Page 1

Le St-Lucien

Le Journal du quartier Saint-Lucien (Beauvais)    NUMéro 5   Septembre 2019


ÉDITO

Deux missions : contribuer au travail de cohésion sociale et participer au projet de rénovation urbaine. Qu'en est-il ? Le Conseil est présent dans les lieux d'échanges et les différentes manifestations organisées tout au long de l'année dans le quartier. Un journal de quartier réalisé par ses membres est distribué aux habitants du quartier et au-delà, à raison de quatre numéros par an. La contribution du Conseil citoyen au projet de rénovation urbaine est des plus discrètes faute de suivi et de temps de travail commun avec les décideurs. Question raisonnable : pour réaliser ces actions et remplir ces missions, quels sont les moyens humains et financiers dont dispose le Conseil citoyen ? Le Conseil compte en réalité 10 membres actifs (les textes prévoient 20 personnes titulaires et 20 suppléants). Ils sont tous bénévoles et donnent leur énergie et leur disponibilité autant que possible. Des subventions sont allouées par l’Agglomération et l'État à l'association « Conseil citoyen du quartier Saint-Lucien » pour financer le journal et organiser la fête citoyenne. Nous voyons bien que le Conseil citoyen ne peut à lui seul résoudre les problèmes rencontrés. Alors se posent de vraies questions : Qui sont les garants de l'harmonie dans le quartier ? Comment les habitants contribuent-ils à cette recherche de cohésion ? S'il est vrai que les faits d'incivilité ou de délinquance génèrent la crainte et la colère, quelles sont les forces présentes pour s'y opposer, les faire diminuer ? Nous devons échanger et réfléchir sur ces questions. Créé en avril 2016 le Conseil citoyen du quartier Saint-Lucien va procéder à son renouvellement. C'est le moment de voir de nouvelles énergies se mobiliser et faire acte de volontariat pour enrichir les projets et les faire vivre. Il s'agit d'un travail à la fois urgent et passionnant. C'est une instance officielle qui offre une belle opportunité participative aux habitants et aux acteurs de terrain. Ils peuvent agir en prenant la parole, en organisant des actions et en faisant des projets et des propositions. Merci de répondre à cet appel le 18 octobre prochain (voir informations ci-contre). L'équipe du Conseil citoyen

2

Le St-Lucien  

conseilcitoyensaintlucien@gmail.com @ConseilCitoyenSaintLucien

C'est votre tour ! Un projet... Une idée... Une remarque… Devenez conseiller citoyen ! Pourquoi ? Pour que les habitants soient associés aux décisions concernant leurs quartiers. À quoi ça sert ? • Donner la parole aux personnes qui habitent et/ou agissent dans le quartier. • Réfléchir ensemble aux actions à mener dans le quartier pour mieux répondre aux besoins des habitants. • Suivre l’application des engagements pris pour les quartiers prioritaires. Pour qui ? • Habitants, commerçants ou associations, • Avoir plus de 18 ans • Habiter ou travailler dans le quartier

Le Conseil Citoyen du Quartier Saint-Lucien Il est composé de 2 collèges : • 1 collège habitants paritaire (10 titulaires et 5 suppléants), • 1 collège associations et acteurs locaux (9 titulaires). Les membres actuels ont été tirés au sort le 16 avril 2016 lors d’une réunion publique à la maison de quartier, la durée du mandat est de 3 ans. Cette désignation volontaire est officialisée (liste à la préfecture). Après la rédaction d'une charte, l'adoption d'un règlement intérieur, la création de l'association « Conseil Citoyen du Quartier Saint-Lucien » l'obtention de subventions, la découverte d'un local, les membres du Conseil se sont comptés : ils étaient 11 (6 associations, 5 habitants). À l'échéance du renouvellement il est donc urgent de faire appel aux acteurs locaux et aux habitants pour qu'ils deviennent membres du Conseil citoyen, pour redonner de l'énergie, apporter des idées, construire des projets.

Acte de candidature et tirage au sort le 18 octobre à 18h30 dans les locaux de Malice.

