mme et M. Delahaye, Mme Mignard, Mme....

Un grand Merci aussi à tous les bénévoles des Bals. Georges Thomas, leur manager les remercie luimême dans cette rubrique et vous raconte quelques anecdotes. Un autre coup de projecteur à un nouveau bénévole bien apprécié au foyer Ker Spi, M. Jean-François Lencauchez. Nous le voyons autant à l’atelier photo, à l’atelier radio, aux jeux de société, aux sorties, au jumbo run, au théatre.... Sa présence aussi discrète que rayonnante nous a amené à l’interviewer.

Interview de Jean-François Lencauchez Peux-tu te présenter succinctement (ou plus … ) ? Pour beaucoup de résidants, je suis François, « François le bénévole ». Plus précisément, je me nomme Jean-François Lencauchez. Je suis père de trois enfants et quatre fois grand-père. J’ai 65 ans…Et je trouve que j’ai beaucoup d’années pour mon âge, comme disait Louis Pauwels… 2008 me voyait atteindre le moment où l’on est invité à faire place aux jeunes. Mon métier de médecin n’a offert une telle richesse de rencontres que je me voyais mal risquer de transformer une retraite en retrait. Ma profession, mon éducation, mes lectures m’ont fait prendre conscience de l’importance, de la nécessité des autres pour nous construire, et pour tracer notre chemin de vie. Depuis déjà longtemps, j’avais prévu de consacrer une partie de cette liberté de temps à des actions de bénévolat. Il me restait à faire le choix parmi toutes les possibilités, tout en souhaitant ne pas risquer d’empiéter, quelque soit ce choix, sur le domaine des professionnels en place. Comment as-tu connu le foyer ? Etant plérinais, j’avais entendu parler du Foyer KER SPI de longue date, mais sans connaître la structure, ni celles et ceux qui y résident ou y travaillent. Quelques sorties en bateau avec mon ami Eric LE FORESTIER, alors curé de Plérin, m’avaient permis de lui parler de mes projets ; il m’a encouragé dans la démarche d’une « candidature spontanée » auprès de l’équipe de direction du Foyer qu’il connaissait bien. Dès le lendemain du courrier adressé au directeur, j’avais, sur ma messagerie, la proposition d’une rencontre. As-tu été bien accueilli (pas que le 1er jour… ) ? Il n’est pas évident pour le « candidat-bénévole » de s’intégrer dans un environnement totalement inconnu. Tant de visages nouveaux ; tant de noms à mémoriser… Le risque de ne pas être apprécié. Il n’est pas évident pour les résidants, encore plus pour les professionnels, d’accueillir un inconnu dont

Flot d’infos - janvier 2009

- 21 -


la démarche peut paraître étrange puisque, sauf erreur de ma part, elle ne connaît pas de précédent dans le Foyer. Mon premier contact fut avec Thierry, le responsable administratif…. : «Bonjour Monsieur »… Dix minutes plus tard nous proposions d’un commun accord d’user de nos prénoms et de bannir le vouvoiement…Ceci donne une idée de la qualité de mon premier « entretien » au sein de Ker Spi. Par la suite, de semaine en semaine, les bonjours et les sourires se sont faits plus chaleureux, de la part des professionnels comme de la part des résidants. Quelques regards interrogateurs, que je comprenais fort bien, ont fait place bien vite à des regards de bienvenue. Avais tu une idée de ce que pouvait être un foyer ? Sans prétention, je crois pouvoir dire oui. Mon métier de médecin m’a fait côtoyer la souffrance, la maladie, les infirmités, les handicaps. Mais ma profession me faisait rencontrer des personnes ; des individus. J’avais donc à découvrir la « vie » dans un foyer. Pourquoi as-tu souhaité faire du bénévolat dans un foyer pour personnes handicapées ? Mon souhait – et certains pourront penser qu’il est égoïste – était l’insertion dans un bénévolat qui permette des contacts, des échanges. J’ai beaucoup d’admiration pour celles et ceux qui proposent leurs services dans une association en tant que secrétaire ou trésorier, mais… Disons que je me sens plus à l’aise avec les humains qu’avec les chiffres et les comptes-rendus ! Mon choix aurait pu se porter sur une maison de retraite, sur une action d’aide aux jeunes en difficulté. Ma « candidature » à Ker Spi ayant été retenue, j’ai accepté … Et, si je peux vous confier un secret, je ne le regrette aucunement. Que pensais-tu faire en arrivant au foyer ? Je n’avais pas de programme arrêté et j’étais ouvert à toute proposition. J’avais dans mon bagage quelques idées concernant le traitement de l’image (photo ; diaporama), ma passion pour la musique ; mais avant tout du temps libre et donc une certaine disponibilité. Et, encore une fois, je souhaitais avant tout ne pas risquer d’empiéter sur le domaine des professionnels, sans exclure, en espérant même, une coopération, une collaboration avec eux. Quel est ton rôle de bénévole au sein du foyer ? Inscrit dans un premier temps comme « assistant » dans l’atelier photo, j’ai pu, avec l’accord chaleureux de tous les encadrants, participer à l’atelier radio, animer des jeux de société, et jouer le rôle d’accompagnateur pour des sorties d’un résidant. Mon métier me permet de mettre mes compétences à disposition de l’équipe à l’occasion de sorties collectives comme le « Jumbo-Run » de septembre 2008. Un projet d’atelier de création musicale sur ordinateur verra peut-être le jour prochainement. Tu as apporté ta personnalité, tes idées au foyer, est ce que les personnes du foyer t’ont apporté des choses ? Simplicité et familiarité me viennent à l’esprit : Quelle belle vertu que la simplicité ! Quelle belle leçon de la part des résidants, dans un monde où