 Numéro 5 

  Septembre 2019

le dialogue est ouvert

Une habitante demande « Mais que fait le Conseil citoyen ? » Face aux derniers actes de délinquance et de violence perpétrés dans le quartier, une habitante pose cette question. Merci à elle de reconnaître l'existence du Conseil citoyen. Merci de poser la question de ce que l'on peut attendre de ce Conseil. En effet, depuis 3 ans, un groupe de personnes vivant ou oeuvrant dans le quartier s'est porté volontaire pour faire vivre cet organe officiel.


PAROLES D’HABITANTS Le 5 juillet dernier, la Ludoplanète a organisé La rue aux enfants. Nous avons demandé aux enfants « Le quartier Saint-Lucien, c'est... » Nous avons recueilli leurs paroles.

« J'aime trop les jeux, les légo, je construis des maisons des tables des chaises. Je suis sage, maman est contente. J’ai plein de copines. » FATIMA, 7 ans « C'est bien le quartier, il y a des terrains de jeux, on n'est pas loin du centre ville. Il y a le petit Carrefour. » ALEXIS, 10 ans

« C'est bien, les gens ont de la chance d'être là. Il y a des fêtes parfois. Ici je trouve plein de copines qui sont gentilles. » HASSNA, 10 ans « J'aime bien le quartier, l'ambiance est bonne, j'ai des copains. Il y a des fêtes comme aujourd'hui. Je vais déménager mais je reviendrai quand il y a des fêtes pour voir mes copains. » ARYLESS, 11 ans

« C’est bien. J'ai des amis du même âge que moi, plutôt des garçons et je peux jouer : des tirs au but, du foot. Ou un jeu que j'ai inventé, c'est le jeu du collège. On fait comme si on était au collège, comme si nos vélos c'était des motos-cross, on fait des bruits. » MAXINE, 8 ans

PORTRAIT

Chronique 3, par Priscille Nyaben Dikongue

M. VILLARD Il s’intéresse beaucoup aux travaux de réfections de notre quartier. Il aimerait donner son avis et ses conseils par rapport à ces travaux. C’est ce qu’il essaie de faire en participant aux réunions du quartier. Il est content des digicodes. Il regrette certains incivilités surtout celles de déposer les ordures à côté des poubelles qui sont maintenant enterrées ce qui dégage de mauvaises odeurs aux alentours. Il aimerait également faire partie du comité consultatif du quartier : le message est lancé.

C’est avec plaisir que je passe ce moment avec M. Villard Michel 74 ans. C’est un personnage haut en couleur derrière cet air un peu timide, c’est un monsieur affable, prêt à rendre de menus services autour de lui, entre autres, aider certains jeunes à faire leurs devoirs. Il vit depuis 36 ans dans notre beau quartier SaintLucien à Beauvais. Il est hésitant « que dire de moi ? » Il n’a pas l’habitude de se mettre en premier plan. Je l’y incite et nous découvrons ensemble son parcours. Je vais découvrir plusieurs personnages en un.

Issu d’une famille de 4 enfants il vient du Morvan. Son métier de base est plombier dans la Nievre. Il sillonne ensuite La France et fait plusieurs métiers, parmi lesquels pompiste à Paris. Il remonte vers l’Oise où il devient opérateur d’assainissement chez Véolia et s’occupe de différentes stations d’épuration. Il aime beaucoup son métier. Son seul regret est d’avoir travaillé seul pendant toutes ces années alors qu’il aurait tant aimé travailler en équipe. Sa vie comme tout le monde n’a pas toujours été rose. Marié, divorcé, père de famille. C’est un bosseur.