- 22 -

Flot d’infos - janvier 2009


règne si fortement l’artifice, le rôle qu’on se donne à jouer, le paraître plutôt que l’être. Familiarité dans le sens noble de ce terme. J’ai vraiment l’impression d’avoir été accueilli dans une famille plus que dans une structure. Et je pense, en disant cela, aux professionnels autant qu’aux résidants. J’y ajouterais volontiers un sentiment d’admiration devant le sourire et la gentillesse de personnes si fortement éprouvées par la vie. Et pour finir une question vide. C’est-à-dire que tu réponds à la question que tu aurais aimé avoir, ou alors tu nous dis ce qui te tiens à cœur.. Me sera-t-il donné la permission de remplacer cette question par un espoir et un merci ? L’espoir de pouvoir poursuivre cette coopération tant que je serai accepté, accueilli, et que j’en aurai les capacités. M’est-il permis de souhaiter que, pour moi aussi, Ker Spi soit la « maison de l’Espoir » ? Et un grand merci à toute l’équipe des professionnels et des résidants. Donner et recevoir, c’est le sel de la vie. C’est LA VIE.

Compte rendu du BAL du 18 janvier 2009 à la salle des Forges à BOURBRIAC Depuis déjà un certain temps, l’orchestre DOMINIQUE MOISAN anime le bal que l’A.D.I.M.C.22 organise. Tous les ans, cette journée demande beaucoup d’énergie de la part des bénévoles que je tiens ici à remercier parce que c’est le premier bal de la saison, tout en sachant qu’il y en a encore deux autres : le 8 mai 2009 à PLOUAGAT avec DOMINIQUE MOISAN et le 27 décembre 2009 à PLOUAGAT. Quand je parle d’organisation, je sais de quoi je parle ! 20 personnes au total pour seulement un dimanche après-midi. 3 percolateurs de café : 48 litres de café. 36 de lait, 11 douzaines de crêpes, gâteaux confectionnés par les bénévoles ou parents de personnes résidantes. Merci de votre participation. Je tiens à remercier tous les bénévoles qui, dès le matin viennent mettre les tables et chaises en place dans la salle pour les danseurs mais également au sous sol (accès peu pratique !) ; mais la restauration est importante pour la pause «sacrée» d’1/4 d’heure de l’après-midi : crêpes, gâteaux, café, chocolat. Merci tout d’abord à M. Yves LE DORNER, M. NIGUINEN qui sont venus mettre en place les tables et chaises le matin. Merci à Dédé, à Juliette, à Yvonne, à Renée, à Mme LE BIHAN, à Albert et Paulette PESRIN pour les bons gâteaux, surtout le flan avec de vrais œufs de ferme ! Merci à Marie, elle se reconnaîtra, à Daniel (trésorier de l’A.D.I.M.C.22 ) et Louise ADAM, parents de Jean-Sébastien (personne résidante au Foyer Ker-Spi), M. et Mme LERAY. Sans oublier Jean-Yves PEPIN et son épouse qui ne sont pas venus à cause de la grippe, Bernard RIVOAL également Toujours fidèles depuis la création du Foyer, Henri et Denise LE CARRE ; Henri à la caisse à l’entrée et l’accueil et Denise aux gâteaux et crêpes. Pour eux, la communication et le relationnel, c’est important. Merci également à Christian RONGIER, Vice-Président de l’A.S.L. du Centre Hélio Marin et qui n’a pas hésité à venir remplacer les absents au bar. Merci à la belle sœur de Denise. Merci aussi à Magali, secrétaire du Foyer Ker-Spi et de l’ADIMC22 qui s’occupe de la communication et dossier presse pour les bals (Radio et Journaux), c’est important la pub ! Pour soutenir tous les bénévoles, le Président ou un Administrateur et le Directeur viennent remercier ceux et celles qui organisent les bals et expliquer à leur manière le rôle de l’A.D.I.M.C.22 et le Foyer Ker-Spi.