Le St-Lucien  

 Numéro 5 

  Septembre 2019

Ce jeune retraité fait régulièrement de longues promenades. Il me confie qu’il ne peut plus marcher autant qu’il le souhaiterait, un peu d’arthrose mais pas grave. Il fait souvent du lèche vitrine sans pour autant être dépensier. Sa grande passion est de jouer à la belote. Et le moment émouvant dont il a un souvenir inoubliable, il a doublé sa mise en pariant sur la victoire de l’équipe de France au mondial du dernier mondial du football. Nous venons de passer un moment agréable ensemble. Ces moments de partage et d’échanges simples de la vie de notre quartier. Un conseil que Michel tient à lancer aux jeunes c’est de bien travailler à l’école. La vie n’est pas toujours tendre. Surtout se souvenir qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. À bientôt les amis 3


rénovation

La co-construction en question Le mot « co-construction » a un sens symbolique fort, il fait passer de l'entente morale à l'élaboration ensemble. La création des conseils citoyens voulue par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 Février 2014 est totalement associée au programme de rénovation urbaine dans les quartiers prioritaires relevant de la politique de la ville. L'idée de permettre à un collectif reconnu d'habitants et d'acteurs locaux de contribuer au projet et à la réalisation de la rénovation du quartier est à priori enthousiasmante. Démarche participative, co-construction, bien vivre ensemble, les vocables sont mutiples. Mais ils peuvent rapidement apparaître comme des éléments de langage qui recouvrent une réalité bien différente sur le terrain. En effet, la seconde mission dévolue aux conseils citoyens, celle de contribuer à la cohésion sociale du quartier est bien appréhendée et actée dans beaucoup de conseils, tant elle vient répondre à des besoins d'animation, de mutualisation de moyens, de reconnaissance associative. Les conseils citoyens viennent contribuer à des actions pré-existantes, en créent si elles sont absentes. Ils répondent à des sollicitations municipales ou étatiques (informations, coordination...). Ces actions sont visibles, souhaitées, reconnues, et même financées. Pour exemple le journal « Le St-Lucien ». Mais la co-construction en matière de rénovation urbaine est beaucoup plus 4

discrète. Nous faisons le constat dans la plupart des conseils citoyens que cette coconstruction peine à exister. C'est ce que révèle l'article paru dans « Vie Publique », organe du CGET… et qui ne se veut ni juge ni censeur. Il témoigne d'un constat objectif : difficile collaboration entre les décideurs et les conseils citoyens. Pourquoi cette situation ? S'il est facile d'attribuer aux décideurs la volonté de maîtriser les projets (au nom de leur connaissance sur le plan technique et financier) on ne peut exclure le manque de préparation et de formation des conseils citoyens. On ne s'improvise pas rénovateurs urbains impunément. Qu'en est-il pour le conseil citoyen du quartier Saint-Lucien ? Outre un fort sentiment attesté par des documents que les plans étaient pré-existants aux différents ateliers urbains proposés entre Mars et Juin 2017, les propositions de travail commun ont été des plus réduites. En réalité, une réunion s'est tenue entre les représentants de l'agglo, l'élu et les agents territoriaux en charge du dossier et les membres du Conseil du quartier. Au cours des ateliers urbains qui se sont déroulés dans le quartier entre mars et juin 2017, les éléments et suggestions recueillis selon les différentes thématiques

Le St-Lucien  

 Numéro 5 

  Septembre 2019

ne semblent pas avoir été repris dans les projets présentés à ce jour. Les informations concernant ces projets restent confidentielles et ne sont données au conseil citoyen qu'avec parcimonie et sous le sceau du secret... Les décisions sont prises en amont et sans concertation. La co-construction est bien loin... Sans doute notre manque d'expérience de la chose publique, le petit nombre de représentants habitants- membres du conseil citoyen, l'absence de formation (les formations proposées exigent une mise en disponibilité peu réaliste), sans doute donc ces facteurs sont-ils en partie la cause de ce déficit de reconnaissance et de véritable travail en commun ? Quoiqu'il en soit la rénovation du quartier n'est pas encore engagée, il est encore temps de s'atteler à ce travail de coconstruction, la volonté de tous d’œuvrer pour le mieux-être des habitants reste une certitude. Erratum Dans le numéro 4 page 4 : le parc de la Grenouillère fera l'objet d'un financement dans le cadre de la rénovation urbaine, contrairement à ce que nous avons écrit, par manque d'information. Veuillez excuser cette erreur.


Regard croisé avec Marie-Hèlène Bacqué, propos recueillis par conseilcitoyen.fr Sociologue et urbaniste, elle est l'une des inspiratrices de la réforme de la politique de la ville, ayant co-rédigé un rapport sur la participation dans les quartiers populaires remis à François Lamy, alors ministre de la Ville, en juillet 2013. Elle a par ailleurs participé, avec Mohamed Mechmache, à la création de la coordination nationale des quartiers populaires Pas sans nous. Pourquoi et comment les conseils citoyens se sont créés ? Le rapport pour la réforme de la politique de la ville écrit avec Mohamed Mechmache préconisait les tables de quartier comme instance autonome de débat citoyen et de propositions. La loi Lamy du 21 février 2014 pour la ville et la cohésion urbaine a interprété ce rapport en instaurant les conseils citoyens. Dans notre rapport, nous défendions plutôt des dynamiques citoyennes qui seraient reconnues par les municipalités. Le fait que les conseils citoyens soient rendus obligatoires est paradoxal : on prône leur autonomie mais ce sont les pouvoirs publics qui les mettent en place sans par ailleurs véritables moyens à leur autonomie. Pourquoi, finalement, ce ne sont pas les tables de quartier qui ont été mises en place comme préconisé dans le rapport ? Je pense que cette question de l’autonomie, la possibilité de contre-pouvoir inquiète les élus. Les compétences citoyennes sont par ailleurs peu reconnues. Enfin, on reste dans une approche très centralisée où le même dispositif doit être mis en place partout. Or les dynamiques citoyennes ne se décrètent pas ; par contre, elles peuvent être soutenues.

Les situations locales sont très diverses et nous pensions que les tables de quartiers devaient se construire à partir de cette diversité et décider chacune de leurs modalités de fonctionnement. Quels sont selon vous les points forts des conseils citoyens ? Avec toutes leurs limites ils ouvrent parfois un nouvel espace d’expression pour les habitants. Mais il existe des réalités locales très variées ; les élus, les techniciens et les citoyens en font des choses très différentes selon les territoires. Quelles sont les limites des conseils citoyens et comment y faire face ? Au départ, les conseils citoyens étaient censés co-construire les contrats de ville or, dans la plupart des cas, ils ont été créés après leur signature et dans beaucoup d’endroits, on leur demande peu leur avis sur les enjeux de ces contrats de ville. Ils ont de fait très peu de pouvoir, sont peu représentés dans les instances de décision comme le groupes de pilotage et quand ils le sont c’est souvent comme figurants. Selon la loi, la composition du conseil citoyen se fait pour partie par tirage au sort mais le cadre n’est pas défini dans les textes. Le tirage au sort se fait donc souvent sur listes électorales ce qui élimine les étrangers et les personnes non inscrites sur les listes soit une partie importante des habitants des quartiers populaires. Dans certains cas, le tirage se fait sur une liste de volontaires c’est à dire toujours sur le même petit cercle d’habitants mobilisé. Par ailleurs les tirés au sort n’ont pas été accompagnés. Le tirage au sort n’est pas une solution magique, il nécessite un travail de mobilisation et de formation.