Flot d’infos - janvier 2009

- 23 -


A ce bal, Jean-Marie LEFRANC et Pierre HERISSARD sont passés et ont donc remercié les gens présents, tout en informant le public des actions actuelles et surtout remercier les bénévoles qui pour certains n’ont pas d’enfants en situation de handicap et qui viennent par amitié de longue date pour Henri et Denise LE CARRE ! Merci encore à tous ceux et celles qui répondent présent à chaque fois que je les sollicite. Nous nous retrouverons autour d’une bonne table à la fin de l’année. En fin d’année 2008, nous sommes allés mangera au Char A Bancs une bonne potée maison. Bonne et heureuse année 2009. Georges THOMAS Responsable des bals de l’A.D.I.M.C.22

Breves : AVENANCE - RESTAURATION : Jonathan & Nicole régalent les personnes résidantes avec une nouvelle prestation bien appréciée : LA TABLE DES SAVEURS ! Ainsi, nos chefs cuisinier viennent servir euxmêmes les personnes résidantes et les professionnels avec cette table : convivialité, choix des mets et de la quantité servis à excellente température : avantages sur toute la ligne ! Un grand merci à M. Stéphane OLIVO pour son suivi de la prestation à Ker Spi. Un grand merci à AVENANCE et au Groupe ELIOR qui finance le journal ! Félicitations à notre ami Patrick LEVARD, : Médaille d’or ! Patrick a reçu la médaille d’or de la Jeunesse et des Sports, remise par M. Jean-Louis FARGEAS, Préfet des Côtes d’Armor, le mardi 20 janvier, dans les salons de la Préfecture. Patrick, ami bénévole de longue date des personnes résidantes et professionnels de Ker Spi et depuis 3 ans, Administrateur de l’A.D.I.M.C. 22 était soutenu par la présence de, tout d’abord, sa chère épouse, toujours partie prenante dans toutes les activités de son mari baroudeur de la solidarité, par son frère (un grand merci pour les photos), par M. Ronan KERDRAON, Maire de Plérin, M. Jean LUCAS, Président de l’A.D.I.M.C. 22 et M. Pierre HERISSARD, Directeur. Encore toutes nos félicitations pour cette reconnaissance bien méritée de la Nation ! Rappelons que le ministre de tutelle, Roselyne BACHELOT, est aussi Ministre de la Santé : le lien est fait !

- 24 -

Flot d’infos - janvier 2009


Bienvenue à nos nouveaux professionnels : Dr Michel BOURG, médecin psychiatre Solen et Julia en Contrat de Professionnalisation D.E.A.M.P. Prochain journal : - De nouveaux articles sur le voyage en Tunisie, version 2 dans le cadre «2 CV pour un boulot», avec l’association CAP AVENTURES : départ le 22 mars 2009. - La venue de notre ami Québécois Denis Careau en mars prochain. - Le départ au Québec d’un Locataire pour un échange Franco-Québécois, entre mars et avril 2009 - Les extensions en salles d’activités du foyer Ker Spi et du mobilier de la salle à manger.

Bulletin d’adhésion A.DI.M.C. 22 - année 2009 NOM : M, Mme, Melle .......................................................... Prénom : ...................... Adresse : ..................................................................................................................... Code Postal : ..................................................... Ville : ............................................... Tél : ............................................................  J ’adhère à l’Association Départementale des I.M.C. : Cotisation annuelle 40 €uros  Je verse un Don :

 20 €uro

 50 €uro

 100 €uro

 (Autre Don)

Un reçu Fiscal vous sera adressé. Conformément aux modalités prévues par la loi de finances le don ou legs que vous adresserez est déductible des impôts sur le revenu à hauteur de 66 % du montant du don. Ainsi, donner 100 € ne revient en réalité qu’à 34 € si vous êtes imposable.

Règlement par chèque bancaire à l’ordre de l’A.D.I.M.C 22 5 rue de la Croix - 22190 PLERIN Affiliée à la FFAIMC - Fédération Française des Associations d’Infirmes Moteurs Cérébraux - reconnue d’utilité publique

Flot d’infos - janvier 2009

- 24 -


Revue de presse : En lien avec nos articles, une petite revue de presse :

Ouest-France - Jeudi 24 juillet 2008 «30 portraits à Plérin» Ouest-France - 13/01/2009

Ouest-France - samedi 2 -dimanche 3 août 2008

Télégramme - mercredi 24 septembre 2008

- 25 -

«30 portraits à Plérin» Ouest-France - 12/01/2009

Flot d’infos - janvier 2009


Télégramme - mercredi 1er octobre 2008

Penthièvre - 08/01/2009

Flot d’infos - janvier 2009

- 26 -

Journal 2009  

le journal de l'ADIMC - Ker Spi de janvier 2009

Journal 2009  

le journal de l'ADIMC - Ker Spi de janvier 2009