Nous constatons déjà dans beaucoup de conseils citoyens une désaffection des participants. Une autre limite est leur manque de moyens. Pour co-construire une politique publique, il faut du temps, des locaux, de la contre-expertise, de la co-formation... En général, les conseils citoyens fonctionnent avec une enveloppe de 2000-3000 euros par an ce qui est très insuffisant. A titre d’exemple, à Montréal, chaque table de quartier reçoit 100 000 dollars par an ce qui donne la possibilité de recruter des coordinateurs, d’avoir des locaux, de mobiliser les habitants…Ces fonds viennent de trois sources, ce qui garantit une certaine autonomie : la municipalité, la fondation Centraide et la région Québec. Comment voyez-vous le futur de la démocratie participative ? Nous avons fait des propositions concrètes comme la création d’un fond pour une démocratie d’initiatives mais le gouvernement ne semble pas s’en saisir. Il est pour le moment très silencieux sur ces questions. La société civile ne se réduit pas aux startup et aux chefs d’entreprises, elle est aussi composée de citoyens et d’associations. Or les mesures comme la suppression des emplois aidés ou la diminution du budget de la politique de la ville vont pénaliser en premier lieu les petites associations qui œuvrent dans les quartiers populaires. Certaines ont déjà annoncé qu’elles mettaient la clef sous la porte. Comment alors parler de démocratie participative ? Paradoxalement les initiatives citoyennes se multiplient montrant une attente forte et une volonté de prendre part aux débats et aux décisions. De ce point de vue, je suis plus optimiste.

rénovation / la ville en parle Retour sur les dernières réunions publiques du NPNRU de Saint-Lucien Comme avec l’OPAC de l’Oise, la Ville de Beauvais et la SA HLM Picardie Habitat travaillent conjointement à la rénovation urbaine du quartier attendue par l’ANRU. Des réunions publiques se sont tenues pour évoquer les futures transformations avec les habitants et pour parler des démolitions : en plus du bâtiment B qui est visé par une démolition totale, des démolitions partielles sont projetées sur : •   le bâtiment I (Picardie Habitat) – 35 logements démolis – Réunion du 13 mai 2019. •   les bâtiments E et H (OPAC de l’Oise) – 20 logements démolis – Réunion du 19 juin 2019. Ces démolitions partielles permettront de pouvoir réaménager la rue de la Tour, l’avenue de l’Europe côté piétons et les stationnements.

Le St-Lucien  

Mais elles restent conditionnées à l’avis de l’ANRU. L’ANRU examinera le projet de Saint-Lucien le 19 septembre prochain en comité d’engagement, en présence de Madame le Maire, du Préfet de l’Oise, des services de l’État et des organismes HLM. Un avis officiel suivra un mois après cette rencontre.

Pour plus d'informations : Monsieur Abdelmajid Benbouha au 03 44 79 38 94 VILLE DE BEAUVAIS / AGGLOMERATION DU BEAUVAISIS DIRECTION POLITIQUE DE LA VILLE ET RENOUVELLEMENT URBAIN http://www.beauvaisis.fr/la-politique-de-la-ville.html

 Numéro 5 

  Septembre 2019

5


brèves

SANTÉ

Le Futsall a été inauguré en mai dernier.

les enfants et les écrans

L'Association des commerçants de Saint-Lucien a été créé en Avril 2019. Principaux objectifs de l'association : • Permettre aux commerçants de se réunir entre eux, • Établir une relation avec les bailleurs et la Mairie par rapport aux projets de rénovation du quartier, • Faire vivre le quartier (première action : l'organisation de l'Iftar en mai 2019 dans le gymnase). La présidente en est Madame SENOL.

Une réunion sur l'usage des écrans par les enfants a été proposée conjointement par les associations AFIB et UDAF. Elle a réuni des parents et des acteurs locaux à l'école de l'Europe. Vos enfants passent du temps sur les écrans ? En tant que parents, vous ne savez pas quelle attitude adopter ? Quelques réponses avec « la règle des 3.6.9.12 » de Serge Tisseron, psychiatre et docteur en psychologie.

De 9 à 12 ans Internet accompagné jusqu’à l’entrée au collège. Il a le droit d’aller sur Internet, décidez si c’est seul ou accompagné. Décidez avec lui du temps consacré aux écrans. Rappelez les 3 principes d’Internet.

Un diagnostic en marchant a eu lieu dans le quartier en présence de Madame Cayeux et de Monsieur Pia.

Avant 3 ans Pas d’écrans.

Après 12 ans Internet seul avec prudence, mais restez disponible pour dialoguer sur les téléchargements, les plagiats, la pornographie et le harcèlement. Fixez avec lui des horaires à respecter et mettez le contrôle parental. Coupez le WIFI et éteignez son portable la nuit. À tout âge, choisissez des jeux et programmes adaptés. Veillez à ce que l’activité numérique n’empiète pas sur la vie quotidienne !

Des incidents inquiétants ont eu lieu dans le quartier : agressions verbales et physiques, tirs de carabine... Une universitaire, Marie Ansart, a choisi de rédiger son mémoire sur le quartier Saint-Lucien (s'adresser à Majid Benbouha pour accéder à ce travail). Le nouvel équipement MALICE est en voie d'achèvement.

De 3 à 6 ans Fixez des règles claires sur les temps d’écrans, respectez les âges indiqués pour les programmes. Pas de console de console de jeu portable personnelle. Peu de Jeux vidéo avant l’apprentissage de la lecture. De 6 à 9 ans Parlez avec votre enfant de ce qu’il voit et fait, paramétrez la console et les appareils avec un contrôle parental. Pas d’Internet avant 9 ans mais parlez avec lui de ce qu’est Internet. Parlez du droit à l’intimité, du droit à l’image et des 3 principes d’Internet : 1. Tout ce que l’on y met peut tomber dans le domaine public 2. Tout ce que l’on y met y restera éternellement 3. Il ne faut pas croire tout ce qu’on y trouve

JEUNESSE

6

Le St-Lucien  

 Numéro 5 

  Septembre 2019

Plus d’informations : Le site de Serge Tisseron des 3-6-9-12 : www.3-6-9-12.org, Site du système PEGI : pegi.info/fr, Site de PédaGojeux : pedagojeux.fr, Sites qui parlent/testent les jeux vidéo : www.gameblog.fr ou www.jeuxvideo.com ou www.gamekult.com, Vérifier si l’info est vraie ou fausse : www.hoaxbuster. com, Analyse de films et préconisations d’âge min. : www.filmspourenfants.net.


c’est arrivé

La fête citoyenne s'est déroulée le 30 août au Square Vauban. Un débat a eu lieu entre les bailleurs, les élus et les habitant. Des habitants ont conté leur histoire de vie dans le quartier. Des musiciens, un trompettiste et un guitariste ont accompagné les différents moments de la fête. Ont aussi réuni les participants : des jeux pour grands et petits, un atelier de recyclerie, des graphes et une petite restauration. Nombreux échanges dans une ambiance joyeuse !

Les couturières Les femmes du quartier réalisent des travaux de couture toutes les semaines dans les locaux des actions de proximité. Elles ont fêté la fin de l'année en apportant leurs réalisations. Belle ambiance...

FLM Tennis au pied des immeubles Après la fête du tennis à Kennedy des enfants ont participé au tournoi national à Limoges du 24 au 27 juin. Des stages ont eu lieu dans les quartiers pendant l'été et un tournoi tennis-quart a été organisé fin Août.

L'association Collembole a installé Madame Eté à côté du compost au square Belot

La responsable des actions de proximité a organisé des journées de rencontres et de loisirs pour les familles du quartier au cours du mois de Juillet en lien avec les associations Collembole, Perspectives contre le cancer, Fête Le Lien, Yoga…

Le 13 juin, les enfants de CM2 de l’école de l’Europe ont présenté leur travail réalisé tout au long de l’année avec les professionnels de la Batoude. Magnifique spectacle de cirque sous le chapiteau de La Batoude à Saint-Jean Les plus jeunes ont présenté ensuite leurs chants chorégraphiés. Un très beau moment pour parents et enfants.

La rue était aux enfants grâce à la Ludoplanète (rue des Acacias). Evénement participatif avec de nombreux bénévoles et des associations.

Le St-Lucien  

 Numéro 5 

  Septembre 2019

7


agenda AFIB Permanences écrivain public ``le lundi de 14h à 16h / une semaine à la pharmacie, une semaine à Malice (sous réserve) Comité Défense Des Locataires Beauvais Permanence ``dernier vendredi du mois de 14h à 17h La Ludoplanète Compétition de Jeux en Bois, Ludothèque à ciel ouvert ``30 octobre de 14h à 17h / Square Vauban Espaces de jeux pendant La Gratiféria, organisée par collembole ``le 22 novembre Présence aux féérie de Noël ``du 16 au 22 décembre entre 15h et 18h Restaurajeux ``un soir en décembre Malice

Fête Le Mur, Tennis au pied des immeubles Saison 2019-2020 Tu as 6 ans ou plus, viens rejoindre les joueurs de tennis du quartier. Cours hebdomadaires et autres activités prévues : • fin septembre : formation arbitrage • vacances de la toussaint : compétition pédagogique, stages, sortie à l’open de tennis de Bercy • décembre : compétition pédagogique, sortie culturelle (à définir), fête de Noël. ``Inscription tous les mercredis de 13h30 à 14h30 / gymnase Raoul Aubaud LLParticipation annuelle à l'enseignement : 20€

Message du temps de la Fin, Apprendre Comprendre et Transmettre L'association organise un goûter gratuit. ``les 7 septembre, 9 novembre et 21 décembre à partir de 19 h / place de la gare Collembole L'association organise pour la deuxième année La Gratiféria. ``le 22 novembre Le compost square Bellot reste actif toute l'année. Conseil Citoyen Saint-Lucien

opac de l'oise Objets à décorer : le concours Noël Créatif est ouvert ! Il s'adresse aux enfants de 3 à 10 ans, aux binômes enfants-seniors, aux seniors de 60 ans et plus. Les inscriptions et les objets sont à retirer puis à rapporter à l'antenne avenue de l'Europe. ``du 1er octobre au 30 novembre

Renouvellement des membres du Conseil citoyen Réunion publique ``le 18 octobre à 18h30 / dans les locaux de Malice

Inauguration de MALICE le nouvel équipement du quartier ``3 octobre à 17h30

Vous avez un événement à annoncer ? N’hésitez pas à nous transmettre l’information.

Numéros utiles Samu : 15 Pompiers : 18 Police secours : 17 Gendarmerie : 03 44 06 17 17 Commissariat : 03 44 89 80 00 Police municipale : 0800 850 850 Docteur Dikongue-Nyaben Priscille : 03 44 45 55 44 Pharmacie Biakou-Senol : 03 44 45 20 23 MALICE : 03 44 79 38 90 Médiathèque Saint-Lucien : 03 44 15 67 31 Multi-accueil : 03 44 45 22 31 Service actions de proximité Saint-Lucien : 03 44 79 38 93 ALSH Coeur de môme : 03 44 79 39 41 Gestion urbaine de proximité : 06 62 84 87 64 IFEP prévention spécialisée : 03 44 45 24 46

Le St-Lucien

Le Journal du quartier Saint-Lucien (Beauvais)

Trimestriel gratuit, éd. locale ISSN 2648-2622 Un journal édité par le Conseil citoyen Saint-Lucien Directrice de publication : Marie-Agnès Jutard Le comité de rédaction et les rédacteurs : Marie-Agnès Jutard, Adeline Rivollier, les enfants, Priscille Nyaben Dikongue, Alexandra Servigne, Jean-Pierre Poher, Audrey Carpentier Distribution : Océane Descroizette, Marie Ange Logghe, Kadija Oubella, Jean-Pierre Poher Photos : Conseil citoyen Saint-Lucien, Priscille Nyaben Dikongue, Kadija Oubella, Patricia Brard La Ludoplanète, C. Schryve - OPACn Mise en page et impression : Benoit Delaite – www.atelier-db.com

Profile for ATELIER dB

Le St-Lucien – Num. 05 – Septembre 2019  

Le journal du quartier Saint-Lucien (Beauvais) Édité par le Conseil citoyen Saint-Lucien (© Benoit Delaite)

Le St-Lucien – Num. 05 – Septembre 2019  

Le journal du quartier Saint-Lucien (Beauvais) Édité par le Conseil citoyen Saint-Lucien (© Benoit Delaite)

Advertisement